Note introductive à la table ronde sur l accès aux soins de santé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Note introductive à la table ronde sur l accès aux soins de santé"

Transcription

1 Note introductive à la table ronde sur l accès aux soins de santé Vincent De Brouwere, IRD/INAS Introduction Le Conseil de l ONDH a mis en place trois groupes de travail (GT) avec l objectif de constituer des creusets d idées et des propositions de travaux à mener, et d initier des activités et des manifestations de nature à éclairer les orientations de ces derniers selon trois grands axes thématiques : 1) croissance économique et lutte contre la pauvreté ; 2) convergence, intégration et gouvernance et 3) diversité, disparités socio-territoriales et accessibilité aux biens et services de base. Ce troisième groupe a été mandaté pour assurer une veille et une prospective des politiques publiques d accès aux biens et services et d aider à leur évaluation qualitative. Il a décliné la thématique qui est la sienne selon un objectif d inclusion sociale et d atténuation de la pauvreté, au moyen et/ou à la condition d amélioration de l accès aux biens et services et ce dans un contexte de situation et de différenciation marqué par la diversité et les disparités socioterritoriales. Le groupe a choisi, comme axe prioritaire de ses travaux au cours de l année 2010 le domaine de la santé. Dans les années 70, la recherche sur les déterminants de santé a montré que les facteurs extérieurs au système de santé jouaient un rôle très important sur la santé 1. John Powles, faisant suite aux travaux de McKeown & Record 2, a montré que le déclin de mortalité en Angleterre et Pays de Galles est survenu avant l introduction de médicaments efficaces comme les antibiotiques et avant le développement des services médicaux 3. Plus récemment, la commission de l OMS sur les déterminants de la santé a souligné, dans son rapport de 2008 Combler le fossé en une génération, les iniquités entre pays mais aussi au sein d un même pays et a défendu l idée d une autre approche pour combattre ces inégalités (Encadré 1). Sans négliger l importance des déterminants de la santé tels que le mode de vie, l environnement ou le patrimoine génétique de l individu, c est sur le quatrième grand déterminant 4 de la santé, l organisation des soins, que le GT a souhaité s orienter. ENCADRE 1. LA COMMISSION DES DETERMINANTS SOCIAUX DE LA SANTE 5 D ordinaire la société attend du secteur de la santé qu il s occupe des questions sanitaires. La mauvaise répartition des soins de santé (le fait qu ils ne sont pas prodigués à ceux qui en ont le plus besoin) est un déterminant social de la santé. Mais la lourde charge de morbidité à l origine d une mortalité prématurée élevée (l espérance de vie d un enfant qui nait aujourd hui est de plus de 80 ans en Suède ou au Japon et de moins de 50 ans dans plusieurs pays d Afrique) est principalement due aux conditions dans lesquelles les individus naissent, grandissent, vivent, travaillent et vieillissent. A leur tour, la médiocrité et la disparité des conditions de vie sont les conséquences de politiques et de programmes sociaux insuffisants, de modalités économiques injustes et de stratégies politiques mal pensées. L action sur les déterminants sociaux de la santé doit donc faire intervenir l ensemble des pouvoirs publics, la société civile, les collectivités locales, le monde des entreprises, les instances mondiales et les organisations internationales. Les politiques et programmes de santé devraient englober tous les grands secteurs de la société sans s en tenir seulement au secteur de la santé. 1

2 L organisation des soins de santé détermine le niveau de santé d un individu ou d une communauté selon l efficacité de sa réponse à la souffrance de ces individus ou de cette communauté. On dira que la souffrance est tout manque perçu par une population ou un individu comme un mal être (il ne s agit donc pas uniquement de la souffrance physique). Cette souffrance est bien entendu influencée par l environnement (maladies, vecteurs, risques, etc.). Pour ceux qui la vivent, par rapport à leurs critères, c est une notion objective. Cela n empêche pas qu elle soit fonction des facteurs socioéconomiques et de la culture sanitaire. La souffrance chez un individu ou une communauté peut s exprimer par une demande de soins. On peut définir la demande comme le comportement par lequel un individu ou une communauté cherche un soulagement de sa souffrance. Face à cette souffrance et à la demande de la population, le planificateur définit, lui, des besoin a et organise les soins et services de santé pour y répondre (offre). Lorsque les services de santé sont utilisés et les soins fournis efficaces, on s attend à un résultat santé comme par exemple la guérison d une pneumonie, un changement de comportement tel l arrêt du tabac ou la réhabilitation après une chirurgie réparatrice (Figure 1). Idéalement, les services de santé doivent être organisés pour que tous les citoyens d un pays y aient accès de manière équitable, c est-à-dire aient un accès (et une utilisation) égal(e) aux services de santé en accord avec leurs besoins. Dans la pratique, aucun pays n atteint cet idéal mais certains y arrivent mieux que d autres. FIGURE 1. S YSTEME DE SANTE ET RESULTATS SANTE Source: adapté d Immpact, 2003 a Souffrance et besoins sont souvent confondus. En santé publique le mot besoin est utilisé dans son sens opérationnel. Selon T. Hall, les besoins sont l estimation, de l avis des professionnels et d après l état de la science médicale, des effectifs et de la quantité de prestations nécessaires pour assurer un niveau optimal de soins de santé (Hall, T. 1979, La Demande, in La planification des personnels de santé, T. Hall & A. Mejia, eds., OMS, Genève, pp ). 2

3 L accès aux soins de santé au Maroc L accès aux soins de santé est essentiellement perçu par la population comme l accès à des soins curatifs et ensuite aux soins préventifs (par exemple, vaccination). Or, le ministère de la santé a surtout investi dans le contrôle des maladies, qu elles soient ou non perçues comme des priorités par la population. Ces priorités sont visibles dans la trentaine de programmes verticaux constituant la plus grande partie du travail d organisation des soins de santé de base. Cette priorisation a contribué à réduire drastiquement les maladies transmissibles mais a aussi probablement contribué à retarder l essor d une offre de soins curatifs de qualité. Le groupe de travail s intéresse en priorité à l accès aux biens et services dans un contexte marqué par la diversité et les disparités socio-territoriales et a retenu trois thématiques concernant l accès aux soins : l accès aux structures, l accès aux prestataires et l accès aux médicaments. L objectif à terme est d évaluer l impact des politiques publiques sur l amélioration de l équité dans l accès aux soins de santé, en particulier parmi les groupes vulnérables et les populations isolées. Cette table ronde est une première étape et vise à clarifier et décider les questions prioritaires en regard des trois thématiques qui mèneront éventuellement à la réalisation d études de cas. Accès aux soins curatifs de première ligne b Le modèle des soins de santé primaires est le modèle recommandé par l OMS et promu par le ministère de la santé. Ce modèle inclut une offre de soins équitable, répondant aux besoins essentiels de la population, centrée sur le patient et soutenue par un dialogue c continu avec la population pour adapter l offre aux priorités ressenties. Près de 95% d des problèmes curatifs peuvent être pris en charge à ce niveau primaire et la grande majorité des programmes préventifs e peuvent être offerts par ce niveau. Le modèle comprend aussi l accès aux soins d un hôpital de référence dont la mission est l appui au premier échelon (consultations spécialisées, hospitalisation, appui sur le terrain ou par une formation continue à l hôpital ). Au Maroc, le niveau primaire est constitué par les centres de santé (communaux en milieu rural CSC, avec module d accouchement CSCA, et appelés CSU/CSUA en milieu urbain, tous médicalisés), les dispensaires ruraux (DR, en majorité médicalisés), les cabinets médicaux de libre pratique et les maternités privées. Presque dans toutes les régions, en milieu urbain, le nombre de cabinets privés (1 pour 2800 habitants en 2005) b Ce thème est discuté dans le premier atelier sur l accès aux structures de soins introduit par le Prof. Vandenbussche. c Ce dialogue permet aussi de trouver éventuellement les ressources nécessaires avec et/ou dans la communauté. d En moyenne, on observe que la proportion de malades nécessitant une référence chez le spécialiste varie entre 2-3% en milieu rural et 10% en milieu urbain. Dans une observation faite dans un ESSB de Casablanca, la moyenne était de 3,9% avec une variation selon le médecin et la période de l année e Seuls quelques programmes de dépistage comme celui des cancers (sein ou col pour ne citer que les programmes prioritaires) nécessitent actuellement un plateau technique et une expertise que le niveau primaire ne peut (pas encore) offrir. 3

4 dépasse largement le nombre de structures primaires publiques (1 pour habitants en 2005 avec en moyenne 4 médecins). L évolution du ratio habitants par établissement de soins de santé de base dans le secteur public stagne en milieu urbain depuis une quinzaine d années, l ouverture de nouveaux centres compensant l augmentation proportionnelle de la population. En milieu rural, le ratio s est amélioré passant de 1 pour habitants en 1991 à 1 pour en Le problème d accès géographique reste cependant important en milieu rural. Plus de 60% de la population vit à plus d une heure d une formation sanitaire et un quart à plus de deux heures. De manière subjective, une petite proportion (6%) de la population rurale trouve les formations sanitaires bien ou très accessibles alors que 53% considèrent leur accessibilité difficile. Outre l accès géographique, l accès financier est très fortement ressenti par la population. Dans l enquête menée en 2007 par Géoconseil 6, les personnes interrogées sur leur opinion pour améliorer l utilisation des services de santé exprimaient dans 50% des cas une demande de réduction des coûts, dans 19% une amélioration de l accessibilité physique, dans 19% également une amélioration de la qualité des soins. La demande pour plus de spécialités n a été exprimée que dans 8% des cas et plus d équipement dans 4% des cas. La définition d une carte sanitaire marocaine est à l agenda depuis quelques années, fait partie des priorités du plan d action , et, en 2009, a fait l objet de deux gros rapports (REDRESS 7 et Géoconseil). La conscience politique est donc bien présente et les plans soumis prennent en compte tant les aspects de mise à niveau des établissements de soins de santé de base (architecture et équipements) que les quantités de ressources humaines à déployer ou les incitatifs à travailler en milieu isolé et les plans de carrière du personnel. La problématique concernée par ce premier point accessibilité des soins curatifs de première ligne est celle de l accessibilité géographique, financière et socioculturelle. Elle sera posée différemment selon le milieu : en ville, il s agira surtout d accessibilité financière et culturelle ; en milieu rural d abord de l accessibilité géographique et culturelle. L accès aux prestataires de soins f Actuellement, l observation montre que dans la plupart des services de santé de base g, le médecin généraliste consacre peu de temps par patient à la consultation curative, au mieux orientée vers le diagnostic de la maladie. Il se sent, de plus, frustré de ne pouvoir aller très loin dans sa démarche diagnostique parce qu il ne peut demander aux malades pauvres de payer les examens complémentaires qu il souhaite ou les médicaments (payants) qu il voudrait prescrire mais qui n existent pas dans la pharmacie du centre de santé. f Ce thème est discuté dans le second atelier sur l accès aux prestataires de soins introduit par G. Alami et ME Gruénais. g De plus en plus d exceptions existent (des médecins des SSB offrant des soins centrés sur le patient, en dialogue avec la population) mais elles dépendent d un leader et de l autorisation tacite ou explicite de la hiérarchie. 4

5 Souvent aussi, il sent qu il y a des barrières entre lui et la population qu il soigne : barrière de la langue parfois, ignorance de la culture et des traditions, malaise face à la pauvreté (le médecin des SSB est souvent peu impliqué dans la communauté entourant son centre de santé, surtout en milieu urbain). Ces barrières empêchent l instauration d un climat sain de communication avec les patients. Le dialogue est restreint à l obtention des informations qui guideront le médecin dans sa démarche thérapeutique. De plus, le jargon médical est souvent incompréhensible pour les malades, même lorsque les patients parlent la même langue que le médecin. Il faut encore noter que le seul endroit où la communication se fait est au niveau de la formation sanitaire elle-même : il n y a ni visite à domicile ni autre occasion de rencontre avec la population. Ce «handicap» de communication est en partie le résultat de lacunes dans la formation des médecins. En effet, la formation des futurs médecins généralistes est offerte par les spécialistes et est orientée vers le diagnostic de la maladie rare. Ces derniers voient le monde à travers les malades de leur domaine spécialisé filtrés et référés par les médecins généralistes. Ce handicap est aussi en partie lié au modèle de relations sociales entre médecins et population. Le médecin possède le savoir, connait tout, et le patient ne sait rien et est prié de se conformer aux instructions du médecin, sous-entendu puisque le médecin est là pour résoudre le problème de santé du patient. L accès au prestataire, même quand il est possible géographiquement et financièrement, reste difficile à cause d une barrière de communication (langage et attitude) et à cause d un phénomène très peu étudié mais présent quasiment partout dans les ESSB : l absentéisme. L accès au spécialiste n est pas meilleur, en partie parce que l absentéisme y est bien plus important, en partie parce que la procédure pour atteindre un spécialiste est bien plus contraignante et coûteuse. La frustration des patients liée à la difficulté de communication est majorée par la difficulté d accès au prestataire de service (il faut prendre parfois plusieurs rendez-vous en se déplaçant physiquement jusqu au centre de diagnostic, rendez-vous souvent repoussé d une date à l autre). L accès au médicament h Actuellement, la quantité et le spectre des médicaments offerts par les services de santé publics sont apparemment insuffisants pour répondre aux besoins définis par les prestataires de soins, tant au niveau des hôpitaux que des services de santé de base. Si on assume que le pays ne peut offrir à tous les citoyens les médicaments prescrits, on peut cependant considérer d une part la liste des médicaments essentiels qui doivent être accessibles dans tous les établissements publics pour tous les citoyens (qui les recevront soit sans payer soit en se faisant rembourser par leur assurance sociale, selon le régime d appartenance) et d autre part la meilleure stratégie d acquisition de ces médicaments essentiels (comment obtenir les médicaments de la meilleure qualité au prix le plus bas). Actuellement, le ministère de la santé est en train de s attaquer à la fois au prix des médicaments (négociations avec les grandes firmes pharmaceutiques), au problème des commandes de médicaments (circuit de la commande et logistique) et au problème de la rationalisation des prescriptions au niveau de toutes les structures publiques (avec en h Ce thème est discuté dans le troisième atelier sur l accès aux médicaments introduit par les Drs O. Bouazza et J. Hygino. 5

6 plus le passage au médicament générique). Aujourd hui, en effet, le principal conseiller technique du médecin en matière de prescription est le délégué pharmaceutique i et ces délégués peuvent être très convaincants pour faire prescrire leurs spécialités par les médecins et aussi pour contribuer à les rendre méfiants vis-à-vis des médicaments génériques. Pistes de réflexion, pistes de solution Les thématiques retenues dans les ateliers touchent toutes l offre de services et de soins de santé et non la demande. Cependant, l analyse des barrières à l accès aux soins montre deux choses importantes. La première est que l offre de soins est influencée par la demande et la seconde que l offre de soins de qualité, dans un pays comme le Maroc qui n a pas de contrainte essentielle au niveau des ressources matérielles, est très dépendante des ressources humaines. Ces deux points n apparaissent pas explicitement dans les thématiques choisies mais il faudra les garder à l esprit tout au long des discussions. La demande peut influencer l offre de multiples façons. Par exemple, l information sur la disponibilité d un service de qualité contribuera à en augmenter l utilisation et éventuellement à valoriser le personnel qui en est responsable. La création d une mutuelle peut aller au-delà d une simple solidarité financière et être le point de départ d un dialogue entre communauté et services en vue de rendre le service plus convivial par exemple. Les solutions pour améliorer l équité dans l accès aux soins devront nécessairement concerner des politiques influençant à la fois la demande et l offre (Figure 2). D ailleurs, le ministère de la santé, dans sa stratégie de lutte contre la mortalité maternelle et néonatale a décidé des actions touchant à la fois la demande (par exemple gratuité de la césarienne et des accouchements dans les hôpitaux publics) et l offre (amélioration de la qualité, rationalisation des traitements, formation continue des personnels). FIGURE 2. INTERVENTIONS VISANT LA REDUCTION DE LA MORBIDITE ET LA MORTALITE PAR UNE MEILLEURE UTILISATION DES SOINS DE SANTE 8 i Dans les ESSB urbains, on peut voir jusqu à délégués par matinée à la consultation médicale 6

7 On ne peut pas atteindre une offre de soins de qualité manière équitable sans un personnel de santé compétent, motivé et disponible (Encadré 2). L accès aux soins est réellement déterminé par la présence des personnels de santé. Cette présence va plus loin que le remplissage de postes sur une carte gérée par une direction des ressources humaines, il s agit d une présence effective et professionnelle, c est-à-dire dont la motivation est orientée vers la communauté à servir. Aujourd hui, il semble qu il n y ait pas encore eu de réponse très claire apportée par la recherche sur la manière la plus efficiente et appropriée dont un gouvernement peut atteindre cet objectif 9. ENCADRE 2. LE PERSONNEL DE SANTE AU COEUR DU SYSTEME DE SANTE 10 Œuvrant au cœur du système, le personnel est l élément moteur de tout progrès en matière de santé. Il est largement prouvé que le nombre et la valeur du personnel influent de manière positive sur la couverture vaccinale, l extension des soins de santé primaires ainsi que sur la survie juvéno-infantile et maternelle. On a montré qu il y avait une corrélation entre l issue favorable des affections cardio-vasculaires et la compétence des médecins, ainsi que leur densité. Inversement, la malnutrition juvéno-infantile s est aggravée à la suite des compressions de personnel opérées au cours de la réforme du secteur sanitaire. Ce sont les agents de santé qui sont le plus à même d apporter des améliorations novatrices dans la qualité des soins, car ils sont les mieux placés pour voir où sont les possibilités d innovation. Dans un système de santé, les membres du personnel jouent en quelque sorte le rôle de veilleurs et de navigateurs et, selon qu ils s en acquittent bien ou mal, les ressources médicaments, vaccins et fournitures diverses sont utilisées efficacement ou gaspillées Références 1 Detels R & Breslow L Current scope and concerns in public health, in Oxford Textbook of Public Health, vol. 1 R. Detels et al., eds., Oxford University Press, New York, McKeown T, Record RG & Turner RD. 1975, An interpretation of the decline of mortality in England and Wales during the twentieth century, Population Studies, 29, Turshen M A new vocabulary, in The politics of public health, Zed Books Ltd, London, Evans RG & Stoddart GL Produire de la santé, consommer des soins, in Etre ou ne pas être en bonne santé. Biologie et déterminants sociaux de la maladie, RG Evans, ML Barer & TR Marmor, eds. Les Presses Universitaires de Montréal, Montréal (Qc), Commission on Social Determinants of Health. Closing the gap in a generation: Health equity through action on the social determinants of health. World Health Organization, Geneva, Direction de la Planification et des Ressources Financières du ministère de la santé du Royaume du Maroc Conception et mise en œuvre d une démarche de planification de l offre de soins en vue de la mise en place de la carte sanitaire au Maroc. Rapport de Géoconseil à la DPRF, Rabat. 7 Direction des Hôpitaux et des Soins Ambulatoires du ministère de la santé du Royaume du Maroc Stratégie de couverture des besoins sanitaires de base de la population marocaine. Rapport final de Conseil Santé (AFD). Programme d Appui à la Régionalisation, à la Déconcentration et au Renforcement des Soins de Santé de Base (REDRESS), Rabat, avril Adapté de: De Brouwere V, Richard F, Witter S Access to maternal and perinatal health services: lessons from successful and less successful examples of improving access to safe delivery and care of the newborn. Tropical Medicine & International Health, 15, in Press. 9 Ranson MK, Chopra M, Atkins A, Dal Poz MR & Bennett S Priorities for research into human resources for health in low- and middle-income countries Bull World Health Organ, 88, The world health report 2006: working together for health. Geneva: World Health Organization,

Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière)

Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière) Royaume du Maroc Ministère de la Santé Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière) C. Boukhalfa, S. Abouchadi, N. Cunden, S.

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale ont souvent un triste état de santé buccodentaire.. Selon certains

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

La gestion de l approvisionnement pharmaceutique.

La gestion de l approvisionnement pharmaceutique. La gestion de l approvisionnement pharmaceutique. Juarez HYGINO Pharmacien de Santé publique. Introduction Aucun système de santé au monde n offre un accès illimité à tous les médicaments. La sélection

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1

Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe Santé, Caisse Nationale RSI. Centre d analyse stratégique 10 mai 2010 1 Quel rôle peuvent jouer les régimes d assurance maladie pour amener l individu à avoir une gestion active de son capital santé : l exemple du Parcours Prévention au RSI Stéphanie DESCHAUME Directrice adjointe

Plus en détail

Communication Médecin-Pharmacien

Communication Médecin-Pharmacien Communication Médecin-Pharmacien Prescriptions et Remèdes Médecin-Pharmacien Deux perspectives, un même objectif François Parent, MD, CMFC(mu), FCMF Marc Parent, D.P.H, MSc., BCPS Communiquer... Émetteur

Plus en détail

VIIème Congrès international FATO Yamoussoukro 2013

VIIème Congrès international FATO Yamoussoukro 2013 VIIème Congrès international FATO Yamoussoukro 2013 Thème: Accessibilité et financement des services de santé en Afrique Subsaharienne: le cas de la Côte d Ivoire Proposé par FOFANA MEMON, Doctorant en

Plus en détail

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Annexe À l occasion du 50 ème anniversaire de l assurance soins de santé et indemnités, la MC a mené une enquête

Plus en détail

LES SYSTEMES DE SANTE. B.TOUMANION Consultant/ Formateur EHESP Management

LES SYSTEMES DE SANTE. B.TOUMANION Consultant/ Formateur EHESP Management LES SYSTEMES DE SANTE Objectif du cours Il s agit: De définir un système de santé De connaître les objectifs d un système de santé D étudier les moyens et qualités d un système de santé De savoir les différents

Plus en détail

Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret

Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret Introduction : Présentation du Centre Oscar Lambret Centre Régional de Lutte Contre le Cancer Etablissement privé à but non lucratif participant au service public hospitalier Direction médicale Organisation

Plus en détail

Excellent service, soins prodigués avec compassion

Excellent service, soins prodigués avec compassion Centre d accès aux soins communautaires du Centre Plan stratégique (2014-2017) Sommaire Excellent service, soins prodigués avec compassion EXCELLENT SERVICE, SOINS PRODIGUÉS AVEC COMPASSION Le Plan stratégique

Plus en détail

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale ****

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** 1 «DONNER AUX FEMMES LES MOYENS DE VIVRE EN MEILLEURE SANTE» 2 Introduction 1. Etat des lieux de la santé des femmes au Bénin 2.Causes essentielles

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale

Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale 1-2 novembre 2005 Financement solidaire et équitable des soins de santé en Belgique : entre Bismarck et Beveridge Prof. Marc VANMEERBEEK

Plus en détail

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ;

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ; SYNTHÈSE INTRODUCTION Le Programme Pluriannuel Régional de Gestion du Risque (PPR GDR) s inscrit dans le Projet Régional de Santé dont il est un des programmes obligatoires. Elaboré au cours de l été 2010,

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité

Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité Agence régionale de santé de Lorraine : Projet de PRAPS Axe d intervention 1 : Actions en direction des personnes en situation de précarité Fiche action 3 Accompagnement des personnes en situation de précarité

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Louise Potvin, PhD Chaire Approches communautaires et inégalités de santé

Louise Potvin, PhD Chaire Approches communautaires et inégalités de santé Louise Potvin, PhD Chaire Approches communautaires et inégalités de santé La géographie montréalaise des inégalités de santé La construction locale de la santé Le rôle du communautaire dans la production

Plus en détail

Encourager le cofinancement entre travailleurs et employeurs pour. qualité: Le cas de la Mutuelle sociale Transvie

Encourager le cofinancement entre travailleurs et employeurs pour. qualité: Le cas de la Mutuelle sociale Transvie Encourager le cofinancement entre travailleurs et employeurs pour permettre un accès à des soins de qualité: Le cas de la Mutuelle sociale Transvie Abdou Diagne, DG mutuelle sociale TransVie 5 ème Conférence

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

La télésanté clinique au Québec: un regard éthique par la CEST

La télésanté clinique au Québec: un regard éthique par la CEST La télésanté clinique au Québec: un regard éthique par la CEST Dominic Cliche Conseiller en éthique Commission de l éthique en science et en technologie 18 mars 2015 Midi conférence de l Institut d éthique

Plus en détail

1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts.

1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts. Hospitalisation L information sur l offre en hospitalisation d un pays (nombre de lits par habitant, répartition géographique ou par spécialité médicale) est utile pour déterminer la différence entre l

Plus en détail

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO

Kigali 5 décembre 2006 REPUBLIQUE DU RWANDA PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO REPUBLIQUE DU RWANDA Districts de Karongi et Rutsiro Province de l Ouest/Rwanda PROVINCE DE L OUEST DISTRICTS DE KARONGI & RUTSIRO Présentation synthétique du document de Programme de renforcement de la

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail

Activité n 8.2.5 du PAA 2014

Activité n 8.2.5 du PAA 2014 République du Niger Fraternité Travail Progrès MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE Secrétariat Général DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PROGRAMMATION DIVISION DES ETUDES, RECHERCHES Termes de références pour la

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «Les usages et pratiques de la formation dans les entreprises de 10 à 49 salariés et leurs effets sur le développement professionnel des salariés»

Plus en détail

Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire

Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire CONSEIL EXÉCUTIF EB138/28 Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire Options pour renforcer le partage d informations sur les produits diagnostiques, préventifs

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

Parti libéral du Canada. Le Collège des médecins de famille du Canada

Parti libéral du Canada. Le Collège des médecins de famille du Canada Parti libéral du Canada Le Collège des médecins de famille du Canada Questionnaire sur la position des partis politiques relativement aux principaux enjeux de la médecine familiale Élection fédérale 2011

Plus en détail

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents

Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Comment les pratiques en milieu scolaire agissent-elles au regard des inégalités sociales de santé? Regard sur trois continents Rencontre francophone internationale sur les inégalités sociales de santé

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre. Bilan de l expérience UNICEF

Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre. Bilan de l expérience UNICEF Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre Bilan de l expérience UNICEF Pourquoi est-il important de se focaliser sur l éducation, en particulier celles des filles? Bénéfices individuels

Plus en détail

Cadres conceptuels d analyse Et de mesure des performances. Dr Belgacem SABRI Alger 18-19 Janvier 2014

Cadres conceptuels d analyse Et de mesure des performances. Dr Belgacem SABRI Alger 18-19 Janvier 2014 Cadres conceptuels d analyse Et de mesure des performances Dr Belgacem SABRI Alger 18-19 Janvier 2014 Introduction Les systèmes de santé sont sous pression Hausse des attentes Crises de financement Transition

Plus en détail

Une maison de s femmes au cœur de la cité, un lieu de bien-être et d empowerment - 2007

Une maison de s femmes au cœur de la cité, un lieu de bien-être et d empowerment - 2007 Une maison des femmes au cœur de la cité : un lieu de bien-être et d empowerment (2007) Editrice responsable : Dominique Plasman FPS 1/2 place Saint Jean. 1000 Bruxelles. - 1 Ce texte a notamment servi

Plus en détail

Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire

Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire Synthèse des échanges du CCRPA du 17 mai 2013, à NANTES Thème de la journée : la santé et l accès aux soins 31 participants

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Journée nationale de prévention

Journée nationale de prévention L institut BVA a fait le choix de ne procéder à aucun redressement pour redonner aux quotas croisés leur poids réel (Paris/ Province, taille des entreprises). Ces différentes options méthodologiques posent

Plus en détail

Rapport de recommandations

Rapport de recommandations Comment s assurer que les personnes souffrant d ostéo-arthrite et d arthrite rhumatoïde reçoivent des soins optimaux de par l Europe: recommandations EUMUSC.NET En partenariat avec EULAR et 22 centres

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Ce mémoire est présenté par : Association canadienne des hygiénistes dentaires (ACHD) Sommaire La santé buccodentaire

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

La CNOPS à l ère de l Assurance maladie obligatoire. ce qui a changé. Présenté par Abdelaziz ADNANE Directeur de la CNOPS

La CNOPS à l ère de l Assurance maladie obligatoire. ce qui a changé. Présenté par Abdelaziz ADNANE Directeur de la CNOPS La CNOPS à l ère de l Assurance maladie obligatoire ce qui a changé Présenté par Abdelaziz ADNANE Directeur de la CNOPS Plan de la présentation Introduction I. La CNOPS : «un passé riche d avenir» Des

Plus en détail

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap.

Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. D é l é g a tion d é p a rtementale ardéchoise Les visio-relais: une autre façon d encourager et soutenir la participation sociale et citoyenne des personnes en situation de handicap. Rhône-Alpes-Auvergne,

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DU SCHÉMA DE L AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT DE L AGGLOMÉRATION DE MONTRÉAL

MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DU SCHÉMA DE L AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT DE L AGGLOMÉRATION DE MONTRÉAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DU SCHÉMA DE L AMÉNAGEMENT ET DE DÉVELOPPEMENT DE L AGGLOMÉRATION DE MONTRÉAL Dans le cadre de la consultation publique sur le Projet de schéma d aménagement et de développement

Plus en détail

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec EN RÉACTION AU DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2014-2020 Déposé dans le cadre du Forum national

Plus en détail

CEM: les comptes d épargne médicale

CEM: les comptes d épargne médicale CEM: les comptes d épargne médicale 1. Situation Le financement du système suisse de santé est à l évidence en passe de devenir un des sujets les plus discutés au cours du siècle. Comme dans la plupart

Plus en détail

M 1795. Secrétariat du Grand Conseil. Proposition de motion Moins d'attente pour se faire opérer à l'hôpital!

M 1795. Secrétariat du Grand Conseil. Proposition de motion Moins d'attente pour se faire opérer à l'hôpital! Secrétariat du Grand Conseil M 1795 Proposition présentée par les députés : M mes et MM. Patrick Saudan, Gabriel Barrillier, Michèle Ducret, Michel Ducret, Pierre Kunz et Jean- Marc Odier Date de dépôt

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Livre blanc Pour une nouvelle gouvernance du secteur de la santé. A. Belghiti Alaoui MD. MPH. Secrétaire Général du Ministère de la Santé du Maroc

Livre blanc Pour une nouvelle gouvernance du secteur de la santé. A. Belghiti Alaoui MD. MPH. Secrétaire Général du Ministère de la Santé du Maroc Livre blanc Pour une nouvelle gouvernance du secteur de la santé A. Belghiti Alaoui MD. MPH. Secrétaire Général du Ministère de la Santé du Maroc Pourquoi un livre blanc en santé? Un livre blanc est un

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Projet d appui au. capacités en gestion de la santé en Haïti PARC. Objectifs du projet

Projet d appui au. capacités en gestion de la santé en Haïti PARC. Objectifs du projet Projet d appui au renforcement des capacités en gestion de la santé en Haïti PARC Unité de santé internationale Objectifs du projet Le PARC contribue à l amélioration de la gouvernance du système de santé

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA

COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA COORDINATION INTERPROFESSIONNELLE A LA SORTIE DES HOPITAUX URPS PHARMACIENS PACA BILAN D ETAPE 1 MATERIEL MEDICAL : UN CHAMP D INTERVENTION QUI SUSCITE DES ATTENTES FORTES RESUME Au printemps 2013, l URPS

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

Sommaire. Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Sommaire. Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Fiche 1 Bonnes pratiques des entreprises en matière de maintien et de retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Maintenir les seniors en activité professionnelle : du diagnostic

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base

CODE DE DEONTOLOGIE INTERIEUR. exercice du service relations externes. relations verticales. relations internes. valeurs de base CODE DE DEONTOLOGIE exercice du service relations externes relations internes relations verticales valeurs de base SERVICE PUBLIC FEDERAL INTERIEUR Au cours des dernières années, la société a fortement

Plus en détail

Études de cas sur les disparités dans l accès aux soins au Maroc: Synthèse des principaux résultats

Études de cas sur les disparités dans l accès aux soins au Maroc: Synthèse des principaux résultats Études de cas sur les disparités dans l accès aux soins au Maroc: Synthèse des principaux résultats Groupe de travail Diversité, disparités socio territoriales et accessibilité aux biens et services de

Plus en détail

Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif

Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif Dr. Ronald V. Laroche, M.P.H., R.Sc Directeur Exécutif CONTEXTE - EPIDEMIOLOGIQUE Pires paramètres épidémiologiques de l hémisphère occidental Mortalité infantile 0-5ans: 73 décès /1000 naissances vivantes

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda!"#$%&'()*"#+," &-).!!/&01&23425,)&6778 Données générales du pays Contexte historique des mutuelles

Plus en détail

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif Commentaires explicatifs concernant les documents de base Examen professionnel d Assistant/e spécialisé/e en soins de longue durée et accompagnement (Projet du 27.9.2012) 1 Objectif des commentaires explicatifs

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

La médecine pour tous

La médecine pour tous Commission Nationale d Ethique pour la Médecine Humaine Académie Suisse Des Sciences Médicales La médecine pour tous Quid des cancers? Prof Pierre Yves Dietrich Chef du centre d Oncologie Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP

LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP LA PERFORMANCE DANS LE MEDICO-SOCIAL, ENJEUX, OUTILS, RÔLE DE L ANAP Assises de l autonomie 10/06/10 PARIS Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux L Agence

Plus en détail

Conventionnement sélectif, efficacité économique et inégalités de santé

Conventionnement sélectif, efficacité économique et inégalités de santé Conventionnement sélectif, efficacité économique et inégalités de santé Philippe Abecassis, Nathalie Coutinet, Ariane Ghirardello (CEPN- U- Paris 13) Nouveaux enjeux de l'assurance complémentaire en Europe,

Plus en détail

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Avoir accès aux soins est un droit fondamental. Ce droit doit être effectif pour tous, partout et à tout moment. Notre système de protection sociale

Plus en détail

Rapport de l Académie nationale de Pharmacie

Rapport de l Académie nationale de Pharmacie Rapport de l Académie nationale de Pharmacie La préparation des doses à administrer - PDA : la nécessaire évolution des pratiques de dispensation du médicament INTRODUCTION Il est généralement admis que

Plus en détail

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration eduscol Consultation nationale sur les programmes Projets de programmes de la classe de seconde générale et technologique Santé et social Enseignement d'exploration L'organisation de la consultation des

Plus en détail

Enquête ACHATS Santé. Factea Healthcare et Pragma

Enquête ACHATS Santé. Factea Healthcare et Pragma Enquête ACHATS Santé Factea Healthcare et Pragma Présentation de l enquête ACHATS Santé Le Baromètre ACHATS Santé offre une synthèse annuelle permettant d'évaluer le niveau de confiance et le niveau d'engagement

Plus en détail

Dossier de Presse. Prix de la Coopération Internationale Sensibilisation du Public

Dossier de Presse. Prix de la Coopération Internationale Sensibilisation du Public Dossier de Presse Prix de la Coopération Internationale Sensibilisation du Public HCCI 20 Fevrier 2007 1. Une approche : valoriser les ressources humaines locales 2. Une conviction : l accès à des soins

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives

Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives République du Sénégal Un Peuple- Un But- Une Foi Ministère de la Santé et de l Action Sociale Couverture Maladie Universelle au Sénégal : Etat de mise en oeuvre et perspectives Symposium sur la Protection

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

Santé : sommes-nous vraiment les meilleurs? Ou comment le devenir?

Santé : sommes-nous vraiment les meilleurs? Ou comment le devenir? Santé : sommes-nous vraiment les meilleurs? Ou comment le devenir? Prof. Antoine Bailly Président forumsante.ch Prix Vautrin Lud, «Nobel» de Géographie Un système de santé apprécié et critiqué Toutes les

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

LES UCS AU COEUR DE LA RÉFORME DU SYSTÈME DE SANTÉ

LES UCS AU COEUR DE LA RÉFORME DU SYSTÈME DE SANTÉ LES UCS AU COEUR DE LA RÉFORME DU SYSTÈME DE SANTÉ POURQUOI UNE RÉFORME? Améliorer l État de santé de la population Plus d Équité, Une meilleure couverture, Et La maîtrise des coûts! THÈMES PRIORITAIRES

Plus en détail

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1 UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE La réforme de l assurance maladie se met en place 1 La loi du 13 août 2004 portant sur la réforme de l assurance maladie

Plus en détail

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017 Un milieu de vie, une réussite LE CÉGEP ET LA RÉUSSITE Tributaire d une longue histoire éducative, le Cégep 1, depuis sa création, se distingue par la qualité de sa formation

Plus en détail

Profil professionnel. Section : Bachelier en Automobile

Profil professionnel. Section : Bachelier en Automobile Section : Bachelier en Automobile Page 1/6 1. Introduction L enseignement de la Haute Ecole Louvain en Hainaut donne la place centrale à l étudiant. Celui-ci trouvera durant ses études de nombreuses occasions

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

L assurance maladie en Belgique et le rôle de l INAMI.

L assurance maladie en Belgique et le rôle de l INAMI. www.coopami.org L assurance maladie en Belgique et le rôle de l INAMI. Lima du 25/01/2016 au 05/02/2016 Michel Vigneul Conseiller Actuaire La protection sociale en santé en Belgique Sécurité sociale Protection

Plus en détail

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF

L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF L ACCES POUR TOUS A LA SANTE REVENDICATION DE L APF La santé est définie par l Organisation Mondiale de la santé comme un «état de complet bien-être physique, mental et social et ne consiste pas seulement

Plus en détail

Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques

Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques La santé dans toutes les politiques, de quoi s agit-il? La santé dans toutes les politiques est une approche intersectorielle des politiques

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail