N 24 Le magazine de Ma Nouvelle Mutuelle NOVEMBRE / DÉCEMBRE 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 24 Le magazine de Ma Nouvelle Mutuelle NOVEMBRE / DÉCEMBRE 2013"

Transcription

1 N 24 Le magazine de Ma Nouvelle Mutuelle NOVEMBRE / DÉCEMBRE 2013

2 73% sont pour encadrer les honoraires. 12 % du PIB des français est consacré aux dépenses de santé, soit 230 milliards d euros. 14,5% d augmentation en 2012, de la part des dépenses prises en charge par les organismes complémentaires (principalement les mutuelles). 16 % des français renoncent aux soins soit 10 millions de personnes. 29% des jeunes de moins de 25 ans grignotent très souvent. 53 MINUTES c est le temps moyen quotidien consacré à faire la cuisine en 2010 contre 71 minutes en 1986 N 24 - NOVEMBRE-DÉCEMBRE 2013 Revue trimestrielle de Ma Nouvelle Mutuelle. Agroparc - Route de l aérodrome, CS Avignon cedex 9 /// Tél. : Directeur de la publication : Roland Blanc Éditeur délégué : Critères Conception, rédaction et réalisation : Critères Direction artistique et maquette : Critères Rédacteurs : Valérie Iniesta, Didier Levallois, Critères Révision : Amandine Dedeken Photographies : shutterstock.com (luxorphoto, Junial Enterprises, Anna Hoychuk, Federico Marsicano, Jezper, nito, Visionsi, wavebreakmedia, Aaron Amat, AlenD, Antonio Guillem, Aydin Bacak, Burlingham, FCG, Fotana, Johan Larson, Mariusz Szczygiel, Maxx-Studio, Poznyakov, CandyBox, Paul Schlemmer, Praisaeng, Seleznev Oleg, wasanajai) Imprimé en France (papier sans chlore). Ensemble(s) est édité à exemplaires Abonnement : 4 N de commission paritaire : 0413 M 08215

3 le zoom l œil choqué / l œil touché Trop vite, toujours trop vite... Précipitation, courses incessantes, connexions permanentes, stress nous amènent au burn-out ou à la dépression (voir notre dossier). C est ce que dénonce le street-artiste Levalet, qui n hésite pas à afficher sur les murs de nos villes les petits ou gros travers des contemporains que nous sommes. Souvent drôles et ludiques, les silhouettes réalistes de ce jeune artiste (professeur d art-plastique le jour, street artiste la nuit), nous renvoient le miroir de nos excès. Le syndrome du lapin blanc d Alice au pays des merveilles n est plus réservé aux citadins actifs des métropoles mais à l ensemble de la population. Notre cerveau, soumis au stress permanent, doit s adapter constamment aux multiples sollicitations si bien montrées ci-contre... Mais jusqu à quand? Se mettre à table... Chaque jour à 13 heures, la moitié des Français déjeune... C est ce que révèle l étude de l Insee* sur notre comportement alimentaire. Malgré les facilités croissantes pour manger à toute heure, le temps consacré à l alimentation reste très concentré au moment des trois repas traditionnels, constate l étude. Ainsi le temps dédié à l alimentation augmente à partir de la quarantaine (2h34 par jour en moyenne pour les 60 ans et plus, contre 2h11 pour les moins de 40 ans). Les repas pris chez soi durent plus longtemps. Attachés aux joies de la table, et au synchronisme traditionnel des repas, les Français persistent à apprécier se mettre à table! Pour autant, l étude révèle également un taux d obésité en augmentation régulière... *Étude Insee Le temps de l alimentation en France le magazine mutualiste de M Santé pages 2/3

4 actualités mutuelle Dans l action... CONTRE LA LEUCÉMIE LA RONDE DES VENDANGES Comme chaque année, la MNM était partenaire de la course organisée dans le centre ville de Carcassonne par l'asc Athlétisme le 7 septembre. Cette 23 e édition de la course proposait quelques nouveautés : une course en relais de 3 coureurs et de nouveaux horaires La course a en effet eu lieu de nuit, avec un Bienvenue sur votre AGENCE EN LIGNE Depuis fin janvier, votre espace personnalisé vous permet de consulter vos remboursements et de gérer votre profil en un seul clic! Visite guidée L e nouveau site de Ma Nouvelle Mutuelle a conçu l espace personnalisé comme une agence. Vous y trouvez les mêmes services, sans avoir à vous déplacer : détails de vos garan ties, des soins effectués et des remboursements Assurance maladie et mutuelle, documents à télécharger, demande en ligne de décompte par , demande de carte d adhérent, actualisation de vos coordonnées ainsi qu une boîte aux lettres «Écrire à ma mutuelle», avec la garantie d une réponse en 24h. Deux personnes gèrent les demandes et les transmettent directement au personnel MNM concerné. Comment accéder à ces services? Pour consulter vos décomptes et avoir accès à votre espace personnalisé, vous devez vous connecter sur «accéder à mon compte - Particulier» et effectuer une demande de compte. Cliquez sur «Vous souhaitez recevoir vos identifiants» puis complétez les champs demandés. Lorsque les informations saisies auront permis de vous identifier, vous recevrez par vos identifiants de connexion. MES COTISATIONS Cette page présente l échéancier de cotisation (part famille uniquement) pour l année en cours ainsi que le solde de votre famille à la date de la dernière actualisation des données du site web. MES REMBOURSEMENTS Cette page vous permet de consulter nos remboursements ou les paiements effectués à un professionnel de santé au nom d un des bénéficiaires de votre famille. départ à 20 h, et des conditions climatiques peu ordinaires, avec une alerte rouge. La NMN avait été bien inspirée donc, puisque la mutuelle distribuait cette année des pochettes étanches pour le téléphone portable ou le portefeuille et des serviettes microfibres à l'arrivée Celles-ci ont été bien utiles pour nos coureurs trempés La MNM a reversé 2 euros par coureur à l'association Gaël- Lancon, association qui œuvre pour l'amélioration de la prise en charge des adolescents atteints de leucémie, ceuxci n'étant plus admissibles en pédiatrie mais en service hématologie adultes. L'association fournit par exemple dans ces services des jeux vidéo, des consoles, pour que ces jeunes vivent mieux l'hospitalisation. IDENTIFICATION Une fois enregistré dans le système, vous pouvez vous connecter avec l identifiant et le mot de passe qui vous ont été communiqués. MES GARANTIES Cette page résume les options souscrites par les bénéficiaires de la famille. MES DEMANDES ET QUESTIONS DIVERSES Cet espace vous permet, après avoir choisi un thème, de nous poser une question (saisie libre). Notre réponse apparaîtra dans le suivi des demandes en ligne. naturellement solidaire

5 Bébé doit dormir SUR LE DOS! Depuis la Campagne Nationale de 1994 Je dors sur le dos, les taux de décès de MSN ont baissés de 75%. Néanmoins, environ 250 bébés meurent encore chaque année sans explication et dans 45% des cas le mode de couchage est en cause. Certains parents ignorent encore toujours les simples gestes de couchage sans risque. Et vous, les connaissez-vous? Un très beau bébé dormant sur le ventre? L image était si jolie que Ma Nouvelle Mutuelle n a pas résisté à l envie d utiliser ce cliché pour une de ces campagnes publicitaires. C était pourtant une erreur et la mutuelle tient à s en excuser : si attendrissante soitelle, l image laisse penser que l on peut laisser dormir un nourrisson sur le ventre. Or la position ventrale est un facteur de risque majeur de la mort subite du nourrisson. Prévenir la mort subite du nourrisson «Malgré une mortalité infantile en décroissance, la Mort Subite du Nourrisson (MSN) a LES FACTEURS DE PROTECTION Les études ont montré que certains facteurs sont protecteurs pour la mort subite du nourrisson : s Couchage à plat dos s Sucette à l endormissement s Environnement de couchage adapté, dans la chambre des parents la nuit s Respect des rythmes du nourrisson s Allaitement maternel s Absence de tabagisme s Vaccinations s Prévention et traitement symptomatique des infections virales s Pas de médicaments suivi une évolution épidémiologique marquée par une forte croissance dans les années 1970 et le début des années 1980, car il était devenu à la mode de faire dormir les bébés sur le ventre», resitue le Dr Inge Harrewijn-Coste, pédiatre au CHU de Montpellier et présidente de l Association des Centres de Référence de la Mort Inattendue du Nourrisson. C est le Dr Harrewijn-Coste, avec le Dr Briand-Huchet, médecin conseiller de l Association Naître et Vivre, qui ont attiré notre attention sur le choix photographique malheureux de notre affiche. «En 1992, une grande étude scientifique a enfin démontré la forte association statistique entre la position ventrale de sommeil et le risque de mort subite de nourrisson. La Campagne de prévention Nationale Je dors sur le dos a été lancée en France en Le nombre de bébés décédés pendant leur sommeil de façon inexpliqué a ainsi diminué de 75% dans les années 90.» Mais chaque année, un nombre important de bébés meurent encore dans des conditions de couchage à risque. «Depuis 1994, il n y a plus eu de communication nationale sur ce sujet, alors qu il s agit d un moyen pertinent pour informer l ensemble de la population sur les conseils de couchage sécurisé. Nous savons que nous pouvons encore faire reculer le nombre de décès de façon significative : 100 à 150 vies sauvées et autant de familles épargnées par ce drame», explique le Dr Harrewijn-Coste. Informer et former «Il faut absolument faire dormir un nourrisson sur le dos est à peu près acquis par les familles, mais il reste d autres facteurs de risque qui sont moins connus.» Des facteurs de risque tels que le couchage sur un matelas mou, sur des couvertures, couettes ou oreillers, le couchage dans un canapé, fauteuil ou lit adulte, a fortiori partagé avec une autre personne, une température de la pièce trop élevée ou un enfant trop couvert, ou encore l utilisation de couette sous lesquelles l enfant peut s enfouir et le tabagisme passif. Les 34 centres de référence de la mort inattendue en France mettent tout en œuvre pour former les assistantes maternelles, le personnel des crèches, les médecins, sagesfemmes et tout professionnel de santé en contact avec des nourrissons, pour promouvoir les bonnes pratiques de couchage des bébés. Récemment, ils ont formé l Association Nationale des Centres de Référence de la Mort Inattendue du Nourrisson (ANCRe- MIN) pour réagir contre l inertie des pouvoirs publics et essayer d enclencher une nouvelle campagne de prévention. LES RECOMMANDATIONS Répétons-le : il ne faut pas coucher votre bébé sur le ventre, ni sur le côté, car il risque de basculer sur le ventre. En position dorsale, le nourrisson régule mieux sa température corporelle, respire mieux et ne risque pas d'enfouir son visage dans le matelas. Votre bébé doit dormir à plat dos, car si sa tête est inclinée en avant, il est en danger en cas de régurgitation. A plat dos, les muscles du cou relâchent lors du sommeil et sa tête bascule sur le coté : en cas de régurgitation, le lait peut couler au long de son visage. Autres recommandations : choisir un lit à barreaux et un matelas ferme adapté aux dimensions du lit; proscrire oreillers, couettes, cales-bébé et tours de lit; aérer la chambre et maintenir une température entre 18 et 20. Notons qu'aux Etats- Unis, les cales-bébé ont été retiré de la vente en raison du risque important d'étouffement. Il faut aussi proscrire les colliers d ambre et attaches sucettes. Lors des déplacements, il est fortement conseillé d utiliser des lits parapluies (sans matelas rajouté sous lequel votre bébé peut s enfouir). Il faut éviter tout support mou à cause du risque d étouffement et d augmentation de la température corporelle (hyperthermie). le magazine mutualiste de M Santé pages 4/5

6 actualités mutuelle De l Air et du Vert FAIRE LE MÉNAGE DANS NOS PRODUITS D ENTRETIEN! Il est possible de remplacer les produits d entretien qui envahissent nos placards et polluent nos intérieurs par des solutions 100 % naturelles, tout aussi efficaces et économiques. Alors que nous n utilisions qu un seul produit pour nous laver les cheveux, les marques ont réussi à convaincre les consommatrices qu il fallait un shampooing, un démêlant, un masque pour nourrir le cheveu De même les services marketing ont segmenté l offre de produits ménagers. À l heure de la technique, efficacité rimerait avec spécificité du produit : nos placards renferment ainsi liquide vaisselle, lave vitre, nettoyant salle de bain ou cuisine, produit pour les sols carrelés poreux ou non, parquets vitrifiés ou cirés, meubles stratifiés ou bois, plaques vitrocéramiques, inox, décapant four La liste est longue (en moyenne plus de 10 produits par famille) et alourdit non seulement l addition à la caisse (927 euros par an par foyer consacré à l entretien selon l INSEE) mais aussi l air que l on respire. Très souvent épinglés, les produits nettoyants que nous utilisons sont bourrés de substances chimiques toxiques ; ils contaminent surfaces et air de nos logements, sans oublier, une fois passés dans les canalisations, les sous-sols, les rivières, les nappes phréatiques Ils contiennent tous des COV, composés organiques volatiles. Pourtant il existe des produits sains, multi usages et très économiques. Comme par exemple, le vinaigre blanc qui coûte 1 euro le litre! Back to basic s LE VINAIGRE BLANC Antifongique, antiseptique, antiparasite, le vinaigre blanc est parfait pour détartrer et faire briller la robinetterie et le carrelage. Il est impeccable aussi pour laver les sols. On peut alors ajouter un peu de savon de Marseille ou des huiles essentielles pour désinfecter. (Attention, ne pas utiliser sur du marbre ou sur des surfaces poreuses.) s LE SAVON NOIR Egalement multi usage, le savon noir nettoie four, plaques, sols Il sert aussi de détachant avant lavage. A base d huile de lin, sans solvants, sans paraben, sans conservateur, il est 100 % biodégradable. Et très économique : il suffit de 2 à 3 cuillères (quand il est sous forme de pâte) pour 5 litres d eau. Mais on le trouve aussi déjà dilué. s LE BICARBONATE DE SOUDE Pour dégraisser l évier, le plan de travail, et même l intérieur du four, le bicarbonate de soude est aussi efficace que les détergents classiques. Il nettoie, désinfecte et désodorise. Il est parfait pour nettoyer aussi dans la salle de bain les lavabos et les baignoires en émail. Pour faire la vaisselle, on le dilue avec de l eau et un peu de jus de citron. s CRISTAUX DE SOUDE Un peu plus agressif, et à utiliser plutôt avec des gants, ils sont très efficaces contre la graisse et les résidus organiques (on peut déboucher ainsi la plomberie). A dissoudre dans de l eau, pour adoucir le linge, nettoyer la baignoire, déboucher un évier. s LE JUS DE CITRON Pour entretenir les surfaces en inox! s L HUILE ESSENTIELLE DE THYM Pour désinfecter, en remplacement de l eau de javel, en la diluant dans de l eau avec une cuillère à soupe de vinaigre blanc. s L HUILE DE LIN OU LA CIRE D ABEILLE Pour faire briller le bois des meubles, mais aussi le marbre. s L EAU! Pour laver les vitres, de l eau chaude avec quelques gouttes de vinaigre blanc! Dans bien des cas, l eau suffit : pour dépoussiérer, par exemple. s UN CHIFFON Un chiffon humide remplace très bien les lingettes. Mieux, un chiffon microfibre. QUELQUES CHIFFRES 93 % des Français considèrent qu utiliser des produits d entretien classiques est mauvais pour l environnement : 82 % pensent aussi que ce n est pas bon pour la santé. 300 millions d euros : c est ce que dépensent les Français par an en nettoyants ménagers. naturellement solidaire

7 le document 7,5 % des ans ont connu un épisode dépressif au cours des douze derniers mois : 6,4 % parmi les ans 10,1 % parmi les ans 9,0 % parmi les ans 4,4 % parmi les 55 et 85 ans 2 FOIS PLUS DE DÉPRESSIONS CHEZ LES FEMMES QUE CHEZ LES HOMMES 39 % DE PERSONNES présentant des troubles dépressifs n ont ni utilisé les services d un organisme, ni consulté un professionnel de la santé, ni suivi une psychothérapie. Source : Inpes LA DÉPRESSION N EST PAS UNE MALADIE HONTEUSE La dépression est l une des maladies psychiques les plus répandues. En France, elle concerne chaque année 3 millions de personnes. 19 % des Français ont vécu ou vivront un épisode dépressif au cours de leur vie. Et pourtant cette maladie reste méconnue, stigmatisée et prise en charge tardivement le magazine mutualiste de M Santé pages 6/7

8 le document Parce qu il est plus difficile d avouer une dépression, même après en être sorti, la prise en charge est tardive et souvent seulement médicamenteuse. Quelles sont les idées reçues sur les troubles dépressifs? Pourquoi perdurent-ils? Pourquoi changer les mentalités fera-t-il franchir un grand pas pour les 19 % des Français concernés? LES FEMMES PLUS TOUCHÉES QUE LES HOMMES Le nombre de nouveaux cas par an s élève à 1 % chez les hommes et 3 % chez les femmes. La prévalence de la dépression est de 2 % à 3 % chez les hommes et 5 % à 10 % chez les femmes. Quant à la probabilité de développer une dépression au cours de l existence, elle s élève à 10 % chez les hommes et 20 % chez les femmes. Bref, les femmes sont deux fois plus souvent concernées que les hommes chez lesquels la dépression intervient surtout entre 45 à 54 ans. «E n France, 60 % des divorces ont pour cause des troubles dépressifs, c est dire s il est indispensable de sensibiliser l entourage des patients et la population sur ces maladies», explique Lamia Jemaa, présidente de l Association France Dépression, organisatrice de la Journée Européenne de la Dépression dont c était en octobre la 20 e édition. «Ce rendez-vous, chaque année, a déjà permis de mieux faire connaître ces maladies mais il reste beaucoup à faire, tout au long de l année, et pas seulement à l occasion de la Journée de la Dépression, pour déstigmatiser auprès du grand public, des autorités, des médecins du travail. Il est aujourd hui plus facile de dire j ai un cancer que j ai une dépression, ce qui montre bien qu il faut repenser notre rapport à cette maladie.» D autant que la dépression est une pathologie fréquente (près de 20 % des Français), loin d être anodine (10 % des personnes souffrant de dépression se suicident) et qui s inscrit dans la durée. Car il ne faut pas confondre déprime et dépression Des idées reçues qui perdurent La dépression reste une maladie honteuse, dont on ne reconnait pas complètement le statut de maladie : l idée reçue selon laquelle, avec un peu de volonté, on pourrait en sortir, est encore vivace («il a tout pour être heureux», «il doit relativiser, se raisonner»...). La dépression est pourtant bel et bien une maladie. «Ces idées reçues ont des conséquences graves, insiste Lamia Jemaa. Les patients et leur entourage ont tendance à minimiser le tableau des symptômes. On hésite à en parler à son généraliste qui passe à côté du diagnostic. Il se passe donc souvent des années avant que le patient soit pris en charge». Ainsi, le diagnostic des troubles bipolaires, par exemple, est posé en moyenne 8 à 10 ans après l apparition des premiers symptômes. Beaucoup de temps perdu donc, avec des répercutions désastreuses au niveau personnel, familial et professionnel. Reconnaître une dépression Pour parler d épisode dépressif, il faut que les symptômes durent au moins deux semaines consécutives, tous les jours, presque toute la journée. Quels sont ces symptômes? Humeur triste, désintérêt pour le plupart des choses, ralentissement psychomoteur, avec des difficultés à se concentrer, une baisse de la vigilance, des trous de mémoire et des difficultés à participer à une conversation Mais aussi une modification de l appétit naturellement solidaire

9 TITRE ENCADRÉ Texte Encadré avec prise ou perte de poids d au moins 5 kilos, des troubles du sommeil, une grande fatigue, la dévalorisation de soi, la culpabilité, l indécision, des idées morbides. Dans un «épisode dépressif caractérisé léger», on présente un maximum de cinq symptômes et nos activités habituelles sont légèrement perturbées ; dans un «épisode dépressif Vouloir s anesthésier, ne jamais souffrir, c est s anesthésier aussi au bonheur. caractérisé sévère», au minimum six symptômes et des activités très perturbées. L épisode dépressif varie ainsi en fonction de sa sévérité, mais aussi de son caractère saisonnier, de ses expressions symptomatiques, de son apparition dans un contexte particulier (par exemple en post partum, après une grossesse). Les épisodes dépressifs sont parfois liés à des facteurs déclenchants comme la mort d un proche ou des situations stressantes, mais peuvent également apparaître sans cause extérieure apparente. Lorsque la dépression se présente sous forme épisodique et de façon régulière, les médecins parlent d épisodes dépressifs caractérisés. Si la dépression s installe et dure, il s agit de dépression chronique. Enfin, les troubles bipolaires sont définis par une alternance entre dépression et exaltation. Psychothérapies ou médicaments? La psychothérapie est un traitement à part entière de la dépression. De nombreuses études ont permis d en prouver l efficacité et d en préciser les indications. UNE MALADIE AU LONG COURT MAL REMBOURSÉE Côté médicaments, le traitement de la > Pour phase en aigüe savoir dure de 6 à 12 semaines et +www.zzzzz la phase de consolidation entre 4 et 6 +www.zzzzz mois. Seuls les spécialistes (psychiatre) et les traitements médicamenteux sont pris en charge par la Sécurité sociale. La psychothérapie ne l est pas Ainsi la prise en charge n invite-t-elle pas les patients à s y engager puisque la psychothérapie semble accessoire. Et en cas de difficultés financières, le non remboursement entraîne le renoncement. Or il faut savoir qu un patient sur deux rechute dans les 2 ans en l absence d un traitement adapté. Notons aussi que la guérison dépend de multiples facteurs : une prise en charge psychothérapeutique, la mise en place d une bonne hygiène de vie, l éducation du patient pour prévenir les rechutes, la reprise d une vie sociale normale, le... soutien de l entourage. le magazine mutualiste de M Santé pages 8/9

10 ... le document La psychothérapie est un traitement toujours pertinent en cas de dépression, quel que soit le type de dépression, son niveau de sévérité ou d ancienneté. Elle peut être utilisée seule (dans le cas d épisodes dépressifs d intensité légère) ou conjointement aux médicaments antidépresseurs ou à d autres traitements. Mais en cas de dépression sévère en phase active, le travail de psychothérapie ne peut débuter qu une fois l intensité de la souffrance diminuée par le traitement médicamenteux. «Il n y a pas de travail possible sur l intériorité quand la souffrance est trop grande et les médicaments sont très utiles dans ce cas», confirme Moussa Nabati, psychothérapeute et auteur, entre autres, de La Dépression, une épreuve pour grandir. Les antidépresseurs diminuent l intensité et la durée des épisodes dépressifs. Résultat, selon certains organismes : une rémission complète dans près de 70% des cas. Une conclusion qui sème la confusion, estime le Dr Nabati, et qui laisse accroire que les médicaments guérissent. Pour lui, on pathologise la dépression. Les controverses récentes sur la légitimité de la distinction entre tristesse et dépression font d ailleurs écho à la crainte d une surmédicalisation de la souffrance psychique. Cette surenchère médicamenteuse serait orchestrée par l industrie pharmaceutique. LA DÉPRESSION N EST PAS UNE MALADIE HONTEUSE «Quand on voit que le nombre de suicides est plus important que le nombre de morts sur les routes, on peut s interroger sur la surmédicalisation», estime de son côté Lamia Jemaa. «Mais il est vrai que les personnes suivies par un psychologue guérissent beaucoup plus vite.» Pour le Dr Nabati, les médicaments «n anesthésient que la souffrance, ils ne traitent pas la cause de la souffrance.» Une maladie qui remet en cause notre société Néanmoins, la présidente de France Dépression et du Dr Nabati sont d accord sur le fond : si la dépression est stigmatisée, c est parce qu elle va à l encontre des valeurs de performance et de maîtrise de notre société. «Il y a du déni car le patient pense pouvoir s en sortir seul et parce que nous ne patientons pas avec le patient», explique Lamia Jemaa. «Il faut du temps pour que cela aille mieux. La maladie met en stand by. C est long.» Or, tout doit aller vite. Et tout doit aller bien. «Dans notre société manichéiste, imprégnée de psychologie positive, d injonction au bonheur, on cherche à chasser le négatif», analyse le Dr Nabati. «Mais à vouloir être heureux tout le temps, on met la poussière sous le tapis, jusqu au jour où elle remonte à la surface. Vouloir s anesthésier, vouloir ne jamais souffrir, c est s anesthésier aussi au bonheur». La dépression choque ainsi parce qu elle va à contrecourant de ce qu on nous demande et aussi parce que l idéologie ambiante veut que tout problème ait sa solution (et aussi une cause). «Or dans la dépression, la personne ne peut rien, elle est impuissante, et son entourage avec. Combattre la dépression demande au contraire d entrer dans une dimension passive d accueil et d écoute» LA DÉPRESSION, UN PROCESSUS SALUTAIRE? C est la position du Dr Nabati : «La dépression est un processus thérapeutique salutaire qui vient dire tu ne vis pas dans le désir, tu te sacrifies, ça ne va pas. Qu elle soit déclenchée par un événement dramatique ou traumatisant, un décès, une séparation, un licenciement, ou qu elle soit sans cause apparente, la dépression est un signal donné. La cause de la dépression n est pas dans l ici et maintenant. Ce n est pas l adulte qui souffre mais l enfant que nous avons été. Tous les contentieux anciens ressurgissent, demandent à être pris en compte. La dépression vient montrer que vous vous êtes sacrifié et qu il faut que vous vous aimiez.» Un signal douloureux, certes, mais qu il faut écouter pour pouvoir de nouveau être dans le désir, le plaisir, le bonheur. naturellement solidaire

11 santé Prévenir, guérir Bien manger... À LA CANTINE! Même s'il faut toujours rationaliser les dépenses, manger des produits bio, privilégier les filières courtes, réduire les déchets, c'est possible. Et les exemples en France sont de plus en plus nombreux. 1milliard de repas sont servis chaque année à 6 millions d'élèves de la maternelle à la terminale. Des repas avalés en moyenne en 20 minutes chrono et qu' 1 élève sur 2 dit ne pas aimer. Ce chiffre est néanmoins en nette amélioration car les cantines scolaires ont beaucoup changé depuis la chanson de Carlos Rappelons que le respect des règles nutritionnelles est obligatoire depuis la rentrée Ensuite, la compétence de la restauration scolaire ayant été transférée aux régions et aux départements, on a vu émerger des projets favorisant les productions locales, des cantines 100 % bio, des espaces d'éducation alimentaire 100 % bio Le Conseil municipal de la petite commune de Langouêt, en Ile et Vilaine, a ainsi décidé de passer au tout bio via un GIE des agriculteurs biologiques et, pour certains produits, comme les pâtes, l'huile, etc., via la coopérative Biocoop. «Nous avons gagné en variété, en trouvailles, car il faut cuisiner ce n'est pas du surgelé ou des boites - et imaginer les menus avec les produits de saison. Cela concoure à l'éducation au goût. Et surtout, nous savons que nos enfants ne mangent pas de pesticides et d'insecticides» explique Daniel Cueff, le maire. Les repas ne coutent pas plus chers. Autre élément important : les menus favorisent les protéines végétales et permettent de réduire la consommation de protéines animales, dont on sait qu'elle est trop élevée dans notre régime alimentaire. Haute Qualité Alimentaire Le Conseil Général de l'hérault a décidé de mettre en place la Haute Qualité Alimentaire, pour renforcer la sécurité alimentaire des repas servis, améliorer l équilibre alimentaire et encourager de meilleures habitudes de consommation. «C est la santé des jeunes qui est en jeu, resitue le Conseil Général. Il s agit de les éduquer au goût et à la diététique. Pour cela, les professeurs sont associés à la démarche. La qualité des repas est renforcée. Des produits de l agriculture raisonnée, des aliments de proximité et de saison sont au menu pour privilégier la diversité et les saveurs.» Pour ce faire, le département alterne repas préparés sur place et en unité de production culinaire (UPC). En UPC, les techniques de confection et de conservation des repas garantissent une sécurité alimentaire 7 RÈGLES NUTRITIONNELLES OBLIGATOIRES DANS LES CANTINES 1 / Veiller à la diversité de la structure du repas qui doit être composé d une succession de 4 ou 5 plats. 2 / Assurer la distribution d un produit laitier à chaque repas. 3 / Garantir une variété suffisante pour favoriser les apports en fibres et en fer dont les enfants ont besoin. 4 / Limiter la fréquence des plats trop gras et trop sucrés. Par exemple, ne pas donner plus de 4 produits frits sur 20 repas. 5 / S assurer que les fournisseurs ne livrent pas de produits dont la taille des portions n est pas adaptée à l âge de l enfant. 6 / Mettre à disposition sans restriction l eau et le pain. Ne pas proposer le sel et les sauces en libre service. 7 / Favoriser l emploi de produits de saison. renforcée. Résultat : les UPC proposent jusqu à 4 choix dans l offre de menus. Et l approvisionnement des fournisseurs sur ces 4 sites permet de réduire l empreinte écologique de ces livraisons. MANGER LOCAL À LA CANTINE La charte "Plaisir à la cantine" est inscrite dans le programme national pour l alimentation (PNA). Ainsi, le code des marchés publics a été modifié par décret le 25 août 2011 pour donner la possibilité aux acheteurs d'intégrer dans leurs appels d offres un critère "circuits courts", c'est-à-dire les formes de vente directe du producteur au consommateur ou comprenant un intermédiaire maximum.

12 santé Prévention Peut-on se passer DE VACCINATION? Des millions de vie ont pu être sauvées grâce à ce geste de prévention. On oublie que tétanos, rougeole, méningite, coqueluche sont des maladies infectieuses qui peuvent avoir des conséquences graves sur la santé L es Français sont majoritairement favorables à la vaccination (81 %) mais plus d'un quart des ans ne sait pas trop où il en est de ses vaccins. D'après l'inpes, 1 sur 5 estime ne pas être à jour. Ainsi, par exemple, ce sont surtout les adultes qui transmettent une infection comme la coqueluche aux nourrissons qui ne peuvent pas être vaccinés avant leur deux mois Or la coqueluche, pour poursuivre avec cet exemple*, est grave pour ces touts petits allant de l'insuffisance respiratoire à vie jusqu'au décès. Pour mieux se repérer et savoir si on est à jour, un nouveau calendrier vaccinal simplifié a été publié en avril dernier. Ainsi, la première vaccination polyvalente (anti diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite ) pour les nourrissons passe d un schéma 3+1 (3 injections à un mois d intervalle, et un rappel à mois) à 2+1, avec 2 injections à 2 et 4 mois, suivies d un rappel avancé à 11 mois. En France, la vaccination débute à l'âge de deux mois (contre 3 mois dans les pays nordiques) afin d éviter la survenue des méningites qui affectent les nourrissons. Reste néanmoins cette période de 0 à 2 mois où la protection des bébés passe par celle des adultes l'entourant Autre nouveauté : un rappel contre la coqueluche est rajouté à 6 ans, combiné à celui déjà prévu contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Pour l adulte, les rappels contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite se font désormais à âge fixe : 25, 45 et 65 ans, puis tous les 10 ans.. Le nouveau calendrier prévoit l administration de la 1ère dose de vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) pour tous les enfants à 12 mois. La deuxième dose est avancée à l âge de mois, au lieu de mois. Contre le papillomavirus (HPV), le vaccin est préconisé chez les jeunes filles à 11 ans, et non 14 ans, pour une meilleure réponse immunitaire. Pour en savoir plus : *Sur les conséquences de l'absence de vaccination, voir le site de l'association Clara Belliveau : Parfum d ambiance : DANGER L e Plan d action sur la qualité de l air intérieur épingle les parfums d'ambiance, encens et bougies pour les substances nocives qu'ils émettent dans l'air, principalement du benzène et le formaldéhyde. Or, le benzène est classé cancérigène et le formaldéhyde irritant pour les voies respiratoires. Il est l'origine de certains cancers également (nasopharynx) et un facteur de risque de leucémie. Les plus polluants de ces produits parfumés devraient être interdit bientôt. Nombreux sont les Français qui les utilisent. Une étude du Crédoc indique 50 % des sondés et parmi eux 9 % qui en font un usage quotidien LE SPORT AMÉLIORE les résultats scolaires U ne étude publiée dans le British Journal of Sports Medecine indique que l activité physique améliore les performances scolaires des adolescents. L'étude a comparé l'activité physique et scolaire de jeunes britanniques et constaté une corrélation entre la quantité de sport et les résultats scolaires, en particulier chez les filles dans les matières scientifiques, et quand la pratique a débuté tôt et est régulière. Le sport musclerait donc aussi le cerveau naturellement solidaire

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Mon Éco-logis De t s n p e roduits alternatifs plus sains pour l environnem

Mon Éco-logis De t s n p e roduits alternatifs plus sains pour l environnem Mon Éco-logis Des produits alternatifs plus sains pour l environnement Mon Éco-logis On fait le ménage pour être bien et avoir un lieu de vie propre! Toutefois, certains produits d entretien ménagers sont

Plus en détail

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels :

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels : Le PNNS : «Manger Bouger», les facteurs de risque nutritionnel à tous les âges de la vie. Les repères de consommation du PNNS JL BORNET L alimentation joue un rôle très important sur la santé. A chaque

Plus en détail

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base.

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base. AIDE-MÉMOIRE Définitions Consommer une variété d aliments nutritifs en quantité adéquate pour répondre à ses besoins. Alimentation équilibrée en termes de quantité et de qualité. Consommation d une variété

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

Aliments Nutritifs pour les Adultes en bonne santé

Aliments Nutritifs pour les Adultes en bonne santé (French) Aliments Nutritifs pour les Adultes en bonne santé Bien manger veut dire manger une nourriture variée chaque jour comprenant une nourriture équilibrée, des fruits, des légumes, du lait et autres

Plus en détail

mort inattendue du nourrisson

mort inattendue du nourrisson mort inattendue du nourrisson comment limiter les risques? Pour éliminer un maximum de facteurs de risque, comment préparer la chambre de bébé, comment le coucher? Les bons réflexes L a m o r t i n a t

Plus en détail

De la naissance à 6 mois

De la naissance à 6 mois De la naissance à 6 mois L alimentation se compose du lait (maternel ou infantile). Seule l eau peut s y ajouter Privilégier l allaitement maternel Le lait maternel - est l alimentation idéale du nouveau-né

Plus en détail

Quelques aspects. de la Restauration sociale. en Île-de-France

Quelques aspects. de la Restauration sociale. en Île-de-France Préfet de la région d Île-de-France DRIAAF Quelques aspects de la Restauration sociale en Île-de-France 1 Contexte régional en matière d accessibilité alimentaire et de nutrition 2 Éléments du contexte

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

Le psoriasis du cuir chevelu est une maladie chronique souvent être amélioré ou soulagé

Le psoriasis du cuir chevelu est une maladie chronique souvent être amélioré ou soulagé Le psoriasis du cuir chevelu est une maladie chronique. Tout se passe comme si la peau se renouvelait trop vite. Il évolue par alternance de poussées et de rémissions. S il est rare que la maladie disparaisse

Plus en détail

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie

L ALIMENTATION LE GR AND LIVRE DE. Dr Laurence PLUMEY. Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation. Bien se nourrir à tout âge de la vie Dr Laurence PLUMEY LE GR AND LIVRE DE L ALIMENTATION Connaître les aliments Bien se nourrir à tout âge de la vie, 2014 ISBN : 978-2-212-55740-4 Prendre soin de sa santé grâce à l alimentation Table des

Plus en détail

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Avez-vous un risque de devenir hypertendu? LE SAVIEZ-VOUS? L Vivre sans hypertension hypertension

Plus en détail

Avec la MGEFI. l activité physique rime avec santé. Dossier SANTÉ

Avec la MGEFI. l activité physique rime avec santé. Dossier SANTÉ SANTÉ Dossier 9 Avec la MGEFI l activité physique rime avec santé Pour l année 2014, la MGEFI a fait le choix de sensibiliser ses adhérents aux bienfaits de l activité physique sur la santé. Parmi les

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

les 5 indispensables pour l entretien écologique de la maison

les 5 indispensables pour l entretien écologique de la maison les 5 indispensables pour l entretien écologique de la maison 5 produits multi-usages, naturels et économiques, bref indispensables! 1 Vinaigre d alcool blanc non-parfumé 1 2 3 4 5 Vinaigre blanc Bicarbonate

Plus en détail

NOUVEAU Site internet

NOUVEAU Site internet @ NOUVEAU Site internet www.manouvellemutuelle.fr Gratuit, Simple et Sécurisé Votre espace personnalisé pour consulter vos remboursements et gérer votre profil en un seul clic! É @ Espace Particulier Chers

Plus en détail

La prise en charge de votre schizophrénie

La prise en charge de votre schizophrénie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre schizophrénie Vivre avec une schizophrénie Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

Fabriquer ses produits ménagers naturels. Semaine Européenne de la Réduction des Déchets 2013

Fabriquer ses produits ménagers naturels. Semaine Européenne de la Réduction des Déchets 2013 Fabriquer ses produits ménagers naturels Semaine Européenne de la Réduction des Déchets 2013 Fabriquer ses produits ménagers naturels Programme Intérêt de fabriquer ses produits Les principaux ingrédients

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour.

Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour. Pour protéger sa santé, il est recommandé de consommer 3 produits laitiers par jour. Et il y a tant de choix que ce n est pas compliqué! 3 produits laitiers par jour! (jusqu à 4 pour les enfants, les ados

Plus en détail

Quiz Comment bien utiliser les médicaments?

Quiz Comment bien utiliser les médicaments? PATIENT Quiz Comment bien utiliser les médicaments? Chaque question peut faire l objet d une ou de plusieurs bonnes réponses. QUESTIONS 1 : J ai pris un ou plusieurs médicaments et je pense que l un d

Plus en détail

«Mes recettes écologiques»

«Mes recettes écologiques» «Mes recettes écologiques» Parce que la protection de l environnement nous concerne tous! En 2016, en adoptant le ménage vert au domicile Depuis maintenant 5 ans, nos salariés sont sensibilisés et formés

Plus en détail

DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR

DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR INFORMATIONS DIETETIQUES SERVICE RESTAURATION DE LA VILLE D YZEURE DIÉTÉTIQUe et Le PLAISIR De MANGeR I - DEFINITION DE LA DIETETIQUE : La diététique est une science qui n est pas uniquement destinée à

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 140- Mai 2014 SOMMAIRE 1. Le calendrier vaccinal simplifié 1 2. Vaccination des enfants et adolescents 2 3. Vaccination des adultes 4 4. Cas pratiques 6 5. Invitation Soirées de

Plus en détail

Prévention de la mort subite du nourrisson

Prévention de la mort subite du nourrisson Prévention de la mort subite du nourrisson Tous concernés! De quoi s agit-il? C'est le décès incompréhensible à première vue et imprévisible, le plus souvent pendant le sommeil, d un tout-petit qui semblait

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Fanny OLLIER Diététicienne

Fanny OLLIER Diététicienne Fanny OLLIER Diététi icienne INTERVENTIONS DIETETIQUES 1. INTERVENTIONS THEORIQUES Auprès des résidents : Thèmes : Equilibre alimentaire Groupes d aliments Conseils pratiques lors d un repas Pathologies

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Santé. Travail Posté SOMMEIL ET ALIMENTATION

Santé. Travail Posté SOMMEIL ET ALIMENTATION Document réalisé par des médecins et infirmières du travail de l AIST 84, médecin préventionniste et diététicienne, du centre d examen de santé CPAM 84, éducateur pour la santé du Codes 84. Avec le soutien

Plus en détail

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pourquoi moi? Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pleins feux sur les croyances entourant le cancer Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ 2 1 Vous venez d apprendre

Plus en détail

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités.

Une société de plus en plus sédentaire. Des effets bénéfiques sur la santé et le bien-être. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités. Activités Physiques Bouger, enjeux et activités A/ Enjeux L activité physique évolue en même temps que la société. Si le labeur excessif des périodes antérieures a contribué à un vieillissement prématuré

Plus en détail

Prévenir... par la vaccination

Prévenir... par la vaccination Prévenir... par la vaccination 6 La vaccination...... Soit c est OBLIGATOIRE (2)... Les vaccinations obligatoires pour l ensemble de la population et dont les lois sont inscrites dans le Code de la Santé

Plus en détail

«Transversalité et nutrition dans les politiques territoriales» Paris 17 mars 2009. Le développement de l activité périscolaire

«Transversalité et nutrition dans les politiques territoriales» Paris 17 mars 2009. Le développement de l activité périscolaire «Transversalité et nutrition dans les politiques territoriales» Paris 17 mars 2009 Le développement de l activité périscolaire Bordeaux Ville santé de l OMS Ville active du PNNS Le conseil local de santé

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

Le petit déjeuner équilibré

Le petit déjeuner équilibré Le petit déjeuner équilibré SITUATION : M. Benoît, professeur de SVT, renouvelle son opération «challenge diététique» en proposant à tous les élèves de 6 ème de prendre un petit déjeuner équilibré le 10

Plus en détail

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER

PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER PREVENIR LE CANCER C EST POSSIBLE JOURNÉE MONDIALE CONTRE LE CANCER - LE 4 FÉVRIER MERCI Nous vous remercions de lire ce support d information! Notre objectif est de vous aider à comprendre comment prévenir

Plus en détail

La goutte la maladie des rois

La goutte la maladie des rois La goutte la maladie des rois Tous droits protégés Pharmanetis Sàrl Tout savoir sur la goutte Comment bien gérer sa maladie? Par Van Nguyen et Xavier Gruffat (pharmaciens) Photo: Matthew Cole - Fotolia.com

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

Prévenir... la mort subite du nourrisson

Prévenir... la mort subite du nourrisson Prévenir... la mort subite du nourrisson 16 Dans quelle position coucher votre bébé? Dès mes premiers jours de vie et pendant ma première année : Je fais dodo sur le dos Son visage reste dégagé, il respire

Plus en détail

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Programmes d enseignement thérapeutique Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Pour qui? Quelles prestations? 3 Les programmes proposés par le service d

Plus en détail

Lessive. Ingrédients. 80 g de Savon de Marseille râpé ou en paillettes 1,5 L d'eau

Lessive. Ingrédients. 80 g de Savon de Marseille râpé ou en paillettes 1,5 L d'eau Lessive 80 g de Savon de Marseille râpé ou en paillettes 1,5 L d'eau 3 cuillères à soupe de bicarbonate de soude (Linge de couleur) Ou 3 cuillères à soupe de cristaux de soude (Linge blanc) 5 gouttes d'huile

Plus en détail

Prévenir... les effets du viellissement

Prévenir... les effets du viellissement Prévenir... les effets du viellissement 3 Les quatre clés du bien vieillir 1 Bien s alimenter Les besoins évoluent avec l âge En prenant de l âge, on a tendance à manger avec moins d appétit. Il est vrai

Plus en détail

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier Obésités Qu est-ce que Manger? Nécessité Plaisir Gastronomie Interdits Santé Diététique SURCHARGE ALIMENTAIRE ALIMENTAIRE M. cardiovasculaires T malignes

Plus en détail

Manuel de Bonnes Pratiques Professionnelles Ménage-repassage

Manuel de Bonnes Pratiques Professionnelles Ménage-repassage Manuel de Bonnes Pratiques Professionnelles Ménage-repassage Pendant mon service, il m est interdit de : Fumer (à l intérieur comme à l extérieur du domicile). Consommer de l alcool. Utiliser le téléphone

Plus en détail

100 habitudes pour maigrir

100 habitudes pour maigrir Perdre du gras à long terme et ne jamais le reprendre Aurèle Mariage Sommaire Mise en garde... 6 Introduction... 7 A propos de l auteur... 9 Les habitudes et la motivation... 10 1. Prendre (et avoir) de

Plus en détail

L APSAS et ses actions en FAVEUR DES SENIORS. Association Picarde pour la Santé et l Autonomie des Seniors

L APSAS et ses actions en FAVEUR DES SENIORS. Association Picarde pour la Santé et l Autonomie des Seniors L APSAS et ses actions en FAVEUR DES SENIORS Association Picarde pour la Santé et l Autonomie des Seniors Sommaire 04 L APSAS en quelques mots 2 06 Les rencontres thématiques 13 Les réunions d information

Plus en détail

Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage»

Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage» Exemples d ingrédients de Base et de logos «label bio ménage» Exemples d utilisation Avantage des produits «BIO» et des ECOLABEL 1) Caractéristiques certifiées (label européen): les liquides vaisselles

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour aider votre enfant atteint de TDAH Même si le traitement par VYVANSE peut permettre de gérer les symptômes du TDAH,

Plus en détail

Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition

Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition Le CODES 13 un Acteur de Promotion de la Santé en Nutrition Le Comité Départemental d Éducation à la santé des Bouches du Rhône (Co.D.E.S 13) met en œuvre des actions de promotion et d éducation pour la

Plus en détail

Découvrir, grandir, devenir. IDENTIFICATION CODE : 54-10-01 PAGE : 1 de 7 RÉSOLUTION n o : AMENDEMENT n o : DATE SIGNATURE C008-0807 2008-07-07

Découvrir, grandir, devenir. IDENTIFICATION CODE : 54-10-01 PAGE : 1 de 7 RÉSOLUTION n o : AMENDEMENT n o : DATE SIGNATURE C008-0807 2008-07-07 RECUEIL DE GESTION Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir POLITIQUE SECTEUR SRÉJA SUJET Pour une saine alimentation et un mode de vie physiquement actif IDENTIFICATION CODE : 54-10-01

Plus en détail

Si vous cochez une ou plusieurs cases, ce document vous concerne! je fume à l'intérieur de mon logement. j'aère rarement les pièces de mon domicile

Si vous cochez une ou plusieurs cases, ce document vous concerne! je fume à l'intérieur de mon logement. j'aère rarement les pièces de mon domicile UN ENVIRONNEMENT SAIN POUR MON ENFANT Testez vos habitudes. Si vous cochez une ou plusieurs cases, ce document vous concerne! je fume à l'intérieur de mon logement j'aère rarement les pièces de mon domicile

Plus en détail

Prévenir... par plus d activité physique

Prévenir... par plus d activité physique Prévenir... par plus d activité physique 13 L activité physique: Pour la santé, c est capital et c est bon pour le moral! La pratique régulière d une activité physique est essentielle pour préserver un

Plus en détail

Le rapport de fin de séjour

Le rapport de fin de séjour Le rapport de fin de séjour A- Vie pratique 1- Logement : pendant notre séjour en Inde nous avons été logés dans différents hôtels. Nous nous sommes beaucoup aidés de guides de voyage (guide du routard

Plus en détail

Manger bien et bouger mieux

Manger bien et bouger mieux Être actif, Manger bien et bouger mieux Être actif, c est la santé! MANGER BIEN ET BOUGER MIEUX Les données et statistiques qui suivent sont tirées du document de l Assembléedes Premières Nations, Les

Plus en détail

Stage de Préparation Physique Juillet 2012

Stage de Préparation Physique Juillet 2012 Stage de Préparation Physique Juillet 2012 1 Contenu La V.M.A.... 3 Sa définition... 3 Son calcul... 3 Son exploitation en intervalles... 3 Volume/intensité... 4 Que faire et à quel moment de la saison?...

Plus en détail

Dossier de presse. L Anses lance son nouveau site Internet

Dossier de presse. L Anses lance son nouveau site Internet Dossier de presse L Anses lance son nouveau site Internet Diffuser-Expliquer-Partager www.anses.fr Contact presse : Elena Séité 01 49 77 27 80 elena.seite@anses.fr www.anses.fr Sommaire : L Anses lance

Plus en détail

La souffrance au travail, comment la

La souffrance au travail, comment la SIMUP Service de Santé au Travail de la Vallée de la Lys La souffrance au travail, comment la déceler pour mieux la gérer? 1 QUELQUES CONSTATS D après l Institut Français de Veille Sanitaire, un homme

Plus en détail

UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION

UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION PRÉSENTATION: M. KOFFI AGBEMADON, INTERVENANT EN RELATION D AIDE M. LAURENT QUINT, INTERVENANT EN RELATION D AIDE CONFÉRENCE DU 14 JUIN 2011 1 PLAN 1.

Plus en détail

Troubles psychiques et travail

Troubles psychiques et travail Troubles psychiques et travail Dr Dominique PHAM Médecin-chef SDIS 29 ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE BURNOUT RISQUES PSYCHOSOIAUX ANXIETE DEPRESSION STRESS ETAT DE STRESS POST-TRAUMATIQUE

Plus en détail

Le Petit-Déjeuner Vitalité

Le Petit-Déjeuner Vitalité Le Petit-Déjeuner Vitalité L alimentation équilibrée Une alimentation riche en nutriments L idéal La réalité 2 Les choix alimentaires 3 Excès et manques Excès Protéines, notamment Fibres végétales Glucides

Plus en détail

Charte d engagement qualité pour la restauration et l hébergement dans les lycées de la Région Centre

Charte d engagement qualité pour la restauration et l hébergement dans les lycées de la Région Centre Exemple de signalétique (Lycée Blaise-Pascal - Châteauroux) Charte d engagement qualité pour la restauration et l hébergement dans les lycées de la Région Centre La Région va exprimer, à travers la mise

Plus en détail

Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide

Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide Journée Régionale sur le Suicide et les Aînés de Laval Jeudi 6 Février 2014 Atelier de Sensibilisation offert en partenariat

Plus en détail

DEMANDEZ À L ÉDUCATEUR ACTIONAIR MD

DEMANDEZ À L ÉDUCATEUR ACTIONAIR MD Gérer la MPOC DEMANDEZ À L ÉDUCATEUR ACTIONAIR MD Je sais que j aurai toujours la MPOC. Que puis-je faire pour la gérer? La MPOC est une maladie chronique, c est-à-dire qu elle ne se guérit pas. Il existe

Plus en détail

BURN-OUT Prise en charge spécifique Conséquences sur le travail Pistes de prévention PRÉVENTION DU BURNOUT

BURN-OUT Prise en charge spécifique Conséquences sur le travail Pistes de prévention PRÉVENTION DU BURNOUT BURN-OUT Prise en charge spécifique Conséquences sur le travail Pistes de prévention Le vécu intérieur du burn-out Le plus terrible peut-être sur le burn-out, c est le côté insidieux, c est comme des sables

Plus en détail

Les fruits et légumes, c est bon pour la santé, et moins compliqué à consommer au quotidien qu on ne le croit

Les fruits et légumes, c est bon pour la santé, et moins compliqué à consommer au quotidien qu on ne le croit Les fruits et légumes, c est bon pour la santé, et moins compliqué à consommer au quotidien qu on ne le croit On peut tous y arriver! Au moins 5 fruits et légumes par jour, ça signifie au moins 5 portions

Plus en détail

PROGRAMME D EDUCATION INFIRMIERE

PROGRAMME D EDUCATION INFIRMIERE PROGRAMME D EDUCATION INFIRMIERE INTRODUCTION La réhabilitation respiratoire est un programme personnalisé de prise en charge, dispensé aux patients atteints d une maladie respiratoire chronique, par

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 Une enquête réalisée sur la nutrition en médecine générale * pour l montre que la nutrition est un sujet

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Nom : # Dossier : Date : QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Dans le questionnaire suivant, nous nous intéressons à votre propre vision de votre condition actuelle,

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

Les défis de l alimentation

Les défis de l alimentation Les défis de l alimentation Des solutions pour chacun Mons, le 4 mars 2009 Véronique Tellier Pas d échappatoire aux questions existentielles quand on parle d alimentation D où venons- nous? Qui sommes-nous?

Plus en détail

Encouragés par la publicité, nous avons pris l habitude d utiliser de l eau de javel régulièrement.

Encouragés par la publicité, nous avons pris l habitude d utiliser de l eau de javel régulièrement. Encouragés par la publicité, nous avons pris l habitude d utiliser de l eau de javel régulièrement. L eau de javel s utilise soit pure, pour désinfecter uniquement, soit mélangée à du détergent, dans un

Plus en détail

Société Française de Cardiologie et Fédération Française de Cardiologie. Journée Européenne de l insuffisance cardiaque Vendredi 11 mai 2012

Société Française de Cardiologie et Fédération Française de Cardiologie. Journée Européenne de l insuffisance cardiaque Vendredi 11 mai 2012 1 Sommaire Société Française de Cardiologie et Fédération Française de Cardiologie Journée Européenne de l insuffisance cardiaque «Agir pour vivre mieux!» Communiqué de presse Société Française de Cardiologie

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

Semaine du cerveau. Programme Evénement du 15 au 20 mars Pour les classes de collège et lycée

Semaine du cerveau. Programme Evénement du 15 au 20 mars Pour les classes de collège et lycée Semaine du cerveau Programme Evénement du 15 au 20 mars Pour les classes de collège et lycée La Semaine du Cerveau est organisée au mois de mars chaque année, depuis 1998, simultanément dans tous les pays

Plus en détail

LA ROUTINE ALIMENTAIRE D UN ENFANT TDAH

LA ROUTINE ALIMENTAIRE D UN ENFANT TDAH Petite, j ai été une enfant très difficile. Je levais le nez sur plusieurs aliments dont les fruits et surtout les légumes. Souvent, plutôt que d avoir à manger ce que je n avais pas envie, je répondais

Plus en détail

L hygiène de vie POUR EN SAVOIR PLUS. 1. L avis du psychologue. 2. Les risques et leur prévention. Quelques chiffres

L hygiène de vie POUR EN SAVOIR PLUS. 1. L avis du psychologue. 2. Les risques et leur prévention. Quelques chiffres L hygiène de vie POUR EN SAVOIR PLUS 1. L avis du psychologue Bon nombre d enfants n aiment pas se laver : la douche, le lavage des mains et le brossage des dents sont vécus comme des corvées imposées

Plus en détail

L'atelier Bien-être à table 5 séances de prévention nutritionnelle

L'atelier Bien-être à table 5 séances de prévention nutritionnelle L'atelier Bien-être à table 5 séances de prévention nutritionnelle Titre présentation - date 1 L'atelier Bien-être à table Contexte 2 Un atelier nutrition au sein du parcours prévention Depuis 2011, la

Plus en détail

Les 8 cures de revitalisation

Les 8 cures de revitalisation Nathalie et Jean-Marie Delecroix Les 8 cures de revitalisation pour désintoxiquer le corps Table des matières Pourquoi un livre sur la revitalisation?... 15 «Je suis fatigué»... 15 Notre potentiel d autoguérison

Plus en détail

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ Le présent formulaire sert à obtenir votre consentement éclairé en ce qui a trait à la

Plus en détail

Alimentation et idées reçues

Alimentation et idées reçues Fiche pédagogique Thème : Alimentation Niveau : Lycée Durée : 1 h Alimentation et idées reçues Personnes ressources : Professeur SVT, ESF, EPS, personnel de restauration, Infirmier scolaire, CESC Pour

Plus en détail

www.programmeaccord.org

www.programmeaccord.org LA DOULEUR, JE M EN OCCUPE! NUTRITION ET DOULEUR CHRONIQUE CHRONIQUE De nos jours, l importance d adopter de saines habitudes alimentaires ne fait plus aucun doute. De plus, il est très facile d obtenir

Plus en détail

Identifier ses compétences Questionnaire en contexte professionnel

Identifier ses compétences Questionnaire en contexte professionnel Identifier ses compétences Questionnaire en contexte professionnel Nom : Prénom : Date : Mode d emploi Des situations en contexte professionnel ont été élaborées sous forme de questions à choix multiples.

Plus en détail

PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES

PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES PETIT GUIDE DU BÉNÉVOLE AUPRÈS DES PERSONNES AGÉES Réseau de bénévoles auprès des personnes âgées à domicile ou en établissements, à Rumilly L être humain a des besoins physiques (manger, boire, respirer,

Plus en détail

MÉMO SANTÉ ARTISANS ET STRESS AU TRAVAIL CHEF D ENTREPRISE ARTISANALE ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP

MÉMO SANTÉ ARTISANS ET STRESS AU TRAVAIL CHEF D ENTREPRISE ARTISANALE ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP MÉMO SANTÉ CHEF D ENTREPRISE ARTISANALE ENTREPRISES ARTISANALES DU BTP ARTISANS ET STRESS AU TRAVAIL Souvent qualifié de «mal du siècle», le stress touche toutes les catégories de travailleurs, et notamment

Plus en détail

Conduire en étant fatigué est beaucoup moins dangereux que conduire sous l influence d alcool.

Conduire en étant fatigué est beaucoup moins dangereux que conduire sous l influence d alcool. Dossier : fatigue Introduction S endormir au volant peut être fatal. Pourtant, de nombreux conducteurs continuent à conduire alors qu ils se sentent fatigués. Ils pensent pouvoir chasser le sommeil qui

Plus en détail

Les risques Professionnels liés au métier de la garde d enfant à domicile

Les risques Professionnels liés au métier de la garde d enfant à domicile Les risques Professionnels liés au métier de la garde d enfant à domicile Numéro du samu : 15 Médecine du travail - CMIE : N. d urgence de Déclic Eveil : 06 61 06 99 03 Allo Enfance maltraitée : 119 Centre

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Mon enfant est malade

Mon enfant est malade Mon enfant est malade repères pour reconnaître et comprendre la maladie agir et soulager mon enfant savoir quand et où consulter Guide élaboré grâce à la collaboration de médiateurs socioculturels, de

Plus en détail

Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1)

Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1) Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladie de Steinert (ou dystrophie myotonique de type 1) Lisez attentivement ce document et conservez-le

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

De mon assiette à notre planète

De mon assiette à notre planète De mon assiette à notre planète association d'éducation à l'alimentation Créée en 2006 dans les Bouches-du-Rhône, l'association De mon assiette à notre planète conçoit et anime des actions d éducation

Plus en détail

La prévention santé dans les salles de remise en forme quels outils? quelles démarches? Par Stéphane nouveau Preston-Lee Ravail Jacky Harnoist

La prévention santé dans les salles de remise en forme quels outils? quelles démarches? Par Stéphane nouveau Preston-Lee Ravail Jacky Harnoist La prévention santé dans les salles de remise en forme quels outils? quelles démarches? Par Stéphane nouveau Preston-Lee Ravail Jacky Harnoist SOMMAIRE Définition de la santé Définition de la prévention

Plus en détail

Voyage au pays du sommeil

Voyage au pays du sommeil Service de prévention et d éducation à la santé - 2014 Voyage au pays du sommeil Séance 1 : Le soir à la maison 1- En GS, votre enfant à besoin de 11h de sommeil chaque nuit. Cependant, il existe des petits

Plus en détail

MIEUX COURIR. conseils. Röthlin. Ton but est notre but. Avec les précieux. de Viktor. www.ochsnersport-coach.ch

MIEUX COURIR. conseils. Röthlin. Ton but est notre but. Avec les précieux. de Viktor. www.ochsnersport-coach.ch MIEUX COURIR. Avec les précieux conseils de Viktor Röthlin. www.ochsnersport-coach.ch Ton but est notre but. La course: sur le chemin d une vie saine C est un fait: les adeptes de la course à pied vivent

Plus en détail

synthèse SANTÉ et BIEN-ÊTRE des salariés, PERFORMANCE des ENTREPRISEs chiffres clés 2014

synthèse SANTÉ et BIEN-ÊTRE des salariés, PERFORMANCE des ENTREPRISEs chiffres clés 2014 synthèse SANTÉ et BIEN-ÊTRE des, PERFORMANCE des ENTREPRISEs chiffres clés 04 ÉDITORIAL La santé des français est un bien précieux, à titre individuel bien sûr, mais aussi pour notre économie et notre

Plus en détail

Le bonheur au travail

Le bonheur au travail Programme d aide aux employés Jacques Lamarre et associés Le bonheur au travail Présenté par Anne Gauvin et Marie-Véronique Matte «Le plus beau destin que puisse connaître un être humain, c est d être

Plus en détail