Les états financiers. et techniques d élaboration E.C.S. Par: Mohamed Neji Hergli. Expert Comptable. Tunis : Décembre 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les états financiers. et techniques d élaboration E.C.S. Par: Mohamed Neji Hergli. Expert Comptable. Tunis : 03-05 Décembre 2008"

Transcription

1 Par: Mohamed Neji Hergli Les états financiers consolidés: Principes et techniques d élaboration E.C.S Expert Comptable Tunis : Décembre 2008

2 Par: Mohamed Neji Hergli Expert Comptable Les états financiers consolidés: Principes et techniques d élaboration ECS E.C.S Tunis : Décembre 2008 PLAN 1. Cadre de référence, périmètre et méthodes de consolidation 2. Processus de consolidation 3. Ecart de première consolidation, élimination des titres, intérêts minoritaires et bouclage des capitaux propres 2 Page 1

3 Exposé préliminaire Soit deux entités identiques «I»et «M»crées au début de l année 1 par émission d actions pour 700 UM et par émission d emprunt pour 300 UM. Avec ces ressources «I» acquiert des immobilisations pour 800 UM et des marchandises pour 200 UM. Les actionnaires de «M» préfèrent créer une filiale «F»en vue d exercer la même activité. Les bilans de ces trois entités se présentent après constitution comme suit: Bilan "I" Bilan "M" Immobilisations 800 Capital 700 Participation dans F Capital 700 Stocks 200 Emprunt 300 Emprunt 300 Bilan "F" Immobilisations 800 Capital Stocks Exposé préliminaire Supposons qu à la fin de l année 1, «I» et «F» ont chacune réalisé un bénéfice de 200 UM et que leurs bilans respectifs se présentent comme suit: Bilan "I" Bilan "F" Immobilisations 800 Capital 700 Immobilisations 800 Capital Stocks 200 Résultat 200 Stocks 200 Résultat 200 Créances 200 Emprunt 300 Créances 200 Malgré que les deux entités ont réalisé les mêmes opérations, «F» laisse entrevoir une meilleure position financière. Ses capitaux propres s élèvent à1.200 UM contre 900 UM pour «I». Toutefois, cette apparence est trompeuse, puisque l endettement de «F»est occulté par l intermédiaire de «M». Le bilan de «F»ne reflète pas la meilleure image du groupe. 4 Page 2

4 Exposé préliminaire Occupons nous maintenant de la situation de «M». Tant que «F»ne distribue pas de dividendes, «M» n enregistrera aucun accroissement de sa situation nette Bilan "M" Participation dans F Capital 700 Emprunt 300 Ainsi, considéré en individuel, le bilan de «M» ne reflète pas l accroissement des richesses du groupe. En outre, il ne donne aucune indication sur la structure des actifs contrôlés par le groupe. 5 Exposé préliminaire Le bilan consolidé permet de rétablir la vraie situation financière ainsi que la performance du groupe Bilan consolidé "M-F" Immobilisations 800 Capital 700 Stocks 200 Résultat 200 Créances 200 Emprunt Page 3

5 Les états financiers consolidés: Principes et techniques d élaboration I- Cadre de référence, périmètre et méthodes de consolidation 7 Modèles et domaines de prise en compte des participations dominantes Modèle fondé sur la participation directe. Modèle fondé sur les résultats et actifs nets des entités dominées. 8 Page 4

6 LE PERIMETRE ET LES METHODES DE CONSOLIDATION (AU SENS LARGE) - SCE Entreprise Mère Non Mère Participation dans Filiale Entreprise associée E.C.C Entreprise associée E.C.C Domaine de reporting E.F.Consolidés E.F.Consolidés E.F.Consolidés Notes aux états financiers dans lesquelles est appliquée la M.E Notes aux états financiers dans lesquelles est appliquée la I.P Méthodes I.G M.E I.P M.E I.P 9 LE PERIMETRE ET LES METHODES DE CONSOLIDATION (AU SENS LARGE) - IFRS Entreprise Mère Non Mère Participation dans Filiale Entreprise associée E.C.C Domaine de reporting E.F.Consolidés E.F.Consolidés E.F.Consolidés Méthodes I.G M.E I.P ou M.E Entreprise EFd E.F dans lesquels l est ME M.E associée appliquée la ME E.C.C E.F dans lesquels est appliquée l I.P ou la M.E I.P ou M.E 10 Page 5

7 La Consolidation C est quoi? C est une technique comptable: Ayant pour objectif de présenter les états financiers d un groupe de sociétés juridiquement distinctes mais dépendant d un centre de décision commun, Comme si ces sociétés ne formaient qu une seule entité. 11 Le cadre réglementaire de la consolidation Lois Loi du 30 décembre 1996 Normes NCT 35, 36, 37 et 38 Loi du 10 juillet 2001 IAS 27, 28, 31 et IFRS 3 Loi du 6 décembre Page 6

8 LES TEXTES DE LOI Loi du 30 décembre 1996: l article 24 soumet les entreprises qui : - contrôlent totalement d autres entreprises, - les contrôlent partiellement, ou - y exercent une influence notable à l établissement d états financiers consolidés 13 LES TEXTES DE LOI Loi du 10 juillet 2001: l article 22 oblige les établissements de crédit participant dans le capital de sociétés exerçant dans le domaine des services financiers, à établir des états financiers consolidés conformément à la législation comptable. 14 Page 7

9 LES TEXTES DE LOI Loi du 6 décembre 2001 (Titre 6 du CSC): - l article 461 du CSC a défini le Groupe de sociétés, la Société Mère et la Filiale - l article 471 du CSC oblige la mère à établir des états financiers consolidés conformément à la législation comptable 15 LES AUTRES OBLIGATIONS Article 23 alinéa 2 du Règlement du Conseil du Marché Financier relatif à l appel public à l épargne tel qu approuvé par les arrêtés du ministre des finances du 17 novembre 2000 et du 7Avril (Contenu du prospectus) Dans le cas où une société contrôle une ou plusieurs entreprises au sens de l article 10 de la loi n , elle doit présenter outre ses états financiers individuels les états financiers consolidés conformément à la réglementation en vigueur. 16 Page 8

10 Les exemptions en Tunisie (NC 35 et article 21 ter de la loi n ) Il n'est pas nécessaire qu'une entreprise mère qui est une filiale d'une autre entreprise établie en Tunisie, présente des états financiers consolidés. Cette exemption est subordonnée àla double condition que: (a) Les titres de capital ou donnant accès au capital de la société mère ne sont pas admis àla cote de la Bourse. [Art 21 ter de la loi nº tl tel qu ajouté par l art 18 de la li loi nº du 18 octobre 2005 "L.S.R.F"] (b) des intérêts minoritaires représentant 5% du capital social ne s'y opposent pas. [NC 35.6] 17 Illustration: M 90 % 80% F1 SM F2 70 % 10 % Minoritaires 55 % F3 La société SM à la tête dunsous d un sous-groupe, nestpas n est tenue détablir d établir des états financiers consolidés si: Elle n est pas cotée en bourse. La moitié des intérêts minoritaires ne s oppose pas àla non publication des états financiers consolidés. 18 Page 9

11 LE REFERENTIEL DE CONSOLIDATION La Technique Comptable de Consolidation est régie par: - des Normes Comptables Nationales - des Normes Comptables Internationales Que précisent ces normes? Comment se positionnent les Nationales par rapport aux Internationales? 19 LES NORMES COMPTABLES Les Normes internationales: ti - Une norme traite spécifiquement de la consolidation IAS 27: États financiers consolidés et individuels 20 Page 10

12 LES NORMES COMPTABLES Les Normes internationales: Trois autres normes concernent, également, la consolidation IAS 28: Participations dans des entreprises associées IAS 31: Participations dans des coentreprises IFRS 3: Regroupements d entreprises 21 LA QUESTION QUI SE POSE: Les Normes Internationales pourraient- elles être appliquées en Tunisie? REPONSE: OUI pour la plupart des traitements de consolidation (existence, toutefois, de certaines divergences) NON pour les traitements dans les états financiers individuels 22 Page 11

13 Comment se présentent, alors, les normes tunisiennes? Le principe était d adopter les dispositions internationales de consolidation au moment de l arrêté des NCT (Les amendements intervenus en Décembre 2003, en Mars 2004 et en Janvier 2008 ont créé des divergences) Les états financiers individuels resteront, toutefois, régis par la NC 07, NC 25 (banques) et NC 31 (Assurances) 23 Quels sont les normes tunisiennes régissant la consolidation? NC 35 États financiers consolidés NC 36 Participations dans des entreprises associées NC 37 NC 38 Participations dans des Regroupements coentreprises d entreprises 24 Page 12

14 Illustrations simplifiées des méthodes de traitement des participations fondées sur le modèle des résultats et actif net: Reported results and net assets Trois méthodes de consolidation: - Intégration globale - Intégration proportionnelle - Mise en équivalence 25 L INTEGRATION GLOBALE Les états financiers de la mère et de ses filiales sont combinés ligne à ligne en additionnant les éléments semblables d'actifs, de passifs, de capitaux propres, de produits et de charges. 26 Page 13

15 Exemple simple d illustration La société «M» détient 40% de la société «F1» acquis depuis la constitution de cette dernière. M 40% F Les bilans se présentent ainsi au 31/12/N, en milliers de dinars : Actifs Capitaux propres et passifs M F M F Actif Capital Actif Réserves Participation dans F Résultat Dette Dette Exemple simple d illustration Les comptes de résultat se présentent ainsi au 31/12/N, en milliers de dinars : Charges Produits M F M F Charge Produit Charge Produit Résultat Page 14

16 Exemple simple d illustration Cumul des comptes de résultat Etat de résultat (G) Charge 1 [ ] (G) Charge 2 [ ] (G) Résultat M (G) Résultat F 500 (G) Produit 1 [ ] (G) Produit 2 [2000+0] Cumul des comptes de bilan Bilan (B) Actif 1 [ ] (B) Actif 2 [ ] (B) Participation de M dans F 2000 (B) Capital M (B) Capital F (B) Réserves M (B) Réserves F (B) Résultat M (B) Résultat F 500 (B) Dette 1 [ ] (B) Dette 2 [ ] Exemple simple d illustration Partage des résultats Partage des résultats "M" (Au bilan ) (B) Résultat M 1000 (B) Résultat consolidé Partage des résultats "F" (Au bilan ) (B) Résultat F 500 (B) Résultat consolidé 200 (B) Intérêts minoritaires Page 15

17 Exemple simple d illustration Partage des autres capitaux propres Partage des autres KP "M" (Au bilan ) (B) Réserves es M (B) Réserves consolidées Partage des autres KP "F" (Au bilan ) (B) Capital F (B) Réserves F (B) Participation de M dans F (B) Réserves consolidées (B) Intérêts minoritaires Exemple simple d illustration Bilan consolidé schématique M & F selon le SCE Actifs Capitaux propres et passifs M & F M & F Actif Capital Actif Réserves consolidées Capital de la mère Résultat Consolidé consolidante Total des capitaux propres Intérêts minoritaires Rubrique Mezzanine Dtt Dette Dette Page 16

18 Exemple simple d illustration Compte de résultat consolidé M & F (SCE) Charges Produits M & F M & F Charge Produit Charge Produit Résultat net Part des minoritaires (300) Résultat net-part du groupe L INTEGRATION PROPORTIONNELLE La quote-part d'un co-entrepreneur dans chacun des actifs, passifs, produits et charges de l'entité contrôlée tôlé conjointement t est regroupée, ligne par ligne, avec les éléments similaires dans les états financiers (*) du co-entrepreneur ou est présentée sous des postes distincts dans les états financiers (*) () du co-entrepreneur entrepreneur. (*) États financiers impliquant le recours au modèle fondé sur les résultats et actifs nets. 34 Page 17

19 Exemple simple d illustration Cumul des comptes de résultat Etat de résultat (G) Charge 1 [ *40%] (G) Charge 2 [ *40%] (G) Résultat M (G) Résultat F [500*40%] 200 (G) Produit 1 [ *40%] (G) Produit 2 [2000+0*40%] Cumul des comptes de bilan Bilan (B) Actif 1 [ *40%] (B) Actif 2 [ *40%] (B) Participation de M dans F 2000 (B) Capital M (B) Capital F [5000*40%] (B) Réserves M (B) Réserves F [4000*40%] (B) Résultat M (B) Résultat F [500*40%] 200 (B) Dette 1 [ *40%] (B) Dette 2 [ *40%] Exemple simple d illustration Virement des résultats intégrés en résultat consolidé Virement des résultats "M" (Au bilan ) (B) Résultat M 1000 (B) Résultat consolidé Virement des résultats "F" (Au bilan ) (B) Résultat F 200 (B) Résultat consolidé 200 Page 18

20 Exemple simple d illustration Virement des réserves et élimination des titres Virement des réserves "M" (Au bilan ) (B) Réserves M (B) Réserves consolidées Elimination des titres "F" (Au bilan ) (B) Capital F (B) Réserves F (B) Participation de M dans F (B) Réserves consolidées Exemple simple d illustration Bilan consolidé M & F (Première possibilité de présentation) [SCE & IFRS] Actifs Capitaux propres et passifs M&F M&F Actif Capital Actif Réserves consolidées Résultat Consolidé Total des capitaux propres Dtt Dette Dette Page 19

21 Exemple simple d illustration Bilan consolidé M & F (Deuxième possibilité de présentation) [SCE & IFRS] Actifs Capitaux propres et passifs M & F M & F - Actif Capital Quote-part du co-entrepreneur dans Actif 1 des co-entreprises Réserves consolidées Actif Résultat Consolidé Quote-part du co-entrepreneur dans Actif 2 des co-entreprises Total des capitaux propres Dette Quote-part du co-entrepreneur dans Dette 1 des co-entreprises Dette Quote-part du co-entrepreneur dans Dette 2 des co-entreprises Exemple simple d illustration Compte de résultat consolidé M & F (Première possibilité de présentation) [SCE & IFRS] Charges Produits M&F M&F Charge Produit Charge Produit Résultat net Page 20

22 Exemple simple d illustration Compte de résultat consolidé M & F (Deuxième possibilité de présentation) [SCE & IFRS] Charges Produits M&F M&F - Charge Produit Quote-part du co-entrepreneur - Quote-part du co-entrepreneur dans Charge 1 des co-entreprises 920 dans Produit 1 des co-entreprises Charge Produit Quote-part du co-entrepreneur - Quote-part du co-entrepreneur dans Charge 1 des co-entreprises 80 dans Produit 2 des co-entreprises - Résultat net LA MISE EN EQUIVALENCE La participation est initialement comptabilisée au coût et est ensuite ajustée pour prendre en compte les changements postérieurs à l acquisition de la quote-part de l investisseur dans l actif net de l entreprise détenue. Le résultat de l investisseur comprend sa quote-part du résultat de l entreprise détenue. 42 Page 21

23 Exemple simple d illustration Mise en équivalence de F Bilan (B) Participations mises en équivalence (B) Participation de M dans F (B) Réserves consolidées (B) Résultat consolidé 200 Etat de Résultat (G) Résultat consolidé 200 (G) Part dans les résultats des SME Exemple simple d illustration Bilan consolidé M & F Actifs Capitaux propres et passifs M&F M&F Actif Capital Actif Réserves consolidées Participation dans les SME Résultat Consolidé Total des capitaux propres Dette Dette Page 22

24 Exemple simple d illustration Compte de résultat consolidé M & F Charges Produits M & F M & F Charge Produit Charge Produit QP-Rst SME 200 Résultat net LES DIFFÉRENTES FORMES DE CONTRÔLE 1- le contrôle exclusif 2- le contrôle conjoint 3- l influence notable 46 Page 23

25 1. L existence du contrôle exclusif Le contrôle est le pouvoir de diriger les politiques financières et opérationnelles d une entreprise afin d obtenir des avantages de ses activités. Le contrôle implique: Une capacité de prise de décisions qui n est pas partagée avec d autres parties, donc un pouvoir exclusif. L accompagnement obligatoire de cette capacité de diriger la prise de décision i par l objectif d obtenir des avantages des activités de l entité. C est-à-dire augmenter ses propres bénéfices ou limiter ses pertes provenant de la participation dans l entité contrôlée Capacité de prise de décision non partagée avec d autres Ceci implique: Diriger l utilisation des actifs d une autre entité ainsi que l accès à ceux ci, généralement en ayant le pouvoir d arrêter les politiques qui guident la manière avec laquelle sont utilisés ces actifs dans les activités courantes. Tenir les dirigeants de cette autre entité pour responsable de la conduite de ces activités courantes, y compris de l utilisation des actifs de cette entité, généralement en ayant le pouvoir de fixer, pour ces dirigeants, des objectifs à atteindre en matière d investissement, de financement et d exploitation et de déterminer, en conséquence, le mode d intéressement de l équipe dirigeante responsable de l exécution des directives de la mère. 48 Page 24

26 2. Capacité d accroissement des bénéfices et de limitation des pertes Ceci n implique pas pour la mère d avoir: Un droit exclusif dans cet accroissement potentiel des bénéfices, dans la mesure où les minoritaires, les bailleurs de fonds et autres profitent également de la direction des politiques opérationnelles et financières d une filiale par sa mère Capacité d accroissement des bénéfices et de limitation des pertes (suite) Souvent la mère a l opportunité d accroître les bénéfices générés par les activités d une filiale en ayant un intérêt dans les résultats nets et dans les capitaux propres de cette dernière. Mais la possession d un niveau minimum ou d une nature particulière de bénéfices n est pas requise. Une mère peut, aussi, accroître ces bénéfices par d autres moyens, par exemple, en mettant en œuvre des actions conduisant à l augmentation des revenus ou à l économie de charges à travers les synergies créées entre la filiale et la mère ou les autres entités apparentées. 50 Page 25

27 1. L existence du contrôle exclusif Art 461 CSC Contrôle juridique NC IAS SIC-12 Contrôle effectif ou de fait L existence du contrôle exclusif Contrôle juridique Contrôle effectif ou de fait Contrôle de droit Contrôle de fait démontré Contrôle contractuel Contrôle de fait présumé 52 Page 26

28 1.1. Le contrôle juridique (1/1) Définition: Il ya contrôle juridique lorsque la partie contrôlante détient un pouvoir inconditionnel i qui est exécutoire en droit. Ce pouvoir inconditionnel découle soit: de la détention de la majorité des droits de vote. d un contrat ou d un texte réglementaire Le contrôle de droit (1/3) Textes de référence: Article 461 du CSC: Est considéré comme étant contrôlée par une autre société, au sens du présent titre, toute société : - dont une autre détient une fraction du capital lui conférant la majorité du droit de vote, Page 27

29 Le contrôle de droit (2/3) Textes de référence: NC Le contrôle existe lorsque la société mère détient, directement ou indirectement par l intermédiaire de filiales, plus de la moitié des droits de vote d une entité, sauf si dans des circonstances exceptionnelles, il peut être clairement démontré que cette détention ne permet pas le contrôle Le contrôle de droit (3/3) Textes de référence: IAS Le contrôle est présumé exister lorsque la société mère détient, directement ou indirectement par l intermédiaire de filiales, plus de la moitié des droits de vote d une entité, sauf si dans des circonstances exceptionnelles, il peut être clairement démontré que cette détention ne permet pas le contrôle. 56 Page 28

30 Le contrôle Contractuel (1/8) Le contrôle existe également lorsque la société mère détenant la moitié ou moins des droits de vote d une entité, dispose : (a) ; (b) du pouvoir de diriger les politiques financière et opérationnelle de l entité en vertu d un texte réglementaire ou d un contrat ; (c)... (d) Entités ad hoc SIC Le contrôle Contractuel (2/8) Les entités ad hoc ou (Special Purpose Entities) C est quoi? Ce sont des entités créées pour réaliser un objectif limité et bien défini (par exemple, effectuer une location, des activités de recherche et développement, ou une titrisation d actifs financiers). Ces entités peuvent prendre la forme d une société commerciale, d une fiducie, i d une société é de personnes ou d une entité sans personnalité juridique. Ces entités fonctionnent souvent en «pilotage automatique». 58 Page 29

31 Schéma descriptif de la 1ère opération de titrisation lancée en Tunisie le 22/05 05/2006 par la BIAT Société de gestion «Tunisie Titrisation» Prix de cession Prix de souscription Cédant recouvreur «BIAT» F.C.C «BIAT- Crédimmo 1» Investisseurs Transfert des créances Émission de Parts Débiteurs -cédés Dépositaire «BIAT» Le contrôle Contractuel (3/8) Consolider les entités ad hoc! Pourquoi? Le montage de nombreuses entités ad hoc est de nature à rendre impossible la détermination de l existence du contrôle sur la base de la détention des droits de vote. Enron apu dissimuler la majeure partie de son endettement et des risques réels, en profitant d une disposition des US GAAP qui permet de ne pas consolider une entité ad-hoc dès lors qu un tiers (généralement un établissement financier) possède une participation dans le capital représentant au moins 3% de la valeur des actifs gérés par l entité. Deux raisons expliquent pourquoi il peut s avérer impossible de déterminer l existence du contrôle sur la base de la détention des droits de vote dans une entité ad hoc. 60 Page 30

32 Le contrôle Contractuel (4/8) Consolider les entités ad hoc! Pourquoi? (Suite) 1. L entité peut avoir une structure juridique caractérisée par l absence de droits de vote. 2. Des restrictions aux activités d une entité ad hoc imposées dans les documents qui la gouvernent ou en raison de liens contractuels peuvent être significatives au point d empêcher les détenteurs des droits de vote de contrôler l entité entité. Dans le contexte d une entité ad hoc, le contrôle peut exister même dans des cas où une entité ne détient qu une faible, voire aucune, part des capitaux propres de l entité ad hoc. (SIC-12.09) Le contrôle Contractuel (5/8) Consolider les entités ad hoc! Dans quelles circonstances? 1. En substance, les activités de l entité ad hoc sont menées pour le compte de l entité selon ses besoins opérationnels spécifiques de façon à ce que l entité obtienne des avantages de l'activité de l entité ad hoc ; [SIC (a)] Exemples L entité ad hoc est principalement destinée à procurer une source de capitaux à long terme à une entité ou un financement pour soutenir les opérations courantes principales ou centrales de l entité ;ou l entité ad hoc fournit des biens et des services de nature cohérente avec les opérations courantes principales et centrales de l entité, qui sans l existence de l entité ad hoc, auraient dû être fournis par l entité elle-même. 62 Page 31

33 Le contrôle Contractuel (6/8) Consolider les entités ad hoc! Dans quelles circonstances? (Suite) 2. En substance, l entité a les pouvoirs de décision pour obtenir la majorité des avantages des activités de l entité ad hoc ou, en mettant en place un mécanisme «de pilotage automatique», l entité a délégué ces pouvoirs de décision;[sic (b)] Exemples le pouvoir unilatéral de dissoudre une entité ad hoc ; le pouvoir de modifier les statuts ou le règlement intérieur de l entité ad hoc ;ou le pouvoir d'opposer son droit de veto aux propositions de modifications des statuts ou du règlement intérieur de l entité ad hoc Le contrôle Contractuel (7/8) Consolider les entités ad hoc! Dans quelles circonstances? (Suite) 3. En substance, l entité a le droit d obtenir la majorité des avantages de l entité ad hoc et par conséquent peut être exposée aux risques liés aux activités de l entité ad hoc ; [SIC (c)] Exemples les droits à une majorité des avantages économiques distribués par une entité sous la forme de flux nets de trésorerie futurs, de bénéfices, d actifs nets, ou autres avantages économiques ;ou les droits à une majorité des intérêts résiduels dans les distributions résiduelles planifiées ou dans la liquidation de l entité ad hoc. 64 Page 32

34 Le contrôle Contractuel (8/8) Consolider les entités ad hoc! Dans quelles circonstances? (Suite) 4. En substance, bt l entité conserve la majorité des risques résiduels ou inhérents à la propriété relatifs à l entité ad hoc ou à ses actifs afin d obtenir des avantages de ses activités.;[sic (d)] Exemples les apporteurs de capitaux n ont pas de part d intérêt significative dans les actifsnets sous-jacents de l entité ad hoc ; les apporteurs de capitaux n ont pas de droit sur les avantages économiques futurs de l entité ad hoc ; les apporteurs de capitaux ne sont pas, véritablement, exposés aux risques inhérents aux actifs nets sous-jacents ou aux opérations de l entité ad hoc Le contrôle effectif (1/1) Définition: Il y a contrôle effectif lorsqu il est exercé en vertu d un droit autre qu un droit inconditionnel légal. 66 Page 33

35 Le contrôle de fait présumé (1/1) Il est établi sur la base de la possession d une minorité importante des droits de vote sans qu une partie ou un groupe organisé de parties ne détienne une forte participation. i Textes de référence: Art 461 du CSC &NC Le contrôle est présumé exister, dès lors qu une entreprise détient directement ou indirectement 40% au moins des droits de vote dans une autre entreprise, et qu aucun autre associé n y détienne une fraction supérieure àla sienne Le contrôle de fait démontré (1/13) Il est établi sur la base de certaines présomptions générales autres que la détention d une minorité importante des droits de vote. Textes de référence: Art 461 du CSC Est considéré comme étant contrôlée par une autre société, au sens du présent titre, toute société : - - ou dont une autre société ydétient la majorité des droits de vote, seule ou en vertu d'un accord conclu avec d'autres associés, - ou dont une autre société ydétermine, en fait, les décisions prises par les assemblées générales, en vertu des droits de vote dont elle dispose en fait 68 Page 34

36 Le contrôle de fait démontré (2/13) NC &IAS Le contrôle existe également lorsque la société mère détenant la moitié ou moins des droits de vote d une entité, dispose : (a) du pouvoir sur plus de la moitié des droits de vote en vertu d un accord avec d autres investisseurs ; (b). (c) du pouvoir de nommer ou de révoquer la majorité des membres du conseil d administration ou de l organe de direction équivalent, si le contrôle de l entité est exercé par ce conseil ou cet organe ;ou (d) du pouvoir de réunir la majorité des droits de vote dans les réunions du conseil d administration ou de l organe de direction équivalent, si le contrôle de l entité est exercé par ce conseil ou cet organe Le contrôle de fait démontré (3/13) Les accords conclus avec d autres investisseurs peuvent avoir pour origine des contrats de portage ferme, des conventions de vote, 70 Page 35

37 Le contrôle de fait démontré (4/13) Conventions de portage ferme Société Demande de financement Établissement financier participation Accord de financement sous forme de participation Promoteur Convention de rétrocession Signature d une chaîne d effets 71 Exemple La société «M» forme avec ses deux filiales actuelles «F1»et «F2»un groupe touristique de renom qui compte se lancer dans le tourisme sanitaire en projetant la création d une unité de thalassothérapie. La structure actuelle du groupe «M-F1-F2» se présente comme suit : 72 Page 36

38 Exemple M 80% 60% F1 30% F2 73 Exemple La souscription et la libération du capital de la société «T» ayant pour objet l exploitation de l unité de thalassothérapie ( actions de VN égale à 100 DT) ont été é réalisées é le 1er novembre 2006, sur la base de la composition suivante : Nombre d actions M F F SICAR Autres Page 37

39 Exemple La participation de la SICAR au capital de la société «T»a fait l objet d un contrat de portage ferme prévoyant la rétrocession des actions en bloc àla société mère «M»3ans après la libération intégrale moyennant un prix ferme de DT calculé lé sur la base d'un taux de rémunération é de 10%. Les clauses contractuelles permettent à«m»de jouir des prérogatives essentielles attachées aux actions. Au 31 décembre 2006, le compte «titres de participations de M dans T» ouvert sur les livres de la société mère accuse un solde débiteur de DT. T.A.F : 1. Que pensez vous du traitement comptable réservé é par «M» à sa participation au capital de «T»? 2. Déterminer les pourcentage» de contrôle et d intérêt de «M» dans «T»? 75 Solution En s appuyant sur la substance économique de l opération de portage, et par référence à la convention comptable de base de prééminence du fond sur la forme, la société éé «M» contrôle les avantages économiques procurés par la participation de la Banque au capital de «T». En outre, l engagement de rachat des actions établit une relation de "créancier-débiteur" entre la Banque et la société «M». Ainsi i les écritures de redressement devant être passées dans les livres de «M» pour traiter les conséquences de la convention de portage se présentent au 31 décembre 2006 comme suit : 76 Page 38

40 Solution (B) Titres de Participation de M dans T (B) Dettes sur Financement en portage (G) Charges financières (*) (B) Dettes sur Financement en portage (*) = x(1+10%) 2/ Solution S agissant d un contrat de portage ferme, en vertu duquel les prérogatives essentielles attachées aux actions bénéficieront à «M» et notamment l exercice des droits de vote, le pourcentage de contrôle de «M» dans «T» est de 60% et est déterminé comme suit : M 80% 60% En portage F1 30% 20%+20% F2 10% 10% T 78 Page 39

41 Solution Lorsque des droits de vote potentiels existent, les pourcentages d intérêts attribuées à la société mère et aux intérêts minoritaires sont déterminées sur la base des pourcentages de participation p actuels et ne reflètent pas l exercice ou la conversion possibles des droits de vote potentiels. (IAS 27.23) Une entreprise peut, en substance, détenir un pourcentage d intérêt actuel lorsque, par exemple, elle vend et s engage simultanément à racheter l accès aux avantages économiques associés à un pourcentage d intérêt, mais n en perd pas le contrôle. Dans ce cas, la proportion affectée doit être déterminée en tenant compte de l exercice éventuel des droits de vote potentiels et autres instruments dérivés qui, en substance, lui donnent actuellement accès aux avantages économiques associés au pourcentage d intérêt. (IAS 27.IG6) 79 Solution Le pourcentage d intérêt de «M» dans «T», il s élève à 56,4% et est déterminé comme suit : Direct 20% En portage 20% Par l intermédiaire de F1 8% Par l intermédiaire de F2 6% Par l intermédiaire de F1 et de F2 (80%x30%x10%) 2,4% 80 Page 40

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes

Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Chapitre 7 Consolidation et comptes de groupes Comptabilité approfondie Chapitre 7 1 Pourquoi consolider? La société A a acheté la société B. La somme payée s élève à 9 500 par achat des titres du capital

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé

Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Chapitre 2 : Détermination de l'ensemble consolidé Introduction I - Degrés de dépendance : Critères d'appréciation du contrôle A Droits de vote B Eléments de fait TD1 - Pourcentage de droits de vote II

Plus en détail

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5.

1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. 28/05/14 1 1. Introduction à la notion de consolidation 2. Procédure de consolidation 3. Opérations de Retraitements 4. Enjeux de la consolidation 5. Périmètre de consolidation 6. Méthode de consolidation

Plus en détail

IFRS 10 États financiers consolidés

IFRS 10 États financiers consolidés IFRS 10 États financiers consolidés PLAN DE LA PRÉSENTATION Aperçu Application Dispositions transitoires Prochaines étapes Ressources PRÉSENTATEURS Alex Fisher, CPA, CA Directeur de projets, Orientation

Plus en détail

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle

Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle Chapitre 1 : Consolidation et image fidèle I -Notion de consolidation et de groupe A - Définition B - Motivation de la consolidation C - Comment la notion de contrôle doit-elle se comprendre? Exemple simplifié

Plus en détail

I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation

I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation I-1 : Principes clés de la consolidation des comptes I-2 : Périmètre et méthodes de consolidation I-3 : pourcentage de contrôle et pourcentage d intérêt II-1 : les missions de l auditeur des comptes consolidés

Plus en détail

Première application des IFRS par les fonds d investissement

Première application des IFRS par les fonds d investissement Première application des IFRS par les fonds d investissement Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 2 décembre 2013 Le projet de l IASB sur les entités d investissement

Plus en détail

PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION. CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation. Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable

PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION. CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation. Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation David Carassus Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable SOMMAIRE CHAPITRE I Les fondements de la consolidation

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37

Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Norme comptable relative aux participations dans des coentreprises NC 37 Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation des participations dans : (a) les coentreprises

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Présentation de la consolidation

Présentation de la consolidation Chapitre I Présentation de la consolidation Établir les comptes consolidés d un groupe consiste à présenter son patrimoine, sa situation financière et les résultats de l ensemble des entités qui le constituent

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations

COMPTES DE GROUPE Consolidation et présentation de participations La nouvelle Swiss GAAP RPC 30 regroupe toutes les règles applicables aux comptes. Ce qui implique que toutes les autres Swiss GAAP RPC font référence aux comptes individuels. Quelles sont les questions

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27

Norme comptable internationale 27 États financiers individuels. Objectif. Champ d application. Définitions IAS 27 Norme comptable internationale 27 États financiers individuels Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable et les obligations d information concernant les participations

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Références IAS 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs IAS 21 Effets des variations

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

CCSP EN UN COUP D OEIL. Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif

CCSP EN UN COUP D OEIL. Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif CCSP EN UN COUP D OEIL Chapitre SP 4250 Présentation des entités contrôlées et apparentées dans les états financiers des organismes sans but lucratif Mars 2014 Chapitre SP 4250 Présentation des entités

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc

Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc L es établissements de crédit interviennent à divers titres dans les montages utilisant des entités ad hoc, soit comme arrangeurs et/ou

Plus en détail

Les transactions entre parties liées. Les incidences en audit et en comptabilité. Les transactions entre parties liées

Les transactions entre parties liées. Les incidences en audit et en comptabilité. Les transactions entre parties liées L A D A P T A B I L I T É E S T U N P R I N C I P E, L U T I L I T É U N E E X I G E N C E. Les transactions entre parties liées Les transactions entre parties liées Les incidences en audit et en comptabilité

Plus en détail

Descriptif du programme de rachat d actions autorisé par l assemblée générale mixte du 28 juin 2013

Descriptif du programme de rachat d actions autorisé par l assemblée générale mixte du 28 juin 2013 Altran 96 avenue Charles de Gaulle 92200 Neuilly-sur-Seine - France Tél. : 0033 1 46 41 70 00 Fax : 0033 1 46 41 72 11 www.altran.com Descriptif du programme de rachat d actions autorisé par l assemblée

Plus en détail

Actions Propres et Consolidation

Actions Propres et Consolidation Actions Propres et Consolidation igmaconso Allen White Les actions propres d une société sont des actions émises et ultérieurement détenues par celle ci, en vue soit de les annuler soit de les revendre.

Plus en détail

Chap. 4 : La consolidation

Chap. 4 : La consolidation 1 / 8 Chap. 4 : La consolidation Le code de commerce impose aux sociétés commerciales d établir et de publier des comptes consolidés (bilan et compte de résultat consolidés ainsi qu une annexe) dès lors

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N Éléments Total Part du groupe 60 % Capital 500 Réserves 600 Intérêts minoritaires 40 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Élimination

Plus en détail

Présentation générale

Présentation générale Présentation générale INTRODUCTION Ce chapitre introductif a pour objet de présenter, de manière générale, le mécanisme de consolidation des comptes et le contenu des états financiers consolidés des sociétés

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-C du 6 juin 2001. II - Questions relatives aux éliminations d opérations internes

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-C du 6 juin 2001. II - Questions relatives aux éliminations d opérations internes CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2001-C du 6 juin 2001 Comité d urgence portant sur plusieurs questions relatives à l interprétation et à l application des dispositions de l annexe au règlement

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation

Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation Chapitre 3 : Les étapes de la consolidation I - Les étapes du processus de consolidation II - La détermination du pourcentage d'intérêts (PDI) III - Organisation et techniques comptables de la consolidation

Plus en détail

6.7. Dettes envers les établissements de crédit et la clientèle Dettes envers les établissements de crédit

6.7. Dettes envers les établissements de crédit et la clientèle Dettes envers les établissements de crédit 6.7. Dettes envers les établissements de crédit et la clientèle Dettes envers les établissements de crédit RAPPORT FINANCIER ANNUEL 2008 89 Dettes envers la clientèle 6.8. Actifs financiers détenus jusqu

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

Dossier 1 - Augmentation de capital

Dossier 1 - Augmentation de capital DCG session 2013 UE10 Comptabilité approfondie Corrigé indicatif Dossier 1 - Augmentation de capital 1. Indiquer les critères de fixation du prix d émission. Le prix d émission est situé entre la valeur

Plus en détail

Chapitre 6 : Consolidation par paliers et consolidation directe

Chapitre 6 : Consolidation par paliers et consolidation directe Chapitre 6 : Consolidation par paliers et consolidation directe I Principe général II- Consolidation par paliers III - Consolidation directe Cas de synthèse 1 Case de synthèse 2 I. Principe général Les

Plus en détail

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions 1 CONSTRUCTIONS INDUSTRIELLES DE LA MEDITERRANEE (CNIM) Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 6 056 220 Euros Siège social : PARIS (75008) 35, rue de Bassano RCS PARIS 662

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48

Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Fusion et consolidation RFC - Réflexion -comptabilité - Décembre 2010-438 p. 44-48 Résumé de l article Les regroupements d entreprises peuvent se traduire en comptabilité par une fusion régie par le règlement

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 15-17, rue Paul Claudel 381 GRENOBLE Siret 42 121 958 19 - APE 651 D Note d information émise pour faire

Plus en détail

Norme internationale d information financière 11 Partenariats

Norme internationale d information financière 11 Partenariats Norme internationale d information financière 11 Partenariats Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière pour les entités qui détiennent des intérêts

Plus en détail

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 [NB - Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 relative aux entreprises d investissement à capital

Plus en détail

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II Ces transparents sont fondés sur les conclusions préliminaires de l IASB telles qu elles ont été rendues publiques sur le site de l IASB. Le Board peut à tout

Plus en détail

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Références Cadre de préparation et de présentation des états financiers 1 IFRS 1 Première application des Normes internationales d information

Plus en détail

société mère filiale participation

société mère filiale participation La consolidation est destinée à présenter la situation financière d'un groupe de sociétés comme si celles-ci ne formaient qu'une seule entité. Elle constitue une obligation pour les entreprises commerciales

Plus en détail

Une introduction aux placements entraînant une influence notable ou un contrôle

Une introduction aux placements entraînant une influence notable ou un contrôle RÉSUMÉ DU MODULE 3 Une introduction aux placements entraînant une influence notable ou un contrôle Le présent module s intéresse à la comptabilisation de trois types de placements pouvant être faits par

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

10 ELEMENTS FINANCIERS

10 ELEMENTS FINANCIERS 10 ELEMENTS FINANCIERS Page Etats financiers consolidés 223 Notes annexes aux comptes consolidés 230 Rapport des Commissaires aux comptes sur les comptes consolidés 343 Comptes sociaux 345 Notes annexes

Plus en détail

NOTE DE PRÉSENTATION

NOTE DE PRÉSENTATION AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRÉSENTATION RÈGLEMENT N 2010-02 DU 2 SEPTEMBRE 2010 Relatif aux transactions entre parties liées et aux opérations non inscrites au bilan modifiant le règlement

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Le co-commissariat aux comptes Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Sommaire 1- Désignation 2- Définitions 3- Interventions des co-commissaires aux comptes 4- Conclusion

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION ET DE LA REALISATION D UN AUDIT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 320 CARACTERE SIGNIFICATIF LORS DE LA PLANIFICATION Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Règles de consolidation des entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière

Règles de consolidation des entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-06 du 23 septembre 1999 Règles de consolidation des entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière L assemblée plénière du Conseil

Plus en détail

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée

Normes internationales d information financière États financiers modèles 2011 sans application anticipée Normes internationales d information financière États financiers modèles sans application anticipée 1 États financiers pour l exercice 31 décembre Les états financiers modèles de la pour l exercice 31

Plus en détail

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002

États financiers consolidés aux 30 septembre 2003 et 2002 États financiers consolidés aux 2003 et 2002 TABLE DES MATIÈRES RÉSULTATS CONSOLIDÉS 2 BILANS CONSOLIDÉS 3 COMPTE DES CONTRATS AVEC PARTICIPATION CONSOLIDÉ 4 BÉNÉFICES NON RÉPARTIS CONSOLIDÉS DES ACTIONNAIRES

Plus en détail

Le Pacte d associés. Le pacte d associés

Le Pacte d associés. Le pacte d associés L Le Pacte d associés Le pacte d associés Le pacte d associés Jean-Pierre GITENAY Avocat Associé 31 mars 2008 2 SOMMAIRE Définition contenu - validité Pourquoi un pacte? Limites du pacte Les principales

Plus en détail

2. La croissance de l entreprise

2. La croissance de l entreprise 2. La croissance de l entreprise HEC Lausanne Vincent Dousse 2007 1 2.1. Les succursales Définition: Etablissement commercial qui, sous la dépendance d une entreprise dont elle fait juridiquement partie(établissement

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 00-06

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 00-06 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 00-06 Règles de consolidation des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles régies par le code de la mutualité et aux institutions de prévoyance

Plus en détail

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

Norme internationale d information financière 10 États financiers consolidés

Norme internationale d information financière 10 États financiers consolidés Norme internationale d information financière 10 États financiers consolidés Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir des principes pour la présentation et la préparation des états financiers

Plus en détail

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris RAPPORT SPECIAL DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 22 JUIN 2012 SUR LA

Plus en détail

Actualité Juridique Épargne Salariale

Actualité Juridique Épargne Salariale Actualité Juridique Épargne Salariale PRIME DE PARTAGE DES PROFITS - ACCORDS D INTÉRESSEMENT D UN AN La loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2011 a

Plus en détail

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition RÉSUMÉ DU MODULE 4 La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition Le module 4 porte sur l utilisation de la méthode de l acquisition pour comptabiliser et présenter les filiales entièrement

Plus en détail

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Analyse financière 2 e ÉDITION Emmanuelle Plot-Vicard Madeleine Deck-Michon L essentiel + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode

Plus en détail

Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers : Informations à fournir

Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers : Informations à fournir Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers : Informations à fournir Objectif 1 L objectif de la présente norme est d imposer aux entités de fournir des informations dans leurs

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité Principes et définitions Titre I - Objet et principes de la comptabilité Chapitre I - Champ d'application 110-1. Les dispositions du présent règlement s appliquent à toute personne physique ou morale soumise

Plus en détail

obligatoire si l entreprise a vendu ou reclassé des autres actifs financiers, pendant la période

obligatoire si l entreprise a vendu ou reclassé des autres actifs financiers, pendant la période 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base /16/09 :08 PM Page 19 Chapitre : Les instruments financiers 11. Une entreprise peut modifier la désignation de certains de ses actifs financiers. Ainsi, elle peut transférer

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

Guide de l enquête sur l investissement direct 2014

Guide de l enquête sur l investissement direct 2014 Guide de l enquête sur l investissement direct 2014 Mai 2015 TABLE DES MATIERES 1 PRESENTATION 3 1.1 Motivations...3 1.2 Champ d application...3 1.3 Confidentialité...3 1.4 Personnes de contact auprès

Plus en détail

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi?

En quoi le chapitre 1591 est-il important pour moi? Alerte info financière NCECF MAI 2015 Chapitre 1591, «Filiales» En septembre 2014, le Conseil des normes comptables (CNC) a publié le chapitre 1591, «Filiales», de la Partie II (Normes comptables pour

Plus en détail

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs»

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» COMMISSION BANCAIRE Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» La Commission des opérations de bourse et la Commission bancaire ont entrepris en 2002, suite aux différentes

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action?

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action? CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Communiqué du Conseil national de la comptabilité du 21 décembre 2004 relative aux Plans d épargne entreprise (PEE) Sommaire 1- Qualification de l instrument de capital

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 15-17, rue Paul Claudel - 381 GRENOBLE Siret 42 121 958 19 - APE 651 D Note d information émise à l occasion

Plus en détail

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE

PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE PROCESSUS N 4 : PRODUCTION ET ANALYSE DE L INFORMATION FINANCIÈRE Activités Compétences techniques Compétences en organisation Compétences en communication 4.1. Assurer la veille nécessaire au traitement

Plus en détail

A U D I K A G R O U P E

A U D I K A G R O U P E Page 1 sur 8 A U D I K A G R O U P E Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 58 avenue Hoche 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Ordre du jour de l assemblée générale ordinaire et

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Politique relative aux transactions d initiés

Politique relative aux transactions d initiés Politique relative aux transactions d initiés FÉVRIER 2014 Table des matières 1. Introduction... 2 2. Restrictions visant les transactions d initiés... 2 a) Restrictions visant les transactions d initiés...

Plus en détail

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département.

Au titre de cet immeuble, la société X a reçu des subventions d investissement de la part de l Union européenne, de la région et du département. COMPTES ANNUELS - Immeuble à destination spécifique loué à une société placée en procédure de sauvegarde - Modalités d'évaluation et de dépréciation de l'immeuble - EC 2011-05 Mots clés Comptes annuels,

Plus en détail

PACTES D ACTIONNAIRES. I) Le contenu des pactes d actionnaires : Quelles sont les clauses essentielles?

PACTES D ACTIONNAIRES. I) Le contenu des pactes d actionnaires : Quelles sont les clauses essentielles? PACTES D ACTIONNAIRES I) Le contenu des pactes d actionnaires : Quelles sont les clauses essentielles? Il existe différents pièges à éviter ainsi que des oublis à ne pas faire. L exposé ne concerne cependant

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014 FONCIERE DEVELOPPEMENT LOGEMENTS Société anonyme au capital de 696.110.040 euros 10, avenue Kléber 75116 Paris RCS Paris 552 043 481 («Foncière Développement Logements» ou la «Société») RAPPORT DU CONSEIL

Plus en détail

EIFR 6 avril 2011 TRAITEMENT COMPTABLE DES OPERATIONS DE FIDUCIE. Xavier PAPER xpaper@xavierpaper.com www.xavierpaper.com

EIFR 6 avril 2011 TRAITEMENT COMPTABLE DES OPERATIONS DE FIDUCIE. Xavier PAPER xpaper@xavierpaper.com www.xavierpaper.com EIFR 6 avril 2011 TRAITEMENT COMPTABLE DES OPERATIONS DE FIDUCIE Xavier PAPER xpaper@xavierpaper.com www.xavierpaper.com Traitement dans les comptes individuels (1/6) Constitution de la fiducie La loi

Plus en détail

Missions connexes du Commissaires aux comptes

Missions connexes du Commissaires aux comptes Missions connexes du Commissaires aux comptes Le commissaire aux comptes Le commissaire aux comptes intervient sur des missions d audit légal pour certifier les comptes des entreprises et garantir la fiabilité

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE Rapport d'étape du groupe de travail Consolidation des sur la comptabilisation des opcvm dans les comptes individuels et consolidés de l investisseur Août 2005 Le groupe

Plus en détail

Banque Attijari de Tunisie -Attijari bank- 95, avenue de la Liberté -1002 Tunis -

Banque Attijari de Tunisie -Attijari bank- 95, avenue de la Liberté -1002 Tunis - Augmentation de capital VISAS du Conseil du Marché Financier : Portée du visa du CMF : Le visa du CMF, n implique aucune appréciation sur l opération proposée. Le prospectus est établi par l émetteur et

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

Norme comptable internationale 2 Stocks

Norme comptable internationale 2 Stocks Norme comptable internationale 2 Stocks Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des stocks. Une des questions fondamentales de la comptabilisation des stocks

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

L AUGMENTATION DE CAPITAL

L AUGMENTATION DE CAPITAL L AUGMENTATION DE CAPITAL INTRODUCTION Une augmentation de capital peut être effectuée par voie d apports, incorporation de réserves, par incorporation de dettes ou de compte courant ; l impact économique

Plus en détail

4 - L affectation du résultat des sociétés

4 - L affectation du résultat des sociétés Les écritures liées à la vie d une société 3.2 4 - L affectation du résultat des sociétés Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail