3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES"

Transcription

1 3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES Considérant que la révision des comptes consolidés doit s exercer conformément aux normes générales de révision; que ses caractéristiques méthodologiques et légales requièrent cependant de compléter lesdites normes par des dispositions complémentaires spécifiques; Vu la loi du 22 juillet 1953 (art. 18bis) créant un Institut des Reviseurs d Entreprises telle que modifiée par la loi du 10 juillet 1956, par la loi du 21 février 1985 et par la loi du 7 mai 1999; Vu les avis du Conseil Supérieur des Professions Economiques en date du 23 octobre 1992 et du 2 juin 1994; 17 Le Conseil, délibérant en sa séance du 2 septembre 1994 a approuvé les normes relatives à la certification des comptes annuels consolidés. Ces normes ont été modifiées par décision du Conseil du 5 décembre 1997 (Rapport 1997 p. 85). Le Conseil a constaté l adaptation au Code des sociétés et à ses arrêtés d exécution desdites normes en sa séance du 6 décembre Principes généraux 1.1. Introduction référence aux normes générales 1.2. Cadre légal 1.3. Champ d application 2. Exécution de la mission 2.1. Connaissance du groupe 2.2. Contrôle interne du groupe 2.3. Collaboration avec les réviseurs des filiales 2.4. Filiales non auditées 2.5. Opérations de consolidation 2.6. Présentation des comptes consolidés et du rapport de gestion 17 Ces normes ont fait l objet d un avis du Conseil Supérieur du Revisorat et de l Expertise Comptable; Rapp. annuel CSR, , p et Rapp. annuel CSR, , p. 9.

2 2.7. Documents de travail 3. Rapport 1. Principes généraux 1.1.<em>Introduction Le contrôle des comptes consolidés est une mission révisorale distincte du contrôle des comptes de la société-mère. Outre les dispositions spécifiques des présentes normes, les principes généraux et les principes relatifs à l exécution d une mission de contrôle, établis par les normes générales de révision sont d application <em>La consolidation a pour objet de présenter les états financiers d un ensemble de sociétés entre lesquelles il existe des liens de filiation ou qui sont placées sous une direction unique, en faisant abstraction de la personnalité juridique de ces entités, comme s il s agissait d une seule entreprise. Elle fournit des informations sur l importance économique du groupe, ses moyens de financement et ses résultats. La valeur informative de ces états financiers est considérable et, à de nombreux égards, supérieure à celle qui découle des comptes annuels des entités individuelles. En effet, la consolidation élimine en grande partie les problèmes liés à l évaluation des participations à la valeur d acquisition ainsi que les résultats réalisés entre sociétés du groupe. Ce supplément de valeur informative s adresse à toutes les personnes concernées par l information financière, tant les gestionnaires que les actionnaires de la société consolidante, les conseils d entreprise des sociétés du groupe, les créanciers de ces mêmes sociétés, etc <em>La consolidation est motivée par des critères économiques et financiers plutôt que par des critères juridiques dans la mesure où, d une part, les comptes consolidés n ont pas d effet juridique direct et d autre part, il est fait abstraction des personnalités juridiques. Néanmoins, des contraintes ont été introduites par la réglementation européenne (7e directive) et belge (articles 108 à 121 du Code des sociétés et titre II du livre II de l arrêté royal du 30 janvier 2001 portant exécution du Code des sociétés) qui ont fixé des normes impératives concernant des aspects essentiels du processus de consolidation, tels que le périmètre de consolidation, le traitement des écarts de consolidation, la présentation des comptes consolidés, etc. Il appartiendra au réviseur des comptes consolidés d examiner dans quelle mesure les critères économiques et financiers, prédominant en matière de consolidation, sont respectés mais aussi d examiner dans quelle mesure les comptes consolidés représentent la réalité économique du groupe.

3 1.1.3.<em>Les principes généraux de la révision, y compris les objectifs de la révision et la structure des travaux de contrôle, ne diffèrent pas selon que le réviseur contrôle les comptes annuels d une entreprise individuelle ou des états financiers consolidés. Dès lors, il n y a pas lieu de rappeler ici des normes générales dont les sections 1 et 2 demeurent intégralement d application. De la même manière, les recommandations adoptées par le Conseil de l Institut en exécution desdites normes sont entièrement applicables à la révision des comptes consolidés. Ceci rejoint d ailleurs la pratique internationale qui n établit aucune distinction entre les deux types de mission. Toutefois, les présentes normes se justifient sous trois aspects : d abord, elles précisent une méthodologie applicable au contrôle des immobilisations financières qui s applique en d autres hypothèses, ensuite elles réunissent certains commentaires sur le contrôle de la consolidation qui sont étudiés de façon disparate dans la doctrine professionnelle internationale, enfin, elles prêtent attention au cadre réglementaire qui s impose lorsque la certification est délivrée en application du Code des sociétés. A cet égard, il est renvoyé à la section 3 des normes générales de révision relative au rapport Cadre légal Lorsque les comptes consolidés sont établis par une société de droit belge, conformément à une obligation réglementaire, la révision s effectue conformément à cette réglementation <em>Le droit commun de la consolidation découle du Code des sociétés et du Titre II du Livre II de l arrêté royal du 30 janvier 2001 portant exécution du Code des sociétés. Des dispositions particulières s appliquent à certaines catégories d entreprises et notamment les sociétés à portefeuille 18 (A.R. du 1 er septembre 1986 modifié en dernier lieu par l arrêté royal du 20 juillet 2000) et les établissements de crédit (A.R. du 23 septembre 1992 modifié par A.R. du 20 juillet 2000) <em>Selon les articles 146 à 148 inclus du Code des sociétés, le contrôle des comptes consolidés est confié au commissaire de l entreprise consolidante, ou à un ou plusieurs réviseurs d entreprises nommés à cet effet par l assemblée générale de celleci; en cas d un consortium, les comptes consolidés seront contrôlés par le ou les commissaires d au moins une des entreprises formant le consortium ou par un ou plusieurs réviseurs d entreprises désignés à cet effet de commun accord. L article 6 de l arrêté royal relatif au contrôle des sociétés à portefeuille a pour conséquence d appliquer au contrôle des comptes consolidés de ces entreprises les articles 146 à 148 du Code des sociétés. Lorsque des législations particulières s appliquent aux comptes consolidés, elles prévalent dans la détermination du statut des personnes chargées de la révision de ces comptes consolidés. 18 Le statut des sociétés à portefeuille est abrogé par la loi de 2 août 2002 (M.B. 4 septembre 2002) relative à la surveillance du secteur financier et aux services financiers.

4 1.2.3.<em>Les lois et règlements précités contiennent certaines exemptions de l obligation d établir des comptes consolidés. On se réfère principalement aux articles 16, 112 à 115 inclus du Code des sociétés. Lorsque l entreprise fait usage du droit de ne pas établir des comptes consolidés parce qu elle est elle-même une filiale (art. 113 C. Soc.), elle doit justifier dans l annexe le respect des conditions d application de l exemption. Il appartient au commissaire de vérifier la pertinence de cette justification et d inclure, le cas échéant, les observations qu il jugerait utiles dans son rapport sur les comptes annuels de l entreprise concernée. Par ailleurs, on rappellera que les exemptions prévues par les articles 16, 112 et 113 du Code des sociétés ne sont pas applicables si les actions d une des entreprises à consolider sont en tout ou partie cotées au sens de l article 4 du Code des sociétés (art. 114 C.Soc.). En outre, ces exemptions ne portent pas préjudice aux dispositions légales et réglementaires concernant l établissement des comptes consolidés ou d un rapport de gestion sur les comptes consolidés lorsque ces documents sont requis pour l information du conseil d entreprise (art. 17 A.R. 27 novembre 1973) ou à la demande d une autorité administrative ou judiciaire (art. 115 C. Soc.) <em>Lorsqu il fait rapport au conseil d entreprise, le réviseur doit vérifier que les documents suivants font partie de l information annuelle (art. 17, 4º et 21 de l A.R. du 27 novembre 1973 portant réglementation des informations économiques et financières à fournir au conseil d entreprise) : - comptes consolidés de l entreprise soumise à l obligation d établir de tels comptes, le cas échéant, par application de l article 17 de l arrêté royal du 27 novembre 1973 précité; - comptes consolidés de l entreprise-mère dans le cas où l entreprise a été intégrée par application de la méthode globale ou proportionnelle dans les comptes d une autre entreprise (art. 21 A.R. 27 novembre 1993 précité); - dans l hypothèse où l entreprise bénéficie d une exemption de sous-consolidation en application de l article 113 du Code des sociétés, présence dans les procèsverbaux du conseil d entreprise d une décision confirmant la dérogation d établir des comptes consolidés <em>La responsabilité civile du commissaire de l entreprise consolidante en ce qui concerne les comptes consolidés, est régie par l article 140 du Code des sociétés. Les dispositions du droit des sociétés en matière de responsabilité du réviseur désigné qui n est pas commissaire, ne sont pas applicables, dans la mesure où la certification des comptes consolidés est une mission distincte de celle du commissaire (art C.C.).

5 Le réviseur assume par ailleurs la responsabilité pleine et entière de l opinion qu il formule dans son rapport même s il se base sur les travaux d un autre contrôleur externe (voir paragraphe 2.3.) Champ d application des normes Les normes sur le contrôle des comptes consolidés s appliquent dans tous les cas où un réviseur d entreprises est appelé à délivrer un rapport d attestation de ces documents, en application d une disposition légale ou réglementaire et dans toute autre circonstance dans laquelle ce rapport sera appelé à recevoir une diffusion même limitée en dehors de la société consolidante et de ses filiales <em>A titre principal, les présentes normes s appliquent à la certification des comptes consolidés établis conformément au Code des sociétés, à son arrêté royal d exécution et à l arrêté royal du 1 er septembre 1986 relatif aux comptes annuels et aux comptes consolidés des sociétés à portefeuille. 19 Sauf les dispositions particulières des normes de révision applicables à ces secteurs, elles s appliquent également au contrôle des comptes consolidés établis par les établissements de crédit et les entreprises d assurances <em>Lorsque le réviseur est invité à émettre un rapport sur des comptes consolidés établis en dehors de toute obligation légale, il doit également respecter les présentes normes dès l instant où il est informé que lesdits comptes consolidés accompagnés de son rapport sont destinés à être remis à des tiers. Lorsque le contrôle n est pas effectué en conformité avec les présentes normes, le rapport doit le mentionner expressément <em>Outre ses obligations légales en Belgique, la société consolidante peut décider d établir des comptes consolidés en respectant des principes comptables différents de la législation comptable belge, notamment les normes comptables internationales de l International Accounting Standards Board (IASB). La certification d un tel document peut être confiée à un réviseur d entreprises en supplément de sa mission légale. Dans ce cas, la révision s effectue conformément à la présente norme. 19 Le statut des sociétés à portefeuille est abrogé par la loi du 2 août 2002 (M.B. 4 septembre 2002) relative à la surveillance du secteur financier et aux services financiers.

6 Lorsque le réviseur donne son opinion sur des comptes consolidés établis selon des principes comptables différents de la réglementation belge, il doit : a) mentionner les principes comptables appliqués; b) formuler des observations ou émettre des réserves lorsque ces principes comptables ne sont pas suffisamment identifiés et détaillés dans l annexe des comptes consolidés; c) déclarer dans quelle mesure les comptes consolidés donnent une image fidèle conformément à ces principes comptables indiqués. 2. Exécution de la révision 2.1.<em>Toute mission de contrôle doit s accomplir conformément à un programme de travail approprié fondé sur une connaissance suffisante du groupe <em>Les comptes consolidés sont l expression du patrimoine, de la situation financière et des résultats d un groupe composé de l entreprise consolidante, de ses filiales et des entreprises associées. Dès lors, le réviseur chargé de la certification des comptes consolidés devra disposer d une connaissance suffisante de la situation du groupe <em>La qualité des comptes consolidés sera fonction, à la fois, des délais pratiqués par les filiales pour la communication des informations et de la qualité de celles-ci. La ponctualité dans la communication des données est également déterminante. Le réviseur consacrera une attention particulière à la manière dont la circulation de l information au sein du groupe est maîtrisée. Il examinera si les objectifs suivants sont atteints : - le périmètre de consolidation et les exclusions éventuelles sont conformes aux dispositions légales applicables; - la consolidation s opère sur la base de données arrêtées à une même date ou à une date rapprochée conformément aux dispositions légales et réglementaires; - lors de l établissement de l information financière communiquée, les règles d évaluation du groupe ont été respectées ou l information financière communiquée peut être retraitée conformément à celles-ci; - les opérations et résultats internes sont clairement identifiés, de manière à pouvoir être traités correctement; - toutes les informations nécessaires aux écritures de consolidation ont été communiquées <em>Le réviseur prendra les mesures nécessaires afin de s assurer qu un contrôle externe suffisant sera opéré en temps utile sur les données transmises par les filiales et les entreprises associées <em>Le réviseur mettra en œuvre des moyens de contrôle appropriés en tenant

7 compte de l importance relative des entreprises concernées par la consolidation dans l ensemble consolidé. 2.2.<em>Le réviseur d entreprises doit examiner la manière dont les procédures de consolidation et le contrôle interne y afférent sont mis en place. Il doit fonder son opinion sur l examen du système de contrôle interne du groupe en ce compris les mesures d organisation administrative prises afin de garantir la fiabilité, d une part, des informations comptables et financières transmises par les filiales et entreprises associées en vue d être incorporées dans la consolidation du groupe, ainsi que, d autre part, des procédures d établissement des comptes consolidés <em>Le réviseur s assurera de l existence d un système d organisation administrative garantissant que : - les procédures mises en place conduisent à intégrer dans la comptabilité consolidée toutes les entreprises à consolider et seulement elles; - les méthodes de consolidation appropriées sont appliquées à chaque entreprise comprise dans la consolidation et aux entreprises associées; - des règles comptables et des méthodes d évaluation harmonisées sont adoptées au sein du groupe et diffusées en temps voulu aux filiales et entreprises associées afin d en assurer la bonne application <em>Le réviseur évaluera la compétence des collaborateurs de l entreprise chargés de l élaboration des comptes consolidés, leur autorité ainsi que leurs relations avec les filiales, entreprises associées et certains services centraux du groupe <em>Le réviseur examinera la diffusion des instructions définies par le groupe comportant généralement : - un détail des règles et procédures comptables sous forme de notes d instruction ou manuel; - une présentation et une explication des procédures de consolidation comprenant l explication détaillée de la liasse et la description de certaines procédures particulières (rapprochement des comptes, retraitements, procédures à suivre si les dates de clôtures sont différentes etc.); - les instructions de clôture comprenant la liste des entreprises consolidées et les méthodes de consolidation, les cours de change à appliquer, la liste des responsables, le calendrier des opérations de clôture (rapprochement des comptes réciproques, expédition des documents, remise aux réviseurs, remise au conseil d administration) <em>Dans le cadre des procédures de consolidation, le réviseur prêtera une attention particulière à la communication normalisée des données financières et comptables par les filiales (liasse de consolidation). Cette liasse comprend normalement la présentation des états financiers, des tableaux annexes détaillant des

8 rubriques susceptibles de retraitement ou pour lesquelles des informations sont nécessaires, ainsi qu une description des règles comptables et des méthodes d évaluation utilisées (dans la mesure où celles-ci diffèrent de celles utilisées pour la présentation des comptes consolidés) <em>Le réviseur étudiera le système mis en place en vue d établir des comptes consolidés. Ce système peut entre autres comprendre : - la validation des informations fournies par les filiales et entreprises associées; - le traitement des données dans la comptabilité de consolidation; - les mesures de contrôle interne spécifiques à l établissement des comptes consolidés, notamment le contrôle des écritures, l existence d une documentation, la cohérence de l ensemble <em>Conformément à l article 118 de l arrêté royal du 30 janvier 2001, «le bilan et le compte de résultats consolidés doivent procéder d un système comptable cohérent et véritable, garantissant la continuité comptable d un exercice à l autre des comptes consolidés». La vérification de la continuité comptable consiste en une étude de la cohérence des comptes consolidés par rapport à ceux de l exercice précédent de la réconciliation et de la justification des variations de certains postes du bilan par rapport à l exercice précédent (réserves de consolidation, écart de consolidation, intérêt de tiers, etc.). En outre le réviseur vérifiera la permanence des principes, règles et méthodes de consolidation ainsi que de leur application concrète. 2.3.<em>Pour le contrôle des filiales belges, le réviseur d entreprises se basera sur les travaux effectués par un autre réviseur d entreprises dont il aura, là où cela est nécessaire, évalué les travaux. Pour les données relatives à des entreprises étrangères, il s appuiera, le cas échéant, sur les travaux d un contrôleur externe qualifié dont il aura évalué la compétence, l indépendance et, là où cela est nécessaire, la qualité des travaux effectués <em>Lorsque le réviseur chargé du contrôle des comptes consolidés est également chargé du contrôle des comptes de la filiale, il établira son programme de travail en tenant compte des exigences du contrôle des comptes consolidés <em>Le réviseur doit demander à la direction de l entreprise consolidante qu elle fasse usage de son pouvoir pour obtenir des entreprises filiales comprises ou à comprendre dans la consolidation, qu elles autorisent leur réviseur à collaborer activement au contrôle des comptes consolidés en fournissant au réviseur des comptes consolidés les renseignements et confirmations nécessaires. Il est de bon usage que le réviseur de la filiale accorde la collaboration active qui lui est demandée <em>Pour les filiales qu il ne contrôle pas lui-même, le réviseur des comptes consolidés établira à l avance un programme de contrôle approprié. La fréquence et les

9 méthodes d examen du travail des confrères chargés du contrôle des comptes des filiales seront appréciées dans chaque cas en tenant compte notamment des principes suivants 20 : - la compétence et l indépendance des réviseurs inscrits au tableau de l Institut des Reviseurs d Entreprises en Belgique sont présumées. Elles doivent être vérifiées lorsqu il s agit d un contrôle externe étranger; - pour les filiales qui, individuellement et collectivement, revêtent une importance mineure dans la consolidation, le réviseur pourra se contenter de prendre connaissance du rapport des confrères relatif aux comptes de ces entreprises. Il prêtera une attention spécifique aux comptes qui n auraient pas été attestés sans réserve; - dès que la filiale revêt une importance significative pour la consolidation, il est indiqué de transmettre aux confrères occupant des fonctions dans cette entreprise un questionnaire destiné à recueillir les renseignements nécessaires au contrôle dans les délais requis pour l attestation des comptes consolidés. Par ailleurs, il évaluera les travaux effectués par ces confrères pour s assurer qu ils correspondent à l objectif qu il s est personnellement fixé dans son programme de travail; - lorsque la filiale revêt une importance déterminante pour la consolidation, il est indiqué de procéder à une consultation des documents de travail et une discussion approfondie avec le réviseur de la filiale sera souhaitable <em>Lorsque les circonstances le justifient, le réviseur des comptes consolidés pourra juger nécessaire d effectuer sur place, par lui-même, certaines vérifications complémentaires dans les filiales. Avant d effectuer de telles vérifications complémentaires, il doit demander à la direction de l entreprise consolidante qu elle fasse usage de son pouvoir de contrôle pour obtenir que les entreprises filiales concernées l autorisent par écrit à exercer certains travaux de contrôle sur place. Le réviseur identifiera, le cas échéant, dans son rapport les sociétés où il n a pas été autorisé à effectuer des contrôles lorsque leur importance est déterminante dans le cadre de l ensemble consolidé <em>Les procédures applicables aux filiales sont d application par analogie à l entreprise mère lorsque le commissaire n est pas le réviseur des comptes consolidés. Il se recommande également de les appliquer aux entreprises associées <em>Le réviseur chargé de certifier les comptes d un consortium procédera visà-vis des entreprises à consolider comme s il s agissait de filiales. L article 147 du Code des sociétés n étant pas d application, s il ne dispose pas des informations nécessaires pour émettre une opinion, il pourra remettre un rapport d abstention. 2.4.<em>Lorsqu une filiale dont l importance est significative pour les comptes consolidés n a pas fait l objet d un contrôle externe acceptable, le réviseur 20 Voir la recommandation 3.2 du 4 mars 1988 relatif à l utilisation du travail d un autre réviseur.

10 d entreprises doit effectuer des travaux complémentaires. Si la filiale non auditée n a pas une importance significative pour la consolidation, le réviseur d entreprises jugera s il est utile de procéder lui-même à des contrôles complémentaires <em>Par filiales non auditées, il faut entendre : - les entreprises qui ne sont pas soumises à un contrôle externe en vertu de la législation locale; - les entreprises qui ont procédé à la désignation d un contrôleur externe en vertu de la législation locale en vigueur, lorsque le respect de normes de révision équivalentes à celles de l I.R.E. ne peut être garanti. Pour apprécier le caractère significatif d une filiale, il convient d examiner non seulement son importance relative par rapport à l ensemble consolidé mais également l importance relative de toutes les filiales non auditées prises collectivement <em>Le réviseur doit d abord examiner si, en dépit de l absence de cadre normatif pour la révision, il n est pas possible de s appuyer sur les travaux du commissaire aux comptes ou d un autre contrôle externe. Si cela semble possible, il procèdera conformément au point 2.3. des présentes normes <em>Lorsque la filiale n a fait l objet d aucun contrôle externe acceptable, le réviseur du groupe pourra selon les circonstances : - insister auprès de la direction de l entreprise pour qu un réviseur soumis à des règles professionnelles comparables, notamment du point de vue de l indépendance, soit désigné dans cette entreprise; - demander que les contrôles spécifiques soient effectués par le département d audit interne de la société mère; - effectuer lui-même les travaux de révision qu il juge nécessaires <em>Il est recommandé d appliquer les mêmes procédures aux entreprises associées. 2.5.<em>Le réviseur d entreprises doit récolter un ensemble approprié d éléments probants lui permettant de justifier l opinion qu il formule sur les comptes consolidés. Ces éléments probants concerneront les entreprises consolidées, les opérations de retraitements ainsi que les opérations de consolidation proprement dites <em>Les liasses de consolidation établies par les entreprises qui entrent dans le périmètre de consolidation forment la base des comptes consolidés. En conséquence, le réviseur s assurera que ces documents contiennent les informations nécessaires pour formuler une opinion sur les comptes consolidés <em>Pour apprécier si les éléments probants dont il dispose sont suffisants, le

11 réviseur décidera dans quelle mesure il doit procéder à une révision des sociétés comprises dans la consolidation; le cas échéant, il utilisera les travaux d autres réviseurs dans les conditions prévues au paragraphe 2.3. ci-dessus <em>Le réviseur recueillera des éléments probants sur la mise en œuvre complète, correcte et permanente des retraitements nécessaires au regard des principes et méthodes adoptés par l entreprise consolidante. Il prêtera une attention particulière à la conversion des états financiers établis dans une autre devise <em>Dans l élaboration des comptes consolidés, les titres de participation sont compensés par la part qu ils représentent dans les capitaux propres tandis que les opérations réciproques et les résultats intragroupes sont éliminés. Les vérifications à effectuer doivent fournir au réviseur la confirmation que les éliminations ont été opérées de façon correcte et selon des règles constantes. Une attention particulière sera également apportée aux problèmes spécifiques de traitement des écarts de consolidation et à l évolution des réserves du groupe <em>Parmi les techniques dont dispose le réviseur pour récolter des éléments probants. On relèvera notamment : - L examen des liasses de consolidation et des autres documents disponibles auprès de la société consolidante. - La confirmation d informations par les dirigeants de la société consolidante. - L enquête sous forme de questionnaires adressés aux réviseurs des filiales. - La confirmation d informations par les dirigeants des entreprises comprises dans la consolidation. - La vérification sur place de renseignements disponibles dans les filiales. - La vérification de la réconciliation et de la justification des variations de certains postes du bilan par rapport à l exercice précédent (réserves de consolidation, écart de consolidation, intérêts de tiers, valeur des entreprises mises en équivalence, etc.). - Les vérifications arithmétiques. - L analyse indiciaire des comptes consolidés en vue de vérifier leur cohérence interne et de mettre en évidence les fluctuations inhabituelles, les opérations exceptionnelles et l évolution de la situation financière <em>Les procédures applicables aux filiales sont d application par analogie à l entreprise mère lorsque le réviseur n est pas le commissaire des comptes consolidés. Il est recommandé de les appliquer également aux entreprises associées. 2.6.<em>Dans ses travaux de révision, le réviseur doit vérifier le respect par l entreprise consolidante des dispositions légales et réglementaires relatives à la présentation des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé <em>Le contrôle des comptes consolidés inclut la vérification de la conformité

12 des comptes consolidés aux dispositions légales et réglementaires. Le réviseur devra notamment vérifier la qualité de la présentation formelle des documents ainsi que le caractère complet et adéquat des informations données dans l annexe <em>Le réviseur doit vérifier que le rapport consolidé de gestion comprend les informations requises par la loi et que celles-ci concordent avec les comptes consolidés. A cet égard, il se référera au paragraphe 3.9. des normes générales de révision relatives au rapport de gestion du conseil d administration <em>Le réviseur d entreprises est tenu de consigner ou de faire consigner par écrit les travaux de contrôle effectués en personne ou par ses collaborateurs, de façon à conserver une documentation fiable de l exécution de sa mission. Ces documents de travail doivent être conservés cinq ans <em>Les principes fondamentaux relatifs à la tenue des documents de travail tels qu établis par les normes générales de révision sont également d application pour les travaux de contrôle des comptes consolidés <em>Le dossier de travail relatif au contrôle des comptes consolidés comprendra entre autres comme documents spécifiques : - un mémorandum définissant la nature, l étendue et le calendrier des contrôles; - le programme de travail; - les comptes-rendus d entretiens avec les responsables des sociétés; - les instructions adressées aux autres réviseurs du groupe, les documents reçus de ces confrères ainsi que les comptes-rendus d entretien avec ces derniers; - les notes de travail retraçant les contrôles effectués par le réviseur; - les comptes consolidés; - une note de synthèse. 3. Rapport relatif aux comptes consolidés (Modification Rapport annuel 1997, p. 85) 3.1.<em>Le réviseur d entreprises qui est désigné pour le contrôle des comptes consolidés d une entreprise, doit rédiger un rapport écrit et circonstancié, distinct du rapport sur les comptes annuels non consolidés de l entreprise consolidante même s il est également désigné pour le contrôle des deux documents <em>Les paragraphes 3.1 à 3.9 et 3.15 des normes générales de révision sont applicables <em>Au cas où la direction de l entreprise mère ou de la filiale s opposerait au 21 Voir la Norme de révision «Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés)».

13 contact direct entre le réviseur de la filiale et celui qui atteste les comptes consolidés, ce dernier émettrait des réserves dans son rapport en mentionnant le nom et l impact des entreprises pour lesquelles il ne dispose pas d informations suffisantes et l impact sur la portée de son attestation. Cet impact sera déterminé par référence aux éléments significatifs des comptes annuels de la filiale pour les comptes consolidés. Il est recommandé de procéder de même lorsque le réviseur d une filiale, dont l importance est significative, a refusé d apporter son concours et que le réviseur n a pu effectuer des prestations alternatives suffisantes <em>Si le réviseur n a pas pu mettre en œuvre un contrôle suffisant sur une filiale consolidée d importance significative mais qui n a pas été préalablement auditée, il mentionnera dans son rapport le nom de la filiale et son impact sur les comptes consolidés. Cet impact sera déterminé par référence aux éléments significatifs des comptes annuels de la filiale des comptes consolidés.

I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation

I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation I-3 : pourcentage de contrôle et pourcentage d intérêt II-1 : les missions de l auditeur des comptes consolidés

Plus en détail

Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés)

Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés) Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés) INTRODUCTION Historique 1. Le 6 octobre 1989, le Conseil de l IRE a approuvé une recommandation de révision

Plus en détail

4. NORMES RELATIVES AU CONTROLE DES APPORTS EN NATURE ET QUASI-APPORTS

4. NORMES RELATIVES AU CONTROLE DES APPORTS EN NATURE ET QUASI-APPORTS 4. NORMES RELATIVES AU CONTROLE DES APPORTS EN NATURE ET QUASI-APPORTS Vu la loi du 22 juillet 1953 portant création de l I.R.E., telle que modifiée par la loi du 21 février 1985, spécialement les articles

Plus en détail

3.1. Eléments probants externes (7 juillet 1995)

3.1. Eléments probants externes (7 juillet 1995) 3. ASPECTS TECHNIQUES 79 80 3.1. Eléments probants externes (7 juillet 1995) Introduction Selon le paragraphe 2.5. des normes générales de révision de l I.R.E., «Le réviseur d entreprises doit récolter

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Rapport annuel commun. Système belge de supervision publique des réviseurs d entreprises

Rapport annuel commun. Système belge de supervision publique des réviseurs d entreprises Rapport annuel commun Système belge de supervision publique des réviseurs d entreprises Le Conseil supérieur des Professions économiques tient à remercier le SPF Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie

Plus en détail

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE

LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE LE NOUVEAU REFERENTIEL NORMATIF ET DEONTOLOGIQUE DU PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE Septembre 2011 Page 1 Au sommaire Préambule Le nouveau référentiel sur la forme Le nouveau référentiel sur le

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc.

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc. COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010-5 - Calcul des critères de l article 15 C.Soc. Avis du 19 mai 2010 L article 15 opère une distinction, sur la base du chiffre d affaires annuel, du total

Plus en détail

2.7. Révision d une société en difficultés (3 décembre 1999) 72

2.7. Révision d une société en difficultés (3 décembre 1999) 72 de l état résumant la situation active et passive. En ce qui concerne la conclusion du contrôle, il y a lieu de se référer aux commentaires reproduits aux paragraphes 9 à 11 ci-dessus. Le rapport doit

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT

CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT Banque de la République d Haïti CIRCULAIRE N o 92 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D'EPARGNE ET DE LOGEMENT Les banques doivent respecter les dispositions suivantes concernant la surveillance consolidée

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n o 12 avril 2014 Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n 12 avril 2014 Le

Plus en détail

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle I -Notion de consolidation et de groupe A - Définition B - Motivation de la consolidation C - Comment la notion de contrôle doit-elle se comprendre? Exemple simplifié

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture

Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 510, Audit initial Soldes d ouverture Le présent document a été élaboré et approuvé par le Conseil des normes internationales

Plus en détail

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Introduction : Dans le but d accroître la transparence et la comparabilité des rapports

Plus en détail

aux Comptes et Attestation

aux Comptes et Attestation Rapports des Commissaires aux Comptes et Attestation page.1. Rapport des Commissaires aux Comptes sur les comptes annuels* 186.2. Rapport des Commissaires aux Comptes sur les comptes consolidés* 188.3.

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques (CCT) Appel d offres Ouvert. Relatif aux prestations de Commissariat aux comptes

Cahier des Clauses Techniques (CCT) Appel d offres Ouvert. Relatif aux prestations de Commissariat aux comptes Cahier des Clauses Techniques (CCT) Appel d offres Ouvert Relatif aux prestations de Commissariat aux comptes DATE ET HEURE LIMITE DE REMISE DES OFFRES : 11/05/2011 à 12H00 Appel d offres Ouvert CAC mars

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 225 17 décembre 2010. S o m m a i r e NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES POUR LES ENTREPRISES

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 225 17 décembre 2010. S o m m a i r e NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES POUR LES ENTREPRISES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3633 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 225 17 décembre 2010 S o m m a i r e NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES

Plus en détail

III.2 Rapport du Président du Conseil

III.2 Rapport du Président du Conseil III.2 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Rapport du directoire rapports du conseil de surveillance 2012 1 Obligations légales

Plus en détail

MEMORANDUM CONCERNANT LE CONTROLE DES ONG. Deux textes réglementaires définissent les aspects comptables et de contrôle relatifs aux O.N.G. agréées.

MEMORANDUM CONCERNANT LE CONTROLE DES ONG. Deux textes réglementaires définissent les aspects comptables et de contrôle relatifs aux O.N.G. agréées. 04.12.1998 MEMORANDUM CONCERNANT LE CONTROLE DES ONG 1. LE CADRE LÉGAL Deux textes réglementaires définissent les aspects comptables et de contrôle relatifs aux O.N.G. agréées. 1.1. Arrêté royal du 18

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix

Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix Le présent document a été élaboré et approuvé

Plus en détail

Le quasi-apport Une tâche spécifique, confiée par la loi à votre réviseur d entreprises

Le quasi-apport Une tâche spécifique, confiée par la loi à votre réviseur d entreprises 2. Bas i s reg el s voor een g ezon d f i n an ci eel b el ei d Le quasi-apport Une tâche spécifique, confiée par la loi à votre réviseur d entreprises MISSIONS SPÉCIFIQUES DU RÉVISEUR D ENTREPRISES DANS

Plus en détail

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion DSCG D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Validation des Acquis de l Expérience VAE R é f é

Plus en détail

Examen d'aptitude professionnelle des candidats réviseur d'entreprises. Session ordinaire septembre 2003. Épreuve écrite

Examen d'aptitude professionnelle des candidats réviseur d'entreprises. Session ordinaire septembre 2003. Épreuve écrite 6 octobre 2003 Examen d'aptitude professionnelle des candidats réviseur d'entreprises Session ordinaire septembre 2003 Épreuve écrite Vous travaillez dans un cabinet de réviseurs d'entreprises. Vous devez

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification AUDIT DES COMPTES D UN CANDIDAT À UNE ÉLECTION FÉDÉRALE AOÛT 2015 Modèle de lettre de mission d audit, modèle de lettre d acceptation et modèle de rapport de l auditeur indépendant

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION Rabat, le 13 octobre 2005 NOTE DE PRESENTATION sur la circulaire n 06 /05 relative à la publication et à la diffusion d informations financières par les personnes morales faisant appel public à l épargne

Plus en détail

Principales dispositions du projet de règlement

Principales dispositions du projet de règlement Principales dispositions du projet de règlement (TEXTE VOTÉ PAR LA COMMISSION JURI LE 21 JANVIER 2014) Février 2014 1 Honoraires d audit (article 9) (1/3) Limitation des services non audit Si un contrôleur

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE 2.8.2013 Journal officiel de l Union européenne C 223/1 (Communications) COMMUNICATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Lignes directrices

Plus en détail

Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières.

Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières. Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières. TITRE PREMIER Renforcement de la sincérité des comptes des sociétés Chapitre premier Renforcement de

Plus en détail

HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013

HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013 HAUT COMITE DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE GUIDE D APPLICATION DU CODE AFEP-MEDEF DE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE DES SOCIETES COTEES DE JUIN 2013 Janvier 2014 Ce guide a pour objet de préciser l interprétation

Plus en détail

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS

RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS RAPPORT DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS Société Générale Exercice clos le 31 décembre 2014 Aux Actionnaires, En exécution de la mission qui nous a été confiée par votre assemblée générale,

Plus en détail

Missions des comités en détail

Missions des comités en détail Missions des comités en détail Missions et attributions des Comités du Conseil Le Conseil d administration a défini dans son règlement intérieur les missions et attributions de ses différents Comités permanents

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Loi sur la Société de l assurance automobile du Québec (chapitre S-11.011) Le

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES. Introduction CHAPITRE CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES Introduction 1 Le diagnostic financier des sociétés et des groupes... 1 I. L analyse du risque de faillite... 2 A. L analyse fonctionnelle... 2 B. L analyse dynamique du risque de faillite

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

ASSOCIATION SUISSE POUR LA QUALITE DANS LES SOINS PALLIATIFS STATUTS. Art.1

ASSOCIATION SUISSE POUR LA QUALITE DANS LES SOINS PALLIATIFS STATUTS. Art.1 ASSOCIATION SUISSE POUR LA QUALITE DANS LES SOINS PALLIATIFS STATUTS I. Nom et siège Art.1 Sous le nom de qualitépalliative, Association suisse pour la qualité dans les soins palliatifs existe une association

Plus en détail

APPEL D OFFRES. Correspondant Notre référence Votre référence Date info@icci.be EV/svds le 10 septembre 2015

APPEL D OFFRES. Correspondant Notre référence Votre référence Date info@icci.be EV/svds le 10 septembre 2015 APPEL D OFFRES Correspondant Notre référence Votre référence Date info@icci.be EV/svds le 10 septembre 2015 Concerne : Développement par un cabinet de révision d un programme de travail et d un rapport

Plus en détail

Partie 2 : Charte du Comité d audit

Partie 2 : Charte du Comité d audit Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS 3 Sommaire I. Contexte...4 1. Audit interne : un défi commun pour les IPSS...4 II. Notion de Comité

Plus en détail

TRAVEL TECHNOLOGY INTERACTIVE Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance Au Capital de 4.524.878,73 Euros

TRAVEL TECHNOLOGY INTERACTIVE Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance Au Capital de 4.524.878,73 Euros 75008 PARIS SUR LES COMPTES CONSOLIDES EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2014 75008 PARIS SUR LES COMPTES CONSOLIDES EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2014 Aux actionnaires, En exécution de la mission qui nous a

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées

NOTE SUR LES SUBVENTIONS. - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées NOTE SUR LES SUBVENTIONS - Récapitulatif des obligations des associations subventionnées - Les produits de la tarification ne sont pas des subventions A. Récapitulatif des obligations des associations

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 2010/16 - Traitement comptable des subsides, dons et legs, octroyés en espèces, dans le chef des grandes et très grandes associations et fondations bénéficiaires

Plus en détail

RAPPORT SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE ET DE GESTION DES RISQUES ET SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE

RAPPORT SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE ET DE GESTION DES RISQUES ET SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE RAPPORT SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE ET DE GESTION DES RISQUES ET SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE Exercice clos le 31 décembre 2013 Chers Actionnaires, La loi du 1 er août 2003 relative à la

Plus en détail

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Document mis en distribution le 21 avril 2009 N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2009. PROJET

Plus en détail

Le Président Correspondant sg@ibr-ire.be

Le Président Correspondant sg@ibr-ire.be AVIS (1) 2015/02 DU CONSEIL DE L INSTITUT DES REVISEURS D ENTREPRISES Le Président Correspondant sg@ibr-ire.be Notre référence EV/VY/vy Votre référence Date 02 mars 2015 Chère Consœur, Cher Confrère, Concerne

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA Le Conseil d Administration (le "Conseil d Administration" ou le "Conseil") de la société Club Méditerranée SA (la "Société") a décidé

Plus en détail

MANUEL DES NORMES Audit légal et contractuel

MANUEL DES NORMES Audit légal et contractuel 325 MANUEL DES NORMES TITRE 6 NORMES RELATIVES AUX INTERVENTIONS CONNEXES A LA MISSION GENERALE 326 6000. NORMES ET COMMENTAIRES DES NORMES RELATIFS AUX INTERVENTIONS CONNEXES A LA MISSION GENERALE SOMMAIRE

Plus en détail

LES FONDAMENTAUX DE L AUDIT DES COMPTES CONSOLIDES

LES FONDAMENTAUX DE L AUDIT DES COMPTES CONSOLIDES LES FONDAMENTAUX DE L AUDIT DES COMPTES CONSOLIDES 1 SOMMAIRE 1. Les sources d information 2. Les conditions d acceptation de mission 3. La planification de l audit de la consolidation 4. Les travaux d

Plus en détail

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise.

Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. Plaisir, le 19 Décembre 2011 Rapport sur le contrôle interne et le gouvernement d entreprise. LES DISPOSITIFS DE GESTION DES RISQUES ET DE CONTRÔLE INTERNE L objet de ce rapport est de rendre compte aux

Plus en détail

70992 BELGISCH STAATSBLAD 11.10.2004 MONITEUR BELGE

70992 BELGISCH STAATSBLAD 11.10.2004 MONITEUR BELGE 70992 BELGISCH STAATSBLAD 11.10.2004 MONITEUR BELGE TRADUCTION SERVICE PUBLIC FEDERAL JUSTICE [C 2004/09637] 4 OCTOBRE 2004. Publicité des actes et documents des associations sans but lucratif et des fondations

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

Charte d audit du groupe Dexia

Charte d audit du groupe Dexia Janvier 2013 Charte d audit du groupe Dexia La présente charte énonce les principes fondamentaux qui gouvernent la fonction d Audit interne dans le groupe Dexia en décrivant ses missions, sa place dans

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification NORMES CANADIENNES DE MISSIONS DE CERTIFICATION (NCMC) JUILLET 2015 NCMC 3000, Missions d attestation autres que les audits ou examens d informations financières historiques

Plus en détail

Guide du rapport financier 2014

Guide du rapport financier 2014 Guide du rapport financier 2014 Décembre 2014 Direction générale des finances municipales TABLE DES MATIÈRES Page INTRODUCTION... 3 1. ATTESTATION DU TRÉSORIER OU DU SECRÉTAIRE-TRÉSORIER (page S3)... 5

Plus en détail

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 )

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 ) 5112/PC/MS ANNEXE 1 À LA COMMUNICATION F.2 DÉSIGNATION D'UN COMMISSAIRE AUPRÈS D'UNE SOCIÉTÉ DE CAUTIONNEMENT MUTUEL La société de cautionnement mutuel...... (dénomination statutaire)......... (adresse

Plus en détail

Projet du 5 octobre 2006. du [date] 2006. (Adaptation des fonds propres de base) Sommaire

Projet du 5 octobre 2006. du [date] 2006. (Adaptation des fonds propres de base) Sommaire Circ.-CFB 06/_ Adaptation des fonds propres de base Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Détermination du capital réglementaire en cas d utilisation d un standard comptable international

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 456 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 9 juin 2009 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE NATIONALE, pour faciliter le maintien et la création d emplois,

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE EXERCICE CLOS AU 30 juin 2009

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE EXERCICE CLOS AU 30 juin 2009 BASTIDE LE CONFORT MEDICAL Société Anonyme au capital de 3.303.261 EUROS Siège Social : 12, avenue de la Dame - Centre Euro 2000 30132 CAISSARGUES R.C.S. NIMES B 305 635 039 RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL

Plus en détail

Investir dans des produits financiers

Investir dans des produits financiers En savoir plus sur les services financiers Investir dans des produits financiers La directive MiFID : guide du Consommateur Comité Européen des Régulateurs des Marchés de Valeurs mobilières Commission

Plus en détail

RAPPORT SUR LE CONTROLE INTERNE ET LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE

RAPPORT SUR LE CONTROLE INTERNE ET LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE RAPPORT SUR LE CONTROLE INTERNE ET LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE Exercice clos le 31 décembre 2010 Chers Actionnaires, La loi du 1 er août 2003 relative à la sécurité financière a, pour les sociétés anonymes,

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS 2012

COMPTES CONSOLIDÉS 2012 ÉNERGIE ENVIRONNEMENT EAU ÉOLIEN RÉSEAUX HOLDING WALLON 2 Commentaires des comptes consolidés 1. ACQUISITION ET PÉRIMÈTRE Le périmètre de consolidation et les pourcentages détenus sont présentés dans le

Plus en détail

Loi fédérale sur la surveillance des entreprises d assurance

Loi fédérale sur la surveillance des entreprises d assurance Loi fédérale sur la surveillance des entreprises d assurance (Loi sur la surveillance des assurances, LSA) du 17 décembre 2004 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 82, al. 1, 98,

Plus en détail

Orientations sur la solvabilité du groupe

Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA-BoS-14/181 FR Orientations sur la solvabilité du groupe EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

Exposé-sondage. Conseil des normes actuarielles. Avril 2013. Document 213018

Exposé-sondage. Conseil des normes actuarielles. Avril 2013. Document 213018 Exposé-sondage Révisions aux Normes de pratique applicables aux régimes de retraite Hypothèses pour les évaluations de liquidation hypothétique et de solvabilité Conseil des normes actuarielles Avril 2013

Plus en détail

FAIRFAX INDIA HOLDINGS CORPORATION

FAIRFAX INDIA HOLDINGS CORPORATION États financiers consolidés Pour la période close le 31 décembre 2014 1 Le 25 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant Au conseil d administration de Fairfax India Holdings Corporation Nous avons effectué

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Codes des banques 9 septembre 2009

Codes des banques 9 septembre 2009 Codes des banques 9 septembre 2009 1/16 PREAMBULE Le Code des banques a été établi par l Association des banques néerlandaises (NVB) en réponse au rapport intitulé Naar herstel van vertrouwen (vers le

Plus en détail

SOCIÉTÉ FÉDÉRALE DE PARTICIPATIONS ET D INVESTISSEMENT FEDERALE PARTICIPATIE- EN INVESTERINGSMAATSCHAPPIJ («SFPI» / «FPIM») CHARTE DE GOUVERNANCE

SOCIÉTÉ FÉDÉRALE DE PARTICIPATIONS ET D INVESTISSEMENT FEDERALE PARTICIPATIE- EN INVESTERINGSMAATSCHAPPIJ («SFPI» / «FPIM») CHARTE DE GOUVERNANCE 1 SOCIÉTÉ FÉDÉRALE DE PARTICIPATIONS ET D INVESTISSEMENT FEDERALE PARTICIPATIE- EN INVESTERINGSMAATSCHAPPIJ («SFPI» / «FPIM») CHARTE DE GOUVERNANCE La Société fédérale de Participations et d Investissement

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

SECTION A - GÉNÉRALITÉS 04 Politique linguistique Page: A-04-1

SECTION A - GÉNÉRALITÉS 04 Politique linguistique Page: A-04-1 04 Politique linguistique Page: A-04-1 04 - POLITIQUE LINGUISTIQUE 1. MISSION DE LA SOCIÉTÉ La Société des établissements de plein air du Québec (ci-après appelée : la «Société» ou la ) est une société

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Rapport au Président de la République relatif à l ordonnance n o 2015-378 du 2 avril 2015 transposant la directive

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE

RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE GOUVERNEMENT D ENTREPRISE ET LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE Mesdames, Messieurs, En application des dispositions de l article L.225-37 du Code de commerce, j ai l honneur

Plus en détail

Lors de sa réunion du 12 novembre 2009, le Conseil a modifié son Règlement Intérieur.

Lors de sa réunion du 12 novembre 2009, le Conseil a modifié son Règlement Intérieur. RAPPORT DU PRESIDENT AU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL ET SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE Les informations qui suivent sont établies

Plus en détail

S.A RODRIGUEZ GROUP. Exercice 2004-2005

S.A RODRIGUEZ GROUP. Exercice 2004-2005 S.A RODRIGUEZ GROUP Exercice 2004-2005 Rapport du Président du Conseil de Surveillance sur les procédures de contrôle interne Mesdames, Messieurs, Chers Actionnaires, Conformément aux dispositions de l

Plus en détail

CGET/MAE/SNOTTIN/MADEVERON. Références juridiques applicables au niveau européen et national :

CGET/MAE/SNOTTIN/MADEVERON. Références juridiques applicables au niveau européen et national : Projet d instruction CGET/DMAT/DHUP visant à préciser les modalités de gestion des opérations d efficacité énergétique dans le logement social cofinancées par le FEDER en fin de période de programmation

Plus en détail

PROFESSIONNEL AUPRES DE L ENTITE

PROFESSIONNEL AUPRES DE L ENTITE AVANT-PROPOS MISSION D EXAMEN LIMITE : UNE MISSION QUI CONSOLIDE LE ROLE DU PROFESSIONNEL AUPRES DE L ENTITE La mission d examen limité des comptes est une mission d assurance de niveau modéré, sur la

Plus en détail

Quelles nouveautés pour les rapports à présenter à l assemblée générale ordinaire annuelle?

Quelles nouveautés pour les rapports à présenter à l assemblée générale ordinaire annuelle? Pratique d experts 9 Assemblées générales 2014 (sociétés cotées et sociétés non cotées) Toutes les nouveautés pour la préparation de vos assemblées générales : rapports à présenter, décisions à prendre,

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières

Bureau du surintendant des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Rapport de la Vérification interne sur le Groupe des assurances multirisques (GAM), Secteur de la surveillance Juin 2013 Table des matières 1. Contexte...

Plus en détail

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012 Orientations sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés Orientations de l ABE sur l évaluation de l aptitude des

Plus en détail

Règlement grand-ducal du 18 décembre 2009 relatif aux taxes à percevoir par la Commission de surveillance du secteur financier.

Règlement grand-ducal du 18 décembre 2009 relatif aux taxes à percevoir par la Commission de surveillance du secteur financier. Ce texte a été élaboré par la CSSF à des fins d information ; seul le texte publié au Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg fait foi. Règlement grand-ducal du 18 décembre 2009 relatif aux taxes

Plus en détail

FIBROSE KYSTIQUE CANADA

FIBROSE KYSTIQUE CANADA États financiers de FIBROSE KYSTIQUE CANADA KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (416) 228-7000 Yonge Corporate Centre Télécopieur (416) 228-7123 4100, rue Yonge, Bureau 200 Internet www.kpmg.ca Toronto

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

Les nouvelles obligations en matière de transparence financière des Comités d Entreprise Loi du 5 mars 2014 :

Les nouvelles obligations en matière de transparence financière des Comités d Entreprise Loi du 5 mars 2014 : Les nouvelles obligations en matière de transparence financière des Comités d Entreprise Loi du 5 mars 2014 : Situation antérieure et obligations prochaines www.semaphores.fr Situation antérieure à la

Plus en détail

CNAC. Appel à commentaires. Missions d examen. préparé par le Conseil des normes d audit et de certification

CNAC. Appel à commentaires. Missions d examen. préparé par le Conseil des normes d audit et de certification Appel à commentaires Missions d examen préparé par le Conseil des normes d audit et de certification Date limite de réception des commentaires : le 11 avril 2011 CNAC APPEL À COMMENTAIRES MISSIONS D EXAMEN

Plus en détail