Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température"

Transcription

1 CEFRACOR 24 Octobre 2013 Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température Omar Al haj ; Véronique Peres ; Eric Serris ; Michel Cournil Ecole Nationale Supérieure des Mines, SPIN-EMSE, CNRS : UMR 5307, LGF, F Saint-Etienne François Grosjean ; Jean Kittel ; François Ropital IFP Energies nouvelles, Rond-point de l échangeur de Solaize BP3, Solaize Projet FUI IREINE (Pole Axelera) Partenaires industriels : IFP, RHODIA, MISTRAS Partenaires académiques : LEPMI(INPG), MATEIS (INSA), LGF (EMSE-SPIN) 1 24/10/2013

2 Sommaire 1. Contexte de l étude 2. Couplage analyse thermogravimétrique / émission acoustique 3. Test de référence : a) Oxydation du Zy 4 à 900 C sous 20 %O 2 b) Oxydation du Zy 4 à 900 C sous 20 % O % air reconstitué 4. Attribution des salves d émission acoustique 5. Conclusion 2 24/10/2013

3 Contexte de l étude Metal dusting: Corrosion catastrophique des alliages à base de Fe-Ni et Co Raffinage du pétrole, pétrochimie et les industries de transformation de l'énergie pour des températures comprises entre 400 C et 700 C et dans des environnements de forte activité en carbone (a c > 1) MD conséquences : Perte locale importante d épaisseur du métal Desintegration des matériaux métalliques (crevasses, piqûres, ) 24/10/2013 3

4 Contexte de l étude Suivi des installations par émission acoustique Associer les signaux d EA aux phénomènes émissifs AVANTAGES: applicable sous diverses conditions environnementales pas d infrastructures lourdes Faible coût pour la mise en place Etude à l échelle laboratoire avec un couplage innovant : TG + EA in situ Etude cinétique + attribution de salves acoustiques aux phénomènes émissifs σ > σ c Couche corrodée Fissures Substrat Corrosion HT Transmission des ondes G.O. Préamplification Acquisition & traitement Filtrage Amplification Traitement Enregistrement 24/10/2013 4

5 ATG & EA H.J.Schmutzler et H.J. Grabke Développement [oxidation d un of metals guide 1993] d onde en alumine : Tige en platine Diamètre de 1 mm D.Renusch and M.Schütze [Surface and coatings technology 2007] -Optimiser la transmission des ondes -Réduire l amortissement des ondes en minimisant le nombre d interfaces K.SATO et al [Journal of the ceramic society of japan 2005] -Guide d onde inerte vis-à-vis de l atmosphère du traitement thermique et de l échantillon -Faible coefficient de dilatation thermique W.Przybilla and M.Schütze (Oxidation of Metals 2002) fils en platine de 1 mm de diamètre de 1 mm 50 cm de longueur soudés sur l échantillon Tubes en alumine Tige en alumine -Optimiser la surface de contact entre le GO / capteurs de l EA et entre échantillon / GO -Position Michael et maintien Schulte de and l échantillon Michael Schütze sur le guide d onde [Oxidation of metals 1999] Tige en quartz + pince en céramique Alumine conserve la forme des ondes avec une faible perte en amplitude et en énergie M.J.Hoffman, et al [Acta Materialia 2001] Cône en laiton (cuivre + zinc) 24/10/2013 5

6 ATG & EA Préamplificateur Thermobalance TAG 24 SETARAM : Capteur piézoélectrique Montage symétrique Fours graphite avec faible inertie. Moufles : tube alumine (diamètre 3 cm) Précision de la balance : 0,5 µg Gamme : 0-100g Canne fantôme inerte et semblable au guide d onde (GO) Support métallique du guide d onde Mesures externes en sortie: Spectromètre de masse Sonde humidité Sonde oxygène Enregistrement simultané de la masse de l échantillon et des signaux d émission acoustique (EA) Canne fantôme Guide d onde 24/10/2013 6

7 TEST DE REFERENCE A HAUTE TEMPERATURE Oxydation d un alliage de zirconium (Zy 4) à 900 C Zr Sn Fe Cr Hf % 1.45 % 0.21 % 0.1 % 0.01 % 1. Oxydation de Zy4 Croissance interne d une couche de ZrO 2 2. ZrO 2 soumise à des contraintes de compression (PBR > 1) ZrO 2 3. Contraintes > contrainte de fracture de zircone 4. Fissuration de la couche de ZrO 2 5. Fissures ondes élastiques transitoires Zr ZrO 2 Fissuration de ZrO 2 Phénomène émissif : salves d EA 24/10/2013 7

8 TEST DE REFERENCE A HAUTE TEMPERATURE Atmosphère Montée en T - T du Durée du palier Vitesse de montée en en palier: sous : palier : isotherme : température et de refroidissement 20% O2 + 80% He 3 L/h - He 900 C 5 heures 15 K/ min 20% O2 + 5 % air + 75 % He 3 L/h - He 900 C 5 heures 15 K/ min Paramètres d EA Seuil d acquisition Pre-trigger Préamplification Vitesse d acquisition 15 db EA 128 µs 60 db EA (0,25 µs) 4 MHz PDT HDT - HLT µs 8 24/10/2013

9 TEST DE REFERENCE A HAUTE TEMPERATURE 20 % O 2 : 7,5 mg/cm² cinétique parabolique (diffusion O 2 dans ZrO 2 ) 20% O % air : 41,5 mg/cm² effet catalytique de l azote (ZrN) thèse M. Lasserre 9

10 TEST DE REFERENCE A HAUTE TEMPERATURE Transition cinétique 20% O 2 :Vitesse décroissante pendant le palier de température 20% O % air : apparition d un accélération cinétique ~ 6000 s 10

11 TEST DE REFERENCE A HAUTE TEMPERATURE Transition cinétique 20% O 2 : Salves EA uniquement au refroidissement 20% O % air : Salves d EA pendant le palier après la transition cinétique & au refroidissement 11

12 TEST DE REFERENCE A HAUTE TEMPERATURE Transition cinétique TT données d EA : Application de filtres pour soustraire le bruit instrumental (essai à blanc) : Amplitude < 18 db EA Energie absolue < 2 aj Fréquence moyenne > 200 khz 1coup 1 µs 12

13 TEST DE REFERENCE A HAUTE TEMPERATURE Transition cinétique 13 24/10/2013

14 Attribution des salves d EA Métallographie d une coupe de Zy4 oxydé sous 20 % O 2 ZrO 2 α-zr α - Zr α - Zr(O) Fissures dans α - Zr(O) α-zr(o) ZrO 2 dense Couche externe dense de ZrO 2 Fissuration de la phase α-zr(o) 14 24/10/2013

15 Attribution des salves d EA Zy4 oxydé sous 20 % O 2 Fissuration de la phase α-zro lors de refroidissement 15 24/10/2013

16 Attribution des salves d EA Métallographie d une coupe de Zy4 corrodé sous 20 % O2 + 5 % air ZrO 2 ZrO 2 dense ZrO 2 poreuse α Zr (O) ZrO 2 α-zr(o) Microstructure post mortem très complexe 1 Fissuration transversale de la couche externe initialement dense de ZrO 2 2 Fissuration transversale et longitudinale de la couche interne poreuse de ZrO 2 3 Fissuration de la phase α-zr(o) 16 24/10/2013

17 Attribution des salves d EA Zy4 oxydé sous 20 % O 2 + 5% air Fissuration de la phase ZrO 2 pendant le palier et pendant le refroidissement 17 24/10/

18 Attribution des salves d EA Traitement en cours : Formes d ondes (Analyse des ondelettes) 18 24/10/2013

19 Attribution des salves d EA Spectroscopie RAMAN in-situ : Explorer Jobin Yvon Laser (λ = 532 nm) Ouverture numérique (NA) = 0,25 Diamètre du faisceau laser = 2,6 µm Profondeur de pénétration du faisceau ~ 1-2µm Cellule chauffante Raman in-situ Observation de la surface d une plaquette de Zy4 sous le microscope : Spectre Raman : uniquement de la zircone monoclinique 19 24/10/2013

20 Analyse RAMAN in-situ de l oxydation de Zy 4 Type Montée en T - T du Palier Vitesse de montée en d échantillon : sous : palier : isotherme : température et de refroidissement Zy4 3 L/h - He 900 C Durée 3 heures 20 % O % He + 5% air 15 K/ min 20

21 Conclusion Couplage ATG/EA performant pour l étude de la corrosion à haute température Couplage ATG & EA fonctionnel : acquisition simultanée de la variation de la masse de l échantillon et des signaux acoustiques in-situ Validation du fonctionnement du guide d onde à température ambiante et à haute température Attribution des salves d EA à des phénomènes émissifs : fissuration pendant l oxydation ou le refroidissement : avantage par rapport aux observations des échantillons post mortem 21 24/10/2013

INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux

INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux INTRODUCTION AUX MÉTHODES D ANALYSE THERMIQUE SETSYS 24 TGA/DTA/DSC/TMA/MS Stéphane Gutierrez professionnel en caractérisation des matériaux LCG/CCM/IMSI/UdeS OBJECTIFS Comprendre les principes de fonctionnement

Plus en détail

de matériaux hétérogènes

de matériaux hétérogènes Caractérisation et modélisation thermique multi-échelle de matériaux hétérogènes Denis ROCHAIS CEA / Le Ripault Caractérisation et modélisation thermique multi-échelle Point commun à de nombreuses études:

Plus en détail

Critères de sélection des matériaux

Critères de sélection des matériaux Critères de sélection des matériaux Quels outils pour faire le meilleur coix? Jean Colombani 04 7 44 85 70 jean.colombani@univ-lyon1.fr Laurent Joly 04 7 43 6 11 laurent.joly@univ-lyon1.fr Vittoria Piscedda

Plus en détail

Projet NOREV. Michel Gaubil Saint Gobain CREE Nantes le 15 octobre 2013

Projet NOREV. Michel Gaubil Saint Gobain CREE Nantes le 15 octobre 2013 Projet NOREV Michel Gaubil Saint Gobain CREE Nantes le 15 octobre 2013 NOUVEAUX RÉFRACTAIRES VERRIERS ANR -06-MAPR-0014-01 Michel Gaubil Les partenaires du projet MistrasGroup NOREV : les objectifs scientifiques

Plus en détail

Méthodes thermiques d analyse

Méthodes thermiques d analyse UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOK Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca Département de B.M.F. Méthodes thermiques d analyse Pr Khalil EL GUERMAÏ Méthodes Thermiques d Analyse 1)- Introduction 2)- Analyse

Plus en détail

STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS

STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS Production d impulsions d laser nanosecondes en régime déclenché Directeur de Recherche au CNRS Responsable de l Équipe Lasers Solides et Applications (ELSA)

Plus en détail

SCIENCES DES MATÉRIAUX 1/7

SCIENCES DES MATÉRIAUX 1/7 SCIENCES DES ATÉRIAUX / EENTO SCIENCES DES ATÉRIAUX SCIENCES DES ATÉRIAUX / Grandeur STRUCTURES CRISTALLOGRAPHIQUES ET PROPRIETES PHYSIQUES asse volumique r (g.cm - ) Température de fusion ( C) Coeficient

Plus en détail

Etude par imagerie Raman de l oxydation et de la nitruration sous air à haute température de gaines de Zircaloy-4

Etude par imagerie Raman de l oxydation et de la nitruration sous air à haute température de gaines de Zircaloy-4 Etude par imagerie Raman de l oxydation et de la nitruration sous air à haute température de gaines de Zircaloy-4 I. Idarraga a, M. Mermoux b, A. Crisci c, C. Duriez a, J.P. Mardon d a IRSN, Centre de

Plus en détail

Avantages du soudage Laser

Avantages du soudage Laser Avantages du soudage Laser Par rapport au rivetage - gain en masse 8 à 1% - gain en maintenance (fatigue, corrosion ) - coût réduit de 15% Avantages du Laser YAG - transport d énergie par fibre optique

Plus en détail

Comportement d alliages de cuivre pour chambres de combustion soumis à des cycles d oxydation-réduction.

Comportement d alliages de cuivre pour chambres de combustion soumis à des cycles d oxydation-réduction. Comportement d alliages de cuivre pour chambres de combustion soumis à des cycles d oxydation-réduction. Benoît LEFEZ, Béatrice Hannoyer Université de Rouen, GPM UMR 6634 CNRS CRT Analyses et Surface,

Plus en détail

Intervenants : C. Tessier, L. Gaillet / Division MACOA. Date : 06 mai 2004

Intervenants : C. Tessier, L. Gaillet / Division MACOA. Date : 06 mai 2004 Détection de la corrosion et du frottement de fils rompus par Émission Acoustique (EA) Intervenants : C. Tessier, L. Gaillet / Division MACOA Date : 06 mai 2004 Contexte Câbles = éléments structuraux fondamentaux

Plus en détail

Les apteurs de Vibrations

Les apteurs de Vibrations Page Les apteurs de Vibrations mis en perspective Philippe VERVOORT Capteurs Page Vibration : Définition Page D Mouvement (phénomène mécanique) Paramètres vibratoires (1) Page Mouvement vibratoire x(t)

Plus en détail

Modem fibre optique ODW-631

Modem fibre optique ODW-631 Modem fibre optique ODW-631 RS-422/485 vers Fibre Optique, application point à point L ODW-631 est conçu pour des connexions point à point entre réseaux et équipements dotés d'une interface RS-422/485.

Plus en détail

Hightech by Gerster.

Hightech by Gerster. Hightech by Gerster. Hightech by Gerster: Le spécialiste. Les produits fabriqués en acier, fonte, aluminium ou métaux non ferreux, se comptent par milliers. Les exigences en matière de sécurité, de fiabilité,

Plus en détail

Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision.

Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision. Matériaux 2014 Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision. Alain PROUST, Jean Claude LENAIN, Thierry FAURE -

Plus en détail

db Vib GROUPE Le groupe est composé de trois sociétés indépendantes et complémentaires L expertise dynamique Ingénierie au service des industriels

db Vib GROUPE Le groupe est composé de trois sociétés indépendantes et complémentaires L expertise dynamique Ingénierie au service des industriels db Vib GROUPE Le groupe est composé de trois sociétés indépendantes et complémentaires L expertise dynamique Prestations de service, expertise, essais, maintenance et formation Ingénierie au service des

Plus en détail

CAPTEURS ELECTROMAGNETIQUES A BASE DE CRISTAUX MAGNONIQUES POUR DES APPLICATIONS DANS LES DOMAINES DU CND ET BIOMEDICAL

CAPTEURS ELECTROMAGNETIQUES A BASE DE CRISTAUX MAGNONIQUES POUR DES APPLICATIONS DANS LES DOMAINES DU CND ET BIOMEDICAL Journées Scientifiques 2015 de l URSI SONDER LA MATIÈRE PAR LES ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES CAPTEURS ELECTROMAGNETIQUES A BASE DE CRISTAUX MAGNONIQUES POUR DES APPLICATIONS DANS LES DOMAINES DU CND ET BIOMEDICAL

Plus en détail

Surveillance. & mesure. Appareils de surveillance vibratoire continue p. 55. Capteurs de vibration p. 56

Surveillance. & mesure. Appareils de surveillance vibratoire continue p. 55. Capteurs de vibration p. 56 Surveillance & mesure Appareils de surveillance vibratoire continue p. 55 Capteurs de vibration p. 56 Appareils de surveillance vibratoire périodique p. 57 Logiciels de maintenance conditionnelle p. 57

Plus en détail

La spectroscopie d émission infrarouge : un outil pour sonder les propriétés des matériaux sur plusieurs échelles

La spectroscopie d émission infrarouge : un outil pour sonder les propriétés des matériaux sur plusieurs échelles La spectroscopie d émission infrarouge : un outil pour sonder les propriétés des matériaux sur plusieurs échelles L. del Campo, H. Gomart, D. de Sousa Meneses, B. Rousseau, P. Echegut CEMHTI-CNRS, 1D Av.

Plus en détail

Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages

Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages Nancy 22 mars 2013 Institut Jean Lamour UMR 7198 Historique : Utilisation de matériaux métalliques pour l élaboration

Plus en détail

Assises Européennes du Prototypage Rapide

Assises Européennes du Prototypage Rapide le centre collectif de l industrie technologique belge Assises Européennes du Prototypage Rapide Contrôle de la porosité résiduelle dans les pièces en acier inoxydable fabriquées par rapid manufacturing

Plus en détail

Résonance Acoustique BF Spectroscopie US

Résonance Acoustique BF Spectroscopie US Résonance Acoustique BF Spectroscopie US Eric Auguste CRESCENZO Théorie de la résonance acoustique BF Sous l effet d un choc, une pièce se met à vibrer selon plusieurs modes de vibrations et de façon indépendante

Plus en détail

Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins

Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins Page 1 sur 6 Matériaux utilisés dans la conception de disques de freins Introduction Un véhicule en mouvement possède une énergie cinétique, fonction de la masse et de la vitesse, soit E = 1/2 m v 2. Le

Plus en détail

Traitements thermiques des aciers. I - Traitements volumiques

Traitements thermiques des aciers. I - Traitements volumiques I - Traitements volumiques 1 Trempe C est un traitement thermique de durcissement consistant à chauffer la pièce à une température supérieure à la ligne de transformation fer α fer γ (austénisation), puis

Plus en détail

Mode d emploi 559 938

Mode d emploi 559 938 06/05-W97-Iv/Sel Mode d emploi 559 938 Détecteur d énergie de rayonnement X (559 938) 1 Détecteur d énergie de rayonnement X 2 Porte-capteur 3 Ecran d atténuation 4 Cible d étalonnage 5 Tige avec filetage

Plus en détail

CAPTEURS POUR APPLICATIONS AUX DOMAINES INERTIELS

CAPTEURS POUR APPLICATIONS AUX DOMAINES INERTIELS CAPTEURS POUR APPLICATIONS AUX DOMAINES INERTIELS 0 RAPPELS SUR L INERTIE ET SES SENSEURS 1 Guidage, Navigation & Pilotage 3 Grands domaines dans l utilisation des senseurs inertiels La Navigation Quelles

Plus en détail

Contrôle Non Destructif par les Méthodes Acoustique

Contrôle Non Destructif par les Méthodes Acoustique Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche scientifique Centre universitaire de Aïn Temouchent Contrôle Non Destructif par les Méthodes Acoustique S. Hebri La 1 ére Journée d Etude sur les

Plus en détail

Etude, réalisation et caractérisation de résonateurs à ondes élastiques de surface - Application à un capteur de température et de pression -

Etude, réalisation et caractérisation de résonateurs à ondes élastiques de surface - Application à un capteur de température et de pression - Etude, réalisation et caractérisation de résonateurs à ondes élastiques de surface - Application à un capteur de température et de pression - Ali Soltani 1, Abdelkrim Talbi, Jean-Claude Tricot, H. Happy

Plus en détail

IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES

IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES T.T. Nguyen, L. Barandiaran, C. Petuya, J.L. Bruneel, D. Talaga, A. Desmedt* Groupe de Spectroscopie Moléculaire,

Plus en détail

Rencontre nationale trans-réseaux Réseau des mécaniciens Réseau Haute- Pression. Laser et procédés. Présenté par Emmanuelle MIQUET.

Rencontre nationale trans-réseaux Réseau des mécaniciens Réseau Haute- Pression. Laser et procédés. Présenté par Emmanuelle MIQUET. Rencontre nationale trans-réseaux Réseau des mécaniciens Réseau Haute- Pression Laser et procédés Présenté par Emmanuelle MIQUET À Mittelwihr Le 18 novembre 2011 Centre de Ressources Technologiques spécialisé

Plus en détail

Votre partenaire indépendant en spectroscopie optique modulaire

Votre partenaire indépendant en spectroscopie optique modulaire NOS SYSTÈMES RAMAN pour votre application en laboratoire ou en procédés avec des longueurs d ondes d excitation 632 nm ou 785 nm Les systèmes se composent d un spectromètre à très haute sensitivité RAMAN,

Plus en détail

Laser à Cascade Quantique. génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes

Laser à Cascade Quantique. génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes Laser à Cascade Quantique étudié par spectroscopie THz ultrarapide, et génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes Présentation : Simon SAWALLICH Date : Mercredi 14/04/2008

Plus en détail

Table des matières 3. PRINCIPAUX CONSTRUCTEURS DE CAPTEURS DE PRESSION... 9 4. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES... 9. Page 1 sur 9

Table des matières 3. PRINCIPAUX CONSTRUCTEURS DE CAPTEURS DE PRESSION... 9 4. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES... 9. Page 1 sur 9 Table des matières 1. PRÉSENTATION TECHNIQUE DU DISPOSITIF... 2 1.1. LES CAPTEURS À MEMBRANE... 2 1.1.1. Principe de fonctionnement... 2 1.2. LES CAPTEURS À ÉLÉMENT SENSIBLE... 7 1.2.1. Principe de fonctionnement...

Plus en détail

IVUS. Intra-Vascular Ultra-Sound. PCVI 92, Hopital Privé d Antony

IVUS. Intra-Vascular Ultra-Sound. PCVI 92, Hopital Privé d Antony IVUS Intra-Vascular Ultra-Sound PCVI 92, Hopital Privé d Antony L Ultra-Son Un peu de physique : c est une onde mécanique ( à la différence de la lumière ou des RX qui sont des ondes électromagnétiques)

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Comment effectuer des mesures à distance, précises via des capteurs sur fibre optique

Comment effectuer des mesures à distance, précises via des capteurs sur fibre optique Comment effectuer des mesures à distance, précises via des capteurs sur fibre optique Éric MAUSSION National Instruments, Ingénieur d applications Les sujets abordés Principe de la mesure optique Les réseaux

Plus en détail

UNIVERSITE de Liège. Connaissance des Matériaux Métalliques. Laboratoire 1 : Métallographie. LTAS Aérospatiale & Mécanique

UNIVERSITE de Liège. Connaissance des Matériaux Métalliques. Laboratoire 1 : Métallographie. LTAS Aérospatiale & Mécanique UNIVERSITE de Liège Métallurgie et Science des Matériaux LTAS Aérospatiale & Mécanique Connaissance des Matériaux Métalliques Laboratoire 1 : Métallographie Christine BRASSINE 04/366.91.10 C.Brassine@ulg.ac.be

Plus en détail

Projets à connotation Hyperfréquence

Projets à connotation Hyperfréquence Projets à connotation Hyperfréquence H1 - Mise au point d un programme de pilotage d'un banc de caractérisation d'antennes. (1 ou 2 étudiants) Un banc de caractérisation d'antennes est disponible au sein

Plus en détail

Démonstrations de physique, Enseignement secondaire Table des matières

Démonstrations de physique, Enseignement secondaire Table des matières Démonstrations de physique, Enseignement secondaire Table des matières D1 Mécanique D1.1 Caractéristiques communes des corps D1.3 Mouvements linéaires D1.1.1 D1.1.1.1 D1.1.1.2 D1.1.1.3 D1.1.1.4 D1.1.1.5

Plus en détail

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via www.oca.eu/fmillour

Plus en détail

&omme nous l avons déjà signalé, la présence d azote lors de la combustion conduit

&omme nous l avons déjà signalé, la présence d azote lors de la combustion conduit CHAPITRE 4 RESULTATS EXPERIMENTAUX ET DISCUSSIONS &omme nous l avons déjà signalé, la présence d azote lors de la combustion conduit à la formation de différents oxydes d azote, dont 95% existent sous

Plus en détail

LA SONDE A OXYGENE. Grâce à la Sonde λ (Lambda) l air est plus propre!

LA SONDE A OXYGENE. Grâce à la Sonde λ (Lambda) l air est plus propre! LA SONDE A OXYGENE Grâce à la Sonde λ (Lambda) l air est plus propre! LA DEPOLLUTION Nécessité de protéger l environnement et de diminuer les émanations toxiques polluant les agglomérations. 1993: Mise

Plus en détail

Sonde Courant de Foucault à capteurs magnétiques pour le contrôle de matériaux magnétiques

Sonde Courant de Foucault à capteurs magnétiques pour le contrôle de matériaux magnétiques Sonde Courant de Foucault à capteurs magnétiques pour le contrôle de matériaux magnétiques B. Marchand, JM. Decitre, CEA LIST, France T. Sollier, G. Cattiaux, IRSN/DSR/SAMS, Fontenay-aux-Roses, France

Plus en détail

Cours de révision MASC

Cours de révision MASC Cours de révision MASC 1) Décrire les rayonnements émis par un matériau irradié par un faisceau de rayons X. Diffusion élastique Nom et nature du rayonnement diffusés élastiquement Caractéristiques (énergie,

Plus en détail

Antoine BOUBAULT. Postdoctorant CNRS PROMES UPVD

Antoine BOUBAULT. Postdoctorant CNRS PROMES UPVD Antoine BOUBAULT Postdoctorant CNRS PROMES UPVD Introduction Contexte Sortie fluide Récepteur (Matériaux absorbeurs) Entrée fluide Héliostats (Matériaux réflecteurs) Accroissement la durée de vie des matériaux

Plus en détail

Utilisation médicale des ultrasons 2008-09

Utilisation médicale des ultrasons 2008-09 Utilisation médicale des ultrasons 2008-09 Les bases de l échographie Définition des ultrasons Notion d échostructure Pertes d énergie du faisceau Incidence sur le choix de la fréquence : résolution latérale,

Plus en détail

Corrosion des gaines en alliage de zirconium par un mélange air/vapeur d eau à 850 C

Corrosion des gaines en alliage de zirconium par un mélange air/vapeur d eau à 850 C Corrosion des gaines en alliage de zirconium par un mélange air/vapeur d eau à 850 C Programme DENOPI Journée d étude de cinétique hétérogène Compiègne, 16 mars 2017 Mathilde Gestin Direction & Encadrement

Plus en détail

Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM

Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM José Alvarez Laboratoire de Génie Electrique de Paris (LGEP), Gif-sur-Yvette, France Quelques systèmes commerciaux Horiba JY + JPK AFM

Plus en détail

Groupe A «Qualité du service dans le réseau»

Groupe A «Qualité du service dans le réseau» Groupe A «Qualité du service dans le réseau» La démarche de la SGP pour la maîtrise des vibrations en phase d exploitation 28 mai 2014/ Assemblée Nationale Ordre du jour Introduction sur le thème de travail

Plus en détail

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement E 3 E 3 E 3 émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement doc.1 : amplification du rayonnement par émission stimulée dans un milieu actif Milieu doc.2 : schéma de principe

Plus en détail

Sonde lambda. Principe de fonctionnement de la sonde Lambda

Sonde lambda. Principe de fonctionnement de la sonde Lambda Principe de fonctionnement de la sonde Lambda Les sondes Lambda se présentent sous deux types, différenciés par le métal précieux de l'élément qui permet de mesurer la teneur en oxygène des gaz d'échappement.

Plus en détail

BANQUE D'ÉPREUVES DUT-BTS - SESSION 2011 - ÉPREUVE DE GÉNIE CIVIL ET PHYSIQUE DU BÂTIMENT

BANQUE D'ÉPREUVES DUT-BTS - SESSION 2011 - ÉPREUVE DE GÉNIE CIVIL ET PHYSIQUE DU BÂTIMENT BANQUE D'ÉPREUVES DUT-BTS - SESSION 2011 - ÉPREUVE DE GÉNIE CIVIL ET PHYSIQUE DU BÂTIMENT CODE ÉPREUVE : BE-CIVI L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes

Plus en détail

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC Société Française de Thermique 22/01/2010 Design de matériaux à propriétés radiatives fonctionnalisées : de l angström au millimètre MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE

Plus en détail

Une expérience de puce à atomes supraconductrice. Cédric Roux 26/04/2007 - Séminaire des doctorants du LKB

Une expérience de puce à atomes supraconductrice. Cédric Roux 26/04/2007 - Séminaire des doctorants du LKB Une expérience de puce à atomes supraconductrice Cédric Roux 26/04/2007 - Séminaire des doctorants du LKB Puces à atomes Les puces à atomes Système : atomes neutres alcalins, piégés dans un champ magnétique

Plus en détail

Microscopie électronique en. III. Micoscopie analytique

Microscopie électronique en. III. Micoscopie analytique Microscopie électronique en transmission III. Micoscopie analytique Nadi Braidy Professeur adjoint Génie chimique et génie biotechnologique Université de Sherbrooke 8 mars 2011 Plan III. Microscopie analytique

Plus en détail

Turbines à gaz stationnaires: Avancées technologiques Conférence à l Université Pierre & Marie Curie, Paris 8 Octobre 2013

Turbines à gaz stationnaires: Avancées technologiques Conférence à l Université Pierre & Marie Curie, Paris 8 Octobre 2013 Turbines à gaz stationnaires: Avancées technologiques Conférence à l Université Pierre & Marie Curie, Paris 8 Octobre 2013 Michel Moliere : General Electric Plan - Aspects généraux - Systèmes de Combustion

Plus en détail

Dynamique des lasers. Lasers en impulsion

Dynamique des lasers. Lasers en impulsion Dynamique des lasers. Lasers en impulsion A. Evolutions couplées atomesphotons Rappel: gain laser en régime stationnaire Equations couplées atomes-rayonnement Facteur * Elimination adiabatique de l inversion

Plus en détail

Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 2013. Activités et projets. Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques

Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 2013. Activités et projets. Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 213 Activités et projets Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques Les groupes identifiés Bordeaux, Réseau Aquitain sur les Matériaux

Plus en détail

Exemples de Contrôles Métallurgiques sur pièces de série aprés Traitement Thermique

Exemples de Contrôles Métallurgiques sur pièces de série aprés Traitement Thermique Exemples de Contrôles Métallurgiques sur pièces de série aprés Traitement Thermique Patrick JACQUOT Laboratoire Central BODYCOTE Usine de Pusignan (69) 3ème Séminaire Bodycote Air Liquide, Lyon, 18-19

Plus en détail

Innover en mécan mécan qu q e

Innover en mécan mécan qu q e Innover en mécanique 13/03/2014 Séminaire GT7 Commission Fatigue - SF2M Effet des contraintes résiduelles et des contraintes moyennes sur la tenue en fatigue d analyses Techniques des mesures des contraintes

Plus en détail

La technologie PIM. Exemples de pièces obtenues par le procédé PIM

La technologie PIM. Exemples de pièces obtenues par le procédé PIM La technologie PIM Le procédé PIM combine injection plastique et métallurgie des poudres. Il permet la mise en forme de pièce métallique et/ou céramique comme celle de pièce plastique. Exemples de pièces

Plus en détail

Assemblage des métaux. Assemblage des métaux

Assemblage des métaux. Assemblage des métaux Assemblage des métaux La fonction principale d un assemblage est de transmettre correctement des efforts qui peuvent être très importants et qui sont le plus généralement statiques ou quasi-statiques (actions

Plus en détail

Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain.

Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain. Imagerie échographique ultrarapide et élasticité Vers une rhéologie temps réel du corps humain. Mickael Tanter (LOA, ESPCI) Résumé Lors de son séminaire Mickael Tanter nous a parlé d une nouvelle technique

Plus en détail

Tubes pour puits de pétrole et de gaz: modes de dégradation et essais de corrosion. Florian THEBAULT. Dunkerque 18/11/2010

Tubes pour puits de pétrole et de gaz: modes de dégradation et essais de corrosion. Florian THEBAULT. Dunkerque 18/11/2010 Tubes pour puits de pétrole et de gaz: modes de dégradation et essais de corrosion Florian TEBAULT Colloque SF2M Colloque SF2M Dunkerque 18/11/2010 Plan Vallourec & VRA (Vallourec Research Aulnoye) Puits

Plus en détail

COMPRESSEUR ALTERNATIF

COMPRESSEUR ALTERNATIF COMPRESSEUR ALTERNATIF 1. DIAGRAMME D'UN COMPRESSEUR A PISTON 1.1. Compresseur à un étage L'évolution théorique d'un fluide dans le cylindre d'un compresseur à piston est présentée sur la figure 1 en coordonnées

Plus en détail

Propriétés optiques des matériaux : absorption, réflexion, réfraction, dispersion

Propriétés optiques des matériaux : absorption, réflexion, réfraction, dispersion Propriétés optiques des matériaux : absorption, réflexion, réfraction, dispersion Les matériaux utilisés pour réaliser des composants optiques sont ± absorbants (pertes énergétiques selon le trajet Flux

Plus en détail

Contexte. But : Evaluation du comportement en oxydation de 4 alliages industriels. MATERIAUX 2014 Montpellier 24 Novembre

Contexte. But : Evaluation du comportement en oxydation de 4 alliages industriels. MATERIAUX 2014 Montpellier 24 Novembre Caractérisation du comportement en oxydation de 4 alliages commerciaux (RA 602CA ; Inconel 693 ; Manaurite 40XO ; Sumitomo 696) destinés aux applications en atmosphère carburante Lionel Aranda, Léo Portebois,

Plus en détail

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur

TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur TD3 Caractéristiques dynamiques d un capteur 3.1- Caractérisations temporelles 3.1.1- Introduction : réponse d une sonde de température Pt100 Un four est a une température θ F =100 C supérieure à la température

Plus en détail

Laboratoire de Thermodynamique et d Energétique des Fluides LFC CNRS - TOTAL - UPPA UMR 5150

Laboratoire de Thermodynamique et d Energétique des Fluides LFC CNRS - TOTAL - UPPA UMR 5150 Laboratoire de Thermodynamique et d Energétique des Fluides Complexes LFC CNRS - TOTAL - UPPA UMR 5150 Organisation du laboratoire Directeur : P r A. Graciaa Comportement de Phases phase Pr. J.L Daridon

Plus en détail

Vélocimétrie laser à effet Doppler

Vélocimétrie laser à effet Doppler N 782 BULLETIN DE L UNION DES PHYSICIENS 571 par Laurence PONCET Lycée A. de Tocqueville - 50100 Cherbourg 1. PRINCIPE La vélocimétrie laser à effet Doppler est basée sur le décalage de la fréquence de

Plus en détail

ACIER. Dr. Adamah MESSAN. École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) 25/05/2010

ACIER. Dr. Adamah MESSAN. École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) 25/05/2010 ACIER Dr. Adamah MESSAN École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK) Les aciers 1. Propriétés 2. Traitement des aciers 3. Produits et utilisations LES ACIERS 1. Propriétés 1.1 Propriétés physique *Massevolumique:

Plus en détail

TP n 8 : CONTRÔLE DES MATERIAUX

TP n 8 : CONTRÔLE DES MATERIAUX INTRODUCTION Dans le d'un produit (matière première plus ou moins transformé / objet manufacturé), il y a 2 aspects : - un aspect dimensionnel - un aspect matériau (constitution chimique, caractéristiques

Plus en détail

EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE

EXIGENCES A RESPECTER PAR LE DEMANDEUR/TITULAIRE REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF Tubes en polyéthylène pour réseaux de distribution de gaz combustibles, réseaux de distribution d'eau potable, irrigation, industrie, eau non potable et assainissement

Plus en détail

Sondes et capteurs de température série TS-9100

Sondes et capteurs de température série TS-9100 Sondes et capteurs de température série TS-9100 - Fiche produit Référence PB_TS-9100_FR Edition Février 2011 Remplace Juin 2000 Les sondes et capteurs électroniques de température de la série TS-9100 sont

Plus en détail

P O L A R I S AT I O N

P O L A R I S AT I O N P O L A R I S AT I O N P o l a r i s e u r d e P r e c i s i o n e n v e r r e Plébiscité par ses utilisateurs Athermiques, ces polariseurs peuvent être exposés à des faisceaux intenses. La monture à bille

Plus en détail

Etude expérimentale, modélisation et identification de la diffusivité thermique de peintures intumescentes.

Etude expérimentale, modélisation et identification de la diffusivité thermique de peintures intumescentes. Etude expérimentale, modélisation et identification de la diffusivité thermique de peintures intumescentes. Mathieu GILLET 1, Laetitia PEREZ 2, Laurent AUTRIQUE 1,3, Jean-Jacques SERRA 1,* 1 DGA/EHF BP

Plus en détail

Stockage solaire et efficacité énergétique

Stockage solaire et efficacité énergétique Stockage solaire et efficacité énergétique Gilles Fraisse Laboratoire Optimisation de la Conception et Ingénierie de l Environnement CNRS-FRE 3220 Paris, le 21 octobre 2009 Journée : «Stockage de l énergie

Plus en détail

Lasers de puissance. 1 Principe. 2 Types de sources. 3 Applications et machines

Lasers de puissance. 1 Principe. 2 Types de sources. 3 Applications et machines Lasers de puissance 1 Principe 2 Types de sources 3 Applications et machines LASERS DE PUISSANCE : POUR QUOI FAIRE? Les différents procédés laser -1 Densité de Puissance (W/cm²) 10 10 10 9 Choc-laser 100

Plus en détail

La LIBS et l analyse de process

La LIBS et l analyse de process La LIBS et l analyse de process François Fariaut Elisabeth Bouriah-Coindre Ali Fortas IVEA : 9 rue Raoul Dautry - escalier C - 91190 Gif sur Yvette 1 Plan 1. Introduction 2. Différentes techniques d analyse

Plus en détail

DÉBITMÈTRIE DÉBITMÈTRE EN CANAL OUVERT À TECHNOLOGIES MULTIPLES

DÉBITMÈTRIE DÉBITMÈTRE EN CANAL OUVERT À TECHNOLOGIES MULTIPLES FICHE TECHNIQUE DÉBITMÈTRIE DÉBITMÈTRE EN CANAL OUVERT À TECHNOLOGIES MULTIPLES Technologies Bulle à bulle, Ultrason, Vitesse à effet doppler, Vitesse laser sans contact Enregistrement de données multi

Plus en détail

TRAVAILLER SUR ALISE :

TRAVAILLER SUR ALISE : ALISE : UN LASER DE PUISSANCE Alisé (Activité Laser ImpulSionnel pour les Etudes) est un laser de puissance d énergie 100 à 200 Joules. Véritable outil de laboratoire évolutif, Alisé conserve ses caractéristiques

Plus en détail

Etude du Comportement de COlonies de FIssures Courtes en corrosion sous contrainte

Etude du Comportement de COlonies de FIssures Courtes en corrosion sous contrainte Etude du Comportement de COlonies de FIssures Courtes en corrosion sous contrainte J. Bolivar, L. Corré, P. Pineau, M. Frégonèse, J. Réthoré, C. Duret-Thual, Olivier Calonne, P. Combrade, F. Bumbieler,

Plus en détail

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie 4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie a) Classifications b) Microscope métallographique c) Microscope électronique à balayage d) Microscope électronique en transmission e) Diffraction des rayons

Plus en détail

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2 RADIOGRAPHIE Problème Données : constante de Planck : h = 6,62.10-34 J.s masse de l électron : m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u charge élémentaire : e = 1,6.10-19 C célérité de la lumière dans le vide :

Plus en détail

Organisation spontanée d agrégats de Platine et de Cobalt Platine sur graphite.

Organisation spontanée d agrégats de Platine et de Cobalt Platine sur graphite. Organisation spontanée d agrégats de Platine et de Cobalt Platine sur graphite. L. Bardotti, D. Taïnoff, F. Tournus, P. Mélinon, N. Blanc et V. Dupuis Laboratoire de Physique de la Matière Condensée et

Plus en détail

Étude du comportement de l hélium dans le molybdène

Étude du comportement de l hélium dans le molybdène Étude du comportement de l hélium dans le molybdène, Bernard Lavielle : CNRS-CNAB, Gradignan Christophe Viaud, Gaëlle Carlot, : CEA, Cadarache Thierry Sauvage: CNRS-CEMTHI Orléans Nathalie Moncoffre :

Plus en détail

ECOBRIQUE CHANVRE Notre Brique pour l isolation et la construction

ECOBRIQUE CHANVRE Notre Brique pour l isolation et la construction ECOBRIQUE CHANVRE Notre Brique pour l isolation et la construction SOMMAIRE Efficacité Energétique à5 Page 2 Mortier Ecobrique Chanvre Page 6 Brique de Chanvre à 11 Page 7 Fiche Technique Page 12 à 15

Plus en détail

Contrôle dynamique de la surface d onde du «LULI2000»

Contrôle dynamique de la surface d onde du «LULI2000» Contrôle dynamique de la surface d onde du «LULI2000» Ji-Ping Zou, Anne-Marie Sautivet, Luc Martin, Christian Sauteret Laboratoire pour l Utilisation des Lasers Intenses (LULI), Unité Mixte Ecole Polytechnique-

Plus en détail

- Constat -Concept - Technologies - Architecture - Performances - Quelques exemples -Conclusion. Rugosité multi-échelles

- Constat -Concept - Technologies - Architecture - Performances - Quelques exemples -Conclusion. Rugosité multi-échelles - Constat -Concept - Technologies - Architecture - Performances - Quelques exemples -Conclusion Rugosité multi-échelles Le Constat La société EOTECH est à l origine une société de distribution de matériels

Plus en détail

Ondes élastiques & Acoustique. Fabrice Sincère (version 4.0.5) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere

Ondes élastiques & Acoustique. Fabrice Sincère (version 4.0.5) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere Ondes élastiques & Acoustique Fabrice Sincère (version 4.0.5) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere 1 1-1- Introduction : classification des ondes acoustiques Sons audibles : 20 < f < 16 000 Hz (bande

Plus en détail

Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses

Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses Groupe d'étude des Matériaux Hétérogènes Rôle de l humidité sur les propriétés thermiques et électriques de zircones poreuses Mouna Zouaoui, Benoit Nait-Ali, Nicolas Glandut, David Smith SFT Journée thématique

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Les dispositifs à ondes élastiques de surface (SAW): Du matériau aux microsystèmes

Les dispositifs à ondes élastiques de surface (SAW): Du matériau aux microsystèmes Les dispositifs à ondes élastiques de surface (SAW): Du matériau aux microsystèmes Omar ELMAZRIA, Equipe Micro et nanosystèmes Institut Jean Lamour (IJL), UMR 7198 Nancy University CNRS; France, 2 Plan

Plus en détail

Mise en forme des matériaux composites

Mise en forme des matériaux composites Mise en forme des matériaux composites Michel Vincent Cemef Mines ParisTech UMR CNRS 7635 Sophia Antipolis France CACEMI CA05 15 novembre 2007 Dimensionnement des structures composites 1 Introduction &

Plus en détail

EXERCICE 2 : ET VOGUE MON BATEAU! (6points)

EXERCICE 2 : ET VOGUE MON BATEAU! (6points) Polynésie 2009 http://labolycee.org EXERCICE 2 : ET VOGUE MON BATEAU! (6points) Les cinq parties sont indépendantes. 1. Corrosion humide du fer. Les coques de nombreux bateaux sont fabriquées en acier

Plus en détail

CONTRAM Détermination du tenseur des contraintes par spectroscopie Raman polarimétrique résolue spatialement

CONTRAM Détermination du tenseur des contraintes par spectroscopie Raman polarimétrique résolue spatialement CONTRAM Détermination du tenseur des contraintes par spectroscopie Raman polarimétrique résolue spatialement R. Ossikovski, LPICM - Ecole Polytechnique Journées Nationales Nanosciences et Nanotechnologies

Plus en détail

Mesure de température. électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit :

Mesure de température. électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit : Mesure de température Définitions : L élévation de la température dans une matière est l agitation des électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit

Plus en détail

L anodisation. en milieu sulfurique

L anodisation. en milieu sulfurique Les traitements de surface de l aluminium et de ses alliages L anodisation en milieu sulfurique A.Steyer AVANT-PROPOS. L ensemble des opérations devant concourir à l accomplissement de l anodisation en

Plus en détail

CHAPITRE 5 TRAITEMENTS DE SUIRFACES. Contenu : Traitement par voie mécanique Traitement par voie thermique Traitement par voie thermochimique

CHAPITRE 5 TRAITEMENTS DE SUIRFACES. Contenu : Traitement par voie mécanique Traitement par voie thermique Traitement par voie thermochimique CHAPITRE 5 TRAITEMENTS DE SUIRFACES Contenu : Traitement par voie mécanique Traitement par voie thermique Traitement par voie thermochimique Plan du cours Objectifs généraux Etablir un processus expérimental

Plus en détail

Bases physiques de l échographie

Bases physiques de l échographie Bases physiques de l échographie Principes généraux Propriétés des ultra-sons Interactions des ultra-sons avec les tissus : 1) Réflexion 2) Diffusion 3) Réfraction 4) Atténuation Construction de l image

Plus en détail