Procédure d audition Profils de compétence Soins infirmiers Questions sur le profil de compétence Conseil en diabétologie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Procédure d audition Profils de compétence Soins infirmiers Questions sur le profil de compétence Conseil en diabétologie"

Transcription

1 Procédure d audition Profils de compétence Soins infirmiers Questions sur le profil de compétence Conseil en diabétologie A Questions sur le contexte situationnel des personnes interrogées par rapport à la spécialité Question 1 Dans votre travail quotidien, existe-t-il une collaboration directe avec des infirmières cliniciennes conseil en diabétologie 1? Question 2 Si oui, quel rapport existe-t-il entre vos activités et celles des infirmières cliniciennes conseil en diabétologie? Question 3 S'il n'existe pas de collaboration directe avec des infirmières cliniciennes conseil en diabétologie, dans quel contexte situationnel et dans quelle fonction prenez-vous position? Comme membre de l'odasanté et membre du groupe de pilotage du projet (Curaviva Suisse) Le conseil en diabétologie comme partenaire possible dans le réseau/lieu d'intervention dans les institutions de longue durée et intervention sur mandat, ou collaboration entre les institutions et le conseil en diabétologie. B Questions sur les besoins et sur le profil de compétence Question 4 La description du champ d'activité Conseil en diabétologie selon la position 3 de la prise de position afférente correspond-elle à la réalité de la profession, et une qualification Conseil en diabétologie est-elle nécessaire dans ce champ d'activité? La description du champ d'activité est complète. Le besoin n'est pas encore 1 La dénomination «infirmières cliniciennes conseil en diabétologie» est valable pour les deux sexes. 1

2 prévisible. Dans les dernières années, selon les renseignements obtenus, quelques 15 à 20 infirmières ont acquis le diplôme postgrade niveau I d'experte en diabétologie chaque 1 1/2 an. A côté des CAS et DAS qui sont et arrivent sur le marché de la formation, on verra dans le futur combien de personnes s' intéresseront à ce profil de compétence. On ne doit pas compter sur une augmentation conséquente dans cette voie de formation. Pour les soins de longue durée, nous pouvons nous représenter un travail étroit de collaboration avec des services de conseil en diabétologie sous forme de mandats externes ou/et sous forme d'un bureau spécialisé. Question 5 Si oui, le profil de compétence Conseil en diabétologie décrit dans l annexe 2 correspond-il aux besoins?, il est conforme Question 6 Si non, quelles compétences manquent / sont superflues? (Veuillez limiter vos réponses aux points essentiels) Question 7 A votre avis, une réglementation unifiée de la qualification Conseil en diabétologie à l échelon suisse est-elle souhaitable et nécessaire? Une règlementation unifiée (diplôme fédéral - EPS) pour un tel profil a du sens au niveau qualitatif, le besoin (nombre de personnes diplômées) reste à estimer (voir réponse à la question4). Pour le domaine des soins de longue durée, un brevet ou des cursus de formation spécialisée ou continue seraient concevables. Le personnel qualifié avec un EPS de conseil en diabétologie ne pourrait être engagé qu'à temps très partiel dans les institutions et homes pour personnes âgées au vu des compétences développées (voir réponse à la question 4). 2

3 C Questions sur le positionnement Question 8 Etes-vous d'accord avec le positionnement de la qualification Conseil en diabétologie formulé à la position 1 et à l'annexe 1 de la prise de position afférente?, aucune remarque Question 9 A votre avis, un modèle à deux niveaux est-il nécessaire pour la qualification Conseil en diabétologie, avec un diplôme de niveau examen professionnel en plus d un diplôme de niveau examen professionnel supérieur?, voir réponse à la question 7. Le besoin serait plus élevé pour un brevet de spécialiste en diabétologie dans les soins de longue durée. Environ 20% des résidents ont un diagnostic de diabète. Pour les savoirs d'expertise d'une professsionnelle du niveau EPS, le champ professionnel est clairement trop restreint dans une institution de soins de longue durée (à l'exception d'association de plusieurs homes ou de mandats externes), de nombreuses compétences ne peuvent être utilisées au quotidien. Question 10 Approuvez-vous les conditions d'admission à la qualification Conseil en diabétologie formulées à la position 2 de la prise de position afférente? 3

4 Question 11 Approuvez-vous l'offre de prestations de la qualification Conseil en diabétologie formulée à la position 4 de la prise de position afférente?, pas de complément Question 12 Le positionnement de l infirmière clinicienne conseil en diabétologie dans l environnement selon la position 6 de la prise de position afférente, et les interfaces qu il implique correspondent-ils à la réalité de la profession?. En plus des aspects interdisciplinaires est à ajouter l'interprofessionnalité Dans la liste des professions, ne pas utiliser uniquement la forme masculine, introduire les descriptifs métiers adéquats. A ajouter/corriger: services médicaux généralistes et spécialisés, conseil en alimentation, podologues médical et médicale, spécialiste en technique orthopédique et prothèses, spécialiste en travail social et éducation sociale, etc D Questions spécifiques, propres aux approfondissements Question 13 Voyez-vous des recoupements ou des synergies non exploitées avec d'autres formations consécutives, comportant des fonctions de conseil, dans le champ professionnel des soins infirmiers? Décrivez ces éventuels recoupements et synergies. (Veuillez limiter vos descriptions aux points essentiels) dans le domaine des recoupements Dans le rôle propre, dans les compétences transverses d'approfondissement, l'argumentation, les capacités de communication, l'enseignement et pardessus tout le conseil jouent un rôle très important dans de nombreux aspects décrits de la compétence spécialisée. Dans les compétences d'approfondissement spécialisées, le conseil est couplé à la compétence spécialisée. C'est juste et important, absolument en lien avec la pratique dans tous les 4

5 profils de ce ce niveau de compétences. Nous nous demandons en quoi un profil de conseil en soins infirmiers sans domaine d'expertise aurait du sens? Besoin de la pratique? ce rôle est assumé en principe par les expertes en soins. 5

6 Procédure d audition Profils de compétence Soins infirmiers Questions sur le profil de compétence Infirmières puéricultrices A Questions sur le contexte situationnel des personnes interrogées par rapport à la spécialité Question 1 Dans votre travail quotidien, existe-t-il une collaboration directe avec des infirmières puéricultrices? non Question 2 Si oui, quel rapport existe-t-il entre vos activités et celles des infirmières puéricultrices? Question 3 S'il n'existe pas de collaboration directe avec des infirmières puéricultrices, dans quel contexte situationnel et dans quelle fonction prenez-vous position? Comme membre de l'odasanté et membre du groupe de pilotage du projet (Curaviva Suisse). Le profil professionnel concerne Curaviva Suisse dans le domaine spécialisé enfants et jeunes avec besoins spécifiques (crèches et institutions pour enfants, école supérieure d'éducateur/éducatrice de la petite enfance hfk Zoug). B Questions sur les besoins et sur le profil de compétence Question 4 La description du champ d'activité des infirmières puéricultrices selon la position 3 de la prise de position afférente correspond-elle à la réalité de la profession, et une qualification Infirmières puéricultrices est-elle nécessaire dans ce champ d'activité? oui, un diplôme au niveau EPS pour les infirmières puéricultrices semble avoir du sens et être nécessaire. 1

7 Question 5 Si oui, le profil de compétence Infirmières puéricultrices décrit dans l annexe 2 correspond-il aux besoins?, nous partons du principe que l'ensemble des compétences décrites est complet et correct au niveau de la spécialisation. Question 6 Si non, quelles compétences manquent / sont superflues? (Veuillez limiter vos réponses aux points essentiels) Question 7 A votre avis, une réglementation unifiée de la qualification Infirmières puéricultrices à l échelon suisse est-elle souhaitable et nécessaire?, une réglementation unifiée (EPS nationale) est sensée. C Questions sur le positionnement Question 8 Etes-vous d'accord avec le positionnement de la qualification Infirmières puéricultrices formulé à la position 1 et à l'annexe 1 de la prise de position afférente? 2

8 Question 9 A votre avis, un modèle à deux niveaux est-il nécessaire pour les infirmières puéricultrices, avec un diplôme de niveau examen professionnel en plus d un diplôme de niveau examen professionnel supérieur? Nous ne voyons pas ici de besoin pour un modèle à deux niveaux, mais seulement pour un EPS Question 10 Approuvez-vous les conditions d'admission à la qualification Infirmières puéricultrices formulées à la position 2 de la prise de position afférente?, nous supposons que la liste établie des conditions d'admission pour la qualification est complète. Question 11 Approuvez-vous l'offre de prestations de la qualification Infirmières puéricultrices formulée à la position 4 de la prise de position afférente?, mais nous n'avons pas la compétence de faire des remarques spécifiques. Question 12 Le positionnement des infirmières puéricultrices dans l environnement selon la position 6 de la prise de position afférente, et les interfaces qu il implique correspondent-ils à la réalité de la profession?, mais nous n'avons pas la compétence pour faire des remarques spécifiques. 3

9 D Questions spécifiques, propres aux approfondissements Question 13 Voyez-vous des recoupements ou des synergies non exploitées avec d'autres formations consécutives, comportant des fonctions de conseil, dans le champ professionnel des soins infirmiers, notamment dans la promotion de la santé et la prévention? Décrivez ces éventuels recoupements et synergies. (Veuillez limiter vos descriptions aux points essentiels) des recoupements Dans le rôle propre, dans les compétences transverses d'approfondissement, l'argumentation, les capacités de communication, l'enseignement et pardessus tout le conseil jouent un rôle très important dans de nombreux aspects décrits de la compétence spécialisée. Dans les compétences d'approfondissement spécialisées, le conseil est couplé à la compétence spécialisée. C'est juste et important, absolument en lien avec la pratique dans tous les profils de ce ce niveau de compétences. Nous nous demandons en quoi un profil de conseil en soins infirmiers sans domaine d'expertise aurait du sens? Besoin de la pratique? ce rôle est assumé en principe par les expertes en soins. 4

10 Procédure d audition Profils de compétence Soins infirmiers Questions sur le profil de compétence Soins en néphrologie A Questions sur le contexte situationnel des personnes interrogées par rapport à la spécialité Question 1 Dans votre travail quotidien, existe-t-il une collaboration directe avec des infirmières spécialisées en néphrologie? Question 2 Si oui, quel rapport existe-t-il entre vos activités et celles des infirmières spécialisées en néphrologie? Question 3 S'il n'existe pas de collaboration directe avec des infirmières spécialisées en néphrologie, dans quel contexte situationnel et dans quelle fonction prenezvous position? Comme membre de l'odasanté et membre du groupe de pilotage du projet (Curaviva Suisse). B Questions sur les besoins et sur le profil de compétence Question 4 La description du champ d'activité Soins en néphrologie selon la position 3 de la prise de position afférente correspond-elle à la réalité de la profession, et une qualification Soins en néphrologie est-elle nécessaire dans ce champ d'activité? un diplôme au niveau EPS semble porté sens. Nous ne pouvons pas juger de la correspondance avec la réalité professionnelle, nous faisons confiance au groupe de spécialistes 1

11 Question 5 Si oui, le profil de compétence Soins en néphrologie décrit dans l annexe 2 correspond-il aux besoins?, nous partons du principe que l'ensemble des compétences décrites est complet et correct au niveau de la spécialisation. Nous ne pouvons pas estimer le besoin, les spécialistes en néphrologie le connaissent, ainsi que le niveau nécessaire pour le profil de compétence. Question 6 Si non, quelles compétences manquent / sont superflues? (Veuillez limiter vos réponses aux points essentiels) Question 7 A votre avis, une réglementation unifiée de la qualification Soins en néphrologie à l échelon suisse est-elle souhaitable et nécessaire? C Questions sur le positionnement Question 8 Etes-vous d'accord avec le positionnement de la qualification Soins en néphrologie formulé à la position 1 et à l'annexe 1 de la prise de position afférente? 2

12 Question 9 A votre avis, un modèle à deux niveaux est-il nécessaire pour les infirmières spécialisées en néphrologie, avec un diplôme de niveau examen professionnel en plus d un diplôme de niveau examen professionnel supérieur? Cette question revient aux spécialistes en néphrologie, qui sont compétents pour répondre si un brevet serait sensé. Le plus souvent ce sont des infirmiers et infirmières diplômés sans formation complémentaires qui travaillent en néphrologie dans les services de dialyse. Question 10 Approuvez-vous les conditions d'admission à la qualification Soins en néphrologie formulées à la position 2 de la prise de position afférente?, nous supposons que la liste établie des conditions d'admission pour la qualification est complète. Question 11 Approuvez-vous l'offre de prestations de la qualification Soins en néphrologie formulée à la position 4 de la prise de position afférente?, mais nous n'avons pas la compétence de faire des remarques spécifiques. Question 12 Le positionnement des infirmières spécialisées en néphrologie dans l environnement selon la position 6 de la prise de position afférente, et les interfaces qu il implique correspondent-ils à la réalité de la profession?, mais nous n'avons pas la compétence de faire des remarques spéci- 3

13 fiques. 4

14 Procédure d audition Profils de compétence Soins infirmiers Questions sur le profil de compétence Soins en oncologie A Questions sur le contexte situationnel des personnes interrogées par rapport à la spécialité Question 1 Dans votre travail quotidien, existe-t-il une collaboration directe avec des infirmières spécialisées en soins oncologiques? Question 2 Si oui, quel rapport existe-t-il entre vos activités et celles des infirmières spécialisées en soins oncologiques? Question 3 S'il n'existe pas de collaboration directe avec des des infirmières spécialisées en soins oncologiques, dans quel contexte situationnel et dans quelle fonction prenez-vous position? Comme membre de l'odasanté et du groupe de pilotage du projet (Curaviva Suisse). B Questions sur les besoins et sur le profil de compétence Question 4 La description du champ d'activité Soins en oncologie selon la position 3 de la prise de position afférente correspond-elle à la réalité de la profession, et une qualification Soins en oncologie est-elle nécessaire dans ce champ d'activité? un diplôme au niveau EPS semble avoir du sens ett être nécessaire. Autres obser- 1

15 vations Question 5 Si oui, le profil de compétence Soins en oncologie décrit dans l annexe 2 correspond-il aux besoins?, nous partons du principe que l'ensemble des compétences décrites est complet et correct au niveau de la spécialisation. Question 6 Si non, quelles compétences manquent / sont superflues? (Veuillez limiter vos réponses aux points essentiels) Question 7 A votre avis, une réglementation unifiée de la qualification Soins en oncologie à l échelon suisse est-elle souhaitable et nécessaire?, une réglementation unifiée (EPS national) est sensée. Comment ce profil de compétence se différencie-t-il du CAS en oncologie? C Questions sur le positionnement Question 8 Etes-vous d'accord avec le positionnement de la qualification Soins en oncologie formulé à la position 1 et à l'annexe 1 de la prise de position afférente? 2

16 Question 9 A votre avis, un modèle à deux niveaux est-il nécessaire pour les infirmières spécialisées en soins oncologiques, avec un diplôme de niveau examen professionnel en plus d un diplôme de niveau examen professionnel supérieur? Ce sont les professionnels de l'oncologie qui doivent en juger Nous ne pouvons pas juger si, dans les services de médecine, où sont soignées de nombreux patients atteints de cancer, mais pas uniquement, un brevet serait porteur de sens (savoir spécialisé approfondi et élargi à la place d'un diplôme infirmier). Question 10 Approuvez-vous les conditions d'admission à la qualification Soins en oncologie formulées à la position 2 de la prise de position afférente?, nous supposons que la liste établie des conditions d'admission pour la qualification est complète. Question 11 Approuvez-vous l'offre de prestations de la qualification Soins en oncologie formulée à la position 4 de la prise de position afférente?, mais nous n'avons pas la compétence de faire des remarques spécifiques. Question 12 Le positionnement des infirmières spécialisées en soins oncologiques dans l environnement selon la position 6 de la prise de position afférente, et les interfaces qu il implique correspondent-ils à la réalité de la profession?, mais nous n'avons pas la compétence de faire des remarques spécifiques. 3

17 4

Formations consécutives dans le domaine des soins infirmiers

Formations consécutives dans le domaine des soins infirmiers Formations consécutives dans le domaine des soins infirmiers Document de base concernant le profil de compétence Conseil en soins infirmiers Version du 11 octobre 2013 1 La situation initiale dans le rapport

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS

DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS Marie-José Roulin Directrice adjointe des soins Hôpitaux Universitaire de Genève Cette présentation expose les

Plus en détail

La formation professionnelle supérieure dans les soins de longue durée Une formation professionnelle «New Look»

La formation professionnelle supérieure dans les soins de longue durée Une formation professionnelle «New Look» La formation professionnelle supérieure dans les soins de longue durée Une formation professionnelle «New Look» Tolochenaz, 26 novembre 2015 Marlyse Fleury Responsable romande formation professionnelle

Plus en détail

Profil de la formation en psychologie appliquée dans le cadre des hautes écoles spécialisées (HES-PA)

Profil de la formation en psychologie appliquée dans le cadre des hautes écoles spécialisées (HES-PA) 4.3.3.1.3. Profil de la formation en psychologie appliquée dans le cadre des hautes écoles spécialisées (HES-PA) du 10 juin 1999 1. Statut La formation en psychologie appliquée de niveau HES (HES- PA)

Plus en détail

POUR LES AUXILIAIRES DE SOINS NOUVELLES POSSIBILITÉS DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL

POUR LES AUXILIAIRES DE SOINS NOUVELLES POSSIBILITÉS DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL POUR LES AUXILIAIRES DE SOINS NOUVELLES POSSIBILITÉS DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL LES POSSIBILITÉS QUI S OFFRENT À VOUS Pour les auxiliaires de soins expérimentés/ées, il existe plusieurs voies permettant

Plus en détail

ehealth Suisse Projet partiel Formation Questionnaire (f) Audition 2011

ehealth Suisse Projet partiel Formation Questionnaire (f) Audition 2011 ehealth Suisse Projet partiel Formation Questionnaire (f) Audition 2011 3.10.2011 au 3.11.2011 Page 2 Prise de position de la CDS au Projet partiel «Formation»: Thèmes prioritaires destinés aux offres

Plus en détail

Le Registre de Médecine Empirique RME Qualité et compétence dans la médecine empirique

Le Registre de Médecine Empirique RME Qualité et compétence dans la médecine empirique Le Registre de Médecine Empirique RME Qualité et compétence dans la médecine empirique Le Registre de Médecine Empirique RME est une institution indépendante, de droit privé, dont le siège est situé à

Plus en détail

Ordonnance concernant l exercice de la profession d infirmière et infirmier

Ordonnance concernant l exercice de la profession d infirmière et infirmier 8.7 Ordonnance concernant l exercice de la profession d infirmière et infirmier du 30 novembre 993 Le Gouvernement de la République et Canton du Jura, vu les articles 46, alinéa, lettre g, et 47 à 58 de

Plus en détail

Formation professionnelle TIC Suisse

Formation professionnelle TIC Suisse Formation professionnelle TIC Suisse DIRECTIVES concernant l examen professionnel de: Informaticienne / informaticien 1 en technique des systèmes et réseaux TIC Informaticienne / informaticien en développement

Plus en détail

POUR LES INFIRMIÈRES- ASSISTANTES ET LES INFIRMIERS- ASSISTANTS CC CRS NOUVELLES POSSIBILITÉS DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL

POUR LES INFIRMIÈRES- ASSISTANTES ET LES INFIRMIERS- ASSISTANTS CC CRS NOUVELLES POSSIBILITÉS DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL POUR LES INFIRMIÈRES- ASSISTANTES ET LES INFIRMIERS- ASSISTANTS CC CRS NOUVELLES POSSIBILITÉS DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL DE NOMBREUSES POSSIBILITÉS DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL RECONNAISSANCE CC

Plus en détail

UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU

UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU QUESTIONNAIRE DE CANDIDATURE AU MASTER Unité de Formation et de Recherche / Sciences Humaines EN DEVELOPPEMENT ET EDUCATION DES ADULTES. (U F R / S H ) (à remplir très soigneusement

Plus en détail

Profil HES du domaine de la santé du 13 mai 2004

Profil HES du domaine de la santé du 13 mai 2004 Profil HES du domaine de la santé du 13 mai 2004 1. Statut La formation en santé de niveau HES (HES-santé) est proposée dans le cadre d'un département HES ou d'une entité autonome faisant partie d'une

Plus en détail

FONDS D INITIATIVES RÉGIONALES DE SOUTIEN AUX PERSONNES TOUCHÉES PAR LE CANCER

FONDS D INITIATIVES RÉGIONALES DE SOUTIEN AUX PERSONNES TOUCHÉES PAR LE CANCER FONDS D INITIATIVES RÉGIONALES DE SOUTIEN AUX PERSONNES TOUCHÉES PAR LE CANCER FORMULAIRE DE DEMANDE DE FINANCEMENT Pour être complète, votre demande de financement devra inclure les documents suivants

Plus en détail

Consultation sur l avant-projet de CSSS-N concernant la concrétisation de l initiative parlementaire n 11.418

Consultation sur l avant-projet de CSSS-N concernant la concrétisation de l initiative parlementaire n 11.418 Office fédéral de la santé publique 3003 Berne Berne, le 12 août 2015 Consultation sur l avant-projet de CSSS-N concernant la concrétisation de l initiative parlementaire n 11.418 Réponse sur consultation

Plus en détail

Quelles perspectives pour la formation d expert-e en soins d anesthésie?

Quelles perspectives pour la formation d expert-e en soins d anesthésie? Quelles perspectives pour la formation d expert-e en soins d anesthésie? Claude Laville, Responsable de filière EPD ES SA Direction générale Centre des formations Historique Formation sur «le tas». Formation

Plus en détail

Questionnaire aux institutions prestataires de formation dans les domaines de l'illettrisme et de la formation de base des adultes

Questionnaire aux institutions prestataires de formation dans les domaines de l'illettrisme et de la formation de base des adultes Questionnaire aux institutions prestataires de formation dans les domaines de l'illettrisme et de la formation de base des adultes Données sur l'institution Nom de l'institution Personne de contact Adresse

Plus en détail

Engagement en faveur des personnes en situation de dépendance

Engagement en faveur des personnes en situation de dépendance CURAVIVA SUISSE Engagement en faveur des personnes en situation de dépendance Promotion de la qualité de vie individuelle Les 2500 institutions membres de l association nationale faîtière CURAVIVA Suisse

Plus en détail

Compagnie d'assurance Everest du Canada INSTRUCTIONS CONCERNANT LE FORMULAIRE DE RÉCLAMATION EN CAS D ACCIDENT

Compagnie d'assurance Everest du Canada INSTRUCTIONS CONCERNANT LE FORMULAIRE DE RÉCLAMATION EN CAS D ACCIDENT INSTRUCTIONS CONCERNANT LE FORMULAIRE DE RÉCLAMATION EN CAS D ACCIDENT La Compagnie d'assurance Everest du Canada doit recevoir votre formulaire de réclamation dûment rempli dans les trente (30) jours

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Important: par document, prendre uniquement position pour la formation initiale cochée!

Important: par document, prendre uniquement position pour la formation initiale cochée! Table des matières Domaine A: Généralités Domaine B: Formation initiale en entreprise (ne concerne pas l'école professionnelle) Domaine C: Cours interentreprises (CIE) Domaine D: Ecole professionnelle

Plus en détail

brevet fédéral d informaticien de gestion ... pour booster sa carrière

brevet fédéral d informaticien de gestion ... pour booster sa carrière brevet fédéral d informaticien de gestion... pour booster sa carrière formation continue...clé du succès 25 milliards C est en CHF. le PIB engendré par les TIC en Suisse. Entreprendre pour conduire son

Plus en détail

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse de de gynécologie et obstétrique (SSGO)

Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse de de gynécologie et obstétrique (SSGO) Programme de formation continue (PFC) de la Société suisse de de gynécologie et obstétrique (SSGO) 1. Bases légales et réglementaires Le présent règlement a pour base la Réglementation pour la formation

Plus en détail

Examen langue d interprétariat

Examen langue d interprétariat Certificat INTERPRET d interprète communautaire: Test modèle 2 Avril 2015 Examen langue d interprétariat Contenu Introduction page 2 Structure de l examen page 3 Partie 1 de l examen: entretien page 3

Plus en détail

Liste des éléments de données de la Base de données sur les infirmières et infirmiers réglementés

Liste des éléments de données de la Base de données sur les infirmières et infirmiers réglementés septembre 2013 Liste des éléments de données de la infirmières et Les documents énumérés dans la présente liste ont été adaptés à partir du Dictionnaire des données et manuel de traitement de la 2013.

Plus en détail

Liste des questions pour la consultation sur la Stratégie nationale de prévention des maladies non transmissibles (MNT)

Liste des questions pour la consultation sur la Stratégie nationale de prévention des maladies non transmissibles (MNT) Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Liste des questions pour la consultation sur la Stratégie nationale de prévention des maladies non transmissibles (MNT) Nous

Plus en détail

RÉALISER UNE ÉTUDE D OPPORTUNITÉ DU PROJET DE CRÉATION

RÉALISER UNE ÉTUDE D OPPORTUNITÉ DU PROJET DE CRÉATION RÉALISER UNE ÉTUDE D OPPORTUNITÉ DU PROJET DE CRÉATION Objectif Actions à mener Outils Thématiques à aborder Contexte de création Évaluer l opportunité de création d un GE Entretien d opportunité Analyse

Plus en détail

Marche à suivre pour obtenir votre autorisation de pratiquer en qualité de masseur médical

Marche à suivre pour obtenir votre autorisation de pratiquer en qualité de masseur médical Fribourg : Sourc / Documents Fribourg Sources LS Loi, du 16 novembre 1999, sur la santé, état au 1 er janvier 2011, http://www.lexfind.ch/dta/4820/fr/. OFS Ordonnance, du 9 mars 2010, concernant les fournisseurs

Plus en détail

SHURP les EMS sous la loupe

SHURP les EMS sous la loupe Congrès de l ASI La diversité dans les soins infirmiers, Bâle, 4 6 juin 2014 SHURP les EMS sous la loupe René Schwendimann Institut des sciences infirmières Faculté de médecine, Université de Bâle, Suisse

Plus en détail

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers IPs Institut Perspective Soignante Pour une pratique porteuse de sens et respectueuse des personnes UCL Université Catholique de Louvain Unité des sciences hospitalières et médico-sociales Certificat universitaire

Plus en détail

Demande d'admission dans la FSV comme membre actif

Demande d'admission dans la FSV comme membre actif Fédération Suisse du Voyage Etzelstrasse 42 Case postale 8038 Zürich Demande d'admission dans la FSV comme membre actif Le requérant demande ci-après à être admis comme membre actif, conformément à l art.

Plus en détail

3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées

3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées 3152 Infirmiers autorisés/infirmières autorisées Ce groupe de base comprend les infirmiers autorisés, les infirmiers praticiens, les infirmiers psychiatriques autorisés et les finissants d'un programme

Plus en détail

relative au remboursement des frais de maladie et d invalidité en matière de prestations complémentaires (OMPCF)

relative au remboursement des frais de maladie et d invalidité en matière de prestations complémentaires (OMPCF) Ordonnance du 6 septembre 2010 Entrée en vigueur : 01.01.2011 relative au remboursement des frais de maladie et d invalidité en matière de prestations complémentaires (OMPCF) Le Conseil d Etat du canton

Plus en détail

Valorisation économique des formations postgrades des professionnels de la santé relevant de la responsabilité de la Direction des soins

Valorisation économique des formations postgrades des professionnels de la santé relevant de la responsabilité de la Direction des soins Direction des soins Direction des ressources humaines Valorisation économique des formations postgrades des professionnels de la santé relevant de la responsabilité de la Direction des soins A. Formations

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale Ordonnance sur la formation professionnelle initiale d opticienne/opticien 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 10 mai 2010 85504 Opticienne CFC/Opticien CFC Augenoptikerin EFZ/Augenoptiker EFZ

Plus en détail

Enquête Projet CERTIDoc. Mesdames, Messieurs,

Enquête Projet CERTIDoc. Mesdames, Messieurs, Enquête Projet CERTIDoc Mesdames, Messieurs, Le projet CERTIDoc est l oeuvre commune d un consortium regroupant trois associations de professionnels de l information et documentation : ADBS 1, DGI 2 et

Plus en détail

Les professions suivantes sont considérées comme professions de la santé non universitaires :

Les professions suivantes sont considérées comme professions de la santé non universitaires : Gesundheitsund Fürsorgedirektion des Kantons Bern Spitalamt Dienststelle Berufsbildung Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne Office des hôpitaux Service de la formation

Plus en détail

Plan d études cadre (PEC) «Profil animateur-trice ES» Projet pour la création d un nouveau titre professionnel (ES) dans le domaine social

Plan d études cadre (PEC) «Profil animateur-trice ES» Projet pour la création d un nouveau titre professionnel (ES) dans le domaine social Plan d études cadre (PEC) «Profil animateur-trice ES» Projet pour la création d un nouveau titre professionnel (ES) dans le domaine social 1. Contexte SAVOIRSOCIAL a refusé le projet de PEC «Animateur-trice

Plus en détail

Construction d une collaboration entre une inf spécialisée en plaie et cicatrisation et deux ICLS, une transition réussie pour OZE Le 21.11.

Construction d une collaboration entre une inf spécialisée en plaie et cicatrisation et deux ICLS, une transition réussie pour OZE Le 21.11. XIIème congrès européen des Infirmiers-ères cliniciens-nes, Spécialistes cliniques, Clinicien-nes consultante, symposium no 4 Construction d une collaboration entre une inf spécialisée en plaie et cicatrisation

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale Ordonnance sur la formation professionnelle initiale du 8 décembre 2004 71100 Assistante du commerce de détail/ Assistant du commerce de détail Detailhandelsassistentin/Detailhandelsassistent Assistente

Plus en détail

Droit de la protection de l adulte

Droit de la protection de l adulte Questions fréquemment posées (FAQs) à propos du Droit de la protection de l adulte A quel moment le nouveau droit de la protection de l adulte entrera-t-il en vigueur? D une manière générale, qu est-ce

Plus en détail

Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail

Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail 822.116 du 25 novembre 1996 (Etat le 5 décembre 2006) Le Conseil fédéral suisse, Vu l art. 83, al. 2, de la loi fédérale du

Plus en détail

DIRECTIVES DU DEPARTEMENT DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L ENERGIE CONCERNANT LES CONDITIONS A REMPLIR PAR

DIRECTIVES DU DEPARTEMENT DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L ENERGIE CONCERNANT LES CONDITIONS A REMPLIR PAR DIRECTIVES DU DEPARTEMENT DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L ENERGIE CONCERNANT LES CONDITIONS A REMPLIR PAR LES ETABLISSEMENTS MEDICO-SOCIAUX POUR PERSONNES AGEES EN VUE DE L OBTENTION D UNE AUTORISATION

Plus en détail

Un poste à votre mesure!

Un poste à votre mesure! Titre du poste : INFIRMIÈRE PRATICIENNE EN SOINS DE PREMIÈRE LIGNE (IPSPL) Direction : Direction des soins infirmiers Statut : Temps complet - 35 heures/semaine Quart : Jour LIBELLÉ DU TITRE D EMPLOI Personne

Plus en détail

SECTEUR SOINS ET MEDICO-TECHNIQUE

SECTEUR SOINS ET MEDICO-TECHNIQUE CLASSIFICATION DES FONCTIONS SECTEUR SOINS ET MEDICO-TECHNIQUE Fonctions génériques CPP Classes Conditions/Qualifications Exemples de fonctions FHV Critères Min Max Aide et auxiliaire en soins B 5 9 Aide

Plus en détail

NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE. Session 2013-2016. Une formation novatrice et. articulée autour d une base

NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE. Session 2013-2016. Une formation novatrice et. articulée autour d une base WWW.IREF.CH INFO@IREF.CH FAX 021/671 30 26 TEL 021/671 30 25 1020 RENENS AV. DES BAUMETTES 11 NOUVEAU ET UNIQUE DANS LA FORMATION EN COMPTABILITÉ ET FIDUCIAIRE Une formation novatrice et Session 2013-2016

Plus en détail

Préparation fonds en faveur de la formation professionnelle domaine social de force obligatoire

Préparation fonds en faveur de la formation professionnelle domaine social de force obligatoire Préparation fonds en faveur de la formation professionnelle domaine social de force obligatoire Questionnaire par rapport au dossier pour la consultation interne auprès des membres de SAVOIRSOCIAL et des

Plus en détail

Demande de prestations pour adultes : Moyens auxiliaires

Demande de prestations pour adultes : Moyens auxiliaires Demande de prestations pour adultes : Moyens auxiliaires 1. Moyens auxiliaires Quels moyens auxiliaires (prothèse, fauteil roulant, etc) demandez-vous? Fournisseur souhaité (prière de joindre les copies

Plus en détail

FILIERE SANITAIRE ET SOCIALE

FILIERE SANITAIRE ET SOCIALE ANNEXE III - 1 FILIERE SANITAIRE ET SOCIALE SECTEUR SOCIAL CADRES D EMPLOIS DE DETACHEMENT CONDITIONS A REMPLIR PIECES A FOURNIR CONSEILLER SOCIO-EDUCATIF Peuvent être détachés dans le cadre d emplois

Plus en détail

ESSEC MS ASSURANCE - FINANCE. Etude sur la «Trajectoire» des diplômés des MASTÈRES SPÉCIALISÉS. Monographie. Mars 2006

ESSEC MS ASSURANCE - FINANCE. Etude sur la «Trajectoire» des diplômés des MASTÈRES SPÉCIALISÉS. Monographie. Mars 2006 ESSEC Etude sur la «Trajectoire» des diplômés des MASTÈRES SPÉCIALISÉS Monographie MS ASSURANCE - FINANCE Mars 2006 Sommaire I. Objectifs de l étude II. Résultats Détaillés 1) Motivations à faire le MS

Plus en détail

FORMULAIRE D INSCRIPTION. l Institut des juristes d entreprise

FORMULAIRE D INSCRIPTION. l Institut des juristes d entreprise FORMULAIRE D INSCRIPTION à renvoyer à l IJE, rue des Sols 8, 1000 Bruxelles Par la présente, je souhaite poser ma candidature comme membre de l Institut des juristes d entreprise MERCI D ECRIRE EN LETTRES

Plus en détail

Sommaire. Laure Jeanneret

Sommaire. Laure Jeanneret sommaire p.1 Introduction p.2 Le rôle de la puéricultrice p.3 Les différents secteurs d'activités p.4 Evolution dans le métier p.5 Le salaire de la puéricultrice p.6 Glossaire p.7 Bibliographie p.8 Conclusion

Plus en détail

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013

ZOOM ETUDES Les études paramédicales. Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 ZOOM ETUDES Les études paramédicales Auditorium de l Institut Français du Bénin 9 novembre 2013 L enseignement supérieur français - santé Études de médecine, pharmacie et odontologie : Universités en partenariat

Plus en détail

Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé :

Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé : Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé : J atteste sur l honneur ne pas avoir déposé de demande de valorisation des acquis de l expérience personnelle et professionnelle relative au

Plus en détail

Nous nous occupons personnellement de vous

Nous nous occupons personnellement de vous La confiance... prend du temps. Nous prenons ce temps pour une discussion personnelle avec vous. Pour des diagnostics approfondis et un traitement individuel. Nous nous occupons personnellement de vous

Plus en détail

POUR LES PERSONNES DÉSIRANT REPRENDRE UNE ACTIVITÉ EN EMS UNE OPPORTUNITÉ DE RETOURNER DANS VOTRE PROFESSION

POUR LES PERSONNES DÉSIRANT REPRENDRE UNE ACTIVITÉ EN EMS UNE OPPORTUNITÉ DE RETOURNER DANS VOTRE PROFESSION POUR LES PERSONNES DÉSIRANT REPRENDRE UNE ACTIVITÉ EN EMS UNE OPPORTUNITÉ DE RETOURNER DANS VOTRE PROFESSION Votre expérience est recherchée Dans l EMS, votre expérience de vie sera appréciée. C est un

Plus en détail

Fascicule n 5. Octobre 2003

Fascicule n 5. Octobre 2003 Fascicule n 5 L OSTEOPATHE CONSULTANT DE PREMIER RANG Octobre 2003 L Osteopathe, Consultant de Premier Rang L OSTEOPATHE CONSULTANT DE PREMIER RANG Pourquoi l ostéopathe est un consultant de premier rang?

Plus en détail

Guide d auto-évaluation. Directives à l intention des hautes écoles. Accréditation des hautes écoles universitaires

Guide d auto-évaluation. Directives à l intention des hautes écoles. Accréditation des hautes écoles universitaires Guide d auto-évaluation Directives à l intention des hautes écoles Guide d auto-évaluation Directives à l intention des hautes écoles Table des matières Introduction... 2 1 Principaux buts de l auto-évaluation...

Plus en détail

SECTEUR SOINS ET MEDICO-TECHNIQUE

SECTEUR SOINS ET MEDICO-TECHNIQUE CLASSIFICATION DES FONCTIONS SECTEUR SOINS ET MEDICO-TECHNIQUE Fonctions génériques CPP Classes Conditions/Qualifications Exemples de fonctions FHV Critères Min Max Aide et auxiliaire en soins B 5 9 Aide

Plus en détail

Demande d enregistrement

Demande d enregistrement Demande d enregistrement pour devenir membre ordinaire ou pour la reconnaissance dans une nouvelle catégorie de membre de l ASMTA - Association Suisse des Praticiens en Médecine et Thérapie Ayurvédique

Plus en détail

Association pour le soutien des personnes touchées par les GIST en Suisse

Association pour le soutien des personnes touchées par les GIST en Suisse GIST Groupe Suisse Association pour le soutien des personnes touchées par les GIST en Suisse Statuts 1. Nom et siège Le nom «Association pour le soutien des personnes touchées par les GIST en Suisse» désigne

Plus en détail

Carrière des enseignants des universités Enquête

Carrière des enseignants des universités Enquête Carrière des enseignants des universités Enquête PAYS : STATUT 1. Statut des enseignants des universités CONTRACTUEL Employeur / Commentaires Pour la catégorie d'enseignant, quel est l'employeur : l'etat

Plus en détail

Ordonnance du DFE concernant les conditions minimales de reconnaissance des écoles supérieures d économie

Ordonnance du DFE concernant les conditions minimales de reconnaissance des écoles supérieures d économie Ordonnance du DFE concernant les conditions minimales de reconnaissance des écoles supérieures d économie du 15 mars 2001 Le Département fédéral de l économie, vu l art. 61, al. 2, de la loi fédérale du

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé :

Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé : Date de réception du dossier : Nom : Prénom : Cursus visé : J atteste sur l honneur ne pas avoir déposé de demande de valorisation des acquis de l expérience personnelle et professionnelle visant un même

Plus en détail

SPF Santé publique Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement. F.A.Q. Maintien du titre professionnel particulier de Médecin généraliste

SPF Santé publique Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement. F.A.Q. Maintien du titre professionnel particulier de Médecin généraliste F.A.Q. Maintien du titre professionnel particulier de Médecin généraliste F.A.Q. Maintien du titre professionnel particulier de Médecin généraliste 1. Quels sont les critères pris en compte pour le contrôle

Plus en détail

concernant les fournisseurs de soins (OFS) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg

concernant les fournisseurs de soins (OFS) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Ordonnance du 9 mars 00 concernant les fournisseurs de soins (OFS) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 6 novembre 999 sur la santé ; Sur la proposition de la Direction de la santé et des

Plus en détail

La mesure de "l'engagement professionnel" des professionnels dans les établissements de santé en Europe

La mesure de l'engagement professionnel des professionnels dans les établissements de santé en Europe Deepening our Understanding of Quality Improvement in Europe La mesure de "l'engagement professionnel" des professionnels dans les établissements de santé en Europe Questionnaire pour les responsables

Plus en détail

Titre de la présentation 13.10.12. Vaudoise Assurances 1

Titre de la présentation 13.10.12. Vaudoise Assurances 1 assuré + famille Titre de la présentation 13.10.12 2 11.10.2012 Sommaire 1. Introduction L'indépendance de l'expert médical Le rôle du médecin-conseil Point de vue de l'assureur privé Journée annuelle

Plus en détail

Annonce d un cas d incapacité de travail Formulaire employeur

Annonce d un cas d incapacité de travail Formulaire employeur Annonce d un cas d incapacité de travail Formulaire employeur Pages 1 et 2: à remplir par l employeur de la personne incapable de travailler Affilié Employeur N d affilié Téléphone Rue NPA/Lieu Personne

Plus en détail

DOSSIER PATIENT INFORMATISE : Évaluation de la qualité de la documentation clinique

DOSSIER PATIENT INFORMATISE : Évaluation de la qualité de la documentation clinique DOSSIER PATIENT INFORMATISE : Évaluation de la qualité de la documentation clinique 6 ème Congrès mondial du SIDIIEF Montréal (Canada) - Juin 2015 Direction des soins P. Ducloux, A. Sallet, J. Censier,

Plus en détail

MANAGEMENT URBAIN, ENVIRONNEMENT ET SERVICES

MANAGEMENT URBAIN, ENVIRONNEMENT ET SERVICES ESSEC Etude sur la «Trajectoire» des diplômés des MASTÈRES SPÉCIALISÉS Monographie MS MANAGEMENT URBAIN, ENVIRONNEMENT ET SERVICES Mars 2006 Sommaire I. Objectifs de l étude II. Résultats Détaillés 1)

Plus en détail

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE :

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE : CLSC désigné Centre Affilié Universitaire DESCRIPTION DE FONCTIONS TITRE D EMPLOI : SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : SERVICE : Chef de programme Chef de l administration du programme SIPA Programme SIPA (Système de

Plus en détail

TITRES PROFESSIONNELS PARTICULIERS ET QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES PARTICULIERES POUR LES PRATICIENS DE L ART INFIRMIER.

TITRES PROFESSIONNELS PARTICULIERS ET QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES PARTICULIERES POUR LES PRATICIENS DE L ART INFIRMIER. Cadre légal. TITRES PROFESSIONNELS PARTICULIERS ET QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES PARTICULIERES POUR LES PRATICIENS DE. 1) A.R. n 78, article 35ter : «Le Roi établit la liste des titres professionnels

Plus en détail

gestion des talents brevet fédéral d informaticien... le bon profil pour le bon poste

gestion des talents brevet fédéral d informaticien... le bon profil pour le bon poste gestion des talents brevet fédéral d informaticien... le bon profil pour le bon poste un lien important avec le marché du travail. La formation professionnelle supérieure permet d acquérir les compétences

Plus en détail

Label ICOM pour les formations dans le domaine muséal Demande d accession au label ICOM

Label ICOM pour les formations dans le domaine muséal Demande d accession au label ICOM Label ICOM pour les formations dans le domaine muséal Demande d accession au label ICOM Le label ICOM pour la formation et la formation continue garantit leur qualité et leur lien professionnel avec le

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 1 er décembre 2008 90901 Danseuse interprète CFC/Danseur interprète CFC Bühnentänzerin EFZ/Bühnentänzer

Plus en détail

Directives du 22.12.2014. Statistique cantonale des centres médico-sociaux

Directives du 22.12.2014. Statistique cantonale des centres médico-sociaux Directives du 22.12.2014 Statistique cantonale des centres médico-sociaux 1. Bases légales, buts et organisation de la statistique 1.1 Bases légales Loi cantonale sur la santé (LS) du 14.02.2008 Loi cantonale

Plus en détail

Vade-mecum. pour la préparation, la mise en œuvre et le suivi de l audit. pour la certification de centres du sein

Vade-mecum. pour la préparation, la mise en œuvre et le suivi de l audit. pour la certification de centres du sein Vade-mecum pour la préparation, la mise en œuvre et le suivi de l audit pour la certification de centres du sein Ligue suisse contre le cancer / Ce vade-mecum est rédigé en allemand, français et italien.

Plus en détail

Le case management «formation professionnelle»

Le case management «formation professionnelle» Département fédéral de l'économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Formation professionnelle Le case management «formation professionnelle» Principes et mise

Plus en détail

Questionnaire pour l accréditation des partenaires de vente

Questionnaire pour l accréditation des partenaires de vente Questionnaire pour l accréditation des partenaires de vente Entreprise Nom de la société Domaine d activité Tél. (prof.) Fax (prof.) Rue, n NPA Localité Adresse e-mail de la société Adresse Internet Adresse

Plus en détail

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232

Famille : Analyse laboratoire. Sous-famille : Analyse laboratoire. Code ROME : 52232 Famille : Analyse laboratoire Sous-famille : Analyse laboratoire Code ROME : 52232 Technicien(ne) d analyse chimie / physicochimie Chimiste Technicien(ne)-analyste chimie Analyste chimie Définir, réaliser

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale Ordonnance sur la formation professionnelle initiale 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 14 décembre 2006 70610 Assistante en pharmacie CFC/Assistant en pharmacie CFC Pharma-Assistentin EFZ/Pharma-Assistent

Plus en détail

Un métier, plusieurs conditions d exercice

Un métier, plusieurs conditions d exercice Fiche d animation Compétence A2 Un métier, plusieurs conditions d exercice Objectif Distinguer les conditions d exercice des métiers selon leur environnement : PME, artisanat, grande entreprise, travailleur

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU 1. PREAMBULE 2. MODALITES D ACCES AU RESEAU

CHARTE DU RESEAU 1. PREAMBULE 2. MODALITES D ACCES AU RESEAU CHARTE DU RESEAU Adoptée dans le cadre des dispositions de l article D. 766-1-4 du code de la santé publique 1. PREAMBULE La présente charte fixe les règles applicables aux membres du réseau constitué,

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

Reconnaissance des titres étrangers en soins infirmiers au niveau des titres de l Ecole supérieure

Reconnaissance des titres étrangers en soins infirmiers au niveau des titres de l Ecole supérieure Reconnaissance des titres étrangers en soins infirmiers au niveau des titres de l Ecole supérieure Lignes directrices pour les responsables de homes Lignes directrices relatives à la procédure de reconnaissance

Plus en détail

Modification de l ordonnance du DEFR sur l obtention a posteriori du titre d une haute école spécialisée (RS 414.711.5)

Modification de l ordonnance du DEFR sur l obtention a posteriori du titre d une haute école spécialisée (RS 414.711.5) Département fédéral de l'économie de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d'état à la formation, à la recherche et à l'innovation SEFRI Modification de l ordonnance du DEFR sur l obtention

Plus en détail

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l assurance-maladie (OAMal)

Ordonnance du 27 juin 1995 sur l assurance-maladie (OAMal) Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Assurance-maladie et accidents Ordonnance du 27 juin 1995 sur l assurance-maladie (OAMal) et Ordonnance

Plus en détail

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 811.11 du 19 décembre 1877 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la

Plus en détail

Atelier 2: Formation des professionnels au travail avec interprète: nécessités et stratégies

Atelier 2: Formation des professionnels au travail avec interprète: nécessités et stratégies Atelier 2: Formation des professionnels au travail avec interprète: nécessités et stratégies Patricia Hudelson Orest Weber Lausanne, 30 septembre 2010 Contexte 25 services professionnels d interprétariat

Plus en détail

Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331. Appel de manifestations d'intérêt

Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331. Appel de manifestations d'intérêt 1/5 Cet avis sur le site TED: http://ted.europa.eu/udl?uri=ted:notice:98331-2014:text:fr:html Luxembourg-Luxembourg: Services de traduction AMI14/AR-RU 2014/S 059-098331 Appel de manifestations d'intérêt

Plus en détail

L expert infirmier. Martin Jean-François

L expert infirmier. Martin Jean-François L expert infirmier Qu est-ce que c est l expert infirmier? Un expert est un professionnel d expérience, qui peut apporter à une personne tierce, des connaissances et un éclairage sur une situation que

Plus en détail

Demande de règlement Maladies graves

Demande de règlement Maladies graves Demande de règlement Maladies graves Déclaration de l assuré La demande doit être soumise à l assureur dans les 90 jours suivant le diagnostic. Nom de l assuré : No de police : de naissance : No d assurance

Plus en détail

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif Commentaires explicatifs concernant les documents de base Examen professionnel d Assistant/e spécialisé/e en soins de longue durée et accompagnement (Projet du 27.9.2012) 1 Objectif des commentaires explicatifs

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale Ordonnance sur la formation professionnelle initiale d assistante socio-éducative/assistant socio-éducatif 1 du 16 juin 2005 94303 Assistante socio-éducative/assistant socio-éducatif Fachfrau Betreuung/Fachmann

Plus en détail

Comptable spécialisé(e) edupool.ch Agent(e) fiduciaire spécialisé(e) edupool.ch Fiscaliste spécialisé(e) edupool.ch

Comptable spécialisé(e) edupool.ch Agent(e) fiduciaire spécialisé(e) edupool.ch Fiscaliste spécialisé(e) edupool.ch Comptable spécialisé(e) edupool.ch Agent(e) fiduciaire spécialisé(e) edupool.ch Fiscaliste spécialisé(e) edupool.ch Patronage: veb.ch, Société suisse des employés de commerce Règlement d examen Applicable

Plus en détail

Demande de prestations AI pour adultes: Allocation pour impotent AI

Demande de prestations AI pour adultes: Allocation pour impotent AI Demande de prestations AI pour adultes: Allocation pour impotent AI 1. Renseignements personnels 1.1 Indications personnelles Nom indiquer aussi le nom de célibataire Prénoms tous les prénoms, prière d

Plus en détail

DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS)

DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS) DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS) Critères pour la certification de maisons de repos porteuses du label régional «Qualité-Nutrition»,

Plus en détail

Procédure d'annonce par Internet Accéder à la page des annonces en ligne

Procédure d'annonce par Internet Accéder à la page des annonces en ligne INFO 102 Procédure d'annonce par Internet Accéder à la page des annonces en ligne 1) Entrer l'adresse www.sem.admin.ch dans la barre d'adresse du navigateur Internet 2) Sélectionner l'onglet "Entrée et

Plus en détail