Mécanique des sols I. Chapitre I Propriétés physiques des sols. Chapitre II Hydraulique des sols. Chapitre III Déformations des sols

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mécanique des sols I. Chapitre I Propriétés physiques des sols. Chapitre II Hydraulique des sols. Chapitre III Déformations des sols"

Transcription

1 Mécanique des sols I Chapitre I Propriétés physiques des sols Chapitre II Hydraulique des sols Chapitre III Déformations des sols Chapitre IV Résistance au cisaillement des sols

2 Chapitre III Déformations des sols 1- Contraintes dans les sols 2- Calcul des contraintes dues aux surcharges 3- Compressibilité des sols 4- Calcul du tassement méthode des couches 5- Théorie de la consolidation de Terzaghi et Frohlich 6- Durée des tassements 7- Consolidation secondaire 8- Dispositions constructives tassements admissibles 1. Contraintes dans les sols 2. Calcul des contraintes 3. Compressibilité des sols 4. Calcul du tassement 5. Théorie de la consolidation 6. Durée des tassements 7. Consolidation secondaire 8. Tassements admissibles

3 Qu'est-ce qu'un tassement? Chargement d'un sol Surplus de contrainte Déformation verticale tassements Conséquences des tassements sur les structures Types de tassements uniformes - affectent peu la structure - problèmes de raccordement remblai ouvrage d'art canalisation bâtiment différentiels - peuvent entraîner des désordres importants - structure hyperstatique tassement entre 2 appuis

4 Ordre de grandeur des tassements admissibles Exemple d'une poutre de 10 mètres tassement total : 5 à 10 cm tassement différentiel : à L 2.5 à 4 cm

5 A quoi sont dus les tassements? Phénomène de compressibilité des sols diminution de volume La compressibilité résulte de : la déformation des grains de sol négligeable la compression de l'air et de l'eau contenus dans les vides négligeable instantannée l'expulsion de l'eau contenue dans les vides eau chassée des vides : tassement consolidation primaire Remarque : importance du temps et de la perméabilité des sols S i S p la compression du squelette solide réarrangement des particules consolidation secondaire S s

6 Composantes du tassement Tassement total (S t ) S t = S i + S p + S s tassement immédiat tassement de consolidation primaire tassement de consolidation secondaire S i S p S s tassement log temps - le plus important dépend fortement du temps - souvent peu important négligeable - très consolidation (surtout long terme pour les sols fins saturés) - fluage phénomène du squelette de réduction solide progressive évalué par la théorie de l'élasticité du volume en fonction du temps d'une couche de sol saturé sous l'action d'une contrainte constante

7 Méthode d'obtention des tassements Si les lois de comportement étaient connues charges appliquées lois de comportement contraintes sur les particules solides + déformations somme des déformations tassements Principe de calcul du tassement total (a) charges charges appliquées contraintes à la profondeur où on veut calculer le tassement (b) déformations étude expérimentale du sol calcul du tassement à partir des contraintes déterminées en (a) Prise en compte du temps de tassement : consolidation

8 Démarche de ce chapitre Calcul des contraintes 1- Contraintes dans les sols 2- Calcul des contraintes dues aux surcharges Calcul du tassement total 3- Compressibilité des sols sans considérer l'évolution du tassement dans le temps 4- Calcul du tassement méthode des couches Calcul du temps de consolidation 5- Théorie de la consolidation de Terzaghi et Frohlich 6- Durée des tassements fonction de la perméabilité du sol - sols fins - sols pulvérulents

9 1- Contraintes dans les sols 1.1 Contrainte totale 1.2 Contrainte effective postulat de Terzaghi 1.3 Contrainte réelle principe de superposition 1.4 Contrainte naturelle ou géostatique : σ v Sol homogène à surface horizontale Sol homogène à surface inclinée Sol stratifié à surface horizontale Sol inondé à surface horizontale 1.5 Contrainte due aux surcharges : Δσ z 1. Contraintes dans les sols 2. Calcul des contraintes 3. Compressibilité des sols 4. Calcul du tassement

10 1.1 Contrainte totale Comment se répartissent les contraintes dans un sol, sachant que ce dernier est multiphasique? Sol global - milieu continu, sans distinction entre les phases solide et liquide - complètement saturé les contraintes exercées en un point sur une facette donnée Phases prises séparément - lois de comportement différentes - répartition des contraintes entre le solide et l'eau eau contraintes totales responsable squelette solide - des déformations - de la résistance au cisaillement - incompressible - aucune résistance au cisaillement Calcul des contraintes 1. Contraintes dans les sols 2. Calcul des contraintes

11 1.2 Contrainte effective postulat de Terzaghi Répartition des contraintes - contraintes transmises dans le squelette des grains solides du sol contraintes effectives σ', τ' - les seules contraintes pouvant exister dans l'eau sont des pressions τ' pression interstitielle contrainte normale, sans cisaillement Postulat de Terzaghi (autour de 1920) σ' = σ u = τ Remarques -sol sec - pas de mesure de - σ' = σ σ' u contrainte normale totale pression de l'eau contrainte effective responsable des tassements et de la résistance au cisaillement

12 Matrices de contraintes - contraintes sur les grains solides - pression interstitielle ( Σ ) s = σ τ τ x xy xz τ σ τ xy y yz τ τ xz yz σ z ( Σ) w = u u u Lorsque le sol est partiellement saturé

13 1.3 Contrainte réelle principe de superposition Principe de superposition dans le domaine élastique linéaire, l'effet produit par l'action simultanée de plusieurs forces est égal à la somme de ceux produits par chacune des forces agissant séparément σ = σ z v0 + Δσ z contrainte à la profondeur z contrainte due au poids des terres contraintes dues aux surcharges sol : milieu semi-infini élastique

14 1.4 Contrainte naturelle ou géostatique Contrainte naturelle σ v0 - contrainte dans le sol avant tout chargement supplémentaire - poids des terres Sol homogène à surface horizontale H σv = 0 γ dz σv0 0 = γh x z H σ v0 γ

15 1.4.2 Sol homogène à surface inclinée après application des équations d'équilibre σ τ y xy = γ y cosβ = = γ y sinβ = γ z cos β γ z sinβ cosβ 2 β y y z γ T n t x β y y et y x γ σ t n = z cosβ

16 1.4.3 Sol stratifié à surface horizontale σ z = σ v0 = n i= 1 γ i h i x y

17 1.4.4 Sol inondé à surface horizontale contrainte totale pression interstitielle contrainte effective σ y - u = σ y h w γ w γ sat γ w h w γ w h w y σ z γ w h w + γ sat y γ ( y) w h w + γ y σ z indépendant de h w

18 1.5 Contrainte due aux surcharges : Δσ z Surplus de charge qui va engendrer un déséquilibre du sol Δσ remblai pont Argile

19 2- Calcul des contraintes dues aux surcharges 2.1 Détermination des surcharges 2.2 Charge concentrée : Q relation de Boussinesq 2.3 Charge répartie : q Principe de calcul Charge uniforme circulaire Charge uniforme rectangulaire Charge uniforme répartie sur une surface quelconque Charge trapézoïdale de longueur infinie (demi-remblai) Charge triangulaire de longueur b (talus) Distribution simplifiée 1. Contraintes dans les sols 2. Calcul des contraintes 3. Compressibilité des sols 4. Calcul du tassement

20 2.1 Détermination des surcharges Cas particulier : surface uniformément chargée sol soumis à un chargement uniforme q sur une surface importante Δσ = q z transmission directe des contraintes Autres cas Δσ z q dissipation des contraintes avec la profondeur Pour le calcul de Δσz - le sol est un milieu semi-infini - le sol est élastique et non pesant

21 2.2 Charge concentrée : Q relation de Boussinesq Répartition des contraintes sous une charge ponctuelle - distribution suivant des plans horizontaux

22 - bulbe de contraintes

23 Calcul de en fonction de la profondeur z Δσ z Formule de Boussinesq (1885) ( ) θ π = + π = Δσ cos z Q z r z Q z ( ) z r r z Q z + π = Δσ N z Q z = σ Δ 2 ou ou avec N = f (r/z) abaque

24

25 2.3 Charge répartie : q Principe de calcul - Intégration de d( Δσz ) - formule de Boussinesq - principe de superposition - différentes distributions de charges - milieux semi-infinis et non pesants - Cas usuels de chargement (fondations, remblais ) - formules pour les cas simples - abaques - Principe de calcul Δσ z = I q Δσ z q I contrainte sur une facette horizontale charge verticale uniformément répartie coefficient d'influence (<1), qui dépend de -z - écartement par rapport à la zone chargée - forme et dimension de la surcharge

26 2.3.2 Charge uniforme circulaire

27 2.3.3 Charge uniforme rectangulaire Abaque de Steinbrenner - calcul sous un angle de l'aire chargée - I en fonction de L/z et B/z - L et B interchangeables

28 2.3.3 Charge uniforme rectangulaire Exemples 1 2 A I A = I 1 + I 2 + I 3 + I 4 4 B 3 I B = I 1 + I 2 -I 3 -I 4

29 2.3.4 Charge uniforme répartie sur une surface quelconque Abaque de Newmark 1 carreau = 0,005 longueur ab profondeur z du point sous lequel on cherche la contrainte ouvrage dessiné à partir de cette échelle ab centre de l'abaque : point sous lequel on cherche la contrainte contrainte proportionnelle au nombre de carreaux dans la surface chargée Δσ = I q = 0, 005 z n q

30 AB = 1,5 x OQ environ 8 carreaux Δσ = I q = 0, 02 z n q Δσ Δσ z =, z = 40 kpa 250 kpa Pour une autre profondeur, nouveau dessin avec nouvelle échelle

31 2.3.5 Charge trapézoïdale de longueur infinie (demi-remblai) Abaque d'österberg

32 2.3.6 Charge triangulaire de longueur b (talus) Abaque de Fadum

33 2.3.7 Distribution simplifiée - méthode la plus simple - valeur approximative des contraintes diffusion uniforme des contraintes avec la profondeur limitée par des droites faisant une pente 2:1 (vertical:horizontal) q z 2 même charge totale mais sur une surface plus grande 1 Δσ z Δσ z = 0 M P

34 3- Compressibilité des sols 3.1 Sols pulvérulents et sols fins 3.2 L œdomètre 3.3 Courbe de compressibilité 3.4 Phénomène de la consolidation primaire 3.5 Caractéristiques de la compressibilité Pression de préconsolidation Indice de compression Indice de gonflement Module œdométrique 3.6 Classification des sols vis à vis de la compressibilité Sol normalement consolidé Sol surconsolidé Sol sous-consolidé 1. Contraintes dans les sols 2. Calcul des contraintes 3. Compressibilité des sols 4. Calcul du tassement

35 3.1 Sols pulvérulents et sols fins Matériau granulaire soumis à une compression unidimensionnelle - courbe contraintes / déformations (sable en compression) -déformation indice des vides - rotation du système d'axes e = f (σ)

36 - début de chargement déformations importantes - par la suite ralentissement (déformation des grains) - cycle de décharge comportement non réversible - importance de l'indice de densité I D e e max = faible : sol lâche compressible max e e min élevé : sol serré très peu compressible

37 Matériau granulaire soumis à une compression unidimensionnelle - compression en fonction du temps atteinte rapidement évacuation rapide de l'eau compressibilité tassement instantanné - seulement due à la compression du squelette solide - au moment de l'application des charges - souvent pendant la construction - identique sur sol sec, humide ou saturé

38 3.1 Sols pulvérulents et sols fins Tassement des sols fins différent pcq l'eau s'évacue moins vite - application d'une surcharge : transmission à l'eau - évacuation de l'eau : transmission au grains solides Approche phénoménologique : analogie du ressort

39 consolidation primaire

40 3.2 L'œdomètre (étude expérimentale de la compressibilité des sols) Description de l'appareillage

41 photo de l'oed

42 Procédure d'essai application d'une contrainte verticale uniforme sur l'échantillon mesure du tassement correspondant au cours du temps Δh Δh 1 Δu = 0 1 essai à 1 charge donnée log t Temps Pression interstitielle Contrainte effective Contrainte totale Tassement t = 0 u = σ σ' = 0 σ 0 fin de l'essai 1 u = 0 σ' = σ σ Δh 1

43 L'essai œdométrique fournit deux types de courbes courbe de consolidation Δh tassement de l'échantillon en fonction du temps pour une contrainte constante Δh 1 essai répété pour plusieurs contraintes croissantes sur le même échantillon log t courbe de compressibilité tassement en fonction de la contrainte appliquée

44 3.3 Courbe de compressibilité

45 3.3 Courbe de compressibilité 0 1 e 0 e H H i i + Δ = Δ i e i e e Δ = 0 Obtention de la courbe Description de la courbe t t V V H H Δ = Δ 0 s v v V V V + Δ = s s v s v V V V V V + Δ = 1 e 0 e + Δ =

46 3.4 Phénomène de la consolidation primaire déjà abordé en 3.1

47 3.5 Caractéristiques de la compressibilité Pression de préconsolidation e A B Schématisation de la courbe de compressibilité Pression de préconsolidation - entre A et B σ' p faible tassement contraintes auxquelles le sol a déjà été soumis à un moment ou à un autre de son histoire géologique, le sol a été soumis à une pression σ' p (exemple : poids des terres) σ' p C log σ' - entre B et C forte compressibilité le sol ne peut pas supporter plus que σ' p sans se déformer de façon importante le sol est soumis à des contraintes supérieures à toutes celles qu'il a déjà connues courbe vierge de compressibilité les sols sont donc des matériaux à mémoire

48 3.5.2 Indice de compression (c c ) e A B pente de la courbe vierge de compressibilité c c = Δ Δe ( logσ ) c s c c C Sables Kaolinites Illites Montmorillonites 0,01 < c c < 0,1 0,1 < c c < 0,25 0,25 < c c < 0,8 0,8 < c c < 2,5 σ' p log σ' incompressible très peu compressible peu compressible lorsque " " c c < 0,02 0,02 < c c < 0,05 0,05 < c c < 0,10 Sables moyennement compressible " 0,10 < c c < 0,20 Kaolinites assez fortement compressible " 0,20 < c c < 0,30 très compressible " Illites 0,30 < c c < 0,50 extrêmement compressible " 0,50 < c c Montmorillonites relation empirique c c = L ( w 10)

49 3.5.3 Indice de gonflement (C s ) pente d'un cycle de déchargement-rechargement Module œdométrique relie les déformations aux contraintes ΔH Δσ = E oed H E oed Δσ = = ΔH H Δσ ( + e ) 1 0 Δe = 1+ e c c Δσ Δσ log 1 + σ - non constant - dépend de l'état de contrainte initiale considérée σ' et de l'intervalle de contrainte Δσ'

50 3.6 Classification des sols selon la compressibilité Prélèvement d'un échantillon de sol à une profondeur donnée - contrainte effective à laquelle était soumis le sol : σ' v0 - essai œdométrique : σ' p Sol normalement consolidé Si σ v 0 σ p le sol est normalement consolidé (NC) e Δσ application d'une surcharge au sol tassement suivant courbe vierge σ' p log σ' dans le passé ce sol a tassé uniquement sous son propre poids

51 3.6.2 Sol surconsolidé Si σ v 0 < σ Δσ p le sol est surconsolidé (SC) e σ v0 à un moment antérieur de son histoire ce sol a été soumis à une contrainte supérieure au poids des terres actuel Ex : érosion, excavation, changement de niveau de la nappe phréatique σ' p log σ' Sol sous-consolidé consolidation primaire pas terminée le sol n'a pas encore été soumis à une contrainte aussi élevée que σ' v0 (poids des terres actuel) e σ v0 Δσ Ex : remblai récent, mal compacté σ' p log σ'

52 Bilan - Intérêt de la classification e - fondations sur sol surconsolidé σ v + Δσ < σ faibles tassements, 0 p voire négligeables - fondations sur sol normalement consolidé toute surcharge entraîne un tassement, dépendant de c c - sol sous-consolidé inconstructibles sans traitement particulier déformations même sans surcharge σ v0 Δσ e Δσ e Δσ σ v0 σ' p log σ' σ' p log σ' σ' p log σ'

53 4- Calcul du tassement méthode des couches Δ e et Sol normalement consolidé Δe c = c Δ( logσ ) ( ) σ = c log c 1+ ΔH H Δe = 1+ e 0 log log 1+ Δσ σ v0 σ + Δσ log Δσ σ ΔH = H e cc + e σ' p Δσ Δ( logσ ) log + Δe σ σ + Δσ Δσ σ v log σ' 1. Contraintes dans les sols 2. Calcul des contraintes 3. Compressibilité des sols 4. Calcul du tassement

54 Sol surconsolidé e σ v 0 < σ p Δσ σ v0 σ' p σ v0 + Δσ log σ' log σ σ p log v0 ( σ v 0 ) log p log + Δσ σ Δ cs 1+ e σ log σ v H cc 1+ e σ log p v0 H = H Δσ σ p

55 Méthode des couches sol découpé en n couches de hauteur H i calcul du tassement de chacune des couches - 1 essai oedométrique par couche -c c et σ ' p par couche - σ ' v0 et Δσ ' par couche s = n i= 1 Δ H i Δσ'

56 5- Théorie de la consolidation de Terzaghi et Frohlich 5.1 Hypothèses 5.2 Équation de la consolidation 5.3 Solution de l équation de Terzaghi 5. Théorie de la consolidation 6. Durée des tassements 7. Consolidation secondaire 8. Tassements admissibles

57 Degré de consolidation Calcul précédent tassement total d'un sol fin - surpressions interstitielles évacuées - surcharges reprises par les grains solides Pour un sol très fin quelques mois à plusieurs années - où en est la consolidation primaire? - combien de temps pour avoir le tassement total? Utilisation de la théorie de Terzaghi et Frohlich - degré de consolidation moyen d'une couche compressible st U = tassement de la couche au temps t s tassement final de la couche en %

58 Sachant que - le tassement est fonction de la diminution de la surpression interstitielle plus l'eau s'évacue plus les grains solides reprennent la surcharge Δσ ' plus le tassement progresse On peut montrer que U = s s t Δu = 1 surpression interstitielle au temps t Δ u i surpression interstitielle initiale - à l'instant initial (t=0) Δu = Δu U = 0 - à la fin de la consolidation Δu = 0 U = 1 i

59 5.1 Théorie de la consolidation - Hypothèses Description du problème - couche compressible d'épaisseur constante 2h - entre 2 couches de matériaux perméables (sable ou gravier) - surcharge uniformément répartie Hypothèses 1- étude de la consolidation primaire 2- sol de la couche compressible homogène 3- grains + fluide incompressible 4- sol saturé 5- loi de Darcy applicable 6- k constant sur 2h 7- squelette élasticité linéaire (E oed constant) Δσ 2h couche perméable couche compressible couche perméable

60 5.2 Équation de la consolidation On démontre que la consolidation U au temps t (en %) : U = 1 Δu Δ u i = 1 2h 0 Δ u (z, t) 2h Δσ Δσ dz Δσ Δu - aire sous isochrone t i - surpression interstitielle en un point z, au temps t - aire sous isochrone initiale (t=0) - surpression interstitielle initiale (=Δσ) 2h t f t 4 t=0 t 3 t 2 t 1 Δu(z, t) isochrones z

61 Degré de consolidation il suffit de déterminer Δu(z, t) pour trouver le degré de consolidation U = 1 2h 0 Δu (z, t) 2h Δσ dz la façon dont se répartie la surpression interstitielle sur la couche compressible en fonction du temps Équation de la diffusion Δu(z, t) peut être représenté par l'équation de la diffusion de l'eau ou de la chaleur Δu t = c v 2 Δu 2 z c v = coefficient de consolidation verticale c v k E γ oed = (m 2 /s) w

62 5.3 Solution de l équation de Terzaghi Résolution d'une équation différentielle du second degré solution à partir d'une série de Fourier Conditions limites Δu Δu ( 0, t) = 0 ( 2h, t) = 0 surpressions interstitielles nulles aux frontières de la couche si t = 0 Δu = Δui = Δσ Solution de l'équation Δ u z, t) = Δσ f 1 (Z) f (T) ( 2 Z et T sont des paramètres sans dimension

63 Paramètres sans dimension Z : paramètre géométrique T : facteur temps Retour au degré de consolidation U = 1 U = 1 2h 0 8 π Δu 2 2h (z, t) Δσ dz 1 n exp n 2 π 4 2 T v en remplaçant Δu(z, t) on obtient : indépendant des caractéristiques géométriques (h) ou mécaniques U = f (T ) U ne dépend que de T V v T v cv k E = t = 2 2 d d γ oed t c v : coefficient de consolidation (k, E oed ) du problème ces caractéristiques ne sont utilisées que pour le calcul de T v w d : distance de drainage t : temps

64 U = f (T ) fonction indépendante et unique v T v U (%) U = T 3 v 3 T v

65 6- Durée des tassements 6.1 Détermination de c v àl'œdomètre méthode de Casagrande 6.2 Temps nécessaire pour obtenir le tassement final 6.3 Consolidation d'un sol composé de plusieurs couches 6.4 Prise en compte du temps de chargement 6.5 Réduction du temps de consolidation Méthode des drains Méthode des surcharges 5. Théorie de la consolidation 6. Durée des tassements 7. Consolidation secondaire 8. Tassements admissibles

66 6- Durée des tassements À partir de T v T v c c v : coefficient de consolidation v = t d 2 d : distance de drainage t : temps Pour U donné T v par U= f (T v ) t = d c 2 v T v

67 Exemple H = 1 m c v = 2 x 10-8 m 2 /s t = d c 2 v T v U = 50% T v = 0,197 U = 100% T v 2 t = 114 jours t = 1157 jours (3 ans et 2 mois) U = 50% U = 100% t = 28 jours t = 289 jours drainage par 2 faces temps divisé par 4

68 6.1 Détermination de c v à l'œdomètre méthode de Casagrande À partir de la courbe de consolidation tassement log t application de la relation cv Tv = t d 2 pour un degré de consolidation U de 50% c v = T v d t 2 T v = (pour U=50%) d = distance de drainage (demi épaisseur de l'échantillon dans l'oedomètre t = t 50 = temps nécessaire pour atteindre 50% de la consolidation primaire

69 Détermination de t 50

70 Ordre de grandeur de c v

71 6.2 Temps nécessaire pour obtenir le tassement final déjà abordé en 6.0

72 6.3 Consolidation - sol composé de plusieurs couches Couche équivalente unique homogène d'épaisseur H t c ve = i i h i hi c vi 2 2

73 6.4 Prise en compte du temps de chargement Théorie de Terzaghi et Frohlich chargement instantanné du sol Correction pour la prise en compte du temps de construction (t c ) Hypothèses - surcharge appliquée linéairement en fonction du temps - pour une surcharge donnée tassement au temps t = tassement au temps t/2 surcharge progressive surcharge instantannée

74 courbe théorique : charge appliquée instantanément à t 0 = 0 chargement linéaire entre t 0 et t 1 tassement réel à t 1 (B) = tassement observé si σ 1 avait été appliquée à t 1 /2 (A)

75 pour t > t 1, la courbe réelle translation AB de la courbe théorique pour t < t 1 tassement réel à t i = tassement à t i /2 mais pour σ i < σ 1 U' = degré de consolidation à t i /2 pour σ 1 U pour σ i : U σ i = U σ 1 tassement pour une contrainte σ 1

76 x

77 6.5 Réduction du temps de consolidation Accélération de la consolidation Deux principales méthodes Méthode des drains t T d c 2 v = pour diminuer t, il faut augmenter c v v c v k E γ oed = donc augmenter k w Principe favoriser la drainage de la couche compressible - forages verticaux perméables qui traversent la couche compressible -tramerégulière

78 Théorie de la consolidation de Terzaghi généralisée en 3D ( )( ) 1 U = 1 U 1 U v r - consolidation verticale - consolidation radiale U v cv cr Tv = t 2 Ur Tr = t 2 d D

79 - consolidation radiale U r cr Tr = 2 D t c r = coefficient de consolidation radiale c r = c v k k h v D = diamètre de la zone d'influence du drain D = 1.05 L D = 1.13 L

80 Exécution des drains

81 6.5.2 Méthode des surcharges ajout de charge sur le sol Δσ n'affecte pas la relation U = f (T v ) P 0 : charge de service de l'ouvrage à construire et sa courbe de consolidation Procédé : avant construction, appliquer une surcharge provisoire P 1 sa courbe de consolidation pour obtenir s (P 0 ) appliquer P 1 pendant t 1 puis enlever la surcharge en pratique, P 1 est laissée moins longtemps (t 2 < t 1 ) obtention de s u (s -s u sans dommage pour l'ouvrage) tassement final sous P 0 P 1 > P 0

82 7- Consolidation secondaire Fluage du squelette minéral solide 5. Théorie de la consolidation 6. Durée des tassements 7. Consolidation secondaire 8. Tassements admissibles

83 8- Dispositions constructives tassements admissibles 5. Théorie de la consolidation 6. Durée des tassements 7. Consolidation secondaire 8. Tassements admissibles

84

Mastère Génie Civil Européen

Mastère Génie Civil Européen ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES Année 009-00 Mastère Génie Civil Européen Géotechnique Remblais sur sols compressibles Étude d un remblai sur sols compressibles L aménagement d un terre-plein a

Plus en détail

Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation

Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation par Jean-Pierre MAGNAN Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées Directeur technique au Laboratoire Central des Ponts et Chaussées, Paris Professeur de

Plus en détail

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Consolidation des argiles CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Plan Introduction Argiles Phénomène de consolidation Essais de consolidation Equation de la consolidation Degré de consolidation et facteur

Plus en détail

RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS

RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS Chapitre 4 : Résistance au cisaillement des sols - 1 - RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS Dans la pratique la résolution dun problème de Mécanique des Sols consiste souvent à : - vérifier que la stabilité

Plus en détail

REMBLAI D ACCES A UN OUVRAGE D ART SUR SOLS COMPRESSIBLES

REMBLAI D ACCES A UN OUVRAGE D ART SUR SOLS COMPRESSIBLES REMBLAI D ACCES A UN OUVRAGE D ART SUR SOLS COMPRESSIBLES Rabah ARAB AFITEX 13 15 rue louis Blériot 8300 Champhol France Tél. : 00 33 (0) 37 18 01 54 Fax : 00 33 (0) 37 18 01 60 Email : rabah.arab@afitex.com

Plus en détail

Justification des traitements anti-liquéfaction

Justification des traitements anti-liquéfaction GUIDE AFPS/CFMS «Procédés d amélioration et de renforcement de sols sous actions sismiques» Justification des traitements anti-liquéfaction Serge LAMBERT Keller Fondations Spéciales Journée Technique AFPS-CFMS

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

CHAPITRE V FONDATIONS PROFONDES GCI 315 MÉCANIQUE DES SOLS II

CHAPITRE V FONDATIONS PROFONDES GCI 315 MÉCANIQUE DES SOLS II INTRODUCTION - GÉNÉRALITÉ Un pieu est un élément structural mince et profilé mis en place par fonçage ou battage et utilisé pour transmettre des charges en profondeur lorsque l utilisation de fondations

Plus en détail

GEFDYN - Tests de consolidation 1D d un sol bi-phasique saturé 1

GEFDYN - Tests de consolidation 1D d un sol bi-phasique saturé 1 GEFDYN - Tests de consolidation D d un sol bi-phasique saturé Tests de consolidation D d un sol bi-phasique saturé 6 juin 26 Fernando Lopez-Caballero & Arezou Modaressi Version de Gefdyn : Dyn7229-PC Tests

Plus en détail

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Valéry Ferber LCPC Sommaire Objectifs Tassements induits par l humidification des sols fins compactés Conception

Plus en détail

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ;

Un terrassement par déblai consiste à enlever des terres initialement en place ; Ch-2-Les Terrassements. 1. INTRODUCTION. Les terrassements constituent les travaux de préparation de l infrastructure des ouvrages de génie civil. Ils permettent d établir la plateforme des niveaux inférieurs

Plus en détail

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA Journées Techniques organisées avec l appui du Sétra et sous l égide de la CoTITA PRISE EN COMPTE DU RISQUE SISMIQUE Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA JF Serratrice

Plus en détail

SOLS MEUBLES : SOLS FINS ARGILEUX COHÉRENTS

SOLS MEUBLES : SOLS FINS ARGILEUX COHÉRENTS INFORMATIONS TECHNIQUES T 1 Mutuelle des architectes français assurances OCTOBRE1996 SOLS MEUBLES : SOLS FINS ARGILEUX COHÉRENTS 1 - INTRODUCTION Ces sols fins argileux cohérents sont caractérisés par

Plus en détail

Fernando LOPEZ-CABALLERO

Fernando LOPEZ-CABALLERO Laboratoire de Mécanique des Sols, Structures, Matériaux «Étude de phénomènes de liquéfaction» Modélisation numérique des inclusions rigides comme solution aux problèmes de liquéfaction Fernando LOPEZ-CABALLERO

Plus en détail

Mes remerciements vont aussi à Mme Daniela Kamrat-Pietraszewska et M. Jurge Castro qui ont travaillés sur cette problématique avec moi.

Mes remerciements vont aussi à Mme Daniela Kamrat-Pietraszewska et M. Jurge Castro qui ont travaillés sur cette problématique avec moi. Influence d une colonne ballastée sur le comportement des sols argileux Romain Auvray : GC5 Tuteur INSA : Dr Cyrille Chazallon, professeur à l INSA, Institut Nationale des Sciences Appliquées, de Strasbourg

Plus en détail

Chapitre III: Les fondations

Chapitre III: Les fondations Chapitre III: Les fondations 1. Introduction Les fondations sont des ouvrages qui assurent la stabilité d'une construction, ainsi que la bonne transmission des sollicitations (charges) et leur diffusion

Plus en détail

Mécanique des sols I. Chapitre I Propriétés physiques des sols. Chapitre II Hydraulique des sols. Chapitre III Déformations des sols

Mécanique des sols I. Chapitre I Propriétés physiques des sols. Chapitre II Hydraulique des sols. Chapitre III Déformations des sols Mécanique des sols I Chapitre I Propriétés physiques des sols Chapitre II Hydraulique des sols Chapitre III Déformations des sols Chapitre IV Résistance au cisaillement des sols Importance de l'eau dans

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

Utilisation des paramètres pressiométriques

Utilisation des paramètres pressiométriques Utilisation des paramètres pressiométriques Relation entre p l et E M Ménard donne pour les sols cohérents les correspondances suivantes E M /p l < 5 argiles remaniées ou triturées 5

Plus en détail

Demi-Journée CFMS 14 Mars 2007 «Colonnes ballastées»

Demi-Journée CFMS 14 Mars 2007 «Colonnes ballastées» Demi-Journée CFMS 14 Mars 2007 «Colonnes ballastées» Le point de vue du Contrôleur Technique Patrick BERTHELOT patrick.berthelot@fr.bureauveritas.com Dans l intérêt des entreprises et des Hommes Le contrôle

Plus en détail

FONDATIONS EN MITOYENNETE 1 INTERACTION MECANIQUE ENTRE FONDATIONS VOISINES...2 2 INTERACTION PHYSIQUE ENTRE FONDATIONS VOISINES...

FONDATIONS EN MITOYENNETE 1 INTERACTION MECANIQUE ENTRE FONDATIONS VOISINES...2 2 INTERACTION PHYSIQUE ENTRE FONDATIONS VOISINES... FONDATIONS EN MITOYENNETE Sommaire 1 INTERACTION MECANIQUE ENTRE FONDATIONS VOISINES...2 1.1 SUITE DE LA THEORIE DE L'EQUILIBRE D'UNE FONDATION...2 1.1.1 Contrainte dans les sols...2 1.1.2 La répartition

Plus en détail

Tuyaux de grands diamètres en PVC

Tuyaux de grands diamètres en PVC Tuyaux de grands diamètres en PVC Les canalisations plastiques: Une solution efficace La solution canalisations plastiques, tubes et raccords en PVC, garantit une étanchéité absolue et une résistance excellente

Plus en détail

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 But: permettre un mouvement relatif de la base par rapport au sol réduction du déplacement imposé du

Plus en détail

ENS Cachan Année 2010-2011 Cours Traitement des sols

ENS Cachan Année 2010-2011 Cours Traitement des sols ENS Cachan Année 2010-2011 Cours Traitement des sols Auteur : Philippe Reiffsteck Laboratoire Central des Ponts et Chaussées Division Mécanique des Sols des Roches et de la Géologie de l Ingénieur 58,

Plus en détail

COURS ET EXERCICES DE MECANIQUE DES SOLS

COURS ET EXERCICES DE MECANIQUE DES SOLS COURS ET EXERCICES DE MECANIQUE DES SOLS Khaled MEFTAH Maître assistant Première version : Septembre 2008 Cours Mecanique des sol 0 Khaled MEFTAH SOMMAIRE Chapitres Intitulés Pages 1 Les sols : Structure

Plus en détail

MISAPOR verre cellulaire

MISAPOR verre cellulaire MISAPOR verre cellulaire Remblai allégé pour ouvrage en génie civile 2015-03 Suisse: Allemagne: France: MISAPOR AG Löserstrasse 2 CH-7302 Landquart Téléphone +41 81 300 08 08 Fax +41 81 300 08 09 info@misapor.ch

Plus en détail

DEVIATION SUD OUEST DE MEAUX

DEVIATION SUD OUEST DE MEAUX DEVIATION SUD OUEST DE MEAUX PREVENTION DU RISQUE D EFFONDREMENT: STABILISATION D UNE PLATE- FORME ROUTIERE CONSTRUITE SUR DES CARRIERES SOUTERRAINES A L AIDE DE GEOSYNTHETIQUES Alain HIRSCHAUER LREP Jean-

Plus en détail

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian 1 EPFL 2010 Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilia Nafaï Weil Florian 11 Table de matière Ø Introduction 3 Ø Objectif 3 Ø Déroulement de l eai 4 Ø Exécution de deux palier de charge 6 Ø Calcul

Plus en détail

LES FONDATIONS PROFONDES

LES FONDATIONS PROFONDES Technologie C:\Documents and Settings\FREDERIC\Mes documents\travail\technologie\fondations PROFONDES\Fondations profondes.docversion 2008 LES FONDATIONS PROFONDES TECHNICIENS SUPERIEURS TRAVAUX PUBLICS

Plus en détail

Présentation des investigations et études géotechniques

Présentation des investigations et études géotechniques Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Présentation des investigations et études géotechniques Frédéric DURAND Journée du 20 octobre 2009 1 Sommaire Préambule sur les modules

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

Essais de charge sur plaque

Essais de charge sur plaque Page No.: 1 L essai de charge sur plaque est exécuté entre autres dans des galeries d exploration ou dans des puits, mais il peut aussi être exécuté à la surface en appliquant un poids mort ou en chargeant

Plus en détail

A- GENERALITES p.3. B- PROPRIETES DES BLOCS / PANNEAUX NIDAPLAST RA ET NIDASTYRENE RA p.3. I- NIDAPLAST RA p.3 II- NIDASTYRENE RA p.

A- GENERALITES p.3. B- PROPRIETES DES BLOCS / PANNEAUX NIDAPLAST RA ET NIDASTYRENE RA p.3. I- NIDAPLAST RA p.3 II- NIDASTYRENE RA p. 1 A- GENERALITES p.3 B- PROPRIETES DES BLOCS / PANNEAUX NIDAPLAST RA ET NIDASTYRENE RA p.3 I- NIDAPLAST RA p.3 II- NIDASTYRENE RA p.4 C- DIMINUTION DES EFFORTS APPORTES PAR UN REMBLAI ALLEGE p.4 I- EFFORT

Plus en détail

LES VASES DE LA LOIRE : MODELISATION DE L EFFET DE LA CONSOLIDATION SUR DES INFRASTRUCTURES EXISTANTES

LES VASES DE LA LOIRE : MODELISATION DE L EFFET DE LA CONSOLIDATION SUR DES INFRASTRUCTURES EXISTANTES LES VASES DE LA LOIRE : MODELISATION DE L EFFET DE LA CONSOLIDATION SUR DES INFRASTRUCTURES EXISTANTES THE SILTS FROM THE LOIRE RIVER: MODELLING OF CONSOLIDATION EFFECTS ON EXISTING INFRASTRUCTURE Sébastien

Plus en détail

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya

Escola Tècnica Superior d Enginyers de Camins, Canals i Ports de Barcelona Univesitat Politècnica de Catalunya 3. Identification du sol. 3.1. Généralités. On a procédé à faire une identification du sol en ce qui concerne ses propriétés, indices et son état initial. Ceci pour identifier, sur un profil de 5 m de

Plus en détail

Pathologie des constructions

Pathologie des constructions CENTRE UNIVERSITAIRE D AIN-TEMOUCHENT BP N 284 RP AIN-TEMOUCHENT, 46000- ALGERIE Institut des Sciences et de la technologie Département des Sciences fondamentales, appliquées et de la technologie Pathologie

Plus en détail

Bilan thermique du chauffe-eau solaire

Bilan thermique du chauffe-eau solaire Introduction La modélisation des phénomènes de transfert dans un chauffe-eau solaire à circulation naturelle reste un phénomène difficile et complexe pour simplifier le problème. Le chauffeeau est divisé

Plus en détail

les remblais en cendres volantes derrière culées d'ouvrages d'art

les remblais en cendres volantes derrière culées d'ouvrages d'art les remblais en cendres volantes derrière culées d'ouvrages d'art par E. PRANDI Ingénieur des Ponts et Chaussées chargé de l'arrondissement de l'ouest et du Laboratoire Régional d'autun Il est difficile

Plus en détail

CHAPITRE VI : RESISTANCE DES MATERIAUX

CHAPITRE VI : RESISTANCE DES MATERIAUX CHAPITRE VI : RESISTANCE DES MATERIAUX A- énéralités : I. Introduction: L étude en RDM est une étape parfois nécessaire entre la conception et la réalisation d une pièce. Elle permet : - de justifier son

Plus en détail

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace;

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace; 7 M1 EASTICITE I.- INTRODUCTION orsqu'un corps est soumis à des contraintes externes, celui-ci subit des déformations qui dépendent de l'intensité de ces contraintes. Si ces dernières sont faibles, on

Plus en détail

Interaction sol structure (notions) Spécifications, règlements: ASN,EC8, ASCE 4.98

Interaction sol structure (notions) Spécifications, règlements: ASN,EC8, ASCE 4.98 Interaction sol structure (notions) Problème physique: Nécessité de prendre en compte l interaction lorsqu il existe une différence de masse ou de raideur entre le sol et la structure. Incertitudes sur

Plus en détail

Amélioration de sol. Building worldwide on our strength. MebraDrain BeauDrain AuGeo

Amélioration de sol. Building worldwide on our strength. MebraDrain BeauDrain AuGeo A m s t e r d a m S i n g a p o r e B r a t i s l a v a S t o c k h o l m Amélioration de sol MebraDrain BeauDrain AuGeo Building worldwide on our strength MebraDrain BeauDrain AuGeo MebraDrain Amélioration

Plus en détail

Les modèles «Biarez», sable - argile remaniée et sable très lâche, Au triaxial drainé et non-drainé

Les modèles «Biarez», sable - argile remaniée et sable très lâche, Au triaxial drainé et non-drainé Journée hommage au Professeur Jean Biarez «Du Grain à l Ouvrage» mercredi 12 mars 2008 Les modèles «Biarez», sable - argile remaniée et sable très lâche, Au triaxial drainé et non-drainé Modèle de comportement

Plus en détail

MAGE. Présentation du logiciel. Auteur : Jean-Baptiste FAURE Unité de recherche Hydrologie-Hydraulique

MAGE. Présentation du logiciel. Auteur : Jean-Baptiste FAURE Unité de recherche Hydrologie-Hydraulique MAGE Présentation du logiciel Auteur : Jean-Baptiste FAURE Unité de recherche Hydrologie-Hydraulique Contributeurs : plusieurs générations de stagiaires MAGE : logiciel d'hydraulique à surface libre mai

Plus en détail

AUCE1172 Mécanique des sols Correction des séances d'exercice. Damien Janssens

AUCE1172 Mécanique des sols Correction des séances d'exercice. Damien Janssens Correction des séances d'exercice Damien Janssens TABLE DES MATIÈRES 1 Analyse Volumétrique des sols 2 1.1 Exercice 1................................................. 2 1.2 Exercice 2.................................................

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS PPREIL ŒOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUE ES SOLS NON STURÉS INSTRUMENTE OEOMETER PPRTUS TO STUY UNSTURTE SOILS Bernardo IEO, Juan arlos ULLO, Julián TRISTNHO 1 Universidad de Los ndes, Bogotá.. olombie

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

PY401os (2011-2012) Vous pouvez prévisualiser ce test, mais s'il s'agit d'une tentative réelle, vous serez bloqué en raison de : Navigation du test

PY401os (2011-2012) Vous pouvez prévisualiser ce test, mais s'il s'agit d'une tentative réelle, vous serez bloqué en raison de : Navigation du test Navigation PY401os (2011-2012) Collège École de Commerce PER Université Impressum Connecté sous le nom «Bernard Vuilleumier» (Déconnexion) Réglages Outils de travail Outils de travail Accueil Cours Collège

Plus en détail

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS Les terrassements Le terrassement : désigne l ensemble des opérations de mise en forme d un terrain liées à l édification d une construction (nivellement du sol, fouille pour l exécution des fondations,

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 01 13 Le maçon à son poste de travail Partie 5 : Stabilisation des murs maçonnés en phase de construction La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les

Plus en détail

Propriétés thermiques des milieux granulaires et applications à l imagerie thermique des surfaces planétaires

Propriétés thermiques des milieux granulaires et applications à l imagerie thermique des surfaces planétaires Propriétés thermiques des milieux granulaires et applications à l imagerie thermique des surfaces planétaires BLOT Alexis BOULESTEIX Vincent DEGURSE Jean-François PRÉSENTATION ET ANALYSE DES TRAVAUX SUR

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION 1) définition de la conduction La conduction est le mode de propagation de l'énergie thermique à travers la matière. Elle se produit par contact entre les particules

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

Utilisation de PUNR comme matériaux de substitution des matériaux naturels de drainage utilisés sur les installations de stockage de déchets

Utilisation de PUNR comme matériaux de substitution des matériaux naturels de drainage utilisés sur les installations de stockage de déchets Utilisation de PUNR comme matériaux de substitution des matériaux naturels de drainage utilisés sur les installations de stockage de déchets rnaud BUDK SIT France 132 rue des 3 Fontanot 92758 Nanterre

Plus en détail

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

Une Large gamme de citernes

Une Large gamme de citernes Edition 09-2009 Une Large gamme de citernes Citernes Polyéthylène HD Traité anti UV Hors sol Utilisation: Récupération et stockage d ea réclamer à votre vendeur les dif Pour la maison CITERNES horizontales

Plus en détail

Notice de montage et d entretien des cuves à enterrer DUBORAIN Gros volume XXL

Notice de montage et d entretien des cuves à enterrer DUBORAIN Gros volume XXL Notice de montage et d entretien des cuves à enterrer DUBORAIN Gros volume XXL 16 000 L 26 000 L 36 000 L 46 000 L 56 000 L 66 000 L Code : 37355 Code : 37356 Code : 37357 Code : 37358 Code : 37359 Code

Plus en détail

Pathologies des FONDATIONS

Pathologies des FONDATIONS Pathologies des FONDATIONS Module #2: Résistance structurale Excavation par Michel F. Coallier (2006) 1 Exigences de résistance r structurale: : (CNB 95-9.4) La partie 9 du CNB ne spécifie pas des exigences

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

CHAPITRE II : STATIQUE

CHAPITRE II : STATIQUE CHPITRE II : STTIQUE - Généralités : I. NTIN DE RCE : En mécanique, les forces sont utilisées pour modéliser des actions mécaniques diverses (actions de contact, poids, attraction magnétique, effort ).

Plus en détail

Améliorations et renforcements de sol à l arrière des quais

Améliorations et renforcements de sol à l arrière des quais 3ème Conférence Magrébine en Ingénierie Géotechnique CMIG 2013 Améliorations et renforcements de sol à l arrière des quais Thierry Hermges Serge Lambert Karim Boudersa www.keller-france.com Keller Fondations

Plus en détail

Brochure 67-03 F. Le procédé de jet grouting Soilcrete

Brochure 67-03 F. Le procédé de jet grouting Soilcrete Brochure 67-03 F Le procédé de jet grouting Soilcrete Sommaire Histoire...3 Le procédé Soilcrete... 4 Les différents procédés... 6 Les formes géométriques... 7 Séquences de construction... 8 Soilcrete

Plus en détail

Tournez la page S.V.P.

Tournez la page S.V.P. 17 Tourne la page S.V.P. Le problème est constitué de quatre parties indépendantes La mesure de l intensité d un courant électrique peut nécessiter des méthodes très éloignées de celle utilisée dans un

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

58. ASPHALTE COULÉ. 58.11 RETRAIT CONTRARIE (version 02/2013) 58.12 RESISTANCE A L'ORNIERAGE (version 04/2013)

58. ASPHALTE COULÉ. 58.11 RETRAIT CONTRARIE (version 02/2013) 58.12 RESISTANCE A L'ORNIERAGE (version 04/2013) 58. ASPHALTE COULÉ 58.11 RETRAIT CONTRARIE (version 02/2013) 58.12 RESISTANCE A L'ORNIERAGE (version 04/2013) 58.11 RETRAIT CONTRARIE (version 02/2013) 1. BUT DE L'ESSAI Caractériser, par un essai de retrait

Plus en détail

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Matière : Couleur : Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Gris Recommandations d usage : Pression (dépend du facteur de forme) Déflexion Pression statique maximum :. N/mm ~ % Pression dyn. maximum :. N/mm

Plus en détail

Avant d aller à la recherche d un terrain

Avant d aller à la recherche d un terrain Choisir un terrain Bien choisir un terrain pour construire une maison solide Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité de la construction.

Plus en détail

NOTICE D INSTALLATION ET D ENTRETIEN DES CUVES A ENTERRER 1600 et 2650 LITRES

NOTICE D INSTALLATION ET D ENTRETIEN DES CUVES A ENTERRER 1600 et 2650 LITRES NOTICE D INSTALLATION ET D ENTRETIEN DES CUVES A ENTERRER 1600 et 2650 LITRES Cuve à enterrer 1600 L Cuve à enterrer 2650 L Afin de garantir le bon fonctionnement et la longévité de votre installation,

Plus en détail

INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF INSTALLATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Toutes les eaux usées de votre habitation doivent être dirigées vers une fosse qui assure un prétraitement, avant d'être traitées dans un système

Plus en détail

Recommandations de pose pour pavés et dalles en béton

Recommandations de pose pour pavés et dalles en béton AMÉNAGEMENTS EXTÉRIEURS Recommandations de pose pour pavés et dalles en béton L éventail de solutions qu offrent les revêtements de pavés et de dalles en béton, dans le cadre de l aménagement de notre

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE

3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE 3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE Les actions qui doivent être prises en compte sont : les charges permanentes G les charges dexploitation (avec les lois de dégression éventuellement)

Plus en détail

ETANCHEITE DES FONDATIONS

ETANCHEITE DES FONDATIONS ETANCHEITE DES FONDATIONS H UM I DIT É DE S S O US-SOL Par définition, le sous-sol d un bâtiment désigne l ensemble des locaux (cave, garage, parfois pièce aménagée d un pavillon, caves ou parkings en

Plus en détail

Calcul de structures en bureau d études ISMANS

Calcul de structures en bureau d études ISMANS 1 2 REPRESENTATION SURFACIQUE Le soufflet est suffisamment mince pour que l on puisse travailler avec une surface représentative : approximation «éléments finis». 3 REPRESENTATION SURFACIQUE Soufflet_coque.stp

Plus en détail

HIPPODROME DE LONGCHAMP / PARIS DOSSIER LOI SUR L EAU / JUILLET 2013 ANNEXE 2

HIPPODROME DE LONGCHAMP / PARIS DOSSIER LOI SUR L EAU / JUILLET 2013 ANNEXE 2 HIPPODROME DE LONGCHAMP / PARIS DOSSIER LOI SUR L EAU / JUILLET 2013 ANNEXE 2 HIPPODROME DE LONGCHAMP PERMIS DE CONSTRUIRE NOTICE TECHNIQUE INFILTRATION DES EAUX DE DRAINAGE JUILLET 2013 SOMMAIRE 1 OBJET

Plus en détail

Notice de montage et d entretien des cuves à enterrer DUBORAIN Gros volume XL

Notice de montage et d entretien des cuves à enterrer DUBORAIN Gros volume XL Notice de montage et d entretien des cuves à enterrer DUBORAIN Gros volume XL 8 500 L 10 000 L Code : 37353 Code : 37354 Afin de garantir le bon fonctionnement et la longévité de votre installation, les

Plus en détail

RDM Ossatures Manuel d exercices

RDM Ossatures Manuel d exercices RDM Ossatures Manuel d exercices Yves Debard Institut Universitaire de Technologie du Mans Département Génie Mécanique et Productique http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/index.html 26 juin 2006 29 mars 2011

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE A.

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE A. REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE A.MIRA - BEJAIA FACULTE DES SCIENCES ET DES SCIENCES DE L INGENIORAT DEPARTEMENT

Plus en détail

Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis

Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis Notion de modèle - Processus d analyse Application à la méthode des Eléments finis La présentation est animée, avancez à votre vitesse par un simple clic Chapitres 1 et 6 du polycopié de cours. Bonne lecture

Plus en détail

Auteur : Physibel pour ENERTECH. Juillet 2009

Auteur : Physibel pour ENERTECH. Juillet 2009 Notes techniques et réflexions Isolation extérieure : influence de la nature des fixations de bardage sur la résistance thermique de la paroi Auteur : Physibel pour ENERTECH Juillet 2009 Ingénierie énergétique

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITÉ MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU FACULTÉ DU GÉNIE DE LA CONSTRUCTION DÉPARTEMENT DE GÉNIE CIVIL LABORATOIRE DE RECHERCHE EN

Plus en détail

Technologie du bâtiment Gros œuvre

Technologie du bâtiment Gros œuvre C Le terrain est le support destiné à recevoir l ouvrage à construire, c est-à-dire, dans ce cours, le bâtiment à construire. Autant le bâtiment peut répondre à des volontés précises et à des exigences

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

Mise aux normes de la STEP de Vongy (74)

Mise aux normes de la STEP de Vongy (74) Mise aux normes de la STEP de Vongy (74) Construction d un bassin d orage en site sensible O. Pal / F. Durand Journée technique CFMS 24/10/07 1 Mise aux normes de la station d épuration de Thonon (74),

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012

Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012 Tutorial RDM Le Mans (Ossature) Octobre 2012 On traite ici un cas très simple d analyse de structure au travers du logiciel RDM Le Mans. Le modèle à analyser est composé d une structure encastrée dans

Plus en détail

Demande d'autorisation pour l'installation d'un dispositif d'assainissement Autonome

Demande d'autorisation pour l'installation d'un dispositif d'assainissement Autonome Commune de : Date de réception du dossier Numéro du dossier : Demande d'autorisation pour l'installation d'un dispositif d'assainissement Autonome G E N E R A L I T E S Demandeur: Nom:...Prénom:... Adresse......

Plus en détail

FORCES MACROSCOPIQUES. ETUDE DES EQUILIBRES

FORCES MACROSCOPIQUES. ETUDE DES EQUILIBRES FORCES MACROSCOPIQUES. ETUDE DES EQUILIBRES I. Notion de force. Une force est une action exercée par un système sur un autre système. Une telle action se manifestera de diverses manières. Le système sur

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

Fondation filante ou continue. Béton de. fondation 350 Kg/m³. Béton de. propreté 250 Kg/m³. Fondation filante ou continue

Fondation filante ou continue. Béton de. fondation 350 Kg/m³. Béton de. propreté 250 Kg/m³. Fondation filante ou continue FONDATIONS Les fondations sont destinées à assurer la stabilité d un ouvrage sur le terrain. Elles doivent pouvoir transmettre toutes les sollicitations ( charges, surcharges, renversement, ) sur un sol

Plus en détail

Ouvrages en maçonnerie :

Ouvrages en maçonnerie : Club Ouvrages d Art du 5 février 2009 à Berre l'etang Ouvrages en maçonnerie : investigations préalables et recalculs Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée www.cete-mediterranee.fr Sommaire

Plus en détail