Cahier 8. Le toucher dans les soins infirmiers regard. croisé entre la discipline infirmière et. l anthropologie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cahier 8. Le toucher dans les soins infirmiers regard. croisé entre la discipline infirmière et. l anthropologie"

Transcription

1 Cahier 8 Le toucher dans les soins infirmiers regard croisé entre la discipline infirmière et l anthropologie Chantal Saint Pierre, inf, Ph.D Professeure du département des sciences infirmières, UQO Florence Vinit, PhD Anthropologie de la santé Septembre 2006

2 2 Table des matières Introduction 3 1. Regard socio historique sur le toucher 3 2. Regard anthropologique sur le toucher 5 3. Regard infirmier sur le toucher 7 a. Les typologie du toucher physique dans la pratique infirmière 8 i. L effet physiologique 10 ii. L effet psychologique 10 b. L utilisation du toucher chez divers types de clientèles 11 c. L expérience du toucher 12 Conclusion 13 Références 15

3 3 Le toucher demeure au centre des gestes de soins. Quotidiennement infirmières et infirmiers, à travers leurs interventions, utilisent le toucher physique. Bien qu omniprésent dans les soins infirmiers, le toucher a paradoxalement été peu étudié dans la discipline infirmière. La recension des écrits présentée vise à permettre aux infirmières et infirmiers de jeter un regard réflexif sur le toucher physique dans leur pratique quotidienne. De plus, souhaitons qu il redonne au toucher comme contact et qualité de présence la place qui lui revient dans le plan thérapeutique infirmier. La recension des écrits permettra d optimiser ces moments privilégiés de contact thérapeutique en se basant sur des données probantes, et ce, auprès de diverses clientèles. Pour mieux mettre en contexte l apport spécifique de la discipline infirmière, il a été jugé important de le croiser avec celui d autres disciplines, plus particulièrement les perspectives socio historique et anthropologie. Introduction Lorsqu il n est pas nié ou dévalorisé, le toucher est souvent réduit à une forme d évidence, ne justifiant pas en cela d être interrogé. Or il ne suffit pas de toucher pour rencontrer l autre : en portant la main sur le corps en vue de le guérir, le soignant passe outre deux tabous qui ne sont pas sans nourrir des réactions défensives : celui de l intimité (du contact avec la nudité physique autant qu avec la vulnérabilité du patient) et celui de la fréquentation quotidienne de la souffrance et possiblement de la mort. 1. Regard socio historique sur le toucher La question du toucher reste, en Occident, indissociable de celle du corps. Marqué, pendant des siècles, du signe du soupçon, boudé par une philosophie mettant en garde contre les tromperies des sens, le corps est l héritier d une approche dualiste progressivement inscrite dans l histoire de la pensée occidentale. Le langage garde pourtant dans ses expressions courantes, la trace d une connivence sensible avec le monde : nous pouvons «laisser notre empreinte», «toucher une réalité du doigt», «avoir la main heureuse», autant d expressions indiquant combien le corps n est pas une surface neutre, mais toujours en résonance avec ce qui l entoure. Or les récits et analyses rendant compte d un affinement de la sensorialité, et notamment du toucher, concernent principalement d «autres cultures», cultures dites traditionnelles lorsqu elles ne sont pas «primitives». Notamment en raison de son assimilation traditionnelle à l un des sens les plus grossiers, le toucher sera ainsi historiquement relié aux tâches domestiques, tâches plus ingrates et allouées aux femmes, mais il sera aussi nimbé d une inquiétante étrangeté, associé aux personnages des sorcières.

4 4 Les différentes modalités du contact sont affectées par la singularité de chaque époque. La proximité intime comme les gestes de tendresse envers les enfants sont corrélatives du développement contemporain de la pédiatrie, de la psychologie de l enfant et de leur diffusion dans le grand public. A l inverse, au début du siècle, le mouvement hygiéniste proscrivait le fait de toucher les petits enfants, assimilant tout contact physique à un risque de contamination (Watson cité par Field, 1951). Le fait de toucher son propre corps (que ce soit par détente, à travers le bain, le massage ou d une manière plus sexuelle, à travers la masturbation) est loin d avoir été une chose commune et acceptée ; toute l œuvre de Freud témoigne des interdits liés au fait de «se toucher», dans la classe bourgeoise de la fin du XIXième siècle. Le thème du toucher traverse l histoire du soin et occupe dans le domaine médical et infirmier le toucher occupe une place particulière. Toucher au corps pour le guérir est une pratique immémoriale, présente dans l histoire de toutes les cultures : des papyrus attestent de son usage par certains pharaons égyptiens de même que dans l Antiquité par les empereurs romains (tels Hadrien ou Vespasien). A l instar des miracles opérés par le Christ en touchant le corps des malades, les papes et évêques utilisaient l imposition des mains comme geste de consécration et de soulagement de la douleur. Ce don de guérison continuera à être un apanage royal, exercé par les monarques de France et d Angleterre jusqu au XVIIIième siècle. En ce qui concerne la médecine, puisque le corps a longtemps été mise à distance par l interdit religieux, la médecine trouve son fondement scientifique dans l audace de la dissection anatomique qui transforme le corps en un objet d étude et de représentation. Construit sous le regard médical comme une fascinante mécanique à démonter, le corps s offre à une investigation de plus en plus poussée : du scalpel du chirurgien au microscope de l histologiste, de l enveloppe de peau aux tissus et membranes cellulaires, ses composants révèlent tour à tour leur mystère. Le développement de la méthode expérimentale constitue donc le tournant de cette avancée vers une médecine scientifique. Là où le «toucher au corps» de la dissection se place sous le modèle paradigmatique du rapport au cadavre, l expérimentation décompose l organisme en fonctions physiologiques et le dissocie du corps sensoriel, corps vécu par le patient dans le mouvement de son existence. Conjointement à la réforme hospitalière et au développement de nouvelles pratiques cliniques comme l auscultation, la médecine se donne au XIX ième siècle les moyens de sa prétention thérapeutique. Le monde médical se construit ainsi pour ceux qui y travaillent comme une «forme distincte de la réalité», donnant à voir, à travers son histoire et les différentes avancées de sa thérapeutique, différentes élaborations du

5 5 corps. Il constitue un lieu clos (dont on peut dégager les caractéristiques et le «mode de fonctionnement») et pourtant en résonance avec d autres scènes de la vie sociale comme avec ses propres arrières plans historiques et imaginaires. Le toucher, est donc à la fois un geste spontané de soin, mais également un sens dont la médecine s affranchira pour accéder à sa forme scientifique, abandonnant progressivement de sa thérapeutique le toucher et les odeurs. Aussi, les savoirs empiriques issues surtout de celles des femmes soignantes sera remplacé par une médecine de la vision et de la distance au corps. Le privilège est alors donné au regard (et à sa lecture des signes cliniques du corps). 2. Regard anthropologique sur le toucher Cette section abordera le toucher selon l'intérêt du thème dans la société actuelle et plus spécifiquement la manière dont le toucher et plus largement le sensible est pensé dans notre culture. Le toucher constitue la structure fondamentale de notre être au monde. Toucher signifie "entrer en contact avec quelqu'un ou quelque chose, de façon légère ou violente" (Robert). Dans le sens abstrait, "toucher" c'est "faire naître des émotions". Le toucher est un de nos sens et un moyen de communication (la peau nous donne de nombreux renseignements sur la température, la douleur, la texture des objets. Elle a aussi un rôle de protection contre les agressions extérieures, comme une enveloppe qui filtre les échanges entre le corps et l environnement (Barnard, & Brazelton, 1990; Montagu, 1971, 1979). Sur la scène sociale, nous appartenons au Québec à une culture où les contacts entre individus restent très codifiés. Si la promiscuité est imposée par les circonstances, on évitera d ajouter au toucher un autre type de contact : dans un métro bondé, il est fréquent de sentir l odeur de son voisin, la forme d une épaule ou d un pied ; tout regard prolongé sera en revanche spontanément prohibé, afin d éviter une situation d intimité de trop grande ampleur. Si certains lieux proscrivent le toucher, d autres au contraire se structurent autour de lui. A l hôpital, chez une esthéticienne, dans un centre de sport ou de massothérapie, l individu s attend à la nécessité d un contact physique, voire même le sollicite. Le toucher mis en œuvre est alors encadré par un «professionnalisme» limitant les échanges trop personnels. D autres situations seront plus permissives : dans un cours de danse de couple par exemple, les figures imposent un contact avec des zones du corps relativement intimes (les bras, la taille, le torse) sans que les personnes ne se connaissent préalablement. On remarque également dans le social une tendance à l évitement du toucher au corps par la médiation technologique

6 6 du contact de plus en plus établie dans la communication quotidienne. Dans une société où le fait «d être en contact» obéit à une forme de frénésie (en témoigne le succès des messages S.M.S envoyés par le biais du téléphone, ou l existence d appareils permettant de faire parvenir immédiatement une photo du lieu où l on se situe à son correspondant), la présence du corps de l autre semble de plus en plus évincée. Paradoxalement, le contact proposé dès lors qu il ne dépend plus de la mise en jeu du corps physique, promet une discontinuité sans faille : le téléphone cellulaire, se trouve porté en permanence, bientôt greffé sur les vêtements ou mis en bracelet, donnant l impression d une forme d organe supplémentaire. Le téléphone, la télévision ou le réseau Internet concrétisent un vaste corps collectif, enveloppant la planète de sa toile numérique. Dans cette interface des rapports individuels permise par l électronique et l informatique, la «sexualité virtuelle» propose même de jouir à distance par l intermédiaire de tenseurs sensibles sur lesquels se branchent chacun des participants de l interaction : l évacuation de la nécessité du corps de l autre prend ici une forme concrète, la stimulation du partenaire se faisant à même son propre corps (Le Breton, 1999). Enfin, le succès d un «contact» médiatisé par la technologie s oppose à la multiplication des plaintes de harcèlement sexuel et au climat de suspicion qu elles viennent poser à l égard de tout contact corporel. Elle renvoie également à l augmentation des sites pornographiques, au développement de réseaux de rencontres par Internet ou de «date party 1», indices de la solitude affective actuelle et de la difficulté à rencontrer véritablement l autre. Y compris dans son propre rapport à lui même, l individu contemporain semble rechercher un sentiment d habitation plus important avec son propre corps : la pratique de sports extrêmes ou les recours aux massages, actuellement en plein développement tente de lutter contre le «gel des sensations» dans la société contemporaine (Lasch, 1981). La façon de s adresser au corps du patient, qu elle soit technique ou apparemment spontanée, n a pour autant rien de «naturel». Le geste et la manière dont il est reçu s élaborent dans la communauté culturelle d appartenance des personnes en présence. Façonné par le contexte social et culturel qui baigne l acteur, le corps est ce vecteur sémantique par l intermédiaire duquel se construit l évidence de la relation au monde. ( ) Il n y a pas de naturel d un geste ou d une sensation. A l intérieur d une communauté sociale, toutes les manifestations corporelles d un acteur sont virtuellement signifiantes aux yeux de ses partenaires. Si le toucher se conjugue différemment selon les lieux sociaux, il varie également selon les âges. Les enfants appellent embrassades et autres

7 7 câlineries; les adolescents évitent pour leur part, souvent volontairement, d être touchés par leurs parents, privilégiant les accolades de leur «tribu amicale» : refuser les contacts physiques marque leur besoin d autonomie à l égard du groupe familial. Enfin, si la peau délimite, dans le monde occidental, les frontières d une existence singulière (Hall, 1978), le toucher au corps est réservé socialement à la sphère amoureuse, intime. Quant au corps mort il est mis à distance : dans notre société de spectacle, la mort est vue et mise en scène, sans être pour autant approchée ou intégrée dans le quotidien de la vie. Outre celui de la mort, le travail en gérontologie confronte à un autre tabou, celui du contact avec un corps meurtris, dégradés, en souffrance, avec un corps vieilli qui est à l opposé de ce qui est habituellement promu dans notre société (corps jeune, beau, lisse). Souffrant d'isolement social, la personne âgée que personne n'approche, ni ne touche depuis longtemps, est sensible au toucher qui lui prouve qu'elle n'est pas rebutante malgré sa «vieille peau» : elle en sait gré par un sourire, une attitude calme, un comportement moins récalcitrant, une réaction d'éveil, un chant, l expression de plaisir, la collaboration, la reprise des activités, mille remerciements du corps et des yeux. Le corps vieilli comme le corps blessé nous renvoie également à notre propre fragilité, toujours possible et jaillissante, l'intimité des soins nous projetant dans cet «être vers la mort» auquel nous sommes promis. 3. Regard infirmier sur le toucher L accroissement des connaissances scientifiques, se transpose dans la relation soignante par un accès au corps et à l intimité du patient, à travers un contact physique permettant l établissement de la relation, l administration d un traitement et les différents gestes exigés par les soins infirmiers. Étymologiquement, le mot " soigner" vient du latin " soniare" qui signifie : s'occuper de. Ainsi, soigner : c'est " s'occuper du bien être et du contentement de quelqu'un " et " s'occuper de rétablir la santé " (ROBERT), c'est " consacrer son activité, son dévouement à la guérison de quelqu'un" et " s'occuper avec sollicitude de quelqu'un " (LAROUSSE). On retrouve donc dans la signification du terme deux éléments qui étaient déjà en jeu dans le toucher au corps : toucher ce fut historiquement connaître le corps, l explorer (de la même manière que le petit enfant découvre le monde en le touchant, parfois en mettant les objets à la bouche, en le goûtant). Et simultanément, toucher c est prendre soin et espérer guérir. L infirmière se trouve donc confronté au corps comme objet de connaissance, au corps comme visée du soin et de la thérapeutique mais aussi au corps comme modalité d être.

8 8 Quel est l effet du toucher tant physiologique que psychologique? Quand, pourquoi et comment utilise t on le toucher dans la pratique infirmière? auprès de quelle clientèle? et finalement quelle est l expérience du toucher, tant dans la réponse du patient, la perception de l infirmière, le sens donné au toucher, la réaction au toucher que dans les diverses expressions du toucher? Voilà autant d angles par lesquels furent abordés les principaux thèmes des études sur le toucher par les chercheures de la discipline infirmière depuis les 35 dernières années. a. Les typologies du toucher physique dans la pratique infirmière Le toucher est présent dans presque toutes les situations de soins infirmiers (Barnett, 1972a; 1972b; Bottorff, 1993; Morse, 1983; Routassolo, 1999); de plus, les infirmières utilisent le toucher plus que tous les autres professionnels de la santé. Plus spécifiquement, le toucher au corps nous semble tout d abord désigner le contact physique exigé par les différents traitements variant d un geste physique directement exercé sur le corps du soigné, comme aider un patient à se mobiliser, à la médiation permise par un instrument technique, comme le fait une piqûre. Le toucher représente également la possibilité d une communication émotionnelle entre patient et soignant (ce que le langage courant désigne par le terme général de «contact») ainsi que l expérience d une présence à soi et à l autre (Derrida, 2000). En dehors d une technique spécifique mise en œuvre sur le corps, le toucher possède également une dimension de soin relationnel, à travers l ensemble des gestes à valeur communicationnelle manifestant une certaine qualité de présence à l autre et à la relation. Dans la réciprocité du toucher, le corps qui apparaît n est pas un pur substrat organique, mais le vecteur d une relation, marqué dès son origine par l empreinte de l autre. Dans une recension des écrits en sciences infirmières nous avons répertorié différentes typologies du toucher établies à partir d analyse de situations de soins infirmiers. La première à le faire est Barnett, (1972a; 1972b) qui parle de deux types de toucher de toucher procédural et de toucher non nécessaire. Weiss (1979) pour sa part parle de 6 dimensions du toucher en pratique infirmière qui sont la durée, la localisation; la manière; l intensité; la fréquence et la sensation. Vortherms (1991) documente qu il existe quatre types de toucher selon la finalité recherchée: d affection, fonctionnel, de protection et non physique. Quant à Bottorff (1993) il mentionne que le toucher de l infirmière peut s avérer soit réconfortant (conforting); soit la manifestation d un lien (connecting); soit utilitaire (working); soit visant à orienter (orienting) ou soit social. Quant à Adomat &

9 9 Killingworth (1994), elles identifient deux types de toucher; celui relié à la tâche (work/task touch) et le toucher de sollicitude/social (caring/social touch). Cette typologie rejoint celle de McCann et McKenna (1993) qui pour leur part parlent de toucher instrumental et de toucher d expression (expressive). Des canadiennes, Estabrooks (1989) et Estabrooks, & Morse (1992) ajoutent à ces deux types de toucher que sont celui de sollicitude et à celui relié à la tâche, un troisième type celui toucher de protection (opposé au toucher de sollicitude). Cette typologie est reprise plus récemment par Routasalo (1999). Le tableau 1 qui suit présente une synthèse des différentes typologies du toucher identifiés dans la pratique infirmière Tableau 1 : Typologie du toucher en situation de soins infirmiers Auteurs Barnett (1972) Weiss (1979, 1986) Bottorff (1993) Adomat & Killingworth (1994), McCann et McKenna (1993) Type de toucher Toucher procédural (procedural touch) et Toucher non nécessaire (non necessary touch) Six symboles tactiles : La durée; La localisation; La manière; L intensité; La fréquence; La sensation. Réconfortant (conforting); Manifestation d un lien (connecting); Utilitaire (working); orientant (orienting); social. toucher relié à la tâche (work/task touch) et toucher de sollicitude/social (caring/social touch). toucher instrumental et toucher d'expression (expresive) Estabrooks (1989) et toucher de sollicitude; Toucher relié à la tâche, et Estabrooks, & Morse Toucher de protection (opposé au toucher de (1992) sollicitude) Chang (2001) Toucher de promotion du confort physique; Toucher de promotion du confort émotionnel; Toucher de promotion du confort corps esprit; Toucher de partage spirituel et Toucher relié à l exercice d un rôle social. Ainsi, la qualité «soignante» du toucher dans les gestes de la pratique infirmière vient alors rendre compte de la disponibilité d une présence indépendante de la seule volonté thérapeutique. Envisager le toucher comme un soin revient ainsi à mettre en évidence une dimension affective, non exclusive d un savoir faire technique mais pouvant s y ajouter. Le toucher devient soin lorsque l infirmière accepte de donner place, à travers les gestes qu elle connaît, aux possibles de la rencontre intersubjective. Cet élément irréductible à la maîtrise invite à la reconnaissance de ses propres limites, tant personnelles que professionnelles, en évitant une fétichisation de sa propre pratique. A l inverse, un toucher

10 10 coupé de la compréhension de ce qui se joue à travers lui comme rencontre humaine perdrait toute indentification à la souffrance d autrui, glissant à terme vers une objectivation radicale pouvant mener aux actes de pire barbarie. i. L effet physiologique D abord il est indéniable selon plusieurs auteurs que le toucher utilisé dans diverses situations de soins génère des effets physiologiques bénéfiques pour le patient : Diminution de la T.A. systolique (Fakouri, & Jones, 1987); Diminution de la T.A. diastolique (Weiss, 1990); Diminution du rythme cardiaque (Fakouri, & Jones, 1987); Diminution du cortisol, de l adrénaline et de la noradrénaline et augmentation des cellules du système immunitaire (Cho, 1999); augmentation de l apport en nourriture (29 % en calories et 36 % en protéines) (Eaton, Mitchell Bonair, & Friedmann, 1986) pour n en nommer que quelques unes. Weiss (1986) qui s est particulièrement intéressée aux dysrythmies associées au toucher chez des patients dans un environnement de soins intensifs recommande la prudence dans l utilisation du toucher auprès de ce type de patient. Ainsi elle relate qu il a été démontré que le toucher a un effet sur le rythme cardiaque qui peut être parfois bénéfique et parfois moins. Les touchers fréquents et de long et intense à la fois, vigoureux et qui visent des parties du corps hautement innervées peuvent augmenter les risque d arythmie cardiaque. À l opposé des touchers peu fréquent, dont le but thérapeutique réside dans le réconfort qui sont de courte durée, de faible intensité et qui visent des parties du corps peu innervée (bras, jambes, cage thoracique ou dos) et qui implique peu de mouvement actif de la peau et des organes internes sous jacents réduisent les stimulations du système nerveux. ii. L effet psychologique Plusieurs études ont démontré l effet réconfortant et calmant du toucher (Hollinger, 1986; McCorkle, 1974; Moon, & Cho, 2001; Vannorsdall, Dahlquist, Pendley, & Power, 2004). McCorkle (1974) Le tableau 2 présente une synthèse de ces études :

11 11 Tableau 2 : Résumé d études démontrant l effet psychologique du toucher Auteurs Résumé de l étude Effet McCorkle, 1974 Hollinger, 1986 Moon, & Cho, 2001 Vannorsdall, Dahlquist, Pendley, & Power, patients gravement malades hospitalisés sur une unité de médecine chirurgie générale (30 dans le groupe expérimental et 30 dans le groupe témoin). L effet du toucher est mesuré de 4 façons 1) Interaction Behavior Worksheet; 2) The Bales Interaction Process; 3) The post interaction questionnaire; 4) Electrocardiographic changes 24 patientes hospitalisées dans une unité de réadaptation. 62 patients (30 pour le groupe expérimental et 32 pour le groupe témoin). Une échelle visuelle et des entrevues furent utilisées pour mesurer l anxiété. 50 enfants pendant une ponction lombaire L étude a démontré que les patients très gravement malade interprètent le toucher de l infirmière comme une marque positive de sollicitude envers eux. Cependant, aucuns changements physiologiques ne furent observés. Démontre un accroissement de l échange verbal entre le patient et l infirmière quand le toucher est également utilisé. Les patientes ont interprété le toucher comme une marque d acceptation et d empathie. Diminution significative de l anxiété dans le groupe expérimental par rapport au groupe témoin. Tenir la main est très aidant pour réduire l anxiété des patients. Le toucher par un parent ne réduit pas les comportements de détresse, cependant le toucher de réconfort de l infirmière réduit de façon marquée les comportements de détresse. b. L utilisation du toucher chez divers types de clientèles Des études ont tour à tour démontré l utilisation bénéfique du toucher dans des situations de soins aux personnes âgées; les personnes vivant avec un problème de santé mentale; les personnes en situation de soins critiques; les enfants et les adolescents et les soins en chirurgie. La majorité des études répertoriées ont été effectuées auprès de patients âgés (Barnett, 1972a; Tobiason, 1981; Eaton, Mitchell Bonair,

12 12 Friedmann, 1986; Fakouri, & Jones, 1987; Gleeson, & Timmins, 2004; Hollinger, 1986; Hollinger, & Buschmann, 1993; McCann, & McKenna, 1993; Moore, & Gilbert, 1995; Norberg, Melin, & Asplund, 1986; Pepler, 1991; Routasalo, 1996; Routasalo, & Isola, 1998; Vortherms, 1991). Il est indéniable que le toucher procure des effets positifs chez les patients âgés d autant plus que le toucher est un sens qui perd peu de son acuité avec l âge. En effet, Tobiason (1981) a comparé la réaction de 75 étudiantes infirmières lorsqu elles touchent un bébé ou une personne âgée. La perspective de toucher des personnes âgées lors d un stage auprès de cette clientèle suscite beaucoup d anxiété chez les étudiantes. Un intérêt plus récent semble se manifester pour l utilisation du toucher auprès de patients vivant avec des problèmes de santé en milieu psychiatrique comme en témoigne les deux études répertoriées : Salzmann Erikson, & Eriksson (2005) et Gleeson (2004). L infirmière canadienne Carole Estabrooks (Estabrooks, 1989), dans une étude qui consistait à observer des infirmières dans une unité de soins intensifs elle a même identifié un type de toucher assez paradoxal, «le toucher de protection». Ce type de toucher, tout à fait à l opposé du toucher de sollicitude (caring touch) transmet au patient un message de distanciation. En effet, les infirmières participantes de l étude d Estabrooks témoignèrent utiliser cette forme de toucher pour se protéger du deuil anticipé par l éminence ou la forte possibilité du décès de la personne soignée (Adomat, & Killingworth, 1994; Estabrooks, 1989; McCorkle, 1974; O Mahoney, 2005) Quelques études ont rapportées des effets positifs du toucher chez des enfants ou des adolescents. (Vannorsdall, Dahlquist, Shroff Pendley, & Power, 2004; Weiss, 1990; Weekes, Kagan, James, & Seboni, 1993). Une étude effectuée auprès de 30 patients soumis à une chirurgie de la cataracte sous anesthésie locale a clairement établie que lorsque l infirmière leur tenait la main il y avait une nette diminution de l anxiété et du taux sanguin d épinéphrine (Moon, & Cho, 2001). c. L expérience du toucher Celle ci semble varier selon les individus en fonction de leur sexe, de leur âge et la partie du corps qui est touchée. Le toucher physique dans les soins est souvent perçu en terme positif mais des expériences négatives sont aussi rapportées : La perception de l infirmière (Estabrooks, & Morse, 1992; Rombalski, 2003; Weiss, 1986); Les facteurs influençant la perception du toucher (Hollinger, & Buschmann, 1993; Weiss, 1986); Les expressions du toucher (Routasalo, & Isola, 1998; Routasalo, & Lauri, 1998)

13 13 Il apparaît donc incontournable pour l infirmière de devoir prendre conscience des gestes de toucher physique dans sa pratique et de leur effet peu banal. Intervention simple et trop souvent ignorée il devient important de lui redonner sa place de noblesse perdue par l influence de l ère technologique. De plus, il devient nécessaire d enseigner aux futures infirmières non seulement l importance de toucher les patient mais aussi comment les toucher. Geste spontané face à la douleur et à l impossibilité de pouvoir soulager, le toucher se résume parfois à la simplicité d une main posée sur celle de l autre. Au delà d une pulsion d emprise, le toucher évoque ainsi la caresse, le geste de réconfort, le souffle sur une plaie ou l étreinte d un individu souffrant. A l aube de la mort ou lorsque l importance des mots se trouve amoindrie, le sens du toucher reste le vecteur d une relation proprement humaine; la manière de prendre soin du corps de la personne diminuée, âgée ou à l agonie fera passer dans la concrétude du corps le maintien de sa dignité et de sa valeur. Ainsi, prenant tour à tour la forme d un soin concret au corps dans la pratique infirmière, d une technique thérapeutique spécifique ou d une forme de communication, le toucher rend compte du besoin fondamental de contact propre à l être humain. Le toucher mis en œuvre par l infirmière, l imaginaire d un corps relié qui sous tend la pratique des touchers énergétiques ou encore l apaisement procuré par un geste spontané de réconfort témoignent d une fonction essentielle de toute démarche thérapeutique : la nécessité d injecter du sens dans l intolérable de la maladie, de la mort ou de la solitude. Conclusion Parce qu il est à la base de nos premiers liens d attachement et de notre mémoire affective et sensorielle (à travers les frottements et vibrations de la paroi utérine puis dans les soins quotidiens dispensés après la naissance) le toucher est bien plus qu un acte physiologique : le petit de l homme vit et grandit parce qu il est nourri de mots, d affection et de tendresse autant que de lait et de nourritures matérielles. Un mouvement ultérieur, un contact de peau, un geste ou une texture seront toujours susceptibles de faire résonner ces sensations premières, comme si le corps vécu était sans cesse recouvert par un corps tressé de mémoire. Parce qu il est la possibilité d une sollicitude à l égard de l autre, c està dire d une reconnaissance d un corps humain et non d une chose manipulable, le toucher se trouve à la base même de l éthique : dans la capacité de compatir à la souffrance de l autre dans un geste, une parole ou une attitude ou à l inverse en respectant les frontières de son espace

14 14 corporel. Avec le fait de pouvoir toucher s inscrit en effet un territoire soustrait à la volonté d emprise : l enfant découvre le monde en l explorant mais également en se heurtant à la résistance de ce qui ne peut et ne doit pas être touché. Le primat donné au corps biologique dans l histoire de la pratique infirmière, confronte cette dernière à un enjeu éthique fondamental dans le rapport au patient : au delà de la construction du corps comme objet d étude et de thérapeutique, comment préserver par la concrétude des gestes effectués, le sentiment d une reconnaissance de son être propre chez la personne soignée? A travers l atteinte corporelle, tout un rapport au monde, à soi et à l autre se trouvent en effet ébranlés : la mise en œuvre du toucher dans le soin concernera autant le «corps de la maladie» et la prise en charge médicale qu il nécessite, que «le corps du malade» (à travers le besoin de soutien du patient, la propre résonance affective du soignant et le lien intersubjectif qui les unit). L infirmière, parce qu elle travaille en collaboration avec le praticien tout en étant dans le quotidien du patient malade et hospitalisé se trouve en ce sens à la convergence d un toucher de plus en plus technologisé tout en devant conserver ce qui fait sans doute la vocation première de sa profession : celle de prendre soin du patient par sa présence et par ses gestes.

15 15 Références Adomat, R., & Killingworth, A. (1994). Care of the critically ill patient : The impact of stress on the use of touch in intensive therapy units. Journal of Advanced Nursing, 19, Barnard, K. E., & Brazelton, T. B. (1990). Touch : The foundation of experience. Madison, CT : International University Press. Barnett, K. (1972a). A survey of the current utilization of touch by health team personnel with hospitalized patients. International Journal of Nursing Studies, 9, Barnett, K. (1972b). A theoretical construct of the concepts of touch as they relate to nursing. Nursing Research, 21, Bottorff, J. L. (1993). The use and meaning of touch in caring for patient with cancer. Oncology Nursing Forum, 20, Chang, S. O. (2001). The conceptual structure of physical touch in caring. Journal of Advanced Nursing, 33, Cho, K. S. (1999). The effects of hand massage programme on anxiety and immune function in clients with cataract surgery under local anaesthesia. Journal of Korean Academy of Nursing, 29, Derrida, J., & Hantaï, S. (2000). Le toucher, Jean Luc Nancy. Paris : Galilée. Eaton, M., Mitchell Bonair, I. L., & Friedmann, E. (1986). The effect of touch on nutritional intake of Chronic Organic Brain Syndrome patients. Journal of Gerontology, 41, Estabrooks, C. A. (1989). Touch : A nursing strategy in the intensive care unit. Heart and Lung, 18, Estabrooks, C. A., & Morse, J. M. (1992). Toward a theory of touch : The touching process and acquiring a touching style. Journal of Advanced Nursing, 17, Fakouri, C., & Jones, P. (1987). Slow stroke back rub. Journal of Gerontological Nursing, 13, Field, T. (1951). Les bienfaits du toucher. Traduit par Françoise Bouillot, Paris : Payot et Rivages. Gleeson, M. (2004). The use of touch to enhance nursing care of older person in long term mental health care facilities. Journal of Psychiatric & Mental Health Nursing, 11,

16 16 Gleeson, M., & Timmins, F. (2004). Touch : The fundamental aspect of communication with older people experiencing dementia. Nursing Older People, 16, Hall, E. (1978). La dimension cachée, traduit par Amélia Petita, Paris : Le Seuil. Hollinger, L. M. (1986). Communicating with the elderly. Gerontological Nursing, 12, Journal of Holliger, L. M., & Buchmann, M. B. T. (1993). Factors influencing the perception of touch by elderly nursing home residents and their health caregivers. International Journal of Nursing Studies, 30, Journeaux, M. (2002). A concept analysis of touch to reduce preoperative anxiety using Walker and Avant s framework. Journal of Advanced Preoperative Care, 1, Larousse, petit dictionnaire illustré. (2005). Lasch, C. (1981). Le complexe de Narcisse, la nouvelle sensibilité américaine, Paris : Robert Laffont. Le Breton, D. (1999). L Adieu au corps. Paris : Métailié. Le Breton, D. (2006), La saveur du monde, une anthropologie des sens. Le Breton, D. (2001) Anthropologie du corps et modernité, Presses Universitaires de France. Le Breton David, (2003), La peau et la trace : sur les blessures de soi, Métailié. McCann, K., & McKenna, H. P. (1993). An examination of touch between nurses and elderly patients in a continuing care setting in Northern Ireland. Journal of Advanced Nursing, 18, McCorkle, R. (1974). Effects of touch on seriously ill patients. Nursing Research, 23, Montagu, A (1971). Touching : The human significance of the skin. New York : Columbia University Press. Montagu, A. (1979). La peau et le toucher. Paris : Éditions du Seuil. Moon, J. S., & Cho, K. S. (2001). The effect of handholding on anxiety in cataract surgery patients under local anaesthesia. Journal of Advanced Nursing, 35, Moore, J. R., & Gilbert, D. A. (1995). Elderly residents : Perceptions of nurses comforting touch. Journal of Gerontological Nursing, 21, 6 13.

17 17 Morse, J. (1983). An ethnoscientific analysis of comfort : A preliminary investigation. Nursing Papers, 15, Norberg, A., Melin, E., & Asplund, K. (1986). Reactions to music, touch and object presentation in the final stage of dementia. An exploratory study. International Journal of Nursing Studies, 23, O Mahoney, C. (2005). Widening the dimensions of care. Emergency Nurse, 13, Pepler, C. J. (1991). The messages of touch in nursing homes. Perspectives : The Journal of the Gerontological Nursing Association, 15, Robert. (2005). Dictionnaire illustré. Rombalski, J. J. (2003). A personal journey in understanding physical touch as a nursing intervention. Journal of Holistic Nursing, 21, Routasalo, P. (1999). Physical touch in nursing studies : A literature review. Journal of Advanced Nursing, 30, Routasalo, P. (1996). Non necessary touch in nursing care of elderly people. Journal of Advanced Nursing, 23, Routasalo, P., & Isola, A. (1998). Touching by skilled nurses in elderly nursing care. Scandinavian Journal of Caring Sciences, 12, Salzmann Erikson, M., & Eriksson, H. (2005). Encountering Touch : A path to affinity in psychiatric care. Issues in Mental Health Nursing, 26, Tobiason, S. J. B. (1981). Touching is for everyone. American Journal of Nursing, Vannorsdall, T., Dahlquist, L, Pendley, J. S., & Power, T. (2004). The relation between nonessential touch and children s distress during lumbar punctures. Children s Health Care, 33, Vortherms, R. C. (1991). Clinically improving communication through touch. Journal of Gerontological Nursing, 17, Weekes, D. P., Kagan, S. H., James, K, & Seboni, N. (1993). The phenomenon of hand holding as a coping strategy in adolescents experiencing treatment related pain. Journal of Pediatric Oncology Nursing, 10, Weiss, S. J. (1990). Parental touching : Correlates of a child s body concept and body sentiment. (pp ). Dans K. E. Barnard, & T. B. Brazelton (éd.). Touch : The foundation of experience. Madison, CT : International University Press. Weiss, S. J. (1986). Psychophysiologic effects of caregiver touch on incidence of cardiac dysrythmia. Heart and Lung, 15,

18 Weiss, S. J. (1979). The language of touch, Nursing Research, 28,

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Le toucher au cœur des soins Phase 1

Le toucher au cœur des soins Phase 1 Groupe national Toucher S.F.A.P. Société Française d Accompagnement et de Soins Palliatifs Pôle Qualité de vie, des soins et de l accompagnement Le toucher au cœur des soins Phase 1 Guide pour la pratique,

Plus en détail

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Enfants de 9 à 12 ans Elèves de l enseignement secondaire inférieur 1 - Aborder le thème de la différence - Quelle place a la personne handicapée dans la société -

Plus en détail

L'acquisition de la propreté

L'acquisition de la propreté L'acquisition de la propreté La maîtrise des sphincters ou apprentissage de la propreté chez l enfant C est une étape majeure du développement corporel et social des jeunes enfants. Cette acquisition au

Plus en détail

Aspects déontologiques en santé mentale

Aspects déontologiques en santé mentale Aspects déontologiques en santé mentale Nancy Guilbeault Conseillère en soins infirmiers France Ouellet Conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Juin 2012 Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs)

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) Brigitte Fournier, IPO Clinique d oncologie ambulatoire M.Sc. Infirmières (candidate)

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R)

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R) L Accompagnement des personnes âgées et des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer par différentes approches: - l haptonomie - le Sensitive Gestalt Massage)R( - la Réflexologie plantaire Préparé

Plus en détail

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955

La formation professionnelle selon le programme d études de 1955 Jacky TESSIER, premier directeur de l Institut de Formation en Soins Infirmiers d Allonnes, nous a laissé son témoignage à propos du «cheminement de la formation initiale du personnel soignant sur près

Plus en détail

Code déontologique du CII pour la profession infirmière

Code déontologique du CII pour la profession infirmière Code déontologique du CII pour la profession infirmière Tous droits réservés, y compris la traduction en d'autres langues. Il est interdit de polycopier ou de photocopier cette publication, de l'enregistrer

Plus en détail

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement Formation animée par le Dr Pascale Molho, formatrice certifiée par le Centre pour la Communication

Plus en détail

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE N 220 - ROUFIDOU Irini L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE Pendant notre recherche du D.E.A., nous avons étudié l acquisition du langage chez le tout petit en

Plus en détail

Violence conjugale vécue par les aînées 1

Violence conjugale vécue par les aînées 1 Violence conjugale vécue par les aînées 1 7 À ce jour, l intervention en matière de violence La violence psychologique, conjugale auprès des femmes aînées a été peu abordée. «Ça fait son chemin et ça On

Plus en détail

Séminaire d intégration

Séminaire d intégration Séminaire d intégration Le processus de transition, d un milieu de vie à un autre, chez la personne âgée. Présenté par : Joanie Dufour Marc-André Fleurent Audrey Hébert-Semco Audrey Lanoie Marie-Pier Martel

Plus en détail

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007)

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007) Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson P. Bordieu (2007) Postulats qui l étayent (= fondements) Valeurs qui le justifient Éléments qui le composent: - But poursuivi - Cible - Rôle de l infirmière -

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Le harcèlement sexuel : des comportements à prendre au sérieux!

Le harcèlement sexuel : des comportements à prendre au sérieux! Capsule 9 Le harcèlement sexuel : des comportements à prendre au sérieux! QUE FAIRE? Joyce ne sait plus quoi faire. Son coordonnateur, Luc, a une drôle d attitude envers elle. Il vient la voir inutilement

Plus en détail

Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES

Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES Comportements observables lors d une situation d apprentissage utilisant la tablette COMPÉTENCES MOTRICITÉ AFFECTIVITÉ SOCIALISATION COMMUNICATION CONNAISSANCE Agir efficacement sur le plan sensorimoteur

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

«COMMUNICATION NON VERBALE : GESTE ET TOUCHER EN RELATION DE SOIN» NIVEAU 1

«COMMUNICATION NON VERBALE : GESTE ET TOUCHER EN RELATION DE SOIN» NIVEAU 1 «COMMUNICATION NON VERBALE : GESTE ET TOUCHER EN RELATION DE SOIN» NIVEAU 1 Pour tout soignant le toucher est omniprésent, geste et toucher sont au centre de la relation avec la personne soignée : Sensibiliser

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1 Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste JLAR 2 avril 2015 1 Déclaration d aucun conflit d intérêt JLAR 2 avril 2015 2 Plan de la présentation Place du mémoire IADE dans le nouveau cursus Rôle du directeur

Plus en détail

Le bois et la santé humaine

Le bois et la santé humaine Série sur le bois et la santé humaine Numéro 1 Le bois et la santé humaine Sommaire : Une récente étude menée par l Université de la Colombie-Britannique et FPInnovations a permis d établir un lien entre

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 Grégory GUILLAN Formateur I.F.S.I. Charles Foix Octobre 2011 1 Raisonnement et démarche clinique L infirmier(ère) comprend le problème de santé d un patient et

Plus en détail

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation

Le centre d excellence d infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Le centre d excellence d en soins infirmiers : dix x ans de leadership et d innovation Odette Roy, inf., MSc., MAP, PhD. Adjointe à la directrice des soins infirmiers et de la prestation sécuritaire des

Plus en détail

LA FIN DE VIE EN EHPAD

LA FIN DE VIE EN EHPAD LA FIN DE VIE EN EHPAD Enquête nationale Mai à Août 2013 Observatoire National de la Fin de vie en lien avec l ANESM, la fédération française des associations de médecins coordonnateurs et le programme

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

L entretien infirmier. UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels

L entretien infirmier. UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels L entretien infirmier UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels 1 Objectifs Expliquez les éléments participant au cadre d un entretien Citez les différents types d entretiens infirmiers Décrire les différentes phases

Plus en détail

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles St Malo 5 février 2010 Audrey Lesieur Psychologue Le dispositif d annonce Plan Cancer 2005 ( Mesure 40) Apporter une information

Plus en détail

Ateliers Arts & Sens

Ateliers Arts & Sens Ateliers Arts & Sens Management favorisant la relation, le bien-être et l innovation Le Parcours Sensi Experience Management renforce l intelligence collective de l équipe des équipes Sensi Experience

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Comment les rongeurs choisissent leurs aliments. Jean-Michel Michaux

Comment les rongeurs choisissent leurs aliments. Jean-Michel Michaux Comment les rongeurs choisissent leurs aliments Jean-Michel Michaux Comment les rongeurs choisissent leurs aliments Nécessité de mieux comprendre le comportement alimentaire du rongeur, Nombreux échecs

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Résultats d enquête. L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? En partenariat avec

Résultats d enquête. L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? En partenariat avec Résultats d enquête Dr Régis MOURIES, Président En partenariat avec L épuisement professionnel (Burn Out Syndrom) Qu en pensez-vous? Vous sentez-vous concerné? Conférence de Presse du 25/11/14 Philippe

Plus en détail

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES

LES REPRESENTATIONS DES NOMBRES LES CARTES A POINTS POUR VOIR LES NOMBRES INTRODUCTION On ne concevrait pas en maternelle une manipulation des nombres sans représentation spatiale. L enfant manipule des collections qu il va comparer,

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Sommaire. Partie I HISTOIRE ET PHILOSOPHIE DE LA SANTÉ, DES SOINS ET DES SCIENCES

Sommaire. Partie I HISTOIRE ET PHILOSOPHIE DE LA SANTÉ, DES SOINS ET DES SCIENCES Sommaire Partie I HISTOIRE ET PHILOSOPHIE DE LA SANTÉ, DES SOINS ET DES SCIENCES 1. Une longue introduction en trois mots.............................. 3 Autour du mot «santé» (et maladie)................................

Plus en détail

QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives

QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives Benoît MELET (Paris) Dr DINTRANS Jean Roger (Paris) I Les quatre champs du coaching L univers sportif

Plus en détail

PROGRAMME DE COURS. Pouvoir organisateur : Ville de Verviers. Etablissement : Académie des Beaux-Arts

PROGRAMME DE COURS. Pouvoir organisateur : Ville de Verviers. Etablissement : Académie des Beaux-Arts PROGRAMME DE COURS Pouvoir organisateur : Ville de Verviers Etablissement : Académie des Beaux-Arts Domaine des arts plastiques, visuels et d l espace Cours : Formation pluridisciplinaire Filière : formation

Plus en détail

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar.

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Page 1 sur 8 Etude réalisée en collaboration avec le service Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Effectuée en 2013-2014 OBJECTIF : mesurer l efficacité l effet thérapeutique de l Eau thermale de

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

Capsules éveil à la lecture

Capsules éveil à la lecture Capsules éveil à la lecture 0 24 mois Dès la naissance, vous savez éveiller votre bébé en lui faisant la lecture. Les mots, l intonation de votre voix et les couleurs vives des images le stimuleront. Le

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort

Violence en milieu hospitalier Verbalisation autour de la mort Profession : il y a quelques mois, Christine Malèvre, infirmière diplômée d état, a été condamnée a douze ans de réclusion criminelle pour homicide sur six malades et à l interdiction définitive d exercer

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein

Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein Dr Reich Michel Équipe de Psycho-Oncologie Centre Oscar Lambret (Lille) Congrès AFSOS, Paris 17 septembre 2010 Introduction Dans

Plus en détail

1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité:

1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité: 1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité: Nous avons consulté les 3 sites de l INSUP plus particulièrement confrontés à la mixité culturelle :

Plus en détail

OPTION Neurobiologie. Les Emotions

OPTION Neurobiologie. Les Emotions OPTION Neurobiologie Les Emotions 1. Situation du Problème a. Qu est-ce qu une émotion? C est une sensation plus ou moins nette de plaisir ou de déplaisir que l on peut reconnaître en soi ou prêter aux

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..)

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..) 1 Enjeu : Dans le contexte socio-économique et sanitaire du Département des Ardennes, les Centres Sociaux structures de proximité peuvent jouer un véritable rôle dans l amélioration de la santé des habitants,

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit Partie 1: La relation psyche-soma Illustrations de la place des interactions corps-esprit A. L APPROCHE PSYCHOSOMATIQUE 1. Origines de l approche psychosomatique Le terme psychosomatique est développé

Plus en détail

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque Geneviève ve Paicheler Centre National de la Recherche Scientifique Que sait-on sur la sexualité des jeunes? Les données des enquêtes Accompagner

Plus en détail

Colloque international : les patients dans l'écosystème de santé Enjeux d'information et questions de communication

Colloque international : les patients dans l'écosystème de santé Enjeux d'information et questions de communication Colloque international : les patients dans l'écosystème de santé Enjeux d'information et questions de communication Organisé par l Institut des sciences de la communication La recherche d information santéhors

Plus en détail

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL Jane Prudhomme, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Travailler le sentiment

Plus en détail

L'audiodescription. Principes et orientations

L'audiodescription. Principes et orientations L'audiodescription Principes et orientations Rendre la culture accessible à tous permet d éviter l exclusion. L audiodescription est une technique de description destinée aux personnes aveugles et malvoyantes.

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

UN OUTIL POLITIQUE AU SERVICE DE LA SANTÉ : APPLICATION EN CONTEXTE INFIRMIER!

UN OUTIL POLITIQUE AU SERVICE DE LA SANTÉ : APPLICATION EN CONTEXTE INFIRMIER! UN OUTIL POLITIQUE AU SERVICE DE LA SANTÉ : APPLICATION EN CONTEXTE INFIRMIER! Présentation de: Geneviève Roch, inf. Ph.D. Professeure adjointe Faculté des sciences infirmières, Université Laval Centre

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels

Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Premiers secours en équipe Les souffrances psychiques et les comportements inhabituels Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de cette partie vous serez capable : de prendre

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel

Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel WHO (World Health Organization), Preventing Suicide : a resource at work. (Preventing Suicide : a resource series ; 8).

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

Atelier n 4n. Mise en pratique de la gestion des conflits par le référentr

Atelier n 4n. Mise en pratique de la gestion des conflits par le référentr Atelier n 4n Mise en pratique de la gestion des conflits par le référentr rent Docteur Agnès Riché Référente en antibiothérapie, CH Angoulême Docteur Remy Gauzit Anesthesiste Réanimateur, Hôtel Dieu, AP-HP

Plus en détail

Engager une action de prévention des RPS

Engager une action de prévention des RPS Que sont les RPS (Risques Psycho Sociaux)? Les risques psycho sociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress», qui n est en fait qu une manifestation de ce risque en entreprise. Ils

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

AMÉNAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PRIVATIF ET COMMUN DES PERSONNES ATTEINTES DE MAMA. Apports de la psychologie environnementale

AMÉNAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PRIVATIF ET COMMUN DES PERSONNES ATTEINTES DE MAMA. Apports de la psychologie environnementale AMÉNAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT PRIVATIF ET COMMUN DES PERSONNES ATTEINTES DE MAMA Apports de la psychologie environnementale LA PSYCHOLOGIE ENVIRONNEMENTALE Naissance dans les années 60 aux USA Réflexions

Plus en détail

Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques

Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques Plaidoyer en faveur de la santé de la population : vers une pleine reconnaissance de la contribution infirmière unique Odette Roy,

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM

FORMATION THÉORIQUE. Trait d Union TM TM FORMATION THÉORIQUE Laurier Fortin, titulaire de la chaire CSRS Marie-France Bradley, Amélie Plante et Marielle Thibaudeau, psychoéducatrices et professionnelles de recherche PLAN DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

1 Les centres: centres d intelligence pour nous relier au monde extérieur:

1 Les centres: centres d intelligence pour nous relier au monde extérieur: Généralités Le mot "Ennéagramme" vient de deux mots grecs signifiant neuf (ennea) et points (grammos). En effet, l'ennéagramme est à l'origine un symbole, constitué de neuf points également répartis sur

Plus en détail

UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS

UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS 2015 UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS FRANCE Membre Fondateur du FSF FSF 91 boulevard de Sébastopol 75002 Paris CONSTATS Ces dernières années de nouvelles méthodes contraceptives sont apparues.

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? Ce n est pas juste un petit bébé qui a été perdu. C est une vie au complet qui ne sera pas vécue. Contrairement aux idées véhiculées dans la société, le

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

Table des matières. Préface de la première édition française... 5 Lisez d abord ceci... 7. Petit dictionnaire de poche... 13 Exemple préalable...

Table des matières. Préface de la première édition française... 5 Lisez d abord ceci... 7. Petit dictionnaire de poche... 13 Exemple préalable... Table des matières Préface de la première édition française... 5 Lisez d abord ceci... 7 1. L intention : un livre pour les parents d enfants hyperactifs... 7 2. Le point de départ : les préoccupations

Plus en détail

La guérison pour tous. - Tanya Barnett

La guérison pour tous. - Tanya Barnett La guérison pour tous - Tanya Barnett w w w.projectjessica.ca Elle est à 6 semaines de sa graduation, à 3 semaines de son bal de finissants. Cette jeune femme est à la porte de son avenir. Mais elle n

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation.

2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation. 2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation. 2e Congrès biennal du C.Q.J.D.C. Présenté par Sylvain Bernier, Commission scolaire des Bleuets, St-Félicien; Louis

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

l atelier collectif : une nouvelle approche de la sante sexuelle des PVVIH

l atelier collectif : une nouvelle approche de la sante sexuelle des PVVIH l atelier collectif : une nouvelle approche de la sante sexuelle des PVVIH Mercredi 7 Octobre 2015 NANTES JF. Souchon, M. Laprevotte, N. Edeb, A. Simon, O Benveniste Département de Médecine Interne Pôle

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

etre être éducateur(trice) de jeunes enfants

etre être éducateur(trice) de jeunes enfants etre être éducateur(trice) de jeunes enfants etre éducateur(trice) de jeunes enfants sommaire 8 Introduction 11 Les EJE aujourd hui 11 Un métier de femmes? 12 Les spécialistes de l accueil collectif de

Plus en détail

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 Une enquête réalisée sur la nutrition en médecine générale * pour l montre que la nutrition est un sujet

Plus en détail

La dynamique des liens entre genre, âge et désir

La dynamique des liens entre genre, âge et désir La dynamique des liens entre genre, âge et désir Michel Bozon Lausanne, 21 juin 2011 Université d été «Genre, rapports intergénérationnels et travail social» Plan de la présentation Transformations de

Plus en détail

Le bonheur au travail

Le bonheur au travail Programme d aide aux employés Jacques Lamarre et associés Le bonheur au travail Présenté par Anne Gauvin et Marie-Véronique Matte «Le plus beau destin que puisse connaître un être humain, c est d être

Plus en détail