Fotovoltaïschepanelen en brandveiligheid PanneauxPhotovoltaïqueset sécuritéincendie. Benno WEINBERGER INERIS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fotovoltaïschepanelen en brandveiligheid PanneauxPhotovoltaïqueset sécuritéincendie. Benno WEINBERGER INERIS"

Transcription

1 Fotovoltaïschepanelen en brandveiligheid PanneauxPhotovoltaïqueset sécuritéincendie Benno WEINBERGER INERIS

2 Sécurité des énergies renouvelables risque d incendie et équipements photovoltaïques 2

3 Plan Contexte et Objectifs Organismes impliqués Retour d expérience Typologie des systèmes photovoltaïques Les différents types de PV Analyse des risques Essais à échelle labo: Calorimètre de Tewarson Essais à moyenne échelle: configuration industrielle Essais à moyenne échelle: installation pour le particulier 3

4 Contexte et Objectifs «Prévention des risques associés à l implantation de cellules photovoltaïques sur des bâtiments industriels ou destinés à des particuliers» Favoriser le développement et l implantation de cellules photovoltaïques sur des bâtiments industriels ou destinés à des particuliers tout en s assurant que cette implantation ne conduise pas à une augmentation des risques pour les installations, les habitants ou les intervenants en cas de sinistre. Le système étudié comporte tous les éléments depuis les cellules photovoltaïques proprement dites jusqu à l onduleur en passant par les liaisons électriques jusqu au compteur électrique 4

5 Organismes impliqués L étude est réalisée en collaboration avec le CSTB qui s occupe plus particulièrement de la partie civile de l étude, l INERIS s attachant plutôt à la partie industrielle. Sont également associés à la démarche : Direction de la Sécurité Civile Direction générale de l'énergie et du climat Direction générale de l aménagement, du logement et de la nature 5

6 Retour d expérience 6

7 Retour d expérience 7

8 Typologie des systèmes PV Définition du système Inclinaison Disposition Charpente Isolation Catégorie panneaux Plat Intégré Charpente Bois Système isolation PV pas vitré Pente Sur-posé Charpente Métallique Pas d'isolation PV Vitré PV couverture Pas de charpente 8

9 9

10 10

11 11

12 12

13 Les différents types de PV Technologie du silicium cristallin Les cellules en silicium cristallin sont composées de fines tranches coupées à partir d un seul cristal de silicium (monocristallin) ou d un bloc de cristaux de silicium (polycristallin). Leur rendement varie entre 12% et 17%. Il s agit de la technologie la plus répandue, représentant aujourd hui environ 90% du marché. On distingue trois principaux types de cellules cristallines : Monocristallines (Mono c-si) Polycristallines (Poly c-si) Rubans (ribbon-sheet c-si) 13

14 Les différents types de PV Technologie des couches minces (Thin Film) Les modules en couches minces sont constitués de très fines couches d un matériau photosensible déposées sur un support à bas-coût tel que le verre, l acier inoxydable ou le plastique. Les coûts de production du procédé des couches minces sont inférieurs à ceux de la technologie cristalline qui nécessite davantage de matière première. Cet avantage en termes de prix est toutefois contrebalancé par des rendements généralement moins élevés (entre 5% et 13%). Cela représente environ 10% du marché actuellement. Quatre types de modules en couches minces (en fonction de la matière active utilisée) sont actuellement disponibles dans le commerce: Silicium amorphe (a-si) Tellurure de Cadmium (CdTe) Cuivre Indium/Gallium Diselenide/disulphide (CIS, CIGS) Cellules multi-jonction (a-si/m-si) 14

15 Analyse des risques Incendie Identification du système (sous-système: inclinaison, disposition, structure porteuse, isolation, type de panneaux) Définition des charges calorifiques de chaque sous- système Evaluation du potentiel calorifique de l ensemble du système Electrique Définition de la composition du dispositif (boite de connexion, câblage, onduleur, transformateur) Identification des normes et tests réalisés sur le matériel 15

16 Comportement en tant Agresseur / Agressé Installation de type Comportement de type Remarques Industriel Particulier Agresseur Agressé Agresseur Agressé -Forte charge calorique -Potentiel de propagation -Vulnérabilité de la toiture -Résistance au feu -Propagation de l incendie -Risque électrique pour l intervention -Mise en danger des habitants -Vulnérabilité de la toiture -Initiateur d un feu d habitation -Risque électrique pour l intervention 16

17 Installation industrielle Eléments Pouvoir calorifique Panneaux PV souple (remplacement couverture) Configuration défavorable Meilleure configuration Structure porteuse Bois : 17 MJ/kg (150 kg/m 3 ), 50kg/m² Béton : classe M0 850 MJ/m² 0 Isolation Membrane Boitier électrique Polystyrène : 40 MJ/kg, densité kg/m 3 (2.4 kg/m², ep. 120 mm) Laine de roche : 2 MJ/kg (16.3 kg/m²) Laine de verre : 120 kg/m 3, 0.5 MJ/kg (ep. 25 cm) Polyuréthane : MJ/kg Polyamide : M J/kg Polystyrène : MJ/kg Polyéthylène : MJ/kg Membrane synthétique (ep. 4 mm): 3.5 kg/m² PVC : MJ/kg (1400 kg/m 3 ) Alu : classe M0 128 MJ/m² 13 MJ/m² 161 MJ/m² 70 MJ/m² 1.5 MJ/m² 0 Fil, connectique Câble solaire 1 MJ/m² 1MJ/m² 1M J/m² Couverture Bitume :38 MJ/kg soit (7 kg/m²) Tuile : classe M0 Tôle : classe M0 266 MJ/m² 0 Total 1407 MJ/m² 84 MJ/m² 17

18 Installation pour particulier Eléments Structure porteuse Pouvoir calorifique Bois : 17 MJ/kg (150 kg/m 3 ), 50kg/m² Acier : classe M0 Béton : classe M0 Mauvaise configuration Panneaux PV rigide (remplacement couverture) Meilleure configuration 850 MJ/m² 0 Isolation Polystyrène : 40 MJ/kg, densité kg/m 3 (2.4 kg/m², ep. 120 mm) Laine de roche : 2 MJ/kg (16.3 kg/m²) Laine de verre : 120 kg/m 3, 0.5 MJ/kg (ep. 25 cm) 128 MJ/m² 12.5 MJ/m² Cadre Supportarrière Boitier électrique Vitrage PVC : MJ/kg (1400 kg/m 3 ) soit 6.25 kg/m² Alu : classe M0 Plexiglas PMMA : 25 MJ/kg (1900 kg/m 3 )=12kg, soit 7.5 kg/m² Verre : classe M0 131 MJ/m² MJ/m² 0 Fil, connectique 1 MJ/m 1 MJ/m² 1 MJ/m² Joint d étanchéité Caoutchouc : 24 MJ/kg (1000 kg/m 3 ) 0.6kg/panneau ; kg/m² 9 MJ/m² 9 MJ/m² Total MJ/m² 22.5 MJ/m² 18

19 Identification des risques Incendie / Fumées: Cadmium (toxicité + fumées), Fluoropolymère (HF, COF 2 ), Câblage & Connectique PVC (HCl), Production particules ultrafines Incendie / Propagation Présence de matériaux combustibles (film ), d isolation supplémentaire ou d étanchéité, obstacle à l évacuation des fumées dans les combles Points chauds Intervention: - Risque électrique, Accessibilité (source du feu) 19

20 Essais à échelle labo: Calorimètre de Tewarson Etude du comportement au feu Paramètres de mesure Mesures de paramètres caractéristiques -Cinétiques de perte de masse, de chaleur dégagée, de température du feu, vitesse de combustion, - Chaleur de combustion - Temps d ignition - TRP: Paramètre réponse thermique - CHF: Flux de chaleur critique Composition des effluents gazeux (IRFT) Identification CO, CO 2, CH 4, C 3 H 6, HBr, HCl, HF, N 2 O, NH 3, NO 2, NO, SO 2, HCN, Semi-quantification de Formaldéhyde, Acétaldéhyde, Ethylène, Acétylène, Acroléine... 20

21 Illustrations 21

22 Résultats 22

23 Analyse des effluents gazeux valeurs FTIR taux d'émission mg/g CO2 2315,4 CO 26,2 SO2 0,2 NH3 0,0 méthane 0,3 NO 2,4 NO2 0,2 N2O 0,0 HF 21,5 HCN 0,3 HBr 0,1 HCl 0,0 acétaldéhyde 0,2 formaldéhyde 0,1 acroléine 0,0 éthène 0,9 propène 0,2 acéthylène 0,1 H2O 1230,1 Masse perdue 30g (33% de la masse initiale) soit environ 600 mg produit sur une surface de 0.01 m² pendant toute la durée de combustion de l échantillon m² => 360 kg d HF sur 2h (0.05 kg/s) Débit de fumées ~ kg/s Concentration (fraction massique) : ~ 5 ppm SEI : 200 ppm => Reste inferieure aux seuil réglementaire 23

24 Résidus de combustion 24

25 Essais à moyenne échelle Configuration industrielle avec PV seul Peu, voire pas de propagation du feu, c est essentiellement le support qui brûle. Dans les conditions expérimentales, il y a toujours eu un courant dans les panneaux malgré la destruction de 2 éléments. A priori, la présence de la flamme n a pas augmenté la puissance délivrée par les panneaux. Au final, le produit se révèle très résistant. Débit de propane : 4.8 g/s 200 kw environ Flamme peu fumigène d une hauteur de 1 à 2 m Peu de vent Soleil «abondant» 25

26 Toiture «solaire» industrielle L étanchéité (bitume) est moins performante que les cellules PV même si le bitume n a que peu propagé le feu. Les variations mesurées au niveau de la puissance électrique résultent à la fois de la destruction d une partie des panneaux et de la présence de fumées qui ont réduit le flux solaire. La puissance électrique délivrée est restée à un niveau relativement important. Même en présence d une étanchéité combustible à proximité, le produit s est révélé très résistant. 26

27 Conclusions partielles En utilisation industrielle, les PV couches minces (classé Broof(T3)) s avèrent plus performants que l étanchéité utilisée couramment sur le plan de la propagation au feu. De ce point de vue, la présence de panneaux PV sur des entrepôts ne favorisera pas la propagation du feu, au contraire. Côté intervention, ce caractère résistant constitue un handicap car les panneaux vont continuer à produire de l électricité peut-être même après l incendie. 27

28 Essais à moyenne échelle installation pour le particulier Moyenne échelle en situation avec charpente, isolation et étanchéité. Configuration pavillon : avec et sans PV panneau: Avec PV, thermocouples placés sur et sous les PV et mesure de la puissance aux bornes du PV pour rechercher la température critique en situation réelle Sans PV, prendre une solution courante pour évaluer son comportement (avec thermocouples disposés de la même façon) La comparaison se fait sur l évolution de la température dans la partie située sous la toiture 28

29 Maquettes expérimentales Sans panneau Avec panneau 50kW environ pendant 1m30s - Peu de vent - Soleil «abondant» 29

30 Comportement au feu Sans panneau Avec panneau 30

31 Incendie des maquettes Sans panneau Après 9 min. Avec panneau 31

32 Comparaison des essais - films Caméra infrarouge 32

33 Comparaison des températures Sans panneau 50 C au bout de 11 minutes Avec panneau 50 C au bout de 6 minutes T17 T T17 T18 T19 T20 T19 T températures en C températures en C temps en min temps en min 33

34 Evolution de la puissance délivrée par le panneau Puissance l inflammation de l isolant provoque la destruction des panneaux Température rappel , T17 T19 T18 T20 tenion en V, puissance en W tension Puissance courant 2,5 2 1,5 températures courant en C A , temps en min

35 Conclusion partielle La présence du panneau a eu un rôle négatif sur les températures observées à l intérieur des «combles», des températures critiques pour les personnes ont été atteintes plusieurs minutes (5 minutes) plus tôt lorsqu il y avait un panneau. Ce comportement est du exclusivement au fait que l étanchéité utilisée était combustible (matériel recommandé par le fournisseur). Préconisations essentielles sur ce point. Côté intervention, la puissance délivrée par les panneaux a chuté très rapidement au fur et à mesure de la dégradation des cellules. Le risque associé à ce type de panneau est donc moindre 35

Etude sur le risque incendie associé aux panneaux photovoltaïques

Etude sur le risque incendie associé aux panneaux photovoltaïques Etude sur le risque incendie associé aux panneaux photovoltaïques Stéphane Duplantier Responsable du Pole PHDS (Phénomènes dangereux & Résistances des Structures) Direction des Risques Accidentels Stephane.duplantier@ineris.fr

Plus en détail

Principe et constitution d une installation photovoltaïque

Principe et constitution d une installation photovoltaïque Principe et constitution d une installation photovoltaïque Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Bruno ESTIBALS Maître de Conférences à l Université Paul Sabatier Toulouse III LAAS-CNRS

Plus en détail

TECHNOLOGIES PHOTOVOLTAÏQUES. STI2D EE - Energies et Environnement Technologies photovoltaïques 1

TECHNOLOGIES PHOTOVOLTAÏQUES. STI2D EE - Energies et Environnement Technologies photovoltaïques 1 TECHNOLOGIES PHOTOVOLTAÏQUES STI2D EE - Energies et Environnement Technologies photovoltaïques 1 Histoire de l effet photovoltaïque 1839 : effet photovoltaïque découvert par Edmond Becquerel 1877 : première

Plus en détail

Solution d étanchéité solaire SBS. toiture sur-toitures. étanchéité. photovoltaïque. modules. intégrés. avis technique.

Solution d étanchéité solaire SBS. toiture sur-toitures. étanchéité. photovoltaïque. modules. intégrés. avis technique. Solution d étanchéité solaire SBS toiture sur-toitures étanchéité photovoltaïque intégrés modules avis technique Gamme soprasolar soprasolar solutions photovoltaïques SOPREMA, spécialiste mondial de l

Plus en détail

Pôle d Innovation national de l Artisanat Efficacité énergétique et énergies renouvelables

Pôle d Innovation national de l Artisanat Efficacité énergétique et énergies renouvelables Introduction : L électricité photovoltaïque est un procédé résultant de la transformation du rayonnement solaire en énergie électrique par le biais de cellules photovoltaïques. A l origine, les cellules

Plus en détail

C.M.E.5.1 Comment économiser l énergie?

C.M.E.5.1 Comment économiser l énergie? C.M.E.5.1 Comment économiser l énergie? I) Énergie et puissance : rappels : L énergie E est la capacité d un système à produire du, de la ou de la. L unité légale d énergie est le joule (J), on mesure

Plus en détail

L EAU CHAUDE DES PANNEAUX PHOTOVOLTAÏQUES INVENTION SLOVAQUE BREVETÉE LES CHAUFFE-EAU HYBRIDES LOGITEX CATALOGUES DES PRODUITS

L EAU CHAUDE DES PANNEAUX PHOTOVOLTAÏQUES INVENTION SLOVAQUE BREVETÉE LES CHAUFFE-EAU HYBRIDES LOGITEX CATALOGUES DES PRODUITS L EAU CHAUDE DES PANNEAUX PHOTOVOLTAÏQUES INVENTION SLOVAQUE BREVETÉE LES CHAUFFE-EAU HYBRIDES LOGITEX CATALOGUES DES PRODUITS Les chauffe-eau LOGITEX représentent une nouvelle solution révolutionnaire

Plus en détail

Evolution technologique des cellules photovoltaïques et perspectives d avenir

Evolution technologique des cellules photovoltaïques et perspectives d avenir Evolution technologique des cellules photovoltaïques et perspectives d avenir NOTIONS PHOTOVOLTAÏQUES Genappes 23 juin 2007 Energie Facteur 4 asbl - Chemin de Vieusart 175-1300 Wavre Tél: 010/24 16 14

Plus en détail

Prévention du risque incendie. lié aux cellules photovoltaïques. installées sur bâtiment

Prévention du risque incendie. lié aux cellules photovoltaïques. installées sur bâtiment Prévention du risque incendie lié aux cellules photovoltaïques installées sur bâtiment 26 mai 2011 Contact presse CSTB INERIS Le Bonheur est dans la com Aurélie PREVOT Ingrid LAUNAY-COTREBIL 03 44 55 63

Plus en détail

CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE

CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE 30/06/2011 CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE NOTICE EXPLICATIVE Page 1 I. QUE SIGNIFIE LA NORME BBC & RT 2020? A. Qu est-ce qu une Maison BBC? Pour obtenir le Label BCC, Effinergie a

Plus en détail

CHOIX ET IMPLANTATION DU MATERIEL INCENDIE

CHOIX ET IMPLANTATION DU MATERIEL INCENDIE CHOIX ET IMPLANTATION DU MATERIEL INCENDIE 1. Détecteurs automatiques ponctuels 1.1 Choix L objectif principal du choix judicieux d un type de détecteur est d obtenir une détection précoce et sûre d un

Plus en détail

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, des propriétaires

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard

Plus en détail

Installations Classées pour la Protection de l'environnement Calculs de flux thermiques SOMMAIRE

Installations Classées pour la Protection de l'environnement Calculs de flux thermiques SOMMAIRE SOMMAIRE I. OBJECTIF... 2 II. CALCUL DE FLUX THERMIQUES CORRELATION DE THOMAS... 2 A- Méthodologie... 2 1) Principe... 2 2) Evolution de l'incendie... 4 3) Montée rapide de la température ambiante... 4

Plus en détail

REALISATION, EXPLOITATION ET MAINTENANCE D UNE TOITURE PHOTOVOLTAÏQUE

REALISATION, EXPLOITATION ET MAINTENANCE D UNE TOITURE PHOTOVOLTAÏQUE REALISATION, EXPLOITATION ET MAINTENANCE D UNE TOITURE PHOTOVOLTAÏQUE Cahier des charges pour le choix d un prestataire RESUME Cahier des charges pour la location d une toiture sur bâtiment neuf public

Plus en détail

Comment choisir les toits les plus appropriés pour une première opération

Comment choisir les toits les plus appropriés pour une première opération Centrales villageoises photovoltaïques Comment choisir les toits les plus appropriés pour une première opération 1. Les caractéristiques techniques de la toiture et du bâtiment... 1 2. Les critères susceptibles

Plus en détail

PERFORMANCES ACOUSTIQUES :

PERFORMANCES ACOUSTIQUES : FICHE CONSEIL N 10 PERFORMANCES ACOUSTIQUES : LES BONNES PRATIQUES DE MISE EN ŒUVRE. La performance acoustique des ouvrages en plaques de plâtre (cloison, contre-cloison, plafond) dépend non seulement

Plus en détail

PHOTOVOLTAÏQUE. CATEGORIE rénovation de bâtiments récents. ETUDES DE CAS Plateforme technique de l Arbois

PHOTOVOLTAÏQUE. CATEGORIE rénovation de bâtiments récents. ETUDES DE CAS Plateforme technique de l Arbois PHOTOVOLTAÏQUE PHOTOVOLTAÏQUE CATEGORIE rénovation de bâtiments récents La technologie photovoltaïque permet de transformer l énergie solaire en électricité. Il existe deux technologies principales : -Poly

Plus en détail

CHARTE CALPV. de qualité des installations photovoltaïques résidentielles en Nouvelle-Calédonie

CHARTE CALPV. de qualité des installations photovoltaïques résidentielles en Nouvelle-Calédonie 1. Un dispositif photovoltaïque à destination des particuliers Afin de répondre à la demande des particuliers souhaitant produire une partie de leur énergie électrique, les propriétaires titulaires d une

Plus en détail

Toit Solaire ANME. Installation PV de démonstration : Projet DMS Développement du Marché Solaire en Tunisie. Toit Solaire ANME Seite 1 17/10/2015

Toit Solaire ANME. Installation PV de démonstration : Projet DMS Développement du Marché Solaire en Tunisie. Toit Solaire ANME Seite 1 17/10/2015 Mis en œuvre par la: En coopération avec: Installation PV de démonstration : Toit Solaire ANME Projet DMS Développement du Marché Solaire en Tunisie 17/10/2015 Toit Solaire ANME Seite 1 QU EST CE QU UNE

Plus en détail

Réduction de la transmission du son par les cloisons en plaques de plâtre

Réduction de la transmission du son par les cloisons en plaques de plâtre Solution constructive n o 1 Réduction de la transmission du son par les cloisons en plaques de plâtre par A.C.C. Warnock et J.D. Quirt On explique ici comment réduire la transmission acoustique par les

Plus en détail

L isolant tout-terrain

L isolant tout-terrain EUR TOIT L isolant tout-terrain des toitures inclinées Performant et léger Rigide et résistant Facile et rapide à poser Faible encombrement Supprime les ponts thermiques (méthode du Sarking) La performance

Plus en détail

Façades ventilées : de 19 à 30 cm pour un même pouvoir isolant

Façades ventilées : de 19 à 30 cm pour un même pouvoir isolant isolants selon la méthode évalués Façades ventilées : de 9 à cm pour un même pouvoir isolant Le dispositif de base est une façade ventilée, possédant un coefficient U =, W/(m K), dont l isolant est posé

Plus en détail

Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations

Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations Préambule général Le présent document constitue une note d information relative aux règles d implantation de pompes à chaleur

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les modules solaires photovoltaïques pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard de

Plus en détail

Besoins énergétiques et impact environnemental du chauffage des bâtiments résidentiels au Maroc

Besoins énergétiques et impact environnemental du chauffage des bâtiments résidentiels au Maroc Besoins énergétiques et impact environnemental du chauffage des bâtiments résidentiels au Maroc Rachida IDCHABANI 1 *, Mohamed ELGANAOUI 2, Mohamed GAROUM 1 1 Laboratoire d Energie, Matériaux et Environnement,

Plus en détail

Bâtiment : Aéroport de Roissy - Architecte : Andreu. Système Arsolar - Droits réservés

Bâtiment : Aéroport de Roissy - Architecte : Andreu. Système Arsolar - Droits réservés Bâtiment : Aéroport de Roissy - Architecte : Andreu Système - Droits réservés L'électricité solaire, obtenue par un effet photovoltaïque qui convertit directement le rayonnement du soleil en énergie électrique,

Plus en détail

M.E.T.H.I. Maintenance en équipement thermique individuel. Les brûleurs gaz. atmosphériques. air soufflé. CFAB Reims

M.E.T.H.I. Maintenance en équipement thermique individuel. Les brûleurs gaz. atmosphériques. air soufflé. CFAB Reims M.E.T.H.I Maintenance en équipement thermique individuel atmosphériques air soufflé Les brûleurs gaz CFAB Reims 1 Les combustibles gazeux 1/ Les gaz naturels : Ils sont composés à 95% de méthane :... Gaz

Plus en détail

Quel intérêt du photovoltaïque pour les institutions du secteur à profit social?

Quel intérêt du photovoltaïque pour les institutions du secteur à profit social? Quel intérêt du photovoltaïque pour les institutions du secteur à profit social? 20 avril 2010 UNION DES ENTREPRISES A PROFIT SOCIAL 2 Sommaire Bénéfice environnemental Fonctionnement Coût & aides financières

Plus en détail

POURQUOI CHANGER SA TOITURE

POURQUOI CHANGER SA TOITURE Pourquoi ecotra 2 Véritable spécialiste en isolations extérieures et revêtements de toiture, ECOTRA met à votre service son équipe de professionnels qualifiés pour la réalisation de vos projets et vous

Plus en détail

Dans une période où les

Dans une période où les ÉTANCHÉITÉ.INFO #39 OCTOBRE 2013 FICHE PRATIQUE TECHNIQUE 47 Réglementation ICPE Désenfumage des ICPE : quelles règles pour les étancheurs? Les ICPE doivent se conformer à des règles spécifiques pour le

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS Pat de la Vatine BP 108 76134 MONT SAINT AIGNAN PROJET : EXTENSION D UN SITE DE STOCKAGE DE CEREALES ET OLEOPROTEAGINEUX ET D APPROVISIONNEMENT D541 «Le Chemin sec» 60360 DOMELIERS RESUME NON TECHNIQUE

Plus en détail

NOTE D INFORMATION CAPTEURS PV 55/PV 50

NOTE D INFORMATION CAPTEURS PV 55/PV 50 NOTE D INFORMATION CAPTEURS PV 55/PV 50 INFO Chers partenaires installateurs, Les modules PV55 tedlar et biverre ne sont plus livrés qu en quantité très limitée. Ils sont désormais remplacés par les modules

Plus en détail

Les installations Photovoltaïques Raccordées au réseau

Les installations Photovoltaïques Raccordées au réseau Mis en œuvre par la: Modes de Financement des projets solaires en Tunisie Les installations Photovoltaïques Raccordées au réseau Ghada Bel Hadj Ali Tunis, le 27 Octobre 2014 10.11.2014 Seite 1 Ce qu il

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE ECHANGES THERMIQUES 1. GENERALITES : 1.1. Notion de température : Cette notion est liée à la sensation de chaud et de froid (sensation subjective). Par contre elle est directement liée à l état thermique

Plus en détail

>I En savoir plus I Le feu

>I En savoir plus I Le feu n L incendie d un bâtiment est la résultante de nombreux facteurs. Il entre dans son premier état, dit de démarrage, si trois conditions sont remplies : défaillance des installations d alarme, proximité

Plus en détail

Énergie, économie et environnement

Énergie, économie et environnement Énergie, économie et environnement Johann Collot professeur à l'université Grenoble Alpes et chercheur au Laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie de Grenoble (LPSC) université Grenoble Alpes,

Plus en détail

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau 1)L air avec le diagramme de Mollier. 2)Le point de rosée. 3)La valeur Sd. 4)Etude d une paroi verticale avec le diagramme de Glaser Juillet 2013 Le diagramme

Plus en détail

STEICO solutions constructives

STEICO solutions constructives STEICO solutions constructives Charpente support des éléments de couverture par l intermédiaire de contrelattes avec une fixation adaptée Grand choix de couvertures possibles Isolation pour charpente apparente

Plus en détail

Rapport d'étude Installation de chauffage à air pulsé Panneaux CapSolair de la société Dani Alu

Rapport d'étude Installation de chauffage à air pulsé Panneaux CapSolair de la société Dani Alu Rapport d'étude Installation de chauffage à air pulsé Panneaux CapSolair de la société Dani Alu Sommaire 1 Introduction... 3 2 Description de l'installation... 5 2.1 Le Panneau Capsolair... 5 2.1.1 Objectif...5

Plus en détail

Les cellules photovoltaïques

Les cellules photovoltaïques Le texte qui suit est extrait intégralement du site web suivant: http://e-lee.hei.fr/fr/realisations/energiesrenouvelables/filieresolaire/mppt/mppt/principes.htm 1 Principe Les cellules photovoltaïques

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE INCIDENCE DE LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 SUR LES COÛTS DE CONSTRUCTION

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE INCIDENCE DE LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 SUR LES COÛTS DE CONSTRUCTION Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE INCIDENCE DE LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 SUR LES COÛTS DE CONSTRUCTION Projet de Fin d Études

Plus en détail

SOMMA RE. À propos de S.IN.E.S Qui sommes nous? Quelle est notre politique? Quels sont nos repères?

SOMMA RE. À propos de S.IN.E.S Qui sommes nous? Quelle est notre politique? Quels sont nos repères? À propos de S.IN.E.S Qui sommes nous? Quelle est notre politique? Quels sont nos repères? Composition d une installation photovoltaïque racordée au réseau Fonctionnement d une installation photovoltaïque

Plus en détail

environnement thermique et maitrise énergétique dossier analyse d un projet généralités L5C > Environnement thermique et maitrise énergétique > TD

environnement thermique et maitrise énergétique dossier analyse d un projet généralités L5C > Environnement thermique et maitrise énergétique > TD généralités environnement thermique et maitrise énergétique dossier analyse d un projet Objectif Le travail pour ce dossier a pour objectif d être capable d évaluer les partis pris d un projet architectural

Plus en détail

BTS AVA 2009 : sciences physiques

BTS AVA 2009 : sciences physiques BTS AVA 2009 : sciences physiques On souhaite montrer que dans l état actuel des technologies, il n est pas réaliste de concevoir un véhicule électrique ayant la même autonomie qu un véhicule à essence.

Plus en détail

Solaire Photovoltaïque

Solaire Photovoltaïque Solaire Photovoltaïque Halle des écomatériaux Une halle provisoire dès 2011 Une halle définitive fin 2012 Des espaces dédiés à la pédagogie autour de la performance énergétique et des matériaux Des maquettes

Plus en détail

Evaluation énergétique de 32 bâtiments de logements sociaux récents Atelier de ALE 69 20 Mars 2012

Evaluation énergétique de 32 bâtiments de logements sociaux récents Atelier de ALE 69 20 Mars 2012 Evaluation énergétique de 32 bâtiments de logements sociaux récents Atelier de ALE 69 20 Mars 2012 4 rue Voltaire, 38000 Grenoble 04 76 00 19 09 www.alec-grenoble.org Postulat Volonté des organismes sociaux

Plus en détail

L éco-maison. Faibles coûts de fabrication. Basse consommation d énergie. Caractéristiques d un logement classique en 2009

L éco-maison. Faibles coûts de fabrication. Basse consommation d énergie. Caractéristiques d un logement classique en 2009 L éco-maison Faibles coûts fabrication Basse consommation d énergie Données bases : -Occupants: famille quatre membres -Surface l habitation: 100 m² -Situation géographique: g Poitou-Charentes Caractéristiques

Plus en détail

Gaines techniques verticales Placostil

Gaines techniques verticales Placostil 01 Cloisons sur ossature métallique Placostil Gaines techniques verticales Placostil Description Les gaines techniques verticales peuvent être réalisées avec les mêmes produits et systèmes Placo que ceux

Plus en détail

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts (JORF n 253 du 31 octobre 2009) NOR : DEVE0918467A Vus Le ministre d Etat,

Plus en détail

Solar 8000 TF Capteurs plans hermétiques. Solaire thermique.

Solar 8000 TF Capteurs plans hermétiques. Solaire thermique. Capteurs plans hermétiques. Solaire thermique. Les points forts SOLAR 8000 TF FS 226-2V Vertical Performances Le capteur FS 226-2 est un concentré de technologie et d innovation Capteur solaire hautes

Plus en détail

Chap. 1 : Energie Solaire HABITAT

Chap. 1 : Energie Solaire HABITAT .La lumière.1. Onde électromagnétique Ultraviolet nfrarouge - La lumière visible et invisible transporte de l énergie sous la forme d ondes électromagnétiques qui se propagent à la vitesse c = 3.10 8 m.s

Plus en détail

Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques

Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques Avec le soutien de : Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 1 Septembre 2013

Plus en détail

SOURCE D INFORMATION PREAMBULE. Bâtiment & Energie Nouvelles exigences

SOURCE D INFORMATION PREAMBULE. Bâtiment & Energie Nouvelles exigences Nouvelles exigences Entretien annuel des chaudières dont la puissance est comprise entre 4 et 400 kw 2009 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie, en premier lieu, à partir

Plus en détail

L énergie photovoltaïque et les cellules solaires. Chapitre I

L énergie photovoltaïque et les cellules solaires. Chapitre I Chapitre I L énergie photovoltaïque et les cellules solaires 5 Energies solaire : 1.Historique : La conversion de la lumière en électricité, appelée effet photovoltaïque, a été découverte par Antoine Becquerel

Plus en détail

7.3 Le bétonnage. par temps chaud. par temps froid

7.3 Le bétonnage. par temps chaud. par temps froid 7.3 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Le bétonnage par temps chaud Les conditions climatiques ont une grande influence sur la qualité finale du béton. Il convient de se préoccuper de cette sensibilité

Plus en détail

SCIENCES UN CHAUFFAGE SOLAIRE EFFICACE

SCIENCES UN CHAUFFAGE SOLAIRE EFFICACE Outil d évaluation relatif aux Socles de compétences Premier degré de l enseignement secondaire SCIENCES UN CHAUFFAGE SOLAIRE EFFICACE DOSSIER DE L ENSEIGNANT 1. Capteur solaire thermique 2. Système de

Plus en détail

Les poêles à air à granulés de bois à convection forcée frontale. Description technique. 15a B-VG EN 14785. mod. LINEA Pellet.

Les poêles à air à granulés de bois à convection forcée frontale. Description technique. 15a B-VG EN 14785. mod. LINEA Pellet. Les poêles à air à granulés de bois à convection forcée frontale Description technique LINEA Pellet - CLESSIDRA - CLASSIC - DUAL - STEEL corps de chauffe poêle LP 6 KW (LP6) 9 KW (LP9) MAX. MIN. MAX. MIN.

Plus en détail

PHOTOVOLTAÏQUE Centrale Raccordée au réseau Cours CR1 : Analyse structurelle 13.10.09

PHOTOVOLTAÏQUE Centrale Raccordée au réseau Cours CR1 : Analyse structurelle 13.10.09 1/ Introduction a/ Problématique Lorsqu un particulier désire mettre en place une alimentation électrique à son domicile, il fait appel à un fournisseur d énergie(edf, ) et un installateur (l électricien)

Plus en détail

TOUT SIMPLEMENT GENIAL LES MODULES SOLAIRES REMPLACENT LES TUILES. Informations Produits

TOUT SIMPLEMENT GENIAL LES MODULES SOLAIRES REMPLACENT LES TUILES. Informations Produits TOUT SIMPLEMENT GENIAL LES MODULES SOLAIRES REMPLACENT LES TUILES Informations Produits INFORMATIONS PRODUITS SOLARWATT SYSTEME EASY-IN SOLARWATT AG 01 SYSTEME INFORMATIONS PRODUITS CONTENU SYSTEME..............

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

SOLUTION CHAUFFAGE & EAU CHAUDE SANITAIRE

SOLUTION CHAUFFAGE & EAU CHAUDE SANITAIRE SOLUTION CHAUFFAGE & EAU CHAUDE SANITAIRE kw 9 12 14 16 Unités Extérieures s s L 200 / 300 200 / 300 200 / 300 200 / 300 Ballon ECS m 2 Panneaux Compatibles Ballon ECS Panneaux Solaires Fiable et très

Plus en détail

FLUX ET RESISTANCE THERMIQUE Compétences et connaissances exigibles. Document 1 : Fiche descriptive de la laine de roche. Document technique

FLUX ET RESISTANCE THERMIQUE Compétences et connaissances exigibles. Document 1 : Fiche descriptive de la laine de roche. Document technique PARTIE COMPRENDRE CH20 TRANSFERTS THERMIQUES FLUX ET RESISTANCE THERMIQUE Compétences et connaissances exigibles Notions de système et d énergie interne. Interprétation microscopique. Capacité thermique.

Plus en détail

Protection incendie dans le bâtiment

Protection incendie dans le bâtiment Protection incendie dans le bâtiment Rev. 20021128 Protection incendie passive 2 Quelques notions sur la protection incendie passive dans le bâtiment. Table des matières 2 Concepts de base Inflammabilité,

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

SolarEdge. Conversion d énergie solaire par systèmes distribués. 2014 SolarEdge

SolarEdge. Conversion d énergie solaire par systèmes distribués. 2014 SolarEdge SolarEdge Conversion d énergie solaire par systèmes distribués 2014 La vision de SolarEdge Être le premier fournisseur au monde d électronique intelligente au niveau du module pour l'industrie PV Accélérer

Plus en détail

Nouveautés de la rentrée 2011 : Viessmann : des équipements d avenir pour les BBC... Mercredi 14 Septembre 2011

Nouveautés de la rentrée 2011 : Viessmann : des équipements d avenir pour les BBC... Mercredi 14 Septembre 2011 Leader du chauffage reconnu pour l avance technologique de ses produits, Viessmann propose des équipements performants et économiques énergétiquement, permettant de satisfaire aux exigences de la RT 2012

Plus en détail

L énergie solaire en région Rhône-Alpes

L énergie solaire en région Rhône-Alpes L énergie solaire en région Rhône-Alpes Les installations photovoltaïques en toiture M in is tè re d e l'é c o lo g ie, d e l'é n e rg ie, d u D é v e lo p p e m e n t d u ra b le e t d e la M e r 1 Les

Plus en détail

La performance au service de l eau et du chauffage

La performance au service de l eau et du chauffage La performance au service de l eau et du chauffage Vous cherchez une solution performante de chauffage et de production d eau chaude sanitaire? L ensemble des questions et la diversité des réponses qui

Plus en détail

ECS TECHNICO-ÉCONOMIQUE. Bailleurs sociaux Programme neuf & Rénovation. habitat collectif

ECS TECHNICO-ÉCONOMIQUE. Bailleurs sociaux Programme neuf & Rénovation. habitat collectif ÉTUDE TECHNICO-ÉCONOMIQUE habitat collectif Bailleurs sociaux Programme neuf & Rénovation ECS 1 er système centralisé de récupération d énergie sur VMC pour production d ECS Autres 20 % Chauffage 30 %

Plus en détail

Flash information : Juin 2010

Flash information : Juin 2010 Flash information : Juin 2010 Comment rendre son logement plus performant Le coût de l énergie, son impact polluant sur notre environnement, nous mènent aujourd hui à favoriser et à développer chez chacun

Plus en détail

CHAUFFAGE AUX PELLETS TYPE SL-P

CHAUFFAGE AUX PELLETS TYPE SL-P CHAUFFAGE AUX PELLETS TYPE SL-P La manière la plus agréable pour chauffer au bois! CHAUFFER EN HARMO- NIE AVEC LA NATURE. Lors de la planification d un chauffage convenable pour sa maison individuelle,

Plus en détail

Pool & Spa Les pompes à chaleur Hydro PRO

Pool & Spa Les pompes à chaleur Hydro PRO Pool & Spa Les pompes à chaleur Hydro PRO Creating Connections Bosta, votre fournisseur pour les articles de piscine Bosta a plus de 60 ans d expérience dans la livraison des systèmes de conduites. Nous

Plus en détail

U D. I D = I so e - 1 - I I. INTRODUCTION

U D. I D = I so e - 1 - I I. INTRODUCTION H7. Photovoltaïsme : énergie solaire I. INTRODUCTION Le soleil est une source d énergie pratiquement inépuisable. La plus grande partie de l énergie utilisée par l homme jusqu à présent a son origine dans

Plus en détail

DÉLIBÉRATION N 2014CR101 DU 12/12/2014 DÉCISION N 2015CP0184 DU 11/07/2015. Micro crédit 0% Transition énergétique

DÉLIBÉRATION N 2014CR101 DU 12/12/2014 DÉCISION N 2015CP0184 DU 11/07/2015. Micro crédit 0% Transition énergétique DÉLIBÉRATION N 2014CR101 DU 12/12/2014 DÉCISION N 2015CP0184 DU 11/07/2015 Micro crédit 0% Transition énergétique Territoire d'intervention : Poitou-Charentes Date de fin de validité du dispositif : 31/12/2017

Plus en détail

Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations

Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations Thème : COMPRENDRE Type de ressources : Activités Documentaires Notions et contenus : transferts d'énergie entre systèmes macroscopiques Compétence travaillée ou évaluée : extraire et exploiter des informations

Plus en détail

LE DESHERBAGE THERMIQUE

LE DESHERBAGE THERMIQUE Repères technico-économiques Le désherbage thermique est une spécificité des systèmes biologiques qui trouve sa place dans des systèmes légumiers. Elle représente un coût important pour l exploitation

Plus en détail

NOUVEAU. Nouvelle languette débordante pour une étanchéité à l air et à l eau maximale ISOLANT MINCE TRISO-LAINE LANGUETTE DEBORDANTE

NOUVEAU. Nouvelle languette débordante pour une étanchéité à l air et à l eau maximale ISOLANT MINCE TRISO-LAINE LANGUETTE DEBORDANTE NOUVEAU LANGUETTE DEBORDANTE Nouvelle languette débordante pour une étanchéité à l air et à l eau maximale ISOLANT MINCE TRISO-LAINE ISOLANT MINCE TRISO-LAINE MAX Un isolant mince unique Isolant à base

Plus en détail

Isolation globale. 1. Maîtriser la consommation d énergie

Isolation globale. 1. Maîtriser la consommation d énergie Isolation globale 1. Maîtriser la consommation d énergie Le confort et l éco-performance d une habitation sont fortement liés à son isolation. Celle-ci doit être homogène et adaptée aux caractéristiques

Plus en détail

Solutions photovoltaïques pour les bâtiments industriels Retour d expériences ENERGIES & CLIMAT

Solutions photovoltaïques pour les bâtiments industriels Retour d expériences ENERGIES & CLIMAT Solutions photovoltaïques pour les bâtiments industriels Retour d expériences ENERGIES & CLIMAT 1 Objet de la présentation Présentation pour 4 types de toitures des solutions techniques photovoltaïque

Plus en détail

FOUSSEMAGNE ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE. Le témoignage du Maire de Foussemagne, Louis MASSIAS.

FOUSSEMAGNE ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE. Le témoignage du Maire de Foussemagne, Louis MASSIAS. FOUSSEMAGNE ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le témoignage du Maire de Foussemagne, Louis MASSIAS. 1 Présentation de Foussemagne Commune du Territoire de Belfort. 984 habitants 512 Ha Population jeune, plus

Plus en détail

EFFICIENCE Choisissez la haute performance Bois Énergie

EFFICIENCE Choisissez la haute performance Bois Énergie EFFICIENCE Choisissez la haute performance Bois Énergie Priorité à la performance énergétique La Réglementation Thermique 2012 et les objectifs de performance énergétique, au cœur des enjeux du bâtiment,

Plus en détail

1 - Réglages des paramètres ARRIVEE D AIR & EVACUATION DES FUMEES

1 - Réglages des paramètres ARRIVEE D AIR & EVACUATION DES FUMEES Préambule : La combustion bois est par nature une chose instable. De très nombreux paramètres naturels viennent influer. Il se peut que suivant la variation de l un ou de plusieurs de ces paramètres votre

Plus en détail

Plafonds en plaques Gyplat à enduire

Plafonds en plaques Gyplat à enduire A04 Plafonds à enduire au plâtre Plafonds en plaques Gyplat à enduire Travaux préparatoires et dispositions générales Les travaux ne doivent être entrepris que dans les constructions dont l état d avancement

Plus en détail

30 %* >> Un investissement gagnant >> Jusqu à 70 % d économies d énergie. >> La planète préservée. << easylife.dedietrich-thermique.

30 %* >> Un investissement gagnant >> Jusqu à 70 % d économies d énergie. >> La planète préservée. << easylife.dedietrich-thermique. SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ 1 er septembre 2014 * sous conditions. Modification du Crédit d Impôt 30 %* En savoir plus sur dedietrich-thermique.fr Alezio Evolution P O M P E À

Plus en détail

Transmetteurs d humidité, de température et de mesure de CO 2 pour le contrôle en climatisation

Transmetteurs d humidité, de température et de mesure de CO 2 pour le contrôle en climatisation GmbH & Co. KG Régulation SAS Fiche technique 907021 Page 1/8 Transmetteurs d humidité, de température et de mesure de CO 2 pour le contrôle en climatisation Mesure de l humidité relative de l air et de

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

La BAO PROMODUL version Pro Expert MI

La BAO PROMODUL version Pro Expert MI La BAO PROMODUL version Pro Expert MI Logiciel de diagnostic et de simulation pour l amélioration de la performance énergétique et du confort thermique dans la maison individuelle La BAO PROMODUL version

Plus en détail

Partie de l usine (HQE) de fabrication des capteurs Air Solaire Grammer Solar à Amberg en Allemagne. Toujours avec la.

Partie de l usine (HQE) de fabrication des capteurs Air Solaire Grammer Solar à Amberg en Allemagne. Toujours avec la. Partie de l usine (HQE) de fabrication des capteurs Air Solaire Grammer Solar à Amberg en Allemagne Toujours TWINSOLAR compact un produit simple 1.3 à 6 m² surface de capteurs Surface habitable de 30 à

Plus en détail

Photovoltaïque. La façade qui fournit du courant Modules esthétiques qui accumule la lumière Utiliser le potentiel de votre façade

Photovoltaïque. La façade qui fournit du courant Modules esthétiques qui accumule la lumière Utiliser le potentiel de votre façade La façade qui fournit du courant Modules esthétiques qui accumule la lumière Utiliser le potentiel de votre façade inspiration security confidence Longévité La façade qui fournit du courant Fabriquer du

Plus en détail

Centrale solaire participative Yverdon-les-Bains

Centrale solaire participative Yverdon-les-Bains Centrale solaire participative Yverdon-les-Bains Séminaire du 27 novembre 2014 Stéphane Thuillard, Service des Energies, Yverdon-les-Bains Agenda! Contexte yverdonnois! Buts et origine de la démarche!

Plus en détail

ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE

ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE Rapport réalisé par ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE Réhabilitation et extension de la maison Bailleul à Toulouse ville, Maison Bailleul

Plus en détail

0820 000 688 info@vigirisk.com

0820 000 688 info@vigirisk.com 0820 000 688 info@vigirisk.com vous invite à lire attentivement cette fiche de tâche et à exécuter l action qui vous incombe dans le délai imparti. «Les constructeurs, propriétaires et exploitants des

Plus en détail

Rénovation énergétique d un pavillon

Rénovation énergétique d un pavillon Rénovation énergétique d un pavillon Centre d intérêt visé: Réduction des consommations énergétiques Objectif pédagogique : Identifier des solutions permettant de réduire la consommation énergétique d

Plus en détail

De la cellule au champ PV

De la cellule au champ PV De la cellule au champ PV 1- De la cellule au module Tous les modules PV, quelque soit leur technologie fonctionnent grâce au même principe : l effet photoélectrique. Je ne vais pas entrer dans les détails

Plus en détail

Solaire thermique et photovoltaïque

Solaire thermique et photovoltaïque Solaire thermique et photovoltaïque Enjeux : (Energétique / patrimoniaux) Lorsque toutes les rénovations énergétiques possibles sur un bâtiment sont réalisées, il peut être intéressant d avoir recours

Plus en détail

Manuel de Formation. Le mode SRA. Chaffoteaux. Système de Régulation Automatique. Parution : 16/07/07

Manuel de Formation. Le mode SRA. Chaffoteaux. Système de Régulation Automatique. Parution : 16/07/07 Manuel de Formation Le mode SRA Système de Régulation Automatique Chaffoteaux Parution : 16/07/07 INDEX 1. GENERALITES SUR LE MODE «SRA»...3 2. ACTIVATION DU MODE «SRA»...3 3. GESTION DE «LA PUISSANCE

Plus en détail

Effet d une rénovation thermique sur la performance acoustique de bâtiments

Effet d une rénovation thermique sur la performance acoustique de bâtiments Effet d une rénovation thermique sur la performance acoustique de bâtiments C. Guigou-Carter, R. Foret, M. Villot and J.-B. Chéné CSTB - Centre Scientifique et Technique du Bâtiment PAGE 1 Introduction

Plus en détail

LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Les critères de performance énergétique des fenêtres aluminium Impact des fenêtres sur la consommation d un bâtiment d

Plus en détail