Mécanique des sols I. Chapitre I Propriétés physiques des sols. Chapitre II Hydraulique des sols. Chapitre III Déformations des sols

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mécanique des sols I. Chapitre I Propriétés physiques des sols. Chapitre II Hydraulique des sols. Chapitre III Déformations des sols"

Transcription

1 Mécanique des sols I Chapitre I Propriétés physiques des sols Chapitre II Hydraulique des sols Chapitre III Déformations des sols Chapitre IV Résistance au cisaillement des sols

2 Chapitre III Déformations des sols 1- Contraintes dans les sols 2- Calcul des contraintes dues aux surcharges 3- Compressibilité des sols 4- Calcul du tassement méthode des couches 5- Théorie de la consolidation de Terzaghi et Frohlich 6- Durée des tassements 7- Consolidation secondaire 8- Dispositions constructives tassements admissibles 1. Contraintes dans les sols 2. Calcul des contraintes 3. Compressibilité des sols 4. Calcul du tassement 5. Théorie de la consolidation 6. Durée des tassements 7. Consolidation secondaire 8. Tassements admissibles

3 Qu'est-ce qu'un tassement? Chargement d'un sol Surplus de contrainte Déformation verticale tassements Conséquences des tassements sur les structures Types de tassements uniformes - affectent peu la structure - problèmes de raccordement remblai ouvrage d'art canalisation bâtiment différentiels - peuvent entraîner des désordres importants - structure hyperstatique tassement entre 2 appuis

4 Ordre de grandeur des tassements admissibles Exemple d'une poutre de 10 mètres tassement total : 5 à 10 cm tassement différentiel : à L 2.5 à 4 cm

5 A quoi sont dus les tassements? Phénomène de compressibilité des sols diminution de volume La compressibilité résulte de : la déformation des grains de sol négligeable la compression de l'air et de l'eau contenus dans les vides négligeable instantannée l'expulsion de l'eau contenue dans les vides eau chassée des vides : tassement consolidation primaire Remarque : importance du temps et de la perméabilité des sols S i S p la compression du squelette solide réarrangement des particules consolidation secondaire S s

6 Composantes du tassement Tassement total (S t ) S t = S i + S p + S s tassement immédiat tassement de consolidation primaire tassement de consolidation secondaire S i S p S s tassement log temps - le plus important dépend fortement du temps - souvent peu important négligeable - très consolidation (surtout long terme pour les sols fins saturés) - fluage phénomène du squelette de réduction solide progressive évalué par la théorie de l'élasticité du volume en fonction du temps d'une couche de sol saturé sous l'action d'une contrainte constante

7 Méthode d'obtention des tassements Si les lois de comportement étaient connues charges appliquées lois de comportement contraintes sur les particules solides + déformations somme des déformations tassements Principe de calcul du tassement total (a) charges charges appliquées contraintes à la profondeur où on veut calculer le tassement (b) déformations étude expérimentale du sol calcul du tassement à partir des contraintes déterminées en (a) Prise en compte du temps de tassement : consolidation

8 Démarche de ce chapitre Calcul des contraintes 1- Contraintes dans les sols 2- Calcul des contraintes dues aux surcharges Calcul du tassement total 3- Compressibilité des sols sans considérer l'évolution du tassement dans le temps 4- Calcul du tassement méthode des couches Calcul du temps de consolidation 5- Théorie de la consolidation de Terzaghi et Frohlich 6- Durée des tassements fonction de la perméabilité du sol - sols fins - sols pulvérulents

9 1- Contraintes dans les sols 1.1 Contrainte totale 1.2 Contrainte effective postulat de Terzaghi 1.3 Contrainte réelle principe de superposition 1.4 Contrainte naturelle ou géostatique : σ v Sol homogène à surface horizontale Sol homogène à surface inclinée Sol stratifié à surface horizontale Sol inondé à surface horizontale 1.5 Contrainte due aux surcharges : Δσ z 1. Contraintes dans les sols 2. Calcul des contraintes 3. Compressibilité des sols 4. Calcul du tassement

10 1.1 Contrainte totale Comment se répartissent les contraintes dans un sol, sachant que ce dernier est multiphasique? Sol global - milieu continu, sans distinction entre les phases solide et liquide - complètement saturé les contraintes exercées en un point sur une facette donnée Phases prises séparément - lois de comportement différentes - répartition des contraintes entre le solide et l'eau eau contraintes totales responsable squelette solide - des déformations - de la résistance au cisaillement - incompressible - aucune résistance au cisaillement Calcul des contraintes 1. Contraintes dans les sols 2. Calcul des contraintes

11 1.2 Contrainte effective postulat de Terzaghi Répartition des contraintes - contraintes transmises dans le squelette des grains solides du sol contraintes effectives σ', τ' - les seules contraintes pouvant exister dans l'eau sont des pressions τ' pression interstitielle contrainte normale, sans cisaillement Postulat de Terzaghi (autour de 1920) σ' = σ u = τ Remarques -sol sec - pas de mesure de - σ' = σ σ' u contrainte normale totale pression de l'eau contrainte effective responsable des tassements et de la résistance au cisaillement

12 Matrices de contraintes - contraintes sur les grains solides - pression interstitielle ( Σ ) s = σ τ τ x xy xz τ σ τ xy y yz τ τ xz yz σ z ( Σ) w = u u u Lorsque le sol est partiellement saturé

13 1.3 Contrainte réelle principe de superposition Principe de superposition dans le domaine élastique linéaire, l'effet produit par l'action simultanée de plusieurs forces est égal à la somme de ceux produits par chacune des forces agissant séparément σ = σ z v0 + Δσ z contrainte à la profondeur z contrainte due au poids des terres contraintes dues aux surcharges sol : milieu semi-infini élastique

14 1.4 Contrainte naturelle ou géostatique Contrainte naturelle σ v0 - contrainte dans le sol avant tout chargement supplémentaire - poids des terres Sol homogène à surface horizontale H σv = 0 γ dz σv0 0 = γh x z H σ v0 γ

15 1.4.2 Sol homogène à surface inclinée après application des équations d'équilibre σ τ y xy = γ y cosβ = = γ y sinβ = γ z cos β γ z sinβ cosβ 2 β y y z γ T n t x β y y et y x γ σ t n = z cosβ

16 1.4.3 Sol stratifié à surface horizontale σ z = σ v0 = n i= 1 γ i h i x y

17 1.4.4 Sol inondé à surface horizontale contrainte totale pression interstitielle contrainte effective σ y - u = σ y h w γ w γ sat γ w h w γ w h w y σ z γ w h w + γ sat y γ ( y) w h w + γ y σ z indépendant de h w

18 1.5 Contrainte due aux surcharges : Δσ z Surplus de charge qui va engendrer un déséquilibre du sol Δσ remblai pont Argile

19 2- Calcul des contraintes dues aux surcharges 2.1 Détermination des surcharges 2.2 Charge concentrée : Q relation de Boussinesq 2.3 Charge répartie : q Principe de calcul Charge uniforme circulaire Charge uniforme rectangulaire Charge uniforme répartie sur une surface quelconque Charge trapézoïdale de longueur infinie (demi-remblai) Charge triangulaire de longueur b (talus) Distribution simplifiée 1. Contraintes dans les sols 2. Calcul des contraintes 3. Compressibilité des sols 4. Calcul du tassement

20 2.1 Détermination des surcharges Cas particulier : surface uniformément chargée sol soumis à un chargement uniforme q sur une surface importante Δσ = q z transmission directe des contraintes Autres cas Δσ z q dissipation des contraintes avec la profondeur Pour le calcul de Δσz - le sol est un milieu semi-infini - le sol est élastique et non pesant

21 2.2 Charge concentrée : Q relation de Boussinesq Répartition des contraintes sous une charge ponctuelle - distribution suivant des plans horizontaux

22 - bulbe de contraintes

23 Calcul de en fonction de la profondeur z Δσ z Formule de Boussinesq (1885) ( ) θ π = + π = Δσ cos z Q z r z Q z ( ) z r r z Q z + π = Δσ N z Q z = σ Δ 2 ou ou avec N = f (r/z) abaque

24

25 2.3 Charge répartie : q Principe de calcul - Intégration de d( Δσz ) - formule de Boussinesq - principe de superposition - différentes distributions de charges - milieux semi-infinis et non pesants - Cas usuels de chargement (fondations, remblais ) - formules pour les cas simples - abaques - Principe de calcul Δσ z = I q Δσ z q I contrainte sur une facette horizontale charge verticale uniformément répartie coefficient d'influence (<1), qui dépend de -z - écartement par rapport à la zone chargée - forme et dimension de la surcharge

26 2.3.2 Charge uniforme circulaire

27 2.3.3 Charge uniforme rectangulaire Abaque de Steinbrenner - calcul sous un angle de l'aire chargée - I en fonction de L/z et B/z - L et B interchangeables

28 2.3.3 Charge uniforme rectangulaire Exemples 1 2 A I A = I 1 + I 2 + I 3 + I 4 4 B 3 I B = I 1 + I 2 -I 3 -I 4

29 2.3.4 Charge uniforme répartie sur une surface quelconque Abaque de Newmark 1 carreau = 0,005 longueur ab profondeur z du point sous lequel on cherche la contrainte ouvrage dessiné à partir de cette échelle ab centre de l'abaque : point sous lequel on cherche la contrainte contrainte proportionnelle au nombre de carreaux dans la surface chargée Δσ = I q = 0, 005 z n q

30 AB = 1,5 x OQ environ 8 carreaux Δσ = I q = 0, 02 z n q Δσ Δσ z =, z = 40 kpa 250 kpa Pour une autre profondeur, nouveau dessin avec nouvelle échelle

31 2.3.5 Charge trapézoïdale de longueur infinie (demi-remblai) Abaque d'österberg

32 2.3.6 Charge triangulaire de longueur b (talus) Abaque de Fadum

33 2.3.7 Distribution simplifiée - méthode la plus simple - valeur approximative des contraintes diffusion uniforme des contraintes avec la profondeur limitée par des droites faisant une pente 2:1 (vertical:horizontal) q z 2 même charge totale mais sur une surface plus grande 1 Δσ z Δσ z = 0 M P

34 3- Compressibilité des sols 3.1 Sols pulvérulents et sols fins 3.2 L œdomètre 3.3 Courbe de compressibilité 3.4 Phénomène de la consolidation primaire 3.5 Caractéristiques de la compressibilité Pression de préconsolidation Indice de compression Indice de gonflement Module œdométrique 3.6 Classification des sols vis à vis de la compressibilité Sol normalement consolidé Sol surconsolidé Sol sous-consolidé 1. Contraintes dans les sols 2. Calcul des contraintes 3. Compressibilité des sols 4. Calcul du tassement

35 3.1 Sols pulvérulents et sols fins Matériau granulaire soumis à une compression unidimensionnelle - courbe contraintes / déformations (sable en compression) -déformation indice des vides - rotation du système d'axes e = f (σ)

36 - début de chargement déformations importantes - par la suite ralentissement (déformation des grains) - cycle de décharge comportement non réversible - importance de l'indice de densité I D e e max = faible : sol lâche compressible max e e min élevé : sol serré très peu compressible

37 Matériau granulaire soumis à une compression unidimensionnelle - compression en fonction du temps atteinte rapidement évacuation rapide de l'eau compressibilité tassement instantanné - seulement due à la compression du squelette solide - au moment de l'application des charges - souvent pendant la construction - identique sur sol sec, humide ou saturé

38 3.1 Sols pulvérulents et sols fins Tassement des sols fins différent pcq l'eau s'évacue moins vite - application d'une surcharge : transmission à l'eau - évacuation de l'eau : transmission au grains solides Approche phénoménologique : analogie du ressort

39 consolidation primaire

40 3.2 L'œdomètre (étude expérimentale de la compressibilité des sols) Description de l'appareillage

41 photo de l'oed

42 Procédure d'essai application d'une contrainte verticale uniforme sur l'échantillon mesure du tassement correspondant au cours du temps Δh Δh 1 Δu = 0 1 essai à 1 charge donnée log t Temps Pression interstitielle Contrainte effective Contrainte totale Tassement t = 0 u = σ σ' = 0 σ 0 fin de l'essai 1 u = 0 σ' = σ σ Δh 1

43 L'essai œdométrique fournit deux types de courbes courbe de consolidation Δh tassement de l'échantillon en fonction du temps pour une contrainte constante Δh 1 essai répété pour plusieurs contraintes croissantes sur le même échantillon log t courbe de compressibilité tassement en fonction de la contrainte appliquée

44 3.3 Courbe de compressibilité

45 3.3 Courbe de compressibilité 0 1 e 0 e H H i i + Δ = Δ i e i e e Δ = 0 Obtention de la courbe Description de la courbe t t V V H H Δ = Δ 0 s v v V V V + Δ = s s v s v V V V V V + Δ = 1 e 0 e + Δ =

46 3.4 Phénomène de la consolidation primaire déjà abordé en 3.1

47 3.5 Caractéristiques de la compressibilité Pression de préconsolidation e A B Schématisation de la courbe de compressibilité Pression de préconsolidation - entre A et B σ' p faible tassement contraintes auxquelles le sol a déjà été soumis à un moment ou à un autre de son histoire géologique, le sol a été soumis à une pression σ' p (exemple : poids des terres) σ' p C log σ' - entre B et C forte compressibilité le sol ne peut pas supporter plus que σ' p sans se déformer de façon importante le sol est soumis à des contraintes supérieures à toutes celles qu'il a déjà connues courbe vierge de compressibilité les sols sont donc des matériaux à mémoire

48 3.5.2 Indice de compression (c c ) e A B pente de la courbe vierge de compressibilité c c = Δ Δe ( logσ ) c s c c C Sables Kaolinites Illites Montmorillonites 0,01 < c c < 0,1 0,1 < c c < 0,25 0,25 < c c < 0,8 0,8 < c c < 2,5 σ' p log σ' incompressible très peu compressible peu compressible lorsque " " c c < 0,02 0,02 < c c < 0,05 0,05 < c c < 0,10 Sables moyennement compressible " 0,10 < c c < 0,20 Kaolinites assez fortement compressible " 0,20 < c c < 0,30 très compressible " Illites 0,30 < c c < 0,50 extrêmement compressible " 0,50 < c c Montmorillonites relation empirique c c = L ( w 10)

49 3.5.3 Indice de gonflement (C s ) pente d'un cycle de déchargement-rechargement Module œdométrique relie les déformations aux contraintes ΔH Δσ = E oed H E oed Δσ = = ΔH H Δσ ( + e ) 1 0 Δe = 1+ e c c Δσ Δσ log 1 + σ - non constant - dépend de l'état de contrainte initiale considérée σ' et de l'intervalle de contrainte Δσ'

50 3.6 Classification des sols selon la compressibilité Prélèvement d'un échantillon de sol à une profondeur donnée - contrainte effective à laquelle était soumis le sol : σ' v0 - essai œdométrique : σ' p Sol normalement consolidé Si σ v 0 σ p le sol est normalement consolidé (NC) e Δσ application d'une surcharge au sol tassement suivant courbe vierge σ' p log σ' dans le passé ce sol a tassé uniquement sous son propre poids

51 3.6.2 Sol surconsolidé Si σ v 0 < σ Δσ p le sol est surconsolidé (SC) e σ v0 à un moment antérieur de son histoire ce sol a été soumis à une contrainte supérieure au poids des terres actuel Ex : érosion, excavation, changement de niveau de la nappe phréatique σ' p log σ' Sol sous-consolidé consolidation primaire pas terminée le sol n'a pas encore été soumis à une contrainte aussi élevée que σ' v0 (poids des terres actuel) e σ v0 Δσ Ex : remblai récent, mal compacté σ' p log σ'

52 Bilan - Intérêt de la classification e - fondations sur sol surconsolidé σ v + Δσ < σ faibles tassements, 0 p voire négligeables - fondations sur sol normalement consolidé toute surcharge entraîne un tassement, dépendant de c c - sol sous-consolidé inconstructibles sans traitement particulier déformations même sans surcharge σ v0 Δσ e Δσ e Δσ σ v0 σ' p log σ' σ' p log σ' σ' p log σ'

53 4- Calcul du tassement méthode des couches Δ e et Sol normalement consolidé Δe c = c Δ( logσ ) ( ) σ = c log c 1+ ΔH H Δe = 1+ e 0 log log 1+ Δσ σ v0 σ + Δσ log Δσ σ ΔH = H e cc + e σ' p Δσ Δ( logσ ) log + Δe σ σ + Δσ Δσ σ v log σ' 1. Contraintes dans les sols 2. Calcul des contraintes 3. Compressibilité des sols 4. Calcul du tassement

54 Sol surconsolidé e σ v 0 < σ p Δσ σ v0 σ' p σ v0 + Δσ log σ' log σ σ p log v0 ( σ v 0 ) log p log + Δσ σ Δ cs 1+ e σ log σ v H cc 1+ e σ log p v0 H = H Δσ σ p

55 Méthode des couches sol découpé en n couches de hauteur H i calcul du tassement de chacune des couches - 1 essai oedométrique par couche -c c et σ ' p par couche - σ ' v0 et Δσ ' par couche s = n i= 1 Δ H i Δσ'

56 5- Théorie de la consolidation de Terzaghi et Frohlich 5.1 Hypothèses 5.2 Équation de la consolidation 5.3 Solution de l équation de Terzaghi 5. Théorie de la consolidation 6. Durée des tassements 7. Consolidation secondaire 8. Tassements admissibles

57 Degré de consolidation Calcul précédent tassement total d'un sol fin - surpressions interstitielles évacuées - surcharges reprises par les grains solides Pour un sol très fin quelques mois à plusieurs années - où en est la consolidation primaire? - combien de temps pour avoir le tassement total? Utilisation de la théorie de Terzaghi et Frohlich - degré de consolidation moyen d'une couche compressible st U = tassement de la couche au temps t s tassement final de la couche en %

58 Sachant que - le tassement est fonction de la diminution de la surpression interstitielle plus l'eau s'évacue plus les grains solides reprennent la surcharge Δσ ' plus le tassement progresse On peut montrer que U = s s t Δu = 1 surpression interstitielle au temps t Δ u i surpression interstitielle initiale - à l'instant initial (t=0) Δu = Δu U = 0 - à la fin de la consolidation Δu = 0 U = 1 i

59 5.1 Théorie de la consolidation - Hypothèses Description du problème - couche compressible d'épaisseur constante 2h - entre 2 couches de matériaux perméables (sable ou gravier) - surcharge uniformément répartie Hypothèses 1- étude de la consolidation primaire 2- sol de la couche compressible homogène 3- grains + fluide incompressible 4- sol saturé 5- loi de Darcy applicable 6- k constant sur 2h 7- squelette élasticité linéaire (E oed constant) Δσ 2h couche perméable couche compressible couche perméable

60 5.2 Équation de la consolidation On démontre que la consolidation U au temps t (en %) : U = 1 Δu Δ u i = 1 2h 0 Δ u (z, t) 2h Δσ Δσ dz Δσ Δu - aire sous isochrone t i - surpression interstitielle en un point z, au temps t - aire sous isochrone initiale (t=0) - surpression interstitielle initiale (=Δσ) 2h t f t 4 t=0 t 3 t 2 t 1 Δu(z, t) isochrones z

61 Degré de consolidation il suffit de déterminer Δu(z, t) pour trouver le degré de consolidation U = 1 2h 0 Δu (z, t) 2h Δσ dz la façon dont se répartie la surpression interstitielle sur la couche compressible en fonction du temps Équation de la diffusion Δu(z, t) peut être représenté par l'équation de la diffusion de l'eau ou de la chaleur Δu t = c v 2 Δu 2 z c v = coefficient de consolidation verticale c v k E γ oed = (m 2 /s) w

62 5.3 Solution de l équation de Terzaghi Résolution d'une équation différentielle du second degré solution à partir d'une série de Fourier Conditions limites Δu Δu ( 0, t) = 0 ( 2h, t) = 0 surpressions interstitielles nulles aux frontières de la couche si t = 0 Δu = Δui = Δσ Solution de l'équation Δ u z, t) = Δσ f 1 (Z) f (T) ( 2 Z et T sont des paramètres sans dimension

63 Paramètres sans dimension Z : paramètre géométrique T : facteur temps Retour au degré de consolidation U = 1 U = 1 2h 0 8 π Δu 2 2h (z, t) Δσ dz 1 n exp n 2 π 4 2 T v en remplaçant Δu(z, t) on obtient : indépendant des caractéristiques géométriques (h) ou mécaniques U = f (T ) U ne dépend que de T V v T v cv k E = t = 2 2 d d γ oed t c v : coefficient de consolidation (k, E oed ) du problème ces caractéristiques ne sont utilisées que pour le calcul de T v w d : distance de drainage t : temps

64 U = f (T ) fonction indépendante et unique v T v U (%) U = T 3 v 3 T v

65 6- Durée des tassements 6.1 Détermination de c v àl'œdomètre méthode de Casagrande 6.2 Temps nécessaire pour obtenir le tassement final 6.3 Consolidation d'un sol composé de plusieurs couches 6.4 Prise en compte du temps de chargement 6.5 Réduction du temps de consolidation Méthode des drains Méthode des surcharges 5. Théorie de la consolidation 6. Durée des tassements 7. Consolidation secondaire 8. Tassements admissibles

66 6- Durée des tassements À partir de T v T v c c v : coefficient de consolidation v = t d 2 d : distance de drainage t : temps Pour U donné T v par U= f (T v ) t = d c 2 v T v

67 Exemple H = 1 m c v = 2 x 10-8 m 2 /s t = d c 2 v T v U = 50% T v = 0,197 U = 100% T v 2 t = 114 jours t = 1157 jours (3 ans et 2 mois) U = 50% U = 100% t = 28 jours t = 289 jours drainage par 2 faces temps divisé par 4

68 6.1 Détermination de c v à l'œdomètre méthode de Casagrande À partir de la courbe de consolidation tassement log t application de la relation cv Tv = t d 2 pour un degré de consolidation U de 50% c v = T v d t 2 T v = (pour U=50%) d = distance de drainage (demi épaisseur de l'échantillon dans l'oedomètre t = t 50 = temps nécessaire pour atteindre 50% de la consolidation primaire

69 Détermination de t 50

70 Ordre de grandeur de c v

71 6.2 Temps nécessaire pour obtenir le tassement final déjà abordé en 6.0

72 6.3 Consolidation - sol composé de plusieurs couches Couche équivalente unique homogène d'épaisseur H t c ve = i i h i hi c vi 2 2

73 6.4 Prise en compte du temps de chargement Théorie de Terzaghi et Frohlich chargement instantanné du sol Correction pour la prise en compte du temps de construction (t c ) Hypothèses - surcharge appliquée linéairement en fonction du temps - pour une surcharge donnée tassement au temps t = tassement au temps t/2 surcharge progressive surcharge instantannée

74 courbe théorique : charge appliquée instantanément à t 0 = 0 chargement linéaire entre t 0 et t 1 tassement réel à t 1 (B) = tassement observé si σ 1 avait été appliquée à t 1 /2 (A)

75 pour t > t 1, la courbe réelle translation AB de la courbe théorique pour t < t 1 tassement réel à t i = tassement à t i /2 mais pour σ i < σ 1 U' = degré de consolidation à t i /2 pour σ 1 U pour σ i : U σ i = U σ 1 tassement pour une contrainte σ 1

76 x

77 6.5 Réduction du temps de consolidation Accélération de la consolidation Deux principales méthodes Méthode des drains t T d c 2 v = pour diminuer t, il faut augmenter c v v c v k E γ oed = donc augmenter k w Principe favoriser la drainage de la couche compressible - forages verticaux perméables qui traversent la couche compressible -tramerégulière

78 Théorie de la consolidation de Terzaghi généralisée en 3D ( )( ) 1 U = 1 U 1 U v r - consolidation verticale - consolidation radiale U v cv cr Tv = t 2 Ur Tr = t 2 d D

79 - consolidation radiale U r cr Tr = 2 D t c r = coefficient de consolidation radiale c r = c v k k h v D = diamètre de la zone d'influence du drain D = 1.05 L D = 1.13 L

80 Exécution des drains

81 6.5.2 Méthode des surcharges ajout de charge sur le sol Δσ n'affecte pas la relation U = f (T v ) P 0 : charge de service de l'ouvrage à construire et sa courbe de consolidation Procédé : avant construction, appliquer une surcharge provisoire P 1 sa courbe de consolidation pour obtenir s (P 0 ) appliquer P 1 pendant t 1 puis enlever la surcharge en pratique, P 1 est laissée moins longtemps (t 2 < t 1 ) obtention de s u (s -s u sans dommage pour l'ouvrage) tassement final sous P 0 P 1 > P 0

82 7- Consolidation secondaire Fluage du squelette minéral solide 5. Théorie de la consolidation 6. Durée des tassements 7. Consolidation secondaire 8. Tassements admissibles

83 8- Dispositions constructives tassements admissibles 5. Théorie de la consolidation 6. Durée des tassements 7. Consolidation secondaire 8. Tassements admissibles

84

Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation

Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation par Jean-Pierre MAGNAN Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées Directeur technique au Laboratoire Central des Ponts et Chaussées, Paris Professeur de

Plus en détail

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Consolidation des argiles CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Plan Introduction Argiles Phénomène de consolidation Essais de consolidation Equation de la consolidation Degré de consolidation et facteur

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

Fernando LOPEZ-CABALLERO

Fernando LOPEZ-CABALLERO Laboratoire de Mécanique des Sols, Structures, Matériaux «Étude de phénomènes de liquéfaction» Modélisation numérique des inclusions rigides comme solution aux problèmes de liquéfaction Fernando LOPEZ-CABALLERO

Plus en détail

LES VASES DE LA LOIRE : MODELISATION DE L EFFET DE LA CONSOLIDATION SUR DES INFRASTRUCTURES EXISTANTES

LES VASES DE LA LOIRE : MODELISATION DE L EFFET DE LA CONSOLIDATION SUR DES INFRASTRUCTURES EXISTANTES LES VASES DE LA LOIRE : MODELISATION DE L EFFET DE LA CONSOLIDATION SUR DES INFRASTRUCTURES EXISTANTES THE SILTS FROM THE LOIRE RIVER: MODELLING OF CONSOLIDATION EFFECTS ON EXISTING INFRASTRUCTURE Sébastien

Plus en détail

MISAPOR verre cellulaire

MISAPOR verre cellulaire MISAPOR verre cellulaire Remblai allégé pour ouvrage en génie civile 2015-03 Suisse: Allemagne: France: MISAPOR AG Löserstrasse 2 CH-7302 Landquart Téléphone +41 81 300 08 08 Fax +41 81 300 08 09 info@misapor.ch

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian 1 EPFL 2010 Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilia Nafaï Weil Florian 11 Table de matière Ø Introduction 3 Ø Objectif 3 Ø Déroulement de l eai 4 Ø Exécution de deux palier de charge 6 Ø Calcul

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Avant d aller à la recherche d un terrain

Avant d aller à la recherche d un terrain Choisir un terrain Bien choisir un terrain pour construire une maison solide Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité de la construction.

Plus en détail

Essais de charge sur plaque

Essais de charge sur plaque Page No.: 1 L essai de charge sur plaque est exécuté entre autres dans des galeries d exploration ou dans des puits, mais il peut aussi être exécuté à la surface en appliquant un poids mort ou en chargeant

Plus en détail

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS PPREIL ŒOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUE ES SOLS NON STURÉS INSTRUMENTE OEOMETER PPRTUS TO STUY UNSTURTE SOILS Bernardo IEO, Juan arlos ULLO, Julián TRISTNHO 1 Universidad de Los ndes, Bogotá.. olombie

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X

INTRODUCTION. A- Modélisation et paramétrage : CHAPITRE I : MODÉLISATION. I. Paramétrage de la position d un solide : (S1) O O1 X INTRODUCTION La conception d'un mécanisme en vue de sa réalisation industrielle comporte plusieurs étapes. Avant d'aboutir à la maquette numérique du produit définitif, il est nécessaire d'effectuer une

Plus en détail

Mouvement et vitesse . A A B

Mouvement et vitesse . A A B Chapitre 1 Mouvement et vitesse I/ Caractère relatif d'un mouvement Le mouvement d'un objet est décrit par rapport à un autre objet qui sert de référence ( le référentiel) exemple : assis dans une voiture

Plus en détail

Problèmes sur le chapitre 5

Problèmes sur le chapitre 5 Problèmes sur le chapitre 5 (Version du 13 janvier 2015 (10h38)) 501 Le calcul des réactions d appui dans les problèmes schématisés ci-dessous est-il possible par les équations de la statique Si oui, écrire

Plus en détail

Étude d'un appareillage de compactage statique et de mesure de la perméabilité des sols fins argileux

Étude d'un appareillage de compactage statique et de mesure de la perméabilité des sols fins argileux Étude d'un appareillage de compactage statique et de mesure de la perméabilité des sols fins argileux Belkacem MOUSSAI Docteur Laboratoire de géotechnique Gérard DIDIER Docteur-Ingénieur Maître de conférences

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

5 STATIQUE. 5.1 Généralités

5 STATIQUE. 5.1 Généralités 5.1 Généralités 5.1.1 Introduction Pour remplir sa mission en tant que conduite d'évacuation il faut qu'une conduite réponde également aux exigences de statique. La statique possède une influence sur le

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

= RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE

= RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE PAVÉS EN BETON CONCEPTION APPROPRIÉE + MISE EN OEUVRE PROFESSIONNELLE = RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE 10 règles de base pour une mise en œuvre correcte de revêtements de pavés en béton 1 2 3 4 5 6 7 8

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Titre : SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dan[...] Date : 09/11/2011 Page : 1/9 SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Résumé On teste les éléments paraxiaux

Plus en détail

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Matière : Couleur : Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Gris Recommandations d usage : Pression (dépend du facteur de forme) Déflexion Pression statique maximum :. N/mm ~ % Pression dyn. maximum :. N/mm

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof Une échelle est appuyée sur un mur. S il n y a que la friction statique avec le sol, quel est l angle minimum possible entre le sol et l échelle pour que l échelle ne glisse pas et tombe au sol? www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Plus en détail

Vis à billes de précision à filets rectifiés

Vis à billes de précision à filets rectifiés sommaire Calculs : - Capacités de charges / Durée de vie - Vitesse et charges moyennes 26 - Rendement / Puissance motrice - Vitesse critique / Flambage 27 - Précharge / Rigidité 28 Exemples de calcul 29

Plus en détail

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité :

SSNL126 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite. Deux modélisations permettent de tester le critère de flambement en élastoplasticité : Titre : SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre [...] Date : 15/1/011 Page : 1/6 Responsable : Nicolas GREFFET Clé : V6.0.16 Révision : 8101 SSNL16 - Flambement élastoplastique d'une poutre droite

Plus en détail

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage

INFLUENCE de la TEMPERATURE. Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage INFLUENCE de la TEMPERATURE Transition ductile/fragile Choc Thermique Fluage Transition ductile/fragile Henry Bessemer (UK)! 1856 : production d'acier à grande échelle Pont des Trois-Rivières 31 janvier

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX

1F O S S E. Une fosse toutes eaux est un appareil destiné. Fosse toutes eaux. Dimensionnement : TOUTES EAUX Fosse toutes eaux 1F O S S E Une fosse toutes eaux est un appareil destiné à la collecte, à la liquéfaction partielle des m a t i è res polluantes contenues dans les eaux usées et à la rétention des matières

Plus en détail

Réponds. Réponds. questions. questions. détermine la relation entre le poids et la masse d un objet

Réponds. Réponds. questions. questions. détermine la relation entre le poids et la masse d un objet ( P P B P C bjectifs distinguer le poids et la masse d un objet utiliser la relation de proportionnalité entre le poids et la masse énoncer et utiliser la condition d équilibre d un solide soumis à deux

Plus en détail

Calcul des charpentes d acier Tome I

Calcul des charpentes d acier Tome I Calcul des charpentes d acier Tome I 2 e édition, 2 e tirage revu, 2008 RÉVISIONS À l intention des lecteurs de la 2 e édition, 1 er tirage, 2005, les principales révisions apportées au 2 e tirage se trouvent

Plus en détail

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010 Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010 PROGRAMME DE FORMATION Dans le cadre du PROJET PAThB2010 Practical Approach for Thermal Bridges 2010 AVEC

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser)

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA VALLEE DU GAPEAU. COMMUNE DE.. (à préciser) Page : 1/8 COMMUNE DE.. (à préciser) Date de la demande :../../.. Date de demande de permis de construire :../../.. Nom Prénom et adresse du pétitionnaire :.. Numéro de permis de construire si attribué

Plus en détail

ATTESTATION DE FIN DE CHANTIER

ATTESTATION DE FIN DE CHANTIER ATTESTATION DE FIN DE CHANTIER PROPRIETAIRE Nom :. Prénom :... Adresse : Téléphone : Atteste que l entreprise : A réalisé les travaux d assainissement non collectif de l immeuble situé :.. Type de logement

Plus en détail

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique

SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM. Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES. Tél. : 04.50.32.40.48. Notice Technique SYNDICAT INTERCOMMUNAL FIER & NOM Station d épuration Rue Vernaies 74 230 THONES Tél. : 04.50.32.40.48 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux - Filtre à sable vertical drainé Rejet dans un

Plus en détail

SECTION GÉOTECHNIQUE DÉPARTEMENT DE GÉNIE CIVIL UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE

SECTION GÉOTECHNIQUE DÉPARTEMENT DE GÉNIE CIVIL UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE ANALYSE DYNAMIQUE DES PENTES ARGILEUSES ET DES REMBLAIS CONSTRUITS SUR DES DÉPÔTS D ARGILE SECTION GÉOTECHNIQUE DÉPARTEMENT DE GÉNIE CIVIL UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE ANALYSE DYNAMIQUE DES PENTES ARGILEUSES

Plus en détail

PRINCIPE DE POSE D UN SEPARATEUR OLEOPUR H &G

PRINCIPE DE POSE D UN SEPARATEUR OLEOPUR H &G 1 Précautions à prendre avant installation. 2 Réaliser la fouille et aménager le fond de fouille. 3 Mettre en place la cuve dans la fouille. 4 Effectuer le remblaiement. 5 Raccorder les différentes canalisations

Plus en détail

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU Mesures Interprétations - Appliations Doument rédigé par des ingénieurs géotehniiens de GINGER CEBTP sous la diretion de : Mihel KHATIB Comité de releture : Claude-Jaques

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

ConSolidation de talus en béton

ConSolidation de talus en béton données techniques ConSolidation de talus en béton SolutionS par passion 4 Consolidation de talus en béton 4 Introduction 5 Sols meubles et sols rocheux 5 Types de sols 5 Talus naturels / Glissements

Plus en détail

MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure, normalisation

MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure, normalisation COMITÉ FRANÇAIS DE MÉCANIQUE DES SOLS Journée «HYDRAULIQUE» du 23-01-2002 MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure,

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828

La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828 La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828 de Dr Franz Raemy septembre 2010 Introduction de l

Plus en détail

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS

RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS 2004-203 Frédy Oberson et Fred Lang LES RELATIONS DES CONTACTS HERTZIENS Lorsque deux solides non conformes sont mis en contact 2, ils se touchent initialement en un point

Plus en détail

ZEOMOP filtre biocompact à massif de zéolite. Conforme Article 6 & Annexe 1 A.M. 07/09/09

ZEOMOP filtre biocompact à massif de zéolite. Conforme Article 6 & Annexe 1 A.M. 07/09/09 ZEOMOP filtre biocompact à massif de zéolite Conforme Article 6 & Annexe 1 A.M. 07/09/09 Exemple d une filière ZEOMOP avec relevage Rejet de la filière en conformité avec la réglementation en vigueur.

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique Exercice 1 1. a) Un mobile peut-il avoir une accélération non nulle à un instant où sa vitesse est nulle? donner un exemple illustrant la réponse. b) Un mobile peut-il avoir une accélération de direction

Plus en détail

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc.

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc. APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS Gilles Rivard, ing. M. Sc. Québec 15 mars 2012 PRÉSENTATION Particularités des petits bassins

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE. Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10.

COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE. Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10. COMMUNE DE SAINT PIERRE DE CHARTREUSE En Mairie 38 380 SAINT PIERRE DE CHARTREUSE Tél. : 04.76.88.60.18 Fax : 04.76.88.75.10 Notice Technique Filière Fosse septique toutes eaux Epandage en pente: Cette

Plus en détail

Couplage de pompes à chaleur géothermales avec des capteurs solaires thermiques

Couplage de pompes à chaleur géothermales avec des capteurs solaires thermiques Projet GEOSOL Couplage de pompes à chaleur géothermales avec des capteurs solaires thermiques date de notification : juin 2003 Qualité énergétique, environnementale et sanitaire Préparer le bâtiment à

Plus en détail

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement.

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Isolation thermique plus qu une simple protection de l environnement Une isolation thermique optimale

Plus en détail

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 CONDUCTION DANS LES METAUX: L'espace est rapporté à un repère O muni d'une base cartésienne ( e, e, e ). Données numériques: - charge de l'électron: -e = - 1,6.10-19 C. -

Plus en détail

ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE

ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE ETUDE DE SOL: OBJECTIFS ET FICHE PRATIQUE Objectif d'une étude de sol sur site L'objectif d'une étude de sol d'avant projet de construction (étude géotechnique G12.) est de définir ta contrainte ou portance

Plus en détail

Guide Technique Pour la Charpente de Mur. LSL et LVL SolidStart LP

Guide Technique Pour la Charpente de Mur. LSL et LVL SolidStart LP Conception aux états limites LSL et LVL SolidStart LP Guide Technique Pour la Charpente de Mur 1730F b -1.35E, 2360F b -1.55E and 2500F b -1.75E LSL 2250F b -1.5E and 2900F b -2.0E LVL Veuillez vérifier

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Communauté de Communes du Canton de Lorris

Communauté de Communes du Canton de Lorris Communauté de Communes du Canton de Lorris S.P.A.N.C : Service Public d Assainissement Non Collectif MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D'ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (selon Arrêté du 7 septembre 2009, Norme

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Mathématiques et Océanographie

Mathématiques et Océanographie Mathématiques et Océanographie Anne-Laure Dalibard Département de mathématiques et applications École normale supérieure 20 avril 2011 Journées Académiques de l IREM de Nantes Plan Présentation rapide

Plus en détail

LA PHYSIQUE DES MATERIAUX. Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE

LA PHYSIQUE DES MATERIAUX. Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE LA PHYSIQUE DES MATERIAUX Chapitre 1 LES RESEAUX DIRECT ET RECIPROQUE Pr. A. Belayachi Université Mohammed V Agdal Faculté des Sciences Rabat Département de Physique - L.P.M belayach@fsr.ac.ma 1 1.Le réseau

Plus en détail

5 Applications. Isolation intérieure des murs de fondation. ISOFOIL est un panneau isolant rigide laminé d un pare-vapeur d aluminium réfléchissant.

5 Applications. Isolation intérieure des murs de fondation. ISOFOIL est un panneau isolant rigide laminé d un pare-vapeur d aluminium réfléchissant. FICHE TECHNIQUE 120-1.4 07.21.13.13 1 Nom du produit ISOFOIL 2 Manufacturier ISOFOIL est fabriqué par Groupe Isolofoam, entreprise québécoise et important manufacturier de produits isolants depuis plus

Plus en détail

Décharges. La meilleure protection des couches étanches à l eau. Décharges

Décharges. La meilleure protection des couches étanches à l eau. Décharges Décharges La meilleure protection des couches étanches à l eau Décharges Décharges LA MEILLEURE PROTECTION DES COUCHES ÉTANCHES À L EAU Les produits minéraux de drainage comme le gravier et le sable de

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

CYLINDRE DE DEFORMATION POUR MACHINE DE COMPRESSION

CYLINDRE DE DEFORMATION POUR MACHINE DE COMPRESSION CYLINRE E EORMATION POUR MACHINE E COMPRESSION Philippe AVERLANT Bureau National de Métrologie Laboratoire National d Essai (BNM-LNE) 1, rue Gaston Boissier 757 Paris Cedex 15 rance Résumé Les résultats

Plus en détail

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011

Règlement numéro LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT. Avril 2011 Règlement numéro 346 LA GESTION DES EAUX DE SURFACE ET LES RACCORDEMENTS AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT Avril 2011 VOS RESPONSABILITÉS LIÉES AUX SERVICES D AQUEDUC ET D ÉGOUT DE VOTRE IMMEUBLE Protection

Plus en détail

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE

«La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE «La solution» DESCRIPTION TECHNIQUE P2-f & P4-f - 185/180 - Standard P2-f & P4-f - 170/165 - Compact P2-f & P4-f - 200/195 - Confort MODELE H DH P2f-4f - 185/180 - Standard 340 171 P2f-4f - 170/165 - Compact

Plus en détail

LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD

LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD SOLUTIONS POUR LE PLANCHER SOLUTIONS POUR LA TOITURE LINTEAUX, POUTRES ET COLONNES TRUS JOISTMD TimberStrand MD LSL, Parallam MD PSL, Microllam MD LVL, ainsi que la nouvelle poutre TimberStrand MD LSL

Plus en détail

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2

BTS Mécanique et Automatismes Industriels. Équations différentielles d ordre 2 BTS Mécanique et Automatismes Industriels Équations différentielles d ordre, Année scolaire 005 006 . Définition Notation Dans tout ce paragraphe, y désigne une fonction de la variable réelle x. On suppose

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX : PARTIE POLYMÈRES

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX : PARTIE POLYMÈRES PHYSIQUE DES MATÉRIAUX : PARTIE POLYMÈRES 1 Pr. J. Lecomte-Beckers Chapitre 6 : Rhéologie des matériaux polymères 6.0 Aspects phénoménologiques de l élasticité 6.0.1 Introduction La théorie de l élasticité

Plus en détail

Rupture et plasticité

Rupture et plasticité Rupture et plasticité Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 25 novembre 2009 1 / 44 Rupture et plasticité : plan du cours Comportements

Plus en détail

Modélisation de l'amortissement en dynamique linéaire

Modélisation de l'amortissement en dynamique linéaire Titre : Modélisation de l'amortissement en dynamique linéa[...] Date : 4/11/11 Page : 1/13 Modélisation de l'amortissement en dynamique linéaire Résumé : Les analyses dynamiques linéaires des structures

Plus en détail

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT?

QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? QUELS DISPOSITIFS DE PRETRAITEMENT? La fosse toutes eaux Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes

Plus en détail

CHAPITRE 2 : DESCRIPTION ET CLASSIFICATION DES SOLS ET DU ROC

CHAPITRE 2 : DESCRIPTION ET CLASSIFICATION DES SOLS ET DU ROC CHAPITRE 2 : DESCRIPTION ET CLASSIFICATION DES SOLS ET DU ROC 21 2.1 Description des sols (Extrait de Manuel de SEBJ) 2.2 Système de classification des sols Comme il existe un grand nombre de types de

Plus en détail

SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012

SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012 SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012 Particularités du sel Abondance géologique Faible porosité (étanche) = 1%, K=10-21 m 2 Grande solubilité (lessivage)

Plus en détail

Les mesures à l'inclinomètre

Les mesures à l'inclinomètre NOTES TECHNIQUES Les mesures à l'inclinomètre Gérard BIGOT Secrétaire de la commission de Normalisation sols : reconnaissance et essais (CNSRE) Laboratoire régional des Ponts et Chaussées de l'est parisien

Plus en détail

Muret Laurentien MC. Classique et Versatile

Muret Laurentien MC. Classique et Versatile Muret Laurentien MC Classique et Versatile Le muret Laurentien par son look classique s agence à toutes nos gammes de pavé. Qualités et caractéristiques Intégration particulièrement harmonieuse du muret

Plus en détail

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007.

Pour l exécution des travaux, il est nécessaire d utiliser la norme AFNOR du DTU 64.1 de mars 2007. Communauté de Communes du Pays Foyen 2, Rue Georges Clémenceau BP 74 33220 PINEUILH Compagnie Générale des Eaux 58 Bis, Rue INGRES 33220 PINEUILH Tél : 0811 902 903 MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIFS D ASSAINISSEMENT

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT

DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT DISPOSITIF POUR LE TRAITEMENT 1- LA FOSSE TOUTES EAUX Description de l ouvrage La fosse toutes eaux est un ouvrage majeur de l ANC. Elle collecte les eaux usées domestiques des ménages (eaux vannes et

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS Indice de Révision Date de mise en application B 01/09/2014 Cahier Technique F Profil d usage ISOLE ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS 4, avenue du Recteur-Poincarré, 75782 Paris

Plus en détail

II - 2 Schéma statique

II - 2 Schéma statique II - 2 Schéma statique Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 7 septembre 2006 Schéma statique Définition Appuis et liaisons [Frey, 1990, Vol. 1, Chap. 5-6] Éléments structuraux Sans références Les dias

Plus en détail

Journée de restitution du Projet Interreg ALCOTRA MASSA Medium and Small Size rockfall hazard Assessment

Journée de restitution du Projet Interreg ALCOTRA MASSA Medium and Small Size rockfall hazard Assessment http://massa.geoazur.eu Ensemble au-delà les frontières Insieme oltre i confini 2007-2013 FEDER Fonds Européens pour le Développement Régional FESR Fondo Europeo di Sviluppo Regionale Journée de restitution

Plus en détail

Formation appliquée aux missions d'expertises sinistres PLAN DE FORMATION

Formation appliquée aux missions d'expertises sinistres PLAN DE FORMATION mail: d2geo@yahoo.fr Page 1/6 PLAN DE FORMATION Formation réalisée en deux partie distinctes Durée totale de la formation 2 jours Présentation Cette première partie est enseignée en trois modules: a) Notions

Plus en détail

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges?

Information. BASES LITTERAIRES Etre capable de répondre à une question du type «la valeur trouvée respecte t-elle le cahier des charges? Compétences générales Avoir des piles neuves, ou récentes dans sa machine à calculer. Etre capable de retrouver instantanément une info dans sa machine. Prendre une bouteille d eau. Prendre CNI + convocation.

Plus en détail

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX EN CONCEPTION MÉCANIQUE

RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX EN CONCEPTION MÉCANIQUE ÉCOLE D'INGÉNIEURS DE FRIBOURG (E.I.F.) SECTION DE MÉCANIQUE G.R. Nicolet, texte revu et augmenté en 007 RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX EN CONCEPTION MÉCANIQUE Traction et compression simples Cisaillement simple

Plus en détail

BREVET 2 * Principes physiques régissant la plongée. Première partie

BREVET 2 * Principes physiques régissant la plongée. Première partie BREVET 2 * Principes physiques régissant la plongée Première partie Objectifs de ce cours: 1. Introduction à la formation du 2* 2. Comprendre les lois fondamentales régissant : la flottabilité (Archimède)

Plus en détail

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT Chapitre 1 : NOTIONS DE BASE Chapitre 2 : LES SOURCES DE BRUIT Chapitre 3 : ISOLATION ACOUSTIQUE DES PAROIS Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE Chapitre

Plus en détail

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité?

Q6 : Comment calcule t-on l intensité sonore à partir du niveau d intensité? EXERCICE 1 : QUESTION DE COURS Q1 : Qu est ce qu une onde progressive? Q2 : Qu est ce qu une onde mécanique? Q3 : Qu elle est la condition pour qu une onde soit diffractée? Q4 : Quelles sont les différentes

Plus en détail