PLAN STRATEGIQUE DE L`HOPITAL KIZIGURO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN STRATEGIQUE DE L`HOPITAL KIZIGURO 2012-2018"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU RWANDA DISTRICT DE GATSIBO HOPITAL KIZIGURO PLAN STRATEGIQUE DE L`HOPITAL KIZIGURO JUIN 2012-JUIN 2018 Avril 2013

2 NOTE: Ce document a été élaboré à partir guidelines de planification sectorielle décentralisée, et en particulier du guideline de planification hospitalière selon la méthodologie du projet d'établissement préconisé par le Ministère de la Santé pour organiser la planification stratégique hospitalière

3 1.1.TABLE DE MATIERE 1.2.LISTE DES FIGURES LISTE DES TABLEAUX PREAMBULE SIGLES ET ABREVIATIONS RESUME EXECUTIF... 9 II.3.analyse interne (de l hopital) II.3.1.histoire de l implantation II.3.2.organisation services ii.3.3.identification activités (écart aux normes) : II.3.4.Ressources humaines (écart aux normes) II.3.4.5Ressources humaines (conditions de travail) II Equipements (écart aux normes) II.3.7.Infrastructures (écart aux normes) II.4.Analyse de la performance de l'hôpital II.4.1.Efficacité clinique et sécurité du patient II.4.2.Attention donnée aux patients II.4.3.Ressources Humaines II.4.4.Analyse du circuit patient II.4.5.Gestion et Gouvernance II.4.6.gestion financière II.5.Analyse problématiques majeures RECOMMANDATIONS IV.RESUME DU BUDGET SUIVI ET EVALUATION LISTE DES FIGURES Figure 1 : Plan de masse P15 3

4 Figure 2 : Arbre à problèmes Support logistique..p25 Figure 3 : Arbre à solutions Support logistique......p26 Figure 4 : Arbre à problèmes logistique : infrastructures inadéquates...p27 Figure 5 : Arbre à solution logistique : renforcer les infrastructures..p28 Figure 6 : Arbre à problèmes - qualité : ameliorer et renforcer la qualite services.p29 Figure 7 : Arbre à solutions - qualité : ameliorer et renforcer la qualite services. P30 Figure 8 : Arbre à problème support administration et finance: non informatisation du système de gestion (clients, finance, pharmacie)...p31 Figure 9 : Arbre à solution support administration et finance: non informatisation du système de gestion (clients, finance, pharmacie)..p32 4

5 1.3.LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Les objectifs soins de l hôpital.p12-13 Tableau 2 : Ressources Humaines (Ecart aux normes)..p15 Tableau 3 : Qualité services...p18 Tableau 4 : Ressources humaines P21 Tableau 5 : Résumé du budget P

6 1.4.PREAMBULE L`Hôpital de Kiziguro a pour mission d améliorer la prise en charge de la population servie en offrant les soins de qualité préventifs, curatifs et promotionnels..la raison d être de cette planification stratégique est de fournir l image claire de l`hôpital pour la période allant de 2012 à 2018, permettant ainsi de faire projections, tenant compte caractéristiques de l environnement écologique, socio- économiques de ses habitants et en se conformant à la reforme politique du système de santé en cours. Ce plan stratégique se révèle comme un instrument de mobilisation fonds et d alignement partenaires au développement derrière les priorités locales tout en servant de guide d orientation futures interventions. La réussite de la mise en application de ce plan stratégique nécessite la collaboration et l implication de tous les concernés soit les prestataires de santé: les autorités de base (du village «umudugudu» au District) qui représentent la population, les autorités cellules, secteurs et du district, les partenaires en santé, ainsi que le Ministère ayant la Santé dans ses attributions. Nous espérons que les volets développés dans ce travail dans différents aspects d intervention sanitaire dans notre hôpital permettront aux autorités nationales et aux partenaires d avoir une meilleure image de nos réalités et problèmes qui se dressent sur le chemin du développement centré sur la bonne santé pour tous. Nous rendons un vibrant hommage ā tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à la réussite de cette planification stratégique

7 1.5.SIGLES ET ABREVIATIONS ARV : Anti Retro Viraux ASC : Agent de Santé Communautaire ASM : Agent de Santé Maternel BK : Banque de Kigali BP : Boite Postale CCC/BCC: Communication pour le changement de comportement, Bihaviour change communication CE : Consultation Externe CPN : Consultation Pré Natale CR: Comptes Rendus CS: Centre de Santé DHS: Demographic Health Survey FOSA: Formation Sanitaire FRW : Francs Rwandais GF: Global Fund HMIS: Health Information System HSSP III: Health Sector Strategic Plan III ICT : Information Communication and Technology IVRI : Infection Voix Respiratoire Inférieure Km : Kilomètre M&E: Monitoring and Evaluation MCH: Maternal Child Health 7

8 MMI : Military Medical Insurance MTN : Mobile Technology Network MUSA : Mutuelle de Santé NCDS: None Communicable Diseases ONG : Organisation Non Gouvernementale PBF: Performance Based Financing PCA : Paquet Complémentaire d Activités PECIME: Prise en charge intégrée maladies de l`enfant PF : Planning Familial PMA : Paquet Minimum d Activités RAMA: La Rwandaise d`assurance Maladie RBC : Rwanda Biomedical Center SGBV: Sexual Gender based violence SIS : Système d Information Sanitaire SWAp: Sector wide Approach TB: Tuberculosis TIGO: Transportable integrated Geodetic observatory 8

9 1.6.RESUME EXECUTIF I.6.1.CADRE LOGIQUE ET ALIGNEMENT: Le présent plan stratégique de l`hôpital Kiziguro est inspiré du plan de développement du district de Gatsibo et du plan stratégique du secteur Santé du niveau national (PSSSIII) C est un plan qui guidera le secteur santé du district et tous les intervenants dans ce secteur pendant la période allant de l année Ce plan stratégique contient le cadre logique qui sert comme guide dans les réformes nécessaires enfin d atteindre la vision du Gouvernement du Rwanda qui est celle d améliorer le bien être de la population et réduire la pauvreté. I OBJECTIFS GENERAUX 1. Assurer la dispensation soins secondaires de qualité aux clients de l`hôpital 2. Assurer l`encadrement technique FOSA 3. Assurer la formation pratique stagiaires du cadre médical fréquentant l`hôpital I.6.3. Méthodologie DU PROCESSUS DE PLANIFICATION I Phase d organisation Depuis 2010, le Directeur de l`hôpital, les Titulaires, les Superviseurs, Chefs de Nursing, et l`administrateur de l`hôpital, ont participé à plusieurs réunions d'information et de réflexions sur le thème de la planification hospitalière selon la méthodologie d'établissement à l'initiative du MINISANTE. Dans le souci de garantir la participation de tous les concernés par l élaboration et la mise en œuvre de cette activité les différents acteurs sont consultés ou représentés directement et/ou indirectement : les responsables services,les partenaires au développement, les structures qui offrent les soins de santé primaires (centres de santé), le personnel de l hôpital, les clients & gar-mala, etc. Depuis le début du processus, une communication permanente existe entre les membres du comité de coordination (par téléphone, s ou rencontres de préparation et de travail). Le médecin directeur et l`administrateur Gestionnaire sont les principaux points focaux qui contactent les différents acteurs locaux, organisent et coordonnent le déroulement de tout le processus de planification. I Phase d Analyse L'analyse externe a été réalisée, sous la l`encadrement de la Direction de l'hôpital, par les représentant du secteur privé et public, les responsables programmes de santé dans les FOSA de la zone de rayonnement, les partenaires et les Superviseurs programmes. Elle présente une analyse besoins de santé en fonction de projections démographiques, socio-économiques ainsi qu'une analyse de 2 ou 3 scénarios mettant en scène risques épidémiologiques et environnementaux. 9

10 I Phase de Planification Au cours de cette phase, on a développé : -Un plan stratégique du secteur santé de l`hôpital de Kiziguro qui dégage les objectifs prioritaires ainsi que les stratégies de leur mise en exécution. -Un plan opérationnel annuel qui décrit en détail les activités à mettre en œuvre, le calendrier d exécution, les budgets, les responsables et les indicateurs. Dans ce sens, les ateliers de formation ont également été réalisés et une feuille de route qui précise dans le temps les étapes de planification à venir ainsi que les ressources disponibles grâce à un effort de coordination du MINI- SANTE avec ses partenaires. I CADRE LOGIQUE : Le cadre logique a été adapté au PSSS III à partir de différentes catégories : - Les programmes - Le Système de support - La gouvernance -Offre services I LA MISE EN OEUVRE ET MONITORING DU PLAN STRATEGIQUE - Le plan de mise en œuvre sera développé chaque année avec les indicateurs clés à suivre régulièrement. Les plans d action de différents intervenants (principalement les centres de santé, hôpital et ONG locales et internationales) oeuvrant dans la zone de rayonnement seront collectés et suivis régulièrement. - Les réunions mensuelles de coordination seront organisées avec les institutions sanitaires attachées à l`hôpital pour discuter sur les indicateurs clés du plan d`action, encadrement techniques, les priorités de l`hôpital et les problèmes de différentes formations sanitaires. -Chaque mois, une réunion chefs de services de l`hôpital sera organisée en vue de discuter sur les différents indicateurs clés du plan d`action de l`hôpital I COUT ESTIMATIF Le Mount total estime pour répondre à ce plan stratégique correspond à douze milliards quatre cent trente quatre millions quatre cent cinquante huit quatre cent quatre vingt neuf franc rwandais ( fr) I.7. vision L`hôpital a comme vision de fournir les soins de qualité, intègres, équitables et satisfaisants aux clients, en vue de réduire la morbidité et mortalité. I.8. MISSION Contribuer à l`amélioration du bien être de la population à travers les soins curatifs, préventifs et promotionnels. II.ANALYSE SITUATIONNELLE DE L HOPITAL KIZIGURO II.1. PRESENTATION DE L`HOPITAL DE KIZIGURO 10

11 II.1.1. HYSTORIQUE DE L HOPITAL KIZIGURO. L hôpital de KIZIGURO est l un deux hôpitaux du district de GATSIBO. C est un hôpital agréé qui a été créé en 1985 par le diocèse Catholique de Byumba.Il est situé dans la province de l Est, District de Gatsibo, Secteur KIZIGU- RO. La zone de rayonnement de l hôpital de KIZIGURO fait frontière au Nord avec le District de Nyagatare, à l Ouest avec le District Administratif de Gicumbi, à l Est avec la TANZANIE et au Sud avec le District de KAYONZA. La zone de rayonnement de l hôpital de KIZIGURO sert 11 centres de santé (9 publiques et 2 autres agréés), avec 4 postes de santé, soit une population habitants repartie dans 10 Secteurs, 45 cellules et 391 villages. Si rien n`est fait pour maitriser la démographie, les projections laissent prévoir une population de plus de habitants d`ici Toutefois,il faut noter que les FOSA qui remplissent les normes dans le domaine du personnel, équipement et infrastructures ne représentent que 30 du total Formations de la zone de rayonnement de l hôpital de KIZIGURO. Toutes les FOSA de la zone de rayonnement de l hôpital de KIZIGURO sont reliées par un réseau routier praticable, mais quelque fois escarpée. Néanmoins, l hôpital de District malgré toutes ces FOSA à servir, ne compte que deux ambulances basées à l hôpital et devant assurer la liaison avec toutes les FOSA. Il existe un réseau téléphonique via MTN et TIGO qui fonctionnent. L`hôpital souffre d`une carence de connections au réseau internet et n`est même pas connecte a la fibre optique qui sillonne tout le pays. L hôpital de KIZIGURO compte 12 grands services à travers lesquels les soins sont dispensés (soit le paquet complémentaire d activité hormis le service d`ophtalmologie). II.1.2. SITUATION SOCIO-ECONOMIQUE L`hôpital de Kiziguro dépend économiquement du don du Gouvernement rwandais et partenaires ainsi que recettes propres de l Hôpital provenant soins et services dispensés aux clients L adhésion massive de la population aux mutuelles a consolidé la génération recettes dans les CS et l`hôpital ; surtout que les indigents sont pris en charge dans l adhésion par le MINISANTE (avec l appui du Gouvernement) L économie de la zone de rayonnement de l hôpital KIZIGURO repose sur l agriculture et l élevage intensif. II.1.3.PLAN DE MASSE DE L HOPITAL KIZIGURO 11

12 II.2.ANALYSE EXTERNE II.2.1.DESCRIPTUTION DU DISTRICT DE GATSIBO Le District de Gatsibo résulte du nouveau découpage du pays en 4 Provinces et la ville de Kigali. L actuel District de Gatsibo situé en Province de l Est est délimité à l Est par le Parc National de l Akagera ; au Nord par le District de Nyagatare ; à l Ouest par le District de Gicumbi, au Sud par les Districts de Rwamagana et Kayonza. Sa superficie est de 1585,3 Km2. Il est constitué par la fusion de l ancien District de Humure et Murambi, de 7 secteurs de l ancien District de KIZIGURO, de 4 secteurs de l ancien District de Kahi, de 3 secteurs de l ancien District de Rebero, de 2 secteurs de l ancien District de Rwamiko et de 5 secteurs de l ancien District de Gabiro. Le District de Gatsibo est composé de 14 Secteurs à savoir Gasange, Gatsibo, Gitoki, Kabarore, Kageyo, Kiramuruzi, kiziguro, Muhura, Murambi, kiziguro, Nyagihanga, Remera, Rugarama et Rwimbogo. Il comprend 69 cellules et 602 villages (Imidugudu). Actuellement, La population de Gatsibo est de (District 2012 ) réparties en plusieurs ménages. Le sexe masculin représente 48, le sexe féminin est de 52, les jeunes âgés de moins de 25 ans représentent 60. II.2.2.PROBLEMES DE SANTE ET PRIORITES DU DISTRICT : 12

13 I. Renforcement du système Renforcer supervision intégrée o Renforcer le système de suivi enfants non complètement vaccinés (augmentation couverture vaccinale de 94 à ) o Augmenter l IEC dans la communauté pour diminuer le taux d accouchement à domicile de 35,8 à 15 et augmenter l'accouchement institutionnel à 85. Renforcer l assurance Qualité de l hôpital et Centre de santé du district. Renforcer l organisation et l encadrement général agents de santé communautaires Renforcer l'accès géographique (développer une approche intersectorielle avec Travaux Publics,...): o Renforcer l accès à l eau potable de 64 à o Renforcer l accès à l électricité de 3,1 à 30 o Créer nouveaux Postes de santé dans le secteur de : 2 KIZIGURO, 1 KIRAMURUZI, 1 MURAM- BI, 1 MUHURA, 2 RUGARAMA, 2 KABARORE, 2 GITOKI, 1 KAGEYO, 1 NGARAMA, 1 RWIMBOGO et 1 NYAGIHANGA. o Extension de l hôpital KIZIGURO et NGARAMA, CS NGARAMA, CS KIZIGURO, CS GAKENKE, CS RUGARAMA, CS NYAGAHANGA, CS KIBONDO, RWIMITERERI,CS HUMURE et BUGARURA. o o II. Systèmes de support Construction d un nouveau bâtiment de la pharmacie du district. Renforcer le transfert patients depuis la communauté vers les Hôpitaux de Ngarama, Kiziguro et CHUK Achat d'ambulances médicalisées ( CS KABARORE, CS NYAGAHANGA, CS MUHURA) Réhabilitation 4 routes (Ndatemwa-Muhura-Gasange-Murambi-Kiramuruzi ; Bukomane- Nyagahanga- Kageyo,Remera-Ndatemwa ; Finance-Munini ; Gabiro-Rwangingo -Ngarama) Mise à normes FOSA du District o Adapter progressivement la capacité d accueil FOSA du District de Gatsibo à leurs populations de référence réelles. Augmenter le nombre de lits de 358 à 389 Recruter le personnel manquant dans les FOSA et la Pharmacie de district. Rechercher les fonds pour achat nouveaux équipements : Hôpitaux Kiziguro, CS KIZI- GURO, CS GAKENKE, CS NGARAMA, CS RWIMITERERI, CS BUGARURA, CS HUMURE, CS KABARORE et CS KIBONDO. Renforcer la distribution active médicaments en disponibilisant la maintenance régulière et carburant. Assurance Maladies o Amélioration du fonctionnement services MUSA à tous les niveaux par un système informatisé. o Promouvoir le taux d adhésion au MUSA de 95,8 à. o Réduire les arriérés de remboursements assurances (surtout la MUSA). III. Programmes Renforcer la santé Maternelle et Infantile o Diminuer le taux de mortalité de l'enfant surtout la mortalité nourrissons de 66 à 25, mortalité post natale de 36 à 20 et moins de 5ans de 113 à 50 o Mettre en place mesures pour diminuer la malnutrition chez les enfants jusqu à 3 poids/age. o Améliorer la prise en charge femmes pendant la période pré et post natale dans les FOSA de Gatsibo de 7,1 à 30. Programme de lutte contre la malaria o Renforcer les mesures de prévention de la malaria depuis la communauté vue qu elle est un problème de la région par une supervision régulière et matériels. o Renforcer la prise en charge intégrée maladies de l enfant dans la communauté matériel, encadrement et IEC. o Disponibiliser les médicaments et consommables contre la malaria. Programme de lutte contre la tuberculose o Renforcer l IEC sur la Prévention de la tuberculose o Disponibiliser les médicaments et matériels nécessaires dans la prise en charge de Tuberculose. o Renforcer le succès thérapeutique jusqu à de 85 à 89. o Augmenter le taux de suspections de 75 à

14 Programme de lutte contre le VIH-SIDA o Former le personnel suffisant sur la prise en charge du VIH/SIDA. o Disponibiliser les Anti rétroviraux et autres produits nécessaires comme les tests à. o Réduire la séropositivité jusqu à 2 Programme de lutte contre les maladies non transmissibles o Former le personnel de santé sur la prévention et la prise en charge maladies non transmissibles o Renforcer l IEC sur les causes, la prévention et les facteurs de risques en faveur de la population. II.3.ANALYSE INTERNE (DE L HOPITAL) II.3.1.HISTOIRE DE L IMPLANTATION L hôpital de KIZIGURO est l un deux hôpitaux du district de GATSIBO. C est un hôpital agréé qui a été créé en 1985 par le diocèse Catholique de Byumba.Il est situé dans la province de l Est, District de Gatsibo, Secteur KIZIGU- RO. La zone de rayonnement de l hôpital de KIZIGURO fait frontière au Nord avec le District de Nyagatare, à l Ouest avec le District Administratif de Gicumbi, à l Est avec la TANZANIE et au Sud avec le District de KAYONZA. La zone de rayonnement de l hôpital de KIZIGURO dispose 11 centres de santé (9 publiques et 2 autres agréés) opérationnels. Ceux qui remplissent les normes dans les domaines du personnel, Équipement et infrastructures ne représentent que 30 du total Formations de la zone de rayonnement de l hôpital de KIZIGURO. Toutes les FOSA de la zone de rayonnement de l hôpital de KIZIGURO sont reliées par un réseau routier praticable, mais quelque fois escarpée. Néanmoins, l hôpital de District malgré toutes ces FOSA à servir, ne compte qu une ambulance basée à l hôpital et devant assurer la liaison avec toutes les FOSA. Il existe un réseau téléphonique via MTN et TIGO qui fonctionnent. L hôpital s est procuré Modem mais n a pas de Wireless network connection. L hôpital de KIZIGURO dispose 12 services à travers lesquels les soins sont dispensés, les consultations externes pour les patients ambulants, hospitalisations englobant le paquet complémentaire d activité définie par le Ministère de la Santé ainsi que l encadrement de Centre de Santé. Les objectifs de soins de l hôpital (à cinq ans) Les objectifs de soins expriment le type, la quantité et la qualité services à mettre en place à court et à moyen terme pour répondre à la mission de l établissement compte tenu besoins de santé de la population de référence et normes nationales. La source principale pour déterminer les objectifs de soins est l analyse de situation de l hôpital II.3.2.ORGANISATION DES SERVICES Présentation unités de prestation (services et gestion) : L hôpital de KIZIGURO compte 26 services (Réception/ Orientation ; Consultation externe ; GBV ; Santé mentale ; Physiothérapie ; Pédiatrie ; Nutrition ; Urgences ; Maternité ; Chirurgie ; Stomatologie ; ARV ; Médecine interne ; Laboratoire ; Pharmacie; Maintenance ; Radiologie ; Hygiène/ sante environnementale ; stérilisation /Buanderie ;Gestion données ; comptabilité, facturation ; caisse ; recouvrement ; approvisionnement ; charroi ; relations publiques /sécurité. II.3.3.IDENTIFICATION DES ACTIVITÉS (ÉCART AUX NORMES) : 14

15 L hôpital de KIZIGURO comme un hôpital de district remplit toutes les activités du paquet complémentaire comme prévu par le Ministère de la santé, parmi ses fonctions on peut citer : 1. Les activités de prévention y compris les consultations de check up pour cas référés et les consultations prénatales pour les grossesses à haut risque. 2. La planification familiale pour les cas référés par les centres de santé, y compris la stérilisation masculine et féminine. 3. Les soins curatifs cas référés pour les soins de niveau secondaire, la prise en charge accouchements dystocique ou compliqués, les urgences médicales nécessitant les soins de niveau secondaire chirurgicales, les interventions chirurgicales, les soins hospitaliers, les examens de laboratoire et l imagerie médicale. 4. La gestion dans toutes ses formes soit financière, soit du personnel soit besoins, mobiliers et immobiliers, patrimoine de l hôpital. 5. L encadrement stagiaires qui fréquentent l hôpital. Conclusion L hôpital de KIZIGURO est un hôpital de district qui offre tout le Paquet Complémentaire d Activités malgré son infrastructure vétuste, insuffisante et inadaptée ainsi que un équipement malgré ce qui affecte fois la qualité de soins. II.3.4.RESSOURCES HUMAINES (ÉCART AUX NORMES) Du point de vue personnel la zone de rayonnement compte une pénurie notoire du personnel tant en quantité qu en qualité. Services Nombre disponible Normes Ecarts Chirurgie 1 infirmier sur 2 lits 1infir.sur 4 lits Plus d infirm. /lits Médecine Interne 1 infirmier sur 4 lits 1infir.sur 4 lits Répond aux normes Pédiatrie 1 infirmier sur 4 lits 1infir.sur 3 lits Moins d infirmiers. Maternité 1 infirmier sur 3 lits 1infir.sur 3 lits Répond aux normes Services ambulatoires PVVIH 3 infirmiers 2 infirmiers 1infirmier Pharmacie 5 infirmiers 5 infirmiers 0 infirmiers Urgences-consultation médicale 4 infirmiers 10 infirmiers 6 infirmiers Dentiste Kinésithérapeute Technicien radiographie Santé mentale Psychologue Anesthésiste Infirmiers (288949hab) 237 Médecins L Hôpital est encore loin à remplir les normes requises du personnel. Le nombre d infirmiers et médecins en général ne répond pas aux normes en effet alors qu un infirmier doit prendre en charge 0 personnes et 1 médecin avec personnes dans notre zone, nous comptons un infirmier pour 6170 personnes et un médecin pour personnes. La population cible de l hôpital Kiziguro est de habitants les protections présentent une population de d ici Conclusion : Le personnel médical à l hôpital de KIZIGURO est insuffisant, soit un déficit de 20 médecins et 237 infirmiers pour répondre aux normes que le Ministère de la santé exige pour un hôpital de district. De plus les données de 2010, laissent voir qu un médecin consulte 57 clients par jour en consultation externe alors qu un infirmier s occupe de 55 clients par jour, Selon les normes 1 médecin devrait consulter 16 clients par jour. Bref, il faut noter qu il y a une pénurie grave du personnel qualifié de toute catégorie. II.3.4.5RESSOURCES HUMAINES (CONDITIONS DE TRAVAIL) 15

16 Les conditions de travail du personnel de l hôpital KIZIGURO ne sont pas satisfaisantes ceci est sortie de l entretien qu on a eu avec le personnel. Parmi les causes de cette insatisfaction nous pouvons citer : L horaire de travail ne leur permet pas d avoir une vie privée, les salaires non adaptés aux conditions de vie. Le personnel souhaite avoir un peu de temps libre pour s occuper autrement. L espace de travail insuffisant. Dans les FOSA de notre zone de rayonnement l équipement et matériels techniques sont inadaptés, usés est insuffisants, et leur maintenance n est pas bien assurée. Les dispositifs d'hygiène ne sont pas en place dans tous les services tel que les lavabos pour se laver les mains, savons liqui, essuie main et le cycle de stérilisation à rectifié, etc. Tous ces problèmes augmentent l inquiétude du quant à la qualité soins au contrôle infections nosocomiales et la protection du personne. L insuffisance du personnel en qualité a été identifiée aussi comme l un principaux problèmes de cet hôpital. L instabilité du personnel a été aussi relève serait ce lié aux facteurs de motivation qui restent à améliorer. Les activités de loisir extra professionnel comme les activités sportives, culturelles, visites milieux touristiques, etc. pour motiver le personnel ne sont pas bien développés. La participation dans la gestion et le développement de l hôpital est limitée alors qu ils sont les acteurs clés de la communauté hospitalière. Conclusion : Développer stratégies de motivation du personnel. Mettre en place dispositifs d hygiène dans tous les services. Développer le système de participation du staff au développement de l hôpital Elaborer un plan d extension de réhabilitation de l hôpital. Rendre disponible les équipements nécessaires et assurer leur maintenance régulière. Promouvoir opportunités de logement, transport. Promouvoir activités de loisirs extra professionnelles. Elaborer un plan durable de renforcement capacités à court à long terme II EQUIPEMENTS (ÉCART AUX NORMES) Taux d équipement : L'hôpital de KIZIGURO possède 86 lits qui doivent servir personnes de sa zone de rayonnement, Soit un lit pour ce qu est déplorable sert personnes alors que les normes nationales disent qu'un lit doit servir mille habitants, celui-ci est un indicateur de sous équipement de l hôpital KIZIGURO. Le nombre insuffisant de lits à l hôpital de KIZIGURO entraîne la promiscuité (Maternité, chirurgie, Pédiatrie et Médecine Interne). Il faut noter une insuffisance notoire équipements médicaux les services les plus touches sont notamment la dentisterie, la kinésithérapie, le salle d opération, le services urgences, la maternité, le laboratoire et services d hospitalisation affecte la qualité soins. Ce qui est à améliorer faute de personnel qualifié et du plan de maintenance préventive. La qualité équipements en place ne répond pas aussi à la qualité souhaitée services, souvent faute de moyens financiers se procurer le matériel de qualité. Et fois les sont acquisitions dons ; donc qui ne respectent pas la qualité désirée. Conclusion : 16

17 Ce nombre lits de l hôpital ne répond pas à la population à servir. De plus, on note une insuffisance de matériels médicaux de base dans la plus part services. Renforcer le service de maintenance car les équipements en panne sont réparés difficilement. L hôpital doit planifier stratégies pour répondre à un problème de pièces de rechange pour les équipements médicaux et présence équipements non utilisables tel que la dentisterie, la kinésithérapie, la salle d opération, urgence, maternité /néonatologie, laboratoire et services hospitalisation. II.3.7.INFRASTRUCTURES (ÉCART AUX NORMES) En général les infrastructures de l hôpital KIZIGURO sont insuffisantes, vétustes et ne remplissent pas les normes pour faciliter l offre services de qualité. Le secteur médico - technique : Bloc obstétrical (salle d accouchement et de travail), bloc opératoire et service de stérilisation sont fonctionnel mais sont inadaptés et ne remplissent pas les normes. Circulation à l intérieur de l hôpital : L hôpital de KIZIGURO est construit de façon que les patients en consultation externe puissent librement circuler dans tous les services alors que les consultations externe devraient rester séparés salles d hospitalisation. Lavage mains : Nous remarquons l absence de lavabos dans beaucoup services cliniques, au point que l on a souvent recours du système au chaque (kandagira ukarabe). Morgue de plus de 2 corps avec frigo fonctionnel : L hôpital ne dispose pas de morgue remplissant les normes si ce n est une petite chambrette de fortune qui ne peut garder que deux cadavres. Les sanitaires : Les sanitaires sont éloignées salles présents salles d hospitalisation. Les normes proposent que chaque salle d hospitalisation devrait avoir ses propres sanitaires cela va diminuer le trajet que le patient fasse pour arriver aux sanitaires et ça diminue aussi la propagation différentes germes microbiens. Les panneaux de signalisations ne sont pas en place. Aspect esthétique : L hôpital ne dispose pas de bacs à fleurs et du gazonnage pour donner un aspect esthétique et agréable faute de l espace. Le terrain de l hôpital est délimité mais la clôture n est pas en bon état, ni en matériaux durables. La sécurité contre l incendie n est pas assurée dans tous les services sauf dans la pharmacie. La cuisine de l hôpital KIZIGURO n est pas bien entretenue pour faciliter aux gar mala de préparer la nourriture. Sa réhabilitation ainsi que l aménagement d une buanderie, sont les priorités pour améliorer les conditions gar-mala. Conclusion Dans son plan stratégique, l hôpital compte étendre et réhabilitation services, si non reconstruire et en respectant les normes d infrastructure d un hôpital de District. Mettre panneaux de signalisation juste à l entrée de l hôpital pour faciliter les clients qui ne sont pas habitués à l hôpital Kiziguro afin de les indiquer la localisation différents services et locaux. Planifier l espace réservée aux bacs à fleur et le gazonnage dans le nouvel hôpital. Programmer les extincteurs dans tous les services pour assurer la sécurité contre l incendie. Construire ou réhabiliter la cuisine gar mala ainsi que leur buanderie. Aménager les toilettes services II.4.ANALYSE DE LA PERFORMANCE DE L'HÔPITAL II.4.1.EFFICACITÉ CLINIQUE ET SÉCURITÉ DU PATIENT Qualité services Du point de vue qualité, l hôpital de KIZIGURO réalise tous les services du Paquet Complémentaire d Activités (PCA) et sa production en 2009, 2010 et 2011 selon le rapport de la ligne de base faite en 2010 témoigne la qualité services offerts. Le tableau ci-sus montre que l hôpital de KIZIGURO connait changements du point de vue 17

18 nombre cas reçus dans les différents services quelques fois on remarque une augmentation cas selon l année, d autres fois une diminution mais l augmentation est en majorité, ceci est dû au fait que la population adhère la Mutuelle de santé et d autres assurances maladies en grande quantité ce qui fait que le patient fait recours à la médecine moderne à chaque fois qu il se sent malade ou mal à l aise. Production de l'hôpital Nombre de lits Nombre de consultation externe Nombre d'hospitalisations Nombre d accouchements Nombre de césariennes Nombre d'actes chirurgicaux Nombre d examens laboratoire Nombre de radiographies Dépenses rapportées aux hospitalisations (Frw) 308,221 99, , Le taux de fréquentation est notoire dans certains services comme les services de consultation externe, la maternité, dentisterie, chirurgie. Cette augmentation serait liée à la qualité services ou personnel qualifié (surtout dans la maternité), à la population sensibilisée et à la réhabilitation et construction progressive de certains services comme la salle d attente de la consultation externe. Malgré tous ces efforts la capacité de l hôpital n arrive pas encore à satisfaire à la demande. Ces défis sont souvent rencontrés dans les services d orthopédie et d ophtalmologie et faute d infrastructures, équipements, personnel qualifié. L absence chambres privées limites l accès patients de classe supérieure. Temps d attente à la consultation externe : Le temps d attente en consultation externe est de 2h29 min, supérieur à la médiane de la Baseline qui est de 2h14min, cela peut être dû au retard dans le staff matinal, un seul médecin en consultation externe et qui doit d abord faire le tour salles avant la consultation mais ce temps peut être aussi long si l on considère que le patient doit encore passer du temps au laboratoire, 2ème consultation, à la pharmacie, facturation, caisse, etc. Durée moyenne de consultation externe : La durée moyenne de la consultation externe à l hôpital KIZIGURO est de 8 min inférieure à la médiane Baseline qui est de 12min mais remarquablement inférieur à la Norme Nationale (30min) cela est parfois du au grand nombre de patients qui fréquentent l hôpital alors que le nombre de médecin est insuffisant ce qui fait que la consultation se fait rapidement pour pouvoir servir tous les patients en attente. Durée moyenne de séjour : La durée moyenne de séjour à l hôpital KIZIGURO tourne autour de la normale (5 jours en général) en comparant avec celle du pays (6 jours en général), sauf la durée moyenne de séjour dans le service de chirurgie qui a été longue en 2008 (12 jours) par rapport aux autres services et ceci est souvent lié aux cas de chirurgie orthopédique qui demandent une longue période de prise en charge, mais les autres services sont dans les normes, cette durée montre que l hôpital de Kiziguro malgré sa capacité faible d accueillir les patients, la qualité est bonne dans les salles d hospitalisation. Un taux court comme tel peut compromettre aussi l efficacité du traitement et préjudiciable au rétablissement du patient. Satisfaction clients sur la qualité : Seulement 62 patients disent qu ils sont satisfaits de la qualité soins qu ils reçoivent à l hôpital de KIZIGURO, un nombre remarquablement inférieur à celui de la MN mais selon nos observations il semble que les clients ne sont pas mieux placés de juger de la qualité soins qu ils méritent et cela fait que parfois ils répondent positivement ou négativement à la question de savoir s ils sont satisfait de la qualité soins / services offerts. Satisfaction du staff sur la qualité : Selon notre sondage 42 du staff de l hôpital de KIZIGURO ne sont pas satisfaits surtout du côté motivation (salaires et primes), l espace de travail, les locaux/salles, l insuffisance moyens de transport, le manque de certains équipements, l insuffisance du personnel, l absence dispositifs d hygiène, etc. Le staff de l hôpital Kiziguro affirme que la qualité peut être largement améliorée en corrigeant les principaux facteurs en cause comme l espace travail, insuffisance d équipements et matériels, en panne, usés ou non adaptés, l irrégularité formations techniques sans oublier les facteurs de motivation. Niveau technologique 18

19 Le laboratoire : L évaluation «PBF» a montré que le laboratoire de l hôpital KIZIGURO fournit résultats de bonne qualité. Cet indicateur reflète que la qualité résultats produits par le laboratoire de l hôpital KIZIGURO est appréciable. Par observation le laboratoire de l hôpital Kiziguro semble bien fonctionnel par rapport aux autres, cette hypothèse est liée à ce que son bâtiment est nouveau, les équipements sont suffisants et de bonne qualité ainsi que le personnel disponible suffisant et qualifié. Le service de radiologie : C est un service assez sollicité mais qui a actuellement difficultés car son appareil est tombé en panne. Ce service se trouve à l intérieur du milieu hospitalier, ce qui engendre difficultés à limiter les mouvements clients ambulants dans le milieu hospitalier. Les salles d opération : La salle d opération de l hôpital de Kiziguro est en activité à 7 du temps. Cette sous utilisation est due à l absence d un chirurgien, aux équipements, les principales interventions chirurgicales qui se fassent à l hôpital de Kiziguro sont Césariennes et d autres qui ne nécessitent pas médecins spécialistes. (Source : Ligne de base de l hôpital de Kiziguro, 2010) Production de soins obstétriques d'urgence complète (SOUC) : L Hôpital exécute régulièrement toutes les fonctions SOUC. Cet indicateur reflète que le niveau technologique de l hôpital dans les services gynéco obstétriques est bon. SONUC consiste à une stratégie d accès aux soins d urgence pour les grossesses à risques de complications, tinées à diminuer la mortalité maternelle et néonatale. Même si l hôpital de KIZIGURO exécute tous les fonctions SOUC, le taux de mortalité maternelle a diminué remarquablement mais la mortalité néonatale reste un peu élevée. Conclusion: La capacité faible de l hôpital demande la planification de construction ou extension de certains services surtout d hospitalisation. Le temps d attente en consultation externe de l hôpital KIZIGURO reste élevée et nécessite stratégies selon la cause pour le diminuer. La salle d opération n est pas séparée du circuit patients ambulants et elle sert toutes les activités chirurgicales sans distinction. Renforcer les stratégies de diminuer le taux de mortalité néonatale. Disponibiliser le personnel médical suffisant pour augmenter la durée moyenne de consultation. II.4.2.ATTENTION DONNÉE AUX PATIENTS Malgré la capacité faible d accueil patients, l hôpital de Kiziguro est un hôpital du niveau de district qui sert une population de presque personnes et attire quelques clients en dehors de sa zone de rayonnement parce que c est un hôpital mieux positionné comparativement à celui de Ngarama du même district. Les clients en général sont satisfaits de leur prise en charge mais pour augmenter la satisfaction patients et assurer leur sécurité, il faut réhabiliter les infrastructures et clôturer entièrement l hôpital. Sécurité patients et leurs biens: Vu les infrastructures inadéquates de l hôpital on ne peut pas guarantir à la sécurité patients et leurs biens car l hôpital en soi n est pas entièrement clotûré pour dire que les mouvements d entrée et de sortie dans l hôpital ne sont pas contrôlés. A l arrivée la presque totalité patients qui viennent se faire soigner dans l hôpital de Kiziguro disent qu il est facile de trouver l entrée de l établissement et la localisation différents services, l accueil et la réception sont aussi bonnes. Hospitalisation : 43 patients ont déclaré trouver le mobilier de la chambre, la propreté, la température et le calme salles d hospitalisation insatisfaisants mais compte tenu de leur niveau d information/instruction, les patients ne sont pas les mieux placés pour juger de la qualité services d hospitalisation, car leur jugement et l appréciation sont souvent faits par rapport à leur milieu habituel. Les lits sont serrés, il y a même les patients qui dorment sur terre au cas où les lits sont finis, il y a aussi un problème d eau et sanitaires dans les salles d hospitalisation. 19

20 La relation avec le personnel soignant : 38 patients ne sont pas satisfait de la relation qu ils ont avec le personnel soignant (autre que le médecin) suite à la fatigue et le stress qui poussent parfois le personnel soignant à réagir de manière non satisfaisante envers les patients. Le personnel soignant souvent pressé, ne prend pas le temps de comprendre et de se faire comprendre vu le nombre souvent élevé de clients à servir. L environnement physique de l hôpital : 48 patients ne sont pas satisfait de l environnement physique de l hôpital et cela peut être dû à ce que l hôpital semble vieilli et que les patients ne trouvent pas un bon environnement physique comparativement à celui qu ils s attendaient voir. Les coûts : La majorité patients disent que les couts sont abordables grâce à la politique nationale de Mutuelle de santé néanmoins ces 15 peuvent appartenir soit : Aux indigents, aux non adhérents à la MUSA ou aux gens qui ont oublié leurs cartes de MUSA et ces gens là payent. Le départ : 11 de patients ne sont pas satisfaits de leur départ, selon les interviews envers les patients, ils disent qu on leur annonce la sortie lors tours salles matinal et les bons de sortis sont disponibilisés tard ce qui est un problème pour les patients qui rentrent loin de l hôpital compte tenu aussi de l inaccessibilité géographique et le moyen de transport non facile à trouver. Conclusion : Pour assurer la sécurité patients l hôpital doit être entièrement clôturé. Planifier l extension salles d hospitalisation. Renforcer la bonne relation entre le personnel soignant et le client. Renforcer les séances d IEC auprès patients et gar mala. II.4.3.RESSOURCES HUMAINES Pour améliorer l organisation du travail en ce qui concerne la charge du travail, le recrutement personnels suffisant (Quantité&Qualité) est incontournable. Pour pouvoir répondre aux besoins de la demande dans les 5 ans à venir il faut formations continues du personnel pour renforcer leur performance et mettre en place un plan de développement professionnel. Pour renforcer la valorisation du travail hors salaire il serait souhaitable de tenir compte sur la motivation, en valorisant l ancienneté (considérer l expérience), faciliter le personnel d acquérir un niveau supérieur, maintenir le PBF, etc. Dynamique de travail : Le personnel de l hôpital de Kiziguro est en général confiant de la façon dont l hôpital est géré mais leur participation au développement de l hôpital est toujours faible. Le personnel aussi trouve que l hôpital ne répond pas aux besoins de sa population souvent dû à sa faible capacité d accueil et infrastructures vétustes. Gestion ressources humaines : Le personnel en soi réclame son insuffisance mais l ambiance de travail est positive et selon eux il y a un bon leadership. Les sources d insatisfaction souvent citées sont la surcharge qui ne correspond pas à la rémunération, 20

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE ET STRATEGIES DE PROTECTION SOCIALE EN AFRIQUE FRANCOPHONE (Cas du RWANDA) Kigali novembre décembre 2005

ASSURANCE MALADIE ET STRATEGIES DE PROTECTION SOCIALE EN AFRIQUE FRANCOPHONE (Cas du RWANDA) Kigali novembre décembre 2005 ASSURANCE MALADIE ET STRATEGIES DE PROTECTION SOCIALE EN AFRIQUE FRANCOPHONE (Cas du RWANDA) Kigali novembre décembre 2005 1 Travail réalisé par : 1. Dr Innocent GAKWAYA : RAMA 2. Dr Charles RUDAKUBANA

Plus en détail

Nombre de supervision/formatio n pratique en PF/CS Approvisionner les CS en produits contraceptifs District Stock out 0

Nombre de supervision/formatio n pratique en PF/CS Approvisionner les CS en produits contraceptifs District Stock out 0 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L'EST DISTRICT DE NYAGATARE HOPITAL DE NYAGATARE Pop: 346726 PLAN OPERATIONNEL DE L'HOPITAL DE NYAGATARE DE JUILLET 2010 A JUIN 2011 Objectifs Résultats atendus Activités

Plus en détail

REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DU NORD DISTRICT DE GICUMBI HOPITAL DE BYUMBA PLAN STRATÉGIQUE 2012-2018

REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DU NORD DISTRICT DE GICUMBI HOPITAL DE BYUMBA PLAN STRATÉGIQUE 2012-2018 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DU NORD DISTRICT DE GICUMBI HOPITAL DE BYUMBA PLAN STRATÉGIQUE 2012-2018 Byumba, Mai 2013 Ce document a été élaboré à partir des guidelines de planification sectorielle décentralisée,

Plus en détail

PLAN STRATEGIQUE DE L HOPITAL DE KIBAGABAGA. (Juillet 2012 JUILLET 2018)

PLAN STRATEGIQUE DE L HOPITAL DE KIBAGABAGA. (Juillet 2012 JUILLET 2018) REPUBLIQUE DU RWANDA MAIRIE DE LA VILLE DE KIGALI DISTRICT DE GASABO HOPITAL DE KIBAGABAGA B.P 6260 KIGALI PLAN STRATEGIQUE DE L HOPITAL DE KIBAGABAGA (Juillet 2012 JUILLET 2018) Juin, 2013 1 SOMMAIRE

Plus en détail

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX

AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX FRANÇAIS (FR) AXES STRATÉGIQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX Au regard des principes généraux des axes stratégiques, la Fondation Rotary considère que : 1. Elle a pour objectifs d optimiser le traitement des dossiers

Plus en détail

Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI

Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI Cadre Infirmier Service Pédiatrie/URENI Ecole - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a pour

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI

Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI Médecin Responsable volet hospitalier - Koulikouro - MALI L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

OBJECTIFS DE LA FORMATION

OBJECTIFS DE LA FORMATION PRESENTATION DU PROGRAMME DE FORMATION DES ACTEURS MEDICAUX HUMANITAIRES DE LA VIM S CHARGES DES INTERVENTIONS D ASSISTANCES HUMANITAIRE DANS LES SITUATIONS DES URGENCES EPIDEMIOLOGIQUES, DES CATASTROPHES

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas de «Dar Al Oumouma»

Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas de «Dar Al Oumouma» Royaume du Maroc Ministère de la santé Direction de la Population المملكة المغربية وزارة الصحة مديرية السكان Aide à la réduction de la Mortalité Maternelle et Néonatale: Participation Communautaire Cas

Plus en détail

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda!"#$%&'()*"#+," &-).!!/&01&23425,)&6778 Données générales du pays Contexte historique des mutuelles

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

LES MUTUELLES DE SANTE DISTRICT SANITAIRE DE GAKOMA. Le 15/5/2003.

LES MUTUELLES DE SANTE DISTRICT SANITAIRE DE GAKOMA. Le 15/5/2003. 0 LES MUTUELLES DE SANTE DU DISTRICT SANITAIRE DE GAKOMA. Le 15/5/2003. 1 PRESENTATION DU DOCUMENT SUR LES MUTUELLES DE SANTE I. Introduction II. Historique des mutuelles III. Paramètres fondamentaux 1.

Plus en détail

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction

Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Bureau de la coopération suisse au Bénin Réf. : 811.1 Date : 07 09 10 Cadre stratégique pour le champ d activités Santé Introduction Selon l Organisation Mondiale de la Santé «la santé est un état complet

Plus en détail

INTEGRATION DES SOINS DE SANTE BUCCO-DENTAIRES PRIMAIRES DANS LES ACTIVITES DES CENTRES DE SANTE ET DE PROMOTION SOCIALE (C.S.P.S.

INTEGRATION DES SOINS DE SANTE BUCCO-DENTAIRES PRIMAIRES DANS LES ACTIVITES DES CENTRES DE SANTE ET DE PROMOTION SOCIALE (C.S.P.S. REGION DES HAUTS-BASSINS BURKINA FASO ----------------------- ---------------- DIRECTION REGIONALE DE LA SANTE Unité - Progrès - Justice ----------------------- Cellule de Santé Bucco-dentaire INTEGRATION

Plus en détail

ASSOCIATION DES DISTRICTS ET VILLE POUR L AMELIORATION DE LA SANTE

ASSOCIATION DES DISTRICTS ET VILLE POUR L AMELIORATION DE LA SANTE REPUBLIQUE DU RWANDA ASSOCIATION DES DISTRICTS ET VILLE POUR L AMELIORATION DE LA SANTE PROVINCE DE CYANGUGU ADVAS/ CYANGUGU BILAN D UNE ANNEE DE FONCTIONNEMENT DES QUATRE MUTUELLES DU DISTRICT DE SANTE

Plus en détail

REPUBLIQUE DU RWANDA MINISTERE DE LA SANTE VILLE DE KIGALI DISTRICT DE GASABO HOPITAL DE KIBAGABAGA PLAN D'ACTION 2010-2011

REPUBLIQUE DU RWANDA MINISTERE DE LA SANTE VILLE DE KIGALI DISTRICT DE GASABO HOPITAL DE KIBAGABAGA PLAN D'ACTION 2010-2011 REPUBLIQUE DU RWANDA MINISTERE DE LA SANTE VILLE DE KIGALI DISTRICT DE GASABO HOPITAL DE KIBAGABAGA PLAN D'ACTION 2010-2011 N0 Objectif Resultats attendues Intervention stratégique Indicateurs Activités

Plus en détail

AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE

AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE LE PROGRAMME DE TELEMEDECINE AIDER AU RENFORCEMENT DE LA COOPERATION MEDICALE A DISTANCE EN AFRIQUE : UN DEFI DU CLUB SANTE AFRIQUE OBJECTIFS DU MILLENAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT N 4-5-6-8 1 CFAO : Membre

Plus en détail

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base

EVALUATION FINALE MLI/016. Programme d Appui à la Santé de Base EVALUATION FINALE MLI/016 Programme d Appui à la Santé de Base FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Mali Programme d Appui à la Santé de Base PASAB MLI/016 Version

Plus en détail

FOSA : C S x _ Plan _d Affaires _FR.doc District : GASABO

FOSA : C S x _ Plan _d Affaires _FR.doc District : GASABO FOSA : C S x _ Plan _d Affaires _FR.doc District : GASABO Pour des centres de santé contractés pour le financement basé sur la performance District GASABO Nom du centre de Santé x. Population de rayonnement

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * *

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * République du Sénégal Ministère de la Santé et de l Action Sociale Direction Générale de la Santé Direction des Laboratoires Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * PLAN DE FORMATION DES PERSONNELS

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE DE L ESSONNE Boulevard des Champs-Élysées 91024 ÉVRY Mars 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section Q Division 86

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section Q Division 86 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section Q Division 86 Section Q : SANTÉ HUMAINE ET ACTION SOCIALE Cette section comprend les activités liées à

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

La situation du Rwanda

La situation du Rwanda L ASSURANCE - MALADIE OBLIGATOIRE La situation du Rwanda Par : Dr Innocent GAKWAYA : RAMA Mme Gisèle GATARIKI : Ministère des Finances et de la Planification Economique Mr Hertilan INYARUBUGA : Ministère

Plus en détail

DEFINITION DE LA FONCTION ASSISTANT EN LOGISTIQUE

DEFINITION DE LA FONCTION ASSISTANT EN LOGISTIQUE Août 2002 DEFINITION DE LA FONCTION ASSISTANT EN LOGISTIQUE Réalisation : Direction Département infirmier 1 A. DESCRIPTION DU CONTENU DE LA FONCTION 1. Utilité de la fonction - Mission générale Selon la

Plus en détail

Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo

Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE Secrétariat Général PROGRAMME NATIONAL DES COMPTES NATIONAUX DE LA SANTE «PNCNS» Résultats des Comptes de la Santé 2012 en RD Congo Pr ELOKO

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification.

Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans le cadre de sa certification. 2èmes Journées Internationales Francophone de Stérilisation 12 et 13 Septembre 2014 Marrakech - Maroc Processus d amélioration de l unité centrale de stérilisation d une clinique privée tunisienne dans

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

QUESTIONNAIRE adressé aux élus locaux (Maires et Conseillers municipaux) A remplir par l enquêteur. Nom de l enquêteur.

QUESTIONNAIRE adressé aux élus locaux (Maires et Conseillers municipaux) A remplir par l enquêteur. Nom de l enquêteur. MUTUELLE de SANTE COMMUNALE QUESTIONNAIRE adressé aux élus locaux (Maires et Conseillers municipaux) (s entretenir avec les conseillers chacun dans son village d origine) A remplir par l enquêteur Identifiant

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

Association ONLUS Savona au coeur de l Afrique

Association ONLUS Savona au coeur de l Afrique Association ONLUS Savona au coeur de l Afrique PROJET DE COOPERATION INTERNATIONALE DE SANTE Mama ti ngo ( Femme enceinte en langue sangho) Création d une mutuelle de santé pour les soins aux femmes en

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE BEAU SOLEIL

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE BEAU SOLEIL COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA CLINIQUE BEAU SOLEIL 119 avenue de Lodève 34000 - MONTPELLIER Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Bilan des activités Esther et perspectives dans le cadre APPS Partenariat ESTHER- CHU de BORDEAUX- OMS Colloque Geres/ESTHER/ISSA Lomé, Togo

Plus en détail

ANALYSE DE LA SITUATION DISTRICT DE NGORORERO HÔPITAL DE KABAYA

ANALYSE DE LA SITUATION DISTRICT DE NGORORERO HÔPITAL DE KABAYA REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICT DE NGORORERO ANALYSE DE LA SITUATION DISTRICT DE NGORORERO HÔPITAL DE KABAYA Plan Stratégique du secteur santé 2012-2018 Juin 2013 1 TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Stratégies pour la mise en place des tarifs dans les Fosas - Rwanda

Stratégies pour la mise en place des tarifs dans les Fosas - Rwanda H* D* P* asbl HEALTH, DEVELOPMENT & PERFORMANCE Stratégies pour la mise en place des tarifs dans les Fosas - Rwanda Habineza Christian HDP 14/02/2011 Plan Historique : PBF au Rwanda Organisation des fosas

Plus en détail

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE Norme INEE #1 sur la Participation communautaire : la participation Les membres des communautés

Plus en détail

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)?

4. Comment la maladie est-elle transmise à l homme? 2. Les composantes des soins de santé primaires : 1. Qu est-ce que l Initiative de Bamako (IB)? GENERALITES SUR : SANTE et MALADIE SOINS de SANTE PRIMAIRES (SSP) INITIATIVE de BAMAKO (IB) Objectifs généraux Au terme de ce module de formation, les participants devraient être capables de: Comprendre

Plus en détail

Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif

Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif CONTEXTE - EPIDEMIOLOGIQUE Pires paramètres épidémiologiques de l hémisphère occidental Mortalité infantile 0-5ans: 73 décès /1000 naissances vivantes

Plus en détail

Sommaire. Les ateliers. Plan de la visite du circuit Patient p 4 & 5 Présentation du circuit Patient p 6 à 11

Sommaire. Les ateliers. Plan de la visite du circuit Patient p 4 & 5 Présentation du circuit Patient p 6 à 11 Sommaire Le circuit Patient Plan de la visite du circuit Patient p 4 & 5 Présentation du circuit Patient p 6 à 11 Le circuit Logistique Plan de la visite du circuit Logistique p 12 & 13 Présentation du

Plus en détail

haute école catégorie paramédicale

haute école catégorie paramédicale haute école catégorie paramédicale Bachelier en Soins Infirmiers Spécialisation en Pédiatrie Spécialisation en Santé communautaire Spécialisation en Salle d opération Spécialisation interdisciplinaire

Plus en détail

Position de l ADC sur le financement provincial des services de dentisterie dans les hôpitaux et de la formation en médecine dentaire

Position de l ADC sur le financement provincial des services de dentisterie dans les hôpitaux et de la formation en médecine dentaire Position de l ADC sur le financement provincial des services de dentisterie dans les hôpitaux et de la formation en médecine dentaire Préambule Les programmes de médecine dentaire offerts dans les hôpitaux

Plus en détail

: Médecins du Monde Belgique (MdM BE) : Coordinateur/trice du programme en Santé Sexuelle et Reproductive. : 12 mois. : 1 er janvier 2015

: Médecins du Monde Belgique (MdM BE) : Coordinateur/trice du programme en Santé Sexuelle et Reproductive. : 12 mois. : 1 er janvier 2015 Descriptif de poste : Coordinateur de projet en santé reproductive HAÏTI (h/f) ORGANISATION TITRE DU POSTE LOCALISATION DU POSTE DUREE DU POSTE DATE D ENTREE EN FONCTION : Médecins du Monde Belgique (MdM

Plus en détail

1. Informations de fond

1. Informations de fond Les termes de Référence pour le Recrutement d'un Expert international dans la gestion des déchets Solides dans le cadre du "Projet- pilote de renforcement des capacités et de la gestion des déchets solides

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005

ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE. 04250 TURRIERS Juin 2005 COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE CENTRE DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION FONCTIONNELLE DE HAUTE-PROVENCE L EAU-VIVE Le Village 04250 TURRIERS Juin 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...p.3

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM 1 Partie Système d Assurance Maladie Avant la réforme «Performances & Insuffisances» La

Plus en détail

Offre de service. PONYA Système informatique de Gestion pour Hôpital, clinique, polyclinique

Offre de service. PONYA Système informatique de Gestion pour Hôpital, clinique, polyclinique Offre de service PONYA Système informatique de Gestion pour Hôpital, clinique, polyclinique Les besoins propres aux établissements de sante Enregistrer toutes les activités de soins et service pour une

Plus en détail

ATELIER D ÉCHANGE D EXPERTISE

ATELIER D ÉCHANGE D EXPERTISE ATELIER D ÉCHANGE D EXPERTISE PRÉSENTATION DE L'ASSURANCE MALADIE EN MAURITANIE ET DU RÔLE DE LA CNAM DANS SA GESTION Salem OULD MOHAMED EL MOCTAR ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE (AMO) EN MAURITANIE Contexte

Plus en détail

CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL

CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL Programme de formation des professionnels, cadres et dirigeants année 2015 Partenariat Et L Ordre National des Médecins du Sénégal Organisé par : Le Cabinet AOB Consulting,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

SUIVI PAR LE MONITORING DE LA MISE EN ŒUVRE DE L INITIATIVE DE BAMAKO : L EXPERIENCE DU DISTRICT DE HOUNDE

SUIVI PAR LE MONITORING DE LA MISE EN ŒUVRE DE L INITIATIVE DE BAMAKO : L EXPERIENCE DU DISTRICT DE HOUNDE SUIVI PAR LE MONITORING DE LA MISE EN ŒUVRE DE L INITIATIVE DE BAMAKO : L EXPERIENCE DU DISTRICT DE HOUNDE NACOULMA D.*, PETITJEAN F.*, SANOU A.* RESUME Un monitoring semestriel a été réalisé dans les

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

Ensemble pour une Solidarité Thérapeutique Hospitalière En Réseau

Ensemble pour une Solidarité Thérapeutique Hospitalière En Réseau PARTENARIAT ESTHER en Hygiène Hospitalière Coopération entre le CHU de Rennes et 2 hôpitaux de Bujumbura, Burundi Hôpital Prince Régent Charles Centre Hospitalo-Universitaire Kamenge L. SAUNDERS, F. NIYONKURU

Plus en détail

MUTUALITE ET ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE AU BURKINA FASO : Enjeux et Défis

MUTUALITE ET ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE AU BURKINA FASO : Enjeux et Défis MUTUALITE ET ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE AU BURKINA FASO : Enjeux et Défis JUIN 2012 2 SOMMAIRE PREAMBULE L ONG ASMADE œuvre pour promouvoir l accès aux services sociaux de base (Education, Santé, Alimentation)

Plus en détail

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Objectifs : indiquer les objectifs de prévention du Service départemental de Protection Maternelle et

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

I.F.PRO. RABAT Pour répondre à vos ambitions. TRONC COMMUN (1ère année)

I.F.PRO. RABAT Pour répondre à vos ambitions. TRONC COMMUN (1ère année) Spécialisé en Systèmes et Réseaux S intégrer harmonieusement au milieu de travail ; Appliquer des principes, des règles et des méthodes essentiels à la pratique du métier ; Utiliser les outils informatiques

Plus en détail

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE

PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE PLACE DE L ASSURANCE PRIVEE DANS LA MISE EN ŒUVRE D UNE ASSURANCE MALADIE DITE UNIVERSELLE 37 ème Assemblée Générale de la FANAF YAOUDE (CAMEROUN) 23-28 Février 1 ASSURANCE MALADIE 2 - Un des principaux

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section Q Division 86

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section Q Division 86 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section Q Division 86 86 ACTIVITÉS POUR LA SANTÉ HUMAINE Les activités pour la santé humaine décrites dans cette division s'exercent sous des formes variées,

Plus en détail

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays.

Catégorie, secteur de programme et produit Afrique Amériques Asie du Sud-Est Europe Méditerrannée orientale Bureaux de pays. x de x de x de x de x de 1 - Maladies transmissibles 1.1. VIH/SIDA Pacifique occidental Siège x de 1.1.1 Mise en œuvre et suivi de la Stratégie mondiale du secteur de la santé sur le VIH/sida 2011-2015

Plus en détail

ACCÈS AUX SYSTÈMES ET SOINS DE SANTÉ PRIMAIRE

ACCÈS AUX SYSTÈMES ET SOINS DE SANTÉ PRIMAIRE ACTION INTERNATIONALE Novembre 2009 N 3 Accès aux systèmes et soins de santé primaire Emetteur : DROI p.1/6 ACCÈS AUX SYSTÈMES ET SOINS DE SANTÉ PRIMAIRE Un défi pour améliorer l accès à des services de

Plus en détail

Direction générale Organisation des établissements de soins

Direction générale Organisation des établissements de soins Direction générale Organisation des établissements de soins Date 19/07/2007 Annexes Note AR du 26 avril 2007 AR du 19 juin 2007 (art 13 1 ) Objet: AR du 26 avril 2007 modifiant l AR du 23 octobre 1964

Plus en détail

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Décret relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé qui exercent l activité de traitement de l insuffisance rénale chronique par la pratique de l épuration extrarénale

Plus en détail

Titre du poste Poste du superviseur Code fin. : Directeur des programmes de. Santé. Ministère Division/Région Collectivité Lieu

Titre du poste Poste du superviseur Code fin. : Directeur des programmes de. Santé. Ministère Division/Région Collectivité Lieu 1. IDENTIFICATION N o de poste Titre du poste Poste du superviseur Code fin. : Superviseur des programmes de santé Directeur des programmes de santé Ministère Division/Région Collectivité Lieu Santé Baffin

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère: Santé Publique et lutte contre le SIDA Agence nationale d exécution : Cellule Technique Nationale FBP Accès financier aux soins de santé pour la couverture universelle

Plus en détail

AFAFI «Protégeons la santé de la famille»

AFAFI «Protégeons la santé de la famille» Inter-Aide AFAFI «Protégeons la santé de la famille» Programme de Mutuelle de Santé pour les familles des bas quartier de la ville d Antananarivo - MADAGASCAR Objectifs du programme Faciliter l accès aux

Plus en détail

En 2012, le Comité régional a adopté une

En 2012, le Comité régional a adopté une Renforcement des systèmes de santé en vue de la couverture sanitaire universelle En 2012, le Comité régional a adopté une résolution qui approuvait une proposition de feuille de route pour le renforcement

Plus en détail

Commercialisation et privatisation de la santé en Europe

Commercialisation et privatisation de la santé en Europe Commercialisation et privatisation de la santé en Europe 1. Espagne Madrid, mars 2013: un hôpital a ouvert un stand d informations pour la vente de traitements médicaux et chirurgicaux bénins dans une

Plus en détail

REPUBLIQUE DU RWANDA MINISTERE DE LA SANTE HÔPITAL DE KADUHA PLAN STRATÉGIQUE DU SECTEUR SANTE III JUILLET 2012- JUIN 2018

REPUBLIQUE DU RWANDA MINISTERE DE LA SANTE HÔPITAL DE KADUHA PLAN STRATÉGIQUE DU SECTEUR SANTE III JUILLET 2012- JUIN 2018 REPUBLIQUE DU RWANDA MINISTERE DE LA SANTE HÔPITAL DE KADUHA PLAN STRATÉGIQUE DU SECTEUR SANTE III JUILLET 2012- JUIN 2018 Septembre 2012 HOPITAL DE DISTRICT DE KADUHA i TABLE DES MATIERES I. ANALYSE EXTERNE

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE MEDICOCHIRURGICAL PARIS V 36. boulevard Saint-Marcel 75005 PARIS JANVIER 2007 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs

The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs I. Principes directeurs : Soins infirmiers directs 1. Perspectives du patient et de la famille

Plus en détail

TRANSFERT SOCIAL ET SOLIDARITE ENTRE

TRANSFERT SOCIAL ET SOLIDARITE ENTRE TRANSFERT SOCIAL ET SOLIDARITE ENTRE TRAVAILLEURS DE L ECONOMIE INFORMELLE ET DES PME POUR RENDRE ACCESSIBLE UN PRODUIT DE MICRO ASSURANCE SANTE : Cas de la Mutuelle de Sécurité Sociale du Bénin (MSSB)

Plus en détail

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger

Le point sur la couverture du risque maladie au Niger REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LES ENDEMIES Le point sur la couverture du risque maladie au Niger I PLACE ACTUELLE DE L ASSURANCE MALADIE 1. Recensement des dispositions

Plus en détail

Contrat de prestation de soins et services de santé

Contrat de prestation de soins et services de santé MUTUELLE DE SANTE DITE DAMA DE TCHAOUDJO S/C ONG ADESCO BP 322 Sokodé- Togo Tél : 550 09 90 Contrat de prestation de soins et services de santé Entre La mutuelle de santé DITE-DAMA de Tchaoudjo Et L USP

Plus en détail

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E)

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Mai 2002 DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Réalisation : Direction Département infirmier A. DESCRIPTION DU CONTENU DE LA FONCTION 1. Utilité de la fonction - Mission générale Participer à la prise

Plus en détail

Planification familiale et. Cheickna TOURE Directeur Général Adjoint Union Technique de la Mutualité Malienne UTM

Planification familiale et. Cheickna TOURE Directeur Général Adjoint Union Technique de la Mutualité Malienne UTM Planification familiale et assurance santé Cheickna TOURE Directeur Général Adjoint Union Technique de la Mutualité Malienne UTM - Situation sanitaire Plan de présentation -Description des régimes d assurance

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Royaume du Maroc Ministère de la Santé PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Fin du Compte à rebours 2015 Avec l appui de Contexte En souscrivant aux

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

MODES D ORGANISATION DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE. Ch. Bourdallé-Badie, F. Sztark

MODES D ORGANISATION DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE. Ch. Bourdallé-Badie, F. Sztark MODES D ORGANISATION DE LA CHIRURGIE AMBULATOIRE AVANTAGES, INCONVENIENTS Ch. Bourdallé-Badie, F. Sztark D.A.R. 1 - Bordeaux DIU - Alternative à l Hospitalisation Conventionnelle 2005 PREMIERES APPLICATIONS

Plus en détail

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06. Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.1998) Texte coordonné : dernière mise à jour : 08.08.2014 CHAPITRE

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCRÉDITATION. SUIVI DES DECISIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION Octobre 2002

COMPTE RENDU D ACCRÉDITATION. SUIVI DES DECISIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION Octobre 2002 COMPTE RENDU D ACCRÉDITATION Octobre 2001 comportant le SUIVI DES DECISIONS DU COLLEGE DE L ACCREDITATION Octobre 2002 Clinique de la Casamance 33 boulevard des Farigoules 13675 AUBAGNE - 1/ 18- SOMMAIRE

Plus en détail

La Recherche partenariale et la planification locale des services de santé

La Recherche partenariale et la planification locale des services de santé LABORATOIRE DE RECHERCHE SUR LES TRANSFORMATIONS ECONOMIQUES ET SOCIALES (LARTES) La Recherche partenariale et la planification locale des services de santé Abdou Salam FALL (PH D.) Sociologue fallabdousalam@gmail.com

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

CARITAS DEVELOPPEMENT BUKAVU

CARITAS DEVELOPPEMENT BUKAVU CARITAS DEVELOPPEMENT BUKAVU Bukavu, N 203 av. P.E. Lumumba, Tel. +243 976648756 Commune d Ibanda, RD Congo Courriel :Caritas_bukavu@yahoo,fr B.P. 162 Bukavu RAPPORT DES INCIDENTS DU TREMBLEMENT DE TERRE

Plus en détail

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ 19 OCTOBRE 2010 Beatrice Falise Mirat Beatrice.falise-mirat@anap.fr Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Agence

Plus en détail

Activités sanitaires- région de Kidal

Activités sanitaires- région de Kidal Mission Mali 1 Activités sanitaires- région de Kidal 1 S1 à S20 Année 2013 Médecins du Monde - Belgique 2 Plan de l exposé» Contexte» Réponse à l Urgence Sanitaire» Etat des lieux» Paquet d activités mené

Plus en détail