NATIONS UNIES LEÇONS AFRICAINES «MADE IN BURUNDI» ET CONSOLIDATION DE LA PAIX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NATIONS UNIES LEÇONS AFRICAINES «MADE IN BURUNDI» ET CONSOLIDATION DE LA PAIX"

Transcription

1 CENTRE INDEPENDANT DE RECHERCHES ET D INITIATIVES POUR LE DIALOGUE Institution bénéficiaire d un statut consultatif spécial auprès des Nations Unies NATIONS UNIES ET CONSOLIDATION DE LA PAIX LEÇONS AFRICAINES «MADE IN BURUNDI» Document d introduction à la situation de la consolidation de la paix au Burundi. VERONIQUE RONDEAU-Novembre 2009

2 Je ne m intéresse qu à l avenir, car c est là que j ai décidé de passer le reste de ma vie (Albert Einstein) Cirid (Centre indépendant de Recherches et d Initatives pour le Dialogue Novembre 2009 Suisse Siège international : CP Vernier / Genève / Suisse Tél Burundi Bureau Afrique : BP 5444 Bujumbura Tél Novembre Situation de la consolidation de la paix au Burundi l VERONIQUE RONDEAU l

3 Nations Unies et consolidation de la paix Leçons africaines «made in Burundi» «Leçons africaines «made in Burundi?». Oui, ce titre, nous en assumons toute la signification et ceci pour une raison simple. En effet, d après une partie de l opinion publique, véhiculée en particulier par des leaders politiques, voire de la société civile au Burundi, ce pays risquerait de voir venir un nouveau chaos suite aux incertitudes liées aux préparatifs des élections de Les voltes face et les attaques mutuelles répétées auxquels se livrent les concurrents potentiels, analysés dans le cadre des contradictions qui gangrènent encore ce système depuis une quarantaine d années, apportent les arguments supplémentaires pour ces concurrents, qui jouent à se faire peur. Ceux qui excellent dans l art de prédire les hécatombes réelles ou imaginaires en arrivent parfois à fabriquer des problèmes même là où il ne devrait y avoir aucun souci. C est devenu pour certains une sorte de «business» florissant, qui sert plutôt à détourner l attention sur les vrais défis. Or, ce pays a changé. Et change chaque année. En témoigne la mise en œuvre du projet «Cadres de dialogue», dont on parle peu, alors même qu il semble avoir déjà commencé à transformer le pays. Il n y a qu à tenir compte, à titre d illustration de deux exemples : l actuelle CENI, Commission Electorale Nationale et Indépendante, est issue d un compromis qui s imposé de facto grâce aux acquis issus de ce projet. Le fait aussi que les partis politiques qui jouissent d un fort taux de méfiance dans la population arrivent aujourd hui à se voir dotés d un cadre permanent, institué à leur demande, pour qu il serve de lieu pour dialoguer entre eux et avec les autorités. C est une première! Le Cirid, fort de son expérience et de son savoir faire a choisi délibérément d aider à dire aux Barundi que les leçons vécues à travers ce long processus sont d une envergure considérable. Ces leçons méritent de faire d eux des hommes et des femmes fiers de qui s est déjà réalisé malgré contexte géopolitique imbriqué, qui est aussi l un des plus complexes de l Afrique actuelle. Le Cirid estime que ces leçons méritent d être enseignées ailleurs et il faut que les citoyens désireux de participer à cette dynamique se préparent à ce rendez-vous au service de l Afrique comme certains le font en somalie, au Tchad, au Soudan et en Côte d Ivoire. D où l intérêt d aider à préparer les outils utiles à cette tâche. Le but de ce travail, qui débute aujourd hui par la publication de ce rapport introductif, va dans ce sens. Cette démarche va de pair avec une série d autres actions initiées par notre organisation dans différents domaines : auto-développement communautaire des populations vulnérables des zones oubliées, initiation à l excellence en faveur des jeunes grâce à des concours littéraires de haut niveau, formation continue des cadres et réflexions sur les enjeux de politique internationale telles que les migrations et l écologie. Déo Hakizimana, Président du CIRID Genève / Bujumbura, 20 novembre Situation de la consolidation de la paix au Burundi l VERONIQUE RONDEAU l

4 4 Situation de la consolidation de la paix au Burundi l VERONIQUE RONDEAU l

5 Introduction: Contexte historique de la démarche du CIRID 5 Situation de la consolidation de la paix au Burundi l VERONIQUE RONDEAU l

6 HISTORIQUE DU CIRID En 1994, à Genève, le Comité de Solidarité pour la Paix au Burundi (CSPB) organise un séminaire sur l impunité au Burundi qui réunira les protagonistes burundais. Vu les discussions, le processus de dialogue se poursuivra par un atelier d étude sur les techniques constitutionnelles de réconciliation nationale: quelle option pour le Burundi en 1996?. Cet atelier sera l initiative du CIRID 1 fondé à Genève par M. Déo Hakazimana, journaliste, ancien diplomate et ancien conseiller de la Présidence du Burundi. L objectif de cet atelier est la recherche d une issue pacifique au conflit burundais et reflète les priorités du CIRID. Le consociationnalisme, tel qu en fait l expérience la Suisse, représente une alternative au cycle infernal de la violence au Burundi. C est donc à partir de cet atelier et dans le contexte décrit plus bas que le CIRID entreprendra de déchiffrer une seconde étape pour le processus de paix au Burundi. Ce premier pas (du CIRID) s inscrit dans un contexte historique auquel il faut s attarder pour énumérer les problématiques essentielles du Burundi et de l Afrique de l époque. La Crise burundaise éclate en octobre 93: affrontement armés, prolifération anarchique d armes dans la population civile, impacts du séisme ruandais, démantèlement de la Convention de Gouvernement (accord sur la répartition du pouvoir entre le Front pour la démocratie au Burundi vainqueur des élections de 1993 et l opposition, pilotée par l Union pour le progrès National, UPRONA, l ancien Parti-Etat). De plus, plusieurs problèmes de fond demeurent et accentuent les tensions: les forces de défense et de sécurité inadéquates, le partage inégal des poste dans l Exécutif, l absence d éthique politique, le report de l échéance électorale, la guerre civile emportant mille personnes chaque mois 2, les pressions et distorsions sur le plan institutionnel où la raison d État institutionnalise le phénomène de l impunité dans un pays où l usage de la violence est un recours ordinaire depuis Ainsi, la question fondamentale doit être débattue: les minorités et le fonctionnement des institutions démocratiquement élues dans une société divisée par un tribalisme primaire des plus violents. CHOIX POUR LE DIALOGUE Pour le CIRID, il est possible de gérer les rivalités sanglantes en recourant aux valeurs démocratiques et légales. L utilisation d une démarche de recherche de solutions consensuelles garantie par la constitution, elle même basée sur le respect du droit de chacun, doit encadrer le droit des minorités. En tant qu organisation de recherche et de prise d initiatives, le CIRID favorise et provoque des rencontres entre les personnalités de diverses opinions; il favorise les initiatives et développe des outils et des supports pour le processus de paix. Il favorise le renforcement de diverses structures et organise d autres actions pour l approfondissement des moyens consensuels de résolution du conflit burundais. 1 Cette organisation reprend tout le programme de paix initié par le CSPB, lequel deviendra d ailleur plus tard, une des institutions autonomes du Groupe CIRID, voir organigramme en annexe, p CIRID, Rapport du séminaire sur les techniques constitutionnelles de réconciliation nationale: quelle option pour le Burundi en 1996?. 6 Situation de la consolidation de la paix au Burundi l VERONIQUE RONDEAU l

7 ACTIONS ENTREPRISES PAR LE CIRID Juillet 1998: après la Participation à la "Swiss Initiative for Africa" lancée dans le cadre du 9ème Forum de Crans Montana, le CIRID crée Afrirec (Agence Africaine des Relations Economiques et Diplomatiques Africaines) pour prendre en main le dossier Afrique dans le contexte de la globalisation économique actuel. 16 juillet 2001 à Genève: lors de la session Ecosoc dédiée à l'afrique, le Président du Gouvernement genevois, M. Carlo Lamprecht, reconnaît devant le secrétaire général de l'onu, M. Koffi Annan et un nombre considérable de délégués l'importance des " Journées de dialogue Suisse Afrique " initiées par le Cirid comme action phare promue en faveur du continent et soutenue par les autorités helvétiques. A gauche, la présidente du gouvernement genevois remet des certificats à l issue d une session de formation en géopolitique africaine organisée lors de la 2 ème édition des journées de dialogue Suisse- Afrique. Au milieu, le chef du Protocole d Etat ouvre la session et à droite, l image d une partie des bénéficiaires de cette formation. (Genève 1999) Août-septembre 2001 à Durban en Afrique du Sud: lors de la Conférence mondiale contre le racisme, le CIRID, en partenariat avec d'autres ONGs originaires des Grands lacs propose, lors d'une table ronde sur la région, un partenariat stratégique avec les gouvernements pour promouvoir ensemble la réalisation du Nepad. Le Président du CIRID est à cette occasion porte-parole de la diaspora africaine d Afrique, d Europe et d Amérique, désignée à Genève lors des sessions préparatoires de cette conférence. Juin et juillet / août 2002: L'antenne du CIRID Pays Bas organise deux rencontres de femmes l'une à Soesterberg aux Pays Bas, l'autre à Nairobi pour sensibiliser les femmes burundaises tant de la diaspora que celles de l'intérieur du pays à se préoccuper de la question de la paix. Femmes burundaises de la diaspora rencontrant celles venues du Burundi pour un symposium sur la paix aux Pays Bas à l initiative du CIRID (2002) 15 décembre 2003: la démarche facilitée par le CIRID conduit le Secrétaire général du CNDD-FDD, à la tête d'une délégation de 8 personnes (dont l actuel Président du Sénat et plusieurs dignitaires) à venir signer l'appel de Genève pour l abolition totale de mines antipersonnel et pour l application du Traité d Ottawa. La cérémonie se passe dans la célèbre salle dite d'alabama, à l'hôtel de Ville, où fut signé, il y a plus d'un siècle, la 1 ère Convention de Genève qui vit naître le Mouvement international de la Croix Rouge. 7 Situation de la consolidation de la paix au Burundi l VERONIQUE RONDEAU l

8 Image montrant la délégation du Palipehutu FNL à Dar-es- Salaam en 2006 lors d une rencontre avec l Appel de Genève, facilitée par le président du Cirid dans le cadre de la lutte contre les mines antipersonnel Le CIRID deviendra l initiateur principal d une campagne nationale ayant abouti en 2004 au déminage du Burundi. Un officier du BINUB (ONU Bujumbura) anime une session lors de la campagne antimines initiée par le CIRID en liens avec l Unicef et plusieurs autres partenaires en décembre : collaboration aux élections en R.D.Congo en rendant disponible deux collègues pour la supervision en tant qu observateur internationaux et présidence par M. Hakizimana de la Commission des questions humanitaires lors de la conférence régionale (nov. 2004) des ONG réunies à Arusha pour préparer la conférence internationale sur la région des Grands Lacs (déc. 2006) : Le CIRID forme son premier noyau de médiateurs locaux spécialisés dans le domaine de la communication non violente. Le BINUB fait appel à son expertise pour réaliser son premier séminaire de consolidation de la paix, dédié spécialement au mouvement associatif local actif dans la micro entreprise. 2008: le CIRID débute un processus de réformes internes et élabore son nouveau Plan Stratégique d Action (PAS) Il accède entre temps au statut consultatif spécial auprès du Conseil Economique et Social (ECOSOC) des Nations Unies. Au Burundi, son président est élu au MNSE ( mécanisme national de sécurité et d évaluation) du projet cadres de dialogue lancé conjointement par le gouvernement du Burundi et par les Nations Unies. 8 Situation de la consolidation de la paix au Burundi l VERONIQUE RONDEAU l

9 Consolidation de la PAIX: Présentation du concept 9 Situation de la consolidation de la paix au Burundi l VERONIQUE RONDEAU l

10 MANDAT Le mandat de la Commission de la consolidation de la paix est de «réunir tous les intéressés afin qu ils mobilisent des ressources» aux fins de la consolidation de la paix et du relèvement après les conflits [résolution 60/180 de l Assemblée générale, par. 2 a)]. METHODES APPLIQUEES Les diverses actions de consolidation de la paix se réalisent principalement par des missions sur le terrain, des vidéoconférences avec les principaux acteurs en Sierra Leone et au Burundi, des réunions thématiques et des configurations pour ces pays, ainsi que des exposés faits par de hauts responsables de l ONU et d autres experts. LE CHOIX DES PAYS IMPLIQUES La Commission s occupe généralement des pays qui sortent d un conflit, une fois qu un accord de paix a été conclu et qu un degré minimal de sécurité existe. Les États souhaitant se présenter à la Commission peuvent signaler leur intérêt. Il est peu probable que la Commission soit saisie contre la volonté de l État. À l heure actuelle, le Burundi, la Guinée-Bissau, la République centrafricaine et la Sierra Leone sont inscrits à l ordre du jour de la Commission 3. LE ROLE DES PAYS SORTIS D UN CONFLIT A LA COMMISSION POUR LA CONSOLIDATION DE LA PAIX De nombreux pays qui sont considérés aujourd hui comme paisibles ont eu un passé turbulent. Ces pays, qui se sont relevés d un conflit, ont un rôle important à jouer au niveau de la Commission. Celle-ci s efforce d inclure ces pays comme membres, car leurs connaissances et les enseignements qu ils ont tirés sont un atout important pour aider les pays qui sont sortis plus récemment d'un conflit 4. Au mois de juillet 2009, lors de la réunion annuelle de haut niveau de l ECOSOC à Genève, l ONU a annoncé que de nouveau pays viennent d être élus comme bénéficiaires du programme de consolidation de la paix. Il s agit notamment de la R.D.C., la Côte d Ivoire, les Comores et la République Centre Africaine 5. L'ambassadeur de Suisse auprès de l'onu Peter Maurer a entamé son nouveau mandat de président de la commission onusienne de consolidation pour la paix au Burundi le 29 juin Élu à la tête de la commission onusienne, il a débuté le 1 er juillet son mandat, qui durera un an, et succède ainsi à la Suède. 3 Rapport de la Commission de consolidation de la paix sur les travaux de sa première session 25 juillet 2007, Pour les détails, voir rapport Bah et les extraits de ce rapport reproduit dans les annexes de ce document. 10 Situation de la consolidation de la paix au Burundi l VERONIQUE RONDEAU l

11 Il convient de rappeler que la commission de l'onu pour la consolidation de la paix au Burundi a été créée le 23 juin 2006 suite à une décision du Conseil de sécurité. Son but est de consolider le fragile cessez-lefeu durable. L'ambassadeur suisse réclame également dans ce but "l'instauration d'un tribunal spécial" et la fin des impunités pour les crimes commis au cours du conflit. La Suisse est active dans la région. Grâce à la Direction pour le développement et la coopération (DDC), elle soutient entre autres le désarmement ainsi que des projets pour la justice et la bonne gouvernance. (Source ATS) 6. <L Ambassadeur Peter Maurer, représentant de la Suisse à New York, est Président de la configuration Burundi à la Commission de consolidation de la paix, New York Situation de la consolidation de la paix au Burundi l VERONIQUE RONDEAU l

12 12 Situation de la consolidation de la paix au Burundi l VERONIQUE RONDEAU l

13 Consolidation de la PAIX: L expérience du Burundi 13 Situation de la consolidation de la paix au Burundi l VERONIQUE RONDEAU l

14 LE CHOIX DE LA COMMISSION DE LA CONSOLIDATION DE LA PAIX Le choix de la Commission s est arrêté sur le Burundi en raison de la stabilité et de la sécurité relative du pays. En effet, ces dernières années, le Burundi a fait d importants progrès sur la voie de la consolidation de la paix, en formant un gouvernement inclusif, en adoptant une nouvelle constitution, en organisant des élections libres et régulières et en signant l Accord global de cessez-le-feu entre le Gouvernement et le Palipehutu-FNL. Les efforts de facilitation menés par l Afrique du Sud, l Initiative régionale de paix présidée par l Ouganda, ainsi que l appui fourni par l Union africaine, l ONU et la communauté internationale ont permis de renforcer les efforts de rétablissement et de consolidation de la paix au Burundi 7. SPECIFICITES DU BURUNDI La spécificité du programme de consolidation de la paix au Burundi tient surtout au fait que celui-ci s appuie à un cadre stratégique déjà élaboré, qui ouvre aux acteurs nationaux la possibilité de participer à cette dynamique 8. L expert Julian Thomas Hottinger 9 déplore le fait que la plupart des écrits concernant le Burundi s articulent autour du coup d État d octobre 1993 contre le président Ndadaye et le FRODEBU (premier parti politique burundais à gagner les premières élections démocratiques du pays). Il démontre dans son travail sur les causes du conflit au Burundi 10, que toutes les excuses utilisées par un acteur ou un autre ainsi que les éléments de divisions sont exploités selon la problématique du moment et ne donnent qu une idée partielle du conflit et de son évolution des 4 dernières décennies. Analysant le contexte du coup d état de 1996 restaurant au pouvoir le président Pierre Buyoya, il expose la difficile situation du président tentant d équilibrer la représentativité ethnique dans son gouvernement. Il parle d une politique grandissante de FRODEBization qui rend impossible le respect des règles de recrutement surtout celles liées à la compétence, les nominations se faisant parfois sur des bases corporatistes et clientélistes. Sur ce point, il fait réfèrance à M Hakizimana, président du CIRID, en ces termes: Déo Hakizimana illustrates this problem very well in his autobiography: Le temps de Mandela au Burundi: ce que j ai compris, Genève, Editions Remesha, Rapport de la Commission de consolidation de la paix sur les travaux de sa première session 25 juillet 07, 8 Rapport de travail sur la réunion annuelle de haut niveau du Conseil Economique et Social des Nations Unies Session de fond 2009, Bah Ibrahima, Août 2009, p.31 9 Julian Thomas Hottinger works as a Senior Research Fellow at the Institute of Federalism, University of Fribourg in Switzerland. He was previously a junior lecturer at the Institute of Political Science at the University of Lausanne. After having graduated from the University of Lausanne, he obtained his PhD degree in Political Science from the University of Bordeaux (France), and specialized as an International Conflict Mediator at the Canadian International Institute for Applied Negotiations (CIIAN) in Ottawa. 10 Julian Thomas Hottinger, Burundi: The Causes of the Conflict and its Development, p.67, Friede im 21. Jahrhundert: eine entwicklungspolitische Herausforderung?,Gruber, Petra C., Landesverteidigungsakademie Wien ; 2001,9, 14 Situation de la consolidation de la paix au Burundi l VERONIQUE RONDEAU l

15 PROBLEMATIQUES CLEFS Le pays Le pays fait face à la famine vu les changements climatiques et une grande proportion de la population demeure dans l insécurité extrême à cause de la pauvreté, de l absence d opportunités d emploi et du manque d accès à la justice. La situation est particulièrement critique pour les femmes burundaises qui font face à une marginalisation et discrimination additionnelle. La promotion de la bonne gouvernance La démocratie au Burundi devrait être consolidée par le dialogue avec tous les acteurs de la société inclusivement. Aussi, la résolution de la problématique des territoires de manière pacifique et durable, prenant en compte la dimension du genre doit continuer d être promu, particulièrement en relation avec le retour et la réintégration des réfugiés et des populations déplacées. Réforme du secteur de la sécurité La réforme du secteur de l armé et de la sécurité doit être poursuivie selon les clauses des accords de paix en question ainsi qu aux droits humains et aux principes de bonne gouvernance. Le désarmement des populations civiles et le contrôle de la non-prolifération des armes légère, incluant leur dimension subrégionale, doit être poursuivi également. Justice transitoire L impunité, les failles du système de justice et l ignorance de l histoire du pays sont les racines des causes de conflit au Burundi. Reconstruction et rétablissement de la société socio-économique Il y a un appel sans équivoque d assurer que les efforts de consolidation de la paix traitent la pauvreté et la faim et résultent en dividendes de paix 11. DOMAINES D ACTION CIBLES La Commission et le Gouvernement burundais ont convenu de quatre domaines prioritaires critiques, à savoir : la promotion de la bonne gouvernance, le renforcement de l État de droit, la réforme du secteur de la sécurité, le relèvement des collectivités locales 12. Aussi, dans le cadre de la réunion annuelle de haut niveau du Conseil Economique et Social des Nations Unies Session de fond 2009, il s est avéré, ainsi que l ont confirmé les orateurs de la réunion Ecosoc, que la lutte contre la pauvreté apparaît comme une priorité majeure dans la mise en œuvre d actions de consolidation de la paix pour le long terme Report of the mission of the Peacebuilding Commission to Burundi 9 to 15 April 2007, 12 Ibid 13 Rapport de travail sur la réunion annuelle de haut niveau du Conseil Economique et Social des Nations Unies Session de fond 2009, Bah Ibrahima, Août 2009, p Situation de la consolidation de la paix au Burundi l VERONIQUE RONDEAU l

16 EFFORTS ENTREPRIS Gouvernement burundais Avec le support des partenaires multilatéraux et bilatéraux, le Burundi à tout d abord développer des stratégies pour la paix et le développement incluant les accords de paix (2000- Arusha, accord de paix et de réconciliation pour le Burundi, accord du cessez-le-feu global avec le CNDD-FDD et accord de cessez-le-feu étendu au Palipehutu-FNL), le programme du gouvernement Burundais ( ) et ( ) la stratégie de réduction de la pauvreté). Le pacte sur la sécurité, la stabilité et le développement dans la région des Grands Lacs offre l opportunité au Burundi de placer ses efforts nationaux de consolidation de la paix à l intérieur d une perspective subrégionale incluant 11 pays 14. Le gouvernement burundais a aussi procédé à l identification des écarts entre les activités de consolidation de la paix urgentes et le soutient de la communauté internationale et à la mise en place d un mécanisme interministériel afin de s assurer du suivi des activités de consolidation de la paix, à la priorisation des actions dans les domaines du combat contre la corruption, la professionnalisation des forces de sécurité et de la réduction des armes légères, renforcement des lois, du système de justice et de la lutte contre l impunité et support pour la mise en place et le fonctionnement de la Commission nationale des terres et autres biens (CNTB) 15. Commission de la consolidation de la paix Les grands axes de l action de la Commission Par des réunions informelles portant sur les enseignements et les pratiques optimales, les grands axes suivant ont été déterminés : a) la réduction des risques et au renforcement de la confiance lors des activités préparatoires à la tenue d élections après le conflit; b) les cadres de coopération à l issue du conflit; c) les approches régionales de consolidation de la paix. La Commission à priorisé la mise en place de la stratégie pour la consolidation de la paix. Outil pratique et souple, cette stratégie facilite le dialogue politique et permet d analyser les origines des conflits, de renforcer la coordination entre les principaux acteurs nationaux et internationaux, de mobiliser les ressources et de suivre les progrès réalisés. Les éléments essentiels de la stratégie sont: a.) un processus consultatif fondé sur le principe d appropriation nationale, b.) une approche intégrée visant à garantir que les dimensions politique, de sécurité et de développement ne s opposent pas les unes aux autres, mais qu au contraire elles se renforcent mutuellement; c.) une analyse et un inventaire succincts des priorités et des engagements principaux par toutes les parties en présence; 14 Report of the mission of the Peacebuilding Commission to Burundi, PBC/1/BDI/2, 9 to 15 April 2007, 15 Chairman s Summary Burundi Country-Specific Meeting Peacebuilding Commission 12 December 2006, 16 Situation de la consolidation de la paix au Burundi l VERONIQUE RONDEAU l

17 d.) un mécanisme de suivi et d examen à l échelon national, fondé sur des indicateurs concrets, mesurables et soumis à un calendrier pour évaluer les progrès et les échecs concernant les engagements pris; e.) la concordance avec les cadres stratégiques nationaux tels que les documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté; f.) les moyens d appuyer la capacité nationale de consolider la paix et de renforcer l efficacité de l aide. La Commission a aussi travaillé sur l administration des ressources et sur le renforcement de la coordination par la mise au point des méthodes pour mobiliser les ressources internationales et intérieures et les instruments connexes, tels que l exercice de recensement précoce et les mécanismes de surveillance et de suivi systématiques. De manière complémentaire, des méthodes de mobilisation des ressources non financières telles que l assistance technique et le renforcement des capacités, au profit des gouvernements et d autres parties prenantes, sont aussi mises en place. Elle a aussi appuyé des efforts nationaux en matière de dialogue, de réconciliation, de renforcement des capacités, de réformes institutionnelles, de redressement économique et de droits de l homme. Elle a favorisé le renforcement du principe de l appropriation par les pays, de la responsabilité mutuelle et du partenariat de la communauté internationale, tout en encourageant le dialogue entre partenaires nationaux et internationaux 16. Résultats généraux de la Commission au Burundi Témoignant ainsi de sa détermination d engager un processus participatif et national dans les pays concernés, la Commission a eu pour objectif, au cours de sa première année d activité, d assurer une participation aussi grande que possible des agents locaux y compris les autorités des pays, les équipes de pays des Nations Unies et les organisations de la société civile. La Commission a pu ainsi renforcer l autorité des administrations nationales et assurer la prise en main par les protagonistes nationaux du processus, en partenariat avec la communauté Internationale. Les leçons tirées Certains des principaux enseignements que la Commission pour la consolidation de la paix a tirés sont les suivants: a.) Il convient d insister sur la nécessité de laisser les organisations qui sont sur le terrain faire les efforts, en laissant les autorités nationales prendre l initiative, dans le cadre d un processus participatif faisant intervenir, dès le départ, les autres parties prenantes aussi bien nationales qu internationales; 16 Rapport de la Commission de consolidation de la paix sur les travaux de sa deuxième session 24 juin 2008, 17 Situation de la consolidation de la paix au Burundi l VERONIQUE RONDEAU l

18 b.) Il importe de s assurer de la participation des agents locaux aux débats qui se tiennent au Siège sur un pays donné pour faire en sorte que le débat soit ouvert à tous et fasse intervenir les pouvoirs publics et les principaux intéressés, notamment au moyen de vidéoconférences; c.) Il importe que la Commission organise des missions sur le terrain à l issue desquelles elle pourra appliquer à ses travaux les connaissances et l expérience acquises; d.) Il convient d organiser périodiquement des réunions informelles sur tel ou tel pays. Ceci permet d avoir recours à une formule souple, d assurer une participation ouverte, faisant notamment place aux organisations de la société civile et à un débat interactif, chaque réunion étant adaptée aux besoins particuliers de chaque pays; e.) Il convient de prêter attention aux résultats concrets et à la spécificité des réunions que la Commission consacre à tel ou tel pays, ce qui permet une collaboration plus efficace entre les membres de la Commission. PROGRES ACCOMPLIS Le premier forum national de dialogue au Burundi Sous l initiative conjointe du gouvernement burundais et du Bureau intégré des Nations unies au Burundi (BINUB), ce forum représente le premier rendez-vous politique national d envergure depuis les laborieuses négociations d Arusha, en Tanzanie, qui ont débouché, en août 2000, sur la signature d un accord de paix et de réconciliation au Burundi. C est aussi le premier forum national de dialogue sous le nouveau régime issu des élections générales post-conflit de Le forum intervient également dans un contexte de vives tensions politiques entre le pouvoir et l opposition qui empêchent le fonctionnement normal de certaines institutions de la République, comme le Parlement. D une durée de trois jours (du 17 au 19 avril 2008), il voit la participation des élus nationaux et locaux, celle des partis politiques ainsi que les différentes Organisations non-gouvernementales, la Société civile, le secteur privé, les confessions religieuses, les syndicats, ou encore les médias. Les travaux de groupe ont porté sur les thématiques suivantes: 1.- Les attentes des participants vis-à-vis du processus de dialogue ; 2.- L approche méthodologique du processus de dialogue ; 3.- La mise en place du mécanisme national de suivi-évaluation du processus, avec précision de son mandat, les critères et les modalités du choix de ses membres. Le chef de l Etat burundais, Pierre Nkurunziza, a vanté les vertus du dialogue permanent et inclusif qui est la voie obligée pour conduire le pays vers une paix et un développement durables. De par leur histoire récente, les Burundais savent, peut-être plus que quiconque, que sans le dialogue c est la suspicion, la crainte de l autre et finalement la confrontation. 18 Situation de la consolidation de la paix au Burundi l VERONIQUE RONDEAU l

Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive

Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive Service Consolidation de la Paix (S3.1) Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive Introduction Pour exécuter et renforcer la politique étrangère,

Plus en détail

NOTE SUR LA CONSOLIDATION DE LA PAIX AU BURUNDI

NOTE SUR LA CONSOLIDATION DE LA PAIX AU BURUNDI REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURE ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE NOTE SUR LA CONSOLIDATION DE LA PAIX AU BURUNDI INTRODUCTION Depuis son indépendance en 1962, le Burundi a connu

Plus en détail

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement

7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement 7 ème Edition des Assises de la Coopération Belge au Développement Session 3 Thème : Mettre le contexte au centre de l action : opérationaliser une approche sensible à la fragilité Sous-thème : «Prise

Plus en détail

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO COMMUNIQUE DE PRESSE PRESS RELEASE "Ebola constitue une menace pour toutes les entreprises: il nous faut donc soutenir la lutte contre le virus Ebola" N 241/2014 Abuja, le 12 Decembre 2014 OUVERTURE A

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

REVUE DE LA DEFENSE DU BURUNDI : LEÇONS TIREES

REVUE DE LA DEFENSE DU BURUNDI : LEÇONS TIREES REVUE DE LA DEFENSE DU BURUNDI : LEÇONS TIREES Juin 2014 TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS... iii CARTE DU BURUNDI... iv SIGLES ET ABREVIATIONS... v RESUME EXECUTIF... vii CHAPITRE I : INTRODUCTION...

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

B. État de la sécurité. C. Aspects régionaux

B. État de la sécurité. C. Aspects régionaux Nations Unies S/2011/751 Conseil de sécurité Distr. générale 30 novembre 2011 Français Original : anglais Rapport du Secrétaire général sur le Bureau des Nations Unies au Burundi I. Introduction 1. Le

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 Au Gouvernement du Burundi

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 2 SEPTEMBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

Opérations de maintien de la paix des Nations Unies

Opérations de maintien de la paix des Nations Unies Au cours des soixante dernières années, le maintien de la paix des Nations Unies est devenu une activité complexe qui s étend sur tous les continents. Tout au long de cette période, la conduite des opérations

Plus en détail

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL Durban, Afrique du Sud 6-7 Septembre 2012 Thème «Amélioration de l infrastructure institutionnelle et humaine

Plus en détail

Assemblée des États Parties

Assemblée des États Parties Cour pénale internationale Assemblée des États Parties ICC-ASP/6/INF.3 Distr.: générale 4 décembre 2007 FRANÇAIS Original: Anglais Sixième session New York 30 novembre - 14 décembre 2007 Conférence de

Plus en détail

Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine

Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine La politique nationale et le soutien de la Communauté internationale au développement de la Réforme du Secteur de

Plus en détail

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 Commission permanente de la C-III/130/DR-am démocratie et des droits de l homme 6 mars 2014 PROTEGER LES DROITS DES ENFANTS, EN PARTICULIER

Plus en détail

Évaluation : rapport annuel

Évaluation : rapport annuel CONSEIL EXÉCUTIF EB137/7 Cent trente-septième session 8 mai 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Évaluation : rapport annuel 1. Le Conseil exécutif à sa trente et unième session a approuvé la politique

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017 UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION 5, CHEMIN DU POMMIER CASE POSTALE 330 1218 LE GRAND-SACONNEX / GENÈVE (SUISSE) Lettre de mission Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA

ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA !! BURUNDI ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA Bob Rugurika est le directeur de la Radio Publique Africaine (RPA), la radio indépendante la plus populaire au Burundi. Lors de son passage à Genève en ce mois de

Plus en détail

Termes de Références pour la revue des contrats miniers en République de Guinée

Termes de Références pour la revue des contrats miniers en République de Guinée Termes de Références pour la revue des contrats miniers en République de Guinée I. Contexte La République de Guinée est aujourd hui engagée sur la voie de la transparence et de la bonne gouvernance pour

Plus en détail

LA REFORME DU SECTEUR DE LA SECURITE

LA REFORME DU SECTEUR DE LA SECURITE UNION AFRICAINE CADRE D ORIENTATION SUR LA REFORME DU SECTEUR DE LA SECURITE COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ADDIS ABEBA, ETHIOPIE PREAMBULE La Conférence des Chefs d Etat et de Gouvernement de l Union

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL. Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU

NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL. Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU U N I T E D N A T I O N S N A T I O N S U N I E S NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU 12-38583 (F) Avril 2008 U N I T E D N A T I O

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 4 décembre 2009 Français Original: anglais E/C.12/CHE/Q/2-3 Comité des droits économiques, sociaux et culturels Groupe de travail de présession

Plus en détail

Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies

Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies Introduction et raison d être 1. La Police des Nations Unies fut déployée pour la première fois dans les années 1960 au sein d une

Plus en détail

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF)

Charte constitutive de la. Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Charte constitutive de la Plateforme internationale des réseaux jeunesse francophones (PIRJEF) Le 26 novembre 2014 PREAMBULE - Considérant l ampleur et la place prépondérante qu occupent les jeunes dans

Plus en détail

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES

PRINCIPES APPLICABLES À DES ORGANES COMMUNS AGISSANT EFFICACEMENT POUR LA COOPÉRATION RELATIVE AUX EAUX TRANSFRONTIÈRES Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux WG.1/2015/INF.2 Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève,

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Loi provinciale n 15 du 19 mars 1991

Loi provinciale n 15 du 19 mars 1991 CRITÈRES DE FINANCEMENT DES INTERVENTIONS DIRECTES DE LA PROVINCE AUTONOME DE BOLZANO DANS LE CADRE DE LA COOPÉRATION AU DÉVELOPPEMENT MAIS ÉGALEMENT À LA CULTURE DE LA PAIX ET DE LA SOLIDARITÉ Loi provinciale

Plus en détail

27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe)

27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) 27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) L Assemblée des États Parties, 1 [ ] 9. Reconnaît les conséquences négatives que la non exécution des requêtes de

Plus en détail

Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip

Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip 133 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 17-21.10.2015 Conseil directeur CL/197/10c)-R.1 Point 10 6 octobre 2015 Rapports sur de récentes réunions spécialisées de l'uip c) 10 ème Réunion

Plus en détail

Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données

Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant le cadre juridique actuel régissant le droit fondamental à la protection des données AEDH-Association européenne pour la défense des Droits de l Homme Rue de la Caserne, 33 1000 Bruxelles Numéro de registre : 0648187635-62 Réponse à la consultation de la Commission européenne concernant

Plus en détail

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE N 10011107 M. M. Choplin Président de section Audience du 24 novembre 2010 Lecture du 15 décembre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour nationale du

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport Présenté par M. Pascal Terrasse Député de la République française Secrétaire général parlementaire Berne (Suisse) ( 6 juillet 2015 I/ Le programme,

Plus en détail

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA

MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA MISE EN OEUVRE DU BUDGET PARTICIPATIF DANS LES COLLECTIVITES LOCALES DE KAOLACK ET KEUR BAKA Préparé par l ARD de Kaolack Dans le Cadre de la Convention PNDL Enda ECOPOP Table des matières Sigles et acronymes

Plus en détail

Centre d etudes. strategiques de l Afrique. E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e

Centre d etudes. strategiques de l Afrique. E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e Centre d etudes strategiques de l Afrique E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e Séminaire pour hauts responsables - Lisbonne, Portugal Le premier événement

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

Déclaration de Lilongwe sur l accès à l assistance juridique dans le système pénal en Afrique

Déclaration de Lilongwe sur l accès à l assistance juridique dans le système pénal en Afrique Déclaration de Lilongwe sur l accès à l assistance juridique dans le système pénal en Afrique Conférence sur l assistance judiciaire dans le système pénal : le rôle des avocats, nonavocats et autres acteurs

Plus en détail

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2 Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE page Audition de M. Yves Doutriaux, Ambassadeur de France auprès de l

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Cluster protection en RDC KATANGA BESOIN DE RENFORCEMENT DE LA PROTECTION DES CIVILS. Septembre 2014- avril 2015

Cluster protection en RDC KATANGA BESOIN DE RENFORCEMENT DE LA PROTECTION DES CIVILS. Septembre 2014- avril 2015 Cluster protection en RDC KATANGA BESOIN DE RENFORCEMENT DE LA PROTECTION DES CIVILS Septembre 2014- avril 2015 INTRODUCTION Ce plaidoyer du cluster protection en RDC a pour objectif de démontrer que malgré

Plus en détail

Introduction. 1 Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social

Introduction. 1 Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social Observations du HCR sur la Communication de la Commission européenne «Programme commun pour l intégration : Cadre relatif à l intégration des ressortissants de pays tiers dans l Union européenne» (COM

Plus en détail

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Initiatives montrant des bonnes pratiques ainsi que des pratiques efficaces dans l adoption d une approche fondée sur les droits

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

APPEL A COMMUNICATIONS

APPEL A COMMUNICATIONS APPEL A COMMUNICATIONS Colloque régional UEMOA-CRDI sur Intégration régionale et stratégies régionales de réduction de la pauvreté 8-10 décembre 2009, Ouagadougou, Burkina Faso Délai de soumission de résumé

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant)

LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) LIGNES DIRECTRICES RECOPE (Réseau Communautaire Protection de l Enfant) Ce document a pour objectif d harmoniser le mandat et le cadre d action des RECOPE ; d orienter et harmoniser l approche des ONG

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS ACDIC Aujourd hui & demain A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS D. QUATRE THEMES D ACTIONS PRIORITAIRES E. NOS AMBITIONS

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

Accord de Paix et de Réconciliation Nationale

Accord de Paix et de Réconciliation Nationale Accord de Paix et de Réconciliation Nationale Djibouti, 26 décembre 1994 PRÉAMBULE Le gouvernement de la République de Djibouti et le Front pour la Restauration de l'unité et de la Démocratie (FRUD) appelés

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

LES PAYS EN TRANSITION

LES PAYS EN TRANSITION CENTRE DE RECHERCHES POUR LE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT DANS LES PAYS EN TRANSITION >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> CRDI : Peter Bennett Récemment, le CRDI a examiné pourquoi et

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017

STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 STRATÉGIE DU CONSEIL DE L EUROPE pour l égalité entre les femmes et les hommes 2014-2017 Conseil de l Europe Edition

Plus en détail

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies Année internationale de la jeunesse 12 août 2010-11 août 2011 Dialogue et compréhension mutuelle asdf Nations Unies «Nous devons nous engager sans réserve pour que les jeunes aient accès à l éducation,

Plus en détail

BELGIQUE. CONSEIL DE SECURITE 6147 ème Session. La situation en République Centrafricaine (S/2009/128)

BELGIQUE. CONSEIL DE SECURITE 6147 ème Session. La situation en République Centrafricaine (S/2009/128) BELGIQUE CONSEIL DE SECURITE 6147 ème Session La situation en République Centrafricaine (S/2009/128) DECLARATION DE S.E. M. JAN GRAULS AMBASSADEUR REPRESENTANT PERMANENT DE LA BELGIQUE AUPRES DES NATIONS

Plus en détail

OFFRE DE CONSULTANCE Volet Gouvernance judiciaire à l Est de la RDC

OFFRE DE CONSULTANCE Volet Gouvernance judiciaire à l Est de la RDC OFFRE DE CONSULTANCE Volet Gouvernance judiciaire à l Est de la RDC «Consultant en suivi-évaluation et élaboration d outils de suivi-évaluation pour le programme PARJ-E «Uhaki Safi» Profil recherché: Objectif

Plus en détail

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-quatrième session 1 er -12 mars 2010 Point 3 a) de l ordre du jour Suivi de la quatrième Conférence

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

COMMUNIQUE CONJOINT RELATIF A LA VISITE EN COTE D IVOIRE DE S.E.M. SHINZO ABE, PREMIER MINISTRE DU JAPON 10-11 janvier 2014

COMMUNIQUE CONJOINT RELATIF A LA VISITE EN COTE D IVOIRE DE S.E.M. SHINZO ABE, PREMIER MINISTRE DU JAPON 10-11 janvier 2014 COMMUNIQUE CONJOINT RELATIF A LA VISITE EN COTE D IVOIRE DE S.E.M. SHINZO ABE, PREMIER MINISTRE DU JAPON 10-11 janvier 2014 Le Premier Ministre du Japon, S.E.M. Shinzo ABE, a effectué une visite en République

Plus en détail

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO L'UNESCO s'appuie sur un éventail aussi large que diversifié de relations de collaboration et de partenariats dans toutes les régions du monde pour s acquitter

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/FID/2007/2 16 mai 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS E COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international.

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international. Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international Réflexions Hans Corell Ancien Secrétaire général adjoint aux affaires

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)] Nations Unies A/RES/55/67 Assemblée générale Distr. générale 31 janvier 2001 Cinquante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

Élection fédérale de 2015 Priorités pour les Premières Nations et le Canada. Élimine l écart

Élection fédérale de 2015 Priorités pour les Premières Nations et le Canada. Élimine l écart Élection fédérale de 2015 Priorités pour les Premières Nations et le Canada Élimine l écart L élection fédérale est l occasion de concrétiser les espoirs et les rêves d une vie meilleure. Pour ceux qui

Plus en détail

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité INFORMATIONS MEDIATION La médiation fait partie du dispositif de protection de la personnalité des membres du personnel de l'etat de Genève et des institutions

Plus en détail

Le Président de la République est le responsable

Le Président de la République est le responsable LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Le Président de la République est le responsable suprême de la politique de défense. A ce titre, il est le garant de l indépendance nationale, de l intégrité du territoire

Plus en détail

EXAMEN PÉRIODIQUE UNIVERSEL

EXAMEN PÉRIODIQUE UNIVERSEL GUIDE PRATIQUE EXAMEN PÉRIODIQUE UNIVERSEL Plan de mise en œuvre des recommandations et des engagements Produit par la Direction de la paix, de la démocratie et des droits de l Homme Directeur : Christophe

Plus en détail

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Programme des Nations Unies pour le développement LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Les élections

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

BELGIQUE. Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées

BELGIQUE. Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées BELGIQUE Septième session de la Conférence des Etats Parties à la Convention relative aux Droits des Personnes handicapées Ouverture de la Conférence DECLARATION DE S.E. Mme BENEDICTE FRANKINET AMBASSADEUR

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

BUREAU DE L ENVOYÉ SPÉCIAL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR LA RÉGION DES GRANDS LACS

BUREAU DE L ENVOYÉ SPÉCIAL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR LA RÉGION DES GRANDS LACS UNITED NATIONS NATIONS UNIES BUREAU DE L ENVOYÉ SPÉCIAL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL POUR LA RÉGION DES GRANDS LACS Plate-forme des femmes pour l Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération Objet

Plus en détail

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS PREAMBULE Les Médiateurs des pays membres de l UEMOA, conformément à la recommandation de leur première réunion tenue à Ouagadougou

Plus en détail

PROGRAMMES DE BOURSES ET DE FORMATION DU HCDH

PROGRAMMES DE BOURSES ET DE FORMATION DU HCDH II. PROGRAMMES DE BOURSES ET DE FORMATION DU HCDH II Les programmes de bourses et de formation examinés dans le présent chapitre ont été instaurés par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits

Plus en détail

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification

Le HCR est pleinement conscient. Le budget du HCR pour l exercice 2013. Le processus de planification Identification des be Le HCR est pleinement conscient de la nécessité de travailler en étroit partenariat avec ses principaux bailleurs de fonds pour rassembler les ressources dont il doit disposer pour

Plus en détail

RAPPORT DE LA SESSION PARLEMENTAIRE ORDINAIRE D OCTOBRE 2011

RAPPORT DE LA SESSION PARLEMENTAIRE ORDINAIRE D OCTOBRE 2011 1 I. Introduction. RAPPORT DE LA SESSION PARLEMENTAIRE ORDINAIRE D OCTOBRE 2011 La session parlementaire d Octobre (appelée généralement session budgétaire) a été ouverte le 3/10/2011 avec 7 projets de

Plus en détail