Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse"

Transcription

1 Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse Neuchâtel, 2005

2 Doctorats Les nouveaux docteurs en sciences exactes et naturelles et sciences techniques représentent des ressources humaines hautement qualifiées, essentielles à la production et à la diffusion des connaissances d une économie et d une so ciété fondées sur le savoir. Avec un taux de croissance annuel moyen ( ) de 4,8% de nouveaux doctorats dans le groupe d âge de 25 à 34 ans, la Suisse ne fait pas partie des pays les plus dynamiques dans ce domaine. Par contre, en 2001, avec 1,11 nouveau doctorat pour 1000 habitants de 25 à 34 ans, la Suisse figure dans le peloton de tête des pays de l OCDE. Ce nombre est deux fois plus élevé que ceux de l UE-15 (0,55) et des Etats-Unis (0,41) et quatre fois plus élevé que celui du Japon (0,27). Nouveaux doctorats en sciences exactes et naturelles et sciences techniques comparaison internationale, Pour 1000 habitants de 25 à 34 ans Suède (8,2) 1,37 Suisse (4,8) 1,11 Finlande (1,9) 1,01 Allemagne (3,0) 0,8 France (-0,7) 0,71 Royaume-Uni (3,9) 0,68 Autriche (5,7) 0,65 EU-15 (2.4) 0,55 EU-25 (-) 0,49 Belgique (11,2) 0,49 Danemark (0,9) 0,48 USA (-) 0,41 Pays-Bas (1,6) 0,38 Japon (-) 0,27 Italie (7,3) 0,18 Norvège (2,5) 0,13 0,0 0,2 0,4 0,6 0,8 1,0 1,2 1,4 1, ou année la plus proche Entre parenthèses: taux de croissance annuel moyen en % Source: Commission Européenne, DG Recherche, Key Figures,

3 Ressources humaines en science et technologie (S -T) Les ressources humaines en S-T constituent les ressources clés indispensables à la croissance économique et à l émer gence d une économie et d une société fondées sur le savoir. En Suisse, 44% de la population active occupée travaille dans le domaine de la S-T. Mais il faut relever que la moitié des personnes actives dans la S-T n ont pas été formées dans ce domaine. Un quart environ de la population active occupée de la Suisse possède une formation en S-T mais, sur ce quart, 20% ne travaillent pas dans ce domaine. Ressources humaines en S-T en Suisse, 2003 En % de la population active occupée Population active occupée = 3,951 millions Non formée et non active en S-T 51% 21% Formée et active en S-T 23% Non formée mais active en S-T Formée mais non active en S-T 5% Source: OFS, Enquête suisse sur la population active (ESPA), Neuchâtel, 2003

4 Personnel de recherche et développement (R-D) Un personnel de R-D nombreux et qualifié est nécessaire au développement des connaissances scientifiques et techno logiques dont l économie et la société ont besoin. En Suisse, le nombre de personnes actives dans la R-D et leur niveau de qualification ont augmenté au cours des 10 der nières années. En comparaison internationale, la part du personnel de R-D est relativement élevée dans la population active suisse. Notre pays se situe à cet égard dans le peloton de tête des pays de l UE et de l OCDE. La Suisse est relativement moins bien placée en ce qui concerne le nombre de chercheurs par millier d actifs et le pourcen tage de chercheurs dans l ensemble du personnel de R-D. Personnel de R-D et chercheurs, comparaison internationale, Pour 1000 actifs Finlande Suède Danemark Japon Suisse France Allemagne Norvège UE-15 Canada Personnel R-D Chercheurs ou année la plus proche Source: OCDE, banque de données PIST, Division STI / AES, Paris, novembre 2003 OFS, statistique de la R-D

5 Les femmes dans la recherche L intégration des femmes dans la R-D contribue au progrès scientifique et à la croissance de l économie. Malgré des mesures d encouragement, la participation des femmes dans la R-D demeure assez modeste. Dans tous les pays et dans tous les secteurs, la part des chercheuses est inférieure à 50%. C est dans l économie privée que le pourcentage de chercheuses est le plus faible. Chercheuses selon le secteur d activités, comparaison internationale, En % (personnes physiques) Irlande 2 Finlande Norvège Espagne UE-15 France Italie Suisse Autriche Allemagne 2 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% 40% 45% 50% Enseignement supérieur Etat Entreprises privées ou année la plus proche 2 Valeurs en équivalents plein-temps (EPT) Source: Commission européenne, DG Recherche, banque de données WiS OFS, statistique de la R-D

6 Programmes-cadres de recherche de l Union Européenne La coopération entre les scientifiques et entre les institutions de recherche représente un facteur essentiel du progrès scientifique. La Suisse en est consciente et sa participation à des projets internationaux tend à augmenter. La majeure partie des contributions que la Confédération alloue aux participants suisses des 3 e 6 e programmes-cadres de recherche et de développement technologique (PCR) de l Union européenne va à des instituts du secteur des hautes écoles (hautes écoles universitaires/heu, hautes écoles spécialisées/hes, écoles polytechniques fédérales/epf, instituts de re cherche du domaine des EPF). Contributions financières publiques totales ( ) aux participants suisses des PCR 1 selon le secteur bénéficiaire En % Total = 868,8 millions de francs Autres 8% 1% Instituts fédéraux de recherche PME 3 14% 34% Domaine des EPF 2 Grande industrie 17% 26% Hautes écoles 4 1 e e PCR = 3 6 programmes-cadres de recherche et développement technologique de l Union Européenne 2 Domaines des EPF = Le domaine des EPF comprend les écoles polytechniques fédérales de Zurich et de Lausanne ainsi que quatre établissements de recherche: l Institut Paul Scherrer PSI, l Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage FNP, le Laboratoire fédéral d essai des matériaux et de recherches LFEM et l Institut fédéral pour l aménagement, l épuration et la protection des eaux IFAEPE 3 PME = Petites et moyennes entreprises 4 Hautes écoles = Hautes écoles universitaires + hautes écoles spécialisées Source: OFES, Rapports annuels sur la participation suisse, Berne, 2000 à 2004

7 Dépenses de recherche et développement (R- D) L effort financier national en faveur de la R-D constitue un indicateur de l importance accordée par un pays à son système S-T et de sa motivation à se tourner vers une économie et une société fondées sur le savoir. La Suisse fait partie des pays qui, proportionnellement, dépensent le plus pour la R-D. Même si ces dépenses sont modestes en chiffres absolus, la Suisse est extrêmement active dans tous les secteurs de la R-D. Elle soutient la comparaison avec la plupart des pays de l UE et de l OCDE. Dépenses intérieures brutes de R-D, comparaison internationale, En % du PIB Suède Finlande Japon USA Suisse Allemagne Total OCDE France UE-15 Royaume-Uni Italie 0% 1% 2% 3% 4% 5% ou année la plus proche Source: OCDE, banque de données PIST, Division STI / AES, Paris, novembre 2003 OFS, statistique de la R-D

8 Innovation La recherche et l innovation composent les fondements de la société du savoir et le moteur de la croissance économique. En 2004, la Suisse fait toujours partie des pays les plus innovants d Europe. Cette situation favorable est due en grande partie au dynamisme des entreprises suisses, dont les dépenses de R-D (en % du PIB), les dépenses pour l innovation (en % du chiffre d affaires) et le nombre de demandes de brevets sont parmi les plus élevés d Europe. Selon l indice de synthèse de l innovation 1, la Suisse fait partie avec la Finlande et la Suède des pays les plus performants en matière d innovation. Elle fait partie également des pays les plus dynamiques même si, pris isolément, certains indicateurs d innovation révèlent une tendance à la baisse depuis Tendances générales par pays et indice de synthèse de l innovation 1, 2004 Indice de synthèse de l innovation, ,8 0,7 2. En perte FI de vitesse SE CH 1. Poursuivent leur progression 0,6 DE DK IS 0,5 FR UK BE NL 0,4 IE EU25 NO AT LU IT ES PT 0,3 0,2 EL 0,1 4. Retard 3. Comblent supplémentaire leur retard 0,0 0% 5% 10% 15% 20% 25% Evolution moyenne des indicateurs tendanciels (%) 1 Cet indice, calculé par la Commission Européenne, est une moyenne pondérée des 20 indicateurs du Tableau de bord européen de l innovation, 2004 Les lignes pointillées montrent la performance moyenne et l évolution moyenne de l'ue-25 Source: Commission Européenne, DG Entreprises, Tableau de bord européen de l innovation, 2004

9 Familles de brevets Les statistiques des brevets constituent un indicateur partiel des résultats de la R-D concrétisés sous forme d inventions. En raison de sa petite taille, la Suisse ne détient qu une faible part du total des brevets déposés dans les pays de l EU et de l OCDE. Mais relativement au nombre d habitants, la Suisse est dans ce domaine, le pays le plus actif de l OCDE. En 1999, c est elle qui détenait le plus grand nombre de familles «triadiques» 1 de brevets par million d habitants. Familles «triadiques» de brevets 1, comparaison internationale, 1999 Par million d habitants Suisse Suède Japon Finlande Allemagne Pays-Bas USA Danemark France UE Une famille de brevets est définie par l ensemble des brevets déposés dans plusieurs pays pour protéger une invention unique. Les familles dites «triadiques» regroupent des brevets déposés à la fois auprès de l Office européen des brevets (OEB), de l Office japonais des brevets (JPO), et des brevets délivrés par l US Patent & Trademark Office (USPTO). Source: OCDE, banque de données PIST, Division STI / AES, Paris, novembre 2003

10 Balance des paiements technologiques La balance des paiements technologiques rend compte de la diffusion des connaissances technologiques et révèle la capacité d un pays à propager sa technologie au-delà de ses frontières. Le solde de la balance des paiements technologiques est resté positif, malgré des fluctuations, pendant presque toute la période considérée. Après un léger fléchissement en 1999, les recettes ont repris leur croissance en Mais les dépenses ayant fortement augmenté depuis 2000, le solde s est réduit considérablement. En 2001, il a été négatif pour la première fois depuis Balance des paiements technologiques suisse, évolution En millions de francs Recettes Paiements Source: OCDE, banque de données PIST, Division STI / AES, Paris, novembre 2003 Banque nationale suisse (BNS) Calcul OFS sur Source

11 Balance commerciale des industries de haute technologie La balance commerciale des industries de haute technologie rend compte des échanges internationaux de biens technologiques. L évolution de ces échanges, durant ces 10 dernières années, met en évidence la dépendance croissante de notre éco no - mie. Les taux de couverture 1 reflètent clairement la spécialisation des pays et des régions. La France et les Etats-Unis ont de loin les taux de couverture les plus élevés dans l industrie aéronautique et aérospatiale. Le Japon exporte plus qu il n importe dans le domaine de l électronique, des machines de bureau et des ordinateurs. La Suisse occupe le premier rang dans l industrie des ins truments et le deuxième rang, après la Suède, dans l industrie pharmaceutique. Taux de couverture 1 des industries de haute technologie selon la branche économique, comparaison internationale, 2001 Industrie aérospatiale Industrie électronique Industrie des machines de bureau et ordinateurs Industrie pharmaceutique Industrie des instruments France Japon Suède Suisse USA OCDE UE Taux de couverture: Le taux de couverture est obtenu en divisant la valeur des exportations par celle des importations Source: OCDE, banque de données PIST, Division STI / AES, Paris, novembre 2003 Calcul OFS sur Source

12 Rôle des indicateurs S -T Dans une économie fondée sur le savoir, le système scientifique et technologique revêt une importance accrue. Il est consi déré comme la principale source de connaissances nouvelles et comme un élément capital de la transmission et de l exploitation du savoir. Les indicateurs S-T quantifient le système scientifique et technologique (système S-T). Ils fournissent des informations détaillées sur la structure du système S-T et sur ses relations avec la politique, l économie et la société. Ces indicateurs permettent de suivre l évolution du système S-T et de le situer dans un contexte international. Les indicateurs S -T, régulièrement actualisés, et les défi ni tions des termes utilisés dans ce document sont accessibles sur le site Internet de l OFS: Pour plus d informations: Offi ce fédéral de la statistique (OFS) Science et technologie May Lévy / Elisabeth Pastor Tél.: +41 (0) / Tél.: +41 (0) Numéro de commande:

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

Le système suisse d innovation en comparaison internationale Une sélection d indicateurs du tableau de bord européen de l innovation 2005

Le système suisse d innovation en comparaison internationale Une sélection d indicateurs du tableau de bord européen de l innovation 2005 Indicateurs «Science et Technologie» Le système suisse d innovation en comparaison internationale Une sélection d indicateurs du tableau de bord européen de l innovation 2005 Neuchâtel, 2006 La série «Statistique

Plus en détail

Dépenses et personnel de recherche et développement des entreprises privées en Suisse 2012

Dépenses et personnel de recherche et développement des entreprises privées en Suisse 2012 Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS Embargo: 19.12.2013, 9:15 4 Economie nationale Neuchâtel, décembre 2013 Dépenses et personnel de recherche et

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

CPIS ACN 2014. Banque de France DGS - DBDP 1

CPIS ACN 2014. Banque de France DGS - DBDP 1 CPIS ACN 2014 Banque de France DGS - DBDP 1 Points évoqués Objectifs et contenu du CPIS Les limites du CPIS Quelques apports du CPIS sur les interconnections internationales Banque de France DGS - DBDP

Plus en détail

PARTIE III L espace mondial

PARTIE III L espace mondial PARTIE III L espace mondial SOUS-PARTIE I LE MONDE : LES GRANDES ZONES GÉOGRAPHIQUES 370 CHAPITRE 1 LES DÉPENSES DE R&D 371 CHAPITRE 2 LES COMPÉTENCES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 374 CHAPITRE 3 LA PRODUCTION

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Tableau de bord européen de l innovation 2003

Tableau de bord européen de l innovation 2003 Edition n o 20 - Décembre 2003 S u p p l é m e n t C o r d i s focus Tableau de bord européen de l innovation 2003 www.cordis.lu/trendchart PUBLIÉ PAR LA COMMISSION EUROPÉENNE - INNOVATION Ce document

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER?

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? 2/09/2008-22/10/2008 329 réponses PARTICIPATION Pays DE - Allemagne 55 (16.7%) PL - Pologne 41 (12.5%) DK - Danemark 20 (6.1%) NL - Pays-Bas 18 (5.5%) BE

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007 6 Le tourisme international en France 99 Le tourisme international en France 6 Touristes non-résidents en France Dans ce chapitre sont présentées : les arrivées en France des touristes non-résidents (toute

Plus en détail

Faits concernant le marché suisse des télécommunications

Faits concernant le marché suisse des télécommunications Faits concernant le marché suisse des télécommunications Source: entre autres OCDE, UIT, IDATE, OFCOM Octobre 2011 OECD Communications Outlook 2011 Récapitulatif des principaux résultats 2 > Au niveau

Plus en détail

noms de domaine.be & agents d enregistrement

noms de domaine.be & agents d enregistrement noms de domaine.be & agents d enregistrement 2014 2 Nombre de nouveaux enregistrements.be 193.659 222.919 232.746 257.637 267.780 306.341 299.846 264.930 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 Evolution

Plus en détail

Institut national de la. propriété. Brevet unitaire et Juridiction unifiée. Besançon, le 8 octobre 2015. industrielle

Institut national de la. propriété. Brevet unitaire et Juridiction unifiée. Besançon, le 8 octobre 2015. industrielle Institut national de la propriété Brevet unitaire et Juridiction unifiée Besançon, le 8 octobre 2015 industrielle Brevet unitaire et Juridiction unifiée I - Le contexte II - Le brevet européen à effet

Plus en détail

Portrait. Faits et chiffres

Portrait. Faits et chiffres Portrait Faits et chiffres Notre ambition En investissant dans les chercheuses et les chercheurs et dans leurs idées, nous contribuons à l avancée de la recherche et à sa dissémination. Nous apportons

Plus en détail

La protection sociale en Belgique :

La protection sociale en Belgique : La protection sociale en Belgique : données sespros 2009 1 La protection sociale en Belgique : données sespros 2009 Préface Après plus d un siècle d existence, l importance de la protection sociale dans

Plus en détail

noms de domaine.be & agents d enregistrement

noms de domaine.be & agents d enregistrement noms de domaine.be & agents d enregistrement 2013 2 Nombre de nouveaux enregistrements.be 147.022 193.659 222.919 232.746 257.637 267.780 306.341 299.846 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 Evolution

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie?

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? FR Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? B Informations pour les demandeurs d une protection internationale dans le cadre d une procédure de Dublin en vertu de l article 4 du Règlement

Plus en détail

Comparaison internationale des Charges fiscales

Comparaison internationale des Charges fiscales Comparaison internationale des Charges fiscales Taux et quotes-parts d'impôts dans différents pays de l'ocde Janvier 2014 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience 3 mars 6 N 6-134 Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience On sait que les pays ont des stratégies de croissance très différentes : développement

Plus en détail

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus En termes absolus, les dépenses des administrations publiques (administration centrale, communes, sécurité sociale) sont très élevées au Luxembourg, 34 4 par habitant contre 14 dans la zone euro en moyenne

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ÉGALITÉ CHERCHEUSE FEMME ENSEIGNEMENT HOMME ÉTUDIANTE RECHERCHE EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Chiffres clés de la parité dans l enseignement supérieur et la recherche ÉGALITÉ entre les FEMMES

Plus en détail

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0 L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47. Résumé La question de la position des consommateurs vis-à-vis du commerce international a été abordée en particulier par deux

Plus en détail

Portrait du conférencier

Portrait du conférencier Portrait du conférencier Stéphane Paquin est professeur titulaire à l École nationale d administration publique. Il est également le titulaire de la Chaire de recherche du Canada en économie politique

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande?

J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande? FR J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande? A Informations sur le règlement de Dublin pour les demandeurs d une protection internationale en vertu

Plus en détail

Solution transitoire Guide HES-SO

Solution transitoire Guide HES-SO Solution transitoire Guide HES-SO 2014-2015 Informations : Maude Freléchoux, Rue de la Jeunesse 1, 2800 Delémont / maude.frelechoux@hes-so.ch / 032 424 49 14 Table des matières 1 Introduction... 3 2 Relation

Plus en détail

La recherche et le développement : Chiffres clés 1

La recherche et le développement : Chiffres clés 1 N. Haeffner-Cavaillon Groupe Bibliométrie 101, rue de Tolbiac 75013 Paris haeffner@tolbiac.inserm.fr La recherche et le développement : Chiffres clés 1 1 1 Les chiffres utilisés proviennent exclusivement

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE EN BELGIQUE DONNÉES SESPROS 2O11

LA PROTECTION SOCIALE EN BELGIQUE DONNÉES SESPROS 2O11 LA PROTECTION SOCIALE EN BELGIQUE DONNÉES 2O11 Au niveau international et européen en particulier, les soins de santé et la vieillesse occupent le premier rang en matière de protection sociale. Les Etats

Plus en détail

Innover à l'ère du numérique : ramener l'europe sur la bonne voie Présentation de J.M. Barroso,

Innover à l'ère du numérique : ramener l'europe sur la bonne voie Présentation de J.M. Barroso, Innover à l'ère du numérique : ramener l'europe sur la bonne voie Présentation de J.M. Barroso, Président de la Commission européenne, au Conseil européen des 24 et 25 octobre 213 Indice de compétitivité

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

Compétitivité française : Quelques constats

Compétitivité française : Quelques constats Compétitivité française : Quelques constats Gilbert Cette Banque de France et Université d Aix-Marseille Gilbert Cette 1 Sommaire 1.1 Dégradation alarmante 1.2 Dégradation stoppée 1.3 En particulier vis-à-vis

Plus en détail

Québec, 22 octobre 2015

Québec, 22 octobre 2015 Québec, 22 octobre 2015 Un contexte propice à une réforme fiscale Le contexte économique et fiscal La croissance économique potentielle est appelée à être plus modeste (Pourcentage de croissance du PIB)

Plus en détail

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros)

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros) 116/2015-26 juin 2015 Sommet Union européenne Chine Hausse significative du commerce de biens et de services de l UE avec la Chine en 2014 Déficit de l UE pour les échanges de biens, excédent pour les

Plus en détail

Les conditions de salaire et de travail en Suisse. Un «Sonderfall» en crise?

Les conditions de salaire et de travail en Suisse. Un «Sonderfall» en crise? Les conditions de salaire et de travail en Suisse Un «Sonderfall» en crise? 2 Le débat sur la préférence cantonale 3 Un taux de chômage toujours bas en comparaison internationale (février 2012) 4 Genève:

Plus en détail

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Guide SEPA Paramétrage Axe Informatique Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Installation Paramétrage Développement Formation Support Téléphonique Maintenance SEPA Vérification du paramétrage des applications

Plus en détail

Coût des systèmes de santé

Coût des systèmes de santé santé publique Santé publique Comparaison internationale et positionnement de la Suisse Coût des systèmes de santé Depuis plus de quarante ans, l Organisation de coopération et de développement économiques

Plus en détail

ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com

ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com Sommaire INTRODUCTION ET DEFINITIONS Soutenir la recherche et developpement : une volonte politique La mission de l Expert-Comptable Table ronde 2 Une

Plus en détail

L impact de l économie numérique. Président du comité économie numérique du Medef,

L impact de l économie numérique. Président du comité économie numérique du Medef, L impact de l économie numérique ENTREPRISE Philippe Lemoine Président du comité économie numérique du Medef, Benoît Lavigne Direction recherche innovation et nouvelles technologies (Medef), Michal Zajac

Plus en détail

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES Eurobaromètre spécial 381 ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES RAPPORT Terrain : décembre 2011 Publication : juin 2012 Cette étude a été commandée par la Commission européenne,

Plus en détail

! " en bref. Statistiques. Indicateurs du processus de libéralisation du marché européen de l'électricité 2004 2005. Contenu.

!  en bref. Statistiques. Indicateurs du processus de libéralisation du marché européen de l'électricité 2004 2005. Contenu. Statistiques en bref ENVIRONNEMENT ET ENERGIE Energie 6/2006 Auteurs John GOERTEN Emmanuel CLEMENT Contenu Faits marquants... 1 Introduction... 2 Nombre d entreprises et leur importance relative... 2 Puissance

Plus en détail

Tendances conjoncturelles Octobre 2013

Tendances conjoncturelles Octobre 2013 Tendances conjoncturelles Octobre 2013 Les illustrations et les tableaux du présent jeu de transparents sont issus de la publication du SECO «Tendances conjoncturelles, automne 2013» Pour toute question

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est

Dans tous les pays de l OCDE, le financement du système de santé est D O S S I E R Comparaison des systèmes de santé des pays développés S. CHAMBARETAUD Enseignante associée au CNAM PARIS. Le financement des systèmes de santé dans les pays développés : analyse comparative

Plus en détail

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs venant

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Allianz Suisse Communication Communiqué de presse «Global Wealth Report» d Allianz: progression du patrimoine la plus élevée depuis 2003 Les actifs financiers bruts ont atteint un nouveau record en 2013,

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Aperçu de la santé privée volontaire en Europe

Aperçu de la santé privée volontaire en Europe Aperçu de la santé privée volontaire en Europe Alors que la France tend à élargir la complémentaire santé à une partie d autant plus large de sa population, il est intéressant d'apprécier en quoi les autres

Plus en détail

Les Comptes de la santé fournissent

Les Comptes de la santé fournissent septembre En 214, la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM), qui représente la valeur totale des biens et services qui concourent au traitement d une perturbation provisoire de l état de santé,

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

Le Crédit d impôt recherche. CCI Rennes 27 février 2014 Jean LE TRAON, DRRT Bretagne

Le Crédit d impôt recherche. CCI Rennes 27 février 2014 Jean LE TRAON, DRRT Bretagne Le Crédit d impôt recherche CCI Rennes 27 février 2014 Jean LE TRAON, DRRT Bretagne Les grandes étapes du Crédit d impôt recherche Créé en 1983, le CIR est devenu un élément clé de la compétitivité pour

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

chemins, Quo Vadis? innover ou délocaliser?

chemins, Quo Vadis? innover ou délocaliser? La L industrie place industrielle MEM suisse MEM à la en croisée Suisse des chemins, Quo Vadis? innover ou délocaliser? Manifestation Salon EPMT, Palexpo XY, 21 juin Genève, 2013, Lausanne 4 juin 2015

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE Eurobaromètre Standard 80 Automne 2013 LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE RAPPORT Terrain : novembre 2013 Cette étude a été commandée et coordonnée par la Commission européenne, Direction

Plus en détail

Union particulière pour l enregistrement international des marques (Union de Madrid)

Union particulière pour l enregistrement international des marques (Union de Madrid) F MM/A/49/2 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 7 JUILLET 2015 Union particulière pour l enregistrement international des marques (Union de Madrid) Assemblée Quarante-neuvième session (21 e session ordinaire) Genève,

Plus en détail

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE

10 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE 1 RAISONS D INVESTIR EN FRANCE Janvier 28 LE MARCHE 1. L Europe, 1 er marché mondial PIB 27 (estimation - en milliards de Dollars) 18 16 14 12 1 14 69,8 16 574,4 13 794,2 13 194,7 GDP 26 GDP 27 8 6 4 4

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance SUPSI Lugano, 12 mai 2014 Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance Vincent Simon Responsable de projets La Suisse est attractive pour les groupes étrangers Quartiers-généraux

Plus en détail

Tendances conjoncturelles Été 2015

Tendances conjoncturelles Été 2015 Tendances conjoncturelles Été 2015 Les illustrations et les tableaux du présent jeu de transparents sont issus de la publication du SECO «Tendances conjoncturelles, été 2015» Pour toute question technique

Plus en détail

Disponible en trois langues français, anglais et allemand Perinorm est mis à jour chaque mois.

Disponible en trois langues français, anglais et allemand Perinorm est mis à jour chaque mois. Perinorm international Perinorm international est une base de données sur les normes et projets de normes de 21 pays et d organisations nationales, européennes et internationales (ISO, IEC, ITU) et de

Plus en détail

Effet de la crise sur l épargne des fonds de pension et des fonds de réserve

Effet de la crise sur l épargne des fonds de pension et des fonds de réserve Les systèmes de retraite face à la crise en France et à l étranger Maison de la Chimie, 3 décembre 2009 Effet de la crise sur l épargne des fonds de pension et des fonds de réserve Yermo, Juan Responsable

Plus en détail

L'OCDE en graphiques

L'OCDE en graphiques Extrait de : L'OCDE en chiffres 2007 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/oif-2007-fr L'OCDE en graphiques Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2008), «L'OCDE en graphiques»,

Plus en détail

Mesures politiques au niveau européen pour les femmes en science. Florence Bouvret DG Recherche - Commission européenne florence.bouvret@ec.europa.

Mesures politiques au niveau européen pour les femmes en science. Florence Bouvret DG Recherche - Commission européenne florence.bouvret@ec.europa. Mesures politiques au niveau européen pour les femmes en science Florence Bouvret DG Recherche - Commission européenne florence.bouvret@ec.europa.eu 1 2 La politique Femmes et science Communication de

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Baromètre de la société de l information

Baromètre de la société de l information Baromètre de la société de l information BAROMÈTRE DE LA SOCIETE DE L INFORMATION (2014) http://economie.fgov.be L édition 2014 du Baromètre de la société de l information est disponible sur le site web

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

VAIO en toute sérénité

VAIO en toute sérénité VAIO en toute sérénité Les garanties VAIO et leurs Extensions Modèles VAIO grand public Garantie standard 1 an* Extensions de Garantie Modèles VAIO Professionnels Garantie standard 2 ans* internationale

Plus en détail

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES Eurobaromètre spécial 396 ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES RÉSUMÉ Terrain : Février - Mars 2013 Publication: Novembre 2013 Cette étude a été commandée par la Commission européenne,

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

Mise à jour sur l Irlande T2 2015. Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires

Mise à jour sur l Irlande T2 2015. Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires Mise à jour sur l Irlande T2 2015 Les atouts de l Irlande font de l Irlande un grand pays pour les affaires Pourquoi l Irlande? Les entreprises sont attirées par l Irlande pour diverses raisons Irlande,

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

L INFORMATION BREVETS: les outils documentaires

L INFORMATION BREVETS: les outils documentaires L INFORMATION BREVETS: les outils documentaires I.N.P.I. : INSTITUT NATIONAL DE LA PROPRIETE INDUSTRIELLE L'INPI est un Établissement Public, créé par la loi n 51-444 du 19 avril 1951, doté de l'autonomie

Plus en détail

Session Number GS 155 Presenter s/author s Name

Session Number GS 155 Presenter s/author s Name Session Number GS 155 Presenter s/author s Name Presenter s Institution or City, State, Country Pierre L Heureux, École de technologie supérieure, Montréal, Québec, Canada Line Dubé, École Polytechnique

Plus en détail

Étude sur l attrait de la Suisse

Étude sur l attrait de la Suisse Étude sur l attrait de la Suisse Ce qu en disent les sociétés Synthèse Le système fiscal est l une des principales raisons qui incitent les entreprises à s installer en Suisse, mais, comme le révèle l

Plus en détail

L importance des activités financières dans le PIB suisse

L importance des activités financières dans le PIB suisse L importance des activités financières dans le PIB suisse Introduction Choix d une nomenclature et problèmes de définition Les analyses consacrées aux liens qui unissent les marchés financiers et l évolution

Plus en détail

Lernskript zur Vorlesung. Maitrise des Risques Internaionaux. an der Ecole Supérieur de Commerce Extérieur Paris WS 2001

Lernskript zur Vorlesung. Maitrise des Risques Internaionaux. an der Ecole Supérieur de Commerce Extérieur Paris WS 2001 Lernskript zur Vorlesung Maitrise des Risques Internaionaux an der Ecole Supérieur de Commerce Extérieur Paris WS 2001 Maitrise des Risques Internaionaux...2 Introduction...2 La Coface...2 La Coface...2

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

10 raisons d investir en France Juillet 2012

10 raisons d investir en France Juillet 2012 10 raisons d investir en France Juillet 2012 1 La France : Une puissance économique de rang mondial 2 ème puissance économique de l Union européenne. Source : FMI, 2012 6 ème exportateur mondial de biens

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI Général au développement durable n 683 Octobre 2015 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2014 OBRVION ET STISTIQU énergie En 2014, le prix du gaz a baissé

Plus en détail

Fonds d investissement Distribution au détail Définitions des catégories

Fonds d investissement Distribution au détail Définitions des catégories (Comité des normes des fonds d investissement canadiens) Fonds d investissement Distribution au détail Définitions des catégories 31 mai 2006 (avec amendements en vigueur au 1 er août 2006) Toutes les

Plus en détail

2 OCTOBRE 2015 Sommaire

2 OCTOBRE 2015 Sommaire OCTOBRE Ce document est disponible sur le site internet de la versions française et anglaise sur www.banque-france.fr Pays Code ISO Date d entrée dans la zone euro Allemagne Autriche Belgique Chypre Espagne

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

Gestion des débiteurs Financement Assurance-crédit: trois problèmes, une solution: le factoring

Gestion des débiteurs Financement Assurance-crédit: trois problèmes, une solution: le factoring Gestion des débiteurs Financement Assurance-crédit: trois problèmes, une solution: le factoring Présentation PSE Lausanne, 23 janvier 2004 Jean-Marc Rossier Factors SA Une société du groupe UBS SA Active

Plus en détail

La vie des femmes et des hommes en Europe:

La vie des femmes et des hommes en Europe: Livres statistiques La vie des femmes et des hommes en Europe: Un portrait statistique Édition 28 EUROPEAN COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Livres statistiques La vie des femmes et des hommes en Europe:

Plus en détail

Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays?

Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays? Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays? Le but de ce dossier pédagogique est de mieux comprendre les écarts constatés entre pays en matière d effort

Plus en détail

Sondage sur la pénurie des talents Résultats mondiaux 2008

Sondage sur la pénurie des talents Résultats mondiaux 2008 Offre Demande Sondage sur la pénurie talents Résultats mondiaux 2008-1 - Résultats 2008 du sondage sur la pénurie talents Manpower Inc. (NYSE: MAN) a interrogé plus de 42 500 employeurs dans 32 pays et

Plus en détail

Quelle articulation entre les statistiques françaises et européennes? Le cas du surendettement

Quelle articulation entre les statistiques françaises et européennes? Le cas du surendettement Quelle articulation entre les statistiques françaises et européennes? Le cas du surendettement Rencontre du CNIS sur les statistiques monétaires et financières à moyen terme - 21 mars 2008 Didier Davydoff,

Plus en détail

Paiements transfrontaliers

Paiements transfrontaliers Paiements transfrontaliers Transférer rapidement et facilement des fonds à partir de et vers un compte à l étranger Valable à partir du 1 e janvier 2007 Valable à partir du 1 e janvier 2007 La vie actuelle

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail