NOTE SUR LA CONSOLIDATION DE LA PAIX AU BURUNDI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE SUR LA CONSOLIDATION DE LA PAIX AU BURUNDI"

Transcription

1 REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURE ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE NOTE SUR LA CONSOLIDATION DE LA PAIX AU BURUNDI

2 INTRODUCTION Depuis son indépendance en 1962, le Burundi a connu des crises sociopolitiques récurrentes qui ont engendré des violences extrêmes, pertes en vies humaines et vagues massives de réfugiés et de déplacés. Pour autant, à l instar de beaucoup d autres pays africains, le Burundi a adopté le multipartisme en 1992 et a organisé ses premières élections démocratiques en Malheureusement, le Premier Président démocratiquement élu Son Excellence Melchior NDADAYE fut assassiné le 21octobre 1993, soit trois (3) mois après son accession au pouvoir. Cet assassinat déclencha la plus longue et la plus dévastatrice crise sociopolitique de l`histoire du pays qui dura plus d`une décennie. Puis, sous le regard de la Communauté Internationale, des négociations inter burundaises aboutiront à la signature, le 28 août 2000, de l Accord d Arusha pour la Paix et la Réconciliation au Burundi, un Accord qui réglemente en grande partie la conduite du pays et dont les principaux acquis ont été intégrés dans la Constitution. Après une période de transition de 36 mois, les premières élections post-conflit furent organisées en 2005 qui aboutirent à la mise en place d institutions démocratiques légitimes. Avec l appui de la communauté internationale, le Gouvernement a ensuite pu développer et mettra en œuvre un processus de consolidation de la paix et de stabilité. C est ainsi qu en 2007, le Cadre Stratégique de Consolidation de la Paix (CSCP) et son Plan Prioritaire virent le jour. Le CSCP s articulait autour de cinq (5) axes principaux et trois (3) thèmes transversaux à savoir : Axes principaux a. Promotion de la bonne gouvernance, b. Accord global de cessez-le-feu entre le gouvernement du Burundi et les Forces Nationales de Libération (FNL), c. Réforme du secteur de la sécurité, d. Justice, promotion des droits de l'homme et lutte contre l'impunité, e. Question foncière et redressement socio-économique. Thèmes transversaux f. Mobilisation et coordination de l'aide internationale, g. Dimension sous-régionale, h. Dimension genre. Mécanismes de mise en œuvre et de suivi-évaluation du CSCP La mise en œuvre du plan prioritaire du Cadre Stratégique de Consolidation de la Paix au Burundi a été supervisée par un Comité de Pilotage Conjoint (CPC) qui regroupait le Gouvernement (18 membres dont 5 membres d un Groupe d Experts), les Nations Unies (13membres) et des Observateurs (9 partenaires internationaux et

3 6 membres de la société civile). Il est coprésidé par le Gouvernement représenté par la Présidence de la République et la Représentante Spéciale du Secrétaire Générale des Nations Unies. Le Comité de Pilotage Conjoint avait la responsabilité de dresser l orientation stratégique de gestion des fonds de consolidation de la paix ainsi que l approbation des rapports trimestriels des projets qui en découlaient. Les rapports intermédiaires de mise en œuvre du CSCP étaient initialement produits par les groupes thématiques puis par les groupes sectoriels du CSLP sous la coordination d un comité de rédaction. Ils présentaient l analyse des responsables du suivi et évaluation du Groupe de Coordination des Partenaires (GCP) qui étaient ensuite discutée lors de réunions stratégiques et validée lors de restitutions aux autorités politiques avant transmission par le Gouvernement à la Commission de Consolidation de la Paix (CCP) qui, à son tour, formulait des recommandations aux différentes parties prenantes. Le 5ème et dernier rapport du CSCP a été adopté par la CCP le 26 Avril 2011 sous le sigle PBC/5/BDI/2. Conformément aux recommandations de la CCP, l évaluation annuelle du cinquième rapport du Cadre Stratégique de Consolidation de la Paix dit «Outcome Document» a été validée par le forum politique du GCP le 08 juin 2012 et a été adoptée formellement par la CCP le 17 Juillet Prise en compte de la consolidation de la paix dans la programmation nationale La Vision «Burundi 2025» repose en priorité sur une Nation unie, solidaire et en paix d une part, et sur une économie prospère au service du bien être socio - économique des burundais, d autre part. L objectif n 1 de la vision est l «instauration de la bonne gouvernance dans un état de droit». Le pilier n 1 de la Vision reste la «Bonne Gouvernance et le Renforcement des Capacités de l Etat». Dans son sixième pilier, la Vision également mention de la cohésion sociale, un élément indispensable pour mobiliser et engager les énergies de l ensemble de la population vers un avenir meilleur pour elle et les générations futures, dans un esprit d unité et de solidarité. Conformément à cette vision, l axe 1 du CSLP II qui s intitule «Renforcement de l Etat de droit, Consolidation de la Bonne Gouvernement et Promotion de l égalité Genre», a été consacré à la consolidation de la paix. DIAGNOSTIC DU SECTEUR DE LA CONSOLIDATION DE LA PAIX Depuis le début du processus de mise en œuvre des priorités de consolidation de la paix au Burundi en 2007, des progrès notables ont été accomplis dont notamment le désarmement de la population civile, la démobilisation et la réintégration des anciens combattants ; le rapatriement des réfugiés ; la bonne gouvernance ; le renforcement de l état de droit au sein des forces de défense et de sécurité ; le renforcement de la justice ; la promotion des droits de l homme ; la réconciliation et la lutte contre l impunité ainsi que la question foncière.

4 Domaine politique, bonne Gouvernance et lutte contre la Corruption Le succès des processus électoraux respectifs de 2005 et de 2010 au Burundi est l un des résultats les plus importants du processus de consolidation de la paix. Un consensus a en effet pu être trouvé sur la composition de la Commission Electorale Nationale Indépendante(CENI) ainsi que sur le code électoral. La révision du mandat des cinq (5) membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) fixée à cinq ans (5) au lieu de (3) trois ans et la soumission de la CENI au gouvernement de deux (2) propositions de révision du cadre légal électoral constituent aussi d importants progrès dans la perspective d élections apaisées en Dans la même logique de se préparer de bonne heure pour les élections de 2015, un atelier regroupant tous les Représentants des Partis politiques a été organisé en mars 2013 et une feuille de route pour les élections de 2015 a été mise en place. Un autre atelier qui a réuni plus de 110 participants dont 40 Présidents et autres responsables des partis politiques, les représentants de la Société Civile, l Ombusdman, les membres du corps diplomatique et Consulaires, le BNUB et avec l implication personnelle de Monsieur Parfait ONYANGA Onanga, Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies. A l issue de l atelier, des recommandations consensuelles ont été retenues et portées à la connaissance de la Communauté Nationale et Internationale et un comité de suivi mis en place. Ces progrès ont été accompagnés par la mise en place d un forum de dialogue permanent entre les partis politiques agréés et l Institution de l Ombudsman (médiateur de la République). En vue de sensibiliser et éduquer les populations aux valeurs démocratiques, le gouvernement a initié un vaste Programme d Education et de Formation Patriotique pour que celles-ci s en imprègne. En 2011, le Gouvernement a adopté la loi portant organisation et fonctionnement des Partis politiques et en 2012, il a adopté la loi portant statut de l opposition politique. Le projet de loi sur les manifestations publiques et les réunions publique a été adopté par l Assemblée Nationale le 29 Aout 2013 en révision du décret n 100/187/ 91 du 24 décembre 1991 et suit le cours de sa promulgation avec grand intérêt. Le projet de fabrication et délivrance de la carte nationale d identité biométrique est déjà en cours d exécution en vue d assurer le renforcement de la sécurité, la préparation des élections de 2015 et l intégration dans la communauté des pays de l Afrique. En ce qui concerne les mesures pour lutter contre la corruption, il est important de saluer la volonté politique affichée par les plus hautes autorités de l Etat en déclarant la tolérance zéro. Cette forte priorité du Gouvernement a été proclamée par le Chef de l Etat dans son discours d investiture, le 26 août Aujourd hui, la Stratégie Nationale de Gouvernance et de lutte contre la Corruption est en cours de mise en œuvre tandis que divers organes chargés de la lutte contre la corruption (tels que la Cour anti-corruption et la brigade spéciale anti-corruption) sont à pied d œuvre. La Stratégie Nationale de Bonne Gouvernance et de Lutte contre la corruption a été adoptée le 20 Octobre 2011 et fait partie intégrante du Cadre Stratégique de Croissance et de Lutte contre la Pauvreté, deuxième génération (CSLPII.

5 Les cabinets ministériels élaborent mensuellement des rapports à soumettre au Cabinet du Président de la république; Les cabinets ministériels ont tous désigné un porte parole et tiennent au moins un point de presse trimestriel sur l avancement du plan d actions annuel; De même, tous les services rattachés à un ministère doivent faire régulièrement rapport au cabinet du ministre sur l état de mise en œuvre de leurs programmes d activités tels qu arrêtés en début de l année. De janvier 2013 à mai 2013, 136 dossiers sur les cas de corruption ont été traités et transmis au Parquet Général près la Cour anti-corruption, totalisant un montant de FBU comme préjudice causé au trésor public, tandis qu un montant de FBU a été directement recouvré par la Brigade Spéciale Anti corruption et versé au trésor public. Le secteur de la sécurité Des progrès satisfaisants ont été accomplis dans la rationalisation des effectifs des corps de défense et de sécurité. La qualité des prestations des services de nos policiers et militaires dans les missions de maintien de la paix (Somalie, Soudan, Haïti, Côte d Ivoire, etc.) constitue un fait marquant de professionnalisation tant au niveau national qu international. Le processus de consolidation de la Paix a facilité le retour des militaires dans les casernes, mettant fin aux possibles abus envers la population permis par la dispersion à travers le pays. Des activités variées de promotion de la gouvernance sécuritaire, de l éthique et de la déontologie militaire et policière ont été initiées. Celles-ci sont soustendues par des études préalables des besoins de sécurité sous toutes les perspectives. Il en a résulté une amélioration considérable des relations avec la population et une appréciation croissante des prestations de sécurité. En outre, la campagne de désarmement de la population civile a permis de retirer armes et munitions et d en détruire autres ainsi que leurs munitions. Ayant constaté que les armes pullulent toujours dans les populations une deuxième phase de désarmement de la population civile a été lancée par S E Monsieur le Premier Vice Président de la République en date du 28 mai 2013.Cela permettrait à la population de participer librement aux échéances électorales de Justice, promotion des droits de l homme et lutte contre l impunité Des progrès ont été réalisés dans la mise en œuvre des lois révisées sur le statut des magistrats, l organisation et le fonctionnement du conseil de la magistrature. Plusieurs arrêts et jugements dont l exécution avait été rendue impossible à cause de la guerre ont pu être passés. A travers le Centre de formation professionnel de la Justice (CFPJ),l on constate également un professionnalisme croissant des magistrats dans le traitement des dossiers pendants en justice. Désormais, il est exigé de chaque magistrat de traiter et de clôturer au moins six (6) dossiers par mois en vue de palier les lenteurs judiciaires. Des synergies sont mises en place pour résorber l arriéré judiciaire à travers toutes les juridictions. De même, la révision du code pénal a apporté des innovations

6 remarquables en matière de répression des violations des droits humains, il ya par exemple lieu de signaler les améliorations suivantes : Le viol est maintenant inamnistiable et imprescriptible, la peine de mort est abolie, les actes de torture sont érigés en infractions, la minorité pénale est passée de 13 à 15 ans, les crimes de guerre, les crimes contre l humanité, le génocide et le terrorisme sont poursuivis et réprimés sur le territoire du Burundi. Il est également prévu des mesures alternatives à l emprisonnement. La population carcérale a été réduite grâce aux mesures réglementaires de grâce présidentielle, de la libération conditionnelle ou de libération provisoire de certains condamnés et prévenus. La promulgation du code de procédure Pénal du 03 avril 2013, marque un progrès considérable dans la protection judiciaire des mineures en conflit avec la loi. La Commission Nationale Indépendante des Droits de l Homme(CNIDH) est d autre part déjà fonctionnelle et les premiers résultats commencent à se faire sentir. En matière de lutte contre l impunité, des commissions d enquête judiciaire chargées d élucider les cas d exécution sommaire, arbitraire ou extrajudiciaire ont été mises en place et ont permis plusieurs condamnations. Concernant la justice de transition, le processus de mise en place de la Commission Vérité et Réconciliation(CVR) suit son cours normale. Questions socio-économiques Plus de rapatriés ont été réinstallés dans leur localité d origine ; 850 ménages déplacés retournant dans leur village ont bénéficié de kits d auto-construction ; 1468 rapatriés vivant originaires de villages ruraux intégrés ont été encadrés à travers les travaux de Haute Intensité de Mains d œuvres(himo), une étude de profilage sur les déplacés vivant encore sur les sites a été menée au mois de septembre 2011 et foyers représentant personnes ont été recensés. Le Gouvernement a bénéficié d un financement de la Commission de Consolidation de la paix de 9,2 Millions de dollars américains pour exécuter le nouveau programme de réintégration. Un nouveau code foncier a été promulgué. La lettre de politique foncière a été adoptée par décret présidentiel et une entité de coordination du Programme National Foncier a été créée. La Commission Nationale des Terres et autres biens (CNTB) a poursuivi ses efforts dans le règlement des conflits fonciers qui ont permis d assurer une réintégration effective des rapatriés. Intégration régionale Une réforme de l administration publique a été introduite : une cellule chargée des affaires de la Communauté Est-Africaine a été mise sur pied au sein des institutions et des départements ministériels, tandis que des Secrétariats Permanents ont été instaurés au sein de chaque ministère technique pour renforcer la capacité des institutions à mettre en œuvre les dispositions du traité portant création de la CEA. Dans ce cadre, le CSLP II consacre un chapitre sur le choix stratégique du pays et l importance accordée à la CEA.

7 Sur le plan économique En vue de la mise en œuvre du CSCP et de son Plan Prioritaire, la Commission de Consolidation de la Paix (CCP), à travers le Fonds des Nations unies pour la consolidation de la paix au Burundi (PBF), a alloué 35 millions de dollars américains à la consolidation de la paix au Burundi. Le PBF a ainsi financé dix huit (18) projets dans quatre (4) domaines précis: gouvernance et paix; renforcement de l état de droit dans les forces de sécurité; renforcement de la justice et promotion des droits de l homme ; et questions foncières. Outre ces dix huit (18 projets), le PBF a aussi financé deux (2) projets de courte durée grâce à une allocation de la fenêtre de financement d urgence (à travers notamment la facilité de réaction rapide) de mars 2008 et de mai 2009 pour une contribution totale de dollars américains. La mission d évaluation des projets financés par le Fonds Fiduciaire de Consolidation de la Paix, conduite au mois d Août 2010 par la Sous Secrétaire Général et Chef du bureau d Appui à la Consolidation de la Paix, s est terminée sur une promesse de la commission de mobiliser un important financement pour des programmes visant à pérenniser les acquis des efforts déjà consentis dans le cadre de la consolidation de la paix et à compléter les réalisations du Gouvernement en cours dans le cadre de la réintégration socioéconomique des personnes affectées par le conflit. Lors de la séance du 11 mai 2011, le Comité d Approbation du Peace Building Support Office (PBSO) a décidé de financer une partie du programme intitulé «Consolidation de la paix à travers l appui à la réintégration socio-économique des personnes affectées par le conflit» à hauteur de 9,2 millions de dollars américains. Il est important de souligner que le budget global de ce programme s élevait à 24 millions de dollars américains pour une durée de trois ans dans cinq (5) provinces. Lés activités de ce premier financement sont concentrés dans les provinces de Bubanza, Bujumbura (Rural) et Cibitoke. A l heure actuelle, le PBF III est en cours de finalisation et quatre domaines prioritaires sont concernés par ce programme. Il s agit de : i) La cohésion sociale et le dialogue sociale ii) La participation des jeunes dans la vie politique et sociale dans les initiatives de réconciliation iii) L exercie démocratique des droits humains iv) La résolution pacifique des conflits fonciers. DEFIS, STRATEGIES ET ACTIONS PRIORITAIRES DE CONSOLIDATION DE LA PAIX Défis En matière de questions politiques et institutionnelles Les points essentiels portent sur : -la préparation du nouveau code électoral, la révision de la constitution, etc.). Le retour des leaders politiques en exil ;

8 -organisation des larges consultations sur le projet de code électoral révisé avant son envoi au Conseil des Ministres ; -renforcer la transparence dans tout le processus électoral ; -poursuivre la modernisation d une CENI biométrique et sa distribution généralisée pour faciliter l enrôlement électoral En matière de bonne gouvernance, droits de l homme et état de droit Il est important de retenir : - L application objective et généralisé de la tolérance zéro ; l amélioration du climat d entente entre le Gouvernement et les organisations de la société civile ; la création de la haute cour tel que prévue par la Constitution. - Le faible rendement qualitatif et quantitatif des magistrats entrainant l accroissement des arriérés judiciaires. L insuffisance de l effectif du personnel d appui pour le fonctionnement de la CNIDH ; la décentralisation de la CNIDH pour un suivi systématique des violations des droits de l Homme ; la mise en place d un cadre structuré de collaboration entre les acteurs œuvrant dans le domaine des droits de l Homme ; l application rigoureuse et indiscriminée de la loi. - Le relèvement du déficit de communication sur certains dossiers judiciaires sensibles - L amplification de la promptitude par les organes judiciaires dans la poursuite et le jugement des auteurs de torture et d autres atteintes graves aux droits de l homme ; la nécessité d assurer le partage des informations avec les auxiliaires de la justice sur le contenu des rapports des commissions d'enquête sur les cas d'exécutions extrajudiciaires et sur les violences commises avant, pendant et après les élections de La mise en place de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR) qui été prévue initialement pour le mois de janvier 2012 en évitant l interférence avec la période de la prochaine campagne électorale ; l identification au sein du gouvernement de l organe qui assume la responsabilité sur le dossier de la justice transitionnelle ; la nécessité de trouver un consensus sur la composition de la CVR ainsi que sa conformité aux conclusions des consultations nationales. En rapport avec les questions socioéconomiques Nous pouvons citer : - La nécessité d instaurer un partenariat actif entre le Gouvernement et ses partenaires en mettant un accent sur la durabilité des actions de réintégration devant permettre de passer progressivement des programmes d urgence vers des programmes de développement. - L adoption d une politique nationale pour la réduction du chômage des jeunes y compris des anciens combattants.

9 - L importance de trouver des solutions durables et pacifiques aux problèmes de déplacés internes ; de mener une réflexion sur comment apporter des solutions durables aux problèmes des personnes sans terres. Stratégie et actions prioritaires Au terme du quatrième rapport intérimaire de mise en œuvre du CSCP, le Gouvernement, la Commission de Consolidation de la Paix (CCP) et leurs Partenaires ont conclu que les progrès accomplis étaient solides et que les défis restant ne justifiaient pas le maintien du Cadre Stratégique de Consolidation de la Paix, séparé du CSLP. Un consultant international a par la suite été recruté pour faciliter l intégration des défis restant dans le domaine de la consolidation de la paix dans le CSLP-II dont le 1 er axe est consacré au sujet sous l appellation «Renforcement de l Etat de droit, Consolidation de la Bonne Gouvernement et Promotion de l égalité du Genre». L intégration des défis à la consolidation de la paix dans le CSLP-II envisage que le Groupe de Coordination des Partenaires se préoccupe de leur solution. En collaboration avec le Groupe de Coordination des Partenaires, le Gouvernement veillera à ce que le suivi et l évaluation des mesures prises en matière de consolidation de la paix soient inscrits à l ordre du jour du forum politique pour les consultations entre le Gouvernement Burundais et ses partenaires. La formation Burundi de la Commission pour la consolidation de la paix passera en revue au moins une fois par an les progrès accomplis après une visite sur place. La Commission de Consolidation de la Paix restera évidemment partenaire du Gouvernement dans son rôle de plaidoirie pour la mise en œuvre du CSLP-II. Son programme d actions prioritaires détaille les actions prioritaires dans le domaine de la consolidation de la paix parmi lesquels nous pouvons citer : i) Renforcement de la justice et de l état de droit, Assainissement du système judiciaire Opérationnalisation de la justice transitionnelle Promotion des droits humains Accroissement des capacités et de l intégrité des corps de défense et de sécurité Réintégration socioéconomique des personnes affectées par le conflit ii) Consolidation de la bonne gouvernance et performance des institutions, Consolidation de la démocratie Intensification de la lutte contre la corruption, les infractions connexes et les malversations économiques Amélioration des performances des institutions publiques iii) Réformes de la gestion des finances publiques, Préparation, exécution et contrôle du budget Bon fonctionnement du système de passation des marchés publics iv) Promotion de l égalité du genre. Opérationnalisation de la Politique Nationale du Genre Autonomisation de la Femme

10 BESOINS DU SECTEUR EN RESSOURCES FINANCIERES Le Programme d Actions Prioritaires (PAP) du CSLP II détaille les financements requis pour la mise en œuvre de son premier axe dédié à la consolidation de la paix. Sur la période de 2012 à 2015, les besoins en financements des quatre priorités de l axe 1 sont repris dans le tableau ci-dessous : Répartition des financements par axe stratégique du SCLP II (en millions de Fbu) Le tableau de répartition des financements par axe est en cours de finalisation. Il sera présenté lors de la table ronde des bailleurs. CONCLUSION L histoire récente du Burundi est entachée de périodes de violations des droits de l homme, consécutives à des rivalités de toutes sortes dans un climat de forte perturbation de la sécurité. Toutefois, des progrès indéniables ont été réalisés dans le domaine de la consolidation de la paix et la volonté politique est perceptible dans l action pour son renforcement et l amélioration des conditions de vie des citoyens. Le droit à l éducation et à la santé demeure une réalité tandis qu un engagement non négligeable pour un cadre législatif, juridique et institutionnel respectueux des Droits de l Homme est observé. Cependant, un effort continu est nécessaire pour approfondir ces acquis et relever les défis non moins importants relevés dans le présent document. C est pourquoi le Gouvernement a tenu son engagement d intégrer les aspects de consolidation de la paix dans le CSLP II. Les partenaires du Burundi et particulièrement la CCP sont donc invités à soutenir le financement et la mise en œuvre du CSLP II grâce auquel les derniers obstacles pourront encore être surmontés. JE VOUS REMERCIE

Bruxelles, 7 juillet 2005 DOCUMENT N 65

Bruxelles, 7 juillet 2005 DOCUMENT N 65 XXXI e SESSION Bruxelles, 7 juillet 2005 DOCUMENT N 65 RESOLUTION SUR LES SITUATIONS DE CRISE POLITIQUE DANS L ESPACE FRANCOPHONE Militant pour le respect de la démocratie et de l Etat de droit, la commission

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Nations Unies S/RES/1706 (2006) Conseil de sécurité Distr. générale 31 août 2006 Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive

Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive Service Consolidation de la Paix (S3.1) Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive Introduction Pour exécuter et renforcer la politique étrangère,

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine

Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine La politique nationale et le soutien de la Communauté internationale au développement de la Réforme du Secteur de

Plus en détail

RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE

RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE INTRODUCTION Au cours de l année 2013, le Réseau Paix et Sécurité des Femmes dans l Espace CEDEAO section Côte d Ivoire

Plus en détail

L EXPÉRIENCE DE L INSTANCE ÉQUITÉ ET RÉCONCILIATION AU MAROC

L EXPÉRIENCE DE L INSTANCE ÉQUITÉ ET RÉCONCILIATION AU MAROC L EXPÉRIENCE DE L INSTANCE ÉQUITÉ ET RÉCONCILIATION AU MAROC ENTRETIEN AVEC NAIMA BENWAKRIM * Les Marocains sont en train de vivre une période charnière de leur histoire. En effet, le travail mené dans

Plus en détail

ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE

ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE POUR UN ATELIER DE FORMATION DU POOL NATIONAL D AVOCATS DE LA RDC EN MATIERE DE JUSTICE PENALE INTERNATIONALE ET DU SYSTEME DE STATUT DE ROME DE LA CPI

Plus en détail

DECLARATION DE KAMPALA SUR LES REFUGIES, LES RAPATRIES ET LES PERSONNES DEPLACEES EN AFRIQUE

DECLARATION DE KAMPALA SUR LES REFUGIES, LES RAPATRIES ET LES PERSONNES DEPLACEES EN AFRIQUE DECLARATION DE KAMPALA SUR LES REFUGIES, LES RAPATRIES ET LES PERSONNES DEPLACEES EN AFRIQUE Nous, Chefs d Etat et de gouvernement des Etats membres de l Union africaine, réunis à Kampala (Ouganda) les

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

VII e CONFÉRENCE DES OING/OSC DOTÉES DU STATUT CONSULTATIF AUPRÈS DES INSTANCES DE LA FRANCOPHONE Genève, 23-25 juin 2010

VII e CONFÉRENCE DES OING/OSC DOTÉES DU STATUT CONSULTATIF AUPRÈS DES INSTANCES DE LA FRANCOPHONE Genève, 23-25 juin 2010 VII e CONFÉRENCE DES OING/OSC DOTÉES DU STATUT CONSULTATIF AUPRÈS DES INSTANCES DE LA FRANCOPHONE Genève, 23-25 juin 2010 Synthèse des réponses Organisations Internationales non gouvernementales (OING)

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère des Finances et de la Planification du Développement Economique Secteur Financier Titre du Projet 1 : Mise en œuvre du plan d actions de la Stratégie du Développement du

Plus en détail

Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles

Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles 57 e session de la Commission de la condition de la femme, 4 15 mars 2013 Plan d action francophone sur les violences

Plus en détail

CRC/C/OPSC/AZE/CO/1. Convention relative aux droits de l enfant. Nations Unies

CRC/C/OPSC/AZE/CO/1. Convention relative aux droits de l enfant. Nations Unies Nations Unies Convention relative aux droits de l enfant CRC/C/OPSC/AZE/CO/1 Distr. générale 12 mars 2012 Français Original: anglais Comité des droits de l enfant Cinquante-neuvième session 16 janvier

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

UNIÃO AFRICANA Addis Abéba, Éthiopie, B.P.: 3243 Tél.: (251-11) 5513 822 Télécopie: (251-11) 5519 321 Courriel: situationroom@africa-union.

UNIÃO AFRICANA Addis Abéba, Éthiopie, B.P.: 3243 Tél.: (251-11) 5513 822 Télécopie: (251-11) 5519 321 Courriel: situationroom@africa-union. AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Abéba, Éthiopie, B.P.: 3243 Tél.: (251-11) 5513 822 Télécopie: (251-11) 5519 321 Courriel: situationroom@africa-union.org 5 ÈME RÉUNION DU GROUPE INTERNATIONAL

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2015/1 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 19 août 2015 Français Original: anglais Sixième session Saint-Pétersbourg

Plus en détail

Lettre datée du 23 septembre 2010, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général

Lettre datée du 23 septembre 2010, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général Nations Unies S/2010/493 Conseil de sécurité Distr. générale 24 septembre 2010 Français Original : anglais Lettre datée du 23 septembre 2010, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire

Plus en détail

FEUILLE DE ROUTE POUR LA TRANSITION

FEUILLE DE ROUTE POUR LA TRANSITION REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple-Un But-Une Foi --------------------------- PRIMATURE ------------- CABINET DU PREMIER MINISTRE ---------------------------------- FEUILLE DE ROUTE POUR LA TRANSITION JANVIER

Plus en détail

RAPPORT GENERAL DE LA JOURNEE NATIONALE DU PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE

RAPPORT GENERAL DE LA JOURNEE NATIONALE DU PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE RAPPORT GENERAL DE LA JOURNEE NATIONALE DU PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE Sous le Haut-patronage de Son Excellence Monsieur Daniel KABLAN DUNCAN, Premier Ministre de la République de Côte d Ivoire, s est

Plus en détail

- de convenir des mesures essentielles qui devrai-

- de convenir des mesures essentielles qui devrai- UNION AFRICAINE CADRE POUR LA MISE EN ŒUVRE OPERATIONNELLE DU SYSTEME CONTINENTAL D ALERTE RAPIDE TEL QU ADOPTÉ PAR LA REUNION DES EXPERTS GOUVERNEMENTAUX SUR L ALERTE RAPIDE ET LA PREVENTION DES CONFLITS,

Plus en détail

Déclaration de Paris

Déclaration de Paris IV e Conférence des ministres francophones de la Justice Déclaration de Paris 14 février 2008 Déclaration de Paris - - 1 Nous, ministres de la justice des pays ayant le français en partage, Réunis à Paris,

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau

Forum Panafricain de Haut niveau Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) EVALUATION DES REFORMES DES COURS ET INSTITUTIONS

Plus en détail

15 mars 2015. I. Contexte en RDC.

15 mars 2015. I. Contexte en RDC. FIDH Fédération internationale des ligues des droits de l'homme ASADHO Association africaine des droits de l'homme LE Ligue des Électeurs GL Groupe Lotus 5 mars 205 Le nouveau mandat de la MONUSCO doit

Plus en détail

B. État de la sécurité. C. Aspects régionaux

B. État de la sécurité. C. Aspects régionaux Nations Unies S/2011/751 Conseil de sécurité Distr. générale 30 novembre 2011 Français Original : anglais Rapport du Secrétaire général sur le Bureau des Nations Unies au Burundi I. Introduction 1. Le

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE.

EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE. EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE [Traduction] Monsieur le président, j ai l honneur de prendre la parole au nom

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

DISCOURS INTRODUCTIF DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

DISCOURS INTRODUCTIF DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DISCOURS INTRODUCTIF DU PREMIER MINISTRE, MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Madame Hélène CONWAY-MOURET Ministre déléguée chargée des Français de l Etranger ; Madame et Messieurs les Ministres ; Excellences,

Plus en détail

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE

AFRICAN UNION UNION AFRICAINE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Remarques introductives du Dr Jean PING Président de la Commission de l Union africaine à l ouverture de la 11 ème Réunion du Mécanisme de Coordination Régionale

Plus en détail

LA GOUVERNANCE DES FINANCES LOCALES

LA GOUVERNANCE DES FINANCES LOCALES COMPTE RENDU LA GOUVERNANCE DES FINANCES LOCALES Le 2 mars 2013 a eu lieu au siége de la TGR à Rabat, la première conférence débat organisée conjointement par le bureau de la section FONDAFIP Maroc et

Plus en détail

Le PNRA prévoit 6 actions pour atteindre cet objectif :

Le PNRA prévoit 6 actions pour atteindre cet objectif : Termes de référence Consultant national en coordination du travail gouvernemental I. Information sur la mission Intitulé de la mission: Type de contrat : Lieu de la mission : Durée de la mission : Date

Plus en détail

Primature. République d Haïti. Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH)

Primature. République d Haïti. Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH) République d Haïti Primature Office de Management et des Ressources Humaines (OMRH) Les règles de prévention des conflits d intérêts dans la fonction publique Haïtienne Responsabilité Générale de l OMRH

Plus en détail

HOTEL KING FAHD PALACE - DAKAR, LE 2-4 JUIN 2015

HOTEL KING FAHD PALACE - DAKAR, LE 2-4 JUIN 2015 REPUBLIC OF SENEGAL HOTEL KING FAHD PALACE - DAKAR, LE 2-4 JUIN 2015 ALLOCUTION DE M ABDOULAYE MAR DIEYE, ADMINISTRATEUR ASSISTANT & DIRECTEUR BUREAU REGIONAL PNUD POUR L AFRIQUE Excellence, Monsieur le

Plus en détail

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement 7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement Session 3 Thème : Mettre le contexte au centre de l action : opérationaliser une approche sensible à la fragilité Sous-thème : «Prise

Plus en détail

FEUILLE DE ROUTE POUR LA TRANSITION

FEUILLE DE ROUTE POUR LA TRANSITION REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple-Un But-Une Foi --------------------------- PRIMATURE ------------- CABINET DU PREMIER MINISTRE ---------------------------------- FEUILLE DE ROUTE POUR LA TRANSITION 29JANVIER

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

COMMISSION ELECTORALE NATIONALE INDEPENDANTE CENI TOGO 2014

COMMISSION ELECTORALE NATIONALE INDEPENDANTE CENI TOGO 2014 COMMISSION ELECTORALE NATIONALE INDEPENDANTE CENI TOGO 2014 Mise en œuvre de la communication institutionnelle et de la mobilisation sociale dans le cadre de l élection présidentielle de 2015 Objet : Termes

Plus en détail

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies Règles et normes de l Organisation des Nations Unies en matière de prévention du crime et de justice pénale Aide-mémoire des Casques bleus Vous avez signé un contrat avec l Organisation des Nations Unies

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL. Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU

NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL. Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU U N I T E D N A T I O N S N A T I O N S U N I E S NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU 12-38583 (F) Avril 2008 U N I T E D N A T I O

Plus en détail

République centrafricaine: Séance d'information au Conseil de sécurité. Par

République centrafricaine: Séance d'information au Conseil de sécurité. Par NATIONS UNIES Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine MINUSCA UNITED NATIONS United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Département des Nations Unies pour les Affaires Economiques et Sociales Séminaire Régional sur l Amélioration de l Administration

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Conférence internationale pour la relance économique et le développement du Mali OCDE Paris - 22 octobre 2015

Conférence internationale pour la relance économique et le développement du Mali OCDE Paris - 22 octobre 2015 Conférence internationale pour la relance économique et le développement du Mali OCDE Paris - 22 octobre 2015 Note de contribution du collectif des partenaires techniques et financiers du Mali Les partenaires

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI Bujumbura, le / /2015 AVIS DE RECRUTEMENT

REPUBLIQUE DU BURUNDI Bujumbura, le / /2015 AVIS DE RECRUTEMENT REPUBLIQUE DU BURUNDI Bujumbura, le / /2015 MINISTERE DU DEVELOPPEMENT COMMUNAL CABINET DU MINISTRE AVIS DE RECRUTEMENT Dans le but d accomplir ses missions, le Ministère du Développement Communal lance

Plus en détail

LA REFORME DU SECTEUR DE LA SECURITE

LA REFORME DU SECTEUR DE LA SECURITE UNION AFRICAINE CADRE D ORIENTATION SUR LA REFORME DU SECTEUR DE LA SECURITE COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ADDIS ABEBA, ETHIOPIE PREAMBULE La Conférence des Chefs d Etat et de Gouvernement de l Union

Plus en détail

Rapport global 2010 du HCR

Rapport global 2010 du HCR et Australie Chine États insulaires du Pacifique Japon Mongolie Nouvelle-Zélande Papouasie-Nouvelle-Guinée République de Corée République populaire démocratique de Corée 290 Rapport global 2010 du HCR

Plus en détail

ASF RECHERCHE 1 AVOCAT(E) PRO BONO

ASF RECHERCHE 1 AVOCAT(E) PRO BONO I ASF RECHERCHE 1 AVOCAT(E) PRO BONO Pour une mission de coaching du Pool d avocats «Aide Légale» d ASF en matière de prise en charge des dossiers de Détention Préventive Mission à Bujumbura, Burundi Avril

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 14 février 2013 Français Original: anglais E/ECE/1466 Commission économique pour l Europe Soixante-cinquième session Genève, 9-11 avril 2013 Point

Plus en détail

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL Durban, Afrique du Sud 6-7 Septembre 2012 Thème «Amélioration de l infrastructure institutionnelle et humaine

Plus en détail

DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL

DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL Dialogue sur le développement du secteur financier au Sénégal 16 avril 2013, BCEAO-Siège DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL Présentation :

Plus en détail

LA DIASPORA MALIENNE POUR LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT DU MALI

LA DIASPORA MALIENNE POUR LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT DU MALI DOSSIER DE PRÉSENTATION MERCREDI 10 AVRIL 2013 MONTREUIL Salle des fêtes Mairie de Montreuil LA DIASPORA MALIENNE POUR LA PAIX ET LE DÉVELOPPEMENT DU MALI www.diplomatie.gouv.fr 1/7 PRÉSENTATION DE L ÉVÉNEMENT

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

CO SEIL DE L'U IO EUROPÉE E. Bruxelles, le 1 er décembre 2011 (OR. fr) 16946/11 Dossier interinstitutionnel: 2011/0343 ( LE)

CO SEIL DE L'U IO EUROPÉE E. Bruxelles, le 1 er décembre 2011 (OR. fr) 16946/11 Dossier interinstitutionnel: 2011/0343 ( LE) CO SEIL DE L'U IO EUROPÉE E Bruxelles, le 1 er décembre 2011 (OR. fr) 16946/11 Dossier interinstitutionnel: 2011/0343 ( LE) ACP 229 COAFR 318 PESC 1462 RELEX 1192 OC 49 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES I STRUME

Plus en détail

Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes

Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes A l occasion de la journée internationale des droits de l Homme, le 10 décembre 2013, le ministère des Affaires étrangères a organisé un séminaire

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA

ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA !! BURUNDI ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA Bob Rugurika est le directeur de la Radio Publique Africaine (RPA), la radio indépendante la plus populaire au Burundi. Lors de son passage à Genève en ce mois de

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc. Cadre proposé du CPS

Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc. Cadre proposé du CPS Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc Cadre proposé du CPS Introduction Le Cadre de Partenariat Stratégique (CPS) définit les priorités de développement

Plus en détail

Propositions de suivi

Propositions de suivi Documents d information SG/Inf(2014)2 20 janvier 2014 Débat thématique : «Sécurité des journalistes Mesures à prendre pour améliorer la mise en œuvre des normes en matière de droits de l homme» Propositions

Plus en détail

MEMOIRE SELECTIVE OU VICTIMES OUBLIEES : Quels mécanismes collectifs pour briser les silences? Synthèse

MEMOIRE SELECTIVE OU VICTIMES OUBLIEES : Quels mécanismes collectifs pour briser les silences? Synthèse (enaρ Centre d Alerte et de Prévention des Conflits MEMOIRE SELECTIVE OU VICTIMES OUBLIEES : Quels mécanismes collectifs pour briser les silences? Synthèse En partenariat avec Bujumbura, Burundi, Mars

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur l Albanie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, le 8 octobre 2009 Public Greco RC-II (2007) 12F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au

Plus en détail

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003)

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) OBJECTIFS La Convention des Nations Unies contre la corruption (la Convention) est la première initiative prise au niveau mondial

Plus en détail

Plan de Travail Commun entre le Cluster Protection, le Gouvernement Centrafricain et les ONGs Nationales pour 2008

Plan de Travail Commun entre le Cluster Protection, le Gouvernement Centrafricain et les ONGs Nationales pour 2008 Plan de Travail Commun entre le Cluster Protection, le Gouvernement Centrafricain et les ONGs Nationales pour Le Plan de Travail Commun se base sur les objectifs stratégiques de l Appel Consolidé (CAP)

Plus en détail

Rencontre de Kigali. EXCERCISE de REFLEXION ET PARTAGE ENTRE GROUPES DE PAYS SUR LA RESPONSABILITE MUTUELLEET L UTILISATION DE SYSTEMES NATIONAUX

Rencontre de Kigali. EXCERCISE de REFLEXION ET PARTAGE ENTRE GROUPES DE PAYS SUR LA RESPONSABILITE MUTUELLEET L UTILISATION DE SYSTEMES NATIONAUX Rencontre de Kigali EXCERCISE de REFLEXION ET PARTAGE ENTRE GROUPES DE PAYS SUR LA RESPONSABILITE MUTUELLEET L UTILISATION DE SYSTEMES NATIONAUX 19 Septembre 2011 GROUPE 1 : EGYPTE et MOZAMBIQUE 1. Réussites

Plus en détail

Conférence conjointe DAAD/CAMES/UNESCO

Conférence conjointe DAAD/CAMES/UNESCO Conférence conjointe DAAD/CAMES/UNESCO Thème central : Assurance Qualité dans l enseignement supérieur et la recherche : vers une harmonisation des pratiques au niveau institutionnel, national et régional

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

Les activités du Ministère

Les activités du Ministère MINISTERRE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT ET DE LA PROMOTION DES PME ---------------- Le Ministre Le Cabinet ---------------- REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE ---------------- Union-Discipline-Travail Les activités

Plus en détail

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA

EVALUATION FINALE AFR/017. Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la zone UEMOA EVALUATION FINALE AFR/017 Promotion de Secteurs financiers inclusifs dans la Zone UEMOA FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Union Economique et Monétaire Ouest

Plus en détail

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Services de conseil en gestion Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Le 25 septembre 2009 KPMG LLP 160 rue Elgin, Suite 2000

Plus en détail

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Déclaration de Hangzhou Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Adoptée à Hangzhou, République populaire de Chine, le 17 mai 2013 Nous, les participants réunis à Hangzhou à l

Plus en détail

Allocution de M. Hassan B. Jallow Procureur du TPIR et du MTPI, devant le Conseil de sécurité de l ONU 10 décembre 2014

Allocution de M. Hassan B. Jallow Procureur du TPIR et du MTPI, devant le Conseil de sécurité de l ONU 10 décembre 2014 United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux ALLOCUTION (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non officiel.)

Plus en détail

Direction générale de la Législation

Direction générale de la Législation Direction générale de la Législation avant-propos La direction générale de la Législation et des Libertés et Droits fondamentaux conseille le ministre de la Justice dans le domaine du droit civil, du droit

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Document de plaidoyer. Priorités immédiates pour la stabilisation, la consolidation de la paix et la réconciliation en République centrafricaine

Document de plaidoyer. Priorités immédiates pour la stabilisation, la consolidation de la paix et la réconciliation en République centrafricaine Document de plaidoyer Priorités immédiates pour la stabilisation, la consolidation de la paix et la réconciliation Présenté lors de la Réunion de haut niveau sur la République centrafricaine à la 70e Assemblée

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant)

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) Ce document a pour objectif d harmoniser le mandat et le cadre d action des RECOPE ; d orienter et harmoniser l approche des ONG

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL. Aide au renforcement de l état de droit au niveau international : approche de l ONU

NOTE D ORIENTATION DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL. Aide au renforcement de l état de droit au niveau international : approche de l ONU UNITED NATIONS NATIONS UNIES NOTE D ORIENTATION DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL Aide au renforcement de l état de droit au niveau international : approche de l ONU Mai 2011 - 2 - Résumé Par la présente note, le

Plus en détail

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ;

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ; Conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de la Convention européenne des droits de l homme, une responsabilité partagée Déclaration de Bruxelles 27 mars 2015 La Conférence de haut niveau, réunie

Plus en détail

RAPPORT DES CONSULTATIONS NATIONALES SUR LA MISE EN PLACE DES MECANISMES DE JUSTICE DE TRANSITION AU BURUNDI

RAPPORT DES CONSULTATIONS NATIONALES SUR LA MISE EN PLACE DES MECANISMES DE JUSTICE DE TRANSITION AU BURUNDI RAPPORT DES CONSULTATIONS NATIONALES SUR LA MISE EN PLACE DES MECANISMES DE JUSTICE DE TRANSITION AU BURUNDI BUJUMBURA, 20 AVRIL 2010 2 3 TABLE DES MATIERES....3 SIGLES ET ABREVIATIONS.....8 TABLEAUX ET

Plus en détail

DECLARATION MINISTERIELLE

DECLARATION MINISTERIELLE Distr. : LIMITEE NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Novembre 2002 FRANCAIS Original : ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Trente-cinquième session de la Commission/Conférence des ministres

Plus en détail

Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional»

Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» Projet «Promotion de la bonne gouvernance, lutte contre la corruption et le blanchiment d argent» (SNAC Tunisie) Lancement

Plus en détail

BWC/MSP/2010/MX/INF.2

BWC/MSP/2010/MX/INF.2 Réunion des États parties à la Convention sur l interdiction de la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques (biologiques) ou à toxines et sur leur destruction BWC/MSP/2010/MX/INF.2

Plus en détail

Project Cybercrime@Octopus

Project Cybercrime@Octopus Project Cybercrime@Octopus La Convention de Budapest sur la cybercriminalité et le projet de loi de la République Islamique de Mauritanie Alexander Seger Secrétaire exécutif du Comité de la Convention

Plus en détail

PROJET DE CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE. authentique de ce projet de loi, dont je vous prie de vouloir N 368

PROJET DE CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE. authentique de ce projet de loi, dont je vous prie de vouloir N 368 N 368 CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE SESSION ORDINAIRE DE 1957-1958 Annexe au procès-verbal de la séance du 20 mars 1958. PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE portant amnistie dans les Territoires

Plus en détail

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.4/2012/1 Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 25 mai 2012 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi

Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Avant projet de texte légal portant régime de l intégration du genre dans les politiques nationales de croissance et de l emploi Préambule Le Cameroun a révisé son DSRP i 2003 en lui adressant une direction

Plus en détail

http://jaga.afrique-gouvernance.net La gestion adaptée et inclusive des affaires publiques en Afrique

http://jaga.afrique-gouvernance.net La gestion adaptée et inclusive des affaires publiques en Afrique Compte-rendu de l'atelier 4 http://jaga.afrique-gouvernance.net La gestion adaptée et inclusive des affaires publiques en Afrique Contexte et problématique La gestion des affaires publiques en Afrique

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

Forum Arabe sur le Recouvrement des Avoirs II AGENDA 26 28 Octobre 2013;Marrakech, Royaume du Maroc

Forum Arabe sur le Recouvrement des Avoirs II AGENDA 26 28 Octobre 2013;Marrakech, Royaume du Maroc Forum Arabe sur le Recouvrement des Avoirs II AGENDA 26 28 Octobre 2013;Marrakech, Royaume du Maroc L'objectif principal du Forum Arabe II est de poursuivre et approfondir la collaboration sur la question

Plus en détail

ACCORD POUR LA PAIX ET LA RECONCILIATION AU MALI ISSU DU PROCESSUS D ALGER

ACCORD POUR LA PAIX ET LA RECONCILIATION AU MALI ISSU DU PROCESSUS D ALGER ACCORD POUR LA PAIX ET LA RECONCILIATION AU MALI ISSU DU PROCESSUS D ALGER Préambule Nous, Gouvernement de la République du Mali et Mouvements signataires à Alger de la Feuille de route du 24 juillet 2014,

Plus en détail

Chapitre 4 Thèmes transversaux : consolidation de la paix et protection

Chapitre 4 Thèmes transversaux : consolidation de la paix et protection Composante affaires civiles collaborant avec les autorités locales en Haïti Chapitre 4 Thèmes transversaux : consolidation de la paix et protection Le présent chapitre aborde la consolidation de la paix

Plus en détail

PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008

PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008 PRÉ-CONFÉRENCE DES FEMMES ÉLUES LOCALES RECOMMANDATIONS Palais des Congrès, Yaoundé, Cameroun 26-27 mai 2008 Le séminaire pré-conférence à l intention des femmes leaders élues dans les collectivités locales

Plus en détail