SOUTENIR LA DYADE AIDÉ-AIDANT : QUI SONT NOS PARTENAIRES?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOUTENIR LA DYADE AIDÉ-AIDANT : QUI SONT NOS PARTENAIRES?"

Transcription

1 SOUTENIR LA DYADE AIDÉ-AIDANT : QUI SONT NOS PARTENAIRES? Des services et du soutien dans les communautés pour les personnes touchées par la maladie d Alzheimer/maladies apparentées RÉDIGÉ PAR Mme Magalie Dumas Gestionnaire Info-aidant L Appui pour les proches aidants d aînés Juillet 2015

2 Objectifs Objectif principal Rehausser les compétences des cliniciens à l égard du réflexe de référencement de la dyade aidé-aidant vers les services et le soutien dispensés dans les communautés Suite à cette activité, le participant pourra : Caractériser les besoins de la personne atteinte (aidé) et du proche aidant Connaître les services disponibles dans la communauté Intégrer le réflexe de référence vers un pôle central 2

3 Plan de présentation Dans une perspective de soutien à la dyade aidé-aidant : Principaux besoins de la dyade aidé-aidant L offre de services dans les communautés Intégration en milieu de soins du réflexe de référence vers les communautés L offre de services de l Appui pour les proches aidants d aînés Éléments clés à retenir pour intégrer le réflexe de référencement vers les communautés 3

4 LA DYADE AIDÉ-AIDANT PRINCIPAUX BESOINS DE LA DYADE AIDÉ-AIDANT 4

5 Exemples de besoins qui peuvent être répondus dans le milieu communautaire et associatif (non-exhaustifs et non-limitatifs aux étapes de la trajectoire) Début de trajectoire Milieu de trajectoire Fin de trajectoire Pour la personne atteinte : Encaisser le choc du diagnostic Comprendre la maladie dont il est atteint Trouver des stratégies d adaptation, planifier les aspects légaux et financiers de son éventuelle inaptitude Planifier ses souhaits de fin de vie Au besoin, partager avec des semblables les émotions vécues Chercher du soutien familial ou individuel Important : bénéficier de services de stimulation cognitive en vue de maintenir ses acquis et capacités le plus longtemps possible Pour le proche aidant : Encaisser le choc du diagnostic Comprendre la maladie dont l aidé est atteint Trouver des stratégies d adaptation Planifier les aspects légaux de l éventuelle inaptitude de la personne aidée Aider la personne aidée à planifier ses souhaits de fin de vie Amorcer les démarches d adaptation du domicile Au besoin, partager avec des semblables les émotions vécues Chercher du soutien familial ou individuel 5

6 Exemples de besoins qui peuvent être répondus dans le milieu communautaire et associatif (non-exhaustifs et non-limitatifs aux étapes de la trajectoire) Début de trajectoire Milieu de trajectoire Fin de trajectoire Pour la personne atteinte : Stimuler ses capacités cognitives Pratiquer des loisirs et des sports adaptés Continuer de faire (au mieux) des activités de la vie quotidienne et domestique (AVD/AVQ) À ce stade, la personne atteinte a aussi besoin que son entourage ait pris la pleine mesure de la maladie dont il souffre afin que les stratégies de communication et d action employées à son égard soient adéquates Pour le proche aidant : Bénéficier de périodes de répit afin de conserver son équilibre et d avoir du temps pour lui Apprendre à utiliser divers équipements nécessaires au soutien de l aidé Gérer une foule de dossiers fiscaux/légaux/financiers Comprendre son rôle, celui de la famille et des diverses équipes de soins Trouver constamment des stratégies pour la gestion des SCPD Gérer la médication de la personne aidée Organiser son temps et son avenir Parler de son vécu et partager avec des pairs et des intervenants psychosociaux, accepter l aide extérieure Gérer son stress et poser ses limites 6

7 Exemples de besoins qui peuvent être répondus dans le milieu communautaire et associatif (non-exhaustifs et non-limitatifs aux étapes de la trajectoire) Début de trajectoire Milieu de trajectoire Fin de trajectoire Pour la personne atteinte : Bénéficier d une présence calmante et rassurante à ses côtés Pouvoir résider dans un milieu de vie adapté à sa réalité Pour le proche aidant : Bénéficier de soutien et de références en vue de l hébergement Gérer les deuils, les pertes, la baisse de «l adrénaline de performance», les réactions familiales Participer à la gestion de fin de vie de l aidé et toutes les tâches que celle-ci implique 7

8 LA DYADE AIDÉ-AIDANT L OFFRE DE SERVICES DANS LES COMMUNAUTÉS: PRINCIPAUX ACTEURS COMMUNAUTAIRES SPÉCIFIQUES* * Par «spécifiques», on entend une offre de services en lien direct avec les diagnostics de déficit cognitif/démence/maladie d Alzheimer/maladies apparentées. Les services de ces organisations ne sont dispensés qu à ces clientèles et aux proches aidants qui les accompagnent 8

9 Principaux acteurs spécifiques (l offre peut varier d une région à une autre et cette liste est non-limitative) Sociétés Alzheimer Programme «Premier lien» (processus de référencement entre le milieu de diagnostic et la Société Alzheimer régionale) Groupes de soutien pour la personne atteinte Groupes de soutien pour les proches aidants Groupes de stimulation cognitive/centres d activités de jour Rencontres individuelles/familiales Formation pour les proches aidants Formation pour les intervenants Publications (web, papier, ) pour les membres Conférences Centre de documentation, prêts de livres, de vidéos Activités de sensibilisation Programme de répit (pour le proche aidant) stimulation (pour la personne atteinte) Hébergement Présentes dans toutes les régions du Québec, sauf en Mauricie = Carpe Diem Baluchon Alzheimer Périodes de répit de 4 à 14 jours (24 heures/jour) destinées aux aidants de personnes atteintes de la maladie d Alzheimer ou d une affection apparentée 9

10 LA DYADE AIDÉ-AIDANT L OFFRE DE SERVICES DANS LES COMMUNAUTÉS PRINCIPAUX ACTEURS COMMUNAUTAIRES TRANSVERSAUX* * Par «transversaux», on entend une offre de services qui n est pas en lien d exclusivité avec les diagnostics de déficit cognitif/démence/maladie d Alzheimer/maladies apparentées. Les services de ces organisations sont dispensés auprès de différentes clientèles, parfois à l aidé, parfois à l aidant, parfois aux deux. 10

11 Principaux acteurs transversaux (l offre peut varier d une région à une autre et cette liste est non-limitative) Regroupements d aidants Groupes de soutien pour les proches aidants Rencontres individuelles/familiales Formation pour les proches aidants Publications (Web, papier, ) pour les membres Conférences Centre de documentation, prêts de livres, de vidéos Activités de sensibilisation et de défense de droits Programmes de répit Activités diverses visant à briser l isolement des proches aidants Entreprises d économie sociale en aide domestique Soutien aux activités de la vie quotidienne Soutien aux activités de la vie domestique Préparation de repas avec ou sans diète L'approvisionnement et autres courses Répit pour le proche aidant Centres d action bénévole Groupes de soutien pour les proches aidants Activités de socialisation et de loisir Transport médical et bénévole Activités de sensibilisation, de reconnaissance Formations Conférences Information Popote roulante Et aussi Centres communautaires pour aînés/organisations de personnes âgées Coalitions (Réseau-aidants, Tables de concertation, Regroupement, etc.) Chaire Desjardins en soins infirmiers à la personne âgée et à la famille (aidant.ca/messages) Et beaucoup d autres 11

12 LA DYADE AIDÉ-AIDANT INTÉGRATION EN MILIEU DE SOINS DU RÉFLEXE DE RÉFÉRENCE VERS LES COMMUNAUTÉS 12

13 Intégration en milieu de soins du réflexe de référencement vers les communautés Mais, LA question? Comment faire, en tant que clinicien en GMF, pour amener la personne atteinte et son proche aidant à se tourner vers leur communauté pour recevoir des services et du soutien? 13

14 Comment faire, en tant que clinicien en GMF, pour amener la personne atteinte et son proche aidant à se tourner vers leur communauté pour recevoir des services et du soutien? Dire à la personne diagnostiquée et au (nouveau) proche aidant qu ils sont des partenaires dans ce défi qui se présente à eux et qu ils ne sont pas seuls: Des services pourront leur être offerts tant par le réseau de la santé et des services sociaux que par d autres organisations de la communauté. Dire au proche aidant qu il est un proche aidant Pas seulement un/e conjoint/e, un enfant, un ami. Ouvrir rapidement cette discussion, c est légitimer tout aussi rapidement le recours à l aide. L étape de cette reconnaissance de rôle est charnière dans la trajectoire de la dyade et particulièrement celle de l aidant. 14

15 Vous bénéficiez d un important pouvoir d influence et d un capital de crédibilité indéniable; vous pouvez jouer un grand rôle sur les facteurs de protection de la personne atteinte comme de son proche aidant. 15

16 Intégration en milieu de soins du réflexe de référencement vers les communautés Et puis, L AUTRE question? Comment faire, en tant que clinicien en GMF, pour connaître l ensemble des services offerts et leur disponibilité sans y consacrer un temps que je n ai pas? 16

17 LA DYADE AIDÉ-AIDANT INFO-AIDANT : LAPPUI lappui.org 17

18 Comment faire, en tant que clinicien en GMF, pour connaître l ensemble des services offerts et leur disponibilité sans y consacrer un temps que je n ai pas? Référer le proche aidant à un pôle centralisé où il pourra s informer sur tous les services disponibles dans sa communauté tant pour lui que pour la personne atteinte 18

19 LA DYADE AIDÉ-AIDANT L OFFRE DE SERVICES DE L APPUI POUR LES PROCHES AIDANTS D AÎNÉS 19

20 Mission : Qu est-ce qu un Appui? Contribuer au soutien des proches aidants d aînés qui fournissent, sans rémunération, des soins et du soutien régulier à domicile à une personne ayant une incapacité significative ou persistante susceptible de compromettre son maintien à domicile Services : Pour ce faire, un Appui a été implanté dans chacune des 18 régions administratives du Québec, formant ce qu on appelle le Réseau des Appuis. Chacun des Appuis régionaux veille à offrir, en complémentarité et cohérence avec les organisations et services locaux, ce qui suit : Bailleurs de fonds Soutien/sensibilisation Services aux individus Financement de services de répit, d information, de formation et de soutien psychosocial destinés aux proches aidants d aînés et dispensés par des organisations locales. Le soutien efficace et continu des communautés locales Le soutien à l innovation de même qu à l acquisition et au transfert de connaissances. Diverses actions de promotion / sensibilisation / valorisation sur le rôle de proche aidant d aîné Info-aidant lappui.org 20

21 L offre de services de l Appui pour les proches aidants d aînés Info-aidant : LAPPUI Écouter, informer, référer le proche aidant d aîné tout au long de son parcours - Gratuit, confidentiel, professionnel - Pourquoi? Pour qui? Que lui offre-t-on? Comment? Quand? Qui répond? En un seul endroit, trouver toutes les ressources dans la communauté qui visent à soutenir le proche aidant d aîné dans son rôle. Le proche aidant d aîné directement ou un intervenant qui le soutient. Un accompagnement personnalisé tout au long de son parcours de proche aidant d aîné. En identifiant quel est son réseau, quels sont ses besoins, les services qui lui sont offerts ou dont il a besoin, ses aptitudes et ses forces, ses difficultés et ses limites ; en ayant une connaissance fine et à jour de l ensemble des services donnés dans son secteur. Du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h Un conseiller aux proches aidants d aînés formé en intervention psychosociale. 21

22 L offre de services de l Appui pour les proches aidants d aînés lappui.org Informer et référer Permet aux proches aidants d aînés, à leur entourage, aux intervenants et aux professionnels jouant un rôle auprès d eux de consulter l offre de services régionale, d accéder à de l information sur des sujets concernant la vie quotidienne des aidants, de voir des vidéos explicatifs, de poser des questions, d avoir un regard introspectif sur leur propre santé. 22

23 LA DYADE AIDÉ-AIDANT ÉLÉMENTS CLÉS À RETENIR 23

24 Facteurs de protection de la dyade aidé-aidant Faire du proche aidant votre allié, le partenaire de soins privilégié : il est l expert de sa réalité et de celle vécue à domicile Le proche aidant d une personne atteinte de la maladie d Alzheimer/maladies apparentées est le «cerveau des opérations», celui qui voit à la coordination des soins de la dyade. S'assurer qu'il soit soutenu, c'est favoriser un équilibre adéquat à domicile. Le réseau des services communautaires, en addition avec les services de soutien à domicile et ceux offerts en première ligne, diversifie l offre faite à la dyade aidé-aidant ; leurs services peuvent leur être d un grand soutien avant la mise en place des services de soutien à domicile Le réseau de services communautaires n est pas confrontant ni intimidant pour le proche aidant, il y ressent souvent moins de stress lié à sa compétence et à la «menace de placement involontaire». 24

25 Facteurs de protection de la dyade aidé-aidant (suite) Faire du proche aidant votre allié, le partenaire de soins privilégié : il est l expert de sa réalité et de celle vécue à domicile Un proche aidant informé et soutenu est un aidant en santé qui joue son rôle avec le sentiment de «bien faire ce qu il est en mesure de faire». Par le fait même, il est en mesure d expliquer à la personne aidée les services qu elle va recevoir, ce qui l attend et d abaisser l incidence et l impact des symptômes comportementaux et psychologiques associés à la démence (SCPD). L action rapide sur les facteurs de protection de l aidé et de l aidant amenuise l isolement social, l épuisement, la détresse et abaisse les facteurs de risques associés à la maltraitance. 25

26 Recours aux facilitants proposés par le Réseau des Appuis En vue de soutenir les équipes de soins, le Réseau des Appuis propose une multitude de moyens afin de faciliter le référencement vers les services et le soutien dispensés dans les communautés Exemples de partenariats entre les milieux institutionnels, communautaires ou associatifs et les Appuis : Infolettre relayée par les intervenants du Soutien à l autonomie des personnes âgées (SAPA) Protocoles de référencement des proches aidants entre les milieux de soins et les Appuis régionaux Présentation et formation aux équipes de première ligne Offre d outils de référence à remettre aux proches aidants Utilisation du portail Web pour le recrutement de proches aidants à des fins de recherche 26

27 Et vous, communiquez-nous votre idée de partenariat, il nous fera plaisir d aller à votre rencontre. Pour information : , poste

28 Ancrage conceptuel de la démarche des pratiques prometteuses Pour aller plus loin dans votre réflexion sur les meilleures pratiques dispensées aux proches aidants d aînés : 28

29 LA DYADE AIDÉ-AIDANT PRÉ-TEST/POST-TEST 29

30 Questions à poser en Pré-test Question 1 : Question 2 : Question 3 : Les patients et leurs proches aidants sont toujours en demande de noms et de coordonnées pour des services communautaires qui pourraient leur apporter de l aide. Vrai ou faux Les cliniciens du GMF ont une forte influence sur les patients et leurs proches dans la prise de décision sur la vie quotidienne des patients (quels services solliciter, quand demander de l aide ). Vrai ou faux Il faut passer par le CLSC pour participer à des groupes de soutien ou pour obtenir des services de répit. Vrai ou faux 30

31 Post-test : Question 1 Les patients et leurs proches aidants sont toujours en demande de noms et de coordonnées pour des services communautaires qui pourraient leur apporter de l aide. Réponse: Faux Quelle que soit l étape de la maladie dans laquelle ils se trouvent, les patients comme leurs proches aidants ont constamment de la difficulté à faire appel à du soutien. Que ce soit par manque de temps, culpabilité ou toute autre raison personnelle. Il est important de répéter les informations au fur et à mesure de la trajectoire de soins et lors des suivis. 31

32 Post-test : Question 2 Les cliniciens du GMF ont une forte influence sur les patients et leurs proches dans la prise de décision sur la vie quotidienne des patients (quels services solliciter, quand demander de l aide ). Réponse : Vrai Vous bénéficiez d un important pouvoir d influence et d un capital de crédibilité indéniable ; vous pouvez jouer un grand rôle sur les facteurs de protection de la personne atteinte comme de son proche aidant, même pour les questions qui ne sont pas d ordre médical. 32

33 Post-test : Question 3 Il faut passer par le CLSC pour participer à des groupes de soutien ou pour obtenir des services de répit. Réponse : Vrai et Faux Les ressources disponibles, tout comme le parcours à suivre pour les obtenir, sont très différents selon votre région et l offre de services locale. Pour obtenir la bonne information, le plus rapide est de faire appel au Service Info-aidant : LAPPUI ( ). 33

34 TRONC COMMUN DE FORMATION PROVINCIALE Pour plus d informations sur les différentes présentations disponibles dans le cadre du tronc commun de formation provinciale pour la maladie Alzheimer/maladies apparentées et pour toutes autres documentations liées aux projets d implantation ciblée en GMF, visitez le site du MSSS : 34

Implanter le soutien aux études pour les personnes vivant avec un trouble mental

Implanter le soutien aux études pour les personnes vivant avec un trouble mental XVI e Colloque de l AQRP Rétablissement et pleine citoyenneté : du discours à l action Implanter le soutien aux études pour les personnes vivant avec un trouble mental Bernard Deschênes Agence de la santé

Plus en détail

QUAND DOIT-ON ÉVALUER L APTITUDE À CONDUIRE CHEZ LE PATIENT DÉMENT?

QUAND DOIT-ON ÉVALUER L APTITUDE À CONDUIRE CHEZ LE PATIENT DÉMENT? QUAND DOIT-ON ÉVALUER L APTITUDE À CONDUIRE CHEZ LE PATIENT DÉMENT? RÉDIGÉ PAR Dre Elisabeth Azuelos Médecin de famille en gériatrie CISSS Laval Juillet 2015 OBJECTIFS Suite à cette activité le participant

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

L accompagnement dans les maladies rares

L accompagnement dans les maladies rares L accompagnement dans les maladies rares Marie-Pierre BICHET Vice présidente de l Alliance Maladies Rares Poitiers 3 mars 2016 L accompagnement dans les maladies rares Vivre avec une maladie rare c est

Plus en détail

ÊTRE PROCHE AIDANT DU DOMICILE AU CENTRE D HÉBERGEMENT: DES BESOINS ÉVOLUTIFS TOUT AU LONG DU PARCOURS

ÊTRE PROCHE AIDANT DU DOMICILE AU CENTRE D HÉBERGEMENT: DES BESOINS ÉVOLUTIFS TOUT AU LONG DU PARCOURS ÊTRE PROCHE AIDANT DU DOMICILE AU CENTRE D HÉBERGEMENT: DES BESOINS ÉVOLUTIFS TOUT AU LONG DU PARCOURS Francine Ducharme, Ph. D. Véronique Dubé, Ph. D. Université de Montréal 16 avril 2015 L APPUI Estrie

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Plan de formation proposé

Plan de formation proposé Plan de formation proposé Objectifs de l intervention : Développer certaines compétences ciblées pour les participants afin de leur permettre d être mieux outillés dans leur gestion quotidienne. Contribuer

Plus en détail

Le développement des pratiques de soins et de services de première ligne Document synthèse

Le développement des pratiques de soins et de services de première ligne Document synthèse Le développement des pratiques de soins et de services de première ligne Document synthèse Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale, Centre affilié universitaire Novembre 2010 Ce document

Plus en détail

Les affaires électroniques au service de votre entreprise

Les affaires électroniques au service de votre entreprise Les affaires électroniques au service de votre entreprise En quoi consistent les affaires électroniques? Lorsqu on évoque la notion d affaires électroniques, on pense souvent aux sites Web, qu ils soient

Plus en détail

M Dury A Chemorin, Offres aux aidants familiaux :

M Dury A Chemorin, Offres aux aidants familiaux : Offres d accompagnement et de soutien destinées aux aidants familiaux : L expérience d une consultation mémoire de proximité M. DURY 1 A. CHEMORIN 2 S. DEBATTY 3 L. AUFRERE 4 M. E. FILIPE 5 P. MENECIER

Plus en détail

e soutien aux familles

e soutien aux familles Le soutien aux familles e soutien aux familles Le soutien aux familles a pour principal objectif de soutenir les familles dans leurs responsabilités en regard de leur enfant présentant une déficience intellectuelle.

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

MOT DE L APPUI OUTAOUAIS

MOT DE L APPUI OUTAOUAIS Région Outaouais WWW.LAPPUI.ORG INFO-AIDANT : 1 855 8 LAPPUI (852-7784) WWW.LAPPUIOUTAOUAIS.ORG SOMMAIRE À la une p. 2 Coups de cœur p. 3 Le programme PAVRE p. 4 Des intervenants qui vous tendent la main

Plus en détail

Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral

Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral Destiné aux associations de France métropolitaine, Drom et Com Date de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Il y

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

Sercovie Planification stratégique Janvier 2016 à décembre 2018

Sercovie Planification stratégique Janvier 2016 à décembre 2018 Sercovie Planification stratégique Janvier 2016 à décembre 2018 Vision : Être le lieu de rencontres, de loisirs et d activités physiques par excellence à Sherbrooke pour les personnes de 50 ans et plus,

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS Adapter le 2 février, 2015 Préambule Dans l esprit de l article 10 de la Chartre des droits et libertés de la personne

Plus en détail

La direction des services administratifs est responsable de la révision et de l appropriation de cette politique par le personnel et les équipes.

La direction des services administratifs est responsable de la révision et de l appropriation de cette politique par le personnel et les équipes. POLITIQUE N O : DSA-RH-219-13-11 Page 1 TITRE Politique cadre relative à la santé globale et au mieux-être au travail. Cette politique réfère aux processus organisationnels du CQA : nos 8 et 9 : Titre

Plus en détail

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité

Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes. Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour adultes Programme de contrôle de la qualité: Outil d auto-évaluation de la qualité Direction des services communautaires d apprentissage pour

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS

LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS Introduction Laurie MARINO LA PRATIQUE DU PSYCHOLOGUE A DOMICILE : une pratique récente Il y a peu de traces de celle-ci avant les années 70

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Le plan d intervention au service de la réussite de l élève Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Objectif de la présentation Présenter les orientations ministérielles qui sous-tendent

Plus en détail

L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques

L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques LA PLACE DE L EHPAD DANS LA FILIÈRE GÉRIATRIQUE L approche d un réseau de santé lors de l entrée en EHPAD: Cas cliniques Un réseau de santé, c est quoi Les circulaires 2007-88 du 8 mars 2077, 2007-17 du

Plus en détail

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 De l infirmier du travail à l infirmier spécialisé en santé au travail : reconnaître l infirmier comme

Plus en détail

Devis d intention de la MRC de Rivière-du-Loup 2011-2016

Devis d intention de la MRC de Rivière-du-Loup 2011-2016 Devis d intention de la MRC de Rivière-du-Loup 2011-2016 présenté à L APPUI BAS-SAINT-LAURENT par de la MRC de Rivière-du-Loup Mars 2013 VISION Les proches aidants d une personne aînée en perte d autonomie

Plus en détail

Intégration des services, gestion de cas, et M.A.I.A.

Intégration des services, gestion de cas, et M.A.I.A. L évolution programmée de l accompagnement des malades Alzheimer et de leurs familles: la Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades Alzheimer ( M.A.I.A. ) Stéphanie FACHE, Pilote local, Expérimentation

Plus en détail

GARANTIE JEUNES. AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes

GARANTIE JEUNES. AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes GARANTIE JEUNES Luxembourg le 21 mars 2014 AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes INTRODUCTION Les membres de l EGMJ approuvent fortement la conception d une garantie

Plus en détail

Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être

Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être Gestion de l invalidité : Gestion pour le mieux-être 75 % 20 % 12 semaines 1 an Plus longtemps un employé s absente du travail, moins il a de chances d y retourner. Après 12 semaines d absence, 75 % des

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Chapitre 2. Champ d activité

Chapitre 2. Champ d activité Chapitre 2 17 Un travail collectif 21 Travail collectif avec les élèves 21 Travail collectif avec les parents et les tuteurs 21 Travail collectif avec les collègues et les autres professionnels 22 Travail

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS La sécurité des personnes âgées Ce qu il faut savoir Vie saine, Aînés et Consommation Manitoba Secrétariat manitobain du mieux-être des personnes âgées et du vieillissement en

Plus en détail

LES FORMATIONS 2016. Médiateurs sociaux Encadrants d équipes Directions Élus, professionnels de l action sociale

LES FORMATIONS 2016. Médiateurs sociaux Encadrants d équipes Directions Élus, professionnels de l action sociale PROFESSIONNALISER LES ACTEURS DE LA MÉDIATION SOCIALE LES FORMATIONS 2016 Médiateurs sociaux Encadrants d équipes Directions Élus, professionnels de l action sociale w w w. f r a n c e m e d i a t i o

Plus en détail

La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces

La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces Synthèse des besoins et recommandations Dans le document «La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces»,

Plus en détail

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Les renseignements contenus dans le présent document sont fournis uniquement à titre d information. Bien que le gouvernement du Manitoba

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN

POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN POLITIQUE-CADRE SUR LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES DU COLLÈGE GÉRALD-GODIN Adoptée par le Conseil d administration Le 28 avril 1998 (résolution no 0099) et modifiée par le Conseil d administration

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

Introduction au soutien sociocommunautaire

Introduction au soutien sociocommunautaire Introduction au soutien sociocommunautaire Durée estimée : 10 minutes Ce projet a été réalisé grâce à l appui financier de la Société d habitation du Québec Les problématiques multiples des résidents en

Plus en détail

MADA. Municipalité Amie Des Aînés De Tadoussac

MADA. Municipalité Amie Des Aînés De Tadoussac MADA Municipalité Amie Des Aînés De Tadoussac MADA 2013 Introduction Suite au succès et à l importance d une politique familiale, la municipalité de Tadoussac désire maintenant améliorer la qualité de

Plus en détail

Votre lien direct à la santé et au mieux-être

Votre lien direct à la santé et au mieux-être Votre lien direct à la santé et au mieux-être Une aide immédiate et confidentielle, quelle que soit la difficulté PROGRAMME D AIDE AUX EMPLOYÉS Vous ou un membre de la famille êtes aux prises avec un problème

Plus en détail

1. Éditorial. Décembre 2011 Volume 4 no. 1

1. Éditorial. Décembre 2011 Volume 4 no. 1 Les aînés regroupés de Charlesbourg 7260, boulevard Cloutier, Québec, G1H 3E8 http://www.caabcharlesbourg.org/arc arc@caabcharlesbourg.org Décembre 2011 Volume 4 no. 1 1. Éditorial Gérald Lavoie Président

Plus en détail

LE SERVICE DE TRANSITION SRÉ 2013-2014 INSTRUIRE SOCIALISER QUALIFIER

LE SERVICE DE TRANSITION SRÉ 2013-2014 INSTRUIRE SOCIALISER QUALIFIER LE SERVICE DE TRANSITION SRÉ 2013-2014 INSTRUIRE SOCIALISER QUALIFIER Août 2013 LE SERVICE DE TRANSITION 2013-2014 MANDAT : Le mandat du Service de transition est d aider l élève à réussir sur les plans

Plus en détail

André Caron Conseiller pédagogique

André Caron Conseiller pédagogique Par André Caron Conseiller pédagogique Le chemin de l école 3 La Commission scolaire de la Baie-James 3 Les services éducatifs 3 Mécanismes d accès 3 Inscription 3 Classement de l enfant : Adaptation scolaire

Plus en détail

Guide administratif «Vers une Transition secondaire-cégep réussie»

Guide administratif «Vers une Transition secondaire-cégep réussie» Guide administratif «Vers une Transition secondaire-cégep réussie» CÉGEP de Sherbrooke Produit en collaboration par Jeannine Gouin et le Projet PRÉE OCTOBRE 2012 «À l intention de nos partenaires des écoles

Plus en détail

Avis professionnel. sur l émission du diagnostic du trouble du spectre de l autisme (TSA) Février 2014

Avis professionnel. sur l émission du diagnostic du trouble du spectre de l autisme (TSA) Février 2014 Avis professionnel sur l émission du diagnostic du trouble du spectre de l autisme (TSA) Février 2014 Par Myriam Rousseau, Ph. D. Conseillère en gestion de programmes Chercheuse membre régulière de l Institut

Plus en détail

Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner

Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner Nous vous proposons de préparer votre prochain entretien avec votre conseiller en répondant aux différentes questions posées dans ce document. Cette réflexion

Plus en détail

Vous, ou l un de vos proches, êtes atteint d une maladie grave.

Vous, ou l un de vos proches, êtes atteint d une maladie grave. CARTOGRAPHIE DES STRUCTURES EN SOINS PALLIATIFS DE LA REGION CENTRE DREUX CHARTRES LA LOUPE 28 45 MONTARGIS ORLEANS SULLY/LOIRE VENDÔME BLOIS TOURS LUYNES 41 CHINON VIERZON 37 BOURGES LIVRET D INFORMATIONS

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Rapport d étape final 2 e édition du projet de coopération internationale Destination Honduras

Rapport d étape final 2 e édition du projet de coopération internationale Destination Honduras Rapport d étape final 2 e édition du projet de coopération internationale Destination Honduras Présenté à Mer et Monde Octobre 2013 Préparé par Marie-Ange Niwemugeni et Caroline Desgagnés SOMMAIRE Ce rapport

Plus en détail

LES DÉPLACEMENTS ACTIFS ET SÉCURITAIRES. Offre de service Région de la Capitale-Nationale

LES DÉPLACEMENTS ACTIFS ET SÉCURITAIRES. Offre de service Région de la Capitale-Nationale LES DÉPLACEMENTS ACTIFS ET SÉCURITAIRES Offre de service Région de la Capitale-Nationale Septembre 2015 Sylvie Bernier, ambassadrice des saines habitudes de vie de Québec en Forme et présidente de la Table

Plus en détail

POINTE-AUX-TREMBLES ET MONTRÉAL-EST

POINTE-AUX-TREMBLES ET MONTRÉAL-EST Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier POINTE-AUX-TREMBLES ET MONTRÉAL-EST Édition 2002/2003 Des ressources à deux pas de chez vous La Régie régionale de la santé et des services

Plus en détail

ÉVOLUER ENSEMBLE POUR ALLER PLUS LOIN 22 OCTOBRE 2013 RENDEZ-VOUS DE LA RÉADAPTATION

ÉVOLUER ENSEMBLE POUR ALLER PLUS LOIN 22 OCTOBRE 2013 RENDEZ-VOUS DE LA RÉADAPTATION 22 OCTOBRE 2013 RENDEZ-VOUS DE LA RÉADAPTATION ÉVOLUER ENSEMBLE POUR ALLER PLUS LOIN Vincent Dumez Directeur du Bureau facultaire de l expertise patient partenaire de l Université de Montréal Michel Themens,

Plus en détail

TROUBLE DE DÉFICIT DE L ATTENTION/HYPERACTIVITÉ. Agir ensemble pour mieux SOUTENIR. les jeunes. Plan d action

TROUBLE DE DÉFICIT DE L ATTENTION/HYPERACTIVITÉ. Agir ensemble pour mieux SOUTENIR. les jeunes. Plan d action TROUBLE DE DÉFICIT DE L ATTENTION/HYPERACTIVITÉ Agir ensemble pour mieux SOUTENIR les jeunes Plan d action ensemble agir jeunes ensemble Agir ensemble pour mieux SOUTENIR les jeunes Table des matières

Plus en détail

Personnes avec un problème de toxicomanie et de santé mentale

Personnes avec un problème de toxicomanie et de santé mentale Intervention de réadaptationr Personnes avec un problème de toxicomanie et de santé mentale Équipe d appariement d toxico/santé mentale Le plan d action d ministériel en dépendanced Le cheminement d un

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

Mobiliser son CA pour maximiser son apport : les déterminants de la participation. Québec, 14 octobre 2014

Mobiliser son CA pour maximiser son apport : les déterminants de la participation. Québec, 14 octobre 2014 Mobiliser son CA pour maximiser son apport : les déterminants de la participation Québec, 14 octobre 2014 Objectifs et déroulement Objectifs : Réfléchir sur ses pratiques et diagnostiquer le niveau d engagement

Plus en détail

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Gard développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Le L accueil du jeune enfant en situation de handicap la Charte www.mon-enfant.fr www.caf.fr Un partenariat essentiel Selon les

Plus en détail

CADRE DE TRAVAIL POUR LA GESTION DES PROBLÈMES D EXERCICE DE LA PROFESSION ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU NOUVEAU-BRUNSWICK

CADRE DE TRAVAIL POUR LA GESTION DES PROBLÈMES D EXERCICE DE LA PROFESSION ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU NOUVEAU-BRUNSWICK CADRE DE TRAVAIL POUR LA GESTION DES PROBLÈMES D EXERCICE DE LA PROFESSION ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU NOUVEAU-BRUNSWICK NOTRE MANDAT L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick

Plus en détail

Le Pôle départemental de médecine du sport. de l Essonne (PDMS)

Le Pôle départemental de médecine du sport. de l Essonne (PDMS) Pôle Départemental de Médecine du Sport Conception : ClinicProSport / Design : kreo / Crédits photos : Alexis Harnichard, Lionel Antoni Le Pôle départemental de médecine du sport de l Essonne (PDMS) Pôle

Plus en détail

Un commentaire de texte (subjectif?)

Un commentaire de texte (subjectif?) Un commentaire de texte (subjectif?) Par Virginie MATTIO Psychologue spécialiste des troubles cognitifs Présidente de l APOC (Association de Psychologues à Orientation Cognitive) a demande de Nicolas SARKOSY

Plus en détail

1. Objectifs des Assises de l ErE DD. Présentation des suites des Assises Joëlle van den Berg - journée Coren le 18/10/11

1. Objectifs des Assises de l ErE DD. Présentation des suites des Assises Joëlle van den Berg - journée Coren le 18/10/11 1. Objectifs des Assises de l ErE DD Présentation des suites des Assises Joëlle van den Berg - journée Coren le 18/10/11 Objectifs des Assises de l ErE DD - mieux soutenir les enseignants qui s engagent

Plus en détail

Planification pour une meilleure transition

Planification pour une meilleure transition Ministère des Services sociaux et communautaires Ministère des Services à l enfance et à la jeunesse Planification pour une meilleure transition Cadre de planification pour les jeunes ayant une déficience

Plus en détail

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE

RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE RAPPORT DE VISITE D'ÉVALUATION DE LA QUALITÉ DU MILIEU DE VIE CENTRE D'HÉBERGEMENT ET DE SOINS DE LONGUE DURÉE (CHSLD) Région : Outaouais Établissement : Centre de santé et de services sociaux de Gatineau

Plus en détail

Programme de gestion des médicaments de spécialité

Programme de gestion des médicaments de spécialité Programme de gestion des médicaments de spécialité SYNONYME D ÉCONOMIES ET DE SANTÉ Votre régime d assurance soins médicaux vise à vous procurer une protection financière, à vous et aux membres de votre

Plus en détail

LA LUTTE À LA VIOLENCE FAITE AUX PERSONNES ÂGÉES : DROITS ET RESPONSABILITÉS

LA LUTTE À LA VIOLENCE FAITE AUX PERSONNES ÂGÉES : DROITS ET RESPONSABILITÉS Cat. 2.600.214 LA LUTTE À LA VIOLENCE FAITE AUX PERSONNES ÂGÉES : DROITS ET RESPONSABILITÉS M e Roger Lefebvre, vice-président M e Claire Bernard, conseillère juridique Allocution présentée, le 14 avril

Plus en détail

Avec Cap emploi, donnez-vous toutes les chances d accéder à un emploi

Avec Cap emploi, donnez-vous toutes les chances d accéder à un emploi Personnes handicapées Avec Cap emploi, donnez-vous toutes les chances d accéder à un emploi Cap emploi Les ressources handicaps www.capemploi.com changer évoluer s adapter pour réussir 3 Vous vous interrogez

Plus en détail

Sous la petite balle rouge bouillonnent des envies, des idées, un projet

Sous la petite balle rouge bouillonnent des envies, des idées, un projet Sous la petite balle rouge bouillonnent des envies, des idées, un projet L asbl Animagique est née en 2003. Cette association dynamique est issue de l Ecole des Cadres de Wallonie, anciennement Ecole des

Plus en détail

Question 2 Comment faire l intégration des nouveaux bénévoles par les anciens?

Question 2 Comment faire l intégration des nouveaux bénévoles par les anciens? RETOUR DES ATELIERS SECTORIELS SYNTHÈSE DES PROPOS TENUS EN ATELIER PAR SECTEUR ANIMATEUR : MARC-ANDRÉ LAVIGNE, PH.D. CODIRECTEUR DE L OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS DU LOISIR PROFESSEUR AU DÉPARTEMENT D ÉTUDES

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e INSTITUT DE FORMATION DE L ÉDUCATION NATIONALE

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e INSTITUT DE FORMATION DE L ÉDUCATION NATIONALE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3909 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 166 110 28 22 août mai 2009 2015 S o m m a i r e INSTITUT DE

Plus en détail

Guide d appel de projets :

Guide d appel de projets : Guide d appel de projets : activités ou évènements ponctuels pour les proches aidants de personnes aînées atteintes de la maladie d Alzheimer ou maladies apparentées dans le cadre du mois de la sensibilisation

Plus en détail

Implanter le soutien aux études pour les personnes vivant avec un trouble mental

Implanter le soutien aux études pour les personnes vivant avec un trouble mental XVI e Colloque de l AQRP Rétablissement et pleine citoyenneté : du discours à l action Implanter le soutien aux études pour les personnes vivant avec un trouble mental Bernard Deschênes Agence de la santé

Plus en détail

Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier. Édition MERCIER-EST ET ANJOU 2002/2003

Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier. Édition MERCIER-EST ET ANJOU 2002/2003 Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier MERCIER-EST ET ANJOU Édition 2002/2003 Des ressources à deux pas de chez vous La Régie régionale de la santé et des services sociaux a pour

Plus en détail

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 MISE À JOUR DE L ENQUÊTE À L ÉTABLISSEMENT KENT (mars 2014) La gestion des ressources

Plus en détail

Le suivi psychosocial en soins palliatifs

Le suivi psychosocial en soins palliatifs Le suivi psychosocial en soins palliatifs un besoin du client et de ses proches Par Johanne Audet, travailleuse sociale Centre de santé et de services sociaux de Québec-Nord (Secteur Orléans) Congrès RSP,

Plus en détail

COMPTE RENDU DE CONFERENCE

COMPTE RENDU DE CONFERENCE COMPTE RENDU DE CONFERENCE Maîtrise des effectifs et développement des clubs. Quels enjeux et stratégies motivationnelles? Présentation de Julie Doron et du cadre de son intervention. Elle a la volonté

Plus en détail

SOMMAIRES. PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules. Programme d accueil et d intégration intervenant

SOMMAIRES. PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules. Programme d accueil et d intégration intervenant SOMMAIRES PROGRAMME DE FORMATION CHARLIE Sommaires des modules Programme d accueil et d intégration intervenant NOTE AUX LECTEURS Le présent document constitue une version préliminaire et partielle des

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

Service national du RÉCIT en adaptation scolaire Offre de services pour l année 2015-2016

Service national du RÉCIT en adaptation scolaire Offre de services pour l année 2015-2016 Service national du RÉCIT en adaptation scolaire Offre de services pour l année 2015-2016 Le Service national du RÉCIT en adaptation scolaire présente son offre de services pour l année scolaire 2015-2016.

Plus en détail

COMMENTLES CASCPRODIGUENT

COMMENTLES CASCPRODIGUENT COMMENTLES CASCPRODIGUENT DESSOI NS: Mi seàj oursurl amél i oraon del aqual i tépourl espaents Comment les CASC prodiguent des soins : Mise à jour sur l amélioration de la qualité pour les patients Mise

Plus en détail

L ILLETTRISME EN MOTS ET EN CHIFFRES

L ILLETTRISME EN MOTS ET EN CHIFFRES DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT DES JEUNES DE 16 A 25 ANS EN SITUATION D ILLETTRISME L ILLETTRISME EN MOTS ET EN CHIFFRES Situation de personnes de plus de 16 ans ayant été scolarisées en France au moins 5

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier. Édition AHUNTSIC 2002/2003

Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier. Édition AHUNTSIC 2002/2003 Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier AHUNTSIC Édition 2002/2003 Des ressources à deux pas de chez vous La Régie régionale de la santé et des services sociaux a pour mission de

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT ET DE DÉPLOIEMENT DE L OUTIL

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT ET DE DÉPLOIEMENT DE L OUTIL GUIDE D ACCOMPAGNEMENT ET DE DÉPLOIEMENT DE L OUTIL GUIDE DE SOUTIEN À LA DÉCISION CLINIQUE EN SANTÉ MENTALE ADULTE L OUTIL ALLIANCE alliancesantementale.org À QUI S ADRESSE CE GUIDE ET POURQUOI UN GUIDE

Plus en détail

Nous sommes parmi vous, pour vous

Nous sommes parmi vous, pour vous Droits des usagers Nous sommes parmi vous, pour vous Tél. : 514 890-8191 Téléc. : 514 412-7070 www.cuchum.ca info@cuchum.ca Table des matières Droit à l information... 3 Droit aux services..........................................................

Plus en détail

DISPOSITIFS DE FORMATION

DISPOSITIFS DE FORMATION DISPOSITIFS DE FORMATION Accompagner les personnes atteintes de démence en EMS Sensibilisation aux soins palliatifs Formation des personnes-ressources en ergomotricité Prévention des chutes et maintien

Plus en détail

CONSEIL SUR LA PRATIQUE

CONSEIL SUR LA PRATIQUE CONSEIL SUR LA PRATIQUE TRAVAILLER EFFICACEMENT AVEC LES MANDATAIRES SPÉCIAUX: LOI ET CONSENTEMENT DATE: 2012 Par Alexandra Carling-Rowland, Ph.D., Inscr. OAOO Directrice de pratique professionnelle et

Plus en détail

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE)

Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) POUR L AVANCEMENT ET L INNOVATION EN ENSEIGNEMENT Programme de Chaires de leadership en enseignement (CLE) Information générale et processus de mise en candidature Miser sur l innovation en formation pour

Plus en détail

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES I. LES CENTRES MEDICO- PSYCHOLOGIQUES (CMP) CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES Ces centres ont été créés avec trois objectifs fondamentaux pour la psychiatrie communautaire : Promotion

Plus en détail

Une école prête à accueillir des enfants de 4 ans

Une école prête à accueillir des enfants de 4 ans Une école prête à accueillir des enfants de 4 ans à plein temps, en milieu défavorisé. 2013 Nathalie Guimont, consultante en éducation Introduction Comment bien se préparer à accueillir, à l école maternelle,

Plus en détail

Services Éducatifs Présentation du programme L éducation est l arme la plus puissante que vous pouvez utiliser pour changer le monde.

Services Éducatifs Présentation du programme L éducation est l arme la plus puissante que vous pouvez utiliser pour changer le monde. Services Éducatifs Présentation du programme L éducation est l arme la plus puissante que vous pouvez utiliser pour changer le monde. -Nelson Mandela Société Alzheimer de Montréal Mission Depuis 1981,

Plus en détail

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1

Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 Ordre des enseignantes et des enseignants de l Ontario Cadre de conception et d élaboration de cours CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1 CADRE DE CONCEPTION ET D ÉLABORATION DE COURS 1. Limites

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT

GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT Au service de la réussite de chacun 200, boulevard Maloney Est, Gatineau, Québec J8P 1K3 Téléphone 819

Plus en détail

SECTEUR DU CLSC PIERREFONDS

SECTEUR DU CLSC PIERREFONDS Guide de la santé et des services sociaux dans votre quartier SECTEUR DU CLSC PIERREFONDS Édition 2002/2003 Des ressources à deux pas de chez vous La Régie régionale de la santé et des services sociaux

Plus en détail

CHARTE DU BÉNÉVOLAT. «Les exclus» de René LENOIR

CHARTE DU BÉNÉVOLAT. «Les exclus» de René LENOIR CHARTE DU BÉNÉVOLAT «Que chacun, dans son lieu de vie et de travail, participe à cette lutte pour l intégration de tous dans une société de solidarité et de fraternité». «Les exclus» de René LENOIR Les

Plus en détail

EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE

EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE Modèles et Orientations? Mireille Saint Etienne Valenciennes novembre 2014 Genèse Emergence de la clinique USA/Canada 1943 : Francis REITER, lance l idée aux

Plus en détail

Comment réduire votre stress en cinq étapes

Comment réduire votre stress en cinq étapes CHAIRE DESJARDINS EN SOINS INFIRMIERS À LA PERSONNE ÂGÉE ET À LA FAMILLE www.chairedesjardins.umontreal.ca Proches-aidants de personnes âgées à domicile Comment réduire votre stress en cinq étapes Avec

Plus en détail

FORMATION DES MANAGERS A LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

FORMATION DES MANAGERS A LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX FORMATION DES MANAGERS A LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Approche Globale des Risques Psychosociaux L implantation et la conduite d une démarche efficace de prévention des risques psychosociaux

Plus en détail

Coordonnées postale, téléphonique et courriel

Coordonnées postale, téléphonique et courriel Coordonnées postale, téléphonique et courriel Allée des tabacs 47200 MARMANDE Téléphone : 05.53.79.12.87 - Télécopie : 05.53.79.00.17. Courriel : contact@adesformations.fr Site : www.adesformations.fr

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail