Projet. Infirmiers de rééducation et médico-techniques. l esprit d équipe. le respect. le dynamisme. L excellence au service de chacun

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projet. Infirmiers de rééducation et médico-techniques. l esprit d équipe. le respect. le dynamisme. L excellence au service de chacun"

Transcription

1 le respect l esprit d équipe le sens du service le dynamisme L excellence au service de chacun Projet de soins Infirmiers de rééducation et médico-techniques

2 sommaire Remerciements 03 vidéo Projet de soins Introduction 1 Vers le projet Les prérequis 1 1 Projet de soins Evaluation et Bilan 1 2 Le contexte institutionnel 1 2 Les défis 1 3 Les concepts et valeurs socles 3 1 Les valeurs 3 2 Le soin 1 4 Méthodologie d élaboration du projet de soins 4 1 Approche fonctionnelle 4 2 Approche participative 4 3 Approche «communic actionnelle» 4 4 Approche rédactionnelle 1 5 Méthodologie de mise en œuvre et suivi du PSIRMT 5 1 Commission de coordination 5 2 Mise en œuvre opérationnelle du PSIRMT 5 3 Suivi et évaluation 2 Le projet de Soins IRMT en Actions 2 1 Ethique et Soin 1 1 Contexte : 1 2 Problématique : 1 3 Déclinaison de la thématique en actions : 2 2 Performance, organisations et qualité des Soins 2 1 Contexte 2 2 Problématique 2 3 Parcours de soins du patient 2 4 Amélioration de la qualité et de la sécurité des soins 2 5 Performance des activités de soins 2 6 Valorisation de l expertise et de la recherche en soins 2 3 Management des équipes et des compétences au profit de l organisation des Soins 3 1 Contexte 3 2 Problématique 3 3 Management situationnel 3 4 Métiers Compétences Formations évaluations 3 5 Conditions de travail 2 4 Communication au service des Soins 4 1 Contexte 4 2 Problématique 4 3 Déclinaison de la thématique en actions 3 Annexes 3 1 Fiches actions 4 Bibliographie

3 Sigles utilisés Remerciements AAS ARS ASH CHU COPIL CRUQPC CS CSS CSP CSIRMT CDIU DMS DPC DRH DS EI EPP EPRD ETP GEDI GPMC HAS HPST HST IDE IPAQ LMD MCO NRBC PAQ PGR PHRC PM PNM PSIRMT RMM SIIPS SSR T2A Activités Afférentes aux Soins Agence Régionale de Santé Agent de Service Hospitalier Centre Hospitalier Universitaire Comité de Pilotage Comité de Relation avec les Usagers et de la Qualité de la Prise en Charge Cadre de Santé Cadre Supérieur de Santé Cadre Supérieur de Pôle Commission des Soins Infirmiers de rééducation et médico-techniques Diplôme Inter Universitaire Durée Moyenne de Séjour Développement Professionnel Continu Direction des Ressources Humaines Direction des Soins Evénement Indésirable Evaluation des Pratiques Professionnelles Etat Prévisionnel des Recettes et des Dépenses Equivalent Temps Plein Gestion Electronique des Documents et Informations Gestion Prévisionnelle des Métiers et Compétences Haute Autorité de Santé Hôpital Patient Santé Territoire Hôpital Sous Tension Infirmier(e) Diplômé(e) d Etat Indicateur de Performance pour l Amélioration de la Qualité Hospitalière Licence Maîtrise Doctorat Médecine Chirurgie Obstétrique Nucléaire-Radiologique-Biologique-Chimique Plan d Action Qualité Prévention Gestion des Risques Projet Hospitalier de Recherche Clinique Personnel Médical Personnel Non Médical Projet de Soins Infirmiers de Rééducation et Médico-Techniques Revue de Morbidité Mortalité Soins Infirmiers Individualisés à la Personne Soignée Soins de Suite et de Réadaptation Tarification à l Activité La motivation de chacun, le dynamisme de tous ont contribué à la richesse de la réflexion et à la cohérence du Projet de Soins Infirmiers, de Rééducation et Médico-Techniques (PSIRMT) dans une démarche participative pluriprofessionnelle. Je remercie l ensemble des professionnels qui ont participé à son élaboration. Ce projet est à la fois un guide et une référence, il fédère les équipes soignantes et donne du sens aux pratiques professionnelles. Il nous engage pour les cinq ans à venir ; sa mise en œuvre repose sur le professionnalisme de chaque soignant dans la prise en charge des patients au quotidien ; qu ils en soient aussi remerciés. Ont participé à l élaboration du projet de soins : Franck ESTEVE Coordonnateur Général des Soins Nouna ABABSA, Martine ABDESSLEM, Emmanuel ALLAIN, Marie Hélène ANQUETIL, Agnès ANTOINE, Anne AUBER, Odile AUBERT, Chantal BARAY, Nicole BARAY, Isabelle BARRALIER, Romain BECQUET, Jamila BELBEIDA, Emilie BERANGER, Pauline BERTRAND, Julie BOUFFARD, Véronique BOUHAILLIER, Hélène BOULARD, Armelle BOURGEAUX, Caroline BRIFAULT, Annick BRUN, Isabelle BUFFERAN, Ornella BUYSE, Valérie CANU, Marie-Claude CARPENTIER, Maud CATEL, Isabelle CEVAER FLUTEAU, Betty CHEVALLIER, Sylvie CLAVERA, Anne DARCHEN, Nathalie DEDIEU, Marc DEGRAVE, Marie-Françoise DELABARRE, Francoise DELAIRE, Vanessa DELANIS, Dorothée DELANOS, Magalie DEMEULES, Annie DEPERROIS, Magali DESCHOUVERT, Aline DESIRE, Sophie DIALLO, Martine DI ZAZZO, Valérie DOBRI, Martine DOVIN, Nader DRAI, Sandrine DUNET, Sylvie DUPRAY, Odile DUPRAY, Christine DUSSAUX, Véronique DUVAL, Catherine DUVIGEANT, Elise EDDE, Françoise EGAL, Nathalie EGRET, Claire EITLER, Catherine EL HOR, Franck ESTEVE, Nicolle EVRAY, Sabine FAICT, William FATRAS, Dominique FERRE, Monia FLEUTRY, Laura FOULON, Véronique FRANCISCO, Brigitte FRELET, Laure GAUDIER-MUNIR, Véronique GIRAUT, Béatrice GOETHALS, Isabelle GORVEL, Pierre GOUABAULT, Pauline GOUPIL, Thierry GRENET, Perrine GRUEL, Christine GRUNENWALD, Michelle GUERIN, Dominique HAMEL, Catherine HARDY, Céline HOUALET, Solange HURELL, Aurélie JACQUET, Karine JOUAULT, Christian JOUISSE, Isabelle JOZEFACKI, Isabelle KATEFI, Elisabeth LAIR, Ophélie LAMARRE, Aurélie LASNIER, Audrey LAURENT, Isabelle LE BRUN, Annie LE GOUAS, Carole LE HIRESS, Claudie LE LAY, Chrystelle LE STUM, Aude LE STUNFF, Christine LEBARON, Déborah LEBEDIEFF, Céline LEBRET, Colette LECLERCQ, Catherine LEDOYEN, Christine LEFEBVRE, Céline LEFEBVRE LAU- RAS, Laurence LEFEVRE, Anne Charlotte LEJEUNE, Christine LEMARCHAND, Valérie LEMEILLE, Cédrick LEMERCIER, Gaelle LEPINEY, Valérie LESOUEF, Sandrine LOUVET, Denis LUCAS, Agnès MAINGE, Véronique MARTINAUX, Colette MAUGER, Béatrice MENARD, Stéphanie MIRVILLE, Valérie MITELHEISER, Aurélie MONTANA, Anne MOREAU, Patricia NEVEU, Danielle NEZEL, Christelle NIEDBAL, Odile NORMANT, Sébastien NORMAND, Catherine OBIN, Olivier OTT, Sabrina OZENNE, Rosemary PAGE, Isabelle PELLIER, Béatrix PERRIN, Tristan PETEL, Sylvie PIOT, Sylvie POINET, Christelle PORET, Sandra POTTIER, Jean-Marc QUEINNEC, Thierry QUEMENER, Emmanuelle RACINE BRASSEUR, Marie-Pierre REBOURS, Ophélie REDER, Lina RENDU, Peggy RESMOND, Maxime RIDEL, Natacha RIVIERE, Nadège ROCHAIS, Isabelle ROTTIER, Marie-Hélène ROUX, Angelina SAINT REQUIER, Marie-Laure SALLEMBIEN, Véronique SERRA, Hélène SYS, Valérie SZKLAREK, Maria TALBOT, Gilbert TERSIN, Mathilde THOMAS, Céline THUILLIER, Françoise TORRETON, Annie VALENTIN, Valérie VANHULST, Jocelyne VERCOUILLIE, Annie VIDAL, Jean-Luc VIGNOT, Sophie VIVIER, Dominique WOINET. Et : Frédéric ELBAZ représentant de la CME, Philippe SCHAPMAN représentant des usagers. 4 Sigles utilisés Remerciements 5

4 Introduction Le Projet de Soins Infirmiers, de Rééducation et Médico-Techniques (PSIRMT) est le corollaire du projet médical qu il complète et soutient. Il s articule avec les autres projets, s inscrit dans les grandes orientations stratégiques du CHU Hôpitaux de Rouen et intègre le projet d établissement Le PSIRMT est centré sur le patient et plus largement sur l usager, acteur de sa santé dans une dynamique de prise en charge individualisée. Il puise sa philosophie dans les principes fondamentaux auxquels adhère la communauté soignante. Ce projet : S attache à promouvoir la qualité de la prise en charge de l usager dans un environnement organisationnel et managérial efficient. Il garantit la sécurité des patients et des professionnels du soin dans une recherche continue d amélioration de la qualité et de la gestion des risques. S inscrit dans une approche pluridisciplinaire au service des usagers de l hôpital et s assure de la cohérence de la prise en charge par le développement des compétences, l évaluation des pratiques professionnelles et la promotion d outils de soins performants. Son élaboration s est appuyée sur une démarche participative large intégrant des représentants de l ensemble des soignants, visant l implication du plus grand nombre et favorisant l adhésion de tous dans la mise en œuvre du plan d actions proposé. Présentation du projet de soins aux groupes de travail - 1er juillet 2013 Ce projet, porté par la direction des soins et l encadrement au sein des pôles, favorise la responsabilité et la participation des professionnels. Il est le garant d un parcours patient pensé et intégrant le partage et la relation de confiance. 6 Introduction Introduction 7

5 Vers le projet 1 > Les prérequis 1 1 Projet de soins évaluation et Bilan Le projet de soins se déclinait autour de 7 axes prioritaires qui ont fait chacun l objet de plan d actions. L usager Les organisations L équipe La coopération La qualité et la gestion des risques La recherche et l innovation Le management L évaluation de ce projet a été réalisée par un comité de pilotage composé des directeurs de soins, des cadres supérieurs responsables des différents secteurs d activité ou chefs de projets des différentes commissions. Il a été validé lors de la CSIRMT du 28 juin Concernant l axe USAGER, une culture de l évaluation de la satisfaction des usagers s est développée avec la réalisation d enquêtes régulières auprès des usagers des différents secteurs, y compris auprès des populations spécifiques comme les personnes âgées, les enfants, l accueil des familles en réanimation. Les représentants des usagers ont été invités à participer aux groupes de travail institutionnels concernant le respect des droits des patients. L éducation thérapeutique s est développée au travers la mise en place d ateliers en nutrition et en pneumologie, rendant le patient Co-acteur de son projet de soins. Le dispositif d annonce en cancérologie s est développé, avec l officialisation de temps dédiés infirmiers, la traçabilité des consultations infirmières. L axe ORGANISATIONS comprenait le développement de l utilisation des SIIPS comme outil de management pour les cadres de santé, en veillant à la qualité d utilisation de la méthode avec un plan de formations annuel réalisé par des formateurs internes et à la réalisation des contrôles qualités des cotations. La perspective de modernisation de notre système d information hospitalier a concouru à la mise à plat de l ensemble des processus de prise en charge des patients. Le dossier de soins a été restructuré dans la perspective de cette informatisation avec la création d une liste institutionnelle de cibles, dans le cadre des transmissions ciblées. Le développement du transfert d expertises au travers d enseignements, de tutorat, les projets de coopérations professionnelles, validés par la HAS, la mise en place de parcours qualifiants avec la mise en place de jury de validation des projets professionnels ainsi que la création d un dispositif de suivi individuel pour les agents en reclassement professionnel ont été les points forts de l axe EQUIPE. Le travail initialisé avec l audit sur l efficience des ASH sera à poursuivre lors du prochain projet de soins avec la création d un référentiel de compétences. 8 Vers le projet Vers le projet

6 Ensemble. continuons d'innover pour l'avenir. L axe COOPERATION a vu la formalisation des réseaux gériatriques avec le développement des équipes mobiles externes en gériatrie, la création d une fiche de transfert avec les SSIAD, et la mise en place d une véritable formation autour de la «sortie est un soin», initialisé par le pôle viscéral et qui sera proposée à l ensemble des pôles. L évolution du comité des protocoles qui a abouti à la fusion avec la commission des bonnes pratiques cliniques concrétise la volonté de décloisonner nos actions et d agir collectivement en interdisciplinarité pour l intérêt du patient. Une actualisation de notre base de données a été réalisée avec la migration des protocoles sur GEDI. Ensuite, les professionnels se sont fortement investis à la préparation de la certification V3, de l auto évaluation initiale à la visite de certification fin La culture de l évaluation des pratiques professionnelles s est développée avec la réalisation de chemins cliniques qui ont évolué avec le suivi d un panel d indicateurs qui permettent d évaluer la QUALITE des parcours de soins. La GESTION DES RISQUES associés aux soins s est structurée avec une coordination des vigilances, le développement des cartographies des risques en lien avec la coordination des risques associés aux soins, mise en œuvre en Un travail de fond a été mené dans le cadre de la prévention des escarres, en lien avec la commission «plaie et cicatrisation», avec la réalisation d une enquête de prévalence régulière, suivie d un plan d actions institutionnel. Des publications dans des revues professionnelles ont souligné la qualité du travail réalisé par l ensemble des professionnels, pour l amélioration de la prise en charge des patients. Particulièrement exposé dans une région à risque, un énorme travail a été réalisé autour de la formation des professionnels à l accueil massif de victimes contaminées ou non, à l actualisation du plan blanc dans le cadre de la mission NRBC. De ce fait, l expertise de nos professionnels ainsi que leur capacité d INNOVATION se sont vues valorisées par la création du dispositif INNOV à SOINS en 2009, dispositif qui au fil des ans s est amplifié pour devenir aujourd hui les Trophées d INNOV à SOINS, qui récompense les lauréats par des voyages professionnels internationaux. Le développement de la RECHERCHE en soins s est concrétisé en 2009 et 2010 par le dépôt d un projet de recherche. Cet axe devra faire l objet d une meilleure structuration dans notre prochain projet afin d offrir un meilleur accompagnement aux professionnels. Enfin, l axe MANAGEMENT a permis de clarifier les missions et les responsabilités des différents acteurs du service de soins. Une communication importante a été mise en œuvre afin d accompagner les équipes sur la réforme des études infirmières et l entrée dans le système LMD. Un plan de formation très riche a permis de soutenir et d accompagner tous les projets, permettant à nos professionnels d acquérir de nouvelles compétences, mises au service de la prise en charge des patients. Globalement, la majorité des objectifs du précédent projet a été atteinte. Nombre de thématiques, fondatrices du soin et de la prise en charge des patients seront poursuivies dans les prochaines années, revisitées avec l évolution de notre contexte hospitalier et sociétal. 10 Vers le projet Vers le projet

7 1 2 Le contexte institutionnel Le projet de soins prend en compte : Les résultats de la procédure de certification, Les orientations du projet médical dans le projet d établissement 2 < 1 La certification En 2008, lors de la procédure d accréditation dite «V2», la HAS avait prononcé 4 réserves. Un an après, le rapport de suivi ayant satisfait aux exigences de la HAS, celle-ci avait certifié le CHU sans réserve. Dès lors, l objectif affiché par l établissement était, pour la certification dite «V2010» prévue 3 années plus tard, d être certifié sans réserve. Durant de nombreux mois, les professionnels du CHU, réunis dans les groupes institutionnels déjà existants ou dans des groupes de travail constitués en fonction des 87 critères du manuel de certification, ont évalué leurs organisations et leurs pratiques, puis ont amélioré celles-ci de manière efficace. Six mois avant la visite, seuls 7 critères nous semblaient encore devoir être cotés «C». Un effort final décisif sera donc réalisé. La visite «V3» des experts de la Haute Autorité de Santé (HAS) s est déroulée du 15 au 25 octobre 2012 au CHU-Hôpitaux de Rouen. Le rapport qui vient d être rendu public par la HAS conclut à une certification V2010 sans réserve de notre établissement avec 3 points forts qui ont été soulignés : Notre gestion de la qualité et des risques : Une fois encore, l implication partagée de la communauté médicale, soignante et administrative a permis la mise en place et la coordination de 150 actions! Elle s appuie sur une organisation très structurée autour d une commission des référents qualité (une soixantaine de membres) partageant les initiatives prises dans les différents secteurs d activité de l établissement. L évaluation de nos pratiques professionnelles (EPP) : Les experts visiteurs de la HAS ont salué le très grand nombre d EPP effectuées par le CHU de Rouen. à titre d exemples, citons les deux EPP présentées dans le détail aux experts visiteurs : l évaluation de la qualité des demandes d examen de radiologie et la prévention des escarres. Notre management stratégique : Le CHU-Hôpitaux de Rouen a défini un Projet managérial associant les médecins, les soignants et la Direction Générale à la conduite performante du changement. Ce projet intègre notamment une démarche innovante qui associe l ensemble de l encadrement, toutes filières confondues, aux pratiques managériales dans l établissement : les Carrefours du Management. Les deux recommandations des experts portent sur la prise en charge médicamenteuse en court séjour et en soins de suite et de réadaptation ainsi que sur la gestion du dossier patient en court séjour. Ces deux sujets font l objet de toute notre attention et nous y travaillons déjà activement, en particulier grâce à l informatisation des prescriptions médicales et de l ensemble du dossier du patient Vers le projet Vers le projet

8 Ainsi, pouvons-nous dire qu une reconnaissance externe, au plus haut niveau, nous a été accordée et nous pouvons être fiers de nos pratiques et fiers de travailler dans notre établissement. L amélioration continue de la qualité et de la sécurité ne s arrête pas bien sûr en 2013, nous travaillons d ores et déjà pour faire disparaître nos deux points faibles et nous commençons à aborder la nouvelle procédure de certification dite «V2014» qui nous permettra, soyons en sûrs, d obtenir en 2016 un résultat aussi satisfaisant que celui que tous les professionnels de notre CHU ont su obtenir en < 2 Le projet d établissement Le projet d établissement , articulé autour de valeurs partagées, s est appuyé sur plusieurs axes stratégiques tels la maîtrise du non programmé, le développement des soins de suite et de réadaptation (SSR) et de la filière gériatrique, la structuration et l essor de l ambulatoire notamment chirurgical, le renforcement de la recherche et de l innovation, dans le développement d une politique de partenariat. Le projet d établissement du CHU-Hôpitaux de Rouen affirme les ambitions de notre communauté hospitalo-universitaire en matière de soins, d enseignement et de recherche. Son élaboration est le fruit d une réflexion collective associant l encadrement médical, soignant, administratif, technique et médicotechnique autours d un objectif partagé : l excellence au service de chacun, avec une volonté collective à agir avec fierté pour une amélioration constante de la qualité et de la sécurité des soins de nos patients. Le projet de soins s inscrit dans le cadre des orientations déclinées dans le projet d établissement Conforter nos missions universitaires dans une exigence de qualité Répondre aux priorités de santé publique et s ouvrir sur notre environnement Transmettre nos connaissances Renforcer notre attractivité Mieux utiliser nos ressources Développer un management dynamique Mieux évaluer nos pratiques dans un souci d amélioration continue de la qualité et de la sécurité Vers une éthique de la prise en charge qui garantit la pertinence des soins Travail en équipe Vers le projet Vers le projet

9 2 > Les défis Au delà du contexte institutionnel, le projet de soins intègre les évolutions de l environnement du SOIN dans une vision territoriale, en cohérence avec le Projet Régional de Santé : évolution : De l offre de soins, notamment la formalisation des coordinations et la mise en place de réseaux de soins, De la demande de santé en lien avec le vieillissement de la population, le développement des maladies chroniques, l exigence de qualité et de prise en charge ambulatoire, De la responsabilité sociale des organisations dans le développement durable, la qualité de vie au travail, la prévention des risques psychosociaux. L évolution du contexte médico-économique et les modifications de l organisation des établissements, en lien avec la loi HPST, ont inscrit les structures hospitalières dans une recherche constante de l efficience. La fonction managériale s en est trouvée profondément remaniée exigeant des managers en capacité de piloter et de donner du sens au changement. L évolution des technologies médicales avec la télémédecine et la robotisation, des systèmes d information et de leurs différentes déclinaisons impacte les organisations de soins. Les modifications des dispositifs de formation initiale et continue, la réingénierie des diplômes, l universitarisation et le développement professionnel continu ont impacté d une part l encadrement des étudiants et d autre part l accompagnement des soignants dans leurs parcours de professionnalisation. De même les transferts d activité, dans le cadre de coopérations, conduisent à l évolution des pratiques de soins et nécessitent la formalisation de procédures, protocoles ; ainsi que leur évaluation. Développer et renforcer les compétences par la construction d'un parcours de formation et d'adaptation à l'emploi pour l'amélioration de la qualité des prises en charge et des pratiques managériales. 16 Vers le projet Vers le projet

10 3 > Les concepts et valeurs socles Le projet de soins définit les grandes orientations du Centre Hospitalier Universitaire de Rouen en matière de prévention, de soins et d évaluation des pratiques professionnelles. Il repose sur des valeurs, partagées par l ensemble des professionnels. Fruit d une réflexion collective et plurielle associant professionnels médico-soignants et usagers, le projet de soins de notre établissement signe l engagement de la communauté paramédicale vis-à-vis de la personne soignée et de ses proches. Il structure l organisation des soins et la prise en charge des patients et de son entourage, ainsi que l exercice des soignants à l hôpital. C est le fil conducteur, l élément fédérateur de référence. Enfin, c est aussi un levier de changement pour les équipes paramédicales, quel que soit le secteur d activité. Il situe la qualité comme partie intégrante du soin et de la prise en charge du patient. Par la qualité des professionnels, il garantit le bon geste, au bon moment, au bon patient. Dans le respect de l évolution des droits, attentes et comportements des patients et de leurs proches, il garantit la sécurité sur l intégralité de la chaîne de soins notamment en sécurisant les interfaces. La qualité des soins passe également par le renforcement de l attractivité des pôles et le développement des compétences des professionnels. Il s appuie sur des valeurs partagées et une conception du soin centrée sur le patient. 3 1 Les valeurs Le précédent projet de soins s articulait autour des valeurs suivantes : Enfin, les défis à relever pour améliorer la qualité de la prise en charge des patients et l offre de soins, intégreront les objectifs suivants : Conforter les logiques de travail en pôles d activités et en réseaux en intégrant les changements d organisation. Renforcer la logique de travail en équipe pluridisciplinaire et intégrer pleinement la culture de l évaluation dans les pratiques. Entretenir l esprit de coopération entre professionnels et la motivation de chacun au travail. > L adhésion aux missions et valeurs du service public > Le respect > L équité > Le professionnalisme > La confiance Une réflexion participative et multidisciplinaire a été menée dans le cadre des Carrefours du management afin de définir les valeurs qui peuvent fédérer l ensemble des personnels et donc de «faire sens». L expression et la mise en œuvre de ces valeurs a aussi pour but de renforcer notre sentiment d appartenance et de contribuer à développer une image attractive du CHU-Hôpitaux de Rouen auprès de ses publics Vers le projet Vers le projet

11 L'excellence, somme de nos valeurs, a été reconnue comme principe fédérateur du CHU Hôpitaux de Rouen et signature de notre engagement au service de chacun. Les cinq valeurs socle du présent projet traduisent notre engagement, notre fierté, notre solidarité et s inscrivent dans une vision humaniste du service public, vision renforcée par la contribution de la commission de soins dans la priorisation des valeurs associées : > Le respect : attention, reconnaissance de l autre, quelle que soit son origine, sa culture, sa religion, son milieu social, son rang hiérarchique. Nous y associons des valeurs telles que l humanisme et la tolérance. > L esprit d équipe : cohésion entre les différents professionnels du CHU, il permet un engagement collectif facilitant l atteinte des objectifs. Nous y associons des valeurs telles que le travail d équipe. > Le sens du service : apport ou réponse aux problèmes d un autre. Il se concrétise depuis l accueil des patients, de leur famille, des nouveaux professionnels, jusque dans nos attitudes et nos gestes quotidiens. Nous y associons des valeurs telles que la disponibilité et l écoute. > Le dynamisme : expression de notre motivation à agir dans l intérêt commun et de notre engagement pour atteindre l excellence. Nous y associons des valeurs telles que la motivation. > L excellence : somme des valeurs précitées, a été reconnue comme valeur fédératrice du CHU-Hôpitaux de Rouen et signature de notre engagement au service de chacun. Nous y associons des notions telles que la conscience professionnelle. 20 Vers le projet Vers le projet

12 3 2 Le soin «Le soin est l attention particulière portée à une personne ou à ses proches en vue de leur venir en aide dans les limites de leurs compétences pour prendre soin des personnes. Au regard de sa nature, il permet toujours de faire quelque chose pour quelqu un afin de contribuer à son bien être quel que soit son état» (W. Hesbeen, inscrire le soin infirmier dans une perspective soignante). Le soin s inscrit dans une cohérence éthique, déontologique et légale. «Quel que soit le métier exercé, prendre soin, c est chercher à donner du sens aux moyens spécifiques dont nous disposons de par nos fonctions et nos qualifications. Ce sens signe la valeur ajoutée aux actes qui composent le métier de chacun quel que soit le degré de complexité de ces actes». Les soins s organisent dans le cadre d une prise en charge personnalisée du patient qui vise à garantir le respect et la dignité de l être humain. Ils concourent à développer un projet de vie et un projet de soins, qui rendent le patient acteur de sa santé. Notre démarche s inscrit dans un souci de qualité des soins pour laquelle les compétences professionnelles sont mises au profit du patient. Le patient est placé au cœur du dispositif collectif. 4 > Méthodologie d'élaboration du projet de soins Le souhait de la direction des soins a été de favoriser la participation de tous à l élaboration du projet de soins, notamment les soignants de terrain qui sont les acteurs de la mise en œuvre de ce projet. La méthodologie s est organisée autour d un comité de pilotage (COPIL), dans un travail concerté avec l encadrement des pôles jusqu aux professionnels de terrain pour promouvoir l émergence de réflexions et d actions réalistes et réalisables. 4 < 1 Approche fonctionnelle Le pilotage de l élaboration du PSIRMT s est organisé selon différents niveaux coordonnés autour de missions (prescriptions) et fonctions (activités) définies. 4 <1 1 COPIL : Composition : Le COPIL est constitué autour du coordinateur général des soins et des directeurs de soins, avec : en appui méthodologique de trois cadres supérieurs de santé en mission transversale, deux cadres de l équipe rédactionnelle du projet d établissement, un cadre supérieur de pôle, un représentant de la CSIRMT, un représentant de la CME et un représentant des usagers, un secrétariat. Missions : La responsabilité du COPIL est d organiser la dynamique d élaboration du projet de soins en lien avec le groupe projet et les groupes thématiques, sa mise en œuvre et son suivi. Dans le cadre de l élaboration du projet de soins, les missions du COPIL sont de : Définir la méthodologie de la structure des différents niveaux de production à l élaboration des supports rédactionnels, Initier la réflexion et valider les orientations qui seront déclinées au sein des Groupes de travail, Guider, suivre et soutenir la production des groupes de travail constitués, Evaluer la cohérence des productions sur le fond, sur la forme et ajuster le projet, Initier et organiser les actions d information et de communication autour de l élaboration du PSIRMT. 4 <1 2 Groupe projet-groupes thématiques : Groupe projet Le groupe projet comprend les directeurs de soins et les cadres supérieurs de pôle et des cadres en mission transversale. Après avoir contribué à l émergence des différentes thématiques retenues, sa mission est de piloter les groupes thématiques chargés de la production et d assurer la phase rédactionnelle du projet de soins. 22 Vers le projet Vers le projet

13 Groupes thématiques Ils sont composés de cadres supérieurs de santé, de membres volontaires de la CSIRMT, de cadres de santé et de professionnels en fonction des domaines d expertise en lien avec les axes du projet et sur appel à candidature. Ils participent à la production des trames rédactionnelles au sein des groupes thématiques. 4 < 2 Approche participative 4 < 2 1 En amont du lancement de la rédaction : La préparation de l élaboration du projet de soins s est appuyée sur le bilan du précédent projet de soins. Le COPIL établi s est attaché à préciser le champ de réflexion, les différentes définitions et à constituer et diffuser les références bibliographiques. 4 < 2 2 Emergence des thématiques et fondement de la réflexion : Brainstorming «de lancement» (28/11/2012) Afin de définir le champ thématique autour duquel la réflexion s organisera, le COPIL a choisi de réunir le groupe projet (cadres supérieurs de pôles) pour un brainstorming. à partir de la méthode des post-it, chaque participant(e) propose 3 à 4 thèmes à décliner dans le projet de soins : 94 thèmes ont été proposés. Ces thèmes ont été regroupés autour de 4 thématiques Ethique dans le projet de soins Soins : Performance, organisations et qualité Management - Valorisation et conditions de travail Communication Construction d'une dynamique collective intergénérationnelle et interdisciplinaire Vers le projet Vers le projet

14 Séminaire de «mise en place»: groupe projet (30/11/2012) Un séminaire d une journée a permis de fédérer le groupe projet autour : Des valeurs institutionnelles (et valeurs associées) à intégrer au projet de soins : > Le sens du service, > Le dynamisme, > Le respect, > L esprit d équipe > L excellence. Des 4 thématiques en développant et argumentant la réflexion. Pour chacune, ont été identifiés les éléments de contexte, la ou les problématique(s). Enfin des pilotes se sont proposés pour accompagner chacun des 4 groupes thématiques. 4 < 2 3 Constitution de groupes thématiques : Un appel à candidatures auprès de l ensemble de l encadrement a permis à 53 volontaires de s inscrire selon leur choix dans l un des 4 groupes thématiques (décembre 2012). 4 < 2 4 CSIRMT Dès novembre 2012 (20/11/2012) la CSIRMT a été associée à la démarche ; après une présentation des concepts et de la méthodologie, un appel à candidatures pour participer aux groupes thématiques a été réalisé. En janvier 2013, à la suite d un point d étape, les membres de la CSMIRT ont choisi (vote), parmi les valeurs institutionnelles associées, celles qui, donnant un sens à notre pratique quotidienne, seront à décliner dans le projet de soins (cf : 3.1) : 4 < 2 5 Clôture de la phase rédactionnelle Séminaire de «clôture» du groupe projet : 15/05/2013 Les objectifs de ce séminaire sont de : Présenter au groupe le document finalisé, échanger et réaliser les ajustements nécessaires ; Formaliser la méthodologie de mise en œuvre et de suivi du projet de soins. 4 < 3 Approche «communic ationnelle» Dès la mise en place du COPIL, il est apparu indispensable d élaborer une stratégie de communication spécifique au PSIRMT au service de la dynamique participative et de l appropriation progressive du projet de soins par le plus grand nombre de soignants. à cet effet, différents outils et moyens sont mis en place : Disques partagés destinés d une part au COPIL et d autre part aux cadres membres des groupes thématiques Réunions : v Encadrement supérieur (novembre décembre 2012) v Ensemble de l encadrement avec invitation des personnels soignants (07/02/2013). > à l issue de cette réunion, un appel à candidature a été adressé à l ensemble des soignants pour les inviter à participer à la rédaction des fiches actions. > Plus de 150 soignants ont répondu à cet appel et ont participé activement à la phase finale de la rédaction du PSIRMT. Diffusion de la Newsletter "Projet de soins" Disponibilité, Motivation, Humanisme, Tolérance, Travail d équipe Conscience professionnelle Vers le projet Vers le projet

15 4 < 4 Approche rédactionnelle Dans une première partie, l approche rédactionnelle choisie a permis de situer le projet de soins dans son environnement en précisant les orientations stratégiques et politiques et d en exposer la méthodologie. Dans une seconde partie, la déclinaison en actions des 4 thématiques du projet de soins est développée et sa rédaction s est organisée en plusieurs étapes : Définition définitive des 4 grandes thématiques et code couleur (décembre 2012) : Ethique et Soin Performance, organisations et qualité des Soins Management des équipes et des compétences au profit de l organisation des Soins Communication au service des Soins Travaux de groupes : (décembre 2012 au 15/02/2013) Restitution intermédiaire le 15/02/2013 Synthèse et contrôle de cohérence par le COPIL Elaboration des fiches actions (15/02/2013 au 31/03/2013). Afin de structurer la rédaction dans une dynamique homogène et de faciliter la synthèse finale, les groupes thématiques ont formalisé leur réflexion au moyen d outils communs : Le dynamisme une trame rédactionnelle, comprenant : v la définition de contexte, de la problématique v la définition de thématiques associées v l élaboration d un objectif global v des objectifs associés v les actions un glossaire une fiche action précisant : v le responsable de sa mise en œuvre v les collaborations et coopérations avec d autres directions et/ou équipes (ex. secteur libéral, réseaux de santé ville-hôpital ) v les moyens nécessaires v les critères et les modalités d évaluation (indicateurs) v l échéancier 28 Vers le projet Vers le projet

16 5 > Méthodologie de mise en œuvre et suivi du PSIRMT Pour organiser la mise en œuvre du PSIRMT, le comité de pilotage (COPIL) en charge de la coordination de la rédaction s élargira pour intégrer des membres de la commission des soins et constituer une commission de coordination du projet de soins. Coordination générale des soins Est responsable de la mise en œuvre et du suivi du PSIRMT 5 < 1 Commission de coordination 5 < 1 1 Composition Au delà des membres du COPIL PSIRMT, la commission de coordination comprendra : 2 représentants de chacun des collèges de la CSIRMT (1 titulaire et 1 suppléant), des représentants des membres invités de la CSIRMT dont les ASH (1 titulaire et 1 suppléant). u un appel à candidatures est réalisé en amont de la commission de soins du 11/06/2013 et un vote a lieu en séance ce même jour. 5 < 1 2 Pilotage La commission de coordination du projet de soins sera présidée par le coordonnateur général des soins. 5 < 1 3 Missions La déclinaison du projet de soins se concrétisera par la mise en œuvre des actions définies. Le périmètre n est pas le même d une action à l autre, certaines actions nécessitent une mise en œuvre institutionnelle, d autres peuvent être déclinées au sein des pôles de façon dissociée. La commission de coordination : Délimitera le périmètre de l action (Institutionnelle ou polaire). Définira les priorités au sein des actions institutionnelles et des actions polaires et en établira le calendrier. Nommera pour chacune des actions le ou les pilotes choisis parmi les cadres supérieurs. Précisera le champ d intervention et les responsabilités de ces pilotes. Organisera la mise en œuvre, le suivi et l évaluation du projet de soins. Soignants Sont acteurs dans la mise en œuvre des actions et engagés dans la dynamique Encadrement des pôles Intègre les fiches actions dans le projet du pôle. Impulse et garanti la mise en œuvre Commission de coordination Organise la mise en œuvre, le suivi et l évaluation du projet de soins Pilotes des actions Coordonnent la mise en œuvre des actions en transversal Vers le projet Vers le projet

17 5 < 2 Mise en œuvre opérationnelle du PSIRMT 5 < 2 1 Coordination des actions La coordination transversale de chacune des actions est sous la responsabilité d un ou plusieurs pilotes qui assurent la mise en œuvre de l action et son suivi. Ils sont les garants de la cohérence institutionnelle en lien avec la commission de coordination. 5 < 2 2 Mise en œuvre polaire du PSIRMT Le cadre supérieur de pôle est responsable de la déclinaison des actions du PSIRMT dans le projet du pôle, dans le respect des priorités institutionnelles définies. En lien avec les pilotes des actions, il organise leur mise en œuvre au sein du pôle en impliquant l encadrement de proximité. La mise en œuvre des actions fera l objet d une contractualisation par avenants entre le quatuor de pôle et la direction des soins. Un support de contractualisation sera modélisé. 5 < 2 Suivi et évaluation Le coordonnateur général s appuie sur la commission de coordination pour conduire le suivi et l évaluation de la mise en œuvre du PSIRMT. 5 < 2 2 Mise en œuvre polaire du PSIRMT Réunions La commission de coordination se réunira au moins 3 fois par an. En fonction du calendrier de mise en œuvre des actions, les pilotes seront invités à participer à l une ou l autre de ces réunions pour le lancement et/ou des points d étapes par rapport aux actions dont ils sont responsables. Les premières mises en œuvre des actions dans les pôles feront l objet de retour d expérience auprès de la commission, afin de capitaliser, de faciliter le déploiement sur les autres pôles et d enrichir ainsi la dynamique institutionnelle. L objectif des réunions est aussi de réaliser une «évaluation au fil de l eau» permettant d intégrer les ajustements et/ou nouvelles priorités. L évaluation annuelle de la mise en œuvre du projet de soins fixera les objectifs pour l année suivante et sera intégrée au bilan d activité de la CSIRMT. Séminaire Une fois par an, un séminaire projet de soins regroupant la commission de coordination, les pilotes des actions et l encadrement des pôles sera organisé. 5 < 3 2 Les outils Les fiches actions Les fiches actions rédigées seront à la fois des outils méthodologiques d aide à la mise en œuvre et les supports de suivi. Tableaux de bord pluri-annuels Ce tableau, sous forme de diagramme permet d avoir une vision globale de l avancement des différentes actions. 5 < 3 3 Le calendrier Les réunions de la commission de coordination auront lieu : Début février Début juin Début octobre La première de ces réunions a lieu en juin 2013 pour identifier le périmètre des actions et les prioriser. > Le séminaire sera organisé début décembre Vers le projet Vers le projet

18 Le projet de soins IRMT EN ACTIONS2 1 > Ethique et soins 1 1 Contexte L éthique est une constante dans le domaine des soins, à laquelle le législateur a souhaité donner une place prépondérante. Le CHU sera convié à jouer un rôle de tout premier plan dans la mise en place de l espace éthique régional. Que ce soit pour assurer un égal accès aux soins, pour éclairer des décisions à prendre au tout début de la vie, au cours d accidents, de pathologies ou encore à la fin de la vie, les soignants sont sans cesse confrontés à des choix que doit guider la réflexion éthique. D une part, l activité de l hôpital s inscrit dans un contexte médico-économique contraint, devant allier efficience et performance tout en répondant aux missions de service public en faveur de tous, dont les plus vulnérables. Lieu de décisions et d arbitrages, donc de choix, l hôpital doit inscrire son action dans un questionnement éthique partagé en recherchant tous les éclairages nécessaires. D autre part, les cadres, dans leur activité de management, sont régulièrement confrontés à la prise de décisions et ceci à bien des égards. Pour la part qu ils prennent dans le processus décisionnel en matière de choix thérapeutiques, de gestion des ressources humaines, ou d organisation, les cadres sont exposés au dilemme qu impose toute situation de choix et en ce sens, gagnent à inscrire leur réflexion dans le questionnement éthique. Enfin, et au vu du contexte singulier de l exercice hospitalier sur un territoire de santé, nous devons être vigilants et intégrer plus globalement cette démarche au cœur de nos relations interprofessionnelles. 1 2 Problématique Même s il est admis que l éthique ou plus précisément la réflexion éthique doit être ancrée au cœur des pratiques, chaque professionnel y est-il suffisamment sensibilisé? Même si cette réflexion existe au CHU, est-elle suffisamment formalisée? Cette réflexion doit être partagée, collégiale et pluridisciplinaire pour être conforme aux attendus. La formalisation de cette démarche favoriserait l amélioration continue de la qualité des prises en charge soignantes et des pratiques managériales. 1 3 Déclinaison de la thématique en actions : Intégrer et formaliser une démarche éthique partagée au cœur des pratiques soignantes et managériales dans une vision territoriale Objectifs opérationnels Développer les démarches collectives de questionnement et d analyse pour la promotion de la bientraitance de tous Contribuer au développement d une culture éthique hospitalière partagée au cœur du territoire de santé Actions Identification des ressources en matière d éthique Formalisation d actions en lien avec les usagers Mise en place d une charte éthique institutionnelle du soin et appropriation par les pôles Formaliser une réflexion collégiale pour le respect des droits et des devoirs des personnes 103 Mise en place d une charte éthique du travailler ensemble et appropriation 34 Le projet de soins en ActionS Le projet de soins en ActionS 35

19 2 > Performance, organisations et qualité des Soins 2 1 Contexte L écriture du Projet de Soins s inscrit dans la continuité des actions entreprises depuis plusieurs années mais doit cependant prendre en compte les évolutions sociétales qui s imposent à nous, afin de mieux répondre aux attentes des usagers et en considérant le patient comme un véritable partenaire. Un des premiers éléments à prendre en compte est le vieillissement de la population qui pose le problème de la prise en charge de la dépendance et du développement des maladies chroniques. Nous devons offrir aux patients de véritables parcours de soins, jalonnés de prises en charge diversifiées entre le domicile, l ambulatoire et l hospitalisation, intégrant l expertise de chaque professionnel. Le développement de la coordination entre les établissements et la ville, nécessite un travail en collaboration avec des réseaux de soins extrahospitaliers en lien avec le secteur social et médico-social. Nous nous attacherons également à prendre en compte des spécificités des indicateurs sanitaires de notre territoire de santé et des thématiques prioritaires définies dans le «projet régional santé» telles que cancérologie, maladie chronique, addiction, précarité, périnatalité, grossesse et alcool, ainsi que la prise en charge des troubles du comportement alimentaire, priorités déclinées dans le projet médical de notre établissement. Cette évolution doit également prendre en compte les évolutions des professions para-médicales dans le cadre des transferts d activités et de la mise en place des coopérations professionnelles, en mettant en exergue les expertises de nos professionnels et en valorisant notre versant universitaire. Ces changements s inscrivent parallèlement dans une évolution des politiques de qualité et de gestion des risques avec le développement de l évaluation des pratiques professionnelles, des démarches qualité et de la gestion des risques. La certification est de plus en plus centrée sur la maîtrise des risques et la dimension sécurité des soins devient très prégnante. Elle doit également prendre en compte une logique budgétaire contrainte qui oblige à une optimisation des moyens en conciliant les exigences de qualité, de sécurité des prises en charge et d amélioration des coûts. Le pilotage doit s organiser autour du suivi d indicateurs pertinents. La récente visite de certification de fin 2012 nous livre un solide état des lieux sur notre politique qualité mettant en lumière nos points forts et en exergue les domaines sur lesquels nous devons concentrer nos efforts. 2 2 Problématique Face à ce contexte, comment garantir à chacun, dans le respect des droits des patients, des soins personnalisés de qualité? Quelles organisations innovantes mettre en place pour construire de véritables parcours patients, répondant de façon optimale aux grands problèmes de santé publique? Face aux modalités de la prochaine certification, comment permettre aux cadres de santé de manager par la qualité et de mobiliser les professionnels autour d objectifs de qualité et de sécurité des soins? Enfin, dans un environnement universitaire, comment valoriser les expertises et développer la recherche en soins? L évolution des technologies médicales avec le développement de la télémédecine nous incite à penser les soins et les modes de prise en charge de façon différente avec en perspective un développement accru de l éducation thérapeutique. L aide technologique apportée par le développement des systèmes informatisés et de leurs différentes déclinaisons en termes de partage des dossiers patients entre les différents acteurs de santé contribuera à fluidifier les parcours de soins et à garantir la qualité des prises en charge. Ces évolutions nous invitent cependant à revisiter nos organisations de soins autour du patient et non de l hôpital afin de les rendre plus performantes. 36 Le projet de soins en ActionS Le projet de soins en ActionS 37

20 2 4 Amélioration de la qualité et de la sécurité des soins Définir et conduire des projets d amélioration de la qualité et de la sécurité des soins en lien avec la politique qualité Objectifs opérationnels Actions Poursuivre une politique de soins qui garantisse les droits des patients 204 Promotion de la bientraitance comme guide ou fil conducteur rouge du respect des droits du patient 205 Déclinaison des modalités d information du patient, co-auteur de son projet de soins La thématique : Performance, organisations et qualité des Soins est déclinée en thématiques associées : Parcours de soins du patient Amélioration de la qualité et de la sécurité des soins Performance des activités de soins Valorisation de l expertise et de la recherche en soins 2 3 Parcours de soins du patient Une logistique de soins au service du patient Développer l évaluation des pratiques professionnelles en lien avec la politique qualité et le développement professionnel continu Prise en charge de la douleur Prise en charge et droits des patients en fin de vie Evaluation des pratiques professionnelles et analyse de la pertinence des actes Coordonner et harmoniser le parcours de soins du patient Mettre en œuvre une gestion des risques visant à promouvoir une politique de sécurité (patients et professionnels) 209 Accompagnement et suivi de la cartographie des risques associés aux soins et prévention (patients) Objectifs opérationnels Mettre en œuvre une politique d accueil tout au long du parcours patient 200 Actions Identification des ressources en matière d éthique 210 Appropriation des nouvelles modalités de certification : méthode d évaluation par patient traceur et organisation de processus de soins - V4 Améliorer la continuité des soins 201 Informatisation des transmissions : Accompagnement des équipes, évaluation et réajustements Coordination du parcours patient en pluriprofessionnalité en interne et en externe (réseaux) Développement d une culture d éducation patient 38 Le projet de soins en ActionS Le projet de soins en ActionS 39

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR

HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR HÔPITAUX CIVILS DE COLMAR PROJET D ÉTABLISSEMENT 2013 2018 TOME 4 AUTRES PROJETS PROJET Qualité - Gestion des Risques 2013-2018 Novembre 2014 SOMMAIRE ORIENTATION! PROPOSER DES SOINS ET DES PRESTATIONS

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Politique Qualité Gestion des Risques

Politique Qualité Gestion des Risques CENTRE HOSPITALIER CHARLES PERRENS Politique Qualité Gestion des Risques Intégrer la Qualité et la Gestion des Risques dans les pratiques professionnelles Centre Hospitalier Charles Perrens [septembre

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION 2014

CATALOGUE FORMATION 2014 CATALOGUE FORMATION 2014 AT-Talents 56, rue du Ruisseau 75018 Paris 01 42 52 35 35 www.at-talents.com AT-Talents est enregistré en tant qu Organisme de Développement Professionnel Continu auprès de l OGDPC

Plus en détail

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Coordination générale des soins Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Janvier 2010 PLAN 1. MISSIONS GENERALES 2. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

La mobilisation des professionnels, clé de la réussite d une démarche métiers-compétences. L expérience du CHRU de Lille

La mobilisation des professionnels, clé de la réussite d une démarche métiers-compétences. L expérience du CHRU de Lille ATELIER DE RETOUR D EXPÉRIENCES La mobilisation des professionnels, clé de la réussite d une démarche métiers-compétences L expérience du CHRU de Lille La définition de la GPMC Prévisionnelle : Prévoir,

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

C.H.U. DE FORT DE FRANCE

C.H.U. DE FORT DE FRANCE DEPARTEMENT DE LA MARTINIQUE C.H.U. DE FORT DE FRANCE PROJET D ETABLISSEMENT VOLET PROJET QUALITE GESTION DES RISQUES 2006 2010 VOLUME 4 Euro Conseil Santé 91, rue du Faubourg Saint Honoré 75 008 PARIS

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ

L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ L HÔPITAL SANS MURS ET TERRITOIRES DE SANTÉ 19 OCTOBRE 2010 Beatrice Falise Mirat Beatrice.falise-mirat@anap.fr Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Agence

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 septembre 2012 fixant le cahier des charges du dispositif de formation des personnels de direction

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE Mylène COULAUD cadre supérieur de santé Olivier RASTOUIL directeur des ressources humaines

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Certification des Etablissements de Santé en France

Certification des Etablissements de Santé en France Certification des Etablissements de Santé en France Pouvait-on faire sans elle en France? Peut-elle faire mieux? Les enjeux et les perspectives de la procédure 2014 Plan de l intervention 1. Partie 1 :

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ;

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ; SYNTHÈSE INTRODUCTION Le Programme Pluriannuel Régional de Gestion du Risque (PPR GDR) s inscrit dans le Projet Régional de Santé dont il est un des programmes obligatoires. Elaboré au cours de l été 2010,

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011

Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011 Le Programme Qualité et Gestion des risques 2008-2011 SOMMAIRE Le Comité de Pilotage de la Démarche d amélioration continue de la Qualité Page 2 II-1 Améliorer la qualité de la prise en charge des patients

Plus en détail

La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé

La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé Thomas LE LUDEC Directeur délégué, Directeur de l'amélioration de la qualité

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN)

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) Numéro d'identification du Réseau : 960740249 Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec Une initiative de la Direction Générale de la Santé mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie en collaboration avec Améliorer la qualité des pratiques professionnelles MOBIQUAL : MOBILISATION

Plus en détail

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste -

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste - Directeur du Département des Ressources Humaines - Profil de poste - Cotation du poste : 2,7 1. Informations institutionnelles relatives au CHRU de Lille Etablissement : CHRU de Lille 2 avenue Oscar Lambret

Plus en détail

L éthique en E.M.S. Centre de formation spécialisé dans les secteurs médico-social et sanitaire

L éthique en E.M.S. Centre de formation spécialisé dans les secteurs médico-social et sanitaire L éthique en E.M.S. Centre de formation spécialisé dans les secteurs médico-social et sanitaire Pourquoi l éthique et l exigence éthique dans les établissements? La question de l éthique et de la réflexion

Plus en détail

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015

PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 PROGRAMME DE TRAVAIL 2015 Date : février 2015 Auteurs : Catherine Pourin, Jean-Luc Quenon et toute l équipe du CCECQA Le programme de travail du CCECQA est décliné selon les axes retenus en 2015 : Indicateurs

Plus en détail

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES

RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES FPEGRH01 RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES Définir et mettre en œuvre la politique de ressources humaines d une administration ou d un établissement public de l État.

Plus en détail

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail.

Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : jurisprudentielles les plus significatives, impactant la relation au travail. Public cible : DRH et Responsables RH. Objectifs visés : Identifier les apports des réformes législatives, règlementaires ainsi que les évolutions jurisprudentielles les plus significatives, impactant

Plus en détail

Programme National pour la Sécurité des Patients

Programme National pour la Sécurité des Patients Programme National pour la Sécurité des Patients Isabelle Martin Marie-France Angelini Tibert Cellule de coordination des vigilances et des risques liés aux soins Nathalie Lugagne Delpon responsable pôle

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP Assises de l autonomie 10/06/10 PARIS Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux L Agence

Plus en détail

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris

Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Département du Développement Professionnel Continu Médical Ecole de Management pour les Médecins des Hôpitaux (EMAMH) de l Assistance Publique Hôpitaux de Paris Dr Stéphane

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

C O N S U L T A T I O N C H S C T

C O N S U L T A T I O N C H S C T Département Pilotage des Cadres et des Hauts Potentiels Groupe C O N S U L T A T I O N C H S C T M I S E E N Œ UV R E D E R EV U E S D E C A R RI E R E C A D R ES Mise en œuvre de revues de carrière cadres

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

Construction d un référentiel de compétences infirmières

Construction d un référentiel de compétences infirmières Construction d un référentiel de compétences infirmières Travail d étude régional réalisé par : - Le Comité d Entente Régional Midi-Pyrénées du C.E.F.I.E.C. (Comité d Entente des Formations Infirmières

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015

D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 D. I.U. Gestionnaire de cas 1 er avril 2015 Claire ASTIER Pilote MAIA Paris Est 1 En2009,MAIAinitiéedansle PlannationalAlzheimer:unemaladiequitouche toutes les dimensions de la «santé» (OMS) où les réponses

Plus en détail

Démarche de certification ISO 9001 des unités de chirurgie ambulatoire des établissements bretons. Le 27 novembre 2015

Démarche de certification ISO 9001 des unités de chirurgie ambulatoire des établissements bretons. Le 27 novembre 2015 Démarche de certification ISO 9001 des unités de chirurgie ambulatoire des établissements bretons Le 27 novembre 2015 Journée régionale Chirurgie Ambulatoire Claire DAVIRON Stéphanie MONNIER Julie CARRET

Plus en détail

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques.

Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée des risques. PROJET D ETABLISSEMENT 2009-2013 (165 LE PROJET QUALITE ET GESTION DES RISQUES Il permet d optimiser la prise en charge, d améliorer la qualité médicale du service rendu et d instaurer une gestion coordonnée

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?

Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif? Journée sport santé : «La place du sport au regard des besoins d activité physique en prévention primaire et tertiaire Rôle du mouvement sportif?» Jeudi 21 mars 2013, Maison du sport français (PARIS) Discours

Plus en détail

Regards croisés sur la Bientraitance. Charte Bientraitance. Outil d aide à la décision - formation

Regards croisés sur la Bientraitance. Charte Bientraitance. Outil d aide à la décision - formation Promotion de la bientraitance «Remobiliser les équipes» Regards croisés sur la Bientraitance Charte Bientraitance Outil d aide à la décision - formation Marie José D Alché-Gautier Réseau Bas Normand Santé

Plus en détail

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire Le projet associatif Quelques éléments d histoire «UNE ASSOCIATION NATIONALE NEE DE LA COOPERATION DE DEUX RESEAUX» Créée le 1 er janvier 2011, la Fédération Addiction est née de la volonté conjointe de

Plus en détail

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010

Référentiel métier de Directeur des Soins en établissement et en institut de formation mars 2010 Référentiel métier de Directeur(trice) des soins Ce référentiel intègre à la fois le métier Directeur(trice) des soins en établissement et celui de Directeur(trice) des soins en institut de formation paramédicale.

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

Développement de la bientraitance

Développement de la bientraitance Développement de la bientraitance Bilan des travaux et recensement des besoins dans les établissements de santé et Ehpad de six régions françaises Synthèse Groupe de travail Forap HAS Bientraitance Décembre

Plus en détail

Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte Réseau Bas-Normand / REQUA Octobre 2012 Haute Autorité de Santé 2012 Place de la charte dans le déploiement de la bientraitance La charte de bientraitance

Plus en détail

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS :

PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : PARCOURS DE SANTÉ DES PATIENTS : QUELS NOUVEAUX DÉFIS, QUELLES NOUVELLES OPPORTUNITÉS POUR LES ACTEURS DE SANTÉ? :: CERTIFICAT 7 modules de mars à décembre 2015 :: Public visé Professionnel médical et

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer)

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) Le cahier des charges national a pour objet de définir les dispositifs MAIA (maison

Plus en détail

Février 2016 Juin 2016

Février 2016 Juin 2016 Septembre 2015 PRESENTATION DE LA FORMATION DE COORDONNATEUR Février 2016 Juin 2016 Promotion 2016/2 Début de la formation : lundi 1 er février 2016 à l epss de Cergy Date limite d inscription à l admission

Plus en détail

SYNTHESE DU RAPPORT SUR LA MODERNISATION DE LA POLITIQUE DES RESSOURCES HUMAINES DANS LES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE

SYNTHESE DU RAPPORT SUR LA MODERNISATION DE LA POLITIQUE DES RESSOURCES HUMAINES DANS LES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE Ministère du travail, de l emploi et de la santé Paris, le 24 janvier 2011 SYNTHESE DU RAPPORT SUR LA MODERNISATION DE LA POLITIQUE DES RESSOURCES HUMAINES DANS LES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE - Mercredi

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers IPs Institut Perspective Soignante Pour une pratique porteuse de sens et respectueuse des personnes UCL Université Catholique de Louvain Unité des sciences hospitalières et médico-sociales Certificat universitaire

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Le système documentaire

Le système documentaire Le système documentaire Sommaire : 3. PRESTATION DE SERVICE A DOMICILE... 4 3.1 : Principes et cadre d intervention... 6 Exemple 1 : Projet de service type d une entité adhérent à ADESSA.... 7 Exemple

Plus en détail

Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé

Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé (Nord Picardie) (Basse-Normandie) (Rhône Alpes) (Loire-Atlantique) (Franche-Comté) (Aquitaine) Promouvoir la bientraitance, un guide à destination des professionnels de santé Contexte FORAP 10 SRA Bientraitance

Plus en détail

Mettre en œuvre le DPC dans un établissement partie 3 approche du CHU Hôpitaux de Rouen

Mettre en œuvre le DPC dans un établissement partie 3 approche du CHU Hôpitaux de Rouen Mettre en œuvre le DPC dans un établissement partie 3 approche du CHU Hôpitaux de Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Spontanément des questions!!! De l Evaluation des Pratiques Professionnelles à l

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS. 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU LOGIS DES FRANCS 17, rue des Francs 79410 CHERVEUX Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT DE SANTE...

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

La direction des soins dans la gouvernance par pôles

La direction des soins dans la gouvernance par pôles La direction des soins dans la gouvernance par pôles I PRÉSENTATION du C.H.U. de NANTES (France) II ÉLÉMENTS DE MISE EN OEUVRE ET ROLE DES ACTEURS III BÉNÉFICES & PRÉOCCUPATIONS IV PERSPECTIVES - FACTEURS

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE

PREALABLE : ARCHITECTURE DE LA FORMATION : RESPIRE DE JEPS Animation socio éducative ou culturelle Développement de s, territoires et réseaux Blois 2014 2016 PREALABLE : Cette formation concerne principalement des professionnels occupant des postes de

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Collaboration DIM Contrôle de Gestion. Dr Christophe SCHMITT médecin DIM CH de Jury METZ

Collaboration DIM Contrôle de Gestion. Dr Christophe SCHMITT médecin DIM CH de Jury METZ Collaboration DIM Contrôle de Gestion Dr Christophe SCHMITT médecin DIM CH de Jury METZ 2 Définition du contrôle de gestion Définition du répertoire national des métiers de la Fonction Publique Hospitalière:

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC ARS-DOS-AO-005 AGENCE REGIONALE DE SANTE DE CHAMPAGNE ARDENNE

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC ARS-DOS-AO-005 AGENCE REGIONALE DE SANTE DE CHAMPAGNE ARDENNE Contexte L Agence Régionale de Santé de Champagne Ardenne finance 8 réseaux de santé dans la région, à savoir : Arduinn âge, Gérontis, Régéma, Récap, RéGéCA, Oncocha, Addica Carédiab et le réseau Périnatal.

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4 Code direction : DSQP Pôle émetteur : Appui à la Performance et Gestion du Risque Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION UN NOUVEAU PROGRAMME.... LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION LA FORMATION SE DEROULE SUR 3 ANS SOIT 6 SEMESTRES Rentrée en septembre, sortie en juin Semestre 1 -> 15 semaines à l IFSI

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés.

REPUBLIQUE FRANCAISE. Un secrétariat général, trois directions, un service et trois missions lui sont directement rattachés. REPUBLIQUE FRANCAISE Décision n 2014.0019/DP/SG du 30 avril 2014 du président de la Haute Autorité de santé portant organisation générale des services de la Haute Autorité de santé Le président de la Haute

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail