INTRODUCTION. Jean-Pierre MAGNAN Chef de la section des ouvrages en terre Département des sols et fondations Laboratoire central

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTRODUCTION. Jean-Pierre MAGNAN Chef de la section des ouvrages en terre Département des sols et fondations Laboratoire central"

Transcription

1 Etude numérque de la consoldaton undmensonnelle en tenant compte des varatons de la perméablté et de la compressblté du sol, du fluage et de la non-saturaton Jean-Perre MAGNAN Chef de la secton des ouvrages en terre Département des sols et fondatons Laboratore central Sohrab BAGHERY Elève-chercheur Ecole natonale des Ponts et Chaussées Stagare au Laboratore central Marc BRUCY Maître ès scences Franços TAVENAS Professeur Unversté Laval Québec INTRODUCTION RÉSUMÉ Le Laboratore central des Ponts et Chaussées a développé, en lason avec l'unversté Laval de Québec, un programme de calcul permettant d'étuder la consoldaton undmensonnelle de sols multcouches dont le squelette solde a un comportement conforme au modèle de Bjerrum (967), tands que la perméablté sut une lo de Darcy à coeffcent de perméablté varable. L'artcle décrt successvement le modèle de comportement du sol, l'équaton dfférentelle de base de laconsoldaton et son prncpe de résoluton par la méthode des dfférences fnes, pus le programme de calcul. Le programme CONMULT verson 78 a été applqué notamment à l'étude de l'nfluence du fluage et de la non-saturaton sur le déroulement de la consoldaton undmensonnelle. Il a serv auss à l'étude du projet de nouveau mode opératore élaboré par les LPC pour l'essa de compressblté à l'œdomètre. Ces applcatons sont présentées dans l'artcle. Elles ont montré que le programme de calcul consttue un outl prometteur pour l'étude de la consoldaton undmensonnelle des sols compressbles. MOTS CLES: 42 Modèle numérque Consoldaton Programme de calcul Sol Multcouche Un Dmenson Dfférences fnes (méthode) Consoldaton secondare Fluage Non saturé (mater.) Compressblté Essa Œdomètre Mode opératore- CONMULT. Depus l'élaboraton par Karl Terzagh, vers 925, de la premère théore de la consoldaton, beaucoup d'efforts ont été consacrés à la formulaton ou à la résoluton des équatons du comportement undmensonnel des sols fns au cours du temps. Vsant à une melleure prse en compte des los de déformaton des sols réels et des varatons de leurs proprétés avec la profondeur, ou en cours de consoldaton, ces travaux ont généralement produt des modèles mathématques nutlsables du fat de leur complexté ou des programmes de calcul numérque peu dffusés. L'élaboraton de tels programmes de calcul consttue pourtant le seul recours des géotechncens chargés de prédre le comportement au cours du temps de sols de fondaton de structure complexe. C'est vers 970 qu'après une premère étude de la résoluton de l'équaton de la consoldaton undmensonnelle d'un sol bcouche par la méthode des dfférences fnes [Pegnaud, 970], les laboratores des Ponts et Chaussées ont entreprs l'élaboraton d'un premer programme de calcul pour la consoldaton undmensonnelle. Baptsé CONMULT (CONsoldaton des MULTcouches), ce programme de calcul permettat de trater par la méthode des dfférences fnes la consoldaton d'un système de couches satsfasant ndvduellement les hypothèses de la théore de Terzagh [Thomann, 972]. Remané à pluseurs reprses au Laboratore central des Ponts et Chaussées [Faure et al., 976], pus à l'unversté Laval de Québec [Brucy, 977], le programme CONMULT permet désormas de tenr compte des varatons de la perméablté et de la compressblté du sol au cours de la consoldaton, ans que de sa lo de compresson secondare et de son éventuelle non-saturaton. Ses applcatons sont nombreuses. Elles concernent tant la recherche (études paramétrques et de laboratore) que le calcul des ouvrages réels dans le cas où l'approxmaton undmensonnelle est justfée. Après une brève descrpton du modèle de calcul et de son tratement numérque, cet artcle présente quelques applcatons typques du programme de calcul. On trouvera une autre applcaton du programme dans les artcles de Tavenas et al. [979], et de Magnan et Baghery [980]. 83 Bull, lason Labo. P. et Ch sept.-oct Réf. 237

2 SCHÉMATISATION DU SOL Un certan consensus s'est établ depus une dzane d'années sur la schématsaton des los de comportement des sols fns argleux. Pour les calculs undmensonnels (c'est-à-dre sans déformaton n écoulement horzontal), on utlse une lo de compressblté blnéare et coordonnées semlogarthmques (fg. ) et on admet que les déformatons du sol normalement consoldé s'accompagnent d'un écroussage, c'est-à-dre qu'une parte de la déformaton est rréversble. On décrt les déformatons du sol sous contrante effectve constante à l'ade d'une lo de fluage semlogarthmque : Ae = C)lg t contre en accord avec les résultats de Mesr et Godlewsk [977], dont la relaton CJC C = cte mplque que C a = cte s C c = cte comme dans le modèle retenu pour CONMULT (C t, taux de compresson secondare, est égal à C f l(\ + e 0 ), e 0 désgnant l'ndce des vdes ntal du sol). Pour étuder la consoldaton, l faut schématser la résstance hydrodynamque du sol à l'écoulement de l'eau ntersttelle. Cette résstance à l'écoulement est communément représentée par la lo de Darcy, dont le coeffcent de perméablté k v vare avec l'ndce des vdes e du sol. Pour les valeurs courantes de l'ndce des vdes, la lo de varaton de k v en foncton de e peut être formulée en échelle sem-logarthmque, selon une lo de la forme (fg. 3) :, _, ~ e ~ e o K V K V0 e X P g ou encore : e = [e 0 - B lg k v0 ] + B lg *. Cette formulaton a été adoptée pour le programme de calcul, sans que cela suppose l'exacttude de cette lo pour les valeurs très élevées de l'ndce des vdes [Mesr et al., 975, ont montré que dans certans cas une lo lg e = /(lg k t ) semble préférable). Dans les sols ncomplètement saturés, la présence de la fracton gazeuse peut être smulée avec une précson convenable en supposant que l'eau et le gaz ntersttels se comportent comme une phase unque dont la compressblté est foncton du degré de saturaton S,. [Magnan et Dang, 977]. Fg.. Schématsaton de la compressblté des sols fn argleux. undmensonnelle S l'on suppose que C f est ndépendant de la contrante effectve, la combnason de la lo de compressblté nstantanée et de la lo de fluage condut au modèle de Bjerrum [967] dans lequel le fluage (compresson secondare) se tradut par un décalage de la courbe de compressblté verge au cours du temps, c'est-à-dre à mesure du vellssement du matérau (fg. 2). Ce modèle est décrt par les quatre paramètres C f (ndce de gonflement), C c (ndce de compresson), a' p (presson de préconsoldaton) et C f (ndce de fluage) La lo de fluage retenue pour le modèle n'est pas strctement dentque à celle que Bjerrum [967] a supposée pour tracer les courbes de son dagramme de compressblté (sur ce dagramme, les courbes correspondant à des temps en progresson géométrque ne sont pas equdstantes). Elle est par Fg. 3. Lo de varaton du coeffcent de perméablté vertcale. g k v Pente C, Pente Cc EQUATION DE LA CONSOLIDATION La forme générale rgoureuse de l'équaton de la consoldaton undmensonnelle d'un sol saturé vare suvant qu'on la formule en coordonnées de Lagrange ou en coordonnées D'Euler [Schlosser, 973]. Le chox des coordonnées de Lagrange permet de trater numérquement la consoldaton en conservant la même dscrétsaton spatale du début à la fn du calcul ; c'est donc dans ces coordonnées que le problème a été analysé. Dans ce cas, l'équaton dfférentelle de la consoldaton s'écrt [Gbson et al., 967] : vo Fg Modèle de Bjerrum [967. p g o\ ë Tz O + e 0 ) 2 _ kç 7 W do-; "37 ce T ce (l) 84

3 Pour détermner complètement le problème en termes de contrantes et de déformatons, l faut lu adjondre.les deux équatons : o-,, = <J'V + u et e = /(o-;, t) qu permettent de coupler les déformatons (ndce des vdes) et les contrantes. Pour la résoluton numérque, nous avons utlsé une forme approchée (2) de cette équaton, obtenue en supposant que : les varatons des paramètres <?, e 0 et ^± sont néglde geables à un nstant donné sur l'épasseur des couches dans lesquelles on dvse le sol pour le calcul (s le nombre de ces couches est suffsant, cette approxmaton est justfée), les varatons des paramètres k v, e et àa'jàe au cours de la consoldaton peuvent être représentées par des relatons lnéarsées par segment, c'est-à-dre que l'on met les los de comportement sous forme ncrémentale. Cette équaton approchée s'écrt : Bu Tt avec les notatons : C f o' v d 2 u 0,434 ' C~ ' * ~ C " T? z coordonnée vertcale dans la couche compressble, / temps depus le début du calcul, a' v contrante effectve vertcale au temps t, C { ndce de fluage, C x paramètre de compressblté égal à C s (s a[. < a' p ) ou C c (s a' v > ff p ), C s ndce de gonflement, C c ndce de compresson, t* temps fctf permettant de calculer la vtesse de fluage du sol en foncton de l'ndce des vdes et de la contrante effectve à l'nstant consdéré (fg. 4), temps /, kjt) [ + e(t)] a' v(t) 0,434 y w C x coeffcent de consoldaton au k v coeffcent de perméablté, calculé en foncton de e, e et k v {e 0 ) à l'ade de la relaton K = km exp[(e - e 0 )/B], B taux de varaton de la perméablté en foncton de l'ndce des vdes, y w pods volumque de l'eau ntersttelle (0 kn/m 3 ). (2) La compressblté du lqude ntersttel (équvalente à un défaut de saturaton) s'ntrodut dans l'équaton (2) sous la forme d'un facteur applqué à la dérvée partelle du/ôt : du Tt + 0,434 Cx d 2 u 'T? c f< 0,434 C x t* La valeur du coeffcent de compressblté a v dépend de la presson ntersttelle, suvant une lo de la forme [Magnan et Dang, 977] constante 30 kpa RESOLUTION PAR LA METHODE DES DIFFÉRENCES FINIES (3) (3 bs) Malgré ses évolutons successves, le programme CON- MULT a conservé le prncpe de résoluton exposé en détal par Thomann [972] : le dépôt de sols compressbles est dvsé en couches dont les caractérstques restent unformes pendant la consoldaton. A l'ntéreur de chaque couche, on résout l'équaton de la consoldaton par la technque des dfférences fnes et l'on mpose au contact des couches une condton de contnuté de débt. Calcul de la presson ntersttelle à l'ntéreur d'une couche S l'on désgne (fg. 5) par u t la valeur de la presson ntersttelle au temps t, au ' e nveau de la couche dscrétsée, l'équaton qu permet de passer des valeurs de, U j,, à la valeur de est la suvante : = U;, + a, ' " 0,434 C «(«+.< +";-,,)-2 au,-,, ~ J ~ 0,434 C, t* +At l'ndce t affecté à un symbole désgnant la valeur prse par le paramètre correspondant au temps Le coeffcent a de la t" (4) u Courbe verge (t = un jour) Az - - Az N V N, u -.t u -, t + At \ \ U; O (t) Fg Défnton de f*. e* - e(t) = GVIgf* j.. Se de C r d ou = = dt dt* 0,434* Az - - Az - 2- ".t + At ^ y f / s Fg. 5. Isochrones de presson ntersttelle aux temps t et f + At. 85

4 formule (4) défnt la vtesse de convergence de la dstrbuton des pressons ntersttelles vers la dstrbuton d'équlbre correspondant à la fn de la consoldaton. Il est lé à la valeur du coeffcent de consoldaton du sol de la couche consdérée et à la dscrétsaton chose ( At et Az ) par la relaton : c v At La convergence du processus tératf est assurée pour a ^ /2, ce qu permet de chosr des valeurs de At et de Az adaptées à chaque cas partculer (on a ntérêt à mposer une valeur de a auss élevée que possble). Contnuté du débt au contact des couches fer la dscrétsaton du temps au cours du calcul, afn de mantenr a à une valeur auss élevée que possble, compte tenu des varatons des paramètres des couches au cours du temps. Le prncpe retenu pour le calcul permet d'évter les hypothèses restrctves de la théore de Terzagh, telles qu'analysées par Tavenas et al. [979] : sol homogène, compressblté lnéare, perméablté constante, absence de fluage. On tent compte, au contrare, dans le détal, de la lo de comportement du sol et des varatons de tous les paramètres au cours de la consoldaton, ce qu fat perdre au coeffcent de consoldaton c sa qualté de «proprété fondamentale» et permet de se lbérer de l'hypothèse classque que le tassement est proportonnel au degré de consoldaton U défn sur les pressons ntersttelles. La lo de Darcy permet d'exprmer la contnuté du débt au contact de deux couches de coeffcent de perméablté k c z k v2 sous la forme : LE PROGRAMME DE CALCUL : CONMULT 78 Organsaton du programme en désgnant par h la charge hydraulque. S Az, et Az 2 sont les-pas de dscrétsaton spatale dans chaque couche, la contnuté du débt se tradut fnalement par l'équaton : «... = ^ul, ^t>2, _ h. \ U u K -, ^ Z +l,t ^ 2 ' *Ar2 vl) 7w T T (5) K Vl _ _ K v2 Az, Az 2 A l'excepton de quelques calculs spécalsés effectués par des sous-programmes, l'ensemble des opératons du calcul est regroupé dans le programme prncpal qu comporte un bloc d'opératons prélmnares (lecture des données, ntalsaton, préparaton du calcul) et un bloc tératf regroupant le calcul des paramètres au temps t, des pressons ntersttelles au temps t + At et du degré de consoldaton à t + At ans que des tests permettant de passer à l'tératon suvante, en notant ou non les résultats ntermédares du calcul, ou de se drger vers la sorte du programme. La fgure 6 présente la structure schématque du programme. Lecture des donne Prncpe du calcul Les équatons (4) et (5) permettent de passer de la dstrbuton des pressons ntersttelles au temps t à la dstrbuton des pressons ntersttelles au temps t + At. A chaque tératon, on calcule d'abord la valeur des paramètres de chaque couche du sol, pus on calcule dans chaque couche la valeur de u(t + At) en foncton de u(t). On termne le calcul en évaluant u(t + At) aux lmtes des couches à partr des valeurs de u(t + zlr)calculées auparavant à l'ntéreur des couches. Connassant la dstrbuton ntale des pressons ntersttelles, on peut ans calculer les dstrbutons des pressons ntersttelles aux temps At, 2 At, 3 At, etc. A chaque tératon, le calcul du degré de consoldaton permet de suvre l'avancement de la consoldaton et d'orenter le déroulement du calcul. Il faut noter, toutefos, que la valeur du degré de consoldaton ne sert pas pour le calcul du tassement, contrarement à la pratque courante fondée sur la théore et les abaques de Terzagh. Les tassements sont déduts drectement des varatons de l'ndce des vdes, qu est calculé à chaque tératon en foncton des contrantes effectves locales (et non de leur valeur moyenne). Une procédure automatque permet de mod- Préparaton de l'tératon suvante Préparaton de l'étape suvante Intalsatons Calcul des contrantes, des surpressons ntersttelles ntales et des paramètres du calcul par la méthode des dfférences fnes Impresson des données Préparaton du tableau des sochrones de surpresson ntersttelle Calcul des accrossements c e charge, de contrantes et de presson ntersttelle Modfcaton des paramètre du calcul Calcul des nouvelles surpre ssons ntersttelles Calcul du degré de consol daton global et par couche : le degré de consoldaton global a augment. d'au mons? <Test : le deç degré de consoldaton global multple de S? <Test > ou I Ecrture : U, t et sochrone Ecrture. U et t Calcul des tassements totaux et partels Calculs annexes éventuels (pézomètre, tassomète) Stockage des résultats et des paramétres ^Tests de tn d'étape^ Impresson des résultats -^ExsteTÎ l une étape suvante Fg. 6. Structure du programme CONMULT. 86

5 Données du calcul Le programme CONMULT est prévu pour le tratement de la consoldaton de sols multcouches, comportant éventuellement des horzons dranants, sous des charges varables unformes ou en forme de rembla. On peut également défnr une dstrbuton ntale quelconque pour la surpresson ntersttelle, ce qu permet de smuler la consoldaton du sol de fondaton d'un ouvrage déjà construt et de se lbérer de la prévson de la dstrbuton ntale qu dot, snon, fare appel à des hypothèses dscutables sur la relaton AH = /(ACT) et sur la dstrbuton des contrantes A<r dans le multcouche. Nombre de cartes Colonnes TABLEAU I. Données du calcul Données 3 à 80 Texte quelconque de 3 lgnes de 80 caractères à 5 6 à 0 à 5 Nombre de couches ^5 Nombre total des sous-couches ^ 49 Nombre des valeurs à mprmer par sochrones ^ 50 Le tableau I présente la lste détallée des données du calcul. Après des ndcatons générales sur le cas traté (texte de présentaton, nombre des couches, nombre de «souscouches», c'est-à-dre de pas de dscrétsaton spatale, nombre de valeurs mprmées au ttre des sochrones de surpressonlntersttelle), on donne les caractérstques géométrques et mécanques de chaque couche, dont le degré de saturaton équvalent S re qu permet de calculer la constante (égale à S re ) de l'équaton (bs) [Magnan et Dang, 977]. Après la défnton de la condton de dranage au contact du substratum, on donne au programme la dstrbuton des surpressons ntersttelles ntales, avec des ndcatons sur leur orgne, pus l'on décrt la lo de chargement. Dans le calcul, l'applcaton de la charge se fat par «étapes», chaque «étape» comportant une phase d'augmentaton lnéare ou nstantanée de la presson ntersttelle et de la contrante totale pus éventuellement une phase où la charge reste constante (fg. 7). La fn de l'étape peut être mposée par l'utlsateur, qu fxe un temps lmte, ou détermnée par le programme, qu vérfe que le degré de consoldaton moyen du sol a attent une valeur ndquée par l'utlsateur. Pour chaque étape, la lo de chargement peut être dentque sur toute l'épasseur du sol ou varer avec la profondeur (dffuson de la charge d'un rembla trapézoïdal d'après la soluton élastque de Boussnesq). par couche à à 20 2 à à à 40 4 à à à à 70 7 à 75 Epasseur de la couche en mètres Type de la couche : 0 couche normale ; couche dranante Contrante effectve ntale a' Vo (kpa) à m-couche Indce des vdes ntal eq Contrante de préconsoldaton moyenne o' p (kpa) Indce de gonflement C s ^ 0,000 Indce de compresson Cc Indce de fluage Cf Coeffcent de perméablté ntal /c n(m/s) Taux de varaton B du coeffcent de perméablté kr Degré de saturaton équvalent du sol non saturé Dans les deux cas, le programme augmente la presson ntersttelle d'une quantté égale à l'accrossement A<7 de la contrante totale vertcale. On ndque enfn au programme de calcul s'l dot fournr, parm les résultats, l'évoluton du tassement et/ou de la surpresson ntersttelle à certans nveaux du sol de fondaton et dans quelles untés l dot exprmer les temps. à 5 Type du substratum : + dranant ; mperméable à 5 par pont à 0 à 20 à 0 à 20 Nombre de ponts défnssant la surpresson ntersttelle ntale ^ 50 Profondeur du pont en mètres (0m pour le premer pont ; profondeur du substratum pour le derner pont). Les ponts dovent être décrts du haut vers le bas Valeur de la surpresson ntersttelle ntale en ce pont (kpa) Valeur de la charge qu a créé la dstrbuton ntale des Au(kPa) Durée écoulée lors de l'établssement de la dstrbuton ntale des Au à 5 Nombre d'étapes de chargement < 20 par étape à 5 à 20 2 à 30 3 à 40 4 à 50 5 à 60 6 à 5 Mode de défnton de la fn de l'étape : - durée ; + degré de consoldaton Durée de l'étape en jours ou valeur lmte du degré de consoldaton en pourcent, selon le cas Accrossement de la charge lors de l'étape (en kpa) Durée en jours de la phase d'augmentaton de la charge Largeur du talus du rembla lors de l'étape consdérée (mètres) Dem-largeur en crête du rembla lors de l'étape consdérée (mètres) Note : ces deux paramètres ne sont utlsés que s l'on tent compte de la dffuson des contrantes en profondeur Code pour ndquer s la charge est unforme dans toute la couche compressble (0) ou s elle dmnue avec la profondeur () Dstance entre l'axe du rembla et le profl vertcal où l'on calcule les contrantes totales dues à la charge (en mètres) à 5 Nombre de pézomètres ^ 5 0 ou à 0 à 20 4 à 50 Profondeur du premer pézomètre en mètres Profondeur du second pézomètre en mètres Profondeur du cnquème pézomètre en mètres à 5 Nombre de tassomètres < 5 Oà à 0 à 20 etc. Profondeur du premer tassomètre en mètres Profondeur du second tassomètre en métrés etc. Paramètre défnssant les untés utlsées pour les temps lors de l'mpresson des résultats : temps en années et jours 2 temps en jours et secondes ACT Résultats /!! Étape Étape + } :. ', Fg. 7. Lo de chargement. Etape + 2 Pour chaque étape du chargement, le programme fournt : le tableau des sochrones de surpresson ntersttelle, le tableau des degrés de consoldaton de chaque couche, l'évoluton des paramètres du calcul au cours du temps, le tableau des tassements total et par couche au cours du temps. L'utlsateur peut demander la sorte sous forme numérque et graphque (fg. 8) de l'évoluton de la surpresson ntersttelle à dfférents nveaux (pézomètres) ans que du tassement au cours du temps de ponts choss arbtrarement (tassomètres). Suvant le problème à résoudre (calcul de modèles de laboratore ou d'ouvrages réels), on peut chosr une échelle de temps adaptée : jours et secondes ou années et jours. 87

6 àu (kpa) < b H) Fg. 8. Evoluton des surpressons ntersttelles en un pont (pézomètre). APPLICATIONS La verson 978 du programme CONMULT a été utlsée au LCPC pour une étude systématque du fonctonnement du modèle retenu pour le comportement du sol, afn notamment d'évaluer l'nfluence du fluage et de la non-saturaton sur le déroulement de la consoldaton, ans que pour l'étude théorque du projet de nouveau mode opératore LCPC élaboré par les LPC pour l'essa de compressblté à l'œdomètre. Influence du fluage sur le déroulement de la consoldaton Tavenas et al. [979] ont montré l'nfluence de la surconsoldaton et des varatons des paramètres du sol sur le déroulement de la consoldaton, qu se révèle sensblement dfférent de celu que suppose la théore classque de Terzagh. Cette étude a été complétée par celle de l'nfluence du fluage, représenté par l'ndce de fluage C f, sur l'évoluton du tassement et des surpressons ntersttelles pendant la consoldaton. Les calculs effectués au LCPC ont porté sur la consoldaton d'une couche de sol surconsoldé, dranée des deux côtés et dont les caractérstques sont les suvantes : épasseur de la couche : H = 5 m ndce de gonflement : C s 0,05 ndce de compresson : C c = 0,85 degré de saturaton : S r = perméablté ntale à m-couche : k v (z = 2,5 m) = 0,9.0" 8 m/s taux de varaton de la perméablté : f = 0,6 surconsoldaton : a' p a' v0 = 20 kpa pods volumque des grans soldes : y s = 27 kn/m 3 ndce de fluage : C f = 0-0,0-0,05-0, Pour fare le calcul sur un cas «réalste», on a calculé les caractérstques ntales e 0, k 0 et y de chaque couche de un mètre de sol en leur mposant de vérfer les relatons courantes entre y, y s, e et y w d'une part et e, C c, C s et a' v d'autre part. Les valeurs correspondantes de e 0, k v0 et y sont rassemblées dans le tableau. TABLEAU II. Hypothèses de l'étude du fluage Couche (m) «0 y (kn/m 3 ) o (m/s) 0-,62 6,5, ,50 6,8, ,43 7 0,9.0" 9 3-4,35 7,2 0, ,35 7,4 0,55.0~ 9 Le sol a été soums à un chargement nstantané d'ntensté 00 kpa. Les sochrones de surpresson ntersttelle calculées pour les quatre valeurs retenues de l'ndce de fluage C f sont comparées sur la fgure 9. On remarque que la forme de ces sochrones est dfférente d'un calcul à l'autre tant qu'une parte du sol reste à l'état surconsoldé, mas que les sochrones sont pratquement 88

7 dentques dès que l'ensemble du sol est devenu normalement consoldé (U > 50 % dans le cas étudé). On remarque auss que plus la valeur de C f augmente, plus les surpressons ntersttelles sont fortes au début de la consoldaton. Elles sont même supéreures à la surpresson ntale dans la parte centrale de la couche, ce qu résulte du modèle de calcul utlsé. Ces résultats se retrouvent sur la fgure 0, où l'on a représenté l'évoluton de la surpresson ntersttelle à m-couche en foncton du degré de consoldaton du sol. S la forme des sochrones de surpresson ntersttelle dépend peu de C f au-delà d'une certane valeur de U, le temps nécessare pour les obtenr est très varable, comme le montre la fgure. On retrouve sur la courbe correspondant à Cr = 0 le phénomène décrt par Tavenas et al. [979], c'est-à-dre l'exstence dans la courbe U-\gt d'un paler dû à la surconsoldaton du sol. Ce paler dsparaît progressvement lorsque la valeur de Cf augmente, vrasemblablement parce que, quand la valeur de Cr est élevée, la vtesse de fluage devent 89

8 Au (kpa) 00 Fg. 0. Evoluton de la surpresson ntersttelle àu* à m-couche en foncton du degré de consoldaton du sol. relatvement élevée avant qu'on attegne o' v et que cela «efface» l'effet du passage de l'état surconsoldé à l'état normalement consoldé. Indépendamment de leur forme, les courbes de la fgure montrent que, à un nstant donné, la surpresson ntersttelle moyenne est d'autant plus élevée que C f est grand, c'est-à-dre que le fluage retarde la dsspaton des surpressons ntersttelles. Sur les tassements» par contre, le fluage a un effet nverse (fg. 2) : le tassement de la surface de la couche d'argle augmente avec C f, c'est-à-dre que le fluage non seulement compense le ralentssement du tassement dû au retard de la dsspaton des surpressons ntersttelles, mas encore accélère le tassement de la couche de sol. On peut noter d'autre part, sur les courbes de la fgure 2, que l'augmentaton du tassement due au fluage est approxmatvement proportonnelle à C f, c'est-à-dre que s(c fl ) - s(c f = 0) ^ s(c f2 ) - s(c f = 0) ~ C / 2 ' Cette brève étude montre que l'ntroducton du fluage dans les calculs de consoldaton undmensonnelle tend à ralentr la dsspaton des surpressons ntersttelles et à augmenter le tassement par rapport à ce qu'ls seraent en l'absence de fluage. Fg.. Evoluton du degré de consoldaton en foncton du temps U (%) t() Fg. 2. Influence de Cf sur le tassement d'une couche d'argle.

9 L'nfluence du fluage va donc dans un sens favorable pour une melleure smulaton du comportement des sols de fondaton de remblas. On sat, en effet, que l'nterprétaton des mesures de tassement et de presson ntersttelle effectuées sous les remblas réels est parfos dffcle et qu'l est fréquent de mesurer des pressons ntersttelles trop élevées pour qu'on pusse les reler aux tassements par des formules de type cedométrque (courbe de compressblté «à un jour» en l'absence de fluage). En fat, l'ntroducton du fluage dans les calculs de consoldaton semble permettre le calcul smultané des pressons ntersttelles et des tassements dans les sols de fondatons de rembla [Magnan et al., 978]. Influence de la non-saturaton sur le déroulement de la consoldaton Les théores classques de la consoldaton font l'hypothèse que le sol est saturé d'une eau ntersttelle ncompressble. Or les sols naturels sont rarement saturés à 00 % et dverses études ont montré que, dans certans cas, un léger défaut de saturaton (quelques pourcents) sufft à donner au mélange d'eau et de gaz ntersttel une compressblté vosne de celle du squelette du sol [Fredlund, 976 ; Magnan et Dang, 977]. L'nfluence de la saturaton ncomplète d'un sol sur son comportement au cours du temps est généralement consdérée comme néglgeable en pratque, mas nous avons voulu profter de l'exstence du programme CONMULT pour tester cette hypothèse et vérfer par le calcul s l'hypothèse d'un sol parfatement saturé modfe ou non le déroulement de la consoldaton. L'étude a été réalsée en deux partes : sur le cas du rembla B de Cubzac-les-Ponts [Magnan et al., 978], pour lequel on a fat deux calculs avec S re = 0,98 et S re = ; sur le cas d'une éprouvette cedométrque de 2 cm d'épasseur pour laquelle on a testé quatre valeurs du degré de saturaton : S re = 0,90-0,95-0,98-. La fgure 3 montre que l'nfluence du degré de saturaton est très fable dans le cas du rembla B du ste expérmental des LPC à Cubzac-les-Ponts [les données du calcul sont celles de l'artcle de Magnan et al., 978]. Le calcul effectué pour l'éprouvette cedométrque dont les caractérstques de compressblté et de perméablté sont rassemblées dans le tableau III a condut aux résultats de la fgure 4. TABLEAU III. Caractérstques du sol smulé e 0 =,3 a p = 35 kpa Ko B Cs = 0,05 C c = 0.85 f' = " 9 m/s = 0.6 = 0 = 0,90-0,95-0,98-0 lg t (mn) I ' A. Tassement de la surface du sol. 00 U (%) 0 Ig t mn) 00 3 *~ U (%) B. Degré de consoldaton. Fg. 3. Influence du degré de saturaton sur le déroulement de la consoldaton (Rembla B de Cubzac-les-Ponts). 50 S (0" 2 cm) Fg. 4. Influence du degré de saturaton sur le déroulement de la consoldaton d'une éprouvette de sol de deux centmètres chargée sous 00 kpa. 9

10 L'examen des résultats de ces deux séres de calculs montre que l'nfluence du degré de saturaton est très rédute en pratque (au maxmum 5 <% dans le cas de l'essa œdométrque), ce qu justfe l'hypothèse couramment admse de la saturaton des sols. Il est ntéressant toutefos de noter que cette nfluence exste auss ben en place qu'en laboratore et qu'elle se tradut par un ralentssement de la vtesse de tassement et de la vtesse de dsspaton de la surpresson ntersttelle.,/t(mn) Smulaton et nterprétaton d'un essa de compressblté à l'œdomètre Les travaux de révson du mode opératore de l'essa de compressblté à l'œdomètre publé par les LPC en 970 ont perms la mse au pont d'un projet de nouvelle procédure d'essa et surtout d'un nouveau mode de dépoullement qu fournssent la valeur des paramètres de compressblté (C s, C c et a' p ), de fluage (C f ) et de perméablté (k v0, B) qu sont nécessares notamment pour l'utlsaton du programme CONMULT. La nouvelle procédure d'essa [Meussens et al., 980] prévot pour l'essa à court terme, qu dot fournr les valeurs de C s, C c, a' p, k v0 et B, l'applcaton par palers de 24 heures de charges égales à : 5 kpa - 0,5 o-; 0-0,75 a' v0 - o' o0 -,5 a' v0 etc. (taux d'augmentaton de la charge de 0,5) jusqu'à ce que l'on observe un coude sur la courbe de compressblté tracée au fur et à mesure de l'essa, pus un cycle de déchargementrechargement en deux palers jusqu'à 5 kpa et enfn la poursute du chargement avec un taux d'augmentaton de la charge de (doublement de la charge chaque jour). Le dépoullement préconsé pour l'essa comporte les phases suvantes : constructon de la courbe de compressblté «à un jour» sur la base des tassements mesurés à la fn de chaque paler du chargement, d'où la valeur de a' p, C s et C c ; dépoullement des courbes de consoldaton (tassement en foncton du temps sous charge constante) par la méthode de Taylor tjt) afn d'obtenr les valeurs de c v et k v pour chaque étape du chargement ; lnéarsaton du dagramme e lg k v sur la base des valeurs de k v obtenues en fn d'essa (sol normalement consoldé), d'où la valeur de k v0 (e 0 ). Ben qu'l vse à détermner les paramètres du modèle de comportement de Bjerrum, le projet de nouveau mode opératore conserve une procédure élémentare relevant de la théore de Terzagh (calcul de c v par la méthode de Taylor) et l nous a paru nécessare de tester les conséquences de ce chox sur la fablté des valeurs des paramètres trés de l'essa. L'étude a conssté à calculer (programme CONMULT-78) pus à dépouller les courbes de tassement au cours du temps d'une éprouvette de sol de caractérstques données, en suvant les prescrptons du mode opératore tant pour la lo de 8 Y s (mm) Fg. 5. Courbes de consoldaton (essa œdométrque calculé). TABLEAU IV. Résultats du dépoullement des courbes de consoldaton Paler Charge fnale (kpa) 5 7,50 26,25 39,38 79,38 59,38 39,38 c (m 2 /s) 0,2.0" 8 0,64.0' 8 0,.0" 8 0,6.0" 9 0, ,49.0" 9 0, k v (m/s) 0,.0 9 0,47.0" " 0 0,5.0^ 0 0,23.0' 0 0,85.0-" 0,25.0-" k v corrgé (m/s) 0, ,6.ÎO" " 0 0,45.0" 0 0,25.0" 0 0,8.0"" "" 92

11 chargement que pour le dépoullement des courbes de tassement de l'éprouvette en foncton du temps. Le calcul a été fat sur une éprouvette de 20 mm d'épasseur, dranée sur ses deux faces et de caractérstques ntales : ndce des vdes : e 0 =,27 ndce de gonflement : C s = 0,05 ndce de compresson : C c = 0,80 presson de préconsoldaton : a' p = 35 kpa ndce de fluage : C f = 0,05 degré de saturaton : S r = pods volumque : y = 7,5 kn/m 3 coeffcent de perméablté ntal : k v0 = 0,89.0" 0 m/s taux de varaton de k v B = 0.6. Les palers de chargement suvants ont été fxés, dans l'hypothèse d'une éprouvette de sol soumse en place à une contrante effectve vertcale a' u0 = 35 kpa : Hypothèse du calcul X X Ponts calculés Relaton dédute des ponts calculés A<j = 5 kpa - 7,50 kpa - 26,25 kpa kpa - 79,38 kpa - 59,38 kpa - 39,38 kpa (dans ce calcul on n'a pas effectué de déchargement après le passage de a' p et on a supposé pour le dépoullement que la pente du cycle de déchargement-rechargement état égale à Fg Relaton e 0 lgk v(m/s) La fgure 5 présente les courbes de consoldaton obtenues pour les sept palers du chargement. Le dépoullement de ces courbes par la méthode de Taylor a condut aux résultats du tableau IV. Les valeurs calculées pour le coeffcent de consoldaton c v à chaque étape du calcul (fg. 6) ont perms le calcul des valeurs de fc de la fgure 7 et des valeurs : k v0 = 0,98.0-"' m/s, B = 0,58 des deux paramètres défnssant la perméablté du sol. La courbe de compressblté construte d'après les tassements calculés à la fn de chaque étape du chargement donne pour C c une valeur de 0,89 et pour C s une valeur de 0,045 (fg. 8). Le tableau V compare les valeurs supposées et recalculées des paramètres.,2,0 0,8 0,6 -X X Ig cv 0,4 Ponts calculés Relaton dédute des ponts calculés 0" I J o' B 5 00 L g K Fg. 8. Courbe de compressblté. TABLEAU V. Comparason des valeurs supposées et recalculées des paramètres lors d'un premer calcul d'essa cedométrque 0" Paramètre Hypothèse Valeur recalculée 35 kpa 35 kpa c, 0,05 0,045 Ce 0,85 0,89 B 0,60 0,58 0,89.0" 0 m/s 0,98.0" 0 m/s 0" Fg. 6. Varatons de cv en cours d'essa. go' La dfférence des valeurs de départ et des valeurs recalculées de tous les paramètres peut être consdérée comme acceptable, ce qu justfe a posteror les chox fats pour le mode opératore. 93

12 Il faut noter c, toutefos, que le projet de mode opératore préconsé a, comme tous les modes opératores classques, des lmtes lées aux vtesses de consoldaton du sol en laboratore. Un second calcul d'essa œdométrque réalsé avec le programme CONMULT sur un échantllon dentque au précédent à l'excepton de l'ndce de compresson et de l'ndce des vdes, égaux cette fos à C c =,7 et e 0 = 2, a montré en effet que l'nterprétaton de courbes de consoldaton ncomplètes (parce que le coeffcent de consoldaton état devenu s fable que le degré de consoldaton n'attegnat même pas 60 % au bout des palers de 24 heures) peut condure à des résultats cohérents entre eux, mas sans rapport avec les valeurs réelles des paramètres de compressblté et de perméablté du sol (tableau VI). Outre ce rappel des lmtatons de la méthode de Taylor lorsque le sol testé est très peu perméable, ce second calcul a montré que les valeurs des déformatons calculées par le programme lors du cycle de déchargement-rechargement smulé lors du calcul correspondent, sur le dagramme e lg a' v, à une drote de pente Cs, pratquement parallèle à la courbe de premer chargement. Ce parallélsme consttue une preuve du bon fonctonnement du programme de calcul, sans que l'on pusse en trer de conséquence pour la pratque pusque le modèle de sol utlsé dans le programme n'est pas sujet aux phénomènes de remanement qu détrusent souvent ce parallélsme dans les sols réels, quand l exste pour les sols non remanés. TABLEAU VI. Comparason des valeurs supposées et recalculées des paramètres lors d'un second calcul d'essa œdométrque Paramètre c, c, B Ko Hypothèse 35 kpa 0,05,70 0,60 0,89.(T 0 m/s CONCLUSION Valeur recalculée 30 kpa 0,05 0,89 0,67,.0 0 m/s La prse en compte smultanée des varatons de la déformablté et de la perméablté du sol au cours de la consoldaton, du fluage et de la non-saturaton dans le programme de calcul nformatque CONMULT-78 a perms d'étuder l'nfluence de ces facteurs sur le déroulement de la consoldaton et de montrer notamment que les prncpales dfférences entre le comportement du sol dans CONMULT-78 et dans la théore de Terzagh sont dues tant à la non-lnéarté et à la surconsoldaton [Tavenas et al., 979] qu'à l'nfluence du fluage, le degré de saturaton du sol ayant, semble-t-l, un effet plus lmté. Le programme CONMULT-78 a d'autre part montré que les nouvelles procédures adoptées par les LPC pour l'essa de compressblté à l'œdomètre sont satsfasantes, ou du mons cohérentes avec le modèle chos pour le sol, à condton que la vtesse de consoldaton sot suffsante pour que les courbes de consoldaton soent nterprétables par la méthode de Taylor (^Jt) pour des palers du chargement de 24 heures. Les résultats des calculs effectués tant sur la consoldaton d'éprouvettes cedométrques en laboratore que sur la consoldaton des sols de fondaton de remblas réels permettent de penser à l'heure actuelle que le programme CONMULT- 78 consttue un outl ben adapté à l'étude de la consoldaton et du fluage undmensonnels des sols. Les calculs en cours sur dfférents remblas suvs par les LPC et l'unversté Laval devraent confrmer, dans un avenr proche, l'ntérêt de CONMULT pour l'étude de la consoldaton des sols compressbles. REMERCIEMENTS. La présente étude a été réalsée dans le cadré d'un programme de coopératon franco-québécose lant le laboratore central des Pouls et Chaussées au Groupe de Géotechnque de l'unversté Laval à Quebec. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES BACHERY S., Etude théorque de l'nfluence du fluage et de la non-saturaton sur la consoldaton undmensonnelle des sols fns, TFE Ecole natonale des ponts et chaussées, jun 978. BjtRRUM L., Engneerng Geology of Norwegan Normally - Consoldated Marne Clays as Related to Settlement of Buldngs, 7th Rankne lecture, Geotechnque, vol. 7, 2, 967, p BRUCY M., Analyse de la consoldaton prmare et secondare des argles Champlan par CONMUL T, Thèse de maîtrse, Unversté de Laval, Québec, 977. FAURE R. M., MAGNAN J. P., MOREAU M., PILOT G., Calcul sur ordnateur des ouvrages en terre, RGRA, 523, 976, p FREDLUNG D. G., Densty and compressblty characterstcs of ar-water mxtures, Rev. canadenne de géotechnque, 3, 4, nov. 976, p vol. GIBSON R. E., ENGLAND J. L., HUSSEY M., The theory of one-dmensonal consoldaton of saturated clays, Géotechnque, vol. 7, 3, 967, p MAGNAN J. P., BAGHERY S., Une méthode approchée pour la prévson des vtesses de tassement des sols fns doués de fluage, Artcle à paraître (980). MAGNAN J. P., DANG M. T., Etude théorque et expérmentale de la compressblté du flude ntersttel dans un sol argleux presque saturé, C.R. Symposum nternatonal sur les argles molles, Bangkok, jul. 977, Bu/, lason Labo. P. et Ch., spécal VI F, p (en franças), et spécal VI E, p (en anglas). MAGNAN J. P., MIEUSSENS C, QUEYROI D., Comportement du rembla expérmental B à Cubzac-les-Ponts, Rev. françase de géotechnque, 5, nov. 978, p MIEUSSENS C, MAGNAN J. P., VAUTRAIN J., Artcle présentant le nouveau mode opératore de l'essa œdométrque, à paraître (980). MESRI G., GODLEWSKI P. M., Tme and stress compressblty nterrelatonshp, ASCE, J. Geotechncal Engneerng Dvson, vol. 03, GT5, ma 977, p MESRI G., ROKHSAR A., BOHOR B. F., Composton and compressblty of typcal samples of Mexco Ctv clay, Géotechnque, vol. 25, 3, sept. 975, p PEIGNAUD M., Consoldaton d'un système bcouche, Bull, lason Labo. routers P. et Ch., 45, ma-jun 970, p SCHLOSSER F., Hypothèses et théores pour la prévson des tassements des remblas sur sols compressbles, Bull, lason Labo. P. et Ch., spécal T, ma 973, p TAVENAS F., BRUCY M., MAGNAN J. P., LA ROCHELLE P., ROY M., Analyse crtque de la théore de la consoldaton undmensonnelle de Terzagh, Rev. françase de géotechnque, 7, 979. THOMANN G., Résoluton de l'équaton de Ta consoldaton undmensonnelle par la méthode des dfférences fnes, Bull, lason Labo. P. et Ch., 59, ma-jun 972, p

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte :

La physiologie du cerveau montre que celui-ci est constitué de cellules (les neurones) interconnectées. Quelques étapes de cette découverte : Chaptre 3 Apprentssage automatque : les réseaux de neurones Introducton Le Perceptron Les réseaux mult-couches 3.1 Introducton Comment l'homme fat-l pour rasonner, parler, calculer, apprendre,...? Comment

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 10ème Congrès ranças d'acoustque Lyon, 1-16 Avrl 010 Imagere acoustque en soufflere SA Arnaud Ménoret 1, Nathale Gorllot, Jean-Luc Adam 3 1 Sgnal Développement, 1 Bld Chassegne, 86000 Poters, a.menoret@sgnal-developpement.com

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. MEMOIRE Présentée à

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. MEMOIRE Présentée à REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MEMOIRE Présentée à L Unversté de Batna Faculté des Scences Département de Physque

Plus en détail

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette

WINDOWS 10. Prise en main de votre ordinateur ou votre tablette WINDOWS 10 Prse en man de votre ordnateur ou votre tablette Table des matères Wndows 10 L envronnement Wndows 10 sur un ordnateur Wndows 10 : les nouveautés................................ 7 Démarrer Wndows

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

ÉTUDE DU STOCKAGE THERMIQUE DANS LE SOL EN UTILISANT UN SCHÉMA A DIFFÉRENCES FINIES UNIDIMENSIONNEL

ÉTUDE DU STOCKAGE THERMIQUE DANS LE SOL EN UTILISANT UN SCHÉMA A DIFFÉRENCES FINIES UNIDIMENSIONNEL ÉTUDE DU STOCKAGE THERMIQUE DANS LE SOL EN UTILISANT UN SCHÉMA A DIFFÉRENCES FINIES UNIDIMENSIONNEL Bogdan HORBANIUC, Gheorghe DUMITRASCU, Andre DUMENCU UNIVERSITÉ TECHNIQUE GHEORGHE ASACHI, Iaș, Roumane

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par UNIVERSITE DE TUNIS EL MANAR FACULTE DES SCIENCES DE TUNIS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE présentée en vue de l obtenton du Doctorat en Informatque

Plus en détail

Page 5 TABLE DES MATIÈRES

Page 5 TABLE DES MATIÈRES Page 5 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I LES POURCENTAGES 1. LES OBJECTIFS 12 2. LES DÉFINITIONS 14 1. La varaton absolue d'une grandeur 2. La varaton moyenne d'une grandeur (par unté de temps) 3. Le coeffcent

Plus en détail

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français Pro2030 GUIDE D UTILISATION Franças Contents Garante... Introducton... 1 Artcle nº 605056 Rév C Schéma nº A605056 Novembre 2010 2010 YSI Incorporated. Le logo YSI est une marque déposée de YSI Incorporated.

Plus en détail

Cours #8 Optimisation de code

Cours #8 Optimisation de code ELE-784 Ordnateurs et programmaton système Cours #8 Optmsaton de code Bruno De Kelper Ste nternet : http://www.ele.etsmtl.ca/academque/ele784/ Cours # 8 ELE784 - Ordnateurs et programmaton système 1 Plan

Plus en détail

Série A Septembre 2008

Série A Septembre 2008 Sére A Septembre 2008 Sommare Notce avec encadré* 3 Annexe à la Notce 17 UFEP : extrat des statuts 27 *Cet encadré a pour objet d attrer l attenton de l adhérent sur certanes dspostons essentelles de la

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

Gigue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applications temps réel

Gigue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applications temps réel L. Davd, F. Cottet, E. Grolleau. Ggue temporelle et ordonnancement par échéance dans les applcatons temps réel. IEEE Conf. Inter. Francophone d Automatque (CIFA2000), Jullet 2000, Llle, France. Ggue temporelle

Plus en détail

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009 Manuscrt auteur, publé dans "MOSIM' 008, Pars : France (008)" 7 e Conférence Francophone de MOdélsaton et SIMulaton - MOSIM 08 - du mars au avrl 008 - Pars - France «Modélsaton, Optmsaton et Smulaton des

Plus en détail

PROCEDURE DE PARTAGE DU GAZ SUR LE GAZODUC TRANSTUNISIEN

PROCEDURE DE PARTAGE DU GAZ SUR LE GAZODUC TRANSTUNISIEN ALLEGATO PROEDURE DE PARTAGE DU GAZ SUR LE GAZODU TRANSTUNISIEN Entre les soussgnées: XXX (c-après dénommé XXX) socété de drot sse à ; et YYY (c-après dénommé YYY) socété de drot sse à... ; et ZZZ (c-après

Plus en détail

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11 Paquets Paquets natonaux 1 Paquets nternatonaux 11 Paquets natonaux Servces & optons 1 Créaton 3 1. Dmensons, pods & épasseurs 3 2. Présentaton des paquets 4 2.1. Face avant du paquet 4 2.2. Comment obtenr

Plus en détail

THESE. Khalid LEKOUCH

THESE. Khalid LEKOUCH N d ordre : /2012 THESE Présentée à la FACULTE DES SCIENCES D AGADIR En vue de l obtenton du GRADE DE DOCTEUR EN PHYSIQUE (Spécalté : Energétque, Thermque et Métrologe) Par Khald LEKOUCH MODELISATION ET

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

La théorie classique de l information. 1 ère partie : le point de vue de Kolmogorov.

La théorie classique de l information. 1 ère partie : le point de vue de Kolmogorov. La théore classque de l nformaton. ère parte : le pont de vue de Kolmogorov. La sute de caractères comme outl de descrpton des systèmes. La scence peut être vue comme l art de compresser les données quelles

Plus en détail

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00

Mode d'emploi. Servomoteur radiofréquence 1187 00 Mode d'emplo Servomoteur radofréquence 1187 00 Table des matères A propos de ce mode d'emplo... 2 Représentaton de l'apparel... 3 Montage... 3 Démontage... 3 Almentaton... 4 Mettre la ple en place... 4

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

Apprentissage incrémental dans un système de filtrage adaptatif

Apprentissage incrémental dans un système de filtrage adaptatif VSST'200 32 TEXTES DES COMMUNICATIONS - Tome I Apprentssage ncrémental dans un système de fltrage adaptatf Mohand BOUGHANEM, Mohamed TMAR boughane@rt.fr, tmar@rt.fr IRIT/SIG, Campus Unv. Toulouse III,

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES SPECTRO- COLORIMETRIE

TRAVAUX PRATIQUES SPECTRO- COLORIMETRIE UNIVERSITE MONTPELLIER 2 Département de Physque TRAVAUX PRATIQUES DE SPECTRO- COLORIMETRIE F. GENIET 2 INTRODUCTION Cet ensegnement de travaux pratques de seconde année se propose de revor rapdement l'aspect

Plus en détail

Corrigé du problème de Mathématiques générales 2010. - Partie I - 0 0 0. 0.

Corrigé du problème de Mathématiques générales 2010. - Partie I - 0 0 0. 0. Corrgé du problème de Mathématques générales 2010 - Parte I - 1(a. Sot X S A. La matrce A est un polynôme en X donc commute avec X. 1(b. On a : 0 = m A (A = m A (X n ; le polynôme m A (x n est annulateur

Plus en détail

L indice suisse des prix de la construction Octobre 2010=100

L indice suisse des prix de la construction Octobre 2010=100 Département fédéral de l ntéreur DFI Offce fédéral de la statstque OFS Actualtés OFS 5 Prx Neuchâtel, jullet 211 L ndce susse des prx de la constructon Octobre 21=1 Aperçu méthodologque Rensegnements:

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Calcul de tableaux d amortissement

Calcul de tableaux d amortissement Calcul de tableaux d amortssement 1 Tableau d amortssement Un emprunt est caractérsé par : une somme empruntée notée ; un taux annuel, en %, noté ; une pérodcté qu correspond à la fréquence de remboursement,

Plus en détail

Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cas de l ozone

Application de modèles grande échelle à la problématique régionale : cas de l ozone Applcaton de modèles grande échelle à la problématque régonale : cas de l ozone Laboratore Central de Survellance de la Qualté de l Ar Conventon n 115/03 Cécle HONORÉ, Laure MALHERBE Unté Modélsaton et

Plus en détail

Application du système immunitaire artificiel ordinaire et amélioré pour la reconnaissance des caractères artificiels

Application du système immunitaire artificiel ordinaire et amélioré pour la reconnaissance des caractères artificiels 9 Nature & Technology Applcaton du système mmuntare artfcel ordnare et améloré pour la reconnassance des caractères artfcels Hba Khell a, Abdelkader Benyettou a a Laboratore Sgnal Image Parole SIMPA-,

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8 Dstrpost Quo, où et comment? 1 1. Qu est-ce que Dstrpost? 1 2. Quels chox s offrent à vous pour la dstrbuton de vos envos Dstrpost? 1 2.1. Tout le monde reçot-l mon envo toutes-boîtes dans la zone sélectonnée?

Plus en détail

MEMOIRE. Présenté au département des sciences de la matière Faculté des sciences

MEMOIRE. Présenté au département des sciences de la matière Faculté des sciences REPUBLIQUE LERIEN DEMOCRTIQUE ET POPULIRE Mnstère de l ensegnement supéreur et de la recherche scentfque Unversté El-Hadj Lakhdar-BTN- MEMOIRE Présenté au département des scences de la matère Faculté des

Plus en détail

Oscillations électriques libres

Oscillations électriques libres Oscllatons électrues lbres A Oscllatons lbres amortes 1/ Etude expérmentale a Expérence et observatons Après avor chargé le condensateur (poston 1) On bascule l nterrupteur sur la poston, on obtent l oscllogramme

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

Amélioration des Délais dans les Réseaux à Débits Garantis pour des Flux Temps-Réel Sous Contrainte «(m,k)-firm»

Amélioration des Délais dans les Réseaux à Débits Garantis pour des Flux Temps-Réel Sous Contrainte «(m,k)-firm» Améloraton des Délas dans les Réseaux à Débts Garants pour des Flux Temps-Réel Sous Contrante «(m,k)-frm» Résumé : Koubâa Ans, Yé-Qong Song LORIA UHP Nancy 1 - INPL - INRIA Lorrane 2, av. de la Forêt de

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE

CHAPITRE 14 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE COMMANDE HAITRE 4 : RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE RAISONNEMENT DES SYSTÈMES DE OMMANDE... 2 INTRODUTION... 22 RAELS... 22 alcul de la valeur ntale de la répone à un échelon... 22 alcul du gan tatque... 22

Plus en détail

MODÈLE D ISING À UNE ET DEUX DIMENSIONS.

MODÈLE D ISING À UNE ET DEUX DIMENSIONS. Chapter MODÈLE DISIG À UE ET DEUX DIMESIOS.. ITRODUCTIO. ous commençons, dans ce chaptre, létude dun problème de mécanque statstque de la matère condensée où leffet des nteractons est mportant. Le modèle

Plus en détail

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio Correctons adabatques et nonadabatques dans les systèmes datomques par calculs ab-nto Compte rendu du traval réalsé dans le cadre d un stage de quatre mos au sen du Groupe de Spectroscope Moléculare et

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 THÈSE En vue de l'obtenton du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délvré par l'unversté Toulouse III - Paul Sabater Spécalté : Informatque Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 Ttre

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

Projet de fin d études

Projet de fin d études Unversté Franços Rabelas Tours Ecole Polytechnque Unverstare de Tours Département Informatque Projet de fn d études Ordonnancement Juste à Temps avec geston des stocks Chopn Antone Mrault Arnaud 3ème année

Plus en détail

AZOTES ET D'ENGRAIS PHOSPHATES EN RIZIERE.

AZOTES ET D'ENGRAIS PHOSPHATES EN RIZIERE. 1122 86..-. COMPARASON DE DVERSES NATURES D'ENGRAS. _.. AZOTES ET D'ENGRAS PHOSPHATES EN RZERE.,... 3, Par P. ROCHE ': J. VEY - EGO CHAN BANG Dvson Agrologe Servce Agronome.R.A.M...*...., NTRODUCTON Un

Plus en détail

CHAPITRE DEUX : FORMALISME GEOMETRIQUE

CHAPITRE DEUX : FORMALISME GEOMETRIQUE CHPITRE DEUX FORMLISME GEOMETRIQUE. CHPITRE DEUX : FORMLISME GEOMETRIQUE verson.3, -8 I. GEOMETRIE DNS L ESPCE-TEMPS ) Prncpe de relatvté Le prncpe de relatvté peut s exprmer ans : toutes les los physques

Plus en détail

- Acquisition de signaux en sismologie large bande. - Acquisition de signaux lents, magnétisme, MT.

- Acquisition de signaux en sismologie large bande. - Acquisition de signaux lents, magnétisme, MT. 87 DUCAPTEURAUXEANQUESDEDONNEES. TECHNQUES D'NSTRUMENTATON EN GEOPEY8QUE. J:M. CANTN Unversté Lous Pasteur (Strasbourg 1) nsttut de Physque du Globe de Strasbourg Ecole et Observatore de Physque du Globe.

Plus en détail

Relais de protection et de commmande

Relais de protection et de commmande S O U S - S T A T I O N S Relas de protecton et de commmande La gamme SEPCOS-PRO comprend des relas de protecton et de commande de haute technologe qu répondent à la perfecton aux exgences des réseaux

Plus en détail

LICENCE DE SCIENCES PHYSIQUES UV 3LSPH50. Année 2004-2005 MODÉLISATION. Recherche des paramètres d'une représentation analytique J.P.

LICENCE DE SCIENCES PHYSIQUES UV 3LSPH50. Année 2004-2005 MODÉLISATION. Recherche des paramètres d'une représentation analytique J.P. LICENCE DE SCIENCES PHYSIQUES UV 3LSPH50 Année 004-005 MODÉLISATION Recherche des paramètres d'une représentaton analytque JP DUBÈS 3 MODÉLISATION Recherche des paramètres d'une représentaton analytque

Plus en détail

Guide méthodologique pour le suivi des tassements des Centres de Stockage de Classe II (Déchets ménagers et assimilés) Direction Déchets et Sols

Guide méthodologique pour le suivi des tassements des Centres de Stockage de Classe II (Déchets ménagers et assimilés) Direction Déchets et Sols Gude méthodologque pour le suv des tassements des Centres de Stockage de Classe II (Déchets ménagers et assmlés) Drecton Déchets et Sols Agence de l Envronnement et de la Maîtrse de l Energe Illustraton

Plus en détail

Le Village de l Image

Le Village de l Image Le Vllage de l Image Lste de Prx Place de la Gare 1-1009 Pully Tél. 021 728 93 94 - Fax 021 728 87 02 vllage@paradsecommuncaton.ch www.vllagemage.ch Lund: fermé le matn 13h30-18h15 Mard-vendred: 08h45-12h30

Plus en détail

Atelier 2 La recherche d information personnalisée sur le Web

Atelier 2 La recherche d information personnalisée sur le Web Ateler 2 La recherche d nformaton personnalsée sur le Web Mare-Aude Aufaure, Hajer Baazaou Zghal, Yves Lechevaller et Chrstophe Claramunt Ateler Recherche d Informaton Personnalsée sur le WEB Mare-Aude

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Contact SCD INPL: mailto:scdinpl@inpl-nancy.fr LIENS

AVERTISSEMENT. Contact SCD INPL: mailto:scdinpl@inpl-nancy.fr LIENS AVERTISSEMENT Ce document est le frut d un long traval approuvé par le jury de soutenance et ms à dsposton de l ensemble de la communauté unverstare élarge. Il est soums à la proprété ntellectuelle de

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

RÉPONSES À UN ÉCHELON. Sortie u(t) réponse. t(s)

RÉPONSES À UN ÉCHELON. Sortie u(t) réponse. t(s) BTS S ÉPONSS À UN ÉHON. éponse à n échelon d n système d premer ordre xemple : almentaton d n condensater de capacté par ne sorce de tenson e(t) à travers résstance a tenson varable e(t) est n échelon

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

Méthodes d Extraction de Connaissances à partir de Données (ECD) appliquées aux Systèmes d Information Géographiques (SIG)

Méthodes d Extraction de Connaissances à partir de Données (ECD) appliquées aux Systèmes d Information Géographiques (SIG) UNIVERSITÉ DE NANTES FACULTÉ DES SCIENCES ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES MATÉRIAUX Année 2006 N attrbué par la bblothèque Méthodes d Extracton de Connassances à partr

Plus en détail

Stéganographie Adaptative par Oracle (ASO)

Stéganographie Adaptative par Oracle (ASO) Stéganographe Adaptatve par Oracle ASO Sarra Kouder, Marc Chaumont, Wllam Puech To cte ths verson: Sarra Kouder, Marc Chaumont, Wllam Puech. Stéganographe Adaptatve par Oracle ASO. CORESA 12: COmpresson

Plus en détail

Professionnel de santé équipé de Médiclick!

Professionnel de santé équipé de Médiclick! Professonnel de santé équpé de Médclck! Dosser Médcal Partagé en Aqutane Ce gude vous présente les prncpales fonctonnaltés réservées aux professonnels de santé membres du réseau AquDMP. Sommare Connexon

Plus en détail