Durant l échographie,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Durant l échographie,"

Transcription

1 agence fédérale d information mutualiste EN DIRECT VIGILANCE SUR LE TRAITEMENT NURAID II COMMERCIALISÉ PAR LA SOCIÉTÉ MOLÉAC page 5 Mercredi 14 mars 2012 N 4105 REVUE DE PRESSE RETRAITES COMPLÉMENTAIRES : LE DÉSACCORD page 6 Toulouse : un centre de santé au cœur d une zone sensible A lire aussi Trois questions à Xavier Chastel, directeur de l agence régionale de santé (ARS) de Midi-Pyrénées. page 4 Situé dans la zone urbaine sensible du Grand Mirail, à Toulouse (Haute- Garonne), le centre de santé mutualiste de Basso Cambo propose une offre de soins de premier recours indispensable, en particulier pour les consultations de spécialistes sans dépassement d honoraires. Mais l accès à des plateaux techniques de pointe en secteur 1 attire aussi 40 % de patients d autres quartiers. Durant l échographie, Caroline regarde avec attention son bébé à l écran. Cette jeune femme de 27 ans attend son premier enfant. Enceinte de plus de 8 mois, elle est suivie par le Dr Jean-Luc Carnus, gynécologue-obstétricien au centre de santé mutualiste de Basso Cambo, à Toulouse (Haute- Garonne). Géré et intégralement financé par la Mutualité Française Haute-Garonne Ssam (services de soins et d accompagnement mutualistes), cet établissement est situé au terminus de la ligne A du métro toulousain, dans la zone ur baine sensible du Grand Mirail regroupant trois quartiers : le Mirail, Reynerie et Bellefontaine. Caroline, enceinte de plus de huit mois, fait partie des 40% de patients qui fréquentent le centre de santé sans habiter à côté. Pour elle, c est la qualité des soins prodigués au centre de santé qui est à l origine de son choix. «UN DÉSERT MÉDICAL» Caroline est venue ce lundi matin de Balma, à l est de la ville, à l autre extrémité de cette même ligne de métro. «Le Dr Carnus a très bonne réputation. Il a suivi plusieurs de mes amies durant leur grossesse et elles en étaient très contentes», rapporte cette patiente pour qui le bouche-à-oreille sur la qua lité des soins a été le premier moteur. Elle fait ainsi partie des 40 % de patients qui fréquentent le centre de santé sans habiter à côté. La patientèle de proximité constitue, en effet, la majorité des patients accueillis chaque année au centre, dont 21 % sont des bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU). Pour la présidente de la Mutualité Française Haute-Garonne Ssam, Elvire de Almeida Loubière, «cette offre de soins de premier recours est incontournable dans ce quartier particulièrement difficile de la ville». Le rôle de la Mu - tualité face aux besoins CERCLE «DROIT ET MUTUALITÉ» : CHANGEMENT DE LIEU Attention, changement de lieu! En raison du nombre de participants inscrits au cercle «droit et Mutualité» du 22 mars consacré à «L entrée en fiscalité de droit commun», et pour être en mesure d accueillir l ensemble des personnes qui souhaitent suivre cette demi-journée de formation, cette session se déroulera de 14 heures à 17h30, à l Espace Moncassin, 164, rue de Javel, à Paris 15 e. Métro : Félix Faure. RER C : Javel. La conférence est gratuite sous réserve d inscription sur Mutweb. Cliquer ici pour consulter le programme détaillé et s inscrire Contact : mutualite.fr

2 UN DÉFICIT RÉDUIT DE MOITIÉ EN QUATRE ANS de santé de ces habitants à la santé plus fragile est reconnu par le directeur de l agence régionale de santé (ARS) de Midi- Pyrénées, Xavier Chastel (lire page 4). Il est encore aisé de trouver un généraliste libéral, mais ce n est pas le cas pour les spécialistes Par exemple, en matière de suivi obstétrical, «l offre a considérablement diminué», déplore le Dr Carnus, évoquant «un désert médical». «Les hôpitaux sont saturés et les cliniques aussi. Les généralistes prennent un peu le relais mais c est difficile car ils sont peu formés dans ce domaine.» Or, dans ce quartier, il est primordial de bénéficier d un suivi dès le début de la grossesse. Certaines femmes rencontrent des problèmes de santé en raison d une alimentation trop A l instar des établissements de ce type, le centre de santé mutualiste de Basso Cambo, dont le budget annuel s élève à 2 millions d euros, fait face à un déficit structurel. Celui-ci a toutefois été divisé par deux entre 2006 et «Nous avons ramené le déficit de euros en 2006 à fin Fin 2011, il devrait s établir entre et euros mais le chiffre d affaires a, quant à lui, progressé pour atteindre 2,2 millions d euros», détaille Elvire de Almeida Loubière, présidente de la Mutualité Française Haute-Garonne Ssam (services de soins et d accompagnement mutualistes). Pour le directeur général, Henri de Lagoutine, «ce n est pas une situation catastrophique». Au contraire, ce résultat est plus qu honorable compte tenu des nombreux investissements pour rénover l établissement et l ensemble des plateaux techniques. En effet, ces améliorations techniques ont permis aux praticiens de «pratiquer des actes plus lourds et mieux rémunérés par la Sécurité sociale, ce qui génère des recettes supplémentaires», explique le directeur général. Afin de réduire les charges, la gestion du personnel et les taux d occupation des cabinets ont été optimisés. Comme le permet la loi «Hôpital, patients, santé et territoires» (HPST), la délégation de tâches a également été mise en place, notamment en gynécologie, avec les sages-femmes. Si son objectif est d équilibrer les comptes, la présidente estime qu il existera toujours «un coût incompressible de à euros lié à la mission de service public». Ainsi, «les consultations durent environ une demi-heure, en raison de facteurs aggravants de santé ou tout simplement à cause de la barrière de la langue, contre un quart d heure en moyenne, ajoute-t-elle. Mais le montant de la lettre clé C attribuée à la consultation n augmente pas pour autant!» Parmi les autres motifs du déficit, fi gure la pratique du tiers-payant. P. F. Une vaste rénovation du centre de santé, créé en 1975, est menée depuis un an et demi. Aux lambris de bois foncé datant de 1986, succèdent des couloirs clairs et dotés d une signalétique adaptée. sucrée. Cela peut provoquer un diabète, ce qui est dangereux durant la grossesse, poursuit cet obstétricien, qui pratique plus de 400 accouchements par an tout en répondant à une forte de - mande sur la stérilité. Par ailleurs, les grossesses après 45 ans sont fréquentes alors qu elles sont à «risque important». En plus de l activité de gynécologie, le centre propose à la population une offre globale de soins en médecine générale ainsi que plusieurs spécialités parmi lesquelles la pédiatrie, la cardiologie, la dermatologie, l ophtalmologie, l endocrinologie, la gastroentérologie, la psychiatrie ou la radiologie. Au total, 30 praticiens y assurent des consultations du lundi au samedi, de 8 heures à 18 h 30. «Le mois prochain, un autre dermatologue et un orthoptiste devraient nous re - joindre», prévoit Audrey Pouilly, directrice des services de santé à la Mutualité Française Haute- Garonne Ssam. En outre, des dentistes exercent dans cet espace. Les patients bénéficient d un suivi médical grâce à un dossier médical partagé informatisé. «D UNE PIERRE DEUX COUPS!» Tous ces professionnels de santé réalisent leurs consultations et actes techniques exclusivement à des tarifs de secteur 1, soit 23 euros pour une consultation de généraliste et 28 euros pour un spécia liste. Une tarification appréciée par Sophie, qui habite à 25 mi nutes en voiture et MERCREDI 14 MARS 2012 N

3 consulte également le Dr Carnus : «Quand vous avez un médecin qui prend soin des patients et qui ne facture pas de dépassements d honoraires, vous faites d une pierre deux coups!» Ida, 30 ans, qui vient régulièrement depuis cinq mois et attend son tour auprès de son compagnon, est du même avis : «Là où j allais avant, je devais faire un chèque de 115 euros!» Autre avantage : les pa tients mutualistes bénéficient d une dispense d avance de frais. «Quand on n a pas forcément les moyens, c est pratique de ne pas avancer les frais», témoigne Caroline, la future maman. Le centre étant ouvert à tous, seul le ticket modérateur est dû par les personnes qui n ont pas de complémentaire santé mutualiste. Pour améliorer les services aux patients, une vaste rénovation du centre de santé, créé en 1975, est menée depuis un an et demi. Aux lambris de bois foncé datant de 1986, succèdent des couloirs clairs et dotés d une signalétique adaptée. «L ensemble de la rénovation devrait être terminé fin 2013», précise la présidente. Il reste notamment à moderniser l accueil principal et celui du premier étage. Partenariats Afin de compléter l offre de soins en imagerie, le centre de santé de Basso Cambo a fondé deux groupements d intérêt économique (GIE) concernant les scanners et les IRM avec plusieurs établissements de Toulouse : l hôpital Joseph Ducuing, le centre d imagerie Compans-Cafarelli, le centre de radiologie Rive Gauche et la clinique Sarrus Teinturiers. Un partenariat existe aussi avec la clinique Ambroise Paré, où exerce le Dr Jean-Luc Carnus, gynécologue-obstétricien effectuant plusieurs vacations au centre de santé mutualiste. Enfin, la Mutualité Française Haute-Garonne Ssam a créé un service d hospitalisation à domicile «Santé relais domicile» avec le CHU de Toulouse, l Institut Claudius Regaud et l hôpital Joseph Ducuing. DES CONSULTATIONS DE GROUPE POUR DÉPISTER LE CANCER DU SEIN Au centre de santé mutualiste de Basso Cambo, à Toulouse, la prévention occupe une place importante. Cet établissement a signé une convention avec l association Doc 31, investie dans la sensibilisation au dépistage des cancers. Objectif de ce partenariat : relayer les campagnes nationales de dépistage organisé auprès de la population. Une initiative originale est également menée depuis début mars avec l association Bell Arc en ciel, qui œuvre en faveur de l insertion. Il s agit d inciter les femmes du quartier de la Reynerie, situé dans la zone urbaine sensible du Grand Mirail, à se faire dépister collectivement pour le cancer du sein. «Principalement originaires d Afrique du Nord, ces femmes peuvent venir consulter en groupe, ce qui est plus facile pour elles, notamment pour effectuer une mammographie», explique Audrey Pouilly, directrice des services de santé à la Mutualité Française Haute-Garonne Ssam (services de soins et d accompagnement mutualistes). Dans un tout autre registre préventif, le centre de santé organise des ateliers de voix chantée avec une orthophoniste dans le but d enrayer l évolution de pathologies, comme la maladie d Alzheimer ou la maladie de Parkinson (lire Afim n 3663 du 23 mars 2010). P. F. Mais au-delà de l esthétique, c est surtout la qualité des soins qui est au cœur de cette réhabilitation. «Nous avons changé tous les plateaux techniques du centre de santé», se félicite-t-elle. Par exemple, l ensemble du matériel de radiologie a été numérisé et des échographies peuvent être réalisées en 3D. DÉPISTER LES AFFECTIONS TOUCHANT LA RÉTINE Illustrant l exemplarité des techniques utilisées, le Dr Philippe Rivayrand, ophtalmologue, dé - marre en ce matin de mars les consultations du pôle rétinopathie. Celui-ci s adresse aux malades souffrant d affections touchant la rétine, comme la dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) ou les œdèmes maculaires qui entraînent une importante baisse de la vision. C est justement en raison d un œdème maculaire que Pierre, un ancien commercial à la Le centre de santé de Basso Cambo est aussi doté de matériels innovants en ophtalmologie. En témoigne Pierre, atteint d un œdème maculaire et totalement pris en charge au centre mutualiste. MERCREDI 14 MARS 2012 N

4 retraite, consulte le Dr Rivayrand. Il vient pour une injection intravitréenne, une pi - qûre pratiquée sous anesthésie locale, directement dans le blanc de l œil, «afin d améliorer l acuité visuelle», explique ce patient averti dont la vue a d abord été «stabilisée au laser». Lui aussi a parcouru 30 kilomètres pour venir. Il était déjà suivi par ce médecin mais ailleurs. Grâce à ce nouveau pôle, Pierre sera désormais pris en charge au centre mutualiste. Ce pôle inaugure aussi un angiographe-rétinographe, un appareil servant à photographier la rétine afin de diagnostiquer et suivre l évolution de maladies telles que la DMLA ou les rétinopathies liées au diabète. «Au - paravant, pour pratiquer ce genre d examen, il fallait aller en centreville, à l hôpital ou dans un centre privé», explique le Dr Rivayrand. «Ce matériel innovant complète les plateaux techniques déjà existants sur la ville de Toulouse. C est la première fois que l on prend en charge le patient dans sa globalité, des soins de première intention aux examens exploratoires poussés», renchérit-il. La tomographie à cohérence optique, dite OCT du nom anglais Optical Coherence Tomography, est un autre examen de pointe proposé au centre médical. Cette technique indolore, basée sur la réflexion de la lumière infrarouge, donne des images en coupe de la rétine, permettant d en apprécier l épaisseur. L OCT peut compléter les angiographies dans le dépistage d une DMLA. Autant d exemples prouvant qu au centre de santé Basso Cambo, la médecine sans dépassements d honoraires rime vraiment avec qualité! Paula Ferreira Lutter contre les inégalités sociales de santé Trois questions à Xavier Chastel, directeur de l agence régionale de santé (ARS) de Midi-Pyrénées. Quels sont les problèmes de démographie médicale spécifiques au quartier du Mirail? Xavier Chastel Lorsque l on évoque les difficultés d accès aux soins, on pense plus spontanément aux zones rurales reculées, éloignées des grandes villes où le médecin de famille se fait plus âgé et ne trouve pas facilement de remplaçant pour prendre la relève. Mais les zones urbaines sensibles sont aussi concernées par ces difficultés d accès aux soins. Et le Mirail, à Toulouse, ne fait hélas pas exception. Les conditions de vie moins attractives qu en centre-ville, la détérioration du tissu social ou le sentiment d insécurité peuvent dissuader les médecins de s installer. Pourtant, au quartier du Mirail, le sujet de la démographie médicale ne se voit pas instantanément. L observateur inattentif notera une offre de premier recours correcte, avec une densité de médecin généraliste de 106 pour habitants, contre 95 pour Toulouse et 94 pour le département. On y dénombre 118 cabinets principaux de médecins généralistes, contre 123 en centre ville. Mais, ce sont d abord les perspectives qui doivent attirer notre attention : au Mirail, 44 % des médecins généralistes ont plus de 55 ans, l offre spécialisée est DR «Lorsque j ai visité ce centre, j ai été frappé par le militantisme des professionnels rencontrés. Le centre de Basso Cambo incarne un grand nombre de principes que j ai souhaité inscrire dans le projet régional de santé.» peu présente, et enfin, les médecins rencontrent parfois des difficultés d intervention dans le Grand Mirail. Comment remédier à cette situation? Xavier Chastel L agence régionale de santé s attache à mettre en regard l offre et les besoins de soins. A travers le projet régional de santé (PRS), j ai tenu à travailler sur la question de l équité et sur celle de la lutte contre les inégalités sociales de santé. Or, nul ne peut nier que les besoins sont plus importants au Mirail qu ailleurs. Quand un tiers des habitants a moins de 20 ans, quand 24 % de la population bénéficie de la CMU, contre 12 % dans le reste de l agglomération, quand la moitié des allocataires de la caisse d allocations familiales (Caf) dispose de MERCREDI 14 MARS 2012 N

5 faibles revenus, contre un tiers pour le reste de la commune, on peut dire raisonnablement que les besoins sont plus importants. Les 118 cabinets de médecins généralistes du Mirail voient tous les jours arriver en consultation des personnes en situation de précarité dont la santé est plus fragile. Nous devons donc veiller à y apporter une offre adaptée. C est toute la stratégie du projet régional de santé. Selon vous, quel est le rôle du centre de santé mutualiste au Mirail et comment le voyezvous évoluer? Xavier Chastel Je suis heureux de constater que la Mutualité répond en grande partie aux besoins avec le centre de santé de Basso Cambo. Avec 29 praticiens qui assurent des consultations dans de nombreuses spécialités, du lundi au samedi, un service de soins infirmiers à domicile, plus de patients accueil lis tous les ans, des tarifs du secteur 1, le centre de la Mu - tualité participe grandement à l accès à la santé au sens large du terme. Lorsque j ai visité ce centre, j ai par ailleurs été frappé par le militantisme des professionnels rencontrés. Le centre de Basso Cambo incarne un grand nombre de principes que j ai souhaité inscrire dans le PRS. Les valeurs que développe la Mutualité, dont la solidarité, les exigences comme l amélioration permanente des soins et de la qualité, la modernisation des installations, le respect du parcours coordonné de soins, la maîtrise des coûts de santé, sont autant d éléments qui se recoupent avec le projet régional de santé. Conscient de ce que la Mu - tualité a construit au quartier du Mirail, je souhaite voir cette action consolidée. Aussi, mes équipes travaillent actuellement avec la mairie de Toulouse, l assurance maladie et divers partenaires à un Contrat local de santé sur ce quartier. Dans ce cadre, je souhaite que le rôle du centre de santé de Basso AVEC [ ] PLUS DE PATIENTS ACCUEIL LIS TOUS LES ANS, DES TARIFS DU SECTEUR 1, LE CENTRE DE LA MU TUALITÉ PARTICIPE GRANDEMENT ÀL ACCÈS À LA SANTÉ AU SENS LARGE DU TERME. EN DIRECT de la direction santé Vigilance sur le traitement Nuraid II commercialisé par la société Moléac Des mutuelles ont été récemment sollicitées par la société Moléac pour la prise en charge d un «supplément» alimentaire commercialisé en France sous le nom de Nuraid II. Ce produit est présenté comme un activateur de récupération après un accident vasculaire cérébral (AVC). Composé d actifs d origine végétale issus de la médecine chinoise, ce produit ne dispose pas du statut de médicament (pas d autorisation de mise sur le marché), ni de complément alimentaire, ni de dispositif médical. Ce produit est commercialisé au prix de 577 euros la boîte pour un mois de traitement et n est pas remboursé par la Sécurité sociale. Compte tenu de l absence de statut de ce produit, de l absence d études ou d essais cliniques Cambo soit réaffirmé, qu il soit un maillon du parcours de santé proposé aux habitants, en articulation avec les professionnels de santé. Un projet est en préparation avec les différents acteurs sur la prévention et la prise en charge du surpoids et de l obésité. Par ailleurs, la maison de santé pluri-professionnelle (MSP) qui pourrait être créée dans ce quartier devra se construire en cohérence avec cette offre existante. Celle-ci a fait ses preuves et permet un accès à des soins de qualité pour tous les assurés sociaux, quel que soit leur régime de sécurité sociale. Propos recueillis par P. F. exhaustifs, robustes, sérieux démontrant l efficacité et la sécurité de ce produit et de l absence d évaluation et de recommandations de ce produit par les autorités sanitaires françaises, la FNMF ne recommande pas ce produit et déconseille fortement sa prise charge. Dans une logique de sécurité sanitaire et de qualité de la prise en charge de l AVC, la FNMF sollicitera très prochainement l ANSM (ex Afssaps) et la Haute Autorité de santé (HAS) pour les alerter sur l existence de ce supplément alimentaire qui fait l objet d un démarchage commercial auprès des mutuelles. Contact. Direction santé. Laure Lechertier, responsable du département politique des produits de santé. Mél. : MERCREDI 14 MARS 2012 N

6 REVUE DE PRESSE Retraites complémentaires : le désaccord Au 1er avril, il n est pas sûr que les 11 millions de retraités du privé voient leur retraite complémentaire augmenter proportionnellement à l inflation. En effet, signalent Les Echos (page 3), les partenaires sociaux et le patronat ne parviennent pas à s entendre sur l application d une règle concernant l Agirc (cadres) et l Arrco (tous les salariés) négociée il y a un an. Selon cette règle, les pensions doivent être revalorisées en fonction de la hausse des prix. Pour le mois prochain, les retraites devraient donc gagner + 2,25 %. Or, indique Eric Aubin, en charge des retraites à la CGT, «le Medef refuse de tenir compte d un rattrapage au titre de l inflation constatée l an dernier, qui a été plus forte que prévu». Par conséquent, calculent Les Echos, «sans ce rattrapage, les pensions n augmenteraient que de 1,56 %». Pour le Medef, une telle revalorisation n est pas opportune. En effet, «la situation financière des régimes ne cesse de se dégrader», affirme le syndicat patronal, qui fait valoir que les réserves de l Agirc- Arrco ont baissé de plus de 5 milliards en un an pour atteindre 52,7 milliards à la fin D ici à la fin 2013, elles pourraient même se réduire de 9,7 milliards. Pour le patronat, un rattrapage de l inflation porterait le coût de la revalorisation à 370 millions d euros. Selon le journal économique, «il serait étonnant» qu aucune entente ne puisse être établie entre les parties d ici au 20 mars. D autant que de leur côté, «les pensions de base du privé (Cnav), elles, seront bien relevées en tenant compte du surplus d inflation de 2011, le 1 er avril». Pourquoi, dans ce cas, l Agirc- Arrco ne bénéficierait pas de cette revalorisation? A la veille de l élection présidentielle, font remarquer Les Echos, un tel déséquilibre entre les pensions de bases et les complémentaires serait mal venu. PANORAMA DES DÉPENSES SOCIALES DES DÉPARTEMENTS En 2010, les dépenses sociales des départements ont passé le cap des 30 milliards d euros (28,8 milliards pour la Métropole et 1,5 milliard pour les départements et territoires d outre-mer). C est l une des données qui ressort d une étude publiée hier par la direction de la Recherche, des Etudes, de l Evaluation et des Statistiques (Drees), notent Les Echos (page 5). Selon le quotidien, ce montant représente «60 % des dépenses de fonctionnements des départements et a augmenté de 16 % entre 2006 et 2010». La Vendée, le Var et la Haute-Corse sont les départements où la hausse a été la plus élevée. A contrario, le Nord, le Pas-de- Calais et les Alpes-Maritimes ont diminué leurs dépenses. Dans le détail, les dépenses des départements sont d abord consacrées au RMI- RSA. En 2010, elles s élevaient à 7,4 milliards d euros (+ 10,7 % par rapport à 2009) et concernaient 1,34 million de bénéficiaires. S ensuit, avec 6,5 milliards d euros (+ 1,3 % par rapport à 2009,) l aide aux personnes âgées dont le nombre s élève à 1,3 million, la moitié des prestataires vivant dans des maisons de re - traite. Concernant les aides sociales aux RÉTABLIR UNE «RÉELLE SOLIDARITÉ» «La santé est-elle un luxe?» C était, hier, le thème de l émission «Enquête de santé» sur France 5. Pour le président de la Mutualité Française, le marché et la «dérégulation complète du système» menacent les valeurs de solidarité et de mutualisation. Pour Etienne Caniard, «il s agit de fixer des règles qui rétablissent simplement cette solidarité et cette mutualisation pour permettre une réelle solidarité entre malades et bien portants». Cliquer ici pour voir l intégralité de cette émission. personnes en situation de handicap, elles ont, en moyenne, progressé de 5,7 %. Depuis la mise en place de la loi handicap en 2005, elles ont crû de 30 %. Maintenant, s interrogent Les Echos, «les départements pourront-ils faire face à ces hausses dans la durée alors que les dotations budgétaires sont gelées pour 2011, 2012 et 2013?». Alors que l Etat couvrait 70 % des allocations de solidarité en 2004, il n en assure plus que 59 % en Selon l Association des départements de France qui a établi ces données, les départements ont donc perdu une bonne partie de leur autonomie fiscale sans compter que les critères d attribution des aides sont fixés par le gouvernement. Frédéric Lavignette SOCIAL «15 millions de retraités résidaient en France en 2010.» C est ce qui ressort de l enquête publiée hier par la Drees. On compte 7,8 millions de femmes et 7,3 millions d hommes. En 2010, la pension moyenne s établissait à euros mensuels. Libération page 13. «Présidentielle : notre système de santé doit d abord se focaliser sur le patient.» Le Pr Luc Montagnier, co-découvreur du virus du sida, et Frédéric Bizard, maître de conférences à Sciences Po, cosignent une tribune qui réclame une évolution du système de santé et de son approche. Pour eux, il faut passer à «une vision transversale de la santé» et «mettre fin au pouvoir technocratique tout-puissant» pour redistribuer le pouvoir entre tous les acteurs du système. Le Monde page 21. MERCREDI 14 MARS 2012 N

7 SANTÉ «L Autorité de la concurrence souhaite plus de concurrence sur les prothèses dentaires.» Dans un avis publié lundi, elle recommande que les devis des chirurgiens-dentistes distinguent le prix des prothèses du prix total des soins, afin que les patients puissent faire jouer la concurrence. Le Monde page 12. «Epilepsie : chirurgie plus tôt.» Deux ans après leur intervention chirurgicale visant à enlever la partie du cerveau à l origine de crises, 11 patients sur 15 n ont pas refait de crise d épilepsie temporale. Cette performance réalisée aux Etats-Unis est due à des neurochirurgiens de 16 centres qui ont opéré ces malades souffrant d épilepsie depuis onze années en moyenne, pour lesquels les médicaments étaient moins efficaces depuis quelques mois. Ce type d opération est habituellement proposé après une vingtaine d années de maladie. Le Figaro page 11. «Défiance vis-à-vis de la vaccination.» Le groupe d études parlementaire sur la vaccination a présenté hier ses recommandations. Pour ce groupe, il faut rendre obligatoire les vaccins contre la rougeole, maladie qui a causé 6 décès l an dernier. Par ailleurs, il réclame un mora- toire sur les adjuvants à base de sels d aluminium et la poursuite des recherches sur les effets secondaires du vaccin contre le cancer du col de l utérus. Le Parisien/Aujourd hui page 10 et La Croix page 11. ET AUSSI Pour le président de la Mutualité Française, l intégration de l option de coordination dans les contrats responsables est un «effet d annonce, pas une réforme réelle». Le Quotidien du médecin. Nouvelles gardes à vue et nouvelles perquisitions au siège du laboratoire Servier, le fabricant du Mediator. Libération page 13. BioMérieux a revu à la baisse ses prévisions de croissance. Pour 2012, le laboratoire s attend désormais à une hausse de son chiffre d affaires comprise entre 3 et 5 %. Le Figaro page 21. Les actions judiciaires contre le tabac marquent des points. Le Figaro page 10. Selon l Insee, les prix ont augmenté de 0,4 % en février, en raison de l accroissement saisonnier des prix des services, du renchérissement des produits pétroliers et de la hausse des produits frais. Les Echos page 3. Agenda AUJOURD HUI Conférence-débat sur le thème «Souffrance au travail : enjeux et politique de santé publique», avec Christophe Dejours, titulaire de la chaire de psychanalyse santé travail au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam). Cette manifestation est organisée notamment avec la participation de la Mutuelle nationale de d Education nationale (MGEN) et Adrea mutuelle. Lieu : Péronnas Information : 15 MARS Conférence intitulée «Préserver son cœur» organisée par la Mutuelle générale de l économie, des finances et de l industrie (Mgefi) à destination de ses adhérents retraités parisiens. Lieu : Paris, à l Institut mutualiste Montsouris Information : MARS Colloque intitulé «Aujourd hui sur les chemins de l adolescence» organisé avec la participation de la Mutualité Française Auvergne, destiné tant aux parents qu à des professionnels. Cliquer ici pour accéder au programme de cette manifestation. Lieu : Montluçon (Allier) Information : 17 MARS La Mutualité Française Auvergne organise avec plusieurs partenaires une «marche bleue» afin de sensibiliser le public au dépistage du cancer colorectal. «Elle vise à rappeler que l activité physique est l une des clés de la prévention des cancers», indique ce groupement. En outre, une journée d information sera organisée le 30 mars, à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Lieu : Rochefort-Montagne (Puy-de-Dôme) Information : 19 MARS Rencontre publique intitulée «Ma santé et moi», organisée par la section de l Yonne de la Mutuelle générale de l Education nationale (MGEN). Lieu : Auxerre (Yonne) Inscription : 20 MARS Conférence-débat sur le thème : «Santé et agriculture : un avenir commun?», avec André Cicolella, toxicologue, président du réseau environnement santé (Res) et Michel Griffon, président du conseil scientifique du Fonds français pour l environnement mondial. Cette manifestation est organisée notamment par la Mutualité Française Centre et la Mutualité Fonction publique (MFP). Lieu : Bourges (Cher) Contact : 24 MARS Conférence sur «Mieux vivre avec l arthrose : les traitements d aujourd hui et de demain» organisée par la Mutuelle familiale, en partenariat avec la Fondation de l avenir. «A l occasion de cette conférence, la Mutuelle familiale lance un appel à question pour les personnes concernées par l arthrose sur son site indique ce groupement. Information : AFIM. 255, rue de Vaugirard Paris cedex 15. Télécopie: FNMF, organisme régi par le Code de la Mutualité. Directeur de la publication : Anne Moraud Coordination éditoriale: Pascal Lelièvre Rédacteur en chef: Jean-Michel Molins (3478) Rédactrice en chef adjointe: Sabine Dreyfus (3361) Secrétaire de rédaction: Marie-Laure Gros Maquettiste: Jérôme Saillard Rédacteurs: Anne Baudeneau (6286), Paula Ferreira (3308), Milène Leroy (3534), Frédéric Lavignette, John Sutton Photographe : Nathanaël Mergui (sauf crédits photos) Tél. : composez le suivi du numéro de poste Mél.: mutualite.fr Relations presse: Christelle Cros (6326) Emission/ réception: Karine Vappereau. Tél. : Mél.: MERCREDI 14 MARS 2012 N

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2016 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2013 2014 Prévisions 2015 0,7 0,6-0,6-3,2-2,7-1,6-4,6-6

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Al issue d une étude. Vendredi 25 avril 2014 N 4576

Al issue d une étude. Vendredi 25 avril 2014 N 4576 Vendredi 25 avril 2014 N 4576 agence fédérale d information mutualiste Frais de gestion : pas d opacité, mais de la diversité Al issue d une étude réalisée à partir des réponses de seulement 70 internautes

Plus en détail

débat carité : Constats»

débat carité : Constats» MUTUALITE FRANCAISE CÔTE-D OR YONNE Dr Nathalie Arnould Conférence débat «Santé Précarit carité : Constats» Samedi 18 octobre 2008 La Mutualité Française aise? Elle fédère la quasi-totalité des mutuelles

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne Offre de soins, accès aux soins

Titre de la Table citoyenne Offre de soins, accès aux soins Titre de la Table citoyenne Offre de soins, accès aux soins Organisée par : Délégation des Hautes-Alpes de la Mutualité Française Paca, ADRETS, UDESS05, la CRESS (Chambre Régionale de l Économie Sociale

Plus en détail

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé

UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE. pour développer et pérenniser les centres de santé UN NOUVEAU MODÈLE ÉCONOMIQUE pour développer et pérenniser les centres de santé LES SOINS DE PREMIERS RECOURS CARACTÉRISTIQUES ET RÔLE DES CENTRES DE SANTÉ Les différentes formes d exercice médical regroupé

Plus en détail

Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011

Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011 Forum territorial de santé Sud de l Oise 12 mai 2011 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Avec plus de 29 000 en 2007, le revenu net imposable moyen des habitants du Sud de l Oise est le

Plus en détail

Mieux comprendre la protection sociale

Mieux comprendre la protection sociale Mieux comprendre la protection sociale www.cnrs.fr Direction des ressources humaines Service du développement social Septembre 2010 1 - En préambule Premier volet : ma protection sociale en quelques lignes

Plus en détail

ESPAGNE. 1. Principes généraux.

ESPAGNE. 1. Principes généraux. ESPAGNE Les dépenses de protection sociale en Espagne représentent 21,6%PIB. Le système espagnol est devenu récemment plus beveridgien. Ce système est relativement récent, le service national de santé

Plus en détail

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Catalogue des prestations d action sociale et prévention

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Catalogue des prestations d action sociale et prévention CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES Catalogue des prestations d action sociale et prévention Décembre 2014 L action sociale et prévention Préambule Animée par la volonté de développer sa politique

Plus en détail

Protection sociale en France : l assurance maladie. Évelyne DIAS

Protection sociale en France : l assurance maladie. Évelyne DIAS Protection sociale en France : l assurance maladie Évelyne DIAS La protection sociale désigne tous les mécanismes existant pour aider les individus à faire face aux risques sociaux. Cela correspond à un

Plus en détail

Startup Santé. Les avantages pour vous :

Startup Santé. Les avantages pour vous : Startup Santé. - Documentation commerciale MUTUALP est une Mutuelle régie par le Code de la Mutualité, de l économie sociale et solidaire. C est une mutuelle régionale à taille humaine, solide et performante.

Plus en détail

Module 1 : Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne LA PROTECTION SOCIALE

Module 1 : Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne LA PROTECTION SOCIALE 1 Hospices Civils de Beaune Module 1 : Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne Institut de formation d aides-soignants Promotion 2015-2016 Date : 8/9/15 Durée : 1h30 LA PROTECTION

Plus en détail

Offre santé 2015 FGMM-CFDT

Offre santé 2015 FGMM-CFDT SOMILOR - HARMONIE MUTUELLE Offre santé 2015 FGMM-CFDT Réservée aux adhérents régime général La FGMM-CFDT a négocié pour vous une complémentaire santé groupe SOMILOR-HARMONIE MUTUELLE. Bénéficiez de tous

Plus en détail

REGIME «PLUS» TARIFS 2013. Part salarié : 36 50 Part employeur : 19 Supplément conjoint : 15 REMBOURSEMENTS 2013

REGIME «PLUS» TARIFS 2013. Part salarié : 36 50 Part employeur : 19 Supplément conjoint : 15 REMBOURSEMENTS 2013 REGIME «PLUS» TARIFS 2013 Part salarié : 36 50 Part employeur : 19 Supplément conjoint : 15 REMBOURSEMENTS 2013 N.B : Ces remboursements s ajoutent à ceux de la sécurité sociale. HOSPITALISATION Hospitalisation

Plus en détail

MÉDECIN SPÉCIALISTE SOMMAIRE

MÉDECIN SPÉCIALISTE SOMMAIRE MÉDECIN SPÉCIALISTE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU MÉDECIN SPÉCIALISTE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU MÉDECIN SPÉCIALISTE... 4 L'ACTIVITÉ DU MÉDECIN SPÉCIALISTE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU MÉDECIN SPÉCIALISTE...

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2015 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2012 2013 Prévisions 2014 0,6 0,2-0,2-2,5-3,2-2,9-5,9-6,8-6

Plus en détail

Urgences. médicales. avoir le bon réflexe

Urgences. médicales. avoir le bon réflexe Urgences médicales v 1) Le SAMU c est quoi? Urgences médicales, c+/; Z2 C est le Service d Aide Médicale Urgente doté d un numéro de téléphone unique (15) gratuit, joignable 24h sur 24 et tenu au secret

Plus en détail

VOTRE SANTÉ, NOTRE PRIORITÉ. Connaître la Mutualité Française Haute-Garonne

VOTRE SANTÉ, NOTRE PRIORITÉ. Connaître la Mutualité Française Haute-Garonne VOTRE SANTÉ, NOTRE PRIORITÉ Connaître la Mutualité Française Haute-Garonne Créée le 12 mai 1898 N SIREN 776 950 529 Siège social de la Mutualité Française Haute-Garonne, 3 rue de Metz à Toulouse, depuis

Plus en détail

Les centres de santé infirmiers aujourd hui et demain

Les centres de santé infirmiers aujourd hui et demain Les centres de santé infirmiers aujourd hui et demain Implantés en milieu urbain ou rural, et bien souvent dans des zones déficitaires en professionnels de santé ou dans des zones sensibles, les centres

Plus en détail

Offre santé 2014 FGMM-CFDT

Offre santé 2014 FGMM-CFDT SOMILOR - HARMONIE MUTUELLE Offre santé 2014 FGMM-CFDT Réservée aux adhérents régime général La FGMM-CFDT a négocié pour vous une complémentaire santé groupe SOMILOR-HARMONIE MUTUELLE. Bénéficiez de tous

Plus en détail

RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE DE L AGRICULTURE PAR LE MINISTÈRE OFFRE RÉFÉRENCÉE

RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE DE L AGRICULTURE PAR LE MINISTÈRE OFFRE RÉFÉRENCÉE RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE OFFRE RÉFÉRENCÉE PAR LE MINISTÈRE DE L AGRICULTURE LA SANTÉ DURABLE DE GÉNÉRATION EN GÉNÉRATION! La MGET et la MGEN s engagent pour tous les agents du ministère de l Agriculture

Plus en détail

QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS

QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS Sexe : Age : 1. Soins de ville : Consultez-vous un médecin généraliste : Jamais Pour des vaccinations ou certificats médicaux Pour des visites de prévention Uniquement

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2011 Environnement de la protection sociale Le déficit du régime général En milliards d euros 2009 2010 Prévisions 2011-0,7-0,7 0-1,8-2,7-2,6-7,2-6,1-8,9-10,6-9,9-11,6-20,3-23,9-18,6

Plus en détail

5 raisons de choisir la Mutuelle du Médecin. Une mutuelle dédiée aux médecins et à leur famille

5 raisons de choisir la Mutuelle du Médecin. Une mutuelle dédiée aux médecins et à leur famille Complémentaire santé NOUS SOMMES PARCE BIEN QUE PLACÉS VOUS ÊTES POUR PLUS VOUS QU UN COMPRENDRE MÉDECIN, NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Complémentaire santé + 5 raisons de choisir la

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM 1 Partie Système d Assurance Maladie Avant la réforme «Performances & Insuffisances» La

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2014

DOSSIER DE PRESSE 2014 DOSSIER DE PRESSE 2014 LA MUTUALITÉ AU CŒUR DU SYSTÈME DE SANTÉ CONTACTS : Constance BAUDRY - 06 85 29 82 22 - constance.baudry@mutualite.fr Christelle CROS - 06 75 80 58 39 - christelle.cros@mutualite.fr

Plus en détail

En 2013, le régime de prévoyance de l industrie pharmaceutique compte plus de 80.000 salariés et 14.000 anciens salariés.

En 2013, le régime de prévoyance de l industrie pharmaceutique compte plus de 80.000 salariés et 14.000 anciens salariés. Contact Octobre 2013- N 17 Lettre d information du Régime de Prévoyance de l Industrie Pharmaceutique En 2013, le régime de prévoyance de l industrie pharmaceutique compte plus de 80.000 salariés et 14.000

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

C est pour vérifier l adéquation de son système d alarme destiné aux personnes déficientes sensorielles, UN DISPOSITIF D ALERTE «RASSURANT»

C est pour vérifier l adéquation de son système d alarme destiné aux personnes déficientes sensorielles, UN DISPOSITIF D ALERTE «RASSURANT» agence fédérale d information mutualiste EN DIRECT LA MUTUALITÉ, FAVORABLE À L OUVERTURE DES DONNÉES DE SANTÉ page 2 Mardi 29 octobre 2013 N 4459 REVUE DE PRESSE DIFFICILE RÉCUPÉRATION DES FRANCHISES IMPAYÉES

Plus en détail

Comment m informer au mieux?

Comment m informer au mieux? Comment m informer au mieux? ( $,5 e0(17 &203/ $17e 6 BIEN GÉRER MA SANTÉ AVEC LA CMUC Je me connecte sur J appelle un conseiller de ma caisse d assurance maladie pour être accompagné(e) dans mes démarches

Plus en détail

couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux LA CMU COMPLÉMENTAIRE

couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux LA CMU COMPLÉMENTAIRE couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux LA CMU COMPLÉMENTAIRE Juillet 2015 LA CMU COMPLÉMENTAIRE La CMU complémentaire offre une couverture maladie complémentaire

Plus en détail

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés 1 Connaître le régime facultatif de complémentaire santé Pour les anciens salariés Préambule Le 12 août 2008, l Union des Caisses Nationales de Sécurité sociale et des organisations syndicales ont signé

Plus en détail

MOI PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE

MOI PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE MOI PRÉVENTION PRÉVOYANCE LA DURABLE DE GÉNÉRATION EN GÉNÉRATION! La MGET s engage pour tous, sur les terrains de la santé, de la prévoyance mais aussi de la prévention innovante et de l action sociale.

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE RÉFÉRENCÉE LA SEULE OFFRE PAR LE MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE RÉFÉRENCÉE LA SEULE OFFRE PAR LE MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE RSP PRÉVENTION SANTÉ PRÉVOYANCE LA SEULE OFFRE RÉFÉRENCÉE PAR LE MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE LA SANTÉ DURABLE DE GÉNÉRATION EN GÉNÉRATION! La MGET s engage pour tous les agents du ministère du Développement

Plus en détail

ANNEXE N 1 TABLEAUX DES MONTANTS OU TAUX DES COTISATIONS ET PRESTATIONS CHAPITRE PREMIER COTISATIONS

ANNEXE N 1 TABLEAUX DES MONTANTS OU TAUX DES COTISATIONS ET PRESTATIONS CHAPITRE PREMIER COTISATIONS ÉTRANGER FRANCE et MONACO ANNEXE N 1 TABLEAUX DES MONTANTS OU TAUX DES COTISATIONS ET PRESTATIONS CHAPITRE PREMIER COTISATIONS I. MEMBRES PARTICIPANTS CATÉGORIES ASSIETTE DE LA COTISATION DE BASE TAUX

Plus en détail

LA CMU COMPLÉMENTAIRE

LA CMU COMPLÉMENTAIRE Vous êtes artisan ou commerçant, le RSI est votre interlocuteur social unique pour toute votre protection sociale personnelle obligatoire. Vous exercez une profession libérale, le RSI gère votre assurance

Plus en détail

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE N 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL POUR LA COUVERTURE DU RISQUE HOSPITALISATION TITRE I - PRINCIPES GÉNÉRAUX ARTICLE 1-1 CATÉGORIES COUVERTES Sont admis à bénéficier des

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE

CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE CE QU IL FAUT SAVOIR POUR GUIDER NOS INTERLOCUTEURS DANS LE DOMAINE DE LA SANTE SE SOIGNER A MOINDRE FRAIS... 2 La CMU de BASE... 3 LA CMU COMPLEMENTAIRE... 5 L ACS... 7 TABLEAU... 8 L'AME... 9 LE CMP...

Plus en détail

L INDICE pensable DOSSIERS

L INDICE pensable DOSSIERS N 33 - MARS 2013 L INDICE pensable DOSSIERS Accord National Interprofessionnel du 11 janvier sur la sécurisation des emplois 11 ème et 12 ème rapports du Conseil d Orientation des Retraites Augmentation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 30 JANVIER 2014 ST NAZAIRE SITE DE LA CITE SANITAIRE

DOSSIER DE PRESSE 30 JANVIER 2014 ST NAZAIRE SITE DE LA CITE SANITAIRE DOSSIER DE PRESSE 30 JANVIER 2014 ST NAZAIRE SITE DE LA CITE SANITAIRE Un service de médecine nucléaire va s installer dans les locaux de la Clinique Mutualiste de l'estuaire, pour une mise en place début

Plus en détail

Dossier sur la réforme de l Assurance maladie

Dossier sur la réforme de l Assurance maladie Dossier sur la réforme de l Assurance maladie Assurance maladie : ce que vous devez savoir de la réforme La réforme de l Assurance maladie poursuit quatre objectifs : équilibrer les recettes et les dépenses,

Plus en détail

La CNMSS solidaire de votre santé www.cnmss.fr

La CNMSS solidaire de votre santé www.cnmss.fr La CNMSS solidaire de votre santé www.cnmss.fr 12 avril 1949 Création du régime de sécurité sociale des militaires et de la CNMSS. Octobre 1949 Création des sections de paiement pour les armées Air, Gendarmerie,

Plus en détail

Le Pack Expat CFE. Offre individuelle. Ma protection sociale française partout dans le monde. International

Le Pack Expat CFE. Offre individuelle. Ma protection sociale française partout dans le monde. International À l ét ranger, la parfaite continuité avec ma protection sociale française! International Le Pack Expat CFE Offre individuelle Ma protection sociale française partout dans le monde RETRAITE PRÉVOYANCE

Plus en détail

Notice d Information Assurance de Groupe - Frais de Santé Contrat n 2431318401020

Notice d Information Assurance de Groupe - Frais de Santé Contrat n 2431318401020 Notice d Information Assurance de Groupe - Frais de Santé Contrat n 2431318401020 A effet du 1 er janvier 2007 Le Syndicat REUSSIR. 21 BOULEVARD POISSONNIERE 75002 PARIS souscrit auprès d AXA France Vie,

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

LES FRANÇAIS EGAUX DEVANT L ACCES AUX SOINS?

LES FRANÇAIS EGAUX DEVANT L ACCES AUX SOINS? LES FRANÇAIS EGAUX DEVANT L ACCES AUX SOINS? Par Julien Rollet, actuaire Gras Savoye Juin2013 Avec 216 145 médecins généralistes actifs en 2011 (+92 % en 30 ans), la France n'a jamais compté autant de

Plus en détail

Le PACK Expat CFE Senior

Le PACK Expat CFE Senior Le PACK Expat CFE Senior Retraite Prévoyance Santé Épargne Avec NOVALIS Mobilité et la CFE, votre santé est notre priorité Offre individuelle Pour profiter d un climat plus serein, découvrir de nouveaux

Plus en détail

GARANTIES. Étudiants NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE

GARANTIES. Étudiants NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Étudiants NOUS SOMMES PARCE BIEN QUE PLACÉS VOUS ÊTES POUR PLUS VOUS QU UN COMPRENDRE MÉDECIN, NOUS NOUS ENGAGEONS À ÊTRE PLUS QU UNE MUTUELLE Étudiants 5 raisons de choisir la Mutuelle du Médecin Une

Plus en détail

Les Grands Risques Sociaux. Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie

Les Grands Risques Sociaux. Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie Les Grands Risques Sociaux Historique et organisation générale de la Sécurité Sociale et de l Assurance Maladie Santé publique 1ere année du 2eme cycle de la Faculté d Odontologie Janvier 2016 Direction

Plus en détail

Les services en ligne de l Assurance Maladie : une fréquentation en hausse et des services personnalisés enrichis en 2009

Les services en ligne de l Assurance Maladie : une fréquentation en hausse et des services personnalisés enrichis en 2009 Point d information 05 mars 2009 Les services en ligne de l Assurance Maladie : une fréquentation en hausse et des services personnalisés enrichis en 2009 Fin 2007, l Assurance Maladie met en ligne sur

Plus en détail

VÉTÉRINAIRE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 23/11/2015 1

VÉTÉRINAIRE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 23/11/2015 1 VÉTÉRINAIRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU VÉTÉRINAIRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU VÉTÉRINAIRE... 4 L'ACTIVITÉ DU VÉTÉRINAIRE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU VÉTÉRINAIRE... 9 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 10 1

Plus en détail

en toute simplicité!

en toute simplicité! BIEN COMPRENDRE LES NOUVELLES RÉFORMES DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ. en toute simplicité! 1 LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ D ici le 1 er janvier 2016, toutes les entreprises devront mettre

Plus en détail

LES CENTRES DE SANTÉ EN RHÔNE-ALPES Un mode d exercice coordonné et regroupé qui participe à l offre de premier recours.

LES CENTRES DE SANTÉ EN RHÔNE-ALPES Un mode d exercice coordonné et regroupé qui participe à l offre de premier recours. LES CENTRES DE SANTÉ EN RHÔNE-ALPES Un mode d exercice coordonné et regroupé qui participe à l offre de premier recours 23 mai 2012 RENCONTRE ARS / GRCS-RA / URIOPSS / 23 1 URIOPSS GRCS-RA ARS Bernard

Plus en détail

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE L hôpital est administré et géré par la Fondation hôpital Saint-joseph, qui poursuit l œuvre entreprise par les fondateurs de l hôpital dans le même esprit de

Plus en détail

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE

LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE LA SECURITE SOCIALE EN FRANCE La Sécurité sociale française, créée en 1945, repose sur le principe de la solidarité nationale où chacun est aidé pour faire face aux aléas de la vie. Ainsi, elle couvre

Plus en détail

couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C

couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C couverture maladie universelle Artisans, commerçants et professionnels libéraux VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C Juillet 2015 VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU COMPLÉMENTAIRE Vous avez de faibles ressources et à ce

Plus en détail

COTISATIONS OFFRE ENSEIGNEMENT PRIVE OBLIGATOIRE REGIME GENERAL DE LA SECURITE SOCIALE

COTISATIONS OFFRE ENSEIGNEMENT PRIVE OBLIGATOIRE REGIME GENERAL DE LA SECURITE SOCIALE Les avantages d un contrat à adhésion obligatoire: Des garanties de bon niveau. Un coût moins élevé qu un contrat individuel. Une prise à hauteur 50% de la cotisation par l établissement. Une cotisation

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Le PACK Expat CFE Senior

Le PACK Expat CFE Senior Le PACK Expat CFE Senior RETRAITE PRÉVOYANCE SANTÉ ÉPARGNE Avec NOVALIS Mobilité et la CFE, votre santé est notre priorité Offre individuelle Pour profiter d un climat plus serein, découvrir de nouveaux

Plus en détail

La santé en chiffres

La santé en chiffres La santé en chiffres Edition 2008-2009 La dépense de soins et de biens médicaux Financement Répartition 2007 par financeur Complémentaires : 13,6 % des dépenses soit 22,3 milliards d euros Assurances 3,2

Plus en détail

MUTUELLE GÉNÉRALE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE. Multi Santé. des prestations renforcées

MUTUELLE GÉNÉRALE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE. Multi Santé. des prestations renforcées MUTUELLE GÉNÉRALE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE 2015 Multi Santé des prestations renforcées Vos prestations* Multi Santé intègre une participation sur les dépassements d honoraires et offre

Plus en détail

Mémorandum Projet de loi de santé : risques du tiers payant généralisé

Mémorandum Projet de loi de santé : risques du tiers payant généralisé Mémorandum Projet de loi de santé : risques du tiers payant généralisé Une des mesures phares du projet de loi de santé présenté par Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires Sociales, de la Santé et des

Plus en détail

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France Conférence internationale de recherche en sécurité sociale an 2000 Helsinki, 25-27 septembre 2000 La sécurité sociale dans le village global Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Plus en détail

PROTÉGER LA SANTÉ DE VOS SALARIÉS AVANTAGES RÉSERVÉS À L ENTREPRISE ET AUX SALARIÉS

PROTÉGER LA SANTÉ DE VOS SALARIÉS AVANTAGES RÉSERVÉS À L ENTREPRISE ET AUX SALARIÉS PROTÉGER LA SANTÉ DE VOS SALARIÉS AVANTAGES RÉSERVÉS À L ENTREPRISE ET AUX SALARIÉS COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE ASSURER LE REMBOURSEMENT DE VOS DÉPENSES PRÉVOIR LE REMBOURSEMENT DE SES DÉPENSES DE

Plus en détail

Colloque CNFPT «La santé pour tous : plus que jamais un enjeu territorial» 25 et 26 juin 2007 à Nancy

Colloque CNFPT «La santé pour tous : plus que jamais un enjeu territorial» 25 et 26 juin 2007 à Nancy Colloque CNFPT «La santé pour tous : plus que jamais un enjeu territorial» 25 et 26 juin 2007 à Nancy ATELIER 5 Du dépistage en milieu scolaire à l accès aux soins SYNTHÈSE Du dépistage en milieu scolaire

Plus en détail

MUTUELLE GÉNÉRALE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE. Vita Santé. une couverture complète et équilibrée

MUTUELLE GÉNÉRALE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE. Vita Santé. une couverture complète et équilibrée MUTUELLE GÉNÉRALE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE 2015 Vita Santé une couverture complète et équilibrée Vos prestations* Vita Santé concilie une couverture santé complète, de qualité et une

Plus en détail

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE

UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE UN STATUT SPÉCIFIQUE, FRUIT D UNE HISTOIRE Le Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph (GHPSJ) est un hôpital privé à but non lucratif, Etablissement de Santé Privé d'intérêt Collectif (ESPIC). Il est issu

Plus en détail

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes

Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Place des mutuelles dans le système de santé français Poids des services de soins et d accompagnement mutualistes Nathalie CHATILLON FNMF Direction des Affaires Publiques Département International Sommaire

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Mutuelle du Bâtiment, des Travaux Publics du Nord, des Autres Régions de France et d Europe. -Article 4 des statuts-

REGLEMENT INTERIEUR. Mutuelle du Bâtiment, des Travaux Publics du Nord, des Autres Régions de France et d Europe. -Article 4 des statuts- REGLEMENT INTERIEUR Mutuelle du Bâtiment, des Travaux Publics du Nord, des Autres Régions de France et d Europe -Article 4 des statuts- Mutuelle du Bâtiment, des Travaux Publics du Nord (MBTP) Centre d

Plus en détail

Le Parlement et le Gouvernement

Le Parlement et le Gouvernement et chiffres clés 2 3 Le plus important régime de retraite Le cadre général Le système de retraite français, fondé depuis 1945 sur la technique de la répartition, repose sur la solidarité entre les générations.

Plus en détail

La Mutualité Française Limousin et l offre de soins de premier recours

La Mutualité Française Limousin et l offre de soins de premier recours La Mutualité Française Limousin et l offre de soins de premier recours Mot du président Le vieillissement de la population associé à une évolution défavorable de la démographie médicale ont conduit l État

Plus en détail

VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C

VOUS BÉNÉFICIEZ DE LA CMU-C LA CMU-C EST VALABLE CHEZ TOUS LES PROFESSIONNELS DE SANTÉ. En cas de refus de soins, contactez : votre organisme d assurance maladie ; le conseil départemental de l Ordre des médecins : www.conseil-national.medecin.fr

Plus en détail

Placé sous le signe de la

Placé sous le signe de la Jeudi 4 juin 2015 N 4813 agence fédérale d information mutualiste REVUE DE PRESSE ARRÊTS MALADIE : LA CNAM VEUT SERRER LA VIS page 4 Placé sous le signe de la révolution numérique, le 41 e congrès de la

Plus en détail

Avis sur le zonage des chirurgiens-dentistes libéraux du PRS Nord-Pas-de-Calais. Adopté en assemblée plénière du 3 juillet 2013

Avis sur le zonage des chirurgiens-dentistes libéraux du PRS Nord-Pas-de-Calais. Adopté en assemblée plénière du 3 juillet 2013 Avis sur le zonage des chirurgiens-dentistes libéraux du PRS Nord-Pas-de-Calais Adopté en assemblée plénière du 3 juillet 2013 Avis de la CRSA Nord-Pas-de-Calais sur le zonage chirurgiens-dentistes 3 juillet

Plus en détail

Offre Efficience Santé Extrait des prestations et services proposés applicables au 01/01/2014 Régime Général

Offre Efficience Santé Extrait des prestations et services proposés applicables au 01/01/2014 Régime Général Frais médicaux courants Offre Extrait des prestations et services proposés applicables au 01/01/2014 Régime Général Consultations/visites médecin spécialiste dans le parcours de soins 115 % BR 130 % BR

Plus en détail

Offre Efficience Santé Extrait des prestations et services proposés applicables au 01/01/2015 Régime Général

Offre Efficience Santé Extrait des prestations et services proposés applicables au 01/01/2015 Régime Général Offre Extrait des prestations et services proposés applicables au 01/01/2015 Régime Général Prestations Frais médicaux courants Consultations/visites médecin spécialiste dans le parcours de soins 115 %

Plus en détail

CORBEIL-ESSONNES. Les soins en libéral Etat des lieux et perspectives

CORBEIL-ESSONNES. Les soins en libéral Etat des lieux et perspectives CORBEIL-ESSONNES Les soins en libéral Etat des lieux et perspectives 2008 15 rue du Maréchal Gallieni - 92 240 MALAKOFF Tél. : 01 46 55 56 41 E-mail : contact@rir-idf.org SOMMAIRE 1. CORBEIL-ESSONNES 3

Plus en détail

MARDI 03 JUIN 2014 10H30

MARDI 03 JUIN 2014 10H30 CONFéRENCE DE PRESSE MARDI 03 JUIN 2014 10H30 dépistage du cancer du col de l utérus à mayotte SOMMAIRE 1- présentation de l association Fonctionnement de l association Territoire d intervention Population

Plus en détail

Offre Efficience Santé Extrait des prestations et services proposés applicables au 01/01/2015 Régime Alsace-Moselle

Offre Efficience Santé Extrait des prestations et services proposés applicables au 01/01/2015 Régime Alsace-Moselle Offre Extrait des prestations et services proposés applicables au 01/01/2015 Régime Alsace-Moselle Prestations Frais médicaux courants Consultations/visites médecin spécialiste dans le parcours de soins

Plus en détail

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés 1 Connaître le régime facultatif de complémentaire santé Pour les anciens salariés Préambule Le 12 août 2008, l Union des Caisses Nationales de Sécurité sociale et des organisations syndicales ont signé

Plus en détail

LE TIERS-PAYANT. Parcours de soins et règles de facturation

LE TIERS-PAYANT. Parcours de soins et règles de facturation LE TIERS-PAYANT Parcours de soins et règles de facturation LE TIERS-PAYANT EN PRATIQUE L assuré peut être dispensé de régler au professionnel de santé : le montant de la part obligatoire seule = TP partiel

Plus en détail

Publicité Une nouvelle vision de la complémentaire santé

Publicité Une nouvelle vision de la complémentaire santé Publicité Une nouvelle vision de la complémentaire santé Swiss santé, Ma formule Édito Swiss santé, Ma formule Créez votre complémentaire santé personnalisée Rester en bonne santé est ce qu il y a de plus

Plus en détail

Partenaire du SIMBAN, La Médicale fait bénéficier ses adhérents de conditions exclusives!

Partenaire du SIMBAN, La Médicale fait bénéficier ses adhérents de conditions exclusives! RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE Stéphane LAROCHELLE n client : 0C25803Y n contrat : 00958351UL date d expiration : 31/12/2015 Partenaire du SIMBAN, La Médicale fait bénéficier ses adhérents de conditions

Plus en détail

Conventionnement sélectif, efficacité économique et inégalités de santé

Conventionnement sélectif, efficacité économique et inégalités de santé Conventionnement sélectif, efficacité économique et inégalités de santé Philippe Abecassis, Nathalie Coutinet, Ariane Ghirardello (CEPN- U- Paris 13) Nouveaux enjeux de l'assurance complémentaire en Europe,

Plus en détail

Mutuelle santé. Vous pourrez. toujours compter. sur votre mutuelle! Activance TNS

Mutuelle santé. Vous pourrez. toujours compter. sur votre mutuelle! Activance TNS Mutuelle santé Activance TNS Vous pourrez toujours compter sur votre mutuelle! Activance TNS Le haut de gamme pour les professionnels! Les Produit Prise en charge maximale pour l hospitalisation dès la

Plus en détail

Le Pack Expat CFE Senior

Le Pack Expat CFE Senior International Le Pack Expat CFE Senior Offre individuelle Avec Humanis et la CFE, votre santé est notre priorité SANTÉ Pour profiter d un climat plus serein, découvrir de nouveaux horizons ou vous rapprocher

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

Présentation de l Union

Présentation de l Union Présentation de l Union Mutualité Fonction Publique Mise àjour : Novembre 2011 MFP Pôle Communication novembre 2011 L Union mutualiste du secteur public 2 L Union mutualiste du secteur public «MFP : le

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ EN FAIRE PLUS POUR PRENDRE SOIN DE VOUS

COMPLÉMENTAIRE SANTÉ EN FAIRE PLUS POUR PRENDRE SOIN DE VOUS COMPLÉMENTAIRE SANTÉ EN FAIRE PLUS POUR PRENDRE SOIN DE VOUS PRENDRE SOIN DE VOTRE SANTÉ ET DE VOTRE BIEN-ÊTRE, C EST NOTRE AMBITION Prendre soin de votre santé, c est vous proposer des solutions santé

Plus en détail

Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. MGEN. mgen.fr COMPLÉMENT AUTONOMIE. Rente mensuelle jusqu à 450

Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. MGEN. mgen.fr COMPLÉMENT AUTONOMIE. Rente mensuelle jusqu à 450 COMPLÉMENT AUTONOMIE Votre maintien à domicile financé en cas de dépendance *. Capital 1 er équipement à partir de 750 Rente mensuelle jusqu à 450 * Dans les limites et conditions de la notice d information

Plus en détail

Chapitre 12. L assurance maladie obligatoire

Chapitre 12. L assurance maladie obligatoire NOUGARO/FOTOLIA L assurance maladie obligatoire La Convention de 2006 organise les rapports entre les caisses d assurance maladie obligatoire et les chirurgiens-dentistes libéraux signataires de cette

Plus en détail

ACCORD-CADRE. Fédération Nationale de la Mutualité Française. Caisse Autonome Nationale de la Sécurité Sociale dans les Mines

ACCORD-CADRE. Fédération Nationale de la Mutualité Française. Caisse Autonome Nationale de la Sécurité Sociale dans les Mines ACCORD-CADRE Fédération Nationale de la Mutualité Française Caisse Autonome Nationale de la Sécurité Sociale dans les Mines CAISSE AUTONOME NATIONALE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE DANS LES MINES 77 avenue de

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail