Le digeste juridique argentin : simplification et consolidation législative

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le digeste juridique argentin : simplification et consolidation législative"

Transcription

1 Le digeste juridique argentin : simplification et consolidation législative Antonio A. Martino * On parle depuis longtemps de la crise de la loi, même en Italie. Les causes de cette crise sont nombreuses, cependant lorsqu un ministre italien de la Fonction publique et juriste respecté a mentionné le nombre de lois, le monde juridique fut horrifié. Mis à part le fait qu on ne comprend pas bien comment il est arrivé à ce nombre de «lois «, la solution arithmétique plus précise au problème fut trouvée par un des spécialistes sur le sujet, Rodolfo Pagano. Il a calculé qu environ lois ont été adoptées entre l unification et aujourd hui. Le problème véritable ne se limite cependant pas à compter le nombre de lois qui ont été créées, procédure relativement facile puisque la loi possède un caractère solennel, voire sacré, qui permet de l identifier avec certitude. À la limite, le problème est tout autre et découle du fait que, parmi les lois adoptées, celles qui nous intéressent vraiment sont celles qui sont en vigueur. Ce groupe est un sous-ensemble de l ensemble d origine les lois adoptées obtenu par soustraction de cet ensemble d origine de toutes les normes visées par une abrogation ou par une dérogation expresse ou implicite. Eh oui! Le système juridique est une accumulation de textes normatifs dont il est relativement facile de déterminer les critères de création, parce que tous les systèmes les sauvegardent de façon efficace par une procédure spéciale, pour qu on puisse les reconnaître. Le problème vient du fait que le droit en vigueur est un sous-système du droit qui a été créé, une fois éliminé le droit qui a été abrogé. Mais si on ne connaît pas l ensemble des textes normatifs qui forment le sous-système des normes abrogées, on ne peut connaître le droit en vigueur. On connaît les abrogations expresses, mais non les abrogations implicites. Plusieurs méthodes existent pour chercher à diminuer cette incertitude juridique. Une des plus connues est celle du texte unique, c est-àdire du texte qui résulte soit de la simple compilation des textes et de leur mise en ordre, soit de la consolidation qui élimine toutes les normes obsolètes et contradictoires, suivie d une sanction parlementaire. Mais le * Traduit de l italien par Robert C. Bergeron. Droit et Société sur internet (26/9/2007) 1

2 Antonio A. MARTINO texte unique est un remède dont l action est trop topique pour un mal aussi profond. Une méthode beaucoup plus radicale, mais qui exige un engagement beaucoup plus grand, est la rédaction d un Digeste pour consolider l ensemble des normes véritablement en vigueur ; il s agit de prendre toutes les normes qui ont été créées, de les étudier l une après l autre, de les classer selon les différents domaines du droit et puis de vérifier quelles sont celles qui, en totalité ou en partie, sont effectivement en vigueur parce qu elles ne sont pas obsolètes, qu elles n ont pas accompli leur objet ou n ont pas été abrogées de façon tacite par une norme postérieure. Le mot «Digeste «vient du latin digestium, digerere, mettre en ordre, répartir. Mettre de l ordre dans la chose législative est le rêve de tous, à commencer par Auguste qui a fait le premier relevé sérieux de la législation romaine et Justinien qui, à juste titre, est l auteur par excellence du Digeste. 1. Le Digeste juridique argentin Toutes les questions mentionnées plus haut font également l objet de discussions en Argentine, avec le résultat que les législateurs ont été convaincu de l utilité d entreprendre une oeuvre aussi importante que la création d un Digeste. Pour y arriver, ils ont voté une loi qui fixe les objectifs du Digeste et les méthodes à mettre en oeuvre pour sa réalisation. Les lois en Argentine sont numérotées consécutivement depuis la naissance de la République en 1853 ; on ne remet pas le compteur à zéro au début de chaque année, mais on continue la même numérotation. Ainsi, il est fort probable que, pour un expert en droit local, la seule mention du numéro d ordre d une loi lui fournit un indice capital lui permettant de retrouver l année de sa promulgation. La loi qui nous intéresse porte le numéro et fut promulguée le 18 juin Son sous-titre nous informe qu elle comporte les principes et la procédure à suivre pour créer un régime de consolidation des lois d application générale en vigueur et pour leur organisation. La tâche consistait non seulement à réviser lois mais aussi environ règlements pris en vertu de ces lois. On s attaquait donc d abord à un univers juridique d environ normes, lois et règlements confondus. La loi constitutive donne ensuite les vingt-six catégories de lois du Digeste juridique argentin : 1. Droit administratif. 2. Douanes. 3. Aéronautique et espace. 4. Banques, monnaie et finances. 5. Droit civil. 6. Droit commercial. 7. Droit communautaire. 8. Droit constitutionnel. 9. Communications. 10. Affaires diplomatiques et consulaires. 11. Économie. 12. Droit fiscal. 13. Activités industrielles. 14. Droit international privé. 15. Droit international public. 16. Droit du travail. 17. Environnement. 18. Droit martial. 19. Droit pénal. 20. Affaires politiques. 21. Procédure civile et commerciale. 22. Procédure pénale. 23. Droit public des provinces et des collectivités lo- Droit et Société sur internet (26/9/2007) 2

3 cales. 24. Ressources naturelles. 25. Sécurité sociale. 26. Transports et assurances. La loi détermine également quel sera l organisme chargé de l établissement du Digeste, soit une commission de juristes chargée de réviser le travail effectué par tous les spécialistes ; elle charge ensuite une commission bicamérale qui en recommandera ou non l adoption au Congrès. Pour réaliser le Digeste juridique argentin, en conformité avec la loi 24967, le ministre de la Justice fit un appel d offres public. Plusieurs groupes intéressés offrirent leurs services. Un consortium formé de la Faculté de jurisprudence de l Université de Buenos Aires et le principal éditeur de textes juridiques, dont «La Ley «, «Jurisprudencia argentina «et «El derecho «s avancèrent. Ce fut le début d une grande aventure. En août 1999, commence la mise en oeuvre véritable, divisée en deux parties : la première liée à la rédaction d un Manuel de technique législative, la seconde quantitativement beaucoup plus imposante consistant en la révision de tous les textes normatifs qui ont été pris sous le régime de la Constitution de La première partie fut coordonnée par l auteur du présent texte. Il pouvait compter sur un groupe de juristes et de linguistes italiens, de juristes documentalistes argentins et de juristes informaticiens italiens membres de l Instituto per la Documentazione Giuridica del Consiglio Nazionale di Investigationi qu il avait dirigé entre 1983 et La révision de toutes les lois et décrets réglementaires est un travail épuisant et tout simplement pharaonique dont furent chargés une centaine de spécialistes juristes, linguistes, informaticiens, documentalistes placés sous la direction du Professeur Atilio Alterini, directeur général, assisté du Dr Ramon Brenna (directeur technique), du Dr Daniel Altmark (coordonnateur exécutif) et du Dr Horacio Alvarez (directeur académique). Afin de permettre à cet énorme engrenage de bien tourner une nouvelle aile fut expressément ajoutée au bâtiment de la Faculté de jurisprudence de l Université de Buenos Aires, grâce à l audace et au travail soutenu de son président à ce moment, Andrés D Alessio. Il importe de ne pas oublier que, pendant les six années qui se sont écoulées entre la mise en oeuvre du projet et la remise du Digeste aux autorités, un nombre incroyable de présidents de la République et de ministres de la Justice se sont succédés en Argentine ; toutefois, face à la vague d inquiétude qui troublait le monde juridique et à la nécessité de l équilibre institutionnel, il faut reconnaître que tous les gestionnaires politiques ont eux-mêmes reconnu l importance supérieure du projet et ont toujours maintenu leur appui indéfectible ; tous se sont rendus compte que le point de vue à long terme de l homme d État devait l emporter sur les péripéties quotidiennes de la politique. Le digeste juridique argentin : simplification et consolidation législative Droit et Société sur internet (26/9/2007) 3

4 Antonio A. MARTINO Le Manuel fut terminé en 2001, remis et publié, sur support papier en exemplaires, par l Ordre des avocats de la ville de Buenos Aires. Il comporte 25 définitions, 71 règles et des exemples tirés de la législation argentine soit pour donner des modèles à suivre, soit pour signaler des fautes à éviter. Il est doté d une liste de contrôle et donne les éléments d une théorie fondamentale de la rédaction législative. Le Manuel a déjà été utilisé par les juristes chargés de la révision des lois et commence à s imposer comme norme à appliquer en rédaction législative. La suite de l important travail de sélection, de comparaison de textes, d élimination de tous les textes obsolètes et redondants et leur réorganisation selon les différentes catégories fut remise en mai 2005 par la Faculté de jurisprudence et par le consortium ayant répondu à l appel d offres à la fois au ministre de la Justice et à la commission composée de cinq sénateurs et de cinq députés prévue par la loi constitutive. 2. Le Manuel Dans le cadre de l élaboration du Manuel du Digeste argentin, on a tenu compte de la bibliographie très riche qui existe déjà. Les auteurs du Manuel se sont principalement inspirés de deux ouvrages de grande réputation dans leur sphère d influence respective : pour la common law, le traité de Garth C. Thornton, Legislative Drafting, publié chez Butterworth et, pour le droit continental européen, le livre de Dominique Rémy Légistique. L art de faire les lois, publié chez Romillat. On trouve déjà un nombre suffisamment important de manuels de ce genre. Les anglo-américains ont porté une attention toute particulière à l aspect linguistique tandis que, dans les pays européens on assiste à une véritable course à la meilleure technique de rédaction législative ; toutefois, ils sont tous affublés d un défaut important : leur insupportable longueur! À titre d exemple de ces manuels kilométriques, pensons simplement à celui de la Chambre des députés italienne! Le Manuel du Digeste s en tient à une structure stricte et très simple avec ses 25 définitions et ses 71 règles. L auteur du présent texte est d ailleurs convaincu que le laconisme, en matière d élaboration de la norme écrite est une qualité. Comme c est habituellement le cas, le Manuel décrit la partie interne le corps de la loi, à la fois du point de vue formel, ou plus superficiel, et du point de vue substantiel. La structure du corps de l acte, si on le regarde du point de vue formel, se présente comme un ensemble de mots articulés subdivisés en éléments hiérarchiquement organisés. Du point de vue substantiel que l on pourrait appeler également «fonctionnel «parce qu il se base sur les modalités ou les fonctions de réglementation du texte le texte apparaît comme un groupe de dispositions que l on peut interpréter comme étant des actes linguistiques réglementaires (le Manuel en donne d ailleurs une liste à titre d exemples). De l organisation correcte du texte découlera la Droit et Société sur internet (26/9/2007) 4

5 séquence correcte des divers types de dispositions et des rapports, à l intérieur du texte, qu elles doivent entretenir les unes avec les autres. Les 25 définitions du Manuel en constituent la première partie : il s agit d un véritable thesaurus parce que chacune fait renvoi aux autres et que l ensemble met de l ordre dans ce domaine où règnent de nombreuses interprétations. Ces définitions sont scrupuleusement appliquées dans les 71 règles qui suivent. Le Manuel est composé de cinq parties : la première traite de la structure logique et systématique des dispositions normatives, la deuxième de la langue de la norme écrite, la troisième de l écriture des textes normatifs, la quatrième des renvois, internes et externes, et la dernière des modifications législatives. On a suivi à la lettre les prescriptions de la loi et des dispositions pertinentes du décret 222/85 dans toute la mesure de leur compatibilité avec un système complet et cohérent. Les règles sont toujours créées dans un contexte qui ne permet qu une seule interprétation. Les règles sont accompagnées d exemples tirés de la législation argentine, parfois pour montrer comment faire, parfois pour indiquer comment ne pas faire. Elles sont dans certains cas suivies de formules, pour montrer qu il est parfois préférables d utiliser un modèle préétabli et de remplir les blancs, pour éviter l ambiguïté. On y trouve aussi une liste de contrôle, ensemble d un nombre limité de questions qui permettent à l auteur d un projet de vérifier s il se trouve sur la bonne voie. Un peu comme celle qu utilise le pilote pour contrôler l état de l appareil avant le départ. Les considérations théoriques sont évidemment absentes du Manuel ; ce sont des éléments qui doivent l accompagner pour faire face aux problèmes juridiques à régler. Dans sa version électronique qu il est possible de consulter sur le site : ou plus facilement sur celui de l Instituto Internacional de estudio y formacion sobre Gobierno y Sociedad de l Università del Salvador à Buenos Aires, en cliquant ensuite sur le programme de maîtrise en science de la législation, puis sur le Manuel ; il est également possible d accéder à une salle virtuelle de lecture de toute les lois et d utiliser une méthode efficace de rédaction législative assistée par ordinateur. La Chambre des députés à Buenos Aires est d ailleurs présentement saisie d un projet de loi visant à rendre obligatoire l utilisation du Manuel pour la rédaction de tous les projets de loi à l avenir. Le digeste juridique argentin : simplification et consolidation législative 3. Révision et réorganisation des dispositions normatives La révision elle-même des lois apporte toujours son lot de surprises. Ainsi, on découvre qu il y a eu deux lois portant le numéro 1, mais qu heureusement l une d entre elles a été abrogée. On trouve aussi des lois dont le numéro d ordre se termine par «et demi «! Droit et Société sur internet (26/9/2007) 5

6 Antonio A. MARTINO On a même trouvé des lois secrètes ce que nous appellerions tous aujourd hui un oxymore. Ces lois font aujourd hui l objet d une nouvelle étude pour régler les problèmes politiques que crée leur existence. La chose importante à souligner est que le résultat de tout ce travail a été l établissement d un ensemble d environ énoncés normatifs provenant des lois et des décrets. À partir là, commence le travail épuisant qui consiste à en retrancher : a) tous les textes ayant fait l objet d une abrogation expresse ; b) tous les énoncés normatifs qui n ont plus d effet parce que la situation qui a donné lieu à leur adoption n existe plus, par exemple la réglementation de l éclairage municipal au gaz ou celle sur la circulation des chevaux dans les villes ; c) tous les énoncés législatifs dont l objet est accompli et, finalement, d) tous les textes législatifs qui doivent être éliminés en raison de leur incompatibilité avec d autres éléments en vigueur du corpus législatif. De toute évidence, les décisions à prendre dans le cas des textes qui tombent dans cette dernière catégorie sont confiées à une commission de juristes de grande réputation dans chacune des catégories ou domaines de compétence prévues par la loi Après avoir fait plusieurs fois le tour de l ensemble et avoir appliqué les trois premiers critères, nous avons pu passer de textes normatifs à environ Une fois passé au crible du quatrième critère, l ensemble s est réduit à environ énoncés normatifs, soit au plus lois et leurs décrets d application. Il s agissait d une tâche colossale parce que, comme la loi portant création du Digeste le précise, tout le droit argentin fut divisé en 26 catégories ou domaines de compétence, et la révision et la classification finale a été confiée à une équipe de professeurs de l Université de Buenos Aires, spécialistes dans chacun de ces domaines pour vérifier, réorganiser et renuméroter les normes qui devaient rester en vigueur et décider quelles étaient celles qui devaient être abrogées ou faire l objet d une dérogation. De cette façon, le Digeste sera composé de 26 chapitres divisés en plusieurs thèmes sous lesquels seront rangées les lois avec leur numéro d ordre respectif. En somme, la réalisation du rêve du grand juriste italien de la deuxième moitié du XVIII e siècle et l un des premiers à utiliser l expression «science de la législation «, le Chevalier Gaetano Filangeri : un Livre des Lois! En mai de cette année, tout ceci a été remis, avec le Manuel, au ministre de la Justice pour qu il le soumette à la commission mixte parlementaire chargée de revoir le travail et de recommander au Congrès de l approuver ou non. Le Congrès c est bien normal a le dernier mot en la matière ; cependant si, comme tout le laisse croire, il approuve le travail accompli, avec les ajustements qu il jugera indiqués, la promulgation de la loi d approbation du corpus nous fera passer d un enchevêtrement de lois et décrets à un ensemble organisé de lois accompagnées de leurs décrets. Les chiffres sont approximatifs mais ils servent à montrer que ce qu on perd en quantité, on le retrouve en qualité. Nous entrons dans le siècle de la Droit et Société sur internet (26/9/2007) 6

7 qualité institutionnelle. La qualité des lois ne peut plus être abandonnée au cas par cas ou au libre jeu des partis. Le caractère exhaustif et complet de l ensemble obtenu permet de récupérer chaque texte normatif avec la garantie de pouvoir l insérer dans un produit informatique de grande souplesse et d une précision extraordinaire. Il est possible d aller chercher le texte à-jour pour une catégorie de normes, en fonction de sa date ou du lieu de son approbation, selon le secteur du droit dont il fait partie, d obtenir ou non ses divisions internes, de trouver même tous les renvois qui y sont fait ailleurs et de remonter jusqu au texte original. Il s agit d un niveau de précision documentaire parmi les plus élevés au monde et d ailleurs difficilement atteint même pour une partie ou un secteur du droit. La qualité extraordinaire du Digeste juridique argentin est qu il couvre tous les domaines du droit fédéral législatif et réglementaire. Le travail continue parce qu il est nécessaire d arriver aussi à la résolution des problèmes administratifs, mais la partie déjà réalisée place l effort accompli parmi les oeuvres monumentales dont les contemporains n apprécient que difficilement toute l ampleur. Il convient de mentionner tout spécialement le sérieux et par dessus tout l esprit de collaboration qui ont animé les commissions des juristes de chaque secteur du droit. Ces commissions d éminents spécialistes ont préféré, malgré les difficultés théoriques qui accompagnaient toutes les décisions à prendre dans leur domaine respectif du droit, retenir les thèses les plus acceptables afin de pouvoir, à l intérieur de délais relativement courts, en arriver à des solutions qui auraient pu traîner pendant des décennies de discussions. Nous ne leur enlevons aucun mérite intrinsèque ; au contraire nous en ajoutons un extrinsèque : il faut se souvenir que la charge de juriste est au service de la collectivité et que son titulaire doit parfois transiger entre ses convictions les plus intimes si le résultat définitif améliore la condition générale. La chose la plus importante pour l Argentine est qu elle obtient son premier Digeste juridique complet réalisé en conformité avec des critères internationalement acceptés et qu à l avenir les nouvelles lois seront adoptées en conformité avec les règles prévues par le Manuel afin de préserver la sécurité législative. Voilà une oeuvre, un opus colossal et original, que peu de pays, même parmi les plus développés, ont réussi à réaliser ou même ont voulu entreprendre jusqu à ce jour. Pendant plusieurs années nous avons discuté de ces problèmes et de la méthode à suivre pour les régler. Aujourd hui nous avons devant nous une oeuvre concrète sur laquelle nous pouvons apporter des observations, dont l application nous permettra de tirer des conclusions et dont nous pourrons contrôler les résultats. Le digeste juridique argentin : simplification et consolidation législative Droit et Société sur internet (26/9/2007) 7

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

LES SOURCES DU DROIT

LES SOURCES DU DROIT Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Fiche notion avec activités Crédit : Michel SOIGNET LES SOURCES DU DROIT 1. QU EST-CE QUE LE DROIT? Le droit est constitué de l ensemble

Plus en détail

Les actuaires désignés de tous les organismes A à H doivent compléter le questionnaire.

Les actuaires désignés de tous les organismes A à H doivent compléter le questionnaire. QUESTIONNAIRE DESTINÉ À L ACTUAIRE DÉSIGNÉ AUX FINS DES RAPPORTS FINANCIERS DES ORGANISMES D ASSURANCE-VIE ET SANTÉ AU CANADA FIN D ANNÉE 2000 PARTIE II Ce questionnaire a été préparé pour traiter des

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Programme de maîtrise en traduction juridique

Programme de maîtrise en traduction juridique Programme de maîtrise en traduction juridique Mr. Blais Directeur Centre de traduction et de documentation juridiques Université d'ottawa Pour parler du programme de maîtrise en traduction juridique, il

Plus en détail

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar DECRET N 99-821 fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Vu la Constitution, Vu la Convention relative à l Aviation Civile Internationale signée

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

ANNEXE N 1 AUX STATUTS DU CERDIH REGLEMENT DU MASTER EN DROIT INTERNATIONAL

ANNEXE N 1 AUX STATUTS DU CERDIH REGLEMENT DU MASTER EN DROIT INTERNATIONAL ANNEXE N 1 AUX STATUTS DU CERDIH REGLEMENT DU MASTER EN DROIT INTERNATIONAL Article 1 : CREATION ET PHILOSOPHIE GENERALE Le Centre d Etudes et de Recherches sur le Droit international général et les Droits

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

NORMES ET RÈGLES RELATIVES À L ÉVALUATION DE L APPRENTISSAGE ÉTUDIANT DU DÉPARTEMENT DE PHILOSOPHIE Juin 2002 (modifications février 2007)

NORMES ET RÈGLES RELATIVES À L ÉVALUATION DE L APPRENTISSAGE ÉTUDIANT DU DÉPARTEMENT DE PHILOSOPHIE Juin 2002 (modifications février 2007) Politique d évaluation des apprentissages en philosophie NORMES ET RÈGLES RELATIVES À L ÉVALUATION DE L APPRENTISSAGE ÉTUDIANT DU DÉPARTEMENT DE PHILOSOPHIE Juin 2002 (modifications février 2007) Le plan

Plus en détail

Synthèse de rapport. (Version française)

Synthèse de rapport. (Version française) www.fondation-droitcontinental.org Synthèse de rapport La protection contre l appropriation illicite des secrets d affaires et des informations commerciales confidentielles (Version française) Rapport

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/SC.1/2008/1 11 août 2008 FRANÇAIS Original: FRANÇAIS ET ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique TABLE DES MATIÈRES 717 PAGES Préface........................................................... 5 Introduction générale............................................... 13 1. La lente émergence d un espace

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale

ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale 1 ACCORD entre l Etat et la collectivité territoriale de Saint-Barthélemy concernant l'assistance administrative mutuelle en matière fiscale Le présent accord précise les modalités d application du 2 du

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

Président de jury : Madame REBIERE Lydie, Administrateur de la Direction des services départementaux de la Savoie SESSION 2015

Président de jury : Madame REBIERE Lydie, Administrateur de la Direction des services départementaux de la Savoie SESSION 2015 RAPPORT DE JURY Concours externe et interne de secrétaire administratif de l éducation nationale et de l enseignement supérieur de classe normale (Décret n 2010-302 du 19 mars 2010) Président de jury :

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 DOCUMENT DE BUENOS AIRES SUR LE MÉCANISME DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

DESCRIPTION DU POUVOIR JUDICIAIRE

DESCRIPTION DU POUVOIR JUDICIAIRE DESCRIPTION DU POUVOIR JUDICIAIRE Pouvoir judiciaire Le Pouvoir judiciaire est l institution chargée d administrer la justice à travers ses tribunaux. Sa fonction est d assurer la préservation, la protection

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

Guide d utilisation du journal de stage

Guide d utilisation du journal de stage Guide d utilisation du journal de stage À l intention des candidats à l exercice de la profession Table des matières Présentation du journal de stage 2 Aperçu des étapes à suivre 2 Étape 1 - Commencer

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du

Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du Textes Juridiques Décret exécutif n 98-355 du 20 Rajab 1419 correspondant au 10 novembre 1998 portant création, organisation et fonctionnement du fonds national de développement de l apprentissage et de

Plus en détail

Le ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs

Le ministère du Développement durable, de l Environnement et des Parcs Le ministère du Développement durable, a pour mission d assurer la protection de l environnement, des écosystèmes naturels et de la biodiversité. Le Ministère doit contribuer au bien-être des générations

Plus en détail

Bernard FOURNIER. Chargé de cours au Département de Sciences politiques. Faculté de Droit. Université de Liège. Bernard.Fournier@ulg.ac.

Bernard FOURNIER. Chargé de cours au Département de Sciences politiques. Faculté de Droit. Université de Liège. Bernard.Fournier@ulg.ac. ET DU SEMINAIRE DE POLITIQUES COMPAREES Bernard FOURNIER Chargé de cours au Département de Sciences politiques Faculté de Droit Université de Liège Bernard.Fournier@ulg.ac.be Min REUCHAMPS Aspirant du

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe

Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1 Réponse au Questionnaire sur la Médiation civile et commerciale en Europe 1. Survol historique de la médiation dans le pays En Hongrie deux processus sont connus dans le domaines de mode alternatifs

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Accès aux courriers électroniques d un employé absent

Accès aux courriers électroniques d un employé absent Accès aux courriers électroniques d un employé absent Les maîtres-mots en la matière : mesures préventives, responsabilisation, proportionnalité et transparence 1. Il convient, à ce sujet, de se référer

Plus en détail

CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES

CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES 1. OBJET Le Comité de gouvernance et de rémunération (le «Comité») est un comité permanent du Conseil d administration de

Plus en détail

2009 / 2011 MASTER 2 DROIT ANCIEN DIPLÔME D ETUDE APPROFONDIES (D.E.A) FACULTE DE DROIT

2009 / 2011 MASTER 2 DROIT ANCIEN DIPLÔME D ETUDE APPROFONDIES (D.E.A) FACULTE DE DROIT 2009 / 2011 MASTER 2 DROIT ANCIEN DIPLÔME D ETUDE APPROFONDIES (D.E.A) FACULTE DE DROIT MASTER 2 RECHERCHE OPTION DROIT PRIVE FONDAMENTAL ANCIEN DIPLÔME D ETUDES APPROFONDIES (D.E.A) Option DROIT PRIVE

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT Le Comité de vérification (le «Comité») du Conseil d'administration (le «Conseil») de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (la «Société») a pour mandat

Plus en détail

LA CONSTITUTION CANADIENNE

LA CONSTITUTION CANADIENNE Objectifs d apprentissage Présenter aux élèves la notion de loi constitutionnelle. Comprendre l histoire et la nature de la Constitution canadienne. Mieux connaître les responsabilités des divers ordres

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007

PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007 Point 6 b) de l ordre du jour CX/GP 07/24/6 Partie II PROGRAMME MIXTE FAO/OMS SUR LES NORMES ALIMENTAIRES COMITÉ DU CODEX SUR LES PRINCIPES GÉNÉRAUX Vingt-quatrième session Paris, France, 2-6 avril 2007

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES Les épreuves écrites et orales des concours externe et interne pour l accès à l emploi de secrétaire des affaires étrangères

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE

I LE CONTEXTE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE Au printemps 2013, le Président de la République a souhaité, dans le cadre du choc de simplification, que soit renversé le principe en vigueur depuis la publication de la loi du 12 avril 2000, dite loi

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011

Commentaire aux Cahiers. Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Commentaire aux Cahiers Commentaire de la décision n 2011-627 DC 12 avril 2011 Loi organique tendant à l approbation d accords entre l État et les collectivités territoriales de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE

COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE Le Code de la propriété intellectuelle doit prochainement être modifié par un décret dont la publication et l entrée

Plus en détail

RÉSOLUTION EUROPÉENNE

RÉSOLUTION EUROPÉENNE N 139 SÉNAT Le 31 août 2012 SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 RÉSOLUTION EUROPÉENNE sur la reconnaissance des qualifications professionnelles (E 6967). Est devenue résolution du Sénat, conformément à l article

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. C. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 63 Appel n o : GE-14-466 ENTRE : M. C. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en matière pénale (LaCP) (E 4 10)

modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en matière pénale (LaCP) (E 4 10) Secrétariat du Grand Conseil PL 11404 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 19 mars 2014 Projet de loi modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

ACTES. Colloque européen "L égalité femmes hommes et la loi : deux ans d études d impact"

ACTES. Colloque européen L égalité femmes hommes et la loi : deux ans d études d impact Mardi 30 septembre 2014, Assemblée nationale, salle Lamartine ACTES Colloque européen "L égalité femmes hommes et la loi : deux ans d études d impact" Ministère des Affaires sociales, de la Santé et des

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

Red Europea de Formación Judicial (REFJ) European Judicial Training Network (EJTN) Réseau Européen de Formation Judiciaire (REFJ)

Red Europea de Formación Judicial (REFJ) European Judicial Training Network (EJTN) Réseau Européen de Formation Judiciaire (REFJ) Red Europea de Formación Judicial (REFJ) European Judicial Training Network (EJTN) Réseau Européen de Formation Judiciaire (REFJ) DÉSCRIPTION DU COURS L APPLIICATIION DES RÈGLES EUROPÉENES DE LA CONCURRENCE

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ERNI1408943D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la mise à disposition du public, pour un usage de réutilisation, d informations publiques

Plus en détail

DÉCRET n. relatif aux comptes des comités interentreprises, à la désignation du trésorier et à la procédure d alerte du commissaire aux comptes

DÉCRET n. relatif aux comptes des comités interentreprises, à la désignation du trésorier et à la procédure d alerte du commissaire aux comptes RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social DÉCRET n relatif aux comptes des comités interentreprises, à la désignation du trésorier et

Plus en détail

Loi sur le Recueil des lois et des règlements du Québec

Loi sur le Recueil des lois et des règlements du Québec Éditeur officiel du Québec Ce document a valeur officielle. Dernière version disponible À jour au 1er janvier 2010 L.R.Q., chapitre R-2.2.0.0.2 Loi sur le Recueil des lois et des règlements du Québec SECTION

Plus en détail

CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités

CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités Une gouvernance efficace : guide à l intention des conseils scolaires, de leurs membres, des directions de l éducation et des communautés CHAPITRE 7 Réunions du conseil et de ses comités 70 (Sauf indication

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration Politique de sécurité de l information Adoptée par le Conseil d administration Le 10 novembre 2011 Table des matières PRÉAMBULE 1. GÉNÉRALITÉS... 3 2. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 4 3. DÉFINITIONS... 8

Plus en détail

Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010

Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010 Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010 Préambule : La mise en œuvre du compte épargne-temps correspond à l application de l article 1 er du décret 2004-878

Plus en détail

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3

Objet : Archives de l intercommunalité. Modèles de convention P.J. : 3 Paris, le 21 juillet 2009 Le ministre de la culture et de la communication à Mesdames et Messieurs les préfets de régions Mesdames et Messieurs les préfets de départements Mesdames et Messieurs les présidents

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile

Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile - 1 - Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile L Assemblée nationale et le Sénat ont délibéré et adopté Le Président

Plus en détail

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC (Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC 1. Je souhaiterais, dans la présente Déclaration, expliquer les raisons pour lesquelles j ai voté contre l alinéa 18) du dispositif, au paragraphe

Plus en détail

(PROJET) POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE

(PROJET) POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE (PROJET) POLITIQUE DE GESTION DOCUMENTAIRE I ORIENTATIONS GÉNÉRALES La Bibliothèque joue un rôle fondamental en étant au cœur même des activités pédagogiques du Cégep de l Abitibi Témiscamingue (CAT) et

Plus en détail

Chapitre I er Définitions. Article 1 er

Chapitre I er Définitions. Article 1 er Arrêté royal du 20 janvier 2003 fixant le programme, les conditions et le jury de l examen pratique d aptitude des «comptables agréés» et «comptables-fiscalistes agréés» Source : Arrêté royal du 20 janvier

Plus en détail

CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010

CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010 CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010 Objet : Recrutement d un chargé de mission chargé de la formation interne au sein de l Administration générale des Personnels de l Enseignement Réseaux : tous réseaux Niveaux

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Adoptée à la séance du 21 janvier 2013 par la résolution G2013-00-18 TABLE DES MATIÈRES Page 1. INTRODUCTION... 3 2. CADRE JURIDIQUE... 3 3.

Plus en détail

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à

Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à Avis n 139 du Bureau, du 8 novembre 2013, du Conseil de l Egalité des Chances entre Hommes et Femmes, concernant l avant-projet de loi visant à renforcer la lutte contre le sexisme Introduction La Vice-Première

Plus en détail

Montréal, le 5 juin 2006

Montréal, le 5 juin 2006 Montréal, le 5 juin 2006 Monsieur Yvon Marcoux Ministre de la Justice du Québec Édifice Louis-Philippe-Pigeon 1200, route de l'église, 9 e étage Québec (Québec) G1V 4M1 Objet : Projet de loi n o 7 Loi

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

L entretien professionnel annuel (EPA)

L entretien professionnel annuel (EPA) INSTRUCTION n 2012-43 du 21 février 2012 L entretien professionnel annuel (EPA) Emetteurs : DGA RH Direction gestion des carrières et politique de rémunération Correspondants : Marie BALLAND Isabel IBANEZ

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

LES BRANCHES DU DROIT

LES BRANCHES DU DROIT Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Fiche notion avec activités Crédit : Michel SOIGNET LES BRANCHES DU DROIT A. DROIT OBJECTIF ET DROITS SUBJECTIFS On distingue : 1.

Plus en détail

LES RESERVES AUX TRAITES Déclaration du Président du Comité de rédaction, M. Peter Tomka

LES RESERVES AUX TRAITES Déclaration du Président du Comité de rédaction, M. Peter Tomka VERIFIER A L AUDITION LES RESERVES AUX TRAITES Déclaration du Président du Comité de rédaction, M. Peter Tomka Monsieur le Président, ceci est le troisième rapport du Comité de rédaction, au sujet des

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

Directive de la Présidence

Directive de la Présidence Directive de la Présidence Date : 5 mars 2004 DIRECTIVE RELATIVE À LA CONSTITUTION DE FONDS D AFFECTATION SPÉCIALE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Section première Dispositions générales 1.1. La présente

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

FORFAIT ANNUEL EN JOURS

FORFAIT ANNUEL EN JOURS CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU COMMERCE DE DÉTAIL ET DE GROS À PRÉDOMINANCE ALIMENTAIRE AVENANT N 52 DU 17 SEPTEMBRE 2015 FORFAIT ANNUEL EN JOURS Préambule Le présent accord a pour objet la fixation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

PRÉSENTATION DU COURS. Buts et objectifs généraux. Situation du cours dans le programme. Énoncés des compétences visées

PRÉSENTATION DU COURS. Buts et objectifs généraux. Situation du cours dans le programme. Énoncés des compétences visées SESSION HIVER 2009 PROGRAMME DE TECHNIQUE DE COMPTABILITÉ ET DE GESTION 410.BA PLAN DE COURS Titre du cours: Comptabilité intermédiaire No du cours: 410-409-BA Préalable: 410-201-BA Comptabilité II Pondération:

Plus en détail

Fiche info Service Carrières

Fiche info Service Carrières Fiche info Service Carrières L entretien professionnel Thème : Déroulement de carrière février 15 Textes de référence Décret n 86-473 du 14 mars 1986 relatif aux conditions générales de notation des fonctionnaires

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Décision n 2013-1405 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 17 décembre 2013 modifiant la décision n 02-1179 du 19 décembre 2002 établissant la liste des

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB adoptés par le Comité d experts de l Union de l IPC à sa quarante-deuxième session et

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail