Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire"

Transcription

1 Atelier 4 Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire 26 Février 2010

2 UNE AEU DANS LE CADRE DU PLU 10 thématiques en quatre ateliers Atelier n 1 Biodiversité Paysages et patrimoine Atelier n 2 Environnement climatique Énergies renouvelables Performance énergétique des bâtiments Atelier n 3 Déplacements et urbanisme Mobilités douces Atelier n 4 Gestion de l eau Gestion des déchets

3 SOMMAIRE INTRODUCTION PARTIE 1 : Éléments de cadrage et enjeux Approche globale de la demande en énergie La problématique à l échelle du PLU PARTIE 2 : L avenir de Saint-Chamas en question(s)

4 SOMMAIRE INTRODUCTION PARTIE 1 : Éléments de cadrage et enjeux Approche globale de la demande en énergie La problématique à l échelle du PLU PARTIE 2 : L avenir de Saint-Chamas en question(s)

5 Les domaines d investigation de l AEU PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE CONTEXTE REGLEMENTAIRE - Contexte réglementaire - - Environnement climatique - - Approche globale de la demande en énergie - - Fonctionnement de l offre existante et projets - - Identification des réalisations en matière d économies d énergie - - Estimation du potentiel local en matière d énergies renouvelables - - Identification d enjeux environnementaux liés aux choix énergétiques - - Choix en matière de développement urbain - - Propositions d amélioration des équipements communaux -

6 PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE CONTEXTE REGLEMENTAIRE Des documents cadres L Ordonnance du 3 juin 2004 (transcription de la directive européenne du 27 juin 2001) - Les documents d urbanisme doivent évaluer les incidences de leurs dispositions sur l environnement - La prise en compte de l énergie est une problématique essentielle et transverse (réchauffement climatique, ressources naturelles, pollutions) La Loi de Programme fixant les Orientations de la Politique Énergétique (Loi POPE) du 13 juillet Renforcement du rôle des collectivités dans les enjeux énergétiques (documents d urbanisme) - Création d un chapitre «dispositions favorisant la performance énergétique et les énergies renouvelables dans l habitat» Autorise la densification pour favoriser le recours aux énergies renouvelables et aux équipements d économie d énergie Autorise la promotion des énergies renouvelables dans le règlement

7 PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE CONTEXTE REGLEMENTAIRE Des documents cadres Les engagements du Grenelle de l Environnement - Vers une société sobre en énergie et en ressources (bâtiment et transports) - Baisse de -20 % de la consommation d énergie - Baisse de -20 % d émissions de gaz à effet de serre en Passage de 9 % à 20 % de la part des énergies renouvelables dans la consommation finale d énergie en 2020 Au niveau régional, le plan Énergie 2010 avec deux programmes : - Le développement des énergies renouvelables, avec pour objectif d'être la première région solaire de France en Les économies d'énergie, grâce à des actions en direction de la profession du bâtiment, des territoires, des citoyens et des filières

8 PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE CONTEXTE INTERNATIONAL Une demande en énergie plus importante que l offre Réchauffement climatique + 1,1 à6,4 C d ici la fin du siècle Épuisement des ressources fossiles Augmentation du prix de l énergie

9 Le bâtiment, 1er consommateur d énergie PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE CONTEXTE NATIONAL Un secteur «gourmand» en énergie Émissions de GES importantes Répartition de la consommation d'énergie par secteur d activitd activité Origines des consommations sur le parc résidentiel r existant

10 Le bâtiment, 1er consommateur d énergie PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE CONTEXTE REGIONAL Stabilité de la consommation globale régionale d énergie depuis 2001 Baisse de la consommation d énergie dans l habitat et le tertiaire (baisse des consommations de fioul domestique et de butane propane) Augmentation de la consommation d énergie dans les transports ( forte progression pour le gazole) Observatoire Régional de l'énergie PACA - Édition 2008

11 L environnement climatique à Saint-Chamas PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE CONTEXTE LOCAL Un climat méditerranéen à l échelle intercommunale - Sécheresse estivale très marquée - Faibles précipitations (moins de 550 mm sur le littoral et le pourtour de l Étang de Berre - Ensoleillement important (2 800 h / an) - Des températures douces - Mistral fréquent en été et en hiver Des caractéristiques climatiques locales proches de celles de la plaine de la Crau

12 Les engagements du Grenelle PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE APPROCHE GLOBALE DE LA DEMANDE EN ENERGIE Renforcement de la réglementation thermique à partir de 2010 Tous les bâtiments, bureaux et équipements publics devront être construits dès maintenant (2010) en basse consommation (50 kwh/m²) ou seront à énergie passive ou positive Pour les logements neufs, le plan d action s articule autour de 3 dates : : passage anticipé à la réglementation THPE, avec un objectif d un tiers des constructions en basse consommation ou à énergie passive ou positive : généralisation des logements neufs à basse consommation (50 KWh/m²) : objectif de généralisation des logements neufs à énergie passive ou positive Chantier de rénovation énergétique des bâtiments existants Objectif de réduction de 38% des consommations énergétiques des bâtiments anciens d ici 2020

13 PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE APPROCHE GLOBALE DE LA DEMANDE EN ENERGIE La réglementation thermique pour les bâtiments Désormais, une réglementation thermique sur les bâtiments existants est rendue obligatoire lors des travaux d amélioration entrepris Objectifs : améliorer la performance énergétique, limiter la climatisation, ne pas dégrader le bâti Il existe deux réglementations : La RT «globale» depuis le 1er avril 2008 La RT «élément par élément» depuis le 1er novembre 2007

14 PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE APPROCHE GLOBALE DE LA DEMANDE EN ENERGIE Les consommations énergétiques liées à l habitat Consommation pour un foyer (chauffage + ECS) Logement existant (moyenne nationale) 240 KWh/m²/an /an Logement neuf (RT 2005) 120 à 140 KWh/m²/an /an Une consommation qui dépend du statut d occupation, de la compacité du bâti et de l époque de construction Répartition des logements à Saint-Chamas selon le statut d'occupation 2% 5% Résidences principales Résidences secondaires Logements vacants Ancienneté des résidences principales à Saint-Chamas Peu de variation saisonnière dans la demande en énergie car majorité de résidences principales (en comparaison avec des communes où beaucoup de résidences secondaires occupées l été) Un logement collectif consomme à taille égale 30% de moins qu une maison individuelle isolée 31% Avant 1949 Après 1949 Répartition des logements à Saint-Chamas selon la typologie 69% 93% 71% Source : INSEE - RGP 2006 Source : INSEE - RGP 2006 Source : INSEE - RGP % Maisons Appartements

15 PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE APPROCHE GLOBALE DE LA DEMANDE EN ENERGIE Des outils de «rénovation énergétique» Le Diagnostic de Performance Énergétique - DPE - Informer sur la performance énergétique des bâtiments - Sensibiliser aux économies d énergie et à la réduction des émissions de gaz à effet de serre - Inciter par des recommandations permettant d améliorer cette performance - Sa durée est de 10 ans, il comprend des recommandations de bon usage, de gestion des équipements,... étiquette énergie étiquette climat

16 PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE APPROCHE GLOBALE DE LA DEMANDE EN ENERGIE Des outils de «rénovation énergétique» Les OPAH : des rénovations qui améliorent la performance énergétique Avant Après Impact après mise en œuvre des recommandations Gain d au moins 2 classes Source : Synthèse ANAH - 10/2007 Étude portant sur plus de 600 OPAH (majorité de logements individuels datant d avant 1948)

17 PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE APPROCHE GLOBALE DE LA DEMANDE EN ENERGIE Des outils de «rénovation énergétique» Le dispositif d OPATB : Opération Programmée d Amélioration Thermique et Énergétique des Bâtiments (Partenariat entre collectivité, État, ANAH et ADEME) - Objectifs : économies d'énergies et réduction des émissions de gaz à effet de serre (CO2) - Initiative de la collectivité (maître d ouvrage) - Concerne l'ensemble des bâtiments résidentiels et tertiaires, publics et privés - Plusieurs dispositifs : réalisation de diagnostics thermiques et énergétiques, valorisation de solutions techniques performantes, évaluation des résultats obtenus,, financés en partie par les différents partenaires - Échelle d'un quartier, d'une commune ou d'un groupement de communes (exemple d Amiens Métropole ayant lancé une OPATB sur trois quartiers d habitat ancien du centre ville) - Exemple de Grenoble : Immeuble de 1954, dont 38% des déperditions thermiques par les façades Les consommations de chauffage sont passées de 200 kwh/m2/an avant travaux à 126 kwh/m2/an après travaux. Les aides de l OPATB ont couvert 49 % du coût global TTC. Selon leur statut, les propriétaires ont reçu une aide finançant de 36 à 76 % de leur investissement.

18 PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE APPROCHE GLOBALE DE LA DEMANDE EN ENERGIE La production d énergies renouvelables en PACA Prédominance de la production hydraulique Filière Bois importante Observatoire Régional de l'énergie PACA - Édition 2008 Fort potentiel d augmentation de la production à court terme pour l éolien Potentiel important à court terme également pour le photovoltaïque 140 MW de projets à venir

19 PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE APPROCHE GLOBALE DE LA DEMANDE EN ENERGIE Le potentiel de développement des énergies renouvelables Le potentiel éolien - Pas de projet éolien sur le territoire du SCoT - Pas de Zone de Développement Eolien (ZDE) sur le territoire du SCoT - Un fort potentiel - Mais des sensibilités écologiques et paysagères fortes (Cf. Guide régional éolien PACA Atlas de cartes pour le département des Bouches du Rhône) Projets locaux En 2008, trois parcs sont en fonctionnement dans les Bouches-du-Rhône : - Saint-Martin-de-Crau, ouvert en avril 2008, compte neuf éoliennes pour une puissance de 7,2 MW et une production annuelle estimée de 15 GWh - Fos-sur-Mer, ouvert en 2006, compte quatre éoliennes pour une puissance de 10 MW et une production annuelle estimée de 28,4 GWh - Port-Saint-Louis-du-Rhône, ouvert en 2005, compte vingt-cinq éoliennes pour une puissance de 21,3 MW et une production annuelle estimée de 45 GWh

20 PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE APPROCHE GLOBALE DE LA DEMANDE EN ENERGIE Le potentiel éolien sur Agglopole Provence Un fort potentiel éolien sur la chaîne littorale de la Fare et sur le Plateau de Lunard

21 PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE APPROCHE GLOBALE DE LA DEMANDE EN ENERGIE La sensibilité paysagère au grand éolien sur Agglopole Provence Une sensibilité paysagère majeure dans les secteurs de potentiel éolien les plus importants Protection de la Chaîne de la Fare pour ses valeurs écologiques (Directive Oiseaux) «Étude de cadrage des projets éoliens» dans le département des Bouches du Rhône (DIREN 2002).

22 PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE APPROCHE GLOBALE DE LA DEMANDE EN ENERGIE Le potentiel de développement des énergies renouvelables Le potentiel solaire - Un fort potentiel : heures d ensoleillement moyen par an - Volonté d implantation de parcs photovoltaïques de la part des particuliers - Peu d installations en solaire photovoltaïque sur le territoire du SCoT Combinées à l orientation et à l isolation des bâtiments, réalisation d économies : entre 30 et 70 % des besoins en chauffage et eau chaude Projets locaux de solaire photovoltaïque - Réflexions en cours pour des parcs photovoltaïques sur les communes de Vernègues, La Barben et Lançon-de-Provence installations solaires photovoltaïques collectives implantées dans la région en 2007

23 PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE APPROCHE GLOBALE DE LA DEMANDE EN ENERGIE Le potentiel de développement des énergies renouvelables Projets locaux de solaire thermique - En 2008, 10 à 100 m² d installations en solaire thermique sur la commune (chauffes-eau solaires et systèmes solaires combinés) - En 2008, reprise de l augmentation du nombre d installations solaires thermiques individuelles en PACA - En 2007, poursuite de l augmentation de la surface de capteurs installée du solaire thermique collectif en PACA et augmentation significative du nombre de projets en 2008 (Source : Bilan 2008 de l Observatoire Régional de l'énergie PACA)

24 PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE APPROCHE GLOBALE DE LA DEMANDE EN ENERGIE Le potentiel de développement des énergies renouvelables Le potentiel «bois énergie» : un important gisement forestier en PACA ha de forêts (3è région forestière française), - Taux de boisement de 38% contre 25% au niveau national, - 1 million de m3 de bois disponible aisément accessible, m3 de bois prélevés sur m3 de ressources accessibles dans les Bouches-du-Rhône + valorisation des déchets des industries du bois Projets locaux régionaux - En 2007, 27 chaufferies collectives automatiques au bois plaquettes (19 collectivités et 8 entreprises) financées au titre du Contrat de Projets État-Région-ADEME

25

26 PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE APPROCHE GLOBALE DE LA DEMANDE EN ENERGIE Des enjeux de préservation des ressources et de l environnement Des enjeux d économies d énergie Des enjeux de production d énergies renouvelables

27 Des choix de développement urbain PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE LA PROBLEMATIQUE A L ECHELLE DU PLU Localisation des secteurs de développement / à urbaniser Stratégie de l occupation du sol Formes urbaines privilégiées Eco-constructions Gestion des déplacements et des mobilités

28 Des choix de développement urbain PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE LA PROBLEMATIQUE A L ECHELLE DU PLU Adaptation du règlement du PLU - Densité COS Hauteur - Orientation des constructions - Végétalisation des parcelles et des toitures

29 Des choix de développement urbain PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE LA PROBLEMATIQUE A L ECHELLE DU PLU Promotion des énergies renouvelables - Exemplarité de la collectivité - Création d un Espace Info Énergie à l échelle intercommunale d Agglopole Provence - Sensibilisation - Incitations (bonification du COS)

30 PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE LA PROBLEMATIQUE A L ECHELLE DU PLU Des propositions d amélioration de la performance énergétique des bâtiments publics et équipements communaux Les bâtiments communaux représentent les ¾ de la consommation en énergie des communes pour une facture de 70% du budget énergie Diagnostics de performance énergétique des bâtiments communaux? Quels sont les bâtiments collectifs les plus consommateurs (besoins de chaleur)? Projet de loi Grenelle 2 Article 5 - Tous les bâtiments de l État et de ses établissements publics feront l objet d un audit énergétique d ici A partir de ce diagnostic, il est donné comme objectif à l État et à ses établissements publics d engager la rénovation de l ensemble de leurs bâtiments d ici 2012 et de traiter à cette échéance leurs surfaces les moins économes énergétiquement. Cette rénovation aura pour objectif, selon un programme adapté aux spécificités de chaque administration et établissement public, de réduire d au moins 40 % les consommations d énergie et d au moins 50 % les émissions de gaz à effet de serre de ces bâtiments dans un délai de dix ans.

31 L éclairage public - Réglementation et contrôle de la pollution lumineuse - Mise en conformité avec les nouvelles normes - Pose d ensemble lumineux alimentés en énergie solaire PARTIE 1 - ELEMENTS DE CADRAGE LA PROBLEMATIQUE A L ECHELLE DU PLU Des propositions d amélioration de la performance énergétique des bâtiments publics et équipements communaux - Estimation de la consommation annuelle moyenne pour l éclairage public En moyenne, il représente 47 % de la consommation d électricité, soit 20 % du budget total énergie des collectivités (Source : ADEME 2007) Le solaire thermique - Implantation de chauffes-eau solaires sur les bâtiments communaux nécessitant des besoins en eau chaude importants

32 SOMMAIRE INTRODUCTION PARTIE 1 : Éléments de cadrage et enjeux Approche globale de la demande en énergie La problématique à l échelle du PLU PARTIE 2 : L avenir de Saint-Chamas en question(s)

33 Objectif : L avenir de Saint-Chamas en question (s) Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire Construire une vision partagée du territoire PARTIE 2 LA PAROLE EST A VOUS Capitaliser la connaissance de terrain des différents acteurs du territoire Écouter les citoyens Partager des expériences pour définir les enjeux du territoire

34 L avenir de Saint-Chamas en question (s) Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire PARTIE 2 LA PAROLE EST A VOUS Comment maîtriser et diminuer la consommation énergétique à l échelle de la commune? Comment valoriser le potentiel d énergies renouvelables de la commune à travers ses ressources? Comment organiser le développement urbain pour optimiser la consommation énergétique?

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

Réseau de chaleur de Beauvais

Réseau de chaleur de Beauvais Réseau de chaleur de Beauvais Témoignage d un d abonné Gabriel CANTEINS Chargé de mission développement durable 22/11/2010 (v2) 1/13 Réseau de chaleur de Beauvais (témoignage) Rendez-vous de l ADEME 25

Plus en détail

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers Acteurs de la transition énergétique en Mayenne Les dépenses énergétiques en Mayenne sont de 1.5 million d euros par jour ou 550 millions d euros par

Plus en détail

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES Quercy Energies Le réseau EIE en Midi-Pyrénées 4 premiers EIE créés en novembre 2001, toute la région est couverte en 2007 avec 11 CIE dans 9 EIE En MIDI- PYRENEES

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments

Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments climat d innovation Economies d énergie Rénovation thermique des bâtiments Les aides financières à disposition des ménages Edition 2012 Essayons d y voir plus clair 2/3 Les décisions du Grenelle de l Environnement

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

ENQUÊTE. Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2011. Série Économique RCE 15. Février 2013

ENQUÊTE. Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2011. Série Économique RCE 15. Février 2013 ENQUÊTE Comparatif des modes de chauffage & Prix de vente de la chaleur en 2011 Série Économique Réalisé avec le soutien technique et financier de RCE 15 Février 2013 AMORCE/ADEME SOMMAIRE Prix de vente

Plus en détail

AXE 1 : Habitat Fiche action 1.1 : Réhabilitation thermique de logements témoins

AXE 1 : Habitat Fiche action 1.1 : Réhabilitation thermique de logements témoins AXE 1 : Habitat Fiche action 1.1 : Réhabilitation thermique de logements témoins Porteur du projet Coordonnateur : Pays de Chaumont. (Maitre d ouvrage : Chaumont habitat, propriétaires privés ) Contexte

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

Quelle place pour le. bois énergie. dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec :

Quelle place pour le. bois énergie. dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec : Quelle place pour le bois énergie dans le logement social? Réalisé par : En collaboration avec : Quelle place pour le bois énergie dans le logement social? UN OUTIL pour la maîtrise des charges locatives

Plus en détail

LA RENOVATION ENERGETIQUE. atelier o

LA RENOVATION ENERGETIQUE. atelier o LA RENOVATION ENERGETIQUE LA RENOVATION ENERGETIQUE 1. DIAGNOSTIC Pourquoi rénover? Que faut-il rénover? Comment s y prendre? 2. SOLUTIONS Remplacement du chauffage Capteurs solaires Isolation de l enveloppe

Plus en détail

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup SOLAIRE BALLERUP (Danemark) Utiliser l énergie solaire thermique avec un système de stockage de chaleur classique à accumulation et à régulation sur une longue période est une des alternatives les plus

Plus en détail

La filière bois énergie en Bretagne

La filière bois énergie en Bretagne La filière bois énergie en Bretagne 2012 En Bretagne, une ressource àla fois abondante et limitée Total : 3.8 millions de tep la ressource en bois couvre entre 5 et 10% des besoins actuels en énergie :

Plus en détail

La demande d énergie dans la transition énergétique : technologies et modes de vie dans les visions de l ADEME

La demande d énergie dans la transition énergétique : technologies et modes de vie dans les visions de l ADEME La demande d énergie dans la transition énergétique : technologies et modes de vie dans les visions de l ADEME François MOISAN Directeur exécutif Stratégie, Recherche, International Directeur Scientifique

Plus en détail

Eco-quartier 2011 Point 4 1/8

Eco-quartier 2011 Point 4 1/8 Eco-quartier Carte d identité et passeports énergie-climat Appel à projets éco-quartier 2011 - Point 4. Savoir gérer et évaluer son projet et son quartier La mise en place d un éco-quartier ne peut se

Plus en détail

livret d éd épargne bancaire. Taux de rémunr

livret d éd épargne bancaire. Taux de rémunr www.hdgdev.com 1 PROVAIR POUR EN SAVOIR PLUS! CODEVair : Livret d éd épargne monétaire rémunr munéré. Fonctionnement identique à celui d un d livret d éd épargne bancaire. Taux de rémunr munération indexé

Plus en détail

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Lundi 24 juin 2013 La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Service de Presse 04 67 22 81 31 /// 04 67 22 80 47 presse-region@cr-languedocroussillon.fr Convaincue

Plus en détail

Consulting SEO Mis à jour en juin 2012 ETUDE MOTS CLES CEQUAMI

Consulting SEO Mis à jour en juin 2012 ETUDE MOTS CLES CEQUAMI Consulting SEO Mis à jour en juin 2012 ETUDE MOTS CLES CEQUAMI Sommaire 1. ANALYSE DES RECHERCHES... 2 2. RECOMMANDATIONS...11 2.1. ELEMENTS DETERMINANTS...11 2.2. SELECTION DE MOTS CLES...11 Page 2 sur

Plus en détail

Lutte contre l étalement urbain

Lutte contre l étalement urbain Lutte contre l étalement urbain L étalement urbain et la consommation d espace résultent de plusieurs causes cumulatives. Ces phénomènes s expliquent notamment par l insuffisance et l inadaptation de l

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Newsletter n 10 Mars 2012

Newsletter n 10 Mars 2012 Newsletter n 10 Mars 2012 La SHOB et la SHON sont remplacées par la surface plancher depuis le 1er Mars 2012. À l occasion de l adoption de la loi Grenelle 2 en juillet 2010, le Parlement a autorisé le

Plus en détail

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS CAHIER DES CHARGES RELATIF A UN AUDIT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DE L'INSTITUT FRANÇAIS DE MECANIQUE AVANCEE Date limite d envoi de l'offre : 30 avril

Plus en détail

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013

Présentation et proposition d engagement. Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 COMMUNAUTE D AGGLOMERATION MARNE ET CHANTEREINE AGENDA 21 - DEVELOPPEMENT DURABLE PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL Présentation et proposition d engagement Conseil Municipal de Courtry 13/06/2013 DE QUOI

Plus en détail

Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures

Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures Projet de loi «Engagement national pour l environnement» Guide «simplifié» des principales mesures Titre 1 : Bâtiments et urbanisme Chapitre 1 : amélioration de la performance énergétique des bâtiments

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE DATE : 14/02/2011 N AFFAIRE : 003387/2255629/1/1 ANNEE DE CONSTRUCTION : NON COMMUNIQUE SURFACE UTILE : 489.44 TYPE DE BATIMENT : IMMEUBLE D HABITATION + BUREAUX TYPE D ACTIVITES : ADMINISTRATION - BUREAUX

Plus en détail

MEDIACOM 3 Immeuble de bureaux à Saint-Denis. JOURDA Architectes Paris

MEDIACOM 3 Immeuble de bureaux à Saint-Denis. JOURDA Architectes Paris MEDIACOM 3 Immeuble de bureaux à Saint-Denis Densifier la ville Construire un volume compact, et un maximum de plateaux afin de densifier la ville. Remplir l objectif de densification et de valorisation

Plus en détail

Habitat et bâti sous l angle de l effet de serre

Habitat et bâti sous l angle de l effet de serre B 2 Habitat et bâti sous l angle de l effet de serre Le bâti peut-être une source importante d émissions de gaz à effet de serre (GES), que cela soit par le mode de chauffage utilisé, la qualité de l isolation

Plus en détail

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 1 Séminaire Bâtiment Durable: Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 21 octobre 2014 Bruxelles Environnement LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB Alain BEULLENS, DPT CHAUFFAGE ET CLIM

Plus en détail

SALON ENEO 15/02/2011 Retour d expd du quartier de la Caserne de Bonne E. HUARD, S. ORAIN, T. HEIMO

SALON ENEO 15/02/2011 Retour d expd du quartier de la Caserne de Bonne E. HUARD, S. ORAIN, T. HEIMO SALON ENEO 15/02/2011 Retour d expd expérience sur les cogénérations du quartier de la Caserne de Bonne E. HUARD, S. ORAIN, T. HEIMO GEG Profil d entreprise Une société anonyme d économie mixte locale

Plus en détail

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé VOUS AVEZ UN PROJET DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 EDITION 2015 avec la mention RGE et le CITE Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé SOMMAIRE ECO PTZ P.2 CREDIT D IMPÔT

Plus en détail

Monitoring THPE. Soutien au projet. Présentation du projet

Monitoring THPE. Soutien au projet. Présentation du projet Monitoring THPE Le projet Monitoring THPE a donné lieu à l un des premiers systèmes innovants de suivi des performances énergétiques et de confort des bâtiments. Informations générales Localisation : Région

Plus en détail

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT

RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT RESEAUX DE CHALEUR FLEXIBILITE ENERGETIQUE ET DEVELOPPEMENT Dans un avenir marqué par : des incertitudes importantes de nature économique, énergétique et technologique, à l échelle mondiale, européenne

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Un projet Bois Energie Citoyen?

Un projet Bois Energie Citoyen? Un projet Bois Energie Citoyen? Filière bois énergie : les attendus les entrants Filière usuelle : circuit long Filière d avenir : circuit court Chaîne de production d énergie thermique HQE : Analyse systèmique

Plus en détail

Ingénierie et action foncière. Janvier 2014

Ingénierie et action foncière. Janvier 2014 ANJOU PORTAGE FONCIER Ingénierie et action foncière dans la Politique Départementale de l Habitat Janvier 2014 Les outils d action foncière et td d urbanisme durable du PDH Une phase d étude préalable

Plus en détail

Crédit impôts énergie renouvelable développement durable 2015

Crédit impôts énergie renouvelable développement durable 2015 Crédit impôts énergie renouvelable développement durable 2015 Depuis la loi de finances pour 2005, a été créé un crédit d'impôt dédié au développement durable et aux économies d'énergie. S inscrivant dans

Plus en détail

Comment? chez le particulier ou en collectivité

Comment? chez le particulier ou en collectivité Actions Citoyennes pour une Transition Energétique Solidaire par René CHAYLA Président d AC ACTEnergieS Comment? chez le particulier ou en collectivité 1 LA TRANSITION ENERGETIQUE EN PRATIQUE DIMINUER

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas?

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas? Mise à jour mars 2006 CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES AVANT-PROPOS Le crédit d impôt en faveur des économies d énergie et du développement durable constitue une triple opportunité : Il offre à l utilisateur

Plus en détail

Grand LYON, Rôle d une collectivité dans le développement d une Smart CITY Energie. 29 novembre 2013

Grand LYON, Rôle d une collectivité dans le développement d une Smart CITY Energie. 29 novembre 2013 Grand LYON, Rôle d une collectivité dans le développement d une Smart CITY Energie 29 novembre 2013 Pour le Grand LYON, une ville Intelligente c est. Une ville dans laquelle les nouvelles technologies

Plus en détail

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

«ÉCO-SOLIDAIRE» LE DISPOSITIF LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES LA RÉUNION, ILE SOLAIRE ET TERRE D INNOVATION La Réunion île solaire, terre d'innovation Reunion island, innovation land LE DISPOSITIF «ÉCO-SOLIDAIRE» PLUS D UN MILLIER DE FOYERS RÉUNIONNAIS BÉNÉFICIAIRES

Plus en détail

rénovation énergétique en copropriété

rénovation énergétique en copropriété Économies d énergie, confort, revalorisation du patrimoine : rénovation énergétique en copropriété PLAN L HABITAT COLLECTIF SOMMAIRE Économies d énergie, confort, revalorisation du patrimoine : rénovation

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr. Animation du. Animation, Information. Conseils et accompagnement des projets.

Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr. Animation du. Animation, Information. Conseils et accompagnement des projets. Le Bois Énergie Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr Animation du sur les Pyrénées Orientales Animation, Information Conseils et accompagnement des projets Réalisation de pré-diagnostics tecnico-économiques

Plus en détail

Financement de la réhabilitation des logements

Financement de la réhabilitation des logements Financement de la réhabilitation des logements Quels instruments disponibles? La gamme des outils Aides directes de l Etat et des collectivités locales Subventions nationales et locales Défiscalisation

Plus en détail

DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES

DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES DIAGNOSTIC GAZ A EFFET DE SERRE DE TERRITOIRE DU PARC NATUREL REGIONAL DES PYRENEES ARIEGEOISES Sommaire INTRODUCTION...5 I. CONSOMMATIONS ENERGETIQUES...6 Industrie...6 Agricole...7 Transports...7 Résidentiel

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

J économise mon énergie CHAUFFAGE. HABITER DURABLE - Edition n 0 1 - mise à jour septembre 2014 (nouvelle collection)

J économise mon énergie CHAUFFAGE. HABITER DURABLE - Edition n 0 1 - mise à jour septembre 2014 (nouvelle collection) J économise mon énergie CHAUFFAGE HABITER DURABLE - Edition n 0 1 - mise à jour septembre 2014 (nouvelle collection) Je m informe DÉFINITIONS Energie primaire, énergie fi nale L énergie primaire est l

Plus en détail

Le réseau de chaleur. durable

Le réseau de chaleur. durable Le réseau de chaleur durable 1 ER Réseau de chaleur en france 4 000 mw de capacité de production ( y compris SYCTOM*) Port de Gennevilliers Gennevilliers Colombes La Garenne-Colombes Asnières Clichy Courbevoie

Plus en détail

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50 A DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêtés du 15 septembre 2006 INFORMATIONS GENERALES N de rapport

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la avec www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie

Plus en détail

Jeudi 9 décembre 2010. Fanny DUPUIS 04 67 22 86 46 /// 06 07 75 52 82 dupuis.fanny@cr-languedocroussillon.fr

Jeudi 9 décembre 2010. Fanny DUPUIS 04 67 22 86 46 /// 06 07 75 52 82 dupuis.fanny@cr-languedocroussillon.fr Jeudi 9 décembre 2010 La Région et la Banque européenne d investissement lancent un fonds d investissement pour le photovoltaïque en partenariat avec trois banques régionales Le toit du chai viticole du

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

Résumé et comparaison des coûts

Résumé et comparaison des coûts Salon Greentech Fribourg Energies de chauffage Etat des lieux et perspectives Résumé et comparaison des coûts des différents systèmes de chauffage Jeudi 22 octobre 29 1 Comparaison des vecteurs énergétiques

Plus en détail

Le choix du système de chauffage dans les logements neufs

Le choix du système de chauffage dans les logements neufs Le choix du système de chauffage dans les logements neufs Constats et propositions Octobre 2007 D après une enquête conduite par Batim-Etudes auprès des maîtres d ouvrages (particuliers et professionnels)

Plus en détail

CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH

CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH DEMANDEUR DE LA PRE-ETUDE Commune de Breitenbach 4, place de l église 67220 BREITENBACH Tél

Plus en détail

Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état

Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état Le secteur du bâtiment est un des plus grands consommateurs d'énergie et émetteurs de gaz à effet de serre. C'est donc sur ce secteur que s'est

Plus en détail

COMPRENDRE. Édition : février 2013

COMPRENDRE. Édition : février 2013 L habitat COMPRENDRE 2013 Édition : février 2013 sommaire glossaire introduction Se donner les moyens de maîtriser l énergie.3 À savoir avant de se lancer...4 Trouver l aide adaptée....6 Pour tout contribuable,

Plus en détail

Aides financières 2013. Comment financer la performance énergétique de votre logement?

Aides financières 2013. Comment financer la performance énergétique de votre logement? Aides financières 2013 Comment financer la performance énergétique de votre logement? Édition : septembre 2013 sommaire glossaire introduction Se donner les moyens de maîtriser l énergie. 3 À savoir avant

Plus en détail

Prix de l énergie dans l habitat

Prix de l énergie dans l habitat Prix de l énergie dans l habitat Mise à jour février 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction Le prix des énergies n a cessé d augmenter depuis la fin du 20ème siècle.

Plus en détail

T. BONNARDOT 17/12/2010

T. BONNARDOT 17/12/2010 CYTHELIA Conseil & Expertise La Maison ZEN 350, route de la traverse 73 000 MONTAGNOLE Tel +33 (0) 4 79 25 31 75 www.cythelia.fr SARL au capital de 140 000 - RCS Chambéry B 393 290 937 - APE 7219 Z RT

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

DRAVEIL élabore son PLU

DRAVEIL élabore son PLU DRAVEIL élabore son PLU Réunion publique de quartier DANTON -LA VILLA DOMAINE DE VILLIERS Plan Local d Urbanisme VILLE DE DRAVEIL 10 JUIN 2010 La ville dans son contexte Situation géographique 19kmausuddeParis

Plus en détail

Aides financières 2013

Aides financières 2013 L habitat Comprendre Aides financières 2013 Comment financer la performance énergétique de votre logement? Édition : février 2013 sommaire glossaire introduction Se donner les moyens de maîtriser l énergie.

Plus en détail

Objectif. La capacité de l appareil de production à répondre à la demande. La demande client en matière d éco-rénovation.

Objectif. La capacité de l appareil de production à répondre à la demande. La demande client en matière d éco-rénovation. CERA Février 2011 Objectif Définir les stratégies les plus adéquates pour dynamiser rapidement le marché de l éco-rénovation au regard de : la demande client en matière d éco-rénovation l état du parc

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Élaboration du volet «éolien» du schéma régional du climat, de l air et de l énergie DREAL Nord Pas de Calais Service ECLAT CCTP volet éolien du SRCAE page 1

Plus en détail

Énergie décentralisée : La micro-cogénération

Énergie décentralisée : La micro-cogénération Énergie décentralisée : La micro-cogénération Solution énergétique pour le résidentiel et le tertiaire Jean-Paul ONANA, Chargé d activités projet PRODÉLEC PRODuction et gestion de la production d ÉLECtricité

Plus en détail

Installateur en Chauffage, Climatisation, Sanitaire et Energies Renouvelables en alternance

Installateur en Chauffage, Climatisation, Sanitaire et Energies Renouvelables en alternance Installateur en Chauffage, Climatisation, Sanitaire et Energies Renouvelables en alternance Domaine : Bâtiment, éco-construction, rénovation Durée : 5 mois ROME : F603 Code AFPA : 9 Objectifs : Poser,

Plus en détail

RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS

RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS LIEU : SURFACE D INTERVENTION: COÛT : LIVRAISON : ARCHITECTES : ARCHITECTES ASSOCIES : B.E.T. : MAÎTRE DE L OUVRAGE : MISSION : TOURS 3 000 m² (SHON) 3 845 000

Plus en détail

Département de l Hérault

Département de l Hérault Du diagnostic à l opérationnel, quelles priorités? Le cas des collèges de l Hérault Jean-Pierre Quentin, directeur d exploitation du pôle éducation Patrimoine Conseil général de l Hérault mai 2009 AUDIT

Plus en détail

Atelier énergies. Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique

Atelier énergies. Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique CONGRÈS DES ECO-TECHNOLOGIES POUR LE FUTUR 2012 Atelier énergies Usage direct des énergies renouvelables : les enjeux sociétaux et environnementaux, moteurs de l innovation technologique 14 juin 2012 Lille

Plus en détail

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous.

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous. Madame, Monsieur, Dans un courrier électronique en date du 10 février 2014, vous nous avez interrogés en matière de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique. Nous vous prions

Plus en détail

LES REPONSES DES CANDIDATS

LES REPONSES DES CANDIDATS Lyon - 22 mars 2007 DECHETS ET ENERGIE LES REPONSES DES CANDIDATS AUX COLLECTIVITES TERRITORIALES AMORCE, association nationale des collectivités et des professionnels pour la gestion des déchets et de

Plus en détail

Etude de rénovation et d'amélioration des performances énergétiques. Copropriété du SENS UNIQUE. Exploitation Télégestion

Etude de rénovation et d'amélioration des performances énergétiques. Copropriété du SENS UNIQUE. Exploitation Télégestion Etude de rénovation et d'amélioration des performances énergétiques Copropriété du SENS UNIQUE Maintenance Exploitation Télégestion Etat des lieux : LE SENS UNIQUE 10 bâtiments - 137 logements Années de

Plus en détail

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs Fiche conseil Édition décembre 212 Sommaire P 2 : Obligations P 3 : Démarches volontaires P 4 : Les points clés d une rénovation réussie

Plus en détail

Intégrez les enjeux énergie-climat dans vos documents d'urbanisme

Intégrez les enjeux énergie-climat dans vos documents d'urbanisme Intégrez les enjeux énergie-climat dans vos documents d'urbanisme PCET, SRCAE, précarité énergétique, PLH, évaluation environnementale SCOT et PLU, étude pré-opérationnelle OPAH BGP280/122 1 L'énergie

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE. Programme Opérationnel FEDER 2014 2020

APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE. Programme Opérationnel FEDER 2014 2020 APPEL A PROJETS FEDER QUARTIER DEMONSTRATEUR BAS CARBONE Programme Opérationnel FEDER 2014 2020 Axe 3 «conduire la transition énergétique en Région Nord Pas de Calais» Investissement Prioritaire 4e «en

Plus en détail

OPAH MODE D EMPLOI BOUCHES-DU-RHÔNE

OPAH MODE D EMPLOI BOUCHES-DU-RHÔNE OPAH MODE D EMPLOI BOUCHES-DU-RHÔNE Une OPAH? Qu est ce que c est? O.P.A.H = Opération Programmée d Amélioration de l Habitat. Il s'agit d'une action menée par Ouest Provence et les communes membres en

Plus en détail

Résidence des Badinières

Résidence des Badinières Résidence des Badinières Bienvenue à la 2 ème réunion d information et d échange «chauffage et eau chaude sanitaire» 22 janvier 2010 Réunion "chauffage" des Badinières 1 Sommaire Le contexte général (national)

Plus en détail

Robert Guichet. Conférence DERBI Juin 2008

Robert Guichet. Conférence DERBI Juin 2008 Robert Guichet Conférence DERBI Juin 2008 Plan de l exposé 1) Introduction le bâtiment et l énergie les enjeux 2) Le projet Monitoring THPE les partenaires la réglementation l indicateur de performance

Plus en détail

13 maisons BBC à Saint-Brice (51), L Effort Rémois. 30 logements BBC à Joué les Tours (37), Val Touraine Habitat Public

13 maisons BBC à Saint-Brice (51), L Effort Rémois. 30 logements BBC à Joué les Tours (37), Val Touraine Habitat Public Maitrise d œuvre logement P.1... P.2... P.3... P.4... P.5... P.6... P.7... P.8... P.9... P.10... P.11... P.12... P.13... P.14... P.15... 13 maisons BBC à Saint-Brice (51), L Effort Rémois 30 logements

Plus en détail

Services Facilitateur Energie Secteur Tertiaire et aides financières pour le secteur tertiaire en Région bruxelloise

Services Facilitateur Energie Secteur Tertiaire et aides financières pour le secteur tertiaire en Région bruxelloise Services Facilitateur Energie Secteur Tertiaire et aides financières pour le secteur tertiaire en Région bruxelloise Horia Bali Bruxelles, le 7 octobre 2009 Aperçu des aides disponibles en RBC Les services

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

plan climat énergie de paris adopté par le conseil de paris du 11 décembre 2012

plan climat énergie de paris adopté par le conseil de paris du 11 décembre 2012 LE PLAN CLIMAT ÉNERGIE DE PARIS plan climat énergie de paris adopté par le conseil de paris du 11 décembre 2012 ActuAlisAtion 2012 Grandes OrientatiOns éditorial En une décennie, le développement durable

Plus en détail

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat

Le logement dans tous ses états. Définition : le logement et l'habitat Le logement dans tous ses états 17/10/ 2012 Définition : le logement et l'habitat Le logement est un produit : une maison, un appartement, un type 3, un duplex L'habitat est un service : l'espace produit

Plus en détail

Développement durable, gestion de l énergie

Développement durable, gestion de l énergie Développement durable, gestion de l énergie Évolutions et conséquences sur l offre de formation CPC études - 2010 n 1 c o m m i s s i o n s p r o f e s s i o n n e l l e s c o n s u l t a t i v e s Thématique

Plus en détail

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw COMMERCIALISATION 2 ÈME TRIMESTRE 2014 C O N F O R T Q U A L I T É D A I R O P T I M I S A T I O N É N E R G É T I Q U E PAC & CHAUDIÈRE GAZ AQUACIAT2 HYBRID Puissances frigorifiques et calorifiques de

Plus en détail

Réseaux de chaleur & bâtiments basse consommation : l équation impossible? Enjeux pour les collectivités et les autres acteurs Série Economique

Réseaux de chaleur & bâtiments basse consommation : l équation impossible? Enjeux pour les collectivités et les autres acteurs Série Economique ÉTUDE Réseaux de chaleur & bâtiments basse consommation : Enjeux pour les collectivités et les autres acteurs Série Economique RCE 12 Cette étude a été menée avec le soutien financier de l'ademe Mai 2011

Plus en détail

L image satellite : simple effet de mode ou. apport réel?

L image satellite : simple effet de mode ou. apport réel? Comment suivre les évolutions urbaines? L image satellite : simple effet de mode ou apport réel? Pierre ALBERT Scot Pierre ALBERT L image satellite : simple effet de mode ou apport réel? 29/10/04 1 Plan

Plus en détail

Vers le label BBC dans l habitat existant

Vers le label BBC dans l habitat existant Collection DolceVita Solutions 4 Rénovation Economies Collection DolceVita Vers le label BBC dans l habitat existant GDF SUEZ DolceVita Axelle Lima axelle.lima@gdfsuez.com Tél. : +33 (0)1 56 54 47 88 Les

Plus en détail

APPEL A PROJETS SUR LES INITIATIVES

APPEL A PROJETS SUR LES INITIATIVES APPEL A PROJETS SUR LES INITIATIVES LOCALES POUR LA RENOVATION ENERGETIQUE Dossier de candidature REGION NORD PAS DE CALAIS ET PARTENAIRES ASSOCIES Document 1/2 1 2 Partie I ELEMENTS DE CONTEXTE Région

Plus en détail

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire Principe de fonctionnement Les Capteurs Les ballons Les organes de sécurité Les besoins L ensoleillement dimensionnement Comment

Plus en détail