2. Constats et analyse de l inspection des installations classées

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2. Constats et analyse de l inspection des installations classées"

Transcription

1 PREFET ES ALPES MARITIMES irection régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement de Provence-Alpes-Côte d'azur Nice, le 05 novembre 2015 Unité Territoriale des Alpes-Maritimes Nice Leader Tour Hermès 64/66 route de Grenoble Nice Affaire suivie par : Subdivision Nice 05 Tél : Fax : Madame la irectrice de la REAL PACA à Monsieur le PREFET des Alpes-Maritimes A l attention de M. le Secrétaire Général Référence : Nice-Sub05\MV\KV\ S3IC P2 RAPPORT E L INSPECTION ES INSTALLATIONS CLASSEES Objet : Société RECOR France rue des Trois Moulins - Z.I. les Trois Moulins à Antibes Visite d inspection du 16 septembre 2015 Références : Arrêté de mise en demeure du 10/06/2014 Courrier de l exploitant du 08/07/ Contexte La société RECOR France fondée en 1957, au capital 100% familial, a pour objet la fabrication et la commercialisation d amortisseurs hydrauliques. Implantée depuis 1976 sur le site du parc international d activités de Sophia Antipolis, la société RECOR France emploie 125 personnes sur m² couverts. L établissement de traitement de surfaces et d application de peintures d Antibes est réglementé par un arrêté préfectoral en date du 15 décembre L établissement a fait l objet d une visite d'inspection non exhaustive le 15/05/2014. Suite à ce contrôle et conformément aux propositions formulées dans le rapport d inspection référencé MV/MV/ , M. le Préfet a pris un Arrêté Préfectoral de Mise en emeure (APM) en date du 10/06/2014 et a formulé certaines demandes complémentaires. ans un courrier en date du 08 juillet 2014, la société Record France nous indique les actions qu elle a prévues en vue de se conformer à la réglementation, les modalités qu elle a d ores et déjà déployées pour satisfaire à certains points de la mise en demeure et nous apporte quelques éléments de réponses attendus. Le présent rapport présente l analyse de ces éléments et les constats faits lors d une visite de récolement à l APM du 10/06/2014 effectuée le 16 septembre 2015 sur le site. 1/5

2 2. Constats et analyse de l inspection des installations classées 2.1. Situation administrative de l installation L établissement est soumis à autorisation au titre de la rubrique n 2565 (traitement de surface) de la nomenclature des Installations Classées pour la Protection de l Environnement (ICPE). Lui sont greffées des ICPE plus modestes sous régime de déclaration : refroidissement par dispersion d eau dans un flux d air, application de peinture, réfrigération compression, fonderie, travail mécanique des métaux. Le tableau suivant présente l état du classement des installations classées pour la protection de l environnement dans l établissement RECOR France. Rubrique ésignation de l activité Volume autorisé Régime a b Fonderie (fabrication de produits moulés) de métaux et alliages non ferreux (à l'exclusion de celle relevant de la rubrique 2550) La capacité de production étant : 2. Supérieure à 100 kg/j, mais inférieure ou égale à 2 t/j Métaux et alliages (travail mécanique des ) La puissance installée de l ensemble des machines fixes concourant au fonctionnement de l installation étant : 2. Supérieure à 50 kw, mais inférieure ou égale à 500 kw Revêtement métallique ou traitement (nettoyage, décapage, conversion, polissage, attaque chimique, etc) de surfaces (métaux, matières plastiques, semiconducteurs, etc) par voie électrolytique ou chimique à l exclusion du nettoyage, dégraissage, décapage de surfaces visés par la rubrique Procédés utilisant des liquides (sans mise en œuvre de cadmium), le volume des cuves de traitement de mise en œuvre étant : a) Supérieur à 1500 litres Réfrigération ou compression (installations de) fonctionnant à des pressions effectives supérieures à 105 Pa : 2. ans tous les autres cas (fluides non classés inflammables ou toxiques), la puissance absorbée étant : 2 presses à injecter pour la fonte de 400 kg/j de zamak (mélange de 95% zinc, 4% aluminium, 0.7% cuivre) 400 kw - une cuve de dégraissage électrolytique de 1900 litres - une cuve d attaque chromique de 2600 litres - 3 bains de chromage de volume total 9180 litres Volume total pour le classement : litres de capacité maximale 4 compresseurs dont 1 de secours de puissance totale électrique totale absorbée de: 66 kw A b) Supérieure à 50 kw, mais inférieure ou égale à 500 KW b Refroidissement par dispersion d eau dans un flux d air (installations de) : 1. Lorsque l installation n est pas du type «circuit primaire fermé» : Puissance thermique évacuée maximale est de 174 kw. b) La puissance thermique évacuée maximale étant inférieure à kw Vernis, peinture, apprêt, colle, enduit, etc, (application, cuisson, séchage de) sur support quelconque (métal, bois, plastiques, textile, ) à l exclusion : - des activités de traitement ou d emploi de goudrons, d asphaltes, de brais et de matières bitumineuses couvertes par la rubrique 1521 ; b - des activités couvertes par les rubriques 2445 et 2450 ; - des activités de revêtement sur véhicules et engins à moteur couvertes par la rubrique 2930 ; Application à froid de peinture par pulvérisation, la quantité maximale de peintures susceptible d être mise en œuvre est de 50 kg/j. - ou de toute activité couverte explicitement par une autre rubrique 2. Lorsque l application est faite par tout procédé autre que le "trempé" (pulvérisation, enduction ) Si la quantité maximale de produits susceptible d être mise en œuvre est : b) Supérieure à 10 kg/jour, mais inférieure ou égale à 100 kg/jour : éclaration A : Autorisation 2/5

3 2.2. Visite d inspection du 15/05/2014 : constats et suites La visite d inspection du 15/05/2014 était axée sur le récolement partiel à l arrêté préfectoral d autorisation n du 15/12/2008. Lors de ce contrôle, l inspection a relevé 8 écarts à la réglementation et formulé 2 remarques. En conséquence, M. le Préfet a pris un APM en date du 10/06/2014 et a formulé certaines demandes complémentaires. L exploitant dans un courrier en date du 08/07/2014 a pris des engagements en vue de se conformer à la réglementation et a transmis des rapports d analyses et de contrôles effectués par des organismes extérieurs sur ses installations Constats faits par l inspection vis-à-vis de l APM du 10/06/2014 La visite d inspection du 16/09/2015 a été conduite sur le recollement des prescriptions de l APM du 10/06/2014. Concernant l absence de Plan de Gestion des Solvants (PGS) : Lors de l inspection, l exploitant nous a remis un «PGS» portant sur les six dernières années. Cependant, ce bilan ne comportant que les quantités de peinture et de diluant utilisés n est pas conforme aux dispositions de l'article 28.1 de l'arrêté du 2 février 1998 modifié relatif aux prélèvements et à la consommation d'eau ainsi qu'aux émissions de toute nature des ICPE. Constat n 1 : La première prescription de l arrêté de mise en demeure, à savoir : «L exploitant est tenu de mettre en place un plan de gestion de solvants, mentionnant notamment les entrées et les sorties des solvants de l installation. Ce plan est tenu à la disposition de l inspection des installations classées.», n est que partiellement satisfaite. Il conviendra par conséquent de demander à l exploitant de produire un PGS ad hoc sous deux mois en se référant, par exemple, au guide d élaboration d un PGS proposé par L INERIS. Concernant l absence de relevé régulier des volumes d eau mesurés : Lors de l inspection, l exploitant nous a présenté un registre dans lequel est consignée hebdomadairement la consommation d eau de l atelier de traitement de surface. Constat n 2 : La deuxième prescription de l arrêté de mise en demeure, à savoir : «Un dispositif de mesure totalisateur de la quantité d eau consommée par l atelier de traitement de surface est installé. Ces mesures sont régulièrement relevées et le résultat est enregistré et tenu à la disposition de l inspection des installations classées.» est satisfaite. Concernant la fermeture de sûreté du local dédié aux produits toxiques : Nous avons constaté que la porte du local où est stocké le trioxyde de chrome est désormais cadenassée. Constat n 3 : La troisième prescription de l arrêté de mise en demeure, à savoir : «Les locaux doivent être pourvus de fermeture de sûreté», est satisfaite. Concernant le calcul consommation d eau spécifique du traitement de surface : L exploitant nous a produit le calcul annuel de la consommation spécifique d'eau par mètre carré de surface traitée et par fonction de rinçage. Constat n 4 : La quatrième prescription de l arrêté de mise en demeure, à savoir : «L exploitant calcule une fois par an la consommation spécifique de son installation, sur une période représentative de son activité. Il tient à disposition de l inspection des installations classées le résultat et le mode de calcul de cette consommation spécifique ainsi que les éléments justificatifs de ce calcul.», est satisfaite. Concernant le contrôle périodique des rejets atmosphériques et l estimation des émissions diffuses sur les conduits n 4 et 5 : ans son courrier du 08/07/2014 l exploitant a annexé un rapport d essai de contrôles des rejets atmosphériques émis par les conduits n 4 (bains de chromage) et 5 (bains de dégraissage) réalisés le 16 juin 2014 par le BUREAU VERITAS. 3/5

4 Lors de la visite, l exploitant nous a fourni un rapport d essai de contrôles des rejets atmosphériques émis par les conduits des deux cabines de peinture réalisés le 9 septembre 2014 par le BUREAU VERITAS. Ces deux rapports font apparaître que les Valeurs Limites d Emissions (VLE) sont respectées pour l ensemble des paramètres mesurés. Constat n 5 : La cinquième prescription de l arrêté de mise en demeure, à savoir : «Les mesures portent sur les rejets définis à l article cf plan de situation en annexe 2 du présent arrêté. L exploitant fait effectuer au moins une fois tous les trois ans, par un organisme agréé par le ministère en charge de l environnement, une mesure du débit rejeté et de sa concentration de l ensemble des polluants émis par les conduits 1, 2, 3, 6 et 7 visés à l article selon les méthodes normalisés en vigueur. L exploitant fait effectuer au moins une fois par an, par un organisme agréé par le ministère en charge de l environnement, une mesure du débit rejeté et de sa concentration des polluants émis par les conduits 4 et 5 visés à l article selon les méthodes normalisés en vigueur. Une estimation des émissions diffuses sur les émissaires 4 et 5 est également réalisée selon la même périodicité. Les résultats de ces mesures seront adressés à l inspection des installations classées dans le mois qui suivra leur réalisation», est satisfaite. Concernant la mesure de moins d un an des rejets en eaux pluviales : ans son courrier du 08/07/2014 l exploitant a annexé un rapport d analyse des eaux pluviales réalisée le 09/04/2014 par le laboratoire PROTEC SEROM. Lors de l inspection, l exploitant nous a fourni un rapport d analyse des eaux pluviales réalisée le 17/03/2015 par le laboratoire PROTEC SEROM. Ces rapports font apparaître que les Valeurs Limites d Emissions (VLE) sont respectées pour l ensemble des paramètres mesurés. Constat n 6 : La sixième prescription de l arrêté de mise en demeure, à savoir : «Une mesure annuelle des paramètres repris à l article (valeurs limites d émission des eaux exclusivement pluviales) est effectuée aux point de rejets 3 et 4 des eaux pluviales sur un échantillon représentatif.», est satisfaite. Concernant l absence de mesure de la situation acoustique de l établissement : Lors de la visite, l exploitant nous a fournis un rapport de mesure de bruit dans l environnement du site réalisée par le BUREAU VERITAS le 10 septembre Ce rapport fait apparaître que les niveaux limites de bruit ainsi que les valeurs limites émergences sont respectées en tous points. Constat n 7 : La septième prescription de l arrêté de mise en demeure, à savoir : «Une mesure de la situation sera effectuée tous les trois ans à compter de la date de notification du présent arrêté», est satisfaite. Concernant l absence de transmission du rapport de synthèse de l autosurveillance : L exploitant nous a transmis les résultats de la surveillance des émissions requis ; toutefois, il conviendra de lui rappeler que conformément aux dispositions de l arrêté ministériel du 28 avril entré en vigueur le 1er janvier 2015 la transmission de ces données doit être effectuée par voie électronique sur le site internet Gestion Informatique des onnées de l Autosurveillance Fréquente (GIAF à l adresse https://gidaf.developpement-durable.gouv.fr/gidaf/) dans les délais prescrits dans l arrêté d autorisation préfectoral du 15 décembre Constat n 8 : La huitième prescription de l arrêté de mise en demeure, à savoir : «Sans préjudice des disposition de l article R du code de l environnement, l exploitant établi un rapport de synthèse relatif aux résultat des mesures et analyses imposées au chapitre 8.2 (MOALITE EXERCICE ET CONTENU E L AUTOSURVEILLANCE) Ce rapport réalisé le mois N est adressé à l inspection des installations classées avant la fin du mois N+1.», est partiellement satisfaite. 4/5

5 2.4. Réponses aux remarques complémentaires suite à la visite du 15/05/2014 En remarque n 1, il a été demandé à l exploitant de joindre une copie des rapports d analyse effectués par le laboratoire lors de la transmission du bilan annuel du suivi de la concentration en légionnelles dans l eau du circuit de sa tour aéroréfrigérante. L exploitant a pris en compte cette demande en nous faisant parvenir les documents requis. La seconde requête concernait la transmission à l inspection du montage de chacun des bains de l installation de traitement de surface (produits, volume, densité, température ). L exploitant nous a remis un document contenant les informations attendues. 3. Conclusions et propositions de l inspection des installations classées Compte tenu des constats réalisés lors de la visite de récolement du 16/09/2015 et des éléments de réponses reçues, nous proposons à M. Le Préfet : - qu il indique à l exploitant que l inspection a constaté le respect des prescriptions de son arrêté préfectoral de mise en demeure du 10/06/2014 ; - qu il réclame toutefois de l exploitant la transmission d un PGS ad hoc sous deux mois ; - qu il rappelle à l exploitant son obligation de transmission des résultats de son autosurveillance par voie électronique sur le site du ministère en charge des installations classées prévu à cet effet ; - qu il nous adresse une copie de la preuve de notification du courrier à l exploitant. Conformément à l article L du Code de l Environnement, nous avons adressé copie du présent rapport et de la pièce jointe à l exploitant qui est invité à faire valoir ses observations sous huit jours à M. le Secrétaire Général de la préfecture des Alpes Maritimes. L inspecteur de l environnement, L inspecteur de l environnement, Max VAILLANT Kim VU Vu et transmis avec avis conforme pour la irectrice et par délégation Le chef de l Unité Territoriale des Alpes Maritimes Bernard MULLER 5/5

3. Périmètre de l analyse

3. Périmètre de l analyse PREFET DES ALPES MARITIMES Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement de Provence Alpes Côte d'azur Nice, le 26/11/2013 Unité territoriale Alpes Maritimes Nice Leader Tour

Plus en détail

Le Préfet d'indre-et-loire, Chevalier de la Légion d'honneur, Officier de l'ordre National du Mérite ;

Le Préfet d'indre-et-loire, Chevalier de la Légion d'honneur, Officier de l'ordre National du Mérite ; PRÉFECTURE IRECTION ES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET E L'AMÉNAGEMENT Bureau de l'aménagement du Territoire et des Installations Classées Affaire suivie par : Pascale SASSANO : 02.47.33.12.43 Fax direction

Plus en détail

RAPPORT DE L INSPECTEUR DES INSTALLATIONS CLASSEES

RAPPORT DE L INSPECTEUR DES INSTALLATIONS CLASSEES PREFET DES ALPES MARITIMES Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement de Provence-Alpes-Côte d'azur Nice, le 17/07/2015 Unité territoriale Alpes-Maritimes Nice Leader Tour

Plus en détail

La visite d inspection du 19/02/2014 s est déroulée en présence de M. PAZERI, Directeur Technique.

La visite d inspection du 19/02/2014 s est déroulée en présence de M. PAZERI, Directeur Technique. PREFET DES ALPES MARITIMES Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement de Provence Alpes Côte d'azur Nice, le 14 mars 2014 Unité territoriale Alpes Maritimes Nice Leader Tour

Plus en détail

La mécanique au cœur du monde en mouvement

La mécanique au cœur du monde en mouvement La mécanique au cœur du monde en mouvement Programme Rappel des principes réglementaires des installations classées pour la protection de l environnement ICPE Modification de la nomenclature ICPE: Concernant

Plus en détail

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement QU EST CE QU UNE UNE INSTALLATION CLASSÉE? Les ateliers, usines, dépôts, chantiers qui peuvent être source de pollution ou de risque pour

Plus en détail

PREFECTURE DE LA REUNION

PREFECTURE DE LA REUNION PREFECTURE DE LA REUNION SECRETARIAT GENERAL SAINT-DENIS, le 07 avril 2009 Direction des Relations avec les Collectivités Territoriales et du Cadre de Vie Bureau de l Environnement et de l Urbanisme A

Plus en détail

Installations Classées pour la protection de l Environnement

Installations Classées pour la protection de l Environnement Installations Classées pour la protection de l Environnement 2006 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie à partir : des données sur les Installations Classées pour la Protection

Plus en détail

AREVA NC Direction de la chimie de l uranium BP 29 26701 PIERRELATTE Cedex

AREVA NC Direction de la chimie de l uranium BP 29 26701 PIERRELATTE Cedex RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N Réf. : CODEP-LYO-2015-017016 Lyon, le 29 Avril 2015 AREVA NC Direction de la chimie de l uranium BP 29 26701 PIERRELATTE Cedex Objet : Contrôle des installations

Plus en détail

Réglementation relative aux tours aéroréfrigérantes (TAR) Document d'information sur les évolutions réglementaires de décembre 2013

Réglementation relative aux tours aéroréfrigérantes (TAR) Document d'information sur les évolutions réglementaires de décembre 2013 Réglementation relative aux tours aéroréfrigérantes (TAR) Document d'information sur les évolutions réglementaires de décembre 2013 1. Contexte Le périmètre d'application ainsi que les arrêtés ministériels

Plus en détail

PREFET DE L'AIN. Le préfet de l'ain, VU la notification au demandeur du projet d arrêté préfectoral ; - A R R E T E -

PREFET DE L'AIN. Le préfet de l'ain, VU la notification au demandeur du projet d arrêté préfectoral ; - A R R E T E - PREFET DE L'AIN Préfecture de l'ain Direction de la réglementation et des libertés publiques Bureau des réglementations Références : ACM Arrêté préfectoral fixant des prescriptions complémentaires à l

Plus en détail

Arrêté préfectoral portant renouvellement de l'agrément de la SARL NEGOCE AUTO, exploitant d'un centre VHU. Agrément n PR 49 00012 D

Arrêté préfectoral portant renouvellement de l'agrément de la SARL NEGOCE AUTO, exploitant d'un centre VHU. Agrément n PR 49 00012 D PREFECTURE DIRECTION DE L'INTERMINISTÉRIALITÉ ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Bureau des ICPE et de la protection du patrimoine -------------------------- Installations classées AUTORISATION SARL NEGOCE AUTO

Plus en détail

Mise à jour ICPE. 10 septembre 2009. Vous pouvez à loisir découper les textes modifiés. afin de les insérer dans l ouvrage aux endroits concernés

Mise à jour ICPE. 10 septembre 2009. Vous pouvez à loisir découper les textes modifiés. afin de les insérer dans l ouvrage aux endroits concernés ICPE 0 septembre 2009 Vous pouvez à loisir découper les textes modifiés afin de les insérer dans l ouvrage aux endroits concernés P 94 Bovins ctivité d'élevage, transit, vente, etc. 20 ate de la rubrique

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE PIECE III - ETUDE D IMPACT

RESUME NON TECHNIQUE PIECE III - ETUDE D IMPACT RESUME NON TECHNIQUE PIECE III - ETUDE D IMPACT Résumé non technique - Pièce III Etude d impact Page 1 .I LOCALISATION La société SAI est située sur la commune de Revin, dans le département des Ardennes.

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE PIECE III - ETUDE D IMPACT

RESUME NON TECHNIQUE PIECE III - ETUDE D IMPACT RESUME NON TECHNIQUE PIECE III - ETUDE D IMPACT I. LOCALISATION La société Prisma est située sur la commune de Pure, dans le département des Ardennes. Les installations sont situées à proximité des habitations.

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Carrosserie automobile L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de carrosserie automobile peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux,

Plus en détail

N 267.2 Peinture/application par pulvérisation de plus de 250 kg par an INFORMATIONS GENERALES

N 267.2 Peinture/application par pulvérisation de plus de 250 kg par an INFORMATIONS GENERALES N 267.2 Peinture/application par pulvérisation de plus de 250 kg par an INFORMATIONS ENERALES PAE 1 / 15 REVISION : 0 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des

Plus en détail

Planification opérationnelle. Objectifs. Introduction

Planification opérationnelle. Objectifs. Introduction Planification opérationnelle Introduction Objectifs A la fin de la séquence, le stagiaire sera capable de se positionner dans l ensemble de la planification opérationnelle. 1. Introduction : Feyzin FEYZIN

Plus en détail

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition

Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition Tableau sommaire et synthétique des informations et documents à donner au CHSCT, ou à tenir à sa disposition (Attention : MAJ au 13/07/2014 - vérifier au cas par cas les textes en vigueur) A COMMUNIQUER

Plus en détail

PREFET DE L'AIN. Le préfet de l'ain,

PREFET DE L'AIN. Le préfet de l'ain, PREFET DE L'AIN Préfecture de l'ain Direction de la réglementation et des libertés publiques Bureau des réglementations Références : ACM Arrêté préfectoral fixant des prescriptions complémentaires à l

Plus en détail

Carrosserie automobile

Carrosserie automobile 1 Les déchets Les déchets issus des activités de carrosserie automobile peuvent être classés en deux catégories : Les déchets banals (DIB) non dangereux, mais qui peuvent dégrader l environnement s ils

Plus en détail

PRÉFET DE LA DRÔME. ARRETE PREFECTORAL n 2014087-0015 DE PRESCRIPTIONS COMPLEMENTAIRES

PRÉFET DE LA DRÔME. ARRETE PREFECTORAL n 2014087-0015 DE PRESCRIPTIONS COMPLEMENTAIRES Liberté Égalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PRÉFET E LA RÔME irection départementale de la Protection des Populations Service protection de l'environnement Valence, le 28 mars 2014 Affaire suivie par

Plus en détail

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement. Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement ( I.C.P.

Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement. Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement ( I.C.P. Les Installations Classées pour la Protection de l Environnement ( I.C.P.E) Historique Réglementation générale Contenu dudossier Le commissaire enquêteur Suite et fin de l enquête publique Historique

Plus en détail

Commission de suivi des sites

Commission de suivi des sites Commission de suivi des sites 8 octobre 2013 PARTENAIRE PRIVILEGIE DE L INDUSTRIE L AUTOMOBILE Sommaire 1) Présentation du Groupe Arche et de S.A.M Technologies 2) Bilan des actions pour l amélioration

Plus en détail

Recherche et réduction des rejets de substances dangereuses dans l eau 2 ème phase. 1 ère vague

Recherche et réduction des rejets de substances dangereuses dans l eau 2 ème phase. 1 ère vague Recherche et réduction des rejets de substances dangereuses dans l eau 2 ème 1 ère vague Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement (DREAL) PACA Réduction des toxiques Une

Plus en détail

VEILLE REGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.5

VEILLE REGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.5 LES EFFLUENTS Code de la Santé Publique L1331-10 Code de l Environnement R214-1 et suivants Arrêté du 22 juin 2007 relatif à la collecte, au transport et au traitement des eaux usées des agglomérations

Plus en détail

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB La réglementation climatisation PEB en Région Bruxelles-Capitale Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB SOMMAIRE LE CONTEXTE CHIFFRES CLES DE LA CLIMATISATION A BRUXELLES

Plus en détail

DEPARTEMENT DE L ALLIER

DEPARTEMENT DE L ALLIER PRÉFET DE L ALLIER Direction Régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement Auvergne Christophe MERLIN Chef de l'unité territoriale Allier Puy-de-Dôme Christian SAINT-MAURICE Chef de la

Plus en détail

La Préfète du cher, Chevalier de la Légion d Honneur,

La Préfète du cher, Chevalier de la Légion d Honneur, 1 PRÉFÈTE DU CHER Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations Pôle de la Protection des Populations Service de la Protection des Populations - Installation classée

Plus en détail

Manifestations et utilisations exceptionnelles de locaux recevant du Public (ERP)

Manifestations et utilisations exceptionnelles de locaux recevant du Public (ERP) Ville de Saint Jacques de la Lande Direction de l Aménagement Urbain 11, rue des 25 Fusillés CS 20732 35207 Rennes Cedex 2 Tél. : 02-99-29-75-54 Fax : 02-99-31-21-06 Manifestations et utilisations exceptionnelles

Plus en détail

Modèle. Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables

Modèle. Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables Modèle Convention portant sous-traitance de la préparation des traitements anticancéreux injectables Vu les articles R. 5126-9, R. 5126-10, R. 5126-20, L.5126-2 du CSP, Vu l arrêté du 31 mars 1999 relatif

Plus en détail

Arrêté préfectoral d enregistrement n 2012271-0007

Arrêté préfectoral d enregistrement n 2012271-0007 Préfecture Direction de la réglementation et des élections Bureau de l'environnement et des enquêtes publiques Arrêté préfectoral d enregistrement n 2012271-0007 Le Préfet des Yvelines, Chevalier de la

Plus en détail

Le Préfet du Loiret Officier de la Légion d Honneur Officier de l Ordre National du Mérite

Le Préfet du Loiret Officier de la Légion d Honneur Officier de l Ordre National du Mérite Direction départementale de la protection des populations Service de la sécurité de l environnement industriel Affaire suivie par Nadège ROLAIN Téléphone : 02.38.42.42.77 Courriel : nadege.rolain@loiret.gouv.fr

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

Label Promotelec Habitat Neuf PRESCRIPTIONS OBLIGATOIRES, POINTS DE VÉRIFICATION ET RECOMMANDATIONS

Label Promotelec Habitat Neuf PRESCRIPTIONS OBLIGATOIRES, POINTS DE VÉRIFICATION ET RECOMMANDATIONS 3 Label Promotelec Habitat Neuf, POINTS DE VÉRIFICATION ET RECOMMANDATIONS Production d eau chaude sanitaire Réseaux de communication MARQUAGE QUALITÉ EXIGÉ Tous systèmes de production d'eau chaude sanitaire

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Arrêté du 8 juin 2006 relatif à l agrément des établissements mettant sur le marché des produits d origine animale

Plus en détail

RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 DIAGNOSTIC DE L ETAT L ET PERSPECTIVES

RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 DIAGNOSTIC DE L ETAT L ET PERSPECTIVES RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 ENVIRONNEMENT, HYGIENE ET SECURITE AU NIVEAU DU SECTEUR DE L ELECTRICITE ET DU GAZ DIAGNOSTIC DE L ETAT L ACTUEL ET PERSPECTIVES Par :

Plus en détail

Conclusions DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES SCI DU MOULIN GESTION DES EAUX PLUVIALES D UN FUTUR LOTISSEMENT ENQUETE PUBLIQUE

Conclusions DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES SCI DU MOULIN GESTION DES EAUX PLUVIALES D UN FUTUR LOTISSEMENT ENQUETE PUBLIQUE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES SCI DU MOULIN GESTION DES EAUX PLUVIALES D UN FUTUR LOTISSEMENT ENQUETE PUBLIQUE DEMANDE D AUTORISATION AU TITRE DE LA LOI SUR L EAU SUR LA COMMUNE DE ST SYMPHORIEN CONCLUSIONS

Plus en détail

EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES

EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES EDF ET LA SURVEILLANCE DE L ENVIRONNEMENT AUTOUR DES CENTRALES NUCLÉAIRES «La conformité à la réglementation en vigueur, la prévention des pollutions ainsi que la recherche d amélioration continue de la

Plus en détail

I Calendrier. Nice, le 15 février 2012. Le Directeur Académique Des Services de l Education Nationale

I Calendrier. Nice, le 15 février 2012. Le Directeur Académique Des Services de l Education Nationale Nice, le 15 février 2012 MINISTÈRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE, DE LA JEUNESSE, ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Le Directeur Académique Des Services de l Education Nationale à Boulevard Slama BP 3001 06201 Nice

Plus en détail

Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910

Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910 Christophe MERLIN DREAL Auvergne, unité territoriale 63 Sophie SEYTRE DREAL Auvergne, service risques Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910 Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement

Plus en détail

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l Université de Picardie Jules Verne

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l Université de Picardie Jules Verne Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail de l Université de Picardie Jules Verne Article 1 er Le présent règlement intérieur a pour objet de fixer, dans le cadre

Plus en détail

Modification des seuils de rejet Potassium, Chlorures et Fluorures de SOCATRI

Modification des seuils de rejet Potassium, Chlorures et Fluorures de SOCATRI Modification des seuils de rejet Potassium, Chlorures et Fluorures de SOCATRI Page : 1/25 Sommaire 1 Objet du document...3 2 Références...4 3 Définitions...5 4 Rappel sur le procédé de traitement des effluents

Plus en détail

Objet : Monsieur le directeur,

Objet : Monsieur le directeur, RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2016-023742 Orléans, le 10 juin 2016 Objet : Monsieur le Directeur du Centre Nucléaire de Production d Electricité de CHINON BP80 37420 AVOINE Surveillance

Plus en détail

COMITE DE LIAISON DES APPAREILS DESTINES A ÊTRE UTILISES EN ATMOSPHERES EXPLOSIBLES

COMITE DE LIAISON DES APPAREILS DESTINES A ÊTRE UTILISES EN ATMOSPHERES EXPLOSIBLES CLATEX COMITE DE LIAISON DES APPAREILS DESTINES A ÊTRE UTILISES EN ATMOSPHERES EXPLOSIBLES Alain Czyz - INERIS - BP2 60550 VERNEUIL EN HALATTE Tél: 03 44 55 65 42 Fax: 03 44 55 67 04 Alain.Czyz@ineris.fr

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA METROPOLE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA METROPOLE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA METROPOLE DE LYON ARRETE N 2016-04-21-R-0333 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement des eaux usées autres

Plus en détail

PRIMES COMMUNALES EN FAVEUR DES ENERGIES RENOUVELABLES ET DE L ISOLATION DES TOITURES TITRE I REGLEMENT GENERAL

PRIMES COMMUNALES EN FAVEUR DES ENERGIES RENOUVELABLES ET DE L ISOLATION DES TOITURES TITRE I REGLEMENT GENERAL PRIMES COMMUNALES EN FAVEUR DES ENERGIES RENOUVELABLES ET DE L ISOLATION DES TOITURES TITRE I REGLEMENT GENERAL Article 1 : Pour l application du présent règlement, il faut entendre par demandeur, toute

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 10 décembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-049274 Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie - Site de la Pitié Salpêtrière 91, boulevard de l'hôpital 75013

Plus en détail

38 550 SAINT-MAURICE-L EXIL

38 550 SAINT-MAURICE-L EXIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 28 octobre 2013 N/Réf. : CODEP-LYO-2013-059840 Monsieur le Directeur du centre nucléaire de production d'électricité de Saint-Alban Saint- Maurice Electricité

Plus en détail

RÅsumÅ non technique de l Åtude d impact

RÅsumÅ non technique de l Åtude d impact CTERPILLR France SS - Site d Echirolles - venue uguste Ferrier - 38130 Echirolles Dossier de demande d autorisation d exploiter d une installation classåe pour la protection de l environnement Projet d

Plus en détail

ARRÊTÉ n 2014181-0014

ARRÊTÉ n 2014181-0014 PRÉFET DE LA RÉGION AUVERGNE PREFET DU PUY-DE-DOME DIRECTION RÉGIONALE DE L'ENVIRONNEMENT, DE L'AMÉNAGEMENT ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ n 2014181-0014 Arrêté préfectoral complémentaire modifiant les dispositions

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS Recueil des actes administratifs 2013_Aout _Edit_Sp_1_Intégral.odt 1 PREFECTURE DE L AISNE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS Édition Spéciale partie 1 du mois d'août 2015 210 ème année 2015 Mensuel - Abonnement

Plus en détail

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique Page: 1/10 REFERENTIEL TECHNIQUE Intrants Utilisables en Agriculture Biologique Ce document est la propriété d ECOCERT. Toute reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement écrit d ECOCERT

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION DE DÉTENIR / UTILISER DES APPAREILS DE DÉTECTION DE PLOMB DANS LES PEINTURES CONTENANT DES SOURCES RADIOACTIVES

DEMANDE D AUTORISATION DE DÉTENIR / UTILISER DES APPAREILS DE DÉTECTION DE PLOMB DANS LES PEINTURES CONTENANT DES SOURCES RADIOACTIVES AUTO/IND/PLOMB DEMANDE D AUTORISATION DE DÉTENIR / UTILISER DES APPAREILS DE DÉTECTION DE PLOMB DANS LES PEINTURES CONTENANT DES SOURCES RADIOACTIVES Ce formulaire de demande concerne les demandes d autorisation

Plus en détail

TRAVAUX NEUFS, D ENTRETIEN ET DE REPARATIONS ELECTRIQUES DANS LES BATIMENTS DE LA VILLE DE COUPVRAY

TRAVAUX NEUFS, D ENTRETIEN ET DE REPARATIONS ELECTRIQUES DANS LES BATIMENTS DE LA VILLE DE COUPVRAY DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES TRAVAUX NEUFS, D ENTRETIEN ET DE REPARATIONS ELECTRIQUES DANS LES BATIMENTS DE LA VILLE DE COUPVRAY MARCHE A BONS DE COMMANDE MARCHÉ N 1/ST/2013 REGLEMENT DE LA

Plus en détail

Qu est-ce que le marquage CE?... P4. Directive «produits de construction» (DPC)... P5. Principe de l évaluation de la conformité...

Qu est-ce que le marquage CE?... P4. Directive «produits de construction» (DPC)... P5. Principe de l évaluation de la conformité... GUIDE DU MARQUAGE GUIDE DU MARQUAGE Sommaire Principe Qu est-ce que le marquage CE?... P4 Directive «produits de construction» (DPC)... P5 Principe de l évaluation de la conformité... P6 Principe et application

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Maçonnerie L environnement dans l Artisanat Les déchets Les déchets issus des activités de maçonnerie-plâtrerie-carreleur peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui ne présentent

Plus en détail

Vu l'avis du Conseil supérieur des installations classées en date du 24 juin 2004,

Vu l'avis du Conseil supérieur des installations classées en date du 24 juin 2004, Arrêté du 13/12/04 relatif aux prescriptions générales applicables aux installations classées pour la protection de l'environnement soumises à déclaration sous la rubrique n 2921 Installations de refroidissement

Plus en détail

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard

Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Le processus de certification GOTS Global organic Textile Standard Référentiel en vigueur disponible sur http://www.global-standard.org ou transmis sur simple demande. 1 Sommaire 1/ Référentiel GOTS International

Plus en détail

Marseille, le 26 mars 2014. Monsieur le directeur du CEA CADARACHE 13108 SAINT PAUL LEZ DURANCE

Marseille, le 26 mars 2014. Monsieur le directeur du CEA CADARACHE 13108 SAINT PAUL LEZ DURANCE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE MARSEILLE N/Réf. : CODEP-MRS-2014-014517 Marseille, le 26 mars 2014 Monsieur le directeur du CEA CADARACHE 13108 SAINT PAUL LEZ DURANCE Objet : Contrôle des installations

Plus en détail

Actualités réglementaires environnementales

Actualités réglementaires environnementales POLLUTEC PARIS 2 décembre 2011 Arnault COMITI & Patrice ARNOUX Juristes Conseil au Pôle Environnement & Développement Durable Actualités réglementaires environnementales 1 2 09/12/2011 les nouveautés en

Plus en détail

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_222

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_222 PAGE 1/14 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des établissements classés; Annexe Nomenclature des établissements classés : N 222 Installations de lavage de voitures,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Arrêté du 17 octobre 2007 modifiant l arrêté du 2 mai 2002 modifié relatif aux prescriptions

Plus en détail

Préfecture de la Gironde

Préfecture de la Gironde Protocole relatif au fonctionnement des établissements conchylicoles en période de crise phyco-toxinique permettant la vente de coquillages mis en stockage protégé ou issus de zones non concernées. Préfecture

Plus en détail

DS 5. Pompe à chaleur monobloc 5 kw double service. Édition du 16 avril 2014

DS 5. Pompe à chaleur monobloc 5 kw double service. Édition du 16 avril 2014 DS 5 Pompe à chaleur monobloc 5 kw double service 1 Édition du 16 avril 2014 Contexte réglementaire REGLEMENTATION THERMIQUE Si la RT2012 n interdit pas d équiper un logement d une pompe à chaleur réversible

Plus en détail

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (C.H.S.C.T.)

Le Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (C.H.S.C.T.) Centre de Gestion du Haut-Rhin Fonction Publique Territoriale 22 rue Wilson - 68027 COLMAR Cedex Tél. : 03 89 20 36 00 - Fax : 03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr Circulaire n 05/2016 Cl.

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE SUPERIEURE EPREUVE DU CAS PRATIQUE RAPPEL DU SUJET : Nous sommes le 11/05/2011. Vous êtes secrétaire administratif(ive) de classe

Plus en détail

PREFET DES COTES-D ARMOR

PREFET DES COTES-D ARMOR PREFET DES COTES-D ARMOR direction départementale des territoires et de la mer service eau, environnement, forêt Arrêté portant prescriptions spécifiques à déclaration, en application de l'article L. 214-3

Plus en détail

vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 192, paragraphe 1,

vu le traité sur le fonctionnement de l Union européenne, et notamment son article 192, paragraphe 1, 27.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 189/135 RÈGLEMENT (UE) N o 660/2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 15 mai 2014 modifiant le règlement (CE) n o 1013/2006 concernant les transferts

Plus en détail

L environnement dans l Artisanat

L environnement dans l Artisanat Décapage Cette fiche concerne le décapage par voie chimique et mécanique, mais vous faites peut être aussi du traitement de surface, du polissage, ou de la peinture. Dans ce cas, reportez-vous aussi aux

Plus en détail

modifié par : Avertissement : Extraits sans valeur juridique. Voir la version du JORF en cas de besoin.

modifié par : Avertissement : Extraits sans valeur juridique. Voir la version du JORF en cas de besoin. Nouvelle Version de l Arrêté du 8 Juin 2006 modifié par : 1* Arrêté du 27 avril 2007 2* Arrêté du 27 avril 2007 Arrêté du 8 juin 2006 relatif à l'agrément ou à l autorisation des établissements mettant

Plus en détail

Code de l environnement, notamment ses articles L.596-1 et suivants Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Code de l environnement, notamment ses articles L.596-1 et suivants Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 24 juillet 2012XXXXXX N/Réf. : Codep-Lyo-2012-040828 CERMAV CNRS Domaine universitaire 601 rue de la Chimie 38400 SAINT-MARTIN D HERES Objet : Inspection

Plus en détail

Accord cadre à bons de commande de services. Lettre de Consultation

Accord cadre à bons de commande de services. Lettre de Consultation Accord cadre à bons de commande de services ACCORD CADRE À BONS DE COMMANDE A PRO- CÉDURE ADAPTÉE N 2015-A05 Lettre de Consultation Pouvoir Adjudicateur : UNIVERSITE DE BRETAGNE OCCIDENTALE Présidence

Plus en détail

Signé par : Montrouge, le 6 décembre 2013. Division Réacteur 6 rue Jules Horowitz B.P. 156 38042 GRENOBLE CEDEX 9

Signé par : Montrouge, le 6 décembre 2013. Division Réacteur 6 rue Jules Horowitz B.P. 156 38042 GRENOBLE CEDEX 9 REPUBLIQUE FRANCAISE Direction des déchets, des installations de recherche et du cycle Montrouge, le 6 décembre 2013 Réf. : CODEP-DRC-2013-064951 Institut Laue Langevin Division Réacteur 6 rue Jules Horowitz

Plus en détail

Marché de service de nettoyage des avaloirs

Marché de service de nettoyage des avaloirs MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES ET DE SERVICES REGLEMENT DE LA CONSULTATION Le pouvoir adjudicateur : COMMUNAUTE DE COMMUNES DU BOUZONVILLOIS 3 bis rue de France BP 90019 57320 BOUZONVILLE RC établi en

Plus en détail

https://www.marches-publics.info/_topway/index.cfm?fuseaction=dossier.imprimer&...

https://www.marches-publics.info/_topway/index.cfm?fuseaction=dossier.imprimer&... Page 1 sur 5 Géraldine HOMESPUN Document généré le mercredi 30 décembre 2015 à 12:14 Verification de l'avis : AUCUNE ANOMALIE RELEVEE * Avis de publicité Diffusion Internet Version Transmis Publication

Plus en détail

REFONTE DE LA NOMENCLATURE ICPE EN 2015

REFONTE DE LA NOMENCLATURE ICPE EN 2015 REFONTE DE LA NOMENCLATURE ICPE EN 2015 LES RUBRIQUES 4000 À qui s adresse cette plaquette? À toute ICPE susceptible d utiliser, fabriquer ou stocker des produits dangereux ( substances, mélanges ou déchets

Plus en détail

Articles L4153-9, D4153-15 et suivants du code du travail

Articles L4153-9, D4153-15 et suivants du code du travail Déclaration de dérogation aux travaux réglementés en vue d accueillir des jeunes mineurs âgés d au moins 15 ans et moins de 18 ans en formation professionnelle ou technologique Articles L41539, D415315

Plus en détail

N. Réf. : CODEP-CHA-2014-027010 Châlons-en-Champagne, le 10 juin 2014

N. Réf. : CODEP-CHA-2014-027010 Châlons-en-Champagne, le 10 juin 2014 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE N. Réf. : CODEP-CHA-2014-027010 Châlons-en-Champagne, le 10 juin 2014 Monsieur le Docteur Centre Hospitalier de Charleville 45, Avenue de Manchester

Plus en détail

Le Premier ministre. Sur le rapport du ministre des solidarités, de la santé et de la famille,

Le Premier ministre. Sur le rapport du ministre des solidarités, de la santé et de la famille, MINISTERE DES SOLIDARITES, DE LA SANTE ET DE LA FAMILLE DECRET relatif au contrat de bon usage des médicaments et produits et prestations mentionné à l article L.162-22-7 du code de la sécurité sociale

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : DEVP1510020A Intitulé de texte : Arrêté ministériel de prescriptions générales applicables aux installations soumises à déclaration sous la rubrique 2560

Plus en détail

APPEL A PROJETS Mesures d accompagnement social personnalisé (MASP) 2016-2018

APPEL A PROJETS Mesures d accompagnement social personnalisé (MASP) 2016-2018 APPEL A PROJETS Mesures d accompagnement social personnalisé (MASP) 2016-2018 La loi n 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs dispose que «toute personne majeure

Plus en détail

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION

PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF ALUMINIUM MENAGER PARTIE 4 PROCESSUS DE SURVEILLANCE DES PRODUITS CERTIFIES MODIFICATIONS ET EVOLUTION SOMMAIRE 4.1. Processus de surveillance des produits certifiés 4.2.

Plus en détail

Ordonnance sur le système informatique de gestion des expériences sur animaux

Ordonnance sur le système informatique de gestion des expériences sur animaux Ordonnance sur le système informatique de gestion des expériences sur animaux (O-SIGEXPA) du 1 er septembre 2010 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 32, al. 1, de la loi du

Plus en détail

Code de l environnement, notamment ses articles L.596-1 et suivants Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Code de l environnement, notamment ses articles L.596-1 et suivants Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2013-022353 Lyon, le 18 Avril 2013 CERMEP 59 boulevard Pinel 69677 BRON Cedex Objet : Inspection de la radioprotection du 29 mars 2013 Installation

Plus en détail

Bruits des chantiers dans l environnement Réglementation française et européenne

Bruits des chantiers dans l environnement Réglementation française et européenne Bruits des chantiers dans l environnement Réglementation française et européenne Yves Joncheray Direction générale de la prévention des risques Mission bruit et agents physiques 26 novembre 2013 yves.joncheray@developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Position des membres du Cecimo concernant l applicabilité de la directive «Equipements sous pression» (DESP) (97/23/CE) aux machines outils

Position des membres du Cecimo concernant l applicabilité de la directive «Equipements sous pression» (DESP) (97/23/CE) aux machines outils Position des membres du Cecimo concernant l applicabilité de la directive «Equipements sous pression» (DESP) (97/23/CE) aux machines outils 1. Sommaire La directive «Equipements sous pression» (97/23/CE)

Plus en détail

Convention de participation dans le cadre de la mise en place de la protection sociale complémentaire en matière de santé des agents du SITURV

Convention de participation dans le cadre de la mise en place de la protection sociale complémentaire en matière de santé des agents du SITURV SITURV Syndicat mixte issu de la fusion du Syndicat Intercommunal des Transports Urbains de la Région de Valenciennes et du Syndicat Intercommunal pour la Promotion de l Enseignement Supérieur conformément

Plus en détail

Document SODEXO Réservé à un usage pédagogique LE CONTEXTE. Règlementaire. Le Better Tomorrow Plan

Document SODEXO Réservé à un usage pédagogique LE CONTEXTE. Règlementaire. Le Better Tomorrow Plan We engage Clients Mettre en conformité une Installation classée pour la Protection de l'environnement (ICPE) LE CONTEXTE Règlementaire On appelle ICPE toute installation industrielle, tertiaire ou agricole.

Plus en détail

Bureau d études Fluides Marc MISIURNY

Bureau d études Fluides Marc MISIURNY CLIMTHERM Bureau d études Fluides Marc MISIURNY MAIRIE DE SALOUEL 10, RUE FERDINAND BUISSON 80480 SALOUEL CONSTRUCTION D'UN CENTRE D'ACCUEIL ET DE LOISIRS SANS HEBERGEMENT CHARTE "CHANTIER PROPRE" JANVIER

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES REGLEMENT DE LA CONSULTATION. Le pouvoir adjudicateur : Communauté d'agglomération Sophia Antipolis

MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES REGLEMENT DE LA CONSULTATION. Le pouvoir adjudicateur : Communauté d'agglomération Sophia Antipolis MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Le pouvoir adjudicateur : Communauté d'agglomération Sophia Antipolis Objet du marché : Prospection partenariale et organisation d animations pour faire connaître

Plus en détail

Commission Permanente du Conseil Général

Commission Permanente du Conseil Général REGLEMENT INTERNE D'ACHAT Adopté par délibération Le 14 juin 2004 (Rapport I-8) Dernière modification par délibération de la Commission Permanente du Conseil Général Le 15 SEPTEMBRE 2014 1 SOMMAIIRE PREAMBULE

Plus en détail

Juillet 2012. Bulletin de prévention n 5 - Les troubles musculo squelettiques 00

Juillet 2012. Bulletin de prévention n 5 - Les troubles musculo squelettiques 00 Guide Conventions de mise à disposition des Adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycée et collèges) Juillet 2012 Bulletin de prévention

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT GERVAIS-LA-FORET MARCHÉ PUBLIC

COMMUNE DE SAINT GERVAIS-LA-FORET MARCHÉ PUBLIC COMMUNE DE SAINT GERVAIS-LA-FORET MARCHÉ PUBLIC MARCHÉ A PROCÉDURE ADAPTÉE Article 28 du Code des Marchés Publics OPÉRATION : MAINTENANCE ET VERIFICATION DES SYSTEMES D ALARMES INCENDIE, DESENFUMAGE ET

Plus en détail

Marché public de travaux REHABILITATION DU LOGEMENT DE LA POSTE. Règlement de consultation. Date et heure limites de réception des dossiers :

Marché public de travaux REHABILITATION DU LOGEMENT DE LA POSTE. Règlement de consultation. Date et heure limites de réception des dossiers : Marché public de travaux MAIRIE de SENOUILLAC 81600 SENOUILLAC REHABILITATION DU LOGEMENT DE LA POSTE Règlement de consultation Date et heure limites de réception des dossiers : mercredi 31 Juillet 2013

Plus en détail

URGENT TRES SIGNALE. Créteil, le 4 Juillet 2012. Le recteur de l académie de Créteil à

URGENT TRES SIGNALE. Créteil, le 4 Juillet 2012. Le recteur de l académie de Créteil à Créteil, le 4 Juillet 2012 Le recteur de l académie de Créteil à Mesdames et Messieurs les chefs des établissements du second degré (lycées, lycées professionnels, collèges, EREA), Rectorat Division des

Plus en détail

URGENT TRES SIGNALE. Créteil, le 6 juillet 2015. La rectrice de l académie de Créteil

URGENT TRES SIGNALE. Créteil, le 6 juillet 2015. La rectrice de l académie de Créteil Créteil, le 6 juillet 2015 La rectrice de l académie de Créteil à Mesdames et Messieurs les chefs des établissements du second degré (lycées, lycées professionnels, collèges, EREA), Rectorat Division des

Plus en détail

Contrôles Périodiques

Contrôles Périodiques Contrôles Périodiques Mardi de la DGPR 6 décembre 2011 DGPR / SRT / BNEIPE Mathias PIEYRE Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes

Plus en détail

CLASSEMENT DES HEBERGEMENTS TOURISTIQUES. CONDITIONS DE LA PRESTATION v3

CLASSEMENT DES HEBERGEMENTS TOURISTIQUES. CONDITIONS DE LA PRESTATION v3 CLASSEMENT DES HEBERGEMENTS TOURISTIQUES CONDITIONS DE LA PRESTATION v3 2 Madame, Monsieur, La réforme du classement des hébergements touristiques marchands concerne tous les types d hébergements touristiques.

Plus en détail