Les systèmes à deux composants chez les bactéries. Les systèmes à deux composants chez les bactéries. UE BIO24c Cours Dominique Schneider

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les systèmes à deux composants chez les bactéries. Les systèmes à deux composants chez les bactéries. UE BIO24c Cours Dominique Schneider"

Transcription

1 Les systèmes à deux composants chez les bactéries. Les systèmes à deux composants chez les bactéries. UE BIO24c Cours ominique Schneider UE BIO24c Cours ominique Schneider

2 «Sentir» l environnement et s y adapter Les bactéries colonisent la plupart des niches écologiques. Souvent environnements changeants. Thermophiles Anaérobies Halophiles sychrophiles Barophiles Non athogènes Acidophiles athogènes Salmonella Agrobacterium étection des changements d environnements et adaptation de la physiologie.

3 Outils de perception de l environnement es protéines régulatrices : étection directe du signal Fixation d un ligand (signal) qui modifie l affinité des protéines régulatrices pour l AN Régulation de gènes cibles Adaptation Exemples: CR (Catabolite Repressor rotein) : ligand = AMc Fur (Ferric Uptake Regulator) : ligand = fer ferreux (Fe 2+ ) Les systèmes à deux composants : systèmes les plus répandus détection du signal puis transduction de ce dernier

4 Les systèmes à deux composants étecteur Signal Signal Membrane plasmique Senseur N (Histidine kinase) Transmetteur H N AT A H N H C C C hospho-transfert Régulateur de réponse Receveur Effecteur Régulateur actif Régulateur inactif Fixation à l AN

5 Les systèmes à deux composants résents dans de nombreux organismes : Bactéries Archaebactéries Eucaryotes unicellulaires Champignons lantes Rôles : Adaptation (stress, carences) Métabolisme Virulence ifférenciation

6 Exemples de systèmes à deux composants Senseur EnvZ Régulateur de réponse OmpR Rôle Régulation porines Organisme Escherichia coli Salmonella hor hob Carences phosphate Escherichia coli ArcB ArcA Conditions oxygène Escherichia coli FixL FixJ Fixation azote Rhizobium meliloti NarX NarL Nitrate réductase Escherichia coli BvgS BvgA Virulence Bordetella pertussis hoq ho Virulence Salmonella typhimurium Com ComA Compétence Bacillus subtilis CheA CheY Chimiotactisme Escherichia coli Salmonella

7 Les senseurs classiques étecteur eux régions distinctes : étecteur N-terminal, détection du signal Transmetteur C-terminal, transfert du signal au régulateur de réponse. Région charnière: transfert signal entre détecteur et transmetteur. Représentation dans les bases de données protéiques (SMART): N C Charnière Transmetteur HisKA : domaine portant le site accepteur de phosphate des histidine kinases + domaine de dimérisation HATase_c : domaine ATase des histidine kinases Signaux détectés: Ions : Mg2+, Ca2+ etites molécules : sucres, alcools, Facteurs physiques : pression, lumière,

8 Les senseurs : le domaine détecteur N-terminal Majorité des senseurs : ancrés à la membrane plasmique par des segments transmembranaires (classiquement 2, jouant parfois un rôle dans la détection du signal) domaine détecteur extra-cytoplasmique (périplasme pour les Gram-) Certains senseurs : libres dans le cytoplasme (pas de segment transmembranaire) domaine détecteur localisé dans le cytoplasme étection du signal : le plus souvent directe parfois, intervention d une protéine auxiliaire.

9 Les senseurs : la transmission du signal étection du signal: transmission du signal à travers la membrane vers le module transmetteur Mécanisme proposé : Changement de conformation du domaine détecteur en présence du signal Transmission à travers la membrane par les segments transmembranaires Changement de conformation au niveau de la région charnière Activation du domaine transmetteur. + signal

10 Les senseurs : le domaine transmetteur Taille : environ 240 acides aminés résence de 4 motifs très conservés: Motif H : le plus conservé, contenant le résidu histidine cible de l autophosphorylation (/N)xxxhxxxhhNLhxNAhx(F/G/Y)(S/T) hxhxhxxgxghxxxxxxxhfxxf N H N F G C Fhxxh(S/T/A) H (/E)h(R/K)TLxxh GGxGLGLxhhxxhhxxxxGxhxhxxxxxxGxxFxhxh

11 Les senseurs : le domaine transmetteur rotéines dimériques hosphorylation de l histidine conservée en trans eux sous domaines : de dimérisation contenant le résidu histidine conservé (Hp) catalytique responsable de l activité autokinase du senseur et capable de fixer le nucléotide nécessaire à cette activité (CA). N N CA AT AT CA Hp Hp

12 Les régulateurs de réponse (RR) eux modules: le module receveur présent dans tous les régulateurs de réponse porte le site accepteur de phosphate qui est phosphorylé par le senseur représentation dans les bases de données : le module effecteur présent dans un grand nombre de RR souvent un domaine de fixation à l AN. Receveur Effecteur

13 Les régulateurs de réponse : le module receveur Taille : environ 120 résidus lusieurs résidus très conservés : 3 résidus aspartate : 2 résidus Asp à l extrémité N-terminale 1 résidu Asp = site phosphorylé par le senseur 1 résidu lysine à l extrémité C-terminale. K

14 Les régulateurs de réponse : le module effecteur résent dans la majorité des RR Localisé le plus souvent à l extrémité C-terminale Trois familles en fonction du mode d action : modules de fixation à l AN les plus abondants classés en 7 sous familles Famille OmpR (hob, TorR, VirG, ArcA, ) WH Famille FixJ/NarL (egu, RcsB, ComA, UhpA, EvgA, ) HTH Famille NtrC (NifR1, AlgB, ) AT HTH modules impliqués dans des interactions protéine-protéine Famille CheY modules présentant une activité enzymatique. Famille CheB (RegA, ) Enz

15 Les modules effecteurs de liaison à l AN Famille OmpR (~ 230 résidus) : WH activation et/ou répression de promoteurs transcrits par ARN-σ 70 un domaine de fixation à l AN de type «Winged Helix» (hélice ailée) Famille FixJ/NarL (~ 220 résidus) : HTH activation de promoteurs transcrits par ARN-σ 70 un domaine de fixation à l AN classique HTH (hélice-tour-hélice) Famille NtrC (~ 460 résidus): activation des promoteurs transcrits par ARN-σ 54 un domaine de fixation à l AN classique HTH (hélice-tour-hélice) un domaine additionnel portant une activité ATase. AT HTH

16 Mécanismes d activation des régulateurs par phosphorylation La phosphorylation du module receveur peut permettre : 1. La libération du module effecteur Effecteur Effecteur 2. La dimérisation du module effecteur ou Effecteur Effecteur Effecteur Effecteur Effecteur 3. La libération et la dimérisation du module effecteur ou Effecteur Effecteur Effecteur Effecteur Effecteur Effecteur

17 Les systèmes à deux composants classiques : un phosphorelais en deux étapes Signal Signal N N N AT H H H C A C 1. Autophosphorylation C 2. hosphotransfert Fixation à l AN

18 es senseurs plus complexes Senseur classique Senseur hybride Senseur non orthodoxe H1 H1 Transmetteur classique H1 H1 1 Receveur 1 1 Transmetteur alternatif H2 H2 Receveur 1 : homologue au module receveur des RR Transmetteur alternatif (Ht : Histidine hosphotransfert ou H2): module d ~ 120 résidus un résidu histidine conservé, site de phosphorylation.

19 Les systèmes à deux composants complexes : un phosphorelais en quatre étapes Signal Signal N N AT H1 H1 AT 1 1 H2 2 H2 2 C

20 hosphorelais classiques Senseur orthodoxe H1 EnvZ 1 OmpR AN Osmorégulation (E. coli) Senseur type CheA H1 CheA CheY CheB 1 1 Enz Chimiotactisme (E. coli) hosphorelais complexes Senseur non-orthodoxe H1 1 H2 1 ArcB ArcA AN Contrôle anaérobie (E. coli) Senseur hybride H1 Sln1 1 H2 Ypd1 1 Ssk1 Osmorégulation (S. cerevisiae) Senseur orthodoxe KinA KinC H1 H1 Spo0F 1 H2 Spo0B 1 Spo0A AN Sporulation (B. subtilis)

21 Mécanisme de régulation des phosphorelais Activité des phosphorelais : régulée pour permettre l adaptation aux changements environnementaux éphosphorylation du RR quand signal disparaît : par le RR lui-même si activité phosphatase intrinsèque par des protéines annexes : le senseur partenaire du RR une protéine auxiliaire telle qu une phosphatase Modulation de l activité si présence d un signal antagoniste protéines bloquant l activité kinase des senseurs (anti-kinase) protéines bloquant la fixation du RR sur sa cible AN Régulation transcriptionnelle autorégulation positive ou négative.

22 éphosphorylation du régulateur de réponse par le senseur partenaire N Senseur orthodoxe H1 N H1 Senseur non-orthodoxe C 1? H2 C hosphorelais inverse Régulateur de réponse

23 Régulation d un phosphorelais complexe : le déclenchement de la sporulation chez Bacillus subtilis KinB KinC Kin N N N N Sda H1 H1 H1 N Anti-kinases KipA KinA - - H1 - KipI RapA RapB RapF C C 1 + H2 C C 1 H2 C H1 Spo0F Spo0B KinE 2 Effecteur 2 Effecteur Spo0A hosphatases + Spo0E

24 Le «Quorum-Sensing» chez les bactéries. UE BIO24c Cours ominique Schneider

25 La communication intercellulaire Utilisation par les bactéries de molécules chimiques pour communiquer et coordonner l expression génétique hénomène de régulation par «Quorum Sensing» Mécanisme permettant à une population bactérienne de percevoir la densité cellulaire grâce à de petites molécules chimiques appelées autoinducteurs ou phéromones.

26 Les bactéries capables de Quorum Sensing roduction et relargage de molécules chimiques (signal) appelées autoinducteurs Concentration externe en autoinducteurs augmente avec l accroissement de la densité cellulaire étection d une concentration critique seuil d autoinducteurs et altération de l expression des gènes Synchronisation d un comportement particulier à l échelle d une population Bactéries fonctionnant comme un organisme multicellulaire.

27 Le Quorum Sensing chez les bactéries à Gram négatif Le 1 er décrit : le système Lux chez Vibrio fischeri bactérie marine luminescente mode vie : libre dans milieu marin colonisation de l organe lumineux d une espèce de calmar (symbiose) quand forte densité bactérienne, induction de l expression des gènes nécessaires à la production de lumière. Jour 1: multiplication des bactéries Nuit: forte densité et émission de lumière Jour 2: relarguarge des bactéries. Calmar et émission de lumière: Attraction des proies Attraction sexuelle Répulsion des prédateurs (éblouissement, camouflage).

28 Le système Lux de Vibrio fischeri luxicabe: opéron luciférase nécessaire à la production de lumière luxr et luxi: gènes régulateurs de l expression de luxicabe. LuxAB : sous-unités α et β de la luciférase LuxCE : sous-unités d une acide réductase nécessaire pour l obtention du substrat de la luciférase LuxI : acyl-homosérine lactone synthase biosynthèse de l autoinducteur, une acyl-homosérine lactone (acyl-hsl) LuxR : activateur transcriptionnel fixant l autoinducteur domaine N-terminal = domaine de fixation de l acyl-hsl domaine C-terminal = domaine de fixation à l AN

29 Le système Lux de Vibrio fischeri Mécanisme : roduction de l Acyl-HSL par LuxI et diffusion Quand [Acyl-HSL] critique atteinte, fixation sur LuxR Fixation LuxR activé sur boîtes lux du promoteur de l opéron lux Activation de la transcription de l opéron lux roduction de lumière.

30 Le système Lux de Vibrio fischeri Faible densité cellulaire Transcription opérons lux à un niveau basal Niveau faible de LuxR et de LuxI Faible quantité de la molécule signal (HSL). Forte densité cellulaire Grande quantité de HSL Activation de LuxR Induction des opérons lux roduction accrue de LuxR, LuxI et HSL hénomène d autoinduction Emission de lumière. Holden et al. (2007) Encyclopedia of Life Sciences

31 Quorum Sensing chez les bactéries à Gram négatif Homologues au système Lux chez de nombreuses bactéries à Gram négatif Essentiellement symbiotiques ou pathogènes. Organismes Systèmes hénotypes régulés par QS Agrobacterium tumefaciens Tra Transfert conjugatif du plasmide Ti Erwinia carotovora Car roduction de carbapénèmes seudomonas aeruginosa Las Rhl roduction de facteurs de virulence Un régulateur R fixe spécifiquement une acyl-hsl donnée.

32 Les molécules-signal : les Acyl-HSL Cycle homosérine lactone conservé R Chaîne acyl : variation en longueur et en substitution O N H O O Groupements R Autoinducteurs Synthases Organismes OH C4 HSL RhlI seudomonas aeruginosa 3-hydroxy-C4 HSL LuxM Vibrio harveyi O O 3-oxo-C6 HSL LuxI Vibrio fischeri 3-oxo-C8 HSL TraI Agrobacterium tumefaciens

33 Le Quorum Sensing chez les bactéries à Gram positif Mécanisme différent des bactéries à Gram négatif : Signal = peptide souvent clivé et modifié Relarguage du signal : pas de diffusion mais un transport (utilisation de transporteurs spécifiques des oligopeptides) étection et transduction du signal : système à deux composants étection du signal par le senseur (histidine kinase) Autophosphorylation du senseur hosphorylation du régulateur de réponse Activation des gènes cibles par le régulateur phosphorylé.

34 Le système Agr de Staphylococcus aureus S. aureus = bactérie invasive causant de nombreuses maladies infectieuses chez l homme Régulation de la production des facteurs de virulence au cours des différents stades de l infection Changement dans l expression des gènes de virulence dépend d un système de régulation globale : agr (accessory gene regulator) Locus agr : rnaiii : code un petit ARN Opéron agrbca : code les protéines du Quorum Sensing agr : code le peptide précurseur (pro-ai) agrb : code une protéine avec activités de transporteur et de protéolyse agrca : codent un système à deux composants.

35 Le système Agr de Staphylococcus aureus Mécanisme : roduction de Agr (pro-ai) Sécrétion et clivage de pro-ai en AI par AgrB étection de AI par le senseur AgrC Autophosphorylation de AgrC et transfert de phosphate sur AgrA Activation de rnaiii et de l opéron agrbca par AgrA phosphorylé.

36 La molécule signal AI-2 Actuellement la seule molécule connue à être synthétisée à la fois par des bactéries à Gram positif et à Gram négatif Synthétisée par LuxS AI-2 = signal pour une communication inter-espèces Gène luxs : très conservé et présent dans plus de 60 espèces différentes (Gram positif et Gram négatif). Le système LuxS/AI-2 chez Vibrio harveyi V. harveyi : bactérie marine à Gram négatif Système LuxS/AI-2 impliqué dans régulation de la bioluminescence AI-2 se fixe sur une protéine périplasmique, Lux Complexe Lux/AI-2 interagit avec domaine périplasmique de LuxQ (HK).

37 Vibrio harveyi : trois systèmes de Quorum Sensing Trois signaux : - une acyl-hsl synthétisée par LuxM - la molécule AI-2 synthétisée par LuxS - la molécule CAI-1 dont la synthèse dépend de CqsA. Trois senseurs (HK) hybrides : - LuxN : détection de l acyl-hsl - LuxQ : détection du complexe Lux/AI-2 - CsqS : détection de CAI-1. 1 protéine LuxU (Hpt) et 1 protéine LuxO (RR)

38 Vibrio harveyi : Fonctionnement du Quorum sensing as de signaux. Signaux produits par LuxM, LuxS et CqsA dans le cytoplasme. iffusion ou transport des signaux à l extérieur. résence des signaux : LuxN, LuxQ et CsqS = phosphatases Absence des signaux : LuxN, LuxQ et CsqS = kinases hosphorelai inverse LuxO déphosphorylé bioluminescence, etc hosphorelai 4 étapes LuxO phosphorylé Transferts de groupements phosphate. Activations. Répressions. Milton Int. J. Medical Microbiol., 296, 2006,

39 Importance des signaux cellules-cellules dans un monde peuplé de nombreuses autres espèces.

40 Le quorum-sensing: interactions intra- et inter-espèces chez Vibrio Organisation en communautés multi-espèces. Communication entre les individus au sein d un groupe. ifférentiation entre le «soi» et le «non-soi». roduction et détection de signaux chimiques: quorum-sensing. Voleurs, assassins, espions dans le monde microbien.

41 Vols rotection contre les vols Assassins Tuer les bactéries «non-soi» et protéger le «soi». Capacités de stopper les conversations, d espionner.

COMMUNICATIONS INTER-CELLULAIRES CHEZ LES BACTERIES : QUORUM SENSING

COMMUNICATIONS INTER-CELLULAIRES CHEZ LES BACTERIES : QUORUM SENSING COMMUNICATIONS INTER-CELLULAIRES CHEZ LES BACTERIES : QUORUM SENSING Florence JUDE (MCF) f.jude@epoc.u-bordeaux1.fr 05.56.22.39.11 UMR EPOC 5805 Station Marine Arcachon DEFINITIONS * quorum sensing (QS)

Plus en détail

Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010

Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010 Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010 Contrôle des Connaissances. 2 ème session) (Durée : 1h30, tous documents autorisés, ordinateur interdit) Important

Plus en détail

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes Comparaison procaryotes/ 2TSbc Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes La majeure partie des connaissances de biologie moléculaire a d'abord débuté par l'étude des phénomènes chez

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Université du Québec à Montréal

Université du Québec à Montréal RECUEIL D EXERCICES DE BICHIMIE 6. Les acides nucléiques 6.2. Réplication, transcription et traduction P P P CH 2 H N H N N NH NH 2 Université du Québec à Montréal 6.2. Réplication, transcription et traduction

Plus en détail

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles 19 octobre 2007 Inhibition des défenses de l hôte par les bactéries pathogènes Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux Gwennola ERMEL I Détection

Plus en détail

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Acide aminé (AA) Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Isabelle Quinkal INRIA Rhône-Alpes Septembre 2003 Petite molécule dont l enchaînement compose les protéines - on dit qu

Plus en détail

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Introduction Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Informatique: - stocker les données - éditer les données - analyser les données (computational

Plus en détail

PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2

PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2 PAES 2010-2011 STAGE DE PRÉ RENTRÉE UE 2 Introduction Théorie cellulaire : toute cellule est issue d une cellule L information génétique est transmise aux 2 cellules filles à chaque division Le génome

Plus en détail

Biofilm bactérien. Gérard LINA gerard.lina@chu-lyon.fr. CNR des Staphylocoques, Inserm U851, Faculté de Médecine Lyon Est

Biofilm bactérien. Gérard LINA gerard.lina@chu-lyon.fr. CNR des Staphylocoques, Inserm U851, Faculté de Médecine Lyon Est Biofilm bactérien Gérard LINA gerard.lina@chu-lyon.fr CNR des Staphylocoques, Inserm U851, Faculté de Médecine Lyon Est Deux modes de vie bactérienne Bactéries isolées Bactéries qui se développent en communauté

Plus en détail

LA TRANSCRIPTION. Introduction. I. Modalité générale de la transcription. II. Transcription chez les Procaryotes

LA TRANSCRIPTION. Introduction. I. Modalité générale de la transcription. II. Transcription chez les Procaryotes LA TRANSCRIPTION Introduction I. Modalité générale de la transcription II. Transcription chez les Procaryotes 1. L'ARN polymérase 2. Etapes de la transcription a. Initiation b. Elongation c. Terminaison

Plus en détail

OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES IX. RÉGULATION DE L EXPRESSION GÉNÉTIQUE «OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES»

OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES IX. RÉGULATION DE L EXPRESSION GÉNÉTIQUE «OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES» 76 IX. RÉGULATION DE L EXPRESSION GÉNÉTIQUE «OPERON LACTOSE CHEZ LES PROCARYOTES» Avec l étude de l opéron lactose, François Jacob, Jacques Monod et André Lwoff ont été les premiers scientifiques à décrire

Plus en détail

La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6).

La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6). II.2.4.3 LA CHAINE RESPIRATOIRE MITOCHONDRIALE La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6). Figure 2-6 Résumé du métabolisme énergétique

Plus en détail

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk

Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk Vue générale de la régulation du cycle cellulaire par les complexes cyclines/cdk actif Différentes Cdk peuvent s associer avec différentes Cyclines Cdk active: tyrosine et thréonine Kinase (phosphoryle

Plus en détail

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux

II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux II/ Exemple de cellules différenciées : les cellules nerveuses 1) Structure du tissu nerveux Neurones et cellules gliales 2) neurone Schéma d un motoneurone Les nombreux prolongements cytoplasmiques (dendrites

Plus en détail

Le système du Complément

Le système du Complément Le système du Complément Marie-Agnès Dragon-Durey, Jean Yves Cesbron, Alain Chevailler, Christian Drouet, Béatrice Uring-Lambert I-Introduction... 2 II-Les voies d activation du Complément... 2 II-1.La

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3

TABLE DES MATIERES PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 3. LESIONS ET REPARATIONS DE L ADN 41 AVANT-PROPOS 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS XI PARTIE A BIOLOGIE MOLECULAIRE 1. LES ACIDES NUCLEIQUES 3 1.1 STRUCTURE DE LA CHAINE POLYNUCLEOTIDIQUE 4 Les bases 4 Les pentoses 5 Nucléosides et nucléotides 5 La chaîne

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

Macromolécules et la Cellule

Macromolécules et la Cellule Macromolécules et la Cellule Macromolécules Campbell chapitre 5 Macromolécules Définition: Molécule géante formée par l assemblage de plusieurs petites molécules organiques Macromolécules Définition:

Plus en détail

La photoperception chez les plantes et son rôle dans le développement. Se dit d'un corps dont les propriétés varient suivant la direction

La photoperception chez les plantes et son rôle dans le développement. Se dit d'un corps dont les propriétés varient suivant la direction Anisotrope : Se dit d'un corps dont les propriétés varient suivant la direction Tropisme : réaction d'orientation des organes d'une plante à une anisotropie de milieu. Exemples : la lumière, la gravité,

Plus en détail

Les phosphorylations des protéines

Les phosphorylations des protéines Les phosphorylations des protéines Contrôle majeur pour réguler différents processus cellulaires : - Division cellulaire - Contraction musculaire - Synthèse protéique - Régulation transcriptionnelle -

Plus en détail

Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative

Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative Master 1 Bactério 10/01/09 8h30-10h30 RT : Stéphanie Ripert-Bernusset RL: Benjamin de Sainte Marie Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative PLAN DU COURS : I- GENOME

Plus en détail

L3-BH01 Cours n 10 Modifications post-transcriptionnelles

L3-BH01 Cours n 10 Modifications post-transcriptionnelles L3-BH01 Cours n 10 Modifications post-transcriptionnelles Ce cours est présent sur le web à l adresse suivante : http://www.univ-orleans.fr/sciences/biochimie/l/ressources.htm Plan (cours n 10 & 11) Introduction

Plus en détail

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines

THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE. CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines THÈME 3 : DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE CHAPITRE 1 : la relation entre ADN et protéines Les caractères d un individu dépendent de plusieurs facteurs : certains dépendent des caractères présents dans la famille

Plus en détail

RÉGULATION DE L EXPRESSION DES GÈNES

RÉGULATION DE L EXPRESSION DES GÈNES RÉGULATION DE L EXPRESSION DES GÈNES Comme nous l avons vu, le programme de transcription n est pas fixe. La cellule sait adapter ce programme aux conditions extérieures, au mieux de son économie. Chez

Plus en détail

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale Unité d enseignement UE 8 : Biologie Moléculaire - Microbiologie ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale 1h30 de cours et 1h15 de Travaux pratiques Un examen écrit ; un examen

Plus en détail

Chapitre 2 - VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE ET MUTATION DE L ADN

Chapitre 2 - VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE ET MUTATION DE L ADN Chapitre 2 - VARIABILITÉ GÉNÉTIQUE ET MUTATION DE L ADN Les organismes ne peuvent survivre que si leur ADN est soigneusement répliqué et protégé des altérations chimiques et physiques qui pourraient changer

Plus en détail

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE CHAPITRE 3 L EXPRESSION DU PATRIMOINE GENETIQUE I. LA RELATION GENES-PROTEINES Les protéines interviennent dans le fonctionnement d

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Les bactéries. de recycler la matière Participent dans la fabrication d aliments et de médicaments

Les bactéries. de recycler la matière Participent dans la fabrication d aliments et de médicaments Les bactéries Apparues il y a 3,5 milliards d années, les bactéries sont les organismes vivants les plus diversifiés et les plus répandus sur Terre. Appartenant au monde des microbes, elles mesurent en

Plus en détail

5-1. Introduction 5-2. L appareil de traduction et son fonctionnement - Les ribosomes - Les ARNt - Les ARNt Synthétases

5-1. Introduction 5-2. L appareil de traduction et son fonctionnement - Les ribosomes - Les ARNt - Les ARNt Synthétases 5 - la traduction 5-1. Introduction 5-2. L appareil de traduction et son fonctionnement - Les ribosomes - Les ARNt - Les ARNt Synthétases 5-3. Les étapes de la synthèse protéiques -Initiation - Élongation

Plus en détail

ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES. Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie CHU Rangueil

ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES. Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie CHU Rangueil ANATOMIE FONCTIONNELLE DES BACTERIES Pr.. N. MARTY Laboratoire Bactériologie riologie-hygiène CHU Rangueil Bactérie = cellule vivante procaryote synthèses ses cellulaires croissance et multiplication intra

Plus en détail

Réplication de l ADN

Réplication de l ADN Réplication de l ADN Réplication de l ADN: expériences historiques I] Expérience de Meselson et Stahl Replication de l ADN est semie-conservative Expérience de Meselson et Stahl :1958 -Cultive E.Coli sur

Plus en détail

COURS DE METABOLISME METABOLISME DU GLYCOGENE

COURS DE METABOLISME METABOLISME DU GLYCOGENE 1 COURS DE METABOLISME Chapitre 6 Pr C. ZINSOU METABOLISME DU GLYCOGENE 1 INTRODUCTION GENERALE 2 DEGRADATION DU GLYCOGENE 2.1 - ETAPES ENZYMATIQUES 2.1.1 Phosphorolyse du glycogène 2.1.2 - Phosphorolyse

Plus en détail

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet Régulation GAL4 chez S. cerevisiae Annie Sainsard-Chanet Contrôle de l expression génique Mécanismes qui régulent, augmentent ou diminuent l expression d un gène donné suivant le milieu, le tissu, le stade

Plus en détail

Chapitre 5 : Les modifications post-traductionnelles. Professeur Michel SEVE

Chapitre 5 : Les modifications post-traductionnelles. Professeur Michel SEVE UE1 : Biomolécules (1) : Acides aminés et protéines Chapitre 5 : Les modifications post-traductionnelles Professeur Michel SEVE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous

Plus en détail

Comment les rongeurs choisissent leurs aliments. Jean-Michel Michaux

Comment les rongeurs choisissent leurs aliments. Jean-Michel Michaux Comment les rongeurs choisissent leurs aliments Jean-Michel Michaux Comment les rongeurs choisissent leurs aliments Nécessité de mieux comprendre le comportement alimentaire du rongeur, Nombreux échecs

Plus en détail

+ 2 Pi. Glycogénine 7. Glycogénine. UDP-Glc 7. UDP-Glc. (UDP)n 7. (UDP-Glc)n. (UDP-Glc) 7. (UDP)n. (UDP-Glc) (UDP) 7 (UDP) (UDP-Glc)n (UDP-Glc)n

+ 2 Pi. Glycogénine 7. Glycogénine. UDP-Glc 7. UDP-Glc. (UDP)n 7. (UDP-Glc)n. (UDP-Glc) 7. (UDP)n. (UDP-Glc) (UDP) 7 (UDP) (UDP-Glc)n (UDP-Glc)n La biosynthèse Introduction Voie métabolique qui permet la mise en réserve du glucose en glycogène: glycogénogenèse. Si on a un apport de glucose, on va pouvoir le mettre en réserve. D'autres précurseurs

Plus en détail

Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte.

Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte. Voies de signalisation empruntées par les bactéries pathogènes pour envahir leur cellule hôte. Le but étant de prendre connaissance des événements qui peuvent surgir dans une cellule au cours d une infection

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

les protéines et le fonctionnement des cellules

les protéines et le fonctionnement des cellules les protéines et le fonctionnement des cellules marcel.dellanoce@free.fr 1 / 9 marcel.dellanoce@free.fr les protéines et le fonctionnement des cellules 1 assurer la structure et l'organisation des tissus

Plus en détail

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek I) Les cellules procaryotes II) Les cellules eucaryotes o 1) Caractéristiques générales des cellules eucaryotes o 2) Organisation des cellules eucaryotes

Plus en détail

Chapitre 4 Les Protéines : définitions et Structures. Professeur Michel SEVE

Chapitre 4 Les Protéines : définitions et Structures. Professeur Michel SEVE UE1: Biomolécules (1) : Acides aminés et protéines Chapitre 4 Les Protéines : définitions et Structures Professeur Michel SEVE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous

Plus en détail

La membrane plasmique

La membrane plasmique La membrane plasmique Les molécules qui composent la membrane plasmique 1. Les lipides ls sont amphiphiles ou amphipatiques (une partie hydrophobe et une partie hydrophile) (amphi= des deux cotés, phile

Plus en détail

Organisation générale du noyau

Organisation générale du noyau Organisation générale du noyau L enveloppe nucléaire Le nucléoplasme A. Ait Chaoui Références www.sciencebio.com/facbio/biocell juin 2009 Biologie cellulaire. Des molécules aux organismes. Jean-Claud Callen.

Plus en détail

La gluconéogenèse c est la synthèse de glucose à partir de pyruvate.

La gluconéogenèse c est la synthèse de glucose à partir de pyruvate. IV Gluconéogenèse La gluconéogenèse c est la synthèse de glucose à partir de pyruvate. La gluconéogenèses est essentiellement réalisée dans les cellules du foie (90 %). Mais elle peut également survenir,

Plus en détail

LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES

LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES LA SYNTHÈSE DES PROTÉINES La transcription Information : dans le noyau (sous forme d'adn) Synthèse des protéines : dans le cytoplasme (au niveau des ribosomes du reticulum endoplasmique) L'ADN ne sort

Plus en détail

Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007

Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007 Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007 Qu est ce que la biologie cellulaire? La biologie cellulaire étudie les cellules et leurs organites, les processus vitaux qui s'y déroulent ainsi que les mécanismes

Plus en détail

OGM : pour le meilleur? Ou pour le pire?(ou les deux ) Laroche Fabrice, biologiste fablaroche@gmail.com- 0624290703

OGM : pour le meilleur? Ou pour le pire?(ou les deux ) Laroche Fabrice, biologiste fablaroche@gmail.com- 0624290703 OGM : pour le meilleur? Ou pour le pire?(ou les deux ) Laroche Fabrice, biologiste fablaroche@gmail.com- 0624290703 (Nouvelles techniques de manipulation du vivant Inf OGM 0ctobre 2011) I. Petite mise

Plus en détail

Génie de la biocatalyse et génie des procédés. «Production d enzymes industrielles»

Génie de la biocatalyse et génie des procédés. «Production d enzymes industrielles» Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Virtuelle de Tunis Génie de la biocatalyse et génie des procédés «Production d enzymes industrielles» Concepteur du cours:

Plus en détail

Dans chaque cellule: -génome nucléaire -génome mitochondrial (-génome chloroplastique)

Dans chaque cellule: -génome nucléaire -génome mitochondrial (-génome chloroplastique) 6- Structure et organisation des génomes 6-1 Génomes eucaryotes Dans chaque cellule: -génome nucléaire -génome mitochondrial (-génome chloroplastique) 6-1-1 Génomes nucléaires 6-1-1-1 Nombre d exemplaires

Plus en détail

Eléments primordiaux de biologie moléculaire

Eléments primordiaux de biologie moléculaire Eléments primordiaux de biologie moléculaire Pourquoi s intéresser au matériel génétique? Base de l information génétique Tissu Cellule Noyau Organisme entier Lieu où est localisé l ADN Mol d ADN qui est

Plus en détail

Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches

Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches Agro-Bio Tech Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches Frank Delvigne (Ulg GxABT) Exploitation industrielle des micro organismes : biotechnologies

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

TYROSINES KINASES ET CANCER

TYROSINES KINASES ET CANCER I/ GÉNÉRALITÉ SUR SIGNALISATION CELLULAIRE TYROSINES KINASES ET CANCER Les cellules fonctionnent en harmonie via des transferts d information, c est la signalisation. Le signal passe directement dans la

Plus en détail

Filière SVI - S6 Module de Génétique et Biologie Moléculaire M21 Elément 2: Biologie Moléculaire l -Pr. Abdelkarim FILALI-MALTOUF

Filière SVI - S6 Module de Génétique et Biologie Moléculaire M21 Elément 2: Biologie Moléculaire l -Pr. Abdelkarim FILALI-MALTOUF Laboratoire de Microbiologie et Biologie Moléculaire Faculté des Sciences - Rabat Filière SVI - S6 Module de Génétique et Biologie Moléculaire M21 Elément 2: Biologie Moléculaire l -Pr. Abdelkarim FILALI-MALTOUF

Plus en détail

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06 Correction -«Vraies» questions de cours -«fausses» questions de cours: questions pour voir si pouviez imaginer une réponse crédible qui n était

Plus en détail

THÈSE. présentée DEVANT L UNIVERSITÉ DE RENNES 1. pour obtenir le grade de : DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE RENNES 1 Mention : BIOLOGIE PAR.

THÈSE. présentée DEVANT L UNIVERSITÉ DE RENNES 1. pour obtenir le grade de : DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE RENNES 1 Mention : BIOLOGIE PAR. Avertissement Au vu de la législation sur les droits d'auteur, ce travail de thèse demeure la propriété de son auteur, et toute reproduction de cette oeuvre doit faire l'objet d'une autorisation de l'auteur.

Plus en détail

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes Injection d ADN étranger dans une cellule animale Comment amplifier un gène d intérêt? Amplification in vivo à l aide du clonage d ADN L ensemble formé

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Corrélation entre l activité MPF et le taux de cycline Mesures dans l embryon de xénope après fécondation

Corrélation entre l activité MPF et le taux de cycline Mesures dans l embryon de xénope après fécondation Corrélation entre l activité MPF et le taux de cycline Mesures dans l embryon de xénope après fécondation Mitose Mitose Mitose Interphase Interphase Interphase Activité MPF Quantité de cycline B Corrélation

Plus en détail

SIGNALISATION CELLULAIRE

SIGNALISATION CELLULAIRE SIGNALISATION CELLULAIRE Voies de communication cellulaire A distance Par contact direct Voies de communication cellulaire SIGNALISATION (en) signal transduction - Terme specifique MEDLINE - 1972-3 elements

Plus en détail

De la biologie molécualire à la génomique

De la biologie molécualire à la génomique De la biologie molécualire à la génomique Pierre Neuvial École Nationale de la Statistique et de l Administration Économique Méthodes statistiques pour la biologie Plan du cours 1 Introduction à la biologie

Plus en détail

3. Biotechnologie de l ADN

3. Biotechnologie de l ADN 3. Biotechnologie de l ADN 3.1. Technologie de l ADN recombinant 3.1.1. Isolation d ADN et d ARN 3.1.2. Fragmentation de l ADN (les Endonucléases) 3.1.3. Analyse d ADN sur d agarose et d acrylamide 3.1.4.

Plus en détail

Mort cellulaire. Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose,

Mort cellulaire. Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose, Mort cellulaire Quelques généralités Il existe plusieurs formes de mort cellulaire : nécrose, apoptose, autophagie, nécroapoptose, Rôles physiologiques variés : morphogenèse, élaboration du système immunitaire,

Plus en détail

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques I R. A L I S O N B R O G N A U X U N I T É D E B I O - I N D U S T R I E S G E M B L O U X A G R O B I

Plus en détail

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes.

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Epigénétique Introduction «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Deux périodes successives récentes dans l étude des génomes

Plus en détail

MECANISME MOLECULAIRE DU TRANSPORT NUCLEAIRE

MECANISME MOLECULAIRE DU TRANSPORT NUCLEAIRE MECANISME MOLECULAIRE DU TRANSPORT NUCLEAIRE INTRODUCTION d'après le cours du Dr NEHRBASS L enveloppe nucléaire renferme l ADN et défini le compartiment nucléaire. Elle est formé de 2 membranes concentriques

Plus en détail

Dégradation du glycogène. A- Introduction

Dégradation du glycogène. A- Introduction Dégradation du glycogène A- Introduction Glycogène = homopolysaccharide, constitué dʼunités alpha-,4-d-glucose (reliés par des liaisons alpha-4) avec des ramifications alpha --6 les 6 ou 0 résidus. n a

Plus en détail

Professeur François BERGER

Professeur François BERGER UE2 : Biologie cellulaire Chapitre 1 : L apoptose ou mort cellulaire programmée Professeur François BERGER Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

Acides Nucléiques. ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères

Acides Nucléiques. ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères Acides Nucléiques ADN et ARN Unités de base : les nucléotides donc les nucléotides = monomères ADN et ARN = polynucléotides = polymères Structure d un nucléotide Tous composés d une base azotée, d un sucre

Plus en détail

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr 1 Cellules Présentatrices d Antigène (CPA) Cellules dendritiques Monocytes / Macrophages Lymphocytes

Plus en détail

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype.

Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Chapitre 2. La synthèse protéique : la relation entre le génotype et le phénotype. Les maladies génétiques comme la drépanocytose ou l'albinisme sont liées à des modifications du génotype des individus

Plus en détail

L approche bioénergétique

L approche bioénergétique L approche bioénergétique Appréhender l homme par la bioénergétique est une manière de comprendre et d analyser ses performances motrices. Ce champs d étude resté l apanage des scientifiques entre les

Plus en détail

Immunologie Travaux dirigés

Immunologie Travaux dirigés Université Mohammed V-Agdal - Rabat Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 6 Module : Biochimie et Immunologie Élément : Immunologie Immunologie Travaux dirigés 1- De l Immunité innée à l immunité adaptative

Plus en détail

Chapitre 14: La génétique

Chapitre 14: La génétique Chapitre 14: La génétique A) Les gènes et les protéines, ça te gêne? 1) a) Quel est l élément de base des vivants? Les cellules b) Qu a-t-elle en son centre? Un noyau c) Qu y retrouve-t-on sous forme de

Plus en détail

Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence

Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence Relations Hôte-Micro-organismes et Virulence Pr. B. Jaulhac Laboratoire de Bactériologie Faculté de Médecine GENERALITES L'Homme vit dans un environnement peuplé de très nombreux micro-organismes : bactéries,

Plus en détail

REGULATION DE L EXPRESSION DES GENES

REGULATION DE L EXPRESSION DES GENES REGULATION DE L EXPRESSION DES GENES 1. Circuits fondamentaux de contrôle Ce sont des circuits de contrôle permettant d ajuster les synthèses protéiques en fonction des besoins. Pour cela, les cellules

Plus en détail

A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille)

A) Domaines et prényls de protéines RAS (super-famille) CHAPITRE 2 : PROTÉINES G MONOMÉRIQUES Ce sont des intégrateurs moléculaires des voies de signalisation, des «commutateurs multipositions». Elles sont constituées d une sous-unité α, existent chez les eucaryotes

Plus en détail

Structure de la bactérie

Structure de la bactérie Structure de la bactérie 1 Le cytoplasme Hydrogel colloïdal ADN chromosomique (1) et plasmidique 1 Le cytoplasme ARN ribosomal 10 000 à 20 000 ribosomes/bactérie 63 % ARNr 37% protéines Synthèse des

Plus en détail

ENZYMOLOGIE PARTIE 1. Substance qui réagit avec un réactant en modifiant la distribution d'énergie entre ses liaisons chimiques

ENZYMOLOGIE PARTIE 1. Substance qui réagit avec un réactant en modifiant la distribution d'énergie entre ses liaisons chimiques ENZYMOLOGIE UE1 PARTIE 1 I. Structure Catalyseur Substance qui réagit avec un réactant en modifiant la distribution d'énergie entre ses liaisons chimiques L'énergie d'activation étant moindre en présence

Plus en détail

Bioinformatique fonctionnelle des protéines et analyse structurale de réseaux d'interactions

Bioinformatique fonctionnelle des protéines et analyse structurale de réseaux d'interactions Bioinformatique fonctionnelle des protéines et analyse structurale de réseaux d'interactions intégration Populations Organismes Tissus, organes Relations inter-espèces, Équilibres écologiques Développement,

Plus en détail

TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29

TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29 TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS.. 17 ABREVIATIONS.. 19 RESUME..... 21 ABSTRACT 22 INTRODUCTION. 23 ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE. 29 LA RETINOPATHIE DIABETIQUE.. 31 I-LE DIABETE SUCRE ET SES COMPLICATIONS 31 1-Le

Plus en détail

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNLGIQUE Série : STL Spécialité biotechnologies SESSIN 2014 CBSV : sous épreuve coefficient 4 Biotechnologies : sous épreuve coefficient 4 Durée totale de l épreuve: 4 heures Les sujets

Plus en détail

VOIE DES PHOSPHOINOSITIDES

VOIE DES PHOSPHOINOSITIDES VOIE DES HOSHOINOSITIDES LE DIACYLGLYCEROL ACTIVE LA KC L INOSITOL TRI HOSHATE (I3) ROVOQUE LA LIBERATION DE Ca ++ INTRACELLULAIRE (10-6 M Ca ++ ) Ca ++ pompe [Ca ++ ] extra-cellulaire (sang) 2.5 mm (2,5.10-3

Plus en détail

Travaux dirigés BIO24c Dominique Schneider Séance 4.

Travaux dirigés BIO24c Dominique Schneider Séance 4. Travaux dirigés BIO24c Dominique Schneider Séance 4. L opéron lytsr de Staphylococcus aureus code un système de régulation à deux composants qui affecte l activité peptidoglycane hydrolase et l autolyse.

Plus en détail

Physiologie du Développement des Angiospermes

Physiologie du Développement des Angiospermes Physiologie du Développement des Angiospermes Croissance Développement Régulation Signalisation : Molécules Effectrices et Signalisation Introduction Les plantes sont soumises à différents signaux : -

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT DATE SEQUENCE lundi 12 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Lundi 12 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Chapitre 1 : Le cytosquelette Les microfilaments d actine. Claire DURMORT

Chapitre 1 : Le cytosquelette Les microfilaments d actine. Claire DURMORT UE2 : Trafic et migration cellulaire Chapitre 1 : Le cytosquelette Les microfilaments d actine Claire DURMORT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

La différenciation cellulaire

La différenciation cellulaire La différenciation cellulaire Définitions Différenciation cellulaire : Processus par lequel une cellule peu ou pas différenciée acquiert les caractéristiques d un type cellulaire sur le plan morphologique

Plus en détail

Les outils du génie génétique.

Les outils du génie génétique. Les outils du génie génétique. I\ Les enzymes. On va se servir des enzymes pour couper, coller et synthétiser des acides nucléiques. A\ Les polymérases. Toutes les polymérases agissent de 5 vers 3. En

Plus en détail

Structure modulaire du microtubule

Structure modulaire du microtubule Les microtubules Les microtubules 1. Structure et dynamique 1.1 Dimères de tubuline, fixation de GTP 1.2 Nucléation, polymérisation 1.3 Modifications post-traductionnelles et dynamique in vivo 1. Protéines

Plus en détail

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points)

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points) Université Joseph Fourier - Grenoble I Année 2007-2008 Epreuve de BIO121 1 ère session mai 2008 Durée : 2 heures Les documents, la calculette et le téléphone portable ne sont pas autorisés. Total des points

Plus en détail

4.3. Les transporteurs secondaires

4.3. Les transporteurs secondaires 4.3. Les transporteurs secondaires 4. 3.1. Généralités - Le transport actif primaire fournit un gradient électrochimique d ion ou de soluté utilisé par le transporteur secondaire (primaire = flux d électrons

Plus en détail

BIO241 année 2007-2008

BIO241 année 2007-2008 BIO241 année 2007-2008 Examen Terminal de 2 nde session du 17 juin 2008 Documents et calculatrice non autorisés Notation sur 100 points ATTENTION!!!! Rédiger les 3 parties sur des feuilles séparées 5 pages

Plus en détail

Mode de fixation des différents complexes. Gd-DTPA (charge : -2)

Mode de fixation des différents complexes. Gd-DTPA (charge : -2) Les sites de fixation des différents complexes La protéine X fait partie des protéines qui lient la choline (choline binding proteins - ChBP). Le motif fixant la choline (choline binding motive : cbm)

Plus en détail

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS GÉNÉRALITÉS Le Code de la Santé Publique française définit le médicament comme «une substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives

Plus en détail

Tutoriel pour les enseignants de lycée. Rappel du contenu des programmes au lycée en classe de seconde

Tutoriel pour les enseignants de lycée. Rappel du contenu des programmes au lycée en classe de seconde Tutoriel pour les enseignants de lycée Ce document sert à l enseignant pour préparer différentes séquences pédagogiques afin d aborder : les questions de la génétique, des maladies génétiques, et les métiers

Plus en détail

REGULATION DE L EXPRESSION DES GENES.

REGULATION DE L EXPRESSION DES GENES. REGULATION DE L EXPRESSION DES GENES. Modification épigénétiques : viennent s ajouter à la séquence nucléotidique. La séquence nucléotidique est transmise intacte de la cellule mère à la cellule fille.

Plus en détail

CHAPITRE 1 : FAMILLE DES RÉCEPTEURS AUX PROTÉINES G TRIMÉRIQUES (RCPG)

CHAPITRE 1 : FAMILLE DES RÉCEPTEURS AUX PROTÉINES G TRIMÉRIQUES (RCPG) CHAPITRE 1 : FAMILLE DES RÉCEPTEURS AUX PROTÉINES G TRIMÉRIQUES (RCPG) Il existe 5000 à 6000 RCPG chez l homme, il s agit du groupe le plus important de récepteur de surface, il occupe plus de 1% du génome

Plus en détail