Cahier 8. Le toucher dans les soins infirmiers regard. croisé entre la discipline infirmière et. l anthropologie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cahier 8. Le toucher dans les soins infirmiers regard. croisé entre la discipline infirmière et. l anthropologie"

Transcription

1 Cahier 8 Le toucher dans les soins infirmiers regard croisé entre la discipline infirmière et l anthropologie Chantal Saint Pierre, inf, Ph.D Professeure du département des sciences infirmières, UQO Florence Vinit, PhD Anthropologie de la santé Septembre 2006

2 2 Table des matières Introduction 3 1. Regard socio historique sur le toucher 3 2. Regard anthropologique sur le toucher 5 3. Regard infirmier sur le toucher 7 a. Les typologie du toucher physique dans la pratique infirmière 8 i. L effet physiologique 10 ii. L effet psychologique 10 b. L utilisation du toucher chez divers types de clientèles 11 c. L expérience du toucher 12 Conclusion 13 Références 15

3 3 Le toucher demeure au centre des gestes de soins. Quotidiennement infirmières et infirmiers, à travers leurs interventions, utilisent le toucher physique. Bien qu omniprésent dans les soins infirmiers, le toucher a paradoxalement été peu étudié dans la discipline infirmière. La recension des écrits présentée vise à permettre aux infirmières et infirmiers de jeter un regard réflexif sur le toucher physique dans leur pratique quotidienne. De plus, souhaitons qu il redonne au toucher comme contact et qualité de présence la place qui lui revient dans le plan thérapeutique infirmier. La recension des écrits permettra d optimiser ces moments privilégiés de contact thérapeutique en se basant sur des données probantes, et ce, auprès de diverses clientèles. Pour mieux mettre en contexte l apport spécifique de la discipline infirmière, il a été jugé important de le croiser avec celui d autres disciplines, plus particulièrement les perspectives socio historique et anthropologie. Introduction Lorsqu il n est pas nié ou dévalorisé, le toucher est souvent réduit à une forme d évidence, ne justifiant pas en cela d être interrogé. Or il ne suffit pas de toucher pour rencontrer l autre : en portant la main sur le corps en vue de le guérir, le soignant passe outre deux tabous qui ne sont pas sans nourrir des réactions défensives : celui de l intimité (du contact avec la nudité physique autant qu avec la vulnérabilité du patient) et celui de la fréquentation quotidienne de la souffrance et possiblement de la mort. 1. Regard socio historique sur le toucher La question du toucher reste, en Occident, indissociable de celle du corps. Marqué, pendant des siècles, du signe du soupçon, boudé par une philosophie mettant en garde contre les tromperies des sens, le corps est l héritier d une approche dualiste progressivement inscrite dans l histoire de la pensée occidentale. Le langage garde pourtant dans ses expressions courantes, la trace d une connivence sensible avec le monde : nous pouvons «laisser notre empreinte», «toucher une réalité du doigt», «avoir la main heureuse», autant d expressions indiquant combien le corps n est pas une surface neutre, mais toujours en résonance avec ce qui l entoure. Or les récits et analyses rendant compte d un affinement de la sensorialité, et notamment du toucher, concernent principalement d «autres cultures», cultures dites traditionnelles lorsqu elles ne sont pas «primitives». Notamment en raison de son assimilation traditionnelle à l un des sens les plus grossiers, le toucher sera ainsi historiquement relié aux tâches domestiques, tâches plus ingrates et allouées aux femmes, mais il sera aussi nimbé d une inquiétante étrangeté, associé aux personnages des sorcières.

4 4 Les différentes modalités du contact sont affectées par la singularité de chaque époque. La proximité intime comme les gestes de tendresse envers les enfants sont corrélatives du développement contemporain de la pédiatrie, de la psychologie de l enfant et de leur diffusion dans le grand public. A l inverse, au début du siècle, le mouvement hygiéniste proscrivait le fait de toucher les petits enfants, assimilant tout contact physique à un risque de contamination (Watson cité par Field, 1951). Le fait de toucher son propre corps (que ce soit par détente, à travers le bain, le massage ou d une manière plus sexuelle, à travers la masturbation) est loin d avoir été une chose commune et acceptée ; toute l œuvre de Freud témoigne des interdits liés au fait de «se toucher», dans la classe bourgeoise de la fin du XIXième siècle. Le thème du toucher traverse l histoire du soin et occupe dans le domaine médical et infirmier le toucher occupe une place particulière. Toucher au corps pour le guérir est une pratique immémoriale, présente dans l histoire de toutes les cultures : des papyrus attestent de son usage par certains pharaons égyptiens de même que dans l Antiquité par les empereurs romains (tels Hadrien ou Vespasien). A l instar des miracles opérés par le Christ en touchant le corps des malades, les papes et évêques utilisaient l imposition des mains comme geste de consécration et de soulagement de la douleur. Ce don de guérison continuera à être un apanage royal, exercé par les monarques de France et d Angleterre jusqu au XVIIIième siècle. En ce qui concerne la médecine, puisque le corps a longtemps été mise à distance par l interdit religieux, la médecine trouve son fondement scientifique dans l audace de la dissection anatomique qui transforme le corps en un objet d étude et de représentation. Construit sous le regard médical comme une fascinante mécanique à démonter, le corps s offre à une investigation de plus en plus poussée : du scalpel du chirurgien au microscope de l histologiste, de l enveloppe de peau aux tissus et membranes cellulaires, ses composants révèlent tour à tour leur mystère. Le développement de la méthode expérimentale constitue donc le tournant de cette avancée vers une médecine scientifique. Là où le «toucher au corps» de la dissection se place sous le modèle paradigmatique du rapport au cadavre, l expérimentation décompose l organisme en fonctions physiologiques et le dissocie du corps sensoriel, corps vécu par le patient dans le mouvement de son existence. Conjointement à la réforme hospitalière et au développement de nouvelles pratiques cliniques comme l auscultation, la médecine se donne au XIX ième siècle les moyens de sa prétention thérapeutique. Le monde médical se construit ainsi pour ceux qui y travaillent comme une «forme distincte de la réalité», donnant à voir, à travers son histoire et les différentes avancées de sa thérapeutique, différentes élaborations du

5 5 corps. Il constitue un lieu clos (dont on peut dégager les caractéristiques et le «mode de fonctionnement») et pourtant en résonance avec d autres scènes de la vie sociale comme avec ses propres arrières plans historiques et imaginaires. Le toucher, est donc à la fois un geste spontané de soin, mais également un sens dont la médecine s affranchira pour accéder à sa forme scientifique, abandonnant progressivement de sa thérapeutique le toucher et les odeurs. Aussi, les savoirs empiriques issues surtout de celles des femmes soignantes sera remplacé par une médecine de la vision et de la distance au corps. Le privilège est alors donné au regard (et à sa lecture des signes cliniques du corps). 2. Regard anthropologique sur le toucher Cette section abordera le toucher selon l'intérêt du thème dans la société actuelle et plus spécifiquement la manière dont le toucher et plus largement le sensible est pensé dans notre culture. Le toucher constitue la structure fondamentale de notre être au monde. Toucher signifie "entrer en contact avec quelqu'un ou quelque chose, de façon légère ou violente" (Robert). Dans le sens abstrait, "toucher" c'est "faire naître des émotions". Le toucher est un de nos sens et un moyen de communication (la peau nous donne de nombreux renseignements sur la température, la douleur, la texture des objets. Elle a aussi un rôle de protection contre les agressions extérieures, comme une enveloppe qui filtre les échanges entre le corps et l environnement (Barnard, & Brazelton, 1990; Montagu, 1971, 1979). Sur la scène sociale, nous appartenons au Québec à une culture où les contacts entre individus restent très codifiés. Si la promiscuité est imposée par les circonstances, on évitera d ajouter au toucher un autre type de contact : dans un métro bondé, il est fréquent de sentir l odeur de son voisin, la forme d une épaule ou d un pied ; tout regard prolongé sera en revanche spontanément prohibé, afin d éviter une situation d intimité de trop grande ampleur. Si certains lieux proscrivent le toucher, d autres au contraire se structurent autour de lui. A l hôpital, chez une esthéticienne, dans un centre de sport ou de massothérapie, l individu s attend à la nécessité d un contact physique, voire même le sollicite. Le toucher mis en œuvre est alors encadré par un «professionnalisme» limitant les échanges trop personnels. D autres situations seront plus permissives : dans un cours de danse de couple par exemple, les figures imposent un contact avec des zones du corps relativement intimes (les bras, la taille, le torse) sans que les personnes ne se connaissent préalablement. On remarque également dans le social une tendance à l évitement du toucher au corps par la médiation technologique

6 6 du contact de plus en plus établie dans la communication quotidienne. Dans une société où le fait «d être en contact» obéit à une forme de frénésie (en témoigne le succès des messages S.M.S envoyés par le biais du téléphone, ou l existence d appareils permettant de faire parvenir immédiatement une photo du lieu où l on se situe à son correspondant), la présence du corps de l autre semble de plus en plus évincée. Paradoxalement, le contact proposé dès lors qu il ne dépend plus de la mise en jeu du corps physique, promet une discontinuité sans faille : le téléphone cellulaire, se trouve porté en permanence, bientôt greffé sur les vêtements ou mis en bracelet, donnant l impression d une forme d organe supplémentaire. Le téléphone, la télévision ou le réseau Internet concrétisent un vaste corps collectif, enveloppant la planète de sa toile numérique. Dans cette interface des rapports individuels permise par l électronique et l informatique, la «sexualité virtuelle» propose même de jouir à distance par l intermédiaire de tenseurs sensibles sur lesquels se branchent chacun des participants de l interaction : l évacuation de la nécessité du corps de l autre prend ici une forme concrète, la stimulation du partenaire se faisant à même son propre corps (Le Breton, 1999). Enfin, le succès d un «contact» médiatisé par la technologie s oppose à la multiplication des plaintes de harcèlement sexuel et au climat de suspicion qu elles viennent poser à l égard de tout contact corporel. Elle renvoie également à l augmentation des sites pornographiques, au développement de réseaux de rencontres par Internet ou de «date party 1», indices de la solitude affective actuelle et de la difficulté à rencontrer véritablement l autre. Y compris dans son propre rapport à lui même, l individu contemporain semble rechercher un sentiment d habitation plus important avec son propre corps : la pratique de sports extrêmes ou les recours aux massages, actuellement en plein développement tente de lutter contre le «gel des sensations» dans la société contemporaine (Lasch, 1981). La façon de s adresser au corps du patient, qu elle soit technique ou apparemment spontanée, n a pour autant rien de «naturel». Le geste et la manière dont il est reçu s élaborent dans la communauté culturelle d appartenance des personnes en présence. Façonné par le contexte social et culturel qui baigne l acteur, le corps est ce vecteur sémantique par l intermédiaire duquel se construit l évidence de la relation au monde. ( ) Il n y a pas de naturel d un geste ou d une sensation. A l intérieur d une communauté sociale, toutes les manifestations corporelles d un acteur sont virtuellement signifiantes aux yeux de ses partenaires. Si le toucher se conjugue différemment selon les lieux sociaux, il varie également selon les âges. Les enfants appellent embrassades et autres

7 7 câlineries; les adolescents évitent pour leur part, souvent volontairement, d être touchés par leurs parents, privilégiant les accolades de leur «tribu amicale» : refuser les contacts physiques marque leur besoin d autonomie à l égard du groupe familial. Enfin, si la peau délimite, dans le monde occidental, les frontières d une existence singulière (Hall, 1978), le toucher au corps est réservé socialement à la sphère amoureuse, intime. Quant au corps mort il est mis à distance : dans notre société de spectacle, la mort est vue et mise en scène, sans être pour autant approchée ou intégrée dans le quotidien de la vie. Outre celui de la mort, le travail en gérontologie confronte à un autre tabou, celui du contact avec un corps meurtris, dégradés, en souffrance, avec un corps vieilli qui est à l opposé de ce qui est habituellement promu dans notre société (corps jeune, beau, lisse). Souffrant d'isolement social, la personne âgée que personne n'approche, ni ne touche depuis longtemps, est sensible au toucher qui lui prouve qu'elle n'est pas rebutante malgré sa «vieille peau» : elle en sait gré par un sourire, une attitude calme, un comportement moins récalcitrant, une réaction d'éveil, un chant, l expression de plaisir, la collaboration, la reprise des activités, mille remerciements du corps et des yeux. Le corps vieilli comme le corps blessé nous renvoie également à notre propre fragilité, toujours possible et jaillissante, l'intimité des soins nous projetant dans cet «être vers la mort» auquel nous sommes promis. 3. Regard infirmier sur le toucher L accroissement des connaissances scientifiques, se transpose dans la relation soignante par un accès au corps et à l intimité du patient, à travers un contact physique permettant l établissement de la relation, l administration d un traitement et les différents gestes exigés par les soins infirmiers. Étymologiquement, le mot " soigner" vient du latin " soniare" qui signifie : s'occuper de. Ainsi, soigner : c'est " s'occuper du bien être et du contentement de quelqu'un " et " s'occuper de rétablir la santé " (ROBERT), c'est " consacrer son activité, son dévouement à la guérison de quelqu'un" et " s'occuper avec sollicitude de quelqu'un " (LAROUSSE). On retrouve donc dans la signification du terme deux éléments qui étaient déjà en jeu dans le toucher au corps : toucher ce fut historiquement connaître le corps, l explorer (de la même manière que le petit enfant découvre le monde en le touchant, parfois en mettant les objets à la bouche, en le goûtant). Et simultanément, toucher c est prendre soin et espérer guérir. L infirmière se trouve donc confronté au corps comme objet de connaissance, au corps comme visée du soin et de la thérapeutique mais aussi au corps comme modalité d être.

8 8 Quel est l effet du toucher tant physiologique que psychologique? Quand, pourquoi et comment utilise t on le toucher dans la pratique infirmière? auprès de quelle clientèle? et finalement quelle est l expérience du toucher, tant dans la réponse du patient, la perception de l infirmière, le sens donné au toucher, la réaction au toucher que dans les diverses expressions du toucher? Voilà autant d angles par lesquels furent abordés les principaux thèmes des études sur le toucher par les chercheures de la discipline infirmière depuis les 35 dernières années. a. Les typologies du toucher physique dans la pratique infirmière Le toucher est présent dans presque toutes les situations de soins infirmiers (Barnett, 1972a; 1972b; Bottorff, 1993; Morse, 1983; Routassolo, 1999); de plus, les infirmières utilisent le toucher plus que tous les autres professionnels de la santé. Plus spécifiquement, le toucher au corps nous semble tout d abord désigner le contact physique exigé par les différents traitements variant d un geste physique directement exercé sur le corps du soigné, comme aider un patient à se mobiliser, à la médiation permise par un instrument technique, comme le fait une piqûre. Le toucher représente également la possibilité d une communication émotionnelle entre patient et soignant (ce que le langage courant désigne par le terme général de «contact») ainsi que l expérience d une présence à soi et à l autre (Derrida, 2000). En dehors d une technique spécifique mise en œuvre sur le corps, le toucher possède également une dimension de soin relationnel, à travers l ensemble des gestes à valeur communicationnelle manifestant une certaine qualité de présence à l autre et à la relation. Dans la réciprocité du toucher, le corps qui apparaît n est pas un pur substrat organique, mais le vecteur d une relation, marqué dès son origine par l empreinte de l autre. Dans une recension des écrits en sciences infirmières nous avons répertorié différentes typologies du toucher établies à partir d analyse de situations de soins infirmiers. La première à le faire est Barnett, (1972a; 1972b) qui parle de deux types de toucher de toucher procédural et de toucher non nécessaire. Weiss (1979) pour sa part parle de 6 dimensions du toucher en pratique infirmière qui sont la durée, la localisation; la manière; l intensité; la fréquence et la sensation. Vortherms (1991) documente qu il existe quatre types de toucher selon la finalité recherchée: d affection, fonctionnel, de protection et non physique. Quant à Bottorff (1993) il mentionne que le toucher de l infirmière peut s avérer soit réconfortant (conforting); soit la manifestation d un lien (connecting); soit utilitaire (working); soit visant à orienter (orienting) ou soit social. Quant à Adomat &

9 9 Killingworth (1994), elles identifient deux types de toucher; celui relié à la tâche (work/task touch) et le toucher de sollicitude/social (caring/social touch). Cette typologie rejoint celle de McCann et McKenna (1993) qui pour leur part parlent de toucher instrumental et de toucher d expression (expressive). Des canadiennes, Estabrooks (1989) et Estabrooks, & Morse (1992) ajoutent à ces deux types de toucher que sont celui de sollicitude et à celui relié à la tâche, un troisième type celui toucher de protection (opposé au toucher de sollicitude). Cette typologie est reprise plus récemment par Routasalo (1999). Le tableau 1 qui suit présente une synthèse des différentes typologies du toucher identifiés dans la pratique infirmière Tableau 1 : Typologie du toucher en situation de soins infirmiers Auteurs Barnett (1972) Weiss (1979, 1986) Bottorff (1993) Adomat & Killingworth (1994), McCann et McKenna (1993) Type de toucher Toucher procédural (procedural touch) et Toucher non nécessaire (non necessary touch) Six symboles tactiles : La durée; La localisation; La manière; L intensité; La fréquence; La sensation. Réconfortant (conforting); Manifestation d un lien (connecting); Utilitaire (working); orientant (orienting); social. toucher relié à la tâche (work/task touch) et toucher de sollicitude/social (caring/social touch). toucher instrumental et toucher d'expression (expresive) Estabrooks (1989) et toucher de sollicitude; Toucher relié à la tâche, et Estabrooks, & Morse Toucher de protection (opposé au toucher de (1992) sollicitude) Chang (2001) Toucher de promotion du confort physique; Toucher de promotion du confort émotionnel; Toucher de promotion du confort corps esprit; Toucher de partage spirituel et Toucher relié à l exercice d un rôle social. Ainsi, la qualité «soignante» du toucher dans les gestes de la pratique infirmière vient alors rendre compte de la disponibilité d une présence indépendante de la seule volonté thérapeutique. Envisager le toucher comme un soin revient ainsi à mettre en évidence une dimension affective, non exclusive d un savoir faire technique mais pouvant s y ajouter. Le toucher devient soin lorsque l infirmière accepte de donner place, à travers les gestes qu elle connaît, aux possibles de la rencontre intersubjective. Cet élément irréductible à la maîtrise invite à la reconnaissance de ses propres limites, tant personnelles que professionnelles, en évitant une fétichisation de sa propre pratique. A l inverse, un toucher

10 10 coupé de la compréhension de ce qui se joue à travers lui comme rencontre humaine perdrait toute indentification à la souffrance d autrui, glissant à terme vers une objectivation radicale pouvant mener aux actes de pire barbarie. i. L effet physiologique D abord il est indéniable selon plusieurs auteurs que le toucher utilisé dans diverses situations de soins génère des effets physiologiques bénéfiques pour le patient : Diminution de la T.A. systolique (Fakouri, & Jones, 1987); Diminution de la T.A. diastolique (Weiss, 1990); Diminution du rythme cardiaque (Fakouri, & Jones, 1987); Diminution du cortisol, de l adrénaline et de la noradrénaline et augmentation des cellules du système immunitaire (Cho, 1999); augmentation de l apport en nourriture (29 % en calories et 36 % en protéines) (Eaton, Mitchell Bonair, & Friedmann, 1986) pour n en nommer que quelques unes. Weiss (1986) qui s est particulièrement intéressée aux dysrythmies associées au toucher chez des patients dans un environnement de soins intensifs recommande la prudence dans l utilisation du toucher auprès de ce type de patient. Ainsi elle relate qu il a été démontré que le toucher a un effet sur le rythme cardiaque qui peut être parfois bénéfique et parfois moins. Les touchers fréquents et de long et intense à la fois, vigoureux et qui visent des parties du corps hautement innervées peuvent augmenter les risque d arythmie cardiaque. À l opposé des touchers peu fréquent, dont le but thérapeutique réside dans le réconfort qui sont de courte durée, de faible intensité et qui visent des parties du corps peu innervée (bras, jambes, cage thoracique ou dos) et qui implique peu de mouvement actif de la peau et des organes internes sous jacents réduisent les stimulations du système nerveux. ii. L effet psychologique Plusieurs études ont démontré l effet réconfortant et calmant du toucher (Hollinger, 1986; McCorkle, 1974; Moon, & Cho, 2001; Vannorsdall, Dahlquist, Pendley, & Power, 2004). McCorkle (1974) Le tableau 2 présente une synthèse de ces études :

11 11 Tableau 2 : Résumé d études démontrant l effet psychologique du toucher Auteurs Résumé de l étude Effet McCorkle, 1974 Hollinger, 1986 Moon, & Cho, 2001 Vannorsdall, Dahlquist, Pendley, & Power, patients gravement malades hospitalisés sur une unité de médecine chirurgie générale (30 dans le groupe expérimental et 30 dans le groupe témoin). L effet du toucher est mesuré de 4 façons 1) Interaction Behavior Worksheet; 2) The Bales Interaction Process; 3) The post interaction questionnaire; 4) Electrocardiographic changes 24 patientes hospitalisées dans une unité de réadaptation. 62 patients (30 pour le groupe expérimental et 32 pour le groupe témoin). Une échelle visuelle et des entrevues furent utilisées pour mesurer l anxiété. 50 enfants pendant une ponction lombaire L étude a démontré que les patients très gravement malade interprètent le toucher de l infirmière comme une marque positive de sollicitude envers eux. Cependant, aucuns changements physiologiques ne furent observés. Démontre un accroissement de l échange verbal entre le patient et l infirmière quand le toucher est également utilisé. Les patientes ont interprété le toucher comme une marque d acceptation et d empathie. Diminution significative de l anxiété dans le groupe expérimental par rapport au groupe témoin. Tenir la main est très aidant pour réduire l anxiété des patients. Le toucher par un parent ne réduit pas les comportements de détresse, cependant le toucher de réconfort de l infirmière réduit de façon marquée les comportements de détresse. b. L utilisation du toucher chez divers types de clientèles Des études ont tour à tour démontré l utilisation bénéfique du toucher dans des situations de soins aux personnes âgées; les personnes vivant avec un problème de santé mentale; les personnes en situation de soins critiques; les enfants et les adolescents et les soins en chirurgie. La majorité des études répertoriées ont été effectuées auprès de patients âgés (Barnett, 1972a; Tobiason, 1981; Eaton, Mitchell Bonair,

12 12 Friedmann, 1986; Fakouri, & Jones, 1987; Gleeson, & Timmins, 2004; Hollinger, 1986; Hollinger, & Buschmann, 1993; McCann, & McKenna, 1993; Moore, & Gilbert, 1995; Norberg, Melin, & Asplund, 1986; Pepler, 1991; Routasalo, 1996; Routasalo, & Isola, 1998; Vortherms, 1991). Il est indéniable que le toucher procure des effets positifs chez les patients âgés d autant plus que le toucher est un sens qui perd peu de son acuité avec l âge. En effet, Tobiason (1981) a comparé la réaction de 75 étudiantes infirmières lorsqu elles touchent un bébé ou une personne âgée. La perspective de toucher des personnes âgées lors d un stage auprès de cette clientèle suscite beaucoup d anxiété chez les étudiantes. Un intérêt plus récent semble se manifester pour l utilisation du toucher auprès de patients vivant avec des problèmes de santé en milieu psychiatrique comme en témoigne les deux études répertoriées : Salzmann Erikson, & Eriksson (2005) et Gleeson (2004). L infirmière canadienne Carole Estabrooks (Estabrooks, 1989), dans une étude qui consistait à observer des infirmières dans une unité de soins intensifs elle a même identifié un type de toucher assez paradoxal, «le toucher de protection». Ce type de toucher, tout à fait à l opposé du toucher de sollicitude (caring touch) transmet au patient un message de distanciation. En effet, les infirmières participantes de l étude d Estabrooks témoignèrent utiliser cette forme de toucher pour se protéger du deuil anticipé par l éminence ou la forte possibilité du décès de la personne soignée (Adomat, & Killingworth, 1994; Estabrooks, 1989; McCorkle, 1974; O Mahoney, 2005) Quelques études ont rapportées des effets positifs du toucher chez des enfants ou des adolescents. (Vannorsdall, Dahlquist, Shroff Pendley, & Power, 2004; Weiss, 1990; Weekes, Kagan, James, & Seboni, 1993). Une étude effectuée auprès de 30 patients soumis à une chirurgie de la cataracte sous anesthésie locale a clairement établie que lorsque l infirmière leur tenait la main il y avait une nette diminution de l anxiété et du taux sanguin d épinéphrine (Moon, & Cho, 2001). c. L expérience du toucher Celle ci semble varier selon les individus en fonction de leur sexe, de leur âge et la partie du corps qui est touchée. Le toucher physique dans les soins est souvent perçu en terme positif mais des expériences négatives sont aussi rapportées : La perception de l infirmière (Estabrooks, & Morse, 1992; Rombalski, 2003; Weiss, 1986); Les facteurs influençant la perception du toucher (Hollinger, & Buschmann, 1993; Weiss, 1986); Les expressions du toucher (Routasalo, & Isola, 1998; Routasalo, & Lauri, 1998)

13 13 Il apparaît donc incontournable pour l infirmière de devoir prendre conscience des gestes de toucher physique dans sa pratique et de leur effet peu banal. Intervention simple et trop souvent ignorée il devient important de lui redonner sa place de noblesse perdue par l influence de l ère technologique. De plus, il devient nécessaire d enseigner aux futures infirmières non seulement l importance de toucher les patient mais aussi comment les toucher. Geste spontané face à la douleur et à l impossibilité de pouvoir soulager, le toucher se résume parfois à la simplicité d une main posée sur celle de l autre. Au delà d une pulsion d emprise, le toucher évoque ainsi la caresse, le geste de réconfort, le souffle sur une plaie ou l étreinte d un individu souffrant. A l aube de la mort ou lorsque l importance des mots se trouve amoindrie, le sens du toucher reste le vecteur d une relation proprement humaine; la manière de prendre soin du corps de la personne diminuée, âgée ou à l agonie fera passer dans la concrétude du corps le maintien de sa dignité et de sa valeur. Ainsi, prenant tour à tour la forme d un soin concret au corps dans la pratique infirmière, d une technique thérapeutique spécifique ou d une forme de communication, le toucher rend compte du besoin fondamental de contact propre à l être humain. Le toucher mis en œuvre par l infirmière, l imaginaire d un corps relié qui sous tend la pratique des touchers énergétiques ou encore l apaisement procuré par un geste spontané de réconfort témoignent d une fonction essentielle de toute démarche thérapeutique : la nécessité d injecter du sens dans l intolérable de la maladie, de la mort ou de la solitude. Conclusion Parce qu il est à la base de nos premiers liens d attachement et de notre mémoire affective et sensorielle (à travers les frottements et vibrations de la paroi utérine puis dans les soins quotidiens dispensés après la naissance) le toucher est bien plus qu un acte physiologique : le petit de l homme vit et grandit parce qu il est nourri de mots, d affection et de tendresse autant que de lait et de nourritures matérielles. Un mouvement ultérieur, un contact de peau, un geste ou une texture seront toujours susceptibles de faire résonner ces sensations premières, comme si le corps vécu était sans cesse recouvert par un corps tressé de mémoire. Parce qu il est la possibilité d une sollicitude à l égard de l autre, c està dire d une reconnaissance d un corps humain et non d une chose manipulable, le toucher se trouve à la base même de l éthique : dans la capacité de compatir à la souffrance de l autre dans un geste, une parole ou une attitude ou à l inverse en respectant les frontières de son espace

14 14 corporel. Avec le fait de pouvoir toucher s inscrit en effet un territoire soustrait à la volonté d emprise : l enfant découvre le monde en l explorant mais également en se heurtant à la résistance de ce qui ne peut et ne doit pas être touché. Le primat donné au corps biologique dans l histoire de la pratique infirmière, confronte cette dernière à un enjeu éthique fondamental dans le rapport au patient : au delà de la construction du corps comme objet d étude et de thérapeutique, comment préserver par la concrétude des gestes effectués, le sentiment d une reconnaissance de son être propre chez la personne soignée? A travers l atteinte corporelle, tout un rapport au monde, à soi et à l autre se trouvent en effet ébranlés : la mise en œuvre du toucher dans le soin concernera autant le «corps de la maladie» et la prise en charge médicale qu il nécessite, que «le corps du malade» (à travers le besoin de soutien du patient, la propre résonance affective du soignant et le lien intersubjectif qui les unit). L infirmière, parce qu elle travaille en collaboration avec le praticien tout en étant dans le quotidien du patient malade et hospitalisé se trouve en ce sens à la convergence d un toucher de plus en plus technologisé tout en devant conserver ce qui fait sans doute la vocation première de sa profession : celle de prendre soin du patient par sa présence et par ses gestes.

15 15 Références Adomat, R., & Killingworth, A. (1994). Care of the critically ill patient : The impact of stress on the use of touch in intensive therapy units. Journal of Advanced Nursing, 19, Barnard, K. E., & Brazelton, T. B. (1990). Touch : The foundation of experience. Madison, CT : International University Press. Barnett, K. (1972a). A survey of the current utilization of touch by health team personnel with hospitalized patients. International Journal of Nursing Studies, 9, Barnett, K. (1972b). A theoretical construct of the concepts of touch as they relate to nursing. Nursing Research, 21, Bottorff, J. L. (1993). The use and meaning of touch in caring for patient with cancer. Oncology Nursing Forum, 20, Chang, S. O. (2001). The conceptual structure of physical touch in caring. Journal of Advanced Nursing, 33, Cho, K. S. (1999). The effects of hand massage programme on anxiety and immune function in clients with cataract surgery under local anaesthesia. Journal of Korean Academy of Nursing, 29, Derrida, J., & Hantaï, S. (2000). Le toucher, Jean Luc Nancy. Paris : Galilée. Eaton, M., Mitchell Bonair, I. L., & Friedmann, E. (1986). The effect of touch on nutritional intake of Chronic Organic Brain Syndrome patients. Journal of Gerontology, 41, Estabrooks, C. A. (1989). Touch : A nursing strategy in the intensive care unit. Heart and Lung, 18, Estabrooks, C. A., & Morse, J. M. (1992). Toward a theory of touch : The touching process and acquiring a touching style. Journal of Advanced Nursing, 17, Fakouri, C., & Jones, P. (1987). Slow stroke back rub. Journal of Gerontological Nursing, 13, Field, T. (1951). Les bienfaits du toucher. Traduit par Françoise Bouillot, Paris : Payot et Rivages. Gleeson, M. (2004). The use of touch to enhance nursing care of older person in long term mental health care facilities. Journal of Psychiatric & Mental Health Nursing, 11,

16 16 Gleeson, M., & Timmins, F. (2004). Touch : The fundamental aspect of communication with older people experiencing dementia. Nursing Older People, 16, Hall, E. (1978). La dimension cachée, traduit par Amélia Petita, Paris : Le Seuil. Hollinger, L. M. (1986). Communicating with the elderly. Gerontological Nursing, 12, Journal of Holliger, L. M., & Buchmann, M. B. T. (1993). Factors influencing the perception of touch by elderly nursing home residents and their health caregivers. International Journal of Nursing Studies, 30, Journeaux, M. (2002). A concept analysis of touch to reduce preoperative anxiety using Walker and Avant s framework. Journal of Advanced Preoperative Care, 1, Larousse, petit dictionnaire illustré. (2005). Lasch, C. (1981). Le complexe de Narcisse, la nouvelle sensibilité américaine, Paris : Robert Laffont. Le Breton, D. (1999). L Adieu au corps. Paris : Métailié. Le Breton, D. (2006), La saveur du monde, une anthropologie des sens. Le Breton, D. (2001) Anthropologie du corps et modernité, Presses Universitaires de France. Le Breton David, (2003), La peau et la trace : sur les blessures de soi, Métailié. McCann, K., & McKenna, H. P. (1993). An examination of touch between nurses and elderly patients in a continuing care setting in Northern Ireland. Journal of Advanced Nursing, 18, McCorkle, R. (1974). Effects of touch on seriously ill patients. Nursing Research, 23, Montagu, A (1971). Touching : The human significance of the skin. New York : Columbia University Press. Montagu, A. (1979). La peau et le toucher. Paris : Éditions du Seuil. Moon, J. S., & Cho, K. S. (2001). The effect of handholding on anxiety in cataract surgery patients under local anaesthesia. Journal of Advanced Nursing, 35, Moore, J. R., & Gilbert, D. A. (1995). Elderly residents : Perceptions of nurses comforting touch. Journal of Gerontological Nursing, 21, 6 13.

17 17 Morse, J. (1983). An ethnoscientific analysis of comfort : A preliminary investigation. Nursing Papers, 15, Norberg, A., Melin, E., & Asplund, K. (1986). Reactions to music, touch and object presentation in the final stage of dementia. An exploratory study. International Journal of Nursing Studies, 23, O Mahoney, C. (2005). Widening the dimensions of care. Emergency Nurse, 13, Pepler, C. J. (1991). The messages of touch in nursing homes. Perspectives : The Journal of the Gerontological Nursing Association, 15, Robert. (2005). Dictionnaire illustré. Rombalski, J. J. (2003). A personal journey in understanding physical touch as a nursing intervention. Journal of Holistic Nursing, 21, Routasalo, P. (1999). Physical touch in nursing studies : A literature review. Journal of Advanced Nursing, 30, Routasalo, P. (1996). Non necessary touch in nursing care of elderly people. Journal of Advanced Nursing, 23, Routasalo, P., & Isola, A. (1998). Touching by skilled nurses in elderly nursing care. Scandinavian Journal of Caring Sciences, 12, Salzmann Erikson, M., & Eriksson, H. (2005). Encountering Touch : A path to affinity in psychiatric care. Issues in Mental Health Nursing, 26, Tobiason, S. J. B. (1981). Touching is for everyone. American Journal of Nursing, Vannorsdall, T., Dahlquist, L, Pendley, J. S., & Power, T. (2004). The relation between nonessential touch and children s distress during lumbar punctures. Children s Health Care, 33, Vortherms, R. C. (1991). Clinically improving communication through touch. Journal of Gerontological Nursing, 17, Weekes, D. P., Kagan, S. H., James, K, & Seboni, N. (1993). The phenomenon of hand holding as a coping strategy in adolescents experiencing treatment related pain. Journal of Pediatric Oncology Nursing, 10, Weiss, S. J. (1990). Parental touching : Correlates of a child s body concept and body sentiment. (pp ). Dans K. E. Barnard, & T. B. Brazelton (éd.). Touch : The foundation of experience. Madison, CT : International University Press. Weiss, S. J. (1986). Psychophysiologic effects of caregiver touch on incidence of cardiac dysrythmia. Heart and Lung, 15,

18 Weiss, S. J. (1979). The language of touch, Nursing Research, 28,

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique?

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? Caterina REGIS IFH Infirmière Ressource Douleur CETD CHU Montpellier Déclaration publique d intérêts Je soussignée

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

Le couple en contexte du cancer: Soutenir ses défis et ses espoirs

Le couple en contexte du cancer: Soutenir ses défis et ses espoirs Le couple en contexte du cancer: Soutenir ses défis et ses espoirs Louise Picard, Ph.D., t.s. Professeure agrégée École de service social Faculté des sciences sociales Université Laval Chercheure au sein

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer Droits des malades en fin de vie Connaître la loi Leonetti et l appliquer Lorsque la médecine trouve ses limites et que la personne, avec ses proches, se situe dans la perspective d une échéance annoncée,

Plus en détail

NATIONALE DE GERONTOLOGIE. 20 ème anniversaire - 2007 - 49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr

NATIONALE DE GERONTOLOGIE. 20 ème anniversaire - 2007 - 49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr fng FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE 20 ème anniversaire - 2007-49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr 2 Avant-propos Pourquoi une nouvelle version de la Charte? La avait pris

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

SAVOIR SE RECENTRER : UN ATOUT AU QUOTIDIEN

SAVOIR SE RECENTRER : UN ATOUT AU QUOTIDIEN SAVOIR SE RECENTRER : UN ATOUT AU QUOTIDIEN QUE SIGNIFIE "ÊTRE CENTRÉ"? Etre centré signifie être aligné entre Ciel et Terre. C'est-à-dire connecté à l'énergie du Ciel et ancré dans l énergie de la Terre;

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité

Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité Congrès Enfanter le monde 26 novembre 2010 Claud Bisaillon, Ph.D. Psychologue, professeure Plan de la présentation

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

QUALITÉ ET SÉCURITÉ DES SOINS :

QUALITÉ ET SÉCURITÉ DES SOINS : QUALITÉ ET SÉCURITÉ DES SOINS : existe-t-il une spécificité oncologique? Sandy Decosterd, Infirmière spécialiste clinique en oncologie Marie-José Roulin, Directrice adjointe des soins LA SÉCURITÉ DES SOINS

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA SOLIDARITE SECRETARIAT D ETAT A LA SANTE ET A L ACTION SOCIALE

FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA SOLIDARITE SECRETARIAT D ETAT A LA SANTE ET A L ACTION SOCIALE FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE MINISTERE DE L EMPLOI ET DE LA SOLIDARITE SECRETARIAT D ETAT A LA SANTE ET A L ACTION SOCIALE 1999 La Fondation nationale de gérontologie et le ministère des affaires

Plus en détail

Sexualité, intimité et cancer: mettre fin aux tabous.

Sexualité, intimité et cancer: mettre fin aux tabous. Sexualité, intimité et cancer: mettre fin aux tabous. Aborder, reconnaître et référer pour le mieux-être de la personne atteinte. Joëlle Morin M.A (sexologie) B.Sc (psychologie) Sexologue 8 avril 2011

Plus en détail

COUPLE ET PROBLÈMES SEXUELS

COUPLE ET PROBLÈMES SEXUELS COUPLE ET PROBLÈMES SEXUELS Introduction Christine Reynaert et Pierre Collart ont tous deux activement participé à l ouverture de centres spécialisés dans le traitement de troubles sexuels (voir analyse

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

La psychothérapie. Se poser les bonnes questions

La psychothérapie. Se poser les bonnes questions La psychothérapie Se poser les bonnes questions? LA PSYCHOTHÉRAPIE Au Québec, la psychothérapie est une activité réservée par la loi * depuis juin 2012, ce qui signifie que seules les personnes autorisées,

Plus en détail

HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR

HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR CHANTAL COUVREUR Sociologue, Docteur en Santé Publique Présidente de «Mediteam» Si l on s intéresse à l histoire des soins palliatifs, on constate

Plus en détail

Etat des lieux de la recherche en soins infirmiers en France

Etat des lieux de la recherche en soins infirmiers en France Etat des lieux de la recherche en soins infirmiers en France Impact de l universitarisation sur la recherche en soins infirmiers et son autonomie Catherine BARGIBANT- CHRU de LILLE Introduction 1. Enracinement

Plus en détail

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE N 220 - ROUFIDOU Irini L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE Pendant notre recherche du D.E.A., nous avons étudié l acquisition du langage chez le tout petit en

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

Formation obligatoire d adaptation à l emploi

Formation obligatoire d adaptation à l emploi Cycle de formation Praxis Conforme à l arrêté du 16 juillet 2009 Formation obligatoire d adaptation à l emploi Agent de service mortuaire Madame, Monsieur, Depuis l arrêté du 16 juillet 2009 relatif à

Plus en détail

Les soins palliatifs aux soins intensifs : une coexistence possible

Les soins palliatifs aux soins intensifs : une coexistence possible Les soins palliatifs aux soins intensifs : une coexistence possible Diane Guay, inf Étudiante au Doctorat en sciences cliniques (sc.inf.) Co-direction Pr Luc Mathieu Pre Cécile Michaud Plan de la présentation

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE

CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE Depuis ses origines, Maison l Échelon s inspire de valeurs humanistes qui placent la dignité de la personne au premier plan. Le client souffrant de maladie psychiatrique est une

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

La contribution des pères au développement de leur enfant

La contribution des pères au développement de leur enfant Activité 1 La contribution des pères au développement de leur enfant Le père: Un rôle en évolution Théorie de l évolution Question de survie! Homme Animaux Christine Gervais, Ph. D., Professeur au département

Plus en détail

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION

GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION GROUPE DE PAROLE SUR L HYGIENE ET LA PRESENTATION Programme d éducation et de motivation à l hygiène pour les patients en psychiatrie Cécile GABRIEL-BORDENAVE C.H. St Egrève (38) Problèmes d hygiène corporelle

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

Coaching et Team Building

Coaching et Team Building recherché par les entreprises Ils représentent deux leviers ENTREPRISE Coaching et Team Building des outils de management au service de la personne, des entreprises et des organisations Serge LANTEAUME

Plus en détail

BIENVENUE A L ESPACE BIEN ÊTRE DU CHATEAU DE BEZYL

BIENVENUE A L ESPACE BIEN ÊTRE DU CHATEAU DE BEZYL BIENVENUE A L ESPACE BIEN ÊTRE DU CHATEAU DE BEZYL Profitez de votre séjour au Château de BEZYL pour prendre un peu de temps pour votre bien être, afin de vous retrouver avec vous même en découvrant ou

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Titre de la formation : Mobiliser des clients peu motivés ou non volontaires

Titre de la formation : Mobiliser des clients peu motivés ou non volontaires Yves Gros-Louis, psychologue Centre Psycho-Solutions, centre@psycho-solutions.qc.ca http://www.psycho-solutions.qc.ca Titre de la formation : Mobiliser des clients peu motivés ou non volontaires Problématique

Plus en détail

1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité:

1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité: 1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité: Nous avons consulté les 3 sites de l INSUP plus particulièrement confrontés à la mixité culturelle :

Plus en détail

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne PRONONCEZ-VOUS SUR LA QUESTION! Faites-nous parvenir vos commentaires et vos réflexions. Pour les membres de l AMQ : commentez

Plus en détail

Conférence du RQCAA. Agression et violence contre les aînés. Présenté le 22 mars 2007 Au grand public À l observatoire Vieillissement et Société

Conférence du RQCAA. Agression et violence contre les aînés. Présenté le 22 mars 2007 Au grand public À l observatoire Vieillissement et Société Conférence du RQCAA Agression et violence contre les aînés Présenté le 22 mars 2007 Au grand public À l observatoire Vieillissement et Société Plan de présentation Histoire du RQCAA Quelques réalités sur

Plus en détail

5 postures pour mobiliser le don

5 postures pour mobiliser le don Confiance Sollicitude Réciprocité d engagement Tirer partie de son Relance expérience relationnelle constructive 5 postures pour mobiliser le don Attention à soi Alliance : Lier sans défier Donner Recevoir

Plus en détail

Laurent Bérubé, S.C.

Laurent Bérubé, S.C. ANNEXE II La mission aujourd hui Chapitre provincial, 3 e session 18 avril 2009 L ADOLESCENCE Laurent Bérubé, S.C. I. Profil «Ce qu il y a d émouvant avec les adolescents, c est que tout ce qu ils font,

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations.

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations. PROCESSUS D ASSURANCE QUALITE MIS EN ŒUVRE APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE 1. Identification des circonstances déclenchantes de l acte de maltraitance. 2. Définition des objectifs correctifs. 3. Elaboration

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

Journées d'épanouissement conjugal et personnel. Les SENS de L'AMOUR. Samedi 7 et dimanche 8 juin 2014 La Saline les bains. Avec

Journées d'épanouissement conjugal et personnel. Les SENS de L'AMOUR. Samedi 7 et dimanche 8 juin 2014 La Saline les bains. Avec Journées d'épanouissement conjugal et personnel Les SENS de L'AMOUR Samedi 7 et dimanche 8 juin 2014 La Saline les bains Avec Pascal de Sutter & Julie Van Rompaey Sexologue Architecte du désir Samedi 7

Plus en détail

Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta

Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta Michel Carrier, agr,club Lait Bio, Valacta La relation homme animal peut ainsi être définie comme le degré de proximité ou de distance entre l animal et l homme, c est-à-dire la perception mutuelle qui

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

Un choc, un traumatisme: comment rebondir?

Un choc, un traumatisme: comment rebondir? Un choc, un traumatisme: comment rebondir? Où en sommes-nous? un petit tour d horizon du psychologique au physiologique attachement, traumatisme et résilience Quelles nouvelles pour la parentalité? 1 Les

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

*Dans tout le document lire : infirmier/infirmière

*Dans tout le document lire : infirmier/infirmière *Dans tout le document lire : infirmier/infirmière F L O R E N C E A M B R O S I N O, C É C I L E B A R R I È R E, G A L A D R I E L B O N N E L, C H R I S T O P H E D E B O U T, P A S C A L L A M B E

Plus en détail

La gestion des risques en hygiène hospitalière

La gestion des risques en hygiène hospitalière La gestion des risques en hygiène hospitalière Rappels des fondamentaux Dr J-L. Quenon Comité de Coordination de l Évaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine Séminaire de la SF2H, 19 novembre 2013,

Plus en détail

«Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français

«Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français «Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français Résultats de l étude Enquête Ipsos - Juillet 011 Etude élaborée dans le

Plus en détail

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p.

MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. 315 MILLER, Daniel; SLATER, Don. The internet: an ethnographic approach. Oxford: Berg, 2000. 217 p. Sophie Chevalier Université de Franche-Comté France Voici un ouvrage qui débute par ses conclusions!

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

palliatifs accompagnement

palliatifs accompagnement palliatifs & accompagnement Sommaire PAGE 4 PAGE 5 PAGE 8 PAGE 11 PAGE 12 Définition des soins palliatifs En pratique, que sont les soins palliatifs? À qui s adressent les soins palliatifs? Quelles aides

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

Association Autonomie Aquitaine

Association Autonomie Aquitaine M1 : le contexte législatif et réglementaire de la démarche qualité en secteur médico- social: o La Loi du 2 janvier 2002 : o ses fondements o La démarche de projet o Le règlement de fonctionnement o Le

Plus en détail

ME LA COMMUNICATION Ch 5 LA COMMUNICATION. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET

ME LA COMMUNICATION Ch 5 LA COMMUNICATION. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET 5 LA COMMUNICATION 1 5. 1 ANALYSE de la COMMUNICATION 2 LE DIT ANALYSE DE LA COMMUNICATION La formulation ( clarté, objectivité maximale ou manipulation ) L écoute (concentration et acceptation de l Autre

Plus en détail

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro

INNOVATION De la rééducation au sport santé. LPG crée le Neuro INNOVATION De la rééducation au sport santé LPG crée le Neuro Physical Training! Bouger pour sa santé, une évidence pour les français? Bien que Faire du sport soit, chaque année, une des résolutions prioritaires

Plus en détail

En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF

En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF Tél. : 04 42 21 06 22 Fax : 04 42 21 27 04 Mail : if.conseil@wanadoo.fr Site : www.ifconseil.eu Un partenariat Basé sur la lecture attentive

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 JULIA LEGRAND, Psychologue- Psychothérapeute L hypnose est un terme qui entraine un grand nombre d idées reçues, d inquiétudes et de méfiance. On donne parfois à l hypno-thérapeute

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps Introduction Y A-T-IL COUPLE? Au fil des siècles et au fil des années, la société se transforme et avec elle, la valeur accordée à la réussite sociale, à la famille mais surtout à l amour. Dans le monde

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI

DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI Céline Gélinas, inf., Ph.D., Marie-Anik Robitaille, M.A., Lise Fillion, inf., Ph.D. & Manon Truchon, Ph.D. Dans

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Les certificats médicaux

Les certificats médicaux Les certificats médicaux Dr BOUDRIES COURS DROIT MEDICAL (BEJAIA) 2013 I - généralités Les certificats médicaux sont de plus en plus demandés par les malades et les non malades pour répondre aux attentes

Plus en détail

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit Partie 1: La relation psyche-soma Illustrations de la place des interactions corps-esprit A. L APPROCHE PSYCHOSOMATIQUE 1. Origines de l approche psychosomatique Le terme psychosomatique est développé

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques page 1/8 Consensus Scientifique sur Source : OMS (2006) les Champs statiques Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les équipements d imagerie médicale par résonance magnétique (IRM), les trains et les

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN La fatigue visuelle figure souvent au premier plan parmi les manifestations physiques ressenties par les utilisatrices

Plus en détail

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Stress et enseignement Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Recherche sur Internet Moteur de recherche: GOOGLE Mots-clés: + stress + enseignement Nombre de pages francophones

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail