Guide pratique de la copropriété

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide pratique de la copropriété"

Transcription

1 ANCC Association Nationale de la Copropriété et des Copropriétaires 13 rue Littré PARIS Téléphone : Télécopie : Guide pratique de la copropriété Ce guide a été réalisé : avec le concours de la Délégation Interministérielle à l Innovation Sociale et à l Économie Sociale et avec le soutien de, 2006 ISBN :

2 Chapitre 2 L assemblée générale Les décisions du syndicat sont prises en assemblée générale des copropriétaires. Cela signifie que l assemblée constitue l organe délibérant du syndicat, le syndic en étant l organe exécutif. L assemblée générale est donc souveraine pour prendre les décisions relatives à la copropriété. Cependant, deux limites sont posées par la loi : le respect de la destination de l immeuble et les modalités de jouissance des parties privatives. L assemblée générale doit se tenir en respectant des règles et des formalités assez strictes qu édictent la loi de 1965 et son décret de Des sanctions ont été prévues en cas de non-respect de ce formalisme. Avant l assemblée Quand réunir l assemblée générale? Il existe plusieurs sortes d assemblées générales. L assemblée générale annuelle, dite «ordinaire», se tient au moins une fois par an. Cette assemblée doit réunir tous les copropriétaires sans exception. Son objet est en général l approbation des comptes et du budget prévisionnel, le quitus donné au syndic pour sa gestion, les décisions concernant les contrats, les gros

3 L organisation de la copropriété travaux, l élection du conseil syndical et du syndic 1. Dans la pratique, une assemblée générale annuelle est, la plupart du temps, suffisante pour assurer la gestion courante. L assemblée générale supplémentaire, dite «extraordinaire», réunit tous les copropriétaires pour prendre des décisions ne pouvant pas attendre l assemblée générale ordinaire. Elle a lieu, par exemple, lorsque le syndic a fait exécuter des travaux en urgence. L assemblée générale extraordinaire doit alors confirmer la décision qu il a prise. L assemblée générale spéciale (ou restreinte) réunit seulement quelques copropriétaires, seuls intéressés par les décisions qui vont être prises. Par exemple, lorsqu il existe dans la copropriété un syndicat secondaire, seuls les copropriétaires faisant partie de ce syndicat secondaire seront appelés à prendre toute décision le concernant. De la même manière, lorsque le règlement de copropriété a prévu des charges communes spéciales affectant certains lots, qui ont l utilité d un équipement commun, l ascenseur, par exemple, et qu il précise également que seuls les copropriétaires concernés seront réunis dans le cadre d une assemblée restreinte, ces derniers prendront part au vote au prorata des tantièmes spéciaux affectés à leurs lots. La seconde assemblée générale se produit lorsque certaines décisions n ont pas recueilli la majorité nécessaire. Les mêmes questions seront posées et pourront être adoptées par des majorités plus réduites. Les conseils de l'ancc Limiter l absentéisme Pour limiter l absentéisme aux assemblées générales, il est conseillé de convoquer les assemblées générales largement à l avance et, dès que la date en est fixée, de la faire connaître de manière informelle en affichant une note dans l immeuble, et/ou en l insérant dans les appels de charges. Cette méthode permet aux copropriétaires d indiquer les résolutions qu ils souhaitent voir inscrire à l ordre du jour. De plus, pour préparer les copropriétaires aux décisions importantes, notamment pour les travaux, il peut être utile d organiser une réunion d information avant l assemblée. 1. Il faut rappeler que dans les syndicats de forme coopérative, le syndic est élu par le conseil syndical.

4 L assemblée générale Afin d éviter les erreurs, mais aussi d obtenir des assemblées générales constructives et efficaces, nous recommandons de prévoir une réunion du conseil syndical deux mois à l avance. Cette réunion aura pour but : d établir l ordre du jour ; de prévoir les documents à annexer à l ordre du jour : ceux qui sont nécessaires pour la validité de la décision (état financier, compte de gestion général, projet de budget, contrats devis et marchés pour la réalisation des travaux, contrat de syndic, etc.) et ceux destinés à l information des copropriétaires (annexes du budget prévisionnel, état des sommes perçues par le syndic au titre de son contrat, avis du conseil syndical sur les devis, marchés et contrats proposés, etc.) ; de prévoir le matériel nécessaire au cours de la réunion (feuille de présence, bulletins de vote, chaises, tableau et graphiques ) ; de s assurer que la liste des copropriétaires est à jour ; de rechercher les règles de majorité nécessaires selon les décisions à prendre ; de solliciter les copropriétaires résidents par voie d affichage, et par courrier simple les copropriétaires bailleurs, pour qu ils fassent connaître les questions qu ils souhaitent voir aborder. Trois semaines, voire un mois avant l assemblée, rédigez et envoyez les convocations. Qui convoque? C est le syndic ou, dans le cas d un syndicat de forme coopérative, le présidentsyndic, qui a l initiative de convoquer l assemblée générale. Les copropriétaires peuvent réclamer la convocation d une assemblée générale : soit en tant que tels, mais à la condition de représenter au moins un quart des voix de tous les copropriétaires (sauf si le règlement de copropriété prévoit un nombre inférieur de voix) ; soit en tant que membres du conseil syndical. La demande doit être notifiée au syndic par lettre recommandée avec accusé de réception. Si ce dernier ne fait pas droit à cette demande, il faudra alors s adresser au président du conseil syndical qui, à défaut d une réponse de la part du syndic dans un délai de huit jours après une mise en demeure par lettre recommandée avec accusé de réception, pourra valablement convoquer l assemblée. Le président du conseil syndical doit préciser dans sa demande les questions qu il souhaite voir inscrire à l ordre du jour ainsi que la date de l assemblée.

5 L organisation de la copropriété S il n existe pas de conseil syndical, ou si son président n agit pas, tout copropriétaire pourra alors provoquer la convocation de l assemblée. Il devra alors mettre en demeure par lettre recommandée avec accusé de réception le syndic ou le président du conseil syndical. Si, dans un délai de huit jours, l assemblée n est toujours pas convoquée, le copropriétaire saisira le président du tribunal de grande instance par une requête (la présence d un avocat est obligatoire). Le juge rendra alors une ordonnance de nomination d un syndic provisoire. Le syndic devra en être informé et les frais engendrés par la nouvelle convocation pourront lui être imputés. Qui convoquer? Sous peine de nullité de l assemblée, tous les copropriétaires doivent, sans exception, être convoqués et prendre part au vote. Toutefois, lorsque le règlement de copropriété a prévu des parties communes spéciales ou des charges spéciales, seuls les copropriétaires concernés seront convoqués. Si l on est en présence de contrats de location-accession, les locataires accédants seront également convoqués. En revanche, le locataire n a pas à être convoqué. Lorsqu une société immobilière dite d attribution est propriétaire de lots, la convocation sera adressée à chacun des associés. Pour les autres types de société, c est le représentant légal de la société qui est destinataire de la convocation. Dans le cas d indivision ou d usufruit d un lot, ou d un lot grevé d un droit d usage ou d habitation, c est le mandataire commun désigné par les intéressés qui sera convoqué. À défaut de désignation, il y a lieu d appliquer les dispositions du règlement de copropriété, si elles existent. À défaut de désignation ou de stipulation dans le règlement, le syndic devra saisir le juge du tribunal de grande instance du lieu de situation de l immeuble afin qu il désigne un mandataire. Enfin, si deux époux sont chacun propriétaire d un lot différent dans la copropriété, ils doivent être convoqués chacun séparément. Comment convoquer? Mode de convocation Les convocations peuvent être adressées par lettre recommandée avec accusé de réception ou remises contre émargement. Pour des raisons d économie, on peut

6 L assemblée générale préférer la remise contre émargement, par le gardien ou toute autre personne. Il est évident que cette méthode ne peut s appliquer que pour les copropriétaires habitant l immeuble. Il faudra prévoir un délai suffisant pour pouvoir envoyer par la poste les convocations qui n auront pas pu être remises en mains propres. Aucun autre mode de convocation n est possible. Dès lors, ni un affichage dans les parties communes de la copropriété invitant à retirer les convocations à la loge du gardien (sauf lorsqu il s agit de l émargement), ni le dépôt des convocations dans les boîtes aux lettres, ni l envoi d une lettre simple, ne sauraient constituer des convocations valables. Une assemblée générale ne peut pas modifier le mode de convocation imposé par la loi en raison du caractère d ordre public de ses dispositions. C est au syndic de rapporter la preuve que la convocation a bien été faite et notamment qu il l a bien envoyée à l adresse qui figure sur le registre tenu à cet effet. Ainsi, en cas de changement d adresse, et si le copropriétaire n a pas averti le syndic, la convocation envoyée à l ancienne adresse est valable. Même chose en cas de vente : tant que le syndic n a pas reçu du notaire la notification du changement d adresse du copropriétaire, il continue à envoyer valablement la convocation à l ancienne adresse. Le délai de convocation La convocation doit être notifiée aux copropriétaires au moins quinze jours avant la date de la réunion. Si ce délai n est pas respecté, la nullité de l assemblée pourra être demandée par un copropriétaire sans qu il ait à justifier d un préjudice. Ce principe souffre, cependant, quelques exceptions. Le règlement de copropriété peut prévoir un délai plus long que le délai légal. De plus, en cas d urgence, la loi ne prévoit aucun délai, mais les copropriétaires doivent pouvoir disposer d un temps minimal de réflexion pour prendre connaissance des résolutions et des documents joints à la convocation. Enfin, lorsqu une nouvelle assemblée est réunie en application de l article 25-1 de la loi, et si son ordre du jour est le même que celui de la première assemblée, le délai de convocation peut être réduit à huit jours au lieu de quinze jours. Lorsque le copropriétaire réside une certaine partie de l année à l étranger, la loi lui fait obligation de donner au syndic une adresse en France où toutes les correspondances (convocation, appels de fonds, etc.) devront lui être envoyées.

7 L organisation de la copropriété Le délai se compte de la manière suivante : Lorsque la convocation a été notifiée contre émargement ou récépissé, le délai court à compter de la date de cette remise, à condition que cette remise ait été faite au copropriétaire en personne. Lorsque la convocation a été faite par lettre recommandée avec accusé de réception, et depuis le décret du 4 avril 2000, le délai commence à courir à compter du lendemain du jour de la première présentation du recommandé par le préposé des postes (et non plus à compter de la réception). Contenu de la convocation La convocation doit comporter un certain nombre de renseignements et de documents annexes. La date, l heure et le lieu de la réunion C est le syndic qui détermine ces éléments, sauf en ce qui concerne le lieu, qui est obligatoirement situé dans la commune de l immeuble (à moins que le règlement de copropriété ou une décision de l assemblée générale n en ait décidé autrement). Les conseils de l'ancc Se concerter Il est recommandé au syndic de prendre les décisions en concertation avec le conseil syndical, afin d être sûr qu un maximum de copropriétaires pourra être présent. L ordre du jour Il s agit des questions qui feront l objet d un débat et d un vote lors de l assemblée. C est à la personne 1 qui convoque que revient le soin d établir et de rédiger cet ordre du jour. L ordre du jour doit présenter des résolutions claires et précises, et non des formules vagues comme «problèmes de répartition de charges». 1. Le syndic dans la majorité des cas.

8 L assemblée générale Toute question qui ne figurerait pas à l ordre du jour pourrait être débattue, mais ne saurait faire l objet d un vote, et une résolution adoptée sur un point ne figurant pas à l ordre du jour serait nulle. Il n est en aucune façon obligatoire de mentionner à quelle majorité les votes devront être pris, mais il est souhaitable de le faire. Les «questions diverses» figurant généralement à la fin de l ordre du jour ne remplissent pas les conditions de clarté et de précision exigées. De ce fait, elles ne pourront pas faire l objet d un vote ni d une résolution. Point de droit Droits relatifs à l ordre du jour Le décret de mars 1967 permet, à tout copropriétaire qui le désire, de demander au syndic à ce que des questions soient inscrites à l ordre du jour de la prochaine assemblée générale. Ce droit est enfermé dans des conditions assez strictes : l ordre du jour doit proposer de véritables questions, et ne doit pas consister en de simples observations personnelles ; il doit se présenter sous la forme d un projet de résolution que le copropriétaire doit rédiger lui-même ; ce dernier doit annexer à sa demande tous les documents utiles pour éclairer les copropriétaires sur la question posée ; depuis le 1 er septembre 2004 et suite à la modification du décret du 17 mars 1967, un ou plusieurs copropriétaires, ou le conseil syndical, peuvent notifier à tout moment au syndic la ou les questions dont ils demandent l inscription à l ordre du jour d une assemblée générale. Le syndic doit les porter à l ordre du jour de la prochaine assemblée. Mais il peut, en cas de réception tardive de la demande, reporter l inscription à l ordre du jour de l assemblée suivante 1. Comme le législateur a fait disparaître le délai rigoureux dans lequel était enfermé l ordre du jour complémentaire, il est sûr que les demandes parvenues après l envoi des convocations ne seront pas inscrites à l ordre du jour. 1. Avant le 1 er septembre 2004, tout copropriétaire avait six jours, à compter de la notification de la convocation, pour demander au syndic à ce qu une ou plusieurs questions supplémentaires soient rajoutées à l ordre du jour, et ce dernier était tenu d informer les autres copropriétaires au moins cinq jours avant la tenue de l assemblée.

9 L organisation de la copropriété Voir Annexe 3 «Modèle de lettre de demande d inscription d une question à l ordre du jour», page 399 La consultation des justificatifs de comptes Il existe une possibilité, pour les copropriétaires, de consulter, dans les bureaux du syndic, les justificatifs des comptes de la copropriété durant une journée au moins. Cette journée se situe entre la convocation et la tenue de l assemblée amenée à approuver les comptes. Pour effectuer cette consultation, les copropriétaires devront s en tenir aux modalités fixées par l assemblée générale. Documents annexes Afin que les copropriétaires puissent prendre leurs décisions en toute connaissance de cause, l article 11 du décret du 17 mars 1967 prévoit qu un certain nombre de documents doivent accompagner la convocation. Le non-respect de cette règle (sauf exception) entraîne la nullité de la résolution concernée, même si les copropriétaires ont la faculté de prendre connaissance de ces documents par ailleurs (voir plus haut). Depuis le 1 er septembre 2004, il faut distinguer deux catégories de documents : ceux dont la notification est indispensable à la validité de la décision, et ceux dont la notification est faite à titre d information. Documents indispensables à la validité d une décision l état financier du syndicat et son compte de gestion générale, ainsi qu un comparatif des comptes de l exercice précédent approuvé, lorsque l assemblée générale est appelée à se prononcer sur l approbation des comptes ; le budget prévisionnel présenté avec un comparatif du dernier budget prévisionnel voté, lorsque l assemblée générale est appelée à se prononcer sur le budget du prochain exercice ; le projet d établissement ou de modification de ces actes, si l assemblée générale doit établir ou modifier certains actes relatifs à la copropriété (par exemple le règlement de copropriété) ; les conditions essentielles du contrat ou, en cas d appel à la concurrence, des contrats proposés, si l assemblée générale est amenée à approuver un contrat, un devis ou un marché, notamment pour la réalisation de travaux ;

10 L assemblée générale le ou les projets de contrat, si l assemblée générale est appelée à désigner son syndic ; le projet de résolution tendant à autoriser le syndic à représenter le syndicat, si celui-ci doit agir en justice ; les conclusions du rapport de l administrateur provisoire, lorsque la copropriété est déclarée en difficulté, et que l assemblée est appelée à statuer sur une question dont la mention à l ordre du jour résulte de ces conclusions. Documents destinés à l information Ces documents regroupent les annexes au budget prévisionnel, l état détaillé des sommes perçues par le syndic au titre de sa rémunération, ainsi que les avis rendus par le conseil syndical lorsque sa consultation est obligatoire. Il est précisé que le contenu de cette deuxième catégorie de documents ne fait pas l objet d un vote par l assemblée et que leur absence n entache pas d irrégularité les décisions prises. Voir Annexe 1 «Modèle de convocation à l assemblée générale annuelle», page 393 La représentation En cas d impossibilité d assister à l assemblée, et le vote par correspondance étant interdit, la loi autorise tout copropriétaire à se faire représenter par une personne qui s exprimera en son nom au cours de l assemblée. On parle alors de «pouvoir» ou de «mandat» de vote. Il suffit de remplir et de signer le pouvoir adressé par le syndic en même temps que la convocation ou même d en rédiger un sur papier libre. Mais il s agit d un droit strictement réglementé. Bien que le principe soit la liberté de choix du mandataire depuis 1985, qui peut donc être un locataire ou une personne étrangère à la copropriété, la loi de 1965 interdit de choisir comme mandataire le syndic (même s il s agit d un syndic bénévole ou du président-syndic), son conjoint ou ses préposés. Le mandat doit obligatoirement être écrit afin que le président de l assemblée soit en mesure de vérifier la régularité des mandats, ces derniers étant annexés à la feuille de présence. En ce qui concerne les pouvoirs envoyés par fax, il est recommandé à l assemblée de se prononcer sur leur régularité : soit accepter le pouvoir, soit le refuser, soit l accepter sous réserve que le mandant confirme ultérieurement par écrit le pouvoir ainsi donné.

11 L organisation de la copropriété La plupart du temps, le mandataire reçoit pouvoir de représenter telle personne sans autre précision. Il est toutefois recommandé de donner des consignes de vote au mandataire en précisant, pour chaque question inscrite à l ordre du jour, la façon dont il devra voter à sa place. En revanche, le mandataire n est nullement tenu de les suivre et aucune nullité de l assemblée ne pourra être encourue, en cas de non-respect des consignes. Toutefois, la responsabilité du mandataire pourra être engagée à l égard de son mandant en cas de lésion de ses droits (faute qui sera plus facile à prouver en cas de mandat impératif). Le pouvoir peut se subdéléguer en cas d indication expresse du mandataire (exemple : «En cas d empêchement du mandataire ci-dessus désigné, j autorise à choisir parmi les copropriétaires présents à l assemblée un subdélégué.»). Le nombre de mandats que peut détenir une personne est de trois. Mais ce principe souffre deux exceptions. Tout d abord, un mandataire peut recevoir plus de trois mandats si le total des voix dont il dispose lui-même et de celles de ses mandants n excède pas 5 % des voix du syndicat. Ensuite, un mandataire peut également recevoir plus de trois mandats s il participe à une assemblée générale d un syndicat principal et si tous ses mandats appartiennent à un même syndicat secondaire. La pratique consistant à adresser au syndic des «pouvoirs en blanc» est condamnée par la jurisprudence. En effet, le syndic pourrait alors inscrire comme mandataire le nom des copropriétaires de son choix, ce qui lui permettrait de composer une majorité qui lui serait favorable. Si toutefois les copropriétaires entendent utiliser ce genre de pouvoir, ils peuvent éventuellement les adresser au syndic avec instruction de les remettre au président du conseil syndical, qui les redistribuera. Voir Annexe 2 «Modèle de pouvoir», page 397 Pendant l assemblée Comment une assemblée générale se déroule-t-elle? Premier acte : la feuille de présence Ce document est obligatoire. Il doit indiquer les noms et domicile de chaque copropriétaire ou associé, et le cas échéant de son mandataire, ainsi que le

12 L assemblée générale nombre de tantièmes affectés à chaque signataire. Il est à noter que la feuille de présence peut être consultée par les membres de l assemblée au cours de son déroulement. Ce document peut comporter plusieurs feuillets et être tenu sous forme électronique. Elle est certifiée conforme par le président de séance. Elle constitue une annexe au procès-verbal avec lequel elle est conservée et le syndic peut en délivrer copie, photocopie ou extraits. La raison d être de la feuille de présence est de vérifier la régularité du déroulement de la réunion, tant dans le nombre de participants que dans le nombre de voix attribuées à chacun. Des difficultés sont apparues à l égard des copropriétaires ou de leur mandataire qui partaient ou arrivaient en cours de réunion. La jurisprudence est désormais fixée : le copropriétaire qui arrive en retard ne sera considéré comme présent et donc comme votant que lorsqu il aura signé la feuille de présence. Il prendra part aux votes dès son arrivée. Par précaution, il est conseillé d indiquer également l heure d arrivée. Quant au copropriétaire qui quitte la salle avant la fin de la réunion, il est possible de faire mentionner son départ au procès-verbal d assemblée. À défaut, il sera considéré comme ayant été présent durant toute la réunion, ce qui lui enlève le droit de contester a posteriori les décisions de l assemblée (droit offert uniquement aux opposants et défaillants). Il pourra toutefois apporter la preuve contraire par tous moyens (témoignages). Voir Annexe 6 «Modèle de liste d émargement», page 409 Deuxième acte : l élection du président, du (ou des) scrutateur(s) et du secrétaire de l assemblée Au début de chaque réunion, les copropriétaires doivent élire individuellement le président, un ou plusieurs scrutateurs et un secrétaire. Le président Sa désignation est obligatoire. Ainsi, aucune décision ne pourra être valablement prise sans que l élection du président ait d abord eu lieu. Toute stipulation du règlement de copropriété désignant par avance le président doit être réputée non écrite (et notamment le fait de prévoir que l assemblée sera présidée par le copropriétaire détenant le plus grand nombre de tantièmes).

13 L organisation de la copropriété Le président est choisi parmi les copropriétaires présents ou représentés, à la majorité de l article 24. Ni le syndic ni son conjoint ne peuvent présider l assemblée. Il a pour mission de veiller à la bonne tenue de l assemblée, en vérifiant les pouvoirs des mandataires, en veillant à l établissement correct de la feuille de présence et du procès-verbal, en assurant les pouvoirs de police pendant la réunion et en faisant respecter l ordre du jour. C est à lui d animer les débats et non au syndic, de faire procéder au vote et de proclamer les résultats. Le secrétaire C est en général le syndic, sauf si l assemblée générale désigne à ce poste, et à la majorité de l article 24, un copropriétaire. Il est chargé de rédiger le procès-verbal et de tenir la feuille de présence. Les scrutateurs Ils sont désignés parmi les copropriétaires (si le règlement de copropriété prévoit un nombre précis de scrutateurs, celui-ci devra être respecté sous peine de nullité de l assemblée). Ils ont pour mission de dépouiller les votes. Les conseils de l'ancc Remplacer le syndic Dans le cas où les copropriétaires souhaiteraient se séparer de leur syndic, il leur est recommandé de confier le secrétariat à une autre personne, pour éviter que l assemblée ne change de secrétaire en cours de séance. En effet, le syndic non réélu doit quitter la salle sur-le-champ. La désignation du président, des scrutateurs et du secrétaire, constitue la première résolution de l assemblée. Il est important de noter qu il doit être procédé à un vote distinct pour chacun des postes, sous peine de nullité de l assemblée. Troisième acte : les débats Les débats aborderont les questions au fur et à mesure de leur inscription à l ordre du jour. Toutefois, il n est pas nécessaire de respecter l ordre dans lequel les questions sont présentées (cette éventualité doit faire l objet d un vote en assemblée générale à la majorité de l article 24).

14 L assemblée générale Comment vote-t-on? Au vu des documents et des débats, les copropriétaires peuvent valablement prendre leur décision en votant. En principe, le vote à main levée est le seul autorisé. Le vote à bulletins secrets est interdit, car on doit pouvoir décompter les voix et savoir qui a voté contre une décision : en effet, la loi exige que le procès-verbal mentionne les opposants, afin qu ils puissent contester les décisions d assemblée. Dans les copropriétés de taille assez importante, on remet en général des bulletins de trois couleurs différentes (pour, contre, abstention) à chaque copropriétaire, avec son nom, le numéro de son lot et le nombre de voix dont il dispose. Il conviendrait de remettre un jeu de bulletins pour chaque résolution à voter. Ce mode de vote est préférable au vote à main levée, à condition que le dépouillement soit effectué immédiatement après le vote. Chaque copropriétaire dispose d un nombre de voix correspondant aux tantièmes de copropriété afférents à son lot. Cette disposition est d ordre public. Un copropriétaire détenteur de plusieurs lots dans la copropriété a autant de voix que de millièmes correspondant à tous ses lots. D autre part, dans le cas des assemblées restreintes prévues à l article 24 de la loi, chaque copropriétaire vote avec un nombre de voix proportionnel à sa participation pour la dépense concernée. Toutefois, l article 22 de la loi de 1965 stipule que «lorsqu un copropriétaire possède une quote-part des parties communes supérieure à la moitié, le nombre de voix dont il dispose est réduit à la somme des voix des autres copropriétaires». Par exemple, lors d une assemblée si l ensemble des tantièmes des copropriétaires présents et représentés est de 8000 e sur e et si un copropriétaire détient à lui seul e, ses voix seront réduites à e. En effet, le reste des copropriétaires représentent e ( ), il sera donc à égalité avec eux. Cette situation est souvent un facteur de blocage dans les petites copropriétés, car une décision ne peut se prendre si aucune majorité ne se dégage (+ 50 %). À quelle majorité doit-on voter? Toutes les décisions doivent être prises à des majorités qui varient en fonction des conséquences que ces décisions peuvent avoir sur la vie de la copropriété. Aucun quorum n est exigé par la loi, c est-à-dire un nombre minimum de participants.

15 L organisation de la copropriété La majorité simple (article 24) Une décision votée à la majorité de l article 24 est une décision qui a recueilli la majorité des voix exprimées par les copropriétaires présents ou représentés le jour de l assemblée. Ainsi, seuls les votes exprimés sont réellement décomptés et il ne doit pas être tenu compte des abstentionnistes. Voir Annexe 5 «La majorité de l article 24», page 403 Exemple Lors d une assemblée générale, sont présents ou représentés 650/1 000 e. La question mise aux voix et nécessitant la majorité de l article 24, recueille les résultats de vote suivants : pour : 301/1 000 e contre : 299/1 000 e abstention : 50/1 000 e La résolution, bien que n ayant pas réuni la majorité des voix des présents et représentés (soit 325/650 e ), est adoptée, car elle a recueilli la majorité (301) des votes exprimés (c est-à-dire «pour» + «contre» = 600). La majorité prévue à l article 24 représente le droit commun de la prise de décision en assemblée générale, les exceptions étant spécifiées aux articles 25 et 26 de la loi. Dès lors, tout ce qui n est pas expressément indiqué comme relevant des articles 25 et 26 de la loi relève de la majorité de l article 24, et plus particulièrement, toutes les décisions qui relèvent des pouvoirs d administration courante du syndicat 1. Toutefois, et depuis la loi du 2 juillet 2003, peuvent être votés à la majorité de l article 24 les travaux d accessibilité aux personnes handicapées ou à mobilité réduite sous réserve qu ils n affectent pas la structure de l immeuble ou ses éléments d équipement essentiels. Il en est de même pour autoriser certains copropriétaires à effectuer à leurs frais ce type de travaux. 1. Y compris la mise à jour du règlement de copropriété en conformité avec la loi (mise à jour jusqu en décembre 2008).

16 L assemblée générale À noter Le cas particulier du ravalement des façades Certains pensent que, eu égard au coût engendré par des travaux de ravalement, une décision en ce sens relève de la majorité de l article 25, voire de celle de l article 26 (voir plus bas). Or il n en est rien. Le critère de détermination de la majorité requise réside dans le type de ravalement effectué, et cette analyse vaut pour tous les travaux envisagés dans la copropriété, quel qu en soit le montant : un ravalement rendu nécessaire pour assurer la conservation de l immeuble, du fait de l état manifestement dégradé de la façade, entre dans la catégorie des travaux d entretien, et relève donc de la majorité de l article 24 de la loi du 10 juillet 1965 ; un ravalement décidé seulement pour améliorer l esthétique de l immeuble, ou effectué avec des matériaux plus onéreux ou plus nobles que ceux nécessités par la réfection à l identique, constitue des travaux d amélioration, relevant de la majorité de l article 26 de la loi ; un ravalement rendu obligatoire par l autorité administrative (la municipalité par exemple), pour des raisons d ordre esthétique, architectural ou de sécurité, relève de la majorité de l article 25. La décision de faire procéder au ravalement ne revient plus aux copropriétaires, car elle leur est imposée par l arrêté administratif. Seuls restent aux copropriétaires le choix de l entreprise qui procédera au ravalement, ainsi que celui des matériaux. La majorité absolue (article 25 ) Il s agit ici de la majorité absolue des voix de tous les copropriétaires. On prend en compte la totalité des voix des copropriétaires de l immeuble, présents, représentés ou absents. La majorité absolue sera alors la moitié des voix plus une. Par exemple, pour une copropriété de 1 000/1 000 e, la majorité absolue sera de 501/ e. Voir Annexe 5 «Les décisions de l assemblée générale : règles de majorité», page 403

17 L organisation de la copropriété Point de droit Article La loi introduit la possibilité pour l assemblée, si «le projet a recueilli au moins le tiers des voix de tous les copropriétaires», de «décider à la majorité prévue à l article 24 en procédant immédiatement à un second vote». Cette disposition évite de convoquer une deuxième assemblée pour statuer sur le même sujet à la majorité de l article Il est à noter également que lorsqu il est question de mettre en concurrence plusieurs candidats pour des projets relevant de la majorité de l article 25 (entreprises pour des travaux obligatoires, syndics professionnels ou non si plusieurs se présentent par exemple), les copropriétaires devront se prononcer sur chacune des candidatures, puis, pour celles d entre elles qui ont obtenu le vote de plus d un tiers des voix du syndicat, voter à la majorité de l article 24. Exemple Soit une copropriété fonctionnant sur la base de 1 000/1 000 e. Le jour de l assemblée générale, on dénombre 600/1 000 e présents ou représentés. La question mise aux voix et nécessitant la majorité de l article 25 (soit 501/1 000 e ), obtient les résultats suivants: pour : 400/1 000 e contre : 150/1 000 e abstention : 50/1 000 e. Cette décision n a pas obtenu 501/1 000 e, mais elle a recueilli le vote d au moins le tiers des voix du syndicat (c est-à-dire plus de 334/1 000 e ). La même assemblée peut décider de revoter à la majorité de l article 24, soit immédiatement, soit dans le cadre d une seconde assemblée (lors de ce deuxième vote on comptabilisera seulement les «pour» et les «contre», les abstentions ne seront pas prises en compte). L article 25 énumère une série de décisions qui doivent être prises à la majorité qu il édicte : La délégation donnée (au conseil syndical par exemple) de prendre une décision qui nécessite d ordinaire un vote de l assemblée à la majorité de l ar- 1. Modification introduite par la loi SRU. 2. Mais l assemblée peut aussi décider de reporter le vote à une seconde assemblée alors même qu il a recueilli le tiers des voix.

18 L assemblée générale ticle 24. Seules les décisions de gestion courante relevant de l article 24, à l exclusion de toute autre, sont éligibles dans ce cadre. Cette délégation de pouvoir peut s adresser soit au syndic, soit au conseil syndical, soit à toute autre personne. Cependant, elle ne doit pas être générale : elle ne peut porter que sur un acte ou une décision bien déterminée au moment où la délégation de pouvoir a été accordée (choix de la banque et du mode de placement par le conseil syndical, choix de l entreprise lorsque l assemblée estime que l appel d offres est insuffisant). Toutefois, elle peut autoriser l engagement de certaines dépenses, jusqu à un certain montant fixé au préalable. Mais attention, ce n est pas parce que l assemblée générale a délégué ce pouvoir de décision qu elle perd tout contrôle sur la réalisation de ces actes : le bénéficiaire de cette délégation doit rendre compte de ses actes à la prochaine assemblée générale. En conséquence, les décisions concernant ce contrôle ne peuvent donc faire l objet d une délégation (par exemple, l assemblée générale ne peut déléguer à quelqu un le pouvoir d approuver les comptes, ou encore de donner le quitus au syndic). L autorisation donnée à certains copropriétaires d effectuer des travaux à leurs frais, sur les parties communes ou affectant l aspect extérieur de l immeuble, à condition que ces travaux n aboutissent pas à une appropriation des parties communes, et qu ils soient conformes à la destination de celles-ci. Toutefois, l assemblée générale peut assortir une telle autorisation de certaines conditions, telles que la présence d un architecte pour surveiller les travaux. La désignation ou la révocation du syndic et des membres du conseil syndical. La réalisation des actes de disposition sur les parties communes et les droits accessoires à ces parties communes, rendus obligatoires par les lois ou les règlements. Il s agit ici de certains actes particuliers, tels que la réalisation de servitudes ou la cession de droits de mitoyenneté. L assemblée générale ne vote pas sur le principe de l acte, mais sur les conditions de mise en œuvre de l opération (par exemple dans ses aspects pécuniaires). Les modalités de réalisation et d exécution des travaux rendus obligatoires par la loi ou les règlements. Ici encore, l assemblée générale ne se prononce que sur les modalités d exécution des travaux, et non sur le principe de leur réalisation. La modification de la répartition des charges, rendue nécessaire par un changement d usage d une ou plusieurs parties privatives (exemple : installation d un médecin au 3 e étage de l immeuble l utilisation de l ascenseur est

19 L organisation de la copropriété alors plus fréquente en raison des allées et venues de ses patients). Mais attention : il ne peut s agir que de la modification des charges entraînées par les services collectifs et les éléments d équipements communs. Les travaux d économie d énergie portant sur l isolation thermique du bâtiment, le renouvellement de l air, le système de chauffage et la production d eau chaude, s ils ne relèvent pas de l article 24 (par exemple, les travaux d entretien d éléments permettant la réalisation de telles économies). Ces travaux doivent être amortissables sur une période de 10 ans. Un décret en Conseil d État détermine la nature des travaux et les modalités de leur amortissement. On doit toutefois démontrer la réalité de l économie réalisée (par exemple, passage d un système de chauffage à un autre plus économique). La pose dans les parties communes de canalisations, de gaines et la réalisation d ouvrages permettant la mise en conformité des logements avec les normes de salubrité, de sécurité et d équipement relatives à l amélioration de l habitat, définies par le décret du 9 novembre 1968 pris en application de la loi du 12 juillet La fermeture des vide-ordures pour des raisons d hygiène. L installation ou la modification d une antenne collective ou d un réseau interne à l immeuble raccordé à un réseau câblé. Les charges occasionnées par de telles installations seront réparties entre les copropriétaires en fonction de l utilité procurée à chacun des lots. L autorisation permanente donnée à la police ou à la gendarmerie nationale de pénétrer dans les parties communes, afin d assurer la sécurité de l ensemble immobilier. L installation ou la modification d un réseau public de distribution d électricité destiné à alimenter en courant électrique les emplacements de stationnement des véhicules, notamment pour permettre la charge des accumulateurs de véhicules électriques. L installation de compteurs individuels d eau froide ou d eau chaude. Il existe d autres décisions à prendre à la majorité de l article 25, mais qui sont prévues dans d autres articles de la loi ou du décret renvoyant simplement aux conditions de majorité de l article 25. Il s agit essentiellement de : - l adoption du mode de gestion en syndicat de forme coopérative ; - la constitution d un syndicat secondaire ;

20 L assemblée générale - le vote de provisions spéciales pour travaux futurs 1 ; - la fixation d un montant des marchés et des contrats à partir duquel le syndic devra obligatoirement consulter le conseil syndical ; - la fixation d un montant des marchés et des contrats à partir duquel le syndic devra justifier de la mise en concurrence d au moins deux entreprises. - l installation d un dispositif de fermeture (interphone et digicode) La double majorité (article 26) La majorité de l article 26 est également appelée la double majorité. La loi a institué ce système pour les décisions les plus importantes du syndicat des copropriétaires. Pour qu une décision nécessitant une telle majorité soit adoptée, il faut : - non seulement la majorité en nombre de tous les copropriétaires ; - mais également que cette majorité représente les deux tiers des voix de la copropriété (c est-à-dire 667/1 000 e ). Un double calcul doit donc se faire lors du vote : - d abord compter le nombre de copropriétaires votant «pour» ; - ensuite calculer le nombre de voix qu ils détiennent ensemble. Voir Annexe 5 «Les décisions de l assemblée générale : règles de majorité», page 403 Exemple Une copropriété de 10 copropriétaires, avec 1 000/1 000 e. Pour que la décision soit adoptée, il faut que 6 copropriétaires au minimum disent «oui», et que ces 6 aient au minimum 667/1 000 e des voix : - si 4 disent «oui», et ont 400/1 000 e, la décision est rejetée ; - si 4 disent «oui», et ont 700/1 000 e, la décision est rejetée ; - si 6 disent «oui», et ont 600/1 000 e, la décision est rejetée ; - si 6 disent «oui», et ont 800/1 000 e, la décision est adoptée. 1. La loi parle de «provisions» dans son article 18 alinéa 6, mais le décret du 17 mars 1967 emploie le terme d «avances» pour désigner «les fonds destinés [ ] à constituer des réserves» «au sens et pour l application des règles comptables du syndicat», ce qui est le cas ici.

LES MAJORITES EN COPROPRIETE

LES MAJORITES EN COPROPRIETE LES MAJORITES EN COPROPRIETE Mise à jour : 08/09/2008 MAJORITE - Majorité dite de droit commun qui s applique s il n en est autrement ordonné par la loi Art. 24 alinéa 1 loi 10.07.1965 - Extension de l

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

Qu est-ce que la copropriété?

Qu est-ce que la copropriété? Qu est-ce que la copropriété? 2 On parle de copropriété dès qu il y a au moins 2 propriétaires dans le même immeuble. Le copropriétaire est propriétaire d un ou de plusieurs lots privatifs (par exemple

Plus en détail

La vie en copropriété

La vie en copropriété UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 1 tout savoir sur La vie en copropriété Cher copropriétaire, Vous êtes ou vous allez, avec d autres, devenir copropriétaire de l immeuble

Plus en détail

La C.N.A.B Confédération Nationale des Administrateurs de Biens et Syndics de Copropriété. vous informe

La C.N.A.B Confédération Nationale des Administrateurs de Biens et Syndics de Copropriété. vous informe La C.N.A.B Confédération Nationale des Administrateurs de Biens et Syndics de Copropriété vous informe COPROPRIETE : Décret n 2004-479 du 27 mai 2004 modifiant le décret n 67-223 du 17 mars 1967 Principaux

Plus en détail

LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ

LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ LOI BOUTIN ET COPROPRIÉTÉ HONORAIRES SPECIAUX DU SYNDIC ET TRAVAUX L article 17 de la loi crée un nouvel article 18-1 A à la loi du 10 juillet 1965 qui prévoit que seuls certains travaux votés en assemblée

Plus en détail

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Marthe GALLOIS. Quatrième édition

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Marthe GALLOIS. Quatrième édition Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN, avec la collaboration de Marthe GALLOIS LA COPROPRIÉTÉ Quatrième édition Groupe Eyrolles, 1998, 2000, 2002, 2006 De Particulier à Particulier, 1998, 2000, 2002, 2006 ISBN

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2014 SEPTEMBRE N 752 LOI ALUR TROISIEME PARTIE : COPROPRIETE Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction

Plus en détail

LES REGLES GENERALES DE LA COPROPRIETE

LES REGLES GENERALES DE LA COPROPRIETE LOTISSEMENTS TRANSACTIONS GESTION DE BIENS - SYNDIC DE COPROPRIETES LES REGLES GENERALES DE LA COPROPRIETE DEFINITIONS LA COPROPRIETE La copropriété est l organisation de l ensemble immobilier répartie

Plus en détail

Le manuel de la copropriété : TOUT SAVOIR SUR VOS NOUVELLES RESPONSABILITÉS

Le manuel de la copropriété : TOUT SAVOIR SUR VOS NOUVELLES RESPONSABILITÉS Le manuel de la copropriété : TOUT SAVOIR SUR VOS NOUVELLES RESPONSABILITÉS 1L achat de votre logement vous donne un nouveau statut : celui de copropriétaire. Ce livret vous éclairera sur les règles des

Plus en détail

COPROPRIETE VIVRE EN COPROPRIETE C.S.A.B COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE

COPROPRIETE VIVRE EN COPROPRIETE C.S.A.B COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE COPROPRIETE VIVRE EN COPROPRIETE COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE C.S.A.B Cher copropriétaire, Vous êtes ou vous allez, avec d autres, devenir copropriétaire de l immeuble

Plus en détail

guide de la copropriété Syndic de Copropriété de Nièvre Habitat 1 rue Emile Zola - BP 56 58020 Nevers Cedex Tél. 03 86 21 67 19 - Fax 03 86 21 67 67

guide de la copropriété Syndic de Copropriété de Nièvre Habitat 1 rue Emile Zola - BP 56 58020 Nevers Cedex Tél. 03 86 21 67 19 - Fax 03 86 21 67 67 guide de la copropriété Syndic de Copropriété de Nièvre Habitat 1 rue Emile Zola - BP 56 58020 Nevers Cedex Tél. 03 86 21 67 19 - Fax 03 86 21 67 67 novembre 2012 Qu est-ce que la copropriété? avant-propos

Plus en détail

Avant-propos. Sommaire

Avant-propos. Sommaire Avant-propos En devenant propriétaire de votre logement, vous êtes entré dans le «Syndicat des copropriétaires». Vous avez ainsi acquis le droit d exprimer votre avis et de contribuer aux décisions communes

Plus en détail

Les novations dans la copropriété

Les novations dans la copropriété Les novations dans la copropriété Le document que nous publions a comme objet de faire le point sur les dernières modifications importantes en matière de copropriété. Ce secteur de la consommation est

Plus en détail

Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS

Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS Actes-types : 1 / Fixation du nombre d administrateurs 2 / Délibération portant élections des représentants élus 3 / Affichage pour publicité aux

Plus en détail

PROCES VERBAL DE L ASSEMBLEE GENERALE DE LA COPROPRIÉTÉ TOUR 10 LA BISCAYE - 92 ALLÉE GRANADOS - 13009 MARSEILLE (EXERCICE 2014)

PROCES VERBAL DE L ASSEMBLEE GENERALE DE LA COPROPRIÉTÉ TOUR 10 LA BISCAYE - 92 ALLÉE GRANADOS - 13009 MARSEILLE (EXERCICE 2014) Tel : 04.96.10.04.40 Fax 04.91.53.11.37 Siège social 68, rue de rome 13006 Marseille e-mail : syndic01@gestionimmobilieredumidi.com site internet : gestionimmobilieredumidi.com S.A.R.L au capital de 37

Plus en détail

Sarthe Habitat. Vous avez acquis un logement en copropriété!

Sarthe Habitat. Vous avez acquis un logement en copropriété! Sarthe Habitat Vous avez acquis un logement en copropriété! Et vous appartenez maintenant au «Syndicat des copropriétaires». Vous pouvez exprimer votre avis et contribuer aux décisions communes qui seront

Plus en détail

Le guide de la copropriété

Le guide de la copropriété guide Le de la copropriété Avant-Propos En devenant propriétaire de votre logement, vous êtes entré dans le «syndicat des copropriétaires». Vous avez ainsi acquis le droit d exprimer votre avis et de contribuer

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

Comores. Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis

Comores. Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis Décret d application de la loi fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis Décret n 67-223 du 17 mars 1967 [NB - Décret n 67-223 du 17 mars 1967 portant règlement d administration publique pour

Plus en détail

«Le salon Indépendant de la Copropriété» 5 ème édition du salon de l ARC. Le changement de syndic

«Le salon Indépendant de la Copropriété» 5 ème édition du salon de l ARC. Le changement de syndic 5 ème édition du salon de l ARC Le changement de syndic Le plan : Introduction I. La préparation A. Identifier un ou plusieurs candidats B. Négocier pour chaque candidat une proposition de contrat de mandat

Plus en détail

I - Convocation et transmission de l ordre du jour et des documents

I - Convocation et transmission de l ordre du jour et des documents Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail d établissement public du Centre d études et d expertise sur les risques, l environnement, la mobilité et l aménagement

Plus en détail

Comment bien préparer son assemblée générale?

Comment bien préparer son assemblée générale? ARC / WWW.ARC-COPRO.FR / 13 02 15 Comment bien préparer son assemblée générale? Dans tout syndicat de copropriété, il est tenu, au moins une fois chaque année, une assemblée générale des copropriétaires.

Plus en détail

Droit de la copropriété

Droit de la copropriété Le règlement de la copropriété Généralités Le règlement de copropriété a pour objet de fixer les droits et les obligations des copropriétaires. Il régit également la vie de la copropriété. Il a un caractère

Plus en détail

«Le Salon Indépendant de la Copropriété» 6 ème édition (2014) du salon de l ARC et de l UNARC POUVOIRS ET ROLES DU CONSEIL SYNDICAL ET DU SYNDIC

«Le Salon Indépendant de la Copropriété» 6 ème édition (2014) du salon de l ARC et de l UNARC POUVOIRS ET ROLES DU CONSEIL SYNDICAL ET DU SYNDIC «Le Salon Indépendant de la Copropriété» 6 ème édition (2014) du salon de l ARC et de l UNARC POUVOIRS ET ROLES DU CONSEIL SYNDICAL ET DU SYNDIC ATTENTION, il faut bien distinguer: le SYNDIC, qui est le

Plus en détail

LOI «ALUR» COPROPRIETE. Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH.

LOI «ALUR» COPROPRIETE. Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH. LOI «ALUR» COPROPRIETE Depuis cette loi, les dispositions relatives aux copropriétés figurent dans la loi de 1965 et dans le CCH. L immatriculation des copropriétés Chaque copropriété devra être immatriculée

Plus en détail

4 rue Paul Cabet 21000 DIJON 03.80.66.28.88 03.80.67.14.25

4 rue Paul Cabet 21000 DIJON 03.80.66.28.88 03.80.67.14.25 4 rue Paul Cabet 21000 DIJON 03.80.66.28.88 03.80.67.14.25 adil.21@wanadoo.fr http\\www.adil21.org JOURNEE TECHNIQUE 13 DECEMBRE 2012 «LA RENOVATION ENERGETIQUE DES COPROPRIETES» LA COPROPRIETE INTRODUCTION

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

Sa mission est de défendre les intérêts de la copropriété en respectant la loi et les règlements dans les domaines de gestion principaux suivants :

Sa mission est de défendre les intérêts de la copropriété en respectant la loi et les règlements dans les domaines de gestion principaux suivants : Projet de cahier de charges pour la mission de Syndic Le Syndic est le mandataire du syndicat des copropriétaires c'est-à-dire qu il est la personne qui représente le syndicat et agit en son nom. Il assure

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité

Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Les locaux des professionnels de santé : réussir l accessibilité Être prêt pour le 1 er janvier 2015 II. Procédures administratives La loi du 11 février 2005 relative aux personnes handicapées a prévu

Plus en détail

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot.

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. La Commission, Considérant que les articles 19 et 20 de la loi n 65-557 du 10 juillet

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires Article juridique publié le 13/02/2015, vu 3211 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La Cour de cassation, par une décision du 5 novembre

Plus en détail

Le Edition Fév. 2013

Le Edition Fév. 2013 Le Edition Fév. 2013 Sommaire Général I. La Copropriété p. 3 II. Les organes de la copropriété p. 4-5 a) Le syndicat des copropriétaires b) Le Conseil Syndical c) Le Syndic III. Les charges de copropriété

Plus en détail

N 123 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986. Annexe au procès-verbal de la séance du 29 novembre 1985. PROPOSITION DE LOI

N 123 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986. Annexe au procès-verbal de la séance du 29 novembre 1985. PROPOSITION DE LOI N 123 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986 Annexe au procès-verbal de la séance du 29 novembre 1985. PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE AVEC MODIFICATIONS PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE EN DEUXIÈME LECTURE,

Plus en détail

Comité des Fêtes d Oulins

Comité des Fêtes d Oulins Comité des Fêtes d Oulins Association loi 1901- Statuts du COMITE DES FETES D OULINS ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par

Plus en détail

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE LIBERTE SOCIALE STATUTS Article 1 : CONSTITUTION Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts, ayant participé à l assemblée constitutive du 12 février 2014, une association régie par la loi

Plus en détail

SENAT PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE. fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis.

SENAT PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE. fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis. PROJET DE LOI adopte, 22 Juin 1965. N 101 SENAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1964-1965 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT EN DEUXIÈME LECTURE fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis. Le

Plus en détail

LE FONCTIONNEMENT DE LA COPROPRIÉTÉ 1

LE FONCTIONNEMENT DE LA COPROPRIÉTÉ 1 LE FONCTIONNEMENT DE LA COPROPRIÉTÉ 1 Publications de la CNL Contrôler les charges Les charges locatives (2009 2013) Les réparations locatives (2010 2012) Faire construire sa maison individuelle (2012)

Plus en détail

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés?

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? La loi du 24 Mars 2014 dite «loi ALUR», publiée au J.O. du 26/03/2014 a apporté quelques modifications notables dans le domaine du droit de la copropriété.

Plus en détail

Ociane Professionnels Indépendants

Ociane Professionnels Indépendants JUIN 2012 Ociane Professionnels Indépendants Statuts approuvés par l Assemblée Générale du 11 septembre 2012 OCIANE PROFESSIONNELS INDÉPENDANTS Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 Siège social

Plus en détail

Statuts de l'association

Statuts de l'association de l'association 2 Table des matières ARTICLE 1 : Forme... 3 ARTICLE 2 : Dénomination... 3 ARTICLE 3 : Objet.... 3 ARTICLE 4 : Siège social... 3 ARTICLE 5 : Durée Exercice social... 4 ARTICLE 6 : Les membres

Plus en détail

LOI N 88-04 du 16 JUIN 1988 FIXANT LE STATUT DE LA COPROPRIETE DES IMMEUBLES BATIS

LOI N 88-04 du 16 JUIN 1988 FIXANT LE STATUT DE LA COPROPRIETE DES IMMEUBLES BATIS LOI N 88-04 du 16 JUIN 1988 FIXANT LE STATUT DE LA COPROPRIETE DES IMMEUBLES BATIS Le développement «horizontal» de Dakar a considérablement réduit au cours de ces dernières années l espace susceptible

Plus en détail

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre

Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre Règlement intérieur du comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail Centre de Gestion de la Fonction Publique de la Nièvre Règlement adopté lors de la réunion du CHSCT du 16 février 2015,

Plus en détail

FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS

FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS présentés et adoptés par l Assemblée Constituante du 15 septembre 2015 Article 1er - Nom Le 15/09/2015, il est fondé une Association régie par la loi du 1 er juillet 1901

Plus en détail

Règlement du conseil syndical de la résidence des «CEVENNES» Montpellier (France)

Règlement du conseil syndical de la résidence des «CEVENNES» Montpellier (France) Règlement du conseil syndical de la résidence des «CEVENNES» Montpellier (France) Proposition à faire adopter par l assemblée générale à la majorité relative de L.art.24 (art.22 décret du 17.03.67.) La

Plus en détail

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées.

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées. Association loi 1901- Statuts type avec objet plus large ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901,

Plus en détail

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions Je veux entrer au Conseil Syndical Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12 82 Fax : 01 40 30 12

Plus en détail

GESTION D UNE ASSOCIATION SYNDICALE AUTORISEE - POINTS DE VIGILANCE

GESTION D UNE ASSOCIATION SYNDICALE AUTORISEE - POINTS DE VIGILANCE GESTION D UNE ASSOCIATION SYNDICALE AUTORISEE - POINTS DE VIGILANCE : Les organes de l ASA (assemblée des propriétaires, syndicat, président et vice-président) doivent impérativement exercer les attributions

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE 1 PREAMBULE Le présent règlement intérieur a pour objet de préciser les conditions de fonctionnement du Comité Technique Paritaire fonctionnant auprès du Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ

ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ ADMINISTRATION PROVISOIRE D UNE COPROPRIÉTÉ 1 PRÉSENTATION La copropriété est un régime de propriété qui s applique à tout ensemble immobilier comprenant des

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE SYNDIC

ASSEMBLEE GENERALE SYNDIC ASSEMBLEE GENERALE SYNDIC Participation à l'assemblée L'assemblée est une réunion privée à laquelle ne peuvent assister que les copropriétaires ou leurs mandataires. Les personnes étrangères au syndicat,

Plus en détail

LES AMIS DE CIRCUL LIVRE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 16 rue Dagorno 75012 Paris STATUTS

LES AMIS DE CIRCUL LIVRE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 16 rue Dagorno 75012 Paris STATUTS LES AMIS DE CIRCUL LIVRE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 16 rue Dagorno 75012 Paris STATUTS Article 1 Constitution Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

LA COPROPRIÉTÉ DES IMMEUBLES BÂTIS

LA COPROPRIÉTÉ DES IMMEUBLES BÂTIS LA COPROPRIÉTÉ DES IMMEUBLES BÂTIS Le particularisme de la copropriété des immeubles bâtis : Un immeuble bâti est composé d'appartements privatifs ainsi que de parties collectives (toit, escalier, ascenseur,

Plus en détail

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR. Le conseil syndical UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 4 TOUT SAVOIR SUR Le conseil syndical EXPOSÉ La loi du 10 juillet 1965 et son décret du 17 mars 1967 déterminent le cadre et les règles

Plus en détail

STATUTS TYPES des BANQUES ALIMENTAIRES

STATUTS TYPES des BANQUES ALIMENTAIRES STATUTS TYPES des BANQUES ALIMENTAIRES 1 - DENOMINATION - OBJET Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, en accord avec la Fédération Française des Banques Alimentaires, une Association régie

Plus en détail

STATUTS. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d Administration ; la ratification par l Assemblée Générale sera nécessaire.

STATUTS. Il pourra être transféré par simple décision du Conseil d Administration ; la ratification par l Assemblée Générale sera nécessaire. STATUTS ARTICLE 1- TITRE de l ASSOCIATION Il est fondé entre les adhérents, actuels et futurs, aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, ayant

Plus en détail

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005

STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 STATUTS DU GROUPEMENT D EMPLOYEURS DES ASSOCIATIONS DU PAYS D AIX Modification du 12 septembre 2005 Article 1 : Dénomination. Il est fondé, entre les personnes morales adhérentes aux présents statuts,

Plus en détail

statuts clong-volontariat Modifiés en assemblée générale le 11 avril 2005 comité de liaison d organisations non gouvernementales de volontariat

statuts clong-volontariat Modifiés en assemblée générale le 11 avril 2005 comité de liaison d organisations non gouvernementales de volontariat clong-volontariat comité de liaison d organisations non gouvernementales de volontariat statuts Modifiés en assemblée générale le 11 avril 2005 14, passage Dubail - 75010 PARIS - tél. : 01 42 05 63 00

Plus en détail

Statuts de l association Electrolab

Statuts de l association Electrolab Statuts de l association Electrolab Mardi 16 Novembre 2010 Article 1 : Titre Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 juillet 1901 relative au contrat

Plus en détail

SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7

SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1. STATUT JURIDIQUE ET RESPONSABILITÉ DU SYNDIC 3 SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7 SECTION 2. Responsabilité

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 15 juillet 2014 fixant les modalités d élection et de désignation des représentants du personnel siégeant dans les comités techniques institués dans les services de la protection judiciaire de

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Bien organiser votre assemblée générale (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso Octobre 2011) Quelles sont les obligations à respecter pour une bonne gouvernance

Plus en détail

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions Je veux entrer au Conseil Syndical Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12 82 Fax : 01 40 30 12

Plus en détail

LE GUIDE DU COPROPRIÉTAIRE

LE GUIDE DU COPROPRIÉTAIRE LE GUIDE DU COPROPRIÉTAIRE Avant-propos Cher copropriétaire, Vous venez d acquérir un logement dans un immeuble en copropriété. Nous sommes heureux de vous accueillir et nous vous souhaitons d y vivre

Plus en détail

EXEMPLE DE STATUTS D ASSOCIATION DE VICTIMES

EXEMPLE DE STATUTS D ASSOCIATION DE VICTIMES 1 EXEMPLE DE STATUTS D ASSOCIATION DE VICTIMES TITRE I Constitution - Objet - Siège social Durée Article 1 - Constitution et dénomination : Il est constitué une Association régie par la loi du 1er juillet

Plus en détail

Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com

Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com Copropriété Pascale Burdy-Clément 56 rue Servient 69003 lyon Tél : 04.37.48.44.95 cabinet@burdy-clement.com Assemblées générales de copropriétaires et obligations légales 1/12 Préparer une assemblée générale

Plus en détail

Le CHSCT et la nouvelle instance de coordination dans la loi sur l emploi

Le CHSCT et la nouvelle instance de coordination dans la loi sur l emploi Relations collectives Décembre 2013 Le CHSCT et la nouvelle instance de coordination dans la loi sur l emploi Le droit des CHSCT a été modifié par la loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Il est formé sous l égide de la Fédération française des entreprises Gestionnaires de

Il est formé sous l égide de la Fédération française des entreprises Gestionnaires de S2TI - Statuts TITRE I CONSTITUTION - OBJET - COMPOSITION ARTICLE 1 - CONSTITUTION Il est formé sous l égide de la Fédération française des entreprises Gestionnaires de services aux Equipements, à l Energie

Plus en détail

STATUTS AFCB Association Française de la Chèvre Boer

STATUTS AFCB Association Française de la Chèvre Boer STATUTS AFCB Association Française de la Chèvre Boer ARTICLE 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901,

Plus en détail

STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DES AMIS DES ARTS ET DES MUSÉES DE STRASBOURG

STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DES AMIS DES ARTS ET DES MUSÉES DE STRASBOURG STATUTS DE LA SOCIÉTÉ DES AMIS DES ARTS ET DES MUSÉES DE STRASBOURG Titre I - Dénomination Objet Siège Durée Article 1 - Constitution, dénomination et inscription. L association «Société des Amis des Arts

Plus en détail

150 questions et réponses sur l assemblée générale des copropriétaires

150 questions et réponses sur l assemblée générale des copropriétaires 150 questions et réponses sur l assemblée générale des copropriétaires Eric Riquier Kluwer Waterloo Office Park, Drève Richelle 161 L, B-1410 Waterloo tél. 0800 16 868 fax 0800 17 529 www.kluwer.be e-mail:

Plus en détail

LA COPROPRIETE Instances Gouvernance - Fonctionnement

LA COPROPRIETE Instances Gouvernance - Fonctionnement LA COPROPRIETE Instances Gouvernance - Fonctionnement Adil 30 30 Septembre 2013 La copropriété Eléments de définition : (cf. article 1 loi du 10 juillet 1965) Le statut de la copropriété régit tout immeuble

Plus en détail

prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété

prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété Une copropriété doit être entretenue et nécessite parfois la réalisation de

Plus en détail

STATUTS Association des collectivités du Grand Roissy

STATUTS Association des collectivités du Grand Roissy STATUTS Association des collectivités du Grand Roissy Article 1 er Dénomination Durée Siège Objet Accusé de réception Ministère de l intérieur 68488072 I. Il est constitué, une Association régie par la

Plus en détail

GT CNAS DU 5 MARS 2015 Règlement intérieur du CNAS. Sans changement. Sans changement. Sans changement

GT CNAS DU 5 MARS 2015 Règlement intérieur du CNAS. Sans changement. Sans changement. Sans changement GT CNAS DU 5 MARS 2015 Règlement intérieur du CNAS RI de 2012 Règlement intérieur applicable au conseil national de l action sociale du ministère de l économie, des finances et de l industrie et du ministère

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille Conformément à l article 14 de ses statuts, le «Orchestre Universitaire de Lille» arrête son Règlement Intérieur d association. ARTICLE 14 - Règlement

Plus en détail

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS)

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) STATUTS TYPE D UDCCAS Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) PREAMBULE Les statuts de l UNCCAS prévoient en leur article 5 la possibilité de constituer des

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE

MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE MODELE DE STATUTS D UNE ASSOCIATION SPORTIVE OU D UNE ASSOCIATION DE JEUNESSE ET D EDUCATION POPULAIRE OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 : constitution, dénomination, objet Il est fondé entre

Plus en détail

PRÉPARATION DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

PRÉPARATION DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE INC document FICHE PRATIQUE J. 236 Actualisation le 02-04-07 COPROPRIÉTÉ : L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE Toutes les décisions relatives à la copropriété sont prises en assemblée générale. Chaque copropriétaire

Plus en détail

SÉNAT 5 novembre 1985 PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986

SÉNAT 5 novembre 1985 PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986 PROPOSITION DE LOI adoptée le N 18 SÉNAT 5 novembre 1985 PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1985-1986 PROPOSITION DE LOI MODIFIÉE PAR LE SÉNAT modifiant la loi n 65-557 du 10 juillet 1965 fixant le statut de

Plus en détail

STATUTS. Tennis Club Municipal du Tampon 1. OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS. Tennis Club Municipal du Tampon 1. OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Tennis Club Municipal du Tampon STATUTS 1. OBJET ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article premier L association dite Tennis Club Municipal du Tampon, fondée en 1962, a pour objet la pratique physique du

Plus en détail

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES Association Internationale Sans But Lucratif STATUTS Approuvé par l Assemblée Générale du 16/06/2015 Dénomination, but et objectif

Plus en détail

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (statuts de la SCH) du xx juin 2015 L assemblée générale de la SCH (société), vu l art. 12, al. 1, de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

Contrat Syndic de Droit

Contrat Syndic de Droit Pour le Syndicat des copropriétaires de la Résidence.. Contrat Syndic de Droit XX février 2015 Office public de l habitat des communes de l Oise 4 rue du Général Leclerc CS 10105-60106 Creil Cedex 1 T.

Plus en détail

ASSOCIATION DE SOUTIEN DES INITIATIVES LOCALES AFRICAINES

ASSOCIATION DE SOUTIEN DES INITIATIVES LOCALES AFRICAINES STATUTS DE L ASSOCIATION EBENE Titre I Formation et but de l association Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE (mis à jour Assemblée générale extraordinaire du 26 juin 2015) (Conseil d Administration du 8 juin 2015) Article

Plus en détail

Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts

Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts Le 1 janvier 2013, il est fondé entre les adhérents par les présents statuts une association, régie par la Loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août

Plus en détail

Version consolidée au 9 novembre 2015. Section I : Actes concourant à l établissement et à l organisation de la copropriété d un immeuble bâti.

Version consolidée au 9 novembre 2015. Section I : Actes concourant à l établissement et à l organisation de la copropriété d un immeuble bâti. Le 9 novembre 2015 DECRET Décret n 67-223 du 17 mars 1967 pris pour l application de la loi n 65-557 du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis Version consolidée au 9 novembre

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

PROCES VERBAL DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 29 juin 2010

PROCES VERBAL DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 29 juin 2010 Syndicat des copropriétaires des bâtiments H du Jardin des lumières à Paris 14 ème PROCES VERBAL DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 29 juin 2010 L An Deux Mil Dix, le mardi 29 juin à dix neuf heures,

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT ***********

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** ARTICLE 1 : CONSTITUTION, APPELLATION, DUREE. Il est constitué une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

La copropriété Loi du 13 août 1984 organisant le régime de la copropriété

La copropriété Loi du 13 août 1984 organisant le régime de la copropriété La copropriété Loi du 13 août 1984 organisant le régime de la copropriété Moniteur No 82 Lundi 26 novembre 1984 LOI Chapitre I Des immeubles soumis au statut de copropriété Art 1.- Les dispositions de

Plus en détail

Le recouvrement judiciaire des créances

Le recouvrement judiciaire des créances «Le Salon Indépendant de la Copropriété» 6 ème édition du salon de l ARC et de l UNARC CONDITIONS PREALABLES : 1/ DEFINIR LE MONTANT PRECIS DE LA CREANCE (de quand à quand? 2/ AVOIR UNE CRÉANCE QUI RÉPONDE

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION ENFANTAISIES

STATUTS DE L ASSOCIATION ENFANTAISIES STATUTS DE L ASSOCIATION ENFANTAISIES Article 1er - Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS

EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS EUTERPE ASSOCIATION POUR LE RAYONNEMENT DE L ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE STRASBOURG STATUTS DISPOSITIONS GENERALES ARTICLE 1 Entre les adhérents aux présents statuts est constituée une association qui

Plus en détail

STATUTS ASSOCIATION loi 1901 France Douleurs

STATUTS ASSOCIATION loi 1901 France Douleurs 1 STATUTS ASSOCIATION loi 1901 France Douleurs ARTICLE 1 : Titre de l association Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901, ayant pour

Plus en détail