Manuel de formation théorique et pratique à l'analyse, à la synthèse et au reconditionnement de l'information (version préliminaire) établi par

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Manuel de formation théorique et pratique à l'analyse, à la synthèse et au reconditionnement de l'information (version préliminaire) établi par"

Transcription

1 PGI-86lWSl14 Cours de consolidation de l information Manuel de formation théorique et pratique à l analyse, à la synthèse et au reconditionnement de l information (version préliminaire) Programme général d information et UNISIST Organisation des Nations Unies, pour l éducation, la science et la culture 1 Or I ;\;yj Paris, 1988

2 PGI-86/WS/14 Paris, mai 1989 COURS DE CORSOLIDATIOIV DE L'Il'iFORMATION Manuel de formation théorique et pratique à l'analyse, à la synthèse et au reconditionnement de l'information (version préliminaire) Tefko établi par Saracevic Programme général d'information et UNISIST Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture

3 Notice recommandée par le catalogue : Saracevic, Tefko Cours de consolidation de l'information : Manuel de formation théorique et pratique à l'analyse, à la synthèse et au reconditionnement de l'information (version préliminaire)/établi par Tefko Saracevic (pour le) Programme général d'information et UNISIST. - Paris : Unesco, ix, 114 pages ; 30 cm. (PGI-86/WS/14). 1. Titre II. Unesco. Programme général d'information et UNISIST 0 Unesco, 1986.

4 , (iii) AVANT-PROPOS Le cours d'analyse, de synthèse et de reconditionnement de l'information qui est ici présenté est une importante initiative de l'unesco, qui s'inscrit dans le cadre de ses efforts pour promouvoir, p ar l'intermédiaire de son Programme général d'information, la consolidation et la diffusion de l'information au service du développement. On en trouvera exposés la genèse, les objectifs et le plan dans la préface de l'auteur. Ce Manuel a été établi pour 1'Unesco par M. Tefko Saracevic, ancien collaborateur de la School of Library and Information Science, Case Western Reserve University (Cleveland, Ohio, Etats-Unis d'amérique), et actuellement membre de la School of Communication, Information and Library Studies, Rutgers University (New Brunswick, New Jersey, Etats-Unis d'amérique. La consolidation de l'information ayant jusqu'à présent fait l'objet de relativement peu d'activités de formation, il a été jugé préférable de publier ces principes directeurs dans une version préliminaire, sans les soumettre au préalable à l'examen de la communauté internationale. Les lecteurs, en particulier ceux qui participent à des programmes de formation en sciences de l'information, sont invités à examiner ce Manuel et à l'expérimenter dans des activités pédagogiques pratiques et à adresser leurs observations et suggestions à : Division du Programme général d'information Unesco 7, place de Fontenoy Paris France Pour se procurer des exemplaires supplémentaires de ce document, écrire à la même adresse.

5 TABLE DES MATIERES PREFACE Origine... Définitions... Caractéristiques essentielles... Buts et objectifs du Manuel... Public auquel s'adresse le Manuel... Ouvrages de référence... Plan du Manuel.... INTRODUCTION PARTIE 1. CONCEPTION Chapitre I-l - JUSTIFICATION DU COURS Obstacles à l'utilisation de l'information... Moyens de surmonter les obstacles à l'utilisation de l'information.... Résumé Chapitre I-2 - BUT, OBJECTIFS ET ORIENTATION DU COURS But Objectifs.....' Priorités et orientation Chapitre I-3 - STRUCTURE DU COURS Approche Domaines et sujets Plan général du cours PARTIE II. CONTENU SECTION A : DEFINITION ET ENVIRONEEMENT Chapitre II-1 - PREMIER SUJET : DEFINITION ET ROLE SOCIAL DE LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement

6 (vi> Page Chapitre II-2 - DEUXIEME SUJET : BUT ET CADRE DE LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement SECTION B : AVANTAGES ET UTILISATEURS Chapitre II-3 - TROISIEME SUJET : VALEUR ET AVANTAGES DE LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement Chapitre II-4 - QUATRIEME SUJET : UTILISATEURS ET ETUDES SUR LES UTILISATEURS Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement SECTION C : ENTREES Chapitre II-5 - CINQUIEME SUJET : SELECTION ET EVALUATION DE L'INFORMATION Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet '. Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement SECTION D : METHODES ET TECHNIQUES DE TRAITEMENT Chapitre II-6 - SIXIEME SUJET : APERCU DES METHODES ET PRODUITS DE LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION..... Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement

7 (vii) Chapitre II-7 - SEPTIEME SUJET : SYNTHESES DOCUMENTAIRES ET PRODUITS CONNEXES Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement Chapitre II-8 - HUITIEME SUJET : REDACTION TECHNIQUE ET VLJLGARISATION Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement SECTION E : SORTIE Chapitre II-9 - NEUVIEME SUJET : LE CONDITIONNEMENT DE L'INFORMATION : SUPPORT ET PRESENTATION.. Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement Chapitre II-10 - DIXIEME SUJET : DIFFUSION DES PRODUITS DE LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION.... Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement SECTION F : GESTION Chapitre II-11 - ONZIEME SUJET : MARKETING DE L'INFORMATION Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement Chapitre II-12 - DOUZIEME SUJET : GESTION D'UNE UNITE DE CONSOLIDATION DE L'INFORMATION......, Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement

8 (viii) SECTION G : PERSPECTIVES Chapitre II-13 - TREIZIEME SUJET : RESUME DES CONDITIONS REQUISES ET PERSPECTIVES DE LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION DANS UNENVIRONNEMENT DONNE Objectifs et principes de base de l'enseignement..... Plan du sujet Description des principaux thèmes du sujet Suggestions pratiques relatives à l'organisation de l'enseignement PARTIE III. MISE EN OEUVRE Chapitre III.1 - ORGANISATION ET PRESENTATION DU COURS Programme de bibliothéconomie et de sciences de l'information.... Formation permanente... Les instructeurs : préparation et enseignement Chapitre III.2 - EVALUATION DU COURS Niveaux ou étapes de l'évaluation Evaluation de la réaction des participants Evaluation des connaissances acquises Evaluation des modifications du comportement Evaluation des résultats du cours et du programme REFERENCES... ANNEXE

9 LISTE DES FIGURES Pane Figure 1 PROCESSUS QUI ENTRENT EN JEU DANS LA CONSOLIDATION DE L'INFORMATION Figure 2 VALEUR DE L'INFORMATION POUR LA PRISE DE DECISIONS ET LA RESOLUTION DES PROBLEMES Figure 3 RELATION ENTRE LE SAVOIR PUBLIC, L'INFORMATION CONSOLIDEE ET LES UTILISATEURS LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 Plan général du cours de consolidation de l'information Tableau 2 Avantages que l'on peut tirer de l'utilisation de l'information consolidée Tableau 3 Exemples de consolidation de l'information Tableau 4 Exemples de produits d'information consolidée sur différents supports

10 PREFACE Oripine Le présent Manuel est destiné à répondre aux besoins exprimés et aux recommandations formulées dans le rapport final de chacune des trois réunions ci-après organisées par le Programme général d'information de 1'Unesco : 1. First Meetinp of the UNISIST Workinn Group on Information Analysis Centers. (Première réunion du Groupe de travail de 1'UNISIST sur les Centres d'analyse de l'information.) Maison de l'unesc0, Paris, 3-5 novembre 1975 (1). 2. Colloaue sur l'analyse et le regroupement de l'information (deuxième réunion). Colombo, Sri Lanka, septembre 1978 (2). 3. Troisième réunion du Groupe de travail regroupement de l'information. Kuala de 1'UNISIST sur Lumpur, Malaisie, l'analyse et le septembre 1983 (3). Les recommandations d'un certain nombre d'autres réunions ont également été prises en considération, plus particulièrement celles : 4. de la Conférence des Nations Unies sur la science et la techniaue au service du dévelonpement. Vienne, Autriche, 1979 (4), 5. du Colloaue international sur l'harmonisation des nroprammes d'enseianement et de formation en sciences de l'information, bibliothéconomie et archivistiaue. Maison de l'llnesco, Paris, 8-12 octobre 1984 (5). Les rapports de ces réunions examinent notamment les besoins d'information q des pays en développement en général,et, dans une large mesure, la nécessité plus particulière de fournir une information adaptée, par son contenu et sa forme, à diverses catégories de public. La notion d'information consolidée telle qu'elle est définie ci-après est l'un des moyens préconisés pour satisfaire ce besoin spécifique. L'idée fondamentale est de fournir l'information sous une forme qui permette d'en accroître le potentiel d'utilisation par un large éventail d'utilisateurs. Considérant ces recommandations et notions comme pertinentes, le présent Manuel est compétences essentiellement professionnelles un cours destiné à développer qui sont nécessaires pour les connaissances et les produire et diffuser une information consolidée. Définitions Les définitions ci-après ont été énoncées lors du Colloaue de 1'Unesco sur l'analyse et le regroupement de l'information qui s'est tenu à Colombo, Sri Lanka, du 12 au 15 septembre 1978 (2) : LES ACTIVITES DE CONSOLIDATION DE L'INFORMATION correspondent à la fonction exercée par des individus, des services ou des organisations, tendant à évaluer et à condenser des documents pertinents afin de procurer à des groupes d'utilisateurs déterminés de nouveaux corpus de connaissances fiables - l-

11 et concis. Tout individu ou groupe d individus qui se livre à des activités de consolidation de l information constitue une UNITE DE CONSOLIDATION DE L INFORMATION (UCI). Dans une étude intitulée Consolidation de l information. Guide pour l évaluation, la réorpanisation et le reconditionnement de l information scientifique et technique (6), Tefko Saracevic a proposé une définition proche mais plus élaborée : L INFORMATION CONSOLIDEE est un ensemble d éléments du savoir public choisis, analysés, évalués, et éventuellement réorganisés et reconditionnés en fonction de certaines des décisions immédiates, de certains des problèmes et des besoins d information d une clientèle ou d un groupe social défini qui, sans cela, ne serait peut-être pas en mesure d accéder à ces connaissances telles qu elles se présentent dans la masse des documents ou sous leur forme originale, et de les utiliser de manière efficace et efficiente. Les critères appliqués à la sélection, à l évaluation, à la réorganisation et au reconditionnement de ces connaissances sont établis en fonction de la clientèle potentielle. Telles sont les définitions de la consolidation de l information sur lesquelles reposent tous les concepts et descriptions du présent Manuel. Caractéristiques essentielles Les rapports susmentionnés étudient principalement deux caractéristiques essentielles de la consolidation de l information, à savoir : 1. son orientation vers l utilisateur, et 2. la coopération entre les spécialistes des diverses disciplines et les spécialistes de l information. Le succès de l opération fondamentales, autour desquelles passe par s articule la satisfaction explicitement de ces deux ou implicitement exigences tout le cours. But et objectifs du Manuel Le but général du présent Manuel est d encourager les institutions et organisations responsables de l enseignement et de la formation en bibliothéconomie et en sciences de l information à intégrer un cours de consolidation de l information à leurs programmes, qu il s agisse de l enseignement universitaire ordinaire ou de la formation permanente des personnels de l information. Un tel cours est particulièrement nécessaire dans les pays en développement, où les besoins d information de certains groupes d utilisateurs restent souvent insatisfaits faute de produits et services appropriés. Les objectifs du Manuel sont les suivants : 1. fournir la description et le programme détaillés d un cours de consolidation de l information devant permettre de l intégrer, de l adapter et de l enseigner plus facilement dans le cadre d un programme d enseignement existant ou d un programme d éducation permanente ; 2. définir dans leurs grandes lignes les moyens et méthodes qui permettront de mettre en oeuvre un tel cours ; -2-

12 3. fournir une liste générale de lectures et des suggestions pratiques sur la manière d enseigner le cours et/ou de l adapter à des situations et applications particulières. L objectif est non pas de proposer un cours à copier purement et simplement tel quel, mais de fournir suffisamment d éléments pour permettre de l adapter facilement à un milieu donné tout en préservant les concepts et principes de base de la consolidation de l information qui restent valables quels que soient l environnement et les circonstances. Par-delà le cours lui-même, l objectif est plus vaste encore. Il s agit :... de stimuler la réflexion sur les services de consolidation de l information en général ;... de susciter de l intérêt pour les besoins d information de certains groupes d utilisateurs qui restent insatisfaits et auxquels des produits et services de consolidation de l information seraient susceptibles de répondre ;... de contribuer à 1.élaboration de définitions spécifiques des méthodes et questions de consolidation de l information. Public auquel s'adresse le Manuel Le Manuel cherche avant tout à toucher deux types de public : Il les enseipnants en bibliothéconomie et en sciences de 1 information travaillent soit dans le cadre de l enseignement ordinaire, soit dans celui de l éducation permanente, qui l. utiliseront pour préparer un cours de consolidation de l information et pour l enseigner ; les resgonsables et administrateu- de l éducation qui s en serviront pour définir la politique générale et arrêter les plans d études et les, programmes d.enseignement et d!éducation permanente en bibliothéconomie et en sciences de l information. s adresse en second lieu : aux chercheurs et. analystes qui étudient les questions posées -.par l enseignement de la bibliothéconomie et des sciences de. l information en général, et des méthodes de consolidation de l information en particulier, et qui l utiliseront comme document. de travail pour leurs études ou comme document de base pour améliorer la consolidation de l information ; aux spécialistes de l information.intéressés par les aspects pratiques et administratifs de la consolidation de l. information, qui s en serviront comme d un répertoire des éléments dont il faut tenir compte pour mettre au point ou évaluer des applications pratiques ; j aux étudiants suivant une formation théorique ou pratique à la consolidation de l information, qui y trouveront des exemples. ainsi qu une récapitulation de ce qu il faut savoir et prendre en considération. Ouvrapes de référence Le Programme général d information de 1 Unesco a publié un certain nombre de guides ou manuels et de rapports sur la consolidation de l information, qui sont -3-

13 mentionnés à propos des différents sujets traités dans le cours et pourront fournir des textes de référence, des lectures et des exemples directement pertinents. Il s agit notamment des rapports des trois réunions déjà mentionnées au début de la préface (1 à 3), ainsi que des ouvrages suivants : - Saracevic, T. et Wood, J. Guide pour l évaluation, la réorpanisation et le reconditionnement de l information scientifiaue et technioue (6). - Marumdar, A. Consolidation of Information : Biopas Handbook (7). - Rastogi, T. Consolidation of Information : WindDumD Handbook (8). - Tata Energy Research Institute. Consolidation of Information : Cooking Stoves Handbook (9). - Tata Energy Research Institute. Biopas Technoloav - A Manual for Decision Maker (10). - Tata Energy Research Institute. Biopas Technolonv - A Manual for Extension Worker (11). - Seetharama, S. Guidelines for the Establishment of Information Consolidation Units (12). L ouvrage ci-après a aussi un rapport direct avec la question et pourra servir de texte de référence : - Valls, J. Information Services for DeVelODiIX Countries (13). Enfin, un article paru dans la revue Information Processing and Management pourra servir d introduction générale aussi bien pour les enseignants que pour les étudiants : - Saracevic, T. Processes and Problems in Information Consolidation (14). Le cours présenté ici est la suite directe des travaux de l auteur mentionnés en (6) et (14) et, pour chaque sujet, la description d un certain nombre de points importants s inspire largement de ces deux sources. On trouvera une introduction générale aux activités d information, y compris des sections sur les systèmes internationaux d information, l indexation, les résumés analytiques et la gestion des centres d information, dans un autre ouvrage publié par 1 Unesco : - Guinchat, C. et Menou, M. Introduction générale aux sciences et techniaues de l information et de la documentation (15). Les ouvrages mentionnés en (6) et (15) contiennent d abondantes bibliographies qui pourront être extrêmement utiles. Plan du Manuel Outre la préface, le Manuel comprend une introduction, trois parties, une liste de lectures et une annexe. -4-

14 L introduction décrit de manière générale le rôle de l information dans le développement et les problèmes connexes d information servant de cadre aux activités de consolidation de l information. La partie 1 se subdivise en trois chapitres qui exposent la conception générale du cours : justification, but et objectifs, structure. La partie II se compose de 13 chapitres qui définissent le contenu du cours et correspondent chacun à l un des sujets traités. Elle constitue en fait le programme du cours et la partie principale du Manuel. La partie III se compose de deux chapitres relatifs à la mise en oeuvre, c est-à-dire à l organisation et à la présentation du cours et à son évaluation. L annexe contient une liste sélective d organismes qui ont des activités de consolidation de l information et que l on pourra éventuellement consulter. -5-

15 INTRODUCTION Le développement est un changement social délibéré, orienté vers le type de système social et économique qu une société a décidé de choisir. C est un processus extrêmement complexe par lequel une société devient de plus en plus autosuffisante et de moins en moins dépendante - il vise à accroître les niveaux de vie, le revenu par habitant et la productivité tout en assurant une répartition équitable. Il implique des idées et des configurations nouvelles, en particulier en ce qui concerne les méthodes modernes de production et la santé, l éducation et autres pratiques contribuant à améliorer la qualité de la vie. En tant que tel, le développement est un processus organique évolutif dont la réussite dépend de l interaction positive de nombreux éléments. Un certain nombre de ressources, humaines, économiques, physiques, techniques et, ce qui n est pas le moins important, d information, sont nécessaires pour créer des conditions qui lui soient propices. En d autres termes, l information, en particulier en matière scientifique, technique et commerciale et en matière de santé est l une des ressources indispensables au développement. Elle a une grande valeur potentielle._ \ pour la prise de décisions, la résolution des problèmes et pour le bon déroulement du travail et de la vie. Des organisations internationales, de nombreuses études et des organismes et plans nationaux en ont, partout dans le monde, souvent souligné l importance pour le développement. Ce qui fait la valeur de l information pour le développement, c est indubitablement l usage qui en est fait. Une information non exploitée est aussi inutile qu un trésor enterré et perdu. Pour qu elle serve, il faut au minimum : 1. un niveau d infrastructure (système et services d information nationaux) qui rende l information disponible et accessible, ce qui suppose évidem- ;ment que l on dispose des ressources nécessaires pour créer et entre- 6 tenir une telle infrastructure ; k2. une propension des utilisateurs potentiels à se servir de l information. Des facteurs éducatifs, culturels, économiques, politiques et sociaux interviennent dans la reconnaissance de la valeur et de la nécessité de l information et donc, finalement, dans son utilisation. Depuis quelques décennies, l information devient infiniment plus disponible et accessible dans un grand nombre de pays en développement. Des infrastructures se mettent en place, la technologie de l information est implantée et appliquée et des spécialistes de l information sont formés. Toutefois, les problèmes et besoins d information restent trop grands et le manque d information ainsi que l absence des ressources nécessaires à la construction et à l entretien des infrastructures posent encore bien souvent problème. Il n est pas rare, d autre part, que l utilisation de l information ne soit pas optimale même lorsque les deux conditions minimales sont remplies. Cela tient au manque d information pertinente. On appelle INFORMATION PERTINENTE : gl information voulue, arrivant au moment voulu, en quantité voulue et au niveau de compréhension voulu pour répondre aux besoins d un groupe donné d utilisateurs. En d autres termes, une information disponible et accessible reste souvent inutilisée tout simplement parce qu elle n est pas présentée d une manière et sous -6-

16 une forme qui conviennent à un groupe (ou niveau) donné d utilisateurs. La consolidation de l information est l un des moyens suggérés de résoudre les problèmes dus au manque d information pertinente. En tant que telle, l information consolidée vise tout particulièrement à une utilisation accrue de l information par divers groupes d utilisateurs dans les pays en développement. La fourniture d une information consolidée est toutefois une tâche qui nécessite à elle seule des compétences, des efforts et des ressources considérables. Il faut beaucoup d efforts et de ressources pour créer et entretenir des unités de consolidation de l information, pour assurer la coopération indispensable entre spécialistes de diverses disciplines et spécialistes de l information et pour instruire et former des praticiens capables de créer des produits de la consolidation de l information et de fournir les services connexes. La consolidation de l information ne concurrence pas les formes traditionnelles d organisation intellectuelle de l information (c est-à-dire l indexation, le résumé, la classification, le catalogage, le codage, etc.). Au contraire, seuls le recours aux services classiques d information secondaire et la coopération avec ces services permettent d y parvenir. La formation théorique et pratique à la consolidation de l information ne concurrence donc pas celle qui prépare aux services secondaires. Au contraire, elle ne peut être fructueuse que si elle s inscrit dans le cadre général de la formation des spécialistes de l information. La consolidation de l information n est pas une panacée. Elle ne peut ni répondre à la totalité des besoins, ni résoudre tous les problèmes d information, mais c est une des grandes approches qu il convient d examiner en même temps que beaucoup d autres produits et services d information. Les produits de la consolidation de l information et les services connexes peuvent grandement contribuer à satisfaire un certain nombre de besoins d information vitaux. De même, assurer aux personnels de l information une formation adéquate à l art et à la science de la consolidation de l information est la clé du succès de tout effort dans ce domaine. Les éducateurs ont besoin à cette fin de documents dont ils puissent se servir pour préparer des cours et les donner. Le présent Manuel répond à ce besoin. -7-

17 PARTIE 1. CONCEPTION CHAPITRE I-l JlJSTIFICATION DU COURS Le cours se justifie en raison : 1. de l'importance et du rôle de l'information dans le développement ; 2. des obstacles s'opposant à une bonne utilisation de l'information ; 3. de la place de la consolidation de l'information dans l'éventail des autres activités d'information visant à développer l'utilisation de l'information. Le premier point a été examiné dans l'introduction, les deux autres sont étudiés ci-après. Obstacles à l'utilisation de l'information Il y a manifestement aujourd'hui surabondance d'information sur presque tous les sujets. Ce que l'on a appelé "l'explosion de l'information" pose des problèmes considérables lorsqu'il s'agit d'organiser l'information et de la rendre disponible et accessible. Cependant, l'utilisation effective de l'information existante, en particulier dans les domaines de la science, de la technologie, de la santé, des affaires et des domaines connexes, pose un problème au moins égal et parfois plus grave encore. En effet, même lorsqu'elle est facilement accessible, l'information peut ne pas être utilisée par les utilisateurs potentiels. Il y a là un paradoxe : l'information reste bien souvent inutilisée alors qu'elle est disponible et que l'utilisateur pourrait en tirer profit. Comment cela se fait-il? Quels sont les obstacles à l'utilisation effective de l'information? Ils tiennent notamment à ceci : - Il y a excès d'information sur un sujet donné et l'utilisateur potentiel est surchargé ou submergé - la quantité d'information disponible suffit à elle seule à rebuter l'utilisateur, auquel cela demanderait trop de temps et d'effort de l'exploiter. - L'information est présentée dans une langue et/ou utilise une terminologie inconnue de l'utilisateur - la langue (qu'il s'agisse d'une langue étrangère ou d'un jargon technique) fait obstacle à la compréhension. - L'information est présentée dans un contexte ou illustrée par des exemples étrangers au schéma culturel de l'utilisateur - les différences culturelles empêchent d'établir le lien avec une situation spécifique. - L'information est présentée sous une forme difficile à comprendre - le conditionnement peut faire obstacle à l'assimilation de l'information. -8-

18 - L information peut ne pas être considérée comme fiable - sa validité et sa fiabilité n ont pas été évaluées et; par conséquent, l information est mise en doute. Ces difficultés ainsi que d autres de même nature ont fait et continuent de faire gravement obstacle à l utilisation de l information dans le monde entier. Il est admis qu il s agit là de graves problèmes et un certain nombre de solutions, parmi lesquelles la consolidation de l information, ont été proposées et mises en oeuvre pour y remédier. Moyens de surmonter les obstacles à l'utilisation de l'information Les services de contrôle bibliographique, de classification, d indexation, de résumés analytiques et autres services d information secondaire sont très utiles pour organiser et contrôler l information. S ils n existaient pas, il régnerait un chaos absolument indescriptible. Beaucoup d activités importantes, notamment scientifiques, seraient peu à peu paralysées. Il est donc parfaitement justifié d organiser des cours et une formation sur ces sujets. Cependant, les techniques de contrôle bibliographique, d indexation, de résumé et autres opérations de ce type ainsi que les services y relatifs ne s intéressent pas directement à bon nombre des graves obstacles à l utilisation de l information que nous venons de mentionner. La nécessité de trouver d autres solutions est admise depuis longtemps. Beaucoup ont été essayées au fil des années et ont fait leurs preuves, notamment celles-ci : - synthèses de la documentation scientifique et technique et rapports sur l état des connaissances ; - guides ou manuels faisant la synthèse de données provenant d un certain nombre de sources ; - compilations de données cruciales évaluées ; - résumés d informations concernant le monde des affaires, le commerce et les marchés ; - exposés d information sur un sujet appelant une décision et examen des divers partis possibles ; - ouvrages techniques s adressant à un large public de non spécialistes et fournissant, en termes simples, des informations sur un sujet technique complexe ; - vulgarisation d ouvrages scientifiques donnant, sous une forme accessible aux non-spécialistes, des informations sur les progrès de la science et la découverte de liens de cause à effet entre certains phénomènes ; - diffusion de l information à l occasion de démonstrations. Divers services d information mettant particulièrement l accent sur une ou plusieurs de ces solutions ont été mis sur pied. Les principaux sont : 1. les centres d analyse de l information, extrêmement sélectifs, qui évaluent l information existante et en font la synthèse pour fabriquer n importe lequel des produits susmentionnés ; -9-

19 2. les services de vulgarisation, orientés essentiellement vers l agriculture, qui font des démonstrations, fournissent des informations et donnent des conseils à l intention des agriculteurs dans un contexte local ; 3. les services de santé publiaue, qui prodiguent non seulement des soins mais plus encore des informations et des conseils d hygiène et de santé à la population en général. Tous ces produits et services ont un grand dénominateur commun : ils visent à la bonne utilisation de l information. La coopération entre spécialistes de diverses disciplines et spécialistes de l information est favorisée à cette fin. Certains produits et services sont destinés à des spécialistes (scientifiques, ingénieurs, fonctionnaires, médecins et responsables de santé, éducateurs, hommes d affaires, etc.) ; d autres s adressent à un public plus large (travailleurs, agriculteurs, techniciens, parents, etc.). Le public cible a manifestement été chaque fois bien défini. Le concept de consolidation de l information s est dégagé des produits et services susmentionnés. Malheureusement, les programmes de bibliothéconomie et de sciences de l information ne font guère de place à la formation théorique et pratique à ces produits et services en général ou à la consolidation de l information en particulier. Puisqu il est démontré que les produits et services de consolidation de l information sont nécessaires, la formation des spécialistes de l information devrait comprendre des cours sur ce sujet. En outre, puisque les sujets relevant de la consolidation de l information ne sont pas traités dans les cours de contrôle bibliographique, d indexation et de résumés analytiques, il faut s efforcer de les énoncer de manière à bien montrer qu ils ne concurrencent pas mais au contraire complètent ces derniers. Résumé L introduction d un cours de consolidation de l information dans un programme de bibliothéconomie et de sciences de l information ou dans la formation permanente des personnels de l information est justifiée par : 1. le potentiel de l information en tant que ressource indispensable au développement ; 2. les nombreux obstacles s opposant à la bonne utilisation de l information et la nécessité qui en découle d éliminer au moins certains de ces obstacles en fournissant une information pertinente ; 3. l existence d un corpus de connaissances et d un ensemble de compétences et de pratiques permettant de fabriquer des produits et de fournir des services visant à favoriser une utilisation accrue de l information par un large public

20 CHAPITRE 1.2 BUT. OBJECTIFS ET OBIENTATIOH DU COURS La réussite d un cours passe nécessairement par une notion claire de ses buts et objectifs. La condition, il est vrai, n est pas suffisante, mais faute de la respecter l échec est garanti. Il importe donc de toujours clairement définir les objectifs d un cours. Les buts et objectifs spécifiques d un cours de consolidation de l information dépendent du contexte particulier de l établissement ou de l organisation dont il émane. C est pourquoi ne sont énoncés ici que des buts et objectifs généraux qui peuvent ensuite être adaptés à un contexte particulier. Le but général d un cours de consolidation de l information est : 1. de faire prendre conscience aux participants de ce que la consolidation de l information est un important moyen de satisfaire des besoins d information précis, en particulier dans le cadre du développement, et 2. de les former à l application de méthodes spécifiques d évaluation, d analyse, de synthèse et de reconditionnement de l information en vue d une utilisation accrue de 1 information par certains groupes d utilisateurs. Le cours a donc une double fin : premièrement, susciter une prise de conscience de ce qu est la consolidation de l information dans son ensemble et, deuxièmement, développer des compétences spécifiques qui permettront aux intéressés de participer aux activités de consolidation de l information et/ou de fournir des services connexes. Objectifs Le but du cours de consolidation de l information en détermine les objectifs plus spécifiques, qui sont : 1. de définir la nature et l environnement de la consolidation de l information et d en décrire le rôle et les avantages potentiels pour la satisfaction des besoins d information de groupes particuliers d utilisateurs ; 2. d étudier les caractéristiques des utilisateurs, les méthodes employées pour réaliser les études sur les utilisateurs et les méthodes de marketing et de diffusion auprès des utilisateurs des produits et services de la consolidation de l information ; 3. de décrire et d enseigner diverses méthodes de consolidation de l information axées sur trois groupes différents d utilisateurs, à savoir : (i) les cadres et les décideurs, (ii) les techniciens, les travailleurs et les communicateurs/intermédiaires et (iii) des groupes communautaires et le grand public, ce qui implique une coopération entre spécialistes de diverses disciplines et spécialistes de l information ;

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/INF/10 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 18 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LES POLITIQUES

Plus en détail

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement F CDIP/4/8/REV/TOR ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 OCTOBRE 2010 Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement établi par

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE OMPI PCT/A/34/4 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE Trente-

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI SCT/S2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 29 mars 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODELES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/AC.21/2003/4 6 février 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Bureau régional

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information"

Introduction à la conduite de projet systèmes d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information" Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/principes/guide-introduction

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Appel à Manifestation d'intérêt

Appel à Manifestation d'intérêt AfricaInteract : Renforcement des liens entre la recherche et les décideurs politiques pour l'adaptation au changement climatique en Afrique Appel à Manifestation d'intérêt Recrutement d'un expert pour

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE STAF 2001-2002 STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE Présentation du cours Responsable : Daniel Peraya Assistante : Nathalie Deschryver TABLE DES MATIERES

Plus en détail

UNION POSTALE UNIVERSELLE

UNION POSTALE UNIVERSELLE UNION POSTALE UNIVERSELLE CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE CEP 2009.1 Doc 19 Original: anglais Protocole d'accord avec l'association pour le marketing direct de l Amérique (Etats-Unis) (Point 19 de l ordre

Plus en détail

Académie mondiale de l OMPI

Académie mondiale de l OMPI PROGRAMME PRINCIPAL 14 WO/PBC/4/2 page 134 Académie mondiale de l OMPI 14.1 Enseignement à distance et sensibilisation du public 14.2 Formation professionnelle 14.3 Élaboration des politiques Résumé 215.

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DIX-HUITIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Rapport du Directeur général

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Nations Unies Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Onzième session (1er-4 juin 1999) Assemblée générale Documents officiels Cinquante-quatrième

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/7 Conseil économique et social Distr. générale 26 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l innovation, de la compétitivité et des

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale pour la grande orientation C8

Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale pour la grande orientation C8 Préparé par le Secrétariat de l UNESCO Réunion de consultation sur la Grande orientation C8, SMSI, 12 mai, Genève, Suisse Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme L'éducation et la formation des femmes CSW41 Conclusions concertées (1997/4) Nations Unies, mars 1997 L'éducation et la formation des femmes 1. On s'accorde largement

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

Éclairer les choix en matière de recherche :

Éclairer les choix en matière de recherche : Éclairer les choix en matière de recherche : Indicateurs et décisions Sommaire Le savoir au service du public Sommaire 1 Sommaire La création de nombreux biens publics passe par la recherche exploratoire

Plus en détail

Principes de management de la qualité

Principes de management de la qualité Principes de management de la qualité Hassen Ammar, consultant formateur en management PLUS CONSEIL: www.plusconseil.net PLUS CONSEIL ISO 9000 Les 8 huit principes de management Principe 1 Orientation

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Forum African sur la Gouvernance de l Internet (AfIGF) http://afigf.uneca.org/ Termes de références Septembre 2012 Historique S inspirant des Objectifs du Millénaire pour le Développement des Nations Unies

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB adoptés par le Comité d experts de l Union de l IPC à sa quarante-deuxième session et

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 www.pr4gm4.com Gestion des risques Présentation Mars 2010 Copyright 2010 - PR4GM4 Actualité du 27 janvier 2010 2 Actualité du 11 février 2010 3 Domaine

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

MASTER II ECONOMIE ET GESTION Spécialité Management des Organisations de la Neteconomie

MASTER II ECONOMIE ET GESTION Spécialité Management des Organisations de la Neteconomie MASTER II ECONOMIE ET GESTION Spécialité Management des Organisations de la Neteconomie MODULE C03 - Séquence 1 INTRODUCTION I. UN PEU D'HISTOIRE II. LES RESSOURCES D'UN SI III. LA DÉFINITION D UN SI À

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Assemblées des États membres de l OMPI

Assemblées des États membres de l OMPI F A/55/INF/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 4 AOÛT 2015 Assemblées des États membres de l OMPI Cinquante-cinquième série de réunions Genève, 5 14 octobre 2015 STRATÉGIE DE GESTION DES CONNAISSANCES DE L ORGANISATION

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

DIRECTIVES DE SOUMISSION DE CANDIDATURE POUR LA

DIRECTIVES DE SOUMISSION DE CANDIDATURE POUR LA DIRECTIVES DE SOUMISSION DE CANDIDATURE POUR LA BOURSE DE RECHERCHE DE L HÉRITAGE DE LA RECHERCHE ORTHOPÉDIQUE AU CANADA (HROC) Les candidatures doivent être soumises par voie électronique, en format PDF,

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Conseil des aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce IP/C/W/412 10 novembre 2003 (03-5973) Original: anglais RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX

AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX L Europe pour le bien-être des animaux AMENDEMENTS PROPOSES A LA DECLARATION COMMUNE DE LA COORDINATION COE-UE-OIE SUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX DEMANDE DE LA FRANCE Si nous voulons clairement intégrer

Plus en détail

4/3. Le mécanisme de financement : examen du FEM-5 et besoins pour le FEM-6. A. Examen des orientations pour le mécanisme de financement

4/3. Le mécanisme de financement : examen du FEM-5 et besoins pour le FEM-6. A. Examen des orientations pour le mécanisme de financement CDB Distr. GÉNÉRALE UNEP/CBD/WG-RI/REC/4/3 21 juin 2012 GROUPE DE TRAVAIL SPÉCIAL À COMPOSITION NON LIMITÉE SUR L EXAMEN DE L APPLICATION DE LA CONVENTION Quatrième réunion Montréal, 7-11 mai 2012 Point

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

RAPPORTS NATIONAUX EN LIGNE, HARMONISATION DE L INFORMATION ET GESTION DES CONNAISSANCES POUR LES ACCORDS MULTILATÉRAUX SUR L ENVIRONNEMENT (MEA)

RAPPORTS NATIONAUX EN LIGNE, HARMONISATION DE L INFORMATION ET GESTION DES CONNAISSANCES POUR LES ACCORDS MULTILATÉRAUX SUR L ENVIRONNEMENT (MEA) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 17 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.10 29 août 2011 Français

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL. Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre 1999

FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL. Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre 1999 FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL Code de bonnes pratiques pour la transparence des politiques monétaire et financière : Déclaration de principes Introduction Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail