PROCEDURES DE CONCESSION DE L EXPLOITATION TOURISTIQUE DES PARCS NATIONAUX ET RESERVES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROCEDURES DE CONCESSION DE L EXPLOITATION TOURISTIQUE DES PARCS NATIONAUX ET RESERVES"

Transcription

1 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DES EAUX ET FORETS Office Ivoirien des Parcs et Réserves PROCEDURES DE CONCESSION DE L EXPLOITATION TOURISTIQUE DES PARCS NATIONAUX ET RESERVES Avril 2010

2 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION DEFINITIONS Tourisme et Ecotourisme Activités à vocation d écotourisme Convention de concession AVANTAGES ET INCONVENIENTS DE LA CONCESSION Avantages Inconvénients NATURE DE LA CONVENTION DE CONCESSION Objet de la convention Régime juridique appliqué à la convention CONDITIONS D OBTENTION DE LA CONCESSION Appel d offres Critères généraux de sélection des concessionnaires Signature et approbations de la Convention de concession DUREE DE LA CONCESSION REDEVANCE D EXPLOITATION OBLIGATIONS DES PARTIES Obligations de l autorité concédante : l OIPR Obligations du Concessionnaire SUIVI - EVALUATION DE LA CONCESSION Suivi de la concession Evaluations

3 INTRODUCTION L une des missions principales de l Office Ivoirien des Parcs et Réserves (OIPR) définie par la Loi n du 11 février 2002 est de mettre en œuvre une politique de gestion durable par la promotion des activités légalement permises en fonction de la nature juridique du parc ou de la réserve considérée et de sa zone périphérique. Dans le cadre de cette mission, l OIPR doit définir les modalités de conservation et d'utilisation rationnelle des ressources naturelles des parcs et réserves y compris la promotion du tourisme à vocation environnementale, dans le respect de la spécificité et de la diversité biologique de chaque aire protégée. La politique définie par l OIPR dans ce sens comprend : - la mise en œuvre d un plan d aménagement et de gestion pour chaque aire protégée ; - la mise en œuvre d un programme d écotourisme favorable au développement des zones riveraines ; - la promotion et la coordination des activités touristiques avec le Ministère du tourisme et le secteur privé. L ouverture de l exploitation touristique des parcs et réserves au secteur privé est préconisée à l article 32 de la Loi n du 11 février Cet article précise le type de contrat à signer entre l OIPR et une personne morale de droit privé. Il s agit d une convention de concession d exploitation touristique. Comme définie dans la stratégie de relance, l écotourisme dans les parcs et réserves a pour but : - de contribuer de manière significative à la sensibilisation pour la conservation des PNR ; - de fournir des sites naturels aménagés à la récréation du public ; - d accroître considérablement la fréquentation des PNR ; - de fournir une contribution financière à leur conservation ; - d améliorer les conditions de vie des populations riveraines en leur procurant de nouvelles sources de revenus. Les options de valorisation et d exploitation des PNR choisies par l OIPR sont : 1) la réalisation d infrastructures par l OIPR puis la concession de leur exploitation ; 2) la concession de la réalisation et/ou réhabilitation des infrastructures prévues dans le plan d aménagement et de gestion, suivie de l exploitation sur une période déterminée. Le présent document a pour objet de fixer les conditions et les modalités de concession des activités à vocation d écotourisme dans les parcs nationaux et les réserves naturelles partielles. 2

4 1- DEFINITIONS 1-1- Tourisme et Ecotourisme On parle de "tourisme" quand la récréation crée des déplacements hors de la localité de résidence ou de ses abords immédiats. Quand le tourisme porte exclusivement sur l écologie, il prend le nom de "tourisme écologique" ou "écotourisme". "L écotourisme" désigne toutes les formes de tourisme-nature, qui de façon responsable, veulent minimiser tant les effets négatifs sur l environnement que les changements socioculturels. C est un tourisme qui prend en compte le bien être de l environnement naturel et de ses habitants dans une activité d agrément, de loisir ou de découverte, en s efforçant au mieux de préserver les espaces qu il utilise pour ses activités. Le tourisme-nature regroupe l ensemble des activités axées sur la nature : les activités scientifiques, sportives, l aventure, l observation et la photographie de la flore et de la faune, les activités prédatrices comme la pêche et la chasse. L écotourisme s inscrit dans le contexte d écodéveloppement ou de «développement durable» dans lequel l on s efforce d optimiser les relations entre l homme et son environnement Activités à vocation d écotourisme Il s agit de toutes «les activités touristiques adaptées au bien être de la faune et de la flore locale». L écotourisme propose donc des activités touristiques respectueuses de l environnement. Les activités à vocation d écotourisme comprennent les activités d aménagement, d entretien, d agrément, de transport, de restauration, d animation et d éducation, respectueuses de l environnement naturel et de ses habitants, réalisées dans les parcs nationaux et réserves naturelles partielles dans le but de leur exploitation touristique. Il s agit d activités par lesquelles l Homme s adapte à la nature et non le contraire dans lequel l on adapte l espace naturel aux désirs de jouissance de l Homme Convention de concession La Convention de concession d exploitation touristique confère au Concessionnaire, le droit de réaliser les aménagements et d entreprendre les activités prévues dans la convention de concession et son cahier des charges ou autres annexes. La Convention de concession d exploitation touristique est valable dans des limites bien définies d une seule aire protégée et le Concessionnaire dispose de l exclusivité des activités concédées. Les activités touristiques concédées sont destinées à répondre aux besoins du service public. Ces activités doivent avoir un rapport direct avec l écologie et le développement durable et être compatibles avec le maintien de l'usage libre des aires protégées, les impératifs de préservation des sites et paysages naturels, des ressources biologiques et des traditions et cultures des populations riveraines. 3

5 2- AVANTAGES ET INCONVENIENTS DE LA CONCESSION 2-1- Avantages Tous les acteurs de l activité touristique tireront profits des concessions d exploitation touristique des parcs et réserves. Il s agit notamment de l OIPR, des Concessionnaires et opérateurs privés du secteur touristique, et des communautés riveraines des parcs et réserves. Pour l OIPR, la concession de l exploitation touristique des parcs et réserves présente un certain nombre d avantages qui sont entre autres : - l information du grand public sur la structure de gestion des parcs et réserves car l OIPR et ses missions restent peu connus ; - une présence constante dans les aires protégées permettant d exercer un meilleur contrôle et une meilleure gestion ; - la sensibilisation du grand public sur la conservation des aires protégées afin de réveiller les consciences pour la protection de ces espaces ; - l obtention de fonds à travers les redevances d exploitation pour financer les activités de conservation ; - une meilleure implication des communautés riveraines dans la conservation des aires protégées. Pour les Concessionnaires et opérateurs privés du secteur touristique, l exploitation touristique des parcs et réserves leur permettra d étendre leurs activités et de récolter plus de profits. Pour les communautés riveraines des parcs et réserves, le développement touristique leur procurera plusieurs bénéfices : - l ouverture de leur région au monde et à d autres cultures ; - la commercialisation de leur culture et de leur histoire ; - la création d emplois générateurs de revenus pour certains membres des communautés avec à la clé une amélioration du niveau de vie ; - la possibilité de créer des entreprises touristiques ; - l amélioration des infrastructures de la région ; - la stimulation de certaines activités économiques, dont l agriculture, la pêche, la production artisanale, pour alimenter l industrie touristique et améliorer les avoirs des producteurs locaux ; - en d autres termes, le développement de la région et l amélioration des conditions de vie des communautés. Pour les autorités, les recettes fiscales des activités liées au tourisme peuvent servir à l amélioration des installations des services communautaires. De plus, l emploi des populations réduit le chômage, ce qui profite à la cohésion sociale et au développement local Inconvénients Si le tourisme n est pas convenablement planifié, développé et géré, il peut être responsable d encombrement, de pollution et d autres problèmes environnementaux. Incontrôlée, la jouissance par les touristes de zones naturelles ou de sites historiques et culturels à préserver est susceptible d entraîner leur dégradation et leur dépréciation. 4

6 La surexploitation commerciale des traditions peut également entraîner la dépréciation du patrimoine culturel de la région et la perte de leur valeur traditionnelle. Une mauvaise morale des touristes peu entrainer une perte des bonnes valeurs morales traditionnelles des populations locales et favoriser la course vers une modernité non favorable à l écotourisme ou pire, vers le dévergondage. Une mauvaise formulation de la convention de concession, l insuffisance ou le manque de contrôle de la convention, pourraient permettre à certains concessionnaires mal intentionnés de prétendre à la propriété de la terre ou des biens concédés. Ces inconvénients peuvent être évités par une préparation rigoureuse, une sensibilisation efficace et une mise en œuvre efficiente de l éthique de l écotourisme dans les parcs et réserves. 3- NATURE DE LA CONVENTION DE CONCESSION 3-1- Objet de la convention L objet de la convention est : la concession des activités liées à l exploitation touristique sur une partie de la superficie d un parc national ou d une réserve naturelle partielle. Pendant la concession, les autres activités liées à la gestion durable de l aire protégée restent toujours assurées par les services compétents de l OIPR, notamment la surveillance, la recherche, etc. La concession loin d être un acte de disposition, est plutôt un acte d administration ayant pour but, la gestion d un patrimoine en conservant sa valeur et en la faisant fructifier. Elle n a donc pas pour conséquence, le transfert de la propriété desdits sites aux concessionnaires concernés mais, uniquement un droit d usage sur les sites concernés par la concession pendant une période déterminée, et moyennant un certain loyer que le concessionnaire devra payer à l OIPR. Le concessionnaire n est donc qu un usufruitier tandis que l Etat (représenté par l OIPR) demeure le nu-propriétaire jusqu au terme du contrat ; terme au bout duquel l Etat retrouve la pleine propriété des activités antérieurement concédées Régime juridique appliqué à la convention Aux termes de l article 7 de la Loi n du 11 février 2002, relative à la création, à la gestion et au financement des parcs nationaux et réserves naturelles, les réserves naturelles intégrales et les parcs nationaux font partie du domaine public inaliénable de l'etat. De ce fait, leur exploitation obéit à un régime juridique différent de celui du Domaine foncier rural dont la composition est donnée par l article 2 de la Loi n du 23 décembre 1998 relative au Domaine foncier rural. Cet article est libellé de la façon suivante : «Le domaine foncier rural est à la fois : - hors du domaine public ; - hors des périmètres urbains ; - hors des zones d aménagement différées officiellement constituées ; - hors du domaine forêt classée». 5

7 La gestion des parcs et réserves constitue donc un service public mais aussi une activité de l administration qui comporte une fonction patrimoniale ou financière, c est-à-dire qu il est destiné à procurer à l administration des revenus ou des services. De plus l OIPR est un établissement public national à caractère particulier avec une personnalité morale. A ce titre, la convention de concession d exploitation touristique est un contrat de Droit privé qui échappe ainsi aux procédures administratives complexes auxquelles sont soumis, en général, les contrats portant sur le domaine public sauf dans l hypothèse où un texte vienne en disposer autrement. En l absence donc d un régime juridique particulier, le régime juridique applicable ici est celui du Droit commun. Dans le cadre de cette convention, tout litige opposant l OIPR au concessionnaire relève de la compétence du Tribunal de Première Instance du lieu où est située l aire protégée concernée par la convention. 4- CONDITIONS D OBTENTION DE LA CONCESSION 4-1- Appel d offres Conformément à l article 32, dernier paragraphe, du Décret N du 24 juillet 2002, le Directeur du parc ou de la réserve partielle sélectionne le Concessionnaire. A cet effet, il a la charge de l exécution de la procédure d appel d offres pour la sélection du Concessionnaire. Il rédige le cahier des charges, définit les critères de choix, diffuse l appel d offres, constitue le comité d analyse des offres, réceptionne les offres, analyse et évalue les soumissionnaires et choisi le prestataire qu il propose au Directeur Général. Le Directeur du parc ou de la réserve partielle transmet au Directeur Général, le rapport de sélection du prestataire ainsi que le rapport d avis du Comité de Gestion Locale (CGL) sur le prestataire choisi (article 38 du Décret N du 24 juillet 2002). Avant son approbation, le Directeur Général peut initier une étude d impact environnemental du projet dont tous les frais sont à la charge du prestataire choisi. L'étude d'impact environnemental consiste en l évaluation des effets dus à certaines activités et projets de l'homme sur l'environnement. Elle est une politique et un instrument de gestion et de prise de décisions. Elle permet d'identifier, de prévoir et d'évaluer les conséquences dommageables du projet sur l'environnement. A l issue de cette étude, le projet touristique du prestataire peut être actualisé en tenant compte des recommandations de l étude d impact environnemental Critères généraux de sélection des concessionnaires Pour participer à l exploitation touristique des parcs et réserves, tout soumissionnaire doit remplir tous les critères généraux de sélection. Chaque Directeur de parc, en fonction de la spécificité du parc ou de la réserve qu il gère imposera les détails de ces critères. 6

8 Tout concessionnaire doit être en mesure de fournir des prestations de qualité afin de pérenniser l activité touristique dans les parcs et réserves et doit pouvoir appuyer la mise en œuvre du plan d aménagement et de gestion pour l atteinte des objectifs assignés à l aire protégée concerné. Le concessionnaire doit prouver ses capacités professionnelles au regard des textes en vigueur. Les critères généraux de sélection sont : (i) La qualité du projet touristique envisagé : pertinence, efficacité, tarifs à appliquer, résultats escomptés, mesures riveraines, appui à l aménagement ; (ii) La capacité financière du soumissionnaire : disponibilité de ressources financières et un plan de financement des activités sur la durée de la concession ; (iii) La capacité professionnelle : l expérience en matière de conduite ou de gestion d activités touristique (les références ou le bilan des projets précédents), le cas échéant, la capacité technique à faire réaliser les opérations par un personnel expérimenté ; (iv) La capacité matérielle : disponibilité ou capacité à acquérir les équipements adéquats pour l exécution des travaux prévus par la concession ; (v) La capacité humaine : disponibilité de ressources humaines compétentes pour la conduite des activités. Le soumissionnaire doit prouver qu il a les capacités nécessaires à l organisation de l offre touristique et/ou selon la concession, du transport, de l hébergement et de la restauration, de l attraction des touristes, des excursions et du confort des touristes. Il doit être financièrement autonome, avoir un amour inconditionnel pour la nature et être capable de fournir un service personnalisé de qualité. Il doit aussi appuyer l OIPR dans les mesures riveraines en faveur des populations locales. L OIPR se réserve le droit de juger de ces capacités à partir du dossier présenté, des échanges qu il aura avec le soumissionnaire ou à partir d une enquête sur lui. Les soumissionnaires seront dans tous les cas informés de la suite donnée à leur demande. Par souci de transparence et d efficacité, les résultats de l'évaluation de la capacité des soumissionnaires ainsi que l'analyse et les conclusions de l'évaluation, feront l'objet d'une documentation à conserver dans les dossiers du parc et de l OIPR. Ce dossier pourrait être utilisé pour une réévaluation éventuelle du soumissionnaire Signature et approbations de la Convention de concession La Convention de concession de l exploitation touristique d un parc ou d une réserve partielle, est signée par le Directeur Général de l OIPR et le Concessionnaire après approbation des autorités compétentes. Avant signature de la Convention de concession, celle-ci doit acquérir l avis favorable du Conseil de Gestion de l OIPR (article 12 du Décret N du 24 juillet 2002) puis l approbation du Ministre de tutelle des parcs et réserves et des Ministres concernés par les activités concédées (article 32 de la Loi du 11 février 2002). 7

9 5- DUREE DE LA CONCESSION La durée de la concession est définie en accord par les deux parties mais, la durée minimale de la concession est de cinq (5) années et sa durée maximale est de dix (10) années renouvelables. Le projet touristique ou le plan de gestion validé doit prévoir pour l exploitation touristique, un temps de récupération inférieur ou égal à 5 ans. Cela permet de fixer la durée maximale de la convention de concession à 10 ans renouvelables. Cette courte durée renouvelable a pour but d inciter les concessionnaires à s impliquer effectivement dans la gestion durable des aires protégées afin d avoir à nouveau la chance de profiter de leurs investissements. 6- REDEVANCE D EXPLOITATION La concession est consentie moyennant le paiement d une redevance locative telle que fixée dans la convention de concession et dont le montant et la périodicité sont fixés par négociation. La redevance d exploitation touristique est la somme due périodiquement, à titre de loyer, par le concessionnaire à l OIPR. Aucune raison ne peut exonérer le concessionnaire du paiement de cette redevance. Montant de la redevance Le montant de la redevance annuelle est fixé d accord partie. Il peut évoluer progressivement car loin d être accablant, la redevance ne doit pas peser sur la rentabilité de l exploitation. Recouvrement de la redevance Comme toute recette de l OIPR, le recouvrement de la redevance d exploitation est assuré par l agent comptable ayant qualité de comptable public, nommé auprès de l OIPR par arrêté du Ministre de l Economie et des Finances. Les conditions de recouvrement seront fixées par la convention de concession. 7- OBLIGATIONS DES PARTIES 7-1- Obligations de l autorité concédante : l OIPR L OIPR a l obligation de : - mettre à la pleine disposition du Concessionnaire les activités concédées ; - ne pas troubler les activités du Concessionnaire ; - assurer le pouvoir de police dans l aire protégée. 8

10 7-2- Obligations du Concessionnaire Le Concessionnaire a l obligation de : - respecter les dispositions réglementaires de la gestion des parcs et réserves ; - exploiter, entretenir, réparer et réhabiliter, les biens mis à sa disposition dans le cadre de la convention ; - maintenir en parfait état d entretien et de fonctionnement, les biens mis à sa disposition ; - fournir au moins 50% des emplois créés à des ressortissants riverains ; - assurer lui-même l exploitation des activités touristiques concédées dans l aire protégée conformément à la concession. Le Concessionnaire ne peut, sous peine de déchéance, céder partiellement ou totalement la concession, se faire substituer sans l accord préalable de l OIPR, par un tiers pour l exercice partiel ou total des charges qui lui incombent au titre de l exploitation touristique de l aire protégée. Au cas où le Concessionnaire a recours à des tiers pour l exécution de certaines des charges qui lui incombent au titre de la concession, il demeure seul responsable à l égard de l OIPR de l'accomplissement de toutes les obligations que lui impose le contrat de concession et son cahier des charges ; - payer la redevance d exploitation ; - fournir aux évaluateurs et auditeurs commis par l OIPR, tous les documents et informations nécessaires à l exécution de leurs tâches ; - à la fin de la concession, remettre l aire protégée à l OIPR dans un meilleur état qu au début de la concession. 8- SUIVI - EVALUATION DE LA CONCESSION 8-1- Suivi de la concession Le suivi quotidien de la convention est exécuté par le Directeur du parc ou de la réserve. Un bilan de la mise en œuvre de la convention est réalisé chaque fin d année. L accès à l aire protégée y compris la zone touristique, reste libre aux agents de l OIPR, dûment mandatés, sans que ceux-ci n entravent l exercice des activités concédées au Concessionnaire Evaluations Des évaluations et audits périodiques internes du programme de concession seront régulièrement réalisés par l OIPR. Ils comporteront des évaluations et audits techniques, financiers et économiques. Une évaluation de la convention sera par ailleurs, réalisée par année, en collaboration avec le Concessionnaire. Ces évaluations permettront de s assurer d une part de la qualité d exécution de la convention et d autre part de la probité et de l intégrité des parties. 9

PROJET DE DELIBERATION

PROJET DE DELIBERATION PROJET DE DELIBERATION OBJET : GESTION MUNICIPALE - DELEGATION AU MAIRE Secrétariat général RAPPORTEUR : Madame Patricia BORDAS, Premier adjoint Le conseil municipal a la possibilité de déléguer directement

Plus en détail

MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC

MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC République Démocratique du Congo Ministère du Plan et Révolution de la Modernité Agence Nationale pour la Promotion des Investissements MULTIPLES INCITATIONS ACCORDEES AUX INVESTISSEURS EN RDC Kinshasa,

Plus en détail

Profil, fonctions, règles de désignation et statut du Secrétaire général et du Secrétaire général adjoint

Profil, fonctions, règles de désignation et statut du Secrétaire général et du Secrétaire général adjoint Écoles Européennes Bureau du Secrétaire général Secrétariat général Réf. : 2010-D-362-fr-6 Orig. : en Version : fr Profil, fonctions, règles de désignation et statut du Secrétaire général et du Secrétaire

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE INDUSTRIE, ÉNERGIE ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Décret n o 2012-279 du 28 février 2012 relatif à l Institut

Plus en détail

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800.

- Recettes du Titre I 12.401.200.000 Dinars - Recettes du Titre II 4.066.000.000 Dinars - Recettes des fonds spéciaux du Trésor 638.800. Loi n 2008-77 du 22 décembre 2008, portant loi de finances pour l année 2009. ARTICLE PREMIER : Est et demeure autorisée pour l année 2009 la perception au profit du Budget de l Etat des recettes provenant

Plus en détail

CONVENTION FÉDÉRATION FRANÇAISE D ATHLÉTISME LIGUE NATIONALE D ATHLÉTISME

CONVENTION FÉDÉRATION FRANÇAISE D ATHLÉTISME LIGUE NATIONALE D ATHLÉTISME CONVENTION FÉDÉRATION FRANÇAISE D ATHLÉTISME LIGUE NATIONALE D ATHLÉTISME PRÉAMBULE La Fédération Française d Athlétisme (FFA), association déclarée reconnue d utilité publique, est une Fédération sportive

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION Adopté par le conseil d administration le 25 mars 2009 et modifié le 17 juin 2015

Plus en détail

Journal Officiel - Numéro Spécial - 12 juillet 2008

Journal Officiel - Numéro Spécial - 12 juillet 2008 59 LOI N 08/008 DU 07 JUILLET 2008 PORTANT DISPOSITIONS GENERALES RELATIVES AU DESENGAGEMENT DE L ETAT DES ENTREPRISES DU PORTEFEUILLE EXPOSE DES MOTIFS Le programme de désengagement s inscrit dans le

Plus en détail

RA 2014 Annexe Le décret de 1994

RA 2014 Annexe Le décret de 1994 DateDoc Bibli othèque nationale de France RA 2014 Annexe Le décret de 1994 29/05/2015 16:35:44 Bibliothèque nationale de France délégation à la Stratégie et à la Recherche version du 29 mai 2015 émetteur

Plus en détail

La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC)

La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC) Certu La mise en place d un service public d assainissement non collectif (SPANC) > CE QU IL FAUT SAVOIR AVANT DE CRÉER UN SPANC Intérêt de l assainissement non collectif Les eaux utilisées pour satisfaire

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION

NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION Le présent projet de loi s inscrit dans le cadre des mesures d accompagnement de la nouvelle stratégie agricole baptisée «Plan Maroc Vert», qui a pour vocation d imprimer au secteur

Plus en détail

Vu la loi n 78-663 du 5 aout 1978, déterminant la composition, l organisation, les attributions et le fonctionnement de la cours suprême,

Vu la loi n 78-663 du 5 aout 1978, déterminant la composition, l organisation, les attributions et le fonctionnement de la cours suprême, Décret n 91-662 du 9 octobre 1991, portant création d un établissement public à caractère administrative (EPA), dénommé «Centre Ivoirien Antipollution» (CIAPOL) et déterminant ses attributions, son organisation

Plus en détail

Délégation de gestion du Centre International de Séjour Auberge de jeunesse Adoption de principe

Délégation de gestion du Centre International de Séjour Auberge de jeunesse Adoption de principe Communauté d Agglomération du Pays de Morlaix Conseil de Communauté du 02 mai 2005 Nom du Rapporteur : Monsieur Jean-René PERON N : D 05-082 Délégation de gestion du Centre International de Séjour Auberge

Plus en détail

Art. 3.- L'établissement est placé sous la tutelle du ministre des transports.

Art. 3.- L'établissement est placé sous la tutelle du ministre des transports. Décret exécutif n 91-149 du 18 mai 1991 portant réaménagement des statuts de l'entreprise nationale d'exploitation et de sécurité aéronautiques (ENESA) et dénomination nouvelle: Etablissement national

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er - Création Il est créé entre : - la (les) collectivité(s)

Plus en détail

Lors de sa séance du 13 juillet 2012, le conseil communautaire a décidé :

Lors de sa séance du 13 juillet 2012, le conseil communautaire a décidé : Rapport de présentation sur les caractéristiques essentielles de la délégation de service public de transports en commun (article L.1411-4 du Code général des collectivités territoriales) page 1/9 Introduction

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES FIXANT LES CLAUSES ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CONCESSION DE GRE A GRE DES TERRAINS NUS CONFIES EN GESTION A L ANIREF PREAMBULE

CAHIER DES CHARGES FIXANT LES CLAUSES ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CONCESSION DE GRE A GRE DES TERRAINS NUS CONFIES EN GESTION A L ANIREF PREAMBULE CAHIER DES CHARGES FIXANT LES CLAUSES ET CONDITIONS APPLICABLES A LA CONCESSION DE GRE A GRE DES TERRAINS NUS CONFIES EN GESTION A L ANIREF PREAMBULE Le présent cahier des charges fixe, conformément aux

Plus en détail

C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX

C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX FOR02 v. 4 d u 15.05.2012 DG2/DPR/CRE 2007-2013 Proj. XXXX-XX-XXX CO XX-2012 (Gestionnaires du projet) C O N V E N T I O N N 20XX-XX-XXX - XX «Compétitivité régionale et emploi» 2007-2013 Relative à la

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET N 02 AMI/2015

APPEL A MANIFESTATION D INTERET N 02 AMI/2015 APPEL A MANIFESTATION D INTERET N 02 AMI/2015 Développement de Partenariat autour des terres agricoles du domaine privé de l Etat au profit des entrepreneurs de la région d OUED-EDDAHAB-LAGOUIRA REGLEMENT

Plus en détail

RAPPORT DE PRESENTATION

RAPPORT DE PRESENTATION REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple-Un But-Une Foi ---------------- MINISTERE DU TOURISME ET DES TRANSPORTS AERIENS ---------------- DECRET n 94-663 du 27 juin 1994 Portant réglementation des agences de voyages

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES GENERALES APPLICABLES AUX CONVENTIONS DE CONCESSION D OUVRAGE DE SERVICE PUBLIC

CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES GENERALES APPLICABLES AUX CONVENTIONS DE CONCESSION D OUVRAGE DE SERVICE PUBLIC CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES GENERALES APPLICABLES AUX CONVENTIONS DE CONCESSION D OUVRAGE DE SERVICE PUBLIC CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES GENERALES APPLICABLES AUX CONVENTIONS DE CONCESSION

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE «THEATRE DE BOURG-EN-BRESSE» STATUTS

ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE «THEATRE DE BOURG-EN-BRESSE» STATUTS ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE «THEATRE DE BOURG-EN-BRESSE» STATUTS EXPOSE DES MOTIFS Le Théâtre de Bourg-en-Bresse constitue aujourd hui un équipement culturel notoire en matière de spectacle

Plus en détail

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI)

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) sommaire 1 Préambule P. 4 2 Champ d application P. 6 3 Système

Plus en détail

Côte d'ivoire. Domaine foncier rural

Côte d'ivoire. Domaine foncier rural Domaine foncier rural Loi n 98-750 du 23 décembre 1998 modifiée [NB - Loi n 98-750 du 23 décembre 1998 relative au domaine foncier rural Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004] Chapitre 1 - Définition

Plus en détail

Togo. Loi portant organisation des services publics de l eau potable

Togo. Loi portant organisation des services publics de l eau potable Loi portant organisation des services publics de l eau potable Loi n 2010-006 du 18 juin 2010 modifiée [NB - Loi n 2010-006 du 18 juin 2010 portant organisation des services publics de l eau potable et

Plus en détail

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE

APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE OFFICE D'INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSIONS DU SECTEUR PUBLIC (INVESTISSEMENTS PSP) APERÇU DE L APPÉTIT POUR LE RISQUE Le 13 novembre 2014 Introduction Le maintien d une culture axée sur la conscience

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNICATION -----------------

MINISTERE DE LA COMMUNICATION ----------------- MINISTERE DE LA COMMUNICATION ----------------- DECRET N 91-181 du 27 mars 1991 portant création et organisation d un établissement public à caractère administratif dénommé Agence Ivoirienne de Presse

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CONCESSION DE L ACTIF IMMOBILIER ( EX. ENAFLA I ) ( LOT N 02)

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA CONCESSION DE L ACTIF IMMOBILIER ( EX. ENAFLA I ) ( LOT N 02) REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DU DOMAINE NATIONAL DIRECTION DES DOMAINES DE LA WILAYA DE BLIDA MINISTERE DE L INDUSTRIE ET DE LA PROMOTION DES

Plus en détail

La Financière agricole du Québec

La Financière agricole du Québec La Financière agricole du Québec Plan d action de développement durable 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général... 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser,

Plus en détail

MINISTERE DE L ENERGIE ET DU PETROLE

MINISTERE DE L ENERGIE ET DU PETROLE MINISTERE DE L ENERGIE ET DU PETROLE Pétrole et l organisation de l administration Centrale de son département. ARTICLE PREMIER : Le Ministre de l Energie et du Pétrole a pour mission générale d élaborer,

Plus en détail

Projet de loi Relatif au régime des concessions

Projet de loi Relatif au régime des concessions Projet de loi Relatif au régime des concessions Titre premier DISPOSITIONS GENERALES ET DEFINITIONS Article premier : la présente loi a pour objet de définir le régime juridique des concessions et de fixer

Plus en détail

Charte de l audit interne

Charte de l audit interne Charte de l audit interne Adoptée par le Comité d audit le 24 mai 2012 CORPORATION DE L ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES COMMERCIALES DE MONTRÉAL CHARTE DE L AUDIT INTERNE 1. ÉNONCÉ DE PRINCIPE L audit interne

Plus en détail

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE Principes fondateurs L es communes de BAUGE, MONTPOLLIN, PONTIGNE, SAINT MARTIN D ARCE, LE VIEIL- BAUGE, sont situées au centre du canton de Baugé. Partageant un passé historique

Plus en détail

TITRE PREMIER DES GENERALITES TITRE II DE LA CLASSIFICATION DES PROJETS. CHAPITRE PREMIER Les catégories de réseaux

TITRE PREMIER DES GENERALITES TITRE II DE LA CLASSIFICATION DES PROJETS. CHAPITRE PREMIER Les catégories de réseaux Loi n 98-026 du 20 janvier 1999 portant refonte de la Charte routière TITRE PREMIER DES GENERALITES Article premier - La présente loi constitue la charte Routière à Madagascar. Elle définit les modalités

Plus en détail

La cartographie des acteurs de la prévention les compétences du CHSCT

La cartographie des acteurs de la prévention les compétences du CHSCT Formation des personnes ressources chargées d accompagner les membres des comités d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Secrétariat général DGRH C1 La cartographie des acteurs de

Plus en détail

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX?

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? L AEDH a pris connaissance avec intérêt de la décision du Conseil européen de Bruxelles d élargir le mandat de l Observatoire européen des phénomènes racistes

Plus en détail

Projet de loi n o 156

Projet de loi n o 156 PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 156 Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection et à la réhabilitation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation

Plus en détail

UESL Conseil de surveillance du 26 Juin 2014

UESL Conseil de surveillance du 26 Juin 2014 UESL Conseil de surveillance du 26 Juin 2014 Directive ------------------------------- Règles minimales communes applicables aux GIE et associations de moyens Les CIL sont des associations régies par la

Plus en détail

Trophée IDEES Junior INITIATIVES DURABLES POUR L ENVIRONNEMENT, L ECONOMIQUE ET LE SOCIAL DANS LES HAUTS-DE-SEINE

Trophée IDEES Junior INITIATIVES DURABLES POUR L ENVIRONNEMENT, L ECONOMIQUE ET LE SOCIAL DANS LES HAUTS-DE-SEINE 1 Après le lancement en mai 2009 des éco collèges, il a semblé naturel d introduire dans l édition 2011 une nouvelle catégorie : les collèges. Le Trophée IDEES Junior vise à favoriser et à promouvoir les

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

(1) Le conseil municipal privilégie :

(1) Le conseil municipal privilégie : 2.13 PATRIMOINE ET CULTURE Préambule Les attraits historiques et culturels de Fredericton au nombre desquels il faut compter son emplacement, ses bâtiments, ses lieux, ses établissements culturels et son

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/04/15 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/32 NOTE COMMUNE N 19/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE LOI N 95-017 portant Code du Tourisme TITRE PREMIER DISPOSITIONS GENERALES CHAPITRE PREMIER OBJET DEFINITIONS

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE LOI N 95-017 portant Code du Tourisme TITRE PREMIER DISPOSITIONS GENERALES CHAPITRE PREMIER OBJET DEFINITIONS PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE LOI N 95-017 portant Code du Tourisme L Assemblée nationale a adopté en sa séance du 25 juillet 1995 Le Président de la République Vu la décision n 19-HCC/D.3 du 18 août 1995,

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE

STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE ARTICLE 1 : CONSTITUTION DENOMINATION Entre les adhérents aux présents statuts il est créé une association dénommée

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 1 Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 2015-020-CTST-PRO-1 Approbation du 5 juin 2015 Annule et remplace l édition du 3 octobre 2014 2 Sommaire 1. Préambule...

Plus en détail

SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO. Résumé

SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO. Résumé Conseil exécutif Cent quatre-vingt-onzième session 191 EX/27 PARIS, le 25 mars 2013 Original anglais Point 27 de l'ordre du jour provisoire SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO Résumé Conformément

Plus en détail

DOCUMENT 1 CAHIER DES CHARGES POUR L ATTRIBUTION DE LA MARQUE

DOCUMENT 1 CAHIER DES CHARGES POUR L ATTRIBUTION DE LA MARQUE CAHIER DES CHARGES POUR L ATTRIBUTION DE LA MARQUE FAMILLE PLUS, label national, pour l accueil des familles et des enfants dans les communes touristiques françaises JUILLET 2008 1/13 Cahier des charges

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville

Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville CONVENTION D OBJECTIF ET DE PARTENARIAT CENTRE DE LOISIRS ASSOCIATIF ELEMENTAIRE ENTRE LES SOUSSIGNES Monsieur le Maire de la Ville de Toulouse, représentant de ladite ville ET Madame Sous le n l organisateur)

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

Loi fédérale sur le centre pour la qualité dans l assurance obligatoire des soins

Loi fédérale sur le centre pour la qualité dans l assurance obligatoire des soins Avant-Projet Loi fédérale sur le centre pour la qualité dans l assurance obligatoire des soins du L'Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l'art. 117, al. 1, de la Constitution 1, vu le message

Plus en détail

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel

Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Juillet 2011 Politique de transparence de l Autorité de contrôle prudentiel Document de nature explicative L instauration de l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) par l ordonnance n o 2010-76 1 s est

Plus en détail

LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES. Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires

LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES. Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires LE CONTROLE DES RECETTES PUBLIQUES Sous-thème II Le rôle de l ISC à travers les différentes phases budgétaires Document de discussion élaboré par le groupe de travail sous-thème II National Audit Office,

Plus en détail

STATUTS DE L AGENCE BENINOISE DE METROLOGIE ET DE CONTROLE DE LA QUALITE (ABMCQ)

STATUTS DE L AGENCE BENINOISE DE METROLOGIE ET DE CONTROLE DE LA QUALITE (ABMCQ) 22/01/2009 STATUTS DE L AGENCE BENINOISE DE METROLOGIE ET DE CONTROLE DE LA QUALITE (ABMCQ) TITRE PREMIER : DE LA CREATION, DE L OBJET, DU SIEGE SOCIAL ET DE LA DOTATION CHAPITRE 1 : De la création, de

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité

AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité AVIS DU CONSEIL DE LA JEUNESSE Vers un Conseil fédéral de la publicité INTRODUCTION Dans le débat sur la publicité qui oppose adversaires et partisans, il est une question essentielle, celle de son contrôle.

Plus en détail

Modalités de versement de la subvention communautaire. Convention

Modalités de versement de la subvention communautaire. Convention Association Arbres et Paysages en Gironde (AP33) Programme d'actions 2014 - Valorisation du patrimoine arboré des haies sur le territoire de la Communauté urbaine de Bordeaux Modalités de versement de

Plus en détail

Procédure de fonctionnement de la marque QUALITE TOURISME TM via le Référentiel Qualité Offices de Tourisme de France

Procédure de fonctionnement de la marque QUALITE TOURISME TM via le Référentiel Qualité Offices de Tourisme de France Procédure de fonctionnement de la marque QUALITE TOURISME TM via le Référentiel Qualité Offices de Tourisme de France Offices de Tourisme de France a délégation du Ministère pour l attribution de la marque

Plus en détail

Le bureau du recrutement et des concours

Le bureau du recrutement et des concours Cette brochure présente les conditions d inscription ainsi que les nouvelles épreuves applicables dès 2013 au concours d attaché d administrations parisiennes. Dans un souci pédagogique, divers indications

Plus en détail

PROJET DE CONVENTION DE MANDAT

PROJET DE CONVENTION DE MANDAT PROJET DE CONVENTION DE MANDAT ÉQUIPEMENT DES SALLES SERVEURS DE LA COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION DU GRAND DOLE ET DE LA VILLE DE DOLE DANS LE CADRE D UN SYSTÈME D INFORMATION MUTUALISÉ ENTRE La Communauté

Plus en détail

PADARTV. Programme d appui au développement des appellations réservées et des termes valorisants

PADARTV. Programme d appui au développement des appellations réservées et des termes valorisants PADARTV Programme d appui au développement des appellations réservées et des termes valorisants Table des matières Table des matières... 2 Contexte... 3 Objectif général... 3 Interventions... 4 Mesure

Plus en détail

POUR UN FINANCEMENT LOCAL

POUR UN FINANCEMENT LOCAL POUR UN FINANCEMENT LOCAL PLUS EQUITABLE DU SPORT Xavier Sautenuage 1 Le 11 janvier 2010 La publication le 10 décembre 2009 du rapport public de la Cour des comptes intitulé «les collectivités territoriales

Plus en détail

3. Transparence par rapport à l utilisation des moyens financiers

3. Transparence par rapport à l utilisation des moyens financiers Département fédéral de l'économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Formation Professionelle Groupe d experts «Fonds en faveur de la formation professionnelle»

Plus en détail

INTRODUCTION. Arrêté no. 24 1/20

INTRODUCTION. Arrêté no. 24 1/20 INTRODUCTION Le plan d aménagement municipal se veut l'outil de travail de premier ordre qui permettra au village de Maisonnette de mieux planifier la façon dont va s'orienter le développement au cours

Plus en détail

FORUM DES ÉQUIPEMENTS CULTURELS. Programme d aide aux collectes de fonds

FORUM DES ÉQUIPEMENTS CULTURELS. Programme d aide aux collectes de fonds Ville de Montréal Service de la culture Division des quartiers culturels 2014 FORUM DES ÉQUIPEMENTS CULTURELS Programme d aide aux collectes de fonds Conditions et exigences pour les projets de collecte

Plus en détail

CONCESSIONS DE LOGEMENTS

CONCESSIONS DE LOGEMENTS CONCESSIONS DE LOGEMENTS I Types de concession de logement Il existe deux types de concession de logement : 1. Conditions d attribution La concession par nécessité absolue de service Aux termes de l article

Plus en détail

DESIGNATION DU MAITRE D OUVRAGE CAHIER DES CHARGES. Etude de programmation pour Nom de l opération*

DESIGNATION DU MAITRE D OUVRAGE CAHIER DES CHARGES. Etude de programmation pour Nom de l opération* DESIGNATION DU MAITRE D OUVRAGE CAHIER DES CHARGES Etude de programmation pour Nom de l opération* (Programme fonctionnel, architectural, urbanistique, technique et environnemental dans le cas d une réhabilitation)

Plus en détail

Objectifs, principes et critères de répartition (règles budgétaires) Des allocations entre les écoles et les centres de la Commission scolaire

Objectifs, principes et critères de répartition (règles budgétaires) Des allocations entre les écoles et les centres de la Commission scolaire Objectifs, principes et critères de répartition (règles budgétaires) Des allocations entre les écoles et les centres de la Commission scolaire 2014-2015 Adoptée : 26 juin 2014 (CC-2014-295) En vigueur

Plus en détail

ETUDE JURIDIQUE ET FINANCIERE DE L ORGANISATION TOURISTIQUE DE L ALSACE DU NORD

ETUDE JURIDIQUE ET FINANCIERE DE L ORGANISATION TOURISTIQUE DE L ALSACE DU NORD CAHIER DES CHARGES ETUDE JURIDIQUE ET FINANCIERE DE L ORGANISATION TOURISTIQUE DE L ALSACE DU NORD Date limite de réception des offres : 4 mars à 17h Marché à procédure adaptée Marché de prestations intellectuelles

Plus en détail

STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE

STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE STATUTS SANTE BTP ROUEN DIEPPE Adoptés par l assemblée générale extraordinaire du 9 novembre 2012 TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE Article 1 Constitution, dénomination A l initiative des professionnels

Plus en détail

World Tourism Organization (UNWTO) - A Specialized Agency of the United Nations

World Tourism Organization (UNWTO) - A Specialized Agency of the United Nations Termes de Référence Recrutement d un volontaire de l OMT pour le projet «Augmenter l impact du développement touristique sur l économie locale dans la région de Jacmel, Haïti» dans le cadre du Programme

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

CHARTE. DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CASCADES INC. (la «Société»)

CHARTE. DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CASCADES INC. (la «Société») DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CASCADES INC. (la «Société») 1. OBJET La présente charte vise à décrire le rôle du comité d audit et des finances (le «comité») ainsi que les fonctions et les responsabilités

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

Mandat - Modèle détaillé

Mandat - Modèle détaillé La gouvernance des PME Mandat - Modèle détaillé - modèle détaillé mandat pour un comité consultatif Nous vous présentons ci-dessous un exemple de mandat pour un comité consultatif plus sophistiqué que

Plus en détail

DECRET DE CREATION DE AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT (ANDE)

DECRET DE CREATION DE AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT (ANDE) DECRET DE CREATION DE AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT (ANDE) Décret n 97-393 du 9 juillet 1997 portant création et organisation d un établissement public à caractère administratif dénomme Agence Nationale

Plus en détail

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention :

PROJET DE LOI ------- ÉTUDE D IMPACT. I - Situation de référence et objectifs de l accord ou convention : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1002191L PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre la France et la Suisse en vue d éviter

Plus en détail

DECRET N 2011/0975/PM DU 04 AVRIL 2011 FIXANT LES MODALITES DE REEVALUATION DES IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES ET NON AMORTISSABLES DES ENTREPRISES

DECRET N 2011/0975/PM DU 04 AVRIL 2011 FIXANT LES MODALITES DE REEVALUATION DES IMMOBILISATIONS AMORTISSABLES ET NON AMORTISSABLES DES ENTREPRISES REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON -------- -------- Paix Travail Patrie Peace Work Fatherland -------- -------- DECRET N 2011/0975/PM DU 04 AVRIL 2011 FIXANT LES MODALITES DE REEVALUATION DES

Plus en détail

Décret n 92-994 portant création et organisation de l Office Malgache de la Propriété Industrielle (OMAPI)

Décret n 92-994 portant création et organisation de l Office Malgache de la Propriété Industrielle (OMAPI) MADAGASCAR Décret n 92-994 portant création et organisation de l Office Malgache de la Propriété Industrielle (OMAPI) (du 2 décembre 1992)* TABLE DES MATIÈRES** Articles Titre Ier : De la nature juridique

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes :

Le Conseil d Etat (Section de l intérieur), saisi par le ministre de la culture et de la communication des questions suivantes : Section de l intérieur Avis n 370.169 18 mai 2004 Domaine public de l Etat Consistance et délimitation Cas de la mise à disposition de la Cinémathèque française de locaux acquis par l Etat - Affectation

Plus en détail

Statuts de l ASP. ASP Fondatrice, Accompagnement, développement en Soins Palliatifs

Statuts de l ASP. ASP Fondatrice, Accompagnement, développement en Soins Palliatifs Statuts de l ASP Création : Dépôt légal 13 décembre 1984 Journal officiel du 2 janvier 1985 Modifications des statuts approuvées par l Assemblée générale des 17 mai 1999, 06 mai 2003, 17 mai 2005 et 22

Plus en détail

Termes de Référence et Etendue des Services REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO CELLULE INFRASTRUCTURES

Termes de Référence et Etendue des Services REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO CELLULE INFRASTRUCTURES Termes de Référence et Etendue des Services REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, URBANISME, HABITAT, INFRASTRUCTURES, TRAVAUX, PUBLICS ET RECONSTRUCTION. CELLULE INFRASTRUCTURES

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Décret n o 2015-595 du 2 juin 2015 relatif aux indications géographiques protégeant les produits industriels

Plus en détail

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 «Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 Synthèse de présentation du projet Horizon 2015 approuvée par le Conseil d Administration Fédéral Gîtes de France du

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS ENTRE LA VILLE DE METZ ET L ASSOCIATION MOB D EMPLOI POUR L OPÉRATION METZ VELOCATION ANNÉE 2011

CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS ENTRE LA VILLE DE METZ ET L ASSOCIATION MOB D EMPLOI POUR L OPÉRATION METZ VELOCATION ANNÉE 2011 CONVENTION D OBJECTIFS ET DE MOYENS ENTRE LA VILLE DE METZ ET L ASSOCIATION MOB D EMPLOI POUR L OPÉRATION METZ VELOCATION ANNÉE 2011 Projet V5 (14/02/2011) Entre : La Ville de Metz, représentée par son

Plus en détail

Contrat d affiliation avec le site marchand FITNESSBOUTIQUE.COM

Contrat d affiliation avec le site marchand FITNESSBOUTIQUE.COM Contrat d affiliation avec le site marchand FITNESSBOUTIQUE.COM Le,à. ENTRE LES SOUSSIGNES, éditrice du site domiciliée représentée par en sa qualité de E-Mail : et, Tél. (ci-après dénommée l affilié )

Plus en détail

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE

DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE DOMTAR CORPORATION LIGNES DIRECTRICES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE Rôle du conseil d administration Le conseil est chargé de la gérance générale de la Société et chaque administrateur doit agir au mieux des

Plus en détail

STATUTS COMITE D ORGANISATION EVENEMENT DISCIPLINE - DATE LIEU - DEPARTEMENT

STATUTS COMITE D ORGANISATION EVENEMENT DISCIPLINE - DATE LIEU - DEPARTEMENT STATUTS COMITE D ORGANISATION EVENEMENT DISCIPLINE - DATE LIEU - DEPARTEMENT STATUT TYPE C.O. M.I.O. - version initiale Page 1 de 15 SOMMAIRE ARTICLE 1 : FORME... 3 ARTICLE 2 : DENOMINATION... 3 ARTICLE

Plus en détail

Service de Coopération et d Action Culturelle

Service de Coopération et d Action Culturelle AMBASSADE DE FRANCE SERVICE DE COOPERATION ET D ACTION CULTURELLE - Bourses de thèse par alternance - Bourses de Master REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE

Plus en détail

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités Association Maison Rurale d Education et d Action de DEveloppement BP : 10 Badou Wawa Tél : (+228) 832 10 78 Siège social Tomégbé E-mail : info@asmeradetogo.org Site web : www.asmeradetogo.org Caisse d

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE LE SYNDICAT MIXTE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PREALPES D AZUR ET L OFFICE DE TOURISME DE GRASSE

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE LE SYNDICAT MIXTE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PREALPES D AZUR ET L OFFICE DE TOURISME DE GRASSE CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE LE SYNDICAT MIXTE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PREALPES D AZUR ET L OFFICE DE TOURISME DE GRASSE ENTRE : D une part, Le Syndicat Mixte d Aménagement et de Gestion

Plus en détail

5342 BELGISCH STAATSBLAD 01.02.2006 MONITEUR BELGE

5342 BELGISCH STAATSBLAD 01.02.2006 MONITEUR BELGE 5342 BELGISCH STAATSBLAD 01.02.2006 MONITEUR BELGE MINISTERE DE LA REGION WALLONNE F. 2006 343 [C 2006/27007] 12 JANVIER 2006. Arrêté du Gouvernement wallon relatif à la vérification des déclarations des

Plus en détail

Le soussigné, Guillaume PEPY, Président du Conseil d Administration de SNCF MOBILITES,

Le soussigné, Guillaume PEPY, Président du Conseil d Administration de SNCF MOBILITES, Le soussigné, Guillaume PEPY, Président du Conseil d Administration de SNCF MOBILITES, Agissant au nom de SNCF Mobilités, Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial, dont le siège est à

Plus en détail