Soins infirmiers en réanimation mai

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Soins infirmiers en réanimation mai 2005. http://reaannecy.free.fr"

Transcription

1 Soins infirmiers en réanimation mai 2005

2 QU EST CE QUE LA REANIMATION? définition réglementaire fixée par les décrets n et du 5 avril 2002, article R Les unités de réanimation doivent être aptes à prendre en charge des patients présentant ou susceptibles de présenter plusieurs défaillances viscérales aiguës circulatoires, rénales et respiratoires, mettant en jeu le pronostic vital. Ces patients nécessitent la mise en œuvre prolongée de méthodes de suppléances telles que la ventilation artificielle, le support hémodynamique, l assistance rénale.

3 Autres notions La surveillance continue : Prise en charge de patients dont l état et le traitement font craindre la survenue d une ou plusieurs défaillances vitales nécessitant d être monitorées ou dont l état est trop sévère ou instable pour permettre un retour dans une unité d hospitalisation classique.

4 Autres notions Les soins intensifs Les unités de soins intensifs ont vocation à prendre en charge les défaillances viscérales liées à une seule spécialité d organe.

5 Différentes catégories d unités réanimation médicale réanimation chirurgicale réanimation médico-chirurgicale réanimation pédiatrique

6 Recommandations Située au même niveau et à proximité des structures liées à son fonctionnement (urgences, blocs, imagerie médicale, surveillance continue) Une zone filtre Une zone d hospitalisation Une zone technique

7 La chambre de réanimation un lit un dispositif de surveillance multiparamétrique l arrivée des fluides médicaux et l aspiration sous vide des dispositifs électriques de perfusions un lave mains un plan de travail

8 Effectif paramédical fixé par décret 2 IDE pour 5 patients 1 AS pour 4 patients

9 La nature des soins Variable en fonction du type de réanimation Très techniques Soins de confort et de nursing Grande place au relationnel

10 Qualités requises Sens de l observation Rigueur Réactivité Maîtrise de soi Écoute Travail d équipe

11 LA SURVEILLANCE CONTINUE Surveillance du patient en continu Contribue à dépister des anomalies mettant en jeu le pronostic vital Basée sur le monitorage et l évaluation clinique Permet d obtenir des données initiales Moyen de surveillance d une thérapeutique intensive ou d un traitement

12 LE MONITORAGE Surveillance continue des différents paramètres tels que : La fréquence cardiaque La pression artérielle La saturation en oxygène La fréquence respiratoire La température

13 LE MONITORAGE Choix des paramètres en fonction de l état clinique du patient des thérapeutiques fait l objet d une prescription médicale peut évoluer à tout moment Relevé des paramètres plus souvent horaire à l arrivée évolue en fonction des chiffres et de la clinique permet d orienter le surveillance et d adapter les thérapeutiques

14 LA SURVEILLANCE CARDIAQUE Permet d évaluer le fonctionnement de la pompe cardiaque Valeurs 60 à 90 battements / min Mesure de la fréquence cardiaque mise en place de 5 électrodes visualisation du rythme aspect du tracé

15 LA SURVEILLANCE CARDIAQUE Mesure de la tension artérielle non invasive : en discontinu par brassard pneumatique invasive : en continu par cathéter radial ou fémoral reflet de l efficacité de la pompe cardiaque et de la perfusion des principaux organes 3 valeurs : systolique (éjection) diastolique (repos) moyenne (perfusion des organes) Valeurs : 120/70/85 mmhg Trois facteurs Force de contraction du myocarde Résistances vasculaires Masse sanguine

16 LA SURVEILLANCE RESPIRATOIRE Mesure de la fréquence respiratoire Nombre de cycle respiratoire par minute permettant d assurer les échanges gazeux Valeur : 15 cycles/ minutes

17 LA SURVEILLANCE RESPIRATOIRE Évaluation clinique Amplitude Balancement Tirages Signes cliniques de la décompensation Mise en jeu des muscles accessoires Agitation Coloration : cyanoses des extrémités, marbrures, Transpiration polypnée

18 LA SURVEILLANCE RESPIRATOIRE Mesure de la saturation sanguine périphérique en oxygène Reflet de l efficacité des échanges gazeux Valeur : % Mesure par saturomètre de pouls aux extrémités (doigt, orteil, oreille, front) Prélèvement sanguin artériel (gaz du sang) Radial ou fémoral Valeurs PaO² > 90 mmhg PaCO² mmhg SaO² % ph Bicar mmol/ L

19 L EVALUATION NEUROLOGIQUE Basée sur l examen neurologique usuel Transmise par écrit Fonctions supérieures simples Conscience normale, confusion, délires, aphasie, agitation, somnolence Éventuelles convulsions ou mouvements anormaux

20 L EVALUATION NEUROLOGIQUE Le score de GLASGOW Ouverture des yeux Spontanée = 4 Au bruit = 3 À la douleur = 2 Aucune = 1 Réponse motrice Obéit aux ordres = 6 Réponse verbale Orientée = 5 Confuse = 4 Inappropriée = 3 Incompréhensible = 2 Aucune = 1 Attrape la main qui fait mal = 5 Cherche la douleur sans la trouver = 4 Flexion avant bras-poignet = 3 Extension enroulement = 2 Aucune = 1

21 L EVALUATION NEUROLOGIQUE Patient intubé : réponse verbale cotée à 1, en précisant «GLASGOW INTUBE» La cotation se détaille : GCS-9 (Y3, V2, M4) Si score < 8 ou si aggravation rapide intubation et transfert en réanimation Valeurs normale GCS à 15 Le plus mauvais à 3 Échelle internationale

22 L EVALUATION NEUROLOGIQUE Stimulation douloureuse un pincement au thorax une pression forte de l ongle avec un stylo

23 L EVALUATION NEUROLOGIQUE La cotation du diamètre pupillaire et de la réactivité à la lumière Mesure à l ouverture palpébrale Mydriase : dilatation maximale de la pupille Myosis resserrement de la pupille Anisocorie

24 L EVALUATION NEUROLOGIQUE Le malade comateux doit être Perfusé Voie veineuse périphérique Voie veineuse centrale Intubé ventilé Sondé Sonde gastrique Sonde urinaire Nursé Prévention des escarres Prévention des positions vicieuses

25 LE BILAN SANGUIN Il existe différents types de prélèvements Veineux par ponction directe Sur une VVC (jeter 10 cc, hygiène) Artérielles Par ponction directe (compression) Sur un Kt artériel (hygiène)

26 LE BILAN SANGUIN Bilan sanguin standard Iono, NF, coag, GDS, acides lactiques, troponine, groupe et RAI Bilan complémentaire Glycémie capillaire Bilan infectieux Recherche de toxiques

27 LA NUMERATION FORMULE Hématie M/µL Hémoglobine G/100ml Hématocrite % Leucocytes /µl Plaquettes /µl

28 LES CONSTANTES PLASMATIQUES Acides lactiques artériels mmol/l Calcémie mmol/l Calcémie ionisée mmol/l Glycémie mmol/l Kalémie mmol/l LDH UI/l Magnésium mmol/l Myoglobine µg/l Natrémie mmol/l Phosphorémie mmol/l SGPT ou ALAT < 30 ui/l SGOT ou ASAT < 30 UI/l Troponine < 0.20 µg/l

29 LE BILAN DE COAGULATION Taux de prothrobine 80 à 100 % Temps de QUICK 12 à 14 s Fibrinogène 2 à 4 g/l

30 LE GROUPE SANGUIN deux déterminations une recherche d anticorps irréguliers (- 72 H) Examens complémentaires

31 BILAN INFECTIEUX BMR ( 3 écouvillons) ECBU CBT Hémocultures PL Écouvillons sur plaie Liquides des drains

32 L ELIMINATION La surveillance de la diurèse Relevé des 24 h Oligurie < 400 ml / 24 h Anurie < 50 ml / 24 h Valeurs Adulte 1 l 1.4 l / 24 h Nourrisson ml/ Kg / 24 h Insuffisance rénale < 180 ml / 24 h Surveillance Qualitative Couleurs, odeurs, aspects, dépôts, sang Bandelette urinaire

33 PERTES DIGESTIVES Par voie haute Vomissements, hématémèses Par voie basse Diarrhées, mélénas, stomies Sonde naso-gastrique Selles Sonde rectale Prévention hémorragies extériorisées

34 BILAN ENTREE / SORTIE Les entrées L eau alimentaire? 2.5 l Les boissons L eau endogène? 300 ml Total 2.8 l Les sorties Pertes insensibles Sueurs, pulmonaires, cutanée? 800 ml Les fèces? 100 ml Les urines Obligatoires? 700 ml Falcutatives? 1200 ml Total 2.8 l

35 EN REANIMATION Boissons remplacées par perfusions Bilan déséquilibré par désordres pathologiques Diarrhées Fièvre ( ml / degré > 37 C ) canicule

36 LA VENTILATION Différence entre ventilation et respiration La ventilation se traduit par des phénomènes physiques mécanique. La respiration se traduit par les échanges gazeux entre deux milieux.

37 LES DIFFERENTS MODES VENTILATOIRES La ventilation spontanée ou V.S. Ventilation naturelle Adjonction d oxygène (lunettes, masque à haute concentration ) La ventilation spontanée avec aide inspiratoire ou V.S.A.I. Nécessite une ventilation mécanique ou respirateur Le patient déclenche la ventilation La ventilation contrôlée ou V.A.C. Nécessite un respirateur Le patient n a ici aucun effort à fournir.

38 AUTRES PARAMETRE DU RESPIRATEUR FiO2 P.E.P. I/E

39 VENTILATION INVASIVE ET NON INVASIVE Notion d invasion Un acte est considéré comme invasif dès que l on franchit la barrière cutanée, mais aussi dès que l on pénètre un espace muqueux (cavité buccale, fosses nasales )

40 VENTILATION NON INVASIVE CPAP de Boussignac Mélange air/oxygène à un débit élevé avec masque Indication le plus souvent pour des patients en O.A.P. Mise en œuvre bon positionnement du patient et du masque (pas de fuites), et surveillance continue du patient. V.N.I au masque nasal ou naso-buccal Description : masque relié à un respirateur. Indication : B.P.C.O. en détresse respiratoire Mise en œuvre : Préparation et test du respirateur surveillance continue des constantes patient et des paramètres du respirateur

41 VENTILATION INVASIVE Le masque laryngé L intubation orotrachéale ou nasotrachéale La trachéotomie percutanée

42 SOINS INFIRMIERS SPECIFIQUES L intubation L aspiration trachéale Les soins de bouche L extubation

43 L INTUBATION Indication : patients en détresse respiratoire ou ventilatoire aiguë patients ayant besoin d être sédatés. (Bloc opératoire ou hyperalgie chez un patient polytraumatisé) Préparation : Sédation et curarisation Matériel d intubation et de fixation du tube Matériel de réanimation cardiaque Ce matériel est regroupé dans un chariot d intubation.

44 L INTUBATION Un ballon d anesthésie La sonde d intubation Un laryngoscope et une lame Une seringue de 20cc Une lacette Placer le patient dans une position adéquate (en décubitus dorsal avec la tête du lit libre) Système d aspiration et d un respirateur fonctionnel

45 L INTUBATION Mise en œuvre Le médecin se place à la tête du patient, ventiler avec le ballon d anesthésie L infirmier(e) prépare les drogues pour la sédation et la curarisation. Vérification du ballonnet de la sonde d intubation vérification du laryngoscope et sa lame (éclairage) Sur décision du médecin Injection du sédatif puis du curare. matériel à porté du médecin Introduction par le médecin de la sonde d intubation Gonflage du ballonnet Vérification de la position de la sonde à l aide d un stéthoscope Fixation de la sonde d intubation Connexion au respirateur

46 L INTUBATION Surveillance Médicale Auscultation le patient radio pulmonaire gaz du sang Infirmière Fixation de la sonde Radio pulmonaire Gaz Vérification la pression du ballonnet contrôle des paramètres du respirateur surveillance en continu des constantes filtres humidificateurs la date limite d utilisation

47 SOINS INFIRMIERS ASSOCIES Pose de sonde gastrique Aspirations trachéales Aspirations sous glottiques (suivant la sonde utilisée) Soins de bouche Soins de nez Installation du patient Prévention des escarres L extubation de ce patient une fois son problème résolu

48 L ASPIRATION TRACHEALE Définition : L'aspiration est un geste invasif qui consiste à introduire une sonde dans la partie supérieure de la trachée d'un patient qu'il soit ou non intubé ou trachéotomisé. La sonde reliée à une source de vide permet d'aspirer les sécrétions du patient afin de maintenir la liberté de ses voies aériennes supérieures. Indication patients qui sont encombrés (Auscultation, bruit, courbes de pression du respirateur, désaturation)

49 L ASPIRATION TRACHEALE Préparation 1 source de vide avec manomètre V600 (sauf réanimation) 1 tuyau d'aspiration reliant le bocal à la source de vide (en réa : tuyau annelé réutilisable) 1 bocal d'aspiration 1 poche d'aspiration insérée dans le bocal 1 tubulure d'aspiration reliant le bocal au patient 1 stop-vide à patient unique 1 flacon d'eau stérile (1litre) Plusieurs sondes d'aspiration à usage unique (sondes à jupette en cas d'intubation) 1 système de décontamination pour ligne d'aspiration Compresses stériles Solution antiseptique (réanimation) 1 flacon de lubrifiant si nécessaire Gants à usage unique non stériles + surblouse + masque de soin + lunettes 1 sac déchets d'activité de soins

50 L ASPIRATION TRACHEALE Réalisation : Hygiène des mains de qualité antiseptique Revêtir surblouse, masque de soins et lunettes Neutraliser l'alarme du respirateur, si besoin régler fio2 = 1 Enfiler les gants Ouvrir l'emballage de la sonde à jupette et des compresses Imprégner les compresses d antiseptique Adapter la sonde d'aspiration emballée au stop-vide Retirer l'emballage de la sonde Saisir la sonde (lubrification au silicone si nécessaire) Dégager la sonde de la jupe sur environ 1 cm Ouvrir le raccord de Mount avec la compresse imprégnée d antiseptique Introduire la sonde à travers la jupe sans aspirer dans le raccord de Mount = stop-vide ouvert Remonter la sonde en aspirant = stop-vide bouché Si nécessité d une nouvelle aspiration : ne pas sortir complètement la sonde du raccord de Mount et la réintroduire stop vide ouvert Fermer le raccord de Mount avec une compresse imprégnée d antiseptique Désadapter la sonde du stop-vide Jeter la sonde et les compresses dans le sac à déchets Rincer le système d'aspiration : - adapter le stop-vide sur le système de décontamination - aspirer jusqu'à évacuation des sécrétions présentes dans le tuyau - laisser le stop-vide en place sur le système de décontamination Décontaminer les lunettes Eliminer gants, masque, surblouse Réactiver l alarme du respirateur, régler fio2 au niveau antérieur Hygiène des mains de qualité antiseptique

51 L ASPIRATION TRACHEALE Evaluation : Le patient ne semble plus encombré. (Plus de bruits bronchiques, courbes de pression du respirateur stable, bonne saturation, couleur des téguments, agitation)

52 L ASPIRATION TRACHEALE Suivi du matériel / évacuation des déchets : Changer le flacon d'eau stérile : une fois / 24h Changer la poche d'aspiration : - si remplie - systématiquement après 7 jours d'utilisation Changer systématiquement après 7 jours d'utilisation : - le stop-vide - la tubulure d'aspiration reliant le bocal d'aspiration au patient - le système de décontamination A la sortie du patient : - Eliminer tous les matériels jetables dans 1 sac à déchets d'activité de soins -Décontaminer les matériels réutilisables

53 LE SOINS DE BOUCHE Les soins de bouche et de nez doivent être faits exclusivement sur prescription médicale. ne pas brosser les dents ni faire de soins de nez en cas de : plaquettes < TP < 50 % Réalisation mettre dans une seringue de 20 cc : 4 cc de Bétadine verte 16 cc d eau stérile injecter 5 cc de la solution dans chaque narine aspirer avec une sonde d aspiration blanche (petit calibre) rincer la bouche avec les 10 cc restants aspirer avec une sonde rouge (gros calibre) Passer ensuite à l intérieur des joues et de la bouche une compresse imbibée de Bétadine verte. En cas d allergie à l iode on utilisera de l Eludril pour les soins de bouche et du sérum physiologique pour le nez. En cas de mycose buccale, avertir le médecin, le bicarbonate et/ou la Fungizone devant être utilisés uniquement sur prescription médicale.

54 L EXTUBATION Indication décidée par le médecin. Lorsque les causes qui ont amené à son intubation sont traitées (résolution du problème cardiaque, respiratoire ou ventilatoire ) Préparation : Avant extubation veiller sur : La vidange de l estomac (aspiration dans la sonde gastrique) Fonctionnement du système d aspiration Présence d un manomètre à oxygène fonctionnel avec olive et lunettes à O2 pour le patient Les paramètres du scope et niveau d alarme Le chariot d intubation soit disponible aérosol (sur avis médical)

55 L EXTUBATION Mise en œuvre Placer le patient en position ½ assise Enlever la sonde gastrique en aspiration enlever la lacette qui maintient le tube Dégonfler le ballonnet Enlever enfin le tube tout en réalisant une aspiration trachéale Mise sous O² du patient avec des lunettes

56 L EXTUBATION Surveillance Surveillance plus rapprochée du patient car risque de complications Positionnement Saturation Fréquence ventilatoire Signes de tirage Risque d oedème laryngé

57 LES VOIES D ABORDS Les voies veineuses centrales Les cathéters artériels Les autres dispositifs

58 LES VOIES VEINEUSES CENTRALES Abord vasculaire veineux centrale Simple ou multi-lumière Cathéter à thermodilution (Swann-Ganz, Picco) Accès vasculaire EER (BARD, SHELDON, CANNAUD) Administration en continu ou discontinu de traitement Hydratations Remplissages Apports nutritifs de base Médicamentations Injections d urgence

59 LES VOIES VEINEUSES CENTRALES Pose Geste médicale, rôle d aide de l IDE (décret du 11 février 2002 ) Environnement propre Préparation psychologique Préparation cutanée (rasage, désinfection) Sous clavier, jugulaire, fémoral, basilique Position du patient

60 LES VOIES VEINEUSES CENTRALES (pose) Schéma de montage : Voie distale : réa soluté perfuseur rampe prolongateur Robinet d urgence avec prolongateur intégré Voie médiane : sédations Voie proximale : amines

61 LES VOIES VEINEUSES CENTRALES (pose) Le médecin Port masque, charlotte Lavage des mains chirurgical Habillage (sarrau) Désinfection terminale Repérage zone de ponction Pose du champ Anesthésie locale Préparation et purge des lignes Pose du cathéter Nettoyage de la zone de ponction Fermeture du pansement L IDE Port masque, charlotte, surblouse Aide à l habillage Préparation du guéridon Préparation de la purge Sert le matériel de pose et les lignes Contrôle les constantes du patient Sert le matériel du pansement Veille au rangement des matériels et déchets Réinstalle le patient Assure les transmissions écrites

62 LES VOIES VEINEUSES CENTRALES (surveillance) Radio pulmonaire Perméabilité du dispositif (continue / 12 h)* État du pansement Réfection du pansement (aspect point de ponction)

63 LES VOIES VEINEUSES CENTRALES (surveillance) Port masque, charlotte, sur blouse propre Préparation du guéridon Utilisation d un plateau pansement à usage unique avec pince position du patient en TRENDELENBURG retrait du pansement avec des gants non stériles Contrôle les constantes du patient désinfection en quatre temps Fermeture du pansement Veille au rangement des matériels et déchets Réinstalle le patient Assure les transmissions écrites Changement des lignes au changement de perfusion et des seringues

64 LES VOIES VEINEUSES CENTRALES (surveillance) Lavage des mains pour toutes manipulations Risques infectieux Voie obstruée (non administration du traitement, migration d un embole) Déconnexion (infection et embolie gazeuse) Ablation intempestive (embolie gazeuse) Pose d une nouvelle VVC

65 LES VOIES VEINEUSES CENTRALES (retrait) décret du 11 février 2002 «un médecin doit pouvoir intervenir immédiatement» Environnement propre Préparation psychologique Préparation matériel et habillage Position du patient (TRENDELENBURG) Désinfection locale Retrait Compression locale avec massage des plans cutanés Mise en culture Pansement Transmission écrite Surveillance

66 LES CATHETERS ARTERIELS Abord vasculaire artériel Surveillance en continu de la pression artérielle Prélèvement de sang artériel ( gaz du sang, acides lactiques, autres prélèvement sanguins fréquents)

67 LES CATHETERS ARTERIELS(pose) Schéma de montage Soluté sous pression avec manchette à pression Niveau avec cœur du patient Capteur de pression Câble de connexion au scope Robinet de prélèvement

68 LES CATHETERS ARTERIELS Pose Geste médicale, rôle d aide de l IDE (art. du décret du) Environnement propre Préparation psychologique Préparation cutanée Radial, fémoral Position du patient

69 LES CATHETERS ARTERIELS (pose) Le médecin Port masque, charlotte Lavage des mains chirurgical Habillage (sarrau) Désinfection terminale Repérage zone de ponction Pose du champ Anesthésie locale Préparation et purge des lignes Pose du cathéter Nettoyage de la zone de ponction Fermeture du pansement L IDE Port masque, charlotte Aide à l habillage Préparation du guéridon Préparation de la purge Sert le matériel de pose et les lignes Contrôle les constantes du patient Sert le matériel du pansement Veille au rangement des matériels et déchets Réinstalle le patient Assure les transmissions écrites

70 LES CATHETERS ARTERIELS (surveillance) Perméabilité du dispositif (continue / 12 h) État du pansement Réfection du pansement (aspect point de ponction) Lavage des mains pour toutes manipulations Risques infectieux Voie obstruée (absence de surveillance, migration d un embole) Déconnexion (infection et hémorragie) Ablation intempestive (hémorragie) Pose d une nouveau KT art

71 LES CATHETERS ARTERIELS (retrait) décret du 11 février 2002 «un médecin doit pouvoir intervenir immédiatement» Environnement propre Préparation psychologique Préparation matériel et habillage Position du patient (TRENDELENBURG) Désinfection locale Retrait Compression locale avec massage des plans cutanés Mise en culture Pansement Transmission écrite Surveillance

72 LES AUTRES DISPOSITIFS Dialyse Surveillance cardiaque Picco Swann-Ganz Contre pulsion aortique Pression intra-crânienne

73 DIALYSE Système d épuration sanguine extra-corporel Insuffisances rénales chroniques ou aiguës Troubles ioniques Rabdomyolises intoxications

74 DIALYSE Circulation Extra Corporelle Risques majeurs Hémorragies Fuite de sang dans la ligne dialysat Idem liés aux abords vasculaires Basilique, sous clavier, jugulaire, fémoral Infectieux

75 LA SURVEILLANCE CARDIAQUE PICCO Surveillance en continue évaluées des débits et pressions cardiaques Dispositif artério-veineux avec calibrages réguliers par bol us de liquide froid

76 LA SURVEILLANCE CARDIAQUE PICCO Risques majeurs Idem liés aux abords vasculaires Sous clavier ou jugulaire / fémoral Infectieux

77 LA SURVEILLANCE CARDIAQUE Swann-Ganz Surveillance en discontinue des pressions cardiaques Dispositif veineux avec mesures régulières par bol us de liquide froid

78 LA SURVEILLANCE CARDIAQUE Swann-Ganz Risques majeurs Idem liés à l abord vasculaire Sous clavier, jugulaire Troubles du rythme (cathéter intra cardiaque) Infectieux

79 CONTRE PULSION INTRA AORTIQUE Dispositif d assistance coronarienne Ballonnet intra aortique se gonflant en partie de temps diastolique permettant l augmentation de la perfusion coronarienne

80 CONTRE PULSION INTRA AORTIQUE Risques majeurs Idem liés à l abord vasculaire fémoral Troubles du rythme (cathéter intra cardiaque) Infectieux

81 CAPTEUR DE PRESSION INTRA CRANIENNE Dispositif d évaluation de l Hypertension IntraCrânienne Cathéter intra parenchymateux intra crânien relié au monitoring du patient permettant de mesurer la pression intra crânienne

82 CAPTEUR DE PRESSION INTRA CRANIENNE Risques majeurs Idem liés à la présence d un cathéter parenchymateux cérébral Déconnexion du système et l absence de données Infectieux

83 LA NUTRITION ARTIFICIELLE Définition Assistance nutritionnelle totale ou de complément, permettant à un organisme vivant l absorption des aliments nécessaire à sa croissance, son entretien, son fonctionnement.

84 Indications prescrite lorsque l alimentation orale est impossible ou insuffisante subvient aux besoins de l organisme afin d éviter l apparition ou l aggravation d une dénutrition

85 Mise en place Évaluer les besoins quantitatifs et qualitatifs Son état initial La gravité de l agression et les besoins énergétiques nécessaires

86 Rappels physiopathologiques L alimentation apporte L énergie (calories) L azote (protéines) Les micro nutriments En l absence d apport nutritionnel ou d apport limités Réserves glucidiques Réserves lipidiques Pas de réserves azotées Apparition d une dénutrition

87 Besoins nutritionnels du sujet sain Besoins énergétiques : les dépenses énergétiques de repos = 25Kcal/Kg/24 h Lipides 25 % soit 1 gr de lipides pour 9 Kcal Glucides 60 % soit 1 gr de glucides pour 4 Kcal Protides 15 % soit 1gr de protides pour 4 Kcal + 30 % en cas d hospitalisation en réanimation + 10 % par degré > 37 C Augmentation en cas d infection ou de syndrome inflammatoire Besoins hydriques Besoins en sels minéraux (Na, K+, chl, Ca++, phosp, Mg, ) Besoins en vitamines Besoins en oligo éléments (cuivre, fer, zinc, )

88 NUTRITION ENTERALE Définition Introduction dans le tube digestif, par l intermédiaire d une sonde, d un liquide nutritif en court circuitant l étape orale de la nutrition.

89 Intérêts de la nutrition entérale Physiologique Stimule l immunité générale Conserve les fonctions de la muqueuse intestinale (tractus digestif) Assure les réserves énergétiques et apporte les nutriments nécessaires Stimule la synthèse protéique Mise au repos d une partie du tube digestif Moins onéreuse Moins de complications graves

90 Indications En situation d hypercatabolisme Polytraumatisme Brûlures graves Cancers Affections inflamatoires et pathologies chroniques du tube digestif Grêle court congénitaux ou en post résection chirurgicale

91 Contre indications Infarctus mésentérique Angor État de choc

92 Techniques d administration Sonde naso gastrique Sonde de jéjunostomie Sonde de gastrostomie

93 Mode d administration Position assise ou ½ assise Continue ou discontinue Début progressif Doit comporter au moins 2 des 3 principaux substrats avec association de vitamines, oligoéléments, électrolytes Débit régulier Administration thérapeutique à part

94 Différents solutés Mélanges industriels et stérilisés Composition controlée Produits polymériques Contiennent des protéines entières Osmolarité proche des valeurs physiologiques Mélanges semi élémentaires Contiennent des protéines partiellement dégradées Réservés pour les problèmes de malabsorptions sévères Immunomodulateurs Effet sur l immunité

95 Complications Complications liées à la sonde Reflux gastro oesophagien et oesophagite Escarre nasale Fausse route Obstruction de la sonde

96 Complications Complications liées à la nutrition entérale Complications pulmonaires Pneumopathie d inhalation Complications digestives Diarrhées Nausées, vomissement, régurgitation Ballonnement, douleurs abdominales Constipations

97 NUTRITION PARENTERALE Définition Alimentation par voie sanguine, court circuitant le tube digestif, permettant l apport d eau, d électrolytes, de calories, et de substances énergétiques nécessaires à la vie, dans le but de maintenir l état métabolique du patient ou de l améliorer en cas de dénutrition.

98 Indications Les troubles du transit digestif En période post opératoire Lors d atteinte du tube digestif Syndrômes de malabsorption Les états hypercatabolismes

99 Mode et Voies d administration Débit continu Voies veineuses périphériques Alimentation de courte durée < 8 jours En complément d une autre nutrition Osmolarité < 800 mmol / l Les + Accès faciles Multiples sites de ponction potentiels Surveillance simple économique Les - Capital veineux vulnérable Osmolarité réduite Durée limitée

100 Voies d administration Voies veineuses centrales Les + Veines de gros calibres Très bonne tolérance des solutés irritants et hyperosmolaires Utilisation prolongée Les - Coût Risques vitaux Complications Nécessité d une surveillance accrue

101 Les Différents solutés Les glucides ( G 2.5 % à g 50 % ) Les lipides ( apport d acides gras essentiels ) Les protéines ( acides aminés ) Les vitamines et oligo éléments Les électrolytes

102 Les Complications Liées aux cathéters Hémorragies, pneumothorax, embolies gazeuses (technique de pose et retrait) Migration secondaire du cathéter Infection Thromboses veineuses

103 Les Complications Liées à la nutrition Troubles hydro-électrolytiques Troubles de la volémie Déséquilibres de l apport hydrosodé Troubles métaboliques Hyperglycémie Hypoglycémie Hypertriglycéridémie Perturbation du bilan hépatique

104 Surveillance Clinique Examen clinique Diurèse Bilan entrées / sorties Poids Biologique Glycémies capillaires Ionogramme sanguin et urinaire Tryglycérides Bilan hépatique Numération formule

105 CONCLUSION La nutrition entérale La nutrition parentérale La nutrition

106 Présentation réalisée par : Véronique IHITSAGUE, cadre de santé les infirmier(e)s : Corinne THOME Damien FREGONARA Yann COICAUD Jean Baptiste CHABLE Philippe BECHET Merci.

SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE

SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE SOINS INFIRMIERS EN HEMODIALYSE PLAN I) Rappels d anatomie physiologie II) IRC: Définition Traitement: hémodialyse, dérivation péritonéale, greffe III) Hémodialyse Définition Principes Législation IV)

Plus en détail

HEMODIAFILTRATION AVEC LE SYSTEME PRISMAFLEX

HEMODIAFILTRATION AVEC LE SYSTEME PRISMAFLEX Service de Néphrologie Avalisation : - Prof. P.Y. Martin Chef de Service Visa - Mme M. G. Droulez IRUS Visa - M P. Cornuau Responsable des soins Visa HEMODIAFILTRATION AVEC LE SYSTEME PRISMAFLEX Cadre

Plus en détail

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7

SOINS/SDGURI/PRCD/001 Procédure de sondage urinaire Version 2 : 15/01/2010 p.1/7 p.1/7 1. OBJET Description des différentes étapes et des règles d asepsie nécessaires à la réalisation du sondage urinaire qui est un geste invasif. 2. DOMAINE D APPLICATION Ce protocole s applique à tous

Plus en détail

:: Atrésie de l œsophage

:: Atrésie de l œsophage :: Atrésie de l œsophage Définition : L atrésie de l œsophage est une malformation congénitale caractérisée par une interruption de continuité de l œsophage. Dans 50 % des cas, elle est associée à d autres

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand POURQUOI? Des milliers de personnes meurent chaque jour des suites d infections acquises au cours des procédures de soins. Les germes sont principalement

Plus en détail

Introduction W ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier)

Introduction W ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier) Introduction ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier) Nombres de postes : 24 Nombres de patients chroniques : 96 ZLe service d hémodialyse à l hôpital André

Plus en détail

Service de Soins Intensifs

Service de Soins Intensifs CLINIQUE SAINT-JEAN ASBL Service de Soins Intensifs a santé au coeur de Bruxelles CLINIQUE SAINT-JEAN Brochure d accueil Soins Intensifs Clinique Saint-Jean a.s.b.l. Boulevard du Jardin Botanique, 32 1000

Plus en détail

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor Coup d envoi Définition de l urgence Fonction des personnes : Pour les patients : «ça ne va pas», «il n est pas comme d habitude», «il

Plus en détail

Module Soins Intensifs

Module Soins Intensifs Module Soins Intensifs Prise en charge du bds en soins intensifs De la surveillance clinique à l examen clinique. Ferron Fred SURVEILLANCE DU BDS EN SOINS INTENSIF:... comprend et explique en détail les

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

o Non o Non o Oui o Non

o Non o Non o Oui o Non Enquête générale (à remplir une fois) [ ] = plusieurs réponses possibles o = une seule réponse possible Date de votre réponse à ce questionnaire Nombre de lits dans l'unité Connaissez-vous l incidence

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

LE SCOPE 1 BUT 2 DOMAINE D APPLICATION

LE SCOPE 1 BUT 2 DOMAINE D APPLICATION Procédures en réanimation 29/10/2007 Page 1/7 Rédaction : IDE Séverine Marmilloud Vérification :IDE Thomé C. Chable J-B Approbation : Dr Sirodot Michel 1 BUT Moniteur permettant la surveillance continue

Plus en détail

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à

Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à Vous intervenez en équipage SMUR sur un accident de la voie publique : à votre arrivée sur les lieux, vous trouvez un homme d environ 30 ans au sol à plat dos, inconscient Glasgow 3, à 20 mètres d une

Plus en détail

Montage, démontage, test et suivi des respirateurs

Montage, démontage, test et suivi des respirateurs 04/10/2007 Page 1/10 Rédaction : JB. CHABLE (IDE) Vérification : C. Thomé (IDET) Approbation : Dr. M. Sirodot 1 BUT Ce document a pour but de s assurer du bon fonctionnement des appareils de ventilation

Plus en détail

SOINS DE PRATIQUE COURANTE. Prélèvement aseptique cutané ou de sécrétions muqueuses, prélèvement de selles

SOINS DE PRATIQUE COURANTE. Prélèvement aseptique cutané ou de sécrétions muqueuses, prélèvement de selles NOMENCLATURE GENERALE DES ACTES PROFESSIONNELS INFIRMIERS (Arrêté du 25 mars 1993) (Arrêté du 21 avril 1994) (Arrêté du 1er mars 1999) (Arrêté du 8 Décembre 1999) (Arrêté du 12 Octobre 2000) (Arrêté du

Plus en détail

*pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient

*pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient POSE D UNE POMPE P.C.A.* DE MORPHINE SUR VOIE VEINEUSE CENTRALE *pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient VERSION N 1 Page 1/13 Date de validation : 20/03/2007 I. Définition Soins infirmiers

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Utilisation et surveillance d une pompe à PCA de type pharmacia cadd

Utilisation et surveillance d une pompe à PCA de type pharmacia cadd Utilisation et surveillance d une pompe à PCA de type pharmacia cadd 1- Principe de soin La PCA (ou Patient Controlled Analgesia), est une technique qui permet au patient de s administrer lui-même, à l

Plus en détail

LES PRECAUTIONS «STANDARD»

LES PRECAUTIONS «STANDARD» LES PRECAUTIONS «STANDARD» ANTENNE NPC DU CCLIN PARIS NORD 28 MAI 2009- HYGIENE EN EHPAD Ghislaine LEMAIRE IDEH CH BAILLEUL HYGIENE EN EHPAD Respecter la vocation des établissements pour personnes âgées

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale

Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Prévenir et gérer les alarmes en épuration extra-rénale Drs Clarisse Blayau et Christophe Ridel Urgences néphrologiques et Transplantation rénale Réanimation Fresenius Medical Care Hôpital Tenon L auteur

Plus en détail

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique.

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique. Diplôme d Etat d infirmier Référentiel d activités Annexe I Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

MODES D EMPLOI DES APPAREILS

MODES D EMPLOI DES APPAREILS MODES D EMPLOI DES APPAREILS MEDELA VARIO S:\00 Direction\Mes documents\site internet\docus word et pdf\appareils emploi\mode d'emploi Proximos Vario.doc/27/10/2011 1/7 En cas de questions ou de problèmes,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 PEDIAVEN AP-HP G15, solution pour perfusion 1000 ml de solution en poche bi-compartiment, boîte de 4 (CIP: 419 999-0) PEDIAVEN AP-HP G20, solution pour

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER Référentiel d activités Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

Soins Inrmiers aux brûlés

Soins Inrmiers aux brûlés Soins Inrmiers aux brûlés Le 29/04/2009 1 Intro La gravité d'une brûlure dépend essentiellement de sa profondeur, de sa supercie de sa localisation et du ASA. Sa prise en charge doit être rapide pour limiter

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Place du Mini Nutritional Assessment (MNA) Gaëlle Soriano, Sophie Guyonnet Besoins nutritionnels chez la PA Les besoins énergétiques correspondent

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Les règles d 'hygiène dans la réalisation d un pansement HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Objectif Règles visant à prévenir les risques de transmission croisée

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Gilbert DRAGAR et Michèle PAGET. Journée thématique «la trachéotomie en 2010»

Gilbert DRAGAR et Michèle PAGET. Journée thématique «la trachéotomie en 2010» L ASPIRATION ENDOTRACHEALE MATERIEL METHODES HYGIENE Gilbert DRAGAR et Michèle PAGET Définition de l aspiration Différents types de sondes Différents types d appareils Installation du patient Méthodologie

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 SOINS DE BOUCHE ENTRETIEN DES PROTHESES DENTAIRES L état bucco-dentaire est souvent préoccupant

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

EXERCICE PROFESSIONNEL

EXERCICE PROFESSIONNEL EXERCICE PROFESSIONNEL LE CHAMP DE LA COLLABORATION ENTRE INFIRMIERS ET AIDES SOIGNANTS, AUXILIAIRES DE PUERICULTURE, AIDES MEDICO-PSYCHOLOGIQUES OCTOBRE 2011 Remerciements : Je remercie, Le groupe de

Plus en détail

CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE BAXTER_CLINIMIX N9G15 E et N12G20E_Avis CT_14-02-2007.pdf BAXTER_CLINIMIX N9G15E N12G20E N14G30 N17G35_Avis CT_12-12-2001.pdf BAXTER_CLINIMIX changement

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques SIP Août 2010 Route : 354 Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques Août 2010 1 Table des matières 1. Présentation du service p 3 2. Pathologies les plus courantes aux SIP. P 5 3. Objectifs de stage p

Plus en détail

PROTOCOLE SONDAGE VESICAL

PROTOCOLE SONDAGE VESICAL DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE SONDAGE VESICAL Date application : 18/09/2009 8page(s) (R/V) Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date A LECOQ/

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004

Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004 Pré-requis : Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004 Notions sur le vieillissement normal et pathologique Concept de fragilité Résumé : La dénutrition proteino-calorique

Plus en détail

Accueil du nouveau-né en cas d accouchement extra-hospitalier

Accueil du nouveau-né en cas d accouchement extra-hospitalier 1 Accueil du nouveau-né en cas d accouchement extra-hospitalier Chabernaud JL. SMUR pédiatrique (SAMU 92), CHU Antoine-Béclère (AP-HP) 157, rue de la Porte de Trivaux 92141 Clamart. Tél : 01-45-37-46-14

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque 24 ème Congrès de la Coordination des Infirmiers Anesthésistes et de Réanimation de Caen et sa Région Dr Buléon Clément Pôle Réanimation-Anesthésie-SAMU,

Plus en détail

NEZ ET FACE : SOINS INFIRMIERS

NEZ ET FACE : SOINS INFIRMIERS Transverse : ORL NEZ ET FACE : SOINS INFIRMIERS I/- Les traitements locaux sinusiens. Le nettoyage des fosses nasales : Il est nécessaire avant toute administration locale de médicaments (aérosol, gouttes,

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Perfusions de corticoïdes à domicile

Perfusions de corticoïdes à domicile Perfusions de corticoïdes à domicile Livret Infirmier Copyright France 2009 Physiopathologie de la SEP La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique inflammatoire, caractérisée par la destruction

Plus en détail

La ventilation non invasive aux soins intensifs

La ventilation non invasive aux soins intensifs La ventilation non invasive aux soins intensifs Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval 3 mars 2011 BiPAP (Bi-level Positive Airway Pressure)

Plus en détail

phase de destruction et d'élimination de débris

phase de destruction et d'élimination de débris LE POST PARTUM I ) Définition : c'est une période de 6 semaines allant de l'accouchement jusqu'au retour de couches (= règles). Pendant ce temps il est nécessaire d'effectuer une surveillance médicale

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

PICCO2. PROTOCOLE DE SERVICE Année 2010 MISE À JOUR 2012. Hôpital de Bicêtre Département d'anesthésie-réanimation Réanimation Chirurgicale

PICCO2. PROTOCOLE DE SERVICE Année 2010 MISE À JOUR 2012. Hôpital de Bicêtre Département d'anesthésie-réanimation Réanimation Chirurgicale Hôpital de Bicêtre Département d'anesthésie-réanimation Réanimation Chirurgicale PICCO2 PROTOCOLE DE SERVICE Année 2010 MISE À JOUR 2012 1 PROTOCOLE PICCO2 DAR BICETRE DEPARTEMENT D ANESTHESIE REANIMATION

Plus en détail

I. La perfusion par gravité : Dispositifs médicaux de perfusion en 2008. Session ide. Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2

I. La perfusion par gravité : Dispositifs médicaux de perfusion en 2008. Session ide. Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2 Session ide Dispositifs médicaux de perfusion en 2008 Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2 1 Pôle d Anesthésie Réanimation Hôpital Salengro 2 SAMU 59 CHRU Lille La perfusion est un acte courant dans tous les

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

URGENCES. Les prises en charge spécifiques de la noyade. Chapitre 100. 1. Définition de la noyade par l OMS. 2. Épidémiologie

URGENCES. Les prises en charge spécifiques de la noyade. Chapitre 100. 1. Définition de la noyade par l OMS. 2. Épidémiologie Chapitre 100 Les prises en charge spécifiques de la noyade E. MATHON 1, J.-C. AYMARD 2, M. KRETLY 3, J. LEVRAUT 4 1. Définition de la noyade par l OMS D après l OMS, «la noyade est une insuffisance respiratoire

Plus en détail

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES DOSSIER D ADMISSION 1/6 Date d'admission souhaitée : Date de la demande : Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES Renseignements administratifs

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3

A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3 Chapitre 121 La ventilation non invasive (VNI) de l enfant A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3 1. Définition La VNI se définit comme une technique destinée à augmenter la ventilation alvéolaire sans utiliser

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Évaluation des compétences de l infirmière auxiliaire Aire ambulatoire / urgence. Pour vous, pour la vie

Évaluation des compétences de l infirmière auxiliaire Aire ambulatoire / urgence. Pour vous, pour la vie Évaluation des compétences de l infirmière auxiliaire Aire ambulatoire / urgence Pour vous, pour la vie Techniques de soins # Titre des techniques Réussi À améliorer 1.1 Signes neurologiques 2.2 Glycémie

Plus en détail

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA)

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) METHODE DE CONTROLE DE LA DOULEUR AIGUE EFFICACE ET SURE. OSWALT KE 1990 OBJECTIF : METTRE EN PLACE LA PCA CHEZ LE PLUS GRAND NOMBRE DE PATIENTS SANS AUGMENTER

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

Évaluation de la fonction respiratoire

Évaluation de la fonction respiratoire AFM - L. Audinet AFM / R. Bourguet AFM - L. Audinet Évaluation de la fonction respiratoire dans les maladies neuromusculaires FÉVRIER 2009 Les maladies neuromusculaires se caractérisent par le développement

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

Chambres à cathéter implantables

Chambres à cathéter implantables Chambres à cathéter implantables Pas de conflits d intérêt avec le sujet traité APHAL Formation PPH Jeudi 19 mars 2015 Sébastien GEORGET Pharmacie Centre Psychothérapique de Nancy Définition (1) Définition

Plus en détail

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche Ministère de la santé et des sports CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Valeurs biologiques usuelles Edition de Novembre 2009 (6 pages) Conseil

Plus en détail

GUIDE DE REVISION CONCOURS D ENTREE ECOLE D INFIRMIERS DE BLOC OPERATOIRE CHU CLERMONT-FERRAND

GUIDE DE REVISION CONCOURS D ENTREE ECOLE D INFIRMIERS DE BLOC OPERATOIRE CHU CLERMONT-FERRAND GUIDE DE REVISION CONCOURS D ENTREE ECOLE D INFIRMIERS DE BLOC OPERATOIRE CHU CLERMONT-FERRAND I - GRANDS AXES DE REVISION ANATOMIE - PHYSIOLOGIE APPAREIL CIRCULATOIRE ANATOMIE : le coeur, les vaisseaux

Plus en détail

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Dr Patrick Biston, médecin chef de service des soins intensifs du CHU Charleroi A l équipe médico-infirmière des soins intensifs du CHU de Charleroi

Plus en détail

PRECIS PRATIQUE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE

PRECIS PRATIQUE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE HOSPITALISATION A DOMICILE SOINS ET SANTE PRECIS PRATIQUE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE Sous la direction de Odile Viennois-Marion Directrice de l H.A.D. Soins et Santé Sylvaine Seveignes Directrice des

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Annie PAPON Cadre responsable 1 AFGSU Niveau 1 page 4 AFGSU Niveau 2 page 5 AFGSU face aux risques NRBC page 6 Recyclage AFGSU Niveau

Plus en détail

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU

Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU + Hôpital de Soultz N S PT.S.036.1 Protocole Réalisation d un prélèvement urinaire pour examen Cytobactériologique - ECBU SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

prise en charge médicale dans une unité de soins

prise en charge médicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

Livret d adaptation à l emploi

Livret d adaptation à l emploi Réanimation DOI 10.1007/s13546-011-0241-3 Référentiel / Guidelines Livret d adaptation à l emploi Infirmier(ière)s de réanimation Booklet for professional training Intensive therapy nurses SRLF et Springer-Verlag

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Causes de la dénutrition du sujet âgé...1 1. 1 Modifications physiologiques liées à l'âge...

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Dépose du matériel de curiethérapie utilisé dans les cancers gynécologiques : Prévention et amélioration de la prise en charge de la douleur

Dépose du matériel de curiethérapie utilisé dans les cancers gynécologiques : Prévention et amélioration de la prise en charge de la douleur Dépose du matériel de curiethérapie utilisé dans les cancers gynécologiques : Prévention et amélioration de la prise en charge de la Mme C. Toulouse, Centre Huguenin- St Cloud 1. Présentation du geste

Plus en détail

PREPARATION DU PATIENT POUR UNE CHIRURGIE. Marcelle Haddad

PREPARATION DU PATIENT POUR UNE CHIRURGIE. Marcelle Haddad PREPARATION DU PATIENT POUR UNE CHIRURGIE Marcelle Haddad PLUSIEURS CATEGORIES DE CHIRURGIE 1-Perte d un d organe ou d une fonction Ex: cholecystectomie,appenticectomie 2-Ablation d une tumeur,, d un d

Plus en détail

Tout sur les nouvelles cotations des perfusions

Tout sur les nouvelles cotations des perfusions Tout sur les nouvelles cotations des perfusions L arrêté de modification du livre III de la liste des actes et prestations relatif aux perfusions est paru au Journal officiel du 30 septembre 2014. Dans

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

Référentiel CPAM Liste des codes les plus fréquents pour la spécialité :

Référentiel CPAM Liste des codes les plus fréquents pour la spécialité : Référentiel CPAM Liste des codes les plus fréquents pour la spécialité : ANESTHESIOLOGIE - REANIMATION CHIRURGICALE ADA - Acte d'anesthésie AFLB010 4 (7, F, S, U) 0 Anesthésie rachidienne au cours d'un

Plus en détail

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation

Recommandations des experts de la Société de réanimation de langue française, janvier 2002 Prévention de la transmission croisée en réanimation Réanimation 2002 ; 11 : 250-6 2002 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069302002414/FLA RECOMMANDATIONS Recommandations des experts de la Société de réanimation

Plus en détail

Tronc Artériel Commun

Tronc Artériel Commun Tronc Artériel Commun Cardiopathie congénitale conotroncale. 1.4% des cardiopathie congénitales. (1/10000) CIV Diagnostic anténatal Souvent associé à un 22q11. Anomalies associées Définition EMBRYOLOGIE

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

La chaîne de survie résume les étapes qui conditionnent la survie à l arrêt cardio-respiratoire

La chaîne de survie résume les étapes qui conditionnent la survie à l arrêt cardio-respiratoire Grâce au don du Rotary Club de Pont sur Yonne (http://www.rotary-pont-sur-yonne.com/), la commune dispose d un défibrillateur entièrement automatisé (DEA), en libre accès au magasin petit casino VIVAL,

Plus en détail

STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE

STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE FACULTÉ DE MÉDECINE FACULTÉ DE CHIRURGIE DENTAIRE Université de Strasbourg STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE JUILLET ou AOUT ou SEPTEMBRE 2012

Plus en détail

Circulaire pour les codeuses et codeurs

Circulaire pour les codeuses et codeurs 14 Santé Nr. 9 février 2011 Circulaire pour les codeuses et codeurs A) La ventilation mécanique : règle valable au 1.1.2011 En vue de l établissement des règles de la ventilation invasive pour 2012, nous

Plus en détail

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR).

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR). Hypertension intracrânienne idiopathique Pseudotumor cerebri Votre médecin pense que vous pouvez souffrir d hypertension intracrânienne idiopathique connue aussi sous le nom de «pseudotumeur cérébrale».

Plus en détail