Moyenne mensuelle de l'indice A en US cents/pound ou en FCFA/kg. Indice A en US cents/pound Indice A en CFA/kg. CFA/kg. US cents/pound.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Moyenne mensuelle de l'indice A en US cents/pound ou en FCFA/kg. Indice A en US cents/pound Indice A en CFA/kg. CFA/kg. US cents/pound."

Transcription

1 Coton : mieux exploiter les informations sur les prix Michel Fok A.C. Réf. Fok, A. C. M. (2000) Mieux exploiter les informations sur les prix, in Marchés Tropicaux, 23/06/2000 pp Dans le domaine du négoce, il est illusoire d'espérer une grande transparence et un étalage sur les prix concrétisant les transactions entre les vendeurs et les acheteurs. La dissymétrie de l'information reste de mise entre le vendeur et l'acheteur, toute démarche qu'un pays peut engager pour délivrer une information sur la commercialisation de son coton comporte le risque d'un effet pervers contre les intérêts de ce pays. De ce point de vue, les discours entendus aujourd'hui, tendant à encenser l'utilisation en Afrique des outils modernes de gestion du risque dans la commercialisation des produits agricoles à l'exportation tout en prônant la transparence dans cette gestion, nous paraissent être par essence contradictoires. Dans le cas du coton, on n'étale pas non plus les prix réels des transactions internationales mais on en a les indications qui sont fournies de manière hebdomadaire par Cotton Outlook depuis très longtemps. L'indice A de cet organisme est établi à partir de 1966 et il sert fréquemment de référence dans la détermination des prix aux producteurs dans les pays où une telle détermination est administrée. Cet Indice est la moyenne des prix proposés des 5 origines de coton aux prix les plus faibles à partir d'un ensemble de 15 origines de coton Middling de longueur 1" 3/32. Il convient de souligner que l'indice A est réalisé à partir des intentions de prix d'offre, on admet que les prix réels de transaction doivent être plus faibles après négociation avec les acheteurs, qui, naturellement cherchent à faire baisser les prix proposés par les offreurs. 1. Une exploitation trop pauvre de l'information disponible par le seul Indice A Il est très fréquent de se baser sur la seule évolution de l'indice A pour indiquer les tendances du marché. Il est vrai que cette évolution est en elle-même riche en information. Le Graphique 1 donnant l'évolution de la moyenne mensuelle de cet indice montre que, après avoir un sommet historique en mai 1995, l'indice A libellé en a amorcé une baisse régulière depuis mi-juillet 1997, pour atteindre, en janvier 2000, une valeur historiquement basse, inférieure même à ce qui avait été atteint lors des deux crises cotonnière de et Pour les pays de l'afrique zone Franc, la force du dollar américain face aux devises européennes a permis de limiter la chute de l'indice A libellé en FCFA/kg, mais insuffisamment pour cacher l'évolution défavorable du marché mondial du coton. Graphique 1 Moyenne mensuelle de l'indice A en ou en FCFA/kg Indice A en Indice A en CFA/kg CFA/kg

2 Nous pensons cependant qu'on ne tire pas assez parti des informations disponibles, qu'il est important d'aller au-delà du suivi de l'évolution de l'indice A, et que cela est particulièrement important pour les pays de l'afrique zone Franc qui exportent l'essentiel de sa production. L'analyse des cotations hebdomadaires permet de se rendre compte que le coton des pays de l'afrique zone Franc est le coton non-américain le plus disponible dans l'année pour les embarquements rapprochés : hormis la période de rupture des cotations de mai à août 1995, ce coton a été coté toutes les semaines au cours des deux dernières dcennies, alors que le coton australien, et encore plus le coton grec, ont connu des périodes de non cotation. Cet élément de disponibilité mérite d'être évalué plus en profondeur pour en faire un véritable argument de vente. En prônant une exploitation plus approfondie des informations véhiculées par Cotton Outlook, il ne s'agit pas pour nous de nous engager dans des comparaisons de prix des cotons d'origines différentes ni de discuter de la performance de tel système de commercialisation du coton fibre par rapport à tel autre. La comparaison des prix entre deux origines de coton est un exercice délicat car il s'appuie sur l'hypothèse que ces origines sont en tout point comparable pour les divers critères d'appréciation de l'acheteur, ce qui est difficile à prouver. La relation entre un différentiel de prix observé et une différence de mode de commercialisation du coton fibre est encore plus difficile à établir aujourd'hui dans le cas du coton de l'afrique zone Franc pour lequel il n'y a plus de mode dominant. Néanmoins, ce qui n'est pas possible de réaliser en moyenne pour l'ensemble du coton de l'afrique zone Franc peut être recommandable à mener pour chaque pays, de manière individuelle et confidentielle : pour un pays cotonnier désirant évaluer l'évolution de la performance de la commercialisation de son coton, il n'y a pas d'autre moyen que de se repérer au coton des pays concurrents sur le marché mondial. Chaque pays dispose de toutes les informations nécessaires pour réaliser ce type d'évaluation de manière précise, c'est une simple question de traitement de l'information dans une démarche de recherche de gain de performance. Sans aborder ces comparaisons entre pays, nous pensons que le traitement de certaines informations fournit des indications utiles pour guider les pays de l'afrique zone dans la gestion à long terme de leur compétitivité sur le marché mondial. 2. Un signal dans la décroissance du différentiel entre les indices A et B? Le différentiel entre les niveaux de l'indice A et l'indice B (qui concerne les origines de coton avec une fibre moins longue) est engagé dans une tendance de réduction régulière depuis la deuxième moitié des années Alors que ce différentiel pouvait atteindre 14 cents/pound, il n'est plus que de 3-4 cents/pound en moyenne, voire à peine d'un cent/pound certains mois (Graphique 2). Certes, ce différentiel reste fluctuant, on peut même y voir une relation négative avec le niveau de l'indice A, mais relation pas aussi rigide qu'on pourrait croire (Graphique 3). La réduction de ce différentiel entre les deux indices peut être interprétée comme un risque, pour les origines de coton les moins bien cotées parmi les 15 du "panier" de l'indice A, de passer dans un futur proche dans le "panier" de l'indice B. Bien entendu, ce risque peut paraître minime parce que les deux paniers se réfèrent en particulier à des longueurs de fibre différentes, mais ce sont des références de longueur qui ont évolué dans le temps et qui peuvent continuer à évoluer : c'est à partir de 1972 que l'indice A se réfère au coton 1" 3/32 alors qu'il se rapportait auparavant à un coton plus court.

3 Graphique 2 Ecart prix, Indice A - Indice B, en moyenne mensuelle Graphique 3 Ecart en % de l'indice A du différentiel indice A - indice B, en fonction du niveau de l'indice A 25% 20% % de l'indice A 15% 10% 5% 0% Niveau de l'indice A, en 3. Savoir tirer leçon des évolutions de valorisation du coton de certains pays La crainte de passer dans le mauvais "panier" de coton coté n'est pas récente. Jusqu'à la fin des années 1980, cette crainte s'exprimait dans l'expression de "pakistanisation" du coton d'un pays, dans le sens de passer au rang du coton du Pakistan, symbolique du coton de l'indice B. Notre analyse nous pousse à mettre en garde contre l'attitude consistant à continuer à associer le coton du Pakistan à une moindre qualité, et à se sentir dans le confort d'être au-dessus.

4 Graphique 4 Ecart prix, Indice A - coton Pakistan 1 8,00 6,00 4,00 2,00-2,00-4,00-6,00 Le Pakistan offre du coton 1"3/32 depuis 1987 avec un différentiel de prix en comparaison de l'indice A qui n'est pas défavorable (Graphique 4). Cela indique qu'il n'est plus justifié de considérer le coton du Pakistan comme ancré seulement dans l'indice B, même si le coton 1" 3/32 du Pakistan est peu disponible depuis 1994, compte tenu de la forte demande intérieure de ce pays. La question demeure de savoir quel est le ou les cotons de la catégorie de l'indice A qui paraît être moins apprécié par les acheteurs, et il revient aux pays de l'afrique zone Franc de veiller à ne pas en être. Ce qui est certain, c'est que l'australie n'a pas de souci à se faire de ce côté, son coton bénéficie d'une prime confortable sur le marché mondial, prime qui s'est accentuée au cours des dernières années (Graphique 5). Depuis 4 ans, le différentiel positif avec l'indice A est de 5-15 cents/pound, alors qu'il était inférieur à 5 cents/pound pendant plus de 10 ans. La relation négative entre ce différentiel et le niveau de l'indice A est assez nette (Graphique 6), elle indique que le coton australien est moins pénalisé quand le marché mondial est baissier, ce qui confirme que l'image positive de qualité permet surtout de mieux vendre quand le marché est défavorable. Les raisons contribuant à cette situation favorable au coton australien peuvent être très diverses. Elles peuvent relever d'une politique commerciale efficace, des effets des facilités de crédit offerts aux acheteurs par les vendeurs australiens avec l'aide de leur pays. Elles peuvent aussi reposer sur les qualités intrinsèques du coton australien, ou simplement de la proximité géographique de l'asie qui est le plus gros marché d'importation du coton. Il revient aux pays de l'afrique zone Franc de faire la part de toutes ces raisons possibles pour en tirer les leçons utiles.

5 Graphique 5 Ecart prix, Indice A - coton Australie 1 5,00-5, ,00-2 Graphique 6 Ecart en % de l'indice A du différentiel A - prix coton Australie, en fonction du niveau de l'indice A 15% 10% 5% 0% % de l'indice A -5% -10% -15% -20% -25% -30% -35% Niveau de l'indice A, en Les cas évoqués du Pakistan et de l'australie témoignent avant tout qu'il y a des pays qui ont réussi à gagner dans l'appréciation des acheteurs de coton fibre, par des actions que les pays de l'afrique zone Franc doivent élucider car ce gain d'appréciation se fait obligatoirement, par un effet de vases communicants, au détriment des pays qui n'ont pas su mener des actions similaires.

6 4. Le marché attendrait-il du coton plus long? Il est enfin intéressant de constater que le coton des pays de l'afrique zone franc et de l'australie ont connu une cotation pour la longueur 1" 1/8 à la même période, à partir de septembre 1997 (Graphique 7). Graphique 7 Différentiel prix suivant longueur, 1"1/8-1"3/32, pour 2 origines 5,00 4,50 Coton Afrique zone Franc Coton Australie 4,00 3,50 s 3,00 2,50 2,00 1,50 1,00 0,50 sept-97 oct-97 nov-97 déc-97 févr-98 mars-98 avr-98 mai-98 juin-98 août-98 sept-98 oct-98 nov-98 déc-98 févr-99 mars-99 avr-99 mai-99 juin-99 août-99 sept-99 oct-99 nov-99 déc-99 févr-00 mars-00 avr-00 Il ressort clairement que le différentiel lié à la longueur de la fibre est beaucoup plus important pour le coton des pays de l'afrique zone Franc, avec même une tendance à l'augmentation de ce différentiel. Alors que ce différentiel se situe à 0,5-1,5 cents/pound pour le coton australien, il est de 2-4 cents/pound pour le coton de l'afrique zone Franc. Mieux encore, ce différentiel favorable à la longueur paraît d'autant plus fort que l'indice A (établi pour une longueur de 1" 3/32) est faible, alors que la relation serait plutôt inverse dans le cas du coton australien (Graphique 8) Ne faut-il pas comprendre que le marché appelle davantage de coton plus long de l'afrique zone Franc? Si tel est le cas, des ajustements peuvent s'avérer nécessaires. Bien entendu, la première réaction est de penser à un changement en faveur de variétés à fibre plus longues. Il faut aussi penser aux techniques culturales qui peuvent contribuer à assurer une plus grande longueur de fibre. Il ne faut pas négliger non plus une révision des modalités d'égrenage dont certaines peuvent pénaliser à la fois le rendement fibre à l'égrenage et la longueur.

7 Graphique 8. Différentiel de prix du coton suivant longueur, 1"1/8-1"3/32, pour 2 origines 5,00 Coton zone Franc Coton Australie 4,50 4,00 3,50 s 3,00 2,50 2,00 1,50 1,00 0, Niveau Indice A

Les 7 erreurs coûteuses lors de la vente d une propriété. Les 9 étapes pour vendre rapidement votre maison au meilleur prix

Les 7 erreurs coûteuses lors de la vente d une propriété. Les 9 étapes pour vendre rapidement votre maison au meilleur prix Les 7 erreurs coûteuses lors de la vente d une propriété Et Les 9 étapes pour vendre rapidement votre maison au meilleur prix Par Joey Allard Courtier immobilier Residential et commercial Via Capitale

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

La stagnation japonaise

La stagnation japonaise La stagnation japonaise La chute des prix n en est que le symptôme 28 février 2011 Compte tenu des dernières augmentations des prix des matières premières, les investisseurs peuvent se poser des questions

Plus en détail

Indicateurs harmonisés

Indicateurs harmonisés Département de l intérieur, de la mobilité et de l environnement Service de surveillance des communes Secteur des finances communales Indicateurs harmonisés Finances communales genevoises en 2011 Présentation

Plus en détail

Indicateurs harmonisés

Indicateurs harmonisés Département présidentiel DGI - Service de surveillance des communes Secteur des finances communales Indicateurs harmonisés Finances communales genevoises en 2013 Présentation de la situation financière

Plus en détail

Analyse approfondie des marchés et de la sécurité alimentaire au Niger

Analyse approfondie des marchés et de la sécurité alimentaire au Niger Albichir Analyse approfondie des marchés et de la sécurité alimentaire au Niger Points saillants pour janvier 2014 No. 51 Janvier 2014 Une animation relativement bonne des marchés née de l affluence des

Plus en détail

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains? Note d information n 85 NOUVELLES SUR LE COTON 12 avril 2010 L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

Plus en détail

THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE

THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE Les entreprises internationalisées comme les multinationales industrielles et commerciales se trouvent exposées au risque de fluctuations

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse

La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Note de discussion Date 26 mai 2011 La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse Serge Gaillard, Chef

Plus en détail

Approche de la négociation commerciale et objet du livre

Approche de la négociation commerciale et objet du livre I N T R O D U C T I O N Approche de la négociation commerciale et objet du livre Depuis l achèvement de la première édition de cet ouvrage en décembre 1997, le monde a changé sous plusieurs angles et a

Plus en détail

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur.

Concrètement, avec une augmentation significative des volumes traités, le marché gagne encore en profondeur. Investir sur les taux et les obligations Définition Le marché des taux d intérêts aussi connu sous le nom de «marché de la dette» est le marché le plus important en termes de volumes puisqu il s y échange

Plus en détail

Éditorial. Suivre la marée. Mise en application. LOGICIEL D'AIDE À LA DÉCISION Pour les investissements en Bourse, Devises et Matières Premières

Éditorial. Suivre la marée. Mise en application. LOGICIEL D'AIDE À LA DÉCISION Pour les investissements en Bourse, Devises et Matières Premières Octobre 2011 LOGICIEL D'AIDE À LA DÉCISION Pour les investissements en Bourse, Devises et Matières Premières Éditorial E n 2007 / 2008, les marchés financiers ont été confrontés à leur pire crise depuis

Plus en détail

Falsche FFufziger (Faux Monnayeurs) Règles

Falsche FFufziger (Faux Monnayeurs) Règles Les données du matériel Un jeu pour 3 à 6 joueurs de Friedemann Friese Les presses à fabriquer de la fausse monnaie (Machines) Nombre Valeur Verso 24 10 3 Kaputt (destruction), 3 10, 6 x2 10, 9 20, 3 x2

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998. Remarques introductives de Bruno Gehrig

Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998. Remarques introductives de Bruno Gehrig Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998 Remarques introductives de Bruno Gehrig A l'approche du passage à l'euro Le 1er janvier 1999, onze des quinze Etats de l'union européenne introduiront

Plus en détail

La gestion du risque de change

La gestion du risque de change Chapitre 16 La gestion du risque de change 1 Exercice 16.03 Risque de change Option de change de l importateurl Un importateur français doit régler dans 6 mois un achat libellé en dollars d'un montant

Plus en détail

Ensemble depuis 1890. Le rôle du négociant. Séminaire A.C.A. AFCOT. M. Jean Yves Le Bourge. Deauville, le 9 octobre 2008

Ensemble depuis 1890. Le rôle du négociant. Séminaire A.C.A. AFCOT. M. Jean Yves Le Bourge. Deauville, le 9 octobre 2008 Ensemble depuis 1890 Le rôle du négociant Séminaire A.C.A. AFCOT M. Jean Yves Le Bourge Deauville, le 9 octobre 2008 Objectif Présenter de façon pratique et rapide le rôle du négociant Ouvrir un débat

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

Bulletin Economique ANALYSE RISQUE-PAYS DE LA FRANCE (2004-2014) "Analyse risque-pays" -5 Janvier 2015-

Bulletin Economique ANALYSE RISQUE-PAYS DE LA FRANCE (2004-2014) Analyse risque-pays -5 Janvier 2015- Bulletin Economique ANALYSE RISQUE-PAYS DE LA FRANCE (2004-2014) "Analyse risque-pays" -5 Janvier 2015- L'ECONOMISTE France Tel: +33.(6).98.70.49.15 - Fax: +33.(8).26.99.74.01 - Email: contact@leconomiste.eu

Plus en détail

Présentation. Commercialisation et Gestion des Risques de Prix du Coton. INDICE A de COTLOOK OFFRE & DEMANDE MONDIALES RENDEMENT FIBRE

Présentation. Commercialisation et Gestion des Risques de Prix du Coton. INDICE A de COTLOOK OFFRE & DEMANDE MONDIALES RENDEMENT FIBRE Présentation Commercialisation et Gestion des Risques de Prix du Coton Séminaire introductif Gérald Estur, ICAC Cotonou, 12 avril 25 Volatilité et imprévisibilité des prix du coton Stratégies de vente

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les Futures Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

NOTE (Z)140109-CDC-1299

NOTE (Z)140109-CDC-1299 Commission de Régulation de l'electricité et du Gaz Rue de l'industrie 26-38 1040 Bruxelles Tél. : 02/289.76.11 Fax : 02/289.76.09 COMMISSION DE REGULATION DE L'ELECTRICITE ET DU GAZ NOTE (Z)140109-CDC-1299

Plus en détail

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES Les questions suivantes sont destinées à vous aider à vous situer et vous faire quelques propositions d'amélioration. 1. Pour quelles raisons ai-je choisi cette formation?

Plus en détail

Utiliser les outils de suivi des stocks 1

Utiliser les outils de suivi des stocks 1 Utilisation de l historique 1. A quoi sert un stock? Un stock est une quantité de produits immobiles, dans l attente d être consommés, c est à dire soit transformés, soit vendus. Ce stock provient de la

Plus en détail

Chapitre 3 : Les secteurs

Chapitre 3 : Les secteurs Chapitre 3 : Les secteurs Le Découpage des secteurs. Un secteur de vente correspond au territoire octroyé à un vendeur par son entreprise pour commercialiser ses produits. Il doit être clairement défini

Plus en détail

Billets de dépôt opportunité mondiale

Billets de dépôt opportunité mondiale Capital protégé à 100 % Billets de dépôt opportunité mondiale www.openskycapital.com SÉRIE 1 ÉCHÉANT LE 6 AOÛT 2013 Faits saillants Accès simple et transparent aux marchés boursiers mondiaux Aucune exposition

Plus en détail

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement 6. Analyse La tarification, le financement et le caractère procyclique des régimes d assurance-dépôts sont étroitement liés. De fait, lorsque les primes sont relativement basses, elles ne permettent pas

Plus en détail

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009

Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le régime de l électricité en France Présentation du rapport de la commission présidée par Paul Champsaur daté d avril 2009 Le gouvernement a créé une commission présidée par Paul Champsaur pour faire

Plus en détail

PREAVIS N 16/2006 AU CONSEIL COMMUNAL

PREAVIS N 16/2006 AU CONSEIL COMMUNAL MUNICIPALITE PREAVIS N 16/2006 AU CONSEIL COMMUNAL Parcelle communale n 721, sise rue du Collège 16-18 - Octroi d'un droit de superficie en faveur de la Coopérative de la Valsainte Séance de la commission

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

Certificats Cappés (+) et Floorés (+)

Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Certificats Cappés (+) et Floorés (+) Produits présentant un risque de perte en capital, à destination d investisseurs avertis. Pour investir avec du Levier sur l indice CAC 40 Même dans un contexte de

Plus en détail

Le marché du café reprend sa volatilité alors que les prix restent à un bas niveau

Le marché du café reprend sa volatilité alors que les prix restent à un bas niveau Le marché du café reprend sa volatilité alors que les prix restent à un bas niveau Les prix quotidiens du café ont atteint au mois d août leur plus bas niveau depuis 19 mois, alors que les marchés des

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Les indices de confiance

Les indices de confiance Face à Face CentraleSupélec Juin 2015 : 9-ième vague du baromètre Cette note présente l'analyse des réponses de la neuvième vague du panel Face à Face CentraleSupélec : 850 ingénieurs travaillant pour

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

Chapitre 3 L offre et la demande

Chapitre 3 L offre et la demande Chapitre 3 L offre et la demande 1. Les marchés et les prix 2. La demande 3. L offre 4. L équilibre du marché 5. La prédiction des variations de prix et de quantité 1 Objectifs du chapitre Décrire un marché

Plus en détail

LE GUIDE DE SCALPING, partie 1 : Les conditions de marché :

LE GUIDE DE SCALPING, partie 1 : Les conditions de marché : LE GUIDE DE SCALPING, partie 1 : Les conditions de marché : Les points abordés : Le premier travail des scalpers sur le Forex est d étudier les conditions de marché Les conditions de marché peuvent être

Plus en détail

1. La prise en compte des coûts

1. La prise en compte des coûts Terminale STG Mercatique Chapitre 3 : Construire l'offre Séquence 4. La fixation du prix - Les facteurs explicatifs d'un prix Le prix est une variable mercatique déterminante. Il est la base des revenus

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. LIMITÉE TD/B/COM.2/EM.7/L.1 23 juin 2000 FRANÇAIS Original : ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT Commission

Plus en détail

Monnaie, taux d intérêt et taux de change

Monnaie, taux d intérêt et taux de change Monnaie, taux d intérêt et taux de change Le taux de change dépend de deux facteurs: - l intérêt des dépôts en devises - le taux de change futur anticipé Pour comprendre comment sont déterminés les taux

Plus en détail

Diagnostic commercial

Diagnostic commercial Diagnostic commercial Si elle veut réussir, l entreprise doit avant tout vendre son produit. Pour cela, la fonction commerciale en son sein lui est d une grande utilité. Ceci est dû à la finalité même

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Table des matières. Révisions document 7

Table des matières. Révisions document 7 Booster de charge Flash CP-E4 Shoot ( Chaaargez taratarataflash!!! ) http://jp79dsfr.free.fr/photo-tech/ v 1.00 - JP 12/11/2015 Table des matières Principe de fonctionnement 1 Caractéristiques 2 Tests

Plus en détail

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu Les valeurs à dividende et comment les choisir Qu est-ce qu un dividende et comment une entreprise le verse-t-elle? Le dividende

Plus en détail

Les stratégies d écarts sur options (suite)

Les stratégies d écarts sur options (suite) Mars 2012 Les stratégies d écarts sur options (suite) Les écarts sur options sont regroupés en deux catégories : les écarts verticaux et les écarts calendaires. Dans le premier bulletin 2012, nous avons

Plus en détail

Tunisie : Oracle lance EPM Index II

Tunisie : Oracle lance EPM Index II Tunisie : Oracle lance EPM Index II Oracle lance aujourd'hui Oracle EPM Index II, seconde édition de son indice de la gestion des performances de l'entreprise. Cette étude permet d'analyser la progression

Plus en détail

Chapitre 5- Barre d outils En Ligne (temps réel)

Chapitre 5- Barre d outils En Ligne (temps réel) Chapitre 5- Barre d outils En Ligne (temps réel) Table des matières Chapitre 5- Barre d outils En Ligne (temps réel)... 5.1 Mode en ligne... 5.2 Titres... 5.4 Liste des informations boursières présentées

Plus en détail

Évolution de l'inflation par classe de revenu

Évolution de l'inflation par classe de revenu Bijlage/Annexe 4 DÉPARTEMENT DES ÉTUDES Évolution de l'inflation par classe de revenu. Introduction Dans le contexte des récentes fortes variations des prix des matières premières et de leurs impacts sur

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Le tableau de bord : où je suis, où je vais? Animé par : Patrice LUCE, Associé au cabinet GEIREC

Le tableau de bord : où je suis, où je vais? Animé par : Patrice LUCE, Associé au cabinet GEIREC Le tableau de bord : où je suis, où je vais? Animé par : Patrice LUCE, Associé au cabinet GEIREC Sommaire I Qu est-ce qu un tableau de bord? II Notions d indicateurs III Comment se construit-il? Qu est-ce

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR Série : BTS Tertiaires Épreuve : Economie et droit Session 2014 Durée de l épreuve : 4h PROPOSITION DE CORRIGÉ 1 PARTIE ECONOMIQUE : Afin de répondre à cette première partie

Plus en détail

La vente de véhicules d occasion, un marché professionnel à reconquérir

La vente de véhicules d occasion, un marché professionnel à reconquérir La vente de véhicules d occasion, un marché professionnel à reconquérir 2/3 des ventes de véhicules d occasion se font aujourd hui de particulier à particulier et sur 120 acheteurs potentiels vus en garage

Plus en détail

UBS BLOC/BLOC Plus Plus de rendement lors d un marché stable.

UBS BLOC/BLOC Plus Plus de rendement lors d un marché stable. ab UBS BLOC/BLOC Plus Plus de rendement lors d un marché stable. Optimisation En achetant un BLOC (Discount Certificate), vous acquérez indirectement un sous-jacent moyennant un escompte (discount). A

Plus en détail

Quelle évolution pour le prix de l essence?

Quelle évolution pour le prix de l essence? Quelle évolution pour le prix de l essence? Jean-Baptiste Noé www.jbnoe.fr L essence augmente. Comme les prix d ailleurs. Il semble que cela soit une constante de l histoire : les prix augmentent et le

Plus en détail

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 Communiqué premier TRIMESTRE 2011 Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers consolidés

Plus en détail

Le rôle de la bourse de Chicago et la gestion des risques financiers reliés à l'agriculture. Quel risque?

Le rôle de la bourse de Chicago et la gestion des risques financiers reliés à l'agriculture. Quel risque? Le rôle de la bourse de Chicago et la gestion des risques financiers reliés à l'agriculture Frédéric Hamel, CFA, GSPD Consultant en mise en marché des grains, Rédacteur de la Lettre financière des marchés

Plus en détail

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Direction des Etudes Economiques Le septembre Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Le choc n est plus du côté de l offre Malgré quelques pauses, la tendance

Plus en détail

OPCVM EN BREF EN DETAIL

OPCVM EN BREF EN DETAIL OPCVM Les OPCVM sont des Organismes de Placements Collectifs en Valeurs Mobilières. C'est un terme générique qui désigne une Sicav ou un FCP. EN BREF L OPCVM est un produit financier permettant de diversifier

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA

LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA I. PROPLEMATIQUE -------------------------------- Lorsqu une entreprise souhaite commercialiser un nouveau produit ou

Plus en détail

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel

Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Le contrôle de gestion à la Banque Populaire, au niveau opérationnel Présentation de la Banque Populaire La Banque Populaire est à la fois une banque de détail et de proximité. De ce fait, les objectifs

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les positions vendeuses sur les options, ou vente d options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document

Plus en détail

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises Faits saillants Budget Québec Mesures concernant les particuliers Élimination graduelle de la contribution santé à compter du 1er janvier 2017 Mise en place en place d un bouclier fiscal Croissance de

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil IUE 454-A

Secrétariat du Grand Conseil IUE 454-A Secrétariat du Grand Conseil IUE 454-A Date de dépôt: 10 octobre 2007 Messagerie Réponse du Conseil d Etat à l'interpellation urgente écrite de M. Pierre Kunz : Les SIG veulent augmenter le prix de l'électricité

Plus en détail

TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A. Présenté à : M. François Guimond

TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A. Présenté à : M. François Guimond TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A Présenté à : M. François Guimond Par : Niéré Kouassi Mahisan Bertrand Acolaste Wesley Belo Ahmed QUESTION 2 I Analyse stratégie Futures Dans notre analyse

Plus en détail

Le warrantage. Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information / Filière céréales n 6

Le warrantage. Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information / Filière céréales n 6 Note d information / Filière céréales n 6 Renforcer les capacités des réseaux d organisations agricoles par l analyse de l évolution du prix des céréales locales au Burkina, Mali et Niger durant la période

Plus en détail

Une image cohérente avec sa production

Une image cohérente avec sa production Une image cohérente avec sa production Une image de marque peut être définie comme une représentation que se donne une entreprise vis-à-vis du public, de ses produits et de ses marques commerciales. Il

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Chapitre n 3 : Présentation des méthodes agiles et Scrum

Chapitre n 3 : Présentation des méthodes agiles et Scrum Chapitre n 3 : Présentation des méthodes agiles et Scrum I. Généralités sur les méthodes agiles I-1. Définition Les méthodes agiles sont des méthodologies essentiellement dédiées à la gestion de projets

Plus en détail

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques

Indications de contenus, commentaires, recommandations pédagogiques Document d accompagnement du référentiel de formation Inspection de l'enseignement Agricole Module : M 54 Relation commerciale Objectif général du module : Conduire une relation technico-commerciale Indications

Plus en détail

POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT

POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT POSITION ET COMMENTAIRES DE CAA-QUÉBEC RELATIVEMENT AUX PROPOSITIONS DE LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC CONCERNANT LES CONTRIBUTIONS D ASSURANCE À L INTENTION DES MEMBRES DU CONSEIL D'EXPERTS

Plus en détail

«Les ateliers commerciaux de l entrepreneur»

«Les ateliers commerciaux de l entrepreneur» «Les ateliers commerciaux de l entrepreneur» Philippe Vachet et Leadwork sont heureux de vous présenter leur nouveau concept de formations collectives «à la carte», adapté aux petites entreprises, aux

Plus en détail

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec

Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Environnement économique et gestion des risques Association des producteurs d arbres de Noël du Québec Avril 2016 Banque Nationale du Canada Strictement privé et confidentiel Agenda Contenu de la présentation:

Plus en détail

Abidjan REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION -DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

Abidjan REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION -DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION -DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE DE COCODY Abidjan I Auditeur Mr GNOCUI Prosper DESS des Hautes Etudes

Plus en détail

OFFRE NON FISCALE 123VIAGER. L immobilier autrement...

OFFRE NON FISCALE 123VIAGER. L immobilier autrement... OFFRE NON FISCALE 123VIAGER L immobilier autrement... Permettre aux retraités d améliorer leur niveau de vie Permettre aux actifs de se constituer un patrimoine immobilier dans des conditions favorables

Plus en détail

Vivre sans lunettes grâce aux lentilles ou à "jia chirurgie " ~ Renégociez votre crédit immobilier

Vivre sans lunettes grâce aux lentilles ou à jia chirurgie  ~ Renégociez votre crédit immobilier 1056 JANVIER 2011 3,90 Vivre sans lunettes grâce aux lentilles ou à "jia chirurgie " ~ Renégociez votre crédit immobilier Les meilleurs placements en 2011 ~~" P. 26 Page 1/5 VIAG Une nouvelle dimension

Plus en détail

BTS Banque session 2007 EP 4 : Gestion de clientèle et communication professionnelle Corrigé indicatif AGENCE NOVA

BTS Banque session 2007 EP 4 : Gestion de clientèle et communication professionnelle Corrigé indicatif AGENCE NOVA BTS Banque session 2007 EP 4 : Gestion de clientèle et communication professionnelle Corrigé indicatif Proposition de barème Questions Barème sur 20 Total/20 1.1 1 Partie 1 1.2 2 4 1.3 1 2.1 3 Partie 2

Plus en détail

Stratégie de vente d options d achat couvertes

Stratégie de vente d options d achat couvertes Stratégie de vente d options d achat couvertes La stratégie de vente d options d achat couvertes, également connue sous le nom de stratégie d achat-vente, est mise en œuvre par la vente d un contrat d

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

Le b.a.-ba à savoir sur le Spot Forex avant de commencer

Le b.a.-ba à savoir sur le Spot Forex avant de commencer Le b.a.-ba à savoir sur le Spot Forex avant de commencer Le Forex est en vogue, pour de bonnes raisons. Avec la démocratisation d'internet, les particuliers ont désormais accès, en seulement quelques clics,

Plus en détail

Obligations (3) : les convertibles

Obligations (3) : les convertibles - 1 - Obligations (3) : les convertibles Mots clés :! Action! Actuariel! Conversion! Convertible! Hybride! Obligation! OC! Océane! Option! Parité! Prime de conversion! Remboursement anticipé! Support!

Plus en détail

Producteur voulant protéger la production de pétrole brut lourd

Producteur voulant protéger la production de pétrole brut lourd Producteur voulant protéger la production de pétrole brut lourd Un producteur de pétrole vend sa production future de pétrole brut lourd à un client à un prix déterminé aujourd hui. Le producteur veut

Plus en détail

Renseignements additionnels

Renseignements additionnels Gérer pour l avenir Renseignements additionnels au Rapport annuel 2005 Renseignements additionnels au Rapport annuel 2005 I. Tableau des rendements 1 Rapport des vérificateurs... 1 2 Notes générales...

Plus en détail

PUBLICATION JLR 2016. Rapport sur le marché hypothécaire. www.jlr.ca

PUBLICATION JLR 2016. Rapport sur le marché hypothécaire. www.jlr.ca PUBLICATION JLR 2016 Rapport sur le marché hypothécaire www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Sur les 243 000 hypothèques notariées enregistrées au Registre foncier en 2015, un peu plus de 119 000 ont été contractées

Plus en détail

Partie 1 : Le nouveau rôle du marketing

Partie 1 : Le nouveau rôle du marketing Partie 1 : Le nouveau rôle du marketing Chapitre 1 : Le marketing dans l entreprise et dans l économie Plan du cours - Les fondements idéologiques du marketing. - Le rôle du marketing dans l économie.

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

Guide du créateur qui veut devenir commerçant

Guide du créateur qui veut devenir commerçant Guide du créateur qui veut devenir commerçant A quoi sert ce guide? Objectif Si proposer des bons de réduction à un client vous donne le sentiment de le voler alors ce guide est fait pour vous! Avoir du

Plus en détail

ED 2133/12. 4 mai 2012 Original : anglais. Communication de l OIC au Sommet du G 20 Los Cabos (Mexique) 18-19 juin 2012

ED 2133/12. 4 mai 2012 Original : anglais. Communication de l OIC au Sommet du G 20 Los Cabos (Mexique) 18-19 juin 2012 ED 2133/12 4 mai 2012 Original : anglais F Communication de l OIC au Sommet du G 20 Los Cabos (Mexique) 18-19 juin 2012 Le Directeur exécutif présente ses compliments et, conformément à la décision prise

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Novembre 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

Marques de distributeurs et accès au marché des fournisseurs de la grande distribution

Marques de distributeurs et accès au marché des fournisseurs de la grande distribution Marques de distributeurs et accès au marché des fournisseurs de la grande distribution Patrice Reis, Maître de conférences en droit privé UNS, CREDECO-IGREDEG-CNRS email reis@gredeg.cnrs.fr La grande distribution

Plus en détail

Mémo Conseiller. Horizon 2

Mémo Conseiller. Horizon 2 Mémo Conseiller Horizon 2 Titre de créance à capital non garanti, ni en cours de vie ni à l échéance Alternative à un placement risqué en actions de la zone Euro Émetteur : Crédit Agricole CIB Financial

Plus en détail

MERCEDES BENZ FINANCIAL SERVICES: VOTRE PARTENAIRE FINANCIER

MERCEDES BENZ FINANCIAL SERVICES: VOTRE PARTENAIRE FINANCIER MERCEDES BENZ FINANCIAL SERVICES: VOTRE PARTENAIRE FINANCIER Ce prospectus est rédigé au nom du vendeur dont le cachet figure ci-dessous et agissant comme intermédiaire de crédit. Cachet de l intermédiaire

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

FICHE. L évaluation d une obligation 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION 2 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE OBLIGATION

FICHE. L évaluation d une obligation 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION 2 LES CARACTÉRISTIQUES D UNE OBLIGATION L évaluation d une obligation FICHE 2 1 DÉFINITION D UNE OBLIGATION Une obligation est un titre de créances négociables représentatif d une fraction d un emprunt émis par l État ou par une entreprise.

Plus en détail