Benchmark sur le processus de consolidation. Analyse portant sur les sociétés du CAC 40 Décembre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Benchmark sur le processus de consolidation. Analyse portant sur les sociétés du CAC 40 Décembre 2012"

Transcription

1 Benchmark sur le processus de consolidation Analyse portant sur les sociétés du CAC 40 Décembre 2012

2

3 Introduction La communication financière est un enjeu majeur pour l ensemble des sociétés. La volonté de communiquer des résultats financiers «toujours plus vite», tout en tenant compte des contraintes toujours plus nombreuses à la fois externes (réglementation, concurrence.) et internes (pilotage du groupe), a conduit les groupes à mettre en place de multiples processus pour assurer la fiabilité et la pertinence de l information financière publiée dans des délais optimisés. Dans ce contexte, le service de consolidation, véritable chef d orchestre de la production de l information financière, a été au premier plan des réflexions menées sur la façon de raccourcir les délais de publication des résultats au cours des dernières années. Ces réflexions, qui visaient à identifier des leviers d actions possibles en vue de produire et de mettre à disposition une information financière fiable et pertinente, dans des délais plus courts, ont conduit à travailler directement sur le processus de consolidation, mais également à mener des actions sur le calendrier de production, de validation et de publication des données consolidées. Elles ont abouti aux résultats que nous vous présentons dans ce document. Ces résultats s appuient sur les groupes du CAC 40 (tels que publiés par Euronext début 2012), à l exception des groupes étrangers (3 groupes) et des groupes du secteur bancaire (4 groupes). Les résultats ci-après sont donc présentés sur la base des informations recueillies suite aux entretiens que nous avons menés entre mars et octobre 2012, avec les directeurs des services consolidation de 31 de ces groupes. 2

4

5 Sommaire Organisation et responsabilités du service consolidation 01 Calendrier de production, de validation et de publication des données consolidées 03 Le processus de consolidation 02 Interactions entre le service consolidation et les auditeurs 04

6

7 Organisation et responsabilités du service consolidation 01 Calendrier de production, de validation et de publication des données consolidées 03 Le processus de consolidation 02 Interactions entre le service consolidation et les auditeurs 04

8 Organisation et responsabilités du service consolidation Pour être en mesure de produire rapidement des informations financières fiables, requises dans le cadre des clôtures annuelles et semestrielles, puis de les publier, les groupes doivent pouvoir s appuyer sur un service consolidation structuré et disposant du niveau de responsabilité approprié. Dans ce cadre, le service consolidation, au-delà de ses responsabilités propres de production de données consolidées, est impliqué de manière plus ou moins directe dans la détermination du périmètre de consolidation, l analyse des données, le traitement de sujets techniques, la préparation des autres informations de communication financière publiées, le tout en interaction avec d autres départements de la direction financière ou/et parfois des experts. L ensemble de ces éléments permet d aboutir à la mise à disposition d une information pertinente, qui vise à faciliter la prise de décisions stratégiques. Points clés Un rattachement de fait à la direction financière Peu de corrélation entre le nombre de filiales et l effectif du service Une préférence pour l organisation qui favorise le double contrôle Une détermination du périmètre de consolidation souvent en binôme Un recours aux experts sur les sujets techniques Un partage de l analyse des données avec le controlling en fonction de la nature des données et du référentiel de comparaison Une participation limitée à la validation de la communication financière Une implication forte dans la production des reportings à caractère financier / de gestion Un élargissement des compétences pour les besoins d autres services

9 Organisation du service consolidation Un rattachement de fait à la direction financière Rattachement du service consolidation à l organigramme du groupe 4% 4% Direction financière 13% Direction du controlling Direction des Comptabilités 79% Mixte : Direction financière et Direction du controlling Une communication interne transparente et efficace entre les différents départements sous la même responsabilité de la direction financière permet de garantir la fiabilité et la cohérence des informations produites. NB : La direction des comptabilités est structurellement rattachée à la direction financière. Par ailleurs, la direction du controlling est, dans la majorité des cas, également rattachée à la direction financière du groupe. 8

10 Organisation du service consolidation Peu de corrélation entre le nombre de filiales et l effectif du service Positionnement du chiffre d affaires au regard du nombre de filiales et de l effectif du service consolidation Effectif Moyen 14 salariés Nb de pers. 30 Groupes Sociétés ayant moins de 400 filiales 45 Groupes Sociétés ayant plus de 400 filiales Nb de filiales Nb de filiales Les compétences de l équipe consolidation sont l un des enjeux clés pour une majorité de groupes ; globalement, les équipes sont de qualité, même si certaines nécessitent un processus de formation continue du fait de la rotation et de l inexpérience des jeunes recrues. Au-delà du nombre de filiales composant le périmètre, et du chiffre d affaires consolidé du groupe, le nombre de consolideurs dépend également de l étendue des responsabilités qui leur sont attribuées. 9

11 Organisation du service consolidation Une préférence pour l organisation qui favorise l auto-contrôle Choix d organisation linéaire / matricielle au sein du service consolidation Critères d organisation (géographiques, thématiques ) par sous-paliers 21% Linéaire 20% par zones géographiques 29% 33% par thématiques 50% 75% Matricielle 80% par métiers / activités 17% 63% 0% 20% 40% 60% 80% Linéaire Matricielle Les critères d organisation retenus découlent souvent des secteurs opérationnels, dont le contour est déterminé selon les périmètres de prises de décision stratégique de la direction. L organisation matricielle permet une double revue des données produites : selon le critère primaire d une part (métiers / activités, zones géographiques, ou sous-paliers), et selon les différentes composantes significatives de la situation financière et du résultat d autre part. Cette approche garantit une validation «en transverse» des informations consolidées produites. 10

12 Périmètre de responsabilités du service consolidation Une détermination du périmètre de consolidation souvent en binôme Services impliqués dans l établissement du périmètre de consolidation 100% 90% 80% 87% 70% 60% 50% 40% 30% 43% 20% 10% 0% 16% 10% 7% 8% 4% 3% Consolidation Juridique M&A DAF DG Normes Trésorerie Autres Acquisitions Le service consolidation est largement impliqué dans la détermination du périmètre de consolidation au niveau central, ou/et au niveau des paliers. A noter que ce travail s effectue souvent en binôme avec le service juridique, en particulier pour ce qui concerne les modifications de pourcentage de contrôle ainsi que pour l analyse des entrées et sorties de périmètre (contrats d acquisitions et contrats de cessions). 11

13 Périmètre de responsabilités du service consolidation Un recours aux experts sur les sujets techniques Implication du service consolidation sur les sujets techniques Implication des experts 100% 80% 60% 40% 20% 0% 11% 9% 5% 3% 22% 24% 43% 39% Mise en oeuvre des acquisitions 35% 13% 4% Mise en œuvre des tests de dépréciation 21% 29% 23% 19% 10% 5% 19% 51% Personnel (PIDR et avantages) 43% Détermination de l'imposition différée et du taux d'impôt effectif 57% 7% 10% Détermination des valeurs de marchés des instruments financiers 9% 33% 5% 53% Suivi des engagements hors bilan Responsable Co-responsable Réceptacle Contributeur Non concerné 100% 80% 60% 40% 20% 0% 77% 23% Allocation du prix d'acquisition et bilan d'ouverture 60% 23% 17% Tests de dépréciation des goodwill & actifs 3% 3% 7% 90% Evaluation des engagements de retraite 38% 59% Evaluation des autres avantages au personnel Systématique Au cas par cas Jamais 50% 27% 23% Valorisation des instruments financiers 10% 80% 10% Estimation des risques fiscaux Même si les sujets techniques font majoritairement l objet d un recours aux experts, le service consolidation reste le propriétaire de l information produite et doit, de fait, s approprier les résultats des travaux. A noter l exception de l évaluation des instruments financiers, qui fait souvent l objet d une compétence spécifique en interne, au même titre que les tests de dépréciation. La responsabilité des informations relatives à l impôt est généralement partagée avec la direction fiscale ; l évaluation des engagements relatifs aux avantages au personnel fait l objet d une revue spécifique par des actuaires externes. 12

14 Périmètre de responsabilités du service consolidation Un partage de l analyse des données avec le controlling en fonction de la nature des données et du référentiel de comparaison Analyse des données par le service consolidation 100% 80% 18% 9% 3% 60% 50% Réceptacle 40% 73% 12% Contributeur Co-Responsable 20% 26% Responsable 0% Analyse des données consolidées Analyse des performances opérationnelles et financières La responsabilité de la production puis de l analyse des données est généralement partagée avec le contrôle de gestion : les «données consolidées» telles que présentées dans l annexe aux comptes consolidés sont davantage de la responsabilité du service consolidation, tandis que les données de gestion (analyse des performances par rapport au budget, au plan ) sont plutôt du ressort du controlling. Concernant l analyse des performances opérationnelles et financières, qui ne sont pas toujours des données normées ou/et qui ne se mesurent pas uniquement par rapport à un référentiel de données N-1, le service consolidation est plutôt impliqué en tant que contributeur, le controlling prend quant à lui la responsabilité de la production et de l analyse de ces données. 13

15 Périmètre de responsabilités du service consolidation Une participation limitée à la validation de la communication financière Implication du service consolidation dans la préparation des informations publiées / communication financière 100% 80% 4% 11% 6% 100% 80% 7% 7% 7% 60% 40% 20% 0% 21% 18% 12% Etats financiers des sousgroupes / paliers 5% 23% 36% Etats financiers sectoriels ou sur périmètres différents de celui du groupe 62% 7% 20% Rapport financier / de gestion 83% Notes annexes 60% 40% 20% 0% 89% 80% 4% 5% Communication financière - relations analystes Communication groupe Responsable Co-responsable Réceptacle Contributeur La production de l annexe aux comptes consolidés reste la propriété du service consolidation. La responsabilité de ce dernier dans la préparation des états financiers des sous-groupes est limitée : le service consolidation s assure généralement de la cohérence entre les informations publiées par le sous-groupe et les informations intégrées dans l annexe du groupe, pour tous les sujets qui concernent les deux niveaux. L établissement du rapport financier / de gestion, est souvent pris en charge par une personne rattachée au contrôle de gestion,/ controlling ou directement à la direction financière, et non par le service consolidation. Enfin, le service consolidation est davantage impliqué en tant que contributeur dans la communication «corporate», les groupes disposant majoritairement d un service de communication financière en charge de gérer les relations investisseurs et la communication associée. 14

16 Périmètre de responsabilités du service consolidation Une implication forte dans la production des reportings à caractère financier / de gestion Fonctionnalités et utilisation du système de consolidation Implication du service consolidation dans la production des reportings à caractère financier / de gestion 100% Reporting dette 84% 80% Reforecast 87% 60% Reporting de gestion Chiffre d'affaires 87% 84% 40% 83% 80% Budget 84% 20% 46% Tax planning 68% 0% Reporting Budget Plan Business plan 71% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Le service consolidation est «prestataire de services» pour le compte d autres services du groupe, lorsqu il s agit notamment de produire d autres reportings financiers, qui sont le plus souvent issus du système d information utilisé pour la consolidation. Au-delà des fonctionnalités du système, le service consolidation, de par les informations dont il dispose et la transversalité des sujets qui l impliquent, se retrouve souvent «fournisseur privilégié» d informations à obtenir pour les besoins du reporting dette (suivi des emprunts), du reporting de gestion, mais aussi des business plans (utilisés dans le cadre des tests de dépréciation) et du tax planning (partie impôts). 15

17 Périmètre de responsabilités du service consolidation Un élargissement des compétences pour les besoins d autres services Implication du service consolidation dans la production d autres reportings 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Business plan Tax planning Budget Reforecast Reporting de gestion Reporting dette Mensuellement Trimestriellement Semestriellement Annuellement 100% 80% 60% 40% 20% 0% 3% 3% 11% 82% Consolidation des données financières réelles 38% 26% 4% 32% Consolidation des données budgétaires 55% 16% 4% 25% Consolidation des données du business plan 13% 9% 9% 9% 61% Reporting des performances opérationnelles et financières Responsable Co-responsable Réceptacle Contributeur Non concerné Si les business plans, tax plannings et budgets sont le plus souvent produits annuellement, les reprévisions, reportings de gestion et reportings dette sont produits dans la majorité des groupes, a minima sur une base trimestrielle. Le plan stratégique, à horizon moyen ou long terme, est quant à lui le plus souvent élaboré en dehors de l outil de consolidation. 16

18

19 Organisation et responsabilités du service consolidation 01 Calendrier de production, de validation et de publication des données consolidées 03 Le processus de consolidation 02 Interactions entre le service consolidation et les auditeurs 04

20 Le processus de consolidation Le processus de consolidation a pour objectif de produire une information financière consolidée fiable de manière régulière. Pour celà, il s appuie sur : Un référentiel comptable et un système d information appropriés, Une gestion efficace des filiales / paliers de consolidation afin d obtenir des informations de qualité, Des liasses de consolidation adaptées, dont le contenu, défini par les besoins du groupe, doit permettre de produire l exhaustivité de l information requise, La mise en place de clôtures trimestrielles, voire mensuelles, qui s inscrivent dans la démarche de «réduction globale» des calendriers de clôture annuelle et semestrielle. Points clés Un référentiel comptable primaire à dominance IFRS Magnitude et HFM : deux outils qui se partagent le marché Une préférence pour la consolidation des filiales «en direct» Un liasse de consolidation «IFRS» au format unique Une forte implication du service consolidation depuis la mise en place des liasses jusqu à la validation des informations qu elles contiennent Une gestion transverse par le service consolidation des sujets / retraitements qui nécessitent une approche «Groupe» Une pré-clôture utile pour tenir les délais La clôture trimestrielle : un exercice à blanc

21 Référentiel comptable Un référentiel comptable primaire à dominance IFRS Mixte 17% Normes Françaises 10% Normes IFRS 73% Certains groupes disposent de systèmes de consolidation qui doivent pouvoir gérer plusieurs référentiels primaires* en même temps : il s agit généralement de groupes appartenant aux sociétés du CAC 40, également cotés sur le marché américain, qui nécessitent à la fois une gestion du référentiel IFRS et du référentiel US GAAP. Seuls 10% des groupes ont choisi les normes françaises comme référentiel comptable primaire. * Référentiel primaire : référentiel utilisé pour le plan de comptes et les normes comptables applicables «au quotidien» 20

22 Systèmes d information Magnitude et HFM : deux outils qui se partagent le marché Répartition de l utilisation des systèmes d information de consolidation 10% 38% 17% 83% 10% 73% 52% HFM Hyperion financial management SAP-BFC Magnitude Magnitude Abscence d'unicité de l'outil au sein du groupe Unicité de l'outil - Abscence d'unicité des paramétrages au sein du groupe Unicité de l'outil - unicité des paramétrages au sein du groupe Deux outils de consolidation se partagent le marché pour les grands groupes interrogés. Il s agit de Magnitude (SAP) et Hyperion (HFM-Oracle). L absence d unicité des outils de consolidation au sein d un même groupe est principalement liée à des raisons historiques. L uniformisation des outils de consolidation et du paramétrage apparait comme un enjeu important pour les groupes concernés, mais son absence ne constitue pas forcément un frein à la production d une information financière de qualité. 21

23 Périmètre et mode de consolidation Une préférence pour la consolidation des filiales en direct Paliers 23% Mixte 37% Direct 40% Paliers Opaques 43% Paliers Transparents 57% La préférence pour la consolidation des filiales «en direct» permet : d avoir un accès facilité à la filiale et à ses informations et donc une meilleure qualité de l information de garantir une meilleure homogénéité des retraitements de consolidation et de leur application à l ensemble des filiales. L approche par paliers est souvent historique ; le manque de transparence du palier peut être imputable au fait que le groupe ne soit pas l actionnaire majoritaire au niveau du palier. 22

24 Liasse de consolidation Une liasse de consolidation «IFRS» au format unique Contenu et format de la liasse de consolidation Liasse Reportée Full IFRS 96% Format de Liasses Unique 86% Informations Qualitatives 29% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% La prédominance d une liasse «IFRS» et au format unique permet de garantir une meilleure homogénéité des informations remontées par les filiales, et de faciliter la compilation de ces données. A noter que près d un tiers des groupes utilise leur liasse de consolidation pour la remontée d informations qualitatives à l aide de notes ou tableaux annexes spécifiques. 23

25 Liasses de consolidation Une forte implication du service consolidation depuis la mise en place des liasses jusqu à la validation des informations qu elles contiennent 80% 70% 76% 76% Central Palier Filiale / Entité Opérationnelle 60% 50% 40% 41% 55% 48% 49% 37% 44% 45% 30% 20% 16% 18% 23% 27% 25% 10% 6% 5% 5% 6% 0% Mise en place de la liasse de consolidation et actualisation de l'information à y reporter Ecritures de correction Ecritures de retraitement IFRS Ecritures de consolidation Analyse et validation des de liasse données Validation et verrouillage des liasses Les écritures de correction de liasses et celles relatives aux différences normatives entre les comptes locaux et la liasse «IFRS» sont généralement de la responsabilité des filiales, qui restent néanmoins fortement assistées du service consolidation en central. Les écritures de consolidation ainsi que l analyse des composantes des liasses restent de la responsabilité du service consolidation. Celui-ci est également le principal intervenant en amont et en aval du processus, en particulier pour la mise en place et le verrouillage des liasses. 24

26 Liasses de consolidation Une gestion transverse par le service consolidation des sujets / retraitements qui nécessitent une approche «Groupe» 80% Central 70% 60% 50% 40% 61% 42% 58% 40% 68% Palier Filiale / Entité Opérationnelle 52% 32% 32% 30% 20% 19% 22% 15% 15% 10% 0% Ecritures de retraitement Impôts Ecritures de retraitement Avantages au personnel Ecritures de retraitement Tests de dépréciation Ecritures de retraitement Instruments financiers Si l on s intéresse aux écritures de retraitement «IFRS» qui peuvent faire l objet d une gestion transverse par la direction financière, le service consolidation est mis à contribution de manière à garantir la cohérence d ensemble des données. En effet, pour ce qui concerne les prises de positions fiscales, l évaluation des engagements relatifs aux avantages au personnel ainsi que les tests de dépréciation, une approche globale permet de s assurer que l ensemble des filiales suit le même processus de détermination des hypothèses (taux d actualisation, durée du business plan, échéancier des tax plannings ) et la même méthodologie de calcul des impacts. 25

27 Production des données consolidées Une pré-clôture utile pour tenir les délais Corrélation entre l anticipation des données en pré-clôture et les différentes clôtures Nature des données anticipées en pré-clôture Actualisation du document de référence 3% Annexes consolidées 13% Annuelle 41% 100% Eléments de rapport de gestion / financier 13% Semestrielle 45% Indicateurs de performance 100% Tableau de variations des capitaux propres 35% 35% Trimestrielle 4% 82% Tableau des flux de trésorerie 39% Situation financière 42% Mensuelle 52% Compte de résultat 45% Pré-clôture Consolidation Chiffre d'affaires 45% Les informations produites en pré-clôture permettent d anticiper les atterrissages de résultats, et favorisent la qualité de l analyse des données dans un contexte de délais de clôture de plus en plus réduits. Il existe une corrélation certaine entre les groupes qui produisent des informations en pré-clôture et ceux qui disposent des délais de publication les plus courts (35 à 45% des groupes). Compte tenu de la lourdeur rédactionnelle de l annexe consolidée et du rapport de gestion, ces derniers sont plus rarement anticipés en pré-clôture. 26

28 Production des données consolidées La clôture trimestrielle : un exercice à blanc 100,0% 90,0% 80,0% 100% 77% 87% 84% 84% 81% Cloture Trimestrielle Cloture Mensuelle 70,0% 60,0% 50,0% 40,0% 30,0% 52% 52% 48% 32% 55% 42% 26% 20,0% 10,0% 0,0% Chiffre d'affaires Compte de résultat Situation financière Tableau des flux de trésorerie Tableau de variations des capitaux propres Indicateurs de performance 0% 0% 0% Annexe consolidée Rapport de gestion / Rapport financier La mise en place de clôtures trimestrielles, au-delà de la publication du chiffre d affaires trimestriel, permet : d appréhender les résultats opérationnels et les performances des groupes au fur et à mesure de l exercice, et d anticiper les éléments non récurrents éventuels, de se familiariser avec la nature des informations à remonter au niveau des filiales (liasses de reporting à saisir) et avec le processus de consolidation (e.g. compilation et ajustements éventuels des données, retraitements de consolidation, intégration des opérations non récurrentes ) au niveau du service consolidation. Lors des clôtures mensuelles, les chiffres remontés sont plus axés sur le résultat ; même si les données bilancielles tendent à se généraliser, leur fiabilité est perfectible. 27

29 Organisation et responsabilités du service consolidation 01 Calendrier de production, de validation et de publication des données consolidées 03 Le processus de consolidation 02 Interactions entre le service consolidation et les auditeurs 04

30 Calendrier de production, de validation et de publication des données consolidées Le calendrier de production, de validation et de publication des données consolidées est préparé par les groupes pour les clôtures annuelles et semestrielles. Le respect de ce calendrier constitue la condition nécessaire pour atteindre les objectifs de temps en termes d arrêté des comptes et de publication des informations financières. Au-delà du respect des délais, le calendrier doit permettre, tout au long du processus, de garantir la fiabilité des données en tenant compte du caractère incompressible de certaines étapes. Points clés Moins de 60 jours entre la clôture et la publication des comptes Une remontée des liasses globalement comprise entre J+5 et J+10 Des données consolidées majoritairement disponibles avant J+20 Une revue approfondie en clôture annuelle par la direction générale, le comité d audit et les organes de gouvernance Une publication qui suit l arrêté des comptes Un calendrier semestriel calé sur le calendrier annuel Un gain moyen de 2 jours sur la production des données semestrielles Une accélération de la transmission des informations entre la direction générale et le comité d audit

31 Comptes annuels : Moins de 60 jours entre la clôture et la publication des comptes Remontée des données des filiales Validation par la direction Publication du Document de Référence J+26 J+53 Clôture J+9 J+38 J+90 Production des données consolidées Publication des comptes Moins de 60 jours entre la clôture et la publication des comptes annuels 30

32 Comptes annuels : Une remontée des liasses généralement comprise entre J+5 et J+10 Calendrier de remontée au groupe des liasses de reporting par les filiales et/ou paliers de consolidation à la clôture annuelle Nombre de jours Nombre de sociétés 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Intragroupes Chiffre d'affaires Résultat opérationnel (ou assimilé) Résultat net Bouclage des capitaux propres Situation financière Tableau des flux de trésorerie 8 Annexes du reporting Minimum Médiane Maximum < 5 jours entre 5 et 7 jours entre 8 et 10 jours >10 jours Pour près de 70% des groupes interrogés, la remontée des informations en provenance des filiales est comprise entre J+5 et J+10. Elle reste globalement inférieure à 20 jours pour l ensemble des groupes. Trois groupes sont en mesure d obtenir l ensemble des informations de leurs filiales entre 2 et 3 jours. Certains groupes mettent en place des calendriers différents pour certaines de leurs filiales / paliers, en fonction de leur taille / complexité. Le périmètre de consolidation est quant à lui anticipé avant la clôture. 31

33 Comptes annuels : Des données consolidées majoritairement disponibles avant J+20 Calendrier de production des données annuelles consolidées Nombre de jours Minimum Entreprise 60 Médiane Maximum Nombre de sociétés 100% 90% 80% % 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Chiffre d'affaires 14 7 Résultat opérationnel (ou assimilé) Résultat net Tableau de variation des capitaux propres consolidés Situation financière Tableau des flux de trésorerie <10 jours entre 10 et 15 jours entre 16 et 20 jours > 20 jours Annexe consolidée Hors annexe consolidée, près de deux tiers des groupes disposent des données financières consolidées à J+20 ; 4 groupes sont capables de produire ces informations en moins de 10 jours. La rédaction de l annexe consolidée, et notamment la compilation des données chiffrées présentées dans les notes annexes, demandent un délai supplémentaire moyen de 4 jours, qui traduit des situations très hétérogènes : 4 groupes sont en mesure de mettre à disposition une annexe consolidée quasi-simultanément aux états de synthèse (compte de résultat, situation financière ) à l inverse 6 groupes ont besoin d un délai supplémentaire supérieur à 10 jours pour produire leur annexe consolidée. 32

34 Comptes annuels : Une revue approfondie par la direction générale, avant transmission au comité d audit et aux organes de gouvernance Calendrier de validation de l information financière annuelle par la direction générale et les organes de gouvernance Nombre de jours Minimum Médiane Maximum Direction générale Comité d'audit Conseil d'administration ou Directoire Conseil de surveillance (le cas échéant) Relations investisseurs Dans le cadre de l arrêté des comptes annuels, le délai moyen de 10 jours entre la validation des données consolidées par la direction et sa revue par le comité d audit est mis à profit pour fiabiliser l information financière produite. Cette «marge» constitue une garantie de qualité mais pourrait également être appréhendée, dans certains cas, comme un levier supplémentaire de raccourcissement des délais de clôture. 33

35 Comptes annuels : Une publication qui suit l arrêté des comptes par l organe compétent Calendrier de publication de l information financière annuelle Nombre de jours Minimum Médiane 80 Maximum Communiqué de presse Indicateurs de Performance Commentaires Financiers Comptes consolidés Document de référence L annonce des résultats est quasi simultanée à l arrêté des comptes. L ensemble des éléments constitutifs de la communication financière est publié de manière concomitante. L écart moyen apparent de 5 jours entre l annonce des résultats (communiqué de presse) et la publication des comptes consolidés résulte de 2 groupes qui publient de manière très décalée leurs comptes consolidés. 4 groupes publient de manière concomitante les comptes consolidés et leur document de référence ; ces groupes figurent parmi ceux qui publient le plus tardivement. 34

36 Comptes semestriels : Un calendrier de reporting semestriel calé sur le calendrier annuel Calendrier de remontée au groupe des liasses de reporting par les filiales et/ou paliers de consolidation au semestre Nombre de jours Nombre de sociétés 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Intragroupes Chiffre d'affaires Résultat opérationnel (ou assimilé) Résultat net Bouclage des capitaux propres Situation financière Tableau des flux de trésorerie 8 Annexes du reporting Minimum Médiane Maximum < 5 jours entre 5 et 7 jours entre 8 et 10 jours >10 jours A l instar de l arrêté annuel, la majorité des données financières est remontée entre J+5 et J+10 après la clôture (pour plus de 70% des groupes). Seuls 5 groupes ont un calendrier semestriel optimisé par rapport à la remontée annuelle. Cette symétrie traduit une optimisation des délais de remontée des liasses de reporting en provenance des filiales, aussi bien en clôture semestrielle qu en clôture annuelle. Une réduction supplémentaire des délais de remontée des données ne permettrait plus forcément de garantir une information de qualité. 35

Communication des perspectives financières

Communication des perspectives financières Communication des perspectives financières Analyse portant sur les sociétés du CAC 0 Evolution 2010-2012 Janvier 201 Une étude basée sur les sociétés du CAC 0 * Le choix des groupes dans leur communication

Plus en détail

Processus de réalisation des tests de dépréciation. Analyse portant sur un échantillon des sociétés du SBF 120 Décembre 2013

Processus de réalisation des tests de dépréciation. Analyse portant sur un échantillon des sociétés du SBF 120 Décembre 2013 Processus de réalisation des tests de dépréciation Analyse portant sur un échantillon des sociétés du SBF 120 Décembre 2013 Préambule La norme IAS 36 Dépréciation d actifs impose qu un actif ou qu une

Plus en détail

La Master Franchise. Filière Franchise et Réseaux

La Master Franchise. Filière Franchise et Réseaux La Master Franchise Filière Franchise et Réseaux 2015 Définition d une Master Franchise et d un Master Franchisé La Master Franchise : La Master Franchise est un contrat conférant à un entrepreneur ou

Plus en détail

Le contrat de Franchise. Filière Franchise & Réseaux

Le contrat de Franchise. Filière Franchise & Réseaux Le contrat de Franchise Filière Franchise & Réseaux 2015 Le contrat de Franchise Accord entre un franchiseur et un franchisé qui traduit la stratégie du réseau de franchise Définit les droits et obligations

Plus en détail

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise participative. Filière Franchise & Réseaux La Franchise participative Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise Participative Le franchiseur détient des parts dans la société franchisée (jusqu à 50%) Cependant, il doit se limiter à une participation

Plus en détail

La Concession. Filière Franchise & Réseaux

La Concession. Filière Franchise & Réseaux La Concession Filière Franchise & Réseaux 2015 La Concession Concédant La concession est un contrat conclu entre deux parties, dans lequel un fournisseur (le concédant) donne à un ou plusieurs commerçants

Plus en détail

En pratique. 24 juin 2014

En pratique. 24 juin 2014 IFRIC 21 Taxes En pratique 24 juin 2014 Sommaire Page Rappel des principes généraux d IFRIC 21 2 Contribution Sociale de Solidarité des Sociétés (C3S) Déclinaison des incidences 4 Rappel des principes

Plus en détail

Fédération des Chasseurs 35

Fédération des Chasseurs 35 Fédération des Chasseurs 35 Exercice clos au 30 juin 2014 Assemblée Générale du 18 Avril 2015. Le compte de résultat - Fédération Intitulés Réalisations Réalisations 2013-2014 2012-2013 Variations N/N-1

Plus en détail

L'export un vecteur de croissance : quel business model choisir? 25 mars 2015

L'export un vecteur de croissance : quel business model choisir? 25 mars 2015 L'export un vecteur de croissance : quel business model choisir? 25 mars 2015 Sommaire 1. Introduction et présentation du sujet 2. Témoignages 3. Questions 4. Conclusion 1 1. Introduction en Mds Données

Plus en détail

OptimHome. Proposition de mission Conseillers Optimhome. Octobre 2014

OptimHome. Proposition de mission Conseillers Optimhome. Octobre 2014 OptimHome Proposition de mission Conseillers Optimhome Octobre 2014 KPMG : Qui sommes nous? KPMG en bref Un réseau international Une présence nationale Une proximité régionale Premier groupe français d

Plus en détail

Les différentes formes de commerce en réseau. Filière Franchise et Réseaux

Les différentes formes de commerce en réseau. Filière Franchise et Réseaux Les différentes formes de commerce en Filière Franchise et Réseaux 2015 Les différentes formes de commerce en isolé intégré associé organisé Indépendance totale; pas d affiliation à un Pilotage centralisé;

Plus en détail

La Franchise. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise. Filière Franchise & Réseaux La Franchise Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise et ses principes «La Franchise est un mode de collaboration entre deux entreprises juridiquement et financièrement indépendantes (Franchiseur

Plus en détail

Le Code de Déontologie Européen de la Franchise. Filière Franchise & Réseaux

Le Code de Déontologie Européen de la Franchise. Filière Franchise & Réseaux Le Code de Déontologie Européen de la Franchise Filière Franchise & Réseaux 2015 Le Code de Déontologie Européen de la Franchise Code de déontologie européen de la franchise : http://www.franchise-fff.com/base-documentaire/finish/206/318.html

Plus en détail

Le partenaire des directions financières

Le partenaire des directions financières Le partenaire des directions financières IFRS due diligences transaction services direction financière fast close reporting controlling évaluation externalisation CSP business plan consolidation Notre

Plus en détail

Société anonyme au capital de 2 860 004,76 euros Siège social : Zone Artisanale MARCILLE LA VILLE (53440) 316 514 553 RCS LAVAL

Société anonyme au capital de 2 860 004,76 euros Siège social : Zone Artisanale MARCILLE LA VILLE (53440) 316 514 553 RCS LAVAL Société anonyme au capital de 2 860 004,76 euros Siège social : Zone Artisanale MARCILLE LA VILLE (53440) 316 514 553 RCS LAVAL RAPPORT DU PRESIDENT SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION

Plus en détail

Association des Producteurs de Leads sur Internet

Association des Producteurs de Leads sur Internet TECHNOLOGIES, MEDIAS & TELECOMMUNICATIONS Association des Producteurs de Leads sur Internet Baromètre 2014 de la génération de Leads sur Internet 10 septembre 2014 I. Présentation du baromètre Il s agit

Plus en détail

Votre Business Plan 3. Les frais relatifs à la création d une entreprise 7. Le choix de votre structure juridique 9. Votre entretien bancaire 12

Votre Business Plan 3. Les frais relatifs à la création d une entreprise 7. Le choix de votre structure juridique 9. Votre entretien bancaire 12 Guide Créateur Sommaire Votre Business Plan 3 Les frais relatifs à la création d une entreprise 7 Le choix de votre structure juridique 9 Votre entretien bancaire 12 1 Votre Business Plan Votre Business

Plus en détail

ZODIAC AEROSPACE Page 1 sur 7

ZODIAC AEROSPACE Page 1 sur 7 Plaisir, le 18 décembre Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE Cette partie du rapport s appuie sur le cadre de référence

Plus en détail

Fonds européens. Relevons ensemble vos défis

Fonds européens. Relevons ensemble vos défis Fonds européens Relevons ensemble vos défis Vos défis Une question de confiance Les fonds européens sont un levier majeur de financement de l activité des acteurs publics et privés qui œuvrent à une croissance

Plus en détail

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers Comprendre les impôts différés Les impôts différés constituent un sujet qui fait généralement peur dans la mesure où ils sont le plus souvent perçus comme abstraits et complexes. Pour autant, le développement

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

Sommaire. Le dilemme : consolidation sur une ligne ou évaluation de titres? Acquisition de titres MEE. Variations des «autres actifs nets»

Sommaire. Le dilemme : consolidation sur une ligne ou évaluation de titres? Acquisition de titres MEE. Variations des «autres actifs nets» Sommaire Le dilemme : consolidation sur une ligne ou évaluation de titres? Acquisition de titres MEE Variations des «autres actifs nets» Variations de pourcentages d intérêts Transactions réciproques Impôts

Plus en détail

Évaluation interne et externe des établissements sociaux et médico-sociaux : Une démarche indépendante, personnalisée et constructive

Évaluation interne et externe des établissements sociaux et médico-sociaux : Une démarche indépendante, personnalisée et constructive Évaluation interne et externe des établissements sociaux et médico-sociaux : Une démarche indépendante, personnalisée et constructive L évaluation des établissements et services sociaux et médico-sociaux

Plus en détail

Présentation générale

Présentation générale Présentation générale INTRODUCTION Ce chapitre introductif a pour objet de présenter, de manière générale, le mécanisme de consolidation des comptes et le contenu des états financiers consolidés des sociétés

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr

Observatoire du Transport Sanitaire 2011. kpmg.fr Observatoire du Transport Sanitaire 2011 kpmg.fr Edito Observatoire du Transport Sanitaire 2011 1 Marc Basset Associé, Directeur Haute-Normandie Picardie-Maritime Dans la poursuite de nos travaux, nous

Plus en détail

réglementation bancaire

réglementation bancaire Ensemble, anticipons la réglementation bancaire KPMG met à votre service des professionnels expérimentés, disposant d une forte connaissance sectorielle, pour vous aider à répondre à vos enjeux réglementaires.

Plus en détail

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014 Analyse financière de la commune de Bassens Présentation des résultats 1 er juillet 2014 Sommaire Introduction 1. Analyse de l évolution des soldes de gestion retraités 2. Effort d investissement et choix

Plus en détail

SODITECH INGENIERIE SA

SODITECH INGENIERIE SA RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2015 SODITECH INGENIERIE SA E-mail : contact@soditech.com - Site web : www.soditech.com 1 SOMMAIRE ATTESTATION DU RESPONSABLE DU RAPPORT FINANCIER 3 Responsable

Plus en détail

DL SOFTWARE RAPPORT SPECIAL SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE

DL SOFTWARE RAPPORT SPECIAL SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE DL SOFTWARE Société Anonyme au capital de 354 436,48 euros Siège social : 50 rue Monceau 75008 PARIS 445.053.937 RCS PARIS RAPPORT SPECIAL SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE (Article L. 225-37 du Code

Plus en détail

Sommaire L évolution de l activité Tour-Operating 2007/2006

Sommaire L évolution de l activité Tour-Operating 2007/2006 INFORMATION, COMMUNICATIONS & ENTERTAINMENT Les ratios d exploitation des Tour-Opérateurs mars 28 AUDIT Le CETO-Association de Tour-Opérateurs regroupe la majorité des Tour-Opérateurs (TO) français et

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Étalonnage Consolidation au Québec

Étalonnage Consolidation au Québec Étalonnage Consolidation au Québec Fiche de présentation Sommaire 1. Pourquoi participer à cet étalonnage?... 1 2. Composition détaillée du questionnaire... 2 3. Extraits de la synthèse livrée... 3 4.

Plus en détail

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr

Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales. kpmg.fr Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales kpmg.fr 1 Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales Les enjeux et clés de succès des entreprises familiales 2 La gestion de la trésorerie,

Plus en détail

Conférence Annuelle de l APDC

Conférence Annuelle de l APDC #GalaAPDC Conférence Annuelle de l APDC 9 octobre 2014 En partenariat avec La conférence est animée par : Isabelle GOUNIN LEVY Journaliste www.apdc-france.com Introduction Bernard MIRAILLES Président www.apdc-france.com

Plus en détail

Business Emergency Solutions (Team)

Business Emergency Solutions (Team) Business Emergency Solutions (Team) Situations non conformes kpmg.fr Des situations de plus en plus complexes et délicates dans des environnements souvent dégradés Les entreprises doivent de plus en plus

Plus en détail

SATIMO SITUATION CONSOLIDEE AU 30.09.2008

SATIMO SITUATION CONSOLIDEE AU 30.09.2008 SATIMO SITUATION CONSOLIDEE AU 30.09.2008 2. 1. PRESENTATION DE LA SITUATION CONSOLIDEE 30.09.2008 1.1. BILAN Le bilan consolidé au 30 septembre est le suivant : LIBELLES (EN K ) 30.09.2008 31.03.2008

Plus en détail

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr Edito Marc Basset, Associé, Responsable du secteur Transport sanitaire C est avec un grand plaisir que nous vous présentons l Observatoire du Transport

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2.

LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014. Sommaire. Compte de résultat consolidé 2. LEGRAND INFORMATIONS FINANCIERES CONSOLIDEES NON AUDITEES 30 SEPTEMBRE 2014 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 Compte

Plus en détail

Numericable SFR. Informations financières consolidées sélectionnées au 31 mars 2015. (Non auditées)

Numericable SFR. Informations financières consolidées sélectionnées au 31 mars 2015. (Non auditées) 1, Square Bela Bartok 75015 Paris COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE (NON AUDITE) Période de 3 mois close le (en millions d'euros) 31 mars 2015 31 mars 2014 Chiffre d'affaires 2 740 328 Achats externes (1 489)

Plus en détail

Annonces internes SONATRACH RECHERCHE POUR SA DIRECTION COORDINATION GROUPE FINANCES DIRECTION COMPTABILITE ET FISCALITE:

Annonces internes SONATRACH RECHERCHE POUR SA DIRECTION COORDINATION GROUPE FINANCES DIRECTION COMPTABILITE ET FISCALITE: Annonces internes SONATRACH RECHERCHE POUR SA DIRECTION COORDINATION GROUPE FINANCES DIRECTION COMPTABILITE ET FISCALITE: Un (01) Chef de service Centralisation «Coordination et Liaison» Un (01) Chef de

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

Baromètre des chaînes

Baromètre des chaînes Baromètre des chaînes hôtelières françaises Résultats 2012 KPMG Real Estate & Hotels KPMG Real Estate & Hotels Une équipe de spécialistes pluridisciplinaires dédiée au secteur du Tourisme, de l Hôtellerie,

Plus en détail

Une offre sur mesure d'information financière consolidée. Expertise Conseil

Une offre sur mesure d'information financière consolidée. Expertise Conseil Une offre sur mesure d'information financière consolidée Expertise Conseil 1 Vos enjeux Les groupes internalisant la fonction consolidation / reporting peuvent faire face à des imprévus nécessitant d'intégrer

Plus en détail

KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France. Caisse Régionale du Crédit Agricole d Ile de France

KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France. Caisse Régionale du Crédit Agricole d Ile de France KPMG Audit 1, cours Valmy 92923 Paris La Défense Cedex France Téléphone : +33 (0)1 55 68 68 68 Télécopie : +33 (0)1 55 68 73 00 Site internet : www.kpmg.fr Rapport de l organisme tiers indépendant sur

Plus en détail

Urbanisme et Habitat Social : relevons ensemble vos défis

Urbanisme et Habitat Social : relevons ensemble vos défis Urbanisme et Habitat Social : relevons ensemble vos défis Les défis du futur Les organismes de logement social sont des acteurs clés de la politique du logement en France. Dans le cadre de la Convention

Plus en détail

LES FONDAMENTAUX DE L AUDIT DES COMPTES CONSOLIDES

LES FONDAMENTAUX DE L AUDIT DES COMPTES CONSOLIDES LES FONDAMENTAUX DE L AUDIT DES COMPTES CONSOLIDES 1 SOMMAIRE 1. Les sources d information 2. Les conditions d acceptation de mission 3. La planification de l audit de la consolidation 4. Les travaux d

Plus en détail

La Licence de marque. Filière Franchise & Réseaux

La Licence de marque. Filière Franchise & Réseaux La Licence de marque Filière Franchise & Réseaux 2015 La marque La marque commerciale constitue un actif essentiel de tout réseau de distribution (elle doit respecter la législation relative aux marques).

Plus en détail

OPÉRATIONS DE CESSION

OPÉRATIONS DE CESSION OPÉRATIONS DE CESSION Anticipation des difficultés de mise en œuvre de la norme IFRS 5 «Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées» Paris le 23/09/2014 Sandra Dujardin Antoine

Plus en détail

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France Téléphone : +33 (0)4 37 64 78 00 Télécopie : +33 (0)4 37 64 78 78 Site internet : www.kpmg.fr

Plus en détail

Prévention & Restructuration. KPMG Entreprises

Prévention & Restructuration. KPMG Entreprises Prévention & Restructuration La Fiducie : Un nouvel outil de gestion des difficultés Cas d application d une restructuration à un groupe de distribution réalisé au 3 ème trimestre 2009 KPMG Entreprises

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

3. Rapport du Président du conseil d administration

3. Rapport du Président du conseil d administration 3. Rapport du Président du conseil d administration Conformément aux dispositions de l article L.225-37 du code de commerce, le président du conseil d administration rend compte, au terme de ce rapport,

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE DU 11 MAI 2006

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE DU 11 MAI 2006 SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 363 454 096-582 110 987 R.C.S PARIS 30 AVENUE M ONTAIGNE - 75008 P ARIS RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE DU 11 MAI 2006 Le présent rapport,

Plus en détail

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 GROUPE NSE INDUSTRIES Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 BILAN (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/14 30/06/13 Ecarts d'acquisition 1 3 872 3 972 Immobilisations

Plus en détail

La Franchise en Corner La Franchise en Shop in Shop. Filière Franchise & Réseaux

La Franchise en Corner La Franchise en Shop in Shop. Filière Franchise & Réseaux La Franchise en Corner La Franchise en Shop in Shop Filière Franchise & Réseaux 2015 La Franchise en Corner et en Shop in Shop La Franchise en Corner ou Shop in Shop : C est l installation d un espace

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Exercice 2005 SOMMAIRE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE PREAMBULE 1 COMPTE DE RESULTAT DE L EXERCICE 2005

Plus en détail

Maisons d édition : les chiffres 2013

Maisons d édition : les chiffres 2013 Maisons d édition : les chiffres 2013 Janvier 2015 9ème édition Joëlle Tubiana Associée Edito Pour cette 9 ème étude consécutive, nous avons apporté quelques modifications dans la classification des secteurs

Plus en détail

Comment s installer : Médecins

Comment s installer : Médecins KPMG S.A. Gilles DEFERT Directeur Régional DFA Alain ROGLIN Manager Le 17/06/2010 Avant de s installer : quand faut il s installer? Aspects juridiques. Les généralités: - Entreprise individuelle. (BNC)

Plus en détail

INITIATION AUX IMPOTS DIFFERES

INITIATION AUX IMPOTS DIFFERES INITIATION AUX IMPOTS DIFFERES Si les impôts différés constituent une notion comptable familière dans l environnement anglo-saxon, ils sont encore souvent perçus en France comme un sujet très technique,

Plus en détail

L expert-consolidation

L expert-consolidation L expert-consolidation Un savoir-faire reconnu dans les comptes consolidés au service de nos clients, Une expertise-métier également au service de nos confrères et partenaires pour leurs clients, Une offre

Plus en détail

ETATS FINANCIERS COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES COMPTES COMBINES HISTORIQUES ET NOTES ANNEXES

ETATS FINANCIERS COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES COMPTES COMBINES HISTORIQUES ET NOTES ANNEXES ETATS FINANCIERS 2010 ETATS FINANCIERS COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES COMPTES COMBINES HISTORIQUES ET NOTES ANNEXES 2010 EDENRED COMPTES PRO FORMA ET NOTES ANNEXES Compte de résultat pro forma p.2

Plus en détail

Observatoire 2014 des Universités & Écoles. Observatoire 2014 des Universités & Écoles

Observatoire 2014 des Universités & Écoles. Observatoire 2014 des Universités & Écoles I Observatoire 2014 des Universités & Écoles Observatoire 2014 des Universités & Écoles Observatoire 2014 des Universités & Écoles 1 Sommaire Avant-propos 1. Méthodologie 2. Universités 2.1 Recettes 2.2

Plus en détail

Communauté de communes Haute Vallée de Chevreuse

Communauté de communes Haute Vallée de Chevreuse Présentation du rapport comprenant schéma de mutualisation Conseil municipal du 16 novembre 2015 Communauté de communes Haute Vallée de Chevreuse Elaboration d un projet de territoire avec mise en œuvre

Plus en détail

UN EXERCICE 2009 FORTEMENT AFFECTE PAR LA CRISE. Reprise progressive des niveaux d activité à partir du second semestre 2009

UN EXERCICE 2009 FORTEMENT AFFECTE PAR LA CRISE. Reprise progressive des niveaux d activité à partir du second semestre 2009 UN EXERCICE 2009 FORTEMENT AFFECTE PAR LA CRISE Reprise progressive des niveaux d activité à partir du second semestre 2009 Grenoble, France et Durham, Caroline du Nord, 26 mars 2010 MEMSCAP (NYSE Euronext:

Plus en détail

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr

Le secteur bancaire confronté au défi FATCA. Juillet 2013. kpmg.fr Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Juillet 2013 kpmg.fr 1 Le secteur bancaire confronté au défi FATCA Sommaire Contexte et enjeux opérationnels de la réglementation FATCA... 2 Cinq grands chantiers

Plus en détail

Observatoire 2012 des Universités & Écoles

Observatoire 2012 des Universités & Écoles Observatoire 212 des Universités & Écoles Observatoire 212 des Universités & Écoles 1 Préambule KPMG a le plaisir de vous présenter les résultats de l observatoire 212 sur les établissements d enseignement

Plus en détail

Comptes Consolidés Logic Instrument au 31 décembre 2010 1

Comptes Consolidés Logic Instrument au 31 décembre 2010 1 GROUPE Comptes consolidés Au 31 décembre 2010 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES

Plus en détail

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005

International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts. 2 février 2005 International Financial Reporting Standards (IFRS) Mise en place et Impacts 2 février 2005 QUE SONT LES IFRS? Les IFRS ont été élaborées par l International Accounting Standards Board (IASB) en vue de

Plus en détail

Résultats semestriels 2014

Résultats semestriels 2014 Résultats semestriels 2014 Simon Azoulay Chairman and Chief Executive Officer Bruno Benoliel Deputy Chief Executive Officer Paris, le 24 septembre 2014 AVERTISSEMENT «Cette présentation peut contenir des

Plus en détail

Evidence and Discovery Management (EDM) kpmg.fr

Evidence and Discovery Management (EDM) kpmg.fr FORENSIC Evidence and Discovery Management (EDM) kpmg.fr EVIDENCE AND DISCOVERY MANAGEMENT Avec l explosion des moyens technologiques à notre disposition, ce sont plusieurs milliards de données qui sont

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES Introduction 1 Le diagnostic financier des sociétés et des groupes... 1 I. L analyse du risque de faillite... 2 A. L analyse fonctionnelle... 2 B. L analyse dynamique du risque de faillite

Plus en détail

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion DSCG D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Validation des Acquis de l Expérience VAE R é f é

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

Priorité au développement : Korian accélère. Résultats semestriels 2015

Priorité au développement : Korian accélère. Résultats semestriels 2015 Priorité au développement : Korian accélère PARIS 17 SEPTEMBRE 2015 1 Un leader européen bien en place Leader du Bien Vieillir implanté dans des pays à fort potentiel BELGIQUE 55 établissements 6 176 lits

Plus en détail

DUAL REAL ESTATE INVESTMENT SA ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES 30 JUIN 2015. (non audité)

DUAL REAL ESTATE INVESTMENT SA ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES 30 JUIN 2015. (non audité) DUAL REAL ESTATE INVESTMENT SA ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES 30 JUIN 2015 (non audité) Dual Real Estate Invesment SA, Fribourg Compte de résultat consolidé au 30 juin 2015 (non audité) Notes

Plus en détail

Rapport Financier Semestriel

Rapport Financier Semestriel Rapport Financier Semestriel au 31 décembre 2010 Sommaire Eléments financiers du premier semestre 2010-2011 Rapport d activité 1 Comptes consolidés intermédiaires résumés 3 Rapport des commissaires aux

Plus en détail

Business Emergency Solutions. kpmg.fr

Business Emergency Solutions. kpmg.fr Business Emergency Solutions kpmg.fr Des situations de plus en plus complexes et délicates dans des environnements souvent dégradés Les entreprises doivent de plus en plus souvent faire face à des situations

Plus en détail

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Résumé de l article Les regroupements d entreprises peuvent se traduire en comptabilité par une fusion régie par le règlement

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR :

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : LA GESTION DES RISQUES LE CONTROLE INTERNE L AUDIT INTERNE Validée par le Conseil de surveillance du 18 septembre 2013 1/22 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LE CADRE DE REFERENCE...

Plus en détail

L expérience des Hommes

L expérience des Hommes L expérience des Hommes audia est un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes, fort d une équipe qualifiée et experte installée au Maroc à Casablanca. Notre cabinet vous apportera l

Plus en détail

COMPTES ANNUELS CONSOLIDES 2015

COMPTES ANNUELS CONSOLIDES 2015 2015 BLUELINEA CONSOLIDE 6 rue Blaise Pascal 78990 ELANCOURT Tél. Fax. COFINGEC Société d'expertise Comptable inscrite au tableau de l'ordre de la Région Paris Ile de France 92100 BOULOGNE BILLANCOURT

Plus en détail

IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion?

IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion? IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion? Lionel ESCAFFRE Commissaire aux Comptes Professeur associé à l Université d Angers Chercheur associé

Plus en détail

COMPTES INTERMÉDIAIRES CONSOLIDÉS RÉSUMÉS AU 30 JUIN 2010

COMPTES INTERMÉDIAIRES CONSOLIDÉS RÉSUMÉS AU 30 JUIN 2010 Société anonyme au capital de 7 0407 543 Euros Siège social : 60, boulevard Thiers 42007 SAINT-ETIENNE 433 925 344 R.C.S. Saint Etienne APE 741 J Exercice social : du 1 er janvier au 31 décembre COMPTES

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011-1 - SOMMAIRE ETATS DE SYNTHESE Etat de la situation financière au 1 er janvier

Plus en détail

Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises. Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion?

Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises. Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion? Adapter le contrôle de gestion à l évolution des entreprises Comment les entreprises peuvent mettre en place et faire évoluer le contrôle de gestion? Novembre 2011 Préface Depuis de nombreuses années,

Plus en détail

Vous accompagner dans la transmission-reprise de votre entreprise

Vous accompagner dans la transmission-reprise de votre entreprise PETITES ENTREPRISES - PROFESSIONS LIBÉRALES Vous accompagner dans la transmission-reprise de votre entreprise kpmg ENTREPRISES KPMG en un regard Nos engagements KPMG est le 1 er cabinet français d audit,

Plus en détail

ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012. Comptes non audités

ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012. Comptes non audités ALES GROUPE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012 Comptes non audités COMPTES CONSOLIDES AU 30 JUIN 2012 Bilan Actif Montants en milliers d'euros Montants Amortissements Montants Montants Bruts et

Plus en détail

CONFÉRENCE ARRÊTÉ DES COMPTES

CONFÉRENCE ARRÊTÉ DES COMPTES CONFÉRENCE ARRÊTÉ DES COMPTES BANQUES & ASSURANCES PAVILLON GABRIEL - PARIS CONFÉRENCE ARRÊTÉ DES COMPTES BANQUES & ASSURANCES Votre rendez-vous incontournable pour décrypter, en une seule journée, l essentiel

Plus en détail

Rapport d audit interne

Rapport d audit interne Exercice social clos au 31/12/2004 Rapport d audit interne du Président du Conseil d administration de la Compagnie Financière de Deauville en application de l article 117 de la loi n 2003-706 du 1 er

Plus en détail

RAPPORT 2006 DU PRESIDENT SUR LE CONTRÔLE INTERNE

RAPPORT 2006 DU PRESIDENT SUR LE CONTRÔLE INTERNE RAPPORT 2006 DU PRESIDENT SUR LE CONTRÔLE INTERNE Bernard Jeanjean, en sa qualité de Président du Conseil d Administration, a confié au Comité d Audit la réalisation des travaux préparatoires et des diligences

Plus en détail

Association de la Performance et du Lead sur Internet

Association de la Performance et du Lead sur Internet TECHNOLOGIES, MEDIAS & TELECOMMUNICATIONS Association de la Performance et du Lead sur Internet Baromètre 2015 de la génération de Leads sur Internet 5 novembre 2015 I. Présentation du Baromètre Il s agit

Plus en détail

Communiqué de Presse. S1 2015 S1 2014 Exercice 2014

Communiqué de Presse. S1 2015 S1 2014 Exercice 2014 Contacts Relations Investisseurs : Patrick Gouffran +33 (0)1 40 67 29 26 pgouffran@axway.com Relations Presse : Sylvie Podetti +33 (0)1 47 17 22 40 spodetti@axway.com Communiqué de Presse Axway : croissance

Plus en détail