Fondements théoriques du développement du jugement clinique de l infirmière et de l infirmier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fondements théoriques du développement du jugement clinique de l infirmière et de l infirmier"

Transcription

1 SECTION I Fondements théoriques du développement du jugement clinique de l infirmière et de l infirmier Cette première série d activités d apprentissage vise à renforcer l acquisition des concepts de base dont vous aurez besoin tout au long de l exercice de votre profession. Elle vous permettra d établir un lien entre les notions théoriques et les applications pratiques. Elle vous aidera à comprendre le langage médical et vous amènera à découvrir son importance pour communiquer efficacement avec les autres professionnels de la santé. N hésitez pas à consulter les ouvrages mentionnés dans la bibliographie (p. 159). 1. Signes vitaux 2. Température 3. Pouls 4. Respiration 5. Pression artérielle 6. Mécanique corporelle 7. Hygiène 8. Contrôle et transmission de l infection 9. Intégrité de la peau 10. Communication 11. Transmission de l information 12. Collecte de données 13. Examen physique 14. Concept de soi 15. Culture, ethnicité et soins infirmiers 16. Introduction à la formulation d un diagnostic infirmier 17. Formulation d un diagnostic infirmier 18. Évaluation de la personne âgée 19. Soins chirurgicaux 20. Évaluation des plaies 21. Déséquilibres hydroélectrolytiques 22. Élimination urinaire 23. Élimination intestinale 24. Nutrition 25. Tractus gastro-intestinal 26. Diabète sucré 27. Complications du diabète sucré 28. Thérapie à l insuline 29. Considérations d ordre légal

2 La démarche de soins 5 Évaluer l atteinte des objectifs ou des résultats escomptés Vérifier l atteinte des objectifs ou des résultats escomptés Réviser systématiquement la démarche et modifier, au besoin, les interventions 1 Collecter des données Recueillir des données relatives aux besoins fondamentaux 4 Exécuter le plan de soins Établir un plan de travail à l aide de diverses sources d information Exécuter les soins Définir la terminologie médicale 2 Analyser et interpréter les données Comparer les données avec les normalités connues 3 Planifier les soins Faire le plan de soins : objectifs et interventions Établir un ordre de priorités pour les interventions planifiées Déterminer les complications possibles

3 1.1 Révision et définitions a) Nommez les quatres voies par lesquelles on peut prendre la température. orale axillaire rectale tympanique 1. Signes vitaux b) Identifiez les sites de pouls à l aide du diagramme. Carotidien Temporal Apical Brachial c) Nommer les deux endroits où l on peut prendre la pression artérielle. Antébrachial Poplité Fémoral Poplité Radial Tibial postérieur Pédieux d) Définissez les termes suivants : Signes vitaux Température Pouls Fréquence respiratoire, pouls, température, pression artérielle. Degré de chaleur du corps mesuré en degrés. Onde sanguine pompée dans la paroi artérielle avec chaque battement. Respiration Processus par lequel se fait l échange d 0 2 et de CO 2. Pression artérielle Fébrile Apyrétique Anorexie Fatigue Pression que le sang exerce sur les parois des artères. Qui se caractérise par la fièvre, élévation de la température du corps au-dessus de la normale. Qui n occasionne pas de fièvre. Perte ou diminution de l appétit. Épuisement. 2 SECTION I Fondements théoriques

4 1.2 Situation clinique Depuis deux jours, M. Morin a une forte fièvre. Il est secoué de frissons et souffre de diaphorèse nocturne, d anorexie et de fatigue. Le médecin le trouve fébrile. M. Morin est admis à l hôpital. À la demande du médecin, les signes vitaux doivent être vérifiés aux quatre heures. M. Morin présente de la pyrexie. À 8 h, ses signes vitaux sont les suivants : T : 39,1 C ; pouls : 96 ; resp. : 26 ; P.A. : 148/88. a) En vous fondant sur cette situation clinique, écrivez sur la fiche la date d aujourd hui et les signes vitaux relevés à 8 h. Ajoutez les signes vitaux suivants relevés dans la même journée : 12 h T : 38,8 C ; pouls : 108 ; resp. : 32 ; P.A. : 160/76 16 h T : 38,4 C ; pouls : 98 ; resp. : 28 ; P.A. : 154/82 20 h T : 37,8 C ; pouls : 80 ; resp. : 24 ; P.A. : 150/90 Notez les signes vitaux relevés à 8 h le lendemain : T : 37,6 C ; pouls : 72 ; resp. : 18 ; P.A. : 146/94 Reliez les relevés de température de manière à obtenir une courbe de tempérarure. Date Heure 04:00 08:00 12:00 16:00 20:00 24:00 04:00 08:00 12:00 16:00 20:00 24:00 40,0 C 104 F 39, , , , , , , ,6 96 Pouls Resp P.A. 148/88 160/76 154/82 150/90 146/94 b) Indiquez les moyennes normales des signes vitaux chez l adulte : Température corporelle Pouls Respiration Pression artérielle bpm /80 Orale (buccale) Axillaire Rectale 98,6 o F ou 37 o C 97,6 o F ou 36,5 o C 99,5 o F ou 27,5 o C Fondements théoriques SECTION I 3

5 2.1 Révision et définitions 2. Température a) La température du corps est régularisée par : L hypothalamus b) Nommez les six facteurs qui influent sur la température du corps. Âge Exercice Hormone Variations diurnes Stress Environnement c) La température du corps se maintient constante par la production de chaleur et la perte de chaleur. Nommez * quatre facteurs qui influent sur la production de chaleur : Métabolisme basal Exercice (activité musculaire) Nommez quatre facteurs qui influent sur la perte de chaleur : Radiation Convection Conduction Évaporation * remplacer par : deux facteurs. d) Définissez les termes suivants : Température Hyperthermie Hypothermie Insolation Conduction Convection Évaporation Radiation Degré de chaleur du corps mesuré en degrés. Température du corps au-dessus de la normale. Température du corps au-dessous de la normale. Forte réaction à l exposition à la chaleur caractérisée par l hyperthermie. Processus de transmission de la chaleur ou d une autre forme d énergie d un objet à l autre. Transfert de la chaleur par le mouvement de particules chauffées. Transformation d un liquide en vapeur, menant à une perte imperceptible de chaleur. Émission de chaleur sous forme de rayons ou d ondes électromagnétiques. 4 SECTION I Fondements théoriques

6 2.2 Situation clinique M me Raymond est âgée de 79 ans. Elle a été transportée à l urgence de l hôpital après avoir été trouvée inconsciente à sa résidence. Le médecin qui l a examinée a posé un diagnostic d insolation. Voici les signes vitaux de M me Raymond : T rectale : 40,5 C ; pouls : 100 ; resp. : 16, P.A. : 118/64. Sa peau est rouge, chaude et sèche au toucher. Elle dit avoir des nausées. Le médecin demande que la température soit vérifiée toutes les heures. a) Expliquez comment, chez M me Raymond, le facteur d évaporation a contribué au développement de l insolation : Évaporation de liquide organique (sueur) suite à une exposition prolongée à la chaleur ou au soleil. b) Remplissez les thermomètres de façon à refléter les relevés de température de M me Raymond durant votre quart de travail. Heure Relevé de température Thermomètre 08:00 40,6 C 09:00 39,8 C 10:00 40,1 C 11:00 38,7 C 12:00 39,9 C 13:00 39,2 C 14:00 38,6 C 15:00 37,9 C c) Inscrivez les relevés de température de votre quart de travail sur le graphique. Tracez une ligne reliant les relevés de température. Heure 08:00 09:00 10:00 11:00 12:00 13:00 14:00 15:00 40,6 C 105 F 40, , , , , , , ,6 96 Fondements théoriques SECTION I 5

7 3.1 Révision et définitions 3. Pouls a) Le pouls normal moyen d un adulte est : bpm. b) Les caractéristiques du pouls comprennent la description du rythme, de la fréquence du pouls de la qualité ou de la force et du pouls. d) Sur le diagramme, encerclez et nommez les sites où l on peut prendre le pouls. Temporal Carotidien Apical Brachial c) La fréquence du pouls est reliée à : Âge Stress Sexe Infection Exercice Changements de position Médication Maladie cardiaque Fémoral Poplité Tibial postérieur Pédieux Radial e) Le pouls apical est pris quand le pouls radial est irrégulier ou inaccessible. Avant l administration de certains médicaments pour le cœur. f) Pour prendre le pouls apical, on place le stéthoscope sur la poitrine, sur le cinquième espace intercostal plus précisément, le long de la ligne mamelonnaire gauche. g) Définissez les termes suivants : Pouls Débit systolique Débit cardiaque Rythme du pouls Qualité du pouls Tachycardie Bradycardie Onde sanguine pompée dans la paroi artérielle avec chaque battement. Volume de sang éjecté par le ventricule gauche avec chaque battement du cœur. Quantité de sang éjectée par les ventricules gauche et droit par minute. Désigne le modèle et l intervalle entre les battements. Désigne la force de chaque pulsation. Accélération de la fréquence cardiaque au-delà de 100 bpm. Ralentissement de la fréquence cardiaque à un rythme inférieur à 60 battements par minute. 6 SECTION I Fondements théoriques

8 Arythmie Variation dans la régularité et le rythme des battements du cœur. 3.2 Situation clinique M. Savoie a 52 ans. Accompagné de sa femme, il se rend à la clinique. Il dit que son rythme cardiaque est rapide et qu il a l impression que son cœur «est à la course». Comme son pouls est irrégulier (160 battements par minute (bpm)), on lui suggère de se rendre à l hôpital. À son arrivée, ses signes vitaux sont les suivants : T : 36,8 C ; pouls : 168 ; resp. : 28 ; P.A. : 146/90. Sa peau est moite et il est très anxieux. Le médecin prescrit des médicaments pour le cœur et demande que le pouls soit pris toutes les deux heures. a) En considérant le pouls de 168 bpm, cochez les mots qui décriraient le mieux les caractéristiques d un tel pouls. Fréquence Rythme Qualité rapide régulier faible tachycardie irrégulier filant bradycardie augmentée anormal dysrhythmie bondissant difficile à palper b) Nommez le site du pouls représenté dans chaque diagramme et écrivez la raison pour laquelle vous choisiriez de vérifier le pouls à ce site. Pouls : Carotidien Pouls : apical Raison : RCR Raison : maladie cardiaque, administration de médicament pour le cœur Pouls : radial Pouls : pédieux Raison : contrôle de routine du pouls Raison : maladies vasculaires périphériques des membres inférieurs Fondements théoriques SECTION I 7

9 4.1 Révision et définition 4. Respiration a) La fréquence moyenne normale de la b) Un profil respiratoire normal comprend le respiration pour un adulte est : nombre d inspirations complètes et d expirations c) Les caractéristiques de la respiration comprennent la description complètes en une minute. de la fréquence, de l amplitude, et du rythme. Ce diagramme montre un profil d) Les neufs facteurs qui interviennent dans respiratoire eupnéique. les caractéristiques de la respiration sont : Exercice Position du corps Anxiété Traumatisme crânien Douleur Trouble pulmonaire Tabagisme Altitude Celui-ci montre un profil respiratoire. Médication bradypnéique e) Définissez les termes suivants : Respiration Échange de O 2 et de CO 2. Tachypnée Bradypnée Eupnée Apnée Orthopnée Dyspnée Respiration de type Cheynes-Stokes Respiration de type Kussmaul Sécrétions bronchiques Accélération du rythme respiratoire. Lenteur anormale de la respiration. Profil respiratoire normal, rythmique, sans effort. Absence ou arrêt de la respiration. Difficulté à respirer sauf dans la position assise. Difficulté à respirer. Profil respiratoire marqué par des périodes d apnée suivies d une augmentation graduelle de l amplitude et de la fréquence des respirations. Profil respiratoire marqué par une augmentation de la fréquence et de l amplitude des respirations. Mucosité visqueuse et épaisse excrétée des voies respiratoires. 8 SECTION I Fondements théoriques

10 * Volume expiratoire * Maximal seconde Épreuve diagnostique où le client doit expirer dans un appareil afin que l on vérifie sa capacité et sa force pulmonaire. * remplacer les définitions Volume expiratoire et Maximal seconde par: Volume expiratoire maximal seconde (une seule définition) 4.2 Situation clinique M. Kay a été fumeur pendant 20 ans. Au cours des six derniers mois, il a noté un essoufflement accru. De plus, il se plaint d une toux productive accompagnée de sécrétions blanchâtres et épaisses. L infirmière observe une fréquence respiratoire régulière à 32/min et décrit les bruits pulmonaires comme des craquements fins perceptibles à l auscultation. a) En considérant la fréquence respiratoire de 32/min, cochez les mots qui décriraient le mieux les caractéristiques d un tel profil respiratoire. Fréquence eupnée tachypnée bradypnée apnée Amplitude profonde inspiration/expiration complète courte superficielle Rythme régulier irrégulier b) Tracez une ligne reliant les bruits pulmonaires ci-dessous à la description appropriée. Wheezing Crépitants Sibillants sifflement de timbre variable fréquemment audible à l inspiration lors de l auscultation, craquements fins audibles aux bases pulmonaires lors de l auscultation, son musical continu, aigu, plus facilement audible à l expiration c) Dites quel bruit pulmonaire décrit le mieux la situation de M. Kay. Crépitants d) Tracez le diagramme de chacun des profils respiratoires indiqués sous les encadrés. Comparez vos diagrammes avec ceux d une ou d un collègue et discutez-en. 1 minute Profil respiratoire : Apnée 1 minute Profil respiratoire : Cheynes-Stokes 1 minute Profil respiratoire : Tachypnée 1 minute Profil respiratoire : Kussmaul Fondements théoriques SECTION I 9

11 5.1 Révision et définitions 5. Pression artérielle a) La pression artérielle moyenne pour un adulte b) Nommez les parties des instruments suivants est 120/80 mm Hg. utilisés pour prendre la pression artérielle. Vessie Pavillon c) Voici les cinq facteurs qui interviennent dans la pression artérielle : Âge / Sexe Exercice /Stress Race / Obésité Manchon Entonnoir Médication /Maladie cardiaque Cloche Variation diurne / Tabagisme Manomètre Poire d) Définissez les termes suivants : Pression artérielle Pression systolique Pression diastolique Phases de Korotkow Pression différentielle Hypertension Hypotension Hypotension orthostatique Trou auscultatoire Pression qu exercent les battements cardiaques contre les parois artérielles. Pression qu exerce le cœur sur les parois artérielles au cours de la contraction. Plus faible quantité de pression qui s exerce sur les parois artérielles durant la décontraction du cœur. Bruits entendus au cours de l auscultation de la pression artérielle. Différence entre la pression systolique et la pression diastolique. Pression systolique > 140 mm Hg et pression diastolique > 90 mm Hg. Pression systolique < 100 mm Hg. Sphygmomanomètre anéroïde Baisse de la pression artérielle au passage d une position horizontale à une position verticale. Absence temporaire de phases de Korotkow. 10 SECTION I Fondements théoriques

12 5.2 Situation clinique M. Barthélémy est un homme de 65 ans, d origine haïtienne. Il se rend au CLSC toutes les semaines pour faire vérifier sa pression artérielle. Il fume deux paquets de cigarettes par jour depuis 20 ans. Son père est décédé d une maladie cardiaque et son frère souffre d hypertension. Sa pression artérielle actuelle est de 174/104 et il se plaint de céphalée et de vertige lorsqu il se lève le matin. a) En considérant cette situation clinique, énumérez les quatre facteurs qui prédisposent M. Barthélémy à souffrir d hypertension. Âge Hérédité Tabagisme Sexe L infirmière clinicienne surveille la pression artérielle de M. Barthélémy pendant trois jours. Voici les résultats : Jour 1 11:00 210/110 11:15 202/104 11:30 190/98 Jour 2 11:00 188/100 11:15 170/98 11:30 164/94 Jour 3, 11:00 Couché 178/100 Assis 166/90 Debout 150/90 b) Indiquez les relevés de la pression artérielle sur la fiche en utilisant le symbole pour la pression systolique et le symbole pour la pression diastolique. Reliez les deux symboles par une ligne droite. Indiquez les relevés de la pression artérielle orthostatique en utilisant les symboles appropriés. Comparez votre fiche avec celle d une ou d un collègue. Date Heure P.A :00 Jour 1 11:15 11:30 11:00 Jour 2 11:15 11:30 11:00 Jour 3 11:15 11:30 Fondements théoriques SECTION I 11

13 6.1 Révision et définitions 6. Mécanique corporelle a) Dressez la liste des six facteurs qui intervien- b) Examinez la figure et nommez les quatre nent dans l habileté à bouger et à maintenir principes de base de la mécanique corporelle. un alignement corporel. Garder le dos droit Âge Utiliser les grands muscles/plier aux genoux Appareil LM et SNC intacts (non atteints par arthrite, paralysie, fractures, dystrophies musculaires, etc.) Utiliser une large base de soutien État mental Abaisser le centre de gravité Nutrition Niveau d énergie (fatigue) Grossesse c) Définissez les termes suivants : Amplitude des mouvements Exercices actifs d amplitude de mouvements Exercices passifs d amplitude de mouvements AVC Hémiplégie Alignement corporel Rouleau manuel Rouleau trochantérien Appui-pieds Chute du pied Flasque Mouvements des articulations dans le degré maximal de liberté d une articulation. Exercices effectués de façon indépendante par la personne. Exercices portant sur les articulations et effectués par une autre personne pour le client. Accident vasculaire cérébral. Paralysie d un côté du corps. Placement adéquat des parties du corps l une par rapport à l autre. Dispositif de soutien qui aide à maintenir la main dans une position anatomique. Dispositif de soutien placé sous la hanche qui empêche la rotation externe lorsque le client est en décubitus dorsal. Dispositif de soutien qui aide à conserver la dorsiflexion du pied. Anomalie caractérisée par la dorsiflexion et l impossibilité de flexion ou rotation du pied. Tonus musculaire faible ou absent. 12 SECTION I Fondements théoriques

14 6.2 Situation clinique M me Leblanc a été victime d un accident vasculaire cérébral (AVC), causant une hémiplégie du côté gauche. Le médecin a recommandé de la lever deux fois par jour et de la tourner toutes les deux heures lorsqu elle est alitée. L infirmière demande au personnel de faire effectuer des exercices passifs pour développer l amplitude des mouvements du côté gauche et d utiliser des supports pour assurer un alignement corporel adéquat. M me Leblanc devra faire des exercices actifs pour développer l amplitude des mouvements du côté droit. a) Nommez les parties du corps qui requièrent des soins infirmiers particuliers dans ce cas et choisissez, à l aide de la liste ci-dessous, l appareil le plus approprié pour aider M me Leblanc à maintenir un alignement corporel adéquat. Dans la dernière colonne, énoncez la complication qu on tente de prévenir. Rouleau manuel, rouleau pour le trochantérien, oreiller, trapèze, sac de sable, appui-pied. Épaule gauche Bras gauche Main gauche Hanche gauche Pied gauche Parties du corps Appareils recommandés Complications à éviter Oreiller Oreiller Rouleau manuel Rouleau pour le trochantérien/sac de sable Appui-pieds Luxation de l épaule Œdème Flexion des doigts Rotation externe de la hanche Dorsiflexion ou pied tombant b) Dans la liste ci-dessous, choisissez les activités de la vie quotidienne (AVQ) que M me Leblanc pourrait faire sans aide pour développer l amplitude des mouvements du côté droit. Se brosser les dents Se déplacer du lit à la chaise Faire des flexions et des extensions plantaires Se peigner les cheveux Marcher Être debout Se laver le visage Manger seule c) Indiquez l ordre des interventions suivantes pour aider M me Leblanc à sortir du lit et à s installer dans le fauteuil roulant. 2 Placer le fauteuil roulant parallèle au lit et à la tête du lit (côté droit). 3 Bloquer les freins du fauteuil roulant. 6 Aider M me Leblanc à s asseoir sur le bord du lit. 1 Donner des instructions à M me Leblanc pour accéder au bras droit du fauteuil roulant. 4 Croiser son pied gauche par-dessus son pied droit. 8 Demander à M me Leblanc de saisir le bras droit du fauteuil roulant. 9 Supporter M me Leblanc du côté gauche pendant le transport vers le fauteuil roulant. 7 Lever M me Leblanc en bloquant son pied gauche et en la maintenant par la taille. 5 Demander à M me Leblanc de soutenir son pied gauche avec son pied droit. Fondements théoriques SECTION I 13

15 7.1 Révision et définitions 7. Hygiène a) Nommez trois buts du bain : b) Cochez l information qui décrit le mieux Nettoyer et évaluer l état de la peau du client les soins du matin et ceux du soir. Favoriser la circulation Soins du matin : Favoriser le confort/la détente Commencer le bain tôt dans la journée. Donner les soins d hygiène buccale. Laver le visage et les mains. c) Offrir le bassin ou l urinal, ou aider le Énumérez trois différentes méthodes malade à se rendre à la salle de bain. pour donner un bain : Bain complet au lit Bain partiel au lit Soins du soir : Frictionner le dos. Replacer les draps. Donner les soins d hygiène buccale. Baignoire ou douche Prendre les signes vitaux. d) Définissez les termes suivants : Bas anti-emboliques Stomatite Canthus Ecchymose Périnée Grandes lèvres Petites lèvres Prépuce Bas qui favorisent le retour veineux vers le cœur. Inflammation des muqueuses de la bouche. Angle formé par la paupière supérieure et la paupière inférieure. Tache bleuâtre de la peau ; bleu. Structures anatomiques entre la vulve et l anus chez les femmes et entre le scrotum et l anus chez les hommes. Les deux grands replis cutanés qui entourent la vulve. Les deux petits replis cutanés entre les grandes lèvres et le vagin. Revêtement cutané du gland du pénis. 14 SECTION I Fondements théoriques

16 7.2 Situation clinique Âgée de 88 ans, M me Hallé est hospitalisée depuis deux jours. Son rythme cardiaque est irrégulier. Elle est confuse et reste alitée. Elle souffre d incontinence urinaire et fécale, et porte une culotte d incontinence pour adulte. Sa peau est très mince. Il y a plusieurs ecchymoses sur les membres inférieurs. M me Hallé porte des bas anti-emboliques. Ses ongles d orteils sont longs, jaunes et épais. Il y a des traces de matières fécales séchées sous ses ongles. a) Cochez les interventions appropriées pour les soins des mains et des pieds de M me Hallé. Mains Ne rien faire et attendre qu on vous donne des instructions. Tremper les mains dans l eau tiède pendant 10 minutes. Donner un bain comme à l habitude, mais sans tremper les mains. Utiliser un bâtonnet ou un cure-oreille pour enlever les résidus de matières fécales sous les ongles. Couper les ongles soigneusement afin de prévenir toute accumulation de saletés. Pieds Enlever les bas anti-emboliques durant le bain. Tremper les pieds dans l eau tiède pendant 10 minutes. Donner un bain partiel, puis appliquer de la lotion. Bien assécher entre les orteils. Couper les ongles d orteils bien droits. b) Décrivez la meilleure façon de donner les soins du périnée chez : une femme : Nettoyer de l avant à l arrière en commençant par les grandes lèvres, les petites lèvres et les replis entre les deux. Utiliser une partie distincte de la débarbouillette pour nettoyer chaque région. un homme : S il n est pas circoncis, repousser le prépuce. Commencer à la pointe du méat urétral d un mouvement circulaire. Nettoyer en allant vers le bas, de la pointe du pénis au scrotum. 7.3 Situations cliniques Déterminez le type de bain (bain complet, bain partiel ou douche)* qui convient le mieux dans les cas suivants : 1) Une femme de 39 ans ayant subi une intervention chirurgicale à l abdomen sortira de l hôpital ce matin. 2) Une personne de 56 ans souffrant de troubles pulmonaires est en détresse respiratoire au moindre effort. 3) Une femme de 23 ans, alerte, a eu une convulsion deux jours plus tôt. 4) Une personne de 46 ans, victime d un accident de voiture hier, a subi une commotion cérébrale légère sans fractures. Type de bain : Partiel Type de bain : Complet Type de bain : Partiel Type de bain : Complet * Selon les directives du médecin ou la politique de l hôpital. Fondements théoriques SECTION I 15

17 8.1 Révision et définitions 8. Contrôle et transmission de l infection a) Donnez un exemple pour chacun des éléments de la chaîne d infection : Agent infectieux Ex. : Virus, bactéries, champignons Ex. : Réservoir Organisme humain, animaux, plantes, nourriture, eau Ex. : Hôte Client à risque d infection, GI/GU/peau Ex. : Sortie Voies respiratoires, système reproducteur, sang Ex. : Entrée Voies respiratoires, système reproducteur, sang Mode de transmission Ex. : Contact direct, indirect b) Définissez les termes suivants : Zona Maladie de peau causée par le virus de l herpès. Déshydratation Diminution importante des liquides dans l organisme accompagnée d un déséquilibre électrolytique. Période d incubation Intervalle de temps compris entre l entrée du microorganisme dans l organisme et l apparition des premiers symptômes. Étape du prodrome Intervalle de temps compris entre l apparition de signes et de symptômes non spécifiques de l infection (ex.: malaise, fatigue) et l apparition de signes et de symptômes spécifiques de la maladie. Étape manifeste de la maladie Manifestation des signes et des symptômes de la maladie. Convalescence Infection nosocomiale Asepsie médicale Asepsie chirurgicale Disparition des signes et des symptômes aigus de la maladie. Phase de recouvrement. Infection contractée en milieu hospitalier. Ensemble des mesures de prévention appliquées afin de diminuer et de contrôler la transmission des microorganismes (ex. : lavage des mains, port du masque, etc.). Ensemble des procédés visant à éliminer les microorganismes d un endroit quelconque et à utiliser du matériel stérile dans le but d empêcher l introduction de microorganismes pathogènes chez le client. 16 SECTION I Fondements théoriques

18 8.2 Situation clinique Caroline étudie en soins infirmiers. Durant son stage en milieu clinique, elle prend soin de M. Tremblay. Cet homme de 79 ans est hospitalisé pour déshydratation. Il a récemment été affligé d une infection appelée zona. En lui donnant son bain, Caroline remarque que M. Tremblay a la peau très sèche. Sa température est de 38,0 C. Son urine est concentrée. Les résultats de laboratoire révèlent que ses leucocytes sont à /L. a) Énumérez les quatre facteurs de risque qui prédisposent M. Tremblay à un processus infectieux. Déshydratation Âge Cas récent de zona Augmentation des globules blancs b) Du point de vue médical, justifiez chacun des facteurs de risque précédents. Diminution importante des liquides dans l organisme accompagnée d un déséquilibre électrolytique. Altération du système immunitaire. Augmentation du danger de lésions au niveau de la peau. Processus de défense de l organisme en présence d infection. c) Pour prodiguer des soins à M. Tremblay, quel type d asepsie le personnel soignant utilisera-t-il? Asepsie médicale d) Dans les diagrammes suivants, ajoutez les éléments de la chaîne de transmission : 1) Un membre de la famille de M. Tremblay, qui souffre de la grippe, lui rend visite. Élément: Hôte M. Tremblay Agent infectieux Élément: Élément: Virus Entrée Voies respiratoires Élément: Réservoir Organisme humain Élément: Mode de transmission Élément: Air Sortie Voies respiratoires 2) Un membre du personnel soignant donne des soins aux clients sans changer de gants : Élément: Hôte Clients Agent infectieux Élément: Élément: Peau Bactéries Entrée Élément: Réservoir Gants Élément: Mode de transmission Élément: Contact Peau Sortie Fondements théoriques SECTION I 17

19 9.1 Révision et définitions a) Énumérez les onze facteurs de risque de développement d un ulcère de pression : Immobilité Œdème Inactivité Anémie Déficit nutritionnel Obésité Altération de l état mental Âge avancé Altération des sensations Incontinence corporelles 9. Intégrité de la peau Médication (sédatifs, analgésiques) b) Dans le schéma suivant, encerclez les cinq points de pression chez un client alité. c) Définissez les termes suivants : Ulcère de pression Nécrose Ischémie Hyperémie Croûte Escarre Tunnellisation Débridement Excoriation Lésion tissulaire localisée causée par l ischémie attribuable à la pression ou à une force de cisaillement. Dégénérescence pathologique conduisant à la mort d une cellule ou des tissus. Arrêt ou insuffisance de l apport de sang dans un tissu, attribuable à une vasoconstriction ou à une compression artérielle. Afflux de sang causé par une diminution temporaire de la circulation. Exsudat séché recouvrant les plaies. Nécrose tissulaire d origine ischémique formant une croûte noirâtre plus ou moins épaisse. Création d un conduit en forme de tunnel, entièrement recouvert par les tissus au sein desquels il est établi. Excision et enlèvement des tissus morts ou étrangers dans une plaie. Lésion superficielle de la peau et des muqueuses. 9.2 Situation clinique M me Tessier, 88 ans, a été admise à l hôpital pour une fracture du coude gauche. Elle présente des signes de carences nutritionnelles, est anorexique et ne pèse que 40 kg. Elle tient des propos confus. Afin de prévenir les chutes, le médecin a prescrit l installation de contentions. Sa peau est mince et fragile. M me Tessier doit être repositionnée fréquemment lorsqu elle est au fauteuil ou dans son lit. De plus, elle souffre d incontinence urinaire. 18 SECTION I Fondements théoriques

20 a) En vous référant au cas de M me Tessier, encerclez dans le tableau ci-dessous le chiffre correspondant à la situation. (Le chiffre 1 représente un risque élevé d ulcère de pression.) Perception sensorielle Intacte 4 Légèrement réduite 3 Très réduite 2 Nulle 1 Humidité Rarement humide 4 Parfois humide 3 Souvent humide 2 Toujours humide 1 Activité Marche fréquemment 4 Marche à l occasion 3 Se déplace en fauteuil roulant 2 Reste alitée 1 Mobilité Complète 4 Légèrement réduite 3 Très réduite 2 Nulle 1 État nutritionnel Excellent 4 Bon 3 Probablement déficient 2 Très mauvais 1 Friction et cisaillement Aucun problème 4 Aucun problème apparent 3 Problème potentiel 2 Problème réel 1 Total des points Braden, B. et N. Bergstrom, dans Bryant R., Acute and Chronic Wounds Care : Nursing Management, St. Louis, Mosby-Year Book Inc., Un tableau plus complet est disponible dans les annexes. L infirmière qui s occupe de M me Tessier depuis deux jours note les observations suivantes au dossier : «rougeurs et excoriation superficielle dans la région du sacrum sur une surface de 2,5 cm sur 2,5 cm. D r Stanley avisé.» b) D après les observations de l infirmière, déterminez le stade d évolution de l ulcère de pression chez M me Tessier : Stade 1 Erythème qui ne pâlit pas sous la pression. Stade 2 Destruction partielle de l épiderme ou du derme (phlyctène, excoriation, desquamation). Stade 3 Destruction complète de l épiderme et du derme avec altération ou nécrose des tissus sous-cutanés. Stade 4 Destruction importante des tissus cutanés et sous-cutanés. Nécrose et atteinte du muscle, de l os ou des tendons. 9.3 Situations cliniques Déterminez le stade de développement de l ulcère de pression dans chacune des situations suivantes. 1) M. Houle a été trouvé inconscient à son domicile. Il a une plaie ouverte au talon droit de 5 cm de largeur et de 2 cm de profondeur. L odeur émanant de la plaie est nauséabonde et l os du talon est exposé. Stade de développement : 4 2) L infirmière note la présence d une plaie ouverte à la hanche droite d un client. Le tissu souscutané est visible. Aucun exsudat n est observé. Stade de développement : 3 Fondements théoriques SECTION I 19

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière Loin de mes yeux Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière expérience une dimension unique. Voici un guide tout simple, une carte routière pour vous montrer les chemins

Plus en détail

Module Soins Intensifs

Module Soins Intensifs Module Soins Intensifs Prise en charge du bds en soins intensifs De la surveillance clinique à l examen clinique. Ferron Fred SURVEILLANCE DU BDS EN SOINS INTENSIF:... comprend et explique en détail les

Plus en détail

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN Informations générales Pour vous, pour la vie Cette brochure vise à vous fournir des informations générales concernant l intervention chirurgicale que vous

Plus en détail

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans)

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans) La drépanocytose Sikkelcelziekte (Frans) Qu est-ce que la drépanocytose? La drépanocytose est une maladie causée par un changement héréditaire du pigment rouge dans les globules rouges : l hémoglobine.

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Séquence maladie: insuffisance cardiaque Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Janvier 2012 Finalité de l atelier: Présentation de la séance Cette séance a pour buts de vous permettre

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie LE GLAUCOME Questions et réponses en vue d une chirurgie Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations générales sur la chirurgie que vous devrez subir. Votre chirurgien pourra vous donner

Plus en détail

Les gencives et la santé générale. Qu est-ce qu une maladie des gencives? d autres types de problèmes de santé ou en causer de nouveaux.

Les gencives et la santé générale. Qu est-ce qu une maladie des gencives? d autres types de problèmes de santé ou en causer de nouveaux. Les gencives et la santé générale Nous savons tous que la prévention est l une des clés du maintien de la santé générale. Nous faisons de l exercice et nous surveillons notre alimentation pour nous aider

Plus en détail

Ce livret a été élaboré par le département d ergothérapie de L Hôpital d Ottawa, Campus Général.

Ce livret a été élaboré par le département d ergothérapie de L Hôpital d Ottawa, Campus Général. GÉRER VOTRE FATIGUE Gérer votre fatigue Guide pratique destiné aux personnes atteintes de cancer et à leur famille Cette brochure contient des renseignements généraux qui ne sont pas spécifiques à vous.

Plus en détail

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE Une technique chirurgicale Pour vous, pour la vie Qu est-ce que la cholécystectomie? C est l intervention chirurgicale pratiquée pour enlever la vésicule biliaire.

Plus en détail

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand POURQUOI? Des milliers de personnes meurent chaque jour des suites d infections acquises au cours des procédures de soins. Les germes sont principalement

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence

Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Pour toutes les personnes qui veulent en savoir plus sur l incontinence Texte: Inkontinenscentrum i Västra Götaland Photographie: Kajsa Lundberg Layout: Svensk Information Avez-vous des difficultés à vous

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015 M. BLOT Ergothérapeute CHU de NIMES Introduction Définition de l hémiplégie Causes Evolution Conséquences Description Prise en charge du patient en fonction de l activité

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA)

Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? (FA) Qu est-ce que la fibrillation auriculaire? La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble du rythme le plus répandu. Certains signaux du cœur deviennent

Plus en détail

Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire

Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire GUIDE POUR LES PARENTS 514-412-4400, poste 23310 hopitalpourenfants.com/trauma Le fémur est l os le plus long du corps humain : il

Plus en détail

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées

Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Évaluation et prise en charge des personnes âgées faisant des chutes répétées OUTIL D ÉVALUATION DES PRATIQUES Avril 2009 Avec le partenariat méthodologique et le concours

Plus en détail

Guide. Chirurgie d un jour. Enfant (moins de 14 ans) HÔPITAL DE MARIA RÉVISÉ NOVEMBRE 2006

Guide. Chirurgie d un jour. Enfant (moins de 14 ans) HÔPITAL DE MARIA RÉVISÉ NOVEMBRE 2006 Guide Chirurgie d un jour Enfant (moins de 14 ans) RÉVISÉ NOVEMBRE 2006 HÔPITAL DE MARIA Chirurgie d un jour Contenu Avant la chirurgie... 2 À l unité de soins... 4 Au départ pour la salle d opération...

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Mieux informé sur la maladie de reflux

Mieux informé sur la maladie de reflux Information destinée aux patients Mieux informé sur la maladie de reflux Les médicaments à l arc-en-ciel Mise à jour de l'information: septembre 2013 «Maladie de reflux» Maladie de reflux La maladie de

Plus en détail

Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir?

Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir? Un environnement sans fumée pour vos enfants. Comment y parvenir? Renseignements sur la fumée secondaire et tertiaire Qu est-ce que la fumée secondaire? La fumée secondaire est une combinaison de fumée

Plus en détail

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN La fatigue visuelle figure souvent au premier plan parmi les manifestations physiques ressenties par les utilisatrices

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

Faire des étirements pour améliorer la flexibilité

Faire des étirements pour améliorer la flexibilité MINTO PREVENTION & REHABILITATION CENTRE CENTRE DE PREVENTION ET DE READAPTATION MINTO Faire des étirements pour améliorer la flexibilité Aperçu de la trousse Les exercices d étirement font partie intégrante

Plus en détail

Quand il fait CHAUD POUR. Prudence!

Quand il fait CHAUD POUR. Prudence! Quand il fait CHAUD POUR MOURIR Prudence! Comment la chaleur affecte-t-elle la santé? L été, le soleil et le beau temps sont sources de nombreux plaisirs Par contre, lorsque la chaleur est trop intense,

Plus en détail

PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1

PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1 PREVENTION DES TMS S. MORANA AISMT13 18/01/2010 1 Les Troubles Musculosquelettiques (TMS) constituent un enjeu en Santé au Travail. En France, les TMS sont la première cause de reconnaissance de Maladie

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau 5e édition Résumé L ergonomie s intéresse à l adaptation du travail au travailleur. Par «travail», on entend ici le milieu de travail, le poste de travail et les tâches à accomplir. Les conditions ergonomiques

Plus en détail

POUR VOUS QUI SEREZ OPÉRÉ POUR UNE CHIRURGIE DE L OEIL

POUR VOUS QUI SEREZ OPÉRÉ POUR UNE CHIRURGIE DE L OEIL 23 POUR VOUS QUI SEREZ OPÉRÉ POUR UNE CHIRURGIE DE L OEIL Informations générales sur les étapes entourant votre séjour à l hôpital et votre chirurgie Pour vous, pour la vie En externe, chirurgie d un jour

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

Questionnaire Médical

Questionnaire Médical Nom et prénom(s) de l élève: Date de naissance: Questionnaire Médical Ce formulaire est à compléter, avant de commencer l année scolaire, pour les nouveaux élèves ainsi que pour les élèves poursuivant

Plus en détail

La hernie discale Votre dos au jour le jour...

La hernie discale Votre dos au jour le jour... La hernie discale Votre dos au jour le jour... Votre dos est fragile. Ce document va vous aider à le préserver au jour le jour. Si vous venez de vous faire opérer, certaines activités vous sont déconseillées

Plus en détail

GUIDE D EXERCICES D ÉTIREMENT

GUIDE D EXERCICES D ÉTIREMENT GUIDE D EXERCICES D ÉTIREMENT Page 17 ÉTIREMENTS SÉCURITAIRES Les étirements augmentent graduellement l élasticité des muscles et l amplitude des mouvements articulaires. Après la période de retour au

Plus en détail

Proposition d un outil de gestion de la Qualité des soins en EMS à l aide du système PLAISIR. Ann-Lise Guisset Université catholique de Louvain

Proposition d un outil de gestion de la Qualité des soins en EMS à l aide du système PLAISIR. Ann-Lise Guisset Université catholique de Louvain Proposition d un outil de gestion de la Qualité des soins en EMS à l aide du système PLAISIR Ann-Lise Guisset Université catholique de Louvain Objectifs Mise en évidence de pratiques Evaluation de la qualité

Plus en détail

Entretenir la condition physique des seniors

Entretenir la condition physique des seniors Entretenir la condition physique des seniors Réalisation : A. TERLICOQ, Assistante Technique Département Oise, sous la direction de l équipe technique nationale, Fédération française EPMM Sports pour Tous

Plus en détail

Manuel de l ergonomie au bureau

Manuel de l ergonomie au bureau Manuel de l ergonomie au bureau 1 Manuel préparé par le Service environnement, santé et sécurité de l Université Concordia. Pour tout complément d information sur l ergonomie, les étirements et les autres

Plus en détail

Prévention des escarres

Prévention des escarres Prévention des escarres MOBILISATION ET POSITIONNEMENT Historique 1848 : Robert Graves Ecrivait qu il était possible de prévenir les escarres par une mobilisation régulière. 1961 : Kosiak Etude sur les

Plus en détail

Malaises. Chutes du sujet âgé. Chutes. Malaise et chute? Attitude pratique. Evaluer les conséquences

Malaises. Chutes du sujet âgé. Chutes. Malaise et chute? Attitude pratique. Evaluer les conséquences Chutes du sujet âgé S. Moulias Unité de Court Séjour Gériatrique Hôpital Ambroise Paré Boulogne Billancourt Malaises indisposition ou incommodité générale vague et imprécise syncope lipothymie vertige

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR. DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc

NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR. DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR DAKTOZIN 2,5 mg/150 mg pommade Nitrate de miconazole et oxyde de zinc Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des

Plus en détail

Service de Soins Intensifs

Service de Soins Intensifs CLINIQUE SAINT-JEAN ASBL Service de Soins Intensifs a santé au coeur de Bruxelles CLINIQUE SAINT-JEAN Brochure d accueil Soins Intensifs Clinique Saint-Jean a.s.b.l. Boulevard du Jardin Botanique, 32 1000

Plus en détail

COLLABORATEURS CLINIQUES

COLLABORATEURS CLINIQUES CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC CONCEPTION Véronique Roberge, Infirmière clinicienne COLLABORATEURS CLINIQUES Céline Bergeron, Infirmière clinicienne spécialisée Sylvie Côté, Assistante infirmière

Plus en détail

LES BONS RÉFLEXES FACE AUX ALLERGIES

LES BONS RÉFLEXES FACE AUX ALLERGIES ADOS ET JEUNES ADULTES LES BONS RÉFLEXES FACE AUX ALLERGIES Sous le parrainage de : La 7 e Journée Française de l Allergie est organisée par : Avec le soutien de : En partenariat avec : Allergie, j agis!

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA SANTE RESPIRATOIRE ET ALLERGIQUE DES ECOLIERS ET LEUR ENVIRONNEMENT SCOLAIRE

QUESTIONNAIRE SUR LA SANTE RESPIRATOIRE ET ALLERGIQUE DES ECOLIERS ET LEUR ENVIRONNEMENT SCOLAIRE Santé et pollution intérieure dans les écoles : Réseau d observation en Europe QUESTIONNAIRE SUR LA SANTE RESPIRATOIRE ET ALLERGIQUE DES ECOLIERS ET LEUR ENVIRONNEMENT SCOLAIRE A compléter par les enfants

Plus en détail

premières 48h Date Date

premières 48h Date Date L HDQ HSFA CHU L Système de mesure de l autonomie fonctionnelle SMAF Évaluation Réévaluation Réévaluation 7 premières 48h e à 9 e jour ~ 22 e jour d hospitalisation d hospitalisation Activités de la vie

Plus en détail

Théorie et pratique de l'échauffement

Théorie et pratique de l'échauffement Théorie et pratique de l'échauffement D'une manière générale, les élèves (non pratiquants dans les clubs sportifs et même certains d'entre eux pendant les cours d'eps) n aiment pas s'échauffer. En effet,

Plus en détail

Infections urinaires chez l enfant

Infections urinaires chez l enfant Infections urinaires chez l enfant Questions et réponses pour diminuer vos inquiétudes Chers parents, Cette brochure a pour but de faciliter votre compréhension et de diminuer vos inquiétudes en vous

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Le soin d hygiène en fin de vie. Guide d intervention pratique

Le soin d hygiène en fin de vie. Guide d intervention pratique Le soin d hygiène en fin de vie Guide d intervention pratique Édition Centre de santé et de services sociaux de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent Mise en page, production et impression Robert Julien,

Plus en détail

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions L opération de la cataracte Des réponses à vos questions Qu est-ce que la cataracte? Quel objectif? Cette brochure vous donne toutes les informations utiles concernant l opération de la cataracte. Définition

Plus en détail

Articulaction Exercices pour le dos et le cou

Articulaction Exercices pour le dos et le cou Articulaction Exercices pour le dos et le cou Programme de prévention des blessures au travail Service de santé et sécurité au travail Centre Acti-Santé Programme d exercices pour le dos et le cou Les

Plus en détail

lu ~~ FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Référence: DB

lu ~~ FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Référence: DB FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE lu ~~ Référence: DB Objet: Nouvelles fiches de saisine du Comité Technique Paritaire Circulaire sur le stress

Plus en détail

Perfusions de corticoïdes à domicile

Perfusions de corticoïdes à domicile Perfusions de corticoïdes à domicile Livret Infirmier Copyright France 2009 Physiopathologie de la SEP La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique inflammatoire, caractérisée par la destruction

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

Traitements contre la SP Gilenya MD

Traitements contre la SP Gilenya MD 1 Série Les Essentiels de MSology Gilenya MD (fingolimod) Document élaboré par MSology avec la précieuse collaboration des infirmières consultantes suivantes spécialisées en sclérose en plaques : Trudy

Plus en détail

Exercices pour renforcer les muscles abdominaux après l accouchement

Exercices pour renforcer les muscles abdominaux après l accouchement Exercices pour renforcer les muscles abdominaux après l accouchement Pendant la grossesse, les muscles du ventre, appelés abdominaux, s étirent beaucoup et perdent souvent de la force. Il est important

Plus en détail

Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés

Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Developé pour le Centre

Plus en détail

Comment prévenir l érythème fessier

Comment prévenir l érythème fessier Comment prévenir l érythème fessier Cette publication vous apprendra ce qu il faut faire pour prévenir l érythème fessier (ou irritation de la peau sous une couche). Votre enfant reçoit des médicaments

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

La mort imminente à domicile

La mort imminente à domicile Renseignements pour les personnes soignantes La mort imminente à domicile À quoi s attendre? Que faire? Table des matières À quoi s attendre?... 1 Quand une personne est mourante... 2 Au moment de la mort...

Plus en détail

Le protecteur buccal : tout à fait génial!

Le protecteur buccal : tout à fait génial! Le scellement des puits et fissures : bien sûr! Les crevasses des surfaces masticatrices emprisonnent facilement les débris d aliments et les bactéries, favorisant ainsi la carie. Dès que les premières

Plus en détail

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons.

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons. SANS ORDONNANCE Solutions pour le bain et la douche : Huiles Farine d avoine Sels d Epsom Sels de al Mer Morte Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames.

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager

Brûlures d estomac. Mieux les comprendre pour mieux les soulager Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Définition et causes Brûlures d estomac Mieux les comprendre pour mieux les soulager Vous arrive-t-il de ressentir une douleur à l estomac

Plus en détail

BLESSURES DE SURUTILISATION

BLESSURES DE SURUTILISATION INTRODUCTION Monsieur Sansouci est un fervent amateur de course à pied et de natation. Voulant participer à une course de 10 km dans quelques semaines, il a augmenté son volume d entraînement. Par contre,

Plus en détail

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales

Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport. *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales Ministère du Tourisme, de la Culture et du Sport *Lignes directrices relatives aux commotions cérébrales *Les présentes lignes directrices ont pour seul but de donner des renseignements généraux. Elles

Plus en détail

LA PERTE DE CONSCIENCE

LA PERTE DE CONSCIENCE CES QUELQUES NOTIONS PEUVENT SAUVER DES VIES. PENSEZ Y SV D URGENCES Pompiers et service médical urgent : 100 Police : 101 L'HEMORRAGIE Comment reconnaître une hémorragie? Le sang s'écoule abondamment

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question, n hésitez surtout

Plus en détail

Pauses réparatrices. Votre santé avant tout

Pauses réparatrices. Votre santé avant tout Pauses réparatrices Votre santé avant tout Accordez davantage de place à l activité physique et à la détente dans votre journée de travail, vous augmenterez ainsi votre bienêtre et votre performance. Vous

Plus en détail

TROUSSE DE DÉMARRAGE POUR SOINS DE L INCONTINENCE Mode d emploi

TROUSSE DE DÉMARRAGE POUR SOINS DE L INCONTINENCE Mode d emploi S O I N S D E L I N C O N T I N E N C E P O U R F E M M E S TROUSSE DE DÉMARRAGE POUR SOINS DE L INCONTINENCE Mode d emploi 0120 REF UR208 V.10 JUN20/07 POUR OBTENIR DE L AIDE: 1-866-560-5690 WWW.URESTA.COM

Plus en détail

LES ÉTAPES DE RELAXATION

LES ÉTAPES DE RELAXATION LES ÉTAPES DE RELAXATION 1. Consacrez-vous les 20 prochaines minutes en vous donnant la permission de prendre du temps pour vous-mêmes. 2. Ne pensez pas à vos soucis vous n avez pas besoin de faire quoique

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture 148 l e x a m e n m u s c u l o s q u e l e t t i q u e I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Faites l effort de maintenir une

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nature du diabète gestationnel Le diabète gestationnel apparait durant la grossesse et disparaît généralement après l accouchement. Dans la plupart des cas, il est trouvé par une

Plus en détail

Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées

Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées LA MAYENNE C O N S E I L G É N É R A L Original à conserver et photocopie(s) à retourner à un ou plusieurs établissements de votre

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 SOINS DE BOUCHE ENTRETIEN DES PROTHESES DENTAIRES L état bucco-dentaire est souvent préoccupant

Plus en détail

QUESTIONNAIRE MÈRE AYANT UN BÉBÉ MOINS DE 6 MOIS

QUESTIONNAIRE MÈRE AYANT UN BÉBÉ MOINS DE 6 MOIS QUESTIONNAIRE MÈRE AYANT UN BÉBÉ MOINS DE 6 MOIS Numéro questionnaire : Région : District : Commune /quartier : Nom de l enquêteur : Date de l enquête : Signature : I. INTRODUCTION: Je vais vous poser

Plus en détail

Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements

Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements Parlons «BASSIN» Petite séance d étirements pour faciliter le relâchement et l ouverture du bassin Lors d une séance d étirements, beaucoup de coureurs à pied auront tendance à privilégier surtout certaines

Plus en détail

Hockey Canada 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES. 8.1 Principes généraux de conditionnement

Hockey Canada 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES. 8.1 Principes généraux de conditionnement 8.0 TECHNIQUES DE PRÉVENTION DES BLESSURES 8.1 Principes généraux de conditionnement C est un fait bien connu que les joueurs en excellente forme physique sont moins susceptibles de subir des blessures.

Plus en détail

Comment ça va? Quand ça ne va pas. 4 comment ça va?

Comment ça va? Quand ça ne va pas. 4 comment ça va? Comment ça va? 1 Voici quatre dialogues. Dites à quelle situation de communication correspond chacun d eux. Situation a) : consultation chez un médecin. Situation b) : salutations dans la rue, par simple

Plus en détail

Centre d apprentissage. Extraction de cataracte. Carnet d'enseignement à la clientèle

Centre d apprentissage. Extraction de cataracte. Carnet d'enseignement à la clientèle Centre d apprentissage Extraction de cataracte Carnet d'enseignement à la clientèle Janvier 2013 Ma chirurgie est le : Me présenter à l admission #, pour l inscription à heures. AIDE MÉMOIRE POUR VOTRE

Plus en détail

Unité 1. Au jour le jour

Unité 1. Au jour le jour Unité 1 Au jour le jour PARTIE 1 A Le français pratique Activité 1 Les parties du corps Identifiez les parties du corps puis faites correspondre les expressions 1 4 a Je mange b Je cours 2 5 c Je joue

Plus en détail

APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX

APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX Hôpital Privé d Antony APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX Livret d information Hôpital Privé d Antony OPC/KINE/297 Page 1 sur 6 Intervenants Rédigé par : Nom Profession Le Visa C.DUPUY

Plus en détail

GUIDE D'ENSEIGNEMENT PRÉOPÉRATOIRE Pour la clientèle admise avant l'opération

GUIDE D'ENSEIGNEMENT PRÉOPÉRATOIRE Pour la clientèle admise avant l'opération GUIDE D'ENSEIGNEMENT PRÉOPÉRATOIRE Pour la clientèle admise avant l'opération Voici un petit guide qui vous renseignera sur tous les éléments à connaître concernant votre chirurgie. AVANT L OPÉRATION Les

Plus en détail

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca

Guide à l intention des patients et des familles. Le don d un rein. www.nshealth.ca Guide à l intention des patients et des familles 2015 Le don d un rein www.nshealth.ca Le don d un rein Programme de transplantation rénale avec donneur vivant Il n y a jamais assez de dons de reins pour

Plus en détail

Unité 1. Au jour le jour

Unité 1. Au jour le jour Unité 1 Au jour le jour PARTIE 1 A Le français pratique Activité 1 Les parties du corps Identifiez les parties du corps puis faites correspondre les expressions Unité 1 Partie 1 e d a 1 f 4 a Je mange

Plus en détail