Réflexions autour d un RESUME DE SORTIE pour les soins infirmiers

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réflexions autour d un RESUME DE SORTIE pour les soins infirmiers"

Transcription

1 Annexe 4 Réflexions autour d un RESUME DE SORTIE pour les soins infirmiers («résumé de soins infirmiers») Juin 2006

2 Table des matières Table des matières... 2 Avant-propos Le processus de sortie et sa documentation Qu est-ce qu un «résumé de soins infirmiers» A qui est destiné le «résumé de soins infirmiers»? A quoi sert un «résumé de soins infirmiers»? Quel est le contenu d un «résumé de soins infirmiers»? Comment rédiger un «résumé de soins infirmiers»? Quand rédiger le «résumé de soins infirmiers»? Comment s y prendre? Comment choisir ce qui est «déterminant»? Qui doit établir le «résumé de soins infirmiers»? Le codage d un «résumé de soins infirmiers» Conclusion...10 Annexes...11 Annexe 1 : Membres du groupe de travail chargé de la rédaction du concept de «résumé de sortie»...12 Annexe 2 : Bibliographie...13 Annexe 3 : Glossaire des principales définitions...14 Annexe 4 : Abréviations...15 NURSING data /Juin

3 Avant-propos Le Nursing Minimum Data Set suisse (CH-NMDS) est une liste minimale de données, permettant de décrire la contribution des soins infirmiers à d autres fins que des fins cliniques. Le principe de la récolte de ces données est basé sur les processus déjà établis au niveau de la statistique fédérale 1 et notamment de la statistique médicale des hôpitaux. C est ainsi qu il a été décidé d utiliser des données cliniques saisies de routine et, notamment, le «résumé de sortie», afin d effectuer sur cette base le codage des données de soins infirmiers à des fins statistiques. Or, le test du CH-NMDS effectué en a mis en évidence une difficulté majeure : le «résumé de sortie» ne fait pas encore partie des routines infirmières. Une majorité de participants s est montrée favorable à ce que cela devienne le cas, à la condition toutefois que la démarche s avère utile pour la pratique quotidienne. En effet la tâche est perçue comme compliquée mais aussi comme réalisable dans tous les domaines de soins, même les soins à domicile. Il s est donc avéré nécessaire de réfléchir à ce qu est un «résumé de sortie» pour les soins infirmiers (appelé dans la suite de ce texte «résumé de soins infirmiers»), dans quel contexte il s inscrit, à qui il est utile ainsi que pourquoi et comment le réaliser, afin qu il devienne rapidement partie intégrante du dossier de soins du patient. Il s agit ici d une première réflexion qui doit être approfondie. Elle a pu être effectuée dans la dernière étape du projet NURSING data. Un grand merci à tous ceux qui y ont contribué par leur expertise et leurs conseils, et notamment aux membres du groupe de travail, constitué pour l occasion A. Berthou, A. Junger, S. Kossaibati, Test du Nursing Minimum Data set suisse (CH-NMDS) (Test II), Rapport final, NURSING data, Novembre NURSING data /Juin

4 1. Le processus de sortie et sa documentation Le patient du 21 ème siècle est pris en charge par une chaîne ou un réseau de soins de santé, constitués de nombreux prestataires de soins (différentes institutions, différentes spécialités). La vitesse à laquelle il passe au travers de ces divers lieux de soins a tendance à augmenter, même s il souffre d une maladie chronique, car cette dernière occasionne souvent de nombreux allers-retours entre les différents centres responsables de son traitement. La diminution des durées de séjour conduit à sortir les patients de plus en plus tôt des services hospitaliers. Ces personnes ont donc souvent besoin de suivi (sous forme de soins ambulatoires, de soins à domicile ou d auto-soins). Dans ce contexte, il importe que le soignant du moment dispose rapidement d informations fiables. L enjeu majeur d un système de santé moderne réside par conséquent dans la garantie de la continuité de l information dans le processus de traitement. Le processus de sortie est un processus à la fois clinique et administratif, qui se trouve à l interface de chaque maillon de la chaîne de santé. Il implique différents acteurs du domaine sanitaire, y compris le patient et son entourage (2). Sur le plan clinique, la sortie est la conséquence d une décision, généralement médicale, de fin de traitement définitive ou de suite de traitement, avec un changement de lieu de prise en charge du patient. Sur le plan administratif, il existe plusieurs types de sorties : le transfert interne entre deux services du même établissement, la sortie vers le domicile, vers une autre institution ou le décès 3. La sortie induit sur le plan administratif un certain nombre de démarches, telles que : la facturation, le transfert et/ou l archivage du dossier du patient, mais aussi l envoi d information aux professionnels chargés du suivi du cas et la production de données pour la statistique. Le processus de sortie commence dès l admission (3). Il doit être préparé sur tous les plans et, en particulier, celui de l information. En effet, des problèmes peuvent survenir si la sortie est mal organisée et si les documents qui accompagnent le patient sont incomplets (8). Dans le contexte des réseaux de santé, une information écrite à la sortie est donc indispensable pour la bonne continuité des soins (2 et 5). Deux manières de procéder existent : Transmettre une lettre de sortie de professionnel à professionnel (6), dans la perspective du soignant. C est ce que font couramment les médecins. Transmettre une information à l intention, non seulement, des professionnels mais aussi, et avant tout, du patient. Avec la diminution actuelle de la durée de séjour, les patients doivent, de plus en plus souvent, poursuivre leur traitement après l hospitalisation. Il se peut qu ils se sentent «éjectés» du système, sans possibilité de choix, sans moyen de contrôle et sans savoir comment procéder en cas de problème (8). Cette communication vise à les informer et à les rendre plus autonomes vis-à-vis de la suite de leur traitement, mais aussi à informer les soignants qui termineront les soins. La rédaction d un document accompagnant la sortie du patient provient de la volonté d assurer la continuité des soins mais aussi de d améliorer l écrit pour mieux communiquer (2). Comme le temps des soignants est limité (8), elle vise à éviter de dédoubler le travail et à pallier aux 3 Le résumé administratif de fin d année, établi à des fins de gestion et statistiques, peut également être assimilé à cette catégorie. NURSING data /Juin

5 éventuels oublis et erreurs (9), en concentrant l information importante à un niveau pas trop détaillé. C est ainsi qu apparaît la nécessité de standardiser, voire automatiser, les documents. Cela passe par un accord entre partenaires sur ce sur quoi il faut communiquer. La tendance n est pas nouvelle en ce qui concerne les soins infirmiers, puisqu elle s est manifestée dans les années 80 déjà aux Etats-Unis et dans les années 90 en France (10). Dans un certain nombre d établissements des USA, le document accompagnant la sortie (appelé généralement «résumé de sortie 4») est préparé par le personnel infirmier 5, mais il est considéré comme une démarche pluridisciplinaire (3). Certains auteurs relèvent qu il est important de combiner l information médicale et infirmière, car il est indispensable de disposer d un formulaire et d un langage commun (5), afin d assurer une prise en charge cohérente. Dès lors, la structure du contenu devient déterminante, car ce dernier doit être centré sur le patient et non plus sur le métier. En Suisse le «résumé de soins infirmiers», établi à des fins statistiques est très rare. En général, comme décrit précédemment, il est essentiellement destiné à assurer la continuité des soins. Il est donc habituellement rédigé lors du transfert des patients. D un point de vue clinique, l épisode de soins ne correspond pas toujours précisément à l épisode médical. Les problématiques, par exemple chroniques, sont transversales sur plusieurs épisodes ou résolues dans un temps plus court. Il est donc indispensable de penser à un relevé des informations qui prenne en compte la diachronie des problématiques de soins. Toutes ces considérations pour en arriver à une conclusion : les soins infirmiers ont toujours des informations importantes à communiquer dans le cadre du processus de sortie des patients dont ils ont la charge. Cette communication est d autant plus importante que le projet de soins n est pas terminé et que des objectifs de soins restent à atteindre, avec l aide d autres professionnels ou alors avec la contribution du patient lui-même ou celle de son entourage. Elle doit s effectuer d un point de vue infirmier, dans un langage infirmier, et venir compléter l information médicale, afin d assurer la cohérence du suivi du traitement. Il y a plusieurs manières de parvenir à cette collaboration dans l information : le document d accompagnement de la sortie peut être unique («lettre de sortie») ou consister en un dossier réunissant plusieurs documents se complétant mutuellement («dossier de sortie»). L important est que les destinataires disposent rapidement d une information pluridisciplinaire, pertinente, complète et fiable. 2. Qu est-ce qu un «résumé de soins infirmiers» Un «résumé de soins infirmiers» est un «résumé de sortie» rédigé par les soins infirmiers. C est : une synthèse des événements qui se sont déroulés durant l épisode 6 de soins ; la synthèse des diagnostics de soins infirmiers, des objectifs poursuivis, des moyens mis en place, des interventions réalisées et des résultats obtenus durant l épisode ; 4 Résumé de sortie : Synthèse des événements qui se sont déroulés durant l épisode de soins; conclusion de la prise en charge du point de chaque profession de la santé, permettant de se faire une idée sur l état du patient durant le séjour et au moment de la sortie et d assurer la continuité des soins. 5 La raison principale à cela est que les infirmières y sont considérées comme étant au centre de tous les flux d information et comme étant responsables de la gestion de ces derniers. 6 Voir définition en annexe 3. NURSING data /Juin

6 la conclusion de la prise en charge, permettant de se faire une idée sur l état du patient durant le séjour et au moment de la sortie et d assurer la continuité des soins. Le «résumé de soins infirmiers» est le miroir de l activité de l équipe soignante et, de ce fait, de la contribution des professionnels infirmiers à la prise en charge. Il est en relation directe avec la réalité clinique du patient. Le «résumé de soins infirmiers» est un moyen de communication clinique qui vient compléter l information fournie par les autres professionnels de la santé qui sont intervenus dans la prise en charge. Il est complété par : 1. des informations administratives et des données d ordre général (bio-psycho-sociales), non caractéristiques de l épisode ; 2. des prescriptions ou des recommandations pour la suite de la prise en charge. Le «résumé de soins infirmiers» fait partie intégrante du dossier du patient (4). Il se prépare dès l admission et sert à assurer la continuité des soins, à «clôturer» le dossier en fin d épisode ainsi qu à produire des données pour la statistique. 3. A qui est destiné le «résumé de soins infirmiers»? Le «résumé de soins infirmiers» s adresse à tous les prestataires de soins intervenant dans la prise en charge d un patient : médecins, soins infirmiers, physiothérapeutes, ergothérapeutes, service social, pharmaciens, etc. qu ils appartiennent à une autre unité de soins, à un service d aide et de soins à domicile, à un EMS, ou qu ils exercent en ambulatoire. Il pourra constituer une information utile, voire déterminante, pour la carte de santé. L établissement d un tel «résumé» est prévu, généralement, dans deux types de situations : lorsque le patient quitte un lieu de soins et que la prise en charge est terminée (sortie proprement dite); lorsque le patient quitte un lieu de soins et qu il y a une continuité de la prise en charge, à assurer cette dernière (par une unité de soins du même établissement, un autre établissement, un service de soins à domicile ou ambulatoire, par exemple) (transfert); En outre, en tant que résumé du séjour, le «résumé de soins infirmiers» est destiné au codage à des fins autres que cliniques, par exemple : statistiques (statistiques fédérales, recherches épidémiologiques, etc.) ou économiques (SwissDRG). Comme toute autre partie de son dossier, le «résumé de soins infirmiers» est accessible au patient et doit pouvoir être géré par lui. Mais il est rédigé à l intention de professionnels. 4. A quoi sert un «résumé de soins infirmiers»? L implantation systématique d un «résumé de soins infirmiers» a pour but essentiellement d augmenter la vitesse de transmission de l information et d assurer la qualité et la fiabilité de cette dernière. Ainsi qu il l a été dit plus haut, l utilité est autant clinique, administrative que statistique. La rédaction d un «résumé de soins infirmiers» vise à : NURSING data /Juin

7 Mettre une synthèse de l épisode du patient à disposition des professionnels de la santé chargés du suivi (3), afin : o d assurer la continuité des soins ; o d éviter de répéter un certain nombre d actes ou de démarches (économie) ; o de donner au patient une information sur les soins qu il a reçus et qu il doit encore recevoir (1) et d informer son entourage ; o de contribuer à la qualité des soins par un suivi des résultats. Fournir des informations administratives, afin de : o fermer le dossier du patient (exigences légales) (3) ; o contribuer au pilotage des activités au service des soins infirmiers (10) : mesure de la charge en soins, dotation en personnel, etc. ; o appuyer la gestion économique comme outil d aide à la décision afin de participer à la détermination des coûts et à l allocation de ressources (SwissDRG, par exemple)(3) (10); o fournir des données statistiques, enrichir le système d information de santé et visualiser globalement les activités infirmières (10) (recherche clinique (10), formation (1), evidence-based nursing, etc.) ; o etc. 5. Quel est le contenu d un «résumé de soins infirmiers»? Dans la mesure où le «résumé de soins infirmiers» est le compte-rendu de l épisode qui se termine, il décrit de manière extrêmement synthétique et du point de vue des soins infirmiers la réalité clinique du patient durant l épisode, ainsi que le cadre dans lequel l épisode s est déroulé. Les données qu il doit contenir pour donner une vision complète du point de vue des soins infirmiers sont 7 : Les références du patient (nom, prénom, numéro d identification et de séjour, etc.), son sexe et sa date de naissance La date et l heure de l entrée Le lieu de prise en charge avant l entrée Les références du lieu dans où l épisode s est déroulé : o institution/organisation o unité dans l institution Les diagnostics infirmiers, ou aspects de santé déterminants pour l épisode considéré (qu il s agisse de ressources, de risques ou de problèmes) 8, rédigés dans le langage clinique de l institution. Seuls les éléments justifiant les interventions de soins infirmiers sont à retenir. La notion de «déterminant» est définie ci-dessous. 7 Voir NURSING data, Conception générale, Juin Pour NURSING data, il s agit de «phénomènes de soins infirmiers». Voir NURSING data, Conception générale, Juin 2006 NURSING data /Juin

8 L état de ces diagnostics infirmiers, ou aspects de la santé à la sortie : ils peuvent être résolus (ne justifient plus d interventions de soins infirmiers, les objectifs sont atteints) ou toujours actifs (justifient encore des interventions de soins infirmiers quel que soit le lieu où se trouve le patient). Les «interventions de soins infirmiers déterminantes» de l épisode, rédigées également dans le langage de l institution. Une intervention de soins infirmiers est «un ensemble d actions organisées en vue d atteindre un objectif infirmier» 9. Les interventions doivent se rapporter aux diagnostics infirmiers/aspects de la santé déterminants. Un diagnostic infirmier/aspect de la santé sans intervention ou vice-versa n apporte aucune information utile. Voir ci-dessous en quoi une intervention peut être considérée comme déterminante. S il y a eu ou non une intervention chirurgicale. La charge en soins infirmiers pour l ensemble de l épisode : total des minutes de soins requis ou des minutes de soins donnés ou niveau de charge en soins (classe, RUG, etc.) durant l épisode, avec mention de l outil utilisé pour la mesure et de l unité de mesure utilisée (minutes totales pour l épisode, minutes moyenne par jour, classe, etc.) et des dates de début et de fin de la mesure indiquée. La date et l heure de la sortie. Le lieu de prise en charge après la sortie. La date de la rédaction du résumé ainsi que le nom de la personne responsable de sa rédaction. Un espace complémentaire peut également contenir des éléments significatifs du séjour : réanimation, événement particulier ayant eu une influence sur le déroulement du traitement. 6. Comment rédiger un «résumé de soins infirmiers»? 6.1. Quand rédiger le «résumé de soins infirmiers»? De même que la sortie se prépare dès l entrée du patient, la rédaction du résumé de soins infirmiers doit se prévoir dès le début de l épisode. En effet, il est plus facile de noter en cours de route les éléments importants et de les trier par la suite que de devoir les retrouver dans la complexité du dossier en fin de séjour. Cela permet également de tenir compte de durée de séjour très diverses. En fin d épisode, les éléments retenus durant le séjour sont validés et encore synthétisés, si nécessaire Comment s y prendre? C est le dossier infirmier qui sert de référence, et notamment les données cliniques qu il contient. Sur un dossier «papier», il est possible de marquer durant l épisode, d une manière ou d une autre, les «éléments-clés» à retenir (couleur, emplacement spécial, feuille de relevé à part, etc.). L informatique facilite grandement cette approche en permettant d effectuer des résumés, même au quotidien, par le relevé automatique de certaines données, par la sélection des éléments à retenir et leur présentation sous forme synthétique. Ces synthèses doivent pouvoir être validées et corrigées en cours de route. Elles ont l avantage d être utiles durant tout le séjour en permettant, par exemple, à des membres de l équipe qui 9 Voir NURSING data, Conception générale, Juin 2006 NURSING data /Juin

9 ont été absents quelques jours d être informés rapidement. Elles peuvent par la suite être intégrées à différents types de rapports. Lors du choix des éléments à retenir, l attention doit se porter en priorité sur de l état de santé du patient, car le résumé de sortie n a pas de caractère de prescription, mais plutôt un caractère de description, devant permettre aux professionnels assurant la suite de la prise en charge de bien comprendre la problématique et les ressources du patient. C est la raison pour laquelle les interventions décrites doivent être mises en relation avec les données sur l état de santé. La description des interventions doit permettre de comprendre comment la prise en charge s est effectuée et de la poursuivre autant que possible de la même manière. Le langage à utiliser est celui de l institution (utilisé dans la clinique ou dans le dossier du patient) ou un langage décidé en commun par les partenaires auxquels le résumé de sortie est destiné. Dans le cadre d un système informatique, il est important que ce langage puisse communiquer avec les principaux langages standardisés (diagnostics ANADI/NANDA, CISI/NIC, NOC, NURSING data, ICNP, etc.) Même si le résumé de soins infirmiers est rédigé du point de vue infirmier, il a un caractère pluridisciplinaire. Il s adresse en effet à différents professionnels de la santé. Il est donc important qu il soit rempli suffisamment tôt (48h) avant la sortie (4). Il est en effet important d en contrôler l exactitude avant transmission ou archivage (8). La transmission au principal intervenant suivant doit être la plus rapide possible. L idéal est qu il l ait au moment même de la sortie Comment choisir ce qui est «déterminant»? Dans le «résumé de soins infirmiers» doivent figurer les «diagnostics infirmiers ou les aspects de la santé déterminants» qui justifient les «interventions déterminantes». Cela signifie donc qu il faut effectuer une synthèse de l épisode de manière à en faire ressortir ces éléments. Un diagnostic infirmier, ou un aspect de la santé est «déterminant» s il résume, d après les cadres conceptuels infirmiers en vigueur dans l institution, un ensemble d éléments-clés de même nature, justifiant les interventions de soins infirmiers, considérés comme o spécifiques à un patient donné, à la situation dans laquelle il se trouve et o représentatifs de l état du patient et de l évolution de cet état durant l épisode. Une intervention est «déterminante» si elle contribue à atteindre un objectif de soins infirmiers déterminant 10. Le choix des éléments «déterminants» (diagnostics infirmiers/aspects de la santé et interventions) doit permettre de mettre en évidence l apport des soins infirmiers à la prise en charge du patient (dans le sens d une épidémiologie infirmière). La charge en soins ne doit pas influencer le choix des diagnostics infirmiers/aspects de la santé et des interventions déterminantes mais elle découle de ces derniers. Elle est relevée séparément à l aide des instruments de mesure ad hoc et figure également dans le résumé de sortie Qui doit établir le «résumé de soins infirmiers»? Le «résumé de soins infirmiers» doit être rédigé par le soignant référent du patient, celui qui le connaît le mieux et qui a été le plus impliqué dans la prise en charge clinique. Ceci est d autant plus important que les éléments-clés du résumé sont choisis durant le séjour. 10 Évolution attendue d un aspect de la santé déterminant. NURSING data /Juin

10 Il peut ensuite être validé par l équipe lors d un colloque durant lequel la sortie est préparée, par exemple Le codage d un «résumé de soins infirmiers» Pour pouvoir utiliser à d autres fins, ce résumé établi sur des bases cliniques, il est nécessaire de le transcrire dans un langage codé (par exemple : les classifications de NURSING data). Ce codage ne devrait en général pas être effectué par l équipe soignante mais être réalisé ultérieurement par une personne chargée de cette tâche (codeuse). L informatique devrait permettre l automatisation de cette tâche de codage, dans la mesure où elle préétablit des liens entre le langage de l institution et le langage standardisé utilisé pour le codage. 7. Conclusion Le «résumé de soins infirmiers» n est pas encore rédigé de routine mais il est de plus en plus fréquemment demandé (notamment par les services qui accueillent les patients à la sortie des hôpitaux et, depuis peu, pour le codage à des fins autres que cliniques). D ailleurs, un certain nombre de réseaux de soins en Suisse en ont déjà implanté un. En effet, l évolution des pathologies et des modes de prise en charge induit, à tous les niveaux du système de santé, la nécessité de collaboration pluridisciplinaire et, par conséquent, de communication rapide, utile et fiable. Le résumé de l épisode de soins que vient de vivre un patient appelé ici «résumé de soins infirmiers» - fait partie intégrante de la documentation transmise lors de sa sortie ou de son transfert, au même titre que la lettre de sortie médicale, car il permet aux personnes chargées du suivi de connaître et de comprendre ce qui vient de se passer, afin de décider ce qui doit intervenir par la suite. Il constitue également une pièce importante du dossier du patient, permettant une synthèse ou une évaluation qualitative ou quantitative de l épisode. Afin de faciliter son utilisation, d éviter des incompréhensions, des erreurs ou des oublis, il s avère important de le standardiser, notamment sur le plan de son contenu. Quant à son langage, il doit être compréhensible par les personnes auxquelles il s adresse et doit pouvoir être traduit dans un langage standardisé. La mise en place d un «résumé de soins infirmiers» dans une institution ou dans un réseau est une démarche complexe. Il ne suffit pas de changer de document, il faut aussi changer les pratiques de transmission et de collaboration entre partenaires du suivi du patient. Le résumé de soins infirmiers doit être centré sur le patient et non pas sur les professionnels. Il doit également être reconnu, compris et utilisé par tous ceux auxquels il est destiné (7). La formation du personnel chargé de son élaboration, voire de son utilisation, est un challenge. Elle implique en effet une manière différente de considérer la documentation de l épisode de soins, dès l entrée du patient dans l unité. En outre, toutes les personnes susceptibles de l établir doivent être formées et doivent pouvoir disposer de références écrites quant à la manière de procéder (3 et 4). Un travail important reste à faire sur ce plan en Suisse. Il vaut cependant la peine de l envisager en regard des exigences actuelles quant à l augmentation de l efficacité et de l efficience du système de soins. NURSING data /Juin

11 Annexes NURSING data /Juin

12 Annexe 1 : Membres du groupe de travail chargé de la rédaction du concept de «résumé de sortie» Sonya Genardini Staff Direzione infermieristica Ospedale Regionale Bellinzona e valli Sede die Bellinzona CH-6500 Bellinzona Tél : Hélène Reynaud Senes Directrice Fondation pour un Centre de Santé de Neuchâtel et environs Passage Max.-Meuron Neuchâtel Tél : Susanna Bürki Sabbioni Hochfeldstrasse Bern Tél : Martin Lysser Klinikinformationssysteme Zentrale Informatik UniversitätsSpital Zürich 8091 Zürich Tel.: Salwa Kossaibati Institut de santé et d'économie (ISE) Chemin du Croset 7 CH-1024 Ecublens Tél.: Anne Berthou Institut de santé et d'économie (ISE) Chemin du Croset 7 CH-1024 Ecublens Tél.: NURSING data /Juin

13 Annexe 2 : Bibliographie 1. Editorial - Writing a narrative discharge summary, in : Nursing, 1999, 29/1,pp Colle F, Palese A, Brusaferro S, Continuity of care with written information and dedicated nurses: a literature review. Part 1, in : Assistenza Infermieristica e Ricerca: Air, 2004, 23/3, pp Crosswhite R, Beckham SH, Gray P, Hawkins PR, Hughes J, Using a multidisciplinary automated discharge summary process to improve information management across the system, in : American Journal of Managed Healthcare, 1997, 3/3. pp Gilbert KJ, The integrated approach: in-patient records and discharge summaries, in : Australian Nurses' Journal, 1983, 13/2, pp. 50-1, Hubner U, Giehoff C, Why continuity of care needs computing--results of a quantitative document analysis, in : Studies in Health Technology Informatics, 2002, 90, pp Juve Udina ME, Carbonell Ribalta D, Dominguez Dominguez M, Ortega Matas C, Buj Fernandez A, Artigas Lage M, Barbero Asensio A, The hospital nursing discharge form. Establishing and validation of a standard formate, in : Revista de Enfermeria, 1999, 22/12, pp Cunliffe J, Developing a nursing discharge summary, in : Journal of Community Nursing, 2003, 17/3, pp. 11-2, McKenna H, Discharge planning: an exploratory study, in : Journal of clinical nursing, 2000, 9/4, pp Closs SJ, The complexities of using a structure, process and outcome framework: the case of an evaluation of discharge planning for elderly patients, in : Journal of advanced nursing, 1993, 18/8, pp Duboys-Fresney C, Germain B, Pascal A, Le résumé de soins infirmiers, in : Objectifs Soins, Le Cahier du Management, No 65, juin Bernard N, Bernard J-L, Maddalen L, Nardin R, Salésiani J-C, Thiébaud D, Evaluation de la charge en soins : guide pour le traitement et l analyse des données SIIPS, in : Objectifs Soins, Le Cahier du Management, No 48, décembre Baussart L, Enquête sur le RSI, in : Objectifs Soins, Le Cahier du Management, No 65, juin Rouvière M, Icole M, Terrier M, Expérimentation du RSI au sein des Hospices civils de Lyon, in : Objectifs Soins, Le Cahier du Management, No 65, juin NURSING data, Conception générale, Juin 2006 NURSING data /Juin

14 Annexe 3 : Glossaire des principales définitions Diagnostic infirmier ou aspect de la santé déterminant : Un diagnostic infirmier ou un aspect de la santé est «déterminant» s il résume, d après les cadres conceptuels infirmiers en vigueur dans l institution, un ensemble d éléments-clés de même nature, justifiant les interventions infirmières, considérés comme spécifiques à un patient donné, à la situation dans laquelle il se trouve et représentatifs de l état du patient et de l évolution de cet état durant l épisode. Episode 11 : L épisode est l unité spatio-temporelle de base du traitement médical et du relevé du CH-NMDS. Si un cas/séjour comporte plusieurs épisodes, le résumé de cas/séjour doit comprendre les dates et variables de prise en charge représentatives de chaque épisode (résumés de transfert). La définition de l épisode varie également selon le domaine de prise en charge: Hôpital (unités d hospitalisation) - soins aigus et réadaptation : «l épisode est la période qui se termine par un transfert ou une sortie». Le «transfert» est déterminé par un changement majeur au cours d une même prise en charge. Dès lors, le transfert peut être défini ainsi : «une sortie d une unité de soins suivie d une entrée dans une autre, au sein d un même établissement, pour la poursuite de la prise en charge». Cas particulier : une sortie temporaire ou provisoire (tentative de retour à domicile, par ex.) sera considérée comme un transfert, si la prise en soins se poursuit par une autre équipe, avec le même numéro de traitement. Établissements médico-sociaux (longue durée) : «l épisode commence à l admission et se termine à chaque réévaluation de l état de santé du résidant. Si la durée maximale d un épisode dépasse 365 jours ou si l état du résidant n est pas réévalué durant l année, l épisode se termine administrativement au 31 décembre de l année en cours». Toute absence du résidant durant l année, durant laquelle le lit n a pas été conservé est à considérer comme une sortie. A son retour, le résidant est considéré comme un nouveau cas. Soins à domicile: «l épisode de soins à domicile commence dès l établissement ou le renouvellement de l ordonnance médicale». Une hospitalisation en cours de prise en charge est à considérer comme une sortie/fin de prise en charge. Lorsque le client revient, c est un nouveau cas. Ambulatoire : «l épisode commence à la première visite et se termine à la fin du traitement. Cela peut être le jour-même en cas de visite unique». Intervention de soins infirmiers : Une intervention de soins infirmiers est «un ensemble d actions organisées en vue d atteindre un objectif infirmier» Intervention déterminante : Une intervention est «déterminante» si elle contribue à atteindre un objectif de soins infirmiers déterminant. Nursing Minimum Data Set suisse (CH-NMDS) : Le CH-NMDS est une liste minimale de données, permettant de décrire la contribution des soins infirmiers à d autres fins que des fins cliniques. Objectif de soins infirmiers déterminant : Évolution attendue d un aspect de la santé déterminant. 11 Voir NURSING data, Conception générale, Juin 2006 NURSING data /Juin

15 spécifique à un patient donné, à la situation dans laquelle il se trouve et représentatif de l état du patient et de l évolution de cet état durant l épisode. Résumé de sortie : Synthèse des événements qui se sont déroulés durant l épisode de soins; conclusion de la prise en charge du point de vue de chaque profession de la santé, permettant de se faire une idée sur l état du patient durant le séjour et au moment de la sortie et d assurer la continuité des soins. Résumé de soins infirmiers : résumé de sortie rédigé par les soins infirmiers comportant la synthèse des diagnostics de soins infirmiers, des objectifs poursuivis, des moyens mis en place et des résultats obtenus durant l épisode. Annexe 4 : Abréviations ANADI : CISI : NANDA : NIC : NOC : ICNP : CH-NMDS : EMS : DRG : SwissDRG : Association nord-américaine des diagnostics infirmiers Classification des interventions de soins infirmiers North American Nursing Association Nursing Interventions Classification Nursing Outcomes Classification International Classification for Nursing Practice Nursing Minimum Data Set Suisse Etablissement médico-social Diagnoses Related Groups Projet pour l introduction d un système DRG en Suisse NURSING data /Juin

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Première partie. La définition des fonctions

Première partie. La définition des fonctions Première partie La définition des fonctions 4. La définition du périmètre des fonctions de la secrétaire médicale varie selon son statut, salarié ou agent de la fonction publique hospitalière, et, éventuellement,

Plus en détail

Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses. Informations de base pour les professionnels de la santé

Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses. Informations de base pour les professionnels de la santé Les forfaits par cas dans les hôpitaux suisses Informations de base pour les professionnels de la santé Qu est-ce que SwissDRG? SwissDRG (Swiss Diagnosis Related Groups) est le nouveau système tarifaire

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Département de radiologie médicale. Nouveau financement hospitalier en 2012

Département de radiologie médicale. Nouveau financement hospitalier en 2012 Nouveau financement hospitalier en 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Historique 3. Bases légales 4. Le système DRG 5. Impact économique 6. Autre nouveauté en 2012 7. Discussion 1. Introduction Le nouveau

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Avis de droit du 28 mars 2008. relatif à la transmission des données des patients aux assureurs maladie. à l attention de H+ Les Hôpitaux de Suisse

Avis de droit du 28 mars 2008. relatif à la transmission des données des patients aux assureurs maladie. à l attention de H+ Les Hôpitaux de Suisse MIOTTI_HUMBEL_KERSTEN_LANG Avocats 5201 Broug, case postale 460 Avis de droit du 28 mars 2008 relatif à la transmission des données des patients aux assureurs maladie à l attention de H+ Les Hôpitaux de

Plus en détail

Analyse des incidents

Analyse des incidents Analyse des incidents Formation B-Quanum 26/06/2012 N. Jacques Coordinatrice Qualité CMSE Introduction Contexte Contrat SPF Coordinateur qualité Médecine nucléaire Hôpital = Entreprise à Haut Risque Efficacité

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

par les hôpitaux et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie

par les hôpitaux et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie Ordonnance sur le calcul des coûts et le classement des prestations par les hôpitaux et les établissements médico-sociaux dans l assurance-maladie (OCP) Modification du 22 octobre 2008 Le Conseil fédéral

Plus en détail

Dossier Patient Informatisé : L expérience Valaisanne

Dossier Patient Informatisé : L expérience Valaisanne Dossier Patient Informatisé : L expérience Valaisanne Hélène Hertzog Responsable du dossier patient informatisé Hôpital du Valais Sommaire L hôpital du Valais en quelques chiffres 1 ère ère : du papier

Plus en détail

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE

MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE DSC-DIR-04-01 MANUEL DE GESTION TITRE : PLANIFICATION ET SUIVI DES MESURES DE CONTRÔLE TYPE DE DOCUMENT : DIRECTIVE Expéditeur : Directrice des services à la clientèle Destinataires : Tout le personnel

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Le dossier patient informatisé

Le dossier patient informatisé Le dossier patient informatisé Source d information pour le RIM2? Dr B. Debande Directeur Information et Systèmes Directeur clinique Plan Préliminaires Quelques définitions Pourquoi informatiser Dossier

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT DE SANTE...

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Manuel d utilisateur BilanKine Version 1.5

Manuel d utilisateur BilanKine Version 1.5 Manuel d utilisateur BilanKine Version 1.5 Manuel d utilisateur BilanKine 2 Table des matières 1 Introduction 3 2 Installation 3 2.1 Sous Windows................................... 3 2.2 Sous Macintosh..................................

Plus en détail

EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée

EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée Maturité spécialisée Directives sur le travail de maturité 1. Bases légales 2. Objectifs et contenus 3. Forme et structure du travail de certificat 4. Calendrier

Plus en détail

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Aide et Soins à Domicile, c est Un réseau de professionnels de l aide et des soins qui ont pour objectif de proposer

Plus en détail

Dossier réalisé avec la participation de :

Dossier réalisé avec la participation de : Dossier réalisé avec la participation de : Paul Verdiel, Président de H2AD Jean-Loup Durousset, Directeur du Centre de l Hospitalisation Privée de la Loire (CHPL) Thierry Depois, Directeur Général d Europ

Plus en détail

CONTRAT DE PRESTATIONS

CONTRAT DE PRESTATIONS NURSING data XYZ CONTRAT DE PRESTATIONS (Leistungsvereinbarung) entre X Y Z ci-dessous le mandant et l Institut de santé et d économie (ISE) Rue du Bugnon 21 1005 Lausanne, ci-dessous le mandataire concernant

Plus en détail

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie 1. objectifs du programme : Les finalités spécifiques

Plus en détail

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EPREUVE

Plus en détail

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif Commentaires explicatifs concernant les documents de base Examen professionnel d Assistant/e spécialisé/e en soins de longue durée et accompagnement (Projet du 27.9.2012) 1 Objectif des commentaires explicatifs

Plus en détail

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Cliniques et hôpitaux privés, on peut tous y aller! Accessibles à tous Les cliniques et hôpitaux privés accueillent tous les patients y compris ceux qui

Plus en détail

EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée

EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée EMSp MOUTIER Ecole de Maturité Spécialisée Maturité spécialisée Directives sur le travail de maturité et les examens de maturité spécialisée 1. Bases légales 2. Objectifs et contenus 3. Forme et structure

Plus en détail

Révision de la LAMal, financement hospitalier éléments principaux

Révision de la LAMal, financement hospitalier éléments principaux Révision de la LAMal, financement hospitalier éléments principaux 28 mars 2014 Sommaire 1. Bases 2. Nouvelles règles et principes du financement hospitalier 3. Forfaits liés aux prestations 4. Planification

Plus en détail

EDITION 2015. Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES.

EDITION 2015. Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. EDITION 2015 Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. Système de bonus BENEVITA: Informations destinées aux clients. Les informations ci-après vous donneront

Plus en détail

myhug, le portail sécurisé d échange de documents cliniques

myhug, le portail sécurisé d échange de documents cliniques myhug, le portail sécurisé d échange de documents cliniques Hôpitaux universitaires de Genève Service de cybersanté et télémédecine Juillet 2015 Le portail d échange sécurisé de données cliniques myhug

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère de l emploi et de la solidarité J.O n 101 du 30 avril 2002 page 7790 texte n 8 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de l emploi et de la solidarité Décret n 2002-637 du 29 avril 2002 relatif à l accès aux informations

Plus en détail

CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et les INFIRMIERS LIBERAUX

CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et les INFIRMIERS LIBERAUX CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et les INFIRMIERS LIBERAUX Ce document est établi dans le cadre d une volonté de coopération mutuelle afin d apporter les meilleurs services aux

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS Ce document présente la procédure d évaluation des services centraux de l UNIL

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Congrès SIDIIEF 2015 Montréal Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Yolande KOTTELAT, inf, ICL Jenny GENTIZON, inf, MScSI Martine ROESSLI, responsable

Plus en détail

PROJET DE STAGE I et II

PROJET DE STAGE I et II PROJET DE STAGE I et II Le projet de stage demandé dans le cadre du stage de formation pratique I comprend 10 pages et celui du stage de formation pratique II comprend 12 pages. Ce nombre de page inclut

Plus en détail

AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS

AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS «Validation méthodologique de l élaboration de scores composites de performance hospitalière» 1.

Plus en détail

Article 2. relatives à l intervention du masseur-kinésithérapeute libéral dans l EHPAD

Article 2. relatives à l intervention du masseur-kinésithérapeute libéral dans l EHPAD CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MASSEURS- KINÉSITHÉRAPEUTES EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L établissement d hébergement pour personnes

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Conditions Complémentaires d Assurance EGK-Care Assurance Managed Care conformément à la Loi sur l assurancemaladie (CCA / LAMal EGK-Care)

Conditions Complémentaires d Assurance EGK-Care Assurance Managed Care conformément à la Loi sur l assurancemaladie (CCA / LAMal EGK-Care) Conditions Complémentaires d Assurance EGK-Care Assurance Managed Care conformément à la Loi sur l assurancemaladie (CCA / LAMal EGK-Care) Édition du 1.1.2011 www.egk.ch Conditions Complémentaires d Assurance

Plus en détail

Etude pour le développement d un outil d enregistrement en soins palliatifs.

Etude pour le développement d un outil d enregistrement en soins palliatifs. Direction générale Organisation des établissements de soins Cellule Soins chroniques, soins aux personnes âgées et soins palliatifs Place Victor Horta 40 boîte 10 1060 Bruxelles Etude pour le développement

Plus en détail

CHAPITRE PREMIER Généralités

CHAPITRE PREMIER Généralités Règlement d'introduction de la loi fédérale sur le nouveau régime de financement des soins Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel, vu la loi fédérale sur l'assurance-maladie (LAMal),

Plus en détail

GESTION D équipe ET CONDUITE DE PROJETS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2016

GESTION D équipe ET CONDUITE DE PROJETS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2016 GESTION D équipe ET CONDUITE DE PROJETS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2016 Renforcer ses compétences dans le domaine de la gestion d équipe et de l interdisciplinarité - Augmenter son expertise

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006;

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 21 décembre 2006; CSSS/07/005 DÉLIBÉRATION N 07/003 DU 9 JANVIER 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LES ORGANISMES ASSUREURS AUX DISPENSATEURS DE SOINS EN VUE DE LA DÉTERMINATION DU STATUT

Plus en détail

Appel à candidatures. Coaching UACA. Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire

Appel à candidatures. Coaching UACA. Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire Appel à candidatures Coaching UACA Accompagnement de 5 établissements, pour le développement de la Chirurgie Ambulatoire 1 Introduction 1.1 La chirurgie ambulatoire 1.1.1 La chirurgie ambulatoire : qu

Plus en détail

SLA (Service Level Agrement) Conditions générales

SLA (Service Level Agrement) Conditions générales Route du Grand-Lancy 87 bis 1212 Grand-Lancy / Genève / Suisse Tél. +41 22 596 44 80 Fax +41 22 596 44 89 www.sdpsys.ch SLA (Service Level Agrement) Conditions générales ORGANISATION 1 INTRODUCTION....2

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable :

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Patient : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Personnes à joindre : Contacts : Service hospitalier Etablissement de santé Acteurs

Plus en détail

au c œur des 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 Jacques E.ANDRE - Consultant, Hoptimis

au c œur des 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 Jacques E.ANDRE - Consultant, Hoptimis Le DOSSIER MEDICAL PARTAGE au c œur des SYSTEMES d INFORMATION et des RESEAUX de SANTE: MYTHE ou REALITE 1er Symposium International sur les NTIC et le Management Hospitalier ALGER 15-16 Mai 2004 INTRODUCTION

Plus en détail

Concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaires d enfants et d adolescents

Concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaires d enfants et d adolescents Concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaires d enfants et d adolescents Annexe 7 30 juin 2015 / version 3.0 Le présent concept de publication Psychiatrie et psychothérapie stationnaire

Plus en détail

Créé le : 24.11.2004 En vigueur à partir du : 02.11.2004

Créé le : 24.11.2004 En vigueur à partir du : 02.11.2004 1. Objet Nombre de pages: 1/6 La présente directive fixe les modalités de la gestion administrative et financière des études cliniques conduites dans les HUG dans un souci de transparence, notamment financière.

Plus en détail

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre :

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC DANS LE DOMAINE SOCIAL (ASSISTANT SOCIO EDUCATIF / ASE)

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC DANS LE DOMAINE SOCIAL (ASSISTANT SOCIO EDUCATIF / ASE) Département de l'éducation de la culture et du sport Service de la formation Departement für Erziehung, Kultur und Sport Dienststelle für Berufsbildung FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

Guide d utilisation du journal de stage

Guide d utilisation du journal de stage Guide d utilisation du journal de stage À l intention des candidats à l exercice de la profession Table des matières Présentation du journal de stage 2 Aperçu des étapes à suivre 2 Étape 1 - Commencer

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Travail de diplôme «entre défi et illusion» Maria José Eusébio Béatrice Chevrier SIDIIEF_05.2012_BC_MJE/CHUV

Travail de diplôme «entre défi et illusion» Maria José Eusébio Béatrice Chevrier SIDIIEF_05.2012_BC_MJE/CHUV Direction générale / Centre des formations Travail de diplôme «entre défi et illusion» Maria José Eusébio Béatrice Chevrier Nom de l'entité - Arial gras 11 1 Plan de la présentation Le panorama suisse

Plus en détail

PROFESSIONNELS DE SANTÉ? EN COLLABORATION AVEC L ONDPS SYNTHÈSE

PROFESSIONNELS DE SANTÉ? EN COLLABORATION AVEC L ONDPS SYNTHÈSE DÉLÉGATION, TRANSFERTS, NOUVEAUX MÉTIERS COMMENT FAVORISER DES FORMES NOUVELLES DE COOPÉRATION ENTRE PROFESSIONNELS DE SANTÉ? RECOMMANDATION HAS EN COLLABORATION AVEC L ONDPS SYNTHÈSE 1. INTRODUCTION 1.1.

Plus en détail

CHARTE DES UTILISATEURS DU DOSSIER INFORMATISE SOINS PALLIATIFS. Du Réseau ARCADE

CHARTE DES UTILISATEURS DU DOSSIER INFORMATISE SOINS PALLIATIFS. Du Réseau ARCADE NFORMATISE «SOINS PALLIATIFS» Page 1 /13 CHARTE DES UTILISATEURS DU DOSSIER INFORMATISE SOINS PALLIATIFS Du Réseau ARCADE NFORMATISE «SOINS PALLIATIFS» Page 2 /13 Préambule Le dossier informatisé constitue

Plus en détail

CARNET DE BORD De :. Classe de BTSA.

CARNET DE BORD De :. Classe de BTSA. 1 LEGTA Georges Desclaude BP 10549 17119 SAINTES MODULE M 22 CARNET DE BORD De :. Classe de BTSA. Dossier de suivi de la démarche de recherche documentaire (Outil d aide méthodologique) Autre membre du

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91 Le 13 octobre 2011 JORF n 0303 du 31 décembre 2010 Texte n 91 ARRETE Arrêté du 30 décembre 2010 fixant les modèles de contrats types devant être signés par les professionnels de santé exerçant à titre

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

Transmissions ciblées. & Dossier du patient informatisé

Transmissions ciblées. & Dossier du patient informatisé Transmissions ciblées & Dossier du patient informatisé formation continue courte 20, 21 et 24 juin 2016 Délai d inscription 9 mai 2016 LES TRANSMISSIONS CIBLÉES : UNE MÉTHODE DE TRAVAIL COMMUNE POUR TRADUIRE

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Rapport sur le test de laboratoire d ENP à l hôpital cantonal de Saint- Gall

Rapport sur le test de laboratoire d ENP à l hôpital cantonal de Saint- Gall Rapport sur le test de laboratoire d ENP à l hôpital cantonal de Saint- Gall 1 Situation de départ 1.1 European Nursing care Pathways (ENP ) Depuis plusieurs années on travaille, à différents niveaux,

Plus en détail

8 juin 2006. ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale

8 juin 2006. ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale 2 ème CONFERENCE REGIONALE POUR L EMPLOI ET LA FORMATION 8 juin 2006 ATELIER 1 : Recruter des compétences, concilier les logiques d efficacité et de cohésion sociale Contribution de la VILLE DE SAINT ETIENNE

Plus en détail

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l assurance-maladie (OAMal)

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l assurance-maladie (OAMal) Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Assurance maladie et accidents Ordonnance du 27 juin 1995 sur l assurance-maladie (OAMal) Modifications

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UN MODELE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE POUR LA PRATIQUE INFIRMIERE AVANCEE

DEVELOPPEMENT D'UN MODELE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE POUR LA PRATIQUE INFIRMIERE AVANCEE DEVELOPPEMENT D'UN MODELE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE POUR LA PRATIQUE INFIRMIERE AVANCEE Marie-José Roulin inf PhD, Directrice adjointe des soins Montserrat Castellsagne Perolini, inf, Spécialiste clinique

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF À L INTENTION DES FOURNISSEURS DE SERVICES DE PSYCHOTHÉRAPIE

GUIDE ADMINISTRATIF À L INTENTION DES FOURNISSEURS DE SERVICES DE PSYCHOTHÉRAPIE GUIDE ADMINISTRATIF À L INTENTION DES FOURNISSEURS DE SERVICES DE PSYCHOTHÉRAPIE Ce document est réalisé par la Direction de l indemnisation des victimes d actes criminels (IVAC), en collaboration avec

Plus en détail

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration Comment Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration dans les communes Six étapes pour réussir les projets de cyberadministration dans des petites et moyennes communes avec la méthode de

Plus en détail

Adapter nos outils aux urgences

Adapter nos outils aux urgences Adapter nos outils aux urgences Retex sur les audits en Aquitaine Quels impacts sur nos filières et nos systèmes d information? Docteur Laurent MAILLARD Coordonnateur Médical de l Observatoire Régional

Plus en détail

Commission technique intercantonale PLAISIR

Commission technique intercantonale PLAISIR Commission technique intercantonale PLAISIR Définition, méthode de saisie et protocoles d évaluation d indicateurs de qualité dans le cadre de la méthode PLAISIR 1. Cadrage Rôle de la Commission technique

Plus en détail

Durée du contrat Durée de validité et résiliation du contrat 6

Durée du contrat Durée de validité et résiliation du contrat 6 Digne de confiance Édition 2007 Assurance-hospitalisation LIBERO Conditions complémentaires d assurance (CCA) Art. I. Généralités Objet de l assurance 1 Dispositions applicables 2 Possibilités d assurance

Plus en détail

Projet Addictions sans substance. Questionnaire

Projet Addictions sans substance. Questionnaire Projet Addictions sans substance Questionnaire Ce projet a pour objectif d établir un état des lieux de l accueil et de l accompagnement dans les structures du secteur médico-social, des addictions sans

Plus en détail

Au cœur des nouvelles logiques hospitalières

Au cœur des nouvelles logiques hospitalières Au cœur des nouvelles logiques hospitalières Hôpital avec sa nouvelle gouvernance.. Responsabiliser le personnel soignant et non soignant Elargir l autonomie de l établissement Mise en place des pôles

Plus en détail

Venture Philantropy FAQ. Critères de sélection

Venture Philantropy FAQ. Critères de sélection Venture Philantropy FAQ 1. Candidats Critères de sélection Est-ce qu une association de fait peut participer à l appel à candidature? Est-ce qu une coopérative avec les valeurs d économie sociale mais

Plus en détail

Projet 8INF206 (3cr) Guide

Projet 8INF206 (3cr) Guide Module d informatique et de mathématique Projet 8INF206 (3cr) Guide Version avril 2012 Université du Québec à Chicoutimi Département d'informatique et de mathématique TABLE DES MATIÈRES INFORMATION GÉNÉRALE...

Plus en détail

Recommandations pour la collecte et le traitement de données

Recommandations pour la collecte et le traitement de données Recommandations pour la collecte et le traitement de données Sommaire Contexte, objectif et démarche 1 1 Identification du besoin 2 2 Conception et définition du processus de la collecte de données 3 3

Plus en détail

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISAGE CFC DE GESTIONNAIRE EN INTENDANCE L APPRENTISAGE AFP D EMPLOYÉ-E EN INTENDANCE

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISAGE CFC DE GESTIONNAIRE EN INTENDANCE L APPRENTISAGE AFP D EMPLOYÉ-E EN INTENDANCE Département de l'éducation de la culture et du sport Service de la formation professionnelle Departement für Erziehung, Kultur und Sport Dienststelle für Berufsbildung FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/SDWG/6/3 ORIGINAL : anglais DATE : 8 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION GROUPE DE TRAVAIL SUR LES NORMES

Plus en détail

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 INSTITUT DE FORMATION SUPERIEURE DES CADRES DIRIGEANTS RESEAU DE CHERCHEURS DE L INSTITUT DE FORMATION SUPERIEUR DES CADRES DIRIGEANTS APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 La Fédération des Etablissements

Plus en détail

Profil de la profession et profils de formation scolaire

Profil de la profession et profils de formation scolaire Ordonnance du SEFRI 1 sur la formation professionnelle initiale Employée de commerce/employé de commerce avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 26 septembre 2011 (Etat le 1 er janvier 2015) Employée

Plus en détail