Les Mutuelles de santé et la mutualisation des savoirs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les Mutuelles de santé et la mutualisation des savoirs"

Transcription

1 Les Mutuelles de santé et la mutualisation des savoirs Nous voudrions jeter un regard sans doute un peu décalé sur le rapport entre mutuelles de santé et savoirs, particulièrement dans le contexte de Bukavu (Sud Kivu) que je connais un peu suite à une longue collaboration (25 ans) avec Augustin Cihyoka au sein du groupement «Kagala», échanges entre agriculteurs et éleveurs. Échange de produits, de travaux mais aussi de savoirs. Collaboration aussi avec PRELUDE International : J. Ki-Zerbo honorait nos colloques de sa présence. «Au bal des oiseaux, apporte des graines». Mais je voudrais en revenir à la question qu'évoque l'excellent livre de Dusoulier, Rugarabura et Zawadi 1, qui est en fait, celle de l'intrusion d'une puissance occidentale avec des pratiques, des savoirs «exogènes». Une certaine action humanitaire 2 menée au nom du «devoir d'ingérence» sort de son cadre précis d'intervention, s'installe dans la «maison africaine», y dicte ses recettes, y distribue ses savoirs (en particulier quand un médicament représente une «pépite» de savoirs) et puis s'en va. La maison «dérangée» doit se reconstruire à partir de ses propres savoirs et des emprunts nécessaires qu'elle aura choisis (J.Ki-Zerbo). La maison africaine, c'est en particulier l État, les communautés dont il a la charge, la société civile, les représentants élus, les sociétés traditionnelles ou nouvelles. On peut considérer que le mouvement mutuelliste est un de ces intermédiaires entre l État et les gens.. Quel est son rôle? Nous voudrions examiner ce rôle à partir de 3 points de vue : 1. L'Afrique a une tradition «mutuelliste» à laquelle le livre de Dusoulier et al. rend hommage mais ces traditions gagneraient à être mieux étudiées. 2. L'Afrique a des traditions et des savoirs en matière de médecine. 3. L'exemple de pays voisins, de l'est Africain, montre que quelques actions menées en communauté des pays de la zone peuvent alléger le poids de la dépendance par rapport, notamment, aux importations de médicaments. 1. L'Afrique a des traditions mutuellistes (On peut mutualiser beaucoup de choses!). Citons seulement les tontines et ses multiples variantes, le sou du pagne,les caisses villageoises,...dédiées au micro-financement. les chambres de débats traditionnels, les barzas 3,tels que le Kagala 4 à Bukavu,le Kyaghanda 1 «Le cadeau empoisonné, ONG et soins de santé à l'est du Congo», Couleurs Livres, 2014, 154 p. 2 On peut certes se demander si cette stratégie d'intervention dans la santé des gens ne participe pas aussi de la thématique en honneur dans les think-thank internationaux «(Re-)construire les États, une nouvelle frontière de l'ingérence».c'est dénoncé avec vigueur par F. Polet dans un éditorial de la Revue «Alternatives Sud, 2012, 19/1» qui porte ce titre.cette doctrine d'intrusion offre pas mal de nouvelles utilités au monde occidental : «maintien de la paix et de la sécurité humaine, lutte contre la pauvreté, mise en œuvre d'un contrôle territorial visant à contenir les pathologies sociales...». 3...dans une version élargie à l'ensemble de la communauté : femmes, enfants, ethnies minoritaires,... 4 Le kyaghanda est une maison où les hommes se rencontrent pour traiter des problèmes qui concernent et engagent la vie communautaire. Tous ces éléments sont réunis pour que le kyaghanda soit un lieu de communication totale, au service de la société.

2 à Butembo 5, le Ndaro...Comme le dit Kambalume Kahindo Raphaël, de l' UCG Butembo 6, «tous les éléments sont réunis pour que le kyaghanda soit un lieu de communication totale, au service de la société. On y discute de paix mais aussi de maladies, on échange des savoirs, on confronte les savoirs». les espaces de paix à Bukavu 7, ce sont des lieux de rencontre où l on échange : nouvelles, produits, recettes, De cette confrontation des savoirs entre paysans, il importe peu que ces savoirs soient d'origine locale(reconnaissant la diversité ethnique) ou occidentale, la méthode d'augustin Cihyoka est exemplaire 8. 5 Le kyaghanda est une maison où les hommes se rencontrent pour traiter des problèmes qui concernent et engagent la vie communautaire. Tous ces éléments sont réunis pour que le kyaghanda soit un lieu de communication totale, au service de la société. 6 Kambalume Kahindo Raphaël,UCG Butembo, RDC 7 Un rite aujourd hui surpassé, mais resté frais dans la mémoire des vieilles générations, donne un autre sens au Kagala, cette fois avec un sens très dynamique dit : «Kuj ekagala», aller au Kagala. En ces temps, les bergers organisaient chaque année la fête du lait. Tout se déroulait dans la prairie. Le moment de la grande production venue, la collecte faite, les villageois agriculteurs et éleveurs sont conviés à la célébration. Chacun y va avec son panier plein de vivres ou d idées innovantes pour agrémenter la fête et les échanges. Le partage du lait et des céréales est suivi des débats/échanges sur la biodiversité (ebigeragera) et la protection de l environnement. La pratique Kagala élargie à la prairie a eu le mérite d avoir pris en charge la formation de la jeunesse rurale dans une sorte d école traditionnelle, celle du berger. Ces deux attitudes ont aidé à façonner les dimensions préliminaires de la démarche Kagala. Actuellement, le Kagala est d abord une démarche tirée de la tradition profonde du peuple Shi au Kivu, une approche de développement humain. Et davantage, un réseau de recherche à la base regroupant les sachants et les scientifiques sur la question de la biodiversité, de la coexistence pacifique entre l homme et son environnement, des ressources naturelles (l eau, l animal, la plante et la terre ), enfin des traditions et valeurs de paix qui sous-tendent les rapports humains. Aller au Kagala «Kuj e Kagala». 8 Cette rencontre des savoirs est représentée par une image et son commentaire : une méthode aussi (Augustin Cihyoka). Sur cette photo, la case du paysan est représentée par 3 piliers verticaux que viennent ceindre des cercles concentriques. Sur ces derniers, des feuilles de papier sont accrochées.leur nombre est important à la base puis va diminuant en atteignant les étages supérieurs. Au sommet, ne restent plus qu'un ou deux papiers. Que sont ces papiers? Ils représentent les apports, idées, recettes,...de

3 2. L'Afrique a des traditions et des savoirs en matière de médecine. Traditionnellement, l'afrique a une conception plus holiste, plus globale de la santé. Par exemple, soigner 4 fois : «la terre, la plante, l'animal, l'homme» (A.Cihyoka). De cette inter-connexion du vivant,témoigne encore ce proverbe Burkinabe : «la vache nourrit la plante, la plante nourrit la vache». L approche : «un agent pathogène, une maladie» est décidément trop limitée. De nombreux paramètres sont négligés par exemple, la pauvreté et la malnutrition, l environnement. (Pauvreté, environnement pollué, mauvais état de santé sont trois faces d une sorte de malédiction). En Afrique et en Asie, 80 pour cent de la population continue d'utiliser des médicaments traditionnels plutôt que des médicaments modernes pour les soins de santé primaires écrit Prya Shetty qui développe ce point de vue dans un article de Sci.DeV.Net (30/06/10). Cette parution consacre un dossier à la médecine traditionnelle. L Éditorial de Sian Lewis et David Dickson est intitulé «Les impératifs qui plaident pour la médecine traditionnelle» 9. Pour les auteurs, l'héritage colonial s'est accompagné de la marginalisation et du dénigrement de la médecine traditionnelle (MT 10 ). Mais on constate un renouveau de l'intérêt porté à la médecine traditionnelle, de la nécessité de l' intégrer dans les systèmes de santé nationaux, notamment suite à la conférence de Beijing (2008). L'impératif de rencontrer les ODM (objectifs du Millénaire) n'est pas étranger à ce renouveau d'intérêt. La question est complexe, les éditorialistes présentent une série d'auteurs dont les contributions seront brièvement rapportées. Le premier article est de Pryia Shetty 11. Un article fort lourd et bien documenté, clair et concis. Dans les pays développés, les médecines «autres» se créent une place enviable 12. En résumant le point de vue de l'auteur : La médecine a besoin de nouveaux médicaments et c'est particulièrement le cas avec des maladies présentant une résistance caractérisée à des médicaments usuels. La sécurité et l'efficacité en MT exigent des tests rigoureux pas toujours faciles à mettre en œuvre. L'auteure compare MT et médecine moderne d'une série de points de vue : protection des connaissances, formulation, réglementation, essais, dosages, formation,... Elle note le danger de surexploitation de ces ressources naturelles. Elle insiste sur la nécessité pour les PVD de se doter de lois qui protègent les savoirs des communautés locales. Le Pérou est donné en exemple. chacun des participants à l'atelier. Idées, recettes,.. sont évaluées en réunion.quelle recette a donné les meilleurs résultats (concordants,..)? ; est-elle facilement disponible (abondance, biodiversité), utilisable (facilité d'administration,...)?; des savoirs occidentaux divers (ceux du vétérinaire ou de l'agronome ) contribuent-ils à en conforter l'efficacité? C'est un procédé de screening, de tamisage (comme on dit dans l'industrie moderne du médicament) : au sommet ne subsiste que la recette qui a satisfait à tous ces tests évalués en atelier. «Toute réussite dans la recherche action paysanne est symbolisée et fixée sur une des circulaires selon le niveau de validation de ce ce savoir ou de cette prétique vitale» (A. Cihyoka Mowali) «MT» que j'utiliserai indifféremment pour médecine traditionnelle ou médicament traditionnel Mais un phénomène témoigne d une insatisfaction certaine de la part de celui qui se plaint : c est le recours fréquent, de plus en plus fréquent, aux T/MCA (médecine traditionnelle dans la culture d origine /médecines complémentaires et alternatives, dans les pays du Nord). On estime que près 50% de la population des pays industrialisés, 80% des pays africains recourent à l une ou l autre forme de ces T/MCA. En effet, elle est accessible, disponible, acceptable et adaptable.

4 Un autre exemple est l'inde avec le CISR (Conseil indien de la recherche scientifique).il possède une bibliothèque numérique des connaissances traditionnelles (TKLD, Traditional Knowledge Digital Library) forte de 34 millions de pages sur les thérapeutiques traditionnelles. Mieux vaut de la consulter avant de déposer un brevet! Pour Yojana Sharma, 13 peu de médicaments traditionnels sont parvenus à passer les barrières, les obstacles de réglementations rigoureuses. L'Artemisidine fait presque figure d'exception.nous en avons rendu compte dans notre lettre D'autres exemples de médicaments traditionnels? Le Tamiflu (à partir de l'anis étoilé de Chine ; maux d'estomac). Est passé à travers toutes les épreuves avant de se retrouver dans les officines du monde entier. Les molécules actives ont été isolées et étudiées et ont parcouru le parcours (occidental) d'obstacles qui conduit à un enregistrement. La curcumine (extraite de racines de Curcuma) est utilisée depuis des siècles par la médecine traditionnelle en Inde. Une demande de brevet déposée (et même acceptée dans un premier temps) par une société américaine a été annulée et rejetée par le gouvernement indien. Comment un remède (actif par exemple dans la maladie du colon irritable) et qui contient 20 plantes peut-il être examiné et réglementé, selon les critères occidentaux? Au niveau des dosages, Innocent Balagizi ( Bukavu) estime que les feuilles de la variété locale d Artemisia annua sont très riches en principe actif : «les feuilles de chez nous contiennent 0,72% d Artemisinine, alors que celles des plantations européennes (en Suisse) en contenaient 0,58% et celles de la souche originelle viet-namienne, 0,2%». Peut-on envisager des parcours allégés pour certains MT? Il semble que cela soit le cas au vu de la législation de certains pays pour des MT largement répandus et bien connus.l'union européenne pourrait s'aligner et reconnaître les MT qui se sont montrés efficaces ( et sans doute sûrs) pendant 15 ans. Mais cette exigence peut-elle s'appliquer dans un pays de tradition orale? Même si si ce MT est utilisé depuis des dizaines d'années? «Comment pourrez-vous convaincre les guérisseurs traditionnels de monter leur propre documentation sans les amener à penser que vous voulez voler leurs propres connaissances?». Pour Kelly Chibale 15, H3-D,un anti malarique MMV390048, molécule développée en Afrique va entrer dans les essais cliniques de phase 1 ; il pourrait être efficace en dose unique, un gros avantage! Pour elle également, il est nécessaire de créer une base de données sur les médicaments C'est ainsi que Sanofi (un laboratoire pharmaceutique privé)et DNDi (Drugs for Neglected Diseasesinitiative) ont développé un médicament antipaludique dans le cadre d un partenariat public-privé innovant. Ce médicament, une combinaison thérapeutique à base d artémisinine, a été développé pour répondre aux exigences de l OMS. Depuis octobre 2008, plus de 120 million de traitements ont été vendus à fin 2011 à prix préférentiels pouvant aller jusqu au prix sans perte-sans profit et distribués en Afrique sub-saharienne aux organisations internationales (OMS), aux centrales d achat gouvernementales, aux grands financeurs (UNITAID, Fonds Mondial, ). (Sources Sanofi). Ce médicament est appelé «ASAQ» (car il associe un dérivé synthétique de l'artémisinine, l'artésunate* (AS), à l'amodiaquine (AQ) ). Sanofi ayant renoncé à tout brevet sur ce produit, le traitement complet coûte moins de 1 dollar (un peu plus de 500 F CFA) pour un adulte et la moitié pour un enfant. Je ne l'ai jamais vu commercialisé au Burkina. Pourquoi?» (Maurice Oudet, Président de SEDELAN, Burkina Faso). 15

5 de la MT 16. Un expert de l'omc en droits de propriété intellectuelle A. Traubman 17 reconnaît qu'il est devenu difficile de trouver des arguments justifiant une différence fondamentale entre les connaissances dites «modernes» et celle dites «traditionnelles». «Il serait avisé de considérer les connaissances traditionnelles comme des systèmes de connaissances 18 des manières d'organiser et d analyser les faits, et de développer des traitements appropriés - et non pas uniquement comme des filons de données brutes à exploiter». Il s'interroge sur la nature des partenariats 19 respectant les droits de chacun.référence est faite aux APA (accès, partage des avantages) de la Convention sur la diversité biologique (CBD, 1993) qui en son article 1, promeut l utilisation durable et le partage juste et équitable des avantages liés à un accès satisfaisant. De Busban Patwardan et ses collègues 20, nous retiendrons surtout la nécessité d'un système intégratif des connaissances considérant à égalité les deux médecines. «En fait, les recherches faites par l'un de nos groupes ont montré que le concept en ayurvéda du prakirti qui considère l'individu comme un tout - a considérablement aidé les chercheurs biomédicaux à comprendre de nouvelles disciplines telles que la pharmacogénomique 21 (la façon dont la constitution génétique d'un individu influe sur sa réaction à un médicament)». Ils terminent : «en lieu et place de la science qui exploite des ressources naturelles pour de nouveaux éléments, les connaissances traditionnelles pourraient remodeler le monde scientifique en offrant de nouveaux paradigmes et solutions qui élargiront les perspectives et offriront des solutions globales». Mes conclusions au moment de fermer cet important dossier de Sci Dev Net? Il me paraît que le renouveau de la MT 22 s appuie sur plusieurs facteurs! Circonstanciels ( la nécessité, notamment du point de vue des ODM), Pressions économiques (80 % de la population mondiale ; exemple, le marché chinois : énorme!), Impératifs éthiques (la MT est le fait des pauvres 23 ), Prise de conscience de l'énorme injustice faite aux pays pauvres en ce qui concerne l'accès aux soins de santé primaire (Conférence d'alma Ata) et aux médicaments essentiels. Prise de conscience des richesses des pays du Sud en ce qui concerne la biodiversité végétale. Comment concilier A (accès aux ressources naturelles) et PA (partage des 16 N'est-ce pas le lieu de saluer l œuvre pionnière et magistrale de J. Lehmann et M. Baerts qui ont créé une gigantesque base de données PRELUDE, hébergée par le musée royal d'afrique centrale (Tervueren,Belgique). La banque de données PRELUDE regroupe des informations sur l'utilisation de plantes dans diverses médecines traditionnelles vétérinaires et humaines en Afrique C'est nous qu soulignons. 19 «Quel partenariat si toutes les connaissances doivent être partagées?». Je dirais : «quel partage?parts égales ou inégales»? Nous indiquions dans notre lettre 23 la distinction entre pharmacogénétique et pharmacogénomique. L'une parle de la manière dont le corps «traite» les médicaments (ou la nourriture), l'autre de la manière dont ils (les médicaments ou la nourriture) "traitent" le corps. 22 L'Inde se dote d'un Ministre du Yoga annonce le Monde du 10 novembre Il est ministre chargé des médecines et pratiques traditionnelles telles que l'ayurvéda, le yoga, l'unani, le siddha... D'autre part, L'Inde est en passe de distribuer davantage de médicaments génériques à titre gratuit. (South Centre, 27 août, 2012). 23 Ceci ne conteste pas la nécessité de médicaments modernes pour traiter certaines affections!

6 avantages)? Réflexions, batailles juridiques pour que soient reconnus les droits des communautés, notamment quand un remède est utilisé par des communautés depuis des dizaines d'années, malheureusement sans traces écrites! Développements de bases de données (comme en Inde) pour authentifier le droit des communautés à la propriété intellectuelle. Recherches difficiles pour que prenne force un paradigme, celui de la vision holiste (ou prakirti en Inde) qui se veut complémentaire de la vision cartésienne qui caractérise l'occident. Une revendication commune des intervenants est l'intégration des deux médecines. Problème que l'oms a examiné et qui peut se résumer ainsi : La médecine traditionnelle peut-elle être incorporée dans un programme de santé publique? L OMS a développé un programme qui s est donné 4 objectifs identifiés : politique nationale et réglementation : reconnaissance officielle des prestataires et de leurs services ; intégration dans les systèmes de soins de santé nationaux ; répartition équitable des bénéfices 24 ; adéquation des programmes de «capacity building»,. sécurité, efficacité et qualité : fondements, preuves d activité, sécurité, qualité, selon des critères internationaux et nationaux ; absence d une méthodologie de recherche. De plus, celle-ci n est pas encouragée, accès : absence de données fiables; collaboration à établir ou à renforcer entre praticiens allopathes et guérisseurs ; utilisation non durable des plantes de la médecine traditionnelle. utilisation rationnelle : formation inadéquate des praticiens traditionnels ; formation inadéquate des praticiens modernes à la médecine traditionnelle (potentialités, enjeux); peu de communication entre eux ; mauvaise information du public sur un usage rationnel de la médecine traditionnelle. Une telle stratégie est requise si l on veut que la médecine traditionnelle, quittant son statut marginal, acquière un rôle significatif dans un service de soins de santé national. Il faudrait selon nous, définir les champs d'action respectifs : chacune des médecines a ses domaines d'excellence et de bonnes performances et de fausses promesses et de dangers. La question est celle-ci : Dans quelle mesure MT et Médecine modernes (leurs médicaments, pratiques) peuvent-elles co-exister? Dans quelle mesure les mutuelles de santé peuvent-elles s'inspirer de ces savoirs endogènes, de ces pratiques qui font partie de la culture et qui structurent la Weltanschauung des gens, le regard qu'ils portent sur les choses et les situations. 24 La question des droits de propriété intellectuelle est une question difficile que nous évoquerons seulement. Les TRIPS (trade related aspects of intellectual property systems) ne font pas référence à la protection des connaissances traditionnelles et ne reconnaissent pas en tant que tels, les droits des communautés, leur innovation collective développée au cours des temps. En cela les TRIPS qui représentent les intérêts des compagnies et leurs brevets, se distinguent de la convention sur la diversité biologique (CBD). La loi internationale en effet requiert que les parties respectent, préservent et maintiennent les connaissances, les innovations, les pratiques des communautés indigènes et locales tout en conservant leurs style de vie traditionnels.il faut un partage équitable des bénéfices résultant de l utilisation de ces connaissances, pratiques et innovations. 25 Jean-Paul Giroux, dans un entretien à «La Croix» : 40 à 50% des médicaments délivrés avec ou sans ordonnance n'ont jamais fait preuve réelle de leur efficacité. (Allusion au livre de B.Debré et Ph.Even «Guide des 4000 médicaments inutiles ou dangereux» et à son propre livre «Guide des médicaments sans ordonnance, les bons et les mauvais»).

7 Dans quelle mesure les mutuelles de santé peuvent-elles s'inscrire dans une réflexion (conscientisation) qui permette aux populations de développer à la fois un esprit critique, une confiance en soi, une «estime de soi 26», Cette réflexion pourrait s'inspirer de la démarche Kagala (voir plus haut) qui est un bon moyen d'appropriation collective, ancrée sur la culture des gens, telle que l'a développée A. Cihyoka. 3. S'affranchir du joug occidental en matière de médicaments Prendre conscience que l'on a des traditions de partage (de mutualisation) et des savoirs (que ces derniers sont gros de nouveautés et de changements de paradigmes), c'est une première manière de libération. Ceci n'est pas une négation de la valeur intrinsèque du médicament occidental «essentiel» mais une critique de la manière dont il est partagé. En particulier, alors que la CBD (Convention sur la diversité Biologique) ouvrait à l'occident les portes d'un eldorado pharmaceutique (A :accès) et promouvait le partage des avantages(pa), la question du partage des savoirs occidentaux n'était guère évoquée. Dans notre lettre 13, nous évoquions cette question du partage des connaissances : Il y a des connaissances protégées par le plus grand secret (par exemple, des secrets de fabrication), des connaissances qui ne sont accessibles qu au prix d un droit d entrée,une licence sur brevet,des connaissances disponibles mais qui s érodent (elles sont locales et traditionnelles le plus souvent mais subissent la concurrence des technologies importées, disparaissent avec l exode rural), des connaissances qui sont à la fois disponibles et d une grande richesse : patrimoine, connaissances partagées et produites par les communautés. En quoi cette distinction entre les biens affecte-t-elle les relations Nord-Sud? On constate que les gouvernements du Sud entreprennent une série d'actions qui vont dans le sens d'un changement des rapports de force face au médicament. 1. La question des médicaments contre le SIDA, une question considérable que nous n'aborderons pas ici,est l'histoire d'une longue guerre où les pays du Sud ont conquis quelques droits.mais la question est trop importante pour être traitée en quelques lignes. Notons seulement l'effort de tirer parti des «flexibilités» de l'accord sur les ADPIC pour améliorer l'accès au traitement VIH. 2. La question d'une mise en commun des centrales d'achat par les pays de la communauté de l'est Africain 28. Réunis, ils prennent conscience d'un pouvoir de négociation afin d'obtenir une amélioration des termes de l'échange face aux grands compagnies transnationales.ces pays sont le Burundi, le Kenya, le Rwanda, l Ouganda et la République Unie de Tanzanie et de Zanzibar. 3. Une réflexion se mène sur la crise au sein de l'oms, dont le budget provient à 80%, de sources volontaires, privées ou publiques. Les États membres n'interviennent que pour 20%. 26 Notion développée par exemple, par R. Zerbo, B. Dujardin et al., Analyse qualitative de l'estime de soi dans la pratique professionnelle des agents de santé dans les pays en développement.rapport d'enquête, ESP-ULB, Mars Question de libération aussi. 28 Regional pooled procurement of medicines in the East African Community, Nirmalya Syam, South Centre,2014,39 p.

8 Comment les priorités peuvent-elles être définies par ces États sans qu'ils aient un contrôle total sur le budget? Le papier évoque ensuite, sur la base de la Constitution de l'oms, l'inter-relation entre la santé et les droits humains. La santé doit donc être considérée dans sa complexité, sa totalité, de manière «compréhensive», pour parler comme les Anglo-saxons. Ce droit à la santé est un droit social que reconnaissait dans sa Constitution, le Mexique, dès Droit reconnu par l 'OMS,elle-même en 1993, qui décidait d'en tenir compte dans son programme. Une autre question (ou plutôt, une constatation ) est posée par le Rapport de la CIPIH (Commission on Intellectual Property, Innovation and Public Health). Pourquoi les actions de R&D (Recherche et Développement) négligent-elles des maladies qui tuent 10 millions de personnes par an, dont 90 % proviennent de PVD? Les droits de propriété intellectuelle (PI) tels qu'ils existent ne sont pas adaptés à ces marchés dont les possibilités de paiement sont faibles ou incertaines. Le modèle PI n'est pas favorable à l'innovation dans ces pays. Il faut un autre mécanisme, une autre stratégie qui promeuvent à la fois, l'innovation et l'accès à ces médicaments qui frappent de manière disproportionnée, les PVD. Le droit à la santé n'est pas dissociable du droit aux médicaments. C'est pourquoi il faut donner à l'oms, une autre instrument, contraignant, qui rencontre ces nouvelles priorités. Elles reposent sur 3 piliers : Donner la priorité aux actions de R&D basées sur des critères de santé publique. Coordonner la recherche publique en médicaments. Assurer un financement solide (sustainable) 29. Conclusions. Dans leur livre, Dusoulier, Rugarabura et Zawadi évoquent la démarche «verticale» promue par certaines ONGs humanitaires. De nombreux paramètres sont négligés par exemple, la pauvreté et la malnutrition, l environnement pour rencontrer les «attentes 30» des patient Nous disions aussi que l approche : «un agent pathogène, une maladie» est décidément trop limitée et B. Dujardin qualifie cette démarche d' «approche pastorienne». Il l'oppose à une «démarche systémique ou holistique». Ces deux démarches sont opposées sur la base de nombreux critères : quel est leur objet? comment établir des priorités, les choix socio-culturels? quels sont les bénéficiaires les acteurs, les perspectives d'action? comment sont produites les connaissances? quel type d'évaluation? quels sont les relations de pouvoir, les intérêts financiers en cause,le type de planification,les instruments utilisés,...les effets pervers?... Enfin, Oui, (et de mon point de vue,fort extérieur), les mutuelles de santé peuvent être un instrument de partage des risques (financiers, notamment) mais aussi des «chambres» ou des kagala de partage des savoirs. La pédagogie des opprimés (P. Freire) peut être un excellent instrument de lecture (des réalités, de l'environnement physique, social,...), de conscientisation. Mais il faut savoir que l'afrique a aussi 29 Rethinking global health : a binding convention for E&D for pharmaceutical products, G.Velasquez and X. Seuba, South Centre 2011,13p. 30 Pour parler comme B. Dujardin qui donne comme titre à son livre : politiques de santé et attentes des patients, Karthala, Il n'utilise pas le mot «besoins» car qui définira les besoins? Mais qui définira aussi les attentes, sinon les malades et leurs représentants, les mutuelle de santé?

9 ses manières à elle de lire, de discuter, d'apprendre,...la méthode de P. Freire se doit de les rencontrer et de se métisser! M. Ansay 20 novembre 2014.

Médecine traditionnelle

Médecine traditionnelle ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE CINQUANTE-SIXIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A56/18 Point 14.10 de l ordre du jour provisoire 31 mars 2003 Médecine traditionnelle Rapport du Secrétariat SITUATION

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL MPP 2015 35 millions de personnes dans le monde sont touchées par le VIH 28.6 millions devraient bénéficier d un traitement* Pourtant seuls 12.9 millions y ont aujourd hui accès * conformément aux directives

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.10.2012 SWD(2012) 291 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de règlement du Parlement européen

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

GTBAC DE LA COP 9 DE BONN

GTBAC DE LA COP 9 DE BONN DE LA COP 9 DE BONN 2008 À LA COP 10 DE NAGOYA 2010 DE LA COP 9 DE BONN 2008 A LA COP10 DE NAGOYA 2010 INTRODUCTION Du 2 au 8 Avril 2009 tenue au Siège de l Organisation de Nations Unies pour la Science

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Accès aux antiviraux contre les hépatites dans les pays à bas et moyens revenus : produire localement des génériques. Maurice Cassier CNRS CERMES3

Accès aux antiviraux contre les hépatites dans les pays à bas et moyens revenus : produire localement des génériques. Maurice Cassier CNRS CERMES3 Accès aux antiviraux contre les hépatites dans les pays à bas et moyens revenus : produire localement des génériques Maurice Cassier CNRS CERMES3 Production de génériques dans les PVD et accessibilité

Plus en détail

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition

Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire et de la nutrition REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL Systèmes de production agricole et systèmes alimentaires durables au service de la sécurité alimentaire

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

LES SYSTEMES DE SANTE. B.TOUMANION Consultant/ Formateur EHESP Management

LES SYSTEMES DE SANTE. B.TOUMANION Consultant/ Formateur EHESP Management LES SYSTEMES DE SANTE Objectif du cours Il s agit: De définir un système de santé De connaître les objectifs d un système de santé D étudier les moyens et qualités d un système de santé De savoir les différents

Plus en détail

Questions clés pour la consultation élargie

Questions clés pour la consultation élargie Processus de planification stratégique de Terre des Hommes Fédération Internationale Questions clés pour la consultation élargie Beaucoup de progrès ont été accomplis lors de l Assemblée Générale (AG)

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Savoirs traditionnels et indications géographiques

Savoirs traditionnels et indications géographiques Savoirs traditionnels et indications géographiques Philippe Cadre Responsable de la coopération Afrique, et Océan Indien Sommaire! Elément nouveau! Les mécanismes des DPI! Le besoin! Savoirs traditionnels

Plus en détail

Protection de la propriété intellectuelle et accès aux médicaments. Dr. Othman Mellouk ALCS Maroc o.mellouk@gmail.com

Protection de la propriété intellectuelle et accès aux médicaments. Dr. Othman Mellouk ALCS Maroc o.mellouk@gmail.com Protection de la propriété intellectuelle et accès aux médicaments Dr. Othman Mellouk ALCS Maroc o.mellouk@gmail.com Réunion du Réseau parlementaire de lutte contre le sida, Casablanca le 27 mars Introduction

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

ReMeD Réseau Médicaments et Développement EVOLUTION DE L INSPECTION PHARMACEUTIQUE

ReMeD Réseau Médicaments et Développement EVOLUTION DE L INSPECTION PHARMACEUTIQUE ReMeD Réseau Médicaments et Développement Table ronde du 9 novembre 2004 Faculté de Pharmacie Paris V Communication Dr Nicole Ridolphi pharmacien inspecteur général honoraire EVOLUTION DE L INSPECTION

Plus en détail

06/04/2014. Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels pédiatriques

06/04/2014. Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels pédiatriques Pourquoi la sélection de médicaments essentiels est un élément de la politique pharmaceutique nationale? Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels

Plus en détail

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Institut international de recherche sur les politiques alimentaires www.ifpri.org Actualisé le 27 octobre 2007 Préoccupé

Plus en détail

1995, PEKIN (CHINE) / 4E CONFERENCE MONDIALE SUR LES FEMMES

1995, PEKIN (CHINE) / 4E CONFERENCE MONDIALE SUR LES FEMMES 1995, PEKIN (CHINE) / 4E CONFERENCE MONDIALE SUR LES FEMMES La déclaration de Beijing [Pékin] La déclaration en bref La plate-forme d'action de Pékin est issue d'une conférence mondiale sur les femmes

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

PHARMACIE - NIVEAU 2

PHARMACIE - NIVEAU 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION PHARMACIE

Plus en détail

Communication Médecin-Pharmacien

Communication Médecin-Pharmacien Communication Médecin-Pharmacien Prescriptions et Remèdes Médecin-Pharmacien Deux perspectives, un même objectif François Parent, MD, CMFC(mu), FCMF Marc Parent, D.P.H, MSc., BCPS Communiquer... Émetteur

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DE LA COMMISSION SUR LE PROCESSUS DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA REGION DES GRANDS LACS

RAPPORT DU PRESIDENT DE LA COMMISSION SUR LE PROCESSUS DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA REGION DES GRANDS LACS AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA P.O. Box: 3243, Addis Ababa, Ethiopia, Tel.:(251-1) 51 38 22 Fax: (251-1) 51 93 21 Email: oau-ews@telecom.net.et CONSEIL DE PAIX ET DE SECURITE 32 EME REUNION

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

35 projets humanitaires et sociaux

35 projets humanitaires et sociaux PROGRAMME AFRIQUE FONDACIO UN MOUVEMENT AU SERVICE DE l humain L aventure naît à Poitiers en 1974, à l initiative de jeunes adultes qui souhaitaient s engager au service d un monde plus humain. Fondacio

Plus en détail

Discours sur la sécurité alimentaire

Discours sur la sécurité alimentaire Discours sur la sécurité alimentaire L alimentation est le besoin le plus fondamental de l homme. Elle est essentielle à la vie et au développement. Le droit à l alimentation est donc la base de tous les

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Prendre des décisions dans l environnement complexe de la Propriété intellectuelle Pierre BREESE

Prendre des décisions dans l environnement complexe de la Propriété intellectuelle Pierre BREESE Prendre des décisions dans l environnement complexe de la Propriété intellectuelle Pierre BREESE 1. Méthodes des scénarii et gestion de la PI Le dirigeant d entreprise attend du juriste qu il l éclaire

Plus en détail

CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO?

CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO? CONNAISSEZ-VOUS LES APPELS DE LA D.G. SANCO? La Direction Générale de la santé et des consommateurs (DG SANCO) assiste la Commission européenne (CE) dans la mise en œuvre de politiques communautaires afin

Plus en détail

Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives. Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013

Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives. Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013 Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013 1 Programme Présentation du contexte dans lequel s insère le projet Présentation de la mutuelle

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

PROJET D'AVIS. FR Unie dans la diversité FR 2010/0119(NLE) 16.11.2010. de la commission du commerce international

PROJET D'AVIS. FR Unie dans la diversité FR 2010/0119(NLE) 16.11.2010. de la commission du commerce international PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission du commerce international 16.11.2010 2010/0119(NLE) PROJET D'AVIS de la commission du commerce international à l'intention de la commission du développement sur

Plus en détail

ED 2133/12. 4 mai 2012 Original : anglais. Communication de l OIC au Sommet du G 20 Los Cabos (Mexique) 18-19 juin 2012

ED 2133/12. 4 mai 2012 Original : anglais. Communication de l OIC au Sommet du G 20 Los Cabos (Mexique) 18-19 juin 2012 ED 2133/12 4 mai 2012 Original : anglais F Communication de l OIC au Sommet du G 20 Los Cabos (Mexique) 18-19 juin 2012 Le Directeur exécutif présente ses compliments et, conformément à la décision prise

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

WT54 La gestion des sols et politiques foncières

WT54 La gestion des sols et politiques foncières Session 1 La vision chinoise Différence fondamentale entre foncier urbain (propriété de l Etat, pouvant être soumis aux lois du marché) et foncier rural (de propriété collective, sur lequel les paysans

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

FORMATION ET FORMATION CONTINUE DES EXPERTES ET DES EXPERTS AUX EXAMENS

FORMATION ET FORMATION CONTINUE DES EXPERTES ET DES EXPERTS AUX EXAMENS FORMATION ET FORMATION CONTINUE DES EXPERTES ET DES EXPERTS AUX EXAMENS Mandat et offre de l IFFP Formation continue LE MANDAT DE L IFFP Sur mandat de la Confédération, l Institut fédéral des hautes études

Plus en détail

The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs

The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs The Ottawa Hospital / L Hôpital d Ottawa Modèle de pratique infirmière clinique (MPIC) Principes directeurs I. Principes directeurs : Soins infirmiers directs 1. Perspectives du patient et de la famille

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

information SENETOILE.COM Jeudi, 30 Octobre 2014 20:06

information SENETOILE.COM Jeudi, 30 Octobre 2014 20:06 Les ministres des pays de l Afrique Centrale viennent de marquer un pas déterminant vers la création d une économie verte, en particulier l économie du bois Le Gouvernement de la RDC annonce une contribution

Plus en détail

Etat de la connaissance sur la santé des immigrants au Canada

Etat de la connaissance sur la santé des immigrants au Canada Etat de la connaissance sur la santé des immigrants au Canada Marie Hélène Chomienne PLRS 2011 Université d Ottawa IRHM 4E COLLOQUE INTERNATIONAL DES PROGRAMMES LOCAUX ET RÉGIONAUX DE LA SANTÉ (PLRS) 27

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

"High Performance Workplace Event: People mean business"

High Performance Workplace Event: People mean business "High Performance Workplace Event: People mean business" (Cette conférence a été organisée par la Présidence britannique de l'union européenne, avec le soutien de la Commission européenne) Londres, le

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

Atelier thématique «Stratégies de développement durable»

Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Atelier thématique «Stratégies de développement durable» Par Christian BRODHAG École nationale supérieure des mines de Saint-Etienne (France) brodhag@emse.fr Le thème stratégie de développement durable

Plus en détail

Migrations internationales du personnel de santé: Réflexions et positions de la Suisse

Migrations internationales du personnel de santé: Réflexions et positions de la Suisse Migrations internationales du personnel de santé: Réflexions et positions de la Suisse Gaudenz Silberschmidt, Vice-directeur, Office fédéral de la santé publique 12ème Journée de travail de la Politique

Plus en détail

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Enfants de 9 à 12 ans Elèves de l enseignement secondaire inférieur 1 - Aborder le thème de la différence - Quelle place a la personne handicapée dans la société -

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE 93 93 PERMETTRE LE RENFORCEMENT DE LA DÉMOCRATIE LOCALE

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire

Importations parallèles: intérêt du consommateur et intégration communautaire «Le traitement des restrictions verticales en droit comparé de la concurrence» Université Paris II Panthéon Assas & University College London Paris, le 23 mai 2008 Importations parallèles: intérêt du consommateur

Plus en détail

Comment la politique de répartition des bénéfices entre les différentes parties prenantes participe-telle à la gouvernance de l entreprise?

Comment la politique de répartition des bénéfices entre les différentes parties prenantes participe-telle à la gouvernance de l entreprise? Comment la politique de répartition des bénéfices entre les différentes parties prenantes participe-telle à la gouvernance de l entreprise? Denis Hostettler Agent général, Genève Plan de l exposé Brève

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Objet : questionnaire sur l'utilisation des financements précoces pour le climat

Objet : questionnaire sur l'utilisation des financements précoces pour le climat Objet : questionnaire sur l'utilisation des financements précoces pour le climat Monsieur le Président de la République, A travers l'accord de Copenhague, dont les Parties ont «pris note» au sein d'une

Plus en détail

LES MEDICAMENTS VETERINAIRES MODERNES REPONDENT-ILS AUX BESOINS DU MARCHE AFRICAIN?

LES MEDICAMENTS VETERINAIRES MODERNES REPONDENT-ILS AUX BESOINS DU MARCHE AFRICAIN? LES MEDICAMENTS VETERINAIRES MODERNES REPONDENT-ILS AUX BESOINS DU MARCHE AFRICAIN? Dr Gilbert Magand Session 1 : Situation actuelle et spécificité de la distribution et de l utilisation des médicaments

Plus en détail

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS Décembre 2013 Pourquoi un observatoire sur la maltraitance? Sérieux problème Multitude d acteurs Fragmentation Besoin de convergence La maltraitance

Plus en détail

FICHE PEDAGOGIQUE. UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication. ECTS : 7 Déterminante? NON

FICHE PEDAGOGIQUE. UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication. ECTS : 7 Déterminante? NON FICHE PEDAGOGIQUE UE n 736: Eléments de législation appliquée au domaine de la communication Code EPS : 713005U32D1 Section(s) : RP Prérequis : CESS (français) ACTIVITE : Notions de droit appliqué au domaine

Plus en détail

Intervention de l Honorable Gloriose Berahino,

Intervention de l Honorable Gloriose Berahino, Conférence du Réseau des Femmes Parlementaires d Afrique Centrale (RFPAC) «L Accès et le contrôle des ressources par les femmes» Irlande, Dublin, 26 juin 2013 O Callaghan Alexander Hotel Intervention de

Plus en détail

- Référentiel de formation CHSCT -

- Référentiel de formation CHSCT - - Référentiel de formation CHSCT - On peut distinguer quatre grands types de fonctions assurées par les membres des CHSCT : 1) Implication dans la démarche globale de prévention des risques : a) Comprendre

Plus en détail

ASPECTS DU DROIT DE LA SANTÉ JOURNEES SUISSES

ASPECTS DU DROIT DE LA SANTÉ JOURNEES SUISSES ASSOCIATION HENRI CAPITANT DES AMIS DE LA CULTURE JURIDIQUE FRANCAISE ASPECTS DU DROIT DE LA SANTÉ JOURNEES SUISSES 8 12 JUIN 2009 Questionnaire relatif au thème n 3 Droit à la santé et droit de propriété

Plus en détail

GUIDE PÉDAGOGIQUE DE L'ENSEIGNANT pour la FICHE PÉDAGOGIQUE SUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN ÉTHIOPIE

GUIDE PÉDAGOGIQUE DE L'ENSEIGNANT pour la FICHE PÉDAGOGIQUE SUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN ÉTHIOPIE GUIDE PÉDAGOGIQUE DE L'ENSEIGNANT pour la FICHE PÉDAGOGIQUE SUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN ÉTHIOPIE Avec Domaine général de formation Compétences transversales Compétences disciplinaires Scénario pédagogique

Plus en détail

Convention-cadre du Conseil de l'europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société

Convention-cadre du Conseil de l'europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société Convention-cadre du Conseil de l'europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société Faro, 27.X.2005 Préambule Les Etats membres du Conseil de l Europe, signataires de la présente Convention, Considérant

Plus en détail

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages Convention sur la diversité biologique : ABS Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages RESSOURCES GÉNÉTIQUES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES FOURNISSEURS UTILISATIONS CONSENTEMENT PRÉALABLE

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

CONTEXTE ET JUSTIFICATION DU NOUVEAU PROGRAMME D EDUCATION CIVIQUE

CONTEXTE ET JUSTIFICATION DU NOUVEAU PROGRAMME D EDUCATION CIVIQUE CONTEXTE ET JUSTIFICATION DU NOUVEAU PROGRAMME D EDUCATION CIVIQUE La promotion de la culture de la citoyenneté, des Droits de l Homme, de la démocratie et de la paix est l un des grands défis auxquels

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte WP Board 1062/10 17 juin 2010 Original : anglais Projet/Fonds commun F Comité exécutif / Conseil international du Café 21 24 septembre 2010 Londres, Angleterre Amélioration de la transformation et de l

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Fiche d information No 12 : L Organisation mondiale de la propriété intellectuelle et les peuples autochtones

Fiche d information No 12 : L Organisation mondiale de la propriété intellectuelle et les peuples autochtones Fiche d information No 12 : L Organisation mondiale de la propriété intellectuelle et les peuples autochtones Mots clefs et points essentiels Patrimoine culturel Propriété intellectuelle Organisation mondiale

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL Page: 1 de: 5 1. PRÉAMBULE La présente politique s'inspire des articles 10 et 10.1 de la Charte des droits et libertés de la personne qui interdit toute forme de harcèlement, tant social que sexuel. Elle

Plus en détail

Mutuelles de santé L approche du CIDR

Mutuelles de santé L approche du CIDR 1 SYNTHESE DE LA SESSION DE FORMATION SUR «LE DEVELOPPEMENT ET LA VIABILITE DES MUTUELLES DE SANTE EN AFRIQUE» Centre de Formation et d appui Sanitaire (CEFA) Kinshasa, du 2 au 6 juin 2003 Depuis un certain

Plus en détail

LES METHODES MODERNES DE MARKETING PEUVENT- ELLES FAVORISER L ACCES AUX MEDICAMENTS VETERINAIRES EN AFRIQUE?

LES METHODES MODERNES DE MARKETING PEUVENT- ELLES FAVORISER L ACCES AUX MEDICAMENTS VETERINAIRES EN AFRIQUE? LES METHODES MODERNES DE MARKETING PEUVENT- ELLES FAVORISER L ACCES AUX MEDICAMENTS VETERINAIRES EN AFRIQUE? Dr Wilhelm Van Trott Session 1: Situation actuelle et spécificité de la distribution et de l

Plus en détail

Atelier régional pour l Afrique de l Ouest sur l intégration de la nutrition dans le PDDAA

Atelier régional pour l Afrique de l Ouest sur l intégration de la nutrition dans le PDDAA Atelier régional pour l Afrique de l Ouest sur l intégration de la nutrition dans le PDDAA Discours d ouverture de Monsieur Khadim GUEYE, Ministre de l Agriculture du Sénégal Dakar, le 09 Novembre 2011

Plus en détail

Consensus sur les données en Afriques

Consensus sur les données en Afriques Consensus sur les données en Afriques Huitième Réunion annuelle conjointe du Comité technique spécialisé de l Union africaine sur les finances, les affaires monétaires, la planification économique et l

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion Le présent outil de perfectionnement professionnel axé sur l autoréflexion est conçu

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

TABAC ET PAUVRETE EN AFRIQUE

TABAC ET PAUVRETE EN AFRIQUE TABAC ET PAUVRETE EN AFRIQUE Mr DAOUDA ELHADJ ADAM Secretaire general Association pour la Defense des Droits des Consommateurs du Tchad (ADC) Coordonnateur Projet d implementation de la CCLAT en Afrique

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

DISCOURS DU PRESIDENT DU COMITE DE PILOTAGE DU CIFAL OUAGADOUGOU

DISCOURS DU PRESIDENT DU COMITE DE PILOTAGE DU CIFAL OUAGADOUGOU DISCOURS DU PRESIDENT DU COMITE DE PILOTAGE DU CIFAL OUAGADOUGOU Monsieur Carlos LOPES, Directeur Général de l UNITAR et Sous-secrétaire Général des Nations Unies, Monsieur Edwin FORLEMU, Secrétaire Exécutif

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail