Manuel de formation théorique et pratique à l'analyse, à la synthèse et au reconditionnement de l'information (version préliminaire) établi par

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Manuel de formation théorique et pratique à l'analyse, à la synthèse et au reconditionnement de l'information (version préliminaire) établi par"

Transcription

1 PGI-86lWSl14 Cours de consolidation de l information Manuel de formation théorique et pratique à l analyse, à la synthèse et au reconditionnement de l information (version préliminaire) Programme général d information et UNISIST Organisation des Nations Unies, pour l éducation, la science et la culture 1 Or I ;\;yj Paris, 1988

2 PGI-86/WS/14 Paris, mai 1989 COURS DE CORSOLIDATIOIV DE L'Il'iFORMATION Manuel de formation théorique et pratique à l'analyse, à la synthèse et au reconditionnement de l'information (version préliminaire) Tefko établi par Saracevic Programme général d'information et UNISIST Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture

3 Notice recommandée par le catalogue : Saracevic, Tefko Cours de consolidation de l'information : Manuel de formation théorique et pratique à l'analyse, à la synthèse et au reconditionnement de l'information (version préliminaire)/établi par Tefko Saracevic (pour le) Programme général d'information et UNISIST. - Paris : Unesco, ix, 114 pages ; 30 cm. (PGI-86/WS/14). 1. Titre II. Unesco. Programme général d'information et UNISIST 0 Unesco, 1986.

4 , (iii) AVANT-PROPOS Le cours d'analyse, de synthèse et de reconditionnement de l'information qui est ici présenté est une importante initiative de l'unesco, qui s'inscrit dans le cadre de ses efforts pour promouvoir, p ar l'intermédiaire de son Programme général d'information, la consolidation et la diffusion de l'information au service du développement. On en trouvera exposés la genèse, les objectifs et le plan dans la préface de l'auteur. Ce Manuel a été établi pour 1'Unesco par M. Tefko Saracevic, ancien collaborateur de la School of Library and Information Science, Case Western Reserve University (Cleveland, Ohio, Etats-Unis d'amérique), et actuellement membre de la School of Communication, Information and Library Studies, Rutgers University (New Brunswick, New Jersey, Etats-Unis d'amérique. La consolidation de l'information ayant jusqu'à présent fait l'objet de relativement peu d'activités de formation, il a été jugé préférable de publier ces principes directeurs dans une version préliminaire, sans les soumettre au préalable à l'examen de la communauté internationale. Les lecteurs, en particulier ceux qui participent à des programmes de formation en sciences de l'information, sont invités à examiner ce Manuel et à l'expérimenter dans des activités pédagogiques pratiques et à adresser leurs observations et suggestions à : Division du Programme général d'information Unesco 7, place de Fontenoy Paris France Pour se procurer des exemplaires supplémentaires de ce document, écrire à la même adresse.

5 TABLE DES MATIERES PREFACE Origine... Définitions... Caractéristiques essentielles... Buts et objectifs du Manuel... Public auquel s'adresse le Manuel... Ouvrages de référence... Plan du Manuel.... INTRODUCTION PARTIE 1. CONCEPTION Chapitre I-l - JUSTIFICATION DU COURS Obstacles à l'utilisation de l'information... Moyens de surmonter les obstacles à l'utilisation de l'information.... Résumé Chapitre I-2 - BUT, OBJECTIFS ET ORIENTATION DU COURS But Objectifs.....' Priorités et orientation Chapitre I-3 - STRUCTURE DU COURS Approche Domaines et sujets Plan général du cours PARTIE II. CONTENU SECTION A : DEFINITION ET ENVIRONEEMENT Chapitre II-1 - PREMIER SUJET : DEFINITION ET ROLE SOCIAL DE LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement

6 (vi> Page Chapitre II-2 - DEUXIEME SUJET : BUT ET CADRE DE LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement SECTION B : AVANTAGES ET UTILISATEURS Chapitre II-3 - TROISIEME SUJET : VALEUR ET AVANTAGES DE LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement Chapitre II-4 - QUATRIEME SUJET : UTILISATEURS ET ETUDES SUR LES UTILISATEURS Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement SECTION C : ENTREES Chapitre II-5 - CINQUIEME SUJET : SELECTION ET EVALUATION DE L'INFORMATION Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet '. Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement SECTION D : METHODES ET TECHNIQUES DE TRAITEMENT Chapitre II-6 - SIXIEME SUJET : APERCU DES METHODES ET PRODUITS DE LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION..... Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement

7 (vii) Chapitre II-7 - SEPTIEME SUJET : SYNTHESES DOCUMENTAIRES ET PRODUITS CONNEXES Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement Chapitre II-8 - HUITIEME SUJET : REDACTION TECHNIQUE ET VLJLGARISATION Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement SECTION E : SORTIE Chapitre II-9 - NEUVIEME SUJET : LE CONDITIONNEMENT DE L'INFORMATION : SUPPORT ET PRESENTATION.. Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement Chapitre II-10 - DIXIEME SUJET : DIFFUSION DES PRODUITS DE LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION.... Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement SECTION F : GESTION Chapitre II-11 - ONZIEME SUJET : MARKETING DE L'INFORMATION Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement Chapitre II-12 - DOUZIEME SUJET : GESTION D'UNE UNITE DE CONSOLIDATION DE L'INFORMATION......, Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement

8 (viii) SECTION G : PERSPECTIVES Chapitre II-13 - TREIZIEME SUJET : RESUME DES CONDITIONS REQUISES ET PERSPECTIVES DE LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION DANS UNENVIRONNEMENT DONNE Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement PARTIE III. MISE EN OEUVRE Chapitre III.1 - ORGANISATION ET PRESENTATION DU COURS Programme de bibliothéconomie et de sciences de l'information.... Formation permanente... Les instructeurs : préparation et enseignement Chapitre III.2 - EVALUATION DU COURS Niveaux ou étapes de l'évaluation Evaluation de la réaction des participants Evaluation des connaissances acquises Evaluation des modifications du comportement Evaluation des résultats du cours et du programme REFERENCES... ANNEXE

9 LISTE DES FIGURES Pane Figure 1 PROCESSUS QUI ENTRENT EN JEU DANS LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION Figure 2 VALEUR DE L'INFORMATION POUR LA PRISE DE DECISIONS ET LA RESOLUTION DES PROBLEMES Figure 3 RELATION ENTRE LE SAVOIR PUBLIC, L'INFORMATION CONSOLIDEE ET LES UTILISATEURS LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 Plan général du cours de consolidation de l'information Tableau 2 Avantages que l'on peut tirer de l'utilisation de l'information consolidée Tableau 3 Exemples de consolidation de l'information Tableau 4 Exemples de produits d'information consolidée sur différents supports

10 PREFACE Oripine Le présent Manuel est destiné à répondre aux besoins exprimés et aux recommandations formulées dans le rapport final de chacune des trois réunions ci-après organisées par le Programme général d'information de 1'Unesco : 1. First Meetinp of the UNISIST Workinn Group on Information Analysis Centers. (Première réunion du Groupe de travail de 1'UNISIST sur les Centres d'analyse de l'information.) Maison de l'unesc0, Paris, 3-5 novembre 1975 (1). 2. Colloaue sur l'analyse et le regroupement de l'information (deuxième réunion). Colombo, Sri Lanka, septembre 1978 (2). 3. Troisième réunion du Groupe de travail regroupement de l'information. Kuala de 1'UNISIST sur Lumpur, Malaisie, l'analyse et le septembre 1983 (3). Les recommandations d'un certain nombre d'autres réunions ont également été prises en considération, plus particulièrement celles : 4. de la Conférence des Nations Unies sur la science et la techniaue au service du dévelonpement. Vienne, Autriche, 1979 (4), 5. du Colloaue international sur l'harmonisation des nroprammes d'enseianement et de formation en sciences de l'information, bibliothéconomie et archivistiaue. Maison de l'llnesco, Paris, 8-12 octobre 1984 (5). Les rapports de ces réunions examinent notamment les besoins d'information q des pays en développement en général,et, dans une large mesure, la nécessité plus particulière de fournir une information adaptée, par son contenu et sa forme, à diverses catégories de public. La notion d'information consolidée telle qu'elle est définie ci-après est l'un des moyens préconisés pour satisfaire ce besoin spécifique. L'idée fondamentale est de fournir l'information sous une forme qui permette d'en accroître le potentiel d'utilisation par un large éventail d'utilisateurs. Considérant ces recommandations et notions comme pertinentes, le présent Manuel est compétences essentiellement professionnelles un cours destiné à développer qui sont nécessaires pour les connaissances et les produire et diffuser une information consolidée. Définitions Les définitions ci-après ont été énoncées lors du Colloaue de 1'Unesco sur l'analyse et le regroupement de l'information qui s'est tenu à Colombo, Sri Lanka, du 12 au 15 septembre 1978 (2) : LES ACTIVITES DE CONSOLIDATION DE L'INFORMATION correspondent à la fonction exercée par des individus, des services ou des organisations, tendant à évaluer et à condenser des documents pertinents afin de procurer à des groupes d'utilisateurs déterminés de nouveaux corpus de connaissances fiables - l-

11 et concis. Tout individu ou groupe d individus qui se livre à des activités de consolidation de l information constitue une UNITE DE CONSOLIDATION DE L INFORMATION (UCI). Dans une étude intitulée Consolidation de l information. Guide pour l évaluation, la réorpanisation et le reconditionnement de l information scientifique et technique (6), Tefko Saracevic a proposé une définition proche mais plus élaborée : L INFORMATION CONSOLIDEE est un ensemble d éléments du savoir public choisis, analysés, évalués, et éventuellement réorganisés et reconditionnés en fonction de certaines des décisions immédiates, de certains des problèmes et des besoins d information d une clientèle ou d un groupe social défini qui, sans cela, ne serait peut-être pas en mesure d accéder à ces connaissances telles qu elles se présentent dans la masse des documents ou sous leur forme originale, et de les utiliser de manière efficace et efficiente. Les critères appliqués à la sélection, à l évaluation, à la réorganisation et au reconditionnement de ces connaissances sont établis en fonction de la clientèle potentielle. Telles sont les définitions de la consolidation de l information sur lesquelles reposent tous les concepts et descriptions du présent Manuel. Caractéristiques essentielles Les rapports susmentionnés étudient principalement deux caractéristiques essentielles de la consolidation de l information, à savoir : 1. son orientation vers l utilisateur, et 2. la coopération entre les spécialistes des diverses disciplines et les spécialistes de l information. Le succès de l opération fondamentales, autour desquelles passe par s articule la satisfaction explicitement de ces deux ou implicitement exigences tout le cours. But et objectifs du Manuel Le but général du présent Manuel est d encourager les institutions et organisations responsables de l enseignement et de la formation en bibliothéconomie et en sciences de l information à intégrer un cours de consolidation de l information à leurs programmes, qu il s agisse de l enseignement universitaire ordinaire ou de la formation permanente des personnels de l information. Un tel cours est particulièrement nécessaire dans les pays en développement, où les besoins d information de certains groupes d utilisateurs restent souvent insatisfaits faute de produits et services appropriés. Les objectifs du Manuel sont les suivants : 1. fournir la description et le programme détaillés d un cours de consolidation de l information devant permettre de l intégrer, de l adapter et de l enseigner plus facilement dans le cadre d un programme d enseignement existant ou d un programme d éducation permanente ; 2. définir dans leurs grandes lignes les moyens et méthodes qui permettront de mettre en oeuvre un tel cours ; -2-

12 3. fournir une liste générale de lectures et des suggestions pratiques sur la manière d enseigner le cours et/ou de l adapter à des situations et applications particulières. L objectif est non pas de proposer un cours à copier purement et simplement tel quel, mais de fournir suffisamment d éléments pour permettre de l adapter facilement à un milieu donné tout en préservant les concepts et principes de base de la consolidation de l information qui restent valables quels que soient l environnement et les circonstances. Par-delà le cours lui-même, l objectif est plus vaste encore. Il s agit :... de stimuler la réflexion sur les services de consolidation de l information en général ;... de susciter de l intérêt pour les besoins d information de certains groupes d utilisateurs qui restent insatisfaits et auxquels des produits et services de consolidation de l information seraient susceptibles de répondre ;... de contribuer à 1.élaboration de définitions spécifiques des méthodes et questions de consolidation de l information. Public auquel s'adresse le Manuel Le Manuel cherche avant tout à toucher deux types de public : Il les enseipnants en bibliothéconomie et en sciences de 1 information travaillent soit dans le cadre de l enseignement ordinaire, soit dans celui de l éducation permanente, qui l. utiliseront pour préparer un cours de consolidation de l information et pour l enseigner ; les resgonsables et administrateu- de l éducation qui s en serviront pour définir la politique générale et arrêter les plans d études et les, programmes d.enseignement et d!éducation permanente en bibliothéconomie et en sciences de l information. s adresse en second lieu : aux chercheurs et. analystes qui étudient les questions posées -.par l enseignement de la bibliothéconomie et des sciences de. l information en général, et des méthodes de consolidation de l information en particulier, et qui l utiliseront comme document. de travail pour leurs études ou comme document de base pour améliorer la consolidation de l information ; aux spécialistes de l information.intéressés par les aspects pratiques et administratifs de la consolidation de l. information, qui s en serviront comme d un répertoire des éléments dont il faut tenir compte pour mettre au point ou évaluer des applications pratiques ; j aux étudiants suivant une formation théorique ou pratique à la consolidation de l information, qui y trouveront des exemples. ainsi qu une récapitulation de ce qu il faut savoir et prendre en considération. Ouvrapes de référence Le Programme général d information de 1 Unesco a publié un certain nombre de guides ou manuels et de rapports sur la consolidation de l information, qui sont -3-

13 mentionnés à propos des différents sujets traités dans le cours et pourront fournir des textes de référence, des lectures et des exemples directement pertinents. Il s agit notamment des rapports des trois réunions déjà mentionnées au début de la préface (1 à 3), ainsi que des ouvrages suivants : - Saracevic, T. et Wood, J. Guide pour l évaluation, la réorpanisation et le reconditionnement de l information scientifiaue et technioue (6). - Marumdar, A. Consolidation of Information : Biopas Handbook (7). - Rastogi, T. Consolidation of Information : WindDumD Handbook (8). - Tata Energy Research Institute. Consolidation of Information : Cooking Stoves Handbook (9). - Tata Energy Research Institute. Biopas Technoloav - A Manual for Decision Maker (10). - Tata Energy Research Institute. Biopas Technolonv - A Manual for Extension Worker (11). - Seetharama, S. Guidelines for the Establishment of Information Consolidation Units (12). L ouvrage ci-après a aussi un rapport direct avec la question et pourra servir de texte de référence : - Valls, J. Information Services for DeVelODiIX Countries (13). Enfin, un article paru dans la revue Information Processing and Management pourra servir d introduction générale aussi bien pour les enseignants que pour les étudiants : - Saracevic, T. Processes and Problems in Information Consolidation (14). Le cours présenté ici est la suite directe des travaux de l auteur mentionnés en (6) et (14) et, pour chaque sujet, la description d un certain nombre de points importants s inspire largement de ces deux sources. On trouvera une introduction générale aux activités d information, y compris des sections sur les systèmes internationaux d information, l indexation, les résumés analytiques et la gestion des centres d information, dans un autre ouvrage publié par 1 Unesco : - Guinchat, C. et Menou, M. Introduction générale aux sciences et techniaues de l information et de la documentation (15). Les ouvrages mentionnés en (6) et (15) contiennent d abondantes bibliographies qui pourront être extrêmement utiles. Plan du Manuel Outre la préface, le Manuel comprend une introduction, trois parties, une liste de lectures et une annexe. -4-

14 L introduction décrit de manière générale le rôle de l information dans le développement et les problèmes connexes d information servant de cadre aux activités de consolidation de l information. La partie 1 se subdivise en trois chapitres qui exposent la conception générale du cours : justification, but et objectifs, structure. La partie II se compose de 13 chapitres qui définissent le contenu du cours et correspondent chacun à l un des sujets traités. Elle constitue en fait le programme du cours et la partie principale du Manuel. La partie III se compose de deux chapitres relatifs à la mise en oeuvre, c est-à-dire à l organisation et à la présentation du cours et à son évaluation. L annexe contient une liste sélective d organismes qui ont des activités de consolidation de l information et que l on pourra éventuellement consulter. -5-

15 INTRODUCTION Le développement est un changement social délibéré, orienté vers le type de système social et économique qu une société a décidé de choisir. C est un processus extrêmement complexe par lequel une société devient de plus en plus autosuffisante et de moins en moins dépendante - il vise à accroître les niveaux de vie, le revenu par habitant et la productivité tout en assurant une répartition équitable. Il implique des idées et des configurations nouvelles, en particulier en ce qui concerne les méthodes modernes de production et la santé, l éducation et autres pratiques contribuant à améliorer la qualité de la vie. En tant que tel, le développement est un processus organique évolutif dont la réussite dépend de l interaction positive de nombreux éléments. Un certain nombre de ressources, humaines, économiques, physiques, techniques et, ce qui n est pas le moins important, d information, sont nécessaires pour créer des conditions qui lui soient propices. En d autres termes, l information, en particulier en matière scientifique, technique et commerciale et en matière de santé est l une des ressources indispensables au développement. Elle a une grande valeur potentielle._ \ pour la prise de décisions, la résolution des problèmes et pour le bon déroulement du travail et de la vie. Des organisations internationales, de nombreuses études et des organismes et plans nationaux en ont, partout dans le monde, souvent souligné l importance pour le développement. Ce qui fait la valeur de l information pour le développement, c est indubitablement l usage qui en est fait. Une information non exploitée est aussi inutile qu un trésor enterré et perdu. Pour qu elle serve, il faut au minimum : 1. un niveau d infrastructure (système et services d information nationaux) qui rende l information disponible et accessible, ce qui suppose évidem- ;ment que l on dispose des ressources nécessaires pour créer et entre- 6 tenir une telle infrastructure ; k2. une propension des utilisateurs potentiels à se servir de l information. Des facteurs éducatifs, culturels, économiques, politiques et sociaux interviennent dans la reconnaissance de la valeur et de la nécessité de l information et donc, finalement, dans son utilisation. Depuis quelques décennies, l information devient infiniment plus disponible et accessible dans un grand nombre de pays en développement. Des infrastructures se mettent en place, la technologie de l information est implantée et appliquée et des spécialistes de l information sont formés. Toutefois, les problèmes et besoins d information restent trop grands et le manque d information ainsi que l absence des ressources nécessaires à la construction et à l entretien des infrastructures posent encore bien souvent problème. Il n est pas rare, d autre part, que l utilisation de l information ne soit pas optimale même lorsque les deux conditions minimales sont remplies. Cela tient au manque d information pertinente. On appelle INFORMATION PERTINENTE : gl information voulue, arrivant au moment voulu, en quantité voulue et au niveau de compréhension voulu pour répondre aux besoins d un groupe donné d utilisateurs. En d autres termes, une information disponible et accessible reste souvent inutilisée tout simplement parce qu elle n est pas présentée d une manière et sous -6-

16 une forme qui conviennent à un groupe (ou niveau) donné d utilisateurs. La consolidation de l information est l un des moyens suggérés de résoudre les problèmes dus au manque d information pertinente. En tant que telle, l information consolidée vise tout particulièrement à une utilisation accrue de l information par divers groupes d utilisateurs dans les pays en développement. La fourniture d une information consolidée est toutefois une tâche qui nécessite à elle seule des compétences, des efforts et des ressources considérables. Il faut beaucoup d efforts et de ressources pour créer et entretenir des unités de consolidation de l information, pour assurer la coopération indispensable entre spécialistes de diverses disciplines et spécialistes de l information et pour instruire et former des praticiens capables de créer des produits de la consolidation de l information et de fournir les services connexes. La consolidation de l information ne concurrence pas les formes traditionnelles d organisation intellectuelle de l information (c est-à-dire l indexation, le résumé, la classification, le catalogage, le codage, etc.). Au contraire, seuls le recours aux services classiques d information secondaire et la coopération avec ces services permettent d y parvenir. La formation théorique et pratique à la consolidation de l information ne concurrence donc pas celle qui prépare aux services secondaires. Au contraire, elle ne peut être fructueuse que si elle s inscrit dans le cadre général de la formation des spécialistes de l information. La consolidation de l information n est pas une panacée. Elle ne peut ni répondre à la totalité des besoins, ni résoudre tous les problèmes d information, mais c est une des grandes approches qu il convient d examiner en même temps que beaucoup d autres produits et services d information. Les produits de la consolidation de l information et les services connexes peuvent grandement contribuer à satisfaire un certain nombre de besoins d information vitaux. De même, assurer aux personnels de l information une formation adéquate à l art et à la science de la consolidation de l information est la clé du succès de tout effort dans ce domaine. Les éducateurs ont besoin à cette fin de documents dont ils puissent se servir pour préparer des cours et les donner. Le présent Manuel répond à ce besoin. -7-

17 PARTIE 1. CONCEPTION CHAPITRE I-l JlJSTIFICATION DU COURS Le cours se justifie en raison : 1. de l'importance et du rôle de l'information dans le développement ; 2. des obstacles s'opposant à une bonne utilisation de l'information ; 3. de la place de la consolidation de l'information dans l'éventail des autres activités d'information visant à développer l'utilisation de l'information. Le premier point a été examiné dans l'introduction, les deux autres sont étudiés ci-après. Obstacles à l'utilisation de l'information Il y a manifestement aujourd'hui surabondance d'information sur presque tous les sujets. Ce que l'on a appelé "l'explosion de l'information" pose des problèmes considérables lorsqu'il s'agit d'organiser l'information et de la rendre disponible et accessible. Cependant, l'utilisation effective de l'information existante, en particulier dans les domaines de la science, de la technologie, de la santé, des affaires et des domaines connexes, pose un problème au moins égal et parfois plus grave encore. En effet, même lorsqu'elle est facilement accessible, l'information peut ne pas être utilisée par les utilisateurs potentiels. Il y a là un paradoxe : l'information reste bien souvent inutilisée alors qu'elle est disponible et que l'utilisateur pourrait en tirer profit. Comment cela se fait-il? Quels sont les obstacles à l'utilisation effective de l'information? Ils tiennent notamment à ceci : - Il y a excès d'information sur un sujet donné et l'utilisateur potentiel est surchargé ou submergé - la quantité d'information disponible suffit à elle seule à rebuter l'utilisateur, auquel cela demanderait trop de temps et d'effort de l'exploiter. - L'information est présentée dans une langue et/ou utilise une terminologie inconnue de l'utilisateur - la langue (qu'il s'agisse d'une langue étrangère ou d'un jargon technique) fait obstacle à la compréhension. - L'information est présentée dans un contexte ou illustrée par des exemples étrangers au schéma culturel de l'utilisateur - les différences culturelles empêchent d'établir le lien avec une situation spécifique. - L'information est présentée sous une forme difficile à comprendre - le conditionnement peut faire obstacle à l'assimilation de l'information. -8-

18 - L information peut ne pas être considérée comme fiable - sa validité et sa fiabilité n ont pas été évaluées et; par conséquent, l information est mise en doute. Ces difficultés ainsi que d autres de même nature ont fait et continuent de faire gravement obstacle à l utilisation de l information dans le monde entier. Il est admis qu il s agit là de graves problèmes et un certain nombre de solutions, parmi lesquelles la consolidation de l information, ont été proposées et mises en oeuvre pour y remédier. Moyens de surmonter les obstacles à l'utilisation de l'information Les services de contrôle bibliographique, de classification, d indexation, de résumés analytiques et autres services d information secondaire sont très utiles pour organiser et contrôler l information. S ils n existaient pas, il régnerait un chaos absolument indescriptible. Beaucoup d activités importantes, notamment scientifiques, seraient peu à peu paralysées. Il est donc parfaitement justifié d organiser des cours et une formation sur ces sujets. Cependant, les techniques de contrôle bibliographique, d indexation, de résumé et autres opérations de ce type ainsi que les services y relatifs ne s intéressent pas directement à bon nombre des graves obstacles à l utilisation de l information que nous venons de mentionner. La nécessité de trouver d autres solutions est admise depuis longtemps. Beaucoup ont été essayées au fil des années et ont fait leurs preuves, notamment celles-ci : - synthèses de la documentation scientifique et technique et rapports sur l état des connaissances ; - guides ou manuels faisant la synthèse de données provenant d un certain nombre de sources ; - compilations de données cruciales évaluées ; - résumés d informations concernant le monde des affaires, le commerce et les marchés ; - exposés d information sur un sujet appelant une décision et examen des divers partis possibles ; - ouvrages techniques s adressant à un large public de non spécialistes et fournissant, en termes simples, des informations sur un sujet technique complexe ; - vulgarisation d ouvrages scientifiques donnant, sous une forme accessible aux non-spécialistes, des informations sur les progrès de la science et la découverte de liens de cause à effet entre certains phénomènes ; - diffusion de l information à l occasion de démonstrations. Divers services d information mettant particulièrement l accent sur une ou plusieurs de ces solutions ont été mis sur pied. Les principaux sont : 1. les centres d analyse de l information, extrêmement sélectifs, qui évaluent l information existante et en font la synthèse pour fabriquer n importe lequel des produits susmentionnés ; -9-

19 2. les services de vulgarisation, orientés essentiellement vers l agriculture, qui font des démonstrations, fournissent des informations et donnent des conseils à l intention des agriculteurs dans un contexte local ; 3. les services de santé publiaue, qui prodiguent non seulement des soins mais plus encore des informations et des conseils d hygiène et de santé à la population en général. Tous ces produits et services ont un grand dénominateur commun : ils visent à la bonne utilisation de l information. La coopération entre spécialistes de diverses disciplines et spécialistes de l information est favorisée à cette fin. Certains produits et services sont destinés à des spécialistes (scientifiques, ingénieurs, fonctionnaires, médecins et responsables de santé, éducateurs, hommes d affaires, etc.) ; d autres s adressent à un public plus large (travailleurs, agriculteurs, techniciens, parents, etc.). Le public cible a manifestement été chaque fois bien défini. Le concept de consolidation de l information s est dégagé des produits et services susmentionnés. Malheureusement, les programmes de bibliothéconomie et de sciences de l information ne font guère de place à la formation théorique et pratique à ces produits et services en général ou à la consolidation de l information en particulier. Puisqu il est démontré que les produits et services de consolidation de l information sont nécessaires, la formation des spécialistes de l information devrait comprendre des cours sur ce sujet. En outre, puisque les sujets relevant de la consolidation de l information ne sont pas traités dans les cours de contrôle bibliographique, d indexation et de résumés analytiques, il faut s efforcer de les énoncer de manière à bien montrer qu ils ne concurrencent pas mais au contraire complètent ces derniers. Résumé L introduction d un cours de consolidation de l information dans un programme de bibliothéconomie et de sciences de l information ou dans la formation permanente des personnels de l information est justifiée par : 1. le potentiel de l information en tant que ressource indispensable au développement ; 2. les nombreux obstacles s opposant à la bonne utilisation de l information et la nécessité qui en découle d éliminer au moins certains de ces obstacles en fournissant une information pertinente ; 3. l existence d un corpus de connaissances et d un ensemble de compétences et de pratiques permettant de fabriquer des produits et de fournir des services visant à favoriser une utilisation accrue de l information par un large public

20 CHAPITRE 1.2 BUT. OBJECTIFS ET OBIENTATIOH DU COURS La réussite d un cours passe nécessairement par une notion claire de ses buts et objectifs. La condition, il est vrai, n est pas suffisante, mais faute de la respecter l échec est garanti. Il importe donc de toujours clairement définir les objectifs d un cours. Les buts et objectifs spécifiques d un cours de consolidation de l information dépendent du contexte particulier de l établissement ou de l organisation dont il émane. C est pourquoi ne sont énoncés ici que des buts et objectifs généraux qui peuvent ensuite être adaptés à un contexte particulier. Le but général d un cours de consolidation de l information est : 1. de faire prendre conscience aux participants de ce que la consolidation de l information est un important moyen de satisfaire des besoins d information précis, en particulier dans le cadre du développement, et 2. de les former à l application de méthodes spécifiques d évaluation, d analyse, de synthèse et de reconditionnement de l information en vue d une utilisation accrue de 1 information par certains groupes d utilisateurs. Le cours a donc une double fin : premièrement, susciter une prise de conscience de ce qu est la consolidation de l information dans son ensemble et, deuxièmement, développer des compétences spécifiques qui permettront aux intéressés de participer aux activités de consolidation de l information et/ou de fournir des services connexes. Objectifs Le but du cours de consolidation de l information en détermine les objectifs plus spécifiques, qui sont : 1. de définir la nature et l environnement de la consolidation de l information et d en décrire le rôle et les avantages potentiels pour la satisfaction des besoins d information de groupes particuliers d utilisateurs ; 2. d étudier les caractéristiques des utilisateurs, les méthodes employées pour réaliser les études sur les utilisateurs et les méthodes de marketing et de diffusion auprès des utilisateurs des produits et services de la consolidation de l information ; 3. de décrire et d enseigner diverses méthodes de consolidation de l information axées sur trois groupes différents d utilisateurs, à savoir : (i) les cadres et les décideurs, (ii) les techniciens, les travailleurs et les communicateurs/intermédiaires et (iii) des groupes communautaires et le grand public, ce qui implique une coopération entre spécialistes de diverses disciplines et spécialistes de l information ;

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel

Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel Ligne directrice de l'icm Ligne directrice pour une collaboration éthique en matière de recherche entre des communautés internationales et diverses sur le plan culturel Préambule Cette ligne directrice

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème 5 LE CHOIX DES PARTIES DE COURS : UNE PROGRESSION DES APPRENTISSAGES Éléments du cinquième chapitre 5.1 La description de la situation-problème finale 5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Le Groupe consultatif du SYGADE soumet à l'attention du Secrétaire général de la CNUCED les conclusions suivantes formulées lors de sa 9ième

Plus en détail

Académie mondiale de l OMPI

Académie mondiale de l OMPI PROGRAMME PRINCIPAL 14 WO/PBC/4/2 page 134 Académie mondiale de l OMPI 14.1 Enseignement à distance et sensibilisation du public 14.2 Formation professionnelle 14.3 Élaboration des politiques Résumé 215.

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel - Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 2 juillet 2008 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-cinquième session Vienne, 2-4 décembre

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/4 Conseil économique et social Distr. générale 30 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration économiques

Plus en détail

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION 35 C 35 C/7 27 août 2009 Original anglais Point 3.3 de l ordre du jour provisoire PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) Source : Résolution 29 C/87. PRÉSENTATION Antécédents

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES 9 IGC CE/15/9.IGC/8 Paris, 5 octobre 2015 Original : français COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES Neuvième session ordinaire Paris,

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Quelles conditions pour un apprentissage efficace?

Quelles conditions pour un apprentissage efficace? Creating Effective Teaching and Learning Environments: First Results from TALIS Summary in French Créer des environnements efficaces pour l enseignement et l apprentissage: premiers résultats de l enquête

Plus en détail

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement F CDIP/4/8/REV/TOR ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 OCTOBRE 2010 Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement établi par

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Nations Unies Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Onzième session (1er-4 juin 1999) Assemblée générale Documents officiels Cinquante-quatrième

Plus en détail

Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique

Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique Processus informatiques de l'administration fédérale Organisation fonctionnelle de l'informatique Unité de stratégie informatique de la Confédération USIC Friedheimweg 14, 3003 Berne Téléphone 031 32 245

Plus en détail

Directives relatives au travail de maturité

Directives relatives au travail de maturité Directives relatives au travail de maturité Afin de permettre une meilleure lecture, seule la forme masculine est utilisée ci-après. 1. Dispositions légales Les textes suivants constituent la base légale

Plus en détail

GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION

GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION PUMA NOTE DE SYNTHÈSE GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION L'intérêt accordé aux résultats est un élément central des réformes récemment engagées dans le secteur public des pays de

Plus en détail

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE Contexte et historique L évaluation du Centre de recherche Innocenti (IRC) a été effectuée d octobre 2004 à janvier 2005 à la demande du

Plus en détail

Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996)

Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996) Conclusions de la Conférence de Rome sur la coopération euro-méditerranéenne (30-31 mai 1996) Légende: Le 31 mai 1996, les conclusions de la conférence ministérielle euro-méditerranéenne de Rome portant

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Conseil des aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce IP/C/W/412 10 novembre 2003 (03-5973) Original: anglais RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Résumé. Les incidences financières et administratives sont présentées au paragraphe 5.

Résumé. Les incidences financières et administratives sont présentées au paragraphe 5. Conseil exécutif Cent quatre-vingt-neuvième session 189 EX/23 PARIS, le 20 février 2012 Original anglais Point 23 de l'ordre du jour provisoire PROPOSITION CONCERNANT LA CRÉATION, À SRI LANKA, D UN CENTRE

Plus en détail

Vallerand, R. J. et Thill, E. E. (1993). Introduction à la psychologie de la motivation. Laval : Éditions Études Vivantes.

Vallerand, R. J. et Thill, E. E. (1993). Introduction à la psychologie de la motivation. Laval : Éditions Études Vivantes. Compte rendu Ouvrage recensé : Vallerand, R. J. et Thill, E. E. (1993). Introduction à la psychologie de la motivation. Laval : Éditions Études Vivantes. par Rolland Viau Revue des sciences de l'éducation,

Plus en détail

LA BIBLIOTHÈQUE DE L'ÉCOLE : TÂCHES ET COMPÉTENCES

LA BIBLIOTHÈQUE DE L'ÉCOLE : TÂCHES ET COMPÉTENCES LA BIBLIOTHÈQUE DE L'ÉCOLE : TÂCHES ET COMPÉTENCES Présentation «Les bibliothèques scolaires sont plus indispensables que jamais. Les écoles québécoises doivent reconnaître l'enjeu stratégique et l'importance

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE OMPI PCT/A/34/4 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE Trente-

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Assemblées des États membres de l OMPI

Assemblées des États membres de l OMPI F A/55/INF/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 4 AOÛT 2015 Assemblées des États membres de l OMPI Cinquante-cinquième série de réunions Genève, 5 14 octobre 2015 STRATÉGIE DE GESTION DES CONNAISSANCES DE L ORGANISATION

Plus en détail

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Madame, Monsieur Le Programme «Dépenses publiques et Responsabilité financière» (PEFA), lancé en 2001, a mis en place un cadre

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes

Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes :5 Rédigé par les membres du Groupe de travail informel sur les droits des femmes une organisation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/AC.21/2003/4 6 février 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Bureau régional

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

CONVENTION SUR ESPÈCES MIGRATRICES

CONVENTION SUR ESPÈCES MIGRATRICES CONVENTION SUR ESPÈCES MIGRATRICES HUITIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Nairobi, 20-25 Novembre 2005 Point 11 de l ordre du jour Distr. GENERAL PNUE/CMS/Conf. 8.6/Rev 1 18 Octobre 2005 FRANÇAIS

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

Éclairer les choix en matière de recherche :

Éclairer les choix en matière de recherche : Éclairer les choix en matière de recherche : Indicateurs et décisions Sommaire Le savoir au service du public Sommaire 1 Sommaire La création de nombreux biens publics passe par la recherche exploratoire

Plus en détail

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE DIRECTIVES SUR L APPRÉCIATION DE L ÉQUIVALENCE DE MESURES SANITAIRES ASSOCIÉES À DES SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES DENRÉES ALIMENTAIRES 1 SECTION 1 PRÉAMBULE CAC/GL 53-2003 1. Il n est

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

MASTER II ECONOMIE ET GESTION Spécialité Management des Organisations de la Neteconomie

MASTER II ECONOMIE ET GESTION Spécialité Management des Organisations de la Neteconomie MASTER II ECONOMIE ET GESTION Spécialité Management des Organisations de la Neteconomie MODULE C03 - Séquence 1 INTRODUCTION I. UN PEU D'HISTOIRE II. LES RESSOURCES D'UN SI III. LA DÉFINITION D UN SI À

Plus en détail

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme.

A. Compétences et attributions. 1. Une institution nationale est investie de compétences de protection et de promotion des droits de l'homme. PRINCIPES DE PARIS PRINCIPES CONCERNANT LE STATUT ET LE FONCTIONNEMENT DES INSTITUTIONS NATIONALES POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DES DROITS DE L'HOMME En octobre 1991, le Centre pour les droits de

Plus en détail

La neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail, ...

La neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail, ... Résolution concernant l'élaboration des statistiques de la sécurité sociale, adoptée par la neuvième Conférence internationale des statisticiens du travail (avril-mai 1957) La neuvième Conférence internationale

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. Restreinte UNEP/OzL.Pro/ExCom/40/10 11 juin 2003 FRANÇAIS ORIGINAL: ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/7 Conseil économique et social Distr. générale 26 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l innovation, de la compétitivité et des

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL DE L OCDE SUR LES BONNES PRATIQUES POUR L'EDUCATION FINANCIERE RELATIVE AUX PENSIONS PRIVEES RECOMMANDATION DU CONSEIL

RECOMMANDATION DU CONSEIL DE L OCDE SUR LES BONNES PRATIQUES POUR L'EDUCATION FINANCIERE RELATIVE AUX PENSIONS PRIVEES RECOMMANDATION DU CONSEIL RECOMMANDATION DU CONSEIL DE L OCDE SUR LES BONNES PRATIQUES POUR L'EDUCATION FINANCIERE RELATIVE AUX PENSIONS PRIVEES RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes pratiques ont été approuvées par le Conseil de

Plus en détail

Note de l Office for National Statistics du Royaume-Uni

Note de l Office for National Statistics du Royaume-Uni Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/5 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

Aide à la gestion du projet final ISN

Aide à la gestion du projet final ISN Aide à la gestion du projet final ISN 1 - La place du projet dans l ISN «Les activités des élèves sont organisées autour d une équipe de projet dont les tâches sont les suivantes : repérer le besoin ou

Plus en détail

Tâches et fonctions types Tâches et fonctions types Tâches et fonctions types Leadership

Tâches et fonctions types Tâches et fonctions types Tâches et fonctions types Leadership Raison d être Raison d être Raison d être Gérer les aspects scientifiques et opérationnels du fonctionnement d un laboratoire de recherche ou d une installation spécialisée qui offre des services d analyse,

Plus en détail

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé af DE VAUD Département de la formation et de la jeunesse DFJ Projet : «Ecole et informatique» 1 Introduction Près de deux décennies après l introduction des premiers ordinateurs dans l École obligatoire,

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/INF/10 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 18 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LES POLITIQUES

Plus en détail

DIRECTIVES DE SOUMISSION DE CANDIDATURE POUR LA

DIRECTIVES DE SOUMISSION DE CANDIDATURE POUR LA DIRECTIVES DE SOUMISSION DE CANDIDATURE POUR LA BOURSE DE RECHERCHE DE L HÉRITAGE DE LA RECHERCHE ORTHOPÉDIQUE AU CANADA (HROC) Les candidatures doivent être soumises par voie électronique, en format PDF,

Plus en détail

POLITIQUE D ÉVALUATION DES CANDIDATS AU PERMIS D INGÉNIEUR - ÉQUIVALENCE DE DIPLÔME ET DE FORMATION

POLITIQUE D ÉVALUATION DES CANDIDATS AU PERMIS D INGÉNIEUR - ÉQUIVALENCE DE DIPLÔME ET DE FORMATION POLITIQUE D ÉVALUATION DES CANDIDATS AU PERMIS D INGÉNIEUR - ÉQUIVALENCE DE DIPLÔME ET DE FORMATION Règlement sur les normes d équivalence de diplôme et de formation pour la délivrance d un permis de l

Plus en détail

Estimations des dépenses de recherche et développement (R-D) effectuées dans le secteur de l'enseignement supérieur

Estimations des dépenses de recherche et développement (R-D) effectuées dans le secteur de l'enseignement supérieur Définitions Sciences naturelles et génie Le domaine des sciences naturelles et génie (SNG) englobe les disciplines relevant de la compréhension, de l'exploration, de l'évolution ou de l'utilisation du

Plus en détail

Résolution ICC-ASP/13/Res.2

Résolution ICC-ASP/13/Res.2 Résolution ICC-ASP/13/Res.2 Adoptée à la douzième séance plénière, le 17 décembre 2014, par consensus ICC-ASP/13/Res.2 Résolution sur les locaux permanents L Assemblée des États Parties Rappelant les résolutions

Plus en détail

Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement

Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement Centre pour la promotion des importations en provenance des pays en développement CBI : L expert en exportations à partir de pays en développement Depuis une quarantaine d années, le CBI contribue à la

Plus en détail

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/49/845/Add.1 9 mars 1995 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS Quarante-neuvième session Point 113 de l ordre du jour GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Examen de

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/57/598

Assemblée générale. Nations Unies A/57/598 Nations Unies A/57/598 Assemblée générale Distr. générale 12 novembre 2002 Français Original: anglais Assemblée générale Cinquante-septième session Points 31, 32, 79, 84 c), 87, 88 et 89 de l ordre du

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

C'est une conclusion d'une étude (juillet 96) menée par l'union Européenne dans le cadre de la task force "Logiciels éducatifs et multimédia":

C'est une conclusion d'une étude (juillet 96) menée par l'union Européenne dans le cadre de la task force Logiciels éducatifs et multimédia: Introduction Les nouveaux outils n'apporteront un plus à l'enseignement que dans le cadre de nouvelles pratiques pédagogiques, plus centrées sur la personne de l'étudiant, sur le développement de ses compétences

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.3/2015/27 Conseil économique et social Distr. générale 19 novembre 2014 Français Original : anglais Commission de statistique Quarante-sixième session 3-6 mars 2015 Point 4 h) de l ordre

Plus en détail

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles D ACTION L A N Plan d action sur les infrastructures essentielles Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2009 No de cat. : PS4-66/2009F-PDF ISBN : 978-1-100-90319-4 Imprimé au Canada Table des matières

Plus en détail

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC Développer aujourd hui la main-d œuvre de demain Information and Communications Technology Council Conseil des technologies de l information et des communications Faits saillants du Cadre des profils de

Plus en détail

SOCIETES MULTINATIONALES : ETAT ACTUEL DES TRAVAUX. Note du Secrétaire général

SOCIETES MULTINATIONALES : ETAT ACTUEL DES TRAVAUX. Note du Secrétaire général GENERAL Distr. GENERALE A/CN.9/90 22 avril 197^ FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMMISSION DES NATIONS UNIES POUR LE DROIT COMMERCIAL INTERNATIONAL Septième session New York9 13-17 mai 197U SOCIETES MULTINATIONALES

Plus en détail

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois 07 ENSEIGNEMENT

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois 07 ENSEIGNEMENT 07 ENSEIGNEMENT 07.01 Organisation générale de l'enseignement Documents relatifs à l'organisation générale, la structure et le fonctionnement de l'enseignement : structures organisationnelles de l'enseignement

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB adoptés par le Comité d experts de l Union de l IPC à sa quarante-deuxième session et

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CEP/2015/L.1 Conseil économique et social Distr. limitée 18 août 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité des politiques de l environnement Vingtième

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail

PROJET EN ENSEIGNEMENT DE SPECIALITE BACCALAUREAT STI2D SESSION 2013

PROJET EN ENSEIGNEMENT DE SPECIALITE BACCALAUREAT STI2D SESSION 2013 PROJET EN ENSEIGNEMENT DE SPECIALITE BACCALAUREAT STI2D SESSION 2013 IA-IPR STI Académie de Versailles SOMMAIRE A/. REGLEMENTATION DU BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE Epreuve relative aux enseignements technologiques

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

2. Eléments de langage/speaking points

2. Eléments de langage/speaking points A10278 - Mme Quintin participe à la conférence "Gérer les transitions: l'orientation tout au long de la vie dans l'espace européen." Lyon, 17-18 septembre 2008 2. Eléments de langage/speaking points [Salutations

Plus en détail

Développer de nouveaux produits de haute technologie et des services qui répondent et anticipent les attentes des clients ;

Développer de nouveaux produits de haute technologie et des services qui répondent et anticipent les attentes des clients ; POLITIQUE QUALITÉ, POLITIQUE ENVIRONNEMENTAL ET H&S cfr. AS / UNI EN 9100:2009 5.3 - UNI EN ISO 9001:2008 5.3 - BS OHSAS 18001:2007 4.2 - UNI EN ISO 14001:2004 4.2 - Leg. Decree 81/2008 - Leg. Decree 152/2006

Plus en détail

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe Convention de l'onu relative aux droits des personnes handicapées Rôle et tâches de la DOK (resp. de la future faîtière IH) dans la promotion et la surveillance de la mise en œuvre de la CDPH Contexte

Plus en détail

Programme SPORT. Les actions suivantes dans le domaine du sport sont mises en œuvre à travers ce guide du programme:

Programme SPORT. Les actions suivantes dans le domaine du sport sont mises en œuvre à travers ce guide du programme: Programme SPORT Quelles actions sont soutenues? Les actions suivantes dans le domaine du sport sont mises en œuvre à travers ce guide du programme: Partenariats collaboratifs Manifestations européennes

Plus en détail

Cent soixante et unième session

Cent soixante et unième session ex Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif Cent soixante et unième session Point 9.6 de l'ordre du jour provisoire 161 EX/52 PARIS, le 17 avril 2001 Original

Plus en détail

Le diagramme des relations met en évidence les multiples relations entre les différents éléments, causes et effets d'un système.

Le diagramme des relations met en évidence les multiples relations entre les différents éléments, causes et effets d'un système. Sept outils du management (Les) Introduction Diagramme des relations Diagramme des affinités Diagramme en arbre Diagramme matriciel Diagramme des décisions d'action (PDPC) Diagramme sagittal (CPM) Analyse

Plus en détail

Qualité en Recherche en Région Aquitaine Limousin : QRRAL

Qualité en Recherche en Région Aquitaine Limousin : QRRAL Qualité en Recherche en Région Aquitaine Limousin : QRRAL Rencontre du 13 décembre 2012 Les référentiels qualité en recherche Objectifs! Rappel sur les principes de la qualité! Les spécificités de la recherche!

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/772 Nations Unies A/AC.105/772 Assemblée générale Distr.: Générale 7 décembre 2001 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport du deuxième Atelier

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI SCT/S2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 29 mars 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODELES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes. Document d introduction à la gestion des actifs

Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes. Document d introduction à la gestion des actifs Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes Document d introduction à la gestion des actifs Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes 2012 Pour de plus amples renseignements au sujet

Plus en détail

Le test s'est déroulé en trois étapes successives

Le test s'est déroulé en trois étapes successives TEST SUR LES BASES BIBLIOGRAPHIQUES Rapport* du bureau Marcel van Dijk L'étude qui suit présente les résultats du test quantitatif et qualitatif de 5 bases bibliographiques disponibles en France : BNOPALE

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique

Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique Bienvenue au Module 6 du cours EBM formation des formateurs. Dans ce module, vous apprendrez comment traduire un audit clinique en question

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Formation «Praticien Appreciative Inquiry»

Formation «Praticien Appreciative Inquiry» Formation «Praticien Appreciative Inquiry» L «Appreciative Inquiry» ou «Exploration Appréciative» est une méthode de conduite du changement qui a vu le jour à la fin des années 1980 aux Etats-Unis et qui

Plus en détail

ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? cgi.com

ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? cgi.com ÉTUDE TECHNIQUE Pourquoi la gestion déléguée et non la dotation en personnel d appoint? S assurer que les entreprises tirent un maximum de valeur de leurs fournisseurs de services en TI, y compris flexibilité

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401)

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) "Préface explicative" Chiffre Cette NAS donne des instructions sur un audit

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI)

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI) SMSI Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le SMSI Accra 2005 Union Africaine Commission économique pour l Afrique Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société

Plus en détail

Les rapports publics de performance. Guide de préparation

Les rapports publics de performance. Guide de préparation Les rapports publics de performance Guide de préparation Mai 2007 i Le présent guide vise à stimuler la réflexion et à fournir un cadre de référence pour la préparation des rapports publics de performance

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

Ministère des enseignements secondaire, supérieur et de la recherche scientifique SEPTEMBRE 2007-1 -

Ministère des enseignements secondaire, supérieur et de la recherche scientifique SEPTEMBRE 2007-1 - - 1 - - 2 - - 3 - II FORMATION 1 Objectif L enseignement vise à la formation en 4 semestres de collaborateurs polyvalents participant à la responsabilité de l étude et de l exécution des travaux de génie

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/60/487)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/60/487)] Nations Unies A/RES/60/188 Assemblée générale Distr. générale 17 février 2006 Soixantième session Point 51 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de la Deuxième

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE

EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE EXAMEN ET MISE A JOUR DES POLITIQUES DE SAUVEGARDE ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DE LA BANQUE MONDIALE Plan des consultations avec les parties prenantes extérieures pendant la phase 2 de l examen et de la

Plus en détail