ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC."

Transcription

1 ÉTUDE DE CAS N 2 : LA QUESTION DE L ACCÈS À L EAU AU MAROC.

2 MISE AU POINT SCIENTIFIQUE

3 L EAU AU MAROC : ATOUTS ET CONTRAINTES. Le Maroc se trouve dans une situation singulière : c est { la fois le pays du Maghreb qui bénéficie des ressources en eau les plus importantes et celui qui risque dans le futur de connaître les problèmes de pénurie les plus graves.

4 Le potentiel actuel : Actuellement le potentiel hydraulique du pays est estimé à environ 29 milliards de m 3, dont 19 sont réellement mobilisables, 10 étant perdus par évaporation et fuite vers la mer. Sur ce total, 15 milliards de m 3 proviennent des eaux de surface et 4 des eaux souterraines. Cette bonne disponibilité en eau s explique par le fait que le pays dispose de nombreux atouts : un vaste château d eau atlasique, des fleuves importants comme le Oum er Rbia, d importantes nappes phréatiques et de fortes averses pluvieuses venues de l Atlantique en hiver. De plus, le Maroc est aussi considéré comme «le royaume de la grande hydraulique» car le pays s est doté depuis les années 60 d une centaine de barrages qui mobilisent l essentiel des eaux de surface. Au final, le potentiel hydrique du pays est de 720 m 3 /hab et par an et les ressources permettent d entretenir un vaste périmètre irrigué d environ un million d hectares.

5 A l horizon 2020: une situation de pénurie et de stress hydrique. En 2O2O, on estime que la consommation nationale atteindra le chiffre du potentiel régularisable de la ressource. A la même date, le potentiel hydrique sera descendu à 570 m 3 /hab et par an et la plupart des nappes phréatiques seront fortement entamées (il faut d ailleurs noter, dès aujourd hui des baisses alarmantes : 40 m dans le Souss, 30 m dans le Haouz). L horizon constitue donc un point de rupture : à cette date, le Maroc sera à son tour touché par la pénurie et par une situation de stress hydrique que ses voisins connaissent déjà. Cette situation de crise risque même d être ressentie encore plus durement qu ailleurs du fait de la structure de l économie marocaine. En effet, le poids du secteur agricole y est très grand. Or, l agriculture est grande consommatrice d eau : plus de 85 % de la ressource. On voit dès lors les problèmes sociaux, économiques et politiques qui risquent de se poser.

6 Qui s explique par : Une augmentation de la demande : - Augmentation de la population (estimée à 40 millions en 2025). - Augmentation des besoins en irrigation. - Augmentation de la demande industrielle. - Augmentation de la demande urbaine liée au rapide développement urbain et touristique du pays. Une diminution des ressources : - Baisse de la pluviométrie liée à la multiplication des sécheresses. - Baisse du niveau des nappes phréatiques liée à la surexploitation actuelle.

7 Le Maroc constitue donc un cas d école pour étudier les enjeux liés à la disponibilité, la gestion et la répartition des ressources en eau. En effet, ce pays dont les ressources en eau, bien que généreuses pour la région, sont néanmoins limitées (en raison de sa localisation dans une zone de semi - aridité), va être confronté de façon croissante à un double problème: - d une part, une dégradation et une raréfaction de l eau ; - d autre part, une multiplication des conflits liés aux différents usages de l eau : agricole, industriel, touristique et domestique.

8 MARRAKECH ET SA RÉGION : UN EXEMPLE TYPE. La région de Marrakech Tensift Al Haouz constitue déjà un bon exemple des problèmes liés à la gestion de l eau. Région de Marrakech Tensift Al Haouz.

9 Présentation de la région : Cette région située au centre du pays et qui comprend une partie du Haut Atlas s étend sur près de km et compte environ habitants. C est une région essentiellement agricole et touristique dont le centre démographique, administratif, et économique est la ville de Marrakech avec ses habitants. L essentiel des ressources en eau de cette région provient des oueds descendant de l Atlas (notamment l oued Tensift) et de nappes phréatiques peu profondes et donc facilement accessibles.

10 Une ressource en eau qui diminue: Cette région connaît actuellement un déficit hydrique prononcé : - Sous les effets conjugués de la sécheresse et de pompages intensifs, les nappes phréatiques sont déjà surexploitées puisque les prélèvements actuels estimés à près de 600mm 3 /an dépassent largement le potentiel renouvelable estimé, lui, à 470mm 3 /an. - Quant aux eaux de surface, essentiellement celles du Tensift et de ses affluents, leur potentiel mobilisable est tombé à 400 millions de m 3.

11 Une demande qui explose : Actuellement l agriculture consomme 90 % des ressources en eau de la région contre 10 % pour les besoins domestiques d une population d environ trois millions d habitants. Toutefois, les besoins urbains se font de plus en plus importants notamment avec le développement démographique de Marrakech. De plus, l essor du tourisme (plus de 2 millions de touristes par an, rien qu à Marrakech), de l industrie et du commerce accentue les besoins en eau.

12 Avec pour résultats : Des conflits d usages de plus en plus importants entre demande agricole, demande urbaine, demande touristique et demande industrielle. Une crise de l eau de plus en plus aiguë.

13 Les pistes envisagées pour résoudre la crise de l eau. Diminuer la demande : - En luttant contre les déperditions dans les réseaux urbains d adduction d eau (40 % de pertes dans certaines canalisations à Marrakech). - En adoptant des techniques agricoles moins gourmandes en eau (micro - aspersion, lutte contre les fuites dans les réseaux d irrigation, limitation des moto - pompes qui puisent dans les nappes phréatiques ). - En incitant les agriculteurs à se tourner vers des cultures moins consommatrices en eau.

14 Augmenter l offre : - En construisant des usines de recyclage des eaux usées comme l unité de Marrakech inaugurée en En incitant les complexes hôteliers et touristiques à bâtir leurs propres unités de traitement des eaux.

15 CONCLUSION. L exemple de la région de Marrakech illustre donc bien les problèmes et les défis auxquels le Maroc est et va être soumis. La crise hydrique qui s annonce impose donc une réorientation des politiques hydrauliques. Celles-ci doivent viser une meilleure valorisation des ressources en eau et un meilleur ciblage de son usage, à travers un contrôle renforcé de la demande, la mise en œuvre d incitation pour la diffusion des techniques d économies d eau et le développement des ressources alternatives comme le dessalement de l eau de mer et le recyclage des eaux usées.

16 Maroc : quelles perspectives? Le Maroc est confronté aux mêmes problèmes que l Australie : une raréfaction de la ressource en eau, une demande croissante et diversifiée, une agriculture inadaptée aux conditions bioclimatiques et «dévoreuse» d eau, et par conséquent des conflits d usages de plus en plus fréquents. Les solutions à apporter à cette crise de l eau sont du même ordre : réduire la demande par des pratiques d économie de l eau, augmenter l offre grâce à des aménagements et des infrastructures telles que les barrages, les usines de dessalement, les unités de retraitement des eaux usées

17 Toutefois, la situation sociale et économique du Maroc fait que le problème de l accès à l eau ne s y pose pas véritablement dans les mêmes termes qu en Australie. D une part, on peut s interroger sur la capacité du pays à supporter financièrement les aménagements nécessaires à l extension de l offre. D autre part, la privatisation croissante du secteur de l eau liée à l arrivée massive de multinationales de l eau sur le marché pose le problème d un accès égal des citoyens à cette ressource. En effet, tous les marocains seront - ils en mesure de supporter le renchérissement du prix de l eau?

18 Enfin, le poids relatif du secteur agricole dans l économie marocaine (entre 10 et 15 % du PIB selon les années) rend illusoire voire dangereuse toute idée de sacrifier l agriculture comme cela peut être envisagé en Australie. Cependant, la modernisation et la réorientation de cette agriculture vers des cultures moins «gourmandes» en eau entraînera certainement des conflits sociaux virulents.

19 PROPOSITION DE MISE EN ŒUVRE EN CLASSE.

20 UN VILLAGE DU MAROC : BEN SMIM.

21 LOCALISATION : Le village de Ben Smim est situé dans la province d Ifrane, dans la région du Moyen Atlas. Il compte 3000 habitants, qui travaillent en grande majorité dans l agriculture ou l élevage (un cheptel ovin et bovin de 5000 têtes). La région est une région d agriculture vivrière et le village est situé à proximité d une des dernières grandes forêts de cèdres du pays.

22 LE CONTEXTE : POURQUOI CHOISIR CE VILLAGE? Depuis 2001, le village de Ben Smim est le théâtre d une «guerre de l eau» opposant d une part les villageois, pour lesquels cette ressource est vitale, et d autre part une entreprise «l Euro - Africaine des eaux», qui a racheté à L État marocain les droits sur une partie de la source de cette localité (60 %). Le but de cette entreprise est de produire de l eau en bouteille, qui sera revendue dans tout le Maroc et à l étranger. Depuis 2007, et les débuts des travaux de l usine, les habitants de Ben Smim multiplient les protestations et leur lutte est devenue emblématique dans le monde entier du refus de la marchandisation de l eau.

23 Cette étude de cas permet donc d aborder plusieurs thèmes : - La concurrence pour les usages de l eau (entre usage agricole et usage industriel, entre usage local et usage extérieur). - Les dissensions au sein d une même communauté sur la façon d utiliser l eau. - La rareté et la raréfaction de la ressource. - Les raisons de la pénurie en eau.

24 Problématique générale : pourquoi les habitants de Ben Smim n ont ils pas accès, en quantité suffisante, à une eau de qualité? Objectifs :

25 Première heure de l étude de cas. Problématique : pourquoi l eau est - elle un bien aussi disputé à Ben Smim? Objectifs : Montrer que l eau est une ressource rare dans ce village. Montrer que l agriculture est une grande consommatrice d eau. Citer les principaux usages de l eau à Ben Smim.

26 Deuxième heure de l étude de cas. Problématique : quels sont les conflits autour de l eau à Ben Smim? Objectifs : Montrer que l eau de la source de Ben Smim est disputée entre les villageois et l industriel. Montrer que la gestion de l eau est disputée entre l État, la commune et les communautés villageoises. Montrer que le projet industriel divise la communauté villageoise entre partisans et adversaires de l usine d embouteillement

27 Troisième heure de l étude de cas. Problématique : existe - t - il des solutions pour résoudre la crise de l eau à Ben Smim? Objectif : Évoquer les solutions techniques et politiques pour mieux utiliser et partager la ressource.

28 CORPUS DOCUMENTAIRE : Article de RFI du 20 mars 2009 : Ben Smim, source de discorde : Article de Bakchich info d octobre 2007 : Carte de la pluviométrie au Maroc. T-DU-MAROC/carte_annuelle_pluie.jpg

29 Photographies du village. 00.jpg

30 Quatrième heure : mise en perspective.. On reprendra ici les éléments et les documents utilisés dans l étude de cas sur l Australie, à savoir essentiellement des cartes tirées de l atlas mondial de l eau.

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS N 1 : LA QUESTION DE L ACCÈS A L EAU EN AUSTRALIE. LE BASSIN DE LA MURRAY- DARLING

ÉTUDE DE CAS N 1 : LA QUESTION DE L ACCÈS A L EAU EN AUSTRALIE. LE BASSIN DE LA MURRAY- DARLING ÉTUDE DE CAS N 1 : LA QUESTION DE L ACCÈS A L EAU EN AUSTRALIE. LE BASSIN DE LA MURRAY- DARLING MISE AU POINT SCIENTIFIQUE. INTRODUCTION : L Australie constitue aujourd hui un cas d école concernant tous

Plus en détail

L accès à l eau dans les villes africaines

L accès à l eau dans les villes africaines 165 L accès à l eau dans les villes africaines Mwanza wa Mwanza Sur fond de privatisation, la gestion de l eau dans les villes africaines se heurte à plusieurs problèmes : l inadéquation de l offre à une

Plus en détail

Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa et Draa. Ressources en Eau SOUSS MASSA DRAA. Octobre 2011

Agence du Bassin Hydraulique du Souss Massa et Draa. Ressources en Eau SOUSS MASSA DRAA. Octobre 2011 Ressources en Eau SOUSS MASSA DRAA Octobre 2011 AGENCE DU BASSIN HYDRAULIQUE DE SOUSS MASSA ET DRAA AVENUE PRINCE MOULAY ABDELLAH - VILLE NOUVELLE - BP 432 - AGADIR Secrétariat/ 05-28-84-25-51*Standard/

Plus en détail

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE

EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION DES ROUTES ET LA FLUIDITE DU TRANSPORT TERRESTRE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l agriculture est des ressources hydrauliques Direction générale de l aménagement et de la conservation des terres EFFETS DES AMENAGEMENTS ANTI EROSIFS SUR LA PROTECTION

Plus en détail

Des hommes et des ressources

Des hommes et des ressources Des hommes et des ressources G 6. La question des ressources alimentaires I. Etude de cas : au Brésil Quelle est la situation alimentaire au Brésil? P 282-283 A. Une grande puissance agricole 1) L agriculture

Plus en détail

3. Des hommes et des ressources.

3. Des hommes et des ressources. CLASSE DE 5ème 3. Des hommes et des ressources. Christophe LEON Collège Max Bramerie, La Force (24) Académie de Bordeaux (http://lalettredulundi.fr/ oneclick_uploads/2011/05/terre_citron.jpg) 3.1. La question

Plus en détail

Géographie. Chapitre n. L accès à l eau

Géographie. Chapitre n. L accès à l eau Géographie Chapitre n. L accès à l eau I) Les ressources en eau en Australie Problématiques : Pourquoi les habitants d Aldinga ont-ils adopté une telle attitude face à l eau? Comment l eau est-elle utilisée

Plus en détail

ASSOCIATION France MAURICE (Association loi 1901) Développement économique en milieu insulaire PAR DIDIER MERLE

ASSOCIATION France MAURICE (Association loi 1901) Développement économique en milieu insulaire PAR DIDIER MERLE ASSOCIATION France MAURICE (Association loi 1901) Développement économique en milieu insulaire PAR DIDIER MERLE La croissance économique mauricienne prendra réellement son essor au cours des années soixante-dix

Plus en détail

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles La Conférence sur «Le développement durable du tourisme des îles», organisée par l OMT (Nations-Unies) et le Gouvernement français à Saint-Denis

Plus en détail

60 actions pour lutter contre le changement climatique

60 actions pour lutter contre le changement climatique E N V I R O N N E M E N T 60 actions pour lutter contre le changement climatique Plan Climat 1 p. 3 Lutter contre le changement climatique et anticiper ses effets sur notre territoire p. 4 Agir pour limiter

Plus en détail

La ressource en eau dans le monde

La ressource en eau dans le monde La ressource en eau dans le monde Template Lake Alexandrina www.flickr.com Gif Murray Darling Basin Commission www2.mdbc.gov.au Une eau rare et inégalement répartie Prends connaissance de ce document Volume

Plus en détail

La Banque mondiale au Maroc. Activités en bref. Oct. 08

La Banque mondiale au Maroc. Activités en bref. Oct. 08 La Banque mondiale au Maroc Activités en bref Oct. 08 1 La Stratégie de coopération Maroc/Banque mondiale La nouvelle Stratégie de Coopération approuvée le 19 mai 2005 par les membres du Conseil d administration

Plus en détail

D O S S I E R D E P R E S S E

D O S S I E R D E P R E S S E Une plateforme industrielle intégrée de nouvelle génération pour renforcer l attraction régionale de Nouaceur Sommaire 1. Lancement par Sa Majesté le Roi de la plateforme industrielle intégrée de nouvelle

Plus en détail

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision.

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision. Les enjeux du territoire Le développement de Pau, de son agglomération et maintenant du Grand Pau rappelle celui de villes, d agglomérations et d aires urbaines sensiblement comparables, avec des logiques

Plus en détail

AGROCARBURANT POUR REPONDRE A QUEL BESOIN ENERGETIQUE? Bougouna SOGOBA bougouna.sogoba@ameddmali.org Website : www.ameddmali.org

AGROCARBURANT POUR REPONDRE A QUEL BESOIN ENERGETIQUE? Bougouna SOGOBA bougouna.sogoba@ameddmali.org Website : www.ameddmali.org AGROCARBURANT POUR REPONDRE A QUEL BESOIN ENERGETIQUE? Bougouna SOGOBA bougouna.sogoba@ameddmali.org Website : www.ameddmali.org PLAN DE LA PRESENTATION Le contexte national Les besoins et solutions locales

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

Diaspora malienne et développement: contributions, contraintes et stratégies Par

Diaspora malienne et développement: contributions, contraintes et stratégies Par REUNION THEMATIQUE Genève, 11 septembre 2013 Migration du travail et diasporas Diaspora malienne et développement: contributions, contraintes et stratégies Par Seydou KEITA Conseiller Technique Ministère

Plus en détail

Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux

Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux Billy Troy, Fondation FARM Partage du savoir en Méditerranée (7) Tunis, 19 mai 2012 Sécurité hydrique et sécurité alimentaire

Plus en détail

Diagnostic commercial

Diagnostic commercial Diagnostic commercial Si elle veut réussir, l entreprise doit avant tout vendre son produit. Pour cela, la fonction commerciale en son sein lui est d une grande utilité. Ceci est dû à la finalité même

Plus en détail

Date : 23/09/2013. MAPF [0094] 23/09/2013 14h40 Maroc-Economie-Eau-Electricité

Date : 23/09/2013. MAPF [0094] 23/09/2013 14h40 Maroc-Economie-Eau-Electricité MAPF [0094] 23/09/2013 14h40 Maroc--Eau-Electricité Couverture du milieu rural en eau potable et en électricité : des taux respectifs de 93 pc et 98 pc en 2012 (DG de l'onee) Rabat, 23 sept. 2013 (MAP)

Plus en détail

Chapitre 1 : Energie solaire, énergies renouvelables. Constat: Partout il y a des besoins en énergie. L homme doit faire face à un problème d énergie

Chapitre 1 : Energie solaire, énergies renouvelables. Constat: Partout il y a des besoins en énergie. L homme doit faire face à un problème d énergie Chapitre 1 : Energie solaire, énergies renouvelables Constat: Partout il y a des besoins en énergie. L homme doit faire face à un problème d énergie PROBLEME:Comment trouver ou produire TOUTE l énergie

Plus en détail

INTERVIEW PARTENAIRE ECOBIZ Entretien avec Brigitte thoureau Directrice territoriale Isère GrDF Août 2014

INTERVIEW PARTENAIRE ECOBIZ Entretien avec Brigitte thoureau Directrice territoriale Isère GrDF Août 2014 INTERVIEW PARTENAIRE ECOBIZ Entretien avec Brigitte thoureau Directrice territoriale Isère GrDF Août 2014 Quelles sont les principales missions de GrDF? GrDF, assure la gestion du réseau de distribution

Plus en détail

La folle histoire des corridors

La folle histoire des corridors Fiche activité 14 La folle histoire des corridors Conçue par la FRAPNA et adaptée par Christine BOBIN Académie de Dijon Cette activité illustre les différentes évolutions du paysage qui ont mené au problème

Plus en détail

L Agence Française de Développement L EAU EN TUNISIE. Rendre l eau accessible à tous, durablement. Château d eau en Tunisie : nouveau modèle

L Agence Française de Développement L EAU EN TUNISIE. Rendre l eau accessible à tous, durablement. Château d eau en Tunisie : nouveau modèle L Agence Française de Développement ET L EAU EN TUNISIE Rendre l eau accessible à tous, durablement Château d eau en Tunisie : nouveau modèle L'eau est vitale pour tous : rendons-la accessible, durablement!

Plus en détail

LES ALPES VADÉMÉCUM. Hommes et défis en montagne : brefs instantanés SOMMAIRE CARTES

LES ALPES VADÉMÉCUM. Hommes et défis en montagne : brefs instantanés SOMMAIRE CARTES LES ALPES Hommes et défis en montagne : brefs instantanés VADÉMÉCUM SOMMAIRE Introduction Les Alpes en bref Les Alpes sans frontières L empreinte de l Homme La diversité alpine L évolution de la population

Plus en détail

Cours 1 Le développement d un territoire ultramarin : entre Union européenne et aire régionale (étude de cas) La Guadeloupe

Cours 1 Le développement d un territoire ultramarin : entre Union européenne et aire régionale (étude de cas) La Guadeloupe GEOGRAPHIE Thème 3 L Union européenne : dynamiques et développement des territoires (11-12 heures) Question 2 Les territoires ultramarins de l Union européenne et leur développement Cours 1 Le développement

Plus en détail

Politique de l eau en France

Politique de l eau en France Politique de l eau en France Le tournant en France a été la seconde guerre mondiale, pour voir la mise en place d une véritable de l eau avec une vision globale (codifié, réglementé ). Elle va se faire

Plus en détail

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE CONTRIBUTIONS PRÉLIMINAIRES DE LA FF3C AUX RÉFLEXIONS DU GROUPE DE CONTACT DES ENTREPRISES DE L ÉNERGIE Préambule La distribution d énergies hors réseaux (carburants

Plus en détail

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013.

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013. production locale d énergies renouvelables Performance énergétique des bâtiments Sobriété des usagers Les hommes et les femmes de Cofely Services vous accompagnent dans la Transition Energétique Conception,

Plus en détail

La ressource en eau en Australie

La ressource en eau en Australie La ressource en eau en Australie Template Lake Alexandrina www.flickr.com Gif Murray Darling Basin Commission www2.mdbc.gov.au Observe ce reportage diffusé sur Arte en mars 2009 : où a-t-il été tourné?

Plus en détail

GICRESAIT PRODUCTION ET REALISATION D UN FILM DOCUMENTAIRE «EAUX SOUTERRAINES, UNE MANNE COMMUNE A PROTEGER»

GICRESAIT PRODUCTION ET REALISATION D UN FILM DOCUMENTAIRE «EAUX SOUTERRAINES, UNE MANNE COMMUNE A PROTEGER» PRODUCTION ET REALISATION D UN FILM DOCUMENTAIRE GICRESAIT «EAUX SOUTERRAINES, UNE MANNE COMMUNE A PROTEGER» AU SERVICE DE LA GESTION DURABLE ET CONCERTEE DES RESSOURCES EN EAU DE L IULLEMEDEN ET DU TAOUDENI

Plus en détail

TRANSITION ENERGETIQUE

TRANSITION ENERGETIQUE TRANSITION ENERGETIQUE La transition énergétique concerne au plus haut point les ingénieurs et scientifiques de France (un million), tant ils sont impliqués dans la recherche, l innovation, le développement,

Plus en détail

Aperçu sur la filière du biogaz au Maroc. Casablanca, le 25 juin 2013

Aperçu sur la filière du biogaz au Maroc. Casablanca, le 25 juin 2013 Aperçu sur la filière du biogaz au Maroc Casablanca, le 25 juin 2013 1 1 Définition du biogaz Le biogaz est le gaz produit par la fermentation de matières organiques animales ou végétales en l'absence

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMUNAUTÉ MÉTROPOLITAINE DE MONTRÉAL. Consultation publique sur le projet d Oléoduc Énergie Est

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMUNAUTÉ MÉTROPOLITAINE DE MONTRÉAL. Consultation publique sur le projet d Oléoduc Énergie Est MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMUNAUTÉ MÉTROPOLITAINE DE MONTRÉAL Consultation publique sur le projet d Oléoduc Énergie Est OCTOBRE 2015 L Association des firmes de génie-conseil Québec (AFG) L Association des

Plus en détail

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021

CONTRIBUTION. Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Réunion du bureau du CESER Aquitaine du 2 avril 2013 CONTRIBUTION Consultation relative au futur Schéma Directeur d Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE) du bassin Adour-Garonne 2016-2021 Vu le dossier

Plus en détail

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Document de travail

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

L Australie et la crise agricole

L Australie et la crise agricole L Australie et la crise agricole Agriculture en Australie Agriculture en France 20% 8% céréales élevage à viande/laitier 23% culture et élevage 48% autre 17% 36% Sources : Bureau australien des Statistiques

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL

FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL FICHE 18 : L ESPACE ECONOMIQUE EURO-REGIONAL 1. L AQUITAINE Une région en croissance La région Aquitaine s inscrit depuis la fin des années quatre-vingt-dix dans le peloton de tête des régions françaises

Plus en détail

Passage en régie de la distribution de l eau potable

Passage en régie de la distribution de l eau potable La régie est un mode d organisation permettant aux collectivités de prendre en charge une activité dans le cadre de leurs propres services. Passage en régie le choix historique de l agglomération Évry

Plus en détail

2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme

2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme L 2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme Lors de sa formation, il y a 4,6 milliards d années, la terre ne possédait pas d atmosphère. Il a fallu plusieurs millions d années pour

Plus en détail

«Réglementation des Investissements Directs Étrangers au Maroc : progrès et réformes»

«Réglementation des Investissements Directs Étrangers au Maroc : progrès et réformes» «Réglementation des Investissements Directs Étrangers au Maroc : progrès et réformes» M. Marwane MANSOURI Chef de la Division des Etudes et de l Information Direction des Investissements Paris, le 29 octobre

Plus en détail

MOBILITÉ. n 5. Les évolutions de la mobilité en France. Premiers enseignements

MOBILITÉ. n 5. Les évolutions de la mobilité en France. Premiers enseignements dequestions Avril 2010 MOBILITÉ n 5 Les évolutions de la mobilité en France Premiers enseignements LES ÉVOLUTIONS 1 de LA MOBILITÉ EN FrANCE Premiers enseignements L évolution de la mobilité en France

Plus en détail

PROJET MASEN. Rédaction des termes de référence de l étude d impact socio-économique. Termes de référence

PROJET MASEN. Rédaction des termes de référence de l étude d impact socio-économique. Termes de référence PROJET MASEN Rédaction des termes de référence de l étude d impact socio-économique Mission du 07 juin au 11 juin 2010 1. Présentation du projet Afin de s affranchir de la dépendance aux énergies fossiles,

Plus en détail

C est une question de sécurité!

C est une question de sécurité! C est une question de sécurité! Qu est ce qu Info-Excavation? Info-Excavation est un organisme à but non lucratif créé en 1993 Un centre de traitement des demandes de localisation, dédié à la prévention

Plus en détail

SCHEMA REGIONAL de RACCORDEMENT au RESEAU des ENERGIES RENOUVELABLES (S3REnR)

SCHEMA REGIONAL de RACCORDEMENT au RESEAU des ENERGIES RENOUVELABLES (S3REnR) Avis CCI de région PACA SCHEMA REGIONAL de RACCORDEMENT au RESEAU des ENERGIES RENOUVELABLES (S3REnR) Suite à la validation du Schéma régional Climat Air Energie (SRCAE) en juillet 2013, les ambitions

Plus en détail

Pully, le 02.12.06-1 -

Pully, le 02.12.06-1 - Tél : +41 (0) 217 215 100 Fax : +41 (0) 217 215 101 Pully, le 02.12.06-1 - Le plan directeur communal Pully, le 02.12.06-2 - Le plan directeur communal Le plan directeur pourquoi? Le plan directeur communal

Plus en détail

PRODUCTION ET REALISATION D UN FILM DOCUMENTAIRE SYSTEME AQUIFERE DU SAHARA SEPTENTRIONAL SASS «L OR BLEU DU SAHARA» TERMES DE REFERENCE

PRODUCTION ET REALISATION D UN FILM DOCUMENTAIRE SYSTEME AQUIFERE DU SAHARA SEPTENTRIONAL SASS «L OR BLEU DU SAHARA» TERMES DE REFERENCE PRODUCTION ET REALISATION D UN FILM DOCUMENTAIRE SYSTEME AQUIFERE DU SAHARA SEPTENTRIONAL SASS «L OR BLEU DU SAHARA» TERMES DE REFERENCE NOVEMBRE 2013 1 PRESENTATION GENERALE Le Sahara regorge d'importantes

Plus en détail

Etude de cas : La gestion de l'eau du bassin de la Murray River en Australie

Etude de cas : La gestion de l'eau du bassin de la Murray River en Australie Proposition d'étude de cas en géographie (5ème) Thème 2 : la question de l'accès à l'eau (intitulé pour les élèves : «L inégal accès des hommes à l eau» Etude de cas : La gestion de l'eau du bassin de

Plus en détail

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Publié par la En collaboration avec le Ministère de l Equipement, de l Aménagement du Territoire et du Développement Durable Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Synthèse Publié par Bureau

Plus en détail

ISES Livre Blanc «En transition vers un futur de l Energie Renouvelable»

ISES Livre Blanc «En transition vers un futur de l Energie Renouvelable» ISES Livre Blanc «En transition vers un futur de l Energie Renouvelable» (Ecrit par Donald W. Aitken, P.D., Sous contrat de la Société Internationale pour l Energie Solaire.) Traduit par André C. Gillet,

Plus en détail

Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse

Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse Les conditions de la sècheresse et les stratégies de l aménagement au Cabo Verde 1. Les domaines

Plus en détail

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS

SYNTHESE DES DIAGNOSTICS PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL SYNTHESE DES DIAGNOSTICS Juillet 2013 La Communauté d Agglomération du Grand Rodez, regroupant 55 932 habitants, est soumise à l obligation nationale (Grenelle 1 et 2) de

Plus en détail

Résidences étudiantes

Résidences étudiantes SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Résidences étudiantes Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Comment gérer les activités festives dans nos résidences? Comment gérer les nuisances autour? Quelles solutions

Plus en détail

LE 1 ER FESTIVAL DE DRONES À PARIS

LE 1 ER FESTIVAL DE DRONES À PARIS LE 1 ER FESTIVAL DE DRONES À PARIS CONFÉRENCE DE PRESSE Lancé à l initiative de la Ville de Paris, en étroite collaboration avec la Préfecture de Police, et organisé par RudeBaguette et le Comité des Champs

Plus en détail

Concept énergétique communal. Exemple fictif d une commune de moins de 500 habitants

Concept énergétique communal. Exemple fictif d une commune de moins de 500 habitants Concept énergétique communal Exemple fictif d une commune de moins de 500 habitants Service de l environnement et de l énergie (SEVEN) Division énergie www.vd.ch/energie T 41 21 316 95 50 F 41 21 316 95

Plus en détail

Mur des préjugés. Idée reçue Réalité Argumentation

Mur des préjugés. Idée reçue Réalité Argumentation Mur des préjugés Idée reçue Réalité Argumentation 1 Une idée reçue très courante consiste à croire que les gens souffrent de la faim seulement en situation de famine ; or derrière le mot faim se cache

Plus en détail

(ORMVAH) Potentiel hydraulique. crée en vertu du décret Royal n 831-66 du 22 octobre 1966. Il est doté de la personnalité morale et de

(ORMVAH) Potentiel hydraulique. crée en vertu du décret Royal n 831-66 du 22 octobre 1966. Il est doté de la personnalité morale et de (ORMVAH) crée en vertu du décret Royal n 831-66 du 22 octobre 1966. Il est doté de la personnalité morale et de - - - - crédits, la distribution des prêts et le contrôle de leur utilisation, notamment

Plus en détail

LIBERALISATION DU FIXE : LE POURQUOI, LE COMMENT ET LES CONSEQUENCES

LIBERALISATION DU FIXE : LE POURQUOI, LE COMMENT ET LES CONSEQUENCES Capital Humain & Technologies Direction des Affaires Générales Département des Etudes et de la Documentation Thème du mois LIBERALISATION DU FIXE : LE POURQUOI, LE COMMENT ET LES CONSEQUENCES Plan : Introduction

Plus en détail

Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés

Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre l ISolement social des Agés Les préconisations du rapport se situent à trois niveaux Au niveau local : promouvoir les «équipes citoyennes» qui agissent

Plus en détail

Le Transport Routier de Marchandises

Le Transport Routier de Marchandises Le Transport Routier de Marchandises Pistes de réformes fiscales pour une meilleure compétitivité Etude réalisée par Asterès pour le compte de la Fédération nationale des transporteurs routiers 9 novembre

Plus en détail

Région Haute-Normandie DIAGNOSTIC TERRITORIAL - FICHE DE SYNTHESE STRATEGIQUE

Région Haute-Normandie DIAGNOSTIC TERRITORIAL - FICHE DE SYNTHESE STRATEGIQUE DIAGNOSTIC TERRITORIAL - FICHE DE SYNTHESE STRATEGIQUE La région Haute-Normandie présente des atouts multiples et variés, qu ils soient d ordre sociodémographique, économique, géographique ou environnemental.

Plus en détail

Le marketing du tourisme

Le marketing du tourisme Christine Petr Le marketing du tourisme 2 e édition Conseiller éditorial : Christian Pinson Dunod, 2015 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-072242-6 Sommaire Avant-propos 7 Chapitre

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie-restauration présente des particularités

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES pour atteindre le en 2025? Quels types de scénarios possibles aux horizons 2030 et 2050, dans le respect des engagements climatiques de la France? Eléments de définition Le, ou bouquet énergétique, est

Plus en détail

Présentation du BCEI au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2012 3 août 2012

Présentation du BCEI au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2012 3 août 2012 Présentation du BCEI au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2012 3 août 2012 Reprise économique et croissance Le Bureau canadien de l éducation internationale

Plus en détail

stockage souterrain de gaz naturel

stockage souterrain de gaz naturel Projet de stockage souterrain de gaz naturel Salins des Landes Synthèse du dossier du maître d ouvrage pour le débat public Octobre 2011 Le projet Salins des Landes Le projet Salins des Landes porte sur

Plus en détail

Les Énergies Renouvelables et lutte contre les défis des Changements Climatiques. *** Boubker CHATRE

Les Énergies Renouvelables et lutte contre les défis des Changements Climatiques. *** Boubker CHATRE Les Énergies Renouvelables et lutte contre les défis des Changements Climatiques *** Boubker CHATRE Chef de Service des Énergies Renouvelables Direction de l Électricité et des Énergies Renouvelables 14

Plus en détail

MARSEILLE PROVENCE MÉTROPOLE s engage pour le climat

MARSEILLE PROVENCE MÉTROPOLE s engage pour le climat MARSEILLE PROVENCE MÉTROPOLE s engage pour le climat JE M'ENGAGE AVEC M A R S EIL L E P R O V E N C E M É T R O P O L E Prévoir et anticiper, c est le rôle des collectivités locales. La Communauté urbaine

Plus en détail

Smarter Cities Challenge Candidature Application 2014

Smarter Cities Challenge Candidature Application 2014 Contexte Le Smarter Cities Challenge contribue les compétences et l expertise d équipes de professionnels IBM parmi les plus talentueux pour trouver des réponses aux principaux défis auxquels sont confrontées

Plus en détail

142 Atlas des Paysages de Wallonie

142 Atlas des Paysages de Wallonie 142 Atlas des Paysages de Wallonie Herve Battice Bourgs ruraux de Herve - Battice Superficie totale de l aire (ha) 1 697 Superficie agricole (ha) 304 Terres arables (%) 3 Prairies (%) 93 Vergers productifs

Plus en détail

DEPARTEMENT DES BOUCHES DU RHONE COMMUNE DE PORT DE BOUC

DEPARTEMENT DES BOUCHES DU RHONE COMMUNE DE PORT DE BOUC DEPARTEMENT DES BOUCHES DU RHONE COMMUNE DE PORT DE BOUC PLAN LOCAL D URBANISME PIECE N 6.2.1 ANNEXES SANITAIRES EAU POTABLE : NOTICE TECHNIQUE Le réseau d adduction d eau potable La Communauté d Agglomération

Plus en détail

4 th Regional workshop on water demand management in the Mediterranean: Synthesis

4 th Regional workshop on water demand management in the Mediterranean: Synthesis Plan Bleu pour l environnement et le développement en Méditerranée 4 th Regional workshop on water demand management in the Mediterranean: Synthesis Céline Dubreuil-Imbert, Ph.D Water Programme Officer

Plus en détail

COOPERATION ABREC UEMOA POUR LE DEVELOPPEMENT DES ER ET EE DANS LES 8 ETATS MEMBRES

COOPERATION ABREC UEMOA POUR LE DEVELOPPEMENT DES ER ET EE DANS LES 8 ETATS MEMBRES COOPERATION ABREC UEMOA POUR LE DEVELOPPEMENT DES ER ET EE DANS LES 8 ETATS MEMBRES Présenté par : Thierno Bocar TALL, President Directeur Général tbtall@faber-abref.org Tel. 00228 90 12 52 23 1 PRODERE

Plus en détail

REMEE «Redécouvrons Ensemble les MÉmoires de l Eau en Méditerranée» Mise en valeur du patrimoine de l eau en Méditerranée, mobilisation du public

REMEE «Redécouvrons Ensemble les MÉmoires de l Eau en Méditerranée» Mise en valeur du patrimoine de l eau en Méditerranée, mobilisation du public REMEE «Redécouvrons Ensemble les MÉmoires de l Eau en Méditerranée» Mise en valeur du patrimoine de l eau en Méditerranée, mobilisation du public DOSSIER DE PRESSE PROGRAMME financé par l Union Européenne

Plus en détail

Synthèse de la Matinée du 9 octobre 2007

Synthèse de la Matinée du 9 octobre 2007 Synthèse de la Matinée du 9 octobre 2007 Rencontre sur l Agriculture périurbaine Arrageoise : Sa place dans la dynamique économique du territoire et son devenir Préambule : Le SCoT et l Agriculture une

Plus en détail

Solidarité internationale

Solidarité internationale Solidarité internationale La solidarité en Poitou-Charentes se décline aussi au niveau international, via des initiatives associatives et des partenariats de coopération décentralisée. Dans la région de

Plus en détail

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 15 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Les aides au logement des ménages modestes» Mercredi 15 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Plus en détail

LE GRAND PROJET DE TRAITEMENT ET DE REUTILISATION DES EAUX USEES DE MARRAKECH

LE GRAND PROJET DE TRAITEMENT ET DE REUTILISATION DES EAUX USEES DE MARRAKECH Régie Autinome de Distribution d Eau et d Electricité de Marrakech LE GRAND PROJET DE TRAITEMENT ET DE REUTILISATION DES EAUX USEES DE MARRAKECH PRESENTATION DE LA RADEEMA Historique Le 26 Décembre 1970

Plus en détail

AGRICULTURE GUINéE. Une personne sur six dans le monde souffre de la faim. 75 % des personnes qui ont faim

AGRICULTURE GUINéE. Une personne sur six dans le monde souffre de la faim. 75 % des personnes qui ont faim AGRICULTURE GUINéE La Guinée est l un des plus importants consommateurs de riz d Afrique de l Ouest avec une moyenne de 100 kg par personne et par an. Le pays est obligé d importer chaque année 300 000

Plus en détail

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des situations énergétiques de la France et de l Allemagne Lors de son discours du 14 janvier 214 1, le Président de la République Française, François Hollande, a souligné l intérêt d une coopération

Plus en détail

SALON VOYAGES CASABLANCA

SALON VOYAGES CASABLANCA SALON VOYAGES TOURISME & LOISIRS 7e 19 au 21 Mai 2016 22201620162016 CASABLANCA Espace Paradise CONTEXTE Le secteur du tourisme mondial, après avoir connu un léger déclin en temps de crise connait ces

Plus en détail

GÉOGRAPHIE. Objectifs du Cycle 3

GÉOGRAPHIE. Objectifs du Cycle 3 GÉOGRAPHIE Objectifs du Cycle 3 Le programme de géographie a pour objectifs de décrire et de comprendre comment les hommes vivent et aménagent leurs territoires. Les sujets étudiés se situent en premier

Plus en détail

Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LE DEPLOIEMENT D IPV6

Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LE DEPLOIEMENT D IPV6 Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LE DEPLOIEMENT D IPV6 Juin 2013 Contact FIEEC : Guillaume ADAM (gadam@fieec.fr) SYNTHESE CONSTAT : La croissance extraordinaire d Internet au cours des

Plus en détail

3. Morphologie urbaine et consommation d espace

3. Morphologie urbaine et consommation d espace 3. Morphologie urbaine et consommation d espace Historique du développement de la commune La commune de Pouliguen, avec les limites administratives que nous connaissons aujourd hui, est véritablement née

Plus en détail

Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées

Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées 1 Note de présentations du périmètre du schéma d aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des 6 vallées Rappel réglementaire Le décret 2007-1213 du 10 août 2007, relatif aux schémas d'aménagement et de

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 8 DECEMBRE 2010 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BILAN 2013 DE LA NAVIGATION ET DU PORT DE LYON EDOUARD HERRIOT : UNE ANNEE CONTRASTEE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BILAN 2013 DE LA NAVIGATION ET DU PORT DE LYON EDOUARD HERRIOT : UNE ANNEE CONTRASTEE BILAN 2013 DE LA NAVIGATION ET DU PORT DE LYON EDOUARD HERRIOT : UNE ANNEE CONTRASTEE En 2013, le trafic de marchandises sur le Rhône a progressé de 5,5% tandis que l activité du Port de Lyon Edouard Herriot

Plus en détail

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique Cahier d acteur de l Assemblée des départements de France Débat national transition énergétique 2013 L Assemblée des départements de France souscrit au débat national transition énergétique voulu par le

Plus en détail

LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE

LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE Mémento de l Hydrogène FICHE 2.2 LA SITUATION ÉNERGETIQUE DE LA FRANCE Sommaire 1- Consommation d énergie primaire. Comparaisons avec la situation mondiale 2- Taux d indépendance énergétique de la France

Plus en détail

Journée 11 Décembre 2015 Onéma Vincennes Des ressources potentielles pour l alimentation en eau potable future :

Journée 11 Décembre 2015 Onéma Vincennes Des ressources potentielles pour l alimentation en eau potable future : Journée 11 Décembre 2015 Onéma Vincennes Des ressources potentielles pour l alimentation en eau potable future : le Crétacé captif du département de la Charente Maritime LE SYNDICAT DES EAUX (SDE) DE LA

Plus en détail

Les origines du SDAEP

Les origines du SDAEP Les origines du SDAEP Syndicat créé en 1983 avec 2 vocations : Eviter la disparité des prix de l eau Un prix unique de vente d eau aux abonnés pour toutes les collectivités adhérentes (collège distribution)

Plus en détail

LES SOCIÉTÉS DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL, DES ACTEURS DE PREMIER PLAN DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE LOCAL

LES SOCIÉTÉS DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL, DES ACTEURS DE PREMIER PLAN DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE LOCAL LES SOCIÉTÉS DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL, DES ACTEURS DE PREMIER PLAN DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE LOCAL Mémoire présenté à la Commission permanente sur le développement économique et urbain et l habitation

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Rapport de résultats et d impact Septembre 2010

Rapport de résultats et d impact Septembre 2010 Rapport de résultats et d impact Septembre 2010 «Installation de panneaux solaires pour électrifier deux salles de classe de primaire à Kossa» Carte du Mali Localisation : Début du projet : Mai 2010 Durée

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau

Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction : Chapitre XII. La question de l accès à l eau 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? 1. DVP : Que boit Jean-Claude Van Damme? Chapitre XII. La question de l accès à l eau Introduction :

Plus en détail

Le secteur de l'énergie en Haïti et ses nouvelles expériences dans le développement du programme SREP

Le secteur de l'énergie en Haïti et ses nouvelles expériences dans le développement du programme SREP Le secteur de l'énergie en Haïti et ses nouvelles expériences dans le développement du programme SREP Marc-André CHRYSOSTOME Généralités Présentation État des lieux Mission de SREP et Approche Expérience

Plus en détail