Les Mutuelles de santé et la mutualisation des savoirs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Mutuelles de santé et la mutualisation des savoirs"

Transcription

1 Les Mutuelles de santé et la mutualisation des savoirs Nous voudrions jeter un regard sans doute un peu décalé sur le rapport entre mutuelles de santé et savoirs, particulièrement dans le contexte de Bukavu (Sud Kivu) que je connais un peu suite à une longue collaboration (25 ans) avec Augustin Cihyoka au sein du groupement «Kagala», échanges entre agriculteurs et éleveurs. Échange de produits, de travaux mais aussi de savoirs. Collaboration aussi avec PRELUDE International : J. Ki-Zerbo honorait nos colloques de sa présence. «Au bal des oiseaux, apporte des graines». Mais je voudrais en revenir à la question qu'évoque l'excellent livre de Dusoulier, Rugarabura et Zawadi 1, qui est en fait, celle de l'intrusion d'une puissance occidentale avec des pratiques, des savoirs «exogènes». Une certaine action humanitaire 2 menée au nom du «devoir d'ingérence» sort de son cadre précis d'intervention, s'installe dans la «maison africaine», y dicte ses recettes, y distribue ses savoirs (en particulier quand un médicament représente une «pépite» de savoirs) et puis s'en va. La maison «dérangée» doit se reconstruire à partir de ses propres savoirs et des emprunts nécessaires qu'elle aura choisis (J.Ki-Zerbo). La maison africaine, c'est en particulier l État, les communautés dont il a la charge, la société civile, les représentants élus, les sociétés traditionnelles ou nouvelles. On peut considérer que le mouvement mutuelliste est un de ces intermédiaires entre l État et les gens.. Quel est son rôle? Nous voudrions examiner ce rôle à partir de 3 points de vue : 1. L'Afrique a une tradition «mutuelliste» à laquelle le livre de Dusoulier et al. rend hommage mais ces traditions gagneraient à être mieux étudiées. 2. L'Afrique a des traditions et des savoirs en matière de médecine. 3. L'exemple de pays voisins, de l'est Africain, montre que quelques actions menées en communauté des pays de la zone peuvent alléger le poids de la dépendance par rapport, notamment, aux importations de médicaments. 1. L'Afrique a des traditions mutuellistes (On peut mutualiser beaucoup de choses!). Citons seulement les tontines et ses multiples variantes, le sou du pagne,les caisses villageoises,...dédiées au micro-financement. les chambres de débats traditionnels, les barzas 3,tels que le Kagala 4 à Bukavu,le Kyaghanda 1 «Le cadeau empoisonné, ONG et soins de santé à l'est du Congo», Couleurs Livres, 2014, 154 p. 2 On peut certes se demander si cette stratégie d'intervention dans la santé des gens ne participe pas aussi de la thématique en honneur dans les think-thank internationaux «(Re-)construire les États, une nouvelle frontière de l'ingérence».c'est dénoncé avec vigueur par F. Polet dans un éditorial de la Revue «Alternatives Sud, 2012, 19/1» qui porte ce titre.cette doctrine d'intrusion offre pas mal de nouvelles utilités au monde occidental : «maintien de la paix et de la sécurité humaine, lutte contre la pauvreté, mise en œuvre d'un contrôle territorial visant à contenir les pathologies sociales...». 3...dans une version élargie à l'ensemble de la communauté : femmes, enfants, ethnies minoritaires,... 4 Le kyaghanda est une maison où les hommes se rencontrent pour traiter des problèmes qui concernent et engagent la vie communautaire. Tous ces éléments sont réunis pour que le kyaghanda soit un lieu de communication totale, au service de la société.

2 à Butembo 5, le Ndaro...Comme le dit Kambalume Kahindo Raphaël, de l' UCG Butembo 6, «tous les éléments sont réunis pour que le kyaghanda soit un lieu de communication totale, au service de la société. On y discute de paix mais aussi de maladies, on échange des savoirs, on confronte les savoirs». les espaces de paix à Bukavu 7, ce sont des lieux de rencontre où l on échange : nouvelles, produits, recettes, De cette confrontation des savoirs entre paysans, il importe peu que ces savoirs soient d'origine locale(reconnaissant la diversité ethnique) ou occidentale, la méthode d'augustin Cihyoka est exemplaire 8. 5 Le kyaghanda est une maison où les hommes se rencontrent pour traiter des problèmes qui concernent et engagent la vie communautaire. Tous ces éléments sont réunis pour que le kyaghanda soit un lieu de communication totale, au service de la société. 6 Kambalume Kahindo Raphaël,UCG Butembo, RDC 7 Un rite aujourd hui surpassé, mais resté frais dans la mémoire des vieilles générations, donne un autre sens au Kagala, cette fois avec un sens très dynamique dit : «Kuj ekagala», aller au Kagala. En ces temps, les bergers organisaient chaque année la fête du lait. Tout se déroulait dans la prairie. Le moment de la grande production venue, la collecte faite, les villageois agriculteurs et éleveurs sont conviés à la célébration. Chacun y va avec son panier plein de vivres ou d idées innovantes pour agrémenter la fête et les échanges. Le partage du lait et des céréales est suivi des débats/échanges sur la biodiversité (ebigeragera) et la protection de l environnement. La pratique Kagala élargie à la prairie a eu le mérite d avoir pris en charge la formation de la jeunesse rurale dans une sorte d école traditionnelle, celle du berger. Ces deux attitudes ont aidé à façonner les dimensions préliminaires de la démarche Kagala. Actuellement, le Kagala est d abord une démarche tirée de la tradition profonde du peuple Shi au Kivu, une approche de développement humain. Et davantage, un réseau de recherche à la base regroupant les sachants et les scientifiques sur la question de la biodiversité, de la coexistence pacifique entre l homme et son environnement, des ressources naturelles (l eau, l animal, la plante et la terre ), enfin des traditions et valeurs de paix qui sous-tendent les rapports humains. Aller au Kagala «Kuj e Kagala». 8 Cette rencontre des savoirs est représentée par une image et son commentaire : une méthode aussi (Augustin Cihyoka). Sur cette photo, la case du paysan est représentée par 3 piliers verticaux que viennent ceindre des cercles concentriques. Sur ces derniers, des feuilles de papier sont accrochées.leur nombre est important à la base puis va diminuant en atteignant les étages supérieurs. Au sommet, ne restent plus qu'un ou deux papiers. Que sont ces papiers? Ils représentent les apports, idées, recettes,...de

3 2. L'Afrique a des traditions et des savoirs en matière de médecine. Traditionnellement, l'afrique a une conception plus holiste, plus globale de la santé. Par exemple, soigner 4 fois : «la terre, la plante, l'animal, l'homme» (A.Cihyoka). De cette inter-connexion du vivant,témoigne encore ce proverbe Burkinabe : «la vache nourrit la plante, la plante nourrit la vache». L approche : «un agent pathogène, une maladie» est décidément trop limitée. De nombreux paramètres sont négligés par exemple, la pauvreté et la malnutrition, l environnement. (Pauvreté, environnement pollué, mauvais état de santé sont trois faces d une sorte de malédiction). En Afrique et en Asie, 80 pour cent de la population continue d'utiliser des médicaments traditionnels plutôt que des médicaments modernes pour les soins de santé primaires écrit Prya Shetty qui développe ce point de vue dans un article de Sci.DeV.Net (30/06/10). Cette parution consacre un dossier à la médecine traditionnelle. L Éditorial de Sian Lewis et David Dickson est intitulé «Les impératifs qui plaident pour la médecine traditionnelle» 9. Pour les auteurs, l'héritage colonial s'est accompagné de la marginalisation et du dénigrement de la médecine traditionnelle (MT 10 ). Mais on constate un renouveau de l'intérêt porté à la médecine traditionnelle, de la nécessité de l' intégrer dans les systèmes de santé nationaux, notamment suite à la conférence de Beijing (2008). L'impératif de rencontrer les ODM (objectifs du Millénaire) n'est pas étranger à ce renouveau d'intérêt. La question est complexe, les éditorialistes présentent une série d'auteurs dont les contributions seront brièvement rapportées. Le premier article est de Pryia Shetty 11. Un article fort lourd et bien documenté, clair et concis. Dans les pays développés, les médecines «autres» se créent une place enviable 12. En résumant le point de vue de l'auteur : La médecine a besoin de nouveaux médicaments et c'est particulièrement le cas avec des maladies présentant une résistance caractérisée à des médicaments usuels. La sécurité et l'efficacité en MT exigent des tests rigoureux pas toujours faciles à mettre en œuvre. L'auteure compare MT et médecine moderne d'une série de points de vue : protection des connaissances, formulation, réglementation, essais, dosages, formation,... Elle note le danger de surexploitation de ces ressources naturelles. Elle insiste sur la nécessité pour les PVD de se doter de lois qui protègent les savoirs des communautés locales. Le Pérou est donné en exemple. chacun des participants à l'atelier. Idées, recettes,.. sont évaluées en réunion.quelle recette a donné les meilleurs résultats (concordants,..)? ; est-elle facilement disponible (abondance, biodiversité), utilisable (facilité d'administration,...)?; des savoirs occidentaux divers (ceux du vétérinaire ou de l'agronome ) contribuent-ils à en conforter l'efficacité? C'est un procédé de screening, de tamisage (comme on dit dans l'industrie moderne du médicament) : au sommet ne subsiste que la recette qui a satisfait à tous ces tests évalués en atelier. «Toute réussite dans la recherche action paysanne est symbolisée et fixée sur une des circulaires selon le niveau de validation de ce ce savoir ou de cette prétique vitale» (A. Cihyoka Mowali) «MT» que j'utiliserai indifféremment pour médecine traditionnelle ou médicament traditionnel Mais un phénomène témoigne d une insatisfaction certaine de la part de celui qui se plaint : c est le recours fréquent, de plus en plus fréquent, aux T/MCA (médecine traditionnelle dans la culture d origine /médecines complémentaires et alternatives, dans les pays du Nord). On estime que près 50% de la population des pays industrialisés, 80% des pays africains recourent à l une ou l autre forme de ces T/MCA. En effet, elle est accessible, disponible, acceptable et adaptable.

4 Un autre exemple est l'inde avec le CISR (Conseil indien de la recherche scientifique).il possède une bibliothèque numérique des connaissances traditionnelles (TKLD, Traditional Knowledge Digital Library) forte de 34 millions de pages sur les thérapeutiques traditionnelles. Mieux vaut de la consulter avant de déposer un brevet! Pour Yojana Sharma, 13 peu de médicaments traditionnels sont parvenus à passer les barrières, les obstacles de réglementations rigoureuses. L'Artemisidine fait presque figure d'exception.nous en avons rendu compte dans notre lettre D'autres exemples de médicaments traditionnels? Le Tamiflu (à partir de l'anis étoilé de Chine ; maux d'estomac). Est passé à travers toutes les épreuves avant de se retrouver dans les officines du monde entier. Les molécules actives ont été isolées et étudiées et ont parcouru le parcours (occidental) d'obstacles qui conduit à un enregistrement. La curcumine (extraite de racines de Curcuma) est utilisée depuis des siècles par la médecine traditionnelle en Inde. Une demande de brevet déposée (et même acceptée dans un premier temps) par une société américaine a été annulée et rejetée par le gouvernement indien. Comment un remède (actif par exemple dans la maladie du colon irritable) et qui contient 20 plantes peut-il être examiné et réglementé, selon les critères occidentaux? Au niveau des dosages, Innocent Balagizi ( Bukavu) estime que les feuilles de la variété locale d Artemisia annua sont très riches en principe actif : «les feuilles de chez nous contiennent 0,72% d Artemisinine, alors que celles des plantations européennes (en Suisse) en contenaient 0,58% et celles de la souche originelle viet-namienne, 0,2%». Peut-on envisager des parcours allégés pour certains MT? Il semble que cela soit le cas au vu de la législation de certains pays pour des MT largement répandus et bien connus.l'union européenne pourrait s'aligner et reconnaître les MT qui se sont montrés efficaces ( et sans doute sûrs) pendant 15 ans. Mais cette exigence peut-elle s'appliquer dans un pays de tradition orale? Même si si ce MT est utilisé depuis des dizaines d'années? «Comment pourrez-vous convaincre les guérisseurs traditionnels de monter leur propre documentation sans les amener à penser que vous voulez voler leurs propres connaissances?». Pour Kelly Chibale 15, H3-D,un anti malarique MMV390048, molécule développée en Afrique va entrer dans les essais cliniques de phase 1 ; il pourrait être efficace en dose unique, un gros avantage! Pour elle également, il est nécessaire de créer une base de données sur les médicaments C'est ainsi que Sanofi (un laboratoire pharmaceutique privé)et DNDi (Drugs for Neglected Diseasesinitiative) ont développé un médicament antipaludique dans le cadre d un partenariat public-privé innovant. Ce médicament, une combinaison thérapeutique à base d artémisinine, a été développé pour répondre aux exigences de l OMS. Depuis octobre 2008, plus de 120 million de traitements ont été vendus à fin 2011 à prix préférentiels pouvant aller jusqu au prix sans perte-sans profit et distribués en Afrique sub-saharienne aux organisations internationales (OMS), aux centrales d achat gouvernementales, aux grands financeurs (UNITAID, Fonds Mondial, ). (Sources Sanofi). Ce médicament est appelé «ASAQ» (car il associe un dérivé synthétique de l'artémisinine, l'artésunate* (AS), à l'amodiaquine (AQ) ). Sanofi ayant renoncé à tout brevet sur ce produit, le traitement complet coûte moins de 1 dollar (un peu plus de 500 F CFA) pour un adulte et la moitié pour un enfant. Je ne l'ai jamais vu commercialisé au Burkina. Pourquoi?» (Maurice Oudet, Président de SEDELAN, Burkina Faso). 15

5 de la MT 16. Un expert de l'omc en droits de propriété intellectuelle A. Traubman 17 reconnaît qu'il est devenu difficile de trouver des arguments justifiant une différence fondamentale entre les connaissances dites «modernes» et celle dites «traditionnelles». «Il serait avisé de considérer les connaissances traditionnelles comme des systèmes de connaissances 18 des manières d'organiser et d analyser les faits, et de développer des traitements appropriés - et non pas uniquement comme des filons de données brutes à exploiter». Il s'interroge sur la nature des partenariats 19 respectant les droits de chacun.référence est faite aux APA (accès, partage des avantages) de la Convention sur la diversité biologique (CBD, 1993) qui en son article 1, promeut l utilisation durable et le partage juste et équitable des avantages liés à un accès satisfaisant. De Busban Patwardan et ses collègues 20, nous retiendrons surtout la nécessité d'un système intégratif des connaissances considérant à égalité les deux médecines. «En fait, les recherches faites par l'un de nos groupes ont montré que le concept en ayurvéda du prakirti qui considère l'individu comme un tout - a considérablement aidé les chercheurs biomédicaux à comprendre de nouvelles disciplines telles que la pharmacogénomique 21 (la façon dont la constitution génétique d'un individu influe sur sa réaction à un médicament)». Ils terminent : «en lieu et place de la science qui exploite des ressources naturelles pour de nouveaux éléments, les connaissances traditionnelles pourraient remodeler le monde scientifique en offrant de nouveaux paradigmes et solutions qui élargiront les perspectives et offriront des solutions globales». Mes conclusions au moment de fermer cet important dossier de Sci Dev Net? Il me paraît que le renouveau de la MT 22 s appuie sur plusieurs facteurs! Circonstanciels ( la nécessité, notamment du point de vue des ODM), Pressions économiques (80 % de la population mondiale ; exemple, le marché chinois : énorme!), Impératifs éthiques (la MT est le fait des pauvres 23 ), Prise de conscience de l'énorme injustice faite aux pays pauvres en ce qui concerne l'accès aux soins de santé primaire (Conférence d'alma Ata) et aux médicaments essentiels. Prise de conscience des richesses des pays du Sud en ce qui concerne la biodiversité végétale. Comment concilier A (accès aux ressources naturelles) et PA (partage des 16 N'est-ce pas le lieu de saluer l œuvre pionnière et magistrale de J. Lehmann et M. Baerts qui ont créé une gigantesque base de données PRELUDE, hébergée par le musée royal d'afrique centrale (Tervueren,Belgique). La banque de données PRELUDE regroupe des informations sur l'utilisation de plantes dans diverses médecines traditionnelles vétérinaires et humaines en Afrique C'est nous qu soulignons. 19 «Quel partenariat si toutes les connaissances doivent être partagées?». Je dirais : «quel partage?parts égales ou inégales»? Nous indiquions dans notre lettre 23 la distinction entre pharmacogénétique et pharmacogénomique. L'une parle de la manière dont le corps «traite» les médicaments (ou la nourriture), l'autre de la manière dont ils (les médicaments ou la nourriture) "traitent" le corps. 22 L'Inde se dote d'un Ministre du Yoga annonce le Monde du 10 novembre Il est ministre chargé des médecines et pratiques traditionnelles telles que l'ayurvéda, le yoga, l'unani, le siddha... D'autre part, L'Inde est en passe de distribuer davantage de médicaments génériques à titre gratuit. (South Centre, 27 août, 2012). 23 Ceci ne conteste pas la nécessité de médicaments modernes pour traiter certaines affections!

6 avantages)? Réflexions, batailles juridiques pour que soient reconnus les droits des communautés, notamment quand un remède est utilisé par des communautés depuis des dizaines d'années, malheureusement sans traces écrites! Développements de bases de données (comme en Inde) pour authentifier le droit des communautés à la propriété intellectuelle. Recherches difficiles pour que prenne force un paradigme, celui de la vision holiste (ou prakirti en Inde) qui se veut complémentaire de la vision cartésienne qui caractérise l'occident. Une revendication commune des intervenants est l'intégration des deux médecines. Problème que l'oms a examiné et qui peut se résumer ainsi : La médecine traditionnelle peut-elle être incorporée dans un programme de santé publique? L OMS a développé un programme qui s est donné 4 objectifs identifiés : politique nationale et réglementation : reconnaissance officielle des prestataires et de leurs services ; intégration dans les systèmes de soins de santé nationaux ; répartition équitable des bénéfices 24 ; adéquation des programmes de «capacity building»,. sécurité, efficacité et qualité : fondements, preuves d activité, sécurité, qualité, selon des critères internationaux et nationaux ; absence d une méthodologie de recherche. De plus, celle-ci n est pas encouragée, accès : absence de données fiables; collaboration à établir ou à renforcer entre praticiens allopathes et guérisseurs ; utilisation non durable des plantes de la médecine traditionnelle. utilisation rationnelle : formation inadéquate des praticiens traditionnels ; formation inadéquate des praticiens modernes à la médecine traditionnelle (potentialités, enjeux); peu de communication entre eux ; mauvaise information du public sur un usage rationnel de la médecine traditionnelle. Une telle stratégie est requise si l on veut que la médecine traditionnelle, quittant son statut marginal, acquière un rôle significatif dans un service de soins de santé national. Il faudrait selon nous, définir les champs d'action respectifs : chacune des médecines a ses domaines d'excellence et de bonnes performances et de fausses promesses et de dangers. La question est celle-ci : Dans quelle mesure MT et Médecine modernes (leurs médicaments, pratiques) peuvent-elles co-exister? Dans quelle mesure les mutuelles de santé peuvent-elles s'inspirer de ces savoirs endogènes, de ces pratiques qui font partie de la culture et qui structurent la Weltanschauung des gens, le regard qu'ils portent sur les choses et les situations. 24 La question des droits de propriété intellectuelle est une question difficile que nous évoquerons seulement. Les TRIPS (trade related aspects of intellectual property systems) ne font pas référence à la protection des connaissances traditionnelles et ne reconnaissent pas en tant que tels, les droits des communautés, leur innovation collective développée au cours des temps. En cela les TRIPS qui représentent les intérêts des compagnies et leurs brevets, se distinguent de la convention sur la diversité biologique (CBD). La loi internationale en effet requiert que les parties respectent, préservent et maintiennent les connaissances, les innovations, les pratiques des communautés indigènes et locales tout en conservant leurs style de vie traditionnels.il faut un partage équitable des bénéfices résultant de l utilisation de ces connaissances, pratiques et innovations. 25 Jean-Paul Giroux, dans un entretien à «La Croix» : 40 à 50% des médicaments délivrés avec ou sans ordonnance n'ont jamais fait preuve réelle de leur efficacité. (Allusion au livre de B.Debré et Ph.Even «Guide des 4000 médicaments inutiles ou dangereux» et à son propre livre «Guide des médicaments sans ordonnance, les bons et les mauvais»).

7 Dans quelle mesure les mutuelles de santé peuvent-elles s'inscrire dans une réflexion (conscientisation) qui permette aux populations de développer à la fois un esprit critique, une confiance en soi, une «estime de soi 26», Cette réflexion pourrait s'inspirer de la démarche Kagala (voir plus haut) qui est un bon moyen d'appropriation collective, ancrée sur la culture des gens, telle que l'a développée A. Cihyoka. 3. S'affranchir du joug occidental en matière de médicaments Prendre conscience que l'on a des traditions de partage (de mutualisation) et des savoirs (que ces derniers sont gros de nouveautés et de changements de paradigmes), c'est une première manière de libération. Ceci n'est pas une négation de la valeur intrinsèque du médicament occidental «essentiel» mais une critique de la manière dont il est partagé. En particulier, alors que la CBD (Convention sur la diversité Biologique) ouvrait à l'occident les portes d'un eldorado pharmaceutique (A :accès) et promouvait le partage des avantages(pa), la question du partage des savoirs occidentaux n'était guère évoquée. Dans notre lettre 13, nous évoquions cette question du partage des connaissances : Il y a des connaissances protégées par le plus grand secret (par exemple, des secrets de fabrication), des connaissances qui ne sont accessibles qu au prix d un droit d entrée,une licence sur brevet,des connaissances disponibles mais qui s érodent (elles sont locales et traditionnelles le plus souvent mais subissent la concurrence des technologies importées, disparaissent avec l exode rural), des connaissances qui sont à la fois disponibles et d une grande richesse : patrimoine, connaissances partagées et produites par les communautés. En quoi cette distinction entre les biens affecte-t-elle les relations Nord-Sud? On constate que les gouvernements du Sud entreprennent une série d'actions qui vont dans le sens d'un changement des rapports de force face au médicament. 1. La question des médicaments contre le SIDA, une question considérable que nous n'aborderons pas ici,est l'histoire d'une longue guerre où les pays du Sud ont conquis quelques droits.mais la question est trop importante pour être traitée en quelques lignes. Notons seulement l'effort de tirer parti des «flexibilités» de l'accord sur les ADPIC pour améliorer l'accès au traitement VIH. 2. La question d'une mise en commun des centrales d'achat par les pays de la communauté de l'est Africain 28. Réunis, ils prennent conscience d'un pouvoir de négociation afin d'obtenir une amélioration des termes de l'échange face aux grands compagnies transnationales.ces pays sont le Burundi, le Kenya, le Rwanda, l Ouganda et la République Unie de Tanzanie et de Zanzibar. 3. Une réflexion se mène sur la crise au sein de l'oms, dont le budget provient à 80%, de sources volontaires, privées ou publiques. Les États membres n'interviennent que pour 20%. 26 Notion développée par exemple, par R. Zerbo, B. Dujardin et al., Analyse qualitative de l'estime de soi dans la pratique professionnelle des agents de santé dans les pays en développement.rapport d'enquête, ESP-ULB, Mars Question de libération aussi. 28 Regional pooled procurement of medicines in the East African Community, Nirmalya Syam, South Centre,2014,39 p.

8 Comment les priorités peuvent-elles être définies par ces États sans qu'ils aient un contrôle total sur le budget? Le papier évoque ensuite, sur la base de la Constitution de l'oms, l'inter-relation entre la santé et les droits humains. La santé doit donc être considérée dans sa complexité, sa totalité, de manière «compréhensive», pour parler comme les Anglo-saxons. Ce droit à la santé est un droit social que reconnaissait dans sa Constitution, le Mexique, dès Droit reconnu par l 'OMS,elle-même en 1993, qui décidait d'en tenir compte dans son programme. Une autre question (ou plutôt, une constatation ) est posée par le Rapport de la CIPIH (Commission on Intellectual Property, Innovation and Public Health). Pourquoi les actions de R&D (Recherche et Développement) négligent-elles des maladies qui tuent 10 millions de personnes par an, dont 90 % proviennent de PVD? Les droits de propriété intellectuelle (PI) tels qu'ils existent ne sont pas adaptés à ces marchés dont les possibilités de paiement sont faibles ou incertaines. Le modèle PI n'est pas favorable à l'innovation dans ces pays. Il faut un autre mécanisme, une autre stratégie qui promeuvent à la fois, l'innovation et l'accès à ces médicaments qui frappent de manière disproportionnée, les PVD. Le droit à la santé n'est pas dissociable du droit aux médicaments. C'est pourquoi il faut donner à l'oms, une autre instrument, contraignant, qui rencontre ces nouvelles priorités. Elles reposent sur 3 piliers : Donner la priorité aux actions de R&D basées sur des critères de santé publique. Coordonner la recherche publique en médicaments. Assurer un financement solide (sustainable) 29. Conclusions. Dans leur livre, Dusoulier, Rugarabura et Zawadi évoquent la démarche «verticale» promue par certaines ONGs humanitaires. De nombreux paramètres sont négligés par exemple, la pauvreté et la malnutrition, l environnement pour rencontrer les «attentes 30» des patient Nous disions aussi que l approche : «un agent pathogène, une maladie» est décidément trop limitée et B. Dujardin qualifie cette démarche d' «approche pastorienne». Il l'oppose à une «démarche systémique ou holistique». Ces deux démarches sont opposées sur la base de nombreux critères : quel est leur objet? comment établir des priorités, les choix socio-culturels? quels sont les bénéficiaires les acteurs, les perspectives d'action? comment sont produites les connaissances? quel type d'évaluation? quels sont les relations de pouvoir, les intérêts financiers en cause,le type de planification,les instruments utilisés,...les effets pervers?... Enfin, Oui, (et de mon point de vue,fort extérieur), les mutuelles de santé peuvent être un instrument de partage des risques (financiers, notamment) mais aussi des «chambres» ou des kagala de partage des savoirs. La pédagogie des opprimés (P. Freire) peut être un excellent instrument de lecture (des réalités, de l'environnement physique, social,...), de conscientisation. Mais il faut savoir que l'afrique a aussi 29 Rethinking global health : a binding convention for E&D for pharmaceutical products, G.Velasquez and X. Seuba, South Centre 2011,13p. 30 Pour parler comme B. Dujardin qui donne comme titre à son livre : politiques de santé et attentes des patients, Karthala, Il n'utilise pas le mot «besoins» car qui définira les besoins? Mais qui définira aussi les attentes, sinon les malades et leurs représentants, les mutuelle de santé?

9 ses manières à elle de lire, de discuter, d'apprendre,...la méthode de P. Freire se doit de les rencontrer et de se métisser! M. Ansay 20 novembre 2014.

Accès aux antiviraux contre les hépatites dans les pays à bas et moyens revenus : produire localement des génériques. Maurice Cassier CNRS CERMES3

Accès aux antiviraux contre les hépatites dans les pays à bas et moyens revenus : produire localement des génériques. Maurice Cassier CNRS CERMES3 Accès aux antiviraux contre les hépatites dans les pays à bas et moyens revenus : produire localement des génériques Maurice Cassier CNRS CERMES3 Production de génériques dans les PVD et accessibilité

Plus en détail

Savoirs traditionnels et indications géographiques

Savoirs traditionnels et indications géographiques Savoirs traditionnels et indications géographiques Philippe Cadre Responsable de la coopération Afrique, et Océan Indien Sommaire! Elément nouveau! Les mécanismes des DPI! Le besoin! Savoirs traditionnels

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

SOINS DE SANTE EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE & MUTUALISATION

SOINS DE SANTE EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE & MUTUALISATION Conférence de presse du 06/10/2010 14 heures, salle Politkovskaya (PHS 0A50) Parlement européen Bruxelles Contact : 0475.690.461 http://www.vdekeyser.be/ SOINS DE SANTE EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE & MUTUALISATION

Plus en détail

Les gènes africains protègent le commerce des pastèques sans pépin de Syngenta.

Les gènes africains protègent le commerce des pastèques sans pépin de Syngenta. Les gènes africains protègent le commerce des pastèques sans pépin de Syngenta. Article original en Anglais d'edward Hammond (eh@pricklyresearch.com), pour Third World Network Nota : Traduction non-professionnelle,

Plus en détail

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun.

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. 14 ème SOMMET DE LA FRANCOPHONIE Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. (Kinshasa, 12-14 octobre 2012) Point 7 à l ordre du jour sur le thème : «L Afrique dans la francophonie

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Master Economie de la santé et développement international

Master Economie de la santé et développement international Master Economie de la santé et développement international BAC+5 Domaine : Droit, Economie, Gestion Mention : Analyse économique et développement international Organisation : Ecole d'economie Lieu de formation

Plus en détail

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées

Par Maitre Innocent NTAKOBANJIRA BISIMWA. Consultant en Droits des Autochtones Pygmées Garantir un accès aux soins de santé des Peuples Autochtones Pygmées expulsés dans le PNKB dans la province du Sud Kivu : Capitalisation du thème de la journée internationale des Peuples Autochtones 2015

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie. Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains

Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie. Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains Venue: Salle de Conférence Hôtel Gold Crest Quatre Bornes Jeudi 27 août à 14 heures 1 Miss How

Plus en détail

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition.

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Rapport Reda, tableau comparatif Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Alors que Julia Reda appelait à une harmonisation hâtive et à un élargissement

Plus en détail

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre.

C est dans ce contexte que le CIRDES organise une formation régionale sur le thème cité en titre. TERMES DE REFERENCES Cours régional de formation sur la gestion des risques dans les systèmes de production de polycultures-élevage en Afrique sub-saharienne du 12 au 22 mai 2014 1. CONTEXTE L une des

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.10.2012 SWD(2012) 291 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de règlement du Parlement européen

Plus en détail

Master. Dynamiques Africaines MIDAf. Interdisciplinaire et professionnel. devient Université Bordeaux Montaigne

Master. Dynamiques Africaines MIDAf. Interdisciplinaire et professionnel. devient Université Bordeaux Montaigne Master Interdisciplinaire et professionnel Dynamiques Africaines MIDAf devient Université Bordeaux Montaigne Objectifs de la formation La spécialité «Dynamiques africaines» associe l Université Bordeaux

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Leçon : Les dynamiques de développement dans les périphéries. Page 1

Leçon : Les dynamiques de développement dans les périphéries. Page 1 Leçon : Les dynamiques de développement dans les périphéries. Page 1 Problématique : Existe-t-il un modèle de développement pour les pays du Sud? Page 2 Document 1 Evaluation : 1. Présentez le document.(x

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

Le recyclage des médicaments en question

Le recyclage des médicaments en question Le recyclage des médicaments en question On n y pense pas toujours, or il s'agit d'un geste nécessaire pour notre environnement : rapporter nos médicaments inutilisés ou périmés en pharmacie. Avant le

Plus en détail

LES SYSTÈMES DE CONTRÔLE DE QUALITÉ (TELS QUE LE SYSTEME ISO 9000) POUR L'ÉVALUATION DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LE CADRE DU COMMERCE INTERNATIONAL

LES SYSTÈMES DE CONTRÔLE DE QUALITÉ (TELS QUE LE SYSTEME ISO 9000) POUR L'ÉVALUATION DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LE CADRE DU COMMERCE INTERNATIONAL LES SYSTÈMES DE CONTRÔLE DE QUALITÉ (TELS QUE LE SYSTEME ISO 9000) POUR L'ÉVALUATION DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LE CADRE DU COMMERCE INTERNATIONAL F. Gerster Directeur des Services vétérinaires, 4

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Éducation nationale NOR : MENE1007267A ARRÊTÉ du Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de générale et technologique Le Ministre

Plus en détail

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL MPP 2015 35 millions de personnes dans le monde sont touchées par le VIH 28.6 millions devraient bénéficier d un traitement* Pourtant seuls 12.9 millions y ont aujourd hui accès * conformément aux directives

Plus en détail

Réseau sur. Médicaments. l Innocuité et l Efficacité des. Document d orientation pour la présentation de requêtes au RIEM

Réseau sur. Médicaments. l Innocuité et l Efficacité des. Document d orientation pour la présentation de requêtes au RIEM Réseau sur l Innocuité et l Efficacité des Médicaments Document d orientation pour la présentation de requêtes au RIEM Instituts de recherche en santé du Canada Canadian Institutes of Health Research Version

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN

LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN LE CHEMINEMENT COMPLEXE D UN VACCIN Chaîne de production, exigences réglementaires et accès aux vaccins International Federation of Pharmaceutical Manufacturers & Associations LE CHEMINEMENT COMPLEXE D

Plus en détail

CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Introduction

CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Introduction CHARTE MAGHRÉBINE POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Vème Session du Conseil de la Présidence de l'uma Nouakchott, 11 novembre 1992 Traduction non officielle Introduction

Plus en détail

Compte-rendu des ateliers

Compte-rendu des ateliers FORUM DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL LOCAL 2010 2 E rencontre citoyenneté Compte-rendu des ateliers La 2e rencontre du Forum a abordé le thème de la citoyenneté. Cette rencontre s'est déroulé en suivant en partie

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 760 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche Conception d un produit d assurance maladie Bruno Galland Juin 2009 Thème 2-2 La conception

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Sportifs et médicaments Questions et réponses

Sportifs et médicaments Questions et réponses Sportifs et médicaments Questions et réponses Que puis-je faire pour éviter d'être contrôlé positif suite à la prise d'un médicament? Il y a deux façons de se procurer des médicaments : soit sur ordonnance

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

ENSEIGNEMENTS ET SÉMINAIRES

ENSEIGNEMENTS ET SÉMINAIRES CHAIRE ESSEC-AVENTIS ÉTHIQUE & BIOTECHNOLOGIES Dans un marché comme celui du médicament où les clients sont d abord des patients, les biotechnologies sont appelées à répondre à un double défi, à la fois

Plus en détail

Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009)

Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009) Conférence internationale et Assemblée constitutive Réseau Education et Solidarité (RES) (Paris, 14 et 15 mai 2009) Intervention de M. Assane Diop Directeur exécutif Secteur de la Protection sociale Bureau

Plus en détail

Aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce, accès aux médicaments et droits humains Maroc

Aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce, accès aux médicaments et droits humains Maroc Aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce, accès aux médicaments et droits humains Maroc Résumé Avril 2006 1. Le Maroc a pris des mesures ambitieuses pour améliorer l accès

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD. Pour la création du CODETIC

PROTOCOLE D ACCORD. Pour la création du CODETIC NRef RM/SF0704165 PROTOCOLE D ACCORD Pour la création du CODETIC Consortium Mondial pour le Développement Equitable des Technologies de l Information et de la Communication Entre WebForce International

Plus en détail

Protection de la propriété intellectuelle et accès aux médicaments. Dr. Othman Mellouk ALCS Maroc o.mellouk@gmail.com

Protection de la propriété intellectuelle et accès aux médicaments. Dr. Othman Mellouk ALCS Maroc o.mellouk@gmail.com Protection de la propriété intellectuelle et accès aux médicaments Dr. Othman Mellouk ALCS Maroc o.mellouk@gmail.com Réunion du Réseau parlementaire de lutte contre le sida, Casablanca le 27 mars Introduction

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

Directeur Général de l association ALIMA

Directeur Général de l association ALIMA Directeur Général de l association ALIMA L ASSOCIATION ALIMA Lors de la création d ALIMA, en juin 2009, l objectif était de produire des secours médicaux lors de situations d urgences ou de catastrophes

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

la confiance dans l économie de l information

la confiance dans l économie de l information C o n f é r e n c e d e s N at i o n s U n i e s s u r l e c o m m e r c e e t l e d é v e l o p p e m e n t SERVICES fournis La Division de la technologie et de la logistique de la CNUCED propose les

Plus en détail

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER?

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? Résumé des trois enjeux présentés lors de l Assemblée publique du comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles

Plus en détail

Traduire dans l aide sociale

Traduire dans l aide sociale Traduire dans l aide sociale Droits des personnes de langue étrangère et obligations de l état Résumé Jörg Künzli, docteur en droit et professeur, LL.M., avocat, Berne Alberto Achermann, docteur en droit,

Plus en détail

Silence, on meurt! 1

Silence, on meurt! 1 Silence, on meurt! 1 Quatre-vingt-quinze pour cent des personnes infectées par le VIH sont toujours privées de traitement 1. Chaque année, lors de la Journée mondiale du sida, il nous faut regarder les

Plus en détail

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL...

SOMMAIRE PARTIE 1 : POURQUOI «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES»?... 3 PARTIE 2 : EPARGNE/CREDIT DU SYSTEME FINANCIER INFORMEL... Fédération Internationale des Producteurs Agricoles 1 «DONNER DU CREDIT AUX FEMMES RURALES» Ce document fut élaboré dans l objectif d apporter une information la plus complète possible sur le thème du

Plus en détail

Séminaire régional. L achat de services de santé, le financement basé sur les résultats, le financement basé sur la performance ;

Séminaire régional. L achat de services de santé, le financement basé sur les résultats, le financement basé sur la performance ; Séminaire régional L achat de services de santé, le financement basé sur les résultats, le financement basé sur la performance ; Partage des expériences de République Démocratique du Congo, du Burundi,

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

90 ans au service de l'excellence en éducation!

90 ans au service de l'excellence en éducation! Genève, le 19 janvier 2015 Original : anglais 90 ans au service de l'excellence en éducation! SOIXANTE-QUATRIÈME SESSION DU CONSEIL DU BUREAU INTERNATIONAL D ÉDUCATION Genève, 28 30 janvier 2015 VISIBILITÉ

Plus en détail

MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC

MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC MÉMOIRE RELATIF À L ÉVALUATION DU RÉGIME GÉNÉRAL D ASSURANCE MÉDICAMENTS PRÉSENTÉ PAR LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC Québec, le 21 février 2000 2. PRÉAMBULE La Fédération des médecins

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda!"#$%&'()*"#+," &-).!!/&01&23425,)&6778 Données générales du pays Contexte historique des mutuelles

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

Conférence - Débat. «Notes ou pas notes?» «Quelle évaluation pour les élèves?» vendredi 29 mai 2015 Montauban FCPE 82

Conférence - Débat. «Notes ou pas notes?» «Quelle évaluation pour les élèves?» vendredi 29 mai 2015 Montauban FCPE 82 Conférence - Débat «Notes ou pas notes?» «Quelle évaluation pour les élèves?» vendredi 29 mai 2015 Montauban FCPE 82 1/50 Brève présentation 2/50 Thomas CRESPIN 3/50 professeur de mathématiques en collège

Plus en détail

Le mouvement coopératif et mutualiste: un réseau d entreprises et un mouvement ouvert aux autres

Le mouvement coopératif et mutualiste: un réseau d entreprises et un mouvement ouvert aux autres Forum coopératif de la Mauricie Quelles contributions et réponses les coopératives et mutuelles apportent-elles aux défis et enjeux de la société dans ma région et à ceux de la société québécoise? Le mouvement

Plus en détail

REFLEXIONS POUR LE DEVELOPPEMENT D UNE PRATIQUE DE CONCERTATION PROFESSIONNELLE ENTRE MEDECINS ET PHARMACIENS DANS L INTERET DES MALADES

REFLEXIONS POUR LE DEVELOPPEMENT D UNE PRATIQUE DE CONCERTATION PROFESSIONNELLE ENTRE MEDECINS ET PHARMACIENS DANS L INTERET DES MALADES REFLEXIONS POUR LE DEVELOPPEMENT D UNE PRATIQUE DE CONCERTATION PROFESSIONNELLE ENTRE MEDECINS ET PHARMACIENS DANS L INTERET DES MALADES Le médecin et le pharmacien bien que fréquentant souvent des facultés

Plus en détail

REVENDICATIONS PARTICULIÈRES : NÉGOCIER L ACQUITTEMENT DE LA DETTE NATIONALE DU CANADA

REVENDICATIONS PARTICULIÈRES : NÉGOCIER L ACQUITTEMENT DE LA DETTE NATIONALE DU CANADA REVENDICATIONS PARTICULIÈRES : NÉGOCIER L ACQUITTEMENT DE LA DETTE NATIONALE DU CANADA Chef Maureen Chapman Comité des Chefs sur les revendications Mémoire prébudgétaire au Comité permanent des finances

Plus en détail

50 ans de Fédération internationale

50 ans de Fédération internationale Les Analyses 2014/32 50 ans de Fédération internationale Qu est-ce qui a changé? ACRF Lors de sa dernière Rencontre mondiale de mai 2014, la Fédération Internationale des Mouvements d Adultes Ruraux Catholiques,

Plus en détail

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-quatrième session 1 er -12 mars 2010 Point 3 a) de l ordre du jour Suivi de la quatrième Conférence

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation Charte ICOMOS Pour l interprétation et la présentation des sites culturels patrimoniaux PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et

Plus en détail

Regional Seminar for Certain African Countries on the Implementation and Use of Several Patent-Related Flexibilities

Regional Seminar for Certain African Countries on the Implementation and Use of Several Patent-Related Flexibilities REPUBLIC OF SOUTH AFRICA Regional Seminar for Certain African Countries on the Implementation and Use of Several Patent-Related Flexibilities Topic 9: The Use of Compulsory Licenses Durban, South Africa

Plus en détail

Article 1 er. Code de la santé publique Texte précédent. Nouveau texte. 28/11/2012 Evelyne Pierron Consultants. Article R5121-25

Article 1 er. Code de la santé publique Texte précédent. Nouveau texte. 28/11/2012 Evelyne Pierron Consultants. Article R5121-25 Tableau comparatif Décret n 2012-1244 du 8 novembre 2012 relatif au renforcement des dispositions en matière de sécurité des médicaments à usage humain soumis à autorisation de mise sur le marché et à

Plus en détail

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Communiqué de presse L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Objectif : Aider les managers à gérer la diversité religieuse au quotidien Alors que la question de l expression religieuse

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE

L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L AIDE AU DÉVELOPPEMENT FRANÇAISE L Aide publique au développement (APD) désigne les dépenses publiques au bénéfice des pays en développement dont le but essentiel est de favoriser le développement économique

Plus en détail

Communiqué. Emmaüs sans frontières. 31 mai 2011. Centre socio culturel. Thann EMMAÜS CERNAY. Rendez vous le 31 mai à 14h. Centre socio culturel

Communiqué. Emmaüs sans frontières. 31 mai 2011. Centre socio culturel. Thann EMMAÜS CERNAY. Rendez vous le 31 mai à 14h. Centre socio culturel Emmaüs sans frontières Communiqué 31 mai 2011 Centre socio culturel Thann ************************ CERNAY EMMAÜS A l occasion de la tournée de mobilisation d Emmaüs International, EMMAÜS CERNAY accueillera,

Plus en détail

Master Santé publique

Master Santé publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Santé publique Université Toulouse III- Paul Sabatier- UPS (déposant) Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

PREFACE LA MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA. Hon. Dr Sabine NTAKARUTIMANA. ième

PREFACE LA MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE ET DE LA LUTTE CONTRE LE SIDA. Hon. Dr Sabine NTAKARUTIMANA. ième PREFACE ième Le Ministère de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida présente la 7 édition de la Liste Nationale des Médicaments Essentiels en exécution de la Politique Nationale de Santé. Il s'agit

Plus en détail

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Das Urheberrecht in einer digitalen Umwelt: die Positionen der IFLA und der UNESCO Jean-Philippe Accart Information

Plus en détail

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES Ce code fait partie intégrante du règlement de l'association des

Plus en détail

ESA DES BIBLIOTHÈQUES NUMÉRIQUES POUR LES ÉTUDIANTS AFRICAINS UN PROJET D ENTREPRENEURIAT SOCIAL

ESA DES BIBLIOTHÈQUES NUMÉRIQUES POUR LES ÉTUDIANTS AFRICAINS UN PROJET D ENTREPRENEURIAT SOCIAL ESA DES BIBLIOTHÈQUES NUMÉRIQUES POUR LES ÉTUDIANTS AFRICAINS UN PROJET D ENTREPRENEURIAT SOCIAL Résumé Le projet vise à offrir aux étudiants des universités et des écoles d enseignement supérieur d Afrique

Plus en détail

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS Positionnement en vue de la session spéciale des (22 septembre 2014) 2 1. FACE À UN AVENIR INCERTAIN, LES GOUVERNEMENTS DOIVENT SE REMOBILISER

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Table ronde ReMed «Améliorer l acc accès aux soins des Femmes et des Enfants» Paris, 4 novembre 2011 Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Jean-Marie Trapsida Coordonnateur,

Plus en détail

Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger

Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger ORDRE DU JOUR 10 h Introduction 10 h 10 Aperçu des organismes de bienfaisance et des organismes sans but

Plus en détail

La culture : quatrième pilier du développement durable

La culture : quatrième pilier du développement durable La culture : quatrième pilier du développement durable S'appuyant sur le travail mené de longue date par la Commission de culture de CGLU, sur la Déclaration universelle de l'unesco sur la diversité culturelle

Plus en détail