PROCEDURE COLLECTIVES D APUREMENT DU PASSIF DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE DANS LES PAYS DE LA ZONE OHADA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROCEDURE COLLECTIVES D APUREMENT DU PASSIF DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE DANS LES PAYS DE LA ZONE OHADA"

Transcription

1 Manuel pratique du recouvrement des créances sur les entreprises en difficulté en zone Ohada MANUEL PRATIQUE Des PROCEDURE COLLECTIVES D APUREMENT DU PASSIF DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE DANS LES PAYS DE LA ZONE OHADA Manuel à l usage des syndics, liquidateurs, contrôleurs et experts Evelyne MANDESSI BELL Docteur d État en droit Avocat Consultante Ohada Legis Colletion Droit Ohada 2005

2 AVANT-PROPOS L objet de ce Manuel à l usage des syndics, liquidateurs et contrôleurs est de mettre à leur disposition un document de travail à portée essentiellement pratique dans le cadre du nouveau droit Ohada des Entreprises en difficulté en Afrique. Compte tenu de cette orientation de l ouvrage, le lecteur ne pourra s attendre à y retrouver de longs développements théoriques ou l évocation de controverses doctrinales. Par contre, il y trouvera : - dans la partie documentaire : le texte Ohada in extenso, - dans le corps de l ouvrage, des développements condensés sur les divers aspects de ce nouveau droit, - des schémas récapitulatifs et tableaux retraçant ou résumant l essentiel de ce qu il faut retenir un point ou une procédure, - des fiches pratiques et des tableaux de bord, points de repères indispensables pour ne pas oublier, dans le cadre d une procédure donnée, tel délai ou telle diligence à accomplir, - et enfin des formules, documents et lettres-types. Afin de faciliter la consultation de l ouvrage, le lecteur a un accès direct à l information recherchée grâce à : - un Sommaire Général, où figurent l ensemble des thèmes traités dans l ouvrage, - des sommaires spécifiques où sont rassemblés les thèmes regroupés selon les divisions de l ouvrage, - un Index alphabétique p.249 permettant de rechercher directement un sujet précis ; - une Table des schémas récapitulatifs et tableaux p. 243; - une Table des fiches pratiques et tableaux de bord p. 245; - une Table des formules, documents et lettres-types. p. 247 Toute œuvre étant perfectible les critiques et suggestions sont les bienvenues, le chantier de travail qu ouvre ce nouveau droit étant immense. E.MANDESSI BELL N.B. Dans cet ouvrage, l abréviation «AUO» a été très souvent utilisée pour désigner l Acte Uniforme Ohada portant organisation des procédures collectives d apurement du passif. Manuel pratique des procédures collectives d apurement du passif des entreprises en difficulté en zone Ohada 52

3 Fiche n 7. Ce qui va changer au niveau judiciaire à partir du dépôt au tribunal par le débiteur de l offre concordataire CE QUI VA CHANGER A PARTIR DU DEPOT DE L OFFRE CONCORDATAIRE Ce qui va changer pour le débiteur - Pendant toute la durée du concordat préventif :. impossibilité pour lui de payer un créance antérieure à la décision de suspension des poursuites individuelles,. interdiction pour lui de faire des actes de disposition étrangers à l exploitation normale ou de consentir des sûretés. - Sauf remise de la part des créanciers, les intérêts moratoires, dommages intérêts, intérêts et pénalités continuent de courir mais ne sont pas exigibles (art. 9) Ce qui va changer pour les créanciers - Le cours des délais dont étaient assorties leurs créances sur le débiteur est désormais suspendu. - La suspension des poursuites individuelles interdit la plupart des poursuites :. Ce qui est désormais interdit : - l introduction d une action en paiement ou la poursuite d une action en cours, - la mise en œuvre d une voie d exécution ou la poursuite d une telle mise en oeuvre - la prise de mesures conservatoires.. Ce qui reste valable/permis : - les mesures conservatoires, voies d exécution et décisions liées à des actions en paiement obtenues avant la décision de suspension des poursuites - les actions en reconnaissance de droits et les actions cambiaires de de l article 4. CE QUI VA SE PASSER APRES L HOMOLOGATION DU CONCORDAT PREVENTIF (art. 18) - Le concordat devient obligatoire pour tous les créanciers antérieurs à la décision de règlement préventif. - Les effets de la suspension des poursuites individuelles sont maintenus avec impossibilité pour les créanciers titulaires de sûretés réelles de les réaliser sauf résolution du concordat. Manuel pratique des procédures collectives d apurement du passif des entreprises en difficulté en zone Ohada 60

4 Formule n 3 : Requête de l expert au Président du Tribunal aux fins de prorogation du délai de dépôt du rapport d expertise sur le concordat préventif (art. 13 alinéa 1) Article 13 : L expert commis dépose au greffe, en double exemplaire, son rapport contenant le concordat préventif proposé par le débiteur ou conclu entre lui et ses créanciers, dans les deux mois de sa saisine, au plus tard, sauf autorisation motivée du Président de la juridiction compétente de proroger ce délai d un mois. Règlement préventif de (nom et prénoms ou raison sociale du débiteur) Demande de prorogation du délai de dépôt du rapport sur le concordat préventif M. A l honneur de vous exposer, Qu en date du, il a été nommé en qualité d expert dans le cadre de la procédure visée en objet par jugement n du Tribunal de de ville. Qu il s est immédiatement attelé à sa mission et c est ainsi que (relatez ce qui a déjà été fait). Toutefois, (évoquez les problèmes rencontrés qui justifient la demande de prorogation du délai). Ce pourquoi il sollicite, en application de l article 13 alinéa 1 de l AUO la prorogation du délai de dépôt de son rapport jusqu au.. A le Expert Manuel pratique des procédures collectives d apurement du passif des entreprises en difficulté en zone Ohada 85

5 3. Les organes intervenant dans la procédure de redressement judiciaire 70. Voir développements p. 15 et s. Sous section 2. Les incidences du redressement judiciaire 70 bis. Ces incidences sont examinées eu égard au débiteur et aux créanciers. 1 Les incidences du redressement judiciaire sur la situation du débiteur 70 ter. Ces incidences sont examinées en ce qui concerne deux volets importants : - la direction de l entreprise - les actes de la gestion passée du débiteur. A. Qui est aux commandes de l entreprise? 71. Le débiteur demeure aux commandes de l entreprise, mais le régime auquel il est soumis est différent selon les types d actes qu il peut être amené à accomplir : Ainsi, aux termes des dispositions de l article 52 de l Acte Uniforme : - il accomplit obligatoirement tout acte d administration et de disposition de ses biens avec l assistance du syndic, sous peine d inopposabilité de ces actes, et ce, à partir de la date de la décision prononçant le redressement judiciaire jusqu à l homologation du concordat ou la conversion du redressement judiciaire ou liquidation des biens, - par contre il peut accomplir seul les actes conservatoires et ceux de gestion courante entrant dans l activité habituelle de l entreprise, conformément aux usages de la profession, à charge pour lui d en rendre compte au syndic. 72. Dans ce contexte, qu advient-il si le débiteur ou les dirigeants de la personne morale refusent de faire un acte nécessaire à la sauvegarde du patrimoine? Le syndic peut, accomplir seul l acte concerné, à condition de solliciter au préalable l autorisation du Juge-commissaire (notamment s agissant de mesures conservatoires à prendre, de recouvrement d effets et de créances exigibles, de ventes d objets dispendieux à conserver ou soumis à dépérissement prochain ou à dépréciation imminente, de l introduction ou du suivi d actions mobilières ou immobilières; 73. Si c est le syndic lui-même qui refuse de prêter son assistance au débiteur ou aux dirigeants de la personne morale pour l accomplissement de ces actes d administration ou de disposition, ceux-ci ou les contrôleurs peuvent l y contraindre par décision du Juge-commissaire. B. Le sort des actes de la gestion passée 74. Il est réglé aux articles 67 à 71 de l Acte Uniforme en ces termes : Article 67 : Sont inopposables de droit ou peuvent être déclarés inopposables à la masse des créanciers, telle que définie par l article 72 ci-après, les actes passés par le débiteur pendant la période suspecte débutant à la date de cessation des paiements et finissant à la date de la décision d ouverture. / Manuel pratique des procédures collectives d apurement du passif des entreprises en difficulté en zone Ohada 69

6 A toute époque, la résiliation du contrat de location-gérance peut être décidée par la juridiction compétente, soit d office, soit à la demande du syndic ou du représentant du Ministère Public, soit à la demande d un contrôleur, sur rapport du Juge-commissaire lorsque, par son fait, le preneur diminue les garanties qu il avait données ou compromet la valeur du fonds. Article 117 : Toutes les dettes nées régulièrement, après la décision d ouverture, de la continuation de l activité et de toute activité régulière du débiteur ou du syndic, sont des créances contre la masse, sauf celles nées de l exploitation du locataire-gérant qui restent exclusivement à sa charge sans solidarité avec le propriétaire du fonds. 2. Les incidences du redressement judiciaire sur l exécution des contrats en cours A. Les principes de base en ce qui concerne les contrats en cours 78. L article 1O7 de l Acte Uniforme indique expressément que la cessation des paiements déclarée par décision de justice n est pas une cause de résolution des contrats en cours hormis : - les contrats conclus en considération de la personne du débiteur - et ceux prévus expressément par le droit national de chaque Etat-partie. 79. Toute clause prévoyant la résolution d un contrat pour un tel motif est réputée non écrite. B. Le régime des contrats synallagmatiques en cours 80. Que le tribunal saisi ait prononcé le redressement judiciaire ou la liquidation des biens, c est au syndic qu appartient le droit d exiger l exécution des contrats en cours à charge de fournir la prestation promise à l autre partie. - Le syndic n a pas fourni la prestation promise : l autre partie peut soulever l exception d inexécution. - L autre partie s est exécutée sans avoir reçu la prestation promise : elle devient alors créancière de la masse. 81. En tout état de cause, selon les prescriptions de l article 108, le syndic peut, par lettre recommandée ou par tout moyen laissant trace écrite, être mis en demeure d exercer son option ou de fournir la prestation promise, dans un délai de trente jours, sous peine de résolution, de plein droit, du contrat. Faute de réaction de sa part dans le délai imparti par la mise en demeure (exercice de sa faculté d option ou fourniture de la prestation promise), il y aura lieu à allocation de dommages intérêts dont le montant sera produit au passif au profit de l autre partie en sus de la résolution du contrat. 82. Il est précisé au dernier alinéa de l article 1O9 que toute compensation par le cocontractant entre les acomptes reçus pour des prestations non encore fournies par lui avec les dommages intérêts dus pour la résolution est interdite. Toutefois, s il saisit le tribunal d une action en résolution contre le syndic, ce dernier pourra : Manuel pratique des procédures collectives d apurement du passif des entreprises en difficulté en zone Ohada 123

7 108. bis. Le schéma ci-après relatif au concordat de redressement en récapitule les points et étapes essentiels. Dépôt redressede la proposition de concordat de redressement par le débiteur SCHEMA RECAPITULATIF N 6 LE CONCORDAT DE REDRESSEMENT Préparation Conclusion Dénouement Avis par le greffier aux créanciers de la proposition de concordat de ment par insertion dans le(s) journal/naux d annonces légales où l annonce du dépôt de l état des créances est faite (art ) et Invitation des créanciers munis de sûretés réelles spéciales à se prononcer sur cette proposition de concordat par lettre recommandée avec AR ou pli contre décharge! A l expiration de ces délais, le juge- Dépôt par ces créanciers de leurs déclarations dans les 15 j. de la publi- Commissaire saisit le Président de cation au(x) JAL de l annonce relative au dépôt des créances ou de la la juridiction pour convocation des réception du pli visé à l article 87, lesquelles sont transmises par le créanciers dont les créances ont été greffe au juge-commissaire et au syndic (art. 12O) admises définitivement ou par provision à l assemblée concordataire, par avis dans le(s) JAL et par lettres individuelles (art. 122)! Tenue de l assemblée concordataire Le Tribunal!!! N homologue pas le concordat Homologue le concordat => il convertit le redressement judiciaire => il désigne ou maintient en fonctions les contrôleurs en liquidation des biens (*) ou, à défaut, le syndic (**)!! Publicités légales des articles 36 et 37 Publicités légales des articles 36 et 37 (art. 129 al. 2) (art. 128 al. 1)!!!! Problèmes dans l exécution du concordat Exécution du concordat sans problèmes => possibilité d en demander la résolution (art. 139) => RAS N.B. En cas de résolution du concordat, la juridiction compétente doit convertir le redressement judiciaire en liquidation des biens et nomme un syndic. Une masse est constituée avec les créanciers antérieurs et postérieurs au concordat qui sont invités à produire. (*) L appel contre cette décision est possible seulement dans les 15 j. par le représentant du Ministère Public ou le débiteur (art. 129 al. 2), (**) L appel contre cette décision est possible dans les 15 j. dans les 15 j. par le représentant du Ministère Public uniquement (art. 129 al. 1). Manuel pratique des procédures collectives d apurement du passif des entreprises en difficulté en zone Ohada 137

8 Fiche n 8. Points importants parmi les mesures de redressement de l entreprise admise au redressement judiciaire g Continuité de l activité de l entreprise admise au redressement judiciaire La continuation de l activité de l entreprise est souvent un paramètre non négligeable du dénouement favorable de la procédure collective d apurement du passif puisqu elle permet l entrée de fonds. L article 112 alinéa 3 de l Acte Uniforme donne au juge-commissaire une grande latitude d action en ce domaine puisque ce dernier a la possibilité de mettre fin à la continuation de l activité à tout moment sans avoir nécessairement besoin de consulter qui que ce soit avant de prendre sa décision. Il sera toutefois tenu de le faire s il est saisi d une telle demande par des créanciers ou un contrôleur par déclaration motivée au greffe (art ) Le juge-commissaire dans ce cas doit statuer dans les 8 jours de cette audition (art ). S il y a intérêt à confier la continuation de l activité à une personne tierce, il y aura lieu de solliciter la mise en location-gérance du fonds de l entreprise du débiteur dont l autorisation pourra être demandée au Tribunal par le représentant du Ministère Public, le syndic ou un contrôleur (art. 115). Rappelons également que le juge-commissaire a un pouvoir décisionnel important en ce qui concerne la participation du débiteur ou des dirigeants de la personne morale à cette continuation de l activité. En effet, en cas de redressement judiciaire, c est lui qui, sur requête du syndic, décide de la participation du débiteur ou de ces dirigeants à cette continuation (art ). g Les licenciements économiques dans le cadre de procédures de redressement judiciaire Dans le cadre du nouveau droit Ohada des entreprises en difficulté, il est prévu que les débiteurs en difficulté admis au règlement préventif ou au redressement judiciaire doivent prévoir des plans sociaux en ce qui concerne leurs personnels. De quelle manière devront donc intervenir ces licenciements de personnels? Les indications pertinentes figurent à l article 11O de l Acte Uniforme qui dispose que lorsque ces licenciements pour motif économique présentent un caractère urgent et indispensable, le syndic peut être autorisé à y procéder par le Juge-commissaire selon la procédure prévue par le dispositif de l Acte, nonobstant toute disposition contraire, mais en respectant les normes du droit du travail imposant le droit au préavis et aux indemnités liées à la résiliation du contrat de travail. Le libellé de l article 11O amène à penser que deux cas de figures peuvent se présenter : - 1er cas de figure : les mesures de licenciements économiques ne sont pas urgentes ni indispensables au redressement de l entreprise du débiteur en difficulté : le droit commun en ce domaine devra s appliquer, à savoir le dispositif du droit national de l Etat-partie en matière de droit social ; Manuel pratique des procédures collectives d apurement du passif des entreprises en difficulté en zone Ohada 140

9 FICHE N 10 TABLEAU DE BORD DU SYNDIC POUR LA GESTION DES PROCEDURES DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE N d ordre Formalité, acte ou diligence concerné Texte concerné Délai 1 Décision d ouverture de la procédure - Publicité de la décision d ouverture au JO en cas de défaillance du greffier. - Contrôle de l accomplissement des formalités de publicité légale par le greffier. - Inscription aux Domaines de la décision d ouverture. - Réquisition au nom de la masse des inscriptions de sûretés mobilières et immobilières non requises par le débiteur. - Convocation du débiteur pour examen et clôture des livres comptables. - Invitation des tiers détenteurs à remettre les documents comptables qu ils détiennent. Art. 37 al. 1 et 2 Art. 38 al.1 Art. 38 al. 2 Art. 54 Art. 55 al.1 Art. 55 al. 2 Dans les 15 j. du prononcé de la décision. - - «Dès son entrée en fonction» Dans les 3 j. de la décision d ouverture - - Mention de l incessibilité des droits sociaux dans les registres de la personne morale débitrice et établissement d un état des droits sociaux et d un certificat de dépôt ou d inscription d incessibilité aux dirigeants. Art. 57 al. 4 et 5 - Scellés Réquisition de levée des scellés en vue de l inventaire. / Art. 62 Dans les 3 j. de leur apposition. Manuel pratique des procédures collectives d apurement du passif des entreprises en difficulté en zone Ohada 143 SECTION 3. Formulaires et documents-types

10 Formule n 12 : Requête du syndic au Juge-commissaire afin de faire avancer des fonds par le Trésor Public pour régler les frais liés à la procédure collective (art. 50) Article 50 : Lorsque les deniers du débiteur ne peuvent suffire immédiatement aux frais de la décision de redressement judiciaire ou de liquidation des biens, de signification, d affiche et d insertions de cette décision dans les journaux, d apposition, de garde et de levée des scellés ou d exercice des actions en déclaration d inopposabilité, de comblement du passif, d extension des procédures collectives et de faillite personnelle des dirigeants des personnes morales, l avance de ces frais est faite, sur décision du Jugecommissaire, par le Trésor public qui en sera remboursé, par privilège, sur les premiers recouvrements. Cette disposition est applicable à la procédure d appel de la décision prononçant le redressement judiciaire ou la liquidation des biens. A M. Le Juge-commissaire de la procédure de redressement judiciaire de (nom et prénoms ou raison sociale du débiteur). M., syndic de ladite procédure, a l honneur de vous exposer Que les deniers dépendant de la procédure susmentionnée ne peuvent suffire immédiatement à couvrir les frais énumérés à l article 50 de l AUO, notamment ceux liés au jugement déclaratif de redressement judiciaire, de signification, d affiche et d insertion de cette décision dans les journaux, d apposition, de garde et de levé des scellés, d inventaire et autres ; Qu afin d y faire face, il échet de solliciter l avance par le Trésor Public des sommes requises s élevant à F CFA..; En conséquence l exposant sollicite qu il vous plaise, Vu l article sus-mentionné de l AUO, Ordonner que l avance des frais dont s agit et dont un état est ci-joint sera faite par, lesquels frais seront par privilège remboursés sur les premiers recouvrements. Présentée à le Le Syndic Manuel pratique des procédures collectives d apurement du passif des entreprises en difficulté en zone Ohada 146

11 Formule n 14 : Saisine par le(s) contrôleur(s) du juge-commissaire dans le cadre d une procédure de redressement judiciaire pour forcer à agir le syndic qui refuse son assistance à l accomplissement d un acte d administration ou de disposition (art. 52 al. 4) Article 52 al 4 : Si le syndic refuse son assistance pour accomplir des actes d administration ou de disposition au débiteur ou aux dirigeants de la personne morale, ceux-ci ou les contrôleurs peuvent l y contraindre par décision du Juge-commissaire obtenue dans les conditions prévues par les articles 40 et 43 ci-dessus. Le soussigné (nom et prénoms, profession, domicile), Agissant en qualité de contrôleur dans la procédure de collective d apurement du passif de (nom et prénoms ou raison sociale du débiteur), A l honneur de vous exposer : Qu en date du, M. a été nommé syndic dans la procédure de concernant (débiteur) par jugement n du Tribunal de de (ville). Que toutefois ledit syndic refuse son assistance à l accomplissement d un acte d administration (ou de disposition) qui doit être effectué. En effet, en date du, (relater les faits). Qu il est de l intérêt de la masse de voir cet acte accompli. Pourquoi l exposant demande qu il vous plaise, Conformément aux dispositions de l article 52 alinéa 4 de l AUO, Ordonner à, syndic, de rempli sa mission d assistance en rapport avec l acte à accomplir. Contrôleur (signature) Manuel pratique des procédures collectives d apurement du passif des entreprises en difficulté en zone Ohada 152

12 Formule n 19 : Mise en demeure du syndic aux fins de récupération des titres constatant les droits sociaux des dirigeants de la personne morale admise au redressement judiciaire ou à la liquidation des biens devenus incessibles (art. 57 al. 3). Article 57 al 3: Les titres constatant les droits sociaux sont déposés entre les mains du syndic. A défaut de remise volontaire, le syndic met en demeure les dirigeants de procéder au dépôt entre ses mains. La non remise de ces titres est constitutive de l infraction prévue à l article ci-après. NR : OBJET : mise en demeure, Par Jugement n du Tribunal de de (ville) en date du, (raison sociale du débiteur) a été admis à la liquidation des biens. En votre qualité de dirigeant de droit de la société (de fait, apparent, occulte.), vous êtes désormais soumis au régime de l article 57 de l AUO relatif à l incessibilité des droits sociaux de tels dirigeants qui vous impose de déposer les titres que vous détenez sur la société entre mes mains. Or à la date d aujourd hui, je constate que vous n avez pas encore accompli cette formalité. Je vous somme donc par la présente qui vaut mise en demeure de me déposer lesdits titres à (lieu) (ou de m adresser lesdits titres à l adresse B.P., (ville) au plus tard dans les ( ) jours de la réception de la présente (ou de la notification de la présente par huissier). Le nonaccomplissement de cette formalité à l expiration de ce délai vous exposera aux sanctions prévues par les textes. Espérant ne pas avoir à en arriver à de telles extrémités, je reste dans l attente de votre visite ou de votre courrier. Veuillez croire à l assurance de mes sentiments distingués. Syndic Manuel pratique des procédures collectives d apurement du passif des entreprises en difficulté en zone Ohada 208

13 SCHEMA RECAPITULATIF N 8 LES DIVERS CAS DE FIGURES D ADMISSION D UN DEBITEUR EN DIFFICULTE AU REGIME DE LA LIQUIDATION DES BIENS Débiteur en difficulté sou- Débiteur admis au Débiteur admis au Débiteur admis au mis au droit commun solli- règlement préventif redressement judi- règlement préventif tant l application du régi- ciaire ou au redressement me Ohada des entreprises judiciaire en difficulté Le Tribunal constate qu il Il respecte ses engage- Il respecte les termes Son concordat préest en fait en cessation de ments concordataires du concordat mais sa ventif ou de redrespaiements et il ne peut pro- mais sa situation se dé- situation se détériore sement est annulé poser de concordat préven- riore : il cesse ses paie- et il ne peut plus ou résolu tif ou de redressement ments et ne peut pro- maintenir ses engageposer de concordat de ments ni proposer de redressement sérieux nouveau concordat Il sera directement admis Il passera du régime Il passera du régime Il passera du régime à la liquidation des biens du concordat préven- du redressement ju- (art. 15) tif à celui de la liqui- diciaire à la liquida- - du règlement prédation des biens tion des biens ventif à celui de (art. 15) (art ) la liquidation des biens s il est reconnu en cessation des paiements - du régime du redressement judi ciaire à celui de la liquidation des biens dans l autre cas. Manuel pratique des procédures collectives d apurement du passif des entreprises en difficulté en zone Ohada 232

14 Fiche n 13. Le régime de la vente des actifs de l entreprise en liquidation des biens Elément d actif concerné Régime Eléments mobiliers non gagés Peuvent être vendus aux enchères ou à l amiable selon la formule librement adoptée par le syndic. NB1. Pour les cessions globales d actifs, le syndic doit consulter le(s) contrôleur(s) s il en a été nommé pour recueillir son/leur avis sur les offres d acquisitions qu il reçoit. NB2. Pour les cessions de créances à long terme du débiteur, l autorisation du juge-commissaire est nécessaire. Eléments mobiliers gagés Pour en opérer le retrait, le syndic doit désintéresser les créanciers gagistes ou nantis concernés. Cette opération ne pourra se faire sans l autorisation du juge-commissaire (art. 149). Si dans les 3 mois de la décision de liquidation des biens, le syndic n a pas fait le nécessaire pour le retrait du gage, le créancier concerné peut reprendre son droit de poursuite individuelle à charge d en rendre compte au syndic (art. 149 al. 2). Les administrations fiscales et de sécurité sociale ont les mêmes droits (al. 3). Immeubles Règles générales : ces ventes s opèrent suivant les règles en matière de saisie immobilière. Cependant, si la consistance des biens, leur situation ou les offres reçues le justifient, elles peuvent intervenir par adjudication ou de gré à gré dans les conditions de l article 15O de l Acte Uniforme. En cas d inertie du syndic en présence d immeubles hypothéqués, les mêmes règles que celles rappelées ci-dessus pour les éléments gagés s appliquent (art. 150 al. 3 et). Ventes des immeubles par adjudication : les créanciers inscrits seront invités par le notaire par lettre recommandée avec AR ou pli contre décharge à prendre communication du cahier des charges déposé en son étude 2 mois avant l adjudication et à y inscrire leurs dires et observations un mois au moins avant cette date (art. 155 al. 3). Ils sont également convoqués pour assister à la vente par le même pli (Art ). Ventes des immeubles de gré à gré : l autorisation de vente de gré à gré qui contient le prix de chaque immeuble et ses conditions de mise à prix doit être notifiée par le greffier par acte extrajudiciaire aux créanciers inscrits à domicile élu (art. 159 al. 2). Si les créanciers trouvent que le prix est insuffisant ils peuvent faire la surenchère du 1Oème sur le prix par lettre recommandée avec AR ou pli contre décharge adressé au syndic dans les 30 jours de la notification de l autorisation (art ). Manuel pratique des procédures collectives d apurement du passif des entreprises en difficulté en zone Ohada 239

15 Formule n 58 : Rapport du syndic sur le problème de la continuation des activités de l entreprise du débiteur en liquidation des biens (art. 113 al. 2) Article 113 : La juridiction compétente statue sur rapport du syndic communiqué au représentant du Ministère Public. Liquidation des biens de (nom et prénoms ou raison sociale du débiteur) (nom et prénoms du syndic) Syndic En ma qualité de syndic dans la procédure de liquidation des biens de, il m échet de faire rapport au Tribunal sur le problème de la continuité de l entreprise de (nom et prénoms ou raison sociale du débiteur), conformément aux prescriptions de l article 113 al. 2 de l AUO ; Rapport favorable à la continuation de l activité L entreprise dudit débiteur déclaré en liquidation des biens par jugement n du Tribunal de de (ville) en date du est présentement dans une situation critique rendant vital le maintien de son activité ; En effet,.. (mentionnez les raisons militant en faveur de ce maintien) ; Il apparaît donc que le maintien de l activité de cette entreprise est nécessaire à la liquidation et qu en outre il ne met en péril ni l intérêt public, ni celui des créanciers ; Rapport défavorable à la continuation de l activité (exemple de canevas) L entreprise dudit débiteur déclaré en liquidation des biens par jugement n du Tribunal de de (ville) en date du est présentement dans une situation critique, laquelle aurait permis de militer en faveur du maintien de son activité en application des dispositions de l article 113 al. 1 de l Acte Uniforme sus-visé ; En effet,.. (mentionnez rappelez la mauvaise situation concernée) ; Toutefois (précisez les raisons ne militant pas en faveur de ce maintien) ; Il apparaît donc que le maintien de l activité de cette entreprise bien que nécessaire à la liquidation, est contraire à l intérêt public ;

GESTION DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE DANS LES PAYS DE LA ZONE OHADA

GESTION DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE DANS LES PAYS DE LA ZONE OHADA Manuel pratique du recouvrement des créances sur les entreprises en difficulté en zone Ohada MANUEL PRATIQUE de GESTION DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE DANS LES PAYS DE LA ZONE OHADA Manuel à l usage des

Plus en détail

PROCEDURES COLLECTIVES D APUREMENT DU PASSIF DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE EN ZONE OHADA

PROCEDURES COLLECTIVES D APUREMENT DU PASSIF DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE EN ZONE OHADA MANUEL PRATIQUE DE GESTION DES PROCEDURES COLLECTIVES D APUREMENT DU PASSIF DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE EN ZONE OHADA Manuel à l usage des greffes et tribunaux Evelyne MANDESSI BELL Docteur d État en

Plus en détail

OHADA Acte uniforme portant organisation des procédures collectives d apurement du passif

OHADA Acte uniforme portant organisation des procédures collectives d apurement du passif Acte uniforme portant organisation des procédures collectives d apurement du passif Acte adopté le 10 avril 1998 et paru au JO n 7 du 1 er juillet 1998 Index [NB - Les chiffres renvoient aux numéros des

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot.

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. La Commission, Considérant que les articles 19 et 20 de la loi n 65-557 du 10 juillet

Plus en détail

Entreprises en difficultés

Entreprises en difficultés Entreprises en difficultés PROCEDURES COLLECTIVES Lois : Loi du 1 er mars 1984 Loi du 25 janvier 1985 Loi du 10 juin 1994 Les instruments de détection : - Le droit d alerte du commissaire aux comptes dans

Plus en détail

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE

TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Jérôme THEETTEN Maître de Conférences Droit Privé Université de LILLE II TRAITEMENT JURIDIQUE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE SOMMAIRE Pages TITRE UN : LE TRAITEMENT ALLEGE DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE

Plus en détail

SESSION DU CIFAF 2013

SESSION DU CIFAF 2013 SESSION DU CIFAF 2013 Présenté Par Maître Maximin CAKPO-ASSOGBA Avocat à la Cour Mardi 03 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Les sûretés sont des techniques juridiques destinées à assurer le règlement des créances

Plus en détail

SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE

SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE SEQUESTRE ET DISTRIBUTION DU PRIX DE VENTE DE FONDS DE COMMERCE Le séquestre obligatoire du prix d une vente de fonds de commerce est extrêmement important pour : - l acquéreur, afin de lui garantir qu

Plus en détail

Procédures collectives

Procédures collectives Procédures collectives Les «sauvegardes» et les comités de créanciers ; Le sort des opérations locatives mobilières et immobilières; Rétablissement professionnel : quels impacts sur vos contrats? 1 1.

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7)

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7) DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou de LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénomée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être déposé

Plus en détail

Session de formation de Matadi sur le droit OHADA

Session de formation de Matadi sur le droit OHADA Session de formation de Matadi sur le droit OHADA I. Notions du fonds de commerce II. Contenu du fonds de commerce III. Les opérations portant sur le fonds de commerce 1. La location-gérance 2. La cession

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1. Traitement non judiciaire des entreprises en difficulté

SOMMAIRE. Présentation 3 PARTIE 1. Traitement non judiciaire des entreprises en difficulté Présentation 3 Introduction Structures des procédures collectives 13 PARTIE 1 Traitement non judiciaire des entreprises en difficulté Chapitre 1 Information économique 21 1 Information des dirigeants 21

Plus en détail

BANQUE MONDIALE ET DE LA FAILLITE PAYS : SENEGAL. Par Pape Oumar Sakho

BANQUE MONDIALE ET DE LA FAILLITE PAYS : SENEGAL. Par Pape Oumar Sakho BANQUE MONDIALE FORUM INTERNATIONAL DES JUGES PROCEDURES D EXECUTION COMMERCIALE ET DE LA FAILLITE 19-23 MAI 2003 PEPPERDINE UNIVERSITY SCHOOL OF LAW MALIBU, CALIFORNIE PAYS : SENEGAL Par Pape Oumar Sakho

Plus en détail

Entreprises en difficulté? «Procédures amiables et procédures collectives»

Entreprises en difficulté? «Procédures amiables et procédures collectives» Entreprises en difficulté? «Procédures amiables et procédures collectives» 1 Sommaire 1 2 3 4 5 Le Mandat Ad Hoc La Sauvegarde La Conciliation Le Redressement Judiciaire La Liquidation Judiciaire 2 Introduction

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

Le redressement judiciaire

Le redressement judiciaire Le redressement judiciaire Aux termes de l article 631-1 du Code de Commerce, «Il est institué une procédure de redressement judiciaire ouverte à tout débiteur mentionné aux articles L. 631-2 ou L. 631-3

Plus en détail

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières

TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières TRIBUNAL de COMMERCE Juridiction Belfort - Montbéliard Sociétés, commerçants, artisans Les remèdes face aux difficultés financières 1 Rue de Morimont Site de l Espérance 90000 Belfort Votre contact «PREVENIR

Plus en détail

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur le directeur, l'expression de ma considération distinguée. CIRCULAIRE COMMUNE 2005-18 -DRE Paris, le 14/11/2005 Objet : Réforme du droit des entreprises en difficulté Madame, Monsieur le directeur, La loi n 2005-845 du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises

Plus en détail

Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives. Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI

Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives. Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI Agir et réagir face aux entreprises en difficulté Les procédures collectives Jeudi 6 novembre 2014 Auditorium CCI 2 PLAN Première partie: Généralités sur les procédures collectives Seconde partie: Exposé

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2014-736 du 30 juin 2014 pris pour l application de l ordonnance n o 2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention

Plus en détail

Les sûretés. Table des matières

Les sûretés. Table des matières Table des matières Titre 1. Les sûretés réelles..................................... 229 Chapitre 1. Législation...................................... 229 Section 1. La vente d immeuble dans le contexte

Plus en détail

Article 6 Article 7 Article 8

Article 6 Article 7 Article 8 Loi n 98-4 du 2 février 1998, relative aux sociétés de recouvrement des créances telle que modifiée par les textes subséquents et notamment la loi n 2003-42 du 9 juin 2003. Article premier- La présente

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

Comores. Réglementation des warrants agricoles

Comores. Réglementation des warrants agricoles Réglementation des warrants agricoles Décret du 10 mai 1932 [NB - Décret du 10 mai 1932, réglementant les warrants agricoles Modifié par le décret du 19 mars 1937] Art.1.- Tout agriculteur peut emprunter

Plus en détail

Droit des entreprises en difficulté : procédures collectives

Droit des entreprises en difficulté : procédures collectives s informer guide Droit des entreprises en difficulté : procédures collectives La volonté d entreprendre, le choix de réussir Juridique 2 Une entreprise peut rencontrer des difficultés juridiques, économiques

Plus en détail

77, av. de la Toison d Or 1060 Bruxelles Tel 02 290 04 00 Fax 02 290 04 10 Info@vdelegal.be www.vdelegal.be

77, av. de la Toison d Or 1060 Bruxelles Tel 02 290 04 00 Fax 02 290 04 10 Info@vdelegal.be www.vdelegal.be 77, av. de la Toison d Or 1060 Bruxelles Tel 02 290 04 00 Fax 02 290 04 10 Info@vdelegal.be Continuité Des Entreprises Vue générale de la loi du 31 janvier 2009 (entrée en vigueur le 1 er avril 2009) Structure

Plus en détail

AVERTISSEMENT PREALABLE

AVERTISSEMENT PREALABLE AVERTISSEMENT PREALABLE Ce contrat vous est proposé à titre de documentation. Un contrat doit toujours être adapté aux objectifs poursuivis par les parties et à leurs particularités juridiques propres.

Plus en détail

Docteur François KOMOIN, Président du Tribunal ;

Docteur François KOMOIN, Président du Tribunal ; KF/AE REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE ------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN --------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN --------------- RG N 1392/2013 ------------ JUGEMENT CONTRADICTOIRE du 07/11/2013

Plus en détail

L ASSEMBLÉE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE

L ASSEMBLÉE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE ASSEMBLÉE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE ----- NOR : DAE 1201250DL DÉLIBÉRATION N o 2012-30 APF DU 26 JUILLET 2012 Portant mesures d application de la loi du pays n o 2012-8 du 30 janvier 2012 portant traitement

Plus en détail

Algérie. Crédit-bail

Algérie. Crédit-bail Crédit-bail Ordonnance n 96-09 du 10 janvier 1996 Titre 1 - Des dispositions générales relatives au crédit-bail Chapitre 1 - De la définition des opérations de crédit-bail Art.1.- Le crédit-bail ou leasing,

Plus en détail

Voies d exécution. Leçon 1 : Dispositions générales sur les voies d exécution. Leçon 2 : Les titres et jugements exécutoires

Voies d exécution. Leçon 1 : Dispositions générales sur les voies d exécution. Leçon 2 : Les titres et jugements exécutoires Voies d exécution Auteur(s) : Marianne Dumeige-Istin et Patricia VANNIER Présentation(s) : Marianne Dumeige-Istin : Avocat - 20 ans de pratique professionnelle domaines de prédilection : droit des affaires,

Plus en détail

ORDONNE : Article 1 er. Les livres 6 et 8 du code de commerce sont modifiés conformément aux articles 2 à 74 et 76 à 89.

ORDONNE : Article 1 er. Les livres 6 et 8 du code de commerce sont modifiés conformément aux articles 2 à 74 et 76 à 89. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de [ ] NOR : [ ] PROJET D ORDONNANCE n portant réforme de la prévention des difficultés des entreprises et des procédures collectives du LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, SUR

Plus en détail

concernant l exécution de la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite Le Grand Conseil du canton de Fribourg

concernant l exécution de la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite Le Grand Conseil du canton de Fribourg 8. Loi du mai 89 concernant l exécution de la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la loi fédérale du avril 889 sur la poursuite pour dettes

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI) 177 Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) 181 Par James Gage Faillite et restructuration 177 Selon la législation constitutionnelle

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

CONTRAT CONSTITUTIF DE GROUPEMENT

CONTRAT CONSTITUTIF DE GROUPEMENT CONTRAT CONSTITUTIF DE GROUPEMENT Les Soussignés : La société. Société à responsabilité Limitée au capital de.. dhs dont le siège social est au. Immatriculée au registre du Commerce de Casablanca sous

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 PREMIÈRES VUES... 13 I. Mécanisme... 15 II. Rôle... 18 III. Évolution... 20 PREMIÈRE PARTIE SÛRETÉS PERSONNELLES

Plus en détail

Loi de sauvegarde des entreprises et décret d application

Loi de sauvegarde des entreprises et décret d application Loi de sauvegarde des entreprises et décret d application TITRE Ier : De la prévention des difficultés des entreprises 10 CHAPITRE Ier : De la prévention des difficultés des entreprises, du mandat ad hoc

Plus en détail

La continuité des entreprises dans la pratique

La continuité des entreprises dans la pratique La continuité des entreprises dans la pratique 1 Plan de la présentation Titre 1 : dispositions générales I. Échec du concordat judiciaire II. La prévention III. L'accord amiable (sans procédure) IV. La

Plus en détail

Il est impératif de vous munir d'une pièce d'identité lors du dépôt de la demande au greffe.

Il est impératif de vous munir d'une pièce d'identité lors du dépôt de la demande au greffe. DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou DE LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénommée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE

LA PRIME. Date FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE Date 2009 FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCÉDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ? LA PRIME La procédure de sauvegarde

Plus en détail

Docteur François KOMOIN, Président du Tribunal ; Messieurs KACOU Bredoumou Florent, Jean Louis MENUDIER, FOLOU IGNACE et Jacob AMEMATEKPO, Assesseurs,

Docteur François KOMOIN, Président du Tribunal ; Messieurs KACOU Bredoumou Florent, Jean Louis MENUDIER, FOLOU IGNACE et Jacob AMEMATEKPO, Assesseurs, KF/AE REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE ------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN --------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN --------------- RG N 1018/13 ------------- JUGEMENT CONTRADICTOIRE du 12 /12/2013

Plus en détail

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE

L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES NOTE DE SYNTHESE L INSOLVABILITE DES ENTREPRISES GRANDS TRAITS DU DROIT DE LA FAILLITE EN ESPAGNE, SUEDE, POLOGNE, HONGRIE, LITUANIE NOTE DE SYNTHESE L étude porte sur cinq pays où des réformes du droit des procédures

Plus en détail

DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES. 1. Fonctions des procédures collectives :

DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES. 1. Fonctions des procédures collectives : DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES 1. Fonctions des procédures collectives : 1) Quelles étaient les finalités traditionnelles des procédures collectives? En droit civil, lors de procédures collectives

Plus en détail

LOGO. BENNANI Mohammed. Réalisé par: Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan

LOGO. BENNANI Mohammed. Réalisé par: Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan Réalisé par: BENNANI Mohammed Sous l encadrement de M. LARHZAL Redouan Introduction LOGO Notion et les éléments du fonds de commerce La vente du FdC L apport du FdC Le nantissement du FdC Le contrat de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2005-1677 du 28 décembre 2005 pris en application de la loi n o 2005-845 du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises

Plus en détail

Le droit à l exécution du créancier

Le droit à l exécution du créancier Le droit à l exécution du créancier INTRODUCTION Le droit des voies d exécution, ou des procédures civiles d exécution, regroupe l ensemble des procédés légaux coercitifs auxquels un créancier peut avoir

Plus en détail

5 ème Journée de la Prévention. Conciliation/sauvegarde/redressement judiciaire : Une boîte à outils pour plusieurs acteurs

5 ème Journée de la Prévention. Conciliation/sauvegarde/redressement judiciaire : Une boîte à outils pour plusieurs acteurs 5 ème Journée de la Prévention Conciliation/sauvegarde/redressement judiciaire : Une boîte à outils pour plusieurs acteurs 12 novembre 2013 Table ronde animée par William Nahum Intervenants: Olivier Bafunno,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES 1 Introduction au droit des contrats... 1 I. La notion d obligation... 1 A. Les caractères de l obligation... 1 B. Les sources des obligations... 2 C. La typologie des obligations...

Plus en détail

Comores Décret relatif aux marques

Comores Décret relatif aux marques Comores Décret relatif aux marques Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 [NB - Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 portant application de la loi du 31 décembre 1964 sur les marques de fabrique, de commerce

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE

DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE Votre dossier doit être déposé par vous-même au Greffe ou par un avocat ou un mandataire muni d un pouvoir. Un dossier reçu par voie postale n est pas

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le traitement des difficultés des associations (Dossier réalisé par Christophe Callet, Deloitte - In Extenso Juillet 2012) Plus les difficultés de l association sont anticipées,

Plus en détail

Note de présentation du projet de loi relative au nantissement des marchés publics

Note de présentation du projet de loi relative au nantissement des marchés publics ROYAUME DU MAROC TRESORERIE GENERALE DU ROYAUME Note de présentation du projet de loi relative au nantissement des marchés publics Dans le cadre de la poursuite de la rénovation et de la modernisation

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES 23/07/2012 Tout dirigeant d entreprise en état de cessation de paiement doit en principe dans les 45 jours déposer son bilan auprès de la Chambre Commerciale du

Plus en détail

RÔLE ET RESPONSABILITE DU JUGE ET DES AUTRES ORGANES INTERVENANT DANS LES PROCEDURES COLLECTIVES

RÔLE ET RESPONSABILITE DU JUGE ET DES AUTRES ORGANES INTERVENANT DANS LES PROCEDURES COLLECTIVES ECOLE REGIONALE SUPERIEURE DE LA MAGISTRATURE (ERSUMA-BENIN) Session de formation transversale des magistrats, avocats et experts comptables 08-11 juillet 2013 à Porto-Novo RÔLE ET RESPONSABILITE DU JUGE

Plus en détail

LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES LOI N 99/014 DU 22 DECEMBRE 1999 REGISSANT LES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES L assemblée nationale a délibéré et adopté, le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit : CHAPITRE

Plus en détail

Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension.

Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension. Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension. Bourse de Casablanca Sommaire CHAPITRE PREMIER- DISPOSITIONS GENERALES...3 CHAPITRE II - DES MODALITES DE CONCLUSION DES OPERATIONS DE PENSION...3 CHAPITRE

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

ACTE UNIFORME PORTANT ORGANISATION DES PROCEDURES COLLECTIVES D APUREMENT DU PASSIF

ACTE UNIFORME PORTANT ORGANISATION DES PROCEDURES COLLECTIVES D APUREMENT DU PASSIF ACTE UNIFORME PORTANT ORGANISATION DES PROCEDURES COLLECTIVES D APUREMENT DU PASSIF 2 PROCEDURES COLLECTIVES D APUREMENT DU PASSIF S O M M A I R E Articles TITRE PRELIMINAIRE 1à 4 T I T R E I RÈGLEMENT

Plus en détail

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce.

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce. Thème N 4 LES VOIES D EXECUTION VERONE Les voies d exécution sont régies en France par la loi du 9 juillet 1991 portant réforme des procédures civiles d exécution et du décret du 18 décembre 1992. Rares

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie d un crédit acheteur - DGP 507 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet de la garantie 5 Article

Plus en détail

LE NANTISSEMENT DU FONDS DE COMMERCE

LE NANTISSEMENT DU FONDS DE COMMERCE LE NANTISSEMENT DU FONDS DE COMMERCE Le fonds de commerce est un bien meuble constitué de la réunion d»éléments corporels et incorporels dont la valeur économique est susceptible de représenter une garantie

Plus en détail

FORUM DES CHEFS D ENTREPRISES ATELIER SUR LE DROIT DE L ENTREPRISE «POUR UNE RÉFORME DU DROIT DE L ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ»

FORUM DES CHEFS D ENTREPRISES ATELIER SUR LE DROIT DE L ENTREPRISE «POUR UNE RÉFORME DU DROIT DE L ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ» FORUM DES CHEFS D ENTREPRISES ATELIER SUR LE DROIT DE L ENTREPRISE Alger, 19 octobre 2015 «POUR UNE RÉFORME DU DROIT DE L ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ» Djamel Eddine LAKEHAL Avocat 1 NOTION DE DROIT DE L ENTREPRISE

Plus en détail

L ACTE UNIFORME OHADA PORTANT ORGANISATION DES PROCEDURES COLLECTIVES

L ACTE UNIFORME OHADA PORTANT ORGANISATION DES PROCEDURES COLLECTIVES L ACTE UNIFORME OHADA PORTANT ORGANISATION DES PROCEDURES COLLECTIVES Support de formation préparé par le Pr KALIEU ELONGO Yvette Rachel agrégé des Facultés de droit, enseignant- chercheur/ formateur en

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières

Textes de référence : Table des matières LE TRAITEMENT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTE AU JAPON Textes de référence :! la loi du 25 avril 1922 sur la faillite,! la loi du 25 avril 1922 sur le concordat,! les articles 381 à 403 et les articles 431

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

Ordonnance de la Commission fédérale des banques sur la faillite de banques et de négociants en valeurs mobilières

Ordonnance de la Commission fédérale des banques sur la faillite de banques et de négociants en valeurs mobilières Ordonnance de la Commission fédérale des banques sur la faillite de banques et de négociants en valeurs mobilières (Ordonnance sur la faillite bancaire, OFB) du 30 juin 2005 La Commission fédérale des

Plus en détail

C O U R D A P P E L D E LYON P A R Q U E T G E N E R A L

C O U R D A P P E L D E LYON P A R Q U E T G E N E R A L 1 C O U R D A P P E L D E LYON P A R Q U E T G E N E R A L Note de présentation de la loi n 2005-845 du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises portant réforme des procédures collectives et du décret

Plus en détail

ACTE UNIFORME PORTANT ORGANISATION DES PROCEDURES COLLECTIVES D'APUREMENT DU PASSIF

ACTE UNIFORME PORTANT ORGANISATION DES PROCEDURES COLLECTIVES D'APUREMENT DU PASSIF ACTE UNIFORME PORTANT ORGANISATION DES PROCEDURES COLLECTIVES D'APUREMENT DU PASSIF Le Conseil des ministres de l'organisation pour l'harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA) - Vu le Traité

Plus en détail

ordre 1 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE PREMIER CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES ET PRINCIPES Section I Définition et législation Rôle du notaire

ordre 1 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE PREMIER CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES ET PRINCIPES Section I Définition et législation Rôle du notaire ordre 1 TABLE DES MATIÈRES Inhoud.............................................................. 9 Table alphabétique.................................................... 17 Zaakregister..........................................................

Plus en détail

D)- un pouvoir spécial si le déclarant n'est pas le responsable légale de l'entreprise (Cf. modèle en annexe 7)

D)- un pouvoir spécial si le déclarant n'est pas le responsable légale de l'entreprise (Cf. modèle en annexe 7) DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou DE LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénommée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014) Conditions générales pour les prêts hypothécaires Article 1 Qualité de l emprunteur 1 L emprunteur doit être un membre de la Caisse de prévoyance de l Etat de Genève (ci-après, «la Caisse»). S il perd

Plus en détail

OHADA Acte uniforme portant organisation des procédures simplifiées de recouvrement et des voies d exécution

OHADA Acte uniforme portant organisation des procédures simplifiées de recouvrement et des voies d exécution Acte uniforme portant organisation des procédures simplifiées de recouvrement et des voies d exécution Acte adopté le 10 avril 1998 et paru au JO n 6 du 1 er juillet 1998 Index [NB - les chiffres renvoient

Plus en détail

Entreprises en Difficultés. Propositions d amendements du Livre V du Code de Commerce. Avril 2007

Entreprises en Difficultés. Propositions d amendements du Livre V du Code de Commerce. Avril 2007 Entreprises en Difficultés Propositions d amendements du Livre V du Code de Commerce Avril 2007 Cette publication a été développée pour revue par l Agence Américaine pour le Développement International

Plus en détail

N 03/2014/MFPMA REGLEMENT DE CONSULTATION RESERVE AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES

N 03/2014/MFPMA REGLEMENT DE CONSULTATION RESERVE AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES APPEL D'OFFRES OUVERT SUR OFFRE DE PRIX N 03/2014/MFPMA REGLEMENT DE CONSULTATION RESERVE AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES L ACQUISITION DE PAPETERIE ET FOURNITURES DE BUREAU POUR LE COMPTE DU MINISTERE

Plus en détail

Comores. Décret sur les dessins et modèles. Titre 1 - Formalités du dépôt

Comores. Décret sur les dessins et modèles. Titre 1 - Formalités du dépôt Comores Décret sur les dessins et modèles Décret du 26 juin 1911 [NB - Décret du 26 juin 1911 portant règlement d administration publique pour l exécution de la loi du 14 juillet 1909 sur les dessins et

Plus en détail

ACTE UNIFORME PORTANT ORGANISATION DES PROCEDURES COLLECTIVES D'APUREMENT DU PASSIF TITRE PRELIMINAIRE

ACTE UNIFORME PORTANT ORGANISATION DES PROCEDURES COLLECTIVES D'APUREMENT DU PASSIF TITRE PRELIMINAIRE ACTE UNIFORME PORTANT ORGANISATION DES PROCEDURES COLLECTIVES D'APUREMENT DU PASSIF Le Conseil des ministres de l Organisation pour l Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA) Vu le Traité

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Administrateur judiciaire Liquidateur judiciaire Mandataire judiciaire des entreprises Circulaire de la DACS n 2007-09 du 6 avril 2007 relative à l application du décret n 2006-1709 du 23 décembre 2006

Plus en détail

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante :

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante : Une clause d expertise ne pourrait-elle pas éviter aux parties le recours à l expert judiciaire lors de l état des lieux de sortie? Par Pierre Rousseaux, avocat Président SNP Charleroi 1. INTRODUCTION

Plus en détail

LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation

LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES réforme le droit applicable aux entreprises en difficulté en privilégiant la prévention et la négociation Cette loi (n 2005-845 du 26 Juillet 2005, publiée au Journal

Plus en détail

PROCEDURE DE FAILLITE

PROCEDURE DE FAILLITE PROCEDURE DE FAILLITE Prononcé de faillite Prise d inventaire Liquidation en la forme sommaire Liquidation en la forme ordinaire Suspension de la faillite faute d actif Prononcé de suspension rendu par

Plus en détail

Plan. I- Cadre juridique. II- Définition de Période d observation. III- Durée du période d observation

Plan. I- Cadre juridique. II- Définition de Période d observation. III- Durée du période d observation Plan I- Cadre juridique II- Définition de Période d observation III- Durée du période d observation IV- Le paiement des créances pendant la période d'observation I- Cadre juridique Loi n 95-34 du 7 avril

Plus en détail

Table des matières. 1 La loi sur les sûretés financières et la compensation... 7

Table des matières. 1 La loi sur les sûretés financières et la compensation... 7 Table des matières 1 La loi sur les sûretés financières et la compensation...... 7 Michèle GRÉGOIRE doyenne de la Faculté de droit de l U.L.B., avocate Vanessa DE FRANCQUEN collaboratrice scientifique

Plus en détail

Docteur KOMOIN FRANCOIS, Président du Tribunal ; Messieurs KACOU BREDOUMOU, JEAN LOUIS MENUDIER, JACOB AMEMATEKPO, WADJA EUGENE, Assesseurs ;

Docteur KOMOIN FRANCOIS, Président du Tribunal ; Messieurs KACOU BREDOUMOU, JEAN LOUIS MENUDIER, JACOB AMEMATEKPO, WADJA EUGENE, Assesseurs ; KF/KV REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE -------------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN -------------------- RG N 2155/2013 JUGEMENT CONTRADICTOIRE Du 26/12/2013 ------------ Affaire : La Société Nouvelle

Plus en détail

OHADA Acte uniforme sur le droit de l arbitrage

OHADA Acte uniforme sur le droit de l arbitrage Acte uniforme sur le droit de l arbitrage Acte adopté le 11 mars 1999 et paru au JO n 08 du 15 mai 1999 Index [NB - les chiffres renvoient aux numéros des articles] Application de l Acte uniforme : 34

Plus en détail

Mairie de Solutré-Pouilly Route de la Roche 71960 SOLUTRE-POUILLY

Mairie de Solutré-Pouilly Route de la Roche 71960 SOLUTRE-POUILLY MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Mairie de Solutré-Pouilly Route de la Roche 71960 SOLUTRE-POUILLY Tel : 03.85.35.81.90 / Fx : 03.85.35.88.07 e-mail : mairie-de-solutre-pouilly@wanadoo.fr Site internet : http://www.mairie-solutre-pouilly.fr

Plus en détail

Loi fédérale sur les banques et les caisses d épargne

Loi fédérale sur les banques et les caisses d épargne Loi fédérale sur les banques et les caisses d épargne (Loi sur les banques, LB) Modification du 3 octobre 2003 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 20 novembre

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Remerciements... 9 Préface... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Introduction... 19

TABLE DES MATIÈRES. Remerciements... 9 Préface... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Introduction... 19 TABLE DES MATIÈRES Remerciements... 9 Préface... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Introduction... 19 PREMIÈRE PARTIE L IMPLICATION CONSACRÉE Titre I - L implication fondée sur

Plus en détail

LES SUCCESSIONS VACANTES

LES SUCCESSIONS VACANTES Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LES SUCCESSIONS VACANTES Textes Loi du 23 juin 2006 Articles 809 à 810-12 du Code civil Articles 1342 à 1353 du Code de procédure civile SOMMAIRE 1. L OUVERTURE

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MME et MM. les Directeurs Date : des Caisses Régionales d'assurance Maladie 10/06/97 MM. les Directeurs

Plus en détail

COUR DES COMPTES -------- PREMIERE CHAMBRE -------- PREMIERE SECTION -------- Arrêt n 51996 RECEVEURS DES IMPOTS DE L HERAULT

COUR DES COMPTES -------- PREMIERE CHAMBRE -------- PREMIERE SECTION -------- Arrêt n 51996 RECEVEURS DES IMPOTS DE L HERAULT COUR DES COMPTES PREMIERE CHAMBRE PREMIERE SECTION Arrêt n 51996 RECEVEURS DES IMPOTS DE L HERAULT Exercices 2000 à 2003 (suites) Rapport n 2008-11-0 Audience publique du 14 mai 2008 Dispositions définitives

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Adjudication Expropriation forcée Immeuble Procédure collective Procédures civiles d exécution Saisie immobilière Circulaire de la DACS n o 03-09 C3 du 20 mars 2009 relative à la présentation des dispositions

Plus en détail