CONDITIONS POUR LA CONSOLIDATION DE LA PAIX EN CÔTE D IVOIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONDITIONS POUR LA CONSOLIDATION DE LA PAIX EN CÔTE D IVOIRE"

Transcription

1 CONDITIONS POUR LA CONSOLIDATION DE LA PAIX EN CÔTE D IVOIRE Rapport narratif du Séminaire Abidjan, Septembre 2010 DOCUMENTS 04/2010

2 CONDITIONS POUR LA CONSOLIDATION DE LA PAIX EN CÔTE D IVOIRE Rapport narratif du Séminaire Abidjan, Septembre 2010

3 2010 Institut Català Internacional per la Pau Gran Via de les Corts Catalanes, 658, baixos Barcelone (Espagne) T F Ce rapport narratif correspond au séminaire international «Conditions pour la consolidation de la Paix en Côte d Ivoire» co-organisé par l Institut Català International per la Pau, le Centre de Recherche et Action pour la Paix (CERAP), l Université de Bouaké, et la mission du PNUD en Côte d Ivoire, qui a eu lieu à Abidjan pendant les jours et 29 de Septembre Rapporteurs Ce rapport narratif a été élaboré par Albert Caramés et Didier Sémien. Disposition Fundació Tam-Tam Tous droits réservés

4 S o m m a i r e Introduction Rafael Grasa 5 1. BESOINS POUR LA CONSOLIDATION DE LA PAIX : DU MAINTIEN DE LA PAIX A LA CONSTRUCTION DE LA PAIX 7 Comparaison de processus de sortie de crise en Côte d Ivoire, au Liberia et en Sierra Leone et en Angola 8 La reforme du secteur de la sécurité en Côte d Ivoire 8 2. LE PROBLEME FONCIER 9 La question foncière en milieu rural 9 La politique foncière de l Etat de Côte d Ivoire 10 Les actions publiques face à la problématique foncière en Cote d Ivoire NATIONALITE ET CITOYENNETE IVOIRIENNE 12 Les usages politiques de la nationalité et ses risques pour la société ivoirienne 12 La nationalité ivoirienne: tensions entre les aspects sociologiques et juridiques 13 NATIONALITé entre culture et droits en Côte d ivoire LE REDEPLOIEMENT DE L ÉTAT 15 La Gouvernance locale en zone CNO: Expérience et Implications d une double tutelle administrative 15 Mise en œuvre du DSRP et ressources PPTE: Opportunités pour la reconstruction de la zone CNO et le redéploiement de l Etat? LES JEUNES A RISQUE ET L ORDRE POLITIQUE 17 Les meilleures pratiques de réinsertion de jeunes en Côte d Ivoire 17 La Cote d Ivoire face à l exigence de réinsertion des jeunes comme facteur de stabilité sociale et économique: La nécessité d une approche globale et intégrée 18 La réintégration socioéconomique des ex-combattants des Forces Nouvelles (FN) Conclusions 20 Annexe. Programme du séminaire 22

5

6 Introduction Rafael Grasa President de l ICIP Comme président d une nouvelle institution qui veut travailler sur le seul ivoirien, je vais commencer par rappeler ces paroles attendrissantes qu appartiennent à votre hymne national: Salut ô terre d'espérance; Pays de l'hospitalité. Ensuite, je pense que par courtoisie et correction le mieux sera que je me présente. L Institut Catalan International pour la Paix (ICIP) est un centre qui a été créé en Son but est de promouvoir la culture de la paix en Catalogne, région autonome de l Espagne, et partout dans le monde, faciliter la résolution pacifique et la transformation des conflits, et réussir à ce que la Catalogne ait un rôle actif en tant qu agent de paix. Ainsi, le Parlement de Catalunya avait approuvé la création de l ICIP en décembre Il s agit d un organisme public, mais en même temps il est autonome, indépendant par rapport au Gouvernement catalan et aussi par rapport à la société civil, une institution née de la forte puissance des mouvements sociaux, symbole de la force de la société civil chez nous. L activité de l ICIP s articule autour de trois axes principaux: promouvoir des programmes de recherche et des accords avec des institutions publiques et privées ; encourager la formation sur la paix et la diffusion de la recherche et des connaissances les plus remarquables, non seulement théoriques mais aussi pratiques; et travailler sur le terrain pour la consolidation de la paix et la prévention des conflits. Concernant le troisième axe, l ICIP considère, en effet, que la Côte d'ivoire se trouve actuellement dans un contexte clef en ce qui concerne la consolidation de la paix et la prévention de la violence. Aujourd'hui, le processus électoral, avec le deuxième tour de la présidentielle en deux semaines, concentre tous les efforts en faveur de la sortie de crise et le retour à la paix dans le pays. Ces tensions suggèrent l idée selon laquelle, les principaux acteurs, ne doivent pas seulement chercher les solutions à cette crise politique en Côte d Ivoire dans les éléments principaux inscrits dans l accord de paix d Ouagadougou, mais également dans les causes structurelles qui, déjà dans les années 90, ont déclenché cette situation. Les conflits fonciers, par exemple, notamment dans l Ouest du pays, sont progressivement apparus comme étant le prolongement des effets de déséquilibre politique, économique et social qui ont éclaté dès la fin des années 70 et lors des programmes d ajustement structurel des années 90. Parallèlement à ce constat, les dynamiques de recomposition des relations identitaires entre les autochtones et les allogènes, particulièrement dans les zones CNO, sont des aspects à prendre en considération. Les réflexions et les actions en faveur de la restauration de l autorité de l État de droit, la garantie de l indépendance de la justice, pour l éducation et la sensibilisation sur le sens de la nationalité et la citoyenneté, ainsi que la for- 5

7 mation en participation communautaire sont autant de domaines qui ne sont pas explicitement inscrits dans les accords de paix, mais qui sont nécessaires pour atteindre une paix durable et transparente. Néanmoins, on ne peut pas oublier le travail réalisé, visant à l insertion de ceux qu on appelle «jeunes à risque» et des femmes, de même que la promotion des programmes de reconstruction et de développement post-conflit. Les expériences existantes sur les processus de gestion de conflits suggèrent d établir une transition vers une phase de consolidation et de construction de la paix, en essayant de s attaquer aux racines du conflit pour assurer, sur le moyen et le long terme, la résolution et la transformation du conflit. C est pour cela que l on doit établir une analyse structurelle et non seulement conjoncturelle. Pour tous ces raisons, en partenariat avec le Centre de Recherche et Action pour la Paix (CERAP), l'université de Bouaké et le soutien du PNUD-Côte d Ivoire, que l ICIP avait décidé de mettre en place le séminaire "Conditions pour la consolidation de la paix en Côte d'ivoire". Son objectif c était définir les conditions nécessaires pour développer un processus de consolidation de la paix effective et durable en Côte d Ivoire. On croit qu il s agit d un moment très important pour le processus de sortie de crise dans le pays étant donné le contexte préélectoral où on se trouve. La valeur ajoutée de ce séminaire sera d enrichir la réflexion sur ces questions plutôt renvoyées à un calendrier postélectoral. Sur le long terme, cet enrichissement devrait contribuer à la transformation des conflits et à l amélioration de la situation de la sécurité humaine dans le pays. Sur ces problématiques structurantes pour une paix durable, réfléchir sur les besoins structurels doit servir à entretenir la veille intellectuelle et politique sur des aspects souvent oubliés qui, pourtant, contribuent à miner la société et à retarder le processus de sortie de crise. Pour détecter ces conditions, on avait consolidé la célébration de cinq panels. Un premier panel, cet après midi, plus général, pour discuter la transition entre le maintien et la consolidation de la paix, et qui doit servir à souligner les lignes de travail des panels suivants. Chaque panel a été composé par des différents acteurs intervenants : sur une base académique, le débat sera partagé entre les mêmes académiciens, praticiennes et décideurs nationaux. Finalement, voici le premier résultat : le rapport narratif. Dans aucun cas, l ICIP vise à s immiscer dans le processus de sortie de crise dans votre pays, son bout est de contribuer, dans la mesure du possible à atteindre une paix durable à partir de la discussion des concepts clés qui marquent l histoire en Côte d Ivoire. Avant de finir, je voudrais donner mes reconnaissances au CERAP et à l Université de Bouaké (pour leur tâche dans le cadre de la formation du Comité Scientifique de ce séminaire), à l Ambassade d Espagne en Côte d Ivoire pour la réception et l accueil, au PNUD-Côte d Ivoire, pour leur soutien, et au Goethe Institut, pour l hébergement de nos activités. On espère que ces partenariats ne seront pas ponctuels et qu on pourra continuer à travailler ensemble pour la consolidation de la paix dans votre pays. Finalement, je ne veux pas oublier de remercier tous les participants au séminaire qui, avec leurs différentes contributions, avaient configuré ces deux jours et demi de travail. Merci beaucoup! 6

8 1. BESOINS POUR LA CONSOLIDATION DE LA PAIX : DU MAINTIEN DE LA PAIX A LA CONSTRUCTION DE LA PAIX 1 Quelles sont les leçons tirées des autres expériences dans la transition d un processus de maintien de la paix vers un processus de construction de la paix? Quels sont les principaux enjeux liés à la sortie de crise et à la consolidation de la paix en Côte d Ivoire? Quels enseignements en tirer pour la Côte d Ivoire en particulier et dans une perspective plus générale de consolidation de la paix? Quelle importance doit-on donner aux élections? Quelle est la hiérarchie de priorités et comment doivent-elles être cordonnées? D une façon générale, il s agit de tirer les leçons des sorties de crise en Afrique et ailleurs ainsi que les principaux enjeux liés à la sortie de crise et à la consolidation de la paix en Côte d Ivoire. L idée est de partir d une perspective générale et continentale pour enfin présenter les conditions de consolidation de la paix en Côte Ivoire. Ainsi donc, à partir des expériences de transition du maintien de la paix à la consolidation de la paix dans certaines parties du monde ayant connu des conflits armés, l on devrait être à mesure de tirer des leçons pour la Côte d Ivoire. Le conflit en Côte d Ivoire s inscrit dans le contexte de la mondialisation et de l émergence des nouvelles guerres depuis la fin de la guerre froide. Ce sont pour l essentiel des guerres en pays en voie de développement où les belligérants s affrontent avec des armes légères et de petit calibre. Ces conflits ont des causes profondes qui nécessitent une analyse structurelle et non conjoncturelle. Par conséquent, la consolidation de la paix en Côte d Ivoire devrait être envisagée sur le long terme dans une approche de transformation des conflits et dans la perspective de la sécurité humaine ou paix positive. Cela exige de changer les relations sociales, d envisager une large gamme d activité avec des acteurs divers (l Etat et les communautés de base) dans différents dimensions : politique, structurelle et sociale, tout en considérant l opinion et la possible intervention de tous les acteurs pouvant s y impliquer. Certes, les collaborations extérieures, peuvent aider à reconstruire le lien social, mais cette édification de la paix ne peut être effective qu à partir de l effort des ivoiriens eux-mêmes, de leur culture, de leur tradition et de leur histoire propres. Dans cette perspective, il y a une absolue nécessité de connaître les causes de l éclatement ou de la résurgence des conflits, les raisons d une absence d initiative dans ce sens, de même qu il y a une nécessité d implémenter, dans le moyen terme, les deux stratégies existantes actuellement dans la consolidation/construction de la paix ; à savoir les stratégies politico-institutionnelle et de solidarité locale. 7

9 Comparaison de processus de sortie de crise en Côte d Ivoire, au Liberia et en Sierra Leone et en Angola A partir d une étude de cas sur le continent africain, et dans une perspective historique, il ressort, sur la base des expériences de l Angola et du Liberia, que la Côte d Ivoire peut tirer des leçons pour son processus de consolidation de la paix. En effet, il a été montré que l organisation des élections ne règle pas tous les problèmes à l origine du conflit ou que le conflit a vu surgir. La place et le rôle des élections doivent être reconsidérés en partant du principe qu elles constituent un moment important du processus de paix et non son terme. Dans la mesure où il existe des sociétés où les élections ont été à l origine de la résurgence de la violence, l action politique visant à consolider la paix doit se poursuivre après les élections. Dans cette perspective, le processus de paix doit faire une large place à la société civile (institutions religieuses, organisations internationales gouvernementales ou non gouvernementales non inféodés au pouvoir) et aux initiatives de l Etat soucieux de la bonne gouvernance et de l Etat de droit dans la perspective du bien-être des populations. Cependant, il faudrait éviter de créer des potentats aux sorties de crise et généraliser les leçons apprises des autres processus de paix ailleurs en Afrique. Au contraire, il faut considérer ces expériences comme des réalités propres à des processus se déroulant dans des contextes particuliers, car les contextes historique, politique, social et culturel, sont particulières. Il vaut mieux penser à s en imprégner en les analysant avec la souplesse et en les adaptant au contexte national afin de ne pas commettre les mêmes erreurs. La reforme du secteur de la sécurité en Côte d Ivoire La réforme viable du secteur de la sécurité dans le cadre du DDR est un problème central dans le processus de sortie de crise en Côte d Ivoire. En effet, vu les nombreux dysfonctionnements et l informalisation des organes de défense et de sécurité, il y a un risque de persistance de l insécurité. Bien que le Centre de Commandement Intégré (CCI) qui symbolise la première étape vers l unité de l armée et les Accords Politiques d Ouagadougou (APO) permettent l inclusion de 5000 soldats des Forces Armés des Forces Nouvelles (FAFN) dans l armée, on remarque cependant, que cette armée n a pas de valeur juridique dans la mesure où elle ne sera définitive et effective qu après les élections. De façon plus fondamentale, même si la Côte d Ivoire ne s est pas effondrée-les instruments du pouvoir régalien de l Etat : police, gendarmerie, armée, fonctionnent et sont maintenus- il est impérieux que soit mis en œuvre une stratégie de Reforme du Secteur de la Sécurité (RSS) fiable intégrant la républicanisation des esprits, une professionnalisation et une responsabilisation des forces de défense et de sécurité dont les éléments ne sont pas forcément recrutés sur la base du mérite. Cette initiative, même si elle risque d aller contre les habitudes des soldats et d être interprétée comme une immixtion dans la souveraineté de l Etat, est nécessaire. 8

10 2. LE PROBLEME FONCIER 2 Quelles sont les racines du conflit? Quelle place occupent les ressources naturelles dans la crise ivoirienne? Quels éléments juridiques interviennent-ils? Est-ce un aspect politiquement instrumentalisé? Quels risques la mauvaise gestion des problèmes fonciers à court, moyen et à long terme fait-elle courir à la société ivoirienne? Quels mécanismes de résolution préconiser? Dès le deuxième panel du séminaire, l analyse des causes structurelles du conflit ivoirien est devenue l aspect central. La discussion sur le conflit foncier à été le premier sujet à traiter : le besoin de trouver les racines du conflit, la place occupée par les ressources naturelles, les éléments juridiques qui interviennent, les risques dérivés de la mauvaise gestion des problèmes fonciers à court, moyen et à long terme pour la société ivoirienne, et les mécanismes de résolution à préconiser. Pour les analyser, les trois panelistes on parlé en partant des perspectives sociologique et juridique et présentant les actions de l administration, respectivement. La question foncière en milieu rural Abordée dans une perspective novatrice : celle de la consolidation de la paix, l analyse de la question du foncier rural en Côte d Ivoire a permis d aborder les enjeux anciens et nouveaux du foncier, notamment, la conception traditionnelle de la terre et le contexte identitaire et social. L on retient qu en Côte d Ivoire, pays agricole, la terre est une donnée essentielle dont les enjeux sont politiques, économiques, et sociaux. Par conséquent son contrôle est source de conflits. Plusieurs facteurs d ordre historique, culturel et économique sont à l origine de cette situation : la nature de l Etat, la mise en valeur du pays, le slogan du président Félix Houphouët-Boigny («la terre appartient à celui qui la met en valeur», l immigration massive, etc.). Ainsi, le mode d accès à la terre, se situant dans la logique de rencontre des peuples, est fortement marqué par les différents changements que connaît la société ivoirienne. La première rupture dans le mode d accès à la terre a été le passage du don à la vente. Pour cette raison, le passage progressif de la propriété collective de la terre à une appropriation individuelle est marqué par une compétition de plus en plus forte entre les différents acteurs de l arène 9

11 socio-foncière locale. Dans ce contexte, le foncier demeure ces dernières années au cœur de nombreux conflits dans lesquels sont impliqués plusieurs acteurs. Ces conflits sont des facteurs de restructuration de la zone rurale et participe à la transformation des relations antérieures entre l Etat et les communautés, mais surtout, entre les communautés elles-mêmes (allochtones-autochtones ; allochtones-allogènes, etc.) En conséquence, des stratégies sont mises en place pour s approprier ou occuper des espaces. La loi de 1998 sur le foncier, censée apporter une réponse aux différents conflits ne résout pas tous les problèmes relatifs au domaine du foncier rural. Et il subsiste, d autres problèmes dont celui de l habitat en milieu rural. En fait, partant du fait que la loi sur le domaine foncier rural exclut les «étrangers» de la propriété privée, les autochtones ont eu une perception très large de cette notion exacerbée par les hommes politiques et les cadres. Il ressort donc qu elle demeure limitée dans la résolution des conflits fonciers. De plus, le cadre de sa mise en œuvre, le Programme National de Sécurisation du Foncier Rural (PNSFR) ne couvre pas toute les questions, notamment la question de l habitat en milieu rural. En tout état de cause, le constat général qui se dégage de l analyse de l arène socio-foncière ivoirienne est que tout se noue et se dénoue autour de l arbre, marqueur social de l espace. La plupart des conflits constatés sont cristallisés autour de l accès à la terre pour les cultures pérennes ou la négociation de droits antérieurement acquis sur des terres destinées à ces cultures. La politique foncière de l Etat de Côte d Ivoire Le problème du foncier rural en Côte d Ivoire est la résultante du dysfonctionnement profond des sous-systèmes social, économique, politique et culturel, qui a porté a une situation de crise. La terre apparaît comme un espace aux enjeux sociaux, politiques et économiques et dont le contrôle est source de conflits. L importance de la terre amène l Etat à en assurer la maîtrise sur la quasi-totalité de la terre rurale. Ce qui va naturellement remettre en cause les valeurs du système traditionnel avec son corollaire de dynamique conflictuel. Cela se voit à divers niveau : entre autochtones par l usurpation des propriétés ; entre immigrants et autochtones : l afflux d étrangers créé des problèmes de cohabitation et d autres problèmes connexes (refus de se soumettre aux coutumes locales et rapatriement des revenus, etc.), difficilement accepté par les autochtones. Ensuite, il existe des conflits entre l Etat et les populations locales connus dès la période coloniale avec le droit comme instrument privilégié de la mutation à opérer. La conséquence en est le rejet total des institutions traditionnelles. Aujourd hui, l affirmation de l Etat n a été soumis à aucune réforme et le conflit foncier est une menace pour la sécurité publique de par sa coloration ethnique et politique. La loi n du 23 décembre 1998 portant le code foncier rural de la République de Côte d Ivoire, seul cadre législatif existant pour régler durablement les litiges ayant pour objet le domaine foncier rural intervient dans un contexte historique juridique et social très trouble et confus, marqué par l ambiguïté ; tiraillé entre droit moderne et droit traditionnel. En tout état de cause, la loi sur le foncier rural est non seulement source de conflit entre communauté mais aussi entre l Etat et les communautés, elle est source également de conflit entre le droit positif et le droit traditionnel. 10

12 Les actions publiques face à la problématique foncière en Cote d Ivoire Il existe des actions publiques face au problème foncier : la loi foncière et des décrets qui fixent l organisation, l attribution du foncier, les modalités d application et la procédure de consolidation des droits. Pour la mise en œuvre de la loi n du 23 décembre 1998, le PNSFR est même mis en place en vue de la résolution durable de la question foncière. 11

13 3 3. NATIONALITE ET CITOYENNETE IVOIRIENNE Que veut dire être ivoirien? Quelles en sont ces critères? Quelle est les sources des conflits entre autochtones et allogènes? Comment y faire face? À Quel niveau cette crise sociopolitique affecte-t-elle les relations intercommunautaires? Liée à la précédente question, la nationalité et la citoyenneté ivoiriennes est un thème qui cadre exactement avec l actualité et apparaît de ce point de vue légitime et pertinent. L analyse de ce thème visait à susciter une réflexion sur les conditions et critères d acquisitions de la nationalité, les racines des conflits entre autochtones et allogènes, et ainsi voir à quel niveau cette crise sociopolitique affecte les relations intercommunautaires. Ce panel a voulu analyser la signification «d être ivoirien» et ses critères, la racine des conflits entre autochtones et allogènes et jusqu à quel point cette crise sociopolitique est en train d affecter les relations intercommunautaires. Les usages politiques de la nationalité et ses risques pour la société ivoirienne D un point de vue socio-historique, la nation est un phénomène social historique construit par les groupes sociaux. La nationalité en Côte d Ivoire, pays à fort taux d immigrants parmi sa population (26%), est devenue problématique depuis les années 1990 avec un point culminant en Elle est à l origine de la crise identitaire qui a endommagé l équilibre et la stabilité de la Côte d ivoire. Cette situation est le résultat de l histoire de la nature de l Etat, de l immigration, mais aussi du contexte de conjoncture politique, économique et sécuritaire. Au-delà de sa dimension sociale et administrative, ce sont les usages politiques de la nationalité dès la mort du président Houphouët-Boigny qui ont entraîné la fracture sociale interne et une remise en cause de la citoyenneté en Côte d Ivoire: la tentative de contourner un processus légal complexe d acquisition de la nationalité contrôlé par un parti Etat ; les usages de la politique publique de l étranger (carte de séjour, stigmatisation des étrangers) ; les usages de la nationalité dans le style de management politique. Ce qui a contribué à l instrumentalisation de la nationalité sur la base de ré- 12

14 férents identitaires à l origine de la fracture sociale interne et à la remise en cause de la citoyenneté. En dépit des efforts faits pour y remédier, les compromis politiques (loi , abrogés par la loi et l Accord Politique d Ouagadougou) demeurent inefficaces. La question de la nationalité est utilisée par les différents leaders politiques ivoiriens et dans la gestion de la problématique foncière. C est pourquoi dans le cadre de la consolidation de la paix, il faut clarifier la perception de la nationalité chez les ivoiriens. En fait, ce qui se joue dans la problématique de l identité nationale, ce sont les rapports de pouvoir. Car derrière les objectifs déclarés des différents partis politiques, se joue toujours des enjeux de pouvoir. Ce qui tout naturellement annihile les politiques sur la nationalité. La nationalité ivoirienne: tensions entre les aspects sociologiques et juridiques La question de la nationalité aujourd hui demeure au premier plan de l actualité juridique et de la politique nationale et internationale. Cette situation a été dommageable à l équilibre et à la stabilité de la Côte d ivoire. Elle trouve son fondement dans l accession de l Etat à l indépendance ainsi que les mouvements migratoires, de plus en plus denses, conjugués à de nouvelles donnes (conjonctures économiques, politiques sécuritaires accrues, etc.). Elle a été à l origine de crises identitaires qui se retrouvent malheureusement exacerbés par des conflits armées. D inspiration française, le code la nationalité ivoirienne s est très peu préoccupé des contraintes sociologiques dans la détermination de son régime juridique. Même la modalité d acquisition de la nationalité par déclaration qui lui conférait le statut de loi ouverte, n a pas permis de résorber les questions identitaires favorisées par un flux migratoire en perpétuelle croissance. L habitude que les Ivoiriens ont eu à s identifier comme tel par rapport à leur ancrage dans la société, sur la base des considérations spatiotemporelles, est bien souvent contestée par d autres couches sociales suffisamment insérées dans la société ivoirienne, mais qui n ont aucune autre attache dans un pays dit «d origine». La frustration de cette frange de la population dont la nationalité est contestée demeure très souvent le point de départ des crises identitaires qui basculent le plus souvent en des conflits violents. En outre, le régime juridique de la nationalité a d énormes influences sur l état des personnes, aussi bien dans l ordre interne qu international. Cette situation entraîne souvent divers contentieux se manifestant en des conflits positifs ou négatifs de nationalités dans la mesure où les personnes affectées dans leur statut, n ont d autres recours que de chercher une solution positive par un cumul des nationalités ou négative en n ayant aucune patrie (apatridie). Les mêmes causes produisant les mêmes effets, il n est pas à craindre que «les rancunes et rancœurs du passé, se réactivent à l occasion de nouvelles poussées de crises identitaires, et diviser à nouveau». Nationalité entre culture et droits en Côte d ivoire La question de la nationalité ivoirienne reste un enjeu de la lutte politique en Côte d ivoire. Et la conscience collective se pose la question suivante : «qui est ivoirien?». Pour y répondre de façon juridique, l on devrait s en référer au code la nationalité ivoirienne qui définit les critères d acquisition 13

15 de la nationalité. Mais, à partir des données de terrain recueillies lors d un programme d éducation à la citoyenneté et d une enquête menés par le Centre de Recherche et d Action pour la Paix en Côte d Ivoire (CERAP) entre 2005 et 2009, il apparaît que la réponse donnée par le code de nationalité ne paraît pas si consensuelle. La nationalité ivoirienne, telle que définie par la loi, se veut une supra-identité collective transcendant les particularismes culturels de la société ivoirienne et établissant une égalité de droits de tous les citoyens devant la loi, quelque soit leurs origines. Or les discours ordinaires développés sur la nationalité en Côte d Ivoire se nourrissent de référents identitaires des communautés ethniques. La nationalité ivoirienne, se trouve dès lors partagée dans son sens, entre le droit positif de la nationalité, défini par l Etat de Côte d Ivoire selon les principes de la République, et le sens populaire de l identité dominée par une vision nativiste et ethnocentrique. Ceci se justifie justement par l absence d une promotion civique, une vulgarisation des règles officielles sur la nationalité pouvant favoriser une appropriation d un sens communément partagé. 14

16 4. LE REDEPLOIEMENT DE L ÉTAT 4 Comment travailler pour la restauration de l autorité de l Etat et l Etat de droit? Quelles sont les priorités? Comment éradiquer la corruption et l impunité? Comment établir l implémentation du gouvernement multi niveaux? Dans le processus de consolidation de la paix un des défis majeur est le redéploiement de l administration et la restauration de l autorité de l Etat et de l instauration de l Etat de droit. Pour se faire tout un mécanisme est à mettre en œuvre. Le débat sur la construction de l état dans la consolidation de la paix à été menée dans le quatrième panel du séminaire. Les objectifs à faire parvenir c étaient la discussion de comment travailler pour la restauration de l autorité de l Etat de droit et comment établir l implémentation du gouvernement multi niveaux. La Gouvernance locale en zone CNO: Expérience et Implications d une double tutelle administrative L installation de la rébellion, après septembre 2002, dans les zones du Centre, Nord et Ouest (CNO) du pays a inauguré dans cette partie de la Côte d Ivoire des modalités inédites de gouvernance. Très vite en effet, l autorité de l Etat jusqu alors assumée par l administration décentralisée et déconcentrée a été systémiquement sabordée. Elle a été remplacée par un système de commandement et d administration du territoire procédant de la subdivision de l espace urbain et villageois en «commandements opérationnels» et en «postes». Essentiellement fondée sur une hiérarchie militaire relevant de l autorité de Commandants de Zone (Com zones), cette «gouvernance rebelle» a plutôt consisté en l instauration d un «appareil de conquête» destiné, entre autres, à organiser la prédation des ressources économiques et naturelles. A sa marge toutefois, et pour suppléer l absence de l Etat, des dynamiques locales inédites de gouvernance se sont mises en place. Orientées vers la gestion des conflits locaux, le rapprochement communautaire ou la facilitation de l accès des populations aux équipements sociaux de base, ces expérien- 15

17 ces locales de gouvernance développées en zones CNO posent, avec le retour graduelle de l administration publique, la question de la reconstruction de la légitimité de l Etat dans ces ex-zones assiégées. Somme toute, il apparait un manque de confiance du peuple face à l existence de différents niveaux de gouvernances dans les zones CNO. Mise en œuvre du DSRP et ressources PPTE: Opportunités pour la reconstruction de la zone CNO et le redéploiement de l Etat? Il n y a pas de paix sans Etat. Et le redéploiement de l administration est l une des conditions de la paix. Car l Etat a le monopole de la contrainte physique légitime à travers les institutions à travers les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Il est investit de nombreuses missions, à savoir le développement du pays, le bien-être des populations et la liberté des populations. Il existe des opportunités pour la reconstruction de la zone CNO et le redéploiement de l Etat. Ce sont notamment le Document Stratégique de Réduction de la Pauvreté (DSRP) et des ressources pour les Pays Pauvres Très Endettés (PPTE). Le DSRP est le cadre de cohérence des interventions de l Etat et de la communauté international. Il apporte une réponse collective consensuelle et mesurable aux préoccupations des populations dans la mesure où son élaboration a nécessité concertations régionales et enquêtes de niveau de vie en Dans cette perspective le Document Stratégique de Réduction de la Pauvreté DRSP, décline toutes les actions de l Etat sur la période allant de 2009 à 2013 en vue de réduire la pauvreté. Le PPTE vise la mobilisation des ressources par l allègement de la dette. Etant donné que le point d achèvement de l Initiative sera le 1 er septembre 2011, il y aura de ce fait une remise substantielle de la dette ; soit 6 à 7 milliards sous condition de prendre l engagement d investir ses ressources sur le territoire dans la cadre du DSRP. Le DSRP et l initiative PPTE sont donc liées et visent le bien-être des populations. Pour une meilleure mise en œuvre du document stratégique, il faut une maitrise entière de l Etat. C est dans cette perspective que s inscrit le retour de 97% des fonctionnaires et agents de l Etat, la réhabilitation sommaire d édifices ou infrastructures socio-économiques, le rétablissement de la sécurité en zone CNO, le retour de déplacés, et la reconstruction de la zone CNO. Des groupes consultatifs de bailleurs seront mis en place de même qu une stratégie de communication sur le DSRP pour le suivi de la mise en œuvre du DSRP. 16

18 5. LES JEUNES A RISQUE ET L ORDRE POLITIQUE 5 Quel avenir pour les jeunes à risque? Comment régler ce désajustement structurel dans la société ivoirienne? Quelles solutions sont offertes? Quelles sont les meilleures pratiques? La jeunesse de 15 à 24 ans, représente 20% de la population africaine, soit deux cent millions d âmes. Elle est donc synonyme de potentiel mais aussi de source d inquiétude si elle est mal gérée. Dépourvue d un cadre juridique qui la définie clairement et qui défend ses intérêts, la tranche d âge des jeunes qui représente la transition de l enfance à la station adulte, est difficile en soi dans un monde en rapide changement particulièrement pour les pays africains faisant face à des conditions de vie précaires en raison du taux de pauvreté élevé et du manque d opportunités pour s accomplir socialement et économiquement. Plus concrètement, le débat s est focalisé en voir quel avenir peut exister pour ce groupe, comment régler ce désajustement structurel dans la société ivoirienne, quelles solutions sont offertes, et quelles sont les meilleures pratiques. Les meilleures pratiques de réinsertion de jeunes en Côte d Ivoire La problématique de la réinsertion des jeunes n épargne aucun pays et leur insertion professionnelle reste un défi permanent. Cette réalité est plus accentuée dans les pays africains qui font face à une triple dynamique problématique, à savoir: des conditions de vie précaires à cause du taux de pauvreté élevé, une mauvaise ou non-éducation accentuée et un manque d opportunités pour s épanouir socialement et économiquement. Pour la Côte d Ivoire qui sort progressivement d une longue crise, il y a environ 3 millions de jeunes, dits «à risque», qui font face à un contexte difficile marqué par le chômage, une éducation chancelante, l incertitude et la précarité, posant avec acuité le problème de l insertion et de la réinsertion de ce groupe sensible autant en milieu rural que dans les zones urbaines. Cependant, à cause d une forte politisation et une polarisation des masses depuis la crise de 2002, la jeunesse ivoirienne a développé un ultranationalisme comme affirmation sociale à travers la «jeunesse patriotique» qui s élève contre le «néocolonialisme» et s érige contre «l agression» de la Côte d Ivoire. Pour essayer de trouver une solution pour le risque des jeunes, est nécessaire une politique nationale cohérente et une approche intégrée et adaptée aux besoins de ce group. 17

19 La Cote d Ivoire face à l exigence de réinsertion des jeunes comme facteur de stabilité sociale et économique: La nécessité d une approche globale et intégrée En Côte d Ivoire plus particulièrement, cette réalité est plus accentuée en raison des conditions de vie précaires dues à la pauvreté élevée, au faible niveau d éducation, au manque d opportunités pour s accomplir socialement et économiquement. Aujourd hui, se pose avec acuité le problème de l insertion ou de la réinsertion d environ 3 millions de jeunes dits «à risque» tant en milieu rural que dans les zones urbaines. A l opposé de ce groupe et en raison d une forte politisation et une polarisation des masses depuis la crise de 2002, un autre pan de la jeunesse ivoirienne a développé un ultranationalisme comme affirmation sociale à travers des mouvements dit «patriotiques» qui s élèvent contre le «néocolonialisme» et s érigent contre «l agression» de la Côte d Ivoire. Plusieurs motifs expliquent la formation de ces structures patriotiques et les aspirations professionnelles de mouvement des Jeunes Patriotes (JP). Plutôt que voir dans les harangues nationalistes et anticolonialistes des «jeunes patriotes» la poursuite d un rêve de démocratie «authentique», une volonté affichée de redéfinir sur d autres bases les relations entre la France et la Côte d Ivoire ou encore une prise de conscience du fait national, il faut voir leur nationalisme et leur anticolonialisme comme un signe de révolte d une génération sacrifiée, dépossédée, dépourvue de tout espoir d accéder aux statuts des anciennes générations revendiquant une promotion sociale sécurisée. Ceci transparait à travers les stratégies ordinaires de participation politique et économique déployées par ces «jeune patriotes» depuis 2002 et ce jusqu à Cette stratégie consiste à s organiser soi disant pour défendre un État en situation de conflit interne ouvert. Mais en priorité, il s agit d acquérir du pouvoir en vue de l exercer comme instrument de pression pour faire aboutir leurs revendications d ascension sociale à adresser au même État. La réintégration socioéconomique des ex-combattants des Forces Nouvelles (FN) Les ex-combattants démobilisés ou encore communément appelés les «démos», sont une identité sociale nouvelle qui apparaît progressivement dans les principales localités de l ex-zone CNO au rythme du processus du DDR. Ces anciens combattants (hommes et femmes) qui ont choisi de retourner à la vie civile, pour diverses raisons, font leur apparition dans l environnement social post-conflit à la suite d une rupture du lien social et organique qui les liait à l organisation rebelle depuis plusieurs années. Bien qu apparemment, aucune promesse ne leur ait été faite lors de leur enrôlement, les jeunes ex-combattants de la rébellion réclament des primes et certains sont réticents face aux projets de réinsertion proposés afin de se réinsérer dans la vie civile. Face au danger que représentent ces jeunes devenus «des jeunes à risque», les réponses apportées, autant au plan institutionnel que politique, notamment à travers les actions du Programme National de Réinsertion et Réhabilitation Communautaire (PNRRC) et du Programme de Service Civique National (PSCN), l appui du PNUD, de l ONUCI ou de la GTZ ainsi que les investissements d autres partenaires au développement engagés dans le 18

20 processus de sortie de crise, semblent se heurter à une réticence des jeunes concernés. Les manifestations violentes et sporadiques de contestation animées par les «démos» faisant suite à cette rupture de lien ont attiré l attention de leurs anciens employeurs et des responsables des programmes de réinsertion. Dans ce nouveau contexte social où la pacification s est imposée plus pour des raisons politiques, pendant que le retour à la vie civile des ex-combattants se joue dans l incertitude, il faut noter que le prolongement des trajectoires sociales des combattants démobilisés à la fin de la guerre est, certes, fortement influencée par les propositions des programmes de réintégration socioéconomique, mais les logiques du désengagement peuvent être présentées sous quatre formes: sentiment du devoir accompli, épuisés par la durée de la crise, veulent passer à autre chose, disqualifiés par la limite d âge. Et des reproches faits au processus de réintégration socioéconomique: longue attente aux cours des projets, adhésion à des projets de réinsertion qui ne correspondaient pas à leur choix, pas très bien rémunérés, existence de la corruption, et projets déployés à la fois, à la périphérie du discours des politiques à la suite de négociations et accords et à la périphérie du discours des techniciens des structures d exécution tenant compte de la disponibilité financière et de la faisabilité technique des projets. En définitive, se présente comme le processus qui suit la démobilisation avec pour objectif d insérer l ex-combattant par l accompagnement dans un secteur de la vie sociale et économique de son choix. Face aux enjeux de la réintégration des ex-combattants des FAFN, il ressort que le facteur humain en termes de perceptions et d attentes des démobilisés est une dimension insuffisamment prise en compte par les politiques de réinsertion. Etant donné que cette tranche de vie est difficilement définissable («l enfance retardé» selon le chanteur Billy Billy), étant donné aussi la fragilité de sa situation (niveau précaire, difficultés dans l accès à l éducation et au manque d opportunités (taux de chômage), questions matériels), la jeunesse est difficile à encadrer. De ce point de vue elle est rendue vulnérable aux discours politiciens. En tout état de cause, on constate la contradiction entre les rêves de réinsertion de la jeunesse et le bilan insuffisant réalisé vers les différents processus menés à cet effet. Le besoin de réaliser une approche intégrée, inscrit dans les besoins du présent, l importance à accorder à l éducation. 19

Compte-rendu de l'atelier 5. http://jaga.afrique-gouvernance.net. Créer les conditions d une sécurité pour tous et d une paix durable

Compte-rendu de l'atelier 5. http://jaga.afrique-gouvernance.net. Créer les conditions d une sécurité pour tous et d une paix durable Compte-rendu de l'atelier 5 http://jaga.afrique-gouvernance.net Créer les conditions d une sécurité pour tous et d une paix durable Contexte et problématique Conformément aux termes de référence, l atelier

Plus en détail

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Département des Nations Unies pour les Affaires Economiques et Sociales Séminaire Régional sur l Amélioration de l Administration

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Termes de Références pour le Recrutement de consultants- formateurs

Termes de Références pour le Recrutement de consultants- formateurs Termes de Références pour le Recrutement de consultantsformateurs Projet : Soutenir la transition postcrise et l amélioration de la cohésion sociale en initiant une dynamique de réintégration socioéconomique

Plus en détail

République Démocratique du Congo 1 ère conférence panafricaine sur la transformation et l émergence du Continent africain

République Démocratique du Congo 1 ère conférence panafricaine sur la transformation et l émergence du Continent africain 1 République Démocratique du Congo 1 ère conférence panafricaine sur la transformation et l émergence du Continent africain Réforme, innovation et modernisation de l administration publique et des statuts

Plus en détail

http://jaga.afrique-gouvernance.net La gestion adaptée et inclusive des affaires publiques en Afrique

http://jaga.afrique-gouvernance.net La gestion adaptée et inclusive des affaires publiques en Afrique Compte-rendu de l'atelier 4 http://jaga.afrique-gouvernance.net La gestion adaptée et inclusive des affaires publiques en Afrique Contexte et problématique La gestion des affaires publiques en Afrique

Plus en détail

Bruxelles, 7 juillet 2005 DOCUMENT N 65

Bruxelles, 7 juillet 2005 DOCUMENT N 65 XXXI e SESSION Bruxelles, 7 juillet 2005 DOCUMENT N 65 RESOLUTION SUR LES SITUATIONS DE CRISE POLITIQUE DANS L ESPACE FRANCOPHONE Militant pour le respect de la démocratie et de l Etat de droit, la commission

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Le projet Centres des Métiers Ruraux «CMR»

Le projet Centres des Métiers Ruraux «CMR» Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 Le projet Centres

Plus en détail

DISCOURS INTRODUCTIF DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

DISCOURS INTRODUCTIF DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DISCOURS INTRODUCTIF DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Madame Hélène CONWAY-MOURET Ministre déléguée chargée des Français de l Etranger ; Madame et Messieurs les Ministres ; Excellences,

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE

RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE INTRODUCTION Au cours de l année 2013, le Réseau Paix et Sécurité des Femmes dans l Espace CEDEAO section Côte d Ivoire

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

DECLARATION DE KAMPALA SUR LES REFUGIES, LES RAPATRIES ET LES PERSONNES DEPLACEES EN AFRIQUE

DECLARATION DE KAMPALA SUR LES REFUGIES, LES RAPATRIES ET LES PERSONNES DEPLACEES EN AFRIQUE DECLARATION DE KAMPALA SUR LES REFUGIES, LES RAPATRIES ET LES PERSONNES DEPLACEES EN AFRIQUE Nous, Chefs d Etat et de gouvernement des Etats membres de l Union africaine, réunis à Kampala (Ouganda) les

Plus en détail

ESCWA. Beirut 5 Juin 2013. Adib Nehmeh. Conseiller Régional - ESCWA. Excellences. Mesdames, Messieurs

ESCWA. Beirut 5 Juin 2013. Adib Nehmeh. Conseiller Régional - ESCWA. Excellences. Mesdames, Messieurs ESCWA L'interdépendance de la situation politico-économique entre le Liban et la Syrie: Les répercussions de la crise syrienne sur le Liban et étapes-clé pour la transition et la reprise économique. Beirut

Plus en détail

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique»

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Commission Affaires étrangères et migration (Version originale) Insistant sur la nécessité de freiner puis stopper l expansion

Plus en détail

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement 7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement Session 3 Thème : Mettre le contexte au centre de l action : opérationaliser une approche sensible à la fragilité Sous-thème : «Prise

Plus en détail

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Programme des Nations Unies pour le développement LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Les élections

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Nations Unies S/RES/1706 (2006) Conseil de sécurité Distr. générale 31 août 2006 Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

ORDRE NATIONAL DES PHARMACIENS DE COTE D IVOIRE ATELIERS 2013 DU CNOP. Cahier de charges des commissions

ORDRE NATIONAL DES PHARMACIENS DE COTE D IVOIRE ATELIERS 2013 DU CNOP. Cahier de charges des commissions . ORDRE NATIONAL DES PHARMACIENS DE COTE D IVOIRE ATELIERS 2013 DU CNOP Cahier de charges des commissions 1 Sommaire I. CONTEXTE JUSTIFICATION... 3 II. OBJECTIFS... 3 III. METHODES... 4 1- Période et lieu...

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles.

Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles. 4 ème assises de la protection de l enfance 28 et 29 juin 2010 Version définitive du 25 juin 2010 Communication DPJJ / ODAS à partir d un séminaire organisé sur la complémentarité des rôles. Damien Mulliez,

Plus en détail

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie 1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie (Monaco, 14 et 15 avril 1999) Déclaration de Monaco 1. Lors du 7 ème Sommet des Chefs d Etat et de Gouvernement des pays

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

REsolutions to Fund Cities

REsolutions to Fund Cities Supporting local authorities to access funding REsolutions to Fund Cities Rethinking Economic Solutions to Sustainably Fund Local Development REsolutions soutient la Campagne Urbaine Mondiale Résumé REsolutions,

Plus en détail

People s Movement for Human Rights Education Côte d Ivoire Mouvement des Peuples pour l Education aux Droits Humains Email : pdhre_ci@yahoo.

People s Movement for Human Rights Education Côte d Ivoire Mouvement des Peuples pour l Education aux Droits Humains Email : pdhre_ci@yahoo. People s Movement for Human Rights Education Côte d Ivoire Mouvement des Peuples pour l Education aux Droits Humains Email : pdhre_ci@yahoo.fr PROJET DE PROMOTION ET PROTECTION DES DROITS DE L HOMME ET

Plus en détail

Déclaration des jeunes à la Conférence Apprendre ensemble à changer notre monde! 2

Déclaration des jeunes à la Conférence Apprendre ensemble à changer notre monde! 2 Déclaration des jeunes à la Conférence Apprendre ensemble à changer notre monde! 2 Nous, étudiantes et étudiants du réseau des Écoles associées de l UNESCO du Québec, réunis dans le cadre de la Conférence

Plus en détail

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI

La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI La conception du service public «à la française» Gilles GUGLIELMI Professeur à l'université Paris-II Je tiens d abord à vous remercier de cette invitation et de la thématique de ce colloque qui je partage

Plus en détail

Lettre datée du 23 septembre 2010, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général

Lettre datée du 23 septembre 2010, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général Nations Unies S/2010/493 Conseil de sécurité Distr. générale 24 septembre 2010 Français Original : anglais Lettre datée du 23 septembre 2010, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

Vers des investissements économiquement juste, écologiquement viable et socialement responsable :

Vers des investissements économiquement juste, écologiquement viable et socialement responsable : Vers des investissements économiquement juste, écologiquement viable et socialement responsable : Commentaires d IIDD sur les nouveaux Principes pour un investissement responsable dans l agriculture et

Plus en détail

Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales

Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales Parcours de vie, inégalités et politiques sociales, p. 2 Droits humains, Diversité et Globalisation,

Plus en détail

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Déclaration de Hangzhou Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Adoptée à Hangzhou, République populaire de Chine, le 17 mai 2013 Nous, les participants réunis à Hangzhou à l

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR

RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR LE ROLE DE LA COMPTABILITE DANS LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE SEMINAIRE ORGANISE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR

Plus en détail

L emploi : une priorité nationale pour le Maroc 2/ Les réflexions en cours

L emploi : une priorité nationale pour le Maroc 2/ Les réflexions en cours AMBASSADE DE FRANCE AU MAROC Le Conseiller pour les Affaires Sociales Travail/Emploi Formation professionnelle Santé/Protection sociale Action sociale/population Rabat, le 28 décembre 2011 L emploi : une

Plus en détail

Côte d Ivoire. Personnes relevant de la compétence du HCR

Côte d Ivoire. Personnes relevant de la compétence du HCR À la fin de l année 2010, la Côte d Ivoire abritait près de 565 000 personnes relevant de la compétence du HCR, dont quelque 25 600 réfugiés libériens. Plus de 1 100 certificats de naissance ont été distribués

Plus en détail

Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive

Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive Service Consolidation de la Paix (S3.1) Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive Introduction Pour exécuter et renforcer la politique étrangère,

Plus en détail

Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine

Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine La politique nationale et le soutien de la Communauté internationale au développement de la Réforme du Secteur de

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire)

Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire) Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire) Serge Allou, Gwénaëlle Corre Juillet 2010 A la suite des trois ateliers d échange successivement tenus à Hanoï, Abidjan et Addis

Plus en détail

Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes

Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes A l occasion de la journée internationale des droits de l Homme, le 10 décembre 2013, le ministère des Affaires étrangères a organisé un séminaire

Plus en détail

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité Réponse de la France à la résolution 68/243 relative aux «Développements dans le domaine de l information et des télécommunications dans le contexte de la sécurité internationale» RESUME ANALYTIQUE A titre

Plus en détail

- de convenir des mesures essentielles qui devrai-

- de convenir des mesures essentielles qui devrai- UNION AFRICAINE CADRE POUR LA MISE EN ŒUVRE OPERATIONNELLE DU SYSTEME CONTINENTAL D ALERTE RAPIDE TEL QU ADOPTÉ PAR LA REUNION DES EXPERTS GOUVERNEMENTAUX SUR L ALERTE RAPIDE ET LA PREVENTION DES CONFLITS,

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

Le Manifeste du ME-F

Le Manifeste du ME-F 1 Mouvement Européen-France Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents Juillet - aout 2013 Rapport de dépouillement 11/08/2013 2 Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents. Juillet aout 2013

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

Recherche de solutions durables

Recherche de solutions durables L un des principaux objectifs de la protection internationale est la recherche de solutions au sort des réfugiés. Pourtant, des millions de réfugiés à travers le monde s enlisent dans des situations d

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Réunis à Genève pour la XXX e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous, membres de ladite Conférence, avons centré

Plus en détail

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION

POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION POSITION COMMUNE DES ASSOCIATIONS MEMBRES DE LA MAISON EUROPEENNE DES POUVOIRS LOCAUX FRANÇAIS RELATIVE A LA PROPOSITION DE DIRECTIVE SUR LA PASSATION DES MARCHES PUBLICS Mars 2012 Maison européenne des

Plus en détail

ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN COTE D IVOIRE

ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN COTE D IVOIRE ETUDE DIAGNOSTIQUE SUR LA GOUVERNANCE EN COTE D IVOIRE DGDI SNGRC - Banque Mondiale Présentation des principaux résultats / base 2010 et actualisation 2012 CREA - CERFE Objet de l étude «dresser un diagnostic

Plus en détail

Document de référence UIP/UNICEF. Le rôle du Parlement dans l évaluation de l impact sur les enfants des décisions législatives et budgétaires

Document de référence UIP/UNICEF. Le rôle du Parlement dans l évaluation de l impact sur les enfants des décisions législatives et budgétaires Document de référence UIP/UNICEF Le rôle du Parlement dans l évaluation de l impact sur les enfants des décisions législatives et budgétaires Priorités à établir dans l affectation des ressources destinées

Plus en détail

Priorités de la Présidence luxembourgeoise

Priorités de la Présidence luxembourgeoise Dossier de presse Priorités de la dans les domaines de l Éducation nationale, de l Enfance, de la Jeunesse, de l Enseignement supérieur et de la Recherche 30 juin 2015 Priorités de la Éducation nationale,

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France La rencontre des employeurs et des syndicats salariés dans les organisations

Plus en détail

L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL 3 L ENVIRONNEMENT JURIDIQUE ET FISCAL SUR LES GRANDS SUJETS AYANT CONCERNÉ L ASSURANCE ET LA FFSA EN 2010 ( LA FISCALITÉ DE L ASSURANCE VIE, SOLVABILITÉ II, LA MISE EN PLACE DE L ACP, LA CONVENTION AERAS

Plus en détail

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ;

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ; Conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de la Convention européenne des droits de l homme, une responsabilité partagée Déclaration de Bruxelles 27 mars 2015 La Conférence de haut niveau, réunie

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

MOT D INTRODUCTION M. MOHAMMED TAWFIK MOULINE DIRECTEUR GENERAL DE L INSTITUT ROYAL DES ETUDES STRATEGIQUES

MOT D INTRODUCTION M. MOHAMMED TAWFIK MOULINE DIRECTEUR GENERAL DE L INSTITUT ROYAL DES ETUDES STRATEGIQUES SEMINAIRE LES RELATIONS ENTRE LE MAROC ET L'ESPAGNE : REALITE ET PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT MOT D INTRODUCTION M. MOHAMMED TAWFIK MOULINE DIRECTEUR GENERAL DE L INSTITUT ROYAL DES ETUDES STRATEGIQUES

Plus en détail

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité Introduction «Corsetés par des règles de gouvernance surannées ( ) les ports français ont connu un déclin

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE VISIBILITE ET DE POSITIONNEMENT DE LA BIDC A COURT, MOYEN ET LONG TERME

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE VISIBILITE ET DE POSITIONNEMENT DE LA BIDC A COURT, MOYEN ET LONG TERME TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE STRATEGIE DE VISIBILITE ET DE POSITIONNEMENT DE LA BIDC A COURT, MOYEN ET LONG TERME Avril 2014 TDR pour l étude de visibilité et de positionnement de la BIDC

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008

PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008 PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008 Le séminaire pré-conférence à l intention des femmes leaders élues dans les collectivités locales

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

I. AU TITRE DU MINISTERE DU DEVELOPPEMENT RURAL :

I. AU TITRE DU MINISTERE DU DEVELOPPEMENT RURAL : Communiqué du Conseil des ministres du mercredi 7 octobre 2015 Le Conseil des Ministres s est réuni en session ordinaire, le mercredi 7 octobre 2015, dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba,

Plus en détail

CONTEXTE ET JUSTIFICATION DU NOUVEAU PROGRAMME D EDUCATION CIVIQUE

CONTEXTE ET JUSTIFICATION DU NOUVEAU PROGRAMME D EDUCATION CIVIQUE CONTEXTE ET JUSTIFICATION DU NOUVEAU PROGRAMME D EDUCATION CIVIQUE La promotion de la culture de la citoyenneté, des Droits de l Homme, de la démocratie et de la paix est l un des grands défis auxquels

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

Karim Coulibaly, Directeur exécutif de ODYSSEE

Karim Coulibaly, Directeur exécutif de ODYSSEE COMMUNICATION AU FORUM MULTI ACTEURS SUR LA GOUVERNANCE ET LA CITOYENNETE (ODYSSEE MALI) Thème : L intercommunalité comme moyen d accélération du processus de décentralisation et d intégration régionale

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Dr Philippe IBITOWA DIGEST

Dr Philippe IBITOWA DIGEST Dr Philippe IBITOWA Consultant en Communication Enseignant-Chercheur à l UFR Information-Communication et Art (Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody/Abidjan-Côte d Ivoire) Ivoirien 43 ans Célibataire

Plus en détail

DECLARATION MINISTERIELLE

DECLARATION MINISTERIELLE Distr. : LIMITEE NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Novembre 2002 FRANCAIS Original : ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Trente-cinquième session de la Commission/Conférence des ministres

Plus en détail

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 27 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/19 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

Réunion du réseau «Conseil Citoyen»

Réunion du réseau «Conseil Citoyen» Réunion de réseau «conseil citoyen». 15.01.2015. Compte rendu. L IREV a proposé une première réunion de réseau sur les conseils citoyens, à laquelle étaient invités les chefs de projet politique de la

Plus en détail

Les services sociaux d intérêt général (SSIG) dans l Union européenne

Les services sociaux d intérêt général (SSIG) dans l Union européenne Les services sociaux d intérêt général (SSIG) dans l Union européenne SSIG, quelle définition? S ils sont le fruit de valeurs et de traditions propres à chaque pays, les services sociaux poursuivent tous,

Plus en détail

Marrakech, 29-30 mars 2012. Citoyenneté et démocratie participative au Maroc, les conditions de la construction d un modèle.

Marrakech, 29-30 mars 2012. Citoyenneté et démocratie participative au Maroc, les conditions de la construction d un modèle. Marrakech, 29-30 mars 2012 Citoyenneté et démocratie participative au Maroc, les conditions de la construction d un modèle Présentation par M. Tarik ZAIR, professeur à la Faculté de Droit de Kénitra 1

Plus en détail

La situation générale en Afrique occidentale s est améliorée

La situation générale en Afrique occidentale s est améliorée Afrique occidentale Bénin Burkina Faso Cap-Vert Côte d Ivoire Gambie -Bissau Mali Niger Sénégal Togo Environnement opérationnel La situation générale en Afrique occidentale s est améliorée mais présente

Plus en détail

RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE

RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE RÉPUBLIQUE D'ALBANIE L AVOCAT DU PEUPLE Résumé du Rapport spécial de l Avocat du Peuple sur Les enfants Mai 2013 L Avocat du Peuple Blvd.: Zhan D Ark No. 2, Tirana, Albanie, Tel./Fax: +355 (4) 2380 313

Plus en détail

PROGRAMMES DE FORMATION 2015-2016

PROGRAMMES DE FORMATION 2015-2016 INSTITUT DE RECHERCHE ET D ENSEIGNEMENT SUR LA PAIX EN AFRIQUE PROGRAMMES DE FORMATION 2015-2016 Réinventer le Leadership Africain POURQUOI THINKING AFRICA Face aux enjeux de la mondialisation, aux défis

Plus en détail

Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum requis par session

Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum requis par session MANAGEMENT ET STRATEGIES D ENTREPRISES Module 2 : Planification / Exécution / Contrôle / Intranets de gestion des projets Minimum par Développer une démarche logique de planification de projet. Se perfectionner

Plus en détail

ALLOCUTION DE S.E.M. RENE RADEMBINO-CONIQUET, CO-PRESIDENT ACP

ALLOCUTION DE S.E.M. RENE RADEMBINO-CONIQUET, CO-PRESIDENT ACP ALLOCUTION DE S.E.M. RENE RADEMBINO-CONIQUET, CO-PRESIDENT ACP A L OCCASION DE L OUVERTURE SOLENNELLE DE LA 12 ème SESSION DE L ASSEMBLEE PARLEMENTAIRE PARITAIRE ACP-UE LUNDI 20 NOVEMBRE 2006 BRIDGETOWN

Plus en détail

New York, 20 21 novembre. Document de travail : séance II

New York, 20 21 novembre. Document de travail : séance II AUDITION PARLEMENTAIRE 2008 AUX NATIONS UNIES New York, 20 21 novembre Document de travail : séance II VIOLENCE SEXUELLE A L ENCONTRE DES FEMMES ET DES ENFANTS DANS LES CONFLITS ARMES 1 Il est désormais

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

Objectifs de la présentation

Objectifs de la présentation Objectifs de la présentation Stimuler la réflexion des gestionnaires et des intervenants du secteur de la santé, autour de la problématique et des défis du suivi post formation Partager l expérience du

Plus en détail

CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE

CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE RESULTATS DE L ATELIER DE VALIDATION DES NOTES D ORIENTATION REGIONALES SUR LES RELATIONS ENTRE LES USA ET L AFRIQUE TENU A ADDIS 21 juillet 2014

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DU RWANDA EN FRANCE

AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DU RWANDA EN FRANCE 1 AMBASSADE DE LA REPUBLIQUE DU RWANDA EN FRANCE Allocution prononcée par S.E.M. Jacques KABALE, Ambassadeur de la République du Rwanda en France à l occasion de la 21 ème Célébration de la Journée de

Plus en détail

Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social»

Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social» Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social» Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

Plus en détail