Une recherche ancrée dans la pratique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une recherche ancrée dans la pratique"

Transcription

1 Santé Thérapie psychomotrice Prévention Soins infirmiers Quali Efficience Ergothérapie Collaboration Physiothérapie Diversité Préventio Technique en radiologie médicale Promotion Nutrition et diététiqu Partenariat Sage-femme Partenariat Santé Thérapie psychomotri Diversité Prévention Technique en radiologie médicale Promotion Prévention Soins infirmiers Qualité Efficience Ergothérapie Collaboratio Physiothérapie Diversité Prévention Technique en radiologie médica Promotion Nutrition et diététique Partenariat Sage-femme Partenariat San Thérapie psychomotrice Prévention Soins infirmiers Qualité Efficien Ergothérapie Collaboration Physiothérapie Diversité Prévention Techniqu en radiologie médicale Promotion Nutrition et diététique Partenariat Sag femme Partenariat Santé Thérapie psychomotrice Prévention Soin infirmiers Qualité Efficience Ergothérapie Collaboration Physiothérap Diversité Prévention Technique en radiologie médicale Promotion Nutritio et diététique Partenariat Sage-femme Partenariat Santé Thérap psychomotrice Prévention Soins infirmiers Qualité Efficience Ergothérap Collaboration Physiothérapie Diversité Prévention Technique en radiolog Soins infirmiers Qualité Efficience Ergothérapie Collaboration Physiothérapie Diversité Prévention Technique en radiologie médicale Promotion Nutrition et diététique Partenariat Sage-femme Partenariat Santé Thérapie psychomotrice Prévention Soins infirmiers Qualité Efficience Ergothérapie Collaboration Physiothérapie Diversité Prévention Technique en radiologie médicale Promotion Nutrition et diététique Partenariat Sage-femme Partenariat Santé Thérapie psychomotrice Prévention Soins infirmiers Qualité Efficience Ergothérapie Collaboration Physiothérapie Diversité Prévention Technique en radiologie médicale Promotion Nutrition et diététique Partenariat Sagefemme Partenariat Santé Thérapie psychomotrice Prévention Soins infirmiers Qualité Efficience Ergothérapie Collaboration Physiothérapie Qualité Efficience Ergothérapie Collaboration versité Prévention Technique en radiologie médicale n et diététique Partenariat Sage-femme Partenariat sychomotrice Prévention Soins infirmiers Qualité apie Collaboration Physiothérapie Diversité Prévention llaboration Physiothérapie Diversité Prévention édicale Promotion Nutrition et diététique Partenariat Santé Thérapie psychomotrice Qualité Efficience Ergothérapie Collaboration santé Prévention Technique en radiologie médicale tique Partenariat Sage-femme Partenariat Santé révention Soins infirmiers Qualité Efficience Physiothérapie Diversité Prévention Technique otion Nutrition et diététique Partenariat Sageé Thérapie psychomotrice Prévention Soins ce Ergothérapie Collaboration Physiothérapie ique en radiologie médicale Promotion Nutrition Sage-femme Partenariat Santé Thérapie Soins infirmiers Qualité Efficience Ergothérapie ie Diversité Prévention Technique en radiologie Une recherche ancrée dans la pratique Ra&D Santé HES-SO Soins infirmiers Qualité Efficience Ergothéra Physiothérapie Diversité Prévention Technique en r Promotion Nutrition et diététique Partenariat Sage- Santé Thérapie psychomotrice Prévention Soins Efficience Ergothérapie Collaboration Physiothérapie D Technique en radiologie médicale Promotion Nutr Partenariat Sage-femme Partenariat Santé Théra Prévention Soins infirmiers Qualité Efficience Ergothé Physiothérapie Diversité Prévention Technique en r Promotion Nutrition et diététique Partenariat Sage- ficience ologie médicale Ergothérapie Promotion Collaboration Nutrition et diététique ntion femme Technique Partenariat radiologie Santé Thérapie médicale psychomotrice e firmiers Partenariat Qualité Sage-femme Efficience Ergothérapie Partenariat Collaboration versité Prévention Prévention Soins Technique infirmiers en Qualité radiologie médicale ion n et Physiothérapie diététique Partenariat Diversité Prévention Sage-femme Partenariat le sychomotrice Promotion Prévention Nutrition et Soins diététique infirmiers Qualité apie ariat Collaboration Santé Thérapie Physiothérapie psychomotrice Diversité Prévention ologie é Efficience médicale Ergothérapie Promotion Collaboration Nutrition et diététique ntion femme artenariat Technique Partenariat Santé Thérapie psychomotrice firmiers Qualité Sage-femme Efficience Nutrition radiologie Ergothérapie Partenariat et médicale diététique Collaboration Santé Partenariat Sage-femme Partenari e versité révention Partenariat Prévention Soins Sage-femme infirmiers Thérapie Technique psychomotrice Partenariat Qualité radiologie Efficience Prévention médicale Soins infirmiers Qualité Prévention n Physiothérapie Soins et diététique Partenariat Diversité Ergothérapie infirmiers Prévention Qualité Physiothérapie Diversité Prévention Sage-femme Collaboration Technique Partenariat Physiothérapie Diversité Prévention Promotion le sychomotrice Nutrition Promotion Nutrition Prévention et radiologie diététique et Soins médicale diététique infirmiers Partenariat Promotion Qualité Nutrition et diététique P apie anté ariat Collaboration Thérapie psychomotrice Santé Thérapie Physiothérapie Sage-femme Prévention Partenariat psychomotrice Diversité Soins Prévention Santé Thérapie psychomotrice Préven nce ologie Ergothérapie é Efficience médicale Collaboration Ergothérapie Promotion infirmiers Qualité Collaboration Nutrition Physiothérapie Efficience et diététique Ergothérapie Collaboration Phys ntion femme chnique Technique Partenariat radiologie Diversité radiologie Santé médicale Thérapie Prévention Promotion médicale psychomotrice Technique en radiologie médicale artenariat Sage-femme Nutrition Partenariat et diététique Santé Partenariat Sage-femme Partenari e révention Partenariat Soins Sage-femme infirmiers Thérapie psychomotrice Partenariat Qualité Efficience Prévention Soins infirmiers Qualité Physiothérapie Prévention Soins Diversité Ergothérapie infirmiers Prévention Collaboration Qualité Technique Physiothérapie Diversité Prévention Promotion Nutrition en et radiologie diététique médicale Partenariat Promotion Nutrition et diététique P anté Thérapie psychomotrice Sage-femme Prévention Partenariat Soins Santé Thérapie psychomotrice Préven nce Ergothérapie Collaboration infirmiers Qualité Physiothérapie Efficience Ergothérapie Collaboration Phys chnique en radiologie Diversité médicale Prévention Promotion Technique en radiologie médicale artenariat Sage-femme Nutrition Partenariat et diététique Santé Partenariat Sage-femme Partenari Prévention Soins infirmiers Thérapie psychomotrice Qualité Efficience Prévention Soins infirmiers Qualité Physiothérapie Diversité Ergothérapie Prévention Collaboration Technique Physiothérapie Diversité Prévention

2 Sommaire 1- La HES-SO Une ville multiculturelle et un vivier de compétences en recherche appliquée 2- Une diversité de parcours pour une même mission Portraits de chercheuses et chercheurs 3- Comment l inspiration vient-elle? Un dialogue permanent avec les terrains 4- Quelques chiffres 5- En savoir plus 6- Récapitulatif des projets de recherche ( )

3

4 Chapitre 1 La HES-SO Une ville multiculturelle et un vivier de compétences en recherche appliquée Avec plus de étudiantes et étudiants et plus de personnes qui travaillent dans ses hautes écoles, la HES-SO est aujourd hui une ville de taille moyenne qui s étend sur les cantons de la Suisse occidentale et la partie francophone du canton de Berne. Elle est un carrefour multiculturel où se déclinent les activités de ses six domaines d enseignement et de recherche. La HES-SO vise une qualité de la Recherche appliquée et du Développement (Ra&D) de niveau international dans l ensemble de ses domaines d études, tout en assurant un impact majeur de ses résultats sur la qualité de sa formation ainsi qu auprès des milieux professionnels régionaux concernés. Pour atteindre ces objectifs, la HES-SO oriente sa politique institutionnelle selon trois axes de développement : - renforcer l impact régional de la recherche ; - valoriser les résultats de la recherche et le transfert de connaissances ; - diversifier les sources de financement de la recherche. Consciente de la diversité des pratiques de recherche en son sein, la HES-SO confie à ses domaines d étude l élaboration de stratégies Ra&D propres qui permettront d atteindre son objectif institutionnel. Ces stratégies s inscrivent dans leur spécificité et se situent en complémentarité avec celles des autres hautes écoles de Suisse. Les activités de Ra&D sont menées au sein même des hautes écoles de la HES-SO. De ce fait, cette dernière encourage la mise en réseaux des compétences ainsi que les collaborations internes, notamment à caractère pluridisciplinaire. Le pilotage de la recherche est conçu de manière à laisser volontairement aux différents acteurs et actrices la possibilité de s orienter de façon autonome, selon leurs traditions de recherche, dans leurs contextes spécifiques et avec leurs partenaires de terrain. Plusieurs de ses hautes écoles ont décroché des participations importantes dans des projets de recherche européens et renforcé ainsi le rayonnement de la HES-SO sur le plan international. 5 La HES-SO

5 Le domaine Santé Le domaine Santé est en nombre d étudiantes et étudiants le troisième domaine de la HES-SO. Il réunit les huit filières de formation suivantes : Filières Bachelor : Soins infirmiers Sage-femme Physiothérapie Ergothérapie Technique en radiologie médicale Nutrition et diététique Thérapie psychomotrice Filière Master (en collaboration avec l Université de Lausanne) : Master en Sciences infirmières Les filières ont connu durant ces six dernières années une augmentation significative des étudiantes et des étudiants démontrant ainsi l attractivité de la formation. Ce constat est encourageant puisqu il va dans le sens de la nécessaire augmentation du nombre de personnes diplômées pour relever le défi de la pénurie de personnel engagé dans les professions de la santé. La recherche appliquée et développement dans le domaine Santé Depuis l intégration du domaine Santé dans la HES-SO, la progression de la recherche est considérable. Celle-ci a émergé grâce aux mesures d impulsions spécifiques, que ce soit au niveau de la HES-SO, au niveau national avec le programme DORE du Fonds National Suisse de la recherche scientifique, et au niveau cantonal avec le financement d une partie des activités de recherche. La recherche s est organisée et construite autour de quatre réseaux de compétence santé - social qui portent sur les questions de la diversité culturelle et la citoyenneté dans les domaines santé-social (CEDIC) ; les réflexions innovantes relatives aux actrices et acteurs, aux enjeux et aux nouvelles relations qui se situent aux confins de différents champs, disciplines ou professions de la santé et du social (RECSS) ; les thèmes touchant les pratiques de santé, la réadaptation et la réinsertion (Ré Sa R) ; enfin ceux qui concerne les politiques de la santé, sociales et familiales (REA). La HES-SO 6

6 Par ses activités de recherche, le domaine Santé vise deux finalités : - développer la recherche dans les différentes filières tout en optimisant le transfert des résultats dans la formation de base et la formation continue ; - développer des projets d innovation dans la pratique professionnelle. Pour atteindre ces finalités, le domaine vise à renforcer les différents moyens à mettre en œuvre, principalement sur les plans organisationnel, de la communication, de la valorisation ainsi que des ressources financières. D autre part, la définition de priorités de recherche constitue une tâche importante pour chacune des filières. Compte tenu des priorités nationales et internationales en matière de santé, le domaine a, quant à lui, arrêté cinq thématiques prioritaires : 1. Evolution démographique (vieillissement, fin de vie, chronicité, migrations, transformation des structures familiales). 2. Dispositifs socio-sanitaires (économique, organisationnel, assurantiel, accès aux soins). 3. Développement et évaluation d outils et de compétences cliniques et techniques. 4. Prévention, promotion de la santé. 5. Réhabilitation, réinsertion. Le domaine Santé s attache à renforcer les compétences du corps professoral dans la recherche et à promouvoir les collaborations inter filières et inter domaines ainsi que dans les réseaux de recherche nationaux et européens. Il porte en outre une attention particulière aux besoins et aux attentes du terrain, soit en initiant des recherches, soit en délivrant des prestations de service. 7 La HES-SO

7

8 Chapitre 2 Une diversité de parcours pour une même mission Portraits de chercheuses et chercheurs Pour parler de la recherche, il importe de présenter d abord les chercheuses et les chercheurs. Voici quatre portraits qui illustrent la variété et la richesse des compétences et des domaines investigués. 9 Chercheuses et chercheurs du XXI ème siècle

9

10 «Je suis d abord et avant tout un clinicien curieux» Jérôme Favrod professeur HES-SO (HEdS La Source Soins infirmiers) C est avec cette préoccupation constante de comprendre et améliorer la qualité des soins à apporter aux personnes ayant un problème de santé mentale, un handicap, une différence que Jérôme Favrod est devenu professeur HES. Les patientes et patients posent des problèmes qu il étudie afin de trouver des réponses et améliorer les pratiques en soins infirmiers. Ce travail s inscrit dans un partenariat avec les professionnels de terrain et les patients, puisqu il conserve une activité clinique. Etre chercheuse ou chercheur, c est combiner la rigueur méthodologique et la créativité pour résoudre les problèmes rencontrés. Avec des compétences cliniques et scientifiques, il conduit divers projets de recherche, participe à la formation de la relève en accompagnant des étudiant-e-s du master en sciences infirmières. La spécificité de la chercheuse et du chercheur en soins infirmiers, c est vouloir mieux comprendre les réponses humaines dysfonctionnelles à des problèmes de santé et améliorer les soins afin que les personnes patientes puissent s adapter aux exigences imposées par les modifications de l état de santé. La ou le chercheur doit développer une alliance avec les personnes patientes et les équipes de soins. Jérôme Favrod s intéresse aux autres disciplines pour identifier comment s y prendre avec des problèmes dont on n a aucune solution pratique. Par exemple, il explique qu une étude en recherche fondamentale a mis en évidence que les personnes ayant des hallucinations auditives, qui lisent des mots à haute voix ou dans leur tête, ont tendance à confondre ce qu elles pensent avec ce qu elles ont dit. De ce constat, il conduit une recherche sur l entrainement métacognitif afin d aider ces patients à prendre conscience de leurs biais cognitifs et diminuer les symptômes psychotiques persistants. En guise de conseil, il précise qu il faut prendre au sérieux sa politique éditoriale et se confronter aux publications internationales. Il faut aimer s amuser, entreprendre, prendre des risques, contester des faits il remercie ses formatrices en soins infirmiers qui lui ont appris à penser avec «e». 11 Chercheuses et chercheurs du XXI ème siècle

11

12 «C est face à une recherche qu on apprend, on apprend en faisant» Séverine Rey, professeure HES-SO (HESAV Technique en radiologie médicale) Une envie de faire de la recherche a guidé le choix de Séverine Rey de suivre une voie académique classique avant de se tourner vers la recherche appliquée. Licenciée en sociologie et anthropologie, et docteure en sciences sociales, Séverine Rey est chercheuse dans la filière de Technique en Radiologie Médicale (TRM). Dans la filière TRM, elle apporte les ressources pour enseigner la méthodologie de recherche et guider des travaux d étudiants et étudiantes. Dans le cadre de ses recherches, elle développe les aspects des rapports sociaux de sexe (Etudes genre) et de l anthropologie des techniques ouvrants divers champs d études comme l impact de la mixité femmes-hommes dans les équipes de soins, ou la culture technologique dans le travail des TRM. Son intérêt porte aussi sur d autres aspects tels que les attitudes, les comportements et les pratiques dans le domaine de la santé. Etre un «bon chercheur» c est une affaire d expérience et de temps, précise Séverine Rey. Elle explique que malgré les séminaires, les ateliers, les lectures, c est vraiment lorsqu on est soi-même «face à une recherche qu on apprend, on apprend en faisant». Cela implique d avoir de bonnes conditions, de la disponibilité entre les périodes d enseignement, de suivi de projets en cours ou nouveaux projets à soumettre. Avoir du temps, cela veut dire pouvoir discuter des idées, se renseigner, travailler en réseau, échanger entre milieux académiques, à l international Pour Séverine Rey, la recherche est un processus continu, une boucle qui se refait car elle constate qu on arrive souvent à la fin d une recherche avec plus de questions nouvelles, les travaux entrepris offrant de nouvelles perspectives. Enfin, elle souligne l importance de préserver une certaine liberté académique aux chercheuses et chercheurs HES pour garder de l ampleur avec parfois des thématiques qui, à première vue, ne sont pas de la recherche appliquée, mais au final nourrissent le champ des questions de santé à investiguer. 13 Chercheuses et chercheurs du XXI ème siècle

13

14 «La recherche c est aussi rendre visible l expertise des clinicien-ne-s» Patricia Perrenoud, professeure HES-SO (HESAV Sage-femme) La recherche dans la filière Sage-femme se développe avec différents courants. Les sciences sages-femmes (Midwifery), la psychologie, la socioanthropologie et les sciences de l éducation sont les disciplines investies pour développer les connaissances autour de la naissance. Rencontrer Patricia Perrenoud, l une des chercheuses, permet de découvrir cet univers. C est par la richesse des échanges au sein des équipes interdisciplinaires côtoyées que Patricia Perrenoud est venue à la recherche. Intéressée par l idée d argumenter les pratiques professionnelles, elle se prend au jeu et se passionne d abord pour l Evidence Based Practice. Elle questionne alors les statuts, la construction et la circulation du savoir professionnel. C'est le début d un doctorat qui scrute la créativité et les formes spontanées de réflexivité et d auto-évaluation. Ce qui motive aujourd hui Patricia Perrenoud est l étude des compétences des professionnel-le-s en action. Si l Evidence Based Practice contribue à déterminer une partie des actions professionnelles, l étude des praticiennes et praticiens permet, elle, de contribuer à une compréhension plus complète et nuancée du champ professionnel. Patricia Perrenoud est intriguée par l articulation entre expressions collectives et individuelles des discours et pratiques professionnels. Elle étudie comment les circonstances, contraintes et ressources, mais aussi les histoires individuelles, participent à leur élaboration et variations, contribuant ainsi à la richesse et à la diversité d une profession. Prendre le temps de sentir ses passions, identifier les sujets qui nous animent, choisir une discipline à la fois pertinente, et qui nous corresponde, sont les points de départ suggérés pour démarrer une activité de recherche lorsqu on est professionnel de la santé. Son vœu? Mieux comprendre ce qui se passe autour de la naissance aujourd hui pour contribuer à son évolution demain. 15 Chercheuses et chercheurs du XXI ème siècle

15

16 «Faire de la recherche pour voir changer les choses» Lara Allet, professeure HES-SO (HEdS-GE Physiothérapie) C est en effectuant un cursus de Master que cette physiothérapeute formée en Valais se découvre une passion pour la recherche. Elle voulait faire des études pour «trouver» les réponses aux questions qui émergeaient de sa pratique clinique. Elle ne se contente pas de savoir que les choses doivent être faites de telle ou telle manière, elle veut savoir pourquoi, comprendre ; c est ce qu elle nomme son côté perfectionniste. La situation clinique qui révéla son envie de poursuivre ses études se résume ainsi : il était recommandé de ne pas utiliser un quadripode comme aide à la marche dans certaines situations et son expérience indiquait le contraire. Comment dépasser cet inconfort? Ce fut le point de départ de sa carrière de chercheuse. Un doctorat en physiothérapie acquis à l Université de Maastricht, elle est actuellement chargée de recherche et qualité en physiothérapie aux HUG et professeure HES. Il était essentiel pour elle de trouver un poste où les situations quotidiennes de rééducation seraient l occasion de nourrir son activité scientifique. Mener une double activité de chercheuse, clinique et académique, requiert de la passion, de l ambition professionnelle et aussi de l endurance. Ces capacités sont essentielles explique-t-elle car, si y on trouve bien des satisfactions, «on prend pas mal de baffes, des refus de fonds, des refus d articles» De langue maternelle allemande, elle enseigne en français et a effectué un post-doctorat aux Etats-Unis. Ce trilinguisme est un atout précieux pour une chercheuse suisse. Il permet de développer son réseau et de maintenir une activité internationale Axée sur la problématique de l analyse du mouvement, de la marche et de l équilibration des personnes souffrant de maladies chroniques (diabète, obésité), elle cherche avant tout à mener une recherche qui débouche sur des résultats pratiques : «faire de la recherche pour voir changer les choses» est fondamental pour elle! 17 Chercheuses et chercheurs du XXI ème siècle

17

18 Chapitre 3 Comment l inspiration vient-elle? Un dialogue permanent avec les terrains Le caractère distinctif de la recherche en HES se manifeste sans conteste par la proximité que les chercheuses et chercheurs entretiennent avec les pratiques professionnelles dont ils sont par ailleurs souvent issus. Ce dialogue en continu se réalise concrètement en partenariat avec une diversité des professionnelles et professionnels de la santé. Ces derniers interviennent en validant les questions posées, en participant parfois à l analyse et surtout, en prenant en charge l implémentation des résultats dans leur contexte professionnel. Parallèlement, la collaboration avec les universités ou d autres instituts de recherche assure la circulation des connaissances scientifiques. Les présentations qui suivent illustrent les questions investiguées, les méthodes utilisées pour conduire la recherche ainsi que les résultats qui en découlent. Elles donnent une bonne idée de la vitalité de la recherche et du regard attentif porté par les chercheuses et chercheurs sur l actualité des problèmes qui émergent dans le champ de la santé. 19 Recherches

19 [ Titre de la recherche Insertion des nouvelles infirmières diplômées Bachelor en milieu hospitalier en Suisse romande Equipe de recherche Jean-Luc Berberat, Haute Ecole de Santé Arc Soins infirmiers / Danielle Bulliard Verville, Haute école de santé Fribourg Soins infirmiers / Béatrice Perrenoud, CHUV Partenaires Hôpital fribourgeois, CHUV (Centre hospitalier universitaire vaudois) Financement FNS 1 DORE 2 1 Fond national suisse de la recherche scientifique (FNS) 2 Do Research (DORE) Insertion des Bachelor en soins infirmiers en milieu hospitalier La préoccupation relative à une pénurie de personnel infirmier est vive en Suisse alors que le vieillissement de la population nécessite de plus en plus de soins. Attirer et retenir une main-d œuvre infirmière bien formée devient difficile car la profession paraît peu attractive (conditions de travail pénibles, salaires jugés trop bas, manque de reconnaissance et d autonomie de la profession, difficultés à concilier vie privée-vie professionnelle. Or, il est reconnu que la première année de travail est une période déterminante pour la suite de la carrière professionnelle. Des échecs d insertion impliquent des conséquences économiques, pratiques et humaines importantes. Ces éléments mettent en avant la nécessité de veiller à ce que l insertion des infirmières nouvellement mises sur le marché se passe au mieux pour leur donner envie de rester dans la profession. Un projet de recherche a débuté en 2010 afin d explorer les multiples facteurs qui influencent cette insertion. Les interrogations ont été les suivantes : Comment la ou le nouveau diplômé s adapte à son premier poste? Quelles ressources sont mises en œuvre par les institutions de soins pour intégrer les nouveaux collaboratrices et collaborateurs? Quel est le rôle de la formation sur le processus d insertion? dans deux hôpitaux cantonaux de Suisse romande, le centre hospitalier universitaire vaudois et l hôpital cantonal de Fribourg. Cette recherche est la première menée en Suisse romande sur l insertion professionnelle des infirmières et infirmiers depuis la mise en place d une formation de type universitaire (Bachelor en soins infirmiers). Elle devrait permettre d identifier les forces et les faiblesses des structures d encadrement mises à disposition des nouveaux diplômé-e-s par les institutions socio-sanitaires afin d améliorer l accompagnement dans la transition entre l école et le milieu professionnel. Elle devrait aussi mettre en évidence les éléments du curriculum de formation qui aident à ce passage et ceux qui doivent être encore renforcés. La diffusion des résultats de cette recherche se fera par les voies ordinaires : journées scientifiques, publications et communications orales. Afin de promouvoir des changements, une attention particulière sera portée à l information des directions des institutions et des principales actrices et acteurs concernés en Suisse romande. Un projet de collaboration est envisagé avec des associations professionnelles afin de créer des supports électroniques et écrits mettant à disposition des connaissances sur l insertion professionnelle et éventuellement créer un observatoire sur ce thème. Les informations ont été recueillies auprès de deux populations, celle des jeunes diplômées et celle des professionnels qui les ont encadrées. Les personnes participant Jean-Luc Berberat Recherches < à cette recherche sont employées 20

20 Interaction entre patient et physiothérapeute 21 Le milieu des soins promeut volontiers une approche «centrée sur le patient», d où la recommandation d élaborer des objectifs thérapeutiques en partenariat avec la patiente ou le patient. Même si cette recommandation est promue par les associations professionnelles et par les théories scientifiques, rien n est réellement connu sur cette pratique. Le but de notre étude était donc de filmer l interaction entre personnes patientes et physiothérapeutes pour analyser la façon dont les objectifs thérapeutiques sont élaborés. Un hôpital universitaire, ainsi que deux cabinets privés de physiothérapie nous ont ouvert leurs portes pour filmer 37 patientes et patients avec des problèmes musculo-squelettiques et les neuf physiothérapeutes en «action». Une analyse des conversations était utilisée pour investiguer ces interactions. Les résultats de cette étude qualitative nous ont surpris. L élaboration des objectifs est beaucoup plus complexe que les recommandations ne le laissent croire. Nous détectons trois différentes façons d aborder les objectifs avec la patiente ou le patient. La première est de poser la question de manière explicite («et puis en fait quelles sont vos attentes par rapport à la physio») et celle-ci crée très souvent des difficultés interactionnelles. En réalité, cette question exige une connaissance de la physiothérapie et, de ce fait, il est parfois difficile pour la patiente ou le patient d y répondre. En analysant les interactions, nous nous sommes rendus compte que l ordre des questions proposées par la documentation du service, lorsqu il est suivi à la lettre, ne respecte pas le cours naturel de la conversation ce qui a pour effet de perturber la dynamique interactionnelle. Ce résultat inattendu illustre l importance des formulaires utilisés dans les services de physiothérapie. La deuxième façon d aborder ces objectifs thérapeutiques repose sur l initiative des patients qui demandent explicitement une prise en charge adaptée à leur besoin. Cette approche est dès lors clairement «centrée sur le patient», mais elle est sous-tendue par une expérience antérieure des prestations de physiothérapie. La troisième façon est la manière implicite d aborder les objectifs thérapeutiques et est inhérente à une pratique d expert-e. Les physiothérapeutes interrogent la ou le patient sur leurs activités et intègrent ces informations pour aboutir à des objectifs thérapeutiques. De fait, nos résultats remettent en question l approche explicite d élaboration des objectifs promue par les recommandations clinique. De plus, l influence de la documentation sur la pratique doit être prise en considération. Ces résultats ont été discutés lors de présentations et workshops avec les professionnel-le-s et ont suscité des interrogations sur la relation professionnelle. Veronika Schoeb ] Titre de la recherche Analyse de l interaction entre patient-e et physiothérapeute dans la prise en charge ambulatoire des problèmes musculo-squelettiques Equipe de recherche Veronika Schoeb, Liliana Staffoni, Haute Ecole de Santé Vaud HESAV Physiothérapie / Ruth Parry, Alison Pilnick (University of Nottingham) Partenaires Service de physiothérapie Centre hospitalier universitaire vaudois (Département Appareil Locomoteur) / Cabinets privés de physiothérapie à Lausanne et à Rolle Financement FNS DORE Recherches

21 Evolution de la qualité en mammographie [ Titre de la recherche Evolution de la qualité en mammographie de 1999 à 2007: impact de l ordonnance sur la garantie de la qualité des programmes de dépistage du cancer du sein réalisé par mammographie Equipe de recherche Nicole Richli Meystre, professeure, Haute Ecole de Santé Vaud HESAV Technique en radiologie médicale / Jean-Luc Bulliard, Institut universitaire de médecine sociale et préventive Partenaires Fondation vaudoise pour le dépistage du cancer du sein et Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle du Centre hospitalier universitaire vaudois Financement FNS DORE Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme. Actuellement la pratique du dépistage par mammographie est la méthode la plus efficiente pour détecter précocement un cancer du sein. A l instar de nombreux pays, des procédures d assurance de qualité sont obligatoires en Suisse pour les programmes de dépistage afin d optimiser leur efficacité. Étant donné que seule une minorité de cantons offre des programmes de dépistage organisés, la grande majorité des mammographies échappe aux contrôles de qualité. Les buts de notre étude étaient de 1) quantifier la qualité des mammographies en Suisse et d apprécier son évolution temporelle, 2) d étudier l impact des procédures d assurance de la qualité sur les mammographies et 3) d identifier les aspects de la qualité susceptibles d être améliorés. Dans un premier temps, nous avons élaboré une grille d évaluation permettant de classer les mammographies en 4 niveaux de qualité (excellent bon moyen inadéquat). Puis nous avons évalué la qualité de 1832 mammographies, réalisées dans divers hôpitaux des cantons de Vaud et de Berne. L analyse a porté sur la proportion des clichés parfaits ou bons d une part et sur la proportion des clichés inadéquats d autre part. notre attention : les mammographies réalisées dans le cadre d un programme de dépistage et celles réalisées dans un service de radiologie où les professionnels pratiquent un nombre élevé de clichés ont plus de chance d être de bonne qualité. La majorité des clichés inadéquats montrait un défaut au niveau du positionnement de la femme et de ses seins lors de la mammographie. Afin de maintenir le cap de l amélioration constante de la qualité des clichés, il est essentiel que les techniciennes et techniciens en radiologie médicale qui réalisent ces examens puissent développer et maintenir les compétences nécessaires. Il nous semble aussi opportun d harmoniser la qualité attendue entre les différentes régions. Les conclusions de notre étude ont permis d entamer une révision des procédures d assurance de la qualité pour les mammographies de dépistage et d élaborer un plan national de formation pour la mammographie à l intention des technicien-ne-s en radiologie médicale. Nicole Richli Meystre Notre étude a mis en évidence une amélioration constante de la qualité des mammographies réalisées entre 1999 et Mais quels critères influencent plus particulièrement la Recherches qualité? Deux éléments retiennent 22

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

CURRICULUM VITAE. 2005-2007 Certificat de Formation continue en Education Thérapeutique du Patient à l Université de Genève - Suisse

CURRICULUM VITAE. 2005-2007 Certificat de Formation continue en Education Thérapeutique du Patient à l Université de Genève - Suisse 1 CURRICULUM VITAE DONNEES PERSONNELLES Nom : WALGER Prénom : Olivier Adresse privée : Foyards 58 2300 La Chaux-de-Fonds Suisse Nationalité : Française. Titulaire d un permis C d établissement depuis 1992

Plus en détail

Santé et société. Maltraitance envers les personnes âgées. Une recherche en partenariat. pour répondre au mieux aux besoins du terrain?

Santé et société. Maltraitance envers les personnes âgées. Une recherche en partenariat. pour répondre au mieux aux besoins du terrain? Santé et société Photos: Giorgio von Arb Maltraitance envers les personnes âgées Une réalité complexe La maltraitance envers les personnes âgées est reconnue depuis 2002 comme une problématique socio-sanitaire

Plus en détail

Newsletter 2 2014. Masterplan «Formation aux professions des soins» Impressum. Éditorial

Newsletter 2 2014. Masterplan «Formation aux professions des soins» Impressum. Éditorial Masterplan «Formation aux professions des soins» Newsletter 2 2014 Impressum SEFRI, janvier 2014 Publiée au format électronique en français et en allemand. Commande: www.sbfi.admin.ch/sante Editeur Éditorial

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Les professions suivantes sont considérées comme professions de la santé non universitaires :

Les professions suivantes sont considérées comme professions de la santé non universitaires : Gesundheitsund Fürsorgedirektion des Kantons Bern Spitalamt Dienststelle Berufsbildung Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne Office des hôpitaux Service de la formation

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Périnatalité : approche psycho-socio-pédagogique de la naissance

Périnatalité : approche psycho-socio-pédagogique de la naissance CAS 2015-2016 Certificate of Advanced Studies Périnatalité : approche psycho-socio-pédagogique de la naissance Une formation postgrade de 10 ECTS destinée aux professionnel-le-s de la santé et du social

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Plan d études cadre Bachelor 2012

Plan d études cadre Bachelor 2012 Plan d études cadre Bachelor 2012 Filière de formation Sage-femme de la Haute Ecole Spécialisée de Suisse occidentale Table des matières Préambule... 4 1. La Haute Ecole Spécialisée de Suisse occidentale...

Plus en détail

DOULEUR et SOINS INFIRMIERS

DOULEUR et SOINS INFIRMIERS DOULEUR et SOINS INFIRMIERS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2015 Agir en tant que professionnel ressource dans le domaine de la prise en charge de la personne souffrant de douleur aiguë ou chronique,

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Master en Travail social. Nouveau programme avec deux options!

Master en Travail social. Nouveau programme avec deux options! Master en Travail social 2015 Nouveau programme avec deux options! HES-SO Fabrice Nobs HES-SO Thierry Parel 2 Le travail social vise à prévenir et à combattre les problèmes sociaux tels que l exclusion,

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

CHUV CFMJ CJE CAS CoRoMA CLASS CRLJ CSM DLE DP-CHUV DUMSC DSAS Vaud EESP FORDD GFD-EWS GREA GRSA

CHUV CFMJ CJE CAS CoRoMA CLASS CRLJ CSM DLE DP-CHUV DUMSC DSAS Vaud EESP FORDD GFD-EWS GREA GRSA ÉLÉMENTS DE PLANIFIC ATION STRATÉGIQUE Période 2010-2015 Liste des abréviations courantes CHUV CFMJ CJE CAS CoRoMA CLASS CRLJ CSM DLE DP-CHUV DUMSC DSAS Vaud EESP FORDD GFD-EWS GREA GRSA GRSP HES HUG IMSP

Plus en détail

2013-2014. psychologie. UFR des Sciences de l Homme

2013-2014. psychologie. UFR des Sciences de l Homme 2013-2014 DU LYCÉE À L UNIVERSITÉ psychologie UFR des Sciences de l Homme OBJECTIFS de la formation Vous êtes intéressé par les études de psychologie? A l Université Bordeaux Segalen, cette formation s

Plus en détail

Le réseau fribourgeois du jeu excessif

Le réseau fribourgeois du jeu excessif Le réseau fribourgeois du jeu excessif Prévention REPER Téléphone : +41 26 322 40 00 Adresse postale : Route du Jura 29 1700 Fribourg projets@reper-fr.ch Description : En réponse aux risques que présentent

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG)

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Filière : SANTE MENTALE Carte d'identité Nom de l'institution : FONDATION DE NANT- SECTEUR PSYCHIATRIQUE DE L EST VAUDOIS Nom du service : UNITE

Plus en détail

Master ès Sciences en sciences infirmières

Master ès Sciences en sciences infirmières Master ès Sciences en sciences infirmières Master conjoint UNIVERSITE DE LAUSANNE Faculté de biologie et de médecine, Ecole de médecine et HAUTE ECOLE SPECIALISEE DE SUISSE OCCIDENTALE Domaine santé PLAN

Plus en détail

8ème Congrès suisse de pédagogie spécialisée 2013

8ème Congrès suisse de pédagogie spécialisée 2013 8ème Congrès suisse de pédagogie spécialisée 2013 Pour un meilleur échange entre chercheuses et chercheurs en Suisse : Réseau Recherche en pédagogie spécialisée et banque de données de la recherche du

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES UN CONTEXTE PLEIN DE CONTRASTES Dans la plupart des pays analysés, un écart peut être observé entre les normes définies par les droits

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Point du vue d un pédopsychiatre sur l autisme aujourd hui» Conférence du Professeur Pierre DELION, Pédopsychiatre, Chef du Service Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Science politique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

Présentation de la HES-SO

Présentation de la HES-SO Présentation de la HES-SO Haute école spécialisée de Suisse occidentale La HES-SO Haute école spécialisée de Suisse occidentale qui compte plus de 19 400 étudiantes et étudiants, est la plus grande HES

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS

RESPONS. Info Mail 3 Janvier 2015 RESPONS SHURP ENSEMBLE. Lettre d information de l étude RESPONS RESPONS RESPONS RESidents Perspectives Of Living in Nursing Homes in Switzerland est un projet du Domaine santé de la Haute école spécialisée bernoise. RESPONS étudie la qualité des soins du point de vue

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

Unité de formation professionnelle du Ceras

Unité de formation professionnelle du Ceras Unité de formation professionnelle du Ceras 15 novembre 2013 : Journée romande de la commission latine d intégration professionnelle (CLIP) Cette présentation, susceptible d être d distribuée e aux personnes

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares

Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Assurance maladie et accidents Etat 4 mai 2015 Plan de mise en œuvre du concept national maladies rares

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1)

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) Responsables scientifiques et pédagogiques : Jérôme Palazzolo et Galina Iakimova Jérôme Palazzolo Psychiatre - Psychothérapeute (MD, PhD, HDR)

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE. Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie

Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE. Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie 1. Le Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie

Plus en détail

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé

Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 350 h/an Access : 225 h/an de septembre à mai Aide soignant(e) Le Métier d Aide Soignant(e) Sous la responsabilité de l infirmier, l aide-soignant s occupe de l hygiène

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing et vente de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique?

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? rfsm fnpg fribourgeois de santé mentale er Netzwerk für psychische Gesundheit Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? Vous vivez des moments difficiles : Nous sommes là pour

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Éducation nationale NOR : MENE1007267A ARRÊTÉ du Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de générale et technologique Le Ministre

Plus en détail

École de culture générale et École de commerce

École de culture générale et École de commerce Direction de l instruction publique de la culture et du sport Service de l enseignement secondaire du deuxième degré Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Direction de l enseignement

Plus en détail

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie

Compensation. Mots-clés de l aide à l autonomie Mots-clés de l aide à l autonomie Compensation Aide ou ensemble d aides de toute nature apportées à une personne subissant des altérations substantielles et durables de son état physique, intellectuel

Plus en détail

2012-2015 FORMATIONS A LA DIRECTION DES INSTITUTIONS ÉDUCATIVES, SOCIALES ET SOCIO-SANITAIRES. MAS DSIS HES-SO en trois ans d études

2012-2015 FORMATIONS A LA DIRECTION DES INSTITUTIONS ÉDUCATIVES, SOCIALES ET SOCIO-SANITAIRES. MAS DSIS HES-SO en trois ans d études FORMATIONS A LA DIRECTION DES INSTITUTIONS ÉDUCATIVES, SOCIALES ET SOCIO-SANITAIRES MAS DSIS HES-SO en trois ans d études Master of Advanced Studies HES-SO en Direction et Stratégie d institutions éducatives,

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration eduscol Consultation nationale sur les programmes Projets de programmes de la classe de seconde générale et technologique Santé et social Enseignement d'exploration L'organisation de la consultation des

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

Visioconférence internationale. en santé mentale

Visioconférence internationale. en santé mentale Pratiques infirmières avancées en santé mentale, où en sommes-nous? Visioconférence internationale en santé mentale 30 novembre 2011 Europe (France et Suisse) : 15 h à 17 h 15 Québec : 9 h à 11 h 15 organisée

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication Un peu d histoire Depuis 1988 à l université Bordeaux 3, la spécialité Communication des

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

MATURITÉS SPÉCIALISÉES

MATURITÉS SPÉCIALISÉES Ecole de culture générale Edition 2015-2016 MATURITÉS SPÉCIALISÉES ECG HES arts visuels communication - information musique pédagogie santé travail social La maturité spécialisée (MS) est un titre délivré

Plus en détail

MAS Master of Advanced Studies HES-SO MARKETING MANAGEMENT

MAS Master of Advanced Studies HES-SO MARKETING MANAGEMENT MAS Master of Advanced Studies HES-SO MARKETING MANAGEMENT UNIQUE EN SUISSE ROMANDE En partenariat avec : En collaboration avec : LE MOT DES DIRECTEURS LES VOIES DE L EXCELLENCE L envol : vers un titre

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones

PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES. Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones PERSONNEL PROFESSIONNEL DES COMMISSIONS SCOLAIRES FRANCOPHONES Comité patronal de négociation pour les commissions scolaires francophones Édition de février 2011 Réalisé par le Comité patronal de négociation

Plus en détail

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA :

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Constats de départ Objectifs du projet Présentation de l outil

Plus en détail

DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS

DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS Marie-José Roulin Directrice adjointe des soins Hôpitaux Universitaire de Genève Cette présentation expose les

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

Master Santé publique

Master Santé publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Santé publique Université Toulouse III- Paul Sabatier- UPS (déposant) Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Le Grand Conseil du canton de Fribourg 8.. Loi du mars 999 sur l Hôpital cantonal Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat du er décembre 998 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE PREMIER Dispositions

Plus en détail

Association Autonomie Aquitaine

Association Autonomie Aquitaine M1 : le contexte législatif et réglementaire de la démarche qualité en secteur médico- social: o La Loi du 2 janvier 2002 : o ses fondements o La démarche de projet o Le règlement de fonctionnement o Le

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Prise de position de l association Trait d union concernant la mise en consultation de l avant-projet de loi HES-SO Fribourg.

Prise de position de l association Trait d union concernant la mise en consultation de l avant-projet de loi HES-SO Fribourg. Prise de position de l association Trait d union concernant la mise en consultation de l avant-projet de loi HES-SO Fribourg. 1. PREAMBULE L association, Trait d union Association fribourgeoise pour la

Plus en détail

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services

CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE. Programmes et services CENTRE DE RÉÉDUCATION PROFESSIONNELLE Programmes et services 1 2 Bienvenue Le Centre de rééducation professionnelle appartient à Travail sécuritaire NB, lequel en assure la gestion. Il offre des services

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 COLLOQUE ARY BORDES Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences infirmières

Plus en détail

Rapport : Sur mandat de Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, 1003 Lausanne

Rapport : Sur mandat de Promotion Santé Suisse Avenue de la Gare 52, 1003 Lausanne Croix-Rouge suisse Département santé et intégration Service santé Werkstr. 18 3086 Wabern Rapport : Examen et ajustement des politiques cantonales dans le cadre du programme «Poids corporel sain» sous

Plus en détail

LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER

LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER Le secteur de la Recherche scientifique et de la biotechnologie connaît un fort dynamisme, attesté par

Plus en détail

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES

SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Page 1 of 10 SONDAGE AUPRÈS DES INFIRMIÈRES Le Groupe de travail canadien sur la malnutrition (GTCM) a mené une étude à l échelle nationale de 2010 à 2013 afin de déterminer la prévalence de la malnutrition

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse

Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013. Document de synthèse Journée de réflexion sur la formation à la recherche 30 avril 2013 Document de synthèse Service de la planification et de la performance, 2 mai 2013 1 Table ronde : Besoins futurs de la société et débouchés

Plus en détail

Plan d études cadre Bachelor 2012

Plan d études cadre Bachelor 2012 Plan d études cadre Bachelor 2012 Filière de formation en Soins infirmiers de la Haute Ecole Spécialisée de Suisse occidentale Table des matières Préambule... 4 1. La Haute Ecole Spécialisée de Suisse

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

PREVENTION DE LA MALTRAITANCE ENVERS LES AINES SOMMAIRE. 1. Définition

PREVENTION DE LA MALTRAITANCE ENVERS LES AINES SOMMAIRE. 1. Définition PREVENTION DE LA MALTRAITANCE ENVERS LES AINES SOMMAIRE 1. Définition 2. Les facteurs de risque 2.1 Vieillissement et vulnérabilité de la personne âgée 2.2 Difficultés vécues par la personne aidante à

Plus en détail

Méthodes d apprentissage

Méthodes d apprentissage UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE FACULTÉ DES SCIENCES UNIVERSITÄT FREIBURG SCHWEIZ MATHEMATISCH-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT Annexe au plan d études du BMed en médecine humaine Méthodes d apprentissage

Plus en détail

Utilisation d une tablette numérique dans le développement des compétences et réflexives d enseignant-e-s en formation

Utilisation d une tablette numérique dans le développement des compétences et réflexives d enseignant-e-s en formation Utilisation d une tablette numérique dans le développement des compétences et réflexives d enseignant-e-s en formation Maud Foerster 1, Pierre-François Coen 1 1 Service Recherche & Développement, Haute

Plus en détail