Hôpitalinfo. Soins Infirmiers. CHU Notre-Dame de Secours Jbeil - Byblos / Liban FORMER INFORMER PARTAGER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Hôpitalinfo. Soins Infirmiers. CHU Notre-Dame de Secours Jbeil - Byblos / Liban FORMER INFORMER PARTAGER"

Transcription

1 Hôpitalinfo Vol.2 - N 6 - Décembre Revue bimestrielle CHU Notre-Dame de Secours Jbeil - Byblos / Liban Soins Infirmiers FORMER INFORMER PARTAGER

2 Hôpitalinfo Nursing Care Fondateur de la Publication P. Antoine Khalifé, Directeur Général Comité de Rédaction Président : Dr Carlos Saadeh Membres : Dr Houria Rahal Maoula Dr Issam Maalouf Dr Georges Merheb Dr Georges Choueiri Dr Antoine Koussaify Mme Mona Daccache Secrétaire de Rédaction : Dr Joseph Khalil Secrétaire Administrative et Composition : Afaf Abi Ramia Contrôleur linguistique : Gerges Khalifé Comptabilité et Publicité : Albert Abi Ramia Photographie : Jad Rahi Conception graphique : Jo Matar Rédaction et Administration: CHU-Hôpital Notre-Dame de Secours, Jbeil-Byblos (Liban) Digital: 1279 Tél: Fax: Site: In this year-end issue of Hospital Info, exclusively focused on nursing, we celebrate key members of the CHU NDS healthcare team: nurses whose role is crucial in ensuring that every patient receives the finest care, and whose contributions are bound to warm your heart. Nursing is a noble profession. Nightingale s followers are required to uphold a specific code of ethics which serves as a foundation for their ethical practice. It involves altruistic behavior, a sympathetic nature and the mastery of specialized human skills. Patient safety and quality are at the forefront of today s delivery of health care, and nurses champion those efforts in countless ways. As the people who spend the most time with the sick, they personify medicine in the eyes of those we serve and genuinely merit our society s trust. In Lebanon, the future of nursing holds a number of challenges. The most significant one is a flight to overseas hospitals, where nurses are being seduced away by financial incentives and better work environment. If nursing is to encourage retention and reverse current shortage, it needs to tackle nurses dissatisfaction in the workplace and implement practice models that value their work and recognize their impact on patient outcomes. Nursing schools need also to introduce innovative educational programs, improve training and foster research. While the actual work of nurses has recently evolved, the core values of nursing remain constant. Nurses are still the dedicated, compassionate professionals who truly care. Every day, on every shift, in every interaction with patients and families, nurses make a tremendous difference in the lives they touch. On behalf of the editorial board, I wish all nurses and all of you a happy new year. Carlos SAADEH, MD, FRCSC, FACS Sommaire 3 - Nursing Care 5 - Mot du Directeur Général 6-27: 29 - Activités عمر من تاريخ العناية التمريضي ة - 33 كلمة المدير العام

3 Chers frères et soeurs des En bons samaritains de notre temps, vous êtes appelés à vous inspirer de l Evangile pour «vous arrêter» et «vous émouvoir» (Cf Luc, 10, 33) devant le frère souffrant et vous pencher sur lui avec amour, pour en soigner les blessures et le prendre en charge. En faisant ma tournée dans les Services de l'hôpital, l infirmière qui m'accompagnait me dit: «Vous savez, Père, celui qui souffre physiquement ou spirituellement, qui est faible et qui se sent seul, a certes, besoin de médicaments et de soins, mais aussi de réconfort et de solidarité spirituelle». Quelle fierté que vous ayez pour devise : «Servir la personne souffrante, n est pas seulement une profession sociale, c est aussi et surtout une «mission» qui consiste à se faire le prochain du malade, en l aidant à ne pas perdre courage et à affronter sereinement l épreuve». Chers amis, que chacun et chacune d entre vous se rappelle que «l homme doit se sentir comme appelé à être témoin de l amour dans la souffrance. Les institutions hospitalières sont très importantes et indispensables ; cependant, aucune institution ne peut, par elle-même, remplacer le cœur humain, la compassion humaine, l amour humain, l initiative humaine, lorsqu il s agit d aller à la rencontre d autrui dans sa souffrance. Que notre prière manifeste ce que nous vivons: «Enfant divin, nous avons confondu Ton visage avec le visage de l errant et de l opprimé, de l affamé et de l égaré, du dénudé et du malade, afin qu à l ombre de Tes bras nous ayons un refuge» (Office maronite). P. Antoine KHALIFE Directeur Général 5

4 Un ordre professionnel pour les infirmières ¹ libanaises Claire GHAFARI ZABLIT Présidente de l ordre des infirmiers/ères au Liban Stratégie des soins infirmiers Manal SOUAIBY Directrice des En 1962: Oui, par un décret législatif, pour la création d un Ordre professionnel pour les infirmières. En 1969: Non, on change d avis, les infirmières ne doivent pas se regrouper, elles sont salariées, diton elles constitueront une menace, réalise-t-on! Travail et persévérance, unité et patience quarante années durant La loi 479 autorisant la création de l Ordre des infirmières au Liban fut promulguée le 12 décembre 2002 enfin! Et en février 2003, les infirmières libanaises élisent le premier président et le premier Conseil de leur Ordre professionnel. Qu est-ce qu un Ordre professionnel? L Ordre est une instance nationale chargée de gérer l exercice d une profession. «C est une personne morale de droit public qui détient le monopole légal d une profession par l inscription obligatoire à son Tableau Sans être un établissement public, l Ordre est un organisme public qui garde son autonomie en raison de son caractère professionnel 2.» Nul ne peut exercer la profession s il n y est pas inscrit. La loi 479 précise dans son 1er article: les infirmières au Liban ont un seul Ordre dont le siège est à Beyrouth; il regroupe toutes les infirmières détentrices d un permis d exercer la profession, octroyé par le Ministère de la santé. Il a pour mission d exercer un leadership dans le développement de la profession infirmière afin de développer et de promouvoir la santé des individus et de la communauté et leur environnement. Il vise à renforcer la confiance des partenaires dans la profession infirmière en assurant l excellence dans la pratique et dans la formation en soins infirmiers 3. Quels sont les objectifs de l Ordre? L article 2 de la loi 479 précise les objectifs suivants: Défendre les droits et intérêts des infirmières Œuvrer pour développer les soins infirmiers Collaborer avec le ministère de la santé et les instances publiques pour assurer des soins de qualité Promouvoir l image de la profession Faire progresser l utilisation, le développement et le contrôle du savoir Développer l auto réglementation Participer avec les instances concernées (professions de santé, ministères, partenaires ) à dessiner la politique nationale de santé A partir de cet aperçu, nous comprenons désormais l importance de la présence d un Ordre professionnel et la nécessité des infirmières de se regrouper au sein de cette instance qui leur assure une légitimité égale à celle des autres professionnels oeuvrant dans le secteur de santé libanais inscrits jusqu au 6 juin % sont des femmes 46% sont des universitaires 84% travaillent pour la plupart dans le secteur hospitalier (91%) 70% sont âgés de moins de 35 ans La direction des soins infirmiers est engagée dans la vision d avenir du Centre Hospitalier Universitaire Notre Dame de Secours, ayant pour souci de tirer profit de l évolution technique et pratique en soins infirmiers afin de répondre aux exigences de plus en plus accentuées des patients. Dans cette perspective et après analyse des points forts et des points faibles et identification des menaces et des opportunités (SWOT analysis), la direction des soins infirmiers a dégagé les sept axes stratégiques que voici : Promouvoir le développement des compétences et l expertise des professionnels par la formation et le recentrage des soins. Promouvoir la coordination des activités en formation avec l Institut Supérieur des Sciences Infirmières de l USEK permettant aux nouvelles infirmières engagées de s intégrer facilement au sein de l Hôpital. Faire face aux besoins croissants des patients, des familles en adoptant les soins individualisés. Freiner la fuite du personnel en restructurant la stratégie de rémunération en collaboration avec la direction des ressources humaines. Modifier le rôle des cadres infirmiers afin d optimiser les ressources existantes. Repenser la stratégie de recrutement et de communication afin d attirer les meilleurs professionnels. Repenser les mécanismes de motivation et de suivi afin de garder les professionnels compétents. Un ensemble d actions sont requises en vue de réaliser les objectifs de cette stratégie, parmi lesquelles on peut relever celles qui concernent le recrutement et la rétention du personnel soignant et qui visent à attirer les meilleurs professionnels, à renforcer leurs compétences et à développer leurs motivations. A côté de ce secteur d activité, il s avère nécessaire de développer la qualité dans l accomplissement des tâches de toute nature contribuant aux soins adéquats et efficaces prodigués aux patients et contribuant à leur confort et à leur guérison. A cet effet, un ensemble de processus, de procédures et de techniques associés à des activités de support tel que l appréciation du personnel, sa formation, sa rémunération, sa gestion de carrière, sa promotion doivent être conçus et mis en œuvre de façon à contribuer à l efficacité de la stratégie des soins infirmiers mise au service de la stratégie de l hôpital. Il y a lieu de souligner qu un plan d action quinquennal a été élaboré pour concrétiser la stratégie des soins infirmiers. J espère que cette stratégie aidera à inscrire davantage le département infirmier au cœur de la mission du CHU-NDS, en matière de soins infirmiers et d aide aux patients. 1- Le terme infirmière est utilisé dans le texte pour signifier infirmiers et infirmières 2- Ducruet, J., 2009; Le service de la santé au Liban; Presses de l Université Saint-Joseph; p Ordre des infirmières et infirmiers au Liban; Plan stratégique

5 Le Département infirmier du CHU-NDS en chiffres Nombre des infirmier(e)s 198 Nombre des sages femmes 13 Nombre des aides soignant(e)s 169 Nombre des agents administratifs 26 Nombre des techniciens 2 Nombre des perfusionnistes 2 Animatrice 1 TOTAL 411 La recherche en Sciences Infirmières est une opportunité qui permet une meilleure reconnaissance de la profession. Elle a pour objectifs : Elargir les connaissances actuelles sur les soins infirmiers afin d améliorer les prestations sanitaires. Etablir les connaissances infirmières sur des fondements scientifiques. Poser des bases scientifiques à notre pratique Rehausser le niveau de qualité des soins Améliorer les conditions de travail des soignants Soins infirmiers et recherche Sylvana MATTA Infirmière Enseignante à l USEK La recherche en soins infirmiers orientée vers la santé et la maladie se concentre sur un certain nombre de questions dont: la promotion de la santé, la prévention des maladies, le contrôle des symptômes, la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques, les soins aux patients dont l état de santé subit des changements, l évaluation et la surveillance des problèmes du patient, les essais de nouveaux types d interventions en soins infirmiers et l évaluation des résultats des soins. La Santé Publique recommande d orienter prioritairement la recherche vers : le VIH /sida et les autres maladies sexuellement transmissibles, les maladies chroniques, le contrôle des infections ainsi que la santé des femmes et la santé mentale.. D autre part, ce type de recherche englobe tous les aspects des questions de santé qui revêtent un intérêt quelconque pour ce qui est des soins aux individus de tous âges pendant leur maladie, durant leur rétablissement ou lors de l accompagnement vers une mort dans la dignité et la paix. Dans un monde où la pluridisciplinarité s impose, où les disciplines scientifiques se décloisonnent, l enseignement supérieur ne peut plus être dissocié de la recherche scientifique. Les infirmières ont la responsabilité de participer au développement de la connaissance en sciences infirmières et à son utilisation dans la pratique. Au Liban, la formation en sciences infirmières a beaucoup évolué. Plusieurs universités offrent une formation de base (Licence en Sciences Infirmières) et pour les infirmières qui désirent aller plus loin une formation supérieure donnant accès au DESS ( Réanimation-urgences, Gestion, Blocopératoire, Santé-communautaire), ainsi qu au Master (Administration, Recherche.). Après le Master Recherche, les infirmières peuvent envisager un Doctorat en Sciences Infirmières. En effet plusieurs universités libanaises ont déjà instauré un programme d études supérieures comprenant un projet de doctorat en sciences infirmières. Les pays Nord- Américains (Canada- USA) sont très avancés dans ce domaine, de nombreuses infirmières ont déjà leur Doctorat en Sciences Infirmières. L Université Saint-Esprit de Kaslik prépare à la licence en sciences infirmières. A la fin de leur formation, les étudiants suivent un cours de méthodologie de la recherche et effectuent un travail à partir d un problème vécu sur le terrain du stage qui est le CHU-Notre Dame des Secours Jbeil. Cette recherche vise à dégager de nouveaux savoirs infirmiers au bénéfice des patients, des familles et de la communauté et contribue à l amélioration de la qualité des soins. Elle va de pair avec la recherche médicale. Pour conclure, la recherche en soins infirmiers applique l approche scientifique à une démarche qui a pour objet de faire avancer l état des connaissances, d obtenir des réponses à des questions ou de résoudre des problèmes ; elle représente une voie pour la poursuite de notre professionnalisation et le développement de nos missions. Il nous faut nous y engager résolument et apprendre à faire connaître nos travaux et nos résultats pour développer une pratique basée sur des preuves scientifiques afin d améliorer la qualité des soins. 8 9

6 Les soins infirmiers sont centrés sur l assistance des personnes ou communautés, quelles que soient leurs origines, pour atteindre, retrouver ou maintenir un niveau de santé harmonieux et optimal. Une définition moderne les qualifie de science, voire même d art, centré sur la qualité, sur la promotion d une vie, de la naissance jusqu à la mort. Les courants de pensée infirmière, et leurs modèles conceptuels correspondants, guident aujourd hui majoritairement la pratique clinique infirmière. Ces courants de pensée infirmière représentent les différents concepts (tant philosophiques que scientifiques) issus des réflexions portées sur la pratique clinique infirmière. Ils sont contemporains des courants de pensée philosophiques humanistes qui ont pu apporter différents éclairages, notamment sur les concepts de santé, de personne d environnement et de soins. En s en inspirant, les théoriciens de la profession infirmière ont élaboré différents modèles de soins infirmiers qui, de nos jours, orientent nos pratiques. D après Suzanne KEROUAC (2003), Il existe trois grands courants de pensée ayant influencé l élaboration des modèles: 1 De 1900 à 1950, le courant du «faire sur» : C est le paradigme de la catégorisation; Les phénomènes sont divisibles en catégories, classes ou groupes définis, considérés comme des éléments isolables ou des manifestations simplifiables. Les grands courants de pensée infirmière Antoinette DOUMIT Directrice Adjointe-Direction des 2 3 La personne y est considérée comme un corps-objet sans interaction avec son environnement. Le soin consistera à appliquer des actions sur la partie défaillante du corps. La santé est l absence de maladie. Ce courant est en accord avec la notion d urgence telle qu elle est définie dans le paradigme médical : elle y correspond à une situation de défaillance corporelle que l on «soigne» en mettant en pratique des techniques standards éludant la spécificité de chaque individu et de chaque situation; Après la Seconde Guerre mondiale, et notamment entre 1950 et 1970, se développe le courant du «faire avec» : Le paradigme de l intégration qui est le prolongement du paradigme de la catégorisation, qui reconnaît les éléments et les manifestations d un phénomène et qui intègre le contexte spécifique dans lequel un phénomène a lieu ; la personne est une mosaïque bio-psychosociale. Le soignant agit dans une relation d aide et avec la personne. «La santé se définit comme un idéal à atteindre, influencé par l environnement» ; A partir des années soixantedix, l ouverture de la profession vers la philosophie existentialiste aboutit à l éclosion du courant du «être avec» : c est le paradigme de la transformation; un phénomène est unique en ce sens qu il ne peut jamais ressembler tout à fait à un autre. Certains présentent des similarités, mais ils ne sont jamais identiques. Chaque phénomène peut être défini par une structure, un modèle unique ; c est une unité globale en interaction réciproque et simultanée avec une unité globale plus large, le monde qui l entoure. «la personne y est considérée comme un être unique dont les différentes dimensions forment une unité et sont en constante relation avec son environnement». La conception de la santé est à l origine de la définition de l Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 1982 : «La santé est un état complet de bien-être physique, mental et social, qui ne consiste pas seulement en l absence de maladie ou d infirmité». Le soin se résume par la notion de «caring» chère à Jean WATSON, qui est un terme anglo-saxon signifiant «prendre soin, avoir soin de». Dans ce cadre, l infirmier «accompagne» la personne dans ses problèmes de santé afin qu elle se contrôle mieux et qu elle développe son potentiel à se maintenir en santé. La discipline infirmière a évolué selon le contexte historique et les mouvements sociaux des derniers siècles. Elle s est développée au rythme des grands courants de pensée qui ont marqué l évolution des connaissances. Des conceptions de cette discipline se sont également précisées au cours des dernières décennies. La multiplicité et la complexité des situations de santé, les transformations sociales notamment au sein des familles, les dilemmes éthiques et l avancement technologique guident toujours l évolution de ces conceptions. 10

7 La Vie en Dialyse Pour le Service de Dialyse Rita FAHED Infirmière chef Prise en charge des patients Les séances ont lieu 3 fois/ semaine, le matin ou l aprèsmidi. Les séances durent entre 3 h 30 et 5 h en fonction du poids et de la fonction rénale résiduelle. Les patients peuvent choisir leur jour et leur horaire selon la disponibilité du centre. En général ils n ont pas le choix au début de leur prise en charge, mais l équipe enregistre leur souhait qui sera satisfait dès que possible. Les patients venant des régions lointaines sont branchés en général les premiers sauf impératifs particuliers en situation d urgence. Le lavage des mains et du bras de la fistule est obligatoire avant et à la fin de la séance, Le petit déjeuner, le déjeuner, une collation sont servis au début des séances, ils seront proposés au choix. Des téléviseurs sont à la disposition. Les visites et la présence de proches pendant le temps de dialyse ne sont que ponctuellement tolérées. Les séances sont réalisées dans le centre et dans les unités de soins. Dans ces unités une surveillance médicale est assurée. Une infirmière de garde assure les séances urgentes les nuits et les dimanches. Une surveillance biologique mensuelle permet aux néphrologues et aux infirmières de suivre avec attention la qualité de la dialyse. Le double de ces examens pourra être remis aux patients sur demande. Des enquêtes de satisfaction concernant le respect, le droit des patients, la prise en charge, la compréhension de l information médicale sont effectuées tous les ans. Le service de qualité dispose d une boîte à réclamations. La vie ne s arrête pas à la dialyse. Malgré les contraintes, ce traitement merveilleux apporte la joie profonde de maîtriser son destin. C est pourquoi il m a paru utile de prendre la plume pour réaffirmer cette conquête dans le centre de Dialyse du CHU-Notre Dame de Secours. Les personnes concernées se rendent très tôt à leurs séances en attendant d y trouver les personnes avec lesquelles ils se sentent hors de danger, avec lesquelles des liens se tissent et auxquelles, le temps aidant, ils se confieront. Ils sont là, dans l espoir d être un jour greffés, d avoir l opportunité d être soulagés, écoutés. Et le rêve commence à se réaliser, image vivante du CHRIST. Mission du service: L unité de Dialyse accueille les patients atteints d insuffisance rénale. Elle a pour mission de leur assurer un suivi sécuritaire, en leur proposant différents traitements, dans un environnement respectueux et propice à la prestation de soins de santé. Spécificité Le service est caractérisé par une technologie de pointe: 19machines de Dialyse FRE- SENIUS 4008 S, options: OCM, BVM, BPM. Dialyseurs biocompatibles de haute performance. Mise en place d une politique d amélioration de la qualité et de la sécurité des soins dispensés qui place les patients au centre du système de soins. Les chiffres qui suivent donnent un aperçu de l ampleur des activités durant l année 2008: Taux d occupation: 8864 séances chroniques 206 séances aiguës 124 séances dans les services de soins. 34 séances pour des patients venant de l étranger. Roulement des patients: Nombre de patients chroniques variant entre 58 et 62.. Admission:12 nouveaux patients 7 patients venant d autres centres pour investigation. Guérison : 1 patiente Transplantation:1 patiente. Décès:6 patients L ensemble du personnel s efforce de tout mettre en oeuvre pour apporter des soins individualisés de qualité

8 Le métier d infirmière Guitta DAGHER Service de Diagnostics divers La santé a toujours occupé une place importante, tant au niveau individuel que collectif. Par suite, se soigner pour lutter contre les maladies et survivre a été et reste un besoin primordial. L histoire de l infirmière, commence depuis les temps les plus anciens. Dans l Antiquité, une grande place était accordée aux thérapies magiques ( le sorcier était chargé de chasser l esprit du mal ); et c était aussi le début de la maîtrise des plantes ans avant J.C, les Grecs accordaient une grande importance à la santé et à la beauté des corps. Pour cela, il fallait alors trouver une cause à toute maladie pour la soigner. Trois siècles avant J.C on trouve en Inde la première description d un rôle infirmier. Mais avec le christianisme, soigner devient une obligation sacrée, premier devoir religieux. Sous l impulsion des évêques, apparaissaient alors les maisons qui accueillaient les malades, les vieillards et les orphelins. Ces évêques commençaient à réserver des parties de leur église aux plus pauvres et aux plus démunis. Mais ce n est que vers 600 ans après J.C que naissent les Hôtels Dieu (maisons de Dieu, dans les grandes villes). Ces maisons avaient le but de permettre les soins d entretien de la vie et du confort, cette mission était achevée par des femmes qui n avaient alors aucune formation. Pourtant l origine de l infirmière en tant que groupe social est apparentée à celle des ordres religieux (ex Augustine de l Hôtel Dieu). La fonction soignante est repérée dans la société avec le mot Enfermier en 1398, dérivé du mot Enfermerie (1298), cela désigne la personne qui soigne ses consœurs malades. Cette appellation est devenue courante vers le XVIème siècle dont les fonctions sont des soins courants: laver, réconforter, nourrir avec des diagnostics d observations de l aspect de la langue, des urines. Les pratiques soignantes commencent alors à évoluer. Les religieuses occupent plutôt la place de garde-malades pouvant entourer, aider et écouter ces derniers. Le soin n avait alors aucune valeur économique. En 1633 St Vincent de Paul crée la compagnie des Filles de la Charité. Ces jeunes filles originaires de familles respectables avaient moins de 28 ans et jouissaient d une santé robuste. Plus tard on se rend compte que l acte de la charité ne suffit plus. Le soin acquiert des compétences et des formes d organisation, les sœurs de cette compagnie ont alors une fonction de conseil et d éducation. En 1820 Florence Nightingale, infirmière britannique née à Florence en Italie le 12 mai 1820, issue d une famille riche et influente, a eu à 17 ans le sentiment d être appelée par Dieu pour une mission spéciale. Elle décida de s occuper des miséreux, convaincue que pour savoir soigner il faut l avoir appris. Avant ses réformes, les infirmières étaient des employées non qualifiées qui s occupaient surtout des travaux domestiques. Ses efforts permirent d élever le statut des soins infirmiers à celui d une profession médicale demandant des études de haute qualité préparant à d importantes responsabilités. En France, au début de XXème siècle, Léonie Chaptal a eu une grande influence sur la profession. En effet sa philosophie s appuyait sur le fait que l action infirmière ne porte pas sur les pathologies mais sur la personne souffrante elle-même. L infirmière doit tout savoir du patient et non pas tout de la maladie.pour elle, la maladie est la science du médecin, mais la connaissance du malade relève de la compétence de l infirmière. Les infirmières, durant tout le XXème siècle, n auront de cesse de revendiquer leur autonomie, à travers quelques fonctions marquantes: Création du brevet de capacité professionnelle puis du diplôme d Etat d infirmier. Création de la fonction de cadre infirmier, création du grade d infirmière générale. Reconnaissance d une autonomie dans les soins = rôle propre de l infirmier. Publication du décret sur les règles professionnelles. Création de l Ordre infirmier. Le Liban, pays des Cèdres, se trouve au croisement des civilisations et des cultures. Il était tout indiqué pour qu y naisse le premier ordre des infirmières et infirmiers du Moyen-Orient. Cependant, il a fallu presque 40 ans de travail acharné, beaucoup de prévenance et de ténacité pour relever le défi lancé par une poignée d infirmières unies, motivées et décidées à atteindre le but. Elles ont réussi à faire évoluer la profession d infirmière, dans le dédale des recommandations des organisations internationales, à l instar des pays déjà dotés d un Ordre servant d exemple à d autres pays. Les infirmières du Liban célèbrent le fait qu après quarante ans de négociations, de lobbying et de discussions, le Parlement Libanais a voté, le 2 décembre 2002, une loi créant l Ordre des infirmières. Pour Elie Araj, président de la fédération des associations des infirmières du Liban, à l'époque cette loi permettra d améliorer la santé de la population et appuiera le développement de la profession d infirmière. La mission de l Ordre est professionnelle, orientée vers la santé. Elle est scientifique et directive, elle a pour objectif : d unifier la parole des infirmières, de veiller sur leurs droits moraux et matériels, de rehausser le niveau professionnel, de veiller sur l éthique et les valeurs morales. de procurer des prestations de soins de qualité pour tous les citoyens. de faire avancer la profession sur les plans scientifique et professionnel. de participer à la prise de décision de la politique de la santé. d interdire à toute infirmière ou infirmier de pratiquer la profession sur tout le territoire libanais, sans être adhérent à l Ordre. Cela étant, il importe que les infirmières prêtent main forte à l Ordre en y adhérant, afin d une part, de se donner un statut professionnel et juridique dont l utilité n est plus à démontrer, et d autre part, de développer et de faire prospérer la mission à laquelle elles se sont consacrées

9 L informatique au service des Pour qui? Pour quoi? Micheline CHALLITA Assistante-Direction des L ordinateur est devenu un outil utile et performant dans presque tous les domaines des activités humaines. Dans le domaine de la santé, l informatique de gestion introduite dans le monde hospitalier est en évolution constante. Les hôpitaux sont actuellement à des stades différents de la mise en œuvre de l informatique. Cela va de l absence de l informatique à des réalisations avancées dans le domaine de la gestion administrative, de l activité médicale, de la recherche en passant par des réalisations parcellaires au niveau de la formation en Soins Infirmiers ou de la pratique des. Le CHU NDS est en constante évolution non seulement quant aux fondamentaux de ses métiers mais également dans la forme et la manière dont ceuxci s articulent entre eux et sont capables d échanger les informations. Parler d informatisation c est aborder l ensemble hospitalier avec une vision globale pour laquelle l approche systémique est utilisée comme base de référence. Dans cette perspective, le CHU-NDS est considéré comme un ensemble d éléments liés entre eux en vue d atteindre un objectif commun : «la satisfaction du malade» et également d être l épine dorsale d une gestion performante de l hôpital. Afin de réussir cette informatisation, il a été indispensable de définir les différents utilisateurs de ce système. Un comité de pilotage a été nommé par le directeur général du CHU représentant les différents départements de l hôpital et j ai eu la chance d être la représentante du département des. Des formations ont eu lieu sur une durée de 6 mois avant la mise en application du système afin de permettre aux utilisateurs de le maîtriser. Un travail sur le terrain était indispensable nécessitant une collaboration étroite des différents personnels de l hôpital afin de surmonter les difficultés liées à l informatisation (codification et traitement des données). Le 1er août 2009 et après cette période de préparation, le système HIS (Hospital Information System) et RIS PACS (Système d information radiologique) ont démarré officiellement. Le premier bénéficiaire de ce système ne devrait être ni l administration, ni la science, ni l infirmière, mais d une façon ou d une autre, le malade. De nombreux points positifs ont été soulignés après l utilisation de ce système: Un gain de temps dès lors que l information est centralisée. Un établissement rapide du dossier d identification et d admission. Un meilleur inventaire des services disposant de lits libres et occupés. Un accès rapide à des données d hospitalisation (examen sanguin, examen radiologique ) Une meilleure qualité de l accueil et de l information. Un signe de professionnalisme fort puisque l utilisation du système oblige à structurer et à standardiser le langage. Une plus grande sécurité à tous les niveaux. Cette informatisation doit faciliter et améliorer l organisation des activités et surtout la relation entre les trois acteurs que sont les médecins, les gestionnaires et l infirmière autour du quatrième partenaire central qu est le malade. Ce système informatique doit apporter une simplification, un allégement et une plus grande précision et sécurité dans l exécution de certaines tâches, mais cette informatisation ne doit pas être une technique supplémentaire nouvelle qui s ajoute à d autres gestes d ordre technique et, de ce fait, compliquerait et surchargerait le travail et risquerait donc d isoler un peu plus le malade et de le priver de la disponibilité des soignants. Cette informatisation ne doit pas donner au malade l impression que sa maladie, son intimité sont gérées par un ordinateur qui serait uniquement là pour améliorer la gestion administrative et l exploitation scientifique d une matière qui serait sa maladie. L informatique ne devrait donc pas obliger les soignants à passer un temps supplémentaire devant une console mais, bien au contraire, à réduire les temps nécessaires pour gérer le dossier papier. L introduction de la technologie dans notre activité de est un défi à relever pour notre profession. Ce défi, c est parvenir à une plus grande maîtrise qualitative et quantitative de cette activité en démultipliant nos potentialités propres, grâce à des moyens techniques extraordinairement performants. Mais ce défi implique d être extrêmement vigilant sur la place donnée à cette technologie, sur les finalités qui orienteront la stratégie de son implémentation, sur les objectifs qu elle doit nous permettre d atteindre. Enfin l ordinateur est une machine douée d une mémoire puissante et infaillible, capable d effectuer des raisonnements, de proposer des solutions, une machine dotée «d intelligence artificielle» ; mais en amont, il y a l homme qui a conçu cette machine et en aval, il y a l homme qui l utilise et celui au profit de qui elle est utilisée. En ce qui nous concerne, le bénéficiaire ultime est la personne soignée. N est-ce pas nous donner la volonté et la possibilité de démontrer la compatibilité de la dimension humaine et de la dimension technologique en, que de garantir la dimension de la qualité humaine? 16 17

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer Droits des malades en fin de vie Connaître la loi Leonetti et l appliquer Lorsque la médecine trouve ses limites et que la personne, avec ses proches, se situe dans la perspective d une échéance annoncée,

Plus en détail

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Décret relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé qui exercent l activité de traitement de l insuffisance rénale chronique par la pratique de l épuration extrarénale

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

palliatifs accompagnement

palliatifs accompagnement palliatifs & accompagnement Sommaire PAGE 4 PAGE 5 PAGE 8 PAGE 11 PAGE 12 Définition des soins palliatifs En pratique, que sont les soins palliatifs? À qui s adressent les soins palliatifs? Quelles aides

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique?

La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? La prise en charge non médicamenteuse Hypnoanalgésie dans le soin : comment faire en pratique? Caterina REGIS IFH Infirmière Ressource Douleur CETD CHU Montpellier Déclaration publique d intérêts Je soussignée

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne PRONONCEZ-VOUS SUR LA QUESTION! Faites-nous parvenir vos commentaires et vos réflexions. Pour les membres de l AMQ : commentez

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

NOTRE HÔPITAL S ENGAGE. Au-delà du soin, vous comprendre. Au-delà du soin, vous comprendre

NOTRE HÔPITAL S ENGAGE. Au-delà du soin, vous comprendre. Au-delà du soin, vous comprendre NOTRE HÔPITAL Au-delà du soin, vous comprendre S ENGAGE 4, rue Kléber 3, rue Barbès 92300 Levallois-Perret Tél. : 01 47 59 59 59 www.ihfb.org Au-delà du soin, vous comprendre UNE NOUVELLE IMAGE DE NOUVELLES

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide?

Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide? Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide? Soutien après le suicide d un jeune À la mémoire de Adam Cashen Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide? Si une personne de votre entourage

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Les soins palliatifs aux soins intensifs : une coexistence possible

Les soins palliatifs aux soins intensifs : une coexistence possible Les soins palliatifs aux soins intensifs : une coexistence possible Diane Guay, inf Étudiante au Doctorat en sciences cliniques (sc.inf.) Co-direction Pr Luc Mathieu Pre Cécile Michaud Plan de la présentation

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER Référentiel d activités Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS

DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS DÉFINITION DES TERMES Pour une compréhension commune, voici quelques définitions. Usager Toute personne qui reçoit des soins ou des services du CSSS d Ahuntsic et Montréal-Nord. Lorsque le processus de

Plus en détail

Votre bébé a besoin de soins spéciaux

Votre bébé a besoin de soins spéciaux Votre bébé a besoin de soins spéciaux Ce guide se veut un document de référence afin de favoriser une meilleure compréhension de tous les aspects entourant la venue d un enfant prématuré ou malade. Il

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Le «blues du post-partum» est FRÉQUENT chez les nouvelles mères. Quatre mères sur cinq auront le blues du post-partum. LE «BLUES DU POST-PARTUM» La

Plus en détail

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 Introduction : Questions/réponses : Qu est-ce que pour vous un bon recrutement? Cela dépend de quoi? Qu est-ce qui est sous votre contrôle?

Plus en détail

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS Toute prise de décision implique un risque d erreur : elle exige donc le «courage de la responsabilité» nourri par la certitude que l engagement éthique est la marque

Plus en détail

MA DIRECTIVE ANTICIPEE

MA DIRECTIVE ANTICIPEE MA DIRECTIVE ANTICIPEE Préambule Dans votre directive anticipée ( Patientenverfügung ), vous pouvez consigner vos volontés pour votre fin de vie. La loi du 16 mars 2009 relative aux soins palliatifs, à

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Professeur Mireille MOUSSEAU

Professeur Mireille MOUSSEAU UE7 - Santé Société Humanité Médecine et société La mort et la souffrance dans la relation médecin malade Chapitre 4 : Relations médecin-malade (et famille) à l approche de la mort Professeur Mireille

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur?

Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur? Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur? Dr Philippe Poulain Unité Territoriale de Soins Palliatifs Polyclinique de l Ormeau Tarbes phpoulain@wanadoo.fr Placebo: de

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

L expérience patient : lorsque le rationnel rencontre l émotion Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska

L expérience patient : lorsque le rationnel rencontre l émotion Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska Le cas du CSSS Richelieu-Yamaska Écrit par Jocelyn Théoret, directeur en gestion de l expérience client, Groupe-conseil en stratégie et performance de Raymond Chabot Grant Thornton, en collaboration avec

Plus en détail

Aide kinésithérapeute : une réalité?

Aide kinésithérapeute : une réalité? Aide kinésithérapeute : une réalité? Fabien Launay Cadre supérieur du pôle rééducation CHU de Dijon Dijon (21) Préambule : La fonction d aide-kinésithérapeute n est pas nouvelle. Elle peut être occupée

Plus en détail

HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR

HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR CHANTAL COUVREUR Sociologue, Docteur en Santé Publique Présidente de «Mediteam» Si l on s intéresse à l histoire des soins palliatifs, on constate

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique.

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique. Diplôme d Etat d infirmier Référentiel d activités Annexe I Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Repérage de la perte d autonomie

Repérage de la perte d autonomie Repérage de la perte d autonomie France Morissette, MSc. Inf Directrice, Opérations soins 24 novembre 2014 LE GROUPE MAURICE PROFIL CORPORATIF, EN BREF Fondé en 1998 Un seul créneau : l habitation pour

Plus en détail

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT?

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? Les institutions spécialisées ne sont pas la seule solution envisageable. Même si celles-ci sont dans l ensemble de plus en plus à l écoute des enfants.

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 Préambule La Commune de Linxe, organise un service de restauration pour son groupe scolaire. Ce service est ouvert à tous

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Handicap, Dépendance, Invalidité REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT HANDIVIE 1 Boulevard de Compostelle - 13012 Marseille : 04 91 44 07 73 - : 09 70 62 08 48 ssiad-handivie@wanadoo.fr TABLE DES MATIERES I.LE

Plus en détail

LE MÉTIER D INFIRMIER

LE MÉTIER D INFIRMIER LE MÉTIER D INFIRMIER L infirmier est un maillon essentiel de l équipe médicale, au sein de l hôpital. Il doit être capable d apporter son concours à l élaboration d un diagnostic et procéder aux soins

Plus en détail

DEC accéléré en Soins infirmiers

DEC accéléré en Soins infirmiers P O R T R A I T S D É T U D I A N T E S I M M I G R A N T E S P A R C O U R S I N S P I R A N T S Nous vous présentons des personnes immigrantes dont le parcours de vie, professionnel et scolaire est à

Plus en détail

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1

Simulation en santé. Outil de gestion des risques. Avril 2014. Dr MC Moll 1 C E N T R E H O S P I T A L I E R U N I V E R S I T A I R E D ' A N G E R S Simulation en santé Outil de gestion des risques 1 La Simulation : définition 2 Le terme «simulation en santé» correspond à l

Plus en détail

Le début de l aventure

Le début de l aventure CONTEXTE L Hôpital Credit Valley et le Centre de Santé Trillium : au cœur du roulement de patient Contexte L Hôpital Credit Valley et le Centre de Santé Trillium forment un nouveau groupe hospitalier qui

Plus en détail

Données juridiques : gestion du risque

Données juridiques : gestion du risque Chrystelle Boileau Les facteurs de risques relatifs à l accompagnement de nuit à domicile sont de plusieurs ordres : - Risques routiers, du fait des déplacements véhiculés des professionnels ; - Risques

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles RWANDA NEWS AGENCY GRANDS LACS HEBDO La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles Tuesday, 05 March 2013 17:49 by Gakwaya André La Fondatrice de l Edition Bakame au Rwanda

Plus en détail

Les cinq premiers pas pour devenir vraiment agile à XP Day Suisse 2009 par Pascal Van Cauwenberghe et Portia Tung: La Rétrospective

Les cinq premiers pas pour devenir vraiment agile à XP Day Suisse 2009 par Pascal Van Cauwenberghe et Portia Tung: La Rétrospective Ce qui était bien Ce qui n était pas bien Questions J ai appris Bon résumé des valeurs Simplicité du format Présentateurs sympathiques et joie communicative Bonbons Utilisation réelle du feedback Présentation

Plus en détail

GUIDE DE L'UTILISATEUR

GUIDE DE L'UTILISATEUR GUIDE DE L'UTILISATEUR LE PLAN D AUTOGESTION DU DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU EN CINQ ÉTAPES Pour pouvoir donner des soins de qualité aux patients tout au long de sa carrière professionnelle, le

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

Programme 2014. Vivre et être dans l instant Présent

Programme 2014. Vivre et être dans l instant Présent Programme 2014 Séminaire Résidentiel d été Découverte et Apprentissage des techniques de la Sophrologie, la Méditation et la Pleine conscience Du 18 Juillet au 22 Juillet - Du 1 er août au 5 août Et du

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

Voyage au pays du sommeil

Voyage au pays du sommeil Service de prévention et d éducation à la santé - 2014 Voyage au pays du sommeil Séance 1 : Le soir à la maison 1- En GS, votre enfant à besoin de 11h de sommeil chaque nuit. Cependant, il existe des petits

Plus en détail

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17 Management Responsabilité Management Responsabilité 2012 17 L'entretien annuel d'évaluation Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

LES BASES DU COACHING SPORTIF

LES BASES DU COACHING SPORTIF LES BASES DU COACHING SPORTIF Module N 1 Motivation, concentration, confiance, communication Module N 2 L apprentissage : «Apprendre à apprendre» LES BASES DU COACHING SPORTIF APPRENTISSAGE PLAISIR PERFORMANCE

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (34)/14.14 Date de publication: 27 juin 2014 TRENTE-QUATRIEME REUNION Date: 1 er -3 juillet 2014 Lieu: Salle du Conseil exécutif, OMS,

Plus en détail

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2010-2011 Cours de Daniel Cornelis

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE

CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE Depuis ses origines, Maison l Échelon s inspire de valeurs humanistes qui placent la dignité de la personne au premier plan. Le client souffrant de maladie psychiatrique est une

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Institut de FORMATION

Institut de FORMATION Institut de FORMATION plaquette.indd 1 28/11/2012 20:52:47 edito L INSTITUT DE FORMATION J.LEPERCQ Fondé en 1946, l institut de formation est un établissement situé dans le centre ville, à taille humaine

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques.

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. I.B.AHC 1. DESCRIPTION DE L ETUDE Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. Auteurs : Elisa De Grandis MD PhD, G Gaslini Institute, University of Genoa Melania Giannotta MD,

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Nom : # Dossier : Date : QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Dans le questionnaire suivant, nous nous intéressons à votre propre vision de votre condition actuelle,

Plus en détail

Coaching et Team Building

Coaching et Team Building recherché par les entreprises Ils représentent deux leviers ENTREPRISE Coaching et Team Building des outils de management au service de la personne, des entreprises et des organisations Serge LANTEAUME

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE N 220 - ROUFIDOU Irini L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE Pendant notre recherche du D.E.A., nous avons étudié l acquisition du langage chez le tout petit en

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail