Cahier 8. Le toucher dans les soins infirmiers regard. croisé entre la discipline infirmière et. l anthropologie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cahier 8. Le toucher dans les soins infirmiers regard. croisé entre la discipline infirmière et. l anthropologie"

Transcription

1 Cahier 8 Le toucher dans les soins infirmiers regard croisé entre la discipline infirmière et l anthropologie Chantal Saint Pierre, inf, Ph.D Professeure du département des sciences infirmières, UQO Florence Vinit, PhD Anthropologie de la santé Septembre 2006

2 2 Table des matières Introduction 3 1. Regard socio historique sur le toucher 3 2. Regard anthropologique sur le toucher 5 3. Regard infirmier sur le toucher 7 a. Les typologie du toucher physique dans la pratique infirmière 8 i. L effet physiologique 10 ii. L effet psychologique 10 b. L utilisation du toucher chez divers types de clientèles 11 c. L expérience du toucher 12 Conclusion 13 Références 15

3 3 Le toucher demeure au centre des gestes de soins. Quotidiennement infirmières et infirmiers, à travers leurs interventions, utilisent le toucher physique. Bien qu omniprésent dans les soins infirmiers, le toucher a paradoxalement été peu étudié dans la discipline infirmière. La recension des écrits présentée vise à permettre aux infirmières et infirmiers de jeter un regard réflexif sur le toucher physique dans leur pratique quotidienne. De plus, souhaitons qu il redonne au toucher comme contact et qualité de présence la place qui lui revient dans le plan thérapeutique infirmier. La recension des écrits permettra d optimiser ces moments privilégiés de contact thérapeutique en se basant sur des données probantes, et ce, auprès de diverses clientèles. Pour mieux mettre en contexte l apport spécifique de la discipline infirmière, il a été jugé important de le croiser avec celui d autres disciplines, plus particulièrement les perspectives socio historique et anthropologie. Introduction Lorsqu il n est pas nié ou dévalorisé, le toucher est souvent réduit à une forme d évidence, ne justifiant pas en cela d être interrogé. Or il ne suffit pas de toucher pour rencontrer l autre : en portant la main sur le corps en vue de le guérir, le soignant passe outre deux tabous qui ne sont pas sans nourrir des réactions défensives : celui de l intimité (du contact avec la nudité physique autant qu avec la vulnérabilité du patient) et celui de la fréquentation quotidienne de la souffrance et possiblement de la mort. 1. Regard socio historique sur le toucher La question du toucher reste, en Occident, indissociable de celle du corps. Marqué, pendant des siècles, du signe du soupçon, boudé par une philosophie mettant en garde contre les tromperies des sens, le corps est l héritier d une approche dualiste progressivement inscrite dans l histoire de la pensée occidentale. Le langage garde pourtant dans ses expressions courantes, la trace d une connivence sensible avec le monde : nous pouvons «laisser notre empreinte», «toucher une réalité du doigt», «avoir la main heureuse», autant d expressions indiquant combien le corps n est pas une surface neutre, mais toujours en résonance avec ce qui l entoure. Or les récits et analyses rendant compte d un affinement de la sensorialité, et notamment du toucher, concernent principalement d «autres cultures», cultures dites traditionnelles lorsqu elles ne sont pas «primitives». Notamment en raison de son assimilation traditionnelle à l un des sens les plus grossiers, le toucher sera ainsi historiquement relié aux tâches domestiques, tâches plus ingrates et allouées aux femmes, mais il sera aussi nimbé d une inquiétante étrangeté, associé aux personnages des sorcières.

4 4 Les différentes modalités du contact sont affectées par la singularité de chaque époque. La proximité intime comme les gestes de tendresse envers les enfants sont corrélatives du développement contemporain de la pédiatrie, de la psychologie de l enfant et de leur diffusion dans le grand public. A l inverse, au début du siècle, le mouvement hygiéniste proscrivait le fait de toucher les petits enfants, assimilant tout contact physique à un risque de contamination (Watson cité par Field, 1951). Le fait de toucher son propre corps (que ce soit par détente, à travers le bain, le massage ou d une manière plus sexuelle, à travers la masturbation) est loin d avoir été une chose commune et acceptée ; toute l œuvre de Freud témoigne des interdits liés au fait de «se toucher», dans la classe bourgeoise de la fin du XIXième siècle. Le thème du toucher traverse l histoire du soin et occupe dans le domaine médical et infirmier le toucher occupe une place particulière. Toucher au corps pour le guérir est une pratique immémoriale, présente dans l histoire de toutes les cultures : des papyrus attestent de son usage par certains pharaons égyptiens de même que dans l Antiquité par les empereurs romains (tels Hadrien ou Vespasien). A l instar des miracles opérés par le Christ en touchant le corps des malades, les papes et évêques utilisaient l imposition des mains comme geste de consécration et de soulagement de la douleur. Ce don de guérison continuera à être un apanage royal, exercé par les monarques de France et d Angleterre jusqu au XVIIIième siècle. En ce qui concerne la médecine, puisque le corps a longtemps été mise à distance par l interdit religieux, la médecine trouve son fondement scientifique dans l audace de la dissection anatomique qui transforme le corps en un objet d étude et de représentation. Construit sous le regard médical comme une fascinante mécanique à démonter, le corps s offre à une investigation de plus en plus poussée : du scalpel du chirurgien au microscope de l histologiste, de l enveloppe de peau aux tissus et membranes cellulaires, ses composants révèlent tour à tour leur mystère. Le développement de la méthode expérimentale constitue donc le tournant de cette avancée vers une médecine scientifique. Là où le «toucher au corps» de la dissection se place sous le modèle paradigmatique du rapport au cadavre, l expérimentation décompose l organisme en fonctions physiologiques et le dissocie du corps sensoriel, corps vécu par le patient dans le mouvement de son existence. Conjointement à la réforme hospitalière et au développement de nouvelles pratiques cliniques comme l auscultation, la médecine se donne au XIX ième siècle les moyens de sa prétention thérapeutique. Le monde médical se construit ainsi pour ceux qui y travaillent comme une «forme distincte de la réalité», donnant à voir, à travers son histoire et les différentes avancées de sa thérapeutique, différentes élaborations du

5 5 corps. Il constitue un lieu clos (dont on peut dégager les caractéristiques et le «mode de fonctionnement») et pourtant en résonance avec d autres scènes de la vie sociale comme avec ses propres arrières plans historiques et imaginaires. Le toucher, est donc à la fois un geste spontané de soin, mais également un sens dont la médecine s affranchira pour accéder à sa forme scientifique, abandonnant progressivement de sa thérapeutique le toucher et les odeurs. Aussi, les savoirs empiriques issues surtout de celles des femmes soignantes sera remplacé par une médecine de la vision et de la distance au corps. Le privilège est alors donné au regard (et à sa lecture des signes cliniques du corps). 2. Regard anthropologique sur le toucher Cette section abordera le toucher selon l'intérêt du thème dans la société actuelle et plus spécifiquement la manière dont le toucher et plus largement le sensible est pensé dans notre culture. Le toucher constitue la structure fondamentale de notre être au monde. Toucher signifie "entrer en contact avec quelqu'un ou quelque chose, de façon légère ou violente" (Robert). Dans le sens abstrait, "toucher" c'est "faire naître des émotions". Le toucher est un de nos sens et un moyen de communication (la peau nous donne de nombreux renseignements sur la température, la douleur, la texture des objets. Elle a aussi un rôle de protection contre les agressions extérieures, comme une enveloppe qui filtre les échanges entre le corps et l environnement (Barnard, & Brazelton, 1990; Montagu, 1971, 1979). Sur la scène sociale, nous appartenons au Québec à une culture où les contacts entre individus restent très codifiés. Si la promiscuité est imposée par les circonstances, on évitera d ajouter au toucher un autre type de contact : dans un métro bondé, il est fréquent de sentir l odeur de son voisin, la forme d une épaule ou d un pied ; tout regard prolongé sera en revanche spontanément prohibé, afin d éviter une situation d intimité de trop grande ampleur. Si certains lieux proscrivent le toucher, d autres au contraire se structurent autour de lui. A l hôpital, chez une esthéticienne, dans un centre de sport ou de massothérapie, l individu s attend à la nécessité d un contact physique, voire même le sollicite. Le toucher mis en œuvre est alors encadré par un «professionnalisme» limitant les échanges trop personnels. D autres situations seront plus permissives : dans un cours de danse de couple par exemple, les figures imposent un contact avec des zones du corps relativement intimes (les bras, la taille, le torse) sans que les personnes ne se connaissent préalablement. On remarque également dans le social une tendance à l évitement du toucher au corps par la médiation technologique

6 6 du contact de plus en plus établie dans la communication quotidienne. Dans une société où le fait «d être en contact» obéit à une forme de frénésie (en témoigne le succès des messages S.M.S envoyés par le biais du téléphone, ou l existence d appareils permettant de faire parvenir immédiatement une photo du lieu où l on se situe à son correspondant), la présence du corps de l autre semble de plus en plus évincée. Paradoxalement, le contact proposé dès lors qu il ne dépend plus de la mise en jeu du corps physique, promet une discontinuité sans faille : le téléphone cellulaire, se trouve porté en permanence, bientôt greffé sur les vêtements ou mis en bracelet, donnant l impression d une forme d organe supplémentaire. Le téléphone, la télévision ou le réseau Internet concrétisent un vaste corps collectif, enveloppant la planète de sa toile numérique. Dans cette interface des rapports individuels permise par l électronique et l informatique, la «sexualité virtuelle» propose même de jouir à distance par l intermédiaire de tenseurs sensibles sur lesquels se branchent chacun des participants de l interaction : l évacuation de la nécessité du corps de l autre prend ici une forme concrète, la stimulation du partenaire se faisant à même son propre corps (Le Breton, 1999). Enfin, le succès d un «contact» médiatisé par la technologie s oppose à la multiplication des plaintes de harcèlement sexuel et au climat de suspicion qu elles viennent poser à l égard de tout contact corporel. Elle renvoie également à l augmentation des sites pornographiques, au développement de réseaux de rencontres par Internet ou de «date party 1», indices de la solitude affective actuelle et de la difficulté à rencontrer véritablement l autre. Y compris dans son propre rapport à lui même, l individu contemporain semble rechercher un sentiment d habitation plus important avec son propre corps : la pratique de sports extrêmes ou les recours aux massages, actuellement en plein développement tente de lutter contre le «gel des sensations» dans la société contemporaine (Lasch, 1981). La façon de s adresser au corps du patient, qu elle soit technique ou apparemment spontanée, n a pour autant rien de «naturel». Le geste et la manière dont il est reçu s élaborent dans la communauté culturelle d appartenance des personnes en présence. Façonné par le contexte social et culturel qui baigne l acteur, le corps est ce vecteur sémantique par l intermédiaire duquel se construit l évidence de la relation au monde. ( ) Il n y a pas de naturel d un geste ou d une sensation. A l intérieur d une communauté sociale, toutes les manifestations corporelles d un acteur sont virtuellement signifiantes aux yeux de ses partenaires. Si le toucher se conjugue différemment selon les lieux sociaux, il varie également selon les âges. Les enfants appellent embrassades et autres

7 7 câlineries; les adolescents évitent pour leur part, souvent volontairement, d être touchés par leurs parents, privilégiant les accolades de leur «tribu amicale» : refuser les contacts physiques marque leur besoin d autonomie à l égard du groupe familial. Enfin, si la peau délimite, dans le monde occidental, les frontières d une existence singulière (Hall, 1978), le toucher au corps est réservé socialement à la sphère amoureuse, intime. Quant au corps mort il est mis à distance : dans notre société de spectacle, la mort est vue et mise en scène, sans être pour autant approchée ou intégrée dans le quotidien de la vie. Outre celui de la mort, le travail en gérontologie confronte à un autre tabou, celui du contact avec un corps meurtris, dégradés, en souffrance, avec un corps vieilli qui est à l opposé de ce qui est habituellement promu dans notre société (corps jeune, beau, lisse). Souffrant d'isolement social, la personne âgée que personne n'approche, ni ne touche depuis longtemps, est sensible au toucher qui lui prouve qu'elle n'est pas rebutante malgré sa «vieille peau» : elle en sait gré par un sourire, une attitude calme, un comportement moins récalcitrant, une réaction d'éveil, un chant, l expression de plaisir, la collaboration, la reprise des activités, mille remerciements du corps et des yeux. Le corps vieilli comme le corps blessé nous renvoie également à notre propre fragilité, toujours possible et jaillissante, l'intimité des soins nous projetant dans cet «être vers la mort» auquel nous sommes promis. 3. Regard infirmier sur le toucher L accroissement des connaissances scientifiques, se transpose dans la relation soignante par un accès au corps et à l intimité du patient, à travers un contact physique permettant l établissement de la relation, l administration d un traitement et les différents gestes exigés par les soins infirmiers. Étymologiquement, le mot " soigner" vient du latin " soniare" qui signifie : s'occuper de. Ainsi, soigner : c'est " s'occuper du bien être et du contentement de quelqu'un " et " s'occuper de rétablir la santé " (ROBERT), c'est " consacrer son activité, son dévouement à la guérison de quelqu'un" et " s'occuper avec sollicitude de quelqu'un " (LAROUSSE). On retrouve donc dans la signification du terme deux éléments qui étaient déjà en jeu dans le toucher au corps : toucher ce fut historiquement connaître le corps, l explorer (de la même manière que le petit enfant découvre le monde en le touchant, parfois en mettant les objets à la bouche, en le goûtant). Et simultanément, toucher c est prendre soin et espérer guérir. L infirmière se trouve donc confronté au corps comme objet de connaissance, au corps comme visée du soin et de la thérapeutique mais aussi au corps comme modalité d être.

8 8 Quel est l effet du toucher tant physiologique que psychologique? Quand, pourquoi et comment utilise t on le toucher dans la pratique infirmière? auprès de quelle clientèle? et finalement quelle est l expérience du toucher, tant dans la réponse du patient, la perception de l infirmière, le sens donné au toucher, la réaction au toucher que dans les diverses expressions du toucher? Voilà autant d angles par lesquels furent abordés les principaux thèmes des études sur le toucher par les chercheures de la discipline infirmière depuis les 35 dernières années. a. Les typologies du toucher physique dans la pratique infirmière Le toucher est présent dans presque toutes les situations de soins infirmiers (Barnett, 1972a; 1972b; Bottorff, 1993; Morse, 1983; Routassolo, 1999); de plus, les infirmières utilisent le toucher plus que tous les autres professionnels de la santé. Plus spécifiquement, le toucher au corps nous semble tout d abord désigner le contact physique exigé par les différents traitements variant d un geste physique directement exercé sur le corps du soigné, comme aider un patient à se mobiliser, à la médiation permise par un instrument technique, comme le fait une piqûre. Le toucher représente également la possibilité d une communication émotionnelle entre patient et soignant (ce que le langage courant désigne par le terme général de «contact») ainsi que l expérience d une présence à soi et à l autre (Derrida, 2000). En dehors d une technique spécifique mise en œuvre sur le corps, le toucher possède également une dimension de soin relationnel, à travers l ensemble des gestes à valeur communicationnelle manifestant une certaine qualité de présence à l autre et à la relation. Dans la réciprocité du toucher, le corps qui apparaît n est pas un pur substrat organique, mais le vecteur d une relation, marqué dès son origine par l empreinte de l autre. Dans une recension des écrits en sciences infirmières nous avons répertorié différentes typologies du toucher établies à partir d analyse de situations de soins infirmiers. La première à le faire est Barnett, (1972a; 1972b) qui parle de deux types de toucher de toucher procédural et de toucher non nécessaire. Weiss (1979) pour sa part parle de 6 dimensions du toucher en pratique infirmière qui sont la durée, la localisation; la manière; l intensité; la fréquence et la sensation. Vortherms (1991) documente qu il existe quatre types de toucher selon la finalité recherchée: d affection, fonctionnel, de protection et non physique. Quant à Bottorff (1993) il mentionne que le toucher de l infirmière peut s avérer soit réconfortant (conforting); soit la manifestation d un lien (connecting); soit utilitaire (working); soit visant à orienter (orienting) ou soit social. Quant à Adomat &

9 9 Killingworth (1994), elles identifient deux types de toucher; celui relié à la tâche (work/task touch) et le toucher de sollicitude/social (caring/social touch). Cette typologie rejoint celle de McCann et McKenna (1993) qui pour leur part parlent de toucher instrumental et de toucher d expression (expressive). Des canadiennes, Estabrooks (1989) et Estabrooks, & Morse (1992) ajoutent à ces deux types de toucher que sont celui de sollicitude et à celui relié à la tâche, un troisième type celui toucher de protection (opposé au toucher de sollicitude). Cette typologie est reprise plus récemment par Routasalo (1999). Le tableau 1 qui suit présente une synthèse des différentes typologies du toucher identifiés dans la pratique infirmière Tableau 1 : Typologie du toucher en situation de soins infirmiers Auteurs Barnett (1972) Weiss (1979, 1986) Bottorff (1993) Adomat & Killingworth (1994), McCann et McKenna (1993) Type de toucher Toucher procédural (procedural touch) et Toucher non nécessaire (non necessary touch) Six symboles tactiles : La durée; La localisation; La manière; L intensité; La fréquence; La sensation. Réconfortant (conforting); Manifestation d un lien (connecting); Utilitaire (working); orientant (orienting); social. toucher relié à la tâche (work/task touch) et toucher de sollicitude/social (caring/social touch). toucher instrumental et toucher d'expression (expresive) Estabrooks (1989) et toucher de sollicitude; Toucher relié à la tâche, et Estabrooks, & Morse Toucher de protection (opposé au toucher de (1992) sollicitude) Chang (2001) Toucher de promotion du confort physique; Toucher de promotion du confort émotionnel; Toucher de promotion du confort corps esprit; Toucher de partage spirituel et Toucher relié à l exercice d un rôle social. Ainsi, la qualité «soignante» du toucher dans les gestes de la pratique infirmière vient alors rendre compte de la disponibilité d une présence indépendante de la seule volonté thérapeutique. Envisager le toucher comme un soin revient ainsi à mettre en évidence une dimension affective, non exclusive d un savoir faire technique mais pouvant s y ajouter. Le toucher devient soin lorsque l infirmière accepte de donner place, à travers les gestes qu elle connaît, aux possibles de la rencontre intersubjective. Cet élément irréductible à la maîtrise invite à la reconnaissance de ses propres limites, tant personnelles que professionnelles, en évitant une fétichisation de sa propre pratique. A l inverse, un toucher

10 10 coupé de la compréhension de ce qui se joue à travers lui comme rencontre humaine perdrait toute indentification à la souffrance d autrui, glissant à terme vers une objectivation radicale pouvant mener aux actes de pire barbarie. i. L effet physiologique D abord il est indéniable selon plusieurs auteurs que le toucher utilisé dans diverses situations de soins génère des effets physiologiques bénéfiques pour le patient : Diminution de la T.A. systolique (Fakouri, & Jones, 1987); Diminution de la T.A. diastolique (Weiss, 1990); Diminution du rythme cardiaque (Fakouri, & Jones, 1987); Diminution du cortisol, de l adrénaline et de la noradrénaline et augmentation des cellules du système immunitaire (Cho, 1999); augmentation de l apport en nourriture (29 % en calories et 36 % en protéines) (Eaton, Mitchell Bonair, & Friedmann, 1986) pour n en nommer que quelques unes. Weiss (1986) qui s est particulièrement intéressée aux dysrythmies associées au toucher chez des patients dans un environnement de soins intensifs recommande la prudence dans l utilisation du toucher auprès de ce type de patient. Ainsi elle relate qu il a été démontré que le toucher a un effet sur le rythme cardiaque qui peut être parfois bénéfique et parfois moins. Les touchers fréquents et de long et intense à la fois, vigoureux et qui visent des parties du corps hautement innervées peuvent augmenter les risque d arythmie cardiaque. À l opposé des touchers peu fréquent, dont le but thérapeutique réside dans le réconfort qui sont de courte durée, de faible intensité et qui visent des parties du corps peu innervée (bras, jambes, cage thoracique ou dos) et qui implique peu de mouvement actif de la peau et des organes internes sous jacents réduisent les stimulations du système nerveux. ii. L effet psychologique Plusieurs études ont démontré l effet réconfortant et calmant du toucher (Hollinger, 1986; McCorkle, 1974; Moon, & Cho, 2001; Vannorsdall, Dahlquist, Pendley, & Power, 2004). McCorkle (1974) Le tableau 2 présente une synthèse de ces études :

11 11 Tableau 2 : Résumé d études démontrant l effet psychologique du toucher Auteurs Résumé de l étude Effet McCorkle, 1974 Hollinger, 1986 Moon, & Cho, 2001 Vannorsdall, Dahlquist, Pendley, & Power, patients gravement malades hospitalisés sur une unité de médecine chirurgie générale (30 dans le groupe expérimental et 30 dans le groupe témoin). L effet du toucher est mesuré de 4 façons 1) Interaction Behavior Worksheet; 2) The Bales Interaction Process; 3) The post interaction questionnaire; 4) Electrocardiographic changes 24 patientes hospitalisées dans une unité de réadaptation. 62 patients (30 pour le groupe expérimental et 32 pour le groupe témoin). Une échelle visuelle et des entrevues furent utilisées pour mesurer l anxiété. 50 enfants pendant une ponction lombaire L étude a démontré que les patients très gravement malade interprètent le toucher de l infirmière comme une marque positive de sollicitude envers eux. Cependant, aucuns changements physiologiques ne furent observés. Démontre un accroissement de l échange verbal entre le patient et l infirmière quand le toucher est également utilisé. Les patientes ont interprété le toucher comme une marque d acceptation et d empathie. Diminution significative de l anxiété dans le groupe expérimental par rapport au groupe témoin. Tenir la main est très aidant pour réduire l anxiété des patients. Le toucher par un parent ne réduit pas les comportements de détresse, cependant le toucher de réconfort de l infirmière réduit de façon marquée les comportements de détresse. b. L utilisation du toucher chez divers types de clientèles Des études ont tour à tour démontré l utilisation bénéfique du toucher dans des situations de soins aux personnes âgées; les personnes vivant avec un problème de santé mentale; les personnes en situation de soins critiques; les enfants et les adolescents et les soins en chirurgie. La majorité des études répertoriées ont été effectuées auprès de patients âgés (Barnett, 1972a; Tobiason, 1981; Eaton, Mitchell Bonair,

12 12 Friedmann, 1986; Fakouri, & Jones, 1987; Gleeson, & Timmins, 2004; Hollinger, 1986; Hollinger, & Buschmann, 1993; McCann, & McKenna, 1993; Moore, & Gilbert, 1995; Norberg, Melin, & Asplund, 1986; Pepler, 1991; Routasalo, 1996; Routasalo, & Isola, 1998; Vortherms, 1991). Il est indéniable que le toucher procure des effets positifs chez les patients âgés d autant plus que le toucher est un sens qui perd peu de son acuité avec l âge. En effet, Tobiason (1981) a comparé la réaction de 75 étudiantes infirmières lorsqu elles touchent un bébé ou une personne âgée. La perspective de toucher des personnes âgées lors d un stage auprès de cette clientèle suscite beaucoup d anxiété chez les étudiantes. Un intérêt plus récent semble se manifester pour l utilisation du toucher auprès de patients vivant avec des problèmes de santé en milieu psychiatrique comme en témoigne les deux études répertoriées : Salzmann Erikson, & Eriksson (2005) et Gleeson (2004). L infirmière canadienne Carole Estabrooks (Estabrooks, 1989), dans une étude qui consistait à observer des infirmières dans une unité de soins intensifs elle a même identifié un type de toucher assez paradoxal, «le toucher de protection». Ce type de toucher, tout à fait à l opposé du toucher de sollicitude (caring touch) transmet au patient un message de distanciation. En effet, les infirmières participantes de l étude d Estabrooks témoignèrent utiliser cette forme de toucher pour se protéger du deuil anticipé par l éminence ou la forte possibilité du décès de la personne soignée (Adomat, & Killingworth, 1994; Estabrooks, 1989; McCorkle, 1974; O Mahoney, 2005) Quelques études ont rapportées des effets positifs du toucher chez des enfants ou des adolescents. (Vannorsdall, Dahlquist, Shroff Pendley, & Power, 2004; Weiss, 1990; Weekes, Kagan, James, & Seboni, 1993). Une étude effectuée auprès de 30 patients soumis à une chirurgie de la cataracte sous anesthésie locale a clairement établie que lorsque l infirmière leur tenait la main il y avait une nette diminution de l anxiété et du taux sanguin d épinéphrine (Moon, & Cho, 2001). c. L expérience du toucher Celle ci semble varier selon les individus en fonction de leur sexe, de leur âge et la partie du corps qui est touchée. Le toucher physique dans les soins est souvent perçu en terme positif mais des expériences négatives sont aussi rapportées : La perception de l infirmière (Estabrooks, & Morse, 1992; Rombalski, 2003; Weiss, 1986); Les facteurs influençant la perception du toucher (Hollinger, & Buschmann, 1993; Weiss, 1986); Les expressions du toucher (Routasalo, & Isola, 1998; Routasalo, & Lauri, 1998)

13 13 Il apparaît donc incontournable pour l infirmière de devoir prendre conscience des gestes de toucher physique dans sa pratique et de leur effet peu banal. Intervention simple et trop souvent ignorée il devient important de lui redonner sa place de noblesse perdue par l influence de l ère technologique. De plus, il devient nécessaire d enseigner aux futures infirmières non seulement l importance de toucher les patient mais aussi comment les toucher. Geste spontané face à la douleur et à l impossibilité de pouvoir soulager, le toucher se résume parfois à la simplicité d une main posée sur celle de l autre. Au delà d une pulsion d emprise, le toucher évoque ainsi la caresse, le geste de réconfort, le souffle sur une plaie ou l étreinte d un individu souffrant. A l aube de la mort ou lorsque l importance des mots se trouve amoindrie, le sens du toucher reste le vecteur d une relation proprement humaine; la manière de prendre soin du corps de la personne diminuée, âgée ou à l agonie fera passer dans la concrétude du corps le maintien de sa dignité et de sa valeur. Ainsi, prenant tour à tour la forme d un soin concret au corps dans la pratique infirmière, d une technique thérapeutique spécifique ou d une forme de communication, le toucher rend compte du besoin fondamental de contact propre à l être humain. Le toucher mis en œuvre par l infirmière, l imaginaire d un corps relié qui sous tend la pratique des touchers énergétiques ou encore l apaisement procuré par un geste spontané de réconfort témoignent d une fonction essentielle de toute démarche thérapeutique : la nécessité d injecter du sens dans l intolérable de la maladie, de la mort ou de la solitude. Conclusion Parce qu il est à la base de nos premiers liens d attachement et de notre mémoire affective et sensorielle (à travers les frottements et vibrations de la paroi utérine puis dans les soins quotidiens dispensés après la naissance) le toucher est bien plus qu un acte physiologique : le petit de l homme vit et grandit parce qu il est nourri de mots, d affection et de tendresse autant que de lait et de nourritures matérielles. Un mouvement ultérieur, un contact de peau, un geste ou une texture seront toujours susceptibles de faire résonner ces sensations premières, comme si le corps vécu était sans cesse recouvert par un corps tressé de mémoire. Parce qu il est la possibilité d une sollicitude à l égard de l autre, c està dire d une reconnaissance d un corps humain et non d une chose manipulable, le toucher se trouve à la base même de l éthique : dans la capacité de compatir à la souffrance de l autre dans un geste, une parole ou une attitude ou à l inverse en respectant les frontières de son espace

14 14 corporel. Avec le fait de pouvoir toucher s inscrit en effet un territoire soustrait à la volonté d emprise : l enfant découvre le monde en l explorant mais également en se heurtant à la résistance de ce qui ne peut et ne doit pas être touché. Le primat donné au corps biologique dans l histoire de la pratique infirmière, confronte cette dernière à un enjeu éthique fondamental dans le rapport au patient : au delà de la construction du corps comme objet d étude et de thérapeutique, comment préserver par la concrétude des gestes effectués, le sentiment d une reconnaissance de son être propre chez la personne soignée? A travers l atteinte corporelle, tout un rapport au monde, à soi et à l autre se trouvent en effet ébranlés : la mise en œuvre du toucher dans le soin concernera autant le «corps de la maladie» et la prise en charge médicale qu il nécessite, que «le corps du malade» (à travers le besoin de soutien du patient, la propre résonance affective du soignant et le lien intersubjectif qui les unit). L infirmière, parce qu elle travaille en collaboration avec le praticien tout en étant dans le quotidien du patient malade et hospitalisé se trouve en ce sens à la convergence d un toucher de plus en plus technologisé tout en devant conserver ce qui fait sans doute la vocation première de sa profession : celle de prendre soin du patient par sa présence et par ses gestes.

15 15 Références Adomat, R., & Killingworth, A. (1994). Care of the critically ill patient : The impact of stress on the use of touch in intensive therapy units. Journal of Advanced Nursing, 19, Barnard, K. E., & Brazelton, T. B. (1990). Touch : The foundation of experience. Madison, CT : International University Press. Barnett, K. (1972a). A survey of the current utilization of touch by health team personnel with hospitalized patients. International Journal of Nursing Studies, 9, Barnett, K. (1972b). A theoretical construct of the concepts of touch as they relate to nursing. Nursing Research, 21, Bottorff, J. L. (1993). The use and meaning of touch in caring for patient with cancer. Oncology Nursing Forum, 20, Chang, S. O. (2001). The conceptual structure of physical touch in caring. Journal of Advanced Nursing, 33, Cho, K. S. (1999). The effects of hand massage programme on anxiety and immune function in clients with cataract surgery under local anaesthesia. Journal of Korean Academy of Nursing, 29, Derrida, J., & Hantaï, S. (2000). Le toucher, Jean Luc Nancy. Paris : Galilée. Eaton, M., Mitchell Bonair, I. L., & Friedmann, E. (1986). The effect of touch on nutritional intake of Chronic Organic Brain Syndrome patients. Journal of Gerontology, 41, Estabrooks, C. A. (1989). Touch : A nursing strategy in the intensive care unit. Heart and Lung, 18, Estabrooks, C. A., & Morse, J. M. (1992). Toward a theory of touch : The touching process and acquiring a touching style. Journal of Advanced Nursing, 17, Fakouri, C., & Jones, P. (1987). Slow stroke back rub. Journal of Gerontological Nursing, 13, Field, T. (1951). Les bienfaits du toucher. Traduit par Françoise Bouillot, Paris : Payot et Rivages. Gleeson, M. (2004). The use of touch to enhance nursing care of older person in long term mental health care facilities. Journal of Psychiatric & Mental Health Nursing, 11,

16 16 Gleeson, M., & Timmins, F. (2004). Touch : The fundamental aspect of communication with older people experiencing dementia. Nursing Older People, 16, Hall, E. (1978). La dimension cachée, traduit par Amélia Petita, Paris : Le Seuil. Hollinger, L. M. (1986). Communicating with the elderly. Gerontological Nursing, 12, Journal of Holliger, L. M., & Buchmann, M. B. T. (1993). Factors influencing the perception of touch by elderly nursing home residents and their health caregivers. International Journal of Nursing Studies, 30, Journeaux, M. (2002). A concept analysis of touch to reduce preoperative anxiety using Walker and Avant s framework. Journal of Advanced Preoperative Care, 1, Larousse, petit dictionnaire illustré. (2005). Lasch, C. (1981). Le complexe de Narcisse, la nouvelle sensibilité américaine, Paris : Robert Laffont. Le Breton, D. (1999). L Adieu au corps. Paris : Métailié. Le Breton, D. (2006), La saveur du monde, une anthropologie des sens. Le Breton, D. (2001) Anthropologie du corps et modernité, Presses Universitaires de France. Le Breton David, (2003), La peau et la trace : sur les blessures de soi, Métailié. McCann, K., & McKenna, H. P. (1993). An examination of touch between nurses and elderly patients in a continuing care setting in Northern Ireland. Journal of Advanced Nursing, 18, McCorkle, R. (1974). Effects of touch on seriously ill patients. Nursing Research, 23, Montagu, A (1971). Touching : The human significance of the skin. New York : Columbia University Press. Montagu, A. (1979). La peau et le toucher. Paris : Éditions du Seuil. Moon, J. S., & Cho, K. S. (2001). The effect of handholding on anxiety in cataract surgery patients under local anaesthesia. Journal of Advanced Nursing, 35, Moore, J. R., & Gilbert, D. A. (1995). Elderly residents : Perceptions of nurses comforting touch. Journal of Gerontological Nursing, 21, 6 13.

17 17 Morse, J. (1983). An ethnoscientific analysis of comfort : A preliminary investigation. Nursing Papers, 15, Norberg, A., Melin, E., & Asplund, K. (1986). Reactions to music, touch and object presentation in the final stage of dementia. An exploratory study. International Journal of Nursing Studies, 23, O Mahoney, C. (2005). Widening the dimensions of care. Emergency Nurse, 13, Pepler, C. J. (1991). The messages of touch in nursing homes. Perspectives : The Journal of the Gerontological Nursing Association, 15, Robert. (2005). Dictionnaire illustré. Rombalski, J. J. (2003). A personal journey in understanding physical touch as a nursing intervention. Journal of Holistic Nursing, 21, Routasalo, P. (1999). Physical touch in nursing studies : A literature review. Journal of Advanced Nursing, 30, Routasalo, P. (1996). Non necessary touch in nursing care of elderly people. Journal of Advanced Nursing, 23, Routasalo, P., & Isola, A. (1998). Touching by skilled nurses in elderly nursing care. Scandinavian Journal of Caring Sciences, 12, Salzmann Erikson, M., & Eriksson, H. (2005). Encountering Touch : A path to affinity in psychiatric care. Issues in Mental Health Nursing, 26, Tobiason, S. J. B. (1981). Touching is for everyone. American Journal of Nursing, Vannorsdall, T., Dahlquist, L, Pendley, J. S., & Power, T. (2004). The relation between nonessential touch and children s distress during lumbar punctures. Children s Health Care, 33, Vortherms, R. C. (1991). Clinically improving communication through touch. Journal of Gerontological Nursing, 17, Weekes, D. P., Kagan, S. H., James, K, & Seboni, N. (1993). The phenomenon of hand holding as a coping strategy in adolescents experiencing treatment related pain. Journal of Pediatric Oncology Nursing, 10, Weiss, S. J. (1990). Parental touching : Correlates of a child s body concept and body sentiment. (pp ). Dans K. E. Barnard, & T. B. Brazelton (éd.). Touch : The foundation of experience. Madison, CT : International University Press. Weiss, S. J. (1986). Psychophysiologic effects of caregiver touch on incidence of cardiac dysrythmia. Heart and Lung, 15,

18 Weiss, S. J. (1979). The language of touch, Nursing Research, 28,

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Aspects déontologiques en santé mentale

Aspects déontologiques en santé mentale Aspects déontologiques en santé mentale Nancy Guilbeault Conseillère en soins infirmiers France Ouellet Conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Juin 2012 Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 Grégory GUILLAN Formateur I.F.S.I. Charles Foix Octobre 2011 1 Raisonnement et démarche clinique L infirmier(ère) comprend le problème de santé d un patient et

Plus en détail

Sommaire. Partie I HISTOIRE ET PHILOSOPHIE DE LA SANTÉ, DES SOINS ET DES SCIENCES

Sommaire. Partie I HISTOIRE ET PHILOSOPHIE DE LA SANTÉ, DES SOINS ET DES SCIENCES Sommaire Partie I HISTOIRE ET PHILOSOPHIE DE LA SANTÉ, DES SOINS ET DES SCIENCES 1. Une longue introduction en trois mots.............................. 3 Autour du mot «santé» (et maladie)................................

Plus en détail

Cognitivo-comportementale

Cognitivo-comportementale Approches psycho-sexuelles Cognitivo-comportementale Cette thérapie qui porte sur les cognitions (manière de penser), mais aussi sur les sensations et les comportements, apprend à modifier sa manière de

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

La souffrance totale des personnes en fin de vie.

La souffrance totale des personnes en fin de vie. LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. I) Concept de souffrance globale En Soins Palliatifs, on parle de souffrance totale, «total pain», c'est-à-dire qu il s agit d une approche globale de

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave.

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave. CHAPITRE 1 LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module 1 : «Apprentissage

Plus en détail

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E)

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Mai 2002 DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Réalisation : Direction Département infirmier A. DESCRIPTION DU CONTENU DE LA FONCTION 1. Utilité de la fonction - Mission générale Participer à la prise

Plus en détail

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE GENERALITES Douleur chronique = douleur qui évolue depuis plus de 6 Mois. Douleur «maladie» qui évolue par elle même Douleur «traumatisme»:

Plus en détail

LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION. Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation

LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION. Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation LES POUVOIRS DE LA MÉDITATION Anita Rossier Thérapeute & Guide de méditation Biographie Formation de base en sciences appliquées, biologie médicale et moléculaire, diplôme d ingénieure chimiste Expérience

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs)

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) Brigitte Fournier, IPO Clinique d oncologie ambulatoire M.Sc. Infirmières (candidate)

Plus en détail

La psychologie médicale. sa place en médecine et dans l enseignement médical

La psychologie médicale. sa place en médecine et dans l enseignement médical La psychologie médicale sa place en médecine et dans l enseignement médical La psychologie médicale! Tout médecin qui soigne perçoit que des liens particuliers se nouent entre les patients et lui.! Ces

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique?

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? Caterina REGIS IFH Infirmière Ressource Douleur CETD CHU Montpellier Déclaration publique d intérêts Je soussignée

Plus en détail

Programme «Guérir avec le sourire»

Programme «Guérir avec le sourire» Programme «Guérir avec le sourire» La Fondation Sabrina et Camillo D Alesio a été établie en mémoire de deux enfants exceptionnels dont l enthousiasme et l amour de la vie ont amené les parents à croire

Plus en détail

SORTIR, c est vital POUR TA SANTE!

SORTIR, c est vital POUR TA SANTE! SORTIR, c est vital POUR TA SANTE! Etre au contact de la nature : un facteur déterminant Du bien-être global (santé physique, psychique, sociale) Un constat alarmant : des maladies en forte augmentation

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE EN RELATION D AIDE INTÉGRALE

FORMATION PROFESSIONNELLE EN RELATION D AIDE INTÉGRALE FORMATION PROFESSIONNELLE EN RELATION D AIDE INTÉGRALE La Relation d Aide Intégrale vise l épanouissement de l être à travers un processus de conscientisation, d éducation, de transformation, de guérison

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

LE DOCTEUR M. LACAMBRE, PSYCHIATRE AU CHRU DE MONTPELLIER «LE CIRQUE, UN OUTIL THÉRAPEUTIQUE?»

LE DOCTEUR M. LACAMBRE, PSYCHIATRE AU CHRU DE MONTPELLIER «LE CIRQUE, UN OUTIL THÉRAPEUTIQUE?» CONFÉRENCE AVEC LE DOCTEUR M. LACAMBRE, PSYCHIATRE AU CHRU DE MONTPELLIER DANS UN EXPOSÉ DE SA THÈSE INTITULÉ «LE CIRQUE, UN OUTIL THÉRAPEUTIQUE?» 14 OCTOBRE 2010 À L UFCV TOULOUSE Dans la lignée des événements

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R)

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R) L Accompagnement des personnes âgées et des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer par différentes approches: - l haptonomie - le Sensitive Gestalt Massage)R( - la Réflexologie plantaire Préparé

Plus en détail

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE. ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE. ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L aide médico-psychologique (A.M.P.) exerce une fonction d accompagnement

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles St Malo 5 février 2010 Audrey Lesieur Psychologue Le dispositif d annonce Plan Cancer 2005 ( Mesure 40) Apporter une information

Plus en détail

École européenne du Toucher-massage

École européenne du Toucher-massage www.ifjs.fr 03 80 74 27 57 École européenne du Toucher-massage Institut de Formation Joël Savatofski 2012-2013 Le bien-être partagé! Ecole Stage Intra Formation La relation d aide par le Toucher-massage

Plus en détail

56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30. Projet de vie

56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30. Projet de vie 56, place du Coudert 63116 BEAUREGARD L EVEQUE Tel : 04-73-68-02-83 Fax : 04-73-68-00-30 Projet de vie PROJET DE VIE ACCUEIL DE JOUR Lorsqu il apparaît, le syndrome démentiel transforme dramatiquement

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE EN RELATION D AIDE INTÉGRALE

FORMATION PROFESSIONNELLE EN RELATION D AIDE INTÉGRALE FORMATION PROFESSIONNELLE EN RELATION D AIDE INTÉGRALE La Relation d Aide Intégrale vise l épanouissement de l être à travers un processus de conscientisation, d éducation, de transformation, de guérison

Plus en détail

POLITIQUE. TITRE : Politique relative à l application des niveaux de soins

POLITIQUE. TITRE : Politique relative à l application des niveaux de soins POLITIQUE Code : DSP-029 Instance responsable : Direction des services professionnels Approuvée par : Dr Michel Piraux Approuvée (ou adoptée) au comité de direction le : 5 juin 2013 Adoptée par le conseil

Plus en détail

Livret d accueil. Bienvenue à l unité de crise pour adolescents

Livret d accueil. Bienvenue à l unité de crise pour adolescents Livret d accueil Bienvenue à l unité de crise pour adolescents Sommaire L équipe... 3 Le projet de soins... 4 Les admissions et les règles générales... 5 La sécurité... 6 L intimité et la vie en commun...

Plus en détail

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE

DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE DÉFICIENCE INTELLECTUELLE La personne ayant une déficience intellectuelle rencontre des défis au niveau cognitif, psychomoteur ou social qui limitent souvent son développement

Plus en détail

ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES

ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES SANTÉ - SOCIAL ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES ALSACE-MOSELLE QUAND LES TALENTS GRANDISSENT LES COLLECTIVITÉS PROGRESSENT La manipulation des personnes âgées code stage K4073

Plus en détail

LE PACK. 2. un étayage social, sur la présence d un entourage uni et attentif à l expérience que l intéressé est en train de vivre.

LE PACK. 2. un étayage social, sur la présence d un entourage uni et attentif à l expérience que l intéressé est en train de vivre. LE PACK Le pack, enveloppement humide et froid, est une technique employée en psychiatrie et en médecine depuis très longtemps. Elle s employait dans les états d agitation aiguë, comme moyen de contention

Plus en détail

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE N 220 - ROUFIDOU Irini L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE Pendant notre recherche du D.E.A., nous avons étudié l acquisition du langage chez le tout petit en

Plus en détail

lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé

lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé lim Fischer Page II Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 lim Fischer Page III Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 P

Plus en détail

RECONSTRUCTION MAMMAIRE

RECONSTRUCTION MAMMAIRE RECONSTRUCTION MAMMAIRE IMAGE DE SOI ET MOTIVATIONS Dr Bernard DESCLAUX Oncomip 18/4/2013 Le Contexte Quand le paraître a plus d importance que l être, la mutilation corporelle apparaît comme une blessure

Plus en détail

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão LES PSYCHOTHÉRAPIES Filipe Galvão PLAN Introduction / définitions Psychothérapie de soutien Thérapies comportementales et cognitives Psychanalyse Hypnose Thérapies à médiation corporelle Thérapies collectives

Plus en détail

Le bonheur au travail

Le bonheur au travail Programme d aide aux employés Jacques Lamarre et associés Le bonheur au travail Présenté par Anne Gauvin et Marie-Véronique Matte «Le plus beau destin que puisse connaître un être humain, c est d être

Plus en détail

LA COHERENCE CARDIAQUE

LA COHERENCE CARDIAQUE LA COHERENCE CARDIAQUE Apparu aux Etats-Unis il y a une dizaine d années, grâce à des chercheurs en neurosciences et en neuro-cardiologie, le concept de cohérence cardiaque est issu des recherches médicales

Plus en détail

CHARTE DES DROITS ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE AGÉE EN SITUATION DE HANDICAP OU DE DÉPENDANCE

CHARTE DES DROITS ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE AGÉE EN SITUATION DE HANDICAP OU DE DÉPENDANCE CHARTE DES DROITS ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE AGÉE EN SITUATION DE HANDICAP OU DE DÉPENDANCE Avant-propos Pourquoi une nouvelle version de la charte? La Fondation Nationale de Gérontologie avait pris l

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 5 PFP 6 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins Le Projet de soins c a l m e Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. L article L.6143-2 du CSP prévoit que le Projet d établissement «comporte un projet de prise en charge des patients

Plus en détail

Le couple en contexte du cancer: Soutenir ses défis et ses espoirs

Le couple en contexte du cancer: Soutenir ses défis et ses espoirs Le couple en contexte du cancer: Soutenir ses défis et ses espoirs Louise Picard, Ph.D., t.s. Professeure agrégée École de service social Faculté des sciences sociales Université Laval Chercheure au sein

Plus en détail

NATIONALE DE GERONTOLOGIE. 20 ème anniversaire - 2007 - 49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr

NATIONALE DE GERONTOLOGIE. 20 ème anniversaire - 2007 - 49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr fng FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE 20 ème anniversaire - 2007-49, rue Mirabeau 75016 PARIS Tel : 01 55 74 67 00 www.fng.fr 2 Avant-propos Pourquoi une nouvelle version de la Charte? La avait pris

Plus en détail

Ateliers - stages d éveil artistique Ateliers adaptés art-thérapie Conférences rencontres sensibilisation Pratiques artistiques & liens culturels

Ateliers - stages d éveil artistique Ateliers adaptés art-thérapie Conférences rencontres sensibilisation Pratiques artistiques & liens culturels Ateliers - stages d éveil artistique Ateliers adaptés art-thérapie Conférences rencontres sensibilisation Pratiques artistiques & liens culturels www.terredesarts.asso.fr Démarche L'association Terre des

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Les relations avec les familles. Une double référence : confiance et professionnalisme

Les relations avec les familles. Une double référence : confiance et professionnalisme Les relations avec les familles Une double référence : confiance et professionnalisme Confiance O La confiance ne se donne pas, elle s établit avec le temps. O Les actions, les moyens, le suivi constituent

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort Profession : il y a quelques mois, Christine Malèvre, infirmière diplômée d état, a été condamnée a douze ans de réclusion criminelle pour homicide sur six malades et à l interdiction définitive d exercer

Plus en détail

La psychologie scientifique au service de l humain

La psychologie scientifique au service de l humain THERAPIES COGNITIVO COMPORTEMENTALES La psychologie scientifique au service de l humain Ces techniques interviennent à 3 niveaux COMPORTEMENT -COGNITIF- EMOTIONNEL Environnement Comportement Cognition

Plus en détail

Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES

Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES MOTRICITÉ AFFECTIVITÉ SOCIALISATION COMMUNICATION CONNAISSANCE Agir efficacement sur le plan sensorimoteur

Plus en détail

Le bois et la santé humaine

Le bois et la santé humaine Série sur le bois et la santé humaine Numéro 1 Le bois et la santé humaine Sommaire : Une récente étude menée par l Université de la Colombie-Britannique et FPInnovations a permis d établir un lien entre

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Soins palliatifs de qualité lors de soins de longue durée (SPQ-SLD)

Soins palliatifs de qualité lors de soins de longue durée (SPQ-SLD) Key Partners Funders Soins palliatifs de qualité lors de soins de longue durée (SPQ-SLD) Compétences du (de la) préposé(e) aux services de soutien à la personne Nous tenons à remercier Béatrice Vernier-Larochette

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

l espoir et la vie plus forts que le cancer

l espoir et la vie plus forts que le cancer l espoir et la vie plus forts que le cancer Chaque jour, 1 000 nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués en France. Grâce aux progrès de la médecine, ce véritable fléau n est plus perçu comme une fatalité

Plus en détail

QUALITÉ ET SÉCURITÉ DES SOINS :

QUALITÉ ET SÉCURITÉ DES SOINS : QUALITÉ ET SÉCURITÉ DES SOINS : existe-t-il une spécificité oncologique? Sandy Decosterd, Infirmière spécialiste clinique en oncologie Marie-José Roulin, Directrice adjointe des soins LA SÉCURITÉ DES SOINS

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion...

Sommaire. Introduction...3. 1. Les principes d action de l effort éthique...4. 2. Les valeurs... 5. 3. La philosophie de gestion... Adopté par le conseil d administration le 31 mars 2009 CADRE DE RÉFÉRENCE EN MATIÈRE D ÉTHIQUE Sommaire Introduction...3 1. Les principes d action de l effort éthique...4 2. Les valeurs................................

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION ELIXIR FORMATION CONTINUE POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

INSTITUT DE FORMATION ELIXIR FORMATION CONTINUE POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE INSTITUT DE FORMATION ELIXIR FORMATION CONTINUE POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE Elixir est un organisme spécialisé dans les formations autour du bien-être et du toucher. Nous sommes des formateurs

Plus en détail

Violence conjugale vécue par les aînées 1

Violence conjugale vécue par les aînées 1 Violence conjugale vécue par les aînées 1 7 À ce jour, l intervention en matière de violence La violence psychologique, conjugale auprès des femmes aînées a été peu abordée. «Ça fait son chemin et ça On

Plus en détail

EHPAD. Quels soins palliatifs en EHPAD? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en

EHPAD. Quels soins palliatifs en EHPAD? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en Quels soins palliatifs en? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en Quels soins palliatifs en? Dr M. SALLAMAGNE 1992: «Faire du soin palliatif,

Plus en détail

Mobilisation Toucher Bien Être en Fin de Vie

Mobilisation Toucher Bien Être en Fin de Vie Mobilisation Toucher Bien Être en Fin de Vie Stéphane Martin MK-O Bastien Djidel Hennenfent :Psychomotricien Pourquoi Mobiliser? Pourquoi Mobiliser? Prévenir les décompensations de décubitus Limiter les

Plus en détail

Référentiel de compétences du coaching individuel (version décembre 2006)

Référentiel de compétences du coaching individuel (version décembre 2006) Référentiel de compétences du coaching individuel (version décembre 2006) Notre philosophie du référentiel de compétences Ce référentiel a été construit dans la perspective du coaching individuel tel que

Plus en détail

Cours N 1 : Le développement psychologique de 0 à 3 ans

Cours N 1 : Le développement psychologique de 0 à 3 ans Introduction Cours N 1 : Le développement psychologique de 0 à 3 ans Le développement psychologique du bébé C est un développement extraordinaire, en vitesse et en ampleur, en moins de 3 ans avec un programme

Plus en détail

Création d un espace massage minute au bloc opératoire. Motivations, méthodes

Création d un espace massage minute au bloc opératoire. Motivations, méthodes Création d un espace massage minute au bloc opératoire Motivations, méthodes Cet exposé se propose de vous faire découvrir dans quelles conditions et avec quels moyens il a été possible de créer au sein

Plus en détail

OFFRE DE SERVICES Relaxation & Gestion du stress En CLINIQUE ou MAISON DE RETRAITE

OFFRE DE SERVICES Relaxation & Gestion du stress En CLINIQUE ou MAISON DE RETRAITE Solange Champion Relaxologue Membre de la Fédération Internationale des Relaxologues OFFRE DE SERVICES Relaxation & Gestion du stress En CLINIQUE ou MAISON DE RETRAITE -2- Sommaire AVANT PROPOS 3 1. CONTEXTE

Plus en détail

Faciliter la transition soins critiques - unité de trauma du patient et de sa famille

Faciliter la transition soins critiques - unité de trauma du patient et de sa famille Faciliter la transition soins critiques - unité de trauma du patient et de sa famille Par Carla El Khouri Infirmière, unité de trauma Amina Bousaidan Infirmière, soins critiques Agenda Problématique Méthodes

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

Guy Reibel. Un team Building qui vous enchante! La voix : une source de plaisir, de créativité et d épanouissement

Guy Reibel. Un team Building qui vous enchante! La voix : une source de plaisir, de créativité et d épanouissement Le Jeu Vocal Guy Reibel Un team Building qui vous enchante! La voix : une source de plaisir, de créativité et d épanouissement Une pratique inédite pour développer l esprit d équipe Contact : Mr Michel

Plus en détail

La dimension sociale en soins palliatifs, à domicile et en institution

La dimension sociale en soins palliatifs, à domicile et en institution Annick SOUDANT-ROQUETTE (DUSP Lille 1996-97, DIUSP Lille 2004-05) La dimension sociale en soins palliatifs, à domicile et en institution Table des matières 1.Ses missions...2 2. Le patient...3 3. La famille,

Plus en détail

LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE.

LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. 1 LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE DU SP Février 2015 LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. I) Concept de souffrance globale Comment comprendre la personne malade, sans l appréhender

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Le centre d excellence d en soins infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Odette Roy, inf., MSc., MAP, PhD. Adjointe à la directrice des soins infirmiers et de la prestation sécuritaire des

Plus en détail

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer Droits des malades en fin de vie Connaître la loi Leonetti et l appliquer Lorsque la médecine trouve ses limites et que la personne, avec ses proches, se situe dans la perspective d une échéance annoncée,

Plus en détail

Le code d éthique ROCH- PINARD. Résidences OU11&8LAY

Le code d éthique ROCH- PINARD. Résidences OU11&8LAY Le code d éthique ROCH- PINARD OU11&8LAY Résidences 1615 et 1625, boul. Gouin Est Montréal (Québec) H2C 1C2 Téléphone : 514 381-1841 www.berthiaume-du-tremblay.com Rédaction et révision : Chantal Bernatchez,

Plus en détail

Cycle de Formation 2014-2016. à la Yogathérapie. Formation sous la direction du Docteur Lionel Coudron à la faculté de Médecine Paris Diderot

Cycle de Formation 2014-2016. à la Yogathérapie. Formation sous la direction du Docteur Lionel Coudron à la faculté de Médecine Paris Diderot Institut deyogathé itut deyogathérapie Cycle de Formation à la Yogathérapie 2014-2016 Formation sous la direction du Docteur Lionel Coudron à la faculté de Médecine Paris Diderot 60 av. d Iena, 75116 Paris

Plus en détail

Médecines alternatives

Médecines alternatives 1 Médecines alternatives Introduction Les médecines alternatives connaissent un succès grandissant. En effet, de plus en plus des patients, se tournent vers ce genre de traitements, souvent déçu de la

Plus en détail

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8 SOMMAIRE Préface Page 3 La maladie en quelques mots Page 4 à 5 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7 2 - Le diagnostic. Page 8 3 - Les aides Page 9 à 11 3.1 - Le soutien à domicile (ménage, courses,

Plus en détail

Charte des Droits et Libertés De la Personne Agée Dépendante

Charte des Droits et Libertés De la Personne Agée Dépendante Charte des Droits et Libertés De la Personne Agée Dépendante (1997) FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE MINISTERE DE L'EMPLOI ET DE LA SOLIDARITE La vieillesse est une étape de l'existence pendant laquelle

Plus en détail

Tarifs 2015-2016. Julie Liébon. Professeur de Chant SOMMAIRE. Cours Particuliers et Collectifs. Atelier Adultes. Ateliers Ados.

Tarifs 2015-2016. Julie Liébon. Professeur de Chant SOMMAIRE. Cours Particuliers et Collectifs. Atelier Adultes. Ateliers Ados. Tarifs 2015-2016 Julie Liébon Professeur de Chant SOMMAIRE Cours Particuliers et Collectifs Atelier Adultes Ateliers Ados Atelier Enfants CONDITIONS DES COURS CONTACT Chant Prénatal Forte de mes années

Plus en détail

Référentiel du métier et des compétences des masseurs-kinésithérapeutes

Référentiel du métier et des compétences des masseurs-kinésithérapeutes Référentiel du métier et des compétences des masseurs-kinésithérapeutes Référentiel du métier et des compétences des masseurs-kinésithérapeutes Ce référentiel a été élaboré avec l accompagnement méthodologique

Plus en détail

Consultations précoces en soins palliatifs

Consultations précoces en soins palliatifs Consultations précoces en soins palliatifs 10 avril 2014 Dr Catherine LACROIX USP /EMSP Précoce tardif Soins de support Soins palliatifs SOINS DE SUPPORT «Ensemble des soins et soutiens nécessaires aux

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Code de déontologie de la Corporation des Zoothérapeutes du Québec

Code de déontologie de la Corporation des Zoothérapeutes du Québec Code de déontologie de la Corporation des Zoothérapeutes du Québec www.corpozootherapeute.com Table des matières Table des matières... 2 Section I... 3 1 Dispositions générales... 3 Section II... 3 2 Devoirs

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Formation. Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants

Formation. Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants Formation Des cours Croix-Rouge vaudoise pour les proches aidants A qui s adressent ces formations? Cours de sensibilisation Ces cours s adressent à vous, proches aidants, qui consacrez temps et énergie

Plus en détail

Maltraitance? Sur le chemin de la bientraitance

Maltraitance? Sur le chemin de la bientraitance Maltraitance? Sur le chemin de la bientraitance Introduction Qu est-ce que l AGY? C est une Association de Loi 1901 qui développe la promotion de la gérontologie en Yvelines. Plusieurs activités dont un

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

IDÉAGE FORMATION FORMATIONS, AUDITS ET ACOMPAGNEMENTS DES EHPAD ET STRUCTURES D AIDE À DOMICILE CATALOGUE DE FORMATION 2015

IDÉAGE FORMATION FORMATIONS, AUDITS ET ACOMPAGNEMENTS DES EHPAD ET STRUCTURES D AIDE À DOMICILE CATALOGUE DE FORMATION 2015 IDÉAGE FORMATION FORMATIONS, AUDITS ET ACOMPAGNEMENTS DES EHPAD ET STRUCTURES D AIDE À DOMICILE CATALOGUE DE FORMATION 2015 09.71.00.01.85 - contact@ideage-formation.com www.ideage-formation.com Idéage

Plus en détail

vie de bébé. Par la suite, et l enfant le désirent.

vie de bébé. Par la suite, et l enfant le désirent. Il est recommandé d a llaiter exclusivement pendant les six premiers mois de la vie de bébé. Par la suite, l allaitement devrait se poursuivre avec l introduction des aliments complémentaires jusqu à deux

Plus en détail

Etat des lieux de la recherche en soins infirmiers en France

Etat des lieux de la recherche en soins infirmiers en France Etat des lieux de la recherche en soins infirmiers en France Impact de l universitarisation sur la recherche en soins infirmiers et son autonomie Catherine BARGIBANT- CHRU de LILLE Introduction 1. Enracinement

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail