Procédure d audition Profils de compétence Soins infirmiers Questions sur le profil de compétence Conseil en diabétologie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Procédure d audition Profils de compétence Soins infirmiers Questions sur le profil de compétence Conseil en diabétologie"

Transcription

1 Procédure d audition Profils de compétence Soins infirmiers Questions sur le profil de compétence Conseil en diabétologie A Questions sur le contexte situationnel des personnes interrogées par rapport à la spécialité Question 1 Dans votre travail quotidien, existe-t-il une collaboration directe avec des infirmières cliniciennes conseil en diabétologie 1? Question 2 Si oui, quel rapport existe-t-il entre vos activités et celles des infirmières cliniciennes conseil en diabétologie? Question 3 S'il n'existe pas de collaboration directe avec des infirmières cliniciennes conseil en diabétologie, dans quel contexte situationnel et dans quelle fonction prenez-vous position? Comme membre de l'odasanté et membre du groupe de pilotage du projet (Curaviva Suisse) Le conseil en diabétologie comme partenaire possible dans le réseau/lieu d'intervention dans les institutions de longue durée et intervention sur mandat, ou collaboration entre les institutions et le conseil en diabétologie. B Questions sur les besoins et sur le profil de compétence Question 4 La description du champ d'activité Conseil en diabétologie selon la position 3 de la prise de position afférente correspond-elle à la réalité de la profession, et une qualification Conseil en diabétologie est-elle nécessaire dans ce champ d'activité? La description du champ d'activité est complète. Le besoin n'est pas encore 1 La dénomination «infirmières cliniciennes conseil en diabétologie» est valable pour les deux sexes. 1

2 prévisible. Dans les dernières années, selon les renseignements obtenus, quelques 15 à 20 infirmières ont acquis le diplôme postgrade niveau I d'experte en diabétologie chaque 1 1/2 an. A côté des CAS et DAS qui sont et arrivent sur le marché de la formation, on verra dans le futur combien de personnes s' intéresseront à ce profil de compétence. On ne doit pas compter sur une augmentation conséquente dans cette voie de formation. Pour les soins de longue durée, nous pouvons nous représenter un travail étroit de collaboration avec des services de conseil en diabétologie sous forme de mandats externes ou/et sous forme d'un bureau spécialisé. Question 5 Si oui, le profil de compétence Conseil en diabétologie décrit dans l annexe 2 correspond-il aux besoins?, il est conforme Question 6 Si non, quelles compétences manquent / sont superflues? (Veuillez limiter vos réponses aux points essentiels) Question 7 A votre avis, une réglementation unifiée de la qualification Conseil en diabétologie à l échelon suisse est-elle souhaitable et nécessaire? Une règlementation unifiée (diplôme fédéral - EPS) pour un tel profil a du sens au niveau qualitatif, le besoin (nombre de personnes diplômées) reste à estimer (voir réponse à la question4). Pour le domaine des soins de longue durée, un brevet ou des cursus de formation spécialisée ou continue seraient concevables. Le personnel qualifié avec un EPS de conseil en diabétologie ne pourrait être engagé qu'à temps très partiel dans les institutions et homes pour personnes âgées au vu des compétences développées (voir réponse à la question 4). 2

3 C Questions sur le positionnement Question 8 Etes-vous d'accord avec le positionnement de la qualification Conseil en diabétologie formulé à la position 1 et à l'annexe 1 de la prise de position afférente?, aucune remarque Question 9 A votre avis, un modèle à deux niveaux est-il nécessaire pour la qualification Conseil en diabétologie, avec un diplôme de niveau examen professionnel en plus d un diplôme de niveau examen professionnel supérieur?, voir réponse à la question 7. Le besoin serait plus élevé pour un brevet de spécialiste en diabétologie dans les soins de longue durée. Environ 20% des résidents ont un diagnostic de diabète. Pour les savoirs d'expertise d'une professsionnelle du niveau EPS, le champ professionnel est clairement trop restreint dans une institution de soins de longue durée (à l'exception d'association de plusieurs homes ou de mandats externes), de nombreuses compétences ne peuvent être utilisées au quotidien. Question 10 Approuvez-vous les conditions d'admission à la qualification Conseil en diabétologie formulées à la position 2 de la prise de position afférente? 3

4 Question 11 Approuvez-vous l'offre de prestations de la qualification Conseil en diabétologie formulée à la position 4 de la prise de position afférente?, pas de complément Question 12 Le positionnement de l infirmière clinicienne conseil en diabétologie dans l environnement selon la position 6 de la prise de position afférente, et les interfaces qu il implique correspondent-ils à la réalité de la profession?. En plus des aspects interdisciplinaires est à ajouter l'interprofessionnalité Dans la liste des professions, ne pas utiliser uniquement la forme masculine, introduire les descriptifs métiers adéquats. A ajouter/corriger: services médicaux généralistes et spécialisés, conseil en alimentation, podologues médical et médicale, spécialiste en technique orthopédique et prothèses, spécialiste en travail social et éducation sociale, etc D Questions spécifiques, propres aux approfondissements Question 13 Voyez-vous des recoupements ou des synergies non exploitées avec d'autres formations consécutives, comportant des fonctions de conseil, dans le champ professionnel des soins infirmiers? Décrivez ces éventuels recoupements et synergies. (Veuillez limiter vos descriptions aux points essentiels) dans le domaine des recoupements Dans le rôle propre, dans les compétences transverses d'approfondissement, l'argumentation, les capacités de communication, l'enseignement et pardessus tout le conseil jouent un rôle très important dans de nombreux aspects décrits de la compétence spécialisée. Dans les compétences d'approfondissement spécialisées, le conseil est couplé à la compétence spécialisée. C'est juste et important, absolument en lien avec la pratique dans tous les 4

5 profils de ce ce niveau de compétences. Nous nous demandons en quoi un profil de conseil en soins infirmiers sans domaine d'expertise aurait du sens? Besoin de la pratique? ce rôle est assumé en principe par les expertes en soins. 5

6 Procédure d audition Profils de compétence Soins infirmiers Questions sur le profil de compétence Infirmières puéricultrices A Questions sur le contexte situationnel des personnes interrogées par rapport à la spécialité Question 1 Dans votre travail quotidien, existe-t-il une collaboration directe avec des infirmières puéricultrices? non Question 2 Si oui, quel rapport existe-t-il entre vos activités et celles des infirmières puéricultrices? Question 3 S'il n'existe pas de collaboration directe avec des infirmières puéricultrices, dans quel contexte situationnel et dans quelle fonction prenez-vous position? Comme membre de l'odasanté et membre du groupe de pilotage du projet (Curaviva Suisse). Le profil professionnel concerne Curaviva Suisse dans le domaine spécialisé enfants et jeunes avec besoins spécifiques (crèches et institutions pour enfants, école supérieure d'éducateur/éducatrice de la petite enfance hfk Zoug). B Questions sur les besoins et sur le profil de compétence Question 4 La description du champ d'activité des infirmières puéricultrices selon la position 3 de la prise de position afférente correspond-elle à la réalité de la profession, et une qualification Infirmières puéricultrices est-elle nécessaire dans ce champ d'activité? oui, un diplôme au niveau EPS pour les infirmières puéricultrices semble avoir du sens et être nécessaire. 1

7 Question 5 Si oui, le profil de compétence Infirmières puéricultrices décrit dans l annexe 2 correspond-il aux besoins?, nous partons du principe que l'ensemble des compétences décrites est complet et correct au niveau de la spécialisation. Question 6 Si non, quelles compétences manquent / sont superflues? (Veuillez limiter vos réponses aux points essentiels) Question 7 A votre avis, une réglementation unifiée de la qualification Infirmières puéricultrices à l échelon suisse est-elle souhaitable et nécessaire?, une réglementation unifiée (EPS nationale) est sensée. C Questions sur le positionnement Question 8 Etes-vous d'accord avec le positionnement de la qualification Infirmières puéricultrices formulé à la position 1 et à l'annexe 1 de la prise de position afférente? 2

8 Question 9 A votre avis, un modèle à deux niveaux est-il nécessaire pour les infirmières puéricultrices, avec un diplôme de niveau examen professionnel en plus d un diplôme de niveau examen professionnel supérieur? Nous ne voyons pas ici de besoin pour un modèle à deux niveaux, mais seulement pour un EPS Question 10 Approuvez-vous les conditions d'admission à la qualification Infirmières puéricultrices formulées à la position 2 de la prise de position afférente?, nous supposons que la liste établie des conditions d'admission pour la qualification est complète. Question 11 Approuvez-vous l'offre de prestations de la qualification Infirmières puéricultrices formulée à la position 4 de la prise de position afférente?, mais nous n'avons pas la compétence de faire des remarques spécifiques. Question 12 Le positionnement des infirmières puéricultrices dans l environnement selon la position 6 de la prise de position afférente, et les interfaces qu il implique correspondent-ils à la réalité de la profession?, mais nous n'avons pas la compétence pour faire des remarques spécifiques. 3

9 D Questions spécifiques, propres aux approfondissements Question 13 Voyez-vous des recoupements ou des synergies non exploitées avec d'autres formations consécutives, comportant des fonctions de conseil, dans le champ professionnel des soins infirmiers, notamment dans la promotion de la santé et la prévention? Décrivez ces éventuels recoupements et synergies. (Veuillez limiter vos descriptions aux points essentiels) des recoupements Dans le rôle propre, dans les compétences transverses d'approfondissement, l'argumentation, les capacités de communication, l'enseignement et pardessus tout le conseil jouent un rôle très important dans de nombreux aspects décrits de la compétence spécialisée. Dans les compétences d'approfondissement spécialisées, le conseil est couplé à la compétence spécialisée. C'est juste et important, absolument en lien avec la pratique dans tous les profils de ce ce niveau de compétences. Nous nous demandons en quoi un profil de conseil en soins infirmiers sans domaine d'expertise aurait du sens? Besoin de la pratique? ce rôle est assumé en principe par les expertes en soins. 4

10 Procédure d audition Profils de compétence Soins infirmiers Questions sur le profil de compétence Soins en néphrologie A Questions sur le contexte situationnel des personnes interrogées par rapport à la spécialité Question 1 Dans votre travail quotidien, existe-t-il une collaboration directe avec des infirmières spécialisées en néphrologie? Question 2 Si oui, quel rapport existe-t-il entre vos activités et celles des infirmières spécialisées en néphrologie? Question 3 S'il n'existe pas de collaboration directe avec des infirmières spécialisées en néphrologie, dans quel contexte situationnel et dans quelle fonction prenezvous position? Comme membre de l'odasanté et membre du groupe de pilotage du projet (Curaviva Suisse). B Questions sur les besoins et sur le profil de compétence Question 4 La description du champ d'activité Soins en néphrologie selon la position 3 de la prise de position afférente correspond-elle à la réalité de la profession, et une qualification Soins en néphrologie est-elle nécessaire dans ce champ d'activité? un diplôme au niveau EPS semble porté sens. Nous ne pouvons pas juger de la correspondance avec la réalité professionnelle, nous faisons confiance au groupe de spécialistes 1

11 Question 5 Si oui, le profil de compétence Soins en néphrologie décrit dans l annexe 2 correspond-il aux besoins?, nous partons du principe que l'ensemble des compétences décrites est complet et correct au niveau de la spécialisation. Nous ne pouvons pas estimer le besoin, les spécialistes en néphrologie le connaissent, ainsi que le niveau nécessaire pour le profil de compétence. Question 6 Si non, quelles compétences manquent / sont superflues? (Veuillez limiter vos réponses aux points essentiels) Question 7 A votre avis, une réglementation unifiée de la qualification Soins en néphrologie à l échelon suisse est-elle souhaitable et nécessaire? C Questions sur le positionnement Question 8 Etes-vous d'accord avec le positionnement de la qualification Soins en néphrologie formulé à la position 1 et à l'annexe 1 de la prise de position afférente? 2

12 Question 9 A votre avis, un modèle à deux niveaux est-il nécessaire pour les infirmières spécialisées en néphrologie, avec un diplôme de niveau examen professionnel en plus d un diplôme de niveau examen professionnel supérieur? Cette question revient aux spécialistes en néphrologie, qui sont compétents pour répondre si un brevet serait sensé. Le plus souvent ce sont des infirmiers et infirmières diplômés sans formation complémentaires qui travaillent en néphrologie dans les services de dialyse. Question 10 Approuvez-vous les conditions d'admission à la qualification Soins en néphrologie formulées à la position 2 de la prise de position afférente?, nous supposons que la liste établie des conditions d'admission pour la qualification est complète. Question 11 Approuvez-vous l'offre de prestations de la qualification Soins en néphrologie formulée à la position 4 de la prise de position afférente?, mais nous n'avons pas la compétence de faire des remarques spécifiques. Question 12 Le positionnement des infirmières spécialisées en néphrologie dans l environnement selon la position 6 de la prise de position afférente, et les interfaces qu il implique correspondent-ils à la réalité de la profession?, mais nous n'avons pas la compétence de faire des remarques spéci- 3

13 fiques. 4

14 Procédure d audition Profils de compétence Soins infirmiers Questions sur le profil de compétence Soins en oncologie A Questions sur le contexte situationnel des personnes interrogées par rapport à la spécialité Question 1 Dans votre travail quotidien, existe-t-il une collaboration directe avec des infirmières spécialisées en soins oncologiques? Question 2 Si oui, quel rapport existe-t-il entre vos activités et celles des infirmières spécialisées en soins oncologiques? Question 3 S'il n'existe pas de collaboration directe avec des des infirmières spécialisées en soins oncologiques, dans quel contexte situationnel et dans quelle fonction prenez-vous position? Comme membre de l'odasanté et du groupe de pilotage du projet (Curaviva Suisse). B Questions sur les besoins et sur le profil de compétence Question 4 La description du champ d'activité Soins en oncologie selon la position 3 de la prise de position afférente correspond-elle à la réalité de la profession, et une qualification Soins en oncologie est-elle nécessaire dans ce champ d'activité? un diplôme au niveau EPS semble avoir du sens ett être nécessaire. Autres obser- 1

15 vations Question 5 Si oui, le profil de compétence Soins en oncologie décrit dans l annexe 2 correspond-il aux besoins?, nous partons du principe que l'ensemble des compétences décrites est complet et correct au niveau de la spécialisation. Question 6 Si non, quelles compétences manquent / sont superflues? (Veuillez limiter vos réponses aux points essentiels) Question 7 A votre avis, une réglementation unifiée de la qualification Soins en oncologie à l échelon suisse est-elle souhaitable et nécessaire?, une réglementation unifiée (EPS national) est sensée. Comment ce profil de compétence se différencie-t-il du CAS en oncologie? C Questions sur le positionnement Question 8 Etes-vous d'accord avec le positionnement de la qualification Soins en oncologie formulé à la position 1 et à l'annexe 1 de la prise de position afférente? 2

16 Question 9 A votre avis, un modèle à deux niveaux est-il nécessaire pour les infirmières spécialisées en soins oncologiques, avec un diplôme de niveau examen professionnel en plus d un diplôme de niveau examen professionnel supérieur? Ce sont les professionnels de l'oncologie qui doivent en juger Nous ne pouvons pas juger si, dans les services de médecine, où sont soignées de nombreux patients atteints de cancer, mais pas uniquement, un brevet serait porteur de sens (savoir spécialisé approfondi et élargi à la place d'un diplôme infirmier). Question 10 Approuvez-vous les conditions d'admission à la qualification Soins en oncologie formulées à la position 2 de la prise de position afférente?, nous supposons que la liste établie des conditions d'admission pour la qualification est complète. Question 11 Approuvez-vous l'offre de prestations de la qualification Soins en oncologie formulée à la position 4 de la prise de position afférente?, mais nous n'avons pas la compétence de faire des remarques spécifiques. Question 12 Le positionnement des infirmières spécialisées en soins oncologiques dans l environnement selon la position 6 de la prise de position afférente, et les interfaces qu il implique correspondent-ils à la réalité de la profession?, mais nous n'avons pas la compétence de faire des remarques spécifiques. 3

17 4

Guide d auto-évaluation. Directives à l intention des hautes écoles. Accréditation des hautes écoles universitaires

Guide d auto-évaluation. Directives à l intention des hautes écoles. Accréditation des hautes écoles universitaires Guide d auto-évaluation Directives à l intention des hautes écoles Guide d auto-évaluation Directives à l intention des hautes écoles Table des matières Introduction... 2 1 Principaux buts de l auto-évaluation...

Plus en détail

3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées

3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées 3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées Ce groupe de base comprend les infirmiers autorisés, les infirmiers praticiens, les infirmiers psychiatriques autorisés et les finissants d'un programme

Plus en détail

ESSEC MS ASSURANCE - FINANCE. Etude sur la «Trajectoire» des diplômés des MASTÈRES SPÉCIALISÉS. Monographie. Mars 2006

ESSEC MS ASSURANCE - FINANCE. Etude sur la «Trajectoire» des diplômés des MASTÈRES SPÉCIALISÉS. Monographie. Mars 2006 ESSEC Etude sur la «Trajectoire» des diplômés des MASTÈRES SPÉCIALISÉS Monographie MS ASSURANCE - FINANCE Mars 2006 Sommaire I. Objectifs de l étude II. Résultats Détaillés 1) Motivations à faire le MS

Plus en détail

Comité économique et social européen Section spécialisée "Emploi, affaires sociales, citoyenneté" Observatoire du marché du travail

Comité économique et social européen Section spécialisée Emploi, affaires sociales, citoyenneté Observatoire du marché du travail Comité économique et social européen Section spécialisée "Emploi, affaires sociales, citoyenneté" Observatoire du marché du travail Étude pilote sur la mise en œuvre au niveau national des politiques de

Plus en détail

FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX

FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX FAQ - PLAN D ATTRACTIVITE DE LA PROFESSION INFIRMIERE DANS LES HOPITAUX Arrêté royal du 28 décembre 2011 relatif à l exécution du plan d attractivité pour la profession infirmière, dans certains secteurs

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION INSTITUTIONNELLE

REFERENTIEL D EVALUATION INSTITUTIONNELLE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE -------------------------- AUTORITE NATIONALE D ASSURANCE QUALITE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ()

Plus en détail

Engagement en faveur des personnes en situation de dépendance

Engagement en faveur des personnes en situation de dépendance CURAVIVA SUISSE Engagement en faveur des personnes en situation de dépendance Promotion de la qualité de vie individuelle Les 2500 institutions membres de l association nationale faîtière CURAVIVA Suisse

Plus en détail

Compagnie d'assurance Everest du Canada INSTRUCTIONS CONCERNANT LE FORMULAIRE DE RÉCLAMATION EN CAS D ACCIDENT

Compagnie d'assurance Everest du Canada INSTRUCTIONS CONCERNANT LE FORMULAIRE DE RÉCLAMATION EN CAS D ACCIDENT INSTRUCTIONS CONCERNANT LE FORMULAIRE DE RÉCLAMATION EN CAS D ACCIDENT La Compagnie d'assurance Everest du Canada doit recevoir votre formulaire de réclamation dûment rempli dans les trente (30) jours

Plus en détail

relative au remboursement des frais de maladie et d invalidité en matière de prestations complémentaires (OMPCF)

relative au remboursement des frais de maladie et d invalidité en matière de prestations complémentaires (OMPCF) Ordonnance du 6 septembre 2010 Entrée en vigueur : 01.01.2011 relative au remboursement des frais de maladie et d invalidité en matière de prestations complémentaires (OMPCF) Le Conseil d Etat du canton

Plus en détail

Important: par document, prendre uniquement position pour la formation initiale cochée!

Important: par document, prendre uniquement position pour la formation initiale cochée! Table des matières Domaine A: Généralités Domaine B: Formation initiale en entreprise (ne concerne pas l'école professionnelle) Domaine C: Cours interentreprises (CIE) Domaine D: Ecole professionnelle

Plus en détail

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 ZOOM ETUDES Les études paramédicales Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 L enseignement supérieur français - santé Études de médecine, pharmacie et odontologie : Universités en partenariat

Plus en détail

SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE

SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE Société canadienne des médecins de soins palliatifs Association médicale canadienne Collège des médecins de famille du Canada Collège royal des

Plus en détail

Catalogue pour le Nursing Minimum Data Set suisse (CH-NMDS) Version III.1.2-7 Juin 2004

Catalogue pour le Nursing Minimum Data Set suisse (CH-NMDS) Version III.1.2-7 Juin 2004 Catalogue pour le Nursing Minimum Data Set suisse (CH-NMDS) Version III.1.2-7 Juin 2004 ch-nmds_iii_1_2.xls Version III 23.09.2004 NURSING data : catalogue pour le Nursing Minimum Data Set suisse (CH-NMDS)

Plus en détail

DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS

DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS Marie-José Roulin Directrice adjointe des soins Hôpitaux Universitaire de Genève Cette présentation expose les

Plus en détail

interne générale (anamnèse, examen médical, diagnostic, traitement, consultation et prévention).

interne générale (anamnèse, examen médical, diagnostic, traitement, consultation et prévention). Instructions pour les organisateurs de sessions de formation continue essentielle spécifique crédits de formation continue SSMI/SSMG pour les manifestations 1. Base légale A compter du 1er janvier 2014

Plus en détail

La formation continue dans les hautes écoles spécialisées

La formation continue dans les hautes écoles spécialisées Best Practice KFH La formation continue dans les hautes écoles spécialisées à usage interne des HES La KFH en a pris connaissance le 27 janvier 2006. Best Practice KFH: La formation continue dans les hautes

Plus en détail

Information supplémentaire concernant l enregistrement du personnel - Synthèse et FAQ

Information supplémentaire concernant l enregistrement du personnel - Synthèse et FAQ Information supplémentaire concernant l enregistrement du personnel - Synthèse et FAQ 1. Synthèse Objectif : du personnel EMPLOPER recenser le nombre d ETP (rémunérés et disponibles) et le nombre de personnes,

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE Université McGill et hôpitaux affiliés Hôpital Royal Victoria Hospital Hôpital général de Montreal General Hospital Hôpital général juif - Sir Mortimer B. Davis The Sir Mortimer B. Davis - Jewish General

Plus en détail

Réponse n 1: La sélection des soumissionnaires se fonde uniquement sur les critères énumérés au point 10.2 du cahier des charges.

Réponse n 1: La sélection des soumissionnaires se fonde uniquement sur les critères énumérés au point 10.2 du cahier des charges. Question 1: Le point 3 «Objet du marché» indique que «le soumissionnaire devra démontrer de façon convaincante qu'il ou elle possède une connaissance approfondie des politiques de l'ue et le savoir-faire

Plus en détail

Comptable spécialisé(e) edupool.ch Agent(e) fiduciaire spécialisé(e) edupool.ch Fiscaliste spécialisé(e) edupool.ch

Comptable spécialisé(e) edupool.ch Agent(e) fiduciaire spécialisé(e) edupool.ch Fiscaliste spécialisé(e) edupool.ch Comptable spécialisé(e) edupool.ch Agent(e) fiduciaire spécialisé(e) edupool.ch Fiscaliste spécialisé(e) edupool.ch Patronage: veb.ch, Société suisse des employés de commerce Règlement d examen Applicable

Plus en détail

Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate

Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate Check-list pour la bonne formation continue Voies de formation

Plus en détail

Droits et obligations

Droits et obligations Association Suisse des Actuaires Schweizerische Aktuarvereinigung Swiss Association of Actuaries et expert en assurances de pension avec diplôme fédéral (EAP) Droits et obligations SOMMAIRE : protection

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale Ordonnance sur la formation professionnelle initiale 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 14 décembre 2006 70610 Assistante en pharmacie CFC/Assistant en pharmacie CFC Pharma-Assistentin EFZ/Pharma-Assistent

Plus en détail

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Annexe - document CA 118/9 Termes de référence Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Index 1 Description de l organisation... 3 2 Contexte de la mission... 4 3 Objet de la mission... 4 3.1 Objectif

Plus en détail

ESSEC MS MARKETING MANAGEMENT. Etude sur la «Trajectoire» des diplômés des MASTÈRES SPÉCIALISÉS. Monographie. Mars 2006

ESSEC MS MARKETING MANAGEMENT. Etude sur la «Trajectoire» des diplômés des MASTÈRES SPÉCIALISÉS. Monographie. Mars 2006 ESSEC Etude sur la «Trajectoire» des diplômés des MASTÈRES SPÉCIALISÉS Monographie MS MARKETING MANAGEMENT Mars 2006 Sommaire I. Objectifs de l étude II. Résultats Détaillés 1) Motivations à faire le MS

Plus en détail

Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1

Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1 Soins infirmiers indépendants Berne, en avril 2013 Guide concernant l activité d infirmière/infirmier indépendant-e selon la LAMal 1 Vue d ensemble Sur la base des conventions signées par l ASI, les infirmières

Plus en détail

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale. un diplôme d une haute école (titre de bachelor ou équivalent).

Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale. un diplôme d une haute école (titre de bachelor ou équivalent). Le Rectorat de la Haute école spécialisée de Suisse occidentale vu la convention intercantonale sur la Haute école spécialisée de Suisse occidentale (HES-SO), du mai 011, arrête : Champ d application Article

Plus en détail

Les professions suivantes sont considérées comme professions de la santé non universitaires :

Les professions suivantes sont considérées comme professions de la santé non universitaires : Gesundheitsund Fürsorgedirektion des Kantons Bern Spitalamt Dienststelle Berufsbildung Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne Office des hôpitaux Service de la formation

Plus en détail

Concept d assurance de la qualité pour la formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce

Concept d assurance de la qualité pour la formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce Concept d assurance de la qualité pour la formation à la pratique professionnelle au sein des écoles de commerce La partie informative du présent concept comprend une vue d ensemble des exigences de qualité

Plus en détail

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

La CCM vous remercie de lui offrir la possibilité de donner son avis sur la révision partielle de la LA Mal.

La CCM vous remercie de lui offrir la possibilité de donner son avis sur la révision partielle de la LA Mal. Par courriel Abteilung Leistungen@bag.admin.ch Office fédéral de la santé publique OFSP Division Prestations Schwarzenburgstrasse 165 3003 Berne Zurich, 3 octobre 2014 Consultation sur la révision partielle

Plus en détail

Questionnaire pour les nouveaux partenaires courtiers

Questionnaire pour les nouveaux partenaires courtiers A. Données de base 1. Nom de la société 2. No du registre FINMA 3. Rue, No. Case postale 4. NPA, Lieu 5. Téléphone/Téléfax 6. E-Mail Homepage SA, Sàrl, sociétés collectives et en commandite 7. Nom de la

Plus en détail

Dossier d'étude technique

Dossier d'étude technique Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Dossier d'étude technique Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/developpement/technique/guide-etude-technique

Plus en détail

MANAGEMENT SPÉCIALISTE DE LA CONDUITE D'UN GROUPE ET CERTIFICATS EN LEADERSHIP & MANAGEMENT

MANAGEMENT SPÉCIALISTE DE LA CONDUITE D'UN GROUPE ET CERTIFICATS EN LEADERSHIP & MANAGEMENT Secteur Tertiaire MANAGEMENT SPÉCIALISTE DE LA CONDUITE D'UN GROUPE ET CERTIFICATS EN LEADERSHIP & MANAGEMENT Brevet fédéral Préparation aux examens 1 Situation de la formation Domaines Bilans de compétences

Plus en détail

Questionnaire pour l accréditation des partenaires de vente

Questionnaire pour l accréditation des partenaires de vente Questionnaire pour l accréditation des partenaires de vente Entreprise Nom de la société Domaine d activité Tél. (prof.) Fax (prof.) Rue, n NPA Localité Adresse e-mail de la société Adresse Internet Adresse

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé CSSS/09/010 DÉLIBÉRATION N 09/008 DU 20 JANVIER 2009 RELATIVE À L APPLICATION DE LA GESTION INTÉGRÉE DES UTILISATEURS ET DES ACCÈS PAR LA PLATE-FORME

Plus en détail

Arrêt de Travail par Maladie ou Accident

Arrêt de Travail par Maladie ou Accident Genworth Assurances 40-42 rue La Boétie CS 90002 75382 Paris Cedex 08 Téléphone : 01 55 91 16 00 Télécopie : 01 55 91 15 21 www.genworth.fr 1/6 Arrêt de Travail par Maladie ou Accident Etape 1 : Vérifier

Plus en détail

Le développement des missions de conseil fiscal

Le développement des missions de conseil fiscal Le développement des missions de conseil fiscal Intervenants Régis de BREBISSON Expert Comptable Cabinet DBA, Membre du groupement France Défi Didier PLANE Consultant Cabinet Avensi Consulting Sommaire

Plus en détail

ÉPREUVES D'ADMISSION 2011 QUESTIONNAIRE SOCIO-CULTUREL RC-R/TV

ÉPREUVES D'ADMISSION 2011 QUESTIONNAIRE SOCIO-CULTUREL RC-R/TV Le questionnaire est à remettre le premier jour des épreuves, à savoir, le 31 août 2011 lors de l épreuve langage cinéma ÉPREUVES D'ADMISSION 2011 QUESTIONNAIRE SOCIO-CULTUREL RC-R/TV NOM PRENOM : : NATIONALITE

Plus en détail

Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich

Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich Ordonnance de l EPF de Zurich sur la formation continue à l Ecole polytechnique fédérale de Zurich (Ordonnance sur la formation continue à l EPF de Zurich) 414.134.1 du 26 mars 2013 (Etat le 1 er octobre

Plus en détail

413.323.1. du 23 février 2004. Le Département de l'economie,

413.323.1. du 23 février 2004. Le Département de l'economie, Règlement concernant l organisation et la formation à l'ecole supérieure jurassienne d'informatique de gestion (ESIG) (Version en vigueur jusqu'au 31 août 2012) du 23 février 2004 Le Département de l'economie,

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL INSTRUCTION PUBLIQUE 13-4102 RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GÉNÉRAL concernant l approbation du règlement de la Clinique dentaire scolaire du Locle (Du 13 mars 2013) Madame la Présidente, Mesdames,

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE Université McGill et hôpitaux affiliés Centre universitaire de santé McGill (CUSM) Hôpital général juif - Sir Mortimer B. Davis The Sir Mortimer B. Davis - Jewish General Hospital ADRESSOGRAPHE Département

Plus en détail

Négociant en valeurs mobilières XY. Contrôle 2005 de la tenue du journal des valeurs mobilières des négociants

Négociant en valeurs mobilières XY. Contrôle 2005 de la tenue du journal des valeurs mobilières des négociants 11 février 2005 Dr Marcel Livio Aellen, avocat Bourses et Marchés +41 31 324 88 60 marcel.aellen@ebk.admin.ch 530/2004/08515-0038 à mentionner dans la réponse Courrier A Expert comptable ABC Négociant

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de spécialiste en restauration

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de spécialiste en restauration 78704 Spécialiste en restauration Restaurationsfachfrau / Restaurationsfachmann Impiegata di ristorazione / Impiegato di ristorazione Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de spécialiste

Plus en détail

MSc in Life Sciences Food, Nutrition and Health. Section Santé Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires HAFL

MSc in Life Sciences Food, Nutrition and Health. Section Santé Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires HAFL MSc in Life Sciences Food, Nutrition and Health Développer des aliments pour les sportifs ou les personnes allergiques fait partie des nouveaux défis, au carrefour des sciences alimentaires et de la nutrition,

Plus en détail

Observatoire des métiers de la communication dans l enseignement supérieur Enquête auprès des membres de l ARCES

Observatoire des métiers de la communication dans l enseignement supérieur Enquête auprès des membres de l ARCES Observatoire des métiers de la communication dans l enseignement supérieur Enquête auprès des membres de l ARCES Vague 4 Mai 2011 Synthèse Occurrence est certifiée ISO 9001:2000 depuis 2004 Sommaire Page

Plus en détail

MATURITÉ PROFESSIONNELLE

MATURITÉ PROFESSIONNELLE MATURITÉ PROFESSIONNELLE commerciale (MPC) La maturité professionnelle complète une formation par apprentissage, afin de permettre l accès aux niveaux supérieurs de formation. Il existe différentes orientations

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012 Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb Dossier 70902-019 21 septembre 2012 La méthodologie 6 Le profil des répondants 9 L analyse détaillée des résultats 10 Conclusions stratégiques

Plus en détail

QUESTIONNAIRE IMPRIMABLE DIVORCE PAR CONSENTEMENT MUTUEL

QUESTIONNAIRE IMPRIMABLE DIVORCE PAR CONSENTEMENT MUTUEL QUESTIONNAIRE IMPRIMABLE DIVORCE PAR CONSENTEMENT MUTUEL (Cabinet de Me Nicolas Blanchy) À RENSEIGNER ET ADRESSER AU CABINET : Maître Nicolas BLANCHY, Avocat, 2 Grande rue Jean Jaurès BP 57 26301 BOURG-DE-PEAGE

Plus en détail

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité,

La Garantie Santé. Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes. Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, Enfin une complémentaire santé qui répond à vos attentes La Garantie Santé Mutuelle soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité, immatriculée au registre national des mutuelles sous le

Plus en détail

Parkdale Community Health Centre 2015 Client Experience Survey

Parkdale Community Health Centre 2015 Client Experience Survey Parkdale Community Health Centre 2015 Client Experience Survey Chers clients du PCHC, Nous aimerions que vous nous aidiez à évaluer nos services et nos programmes. Nous voulons savoir ce que vous pensez

Plus en détail

A toute personne active dans le domaine des assurances, qu elle soit du service interne ou externe.

A toute personne active dans le domaine des assurances, qu elle soit du service interne ou externe. A qui s adresse cette formation? A toute personne qui, quelle que soit sa désignation, agit en vue de la conclusion de contrats d assurance ou conclut de tels contrats. A toute personne désireuse de parfaire

Plus en détail

Programme de formation continue de la Société Suisse de Neurochirurgie (SSNC) pour les médecins ayant une activité professionnelle en neurochirurgie

Programme de formation continue de la Société Suisse de Neurochirurgie (SSNC) pour les médecins ayant une activité professionnelle en neurochirurgie Programme de formation continue de la Société Suisse de Neurochirurgie (SSNC) pour les médecins ayant une activité professionnelle en neurochirurgie I. Principes Généraux Ce programme de formation continue

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Règlement concernant l obtention du «CERTIFICAT SSO DE FORMATION POSTGRADE (CFP SSO) EN IMPLANTOLOGIE ORALE»

Règlement concernant l obtention du «CERTIFICAT SSO DE FORMATION POSTGRADE (CFP SSO) EN IMPLANTOLOGIE ORALE» Règlement concernant l obtention du «CERTIFICAT SSO DE FORMATION POSTGRADE (CFP SSO) EN IMPLANTOLOGIE ORALE» INDEX: 1. Bases 2. Objectifs de formation postgrade 3. Candidature en vue de l obtention du

Plus en détail

Programme de formation continue FPH dans le domaine de la pharmacie hospitalière

Programme de formation continue FPH dans le domaine de la pharmacie hospitalière Programme de formation continue FPH dans le domaine de la pharmacie hospitalière Programme de formation continue FPH dans le domaine de la pharmacie hospitalière du 7 novembre 2001 Révisions 2008 / 2015

Plus en détail

De la publication jusqu'au début de la construction / de l'exécution

De la publication jusqu'au début de la construction / de l'exécution DTE Département Technique et d Economie d entreprise Check-liste des soumissions De la publication jusqu'au début de la construction / de l'exécution Appréciations du projet de construction, spécifiques

Plus en détail

S T A T U T S DE L ASSOCIATION

S T A T U T S DE L ASSOCIATION S T A T U T S DE L ASSOCIATION Organisation faîtière nationale du monde du travail en santé Nationale Dach-Organisation der Arbeitswelt Gesundheit du 12 mai 2005 (Etat le 28 juin 2012) I. Dénomination,

Plus en détail

LIVRET DE STAGE. Etablissements Scolaires / Administrations SOMMAIRE

LIVRET DE STAGE. Etablissements Scolaires / Administrations SOMMAIRE Nom et Prénom :... Classe :.. 2014-2015 LIVRET DE STAGE Etablissements Scolaires / Administrations SOMMAIRE Ce livret contient 8 feuillets. Il est à renseigner au fur et à mesure du déroulement de la séquence

Plus en détail

Selon liste de distribution séparée. Berne, le 07.02.2011

Selon liste de distribution séparée. Berne, le 07.02.2011 Selon liste de distribution séparée Berne, le 07.02.2011 Formation professionnelle TIC Suisse / Projet de repositionnement de l examen professionnel Mise en consultation des profils de qualification de

Plus en détail

Questionnaire en ligne Accès Canada

Questionnaire en ligne Accès Canada Page 1 of 15 Questionnaire en ligne Accès Canada Cette section vous permettra d'imprimer le formulaire complet. À partir de celui-ci, vous pourrez préparez vos réponses avant de remplir le véritable formulaire

Plus en détail

Pénétration des ICT dans l enseignement obligatoire (Projet ICTVS)

Pénétration des ICT dans l enseignement obligatoire (Projet ICTVS) Pénétration des ICT dans l enseignement obligatoire (Projet ICTVS) Pour les personnes qui utilisent un ou plusieurs ordinateurs dans l enseignement en classe, que l établissement soit porteur ou non d

Plus en détail

FORMULAIRE D INSCRIPTION. l Institut des juristes d entreprise

FORMULAIRE D INSCRIPTION. l Institut des juristes d entreprise FORMULAIRE D INSCRIPTION à renvoyer à l IJE, rue des Sols 8, 1000 Bruxelles Par la présente, je souhaite poser ma candidature comme membre de l Institut des juristes d entreprise MERCI D ECRIRE EN LETTRES

Plus en détail

Diplôme d Aide-comptable et Diplôme de Comptable

Diplôme d Aide-comptable et Diplôme de Comptable 07.10.2013 Diplôme d Aide-comptable et Diplôme de Comptable Nouveau En parallèle du Diplôme d aide-comptable, nous proposons un cours destiné à développer les compétences théoriques et pratiques de base

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

Septembre 2011. 4, avenue Ruysdaël 75379 Paris Cedex 08 Téléphone : 0033/1.56.21.34.84 - Fax : 0033/1.56.21.34.79 Email : iadenot@ordre.pharmacien.

Septembre 2011. 4, avenue Ruysdaël 75379 Paris Cedex 08 Téléphone : 0033/1.56.21.34.84 - Fax : 0033/1.56.21.34.79 Email : iadenot@ordre.pharmacien. Réponse de l Ordre national des pharmaciens de France au livre vert de la Commission européenne «Moderniser la directive sur les qualifications professionnelles COM/2011/367» Septembre 2011 Remarques préliminaires

Plus en détail

Règlement d examen Identification de modules Offres de prestations

Règlement d examen Identification de modules Offres de prestations Règlement d examen Identification de modules Offres de prestations Examens professionnels supérieurs de logisticiennes / logisticiens du 16.10.2014 Annexe 9.6 Description et objectifs de performance des

Plus en détail

MATURITÉ PROFESSIONNELLE

MATURITÉ PROFESSIONNELLE MATURITÉ PROFESSIONNELLE à orientation Technique, architecture et sciences de la vie (MP TASV) La maturité professionnelle est une formation approfondie en culture générale qui complète une formation professionnelle

Plus en détail

Construction d une collaboration entre une inf spécialisée en plaie et cicatrisation et deux ICLS, une transition réussie pour OZE Le 21.11.

Construction d une collaboration entre une inf spécialisée en plaie et cicatrisation et deux ICLS, une transition réussie pour OZE Le 21.11. XIIème congrès européen des Infirmiers-ères cliniciens-nes, Spécialistes cliniques, Clinicien-nes consultante, symposium no 4 Construction d une collaboration entre une inf spécialisée en plaie et cicatrisation

Plus en détail

la désignation du titre de «technicien diplômé ES»

la désignation du titre de «technicien diplômé ES» Etat des lieux de la désignation du titre de «technicien diplômé ES» Résumé (Management Summary) Avril 2006 Impressum Herausgeber: Bundesamt für Berufsbildung und Technologie BBT Sprachen: Deutsch, Management

Plus en détail

règlement invalidité Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq.

règlement invalidité Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq. Demande de règlement invalidité Demande initiale Régime collectif d assurance de personnes de l Association des chirurgiens dentistes du Québec POUR NOUS JOINDRE www.ssq.ca Police N o 14A00 ASSURANCE COLLECTIVE

Plus en détail

Le profil HES Dossier destiné aux HES. Contenu Sommaire I. Introduction II. Revendications III. Mesures à prendre par les HES IV. Prochaines Démarches

Le profil HES Dossier destiné aux HES. Contenu Sommaire I. Introduction II. Revendications III. Mesures à prendre par les HES IV. Prochaines Démarches Le profil HES Dossier destiné aux HES Contenu Sommaire I. Introduction II. Revendications III. Mesures à prendre par les HES IV. Prochaines Démarches Plus de lecture - www.fhprofil.ch - INLINE, Page 8,

Plus en détail

Examen 2012. Matière d examen. Temps alloué: 120 minutes

Examen 2012. Matière d examen. Temps alloué: 120 minutes Berufsprüfung für Technische Kaufleute mit eidg. Fachausweis Examen professionnel pour les agents technico-commerciaux avec brevet fédéral Candidat-No... Nom: Prénom:.. Examen 2012 Matière d examen Marketing

Plus en détail

FAQ pour utilisateurs

FAQ pour utilisateurs FAQ pour utilisateurs Table des matières 1. Qu'est-ce que Swissdec? 2 2. Quelles sont les attributions de Swissdec? 2 3. Quel avantage m'apporte Swissdec? 2 4. De quoi ai-je besoin? 2 5. Quel programme

Plus en détail

Méthodologie des jardins d éveil

Méthodologie des jardins d éveil Méthodologie des jardins d éveil Conformément à l engagement du Président de la République, 200 000 offres d accueil du jeune enfant seront crées d ici à 2012 pour répondre aux besoins de l ensemble des

Plus en détail

Promotion 2015-2016 Formulaire de candidature

Promotion 2015-2016 Formulaire de candidature Programme de formation en Gestion de la Politique Economique (GPE) organisé sous le parrainage Banque mondiale - Ministère français des Affaires étrangères Promotion 2015-2016 Formulaire de candidature

Plus en détail

Un moyen simple d'être plus favorable aux familles Les points les plus importants du Family Score en un coup d'œil

Un moyen simple d'être plus favorable aux familles Les points les plus importants du Family Score en un coup d'œil Un moyen simple d'être plus favorable aux familles Les points les plus importants du Family Score en un coup d'œil c/o Pro Familia Suisse Marktgasse 36 Tél. 031 381 90 30 info@profamilia.ch 3011 Berne

Plus en détail

E N R E G I S T R E M E N T

E N R E G I S T R E M E N T E N R E G I S T R E M E N T FAUT-IL FAIRE ENREGISTRER LE BAIL? Depuis le 1 er janvier 2007, le propriétaire est tenu de faire enregistrer le contrat de bail d un logement affecté exclusivement au logement

Plus en détail

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06. Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.1998) Texte coordonné : dernière mise à jour : 08.08.2014 CHAPITRE

Plus en détail

Règlement intercantonal des compléments de formation requis en vue de l'admission dans les filières des domaines de la santé et du social HES-SO

Règlement intercantonal des compléments de formation requis en vue de l'admission dans les filières des domaines de la santé et du social HES-SO 15 mars 2007 Règlement intercantonal des compléments de formation requis en vue de l'admission dans les filières des domaines de la santé et du social HES-SO vu la loi fédérale sur les hautes écoles spécialisées

Plus en détail

Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331. Appel de manifestations d'intérêt

Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331. Appel de manifestations d'intérêt 1/5 Cet avis sur le site TED: http://ted.europa.eu/udl?uri=ted:notice:98331-2014:text:fr:html Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331 Appel de manifestations d'intérêt

Plus en détail

1. Observations générales

1. Observations générales Mesures visant à renforcer la compétitivité fiscale de la Suisse (3 e réforme de l imposition des entreprises) Position commune des gouvernements cantonaux du 21 mars 2014 sur le rapport de l organe de

Plus en détail

L évolution des rôles en soins infirmiers. Un changement à s approprier

L évolution des rôles en soins infirmiers. Un changement à s approprier L évolution des rôles en soins infirmiers Un changement à s approprier Les formateurs Louise Leduc Coordonnatrice du développement clinique de la pratique en soins infirmiers, DPSSS-DSI Stéphane Gagnon

Plus en détail

Bonifications pour tâches éducatives

Bonifications pour tâches éducatives 1.07 Généralités Bonifications pour tâches éducatives Valables dès le 1 er janvier 2015 1 Aperçu Les dispositions actuelles de la loi AVS prévoient que lors du calcul de la rente, d'éventuelles bonifications

Plus en détail

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral Spécialiste en assurance avec brevet fédéral 2 Après l analyse de la formation initiale et continue de l assurance privée, étude réalisée sur mandat de l Association Suisse d Assurances ASA, la politique

Plus en détail

TROUSSE DE NOMINATION DE COORDONNATEUR DE DISTRICT MULTIPLE

TROUSSE DE NOMINATION DE COORDONNATEUR DE DISTRICT MULTIPLE TROUSSE DE NOMINATION DE COORDONNATEUR DE DISTRICT MULTIPLE Les Lions qui remplissent les conditions de candidature à la fonction de coordonnateur EME de DM devraient être pris en considération pour ce

Plus en détail

Pour une meilleure lisibilité, seule la forme masculine est utilisée dans tout le texte. Elle se réfère toutefois aux individus des deux sexes.

Pour une meilleure lisibilité, seule la forme masculine est utilisée dans tout le texte. Elle se réfère toutefois aux individus des deux sexes. Statuts de l'association Swiss Cancer Network (regroupement de médecins spécialistes exerçant en Suisse 1 et d'organisations de médecins spécialistes en oncologie médicale, hématologie et radio-oncologie)

Plus en détail

Une offre de lecture numérique sur liseuses et Smartphones pour les patients de l Assistance Publique-Hôpitaux de Paris

Une offre de lecture numérique sur liseuses et Smartphones pour les patients de l Assistance Publique-Hôpitaux de Paris Une offre de lecture numérique sur liseuses et Smartphones pour les patients de l Assistance Publique-Hôpitaux de Paris IFLA 2014 23 août 2014 Claudie GUERIN L Assistance Publique-Hôpitaux de Paris c est

Plus en détail

TROUSSE DE NOMINATION DE COORDONNATEUR DE DISTRICT

TROUSSE DE NOMINATION DE COORDONNATEUR DE DISTRICT TROUSSE DE NOMINATION DE COORDONNATEUR DE DISTRICT Les Lions qui remplissent les conditions de candidature à la fonction de coordonnateur EME de district devraient être pris en considération pour ce poste.

Plus en détail

Master ès Sciences en sciences infirmières

Master ès Sciences en sciences infirmières Master ès Sciences en sciences infirmières Master conjoint UNIVERSITE DE LAUSANNE Faculté de biologie et de médecine, Ecole de médecine et HAUTE ECOLE SPECIALISEE DE SUISSE OCCIDENTALE Domaine santé PLAN

Plus en détail

CONCOURS D'ENTREE EN FORMATION D'AIDE-SOIGNANT

CONCOURS D'ENTREE EN FORMATION D'AIDE-SOIGNANT Institut de Formation d'aides-soignants Et d'auxiliaires de Puériculture CONCOURS D'ENTREE EN FORMATION D'AIDE-SOIGNANT L'Institut de Formation d'aides-soignants et d'auxiliaires de Puériculture est situé

Plus en détail

BUT DE L EXAMEN... 3 ORGANE RESPONSABLE... 4 CONDITIONS D ADMISSION... 5 DEROGATION... 5 TAXE D EXAMEN... 5 PARTIE / DUREE DE L EXAMEN...

BUT DE L EXAMEN... 3 ORGANE RESPONSABLE... 4 CONDITIONS D ADMISSION... 5 DEROGATION... 5 TAXE D EXAMEN... 5 PARTIE / DUREE DE L EXAMEN... BROCHURE août 2014 CONTENU BUT DE L EXAMEN... 3 ORGANE RESPONSABLE... 4 CONDITIONS D ADMISSION... 5 DEROGATION... 5 TAXE D EXAMEN... 5 PARTIE / DUREE DE L EXAMEN... 6 APERÇU DE LA MATIERE D EXAMEN... 7

Plus en détail

Prenez le temps de réfléchir et de répondre avec le plus grand soin à la totalité des questions. Evitez de laisser des questions sans réponse.

Prenez le temps de réfléchir et de répondre avec le plus grand soin à la totalité des questions. Evitez de laisser des questions sans réponse. Le questionnaire, qui vous est présenté, a été élaboré afin de réaliser une enquête sur la situation des enfants malades et/ou en situation de handicap. Vos réponses seront protégées par le secret professionnel

Plus en détail

*Dans tout le document lire : infirmier/infirmière

*Dans tout le document lire : infirmier/infirmière *Dans tout le document lire : infirmier/infirmière F L O R E N C E A M B R O S I N O, C É C I L E B A R R I È R E, G A L A D R I E L B O N N E L, C H R I S T O P H E D E B O U T, P A S C A L L A M B E

Plus en détail

LES TROPHÉES «PULL ROUGE» DE L INNOVATION ÉCONOMIQUE EN MONTAGNE

LES TROPHÉES «PULL ROUGE» DE L INNOVATION ÉCONOMIQUE EN MONTAGNE PRÉSENTATION DU PROJET LES TROPHÉES «PULL ROUGE» DE L INNOVATION ÉCONOMIQUE EN MONTAGNE Banque Populaire des Alpes / SNMSF / SOCAMMES CATÉGORIE «PROJET» Le porteur de projet Nom : Prénom : Âge : Date de

Plus en détail

FORMULAIRE D'INSCRIPTION

FORMULAIRE D'INSCRIPTION FORMULAIRE D'INSCRIPTION Communauté des Tous Petits: Age du début de la marche à 3 ans Année scolaire: 20 / 20 Date d'entrée (jj/mm/aaaa): / / PARTIE 1: Nom de l'enfant: Nom Prénom 2ième prénom Date de

Plus en détail

Etat-major de la législation, janvier 2015

Etat-major de la législation, janvier 2015 Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Etat-major de la législation,

Plus en détail

DEMANDE D'ADHÉSION. 1 Informations sur l'entreprise. Nom de l'entreprise. Adresse de correspondance. Interlocuteur. Filiales, succursales

DEMANDE D'ADHÉSION. 1 Informations sur l'entreprise. Nom de l'entreprise. Adresse de correspondance. Interlocuteur. Filiales, succursales DEMANDE D'ADHÉSION Je souhaiterais / nous souhaiterions adhérer à la SIBA (Swiss Insurance Brokers Association). À cette fin, j'envoie / nous envoyons le formulaire suivant, rempli entièrement et en toute

Plus en détail