Les systèmes à deux composants chez les bactéries. Les systèmes à deux composants chez les bactéries. UE BIO24c Cours Dominique Schneider

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les systèmes à deux composants chez les bactéries. Les systèmes à deux composants chez les bactéries. UE BIO24c Cours Dominique Schneider"

Transcription

1 Les systèmes à deux composants chez les bactéries. Les systèmes à deux composants chez les bactéries. UE BIO24c Cours ominique Schneider UE BIO24c Cours ominique Schneider

2 «Sentir» l environnement et s y adapter Les bactéries colonisent la plupart des niches écologiques. Souvent environnements changeants. Thermophiles Anaérobies Halophiles sychrophiles Barophiles Non athogènes Acidophiles athogènes Salmonella Agrobacterium étection des changements d environnements et adaptation de la physiologie.

3 Outils de perception de l environnement es protéines régulatrices : étection directe du signal Fixation d un ligand (signal) qui modifie l affinité des protéines régulatrices pour l AN Régulation de gènes cibles Adaptation Exemples: CR (Catabolite Repressor rotein) : ligand = AMc Fur (Ferric Uptake Regulator) : ligand = fer ferreux (Fe 2+ ) Les systèmes à deux composants : systèmes les plus répandus détection du signal puis transduction de ce dernier

4 Les systèmes à deux composants étecteur Signal Signal Membrane plasmique Senseur N (Histidine kinase) Transmetteur H N AT A H N H C C C hospho-transfert Régulateur de réponse Receveur Effecteur Régulateur actif Régulateur inactif Fixation à l AN

5 Les systèmes à deux composants résents dans de nombreux organismes : Bactéries Archaebactéries Eucaryotes unicellulaires Champignons lantes Rôles : Adaptation (stress, carences) Métabolisme Virulence ifférenciation

6 Exemples de systèmes à deux composants Senseur EnvZ Régulateur de réponse OmpR Rôle Régulation porines Organisme Escherichia coli Salmonella hor hob Carences phosphate Escherichia coli ArcB ArcA Conditions oxygène Escherichia coli FixL FixJ Fixation azote Rhizobium meliloti NarX NarL Nitrate réductase Escherichia coli BvgS BvgA Virulence Bordetella pertussis hoq ho Virulence Salmonella typhimurium Com ComA Compétence Bacillus subtilis CheA CheY Chimiotactisme Escherichia coli Salmonella

7 Les senseurs classiques étecteur eux régions distinctes : étecteur N-terminal, détection du signal Transmetteur C-terminal, transfert du signal au régulateur de réponse. Région charnière: transfert signal entre détecteur et transmetteur. Représentation dans les bases de données protéiques (SMART): N C Charnière Transmetteur HisKA : domaine portant le site accepteur de phosphate des histidine kinases + domaine de dimérisation HATase_c : domaine ATase des histidine kinases Signaux détectés: Ions : Mg2+, Ca2+ etites molécules : sucres, alcools, Facteurs physiques : pression, lumière,

8 Les senseurs : le domaine détecteur N-terminal Majorité des senseurs : ancrés à la membrane plasmique par des segments transmembranaires (classiquement 2, jouant parfois un rôle dans la détection du signal) domaine détecteur extra-cytoplasmique (périplasme pour les Gram-) Certains senseurs : libres dans le cytoplasme (pas de segment transmembranaire) domaine détecteur localisé dans le cytoplasme étection du signal : le plus souvent directe parfois, intervention d une protéine auxiliaire.

9 Les senseurs : la transmission du signal étection du signal: transmission du signal à travers la membrane vers le module transmetteur Mécanisme proposé : Changement de conformation du domaine détecteur en présence du signal Transmission à travers la membrane par les segments transmembranaires Changement de conformation au niveau de la région charnière Activation du domaine transmetteur. + signal

10 Les senseurs : le domaine transmetteur Taille : environ 240 acides aminés résence de 4 motifs très conservés: Motif H : le plus conservé, contenant le résidu histidine cible de l autophosphorylation (/N)xxxhxxxhhNLhxNAhx(F/G/Y)(S/T) hxhxhxxgxghxxxxxxxhfxxf N H N F G C Fhxxh(S/T/A) H (/E)h(R/K)TLxxh GGxGLGLxhhxxhhxxxxGxhxhxxxxxxGxxFxhxh

11 Les senseurs : le domaine transmetteur rotéines dimériques hosphorylation de l histidine conservée en trans eux sous domaines : de dimérisation contenant le résidu histidine conservé (Hp) catalytique responsable de l activité autokinase du senseur et capable de fixer le nucléotide nécessaire à cette activité (CA). N N CA AT AT CA Hp Hp

12 Les régulateurs de réponse (RR) eux modules: le module receveur présent dans tous les régulateurs de réponse porte le site accepteur de phosphate qui est phosphorylé par le senseur représentation dans les bases de données : le module effecteur présent dans un grand nombre de RR souvent un domaine de fixation à l AN. Receveur Effecteur

13 Les régulateurs de réponse : le module receveur Taille : environ 120 résidus lusieurs résidus très conservés : 3 résidus aspartate : 2 résidus Asp à l extrémité N-terminale 1 résidu Asp = site phosphorylé par le senseur 1 résidu lysine à l extrémité C-terminale. K

14 Les régulateurs de réponse : le module effecteur résent dans la majorité des RR Localisé le plus souvent à l extrémité C-terminale Trois familles en fonction du mode d action : modules de fixation à l AN les plus abondants classés en 7 sous familles Famille OmpR (hob, TorR, VirG, ArcA, ) WH Famille FixJ/NarL (egu, RcsB, ComA, UhpA, EvgA, ) HTH Famille NtrC (NifR1, AlgB, ) AT HTH modules impliqués dans des interactions protéine-protéine Famille CheY modules présentant une activité enzymatique. Famille CheB (RegA, ) Enz

15 Les modules effecteurs de liaison à l AN Famille OmpR (~ 230 résidus) : WH activation et/ou répression de promoteurs transcrits par ARN-σ 70 un domaine de fixation à l AN de type «Winged Helix» (hélice ailée) Famille FixJ/NarL (~ 220 résidus) : HTH activation de promoteurs transcrits par ARN-σ 70 un domaine de fixation à l AN classique HTH (hélice-tour-hélice) Famille NtrC (~ 460 résidus): activation des promoteurs transcrits par ARN-σ 54 un domaine de fixation à l AN classique HTH (hélice-tour-hélice) un domaine additionnel portant une activité ATase. AT HTH

16 Mécanismes d activation des régulateurs par phosphorylation La phosphorylation du module receveur peut permettre : 1. La libération du module effecteur Effecteur Effecteur 2. La dimérisation du module effecteur ou Effecteur Effecteur Effecteur Effecteur Effecteur 3. La libération et la dimérisation du module effecteur ou Effecteur Effecteur Effecteur Effecteur Effecteur Effecteur

17 Les systèmes à deux composants classiques : un phosphorelais en deux étapes Signal Signal N N N AT H H H C A C 1. Autophosphorylation C 2. hosphotransfert Fixation à l AN

18 es senseurs plus complexes Senseur classique Senseur hybride Senseur non orthodoxe H1 H1 Transmetteur classique H1 H1 1 Receveur 1 1 Transmetteur alternatif H2 H2 Receveur 1 : homologue au module receveur des RR Transmetteur alternatif (Ht : Histidine hosphotransfert ou H2): module d ~ 120 résidus un résidu histidine conservé, site de phosphorylation.

19 Les systèmes à deux composants complexes : un phosphorelais en quatre étapes Signal Signal N N AT H1 H1 AT 1 1 H2 2 H2 2 C

20 hosphorelais classiques Senseur orthodoxe H1 EnvZ 1 OmpR AN Osmorégulation (E. coli) Senseur type CheA H1 CheA CheY CheB 1 1 Enz Chimiotactisme (E. coli) hosphorelais complexes Senseur non-orthodoxe H1 1 H2 1 ArcB ArcA AN Contrôle anaérobie (E. coli) Senseur hybride H1 Sln1 1 H2 Ypd1 1 Ssk1 Osmorégulation (S. cerevisiae) Senseur orthodoxe KinA KinC H1 H1 Spo0F 1 H2 Spo0B 1 Spo0A AN Sporulation (B. subtilis)

21 Mécanisme de régulation des phosphorelais Activité des phosphorelais : régulée pour permettre l adaptation aux changements environnementaux éphosphorylation du RR quand signal disparaît : par le RR lui-même si activité phosphatase intrinsèque par des protéines annexes : le senseur partenaire du RR une protéine auxiliaire telle qu une phosphatase Modulation de l activité si présence d un signal antagoniste protéines bloquant l activité kinase des senseurs (anti-kinase) protéines bloquant la fixation du RR sur sa cible AN Régulation transcriptionnelle autorégulation positive ou négative.

22 éphosphorylation du régulateur de réponse par le senseur partenaire N Senseur orthodoxe H1 N H1 Senseur non-orthodoxe C 1? H2 C hosphorelais inverse Régulateur de réponse

23 Régulation d un phosphorelais complexe : le déclenchement de la sporulation chez Bacillus subtilis KinB KinC Kin N N N N Sda H1 H1 H1 N Anti-kinases KipA KinA - - H1 - KipI RapA RapB RapF C C 1 + H2 C C 1 H2 C H1 Spo0F Spo0B KinE 2 Effecteur 2 Effecteur Spo0A hosphatases + Spo0E

24 Le «Quorum-Sensing» chez les bactéries. UE BIO24c Cours ominique Schneider

25 La communication intercellulaire Utilisation par les bactéries de molécules chimiques pour communiquer et coordonner l expression génétique hénomène de régulation par «Quorum Sensing» Mécanisme permettant à une population bactérienne de percevoir la densité cellulaire grâce à de petites molécules chimiques appelées autoinducteurs ou phéromones.

26 Les bactéries capables de Quorum Sensing roduction et relargage de molécules chimiques (signal) appelées autoinducteurs Concentration externe en autoinducteurs augmente avec l accroissement de la densité cellulaire étection d une concentration critique seuil d autoinducteurs et altération de l expression des gènes Synchronisation d un comportement particulier à l échelle d une population Bactéries fonctionnant comme un organisme multicellulaire.

27 Le Quorum Sensing chez les bactéries à Gram négatif Le 1 er décrit : le système Lux chez Vibrio fischeri bactérie marine luminescente mode vie : libre dans milieu marin colonisation de l organe lumineux d une espèce de calmar (symbiose) quand forte densité bactérienne, induction de l expression des gènes nécessaires à la production de lumière. Jour 1: multiplication des bactéries Nuit: forte densité et émission de lumière Jour 2: relarguarge des bactéries. Calmar et émission de lumière: Attraction des proies Attraction sexuelle Répulsion des prédateurs (éblouissement, camouflage).

28 Le système Lux de Vibrio fischeri luxicabe: opéron luciférase nécessaire à la production de lumière luxr et luxi: gènes régulateurs de l expression de luxicabe. LuxAB : sous-unités α et β de la luciférase LuxCE : sous-unités d une acide réductase nécessaire pour l obtention du substrat de la luciférase LuxI : acyl-homosérine lactone synthase biosynthèse de l autoinducteur, une acyl-homosérine lactone (acyl-hsl) LuxR : activateur transcriptionnel fixant l autoinducteur domaine N-terminal = domaine de fixation de l acyl-hsl domaine C-terminal = domaine de fixation à l AN

29 Le système Lux de Vibrio fischeri Mécanisme : roduction de l Acyl-HSL par LuxI et diffusion Quand [Acyl-HSL] critique atteinte, fixation sur LuxR Fixation LuxR activé sur boîtes lux du promoteur de l opéron lux Activation de la transcription de l opéron lux roduction de lumière.

30 Le système Lux de Vibrio fischeri Faible densité cellulaire Transcription opérons lux à un niveau basal Niveau faible de LuxR et de LuxI Faible quantité de la molécule signal (HSL). Forte densité cellulaire Grande quantité de HSL Activation de LuxR Induction des opérons lux roduction accrue de LuxR, LuxI et HSL hénomène d autoinduction Emission de lumière. Holden et al. (2007) Encyclopedia of Life Sciences

31 Quorum Sensing chez les bactéries à Gram négatif Homologues au système Lux chez de nombreuses bactéries à Gram négatif Essentiellement symbiotiques ou pathogènes. Organismes Systèmes hénotypes régulés par QS Agrobacterium tumefaciens Tra Transfert conjugatif du plasmide Ti Erwinia carotovora Car roduction de carbapénèmes seudomonas aeruginosa Las Rhl roduction de facteurs de virulence Un régulateur R fixe spécifiquement une acyl-hsl donnée.

32 Les molécules-signal : les Acyl-HSL Cycle homosérine lactone conservé R Chaîne acyl : variation en longueur et en substitution O N H O O Groupements R Autoinducteurs Synthases Organismes OH C4 HSL RhlI seudomonas aeruginosa 3-hydroxy-C4 HSL LuxM Vibrio harveyi O O 3-oxo-C6 HSL LuxI Vibrio fischeri 3-oxo-C8 HSL TraI Agrobacterium tumefaciens

33 Le Quorum Sensing chez les bactéries à Gram positif Mécanisme différent des bactéries à Gram négatif : Signal = peptide souvent clivé et modifié Relarguage du signal : pas de diffusion mais un transport (utilisation de transporteurs spécifiques des oligopeptides) étection et transduction du signal : système à deux composants étection du signal par le senseur (histidine kinase) Autophosphorylation du senseur hosphorylation du régulateur de réponse Activation des gènes cibles par le régulateur phosphorylé.

34 Le système Agr de Staphylococcus aureus S. aureus = bactérie invasive causant de nombreuses maladies infectieuses chez l homme Régulation de la production des facteurs de virulence au cours des différents stades de l infection Changement dans l expression des gènes de virulence dépend d un système de régulation globale : agr (accessory gene regulator) Locus agr : rnaiii : code un petit ARN Opéron agrbca : code les protéines du Quorum Sensing agr : code le peptide précurseur (pro-ai) agrb : code une protéine avec activités de transporteur et de protéolyse agrca : codent un système à deux composants.

35 Le système Agr de Staphylococcus aureus Mécanisme : roduction de Agr (pro-ai) Sécrétion et clivage de pro-ai en AI par AgrB étection de AI par le senseur AgrC Autophosphorylation de AgrC et transfert de phosphate sur AgrA Activation de rnaiii et de l opéron agrbca par AgrA phosphorylé.

36 La molécule signal AI-2 Actuellement la seule molécule connue à être synthétisée à la fois par des bactéries à Gram positif et à Gram négatif Synthétisée par LuxS AI-2 = signal pour une communication inter-espèces Gène luxs : très conservé et présent dans plus de 60 espèces différentes (Gram positif et Gram négatif). Le système LuxS/AI-2 chez Vibrio harveyi V. harveyi : bactérie marine à Gram négatif Système LuxS/AI-2 impliqué dans régulation de la bioluminescence AI-2 se fixe sur une protéine périplasmique, Lux Complexe Lux/AI-2 interagit avec domaine périplasmique de LuxQ (HK).

37 Vibrio harveyi : trois systèmes de Quorum Sensing Trois signaux : - une acyl-hsl synthétisée par LuxM - la molécule AI-2 synthétisée par LuxS - la molécule CAI-1 dont la synthèse dépend de CqsA. Trois senseurs (HK) hybrides : - LuxN : détection de l acyl-hsl - LuxQ : détection du complexe Lux/AI-2 - CsqS : détection de CAI-1. 1 protéine LuxU (Hpt) et 1 protéine LuxO (RR)

38 Vibrio harveyi : Fonctionnement du Quorum sensing as de signaux. Signaux produits par LuxM, LuxS et CqsA dans le cytoplasme. iffusion ou transport des signaux à l extérieur. résence des signaux : LuxN, LuxQ et CsqS = phosphatases Absence des signaux : LuxN, LuxQ et CsqS = kinases hosphorelai inverse LuxO déphosphorylé bioluminescence, etc hosphorelai 4 étapes LuxO phosphorylé Transferts de groupements phosphate. Activations. Répressions. Milton Int. J. Medical Microbiol., 296, 2006,

39 Importance des signaux cellules-cellules dans un monde peuplé de nombreuses autres espèces.

40 Le quorum-sensing: interactions intra- et inter-espèces chez Vibrio Organisation en communautés multi-espèces. Communication entre les individus au sein d un groupe. ifférentiation entre le «soi» et le «non-soi». roduction et détection de signaux chimiques: quorum-sensing. Voleurs, assassins, espions dans le monde microbien.

41 Vols rotection contre les vols Assassins Tuer les bactéries «non-soi» et protéger le «soi». Capacités de stopper les conversations, d espionner.

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles 19 octobre 2007 Inhibition des défenses de l hôte par les bactéries pathogènes Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux Gwennola ERMEL I Détection

Plus en détail

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Introduction Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Informatique: - stocker les données - éditer les données - analyser les données (computational

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet Régulation GAL4 chez S. cerevisiae Annie Sainsard-Chanet Contrôle de l expression génique Mécanismes qui régulent, augmentent ou diminuent l expression d un gène donné suivant le milieu, le tissu, le stade

Plus en détail

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points)

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points) Université Joseph Fourier - Grenoble I Année 2007-2008 Epreuve de BIO121 1 ère session mai 2008 Durée : 2 heures Les documents, la calculette et le téléphone portable ne sont pas autorisés. Total des points

Plus en détail

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI Chapitre 5 : La transcription UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 5. La transcription

Plus en détail

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek

Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek Cellules procaryotes Service histologie Pr.k.mebarek I) Les cellules procaryotes II) Les cellules eucaryotes o 1) Caractéristiques générales des cellules eucaryotes o 2) Organisation des cellules eucaryotes

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

Université de Sherbrooke. Par Marie-Pier Bouchard Département de Biochimie

Université de Sherbrooke. Par Marie-Pier Bouchard Département de Biochimie Université de Sherbrooke Identification et caractérisation de la régulation de systèmes à deux composants impliqués dans la virulence de Salmonella Typhimurium par des ARN régulateurs Par Marie-Pier Bouchard

Plus en détail

LA BIOLUMINESCENCE. 1 Introduction. 2 Définition. 3 Le phénomène. 4 Les différentes formes de bioluminescence

LA BIOLUMINESCENCE. 1 Introduction. 2 Définition. 3 Le phénomène. 4 Les différentes formes de bioluminescence LA BIOLUMINESCENCE 1 Introduction 2 Définition 3 Le phénomène 4 Les différentes formes de bioluminescence 5 Pourquoi les animaux émettent de la lumière 6 Annexes Introduction Des insectes comme le lampyre

Plus en détail

I. La levure Saccharomyces cerevisiae: mode de vie

I. La levure Saccharomyces cerevisiae: mode de vie LES LEVURES UE «levures» -5 avril: généralités (MN Simon) -6 avril: analyse génétique (MN Simon) -6 avril: Cycle cellulaire I: la réplication (E. bailly) -7 avril: Cycle cellulaire II: la mitose (E. Bailly)

Plus en détail

Cours 5. Transmission et remaniement de l information génétique. http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/

Cours 5. Transmission et remaniement de l information génétique. http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/ Cours 5 Transmission et remaniement de l information génétique http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/ 1 Plan Rappels sur la réplication de l ADN Le cycle cellulaire et ses contrôles La mitose Recombinaisons

Plus en détail

PROTECTION TOTALE AU QUOTIDIEN

PROTECTION TOTALE AU QUOTIDIEN PROTECTION TOTALE AU QUOTIDIEN L'OZONE L'OZONE EST UN GAZ INCOLORE (À HAUTES CONCENTRATIONS, IL EST BLEUTÉ), D'ODEUR ACIDE, ODEUR ATYPIQUE QUI SE SENT APRÈS UN ORAGE ACCOMPAGNÉ D'ÉCLAIRS. LE SYMBOLE EST

Plus en détail

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée.

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Les thérapies ciblées du cancer Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Une thérapie ciblée est un traitement qui agit par un mécanisme spécifique sur des altérations biologiques

Plus en détail

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire

Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire UE2 : Structure générale de la cellule Chapitre 7 : Structure de la cellule Le noyau cellulaire Professeur Michel SEVE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne

ULBI 101 Biologie Cellulaire L1. Le Système Membranaire Interne ULBI 101 Biologie Cellulaire L1 Le Système Membranaire Interne De la nécessité d un SMI Le volume augmente comme le cube de la dimension linéaire, alors que la surface n'est augmentée que du carré Une

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE GROUPEMENT DE RECHERCHE 2008-2011 GDR PSEUDOMONAS

CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE GROUPEMENT DE RECHERCHE 2008-2011 GDR PSEUDOMONAS 1 CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE GROUPEMENT DE RECHERCHE 2008-2011 GDR PSEUDOMONAS QuickTimeᆰ et un dᆰcompresseur GIF sont requis pour visualiser cette image. RESPONSABLE : Patrick PLESIAT

Plus en détail

CHAPITRE 3 : Interaction et réseau

CHAPITRE 3 : Interaction et réseau Cellule & Futur Biologie théorique & Philosophie EXTRAIT DE THÈSE POUR LE WEB CHAPITRE 3 : Interaction et réseau Auteur : Guillaume BAPTIST Directeur de thèse : Hans GEISELMANN Thèse préparée au sein du

Plus en détail

Recherche de parenté entre les vertébrés

Recherche de parenté entre les vertébrés 1 CHAPITRE A Recherche de parenté entre les vertébrés 2 Chapitre A : Recherche de parentés entre les êtres vivants Tous les êtres vivants présentent des structures cellulaires et un fonctionnement commun

Plus en détail

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau 3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés Structure Les ARN sont des polymères de RiboNucléotides liés par des liaisons phosophodiester 5'-3'. Les bases azotées sont A-U, C-G. Le sucre est le

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

VI- Expression du génome

VI- Expression du génome VI- Expression du génome VI-1.- EXPRESSION DU GÉNOME- PRINCIPES GÉNÉRAUX DOGME CENTRAL Les gènes et l information génétique sont conservés sous forme d acides nucléiques La perpétuation à l identique de

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT DATE SEQUENCE lundi 12 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Lundi 12 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DE BIOLOGIE CELLULAIRE : BIOLOGIE MOLÉCULAIRE

ENSEIGNEMENT DE BIOLOGIE CELLULAIRE : BIOLOGIE MOLÉCULAIRE ENSEIGNEMENT DE BIOLOGIE CELLULAIRE : BIOLOGIE MOLÉCULAIRE UNIVERSITÉ DES ANTILLES-GUYANE PREMIÈRE ANNÉE COMMUNE DES ETUDES DE SANTÉ DR MARYSE ETIENNE-JULAN-OTTO Gènes VI B. LEWIN DeBoeck Université BIBLIOGRAPHIE

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT DATE SEQUENCE jeudi 8 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Jeudi 8 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Etude transcriptomique de la dégradation des parois lignocellulosiques de son et paille de blé durant la croissance de Thermobacillus xylanilyticus

Etude transcriptomique de la dégradation des parois lignocellulosiques de son et paille de blé durant la croissance de Thermobacillus xylanilyticus Journées SFR condorcet Compiègne 8-9 juillet 2015 Projet Hydroseq : UMR FARE-CRRBM Etude transcriptomique de la dégradation des parois lignocellulosiques de son et paille de blé durant la croissance de

Plus en détail

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines?

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? Avant la publication de la séquence complète de l ADN du génome humain, au début des années 2000, on estimait le nombre de gènes à environ 300.000.

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015

Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015 Andrew Tolonen atolonen@genoscope.cns.fr Travaux dirigés de Microbiologie Master I Sciences des Génomes et des Organismes Janvier 2015 A- Généralités I- La vie sur terre telle que nous la connaissons ne

Plus en détail

Respiration Mitochondriale

Respiration Mitochondriale Université Pierre et Marie Curie Respiration Mitochondriale Objectifs au cours de Révisions Biochimie PCEM2 Révisions Biochimie Métabolique 2004-2005 Pr. A. Raisonnier (alain.raisonnier@upmc.fr) Mise à

Plus en détail

voies de signalisation

voies de signalisation Olivier Lascols Faculté de Médecine ierre et Marie Curie Généralités s sur les voies de signalisation 1 I. Caractérisation risation d une d voie de transduction d un d signal Exemple du Signal Mitogénique

Plus en détail

Physiopathologie du biofilm sur matériel. Stéphane CORVEC, Service de Bactériologie-Hygiène hospitalière, CHU de Nantes

Physiopathologie du biofilm sur matériel. Stéphane CORVEC, Service de Bactériologie-Hygiène hospitalière, CHU de Nantes Physiopathologie du biofilm sur matériel 1 Stéphane CORVEC, Service de Bactériologie-Hygiène hospitalière, CHU de Nantes Sommaire 1- Historique, définition et implication du biofilm 2- Cycle du biofilm

Plus en détail

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques D. Gilis Bioinformatique génomique et structurale Faculté des sciences appliquées Université Libre de Bruxelles Objectif: illustrer en quoi

Plus en détail

Utilisation des substrats énergétiques

Utilisation des substrats énergétiques Utilisation des substrats énergétiques Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Les organes et les substrats... 3 I.1 Les substrats énergétiques...

Plus en détail

3. METHODES ALTERNATIVES

3. METHODES ALTERNATIVES POURQUOI? Inconvénients des méthodes classiques Besoins: Rapidité Précision Faible coût Spécificité Principe des méthodes alternatives: pas de mise en culture LES ACTIVITES ENZYMATIQUES PHOSPHATASES 4-paranitrophényl

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

TUTORAT UE spé MCF CORRECTION Concours 2012-2013

TUTORAT UE spé MCF CORRECTION Concours 2012-2013 TUTORAT UE spé MCF CORRECTION Concours 2012-2013 réalisée par les tuteurs, non contrôlée par les professeurs de l'ue NON OFFICIELLE QCM n 1 : A, B, D, E L homéocode odontogénique regroupe 4 principaux

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

Transport des gaz dans le sang

Transport des gaz dans le sang UE3-2 - Physiologie Physiologie Respiratoire Chapitre 9 : Transport des gaz dans le sang Docteur Sandrine LAUNOIS-ROLLINAT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales Université Joseph Fourier FACULTE DE MEDECINE 38700 LA TRONCHE Année Universitaire 2012/2013 EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales 1ère SESSION UE 5.1 : Biochimie 1 Lundi 4 février 2013 8h30 à 9h30

Plus en détail

Vue d ensemble de la vie microbienne

Vue d ensemble de la vie microbienne Vue d ensemble de la vie microbienne C HAPITRE D EUX I Structure cellulaire et évolution 22 2.1 Les structures cellulaires et virales 22 2.2 L organisation de l ADN dans les cellules microbiennes 24 2.3

Plus en détail

1. L ADN et l information génétique. l ADN l information génétique est contenue dans l ADN. traduction. comment fait-on une protéine?

1. L ADN et l information génétique. l ADN l information génétique est contenue dans l ADN. traduction. comment fait-on une protéine? 1. L ADN et l information génétique l ADN l information génétique est contenue dans l ADN (ADN) (ARN) 1 2 A G T C U comment fait-on une protéine? traduction l information génétique est organisée par triplets

Plus en détail

Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction

Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction Pattern d expression chez les rongeurs, dans l ovaire humain, et fonction de reproduction dans des modèles de souris transgéniques

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

Académie d'agriculture de France

Académie d'agriculture de France Académie d'agriculture de France Les rhamnolipides : des stimulateurs de défense des plantes prometteurs? Conditions contrôlées du laboratoire versus champ Fabienne Baillieul 6 février 2013 Immunité induite

Plus en détail

Sommaire. Première partie Les concepts de base

Sommaire. Première partie Les concepts de base Sommaire Préface à la troisième édition... Préface à la deuxième édition... Avant-propos à la troisième édition... Avant-propos à la deuxième édition... Avant-propos à la première édition... XV XVII XIX

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie. Bactériologie. Niveau DCEM1 2002-2003. Service de Bactériologie

Université Pierre et Marie Curie. Bactériologie. Niveau DCEM1 2002-2003. Service de Bactériologie Université Pierre et Marie Curie Bactériologie Niveau DCEM1 2002-2003 Service de Bactériologie Mise à jour : 24 mars 2003 2/122 Bactériologie - Service de Bactériologie 2002-2003 Table des matières Table

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Imagerie biologique. CARDINET RémyR LARRAUFIE Pierre MASSUÉ Cyriac 24/09/2009

Imagerie biologique. CARDINET RémyR LARRAUFIE Pierre MASSUÉ Cyriac 24/09/2009 Imagerie biologique Etude d articles d scientifiques CARDINET RémyR LARRAUFIE Pierre MASSUÉ Cyriac 24/09/2009 Imagerie biologique Quelques éléments de biologie cellulaire Etude d article d : Limitation

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

Production d une protéine recombinante

Production d une protéine recombinante 99 Production d une protéine recombinante Lic. B. PIRSON Lic. J-M. SERONT ISICHt - Mons Production de la protéine recombinante GFP (Green Fluorescent Protein d Aequoria victoria) par une bactérie ( E.

Plus en détail

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1)

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) Apport de la Biologie Cellulaire et Moléculaire aux innovations médicales (bases et prérequis de biologie cellulaire

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

TRANSCRIPTION TRADUCTION

TRANSCRIPTION TRADUCTION 4 TRANSCRIPTION TRADUCTION Objectifs : définir transcription et traduction et donner leur localisation cellulaire sur un schéma, identifier les acteurs de la transcription (ARNpol, brin transcrit, ARNm)

Plus en détail

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique.

Procédé en cours de validation dans l industrie pharmaceutique. 5/ Autres méthodes : 5.1. L énergie lumineuse pulsée : Procédé Pure Bright (brevet) : Environ 20 000 fois plus énergétique que la lumière solaire, la répétition (1 à 10) de flashes pulsés de lumière (450

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Formavie 2010. 2 Différentes versions du format PDB...3. 3 Les champs dans les fichiers PDB...4. 4 Le champ «ATOM»...5. 6 Limites du format PDB...

Formavie 2010. 2 Différentes versions du format PDB...3. 3 Les champs dans les fichiers PDB...4. 4 Le champ «ATOM»...5. 6 Limites du format PDB... Formavie 2010 Les fichiers PDB Les fichiers PDB contiennent les informations qui vont permettre à des logiciels de visualisation moléculaire (ex : RasTop ou Jmol) d afficher les molécules. Un fichier au

Plus en détail

Titre: Domaine scientifique : Mots clés : Directeurs de thèse : Institution des directeurs de thèse : Adresse email des directeurs de thèse :

Titre: Domaine scientifique : Mots clés : Directeurs de thèse : Institution des directeurs de thèse : Adresse email des directeurs de thèse : Titre: Détermination de l ensemble des ARNs non codants chez Ostreococcus, un modèle d algue unicellulaire marine infectée par des virus à ADN double brin Domaine scientifique : Génomique Mots clés : ARN

Plus en détail

Présentation ADN Fishbase. Jolien Bamps

Présentation ADN Fishbase. Jolien Bamps Présentation ADN Fishbase Jolien Bamps Les lois de Mendel et la transmission de l hérédité Gregor Mendel Moine et botaniste hongrois (1822-1884), en charge de maintenir le potager de son monastère Considéré

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

Caractérisation des interactions protéine ligand par échange 1 H/ 3 H : Application au complexe entre la protéine hasf1 et l histone H3

Caractérisation des interactions protéine ligand par échange 1 H/ 3 H : Application au complexe entre la protéine hasf1 et l histone H3 ORSAY N D ORDRE : 8658 Université de Paris Sud U.F.R. Scientifique d Orsay THESE de DOCTORAT Présentée par : Guillaume Mousseau Pour obtenir le grade de DOCTEUR EN SCIENCES DE L UNIVERSITE PARIS XI ORSAY

Plus en détail

G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J. Faria et A.B.R. Thomson

G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J. Faria et A.B.R. Thomson 15 Applications des techniques de génie génétique à la gastro-entérologie et à l hépatologie : Paradigmes fondamentaux de la biologie moléculaire de la cellule G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J.

Plus en détail

NOCOSPRAY CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES UN FONCTIONNEMENT TRÈS SIMPLE DE MULTIPLES OPTIONS PERMETTANT DE S ADAPTER À CHAQUE SITUATION

NOCOSPRAY CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES UN FONCTIONNEMENT TRÈS SIMPLE DE MULTIPLES OPTIONS PERMETTANT DE S ADAPTER À CHAQUE SITUATION NOCOSPRAY Notre concept est né de l association Nocospray + Nocolyse (machine/produit) pour une désinfection automatisée sous forme gazeuse. Il permet de traiter de façon automatisée l air et les surfaces

Plus en détail

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier Partie 3 : génétique Chapitre 1 : la transmission d un caractère au cours de la reproduction sexuée Rappel : la reproduction sexuée comprend 2 phénomènes fondamentaux successifs : La méiose lors de la

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

Séquence 4. La nature du vivant. Sommaire. 1. L unité structurale et chimique du vivant. 2. L ADN, support de l information génétique

Séquence 4. La nature du vivant. Sommaire. 1. L unité structurale et chimique du vivant. 2. L ADN, support de l information génétique Séquence 4 La nature du vivant Sommaire 1. L unité structurale et chimique du vivant 2. L ADN, support de l information génétique 3. Synthèse de la séquence 4. Exercices Devoir autocorrectif n 2 Séquence

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation. A. Galmiche, 2011-2012

Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation. A. Galmiche, 2011-2012 Techniques d étude des Gènes et de leur Régulation A. Galmiche, 2011-2012 1. Introduction et techniques de base 2. Détection des acides nucléiques et mesure de l expression des gènes: Hybridations PCR

Plus en détail

Génie Génétique. Characterization of a Brassica napus Myrosinase Expressed and Secreted by Pichia pastoris L3 IMS ISSBA

Génie Génétique. Characterization of a Brassica napus Myrosinase Expressed and Secreted by Pichia pastoris L3 IMS ISSBA L3 IMS ISSBA Génie Génétique Characterization of a Brassica napus Myrosinase Expressed and Secreted by Pichia pastoris COLONIER Thomas, DOMEN Robin, GUERIN Nathan Filière Biotechnologie L3 IMS ISSBA La

Plus en détail

L amélogénèse Dr Cuisinier

L amélogénèse Dr Cuisinier L amélogénèse Dr Cuisinier Lorsque la première couche de dentine est formée l'email se forme. L'amélogénèse est la synthèse et la sécrétion des molécules de la matrice de l'émail, la minéralisation de

Plus en détail

Annales de Biologie Cellulaire QCM (niveau SVT 1 er année)

Annales de Biologie Cellulaire QCM (niveau SVT 1 er année) Annales de Biologie Cellulaire QCM (niveau SVT 1 er année) Equipe pédagogique Université Bordeaux-1 Didier Morin, Michel Moenner, Sophie North, Gérard Tramu et IJsbrand Kramer Contact : i.kramer@iecb.u-bordeaux.fr

Plus en détail

Méthodes d études. Chapitre 8 : Professeur Joël LUNARDI. UE1 : Biochimie Biologie moléculaire

Méthodes d études. Chapitre 8 : Professeur Joël LUNARDI. UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Chapitre 8 : UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Méthodes d études Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 8. 8. Méthodes

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

Professeur Diane GODIN-RIBUOT

Professeur Diane GODIN-RIBUOT UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 5 : Mesure de la fonction rénale : la clairance rénale Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

La relation Structure Dynamique Fonctions

La relation Structure Dynamique Fonctions La relation Structure Dynamique Fonctions Ex 1 : Mouvement de chaînes latérales pour la fonction de la Myoglobine Ex 2 : Dynamique et équilibres allostériques (NtrC) Ex 3 : La fonction enzymatique de Purine

Plus en détail

Différences entre Homme et singes?

Différences entre Homme et singes? Différences entre Homme et singes? Différences entre Homme et singes? Apparition de l œil? Apparition du vol? Apparition des hémoglobines? Molécule d hémoglobine HEME Chaîne polypeptidique de type 2 Chaîne

Plus en détail

DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE, RELATIONS AVEC L ENVIRONNEMENT

DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE, RELATIONS AVEC L ENVIRONNEMENT DU GÉNOTYPE AU PHÉNOTYPE, RELATIONS AVEC L ENVIRONNEMENT activités Notions construites Mots clés Demander de décrire morphologiquement voisin/ voisine, lui demander son groupe sanguin, ses performances

Plus en détail

ORIGINE ET DIFFERENTS TYPES DE RYTHMES BIOLOGIQUES. Carine Bécamel carine.becamel@igf.cnrs.fr 04 67 14 29 83

ORIGINE ET DIFFERENTS TYPES DE RYTHMES BIOLOGIQUES. Carine Bécamel carine.becamel@igf.cnrs.fr 04 67 14 29 83 ORIGINE ET DIFFERENTS TYPES DE RYTHMES BIOLOGIQUES Carine Bécamel carine.becamel@igf.cnrs.fr 04 67 14 29 83 INTRODUCTION Rythmes biologiques: définition Tout être vivant (humain, animal, végétal) est soumis

Plus en détail

L ELEVAGE TYPE : Poulailler de 1000 m² fixe. Age à l abattage de 42 jours minimum. Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, )

L ELEVAGE TYPE : Poulailler de 1000 m² fixe. Age à l abattage de 42 jours minimum. Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, ) LE POULET STANDARD L ELEVAGE TYPE : LES NORMES TECHNIQUES : Poulailler de 1000 m² fixe Souche à croissance rapide (ROSS, COBB, HYBRO, ) Densité à la mise en place : 23 poulets / m² Age à l abattage de

Plus en détail

Bêta-oxydation des acides gras

Bêta-oxydation des acides gras O C N C 2 O C 2 SO 3 O O acide taurocholique O C N C 2 COO O O O acide glycocholique Figure.2 Structure d un sel biliaire formé par conjugaison entre un acide biliaire (ici l acide cholique) soit avec

Plus en détail

4 : MÉTHODES D ANALYSE UTILISÉES EN ÉCOLOGIE MICROBIENNE

4 : MÉTHODES D ANALYSE UTILISÉES EN ÉCOLOGIE MICROBIENNE 4 : MÉTHODES D ANALYSE UTILISÉES EN ÉCOLOGIE MICROBIENNE L écologie microbienne (ou étude des micro-organismes de l environnement) étudie : les relations entre les différentes populations de micro-organismes

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

Les germes pathogènes dans l industrie agroalimentaire

Les germes pathogènes dans l industrie agroalimentaire Les germes pathogènes dans l industrie agroalimentaire VÉRONIQUE ZULIANI ET PASCAL GARRY CTSCCV, 7 avenue du Général de Gaulle, 94704 Maisons-Alfort Cedex Avec l aimable autorisation de la revue "Salles

Plus en détail

Le cycle cellulaire: Introduction

Le cycle cellulaire: Introduction Le cycle cellulaire: Introduction Dr Gerardo Ferbeyre Département de biochimie, E515 g.ferbeyre@umontreal.ca A étudier pour l examen L étude du cycle cellulaire est fascinante: Permet la compréhension

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE CNCURS SUR ÉPREUVES UVERT AUX CANDIDATS TITULAIRES D UN DIPLÔME U TITRE CNFÉRANT LE GRADE DE MASTER U D'UN DIPLÔME U TITRE HMLGUÉ U ENREGISTRÉ AU RÉPERTIRE NATINAL DES CERTIFICATINS PRFESSINNELLES AU NIVEAU

Plus en détail

METABOLISME DES LIPOPROTEINES

METABOLISME DES LIPOPROTEINES 1 Chapitre 19 Pr Claude ZINSOU METABOLISME DES LIPOPROTEINES OBJECTIFS De l enseignant Compléter les connaissances relatives au métabolisme des lipides, dans lequel nous avons insisté sur leur dégradation

Plus en détail

C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2

C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) > NOTE D APPLICATION N 2 C. Magdo, Altis Semiconductor (Corbeil-Essonne) - JANVIER 2008 INTRODUCTION La fabrication de semi-conducteurs nécessite un environnement de production extrêmement stable en température et hygrométrie.

Plus en détail

I Les caractères de l'individu :

I Les caractères de l'individu : Partie 1, Chapitre 1 LES CARACTÈRES DE L'INDIVIDU ET LEUR TRANSMISSION Rappels : Un être vivant : c'est un être qui naît, grandit, mange, rejete des déchets, se reproduit et meurt. Il est constitué de

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

Ovule vaginal pour stabiliser un milieu vaginal sain NOUVEAU

Ovule vaginal pour stabiliser un milieu vaginal sain NOUVEAU Ovule vaginal pour stabiliser un milieu vaginal sain NOUVEAU SymbioVag INFORMATIONS IMPORTANTES SUR SymbioVag Nous sommes heureux de l intérêt que vous portez à SymbioVag, notre nouvel ovule vaginal probiotique.

Plus en détail

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006 La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel En 1890 Emil Fisher a proposé le modèle "serrure et clé" pour expliquer la façon de fonctionner des systèmes biologiques. Un substrat rentre et

Plus en détail