Argentine, Brésil, Pérou et Uruguay : Consolidation démocratique et hyper-inflation.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Argentine, Brésil, Pérou et Uruguay : Consolidation démocratique et hyper-inflation."

Transcription

1 Argentine, Brésil, Pérou et Uruguay : Consolidation démocratique et hyper-inflation. Stéphanie Gaudron 1 CEPN (CNRS-UMR n 7115) et GREITD Résumé. La consolidation démocratique en Amérique latine est un défi. D'un côté, la démocratie (re)naît après plusieurs années de dictature. De l'autre, l'hyper-inflation et l'endettement se développent dans les années 1990 et conduisent les gouvernements latino-américains à élaborer des politiques autoritaires délibérément peu consultatives. Cette situation semble paradoxale. Tandis que la population souhaite une intervention étatique vigoureuse, c'est l'autorité coercitive de l'etat qui semble renforcée. L'utilisation abusive des décrets-lois de Fujimori au Pérou et de Menem en Argentine en témoigne et traduit un surcroît de souveraineté qui s'avère socialement et politiquement coûteux. Abstract. In Latin America, the consolidation of democracy is challenged. On the one hand, the region is becoming democratic. On the other hand, the hyper-inflation and the indebtedness in the 1990's lead the governments to elaborate authoritarian and no consultative politics. This situation seems to be a paradox. Whereas people want a strong intervention of the State, the governments harden the coercive authority of the State. The abusive utilisation of the statutory orders by Fujimori in Peru and by Menem in Argentina testifies it and expresses an additional sovereignty which turned to be costly on the social and political planes. Mots-clés : Amérique latine, consolidation démocratique, hyper-inflation, décrets-lois, libéralisme. 1 Docteur en Sciences Economiques et ATER à l'université Paris 13, UFR Sciences Economiques. 1

2 Introduction : la reconstruction de l'etat et la réhabilitation de l'intervention étatique en Amérique latine, en période de consolidation démocratique. Les transitions politiques des années dans les économies latino-américaines se sont déroulées dans des climats de crise et de libéralisation économiques. La question est de savoir si la politique de libéralisation préconisée pour et suivie par ces pays, qui s avère coûteuse pour certains secteurs, ne l est pas aussi sur le plan politique en terme de légitimité. Nous avançons l'hypothèse que les réformes économiques entreprises par la plupart des nouveaux gouvernements démocratiques d'amérique latine ont défié la stabilisation macroéconomique de ces économies et ont fragilisé leur démocratie. Les nouveaux dirigeants ont dû faire face à l'état de crise économique que les gouvernements autoritaires ont laissé en héritage après leur retrait. Les réformes économiques ont été nombreuses et leurs implications sur la disparition de la pauvreté et la distribution des revenus ont été souvent négatives. Ces échecs combinés vont finalement affecter les perspectives de démocratie elles-mêmes. La consolidation et la survie de la démocratie devant être distinguées, les cas de nouvelles démocraties ayant survécu aux crises économiques ne prouvent pas qu'elles soient à l'abris de régressions autoritaires. Diverses politiques d'ajustement ont été mises en œuvre par les gouvernements. Elles visaient à contrôler l'inflation défavorable à l'investissement et à la croissance et à rééquilibrer la balance des paiements.. La stabilisation des prix a constitué un pré requis pour d'autres réformes à venir et devait garantir la relance des exportations. Cependant, le succès escompté de ces programmes est souvent en deçà et "le transfert des ressources du secteur non échangeable au secteur échangeable n'était pas suffisant" (Haggard et Kaufman, 1995, p.315) pour impulser les exportations. L'éducation et la santé ont fortement souffert des restrictions budgétaires et les réductions drastiques des salaires publics ont démotivé les employés de ce secteur. Ainsi, les coûts de court terme engendrés par ces réformes sur l'emploi et les salaires par exemple en dissimulent un autre, celui-là de long terme : la diminution croissante et certaine de la capacité de l'etat à maintenir une stratégie de 2

3 développement cohérente. L'objectif de cet article est double. Nous tentons d'évaluer en Amérique latine 1) la capacité de l'etat à mettre en œuvre une réforme économique permettant de résoudre la crise héritée des régimes autoritaires et 2) les résultats de ces politiques en terme d'efficacité. Puis nous tentons de comprendre pourquoi ces politiques sont peu consultatives et d'en analyser les risques sur le devenir de la démocratie. 1. Efficacité de l'intervention de l'etat et consolidation de la démocratie. a) Inflation et pauvreté en période de consolidation démocratique. Encadré : la notion de démocratisation. La démocratisation est un processus long que l'on peut décomposer en trois étapes : la chute du régime autoritaire, l'apparition de la démocratie et la consolidation de la démocratie. Seule, la seconde étape (l'apparition de la démocratie) est courte. Dates d'apparition de la démocratie dans seize pays d'amérique latine. Pays Dates Argentine 1983 Bolivie 1982 Brésil 1985 Chili 1990 Colombie 1978 République dominicaine 1978 Equateur 1979 Guatemala 1996 Honduras 1981 Mexique 2000 Nicaragua 1984 Panama 1994 Paraguay 1993 Pérou 1980 Salvador 1994 Uruguay 1984 La plupart des pays latino-américains ont subi une hausse des prix extrêmement forte, même si certains ont plus été touchés que d'autres. 3

4 Graphique 1 (a) : évolution du taux d'inflation en période de consolidation démocratique en Amérique latine (1) taux d'inflation en % Argentine Bolivie Brésil années La Bolivie, le Brésil, l'argentine (graphique 1 (a)) ainsi que le Nicaragua et le Pérou (graphique 1 (c)) ont subi une montée des prix extrêmement forte atteignant % en Bolivie en 1987, 3000 % en Argentine et au Brésil en 1990 et 1991 respectivement. Au Nicaragua, le taux d'inflation a atteint 1400 % en 1989 et 8000 % en 1992, comme au Pérou en Il a fluctué sans cesse en Colombie, en République dominicaine, en Equateur, au Guatemala et au Honduras (graphique 1 (b)). Au Chili (graphique 1 (b)), le taux d'inflation diminue progressivement tandis que le pays expérimente une nouvelle démocratie. Graphique 1 (b) : évolution du taux d'inlfation en période de consolidation démocratique en Amérique latine (2) taux d'inflation en % Chili Colombie Rép. Domi. Equateur Guatemala Honduras Mexique années 4

5 Graphique 1 (c) : évolution du taux d'inflation en période de consolidation démocratique en Amérique latine (3) taux d'inflation en % Nicaragua Pérou années Seuls le Panama, le Paraguay et le Salvador (graphique 1 (d)) ne connaissent pas d'hyperinflation, les taux d'inflation fluctuant dans des marges relativement étroites (jusqu'à 20 % pour le Paraguay en 1995) ; leur évolution acquiescent un déclin de la montée des prix en période de consolidation démocratique. Graphique 1 (d) : évolution du taux d'inflation en période de consolidation démocratique en Amérique latine (4) taux d'inflation en % Panama Paraguay El Salvador annés 5

6 Le taux d'inflation uruguayen (graphique 1 (e)) s'est traduit par une forte hausse entre 1994 et 1991, avec une relâche en 1988, en atteignant un pic à plus de 110 %. L'hyperinflation a été maîtrisée à partir de 1991 pour finalement atteindre un taux à un chiffre à partir de Graphique 1 (e) : évolution du taux d'inlfation en période de consolidation démocratique en Uruguay taux d'inflation en % Uruguay années Source des graphiques 1 (a)-1 (e) : à partir du rapport du FMI, L'hyper-inflation a participé à la recrudescence de la pauvreté dans le début de la décennie 1990 est générée par à l'hyper-inflation. Mais celle-ci est ensuite entretenue par les phénomènes de désindustrialisation que connaissent la plupart des économies latinoaméricaines. Le chômage et le sous-emploi s'accroissent. En parallèle, la précarisation de l'emploi s'aggrave. Il est généralement admis que quand un pays pervient à recouvrer une croissance stable, la pauvreté (absolue) diminue par la même occasion. Mais, en ce qui concerne la distribution des revenus, ce postulat n'est pas souvent vérifié. L'affaiblissement de la mobilité des membres des classes laborieuses et moyennes exacerbe les mouvements politiques et sociaux et fournit la justification pour un coup d'etat. Le graphique 2 compare les inégalités des principaux pays d'amérique latine et de l'ocde (Organisation de Coopération et de Développement Economique). 6

7 Graphique 2 : évolution des inégalités en Amérique latine sur les décennies 1970 ; 1980 et indices de Gini en % Argentine Bolivie Brésil Chili Colombie Rép. Domi. Equateur Guatemala Pays Graphique 2-bis : évolution des inégalités en Amérique latine sur les décennies 1970 ; 1980 et indices de Gini en % Honduras Mexique Nicaragua Panama Paraguay Pérou El Salvador Uruguay pays Source : à partir des données du Rapport sur le Développement Humain, 2000 (pour l'amérique latine) et de Higgins et Williamson (1999), (pour les autres régions). Les pays latino-américains ont un indice de Gini moyen supérieur à 48 % en période démocratique, dépassant celui de l'ocde et celui de l'afrique. La moyenne des inégalités en Amérique latine (49,68) est supérieure à celle de l'afrique (46,4). Les inégalités se sont accrues dans la plupart d'entre eux entre les décennies 1970 et Si l'hyper inflation est jugulée dans la plupart des pays d'amérique latine à la fin des années 1980 et au cours de la décennie 1990, les inégalités de leur côté ont atteint des plafonds. Il s'est ainsi dessinée une priorité monétariste -combattre l'inflation. Les 7

8 politiques mises en œuvre après le retrait des régimes autoritaires sont destinées à combattre avant tout l'hyperinflation au détriment de la résolution des problèmes de pauvreté et d'inégalités de revenus. Quelles ont été les politiques utilisées pour maîtriser l'inflation et comment ont-elles pu constituer des menaces pour le processus de consolidation de la démocratie? Nous nous intéresserons particulièrement à quatre pays : le Brésil, le Pérou, l'argentine et l'uruguay. b) L'hyperinflation : la cible numéro un des programmes d'ajustement. La convergence des économies latino-américaines dans les années 1980 et 1990, en terme d'endettement notamment se traduit par l'hyperinflation des années 1980 et l'application de plan d'ajustement fidèles au Consensus de Washington 2. Même si les deux phénomènes sont très liés, l'hyperinflation s'est manifestée inégalement selon les pays et a conduit à des politiques différentes pour y remédier. Revenons sur les deux notions que sont la dette externe et l'hyper-inflation. L'essor de la dette extérieure a été alimenté par le déséquilibre sur le marché international entre l'offre et la demande de liquidités. Ce surcroît de liquidités provoque une hyperinflation. Celle-ci peut être définie par la hausse exponentielle des prix devenus incohérents et par l'effondrement de la valeur de la monnaie qui perd de plus en plus l'exercice de ses fonctions essentielles ; conduisant dans certains cas à la substitution de la fonction de la monnaie nationale par la fonction d'une devise-clé, tel le dollar assurant la fonction de moyen de circulation (Salama et Valier, 1990). La dette conjuguée au déficit fiscal ont un rôle d'autant plus important qu'ils contribuent à l'échec des politiques hétérodoxes de lutte contre l'hyperinflation, via des mesures de relance, en ce sens que l'augmentation du pouvoir d'achat qui en résulte ne se traduit pas par une augmentation de l'épargne, ne permettant pas de pallier le boom de la demande. Juguler l'hyperinflation est 8

9 devenu la cible numéro un des pays d'amérique latine dans les années Le manque de financement externe a conduit les gouvernements de ces pays à rassembler tous les moyens nécessaires pour rétablir la crédibilité du taux de change vis à vis des créanciers internationaux via la stabilisation du cours de la monnaie nationale. Pour cela, certains ont eu recours à des réformes hétérodoxes et d'autres à des plans orthodoxes visant à réduire de manière drastique le taux d'inflation. L'expérience montre que les premières, si elles n'étaient pas accompagnées d'une remise du service de la dette, rétablissant peu à peu l'équilibre externe, n'ont pas eu le succès escompté et que les secondes, réduisant drastiquement la demande, n'ont pas fonctionné ou si elles sont parvenues à juguler l'inflation, cela ne s'est pas fait sans coûts sociaux importants. - Le Brésil, le Pérou et l'argentine : la démocratie menacée par le boom de la demande et le déséquilibre externe. Au Brésil, Sarney, soucieux de pallier l'absence de popularité à son égard, refuse les mesures préconisées par le FMI, et décide en avril 1985 de doubler le salaire minimal du pays que reçoivent 21 sur 50 millions des travailleurs brésiliens. Le plan Cruzado de Sarney, mis en place en février 1986, a pour objet de juguler le rythme de l'inflation (500 % par an) sans récession via la création d'une nouvelle monnaie (le cruzado). Les résultats sont spectaculaires puisque l'inflation atteint 16 % en février L'augmentation du pouvoir d'achat accroît la demande -les recettes publiques ne sont pas suffisantes pour y répondre en augmentant la production- produisant de l'inflation. Les mesures tardives de Sarney visant à augmenter les recettes publiques -via la création d'une taxe sur l'essence, l'alcool, les carburants, etc.- sont insuffisantes pour limiter le rythme de l'inflation. 2 qui contient essentiellement dix réformes : discipline fiscale, rigueur des dépenses publiques, réforme fiscale, libéralisation financière, unification des taux de change, libéralisation commerciale, IDE, privatisation, dérégulation, respect de la propriété privée. Voir O.Dabène (1997). 9

10 Au Pérou, contrairement au Brésil, les réserves de change ont permis l'application d'une politique de relance sous Garcia, dans la fin des années 80. En 1983, la fin brutale du crédit à laquelle s'ajoutent l'accroissement de l'inflation (158 % en 1985) et l'appréciation du taux de change qui sapent la compétitivité du secteur exportateur contribuent à délégitimer le programme d'ulloa (ministre des finances) sous le mandat de Belaunde. Les diminutions des dépenses publiques conduisent à exacerber l'opposition des industriels dans le milieu des années 80. Le changement politique en faveur de la gauche a été permis grâce au discrédit de l'administration Belaunde et de ses mesures orthodoxes. Les nouvelles politiques hétérodoxes visant à réduire les inégalités ont bénéficié du soutien de la population et leur réussite a largement été permise par l'accumulation des réserves de change étrangères pendant les derniers mois du mandat de Belaunde. "Ironiquement, (celle-ci) a apporté une base pour le boom de la demande dans les années de Garcia" (Haggard et Kaufman, 1995, p.189). Contrairement au Brésil, le Pérou a profité de réserves de change et d'une remise du paiement de la dette en 1986 pour pallier l'accroissement de la demande. Mais à la veille de la décennie 90, les réserves s'amenuisent, l'inflation reprend et l'échec de la lutte contre le Sentier Lumineux conduit l'ensemble du gouvernement à démissionner en Ce qui a ouvert la voie au fujimorisme autoritaire que l'on étudiera par la suite. Sept plans au Brésil se sont succédé pour juguler l'inflation sans succès. En 1989, l'inflation atteint 1863 % et 475 % en L'implication du président Fernando Collor (élu en décembre 1989) dans des affaires de corruption l'amène à démissionner en décembre 1992, permettant à Itamar Franco de prendre la succession jusqu'aux élections présidentielles de Durant le mandat par intérim, Cardoso (le ministre des finances) instaure un septième plan qui consiste à introduire dans l'économie une nouvelle monnaie, le Real (la cinquième depuis 1986) et à laisser libre l'évolution des prix et des salaires. Du point de vue de l'inflation, c'est une réussite, le taux atteignant 45,2 % en

11 Au Brésil, les présidents successifs n'ont pas eu recours à une dérive autoritaire comme Menem en Argentine et Fujimori au Pérou, comme nous le verrons par la suite. Toutefois, lors du mandat de Sarney, l'échec des deux plans Cruzado (largement inspiré du plan Austral argentin) et Cruzado II appliqué par Bresser, alors ministre de l'économie (qui ont conduit à une augmentation de l'inflation de 394 % en 1987 à 1863 % en 1989) a provoqué de violentes manifestations et des pillages à Brasilia le 27 novembre 1986 ainsi qu'une grève générale organisée par les syndicats le 12 décembre de la même année. C'est la première grève générale depuis le retour à la démocratie. Les rumeurs de coup d'etat et le soulèvement populaire menaçant la consolidation démocratique conduisent Sarney à écourter son mandat de 6 à 5 ans. Durant les décennies 1980 et 1990, la politique du taux de change a été démesurément utilisée contre l'inflation. L'afflux de capitaux qu'ont pu engendrer la stabilisation du cours de la monnaie et le caractère séduisant des réformes structurelles a pallié le manque d'une politique d'assainissement des finances publiques qui nécessairement devait passer par un remède contre l'évasion fiscale et une réforme de la fiscalité. Il a également compensé dans les premiers temps le déséquilibre des balances commerciales, devenues déficitaires en raison de l'appréciation des monnaies. Finalement, "l'appréciation des taux de change a été utilisée pour faire diminuer l'inflation en lieu et place d'un assainissement des finances publiques" (Dabène, 1997). Le plan Austral du juin 1985, modérément orthodoxe du président argentin Raúl Alfonsin -il consiste en un gel des prix et des salaires, en une augmentation du nombre des privatisations et en une parité fixe de la nouvelle monnaie Austral, ce qui le qualifie de plan hétérodoxe par le FMI qui exigeait notamment du gouvernement argentin une réduction drastique du déficit budgétaire- produit de bons résultats sur l'inflation. Mais celle-ci ne disparaît pas, la surévaluation de l'austral pèse sur les comptes extérieurs et la montée des 11

12 intérêts sur la dette publique sape les efforts des finances publiques. Les manifestations du secteur industriel ont conduit le gouvernement à placer au ministère du travail le dirigeant du plus puissant syndicat d'une entreprise électrique. Mais la décision d'alfonsin de libérer les prix conduit à un discrédit du plan. - L'Uruguay : une crise économique dans un cadre institutionnel unique. Le gouvernement de Sanguinetti conjugue une relance de l'économie par une augmentation des salaires avec un contrôle du déficit qui a pour but de modérer les pressions inflationnistes et de re-créditer l'économie uruguayenne vis à vis des créditeurs internationaux. Malgré l'accord signé avec le FMI, ces mesures permettent au gouvernement Sanguinetti de passer outre les programmes d'ajustement choc. En parallèle, et contrairement à la plupart des autres pays d'amérique latine, les politiques de Sanguinetti reposent sur un cadre institutionnel unique que caractérisent trois aspects controversés : une proposition constitutionnelle permettant les referenda populaires directs sur la législation ; la concession de pouvoirs au président par les réformes constitutionnelles de 1967 (par exemple, le droit de mettre des limites aux propositions législatives et le droit d'appeler à de nouvelles élections législatives durant le mandat présidentiel) ; un système de vote double simultané (depuis 1910) dans lequel les votants élisent à la fois le président et les législateurs en choisissant simultanément (parmi les listes concurrentes) à l'intérieur des partis et entre les partis. En 1985, Sanguinetti a eu la majorité législative mais ne peut pas compter sur le support législatif des listes rivales à l'intérieur de son propre parti. Ce cadre institutionnel établit un équilibre politique. La coopération avec les Blancos a joué un rôle important dans la réduction des menaces émanant des militaires lors d'un referendum sur les accusations d'abus de droits humains commis sous la dictature. En effet, même si les Blancos ont refusé 12

13 l'invitation de Sanguinetti à rentrer dans la coalition du cabinet, ils fournissent l'assurance d'un soutien en s'engageant à éviter les formes d'opposition qui pourraient défier les décisions du gouvernement et la démocratie. En revanche, il n'évite pas les défis provenant de la population via les manifestations des syndicats demandant un moratoire du paiement la dette externe et aux grèves dans le textile, les ports et les chemins de fer suite à la recrudescence de l'inflation à la fin des années 1980 (en partie due à l'instabilité économique argentine qui a conduit les Argentins à consommer ou à placer en Uruguay rendant difficile le contrôle de l'offre de monnaie uruguayenne). Face à cette mobilisation sociale, lorsque les négociations n'ont pas abouti, Sanguinetti a été conduit à utiliser les décrets-lois. Le mariage de la consultation 3 et de l'autorité a largement contribué à la consolidation démocratique et à la re-légitimation de l'etat en Uruguay. Tandis que les gouvernements démocratiques ont recours à l'application de réformes économiques et d'ajustements sévères, l'autorité est souvent requise. 2. Démocratie autocratique ou le danger du surcroît de souveraineté. L'autorité discrétionnaire peut surmonter la résistance de certains intérêts privilégiant le statu quo. Or, l'autorité post-démocratique, dans beaucoup de pays latino-américains reste personnalisée octroyant aux démocraties un caractère charismatique. Les politiques qui incarnent cette autorité demeurent éloignées des demandes nationales exposant plus encore les réformes aux coups d'etat et aux renversements. Si nous définissons la souveraineté comme étant la capacité de l'etat à ne pas céder aux demandes de prérogatives émanant des pressions à la fois internes et externes et à résister aux méthodes coercitives pour régler les conflits (Hershberg, 2000, p.299), alors nous sommes en mesure d'affirmer que, lors des réformes économiques, les nouveaux gouvernements semblent s'être octroyés un surcroît de 3 Lacalle, successeur du président Sanguinetti a par exemple été amené à respecter les résultats (l'échec) du referendum sur les privatisations, en

14 souveraineté en ayant recours aux décrets annonçant des chocs répétés pour contrôler les conflits économiques. Ces mesures provenant du gouvernement sont adoptées sans consultation et annoncées par surprise. Quels ont été les conséquences sur la consolidation des démocraties de ces politiques appliquées par des gouvernements très personnalisés? a) Les démocraties mourantes. Les démocraties mourantes, selon l'expression de O'Donnell, traduisent un manque d'institutionnalisation issu d'un style de politique. En Amérique latine, sont apparus des mouvements politiques, tels le fujimorisme (au Pérou) ou le menemisme (en Argentine), qui prétendent être l'unique incarnation légitime de la nation. Ils ont un contenu autoritaire, antiinstitutionnel et excluant et ne favorisent pas la consolidation démocratique. Tandis qu' "une démocratie est mûre quand on découvre qu'elle sert pour organiser les flux de pouvoir d'une société et lorsqu'on découvre que c'est un avantage pour incorporer voire créer des instances de contrôle, de dialogue et de négociation", la vision totalisante, de mouvement, finalement autoritaire, ne sert pas la démocratie (O'Donnell, 2002). Selon O'Donnell, ces processus de mort lente que vivent certaines démocraties latino-américaines traduisent une corrosion où le peuple perd les libertés, où il se produit une érosion de la légitimité du régime politique, où l'etat n'apparaît pas comme un Etat pour la nation et où les politiques ont un comportement autiste vis à vis de la population. Le danger de ces processus, c'est qu'ils peuvent conduire à une citoyenneté de basse intensité, alors même que les droits politiques sont ce qu'il reste aux populations de ces démocraties mourantes pour y faire face. Durant les années 1970, dans les économies latino-américaines, les bases traditionnelles du pouvoir autoritaire étaient oligarchiques. Pendant la démocratisation, l'apparition des mobilisations populaires, voire populistes, a provoqué une crise de ce modèle de domination. Toutefois, les politiques peu consultatives ne sont pas spécifiques aux régimes 14

15 autoritaires, et la crise économique peut constituer un prétexte qui légitime l'isolation des décideurs vis à vis des lobbies, quelque soit la nature du régime politique. Selon Conaghan, ce qui est frappant durant les années 1980, au début de la période post-démocratique dans les pays des Andes centrales tels l'equateur, la Bolivie et le Pérou, "c'est l'effort de garder les groupes d'intérêts du travail et des affaires hors du processus de prise de décision"(conaghan, 1992, p.231). Ce phénomène traduit l'idée que l'etat aurait intérêt à maintenir une espèce de "mal intégration délibérée" pour garantir l'efficacité externe, selon son terme. L'efficacité interne -celle qui traduit la manière dont les acteurs perçoivent leurs propres capacités à affecter le processus politique- reste problématique. L'isolement de ces acteurs vis à vis des processus de prise de décision peut exacerber la volonté des acteurs à s'unir pour augmenter leur poids et leur influence dans les décisions politiques. Finalement, "les attentes pour la consolidation de la démocratie dépendent initialement de comment les relations entre les groupes (militaires, bourgeoisie, bureaucrates, le monde du travail, etc.) s'unissent devant les conjonctures spécifiques"(conaghan, 1992, p.324). Cette situation, provoquée par l'isolement des politiques vis à vis des acteurs nationaux, tend à exacerber la violence que ceux-ci sont amenés à utiliser pour défendre leurs intérêts. En retour, les gouvernements, pourtant démocratiques, peuvent avoir de plus en plus recours aux méthodes autoritaires pour faire appliquer leurs politiques. C'est ainsi qu'il se produit une érosion progressive de la légitimité des régimes démocratiques contenue dans le processus de mort lente de la démocratie. En Bolivie, par exemple, le "pacte de démocratie" entre le MNR (Mouvement pour la Révolution Nationale de Paz Estenssoro et l'adn (l'action Démocratique Nationaliste) constitue la fondation politique pour la réforme économique dans le pays, en insistant sur le pouvoir exécutif. Le président bolivien Paz profite du soutien apporté par la coalition du MNR-ADN et de la majorité législative au congrès pour utiliser à plusieurs reprises l'autorité (via les états de siège) afin de faire face aux 15

16 nombreuses grèves et manifestations. Le gouvernement a par exemple fermé les sièges des syndicats et a arrêté une centaine de chefs de syndicats. Ces mesures provoquant la fermeture de plusieurs entreprises a réduit la main d'œuvre dans les entreprises publiques de à 7000 entre 1985 à Aussi ont-elles exacerbé la violence citadine et détérioré les relations entre le gouvernement et les travailleurs se plaignant du manque de consultation. Les pays des Andes centrales ne sont pas les seuls à être enfermés dans ce processus. Il s'est produit dans les années 1980 et 1990, dans l'amérique latine de la période postdémocratique ou période de consolidation de la démocratie, un "délitement du tissu social", selon le terme de G.Couffignal et d'o.dabène. Le phénomène traduit le fait que les Etats démocratiques se sont peu à peu défaits de leurs moyens d'intervention de régulation produisant un phénomène d' "abdication d'authenticité démocratique" décrit par Juan Linz (Linz, 1978). La crise économique des années 1980 et la recrudescence de la pauvreté dans les années 1990 ont tendance à remettre en cause l'efficacité de l'intervention de l'etat en régime démocratique et finalement l'efficacité de la démocratie, elle-même. Tandis que les symptômes du délitement social sont les problèmes sociaux, en Amérique latine ceux-ci "ne semblent pas immédiatement menacer l'existence des démocraties, (mais) ils en affectent en revanche la nature" (Couffignal et Dabène, 1997, p.18). Les problèmes sociaux ont augmenté la délinquance et la criminalité dans ces pays et la violence des rues tend à substituer la violence révolutionnaire traditionnelle -les tentatives de (ré)intégration des guérillas ou des minorités régionales aux arènes politiques étant de plus en plus nombreuses (ce qui fut le cas du projet de Fox au Mexique avec les Indiens du Chiapas), même si certaines guérillas perdurent (en Colombie ou au Pérou), celles-ci s'avèrent adopter des pratiques autant mafieuses que révolutionnaires. Face à cette violence, l'etat tend à répondre par un durcissement de la répression menaçant les droits de l'homme. 16

17 Cependant, devant la recrudescence de la pauvreté et l'inefficacité de l'intervention étatique, le durcissement de l'intervention publique, employé au départ dans le but de réprimer la violence des rues -elle-même, comme nous venons de l'évoquer, engendrée par "la mal intégration" des acteurs nationaux dans les processus de prise de décision-, est peu à peu considéré par la population comme un moyen de rétablir l'ordre. Ce qui explique les opinions de moins en moins favorables aux démocraties, comme au Brésil où le pourcentage de ceux qui préfèrent la démocratie à toute autre forme de régime passe de 53 % en septembre 1994 à 46 % en avril Au Chili, la proportion de Chiliens déclarant ne se sentir représentés par aucun parti politique augmente de 44 % à 58 % entre mars et novembre Actuellement, c'est au Chili que l'on relève la plus grande indifférence pour la démocratie : 31 % des Chiliens interrogés soutiennent le régime, alors qu'au Brésil, le pourcentage atteint 37 % (Ventura, 2002) 4. Les Costariciens, dont les institutions démocratiques sont centenaires, estiment à 78 % début 1996 qu'il faut un "homme fort" pour gouverner le pays (Couffignal et Dabène, 1997, p.24). Au Venezuela, en 1998, la population avait confiance dans les forces armées à hauteur de 60 %, alors que le pourcentage concernant le congrès et les partis politiques sont respectivement de 23 % et 15 % (Gaudron, 2001). En Equateur, en 1991, à la question "Toutes choses considérées êtes-vous satisfait ou insatisfait avec la façon dont la démocratie fonctionne dans votre pays? Très satisfait, quelques peu insatisfait, très insatisfait?", 64 % des personnes interrogées ont répondu "quelque peu insatisfait" et "très insatisfait". En Colombie, en 1992, 62 % ont répondu la même chose en Au Pérou, en 1991, à la même question, 58 % des personnes interrogées de la même façon. Et 61 % ont répondu "un changement radical est requis pour notre société" à la question "Parmi les propositions suivantes, quelle est celle qui, selon vous, est la plus proche de votre opinion? Un changement radical est requis pour notre société ; quelques réformes semblent être 4 Pour le Chili et le Brésil. 17

18 nécessaires ; notre société fonctionne bien et aucune réforme ni changements révolutionnaires ne sont requis"(haggard et Kaufman, 1995, p.330) 5. Le durcissement de l'intervention publique contribue à expliquer les succès des mouvements politiques de Carlos Menem en Argentine, d'alberto Fujimori au Pérou réélus en Les mouvements politiques forts développés au cours des années 1990 dans ces pays peuvent en ce sens être considérés comme des réponses aux populations désirant un changement politique radical. Cette situation d'ambivalence des Latino-Américains vis à vis de la démocratie naît ainsi de la recrudescence de la pauvreté et des inégalités sociales dans la région exacerbant à leur tour la violence quotidienne en période démocratique. Le caractère ambivalent de la situation actuelle tient au fait que les populations qui ont participé à la transition démocratique peuvent être aussi ceux qui ont légitimé (en Argentine et au Pérou) ou qui légitiment actuellement (au Venezuela) le retour d'hommes forts ou de mouvements politique très personnalisés. Toutefois, l'ambivalence peut ne pas en être une, si nous ne confondons pas la demande accrue d'etat avec le retour à un régime autoritaire. En réalité, ce que les populations latino-américaines attendent de l'etat c'est qu'il se modernise et "qu'il retrouve sous d'autres formes une capacité à réguler le social" (Couffignal et Dabène, 1997, p.27). Aussi, ne faut-il pas interpréter trop rapidement les sondages précédents comme un désir de retour à l'autoritarisme. Certes, le soutien d'une bonne partie des populations argentine et péruvienne ont permis les réélections de Menem et de Fujimori respectivement. Mais il semble qu'il faille plutôt expliquer ces mouvements politiques personnalisés par une demande d'etat fort. La légitimité de l'intervention publique tient largement à la représentation que se font les acteurs nationaux de l'efficacité de l'intervention étatique. Les pratiques autoritaires des gouvernements démocratiques incarnés par des "hommes forts" sont réellement menaçantes pour la consolidation démocratique si celles-ci sont finalement perçues comme peu efficaces 5 Pour les sondages en Equateur, en Colombie et au Pérou. 18

19 ou si elles ne requièrent qu'une légitimité restreinte. Afin d'illustrer notre propos, procédons à la comparaison de deux pays : le Pérou sous Fujimori et l'argentine sous Menem. b) La concentration exceptionnelle du pouvoir dans l'exécutif : les gouvernements par décrets ou la décrétisation. Il y a différentes sortes de décrets. Les décrets d'exécution (réglementés par une loi dictée par le Congrès) ; le décret autonome (quand l'exécutif régule seul une affaire considérée par la Constitution comme une faculté privée) ; le décret délégué (quand l'exécutif règle des affaires propres au Congrès, en vertu d'une délégation de facultés ordonnées par le pouvoir législatif lui-même) et les décrets d'exception (de nécessité et d'urgence). Mais ces derniers ne sont pas intégrés dans l'ensemble des capacités présidentielles, seuls les trois premiers types de décrets le sont. La fréquence inhabituelle de l'utilisation par le pouvoir exécutif de ces décrets d'urgence et de nécessité notamment au Pérou et en Argentine dans le début des années 1990 est tout à fait remarquable. Ceux-ci sont dictés par le président sans autorisation constitutionnelle ni légale. Elles sont donc considérées comme des initiatives para- constitutionnelles. Selon Rubio et Goretti (Ferreira Rubio et Goretti, 1996), deux facteurs ont contribué à faciliter la concentration du pouvoir dans l'exécutif : d'une part, le contrôle que le parti du gouvernement avait sur les principales institutions publiques comme les chambres du Congrès, la Cour Suprême de Justice, le ministère publique et les organes de fiscalisation et de contrôle. D'autre part, la concentration des attentes envers l'exécutif émergeant de la situation de crise économique. Ces attentes se traduisent dans l'opinion publique par une forte demande de gouvernabilité et d'efficacité dans la recherche de politiques économiques visant à résoudre la crise. Les présidents, à la tête de pays nouvellement démocratiques, ont fait une grande utilisation de ces décrets de nécessité et d'urgence parce qu'ils confèrent à l'exécutif 19

20 une plus grande capacité d'action et de réaction rapide, ce qui lui permet de satisfaire la demande d'efficacité et ainsi de gagner en légitimité. Toutefois, nous verrons que, pour l'argentine, notamment, à peine la moitié de ces décrets sont reconnus par le Congrès comme étant véritablement d'urgence. c) L'efficacité relative du Fujimorisme. Lors des élections de juin 1990, Alberto Fujimori (ingénieur agronome) gagne les élections présidentielles. La politique d'ajustement (le fujichoc) qu'il applique avec l'appui du FMI parvient à juguler l'inflation -le taux ayant atteint 7649,6 % en au détriment des couches les plus favorisées constituant pourtant son électorat populaire. Les programmes de privatisations pour attirer les investissements directs à l'étranger et la récession économique encore très profonde jusqu'en 1993 provoquent de nombreuses manifestations populaires ainsi que des grèves, notamment la grève générale du 18 juillet Aussi augmentent-ils les rangs de la guérilla. En 1991, tous les secteurs publics péruviens sont privatisés. En 1992, l'insécurité est telle que la société étasunienne Business Risk International classe le Pérou en tête des pays à très haute insécurité dans le monde. Fujimori estime que la consolidation de la démocratie doit passer par une pacification de la société. Il décide alors de faire du combat de l'insécurité l'objectif numéro un de son programme, considérant que du rétablissement de la sécurité au Pérou dépend la légitimité de son gouvernement. Pour cela, Fujimori dissout le parlement la même année, réorganise le pouvoir judiciaire, suspend les activités des partis et demande à l'armée de prendre toutes les actions pertinentes pour maintenir l'ordre et garantir la sécurité des citoyens. Le parlement lui confère des pouvoirs exceptionnels dont il fait un usage excessif. Fujimori utilisera 126 décrets-lois entre 1990 et 1995 dont la plupart sont contestés par le parlement. Cet autogolpe (auto-coup d'etat), bien que dénoncé par la Communauté Internationale est largement soutenu par la population et l'armée. Après 20

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

Liste des promesses tenues*

Liste des promesses tenues* 331 Culture Démocratiser l'accès au multimédia. I. CHANGEONS LA VIE QUOTIDIENNE DES FRANÇAIS.7. Assurer notre rayonnement culturel.nous porterons le budget de la culture à 1% du budget de l'etat. Nous

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattache pour ordre au procès-verbal de la séance du 8 juillet 1992. Enregistre a la Présidence du Senat le 28 septembre 1992. PROPOSITION DE LOI

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 22 juin 2011 (OR. en) 11316/3/11 REV 3

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 22 juin 2011 (OR. en) 11316/3/11 REV 3 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22 juin 2011 (OR. en) 11316/3/11 REV 3 UEM 133 ECOFIN 353 SOC 500 COMPET 263 ENV 476 EDUC 143 RECH 179 ENER 180 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet:

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard Note de synthèse : Les avantages et les inconvénients d une politique de changes flexibles La politique de change

Plus en détail

Quel est le "bon" système de Bretton-Woods?

Quel est le bon système de Bretton-Woods? aoűt 9 - N 359 Quel est le "bon" système de Bretton-Woods? Le Système Monétaire International de Bretton-Woods "normal" est un système où le pays dont la monnaie s'affaiblit doit passer à une politique

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner

2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner 224 file:///fichiers/enseignement/site%20web/impression/rmi/fiches/rmi224... 2.2.4. La courbe en J et la condition de Marshall-Lerner Introduction Paragraphe au format pdf L'exemple de l'italie comme les

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne

1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE CHANGE DE LA BCRG, FONDEMENTS ET OBJECTIFS 1- La politique monétaire et de change dans la phase de construction du système financier moderne La politique monétaire et de change

Plus en détail

Trading our health away. Prêts à échanger votre santé?

Trading our health away. Prêts à échanger votre santé? Trading our health away Prêts à échanger votre santé? Plan I. Est-ce grave docteur? 1. Tensiomètre : définir les concepts 2. Documentaire : une pêche d'enfer 3. Quiz : les raisons du libre-échange 4. Photo-langage

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine.

Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine. Valeur refuge ultime, l or physique devrait faire partie de la constitution de tout patrimoine. Depuis des milliers d'années déjà, l'or est un moyen de paiement. Les médias en parlent de plus en plus fréquemment.

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

RELATIONS ECONOMIQUES INTERNATIONALES SYNTHESE

RELATIONS ECONOMIQUES INTERNATIONALES SYNTHESE Université Paris-Dauphine Mars 2009 RELATIONS ECONOMIQUES INTERNATIONALES SYNTHESE Professeur : Jean-Marc Siroën Colin Céline L3 Economie Internationale et Développement La gestion de la crise argentine

Plus en détail

Chapitre 6. Les ministères de la défense

Chapitre 6. Les ministères de la défense Chapitre 6 Les ministères de la défense Atlas comparatif de la Défense en Amérique latine / Édition 2008 80 Conduite institutionnelle Pays Les militaires, peuvent-ils être ministres de la Défense? Quantité

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université)

LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) LE DECRET STATUTAIRE RELATIF AUX ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (par le bureau du Collectif pour la Défense de l Université) Après avoir fait adopter sa loi «Libertés et Responsabilités des Universités» en plein

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

La fiscalité des revenus de l épargne

La fiscalité des revenus de l épargne CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 12 septembre 2002 «Retraite par répartition et compléments de retraite» Document n 9 La fiscalité des revenus de l épargne Conclusion du rapport

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

Les systèmes de taux de change

Les systèmes de taux de change Les systèmes de taux de change Du taux de change fixe au taux de change flottant 2012 1 Introduction Dans une économie globalisée, avec des marchés financiers intégrés, comme celle dans laquelle nous vivons

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette

S-5 Politiques monétaire, du taux de change et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-5 Politiques

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE I - LES SOURCES DU DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE A - La Constitution et le bloc de constitutionnalité Certains grands principes du droit de la fonction publique

Plus en détail

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC Mohamed SBIHI Professeur à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Rabat-Agdal Dans un contexte d ouverture, caractérisé

Plus en détail

4.1.1. Le régime de l étalon-or (1879-1933)

4.1.1. Le régime de l étalon-or (1879-1933) 4.1.1. Le régime de l étalon-or (1879-1933) «L âge d or» (1879-1914) Introduction Pendant des siècles, les échanges commerciaux intérieurs et internationaux se sont réglés en métaux précieux. Jusqu'à la

Plus en détail

15 Les Fonds Petroliers

15 Les Fonds Petroliers CHAPTER IV OIL POLICY IN THE GULF OF GUINEA 15 Les Fonds Petroliers By Albert Yama Nkounga I. Introduction 1. La vulnérabilité des économies des pays producteurs de pétrole aux fluctuations à la baisse

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES.

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. Une approche commune et des engagements des Associations de solidarité internationale et des Syndicats. 2010 Sommaire Préambule, p.2 Le contexte, p.3 Pourquoi

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Le globalisme économique du Royaume-Uni

Le globalisme économique du Royaume-Uni Le globalisme économique du Royaume-Uni Alexis GARATTI Artisan et partisan de longue date de la globalisation, le Royaume-Uni souffre plus intensément des effets de la crise. Malgré ces difficultés, les

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Le nouvel espace politique européen

Le nouvel espace politique européen Frédéric Lebaron à l issue de la séquence électorale récente, en particulier en France et en Grèce, le nouveau champ politique issu de la crise financière se dessine plus clairement en Europe. L Union

Plus en détail

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 1 La Spécialité Section 4 L unité Section 2 L Annualité Section 5 L Universalité Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 6 La Sincérité Raymond FERRETTI 2 Raymond FERRETTI 3 art. 7.I

Plus en détail

Système Monétaire International Et Système Financier International

Système Monétaire International Et Système Financier International Système Monétaire International Et Système Financier International I. Le S.M.I Objet du SMI : c est l établissement de règles relatives aux échanges de biens de services de capitaux entre pays qui utilisent

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

ECONOMIE POLITIQUE Robert PLASMAN 26 MAI 2014 NOM... PRENOM N MATRICULE...

ECONOMIE POLITIQUE Robert PLASMAN 26 MAI 2014 NOM... PRENOM N MATRICULE... ECONOMIE POLITIQUE Robert PLASMAN 26 MAI 2014 NOM... PRENOM N MATRICULE... POLI2 COMM2 SOCA2 Autre (précisez) L examen est coté sur 48 points : 25 pour les questions 1 à 5, 8 pts pour les questions 6 à

Plus en détail

VEILLE SECTORIELLE. 3 ème Trimestre 2013

VEILLE SECTORIELLE. 3 ème Trimestre 2013 VEILLE SECTORIELLE 3 ème Trimestre 213 Novembre 213 EDITORIAL VEILLE SECTORIELLE / 3 ème TRIMESTRE 213 SOMMAIRE Économie Conjoncture Internationale Maintien de la stabilité du cadre économique national

Plus en détail

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain

Analyse et exploitation des données du rapport. du PNUD sur le développement humain Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Analyse et exploitation des données du rapport du PNUD sur le développement humain Novembre 1995 Document de travail n 02 Analyse et

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA)

ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA) ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA) Gino Lambert, M.Sc, Sciences comptables (Chercheur à la Chaire d'études socio-économiques)

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Consolidation budgétaire et croissance économique

Consolidation budgétaire et croissance économique Consolidation budgétaire et croissance économique Gilbert Koenig * La stratégie européenne fondée exclusivement sur des mesures d assainissement des finances publiques s est révélée peu efficace. En effet,

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie?

Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie? Page 1 sur 9 Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie? 2894 avis exprimés Question 1 : D'après ce que vous savez, les mesures contenues dans le "paquet fiscal"

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit.

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit. PROJET DE LOI adopté le 2 juillet 1993 N 113 SENAT DEUXIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1992-1993 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle

Plus en détail

4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies

4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies 4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies L effondrement du système de Bretton-Woods (1965-1971) Le problème de la convertibilité du dollar Le paradoxe de Triffin aurait pu être surmonté par une politique

Plus en détail

CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C.

CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C. CONVENTION REGISSANT L'UNION MONÉTAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE U.M.A.C. Le Gouvernement de la République du Cameroun, Le Gouvernement de la République Centrafricaine, Le Gouvernement de la République du

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

DÉCLARATION DES RISQUES

DÉCLARATION DES RISQUES DÉCLARATION DES RISQUES Tenant compte du fait que CM Marketing Associates Ltd accepte de conclure, à la base de gré à gré ( OTC ) des contrats financiers pour différences ( CFD ) et contrats de change

Plus en détail