Manuel de formation théorique et pratique à l'analyse, à la synthèse et au reconditionnement de l'information (version préliminaire) établi par

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Manuel de formation théorique et pratique à l'analyse, à la synthèse et au reconditionnement de l'information (version préliminaire) établi par"

Transcription

1 PGI-86lWSl14 Cours de consolidation de l information Manuel de formation théorique et pratique à l analyse, à la synthèse et au reconditionnement de l information (version préliminaire) Programme général d information et UNISIST Organisation des Nations Unies, pour l éducation, la science et la culture 1 Or I ;\;yj Paris, 1988

2 PGI-86/WS/14 Paris, mai 1989 COURS DE CORSOLIDATIOIV DE L'Il'iFORMATION Manuel de formation théorique et pratique à l'analyse, à la synthèse et au reconditionnement de l'information (version préliminaire) Tefko établi par Saracevic Programme général d'information et UNISIST Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture

3 Notice recommandée par le catalogue : Saracevic, Tefko Cours de consolidation de l'information : Manuel de formation théorique et pratique à l'analyse, à la synthèse et au reconditionnement de l'information (version préliminaire)/établi par Tefko Saracevic (pour le) Programme général d'information et UNISIST. - Paris : Unesco, ix, 114 pages ; 30 cm. (PGI-86/WS/14). 1. Titre II. Unesco. Programme général d'information et UNISIST 0 Unesco, 1986.

4 , (iii) AVANT-PROPOS Le cours d'analyse, de synthèse et de reconditionnement de l'information qui est ici présenté est une importante initiative de l'unesco, qui s'inscrit dans le cadre de ses efforts pour promouvoir, p ar l'intermédiaire de son Programme général d'information, la consolidation et la diffusion de l'information au service du développement. On en trouvera exposés la genèse, les objectifs et le plan dans la préface de l'auteur. Ce Manuel a été établi pour 1'Unesco par M. Tefko Saracevic, ancien collaborateur de la School of Library and Information Science, Case Western Reserve University (Cleveland, Ohio, Etats-Unis d'amérique), et actuellement membre de la School of Communication, Information and Library Studies, Rutgers University (New Brunswick, New Jersey, Etats-Unis d'amérique. La consolidation de l'information ayant jusqu'à présent fait l'objet de relativement peu d'activités de formation, il a été jugé préférable de publier ces principes directeurs dans une version préliminaire, sans les soumettre au préalable à l'examen de la communauté internationale. Les lecteurs, en particulier ceux qui participent à des programmes de formation en sciences de l'information, sont invités à examiner ce Manuel et à l'expérimenter dans des activités pédagogiques pratiques et à adresser leurs observations et suggestions à : Division du Programme général d'information Unesco 7, place de Fontenoy Paris France Pour se procurer des exemplaires supplémentaires de ce document, écrire à la même adresse.

5 TABLE DES MATIERES PREFACE Origine... Définitions... Caractéristiques essentielles... Buts et objectifs du Manuel... Public auquel s'adresse le Manuel... Ouvrages de référence... Plan du Manuel.... INTRODUCTION PARTIE 1. CONCEPTION Chapitre I-l - JUSTIFICATION DU COURS Obstacles à l'utilisation de l'information... Moyens de surmonter les obstacles à l'utilisation de l'information.... Résumé Chapitre I-2 - BUT, OBJECTIFS ET ORIENTATION DU COURS But Objectifs.....' Priorités et orientation Chapitre I-3 - STRUCTURE DU COURS Approche Domaines et sujets Plan général du cours PARTIE II. CONTENU SECTION A : DEFINITION ET ENVIRONEEMENT Chapitre II-1 - PREMIER SUJET : DEFINITION ET ROLE SOCIAL DE LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement

6 (vi> Page Chapitre II-2 - DEUXIEME SUJET : BUT ET CADRE DE LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement SECTION B : AVANTAGES ET UTILISATEURS Chapitre II-3 - TROISIEME SUJET : VALEUR ET AVANTAGES DE LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement Chapitre II-4 - QUATRIEME SUJET : UTILISATEURS ET ETUDES SUR LES UTILISATEURS Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement SECTION C : ENTREES Chapitre II-5 - CINQUIEME SUJET : SELECTION ET EVALUATION DE L'INFORMATION Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet '. Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement SECTION D : METHODES ET TECHNIQUES DE TRAITEMENT Chapitre II-6 - SIXIEME SUJET : APERCU DES METHODES ET PRODUITS DE LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION..... Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement

7 (vii) Chapitre II-7 - SEPTIEME SUJET : SYNTHESES DOCUMENTAIRES ET PRODUITS CONNEXES Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement Chapitre II-8 - HUITIEME SUJET : REDACTION TECHNIQUE ET VLJLGARISATION Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement SECTION E : SORTIE Chapitre II-9 - NEUVIEME SUJET : LE CONDITIONNEMENT DE L'INFORMATION : SUPPORT ET PRESENTATION.. Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement Chapitre II-10 - DIXIEME SUJET : DIFFUSION DES PRODUITS DE LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION.... Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement SECTION F : GESTION Chapitre II-11 - ONZIEME SUJET : MARKETING DE L'INFORMATION Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement Chapitre II-12 - DOUZIEME SUJET : GESTION D'UNE UNITE DE CONSOLIDATION DE L'INFORMATION......, Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement

8 (viii) SECTION G : PERSPECTIVES Chapitre II-13 - TREIZIEME SUJET : RESUME DES CONDITIONS REQUISES ET PERSPECTIVES DE LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION DANS UNENVIRONNEMENT DONNE Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement PARTIE III. MISE EN OEUVRE Chapitre III.1 - ORGANISATION ET PRESENTATION DU COURS Programme de bibliothéconomie et de sciences de l'information.... Formation permanente... Les instructeurs : préparation et enseignement Chapitre III.2 - EVALUATION DU COURS Niveaux ou étapes de l'évaluation Evaluation de la réaction des participants Evaluation des connaissances acquises Evaluation des modifications du comportement Evaluation des résultats du cours et du programme REFERENCES... ANNEXE

9 LISTE DES FIGURES Pane Figure 1 PROCESSUS QUI ENTRENT EN JEU DANS LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION Figure 2 VALEUR DE L'INFORMATION POUR LA PRISE DE DECISIONS ET LA RESOLUTION DES PROBLEMES Figure 3 RELATION ENTRE LE SAVOIR PUBLIC, L'INFORMATION CONSOLIDEE ET LES UTILISATEURS LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 Plan général du cours de consolidation de l'information Tableau 2 Avantages que l'on peut tirer de l'utilisation de l'information consolidée Tableau 3 Exemples de consolidation de l'information Tableau 4 Exemples de produits d'information consolidée sur différents supports

10 PREFACE Oripine Le présent Manuel est destiné à répondre aux besoins exprimés et aux recommandations formulées dans le rapport final de chacune des trois réunions ci-après organisées par le Programme général d'information de 1'Unesco : 1. First Meetinp of the UNISIST Workinn Group on Information Analysis Centers. (Première réunion du Groupe de travail de 1'UNISIST sur les Centres d'analyse de l'information.) Maison de l'unesc0, Paris, 3-5 novembre 1975 (1). 2. Colloaue sur l'analyse et le regroupement de l'information (deuxième réunion). Colombo, Sri Lanka, septembre 1978 (2). 3. Troisième réunion du Groupe de travail regroupement de l'information. Kuala de 1'UNISIST sur Lumpur, Malaisie, l'analyse et le septembre 1983 (3). Les recommandations d'un certain nombre d'autres réunions ont également été prises en considération, plus particulièrement celles : 4. de la Conférence des Nations Unies sur la science et la techniaue au service du dévelonpement. Vienne, Autriche, 1979 (4), 5. du Colloaue international sur l'harmonisation des nroprammes d'enseianement et de formation en sciences de l'information, bibliothéconomie et archivistiaue. Maison de l'llnesco, Paris, 8-12 octobre 1984 (5). Les rapports de ces réunions examinent notamment les besoins d'information q des pays en développement en général,et, dans une large mesure, la nécessité plus particulière de fournir une information adaptée, par son contenu et sa forme, à diverses catégories de public. La notion d'information consolidée telle qu'elle est définie ci-après est l'un des moyens préconisés pour satisfaire ce besoin spécifique. L'idée fondamentale est de fournir l'information sous une forme qui permette d'en accroître le potentiel d'utilisation par un large éventail d'utilisateurs. Considérant ces recommandations et notions comme pertinentes, le présent Manuel est compétences essentiellement professionnelles un cours destiné à développer qui sont nécessaires pour les connaissances et les produire et diffuser une information consolidée. Définitions Les définitions ci-après ont été énoncées lors du Colloaue de 1'Unesco sur l'analyse et le regroupement de l'information qui s'est tenu à Colombo, Sri Lanka, du 12 au 15 septembre 1978 (2) : LES ACTIVITES DE CONSOLIDATION DE L'INFORMATION correspondent à la fonction exercée par des individus, des services ou des organisations, tendant à évaluer et à condenser des documents pertinents afin de procurer à des groupes d'utilisateurs déterminés de nouveaux corpus de connaissances fiables - l-

11 et concis. Tout individu ou groupe d individus qui se livre à des activités de consolidation de l information constitue une UNITE DE CONSOLIDATION DE L INFORMATION (UCI). Dans une étude intitulée Consolidation de l information. Guide pour l évaluation, la réorpanisation et le reconditionnement de l information scientifique et technique (6), Tefko Saracevic a proposé une définition proche mais plus élaborée : L INFORMATION CONSOLIDEE est un ensemble d éléments du savoir public choisis, analysés, évalués, et éventuellement réorganisés et reconditionnés en fonction de certaines des décisions immédiates, de certains des problèmes et des besoins d information d une clientèle ou d un groupe social défini qui, sans cela, ne serait peut-être pas en mesure d accéder à ces connaissances telles qu elles se présentent dans la masse des documents ou sous leur forme originale, et de les utiliser de manière efficace et efficiente. Les critères appliqués à la sélection, à l évaluation, à la réorganisation et au reconditionnement de ces connaissances sont établis en fonction de la clientèle potentielle. Telles sont les définitions de la consolidation de l information sur lesquelles reposent tous les concepts et descriptions du présent Manuel. Caractéristiques essentielles Les rapports susmentionnés étudient principalement deux caractéristiques essentielles de la consolidation de l information, à savoir : 1. son orientation vers l utilisateur, et 2. la coopération entre les spécialistes des diverses disciplines et les spécialistes de l information. Le succès de l opération fondamentales, autour desquelles passe par s articule la satisfaction explicitement de ces deux ou implicitement exigences tout le cours. But et objectifs du Manuel Le but général du présent Manuel est d encourager les institutions et organisations responsables de l enseignement et de la formation en bibliothéconomie et en sciences de l information à intégrer un cours de consolidation de l information à leurs programmes, qu il s agisse de l enseignement universitaire ordinaire ou de la formation permanente des personnels de l information. Un tel cours est particulièrement nécessaire dans les pays en développement, où les besoins d information de certains groupes d utilisateurs restent souvent insatisfaits faute de produits et services appropriés. Les objectifs du Manuel sont les suivants : 1. fournir la description et le programme détaillés d un cours de consolidation de l information devant permettre de l intégrer, de l adapter et de l enseigner plus facilement dans le cadre d un programme d enseignement existant ou d un programme d éducation permanente ; 2. définir dans leurs grandes lignes les moyens et méthodes qui permettront de mettre en oeuvre un tel cours ; -2-

12 3. fournir une liste générale de lectures et des suggestions pratiques sur la manière d enseigner le cours et/ou de l adapter à des situations et applications particulières. L objectif est non pas de proposer un cours à copier purement et simplement tel quel, mais de fournir suffisamment d éléments pour permettre de l adapter facilement à un milieu donné tout en préservant les concepts et principes de base de la consolidation de l information qui restent valables quels que soient l environnement et les circonstances. Par-delà le cours lui-même, l objectif est plus vaste encore. Il s agit :... de stimuler la réflexion sur les services de consolidation de l information en général ;... de susciter de l intérêt pour les besoins d information de certains groupes d utilisateurs qui restent insatisfaits et auxquels des produits et services de consolidation de l information seraient susceptibles de répondre ;... de contribuer à 1.élaboration de définitions spécifiques des méthodes et questions de consolidation de l information. Public auquel s'adresse le Manuel Le Manuel cherche avant tout à toucher deux types de public : Il les enseipnants en bibliothéconomie et en sciences de 1 information travaillent soit dans le cadre de l enseignement ordinaire, soit dans celui de l éducation permanente, qui l. utiliseront pour préparer un cours de consolidation de l information et pour l enseigner ; les resgonsables et administrateu- de l éducation qui s en serviront pour définir la politique générale et arrêter les plans d études et les, programmes d.enseignement et d!éducation permanente en bibliothéconomie et en sciences de l information. s adresse en second lieu : aux chercheurs et. analystes qui étudient les questions posées -.par l enseignement de la bibliothéconomie et des sciences de. l information en général, et des méthodes de consolidation de l information en particulier, et qui l utiliseront comme document. de travail pour leurs études ou comme document de base pour améliorer la consolidation de l information ; aux spécialistes de l information.intéressés par les aspects pratiques et administratifs de la consolidation de l. information, qui s en serviront comme d un répertoire des éléments dont il faut tenir compte pour mettre au point ou évaluer des applications pratiques ; j aux étudiants suivant une formation théorique ou pratique à la consolidation de l information, qui y trouveront des exemples. ainsi qu une récapitulation de ce qu il faut savoir et prendre en considération. Ouvrapes de référence Le Programme général d information de 1 Unesco a publié un certain nombre de guides ou manuels et de rapports sur la consolidation de l information, qui sont -3-

13 mentionnés à propos des différents sujets traités dans le cours et pourront fournir des textes de référence, des lectures et des exemples directement pertinents. Il s agit notamment des rapports des trois réunions déjà mentionnées au début de la préface (1 à 3), ainsi que des ouvrages suivants : - Saracevic, T. et Wood, J. Guide pour l évaluation, la réorpanisation et le reconditionnement de l information scientifiaue et technioue (6). - Marumdar, A. Consolidation of Information : Biopas Handbook (7). - Rastogi, T. Consolidation of Information : WindDumD Handbook (8). - Tata Energy Research Institute. Consolidation of Information : Cooking Stoves Handbook (9). - Tata Energy Research Institute. Biopas Technoloav - A Manual for Decision Maker (10). - Tata Energy Research Institute. Biopas Technolonv - A Manual for Extension Worker (11). - Seetharama, S. Guidelines for the Establishment of Information Consolidation Units (12). L ouvrage ci-après a aussi un rapport direct avec la question et pourra servir de texte de référence : - Valls, J. Information Services for DeVelODiIX Countries (13). Enfin, un article paru dans la revue Information Processing and Management pourra servir d introduction générale aussi bien pour les enseignants que pour les étudiants : - Saracevic, T. Processes and Problems in Information Consolidation (14). Le cours présenté ici est la suite directe des travaux de l auteur mentionnés en (6) et (14) et, pour chaque sujet, la description d un certain nombre de points importants s inspire largement de ces deux sources. On trouvera une introduction générale aux activités d information, y compris des sections sur les systèmes internationaux d information, l indexation, les résumés analytiques et la gestion des centres d information, dans un autre ouvrage publié par 1 Unesco : - Guinchat, C. et Menou, M. Introduction générale aux sciences et techniaues de l information et de la documentation (15). Les ouvrages mentionnés en (6) et (15) contiennent d abondantes bibliographies qui pourront être extrêmement utiles. Plan du Manuel Outre la préface, le Manuel comprend une introduction, trois parties, une liste de lectures et une annexe. -4-

14 L introduction décrit de manière générale le rôle de l information dans le développement et les problèmes connexes d information servant de cadre aux activités de consolidation de l information. La partie 1 se subdivise en trois chapitres qui exposent la conception générale du cours : justification, but et objectifs, structure. La partie II se compose de 13 chapitres qui définissent le contenu du cours et correspondent chacun à l un des sujets traités. Elle constitue en fait le programme du cours et la partie principale du Manuel. La partie III se compose de deux chapitres relatifs à la mise en oeuvre, c est-à-dire à l organisation et à la présentation du cours et à son évaluation. L annexe contient une liste sélective d organismes qui ont des activités de consolidation de l information et que l on pourra éventuellement consulter. -5-

15 INTRODUCTION Le développement est un changement social délibéré, orienté vers le type de système social et économique qu une société a décidé de choisir. C est un processus extrêmement complexe par lequel une société devient de plus en plus autosuffisante et de moins en moins dépendante - il vise à accroître les niveaux de vie, le revenu par habitant et la productivité tout en assurant une répartition équitable. Il implique des idées et des configurations nouvelles, en particulier en ce qui concerne les méthodes modernes de production et la santé, l éducation et autres pratiques contribuant à améliorer la qualité de la vie. En tant que tel, le développement est un processus organique évolutif dont la réussite dépend de l interaction positive de nombreux éléments. Un certain nombre de ressources, humaines, économiques, physiques, techniques et, ce qui n est pas le moins important, d information, sont nécessaires pour créer des conditions qui lui soient propices. En d autres termes, l information, en particulier en matière scientifique, technique et commerciale et en matière de santé est l une des ressources indispensables au développement. Elle a une grande valeur potentielle._ \ pour la prise de décisions, la résolution des problèmes et pour le bon déroulement du travail et de la vie. Des organisations internationales, de nombreuses études et des organismes et plans nationaux en ont, partout dans le monde, souvent souligné l importance pour le développement. Ce qui fait la valeur de l information pour le développement, c est indubitablement l usage qui en est fait. Une information non exploitée est aussi inutile qu un trésor enterré et perdu. Pour qu elle serve, il faut au minimum : 1. un niveau d infrastructure (système et services d information nationaux) qui rende l information disponible et accessible, ce qui suppose évidem- ;ment que l on dispose des ressources nécessaires pour créer et entre- 6 tenir une telle infrastructure ; k2. une propension des utilisateurs potentiels à se servir de l information. Des facteurs éducatifs, culturels, économiques, politiques et sociaux interviennent dans la reconnaissance de la valeur et de la nécessité de l information et donc, finalement, dans son utilisation. Depuis quelques décennies, l information devient infiniment plus disponible et accessible dans un grand nombre de pays en développement. Des infrastructures se mettent en place, la technologie de l information est implantée et appliquée et des spécialistes de l information sont formés. Toutefois, les problèmes et besoins d information restent trop grands et le manque d information ainsi que l absence des ressources nécessaires à la construction et à l entretien des infrastructures posent encore bien souvent problème. Il n est pas rare, d autre part, que l utilisation de l information ne soit pas optimale même lorsque les deux conditions minimales sont remplies. Cela tient au manque d information pertinente. On appelle INFORMATION PERTINENTE : gl information voulue, arrivant au moment voulu, en quantité voulue et au niveau de compréhension voulu pour répondre aux besoins d un groupe donné d utilisateurs. En d autres termes, une information disponible et accessible reste souvent inutilisée tout simplement parce qu elle n est pas présentée d une manière et sous -6-

16 une forme qui conviennent à un groupe (ou niveau) donné d utilisateurs. La consolidation de l information est l un des moyens suggérés de résoudre les problèmes dus au manque d information pertinente. En tant que telle, l information consolidée vise tout particulièrement à une utilisation accrue de l information par divers groupes d utilisateurs dans les pays en développement. La fourniture d une information consolidée est toutefois une tâche qui nécessite à elle seule des compétences, des efforts et des ressources considérables. Il faut beaucoup d efforts et de ressources pour créer et entretenir des unités de consolidation de l information, pour assurer la coopération indispensable entre spécialistes de diverses disciplines et spécialistes de l information et pour instruire et former des praticiens capables de créer des produits de la consolidation de l information et de fournir les services connexes. La consolidation de l information ne concurrence pas les formes traditionnelles d organisation intellectuelle de l information (c est-à-dire l indexation, le résumé, la classification, le catalogage, le codage, etc.). Au contraire, seuls le recours aux services classiques d information secondaire et la coopération avec ces services permettent d y parvenir. La formation théorique et pratique à la consolidation de l information ne concurrence donc pas celle qui prépare aux services secondaires. Au contraire, elle ne peut être fructueuse que si elle s inscrit dans le cadre général de la formation des spécialistes de l information. La consolidation de l information n est pas une panacée. Elle ne peut ni répondre à la totalité des besoins, ni résoudre tous les problèmes d information, mais c est une des grandes approches qu il convient d examiner en même temps que beaucoup d autres produits et services d information. Les produits de la consolidation de l information et les services connexes peuvent grandement contribuer à satisfaire un certain nombre de besoins d information vitaux. De même, assurer aux personnels de l information une formation adéquate à l art et à la science de la consolidation de l information est la clé du succès de tout effort dans ce domaine. Les éducateurs ont besoin à cette fin de documents dont ils puissent se servir pour préparer des cours et les donner. Le présent Manuel répond à ce besoin. -7-

17 PARTIE 1. CONCEPTION CHAPITRE I-l JlJSTIFICATION DU COURS Le cours se justifie en raison : 1. de l'importance et du rôle de l'information dans le développement ; 2. des obstacles s'opposant à une bonne utilisation de l'information ; 3. de la place de la consolidation de l'information dans l'éventail des autres activités d'information visant à développer l'utilisation de l'information. Le premier point a été examiné dans l'introduction, les deux autres sont étudiés ci-après. Obstacles à l'utilisation de l'information Il y a manifestement aujourd'hui surabondance d'information sur presque tous les sujets. Ce que l'on a appelé "l'explosion de l'information" pose des problèmes considérables lorsqu'il s'agit d'organiser l'information et de la rendre disponible et accessible. Cependant, l'utilisation effective de l'information existante, en particulier dans les domaines de la science, de la technologie, de la santé, des affaires et des domaines connexes, pose un problème au moins égal et parfois plus grave encore. En effet, même lorsqu'elle est facilement accessible, l'information peut ne pas être utilisée par les utilisateurs potentiels. Il y a là un paradoxe : l'information reste bien souvent inutilisée alors qu'elle est disponible et que l'utilisateur pourrait en tirer profit. Comment cela se fait-il? Quels sont les obstacles à l'utilisation effective de l'information? Ils tiennent notamment à ceci : - Il y a excès d'information sur un sujet donné et l'utilisateur potentiel est surchargé ou submergé - la quantité d'information disponible suffit à elle seule à rebuter l'utilisateur, auquel cela demanderait trop de temps et d'effort de l'exploiter. - L'information est présentée dans une langue et/ou utilise une terminologie inconnue de l'utilisateur - la langue (qu'il s'agisse d'une langue étrangère ou d'un jargon technique) fait obstacle à la compréhension. - L'information est présentée dans un contexte ou illustrée par des exemples étrangers au schéma culturel de l'utilisateur - les différences culturelles empêchent d'établir le lien avec une situation spécifique. - L'information est présentée sous une forme difficile à comprendre - le conditionnement peut faire obstacle à l'assimilation de l'information. -8-

18 - L information peut ne pas être considérée comme fiable - sa validité et sa fiabilité n ont pas été évaluées et; par conséquent, l information est mise en doute. Ces difficultés ainsi que d autres de même nature ont fait et continuent de faire gravement obstacle à l utilisation de l information dans le monde entier. Il est admis qu il s agit là de graves problèmes et un certain nombre de solutions, parmi lesquelles la consolidation de l information, ont été proposées et mises en oeuvre pour y remédier. Moyens de surmonter les obstacles à l'utilisation de l'information Les services de contrôle bibliographique, de classification, d indexation, de résumés analytiques et autres services d information secondaire sont très utiles pour organiser et contrôler l information. S ils n existaient pas, il régnerait un chaos absolument indescriptible. Beaucoup d activités importantes, notamment scientifiques, seraient peu à peu paralysées. Il est donc parfaitement justifié d organiser des cours et une formation sur ces sujets. Cependant, les techniques de contrôle bibliographique, d indexation, de résumé et autres opérations de ce type ainsi que les services y relatifs ne s intéressent pas directement à bon nombre des graves obstacles à l utilisation de l information que nous venons de mentionner. La nécessité de trouver d autres solutions est admise depuis longtemps. Beaucoup ont été essayées au fil des années et ont fait leurs preuves, notamment celles-ci : - synthèses de la documentation scientifique et technique et rapports sur l état des connaissances ; - guides ou manuels faisant la synthèse de données provenant d un certain nombre de sources ; - compilations de données cruciales évaluées ; - résumés d informations concernant le monde des affaires, le commerce et les marchés ; - exposés d information sur un sujet appelant une décision et examen des divers partis possibles ; - ouvrages techniques s adressant à un large public de non spécialistes et fournissant, en termes simples, des informations sur un sujet technique complexe ; - vulgarisation d ouvrages scientifiques donnant, sous une forme accessible aux non-spécialistes, des informations sur les progrès de la science et la découverte de liens de cause à effet entre certains phénomènes ; - diffusion de l information à l occasion de démonstrations. Divers services d information mettant particulièrement l accent sur une ou plusieurs de ces solutions ont été mis sur pied. Les principaux sont : 1. les centres d analyse de l information, extrêmement sélectifs, qui évaluent l information existante et en font la synthèse pour fabriquer n importe lequel des produits susmentionnés ; -9-

19 2. les services de vulgarisation, orientés essentiellement vers l agriculture, qui font des démonstrations, fournissent des informations et donnent des conseils à l intention des agriculteurs dans un contexte local ; 3. les services de santé publiaue, qui prodiguent non seulement des soins mais plus encore des informations et des conseils d hygiène et de santé à la population en général. Tous ces produits et services ont un grand dénominateur commun : ils visent à la bonne utilisation de l information. La coopération entre spécialistes de diverses disciplines et spécialistes de l information est favorisée à cette fin. Certains produits et services sont destinés à des spécialistes (scientifiques, ingénieurs, fonctionnaires, médecins et responsables de santé, éducateurs, hommes d affaires, etc.) ; d autres s adressent à un public plus large (travailleurs, agriculteurs, techniciens, parents, etc.). Le public cible a manifestement été chaque fois bien défini. Le concept de consolidation de l information s est dégagé des produits et services susmentionnés. Malheureusement, les programmes de bibliothéconomie et de sciences de l information ne font guère de place à la formation théorique et pratique à ces produits et services en général ou à la consolidation de l information en particulier. Puisqu il est démontré que les produits et services de consolidation de l information sont nécessaires, la formation des spécialistes de l information devrait comprendre des cours sur ce sujet. En outre, puisque les sujets relevant de la consolidation de l information ne sont pas traités dans les cours de contrôle bibliographique, d indexation et de résumés analytiques, il faut s efforcer de les énoncer de manière à bien montrer qu ils ne concurrencent pas mais au contraire complètent ces derniers. Résumé L introduction d un cours de consolidation de l information dans un programme de bibliothéconomie et de sciences de l information ou dans la formation permanente des personnels de l information est justifiée par : 1. le potentiel de l information en tant que ressource indispensable au développement ; 2. les nombreux obstacles s opposant à la bonne utilisation de l information et la nécessité qui en découle d éliminer au moins certains de ces obstacles en fournissant une information pertinente ; 3. l existence d un corpus de connaissances et d un ensemble de compétences et de pratiques permettant de fabriquer des produits et de fournir des services visant à favoriser une utilisation accrue de l information par un large public

20 CHAPITRE 1.2 BUT. OBJECTIFS ET OBIENTATIOH DU COURS La réussite d un cours passe nécessairement par une notion claire de ses buts et objectifs. La condition, il est vrai, n est pas suffisante, mais faute de la respecter l échec est garanti. Il importe donc de toujours clairement définir les objectifs d un cours. Les buts et objectifs spécifiques d un cours de consolidation de l information dépendent du contexte particulier de l établissement ou de l organisation dont il émane. C est pourquoi ne sont énoncés ici que des buts et objectifs généraux qui peuvent ensuite être adaptés à un contexte particulier. Le but général d un cours de consolidation de l information est : 1. de faire prendre conscience aux participants de ce que la consolidation de l information est un important moyen de satisfaire des besoins d information précis, en particulier dans le cadre du développement, et 2. de les former à l application de méthodes spécifiques d évaluation, d analyse, de synthèse et de reconditionnement de l information en vue d une utilisation accrue de 1 information par certains groupes d utilisateurs. Le cours a donc une double fin : premièrement, susciter une prise de conscience de ce qu est la consolidation de l information dans son ensemble et, deuxièmement, développer des compétences spécifiques qui permettront aux intéressés de participer aux activités de consolidation de l information et/ou de fournir des services connexes. Objectifs Le but du cours de consolidation de l information en détermine les objectifs plus spécifiques, qui sont : 1. de définir la nature et l environnement de la consolidation de l information et d en décrire le rôle et les avantages potentiels pour la satisfaction des besoins d information de groupes particuliers d utilisateurs ; 2. d étudier les caractéristiques des utilisateurs, les méthodes employées pour réaliser les études sur les utilisateurs et les méthodes de marketing et de diffusion auprès des utilisateurs des produits et services de la consolidation de l information ; 3. de décrire et d enseigner diverses méthodes de consolidation de l information axées sur trois groupes différents d utilisateurs, à savoir : (i) les cadres et les décideurs, (ii) les techniciens, les travailleurs et les communicateurs/intermédiaires et (iii) des groupes communautaires et le grand public, ce qui implique une coopération entre spécialistes de diverses disciplines et spécialistes de l information ;

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/4 Conseil économique et social Distr. générale 30 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration économiques

Plus en détail

Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel

Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel Ligne directrice de l'icm Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel Préambule Cette ligne directrice

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique

Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique Unité de stratégie informatique de la Confédération USIC Friedheimweg 14, 3003 Berne Téléphone 031 32 245

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Le Groupe consultatif du SYGADE soumet à l'attention du Secrétaire général de la CNUCED les conclusions suivantes formulées lors de sa 9ième

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION 35 C 35 C/7 27 août 2009 Original anglais Point 3.3 de l ordre du jour provisoire PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) Source : Résolution 29 C/87. PRÉSENTATION Antécédents

Plus en détail

TEXT MINING. 10.6.2003 1 von 7

TEXT MINING. 10.6.2003 1 von 7 TEXT MINING 10.6.2003 1 von 7 A LA RECHERCHE D'UNE AIGUILLE DANS UNE BOTTE DE FOIN Alors que le Data Mining recherche des modèles cachés dans de grandes quantités de données, le Text Mining se concentre

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC Développer aujourd hui la main-d œuvre de demain Information and Communications Technology Council Conseil des technologies de l information et des communications Faits saillants du Cadre des profils de

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

Directives relatives au travail de maturité

Directives relatives au travail de maturité Directives relatives au travail de maturité Afin de permettre une meilleure lecture, seule la forme masculine est utilisée ci-après. 1. Dispositions légales Les textes suivants constituent la base légale

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation

PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et la présentation Charte ICOMOS Pour l interprétation et la présentation des sites culturels patrimoniaux PROPOSITION DE VERSION DEFINITIVE Révisée sous les auspices du Comité scientifique ICOMOS sur l interprétation et

Plus en détail

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Madame, Monsieur Le Programme «Dépenses publiques et Responsabilité financière» (PEFA), lancé en 2001, a mis en place un cadre

Plus en détail

Comment parler de sa pratique pour la faire partager?

Comment parler de sa pratique pour la faire partager? pour la faire partager? 1. Profiter de l expérience des autres 2. Comment raconter son expérience? 2.1. Théoriser sous forme de récit 2.2. Les ingrédients de la théorisation de pratique 3. Élargir le récit

Plus en détail

CONVENTION SUR ESPÈCES MIGRATRICES

CONVENTION SUR ESPÈCES MIGRATRICES CONVENTION SUR ESPÈCES MIGRATRICES HUITIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Nairobi, 20-25 Novembre 2005 Point 11 de l ordre du jour Distr. GENERAL PNUE/CMS/Conf. 8.6/Rev 1 18 Octobre 2005 FRANÇAIS

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE REF 03-04-2014 REPORT

INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE REF 03-04-2014 REPORT INDIVIDUAL CONSULTANT PROCUREMENT NOTICE REF 03-04-2014 REPORT Date 22/05/2014 Pays: Maroc Description de la mission: Consultant(e) National(e): Évaluation nationale du cadre juridique et institutionnel

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD ENTRE. MERLOT--The Multimedia Educational Repository for Learning and Online Teaching

PROTOCOLE D ACCORD ENTRE. MERLOT--The Multimedia Educational Repository for Learning and Online Teaching Centre National de Télé-enseignement de Madagascar PROTOCOLE D ACCORD ENTRE MERLOT--The Multimedia Educational Repository for Learning and Online Teaching ET Le Centre National de Télé-enseignement de

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Le test s'est déroulé en trois étapes successives

Le test s'est déroulé en trois étapes successives TEST SUR LES BASES BIBLIOGRAPHIQUES Rapport* du bureau Marcel van Dijk L'étude qui suit présente les résultats du test quantitatif et qualitatif de 5 bases bibliographiques disponibles en France : BNOPALE

Plus en détail

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme.

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme. PRINCIPES DE PARIS PRINCIPES CONCERNANT LE STATUT ET LE FONCTIONNEMENT DES INSTITUTIONS NATIONALES POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DES DROITS DE L'HOMME En octobre 1991, le Centre pour les droits de

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe Convention de l'onu relative aux droits des personnes handicapées Rôle et tâches de la DOK (resp. de la future faîtière IH) dans la promotion et la surveillance de la mise en œuvre de la CDPH Contexte

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Le 28 mars 2006 Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Nous sommes heureux d avoir l occasion de présenter nos commentaires

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

Avant-propos. bruylant

Avant-propos. bruylant Avant-propos Éric Savaux Professeur à la Faculté de droit et des sciences sociales de l Université de Poitiers, Directeur de l équipe de recherche en droit privé Les 13 et 14 décembre 2013, s est tenu,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/7 Conseil économique et social Distr. générale 26 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l innovation, de la compétitivité et des

Plus en détail

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques ITIL V3 Transition des services : Principes et politiques Création : janvier 2008 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé

Plus en détail

Appel à Manifestation d'intérêt

Appel à Manifestation d'intérêt AfricaInteract : Renforcement des liens entre la recherche et les décideurs politiques pour l'adaptation au changement climatique en Afrique Appel à Manifestation d'intérêt Recrutement d'un expert pour

Plus en détail

Outil d autoévaluation LPRPDE. Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques

Outil d autoévaluation LPRPDE. Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques Outil d autoévaluation LPRPDE Loi sur la protection des renseignements personnels et les documents électroniques table des matières Utilité de cet outil... 3 Utilisation de cet outil... 4 PARTIE 1 : Guide

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.3/2015/27 Conseil économique et social Distr. générale 19 novembre 2014 Français Original : anglais Commission de statistique Quarante-sixième session 3-6 mars 2015 Point 4 h) de l ordre

Plus en détail

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé af DE VAUD Département de la formation et de la jeunesse DFJ Projet : «Ecole et informatique» 1 Introduction Près de deux décennies après l introduction des premiers ordinateurs dans l École obligatoire,

Plus en détail

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE Plan des consultations avec les parties prenantes extérieures pendant la phase 2 de l examen et de la

Plus en détail

Demande d aide financière

Demande d aide financière Demande d aide financière Fonds d affectation spéciale des Nations Unies devant aider les États en développement, en particulier les pays les moins avancés et les petits insulaires en développement, à

Plus en détail

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés.

Depuis 2009, l'éducation nationale s'est déjà mobilisée pour développer des banques de stages et des outils associés. Pôles de stages Mise en place dans les académies de pôles de stages NOR : MENE1505070C circulaire n 2015-035 du 25-2-2015 MENESR - DGESCO A2-2 Texte adressé aux rectrices et recteurs d'académie Que ce

Plus en détail

Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement

Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement CBI : L expert en exportations à partir de pays en développement Depuis une quarantaine d années, le CBI contribue à la

Plus en détail

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie Partie I : Séries statistiques descriptives univariées (SSDU) A Introduction Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie et tous sont organisés selon le même

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS MAM1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : MARKÉTING ET GESTION Débutant Aucun L élève acquiert des notions de base en gestion et en markéting et donne des indications sur les meilleures

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772 Nations Unies A/AC.105/772 Assemblée générale Distr.: Générale 7 décembre 2001 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport du deuxième Atelier

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

QUESTIONS D ORGANISATION. Ordre du jour provisoire annoté INTRODUCTION

QUESTIONS D ORGANISATION. Ordre du jour provisoire annoté INTRODUCTION CBD Distr. GÉNÉRALE UNEP/CBD/WG-ABS/7/1/Add.1/Rev.1 25 mars 2009 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS GROUPE DE TRAVAIL SPÉCIAL À COMPOSITION NON LIMITÉE SUR L'ACCÈS ET LE PARTAGE DES AVANTAGES Septième réunion

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur;

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur; Arrêté royal du 4 décembre 2012 concernant les prescriptions minimales de sécurité des installations électriques sur les lieux de travail (M.B. 21.12.2012) Section I er. - Champ d'application et définitions

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

INITIATION A L ANGLAIS INFORMATIQUE UF 1

INITIATION A L ANGLAIS INFORMATIQUE UF 1 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION INITIATION

Plus en détail

L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹

L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹ L évolution des indicateurs sur l enfance Identifier des indicateurs centrés sur l enfant pour élaborer les politiques de l enfance¹ Asher Ben-Arieh, PhD Rédacteur en chef, Child Indicators Research Adjoint

Plus en détail

AVIS DE RÉGLEMENTATION AUX MEMBRES RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE

AVIS DE RÉGLEMENTATION AUX MEMBRES RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca RM-0057 5 décembre 2006 (révisé le 6 février 2013) Introduction AVIS DE

Plus en détail

Projet d'accord relatif à l'aide pour la défense mutuelle entre les États-Unis et la CED (Mai 1954)

Projet d'accord relatif à l'aide pour la défense mutuelle entre les États-Unis et la CED (Mai 1954) Projet d'accord relatif à l'aide pour la défense mutuelle entre les États-Unis et la CED (Mai 1954) Source: Archives Nationales du Luxembourg, Luxembourg. Affaires étrangères. Communauté européenne de

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/3 4 février 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information

Plus en détail

Jusqu à trois prix seront décernés annuellement et ce dans les deux catégories suivantes.

Jusqu à trois prix seront décernés annuellement et ce dans les deux catégories suivantes. Directives de mise en candidature Association des universités de l Atlantique Prix d enseignement distingué et de leadership en éducation, 2015 Objectif Le but de ce programme de prix est d encourager

Plus en détail

OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne

OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base NATIONS UNIES Vienne, 2010 Résolutions

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches?

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches? Introduction UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES Comment les thèmes ont-ils été choisis? Sur base du diagnostic qualité des 5 CEFA du Hainaut Occidental, des marges de progrès

Plus en détail

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES POLITIQUES DIRECTION DES INSTITUTIONS DEMOCRATIQUES Projet «BONNE GOUVERNANCE DANS LA SOCIETE DE L INFORMATION» CAHDE (2009) 2F Strasbourg, 20 janvier 2009 Guide No.2 de

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Baux agricoles ISSN 1812-318X

Baux agricoles ISSN 1812-318X Baux agricoles ISSN 1812-318X Baux agricoles ORGANIZATION DES NATIONS UNIES POUR L ALIMENTATION ET L AGRICULTURE Rome, 2004 Baux agricoles Préface Les Notes sur les régimes fonciers publiées par la FAO

Plus en détail

(Guinée EX.CL/671 (XIX)

(Guinée EX.CL/671 (XIX) AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 32433 Telephonee 517700 Cables: OAU, ADDIS ABA ABA Website: www.africa u union.org CONSEIL EXECUTIF Dix-neuvième session ordinaire

Plus en détail

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux WG.1/2015/INF.2 Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève,

Plus en détail

2.0 Comment installer TrueCrypt

2.0 Comment installer TrueCrypt 2.0 Comment installer TrueCrypt Première étape. Double-cliquez ; si la boîte de dialogue Fichier ouvert - Avertissement de sécurité s'affiche, cliquez sur pour afficher la fenêtre TrueCrypt License. Deuxième

Plus en détail

Il n'existe pas de contrat "type", mais des types de contrat. Nous pouvons instruire ensemble ces différents types de contrat.

Il n'existe pas de contrat type, mais des types de contrat. Nous pouvons instruire ensemble ces différents types de contrat. Les contrats Il n'existe pas de contrat "type", mais des types de contrat. Nous pouvons instruire ensemble ces différents types de contrat. Les points essentiels d'un Contrat de Collaboration sont: le

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

Programme des Alliances de recherche universités-communautés (ARUC) : Analyse des données contenues dans le rapport d étape et

Programme des Alliances de recherche universités-communautés (ARUC) : Analyse des données contenues dans le rapport d étape et Programme des Alliances de recherche universités-communautés (ARUC) : Analyse des données contenues dans le rapport d étape et le rapport de première année Préparé pour : CRSH Conseil de recherches en

Plus en détail

Bachelier Bibliothécaire- Documentaliste!

Bachelier Bibliothécaire- Documentaliste! Bachelier Bibliothécaire- Documentaliste Structure du profil d'enseignement et du programme d'études détaillé Année académique : 2015-2016 Haute Ecole Paul-Henri Spaak Catégorie sociale (IESSID) 1 1. Le

Plus en détail

Programme-cadre européen pour la recherche et l innovation. Horizon 2020. Lignes directrices pour la gestion des données dans Horizon 2020

Programme-cadre européen pour la recherche et l innovation. Horizon 2020. Lignes directrices pour la gestion des données dans Horizon 2020 Programme-cadre européen pour la recherche et l innovation Horizon 2020 Lignes directrices pour la gestion des données dans Horizon 2020 Version 1.0 11 décembre 2013 Titre original : Guidelines on Data

Plus en détail

Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable

Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable Turin, Italie Contexte Le Centre international de formation de l Organisation internationale du Travail (CIF-OIT)

Plus en détail

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION

DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION ISO/CEI/GEN 01:2001 DECLARATION ISO/CEI SUR LA PARTICIPATION DES CONSOMMATEURS AUX TRAVAUX DE NORMALISATION Avant-propos Parallèlement à l'essor rapide du commerce international des biens et services,

Plus en détail

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta

Workshop Gestion de projet- IHEID- MIA- Décembre 2008 Cas Colombie Cucuta PROJET FORMATION DE LEADERS POUR LA DEMOCRATISATION ET LE DEVELOPPEMENT LOCAL DANS LA MUNICIPALITE DE SAN JOSE DE CUCUTA COLOMBIE. 1. CADRE D'INSERTION DU PROJET Les conditions de vie de la population,

Plus en détail

Aperçu et raison d être du programme d études

Aperçu et raison d être du programme d études Section I Section I - Aperçu et raison d être du programme Aperçu et raison d être du programme d études Contexte Le cours Carrière et vie 2231 s inspire, du point de vue conceptuel, philosophique et pratique,

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE FICHE MEDIAS N 1 REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE A l'attention des enseignants des cycles II et III Initiative de sensibilisation au handicap mental l'écolensemble Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016

Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016 Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016 1. Présentation de la filière Économie et Entreprise La filière «Economie et entreprises» de quatrième année de SciencesPo Strasbourg donne aux étudiants, dans

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

RÔLE DU MÉCANISME DE CENTRE D ÉCHANGE EN VUE DE FACILITER ET DE PROMOUVOIR LA COOPÉRATION TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE EN RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT

RÔLE DU MÉCANISME DE CENTRE D ÉCHANGE EN VUE DE FACILITER ET DE PROMOUVOIR LA COOPÉRATION TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE EN RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT CBD CONVENTION SUR LA DIVERSITÉ BIOLOGIQUE Distr. GÉNÉRALE UNEP/CBD/COP/3/4 Le 18 septembre 1996 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA DIVERSITÉ BIOLOGIQUE Troisième

Plus en détail

Conception des projets de coopération technique de l AIEA à l aide de la méthodologie du cadre logique

Conception des projets de coopération technique de l AIEA à l aide de la méthodologie du cadre logique Conception des projets de coopération technique de l AIEA à l aide de la méthodologie du cadre logique Guide pratique www.iaea.org/technicalcooperation Table des matières 1. INTRODUCTION... 1 2. PROGRAMME

Plus en détail

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A.

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A. Nations Unies A/RES/58/172 Assemblée générale Distr. générale 11 mars 2004 Cinquante-huitième session Point 117, b, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens Page 1 Première clef La démocratie participative est une aide à la prise de décision publique.

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE Le cahier des charges du syndic de copropriété de la résidence. annexé au contrat conclu entre l'"association des copropriétaires" et le syndic dd.. et qui en fait

Plus en détail