Toute équipe mobile comprend. Aspects infirmiers du travail d Équipe Mobile de Soins Palliatifs. Cadre réglementaire et missions d une EMSP

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Toute équipe mobile comprend. Aspects infirmiers du travail d Équipe Mobile de Soins Palliatifs. Cadre réglementaire et missions d une EMSP"

Transcription

1 Med Pal 2005; 4: Masson, Paris, 2005, Tous droits réservés Martine Nectoux, Infirmière clinicienne, Juvignac, Patrick Thominet, Cadre de santé, EMSP Pitié Salpêtrière, Paris. Summary The nurse s role in the Mobile Palliative Care Team Mobile palliative care teams have been developed in France for both hospital and home care. Nurses play an important role in these teams, but in order to cope with this specific situation a new approach to nursing care had to be developed. For a nurse, what is the signification of participating in an indirect care system? When working in a team setting, what is the meaning of supportive care for a nurse? Based on our experience, we attempt to provide practical answers to these questions and present a common basis for nurses working in mobile palliative care teams. This model is not unique and must be adapted to each specific situation and healthcare context. Résumé Depuis quelques années les équipes mobiles de soins palliatifs se développent au sein des établissements hospitaliers et également au domicile des patients. Au sein de ces équipes transversales, les infirmières occupent une place privilégiée. Mais il a fallu inventer une nouvelle forme d exercice professionnel auquel les infirmières françaises n étaient pas habituées. Que signifie pour un soignant être dans le soin indirect? Sommesnous préparés à vivre la frustration? Que signifie travailler en compagnonnage avec nos collègues? Autant de questions auxquelles les auteurs, forts de leur expérience en équipe mobile de soins palliatifs, ont tenté de répondre dans le souci de mettre à disposition des soignants d équipe mobile non pas un modèle infirmier unique, mais une base commune qui reste cependant à adapter à la spécificité des établissements de santé où ces équipes sont implantées. Key-words: palliative care, mobile team, nursing experience. Mots clés : soins palliatifs, équipe mobile, exercice professionnel infirmier. Nectoux M. et al.. Med Pal 2004; 4: Adresse pour la correspondance : Patrick Thominet, Équipe Mobile de Soins Palliatifs, GH Pitié Salpêtrière, 47, boulevard de l Hôpital, Paris. Toute équipe mobile comprend en son sein au moins une infirmière [1]. Que signifie ce constat? L infirmière occupe-t-elle un rôle pivot? Quel est son champ d action dans un contexte où elle ne peut s autoriser l initiative d un soin direct, alors qu elle a été formée au départ pour être dans l «agir»? Voilà sans doute une des places les plus délicates à occuper au sein d une Équipe Mobile de Soins Palliatifs (EMSP) car la ligne de crête peut sembler étroite et réductrice vis-à-vis de l ampleur du champ spécifique infirmier où ce professionnel pourrait exercer tout son art du «prendre soin». Nous tenterons de montrer dans cet article, comment l infirmière peut apporter sa contribution à l évolution des soins palliatifs, dans l activité clinique, de formation et de recherche de toute EMSP. Pour cela, il lui faudra identifier sans relâche les risques de dérives dans lesquelles elle pourrait s engouffrer. Du conseil thérapeutique médical jusqu au soutien psychologique spécifique, les occasions ne manquent pas! Il faut bien reconnaître que les frontières entre les différentes fonctions des membres d une EMSP sont parfois mal identifiées, voire malmenées par les services qui nous sollicitent car les soignants sont souvent démunis face à un patient en grande souffrance. Choisir de travailler comme infirmière en EMSP suppose de bien connaître les missions qui incombent à ces structures. Un tel choix exige aussi d accepter les frustrations qui découlent des nombreux renoncements à «faire des soins». C est à ces conditions que l on peut alors s épanouir et trouver du sens à cette fonction dans le partage réciproque de compétences, le soutien apporté à nos collègues, l enseignement etc. Chaque graine semée au quotidien contribue à sa façon aux objectifs globaux énoncés en soins palliatifs au service des patients et de leur entourage. Cadre réglementaire et missions d une EMSP Le chapitre III-2 de la circulaire du 19 février 2002 relative à la mise en place des structures de soins palliatifs, concerne les missions, l organisation Médecine palliative 80 N 2 Avril 2005

2 Martine Nectoux, Patrick Thominet EXPÉRIENCES PARTAGÉES et le fonctionnement des équipes mobiles de soins palliatifs. Leur activité est qualifiée de transversale au sein des établissements de santé. Leurs missions s articulent autour de trois pôles : le conseil en soin palliatif, la formation et l enseignement, la recherche. L EMSP est définie comme une équipe interdisciplinaire et pluriprofessionnelle dont la composition découle des missions qui lui sont assignées. Elle repose en partie sur le responsable médical et le cadre infirmier dont le texte précise qu ils doivent être titulaires d un diplôme universitaire de soins palliatifs ou d un diplôme équivalent. En ce qui concerne les autres memb res de l EMSP, la circulaire indique que les personnels doivent être volontaires et choisis en fonction d un profil de poste qui tient compte de la spécificité de l établissement où elle est implantée. En revanche, elle ne précise pas le nombre de personnes nécessaires à la composition de l équipe ni la nature des professions représentées. Enfin, il est mentionné, pour la première fois dans un texte officiel, que les membres de l EMSP bénéficient d une supervision des pratiques (ou d un groupe de parole) et que l EMSP soit dotée de locaux indispensables à son activité. La notion de transversalité Si l on s en tient à la définition courante, la transversalité désigne une activité qui recoupe plusieurs disciplines ou plusieurs secteurs. Qualifier l activité d une EMSP de transversale, c est reconnaître que son champ d intervention concerne l ensemble des services cliniques de l établissement où elle est implantée. Or aucune équipe ne peut prétendre à un savoir absolu sur toutes les problématiques de santé rencontrées ou revendiquer un champ de compétences aussi vaste. La transversalité suppose donc un partage de compétences qui veut que chacune des parties apprenne de l autre. Spécificité de l activité clinique infirmière en EMSP En référence au décret professionnel relatif à l exercice de la profession infirmière du 11 février 2002, les soins palliatifs font bien partie du champ de compétences des infirmières et ne constituent pas une spécialité en soi [2]. L expérience acquise auprès des personnes atteintes de maladies graves ou en fin de vie (unités de soins palliatifs, gériatrie, cancérologie, maladies infectieuses etc.) permet aux soignants d acquérir une compétence plus spécifique dans ce domaine, compétence qu ils peuvent mettre au service des autres soignants dans le cadre de l activité d une équipe mobile de soins palliatifs. On préfère donc parler des soins palliatifs comme d une spécificité et non pas d une spécialité. Ce qui caractérise l activité infirmière en EMSP, c est qu elle s inscrit dans une activité de conseil et de soutien. L infirmière ne prend pas l initiative de la réalisation d un soin au patient, mais elle répond à toute demande de ses collègues lorsqu il s agit de les aider à réaliser un soin difficile ou douloureux. Elle n a pas non plus vocation à répondre à une demande lorsqu il s agit de suppléer aux insuffisances d effectifs ou à une augmentation de la charge de travail (contrairement aux équipes de renfort que certains établissements mettent en place pour répondre à la variabilité de la charge de travail dans les services). Afin d éviter toute confusion et toute dérive, il appartient à l infirmière d EMSP d être claire sur ses missions et de les expliquer aux équipes soignantes auprès desquelles elle intervient. Il est courant de dire qu une équipe mobile intervient «aux côtés» et non «à la place» de l équipe soignante qui appelle. Afin d éviter tout risque de dérives, cela doit rester la ligne de conduite de toute EMSP. Mais cette ligne est parfois difficile à tenir, surtout lorsque les soignants du service demandent implicitement à cette infirmière de se substituer à eux. Cela est particulièrement vrai pour tout ce qui concerne le domaine de la relation et du soutien du patient ou de ses proches. Sans être dogmatique sur ce point, il importe que nous soyons capa- On préfère donc parler des soins palliatifs comme d une spécificité et non pas d une spécialité. bles d identifier ces demandes de substitution et de soutenir les équipes soignantes en tentant de comprendre les raisons de ce désinvestissement et en les aidant à réinvestir la relation. La responsabilité professionnelle de l infirmière d EMSP Sans vouloir accentuer le phénomène de judiciarisation des pratiques qui entrave l activité soignante, il nous semble important de clarifier le niveau de responsabilité professionnelle auquel est engagée l infirmière dans cette activité transversale mobile. Même si l essentiel de cette activité repose sur le conseil en soins palliatifs, elle ne dégage pas l infirmière de sa responsabilité professionnelle. On peut identifier trois niveaux de responsabilité : une responsabilité directe : lorsque l infirmière d EMSP réalise un soin au patient (ex : soin lors d une consultation externe de soins palliatifs pour les équipes qui en assurent) ; une responsabilité indirecte : lorsqu il s agit d un conseil en soin qu elle ne réalise pas elle-même mais qui, sur sa proposition, est effectué par un soignant ; une co-responsabilité ou responsabilité partagée avec les soignants de l équipe lorsqu elle participe à un soin ou à la mise en place Med Pal 2005; 4: Masson, Paris, 2005, Tous droits réservés 81

3 d une procédure technique particulière. La responsabilité juridique de l infirmière serait directement engagée si elle sortait des limites de compétences fixées par le décret infirmier. Ceci est d autant plus important à relever que la tentation existe en EMSP de sortir du cadre professionnel. Il importe donc que toute intervention fasse l objet d un résumé écrit dans le dossier du patient ou sur Notre présence à leurs côtés se doit d être significative d ouverture. une feuille spécifique à l activité de l EMSP. Ces transmissions doivent tenir compte de la nouvelle législation sur les droits des malades qui permet aux patients et aux familles d accéder aux informations contenues dans leurs dossiers [3]. Compétences requises et profil professionnel Par-delà le cadre juridique, la constitution d une EMSP pluridisciplinaire repose sur un postulat de base : l acquisition par chacun de ses membres de connaissances à la fois théoriques et pratiques dans le champ d exercice des soins palliatifs. Pour cette raison, il sera donc demandé à toute infirmière postulant en EMSP d avoir au minimum suivi un DU de soins palliatifs (ou diplôme équivalent) ou de s engager à le suivre au titre de la formation continue, et de posséder une expérience antérieure dans la pratique clinique des soins infirmiers auprès de patients en fin de vie. Ce niveau d exigence est motivé par l expertise que sont en droit d attendre nos partenaires de soins des différents services qui sollicitent l aide d une EMSP. Il y va d ailleurs de notre crédibilité à leurs yeux car c est bien dans des situations complexes de soins que nos interventions trouvent leur pertinence. Même s il nous arrive parfois de n avoir à partager que notre impuissance avec eux, notre présence à leurs côtés se doit d être significative d ouverture vers de nouvelles perspectives de soins, dans une recherche permanente d évolution. Si nous apprenons beaucoup de nos collègues, le contrat qui nous lie à eux doit aussi leur permettre de s enrichir de notre savoir en soins palliatifs dans le champ des soins infirmiers. À ces compétences requises, il faut ajouter des critères beaucoup plus ciblés sur le profil personnel professionnel de l infirmière. En effet, l épanouissement dans cette fonction passe par l acceptation d un certain nombre de renoncements sans laquelle toute infirmière d EMSP peut se brûler les ailes et s épuiser rapidement. Une telle prise de conscience est donc nécessaire avant de s engager dans ce type d équipe. Par rapport au fonctionnement infirmier hospitalier classique (dans un service de soins), nous avons à renoncer à cette appartenance à une équipe de soins, à la sécurité offerte par la présence de nos collègues. En effet, même si nous conservons notre identité professionnelle, et même si la notion d équipe est fortement ancrée en EMSP, nous avons à vivre une forme d isolement lié à une implication indirecte dans les soins. La gratification obtenue au cœur du soin, effectué dans le suivi quotidien d un patient, n est pas d actualité dans l activité d une équipe mobile. Nos interventions sont toujours modulées par la demande initiale de nos collègues des services et nous n avons pas à nous approprier le changement de pratiques. Notre travail consiste davantage à valoriser tous les efforts des professionnels engagés 24 heures sur 24 pour progresser dans les méandres de la souffrance engendrée par la fin de vie. Enfin, il nous faut composer en permanence avec notre idéal du soin palliatif et la réalité dans laquelle nous évoluons. Pointer l existence de manques, de méconnaissances voire d actes contraires à l éthique du soin palliatif ne doit pas nous conduire au jugement de valeur mais nous convaincre que cette collaboration est une chance de voir progresser un projet de vie menacé. Seule l acceptation de ce fonctionnement quelque peu atypique permet à l infirmière d EMSP de trouver sens à une telle démarche sans s épuiser. Activité clinique infirmière En réponse aux missions qui sont assignées aux équipes mobiles, et dans les limites fixées par le décret de compétences, l activité de l infirmière d équipe mobile comprend : Une activité clinique au lit du patient centrée sur l évaluation des besoins et un examen clinique du patient. Intervention en binôme avec le médecin de l EMSP (surtout lors de la première visite) et si possible, en présence d un membre de l équipe soignante. Par la suite il peut arriver que l infirmière intervienne seule, elle le fait alors en accord avec le médecin de l EMSP et toujours en partenariat avec les soignants du service. Dans le cadre du rôle propre, elle participe à l élaboration d une démarche de soin centrée sur la qualité de vie du patient. Elle participe au soutien psychologique du patient et accompagne l équipe soignante du service dans cette dimension relationnelle de la prise en charge globale des patients pour laquelle les soignants se sentent souvent démunis. Elle peut aussi, dans certains cas, faire appel à la psychologue et si besoin à l assistante sociale de l EMSP ou à celle du service. Une participation éventuelle à la réalisation d un soin en partenariat avec les soignants du service : soit pour évaluer un symptôme (douleur au cours d un soin, réfection d un Médecine palliative 82 N 2 Avril 2005

4 Martine Nectoux, Patrick Thominet EXPÉRIENCES PARTAGÉES pansement d escarre, soin de bouche), soit pour aider à la mise en place d une technique spécifique (voie souscutanée, pose de PCA). Dans ce cas il est important de noter que l infirmière ne prend jamais l initiative de faire un soin direct au patient, mais qu elle se propose de participer à un soin avec les soignants de l équipe, car c est dans ce compagnonnage que peut se faire un véritable échange des compétences. Cette dimension pédagogique a un impact d autant plus grand dans la profession infirmière qu elle entre dans une dynamique du «faire ensemble». Or, nous apprenons dès la formation initiale à progresser dans notre pratique à travers la réalisation des soins. Cet apprentissage sur le terrain est beaucoup plus efficace qu un discours théorique sur le déroulement optimal d un soin et permet une meilleure acceptation de l expertise offerte. Une activité clinique auprès des soignants à travers le soutien relationnel de l équipe, une aide à l accompagnement du patient et des proches, un conseil en soin, une aide à l évaluation de la douleur, une aide à la prise de décision (dans le cas de situations complexes, proposition d un groupe de parole ponctuel ou d un staff décisionnel). Une aide au transfert des malades soit vers une USP (rédaction d une fiche de liaison), soit vers le domicile (contact avec les infirmiers libéraux, l HAD ou les réseaux de soins palliatifs à domicile). Tout ceci se fait en lien avec l assistante sociale ou bien avec la coordinatrice de la structure qui interviendra au domicile du patient. Là encore il faut avoir le souci de ne pas se substituer aux partenaires sociaux impliqués dans l organisation du transfert ou du retour à domicile. Compte tenu de la spécificité de l activité de conseil et de soutien dans laquelle l infirmière d une EMSP va devoir inscrire son activité clinique, il est important de souligner les nombreuses frustrations que cela génère. Activité de formation La formation est inséparable de l activité clinique car elle se nourrit de l expérience du terrain, tout comme la clinique vérifie la pertinence des apports théoriques de la formation. La formation fait donc partie de l activité quotidienne de l infirmière et chaque intervention dans les services s inscrit dans une démarche pédagogique. De manière plus formelle, l équipe mobile participe à la formation initiale des futurs professionnels et à la formation continue des agents de l établissement. Dans ce dernier cas, il peut s agir soit de formations destinées à l ensemble du personnel soignant, soit d une formation interne à un service en réponse à une demande qui prend en compte la spécialité du service. L infirmière de l EMSP participe à l élaboration du programme d enseignement et intervient dans ces formations, au même titre que les autres membres de l équipe. L infirmière de l EMSP prend également part aux différents enseignements dispensés aux professionnels qui suivent le cursus des diplômes universitaires (Douleur, Soins Palliatifs, Éthique de la fin de vie ). Elle peut également intervenir en faculté de médecine auprès des futurs médecins dans le cadre du module transversal «douleur - soins palliatifs et deuils» prévu par la réforme de l enseignement du deuxième cycle des études de médecine. Sa participation contribue à enrichir l enseignement par son expérience clinique en permettant à ces professionnels de la santé de mieux connaître la spécificité infirmière mais également à témoigner de la pertinence du travail en équipe pluridisciplinaire. Dans le cadre de la formation initiale, l infirmière est sollicitée par les différents instituts de formation professionnelle, particulièrement les instituts de formation en soins infirmiers (IFSI). Il existe deux types d interventions possibles : soit durant tout le cursus des études en fonction des différents modules enseignés (cancérologie, gériatrie, maladies infectieuses, neurologie), soit lors des modules optionnels de soins palliatifs. On constate cependant une grande diversité dans l organisation de la formation dans les IFSI en fonction des priorités que les enseignants souhaitent donner à cette approche. Trop souvent, le module optionnel de soins palliatifs (laissé au libre choix des étudiants) arrive en fin d année à La formation est inséparable de l activité clinique. proximité des examens ou du diplôme d état. Inutile de préciser que le niveau d attention s en ressent. Il appartient donc aux infirmières d EMSP qui participent à ces enseignements, de bien évaluer le contexte dans lequel on leur demande d intervenir et de ne pas hésiter à négocier le moment opportun pour le faire. Pour cela, on peut proposer, dans le cadre d une EMSP implantée dans un établissement possédant un IFSI, de participer à l élaboration de l enseignement sur les soins palliatifs de manière à mieux répondre aux exigences fixées par le décret de compétence des infirmiers, attitude pédagogique qui peut parfaitement s adapter à d autres instituts de formation des professionnels de la santé et des travailleurs sociaux. Cette part de l activité doit bien sûr figurer sur la fiche de poste de l infirmière d EMSP et suppose que le temps consacré à la formation a bien été pris en compte au niveau de l organisation du travail d équipe et au niveau de l effectif soignant. Activité de recherche Comparativement à leurs collègues anglo-saxonnes, les infirmières françaises produisent peu de travaux de recherche, à la fois par manque de formation et aussi par manque de temps et de moyens mis à leur disposition pour le faire. Med Pal 2005; 4: Masson, Paris, 2005, Tous droits réservés 83

5 En soins palliatifs, la recherche clinique concerne essentiellement la participation à des essais thérapeutiques pour lesquels l infirmière n est pas directement sollicitée. Au niveau de la recherche en soins infirmiers, l infirmière de l EMSP favorise la réflexion issue des situations cliniques qui peut déboucher sur un projet de recherche. Ce projet est alors conduit soit à l initiative des soignants de l EMSP, soit à celle de l équipe soignante d un service. Dans ce cas, l infirmière de l EMSP peut se proposer de participer à l élaboration de la méthodologie et mettre à la disposition de ses collègues tous les moyens logistiques dont dispose l EMSP (salle de réunion, secrétariat, matériel informatique). Les résultats de cette recherche débouchent sur leur publication et/ou leur communication lors de congrès, ce qui renforce la collaboration entre les deux équipes. Il existe donc un bénéfice direct de la recherche sur la collaboration entre l EMSP et les différents services de l établissement. L infirmière d EMSP peut également participer à une recherche multicentrique (impliquant la participation de plusieurs EMSP) soit dans le cadre d un programme de santé publique, soit dans le cadre d une recherche en soins infirmiers menée par un collège de professionnels à l exemple de ceux réalisés par le collège infirmier de la SFAP [4]. Là encore il s agit de prendre en compte cette activité dans les effectifs et les moyens mis à disposition des EMSP afin qu elles puissent répondre à cette mission. Il existe une grande diversité des équipes mobiles selon l importance des établissements où elles sont implantées. Il est probable que l on attende davantage d une équipe rattachée à un CHU en matière de formation et de recherche. Néanmoins, toutes les équipes mobiles sont appelées à produire des travaux de recherche, il en va de leur crédibilité et de la motivation des soignants qui la composent. S épanouir sans s épuiser La diversité des champs d actions (clinique, formation, recherche) d une infirmière en EMSP peut contribuer largement à son épanouissement professionnel. En effet, la richesse des initiatives semble infinie puisque chaque situation est unique, l apprentissage du travail d équipe permanent et l enseignement que l on reçoit du patient toujours singulier. Y a-t-il alors un risque d épuisement professionnel et quels peuvent en être les facteurs favorisants? L ouvrage «l infirmier(e) et les soins palliatifs» a le mérite de nous éclairer largement sur ce sujet mais certains éléments sont sans doute plus significatifs en EMSP. Ils sont en lien avec d une part la dynamique de l équipe, dans sa cohérence et la connaissance réelle des rôles de chacun et d autre part, les frustrations à vivre, liées à la définition même des missions d une EMSP. Il apparaît clairement que le respect des critères de recrutement que nous avons évoqués ci-dessus contribue à limiter les risques d épuisement. Mais ils ne suffisent pas. La supervision est indispensable au travail d une EMSP, il appartient donc aux responsables d y veiller. Par ailleurs, il est important que les soignants d EMSP continuent à participer à des formations tant sur le plan de l actualisation des compétences que sur le plan personnel. Enfin, il faut savoir que certains groupes Balint composés d infirmières en soins palliatifs existent et contribuent également au soutien de ces professionnels. L épuisement professionnel n est donc pas une fatalité en regard des nombreuses sources d épanouissement professionnel. Conclusion La spécificité du rôle de l infirmière d équipe s inscrit dans la prudence qui nous oblige parfois à faire preuve de diplomatie dans nos rapports avec les équipes soignantes et à renoncer parfois à une prise en charge de qualité optimale pour le patient. Autant de causes de frustration qui doivent être prises en compte au niveau du recrutement afin de prévenir la démotivation et l épuisement professionnel des soignants. Il existe une grande hétérogénéité dans la manière de travailler des équipes mobiles. Ces structures innovantes ont eu à inventer leur fonctionnement en même temps qu elles assuraient leur pérennisation. Aujourd hui les EMSP ont largement convaincu les responsables hospitaliers des raisons de leur existence. Il en est de même pour l activité infirmière. Le modèle que nous présentons pourrait être qualifié d archétype de ce que serait une activité infirmière idéale si tant est que cela puisse se concevoir. À partir de ce modèle, il appartient à chaque infirmière de définir son activité en tenant compte à la fois de la composition de l EMSP et des priorités définies par l ensemble de ses membres, et en partenariat avec la direction des soins infirmiers. Références 1. Lire toujours «infirmier» ou «infirmière». 2. Le paragraphe 5 de l article 2 du décret de compétence précise que l infirmière «participe à la prévention, à l évaluation et au soulagement de la douleur et de la détresse physique et psychique des personnes, particulièrement en fin de vie au moyen des soins palliatifs, et d accompagner, en tant que de besoin, leur entourage». 3. Loi N du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé. 4. Société Française d Accompagnement et de soins Palliatifs : rédaction d un ouvrage sur l infirmière et les sons palliatifs (Ouvrage collectif, «l infirmier(e) et les soins palliatifs», Collège soins infirmiers de la SFAP, Editions Masson (Paris, 1999 et 2001 pour la seconde édition) et recherche sur les soins de bouche (2002). Médecine palliative 84 N 2 Avril 2005

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs?

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Aude Le Divenah Praticien hospitalier, chargée de mission, Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Les soins palliatifs se

Plus en détail

Certificate of. Advanced Studies. S o i n s palliatifs

Certificate of. Advanced Studies. S o i n s palliatifs Certificate of Advanced Studies HES-SO en S o i n s palliatifs Le certificat d études avancées (CAS) en soins palliatifs offert par la Haute école de santé Arc en partenariat avec le Centre hospitalier

Plus en détail

EHPAD. Quels soins palliatifs en EHPAD? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en

EHPAD. Quels soins palliatifs en EHPAD? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en Quels soins palliatifs en? L apport d un réseau à l intégration de la démarche palliative au projet de Soins (de Vie) d un résident en Quels soins palliatifs en? Dr M. SALLAMAGNE 1992: «Faire du soin palliatif,

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie

Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie Cursus de Formation Assistant(e) de Soins en Gérontologie La fonction d Assistant de Soins en Gérontologie consiste en une assistance dans les actes de la vie quotidienne des personnes fragilisées par

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

Convention constitutive

Convention constitutive Convention constitutive Entre les parties signataires, Vu les textes législatifs suivants : - l article L. 6321-1 du Code de Santé Publique relatif aux réseaux de santé - la loi n 2002-303 du 4 mars 2002

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

répondre aux nouvelles exigences mélioration de ses prestations adaptation uvelles fonctions elopper de nouvelles compétences tiques probantes

répondre aux nouvelles exigences mélioration de ses prestations adaptation uvelles fonctions elopper de nouvelles compétences tiques probantes FORMATIONS POSTGRADE 2015-2016 FORMATIONS CONTINUES COURTES 2015-2016 mélioration de ses prestations adaptation uvelles fonctions elopper de nouvelles compétences répondre aux nouvelles exigences tiques

Plus en détail

PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS. Catherine Hoenger, Cheffe de projet

PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS. Catherine Hoenger, Cheffe de projet PROGRAMME CANTONAL VAUDOIS DE DEVELOPPEMENT DES SOINS PALLIATIFS Catherine Hoenger, Cheffe de projet COLLABORATION SOINS A DOMICILE ET EQUIPE MOBILE DE SOINS PALLIATIFS CONGRÈS SPITEX BIENNE 9 SEPTEMBRE

Plus en détail

Centre de Formation et de Perfectionnement pour Secouristes Ambulanciers de la Province de Namur. Projet pédagogique 2012

Centre de Formation et de Perfectionnement pour Secouristes Ambulanciers de la Province de Namur. Projet pédagogique 2012 Centre de Formation et de Perfectionnement pour Secouristes Ambulanciers de la Province de Namur Projet pédagogique 2012 SOMMAIRE 1. Avant-propos (Coordinateur)... 3 2. La Cellule pédagogique au sein du

Plus en détail

une collaboration fructueuse

une collaboration fructueuse Pharmaciens - Soins palliatifs une collaboration fructueuse Docteur Hervé MIGNOT Equipe d Appui Départementale en Soins Palliatifs de l Indre mai 2007 Le Réseau de Soins Palliatifs en Région Centre EADSP

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers

Stage Étudiants infirmiers Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : ü La définition du métier «Infirmier» ü Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 ü Le portfolio de l étudiant Version

Plus en détail

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E)

DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Mai 2002 DEFINITION DE LA FONCTION INFIRMIER(E) Réalisation : Direction Département infirmier A. DESCRIPTION DU CONTENU DE LA FONCTION 1. Utilité de la fonction - Mission générale Participer à la prise

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE de SOINS PALLIATIFS et D ACCOMPAGNEMENT

DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE de SOINS PALLIATIFS et D ACCOMPAGNEMENT FACULTÉ DE MÉDECINE de STRASBOURG, de BESANÇON et de DIJON DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE de SOINS PALLIATIFS et D ACCOMPAGNEMENT Années 2012-2014 Responsables de formation : Dr R. AUBRY CHU Besançon Dr N.

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II ANNEXE II DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L Ecole d Auxiliaires de Puériculture de la Fondation LENVAL à Nice assure la formation des auxiliaires de puériculture depuis 2010. A cette

Plus en détail

Nous avons le choix:

Nous avons le choix: Nous avons le choix: être en exercice illégal ou exercer illégalement! C est l alternative qui s offre aux kinésithérapeutes salariés depuis la publication du code de déontologie. Art. R. 4321-56. - Le

Plus en détail

HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration

HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration HAD et Soins Palliatifs en EHPAD Contraintes réglementaires et situations possibles de collaboration Dr Joséphine Loteteka Dr Tatiana Garcia HAD Santé Service Corpalif 93, 23 mars 2010 Sommaire Le cadre

Plus en détail

1 re structure HAD de province

1 re structure HAD de province Présentation 1 re structure HAD de province Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968 par le Dr Thielley, Santé Service Bayonne et Région est la 1 re structure d'hospitalisation à domicile

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Formation initiale des infirmières en soins palliatifs

Formation initiale des infirmières en soins palliatifs Formation initiale des infirmières en soins palliatifs Dans le nouveau programme de formation de 2009 1 Présentation Recommandations SFAP (infirmières 2011: avis de recherche ) Programme de développement

Plus en détail

FORMATIONS 2007/2008

FORMATIONS 2007/2008 FORMATIONS 2007/2008 SOINS PALLIATIFS ACCOMPAGNEMENT Réseau Santé Diamant 15, rue de la Bienfaisance 59200 TOURCOING 03.20.70.14.72 03.20.70.74.87 @ reseau.diamant@wanadoo.fr Les soins palliatifs sont

Plus en détail

Motivations. Emilie De Saint Pol, Lucie Germain, Geneviève Heyraud ASSPRO Santé (1) (Bureau 2005-2006)

Motivations. Emilie De Saint Pol, Lucie Germain, Geneviève Heyraud ASSPRO Santé (1) (Bureau 2005-2006) De la formation en santé publique à la pratique professionnelle : association étudiante et partage d expériences From public health training to professional practice: student association and experience

Plus en détail

La formation comme levier de changement des pratiques

La formation comme levier de changement des pratiques Place des pharmaciens d officine au sein du réseau Onco 94 Ouest La formation comme levier de changement des pratiques 2 ème congrès des Réseaux de cancérologie Rouen Atelier : place de la formation 3

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D IDENTIFICATION DE L ACTIVITE DES INFIRMIER(E)S EXERCANT EN UNITE DE CONSULTATION DOULEUR

QUESTIONNAIRE D IDENTIFICATION DE L ACTIVITE DES INFIRMIER(E)S EXERCANT EN UNITE DE CONSULTATION DOULEUR QUESTIONNAIRE D IDENTIFICATION DE L ACTIVITE DES INFIRMIER(E)S EXERCANT EN UNITE DE CONSULTATION DOULEUR Questionnaire individuel à remplir par l infirmier(e) à partir de son propre bilan d activité de

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 septembre 2012 fixant le cahier des charges du dispositif de formation des personnels de direction

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers IPs Institut Perspective Soignante Pour une pratique porteuse de sens et respectueuse des personnes UCL Université Catholique de Louvain Unité des sciences hospitalières et médico-sociales Certificat universitaire

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

La dimension sociale en soins palliatifs, à domicile et en institution

La dimension sociale en soins palliatifs, à domicile et en institution Annick SOUDANT-ROQUETTE (DUSP Lille 1996-97, DIUSP Lille 2004-05) La dimension sociale en soins palliatifs, à domicile et en institution Table des matières 1.Ses missions...2 2. Le patient...3 3. La famille,

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE

ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE RESSIAD Touraine Groupe de Recherche et d Etudes des Services Soins Infirmiers A Domicile ACTIVITES DE L INFIRMIERE COORDINATRICE A DOMICILE FONCTION DE L INFIRMIERE COORDINATRICE Définition : Activité

Plus en détail

Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Certificat d Aptitude aux Fonctions d Encadrement et de Responsable d Unité d Intervention Sociale PROGRAMME 2016-2017

Certificat d Aptitude aux Fonctions d Encadrement et de Responsable d Unité d Intervention Sociale PROGRAMME 2016-2017 Certificat d Aptitude aux Fonctions d Encadrement et de Responsable d Unité d Intervention Sociale PROGRAMME 2016-2017 Document non contractuel, ce programme peut faire l objet de modifications. VALIDATION

Plus en détail

Liège, le 10 août 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015/023

Liège, le 10 août 2015. APPEL INTERNE et EXTERNE AUX CANDIDATURES N 2015/023 Centre Hospitalier Universitaire de Liège Domaine Universitaire du Sart Tilman B35 4000 LIEGE 1 www.chuliege.be Département de Gestion des Ressources Humaines Service Recrutement Liège, le 10 août 2015

Plus en détail

Voir Annexe 2 : Objectifs scientifiques et pédagogiques de chacun des parcours type

Voir Annexe 2 : Objectifs scientifiques et pédagogiques de chacun des parcours type DOMAINE NIVEAU??? MENTION : Sante 4 Pages max par formation Voir Annexe 1 : Structuration de la mention Voir Annexe 2 : Objectifs scientifiques et pédagogiques de chacun des parcours type Voir Annexe 3

Plus en détail

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE :

Programme SIPA (Système de services intégrés pour personnes âgées en perte d autonomie) DESCRIPTION SOMMAIRE : CLSC désigné Centre Affilié Universitaire DESCRIPTION DE FONCTIONS TITRE D EMPLOI : SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : SERVICE : Chef de programme Chef de l administration du programme SIPA Programme SIPA (Système de

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CLINIQUE DURIEUX ZAC Paul-Badré 100, rue de France 97430 Le Tampon Juin 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

PROGRAMME 2016. Infirmière clinicienne : certificat d approfondissement de la démarche clinique infirmière (CADCI)

PROGRAMME 2016. Infirmière clinicienne : certificat d approfondissement de la démarche clinique infirmière (CADCI) Institut de Soins Infirmiers Supérieurs Organisme de formation continue pour les professionnels du secteur de la santé Institut de Soins Infirmiers Supérieurs PROGRAMME 2016 Infirmière clinicienne : certificat

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE

MINISTERE DE LA SANTE, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE MINISTERE DE LA SANTE, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction de l organisation du système de soins Bureau de l

Plus en détail

Psychologues de l éducation dans l enseignement catholique :

Psychologues de l éducation dans l enseignement catholique : Hors-série 1,50 Psychologues de l éducation dans l enseignement catholique : évolution professionnelle, éthique et place dans l institution. Texte adopté par le Comité national de l enseignement catholique

Plus en détail

LICENCE. Parcours Santé Soins Infirmiers. BAC + 1 2 3 4 5 Domaine

LICENCE. Parcours Santé Soins Infirmiers. BAC + 1 2 3 4 5 Domaine LICENCE 2013-2014 Mention Administration économique et sociale (AES) Parcours Santé Soins Infirmiers BAC + 1 2 3 4 5 Domaine 1. Editorial du responsable La licence AES-santé s'inscrit dans la perspective

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi et de la santé

Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction Générale de l Offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Dossier suivi par : Michèle LENOIR-SALFATI Adjointe au

Plus en détail

Discipline IFSI : Etablissement : LIVRET D'ACCUEIL. Stage étudiants en soins infirmiers

Discipline IFSI : Etablissement : LIVRET D'ACCUEIL. Stage étudiants en soins infirmiers Institut de Formation en Soins Infirmiers du C.H.R.U. de Montpellier Tableau ci-dessus rempli par le coordonnateur des stages Discipline IFSI : Etablissement : Mise à Jour LIVRET D'ACCUEIL Stage étudiants

Plus en détail

Qu est-ce que le métier d aide-soignante?

Qu est-ce que le métier d aide-soignante? Au sein de l'équipe médicale, l'aide-soignante assure l'hygiène et le confort des patients. C'est sans doute la personne la plus proche, à l'écoute des souffrances et des inquiétudes des malades. Qu est-ce

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Arrêté du 11 mars 2013 relatif au régime des études en vue du diplôme d Etat de sage-femme NOR : ESRS1301419A

Plus en détail

S p é c i a l i s t e e n S o i n s p a l l i a t i f s. diploma of advanced studies hes-so / supsi en collaboration avec le chuv

S p é c i a l i s t e e n S o i n s p a l l i a t i f s. diploma of advanced studies hes-so / supsi en collaboration avec le chuv S p é c i a l i s t e e n S o i n s p a l l i a t i f s diploma of advanced studies hes-so / supsi en collaboration avec le chuv Généralités Le Diplôme d Etudes Avancées (DAS) en soins palliatifs est offert

Plus en détail

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD Qu est-ce que le réseau LCD? Le réseau Lutter Contre la Douleur a pour objectif d améliorer la prise en charge des patients douloureux chroniques.

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

Mise en place d une commission régionale du vieillissement

Mise en place d une commission régionale du vieillissement Le sociographe, 9, 2002 / 91 Pierre Chabas, Françoise Vidal-Borrossi Mise en place d une commission régionale du vieillissement L exemple du Languedoc-Roussillon A l initiative du Directeur régional des

Plus en détail

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec

Une initiative de la Direction Générale de la Santé. mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie. en collaboration avec Une initiative de la Direction Générale de la Santé mise en œuvre Société Française de Gériatrie et Gérontologie en collaboration avec Améliorer la qualité des pratiques professionnelles MOBIQUAL : MOBILISATION

Plus en détail

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste -

Directeur du Département des Ressources Humaines. - Profil de poste - Directeur du Département des Ressources Humaines - Profil de poste - Cotation du poste : 2,7 1. Informations institutionnelles relatives au CHRU de Lille Etablissement : CHRU de Lille 2 avenue Oscar Lambret

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat

La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat DAROUX Géraldine (7109) La validation des acquis de l expérience dans une Formation d Ingénieur en Partenariat Ce texte relate l expérience conduite au sein de l Institut Supérieur des Techniques Productiques

Plus en détail

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004 Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN)

CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) CHARTE DU RESEAU HEMATOLIM (RESEAU REGIONAL D HEMATOLOGIE DU LIMOUSIN) Numéro d'identification du Réseau : 960740249 Vu la loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD élaboré par un groupe de psychologues travaillant en EHPAD dans le Val-de-Marne Janvier 2010, réactualisé en janvier 2013 par l APG94. PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE

Plus en détail

La charte des professionnels de la. Maison de Retraite Debrou

La charte des professionnels de la. Maison de Retraite Debrou La charte des professionnels de la Maison de Retraite Debrou M A I S O N D E R E T R A I T E D E B R O U 3 rue debrou, 37 300 Joué les Tours Téléphone: 02.47.68.41.41 Télécopie: 02.47.68.41.55 Site internet:

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations Une formation en communication spécialisée sur les publics Le master Communication et générations propose une spécialisation originale

Plus en détail

DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT

DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT DEFINITION DU METIER L aide soignant exerce son activité sous la responsabilité de l infirmier, dans le cadre du rôle propre qui relève de l initiative de celui-ci, défini

Plus en détail

Programme 2015. Cursus en Consultation Infirmière. Institut de Soins Infirmiers Supérieurs

Programme 2015. Cursus en Consultation Infirmière. Institut de Soins Infirmiers Supérieurs Institut de Soins Infirmiers Supérieurs Organisme de formation continue pour les professionnels du secteur de la santé Institut de Soins Infirmiers Supérieurs Programme 2015 Cursus en Consultation Infirmière

Plus en détail

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT

PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT PRÉPARER LE RETOUR AU DOMICILE DU PATIENT : VOLET SOCIAL, VOLET SOIGNANT FORMATION RÉGIONALE DES AIDES SOIGNANTES VENDREDI 20 MARS 2015 Florine MAGRIN Assistante sociale CHRU Besançon Odile ROMANET Cadre

Plus en détail

FICHE DE POSTE POSTE INFIRMIER DE JOUR HAD-POLE 93G13

FICHE DE POSTE POSTE INFIRMIER DE JOUR HAD-POLE 93G13 Page 1 sur 6 Métier INFIRMIER Intitulé du poste INFIRMIER EN AMBULATOIRE Villes de rattachements Bobigny, Pantin TITULAIRE DU POSTE : Localisation 48,rue Louise Michel 93000 BOBIGNY Version 1 Composition

Plus en détail

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave.

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave. CHAPITRE 1 LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module 1 : «Apprentissage

Plus en détail

LA FIN DE VIE EN EHPAD

LA FIN DE VIE EN EHPAD LA FIN DE VIE EN EHPAD Enquête nationale Mai à Août 2013 Observatoire National de la Fin de vie en lien avec l ANESM, la fédération française des associations de médecins coordonnateurs et le programme

Plus en détail

Objectif 7 : Assurer des prises en charge globales et personnalisées

Objectif 7 : Assurer des prises en charge globales et personnalisées Objectif 7 : Assurer des prises en charge globales et personnalisées Parallèlement aux progrès thérapeutiques, la prise en charge personnalisée en cancérologie se doit d évoluer vers un accompagnement

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

FORMATION CONTINUE Programme

FORMATION CONTINUE Programme Arsi Prog2015-BAT3:PF 2011 12/08/14 11:34 Page1 2 0 1 5 FORMATION CONTINUE Programme Association de Recherche en Soins Infirmiers agréée pour la formation continue 109, rue Negreneys 31200 TOULOUSE Tél.

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

La souffrance totale des personnes en fin de vie.

La souffrance totale des personnes en fin de vie. LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. I) Concept de souffrance globale En Soins Palliatifs, on parle de souffrance totale, «total pain», c'est-à-dire qu il s agit d une approche globale de

Plus en détail

La Maison de l Adolescent du Val-de-Marne Dossier de présentation

La Maison de l Adolescent du Val-de-Marne Dossier de présentation La Maison de l Adolescent du Val-de-Marne Dossier de présentation Clotilde Le Gall Conseillère socio-éducative Coordonnatrice sociale Clotilde.LeGall@cg94.fr Dr Patrick Alecian Médecin Psychiatre Coordonnateur

Plus en détail

L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions

L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions L'annonce du handicap visuel : pistes et réflexions L annonce est un service rendu Importance d un travail d équipe Importance de la temporalité Importance dans la justesse des mots employés Une annonce

Plus en détail

Pratiques psychocorporelles et formation infirmière

Pratiques psychocorporelles et formation infirmière Pratiques psychocorporelles et formation infirmière Marie Claude DIVERCHY Infirmière clinicienne Cadre de santé formateur - IFPS de Privas mc.diverchy@privas-groupe-sainte-marie.com Présentation et cheminement

Plus en détail

CYCLE PREPARATOIRE AUX CONCOURS D ENTREE EN I.F.S.I. Site : IFSI Rangueil /Cartoucherie

CYCLE PREPARATOIRE AUX CONCOURS D ENTREE EN I.F.S.I. Site : IFSI Rangueil /Cartoucherie CYCLE PREPARATOIRE AUX CONCOURS D ENTREE EN I.F.S.I. Site : IFSI Rangueil /Cartoucherie Le métier d infirmier : Les infirmiers dispensent des soins de nature préventive, curative ou palliative, visant

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS 2016

CATALOGUE DES FORMATIONS 2016 RéSEAUX DE SANTé CANCéROLOGIE GéRONTOLOGIE SOINS PALLIATIFS DU VAL D OISE CATALOGUE DES FORMATIONS 2016 N agrément formation continue : 119 504 04 595 N agrément OGDPC : 4330 https://www.ogdpc.fr/ Programme

Plus en détail

Renforcer le professionnalisme et la qualité des soins infirmiers

Renforcer le professionnalisme et la qualité des soins infirmiers ASSISTANCE PUBLIQUE-HOPITAUX DE PARIS DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES CENTRE DE LA FORMATION ET DU DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES CENTRE DE FORMATION CONTINUE DU PERSONNEL HOSPITALIER Renforcer le professionnalisme

Plus en détail

GIP Ecole Supérieure Montsouris

GIP Ecole Supérieure Montsouris > - ouverture et excellence GIP Ecole Supérieure Montsouris En 1988, la faculté de médecine de Créteil crée la première Maîtrise Sciences et Techniques (MST) Santé Mentale - Editorial - GIP Ecole Supérieure

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS À DOMICILE ET EN EHPAD. Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel (93) Mars 2014

SOINS PALLIATIFS À DOMICILE ET EN EHPAD. Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel (93) Mars 2014 SOINS PALLIATIFS À DOMICILE ET EN EHPAD Dr Nathalie Nisenbaum Réseau Arc en Ciel (93) Mars 2014 Les soins palliatifs au domicile Les réseaux de soins palliatifs Un cas clinique Les soins palliatifs en

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Coordination générale des soins Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Janvier 2010 PLAN 1. MISSIONS GENERALES 2. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

CADRE SOCIO EDUCATIF

CADRE SOCIO EDUCATIF PAGE 1 SUR 7 Rédacteur Vérificateur(s) Approbateur(s) Nom Véronique MATHIEU Eric LE GOURIERES Michel SENIMON Fonction Cadre socio éducatif Coordonnateur Général des Activités de Soins Directeur du Personnel,

Plus en détail

TD13. > L accueil collectif. Activité 1 > Les différents accueils de la petite enfance

TD13. > L accueil collectif. Activité 1 > Les différents accueils de la petite enfance CHAPITRE 4 L accueil de la petite enfance Les écoles maternelle et élémentaire > L accueil collectif TD13 mémo 6 OBJECTIFS > Caractériser les différents modes d accueil collectif > Énoncer la qualification

Plus en détail

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION

UN NOUVEAU PROGRAMME.. .. LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION UN NOUVEAU PROGRAMME.... LES COMPETENCES PROFESSIONNELLES AU CŒUR DE LA FORMATION LA FORMATION SE DEROULE SUR 3 ANS SOIT 6 SEMESTRES Rentrée en septembre, sortie en juin Semestre 1 -> 15 semaines à l IFSI

Plus en détail

L essentiel Parcours de personnes âgées :

L essentiel Parcours de personnes âgées : ANTICIPER ET COMPRENDRE L essentiel Parcours de personnes âgées : l animation territoriale MARS 2013 Une réflexion sur l animation territoriale de l offre Les enjeux liés à la démographie et au vieillissement

Plus en détail