Cas groupés d hépatite A. en août et octobre 2012

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cas groupés d hépatite A. en août et octobre 2012"

Transcription

1 Cas groupés d hépatite A d origine alimentaire en Sarthe en août et octobre 2012 Dr Élisabeth Nuiaouët (Cvags - ARS des Pays de la Loire) Dr Ronan Ollivier (InVS - Cire des Pays de la Loire) Journée régionale de veille sanitaire des Pays de la Loire - Nantes, le 5 décembre 2013

2 Evaluation des signaux Mesures de gestion

3 Gestion des déclarations d hépatite A Pour chaque cas déclaré, la CVAGS mène systématiquement les actions suivantes : - validation du cas avec le médecin déclarant (IgM, signes cliniques) complétée d une enquête auprès du malade ou sa famille afin de préciser la date de début des signes, une éventuelle source de contamination et l existence ou non d autres cas dans l entourage (recherche de cas groupés) - préconisation des mesures de prévention pour limiter les cas secondaires : éviction scolaire ou du milieu professionnel, renforcement des règles d hygiène, vaccination ciblée de l entourage ou de la communauté de vie (selon avis HCSP)

4 Cas groupés liés au restaurant (Identification) La CVAGS constate une recrudescence de cas d hépatite A à partir du 13 août en Sarthe Le 21 août, déclaration d un cas apprenti cuisinier dans un restaurant, et rapprochement avec un cas de juillet cuisinier aussi Le 22 août, confirmation qu il s agit du même restaurant, et déclarations de 3 autres cas chez des clients et un autre professionnel du restaurant

5 Cas groupés liés au restaurant (Enquête complémentaire) Le 22 août, - information de la responsable du département VSS et DGARS - saisine de la DDPP sur les conditions d hygiène du restaurant - saisine de la CIRE pour investigation épidémiologique - demande aux LABM d envoi des sérums positifs au CNR pour génotypage des souches Le 23 août, - information du préfet - inspection du restaurant par la DDPP : non-conformités - analyse des cas par la CVAGS : les professionnels ont travaillé pendant la phase de contagiosité (retard au diagnostic, arrêt de travail absent ou insuffisant) -contact du médecin du travail sur le suivi médical des salariés

6 Cas groupés liés au restaurant (Mesures de gestion) Le 24 août, - concertation téléphonique ARS/DDPP/CIRE : risque de contamination VHA en fréquentant le restaurant -arrêté préfectoral de fermeture du restaurant préparé par DDPP et ARS, remis le jour même au gérant, réouverture soumise à travaux prescrits. nettoyage-désinfection, mise en place d un dispositif de lavage hygiénique des mains et d une procédure de lavage des mains. élimination des denrées potentiellement contaminantes. éviction des agents contagieux et visite médicale du travail pour tout nouveau salarié -protocole de désinfection prévu dans l arrêté, écrit et envoyé par la CVAGS au gérant par mail précédé d une explication téléphonique

7 Cas groupés liés au restaurant Le 29 août, -Visite de contrôle conjointe DDPP-médecin CVAGS + avis MIRTMO avant réouverture du restaurant. respect du protocole de désinfection. mise en place d un dispositif de lavage hygiénique des mains et d une procédure de lavage des mains. éviction des agents contagieux et immunisation des nouveaux salariés vérifiées par le médecin du travail Le 30 août, - Arrêté de préfectoral autorisant la réouverture du restaurant

8 Cas groupés liés au restaurant Renforcement de la surveillance, recherche active de cas - interrogation de tous les cas déclarés entre juillet et août sur la prise de repas dans le restaurant - information de l ADOPS, du SAMU 72 le 24 août - courrier d information aux LABM de la Sarthe le 28 août, à 225 médecins généralistes (périmètre géographique des cas) le 29 août - information des autres ARS et du CORRUSS le 30 août - information sur le site internet Réseau Genre et Sexualité 72 en direction des homosexuels le 19 septembre

9 Cas groupés liés au restaurant Communication - dès le 24 août, question posée au sein de l ARS : décision de ne pas faire d emblée une communication de masse, mais une communication ciblée vers les professionnels de santé - le 5 septembre, communiqué de presse de l ARS sur la recrudescence des cas liée à la fréquentation d un restaurant

10 Cas groupés suite à une fête familiale (Identification) Mi-octobre, la CVAGS recevait une quinzaine de signalements de cas d hépatite A de personnes domiciliées en Sarthe Tous les malades ont participé un mois plus tôt à une fête familiale autour de 3 repas le week-end du 15 et 16 septembre Un cas d hépatite A mentionné dans l entourage des malades était un des organisateurs de la fête = cas index déclaré à la CVAGS le 3 octobre : prélèvement IgM VHA positif le 2 octobre, ictère le 28 septembre, fièvre le 26 septembre (début des signes cliniques après la fête)

11 Cas groupés suite à une fête familiale (Enquête complémentaire) Saisine de la CIRE pour investigation épidémiologique Confirmation virologique par les LABM et le CNR Enquête environnementale : analyse de l eau du forage utilisée pour les préparations culinaires Habituelles autour des cas : (Mesures de gestion) Information des médecins traitants et des médecins scolaires Messages sur les mesures d hygiène et les recommandations vaccinales pour les personnes vivant avec le cas

12 Conclusion Mesures de contrôle mises en place rapidement, dès l identification des cas groupés Résultats positifs - Aucun cas lié à une prise de repas au restaurant après sa fermeture - Aucun cas secondaire aux cas primaires de ces 2 foyers de cas groupés

13 Investigations 13

14 Nombre de DO hépatite A Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre 0 Restaurant Fête familiale Non alimentaire Répartition temporelle des DO hépatite A en 2012 dans les Pays de la Loire Un des objectifs de la surveillance des hépatites A est de mettre en évidence des foyers de cas groupés ou épidémies au niveau départemental

15 Répartition géographique des DO en 2012 dans les Pays de la Loire 15

16 Méthodes Hypothèses : source commune Aliment contaminé suite à préparation par une personne contagieuse (les deux épidémies) Fréquentation des toilettes (les deux épidémies) Utilisation de l eau d un puits (Fête familiale) Définition de cas Basée sur la déclaration obligatoire présence d IgM anti-vha DO de clients du restaurant au cours des deux premières semaine d août DO de personnes ayant participé à la fête familiale Schéma d étude Restaurant : étude cas-témoins avec appariement (convives du repas) Fête familiale : cohorte rétrospective (TIAC) 16

17 Résultats : Épidémiologie descriptive Foyer de cas groupés lié au restaurant Foyer de cas groupés lors de la fête familiale Deux premières semaines de juillet Cas index : le cuisinier 4 membres du personnel malades 5 clients malades qui ont participé à 4 repas avec douze convives non malades WE du 15 et 16 septembre Cas index : l organisateur 56 convives 45 répondants (80%) 20 cas certains + 1 cas possible en lien Repas incriminé : dimanche 16 septembre au moment de midi 17

18 Résultats : Courbes épidémiques Foyer de cas groupés lié au restaurant Foyer de cas groupé lors de la fête familiale Nombre de cas 11 Médiane d'incubation (30 jours) Cas certain 10 Cas clinique Période de contagiosité (15 jours) Repas de fête (15 et 16/09) 1 S. 36 S. 37 S. 38 S. 39 S. 40 S. 41 S. 42 S. 43 S. 44 S. 45 Septembre Octobre 18

19 Résultats : Épidémiologie analytique Foyer de cas groupés lié au restaurant Pas de mise en évidence de facteurs de risque Faible effectif Les plats à base de foie gras ne ressortaient pas Conditions de préparation non optimum La fréquentation des toilettes non plus Toilettes commune au personnel et aux clients Foyer de cas groupés lors de la fête familiale Deux plats préparés pour le repas de midi le dimanche sont ressortis : Salade composée pâtes, surimi, tomates RRa=2,2 ; IC95% [1,1 4,4] ; p=0,017 Pain de courgettes RRa=2 ; IC95% [1,1 3,7] ; p=0,027 La fréquentation des toilettes n est pas ressortie L eau de forage n est pas apparue comme à risque 19

20 Résultats : Virologie (CNR) Envoi des prélèvements au CNR par les LABM Restaurant : 9 / 10 dont la cas index Fête familiale : 18 / 21 dont le cas index Souche commune pour les deux épidémies de génotype IA d introduction récente sur le territoire français 20

21 Conclusion Les deux épidémies correspondaient à des toxiinfections alimentaires collectives (TIAC) Consommation d aliments manipulés par des personnes en phase de contagiosité Il ne s agissait pas d aliments directement contaminés trouvés dans le commerce Dans le restaurant le taux d attaque a été faible (6,7 / 1000 repas servis) Pour la fête familiale taux d attaque très élevé avec un risque attribuable à 84% pour la consommation de salade composée ou du pain de courgette 21

La gestion d une épidémie de rougeole dans le département de l Allier: rôle d une infirmière de santé publique

La gestion d une épidémie de rougeole dans le département de l Allier: rôle d une infirmière de santé publique La gestion d une épidémie de rougeole dans le département de l Allier: rôle d une infirmière de santé publique Mongeat A, Delettre D, Beaufrère M-C, Schikowski D, Beytout J La rougeole est une maladie

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

Cas groupés de gastro-entérites lors d un voyage scolaire

Cas groupés de gastro-entérites lors d un voyage scolaire Cas groupés de gastro-entérites lors d un voyage scolaire JRVS Midi-Pyrénées - 14 juin 2012 L Couleau 1 ; Maud Ginsbourger 1-2 ; N Sauthier 1 ; P Fabre 3 ;V Schwoebel 1 1. Cellule de l Institut de Veille

Plus en détail

Personnel enseignant. Gestion de la suppléance, des remplacements, des absences et des retards

Personnel enseignant. Gestion de la suppléance, des remplacements, des absences et des retards Personnel enseignant Gestion de la suppléance, des remplacements, des absences et des retards FÉVRIER 2015 1. Introduction Ce texte précise les modalités d application de la Politique de suppléance du

Plus en détail

Démarche de Soins Infirmiers

Démarche de Soins Infirmiers Démarche de Soins Infirmiers La reconnaissance de l infirmière dans son rôle propre. Sommaire Rappel historique Qui est concerné par la Démarche de Soins Infirmiers? Comment se met-elle en place? Comment

Plus en détail

Le réseau SEGA Océan Indien, un dispositif pour la réduction des risques liés aux maladies émergentes et épidémiques

Le réseau SEGA Océan Indien, un dispositif pour la réduction des risques liés aux maladies émergentes et épidémiques Le réseau SEGA Océan Indien, un dispositif pour la réduction des risques liés aux maladies émergentes et épidémiques 1 Introduction Les réseaux transfrontaliers de veille sanitaire pourraient contribuer

Plus en détail

Les mesures sociales de la loi MACRON

Les mesures sociales de la loi MACRON Les mesures sociales de la loi MACRON La loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques dite Loi MACRON a été promulguée le 6 août 2015. 1-La facilitation du travail du dimanche

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR «RESTAURATION SCOLAIRE DES ECOLES PRIMAIRES»

REGLEMENT INTERIEUR «RESTAURATION SCOLAIRE DES ECOLES PRIMAIRES» REGLEMENT INTERIEUR «RESTAURATION SCOLAIRE DES ECOLES PRIMAIRES» Article 1 Conditions générales Le présent règlement concerne les modalités de fonctionnement et d accueil des enfants du «restaurant scolaire

Plus en détail

1. L enseignement primaire

1. L enseignement primaire 1. L enseignement primaire Dans les établissements du primaire, les enfants sont répartis en huit classe qui vont de la classe des Junior Infants (dès 4 ans) à la Sixth Class (12 ans). Les objectifs généraux

Plus en détail

Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011

Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011 Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011 Dr Rafenoharisoa Marie Brigitte Direction de la veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique Stagiaire FETP - OI

Plus en détail

Enquête de satisfaction 2015

Enquête de satisfaction 2015 Dans le cadre de sa démarche qualité, la société SADP met en place une enquête de satisfaction chaque année depuis 2012. Elle permet aux usagers de donner leur avis sur l organisation et la qualité de

Plus en détail

REGLEMENT DE LIQUIDATION PARTIELLE

REGLEMENT DE LIQUIDATION PARTIELLE REGLEMENT DE LIQUIDATION PARTIELLE Etat au 1 er juin 2009 REVOR Fondation collective Règlement de liquidation partielle Tables des matières A. Dispositions pour la liquidation partielle seulement au niveau

Plus en détail

«année de référence» : période s étalant du premier avril d une année au 31 mars de l année suivante;

«année de référence» : période s étalant du premier avril d une année au 31 mars de l année suivante; RÈGLEMENT SUR LES EFFECTIFS, LES NORMES ET BARÈMES DE RÉMUNÉRATION, LES AVANTAGES SOCIAUX ET LES AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution

Plus en détail

2 ème mission : garantir à l enfant sa sécurité physique et psychoaffective.

2 ème mission : garantir à l enfant sa sécurité physique et psychoaffective. L association Familles Rurales s est fixé l objectif de développer la qualité des accueils périscolaires proposés aux enfants et aux familles sur la commune d Yzernay. Ces accueils sont pour les enfants

Plus en détail

Description de la préparation et de la mise en œuvre de l intervention

Description de la préparation et de la mise en œuvre de l intervention Fiche-intervention «prévention du gaspillage alimentaire» Accompagnement d un EHPAD dans son projet de réduction du gaspillage alimentaire Organismes rédacteur de la fiche intervention CREPAQ 3, rue TAUZIA,

Plus en détail

/ Classification action : / Constats : BONNE PRATIQUE : COMMUNIQUER / SENSIBILISER PACKAGE : II EFFICIENCE : 27% MESURE D ACCOMPAGNEMENT COMMUNICATION

/ Classification action : / Constats : BONNE PRATIQUE : COMMUNIQUER / SENSIBILISER PACKAGE : II EFFICIENCE : 27% MESURE D ACCOMPAGNEMENT COMMUNICATION / Classification action : DOMAINE(S) D ACTION APPROVISIONNEMENT PRÉPARATION DISTRIBUTION MESURE D ACCOMPAGNEMENT COMMUNICATION BONNE PRATIQUE : COMMUNIQUER / SENSIBILISER PACKAGE : II EFFICIENCE : 27%

Plus en détail

Stratégie de surveillance et de lutte contre la PPR au Maroc

Stratégie de surveillance et de lutte contre la PPR au Maroc ROYAUME DU MAROC Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaire Direction des services vétérinaires Stratégie de surveillance et de lutte contre la PPR au Maroc La Peste des Petits Ruminants

Plus en détail

ORGANISATION DE MANIFESTATIONS ET DE GRANDS RASSEMBLEMENTS

ORGANISATION DE MANIFESTATIONS ET DE GRANDS RASSEMBLEMENTS 29 avril 2015 PRÉFET DU GERS ORGANISATION DE MANIFESTATIONS ET DE GRANDS RASSEMBLEMENTS DÉFINITIONS «Manifestation» : rassemblement de personnes sur la voie publique. Toute manifestation est soumise à

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 20 DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS 1. La direction d école ou la direction nouvellement nommée s entend : a) d une direction qualifiée sans expérience dans ce poste au sein

Plus en détail

Mettre en œuvre la nouvelle réglementation Installations existantes d ANC

Mettre en œuvre la nouvelle réglementation Installations existantes d ANC Mettre en œuvre la nouvelle réglementation Installations existantes d ANC 1- Rappel des principaux objectifs réglementaires Prioriser l action au regard des bénéfices pour la santé et l environnement remise

Plus en détail

Réévaluation du dispositif français de prévention de l ESB Etat d avancement au 13 novembre 2000 (Saisine du 2 novembre 1999)

Réévaluation du dispositif français de prévention de l ESB Etat d avancement au 13 novembre 2000 (Saisine du 2 novembre 1999) Réévaluation du dispositif français de prévention de l ESB Etat d avancement au 13 novembre 2000 (Saisine du 2 novembre 1999) Dans le cadre de la réévaluation du dispositif français de prévention à l égard

Plus en détail

Les outils de gestion des difficultés : Le licenciement collectif pour motif économique

Les outils de gestion des difficultés : Le licenciement collectif pour motif économique Les outils de gestion des difficultés : Le licenciement collectif pour motif économique 1) Définition du licenciement pour motif économique Prévu par l article L1233-3 du Code du travail, le licenciement

Plus en détail

Rougeole au C.H.U. de Reims en 2008. statuts immunitaires des soignants. Épidémie hospitalo-communautaire de rougeole au CHU de Reims

Rougeole au C.H.U. de Reims en 2008. statuts immunitaires des soignants. Épidémie hospitalo-communautaire de rougeole au CHU de Reims Épidémie hospitalo-communautaire de rougeole au CHU de Reims janvier-mars 2008 Rougeole au C.H.U. de Reims en 2008 statuts immunitaires des soignants Documentation par le CHU : services de soins, unité

Plus en détail

Surveillance des foyers de gastroentérites aigües (Gea) en collectivité de personnes âgées, région Bourgogne

Surveillance des foyers de gastroentérites aigües (Gea) en collectivité de personnes âgées, région Bourgogne Surveillance des foyers de gastroentérites aigües (Gea) en collectivité de personnes âgées, région Bourgogne Saison hivernale 2013-14 Journée régionale des Correspondants en Hygiène des Etablissements

Plus en détail

Fiche thématique n 2 : Les dons alimentaires

Fiche thématique n 2 : Les dons alimentaires Fiche thématique n 2 : Les dons alimentaires Durée recommandée : sur le long terme Difficulté : Matériel : -1 volonté de l établissement ; -1 liste des denrées données ; -1 thermomètre ; -1 convention

Plus en détail

Préfecture de la Gironde

Préfecture de la Gironde Protocole relatif au fonctionnement des établissements conchylicoles en période de crise phyco-toxinique permettant la vente de coquillages mis en stockage protégé ou issus de zones non concernées. Préfecture

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL FOYER D HÉBERGEMENT

LIVRET D ACCUEIL FOYER D HÉBERGEMENT LIVRET D ACCUEIL FOYER D HÉBERGEMENT Ce livret d accueil appartient à : NOM... Prénom... PRÉSENTATION DE L ASSOCIATION L association Thierry Albouy a été créée le 17 octobre 1972. Elle a pour objectif

Plus en détail

Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session. Désignation d un groupe de prospection régional

Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session. Désignation d un groupe de prospection régional Comité régional de l Europe Cinquante-huitième session Tbilissi (Géorgie), 15-18 septembre 2008 Point 9 d) de l ordre du jour provisoire EUR/RC58/Inf.Doc./2 28 juillet 2008 80849 ORIGINAL : ANGLAIS Désignation

Plus en détail

Objet : collation matinale à l école.

Objet : collation matinale à l école. Paris le 25 mars 2004 Direction de l enseignement scolaire Service des établissements Sous-direction des établissements et de la vie scolaire Bureau de l action sanitaire et sociale et de la prévention

Plus en détail

Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention

Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr R4 Accompagnement des établissements scolaires vers des actions de prévention Pour rappel, les collèges sont de la compétence des conseils généraux,

Plus en détail

RYTHMES SCOLAIRES COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE PARTENARIAL

RYTHMES SCOLAIRES COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE PARTENARIAL RYTHMES SCOLAIRES COMPTE RENDU DE LA REUNION DU GROUPE PARTENARIAL Date : Jeudi 30 Mai 2013, Salle du Conseil de l Hôtel de Ville Participants : annexe 1 Déroulement de la réunion 1. Accueil par Monsieur

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 13 mars 2015 Adopté Rédiger ainsi cet article : SANTÉ - (N 2302) AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 27 N o AS970 «I. Le code de la santé publique est ainsi modifié

Plus en détail

2 Au-delà de cette dimension interne, l orientation de la gestion vers les résultats vise à mieux éclairer les décisions de politiques publiques en fournissant des informations pertinentes sur les coûts

Plus en détail

REGLEMENT ECOLE ANDRE PLAGNIOL CANTINE - NOUVELLES ACTIVITES PERISCOLAIRES (NAP) - GARDERIE Année scolaire 2014-2015

REGLEMENT ECOLE ANDRE PLAGNIOL CANTINE - NOUVELLES ACTIVITES PERISCOLAIRES (NAP) - GARDERIE Année scolaire 2014-2015 REGLEMENT ECOLE ANDRE PLAGNIOL CANTINE - NOUVELLES ACTIVITES PERISCOLAIRES (NAP) - GARDERIE Année scolaire 2014-2015 Cantine Garderie Nouvelles Activités Périscolaires Objet La garderie périscolaire, la

Plus en détail

Appel à projets du Conseil Départemental de l Ariège Salon de l agriculture du 27 février au 6 mars 2016, stand du Conseil Départemental de l Ariège

Appel à projets du Conseil Départemental de l Ariège Salon de l agriculture du 27 février au 6 mars 2016, stand du Conseil Départemental de l Ariège Appel à projets du Conseil Départemental de l Ariège Salon de l agriculture du 27 février au 6 mars 2016, stand du Conseil Départemental de l Ariège «Salon International de l Agriculture de Paris : producteurs/transformateurs

Plus en détail

Service Stages et Orientation Professionnelle S.O.P. Briefing avant départ stage long et court. Aile VICAT 3ème étage. SOP briefing SL/SC 05/14

Service Stages et Orientation Professionnelle S.O.P. Briefing avant départ stage long et court. Aile VICAT 3ème étage. SOP briefing SL/SC 05/14 Service Stages et Orientation Professionnelle S.O.P Briefing avant départ stage long et court Aile VICAT 3ème étage La Recherche de Stage Rappel stratégie - Réseau (personnel et anciens diplômés) - Dépôt

Plus en détail

RÈGLEMENT DE SERVICE RELATIF À LA RESTAURATION DANS LES ÉCOLES ET LES ACCUEILS DE LOISIRS DE LA VILLE DE NOISY-LE-GRAND

RÈGLEMENT DE SERVICE RELATIF À LA RESTAURATION DANS LES ÉCOLES ET LES ACCUEILS DE LOISIRS DE LA VILLE DE NOISY-LE-GRAND RÈGLEMENT DE SERVICE RELATIF À LA RESTAURATION DANS LES ÉCOLES ET LES ACCUEILS DE LOISIRS DE LA VILLE DE NOISY-LE-GRAND Approuvé en Conseil municipal le 10 juillet 2014 CHAPITRE PREMIER : DISPOSITIONS

Plus en détail

MODELE DE CONVENTION RELATIVE A LA SURVEILLANCE MEDICALE DES PERSONNELS DES ETABLISSEMENTS DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ENTRE

MODELE DE CONVENTION RELATIVE A LA SURVEILLANCE MEDICALE DES PERSONNELS DES ETABLISSEMENTS DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ENTRE MODELE DE CONVENTION RELATIVE A LA SURVEILLANCE MEDICALE DES PERSONNELS DES ETABLISSEMENTS DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ENTRE Le mandant : Intitulé de l établissement... Adresse... Représenté

Plus en détail

Accord-cadre européen sur le télétravail dans le commerce

Accord-cadre européen sur le télétravail dans le commerce $11(;( Accord-cadre européen sur le télétravail dans le commerce 1. Les partenaires sociaux européens du commerce, EuroCommerce et Uni- Europa Commerce, s engagent à développer un cadre européen pour la

Plus en détail

Le virus de l hépatite A (VHA)

Le virus de l hépatite A (VHA) Hépatite A Le virus de l hépatite A (VHA) Picornaviridae, genre Hepatovirus seul représentant, ubiquitaire. 6 génotypes (I à VI) ont été décrits les génotypes I, II et III correspondent aux isolats humains,

Plus en détail

Guide pratique Répercussion Gazole

Guide pratique Répercussion Gazole Guide pratique Répercussion Gazole Introduction Dans le transport routier, la répercussion de la hausse du gazole dans les prix ne se fait habituellement que tardivement et partiellement. Elle arrive avec

Plus en détail

Intervention URIOPSS 19.05.2011

Intervention URIOPSS 19.05.2011 Intervention URIOPSS 19.05.2011 1 2 Le deuxième schéma de l accueil de la petite enfance 29 juillet 2004 : Premier schéma adopté conjointement par la CAF et le Conseil général 11 avril 2005 : signature

Plus en détail

Le comité de gestion de Rhône Alpes Bois Bûche

Le comité de gestion de Rhône Alpes Bois Bûche Règlement intérieur de gestion de la marque «Rhône Alpes Bois Bûche : des entreprises rhônalpines qui s engagent» (à usage interne pour le comité de gestion régional et pour les ayants droit) I. Introduction

Plus en détail

Recommandations. pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire

Recommandations. pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire Recommandations pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire La loi relative au renforcement de la veille sanitaire et du contrôle de la sécurité sanitaire des produits destinés à l homme

Plus en détail

DECLARATION 03/07/2016. AU 23 Crédit Agricole : octroi de crédit aux professionnels

DECLARATION 03/07/2016. AU 23 Crédit Agricole : octroi de crédit aux professionnels DECLARATION 03/07/2016 AU 23 Crédit Agricole : octroi de crédit aux professionnels CRÉDIT AGRICOLE : OCTROI DE CRÉDIT AUX PROFESSIONNELS (Déclaration N 23 ) L autorisation unique n 23 adapte sur quelques

Plus en détail

C est dans cette optique qu elle formule les observations suivantes :

C est dans cette optique qu elle formule les observations suivantes : Mars 2013 POSITION DE LA CGPME SUR LE PROJET DE LOI RELATIF A LA SÉCURISATION DE L EMPLOI DEPOSÉ SUR LE BUREAU DE L ASSEMBLÉE NATIONALE, NOTAMMENT SOUS L ANGLE DE LA CORRESPONDANCE AVEC L ACCORD NATIONAL

Plus en détail

Délibération n 2007-306 du 26 novembre 2007

Délibération n 2007-306 du 26 novembre 2007 Délibération n 2007-306 du 26 novembre 2007 Accès à l emploi privé- Offre d emploi Mention du nombre d années d expérience professionnelle - Candidature rejetée Motif : pas assez «junior» - «senior» «trop

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Arrêté du 24 janvier 2008 fixant les conditions d agrément des centres de collecte de sperme d équidés NOR : AGRG0802056A

Plus en détail

VILLE DE SAINT-ETIENNE-LES REMIREMONT

VILLE DE SAINT-ETIENNE-LES REMIREMONT VILLE DE SAINT-ETIENNE-LES REMIREMONT Service scolaire et périscolaire Dossier suivi par : Aline JACQUEL Date : 28/05/2015 ACCUEIL PERISCOLAIRE ET DE LOISIRS ANNEE SCOLAIRE 2015-2016 FONCTIONNEMENT DES

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES 1 DEPARTEMENT DE L ESSONNE REPUBLIQUE FRANCAISE Mairie de Leudeville CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES OBJET DU MARCHE : Le marché régi par le présent Cahier des Clauses Techniques Particulières

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsables des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

-=-=-=-=-=- ARTICLE 2 INSCRIPTIONS AUX ACTIVITES PERISCOLAIRES

-=-=-=-=-=- ARTICLE 2 INSCRIPTIONS AUX ACTIVITES PERISCOLAIRES Règlement intérieur de la restauration scolaire et des activités péri et extra scolaires de la ville de Gardanne -=-=-=-=-=- ARTICLE 1 OBJET DU REGLEMENT Le présent règlement a pour objet de préciser les

Plus en détail

Calcul des effectifs pour déterminer la composition des instances paritaires

Calcul des effectifs pour déterminer la composition des instances paritaires PREALABLES Elections professionnelles 2014 - CALENDRIER DES ELECTORALES Au 1 er janvier 2014 Avant le 15 janvier 2014 «dans les plus brefs délais» Calcul des effectifs pour déterminer la composition des

Plus en détail

Bien-être au travail : comment implémenter concrètement une démarche QVT? Quelles sont les conditions de succès?

Bien-être au travail : comment implémenter concrètement une démarche QVT? Quelles sont les conditions de succès? Bien-être au travail : comment implémenter concrètement une démarche QVT? Quelles sont les conditions de succès? Cycle Innovation & Connaissance 81 petit déjeuner Stéphanie CHASSERIO, Professeure SKEMA

Plus en détail

Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire

Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire Dossier de presse Mercredi 22 juillet 2009 Contact presse : Service de presse de Roselyne Bachelot-Narquin

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE Décembre 2002 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»...

Plus en détail

DELIBERATION N 2011-10 DU 17 JANVIER 2011 PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA

DELIBERATION N 2011-10 DU 17 JANVIER 2011 PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DELIBERATION N 2011-10 DU 17 JANVIER 2011 PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LA SOCIETE MONEGASQUE DE L ELECTRICITE ET DU GAZ (SMEG) RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE D UN TRAITEMENT AUTOMATISE

Plus en détail

Du nouveau pour votre formation Réforme de la Formation Continue

Du nouveau pour votre formation Réforme de la Formation Continue Du nouveau pour votre formation Réforme de la Formation Continue Le plan 1. La réforme de la formation 1.1 La philosophie de la réforme 1.2 Quelques dates 2. Les principales innovations 2.1 Changements

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail Sommaire 1. Introduction 2. Le contexte réglementaire 3. Le déroulement

Plus en détail

Note d INFORMATIONS du 19 novembre 2009 Mise à jour du 12 septembre 2011 L ANNUALISATION DU TEMPS DE TRAVAIL

Note d INFORMATIONS du 19 novembre 2009 Mise à jour du 12 septembre 2011 L ANNUALISATION DU TEMPS DE TRAVAIL Note d INFORMATIONS du 19 novembre 2009 Mise à jour du 12 septembre 2011 L ANNUALISATION DU TEMPS DE TRAVAIL Références : - Décret n 2001-623 du 12 juillet 2001 pris pour l application de l article 7-1

Plus en détail

Règlement d usage de la marque «Tarif social mobile»

Règlement d usage de la marque «Tarif social mobile» Règlement d usage de la marque «Tarif social mobile» I] Objet. Le présent règlement a pour objet de définir les conditions et modalités d exploitation de la marque collective dénommée «Tarif social mobile».

Plus en détail

LA DELEGATION UNIQUE DU PERSONNEL

LA DELEGATION UNIQUE DU PERSONNEL LA DELEGATION UNIQUE DU PERSONNEL Le code du travail impose aux entreprises employant au moins 50 salariés de constituer un comité d entreprise. Dans les entreprises ayant un effectif compris entre 50

Plus en détail

Le présent règlement est applicable à compter du 15 juin 2015 et à partir de l année de formation 2015-2016.

Le présent règlement est applicable à compter du 15 juin 2015 et à partir de l année de formation 2015-2016. REGLEMENT SPECIFIQUE TRANSPORT HEBERGEMENT RESTAURATION DES APPRENTIS ET PRE APPRENTIS - Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, - Vu le Règlement Financier en vigueur, - Vu la délibération

Plus en détail

Politique de diffusion de l information

Politique de diffusion de l information Politique de diffusion de l information Document réglementaire officiel Fédération étudiante universitaire du Québec Table des matières CHAPITRE I : TERMINOLOGIE 3! SECTION I : DEFINITIONS 3! SECTION II

Plus en détail

LA CARTE PROFESSIONNELLE DES AGENTS PRIVES DE SECURITE

LA CARTE PROFESSIONNELLE DES AGENTS PRIVES DE SECURITE LA CARTE PROFESSIONNELLE DES AGENTS PRIVES DE SECURITE 1 Un système moderne Préfecture Alimentation de Téléc@rtepro Carte professionnelle dématérialisée Exemple de numéro Téléservice, Téléc@rtepro DEMANDE

Plus en détail

REGLEMENT DE TRAVAIL DES AGENTS TERRITORIAUX SPECIALISES DES ECOLES MATERNELLES

REGLEMENT DE TRAVAIL DES AGENTS TERRITORIAUX SPECIALISES DES ECOLES MATERNELLES REGLEMENT DE TRAVAIL DES AGENTS TERRITORIAUX SPECIALISES DES ECOLES MATERNELLES Article 1 : définition statutaire Les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) sont chargés de l assistance

Plus en détail

EHPAD CONTRAT DE SEJOUR CHAMPAGNE EN VALROMEY 01260

EHPAD CONTRAT DE SEJOUR CHAMPAGNE EN VALROMEY 01260 EHPAD (EtablissEmEnt d hébergement de personnes âgées dépendantes) CHAMPAGNE EN VALROMEY 01260 CONTRAT DE SEJOUR Tel : 04 79 87 61 41 Fax : 04 79 87 50 41 e-mail : mdrcostaz@wanadoo.fr site internet :

Plus en détail

Chapitre 8. La communication

Chapitre 8. La communication Chapitre 8. La communication 149 1. Échéances 151 2. La communication interne 153 A. Avec les parents 153 B. Avec les jeunes 154 149 1. Échéances Août (le commencement de l année) Communication aux parents

Plus en détail

RESTAURATION COLLECTIVE Règlement du service «Restauration Scolaire» Enfants

RESTAURATION COLLECTIVE Règlement du service «Restauration Scolaire» Enfants CONTACTS RESTAURATION COLLECTIVE : Communauté de Communes Barrès-Coiron B.P 15 8, avenue Marcel Cachin 07350 Cruas OLAIRE RESERVATION ET FACTURATION DES REPAS : Communauté de Communes Barres-Coiron 8,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3168 Convention collective nationale IDCC : 1147. PERSONNEL DES CABINETS MÉDICAUX AVENANT N 64 DU 1 ER JUILLET

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Convention de partenariat Chambre des Métiers et de l Artisanat et Conseil Général de la Nièvre

DOSSIER DE PRESSE. Convention de partenariat Chambre des Métiers et de l Artisanat et Conseil Général de la Nièvre DOSSIER DE PRESSE Convention de partenariat Chambre des Métiers et de l Artisanat et Conseil Général de la Nièvre Jeudi 14 Octobre 2010 à 11h Au Foyer du Conseil Général Contacts presse : DCRCE Conseil

Plus en détail

Restauration municipale Avenue du Coquinage 59910 BONDUES 03 20 23 03 86 REGLEMENT INTERIEUR

Restauration municipale Avenue du Coquinage 59910 BONDUES 03 20 23 03 86 REGLEMENT INTERIEUR Restauration municipale Avenue du Coquinage 59910 BONDUES 03 20 23 03 86 REGLEMENT INTERIEUR I. GENERALITES : Le service de la Restauration Municipale assure les repas : - des enfants des écoles maternelles

Plus en détail

Centre de Gestion de la F.P.T. de la Charente

Centre de Gestion de la F.P.T. de la Charente La participation des employeurs à la protection sociale complémentaire des agents 1 Les risques concernés Les collectivités peuvent participer aux garanties en matière de : Santé -> garanties en matière

Plus en détail

Aide-mémoire. Ma santé, j en prends soin

Aide-mémoire. Ma santé, j en prends soin Aide-mémoire Ma santé, j en prends soin Ma santé, j en prends soin 2 Saviez-vous qu une bonne communication entre vous et un professionnel de la santé est une des clés de la sécurité des soins? Quand on

Plus en détail

règlement sur la liquidation partielle ou totale selon les articles 53 à 53d lpp

règlement sur la liquidation partielle ou totale selon les articles 53 à 53d lpp règlement sur la liquidation partielle ou totale selon les articles 53 à 53d lpp en vigueur dès le 20 juillet 2010 table des matières article 1 - buts 2 article 2 - condition de la liquidation partielle

Plus en détail

Règlement de liquidation partielle de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015

Règlement de liquidation partielle de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015 Règlement de liquidation partielle de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle Édition janvier 2015 2 Règlement de liquidation partielle de la Fondation collective Perspectiva

Plus en détail

Bilan de la campagne INPES / MILDT «Contre les drogues chacun peut agir» Décembre 2010 Appels reçus, appels traités, profil des appelants

Bilan de la campagne INPES / MILDT «Contre les drogues chacun peut agir» Décembre 2010 Appels reçus, appels traités, profil des appelants Bilan de la campagne INPES / MILDT «Contre les drogues chacun peut agir» Décembre 2010 Appels reçus, appels traités, profil des appelants DESCRIPTIF DE LA CAMPAGNE renvoient tous vers le site drogues-info-service.fr

Plus en détail

Accord collectif de travail relatif au Compte Épargne - Temps des salariés de l AFPA

Accord collectif de travail relatif au Compte Épargne - Temps des salariés de l AFPA Accord collectif de travail relatif au Compte Épargne - Temps des salariés de l AFPA Version consolidée 1/13 Préambule La création du Compte Epargne-Temps avait été prévue par l article 23 de l accord

Plus en détail

Suivi de la vérification 2007 2008 du Programme d aide à la recherche industrielle du CNRC (PARI-CNRC)

Suivi de la vérification 2007 2008 du Programme d aide à la recherche industrielle du CNRC (PARI-CNRC) C O N S E I L N A T I O N A L D E R E C H E R C H E S C A N A D A Suivi de la vérification 2007 2008 du Programme d aide à la recherche industrielle du CNRC (PARI-CNRC) V é r i f i c a t i o n i n t e

Plus en détail

Circulaire du 4 septembre 2009

Circulaire du 4 septembre 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat NOR : BCFF0920191C Circulaire du 4 septembre 2009 relative à l organisation, aux attributions

Plus en détail

Règlement du «Jeu- Concours» de recettes de lutte contre le gaspillage alimentaire dit «concours des Zantigaspi»

Règlement du «Jeu- Concours» de recettes de lutte contre le gaspillage alimentaire dit «concours des Zantigaspi» Règlement du «Jeu- Concours» de recettes de lutte contre le gaspillage alimentaire dit «concours des Zantigaspi» ARTICLE 1 : ORGANISATION Initié par les collectivités : Communauté de Communes du Pays Charitois,

Plus en détail

L ACCIDENT DE SERVICE

L ACCIDENT DE SERVICE L ACCIDENT DE SERVICE Le coût moyen d un accident de service pour un agent CNRACL en 2010 était de 2434 1 sans considérer les coûts induits en termes de désorganisation des services, de démobilisation

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHE PUBLIC DE SERVICES Procédure Adaptée Fourniture et livraison de repas en liaison froide et pique-niques pour le Service Enfance et Jeunesse de la Communauté de Communes de Quillebeuf-sur-Seine Règlement

Plus en détail

Ordonnance concernant l'octroi des allocations de formation du 24 juin 2011

Ordonnance concernant l'octroi des allocations de formation du 24 juin 2011 - 1 - Ordonnance concernant l'octroi des allocations de formation du 24 juin 2011 Le Conseil d'etat du canton du Valais vu la loi sur les allocations de formation du 18 novembre 2010; sur la proposition

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE DES AUDITS DES STRUCTURES D ACCUEIL DES URGENCES. Commission d évaluation Société Française de Médecine d Urgence

GUIDE METHODOLOGIQUE DES AUDITS DES STRUCTURES D ACCUEIL DES URGENCES. Commission d évaluation Société Française de Médecine d Urgence GUIDE METHODOLOGIQUE DES AUDITS DES STRUCTURES D ACCUEIL DES URGENCES Commission d évaluation Société Française de Médecine d Urgence Catherine Cerfontaine Jeanne Caudron Jean Rottner 1 PRINCIPES GENERAUX

Plus en détail

LE MYSTERE DE LA CHAMBRE DES ERREURS

LE MYSTERE DE LA CHAMBRE DES ERREURS LE MYSTERE DE LA CHAMBRE DES ERREURS Groupe Hospitalier du Havre Le 16 avril 2015 Faire progresser la culture sécurité en apprenant de ses erreurs et en favorisant le signalement des situations à risque

Plus en détail

Médecine générale et soins spécialisés: Comment améliorer les partenariats?

Médecine générale et soins spécialisés: Comment améliorer les partenariats? Médecine générale et soins spécialisés: Comment améliorer les partenariats? Docteur Philippe CASTERA Maître de conférences associé de médecine générale (Université de Bordeaux) Coordinateur du réseau addictions

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DU PERSONNEL DES CABINETS MEDICAUX. Avenant n 64 - - - -

CONVENTION COLLECTIVE DU PERSONNEL DES CABINETS MEDICAUX. Avenant n 64 - - - - CONVENTION COLLECTIVE DU PERSONNEL DES CABINETS MEDICAUX Le 1 er juillet 2014, entre : Avenant n 64 - - - - - La CONFEDERATION DES SYNDICATS MEDICAUX FRANCAIS (C.S.M.F.) - La FEDERATION DES MEDECINS DE

Plus en détail

- Hygiène et sécurité - L interdiction de fumer sur les lieux de travail

- Hygiène et sécurité - L interdiction de fumer sur les lieux de travail - Hygiène et sécurité - L interdiction de fumer sur les lieux de travail Le renforcement de l interdiction de fumer répond à une problématique de santé publique, mais concerne aussi les questions de santé

Plus en détail

Règlement d application des tarifs du Gaz naturel. Adopté par le Conseil d administration le 30 mai 2007

Règlement d application des tarifs du Gaz naturel. Adopté par le Conseil d administration le 30 mai 2007 1 Règlement d application des tarifs du Gaz naturel Adopté par le Conseil d administration le 30 mai 2007 Partie générale Introduction Dès le 1 er juillet 2007, les tarifs du Gaz naturel des (ciaprès «SIG»)

Plus en détail

PERMIS EPE-287. RELATIVEMENT À l article 119.03 de la Loi sur l Office national de l énergie et à ses règlements d application;

PERMIS EPE-287. RELATIVEMENT À l article 119.03 de la Loi sur l Office national de l énergie et à ses règlements d application; PERMIS EPE-287 RELATIVEMENT À l article 119.03 de la Loi sur l Office national de l énergie et à ses règlements d application; RELATIVEMENT À une demande d exportation d électricité déposée auprès de l

Plus en détail

DEMARCHE D EVALUATION INTERNE RESIDOM. Présentation du 24 octobre 2012

DEMARCHE D EVALUATION INTERNE RESIDOM. Présentation du 24 octobre 2012 DEMARCHE D EVALUATION INTERNE RESIDOM Présentation du 24 octobre 2012 LA STRUCTURE RESIDOM 2 Particularités de Résidom Multiactivités: SSIAD 323places + 2 ESAD SAD: 120 000 heures de prestations Centre

Plus en détail

Les Périmètres d Usage de Consommation Exceptionnel

Les Périmètres d Usage de Consommation Exceptionnel DGT/ RT3 01/09/2009 Les Périmètres d Usage de Consommation Exceptionnel (PUCE) L article 2 de la loi du 10 août 2009 réaffirmant le principe du repos dominical et visant à adapter les dérogations à ce

Plus en détail

810.212.4 Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation

810.212.4 Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation (Ordonnance sur l attribution d organes) du 16 mars 2007 (Etat le 1 er juin 2015) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 16, al. 2,

Plus en détail

Loi portant relance de la négociation collective en matière de licenciement économique

Loi portant relance de la négociation collective en matière de licenciement économique CONFEDERATION FRANÇAISE DU COMMERCE DE GROS ET DU COMMERCE I NTERNATION AL Loi portant relance de la négociation collective en matière de licenciement économique Licenciement économique p.1 Harcèlement

Plus en détail

DÉLIBÉRATION N 2014-11 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE

DÉLIBÉRATION N 2014-11 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE DÉLIBÉRATION N 2014-11 DU 4 FÉVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISÉ D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

LA GIRONDE ET SON ECOLE

LA GIRONDE ET SON ECOLE LA GIRONDE ET SON ECOLE «Une politique déterminée, des chantiers qui mobilisent quotidiennement les personnels et les partenaires de l Ecole, une volonté affirmée de poursuivre le travail engagé avec ambition,

Plus en détail

USAGES ET ENGAGEMENTS UNILATERAUX DE L EMPLOYEUR

USAGES ET ENGAGEMENTS UNILATERAUX DE L EMPLOYEUR USAGES ET ENGAGEMENTS UNILATERAUX DE L EMPLOYEUR 1. Qu est-ce qu un usage? 2. Quels sont les critères constitutifs de l usage? 3. Qu est-ce qu un engagement unilatéral de l employeur? 4. Quelle est la

Plus en détail

Procédure de fonctionnement de la marque QUALITE TOURISME TM via le Référentiel Qualité Offices de Tourisme de France

Procédure de fonctionnement de la marque QUALITE TOURISME TM via le Référentiel Qualité Offices de Tourisme de France Procédure de fonctionnement de la marque QUALITE TOURISME TM via le Référentiel Qualité Offices de Tourisme de France Offices de Tourisme de France a délégation du Ministère pour l attribution de la marque

Plus en détail