Le non-recours aux soins des actifs präcaires (NOSAP)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le non-recours aux soins des actifs präcaires (NOSAP)"

Transcription

1 Le non-recours aux soins des actifs präcaires (NOSAP) Rapport scientifique final Novembre 2008 Pour l Agence Nationale de la Recherche - Programme SantÅ Environnement SantÅ Travail Convention né Equipes : CNRS-PACTE/ODENORE : C. Chauveaud, A. Rode, P. Warin. CETAF : C. Chatain, S. Gutton, E. Labbe, J.-J. Moulin, C. Sass. Coordinateur : P. Warin. Odenore : Maison des Sciences de l Homme BP Grenoble Cedex 9. Cetaf : avenue RochetaillÄe BP Saint-Etienne Cedex 02 Le non recours aux soins des actifs präcaires. Rapport de recherche pour l ANR ODENORE/CETAF. novembre

2 Sommaire PrÄambule 3 RÄsumÄ / Abstract 4 1. SynthÅse gänärale 5 1. Principal räsultat 5 2. Rappel des objectifs et des mäthodes 7 3. PrÄsentation des principales donnäes issues de l Ätude statistique et de l enquéte par entretiens Discussion : le besoin d affiner la notion de non recours aux soins Un produit directement issu de la recherche : un outil de repärage du non recours aux soins 22 Glossaire 24 Liste des sigles DÄfinitions DÄfinition de la notion de non recours aux soins DÄfinition de la notion d actifs präcaires Analyses Le non recours aux soins des chñmeurs de plus d un an Le non recours aux soins des jeunes de 16 Ö 25 ans en insertion Le non recours aux soins des bänäficiaires de la Couverture maladie universelle ComplÄmentaire (CMU-C) Le non recours aux soins des travailleurs ayant un emploi non stable ou stable Ö temps partiel Le non recours aux soins des travailleurs en emploi stable Ö temps plein ayant des problümes financiers Le non recours aux soins des personnes au chñmage depuis moins d un an et travailleurs signaläs präcaires selon le score EPICES Le non recours aux soins des actifs non präcaires (population de räfärence) RÄsultats d une approche qualitative du non recours aux soins des actifs präcaires DÄfinir et mesurer le á non recours aux soins à Proposition de questions complämentaires et discussion autour de cette notion 117 Annexes 1. PrÄsentation des analyses statistiques (document joint au rapport final) 2. Retranscriptions d entretiens (document joint au rapport final) Le non recours aux soins des actifs präcaires. Rapport de recherche pour l ANR ODENORE/CETAF. novembre

3 PrÄambule Ce rapport final est composä d une synthüse gänärale, suivie d une premiüre partie en deux chapitres präsentant les ÄlÄments de däfinition de l objet d Ätude (le non recours aux soins) et du sujet d Ätude (les actifs präcaires), et d une seconde partie en neuf chapitres comprenant les synthüses des räsultats obtenus pour chaque population ÄtudiÄe. Ces neuf chapitres sont präsentäs dans l ordre dans lequel ils ont ÄtÄ produits et discutäs par les deux Äquipes. D un chapitre Ö un autre, les räsultats s accumulent et une comparaison devient possible. Cette präsentation permet au lecteur de suivre la progression du travail et de l analyse. Le dernier chapitre, rädigä en fin de parcours, met en discussion la notion de non recours aux soins que nous avons retenue au däpart. Nous invitons par consäquent le lecteur Ö se reporter Ö ces chapitres de faâon Ö prendre connaissance de l ensemble des räsultats et analyses auxquels nous sommes parvenus et qui ne peuvent Étre tous rappeläs dans la synthüse gänärale. Le rapport est complätä par deux volumineuses annexes. La premiüre dätaille l ensemble des traitements statistiques effectuäs. La seconde präsente la retranscription intägrale des entretiens räalisäs späcifiquement pour cette recherche. * * Nous remercions vivement les professionnels des Centres d examens de santå financås par l Assurance Maladie, de Bobigny, Saint Martin d hçres/grenoble, Dijon, et Bourg-en-Bresse, qui ont permis la råalisation des enquétes par entretiens, ainsi qu Ñ Caroline DuprÅ et RenÅ GuÅguen du CETAF pour les conseils apportåes aux Åquipes. Nos remerciements vont Ågalement Ñ l Association des Centres de santå de Grenoble (AGECSA) ainsi que le Service SantÅ scolaire de la Direction SantÅ publique et Environnement de la Ville de Grenoble qui contribuent Ñ l issue de cette recherche Ñ tester l outil de repårage du non recours aux soins conöu dans le cadre de ce travail collectif. Le non recours aux soins des actifs präcaires. Rapport de recherche pour l ANR ODENORE/CETAF. novembre

4 RÄsumÄ / Abstract RÄsumÄ Le non recours aux soins n est pas particulier aux seuls actifs pråcaires. PrÅcaires ou non pråcaires, les populations actives sont toutes concernåes. Elles le sont toutefois dans des proportions variables. En particulier, les pråcaires sont davantage exposås au non recours aux soins que les non pråcaires. MalgrÅ cette diffårence de fråquence, le phånomçne est globalement associå aux mémes variables quelle que soit la population considåråe. Le non recours pråsente ainsi des caractåristiques qui dåpassent la pråcaritå ou la non pråcaritå du travail ou de l emploi. Dans l ensemble, le non recours aux soins est fortement associå Ñ des variables socioåconomiques liåes aux conditions d existence des individus. Aussi l explication du phånomçne est-elle Ñ rechercher dans l environnement social des individus et plus particuliçrement au niveau de certaines de ses dimensions, comme l isolement et la responsabilitå familiale. Abstract NTU of healthcare is not found only among workers in precarious situations. The phenomenon is found throughout the working population, whether the person's situation is precarious or not, but to varying degrees. The phenomenon of NTU is associated with the same variables, irrespective of the population under consideration. It has characteristics which transcend the precarious or non-precarious nature of the person's job. On the whole, NTU of healthcare is strongly associated with the absence of complementary health insurance and with socio-economic variables linked to the individuals' living conditions. The explanation for the phenomenon must therefore be sought in the individuals' social environment and more particularly in some of its dimensions, such as isolation and family responsibility. Le non recours aux soins des actifs präcaires. Rapport de recherche pour l ANR ODENORE/CETAF. novembre

5 1 SynthÅse gänärale 1. Principal räsultat. Le non recours aux soins n est pas particulier aux seuls actifs präcaires. PrÄcaires ou non präcaires, les populations actives sont toutes concernäes. Elles le sont toutefois dans des proportions variables. Les taux de non recours diffürent d une population Ö l autre. En particulier, les präcaires sont davantage exposäs au non recours aux soins que les non präcaires. MalgrÄ cette diffärence de fräquence, le phänomüne est cependant associä aux mémes variables, quelle que soit la population considäräe. Le non recours präsente ainsi des caractäristiques qui däpassent la präcaritä ou la non präcaritä du travail ou de l emploi. Dans l ensemble, le non recours aux soins est fortement associä Ö des variables socioäconomiques liäes aux conditions d existence des individus. Aussi l explication du phänomüne est-elle Ö rechercher dans l environnement social* des individus et plus particuliürement au niveau de certaines de ses dimensions, comme l isolement * et la responsabilitä familiale*. Ce constat gänäral est au cœur des räsultats trouväs dans le cadre de cette recherche sur á Le non recours aux soins des actifs präcaires à. Il est essentiel dans la mesure oã il permet de präsenter le non recours aux soins comme un á fait social à. Tel que nous le percevons Ö l issue de cette recherche, le non recours räpond aux quatre critüres däfinissant un fait social : de gänäralitä, au sens oü le phånomçne est marquå d une certaine fråquence quelles que soient les populations pråcaires ou non pråcaires considåråes ; d extärioritä, dans la mesure oã il transcende l appartenance des individus Ö des catägories sociales particuliüres ; de coercition, puisqu il s impose pour une part aux individus 1 en tant que combinaison de facteurs ; d historicitä, düs lors que le non recours (aux soins et plus gänäralement aux droits et services) devient peu Ö peu un á problüme public à 2. En d autres termes, ce ne sont pas tant les statuts par rapport au travail ou Ñ l emploi Ñ partir duquel s opçre la distinction entre actifs pråcaires et actifs non pråcaires qui dåterminent le non recours aux soins, que des facteurs socioåconomiques. Le non recours s inscrit par consåquent dans un continuum social puisque toutes les populations, präcaires ou non präcaires, peuvent Étre concernäes. Ce räsultat donne raison Ö l approche systämique des inägalitäs sociales qui montre en particulier comment les inägalitäs face Ö la santä peuvent Étre la consäquence d un faisceau d inägalitäs 3. Cela * Les termes ainsi signaläs sont däfinis dans le Glossaire en fin de synthüse gänärale. 1 Il faut tenir compte tout en méme temps de la possibilitä d un phänomüne dälibärä de la part des individus ; cf. dans le Rapport : á DÄfinir et mesurer le Å non recours aux soins Ç. Proposition de questions complämentaires et discussion autour de cette notion à, Partie 3 SynthÜse chapitre 9. 2 P. Warin L accçs aux droits sociaux, Grenoble, Pug ; H. Revil, A. Rode, P. Warin, Forthcoming, Lien social et Politiques nå 61 ; P. Warin Non-take-up, in Christian Aspalter (ed.), International Encyclopaedia of Social Policy, Oxford University Press. 3 A. Bihr, R. Pfefferkorn Le systéme des inägalitäs, Paris, La DÄcouverte, Coll. Sociologie. Le non recours aux soins des actifs präcaires. Rapport de recherche pour l ANR ODENORE/CETAF. novembre

6 a ÄtÄ clairement dämonträ par la littärature internationale 4. Mais il complüte toutefois cette analyse gänärale dans la mesure oã il indique que les inägalitäs de recours aux soins l un des däterminants des inägalitäs de santä 5 relçvent de multiples causes, qui ne proviennent pas seulement des conditions de travail et des modes de vie, mais aussi de facteurs relatifs Ñ l environnement social, tels que l isolement 6 et la responsabilitä familiale. Ces deux facteurs mis en exergue par l Ätude statistique et par l enquéte par entretiens, räalisäes dans le cadre de cette recherche, indiquent que les inägalitäs de recours aux soins ont des däterminants autres que les variables habituellement remarquäes en ÄpidÄmiologie sociale, tel que le capital social* des individus. Elle conduit notamment Ö tenir compte de dimensions d ordre psychologique, düs lors qu elle observe in fine que les individus á vivant seuls à, sans support social* et sans responsabilitä d autrui sont davantage que d autres vulnärables au non recours du fait d un repli sur soi plus prononcä. Dans ces conditions, une action menäe dans le but de räduire le phänomüne de non recours aux soins ne peut pas s attaquer Ö une cause unique. Certes, les conditions matärielles de vie des actifs präcaires constituent bien une cible prioritaire pour amäliorer l accüs Ö la santä et corriger ainsi des inägalitäs sociales. De ce point de vue, notre travail montre l importance des difficultäs financiüres liäes Ö la präcaritä du travail et de l emploi parmi les facteurs associäs au non recours. Mais il n en demeure pas moins que l enjeu qui apparaçt ici est aussi de (re)constituer la santä comme un bien individuel et collectif dans une sociätä oã Ö la fois la montäe des präcaritäs, la transformation des relations familiales et la progression du á vivre seul à 7 bousculent vraisemblablement les mäcanismes d apprentissage ou de socialisation par lesquels la santä est transmise Ö la fois comme norme, valeur et croyance. Les motifs de la faible sociabilitä* ont ÄtÄ largement ÄtudiÄs dans le passä, par exemple en sociologie urbaine Ö travers la thämatique des conditions de logement et des conditions de vie. On les retrouve, aujourd hui, de faâon räcurrente dans les travaux sur la präcaritä qui soulignent les relations entre conditions de vie et repli sur soi 8. Le matäriau qualitatif accumulä pour cette recherche montre que ces termes interagissent fortement sur le non recours aux soins, qui apparaçt alors comme une forme d á abandon de soi à. Au terme de cette recherche, le phänomüne du non recours aux soins dävoile aussi la nature du risque qu il repräsente, Ö savoir celui d une situation qui peut conduire les individus Ö renier leur propre importance. 4 Pour une synthüse en franâais : M. Grignon et al Mesurer l impact des dåterminants non mådicaux des inågalitås sociales de santå. Rapport de recherche pour le Programme Sciences biomädicales, santä et sociätä CNRS (SHS-SDV) INSERM MIRe-DREES, Paris, IRDES, 86 p. 5 A propos des däbats complexes sur le rñle du systüme de santä dans l explication des inägalitäs de santä, voir la synthüse utile : A. Couffinhal, P. Dourgnon, P.-Y. Geoffard, M. Grignon, F. Jusot, J. Lavis, F. Naudin 2005, á Politiques de räduction des inägalitäs de santä, quelle place pour le systüme de santä? Un Äclairage europäen à, Questions d Åconomie de la santå, nå92. 6 Pour une präsentation de la notion : cf. C. Fry Solitude et isolement : Approches pluridisciplinaires, DÄpartement de sociologie, UniversitÄ de GenÜve ; J.-C. Kaufmann CÄlibat, mänages d'une personne, isolement, solitude. Un Ätat des savoirs, Commission des communautäs europäennes, Bruxelles. Pour une däfinition synthätique : cf. Dictionnaire suisse de politique sociale : 7 En 40 ans, la proportion de personnes vivant seules a plus que doublä, passant de 6,1% en 1962 Ö prüs de 14% en 2004, soit 8,3 millions de personnes vivant seules en Cf. INSEE, Recensement de la population D un point de vue thäorique, voir notamment les travaux de la sociologue Claudine Haroche, qui interroge notamment les comportements contemporains liäs Ö la präcaritä avec en arriüre plan ce que CornÄlius Castoriadis appelait á la montäe de l insignifiance à et Nobert Elias á le processus de dä-civilisation à. Pour une analyse statistique des interactions entre sociabilitä, solidaritäs familiales et präcaritä, se reporter Ö N. Herpin, J.-H. DÄchaux á Entraide familiale, indäpendance Äconomique et sociabilitä à, Economie et Statistique, nå 373, p Le non recours aux soins des actifs präcaires. Rapport de recherche pour l ANR ODENORE/CETAF. novembre

7 2. Rappel des objectifs et des mäthodes. L objectif gånåral de cette recherche est de dåvelopper une analyse quantitative et qualitative du non recours aux soins des actifs pråcaires. L interrogation initiale porte sur les relations entre absences de suivi mådical ou renoncements aux soins, et cumul de pråcaritås d emploi, de revenus, dans le travail et de protection sociale. La mise en œuvre de la recherche a demandå d affiner ces termes et de dåfinir Ñ la fois la notion de non recours aux soins et celle d actif pråcaire (cf. 2. DÄfinitions). L Ätude des donnäes des Centres d examens de santä (CES) financäs par l Assurance Maladie est au cœur de cette recherche. Elle porte sur la base RAIDE** qui est gäräe par le CETAF pour le compte de l Assurance Maladie. Il s agit d une base de donnäes sociales et mädicales unique : plus de consultants par an sur l ensemble du territoire franâais. Cette Ätude a donnä lieu Ö plusieurs travaux de nature statistique visant Ö däcrire finement les profils des personnes en situation de non recours aux soins. Elle a ÄtÄ complätäe par des travaux qualitatifs räalisäs Ö un niveau rägional, menäs auprüs de consultants de Centres d examens de santä. a) Etude statistique de la base de donnäes des Centres d examens de santä (CES) financäs par l Assurance Maladie. La population ÅtudiÅe est l ensemble des consultants de 16 Ñ 59 ans ayant passå un examen de santå entre 2002 et 2005 (lorsqu un consultant a passå plusieurs examens sur la påriode, un seul examen est pris en compte). Ont ÅtÅ exclus de l Åtude les individus Åtant hors FNPEIS (Fonds de PrÅvention d Education et d Information Sanitaire), les agriculteurs (trop faible effectif) et les bilans hors råfårentiels (bilans incomplets). L Åtude est transversale et porte sur consultants, dont 49.6 % d hommes et 50.4 % de femmes. La recherche porte pråcisåment sur 6 populations d actifs pråcaires (cf. Graphique 1). Elle intügre aussi une á population de räfärence à, Ö savoir celle des actifs non präcaires. Graphique 1. Les 6 populations d actifs pråcaires Jeunes en insertion CMU Personnes ayant un emploi ChÇmeurs Non stable Stable ChÇm. < 1 an ChÇm. 1 an Stable Ñ Emploi et Non stable ou Jeunes en Stable Ñ tps tps plein ChÇm. < 1 an CMU Stable Ñ tps plein ChÇm. 1 an insertion + Pb partiel Sans Pb Financiers EPICES 30 Finances et Pop 2 Pop 3 Pop 4 Pop 5 ChÇm.< 1 an Pop 6 Pop 1 Pop 7 : population de räfärence Non präcaires EPICES ** Les sigles sont expliquäs en fin de synthüse gänärale. Le non recours aux soins des actifs präcaires. Rapport de recherche pour l ANR ODENORE/CETAF. novembre

8 L objectif de l Åtude statistique a ÅtÅ d identifier les dåterminants du non recours au mådecin, du non recours au dentiste et du non suivi gynåcologique. Pour cela, nous avons ÅtudiÅ les relations entre les variables socioåconomiques et de santå contenues dans la base RAIDE et les 3 variables de non recours syståmatiquement renseignåes par les consultants au cours des examens de santå : - Le non recours au mädecin, expliquä par la räponse á Jamais à Ö la question concernant la á Visite chez le mädecin à. Hommes et femmes : 2 types de non recours. - Le non recours au dentiste, expliquä par la räponse á Jamais à Ö la question concernant la á Visite chez le dentiste à. Hommes et femmes : 2 types de non recours. - Le non suivi sur le plan gynäcologique, expliquä par la räponse á Non à Ö la question concernant le á Suivi gynäcologique à. Femmes : 1 type de non recours. L Ätude statistique a ÄtÄ effectuäe en 2 Ätapes : Les analyses univariäes. Pour chaque variable, nous avons ÄtudiÄ le lien entre 21 variables socioäconomiques et de santä et les 3 types de non recours (mädical, dentaire et gynäcologique), pour les deux sexes. Cela repräsentent 105 analyses statistiques (21 variables x 5 types de non recours). Pour chaque analyse, les räsultats comportent les prävalences du non recours et le calcul des risques relatifs (RR). Les analyses multivariäes. - Les däterminants socioäconomiques et de santä du non recours : Nous avons cherchä Ö connaçtre les variables les plus däterminantes de chaque non recours (mädical, dentaire et gynäcologique) parmi les variables socioäconomiques, puis parmi les variables de santä. La mise en oeuvre de ces analyses s est effectuäe Ö l aide de rägressions logistiques dont á les variables Ö expliquer à sont les variables de non recours, et á les variables explicatives à sont les variables socioäconomiques et les variables de santä. Soit 10 analyses (2 säries de variables (socioäconomiques et de santä x 5 types de non recours). - Les däterminants de chaque type de non recours : L Ätape finale a consistä Ö chercher les däterminants de chaque non recours (mädical, dentaire et gynäcologique) parmi toutes les variables ÄtudiÄes (socioäconomiques et mädicales). L analyse multivariäe a ÄtÄ effectuäe par rägression logistique sur l ensemble des variables socioäconomiques et de santä. Il est important de souligner que nous avons choisi de räaliser ces analyses en considärant les variables comme des variables quantitatives afin de ne gänärer qu une seule mesure de l association par indicateur. Cette mäthode a pu Étre utilisäe puisque nous n avions pas observä d Äcart majeur Ö la linäaritä des variables lors des analyses univariäes et multivariäes räalisäes auparavant. Pour chaque variable, nous avons donc un seul Odd Ratios (OR) qui synthätise l effet de la variable sur le non recours. Pour chaque analyse, les räsultats comportent : les tableaux des Odds Ratios (OR) et Intervalles de Confiance (IC) Ö 95 % ; le classement däcroissant des Odds Ratios (OR) : classement des variables les plus däterminantes Ö celle n ayant pas de lien avec le non recours aux soins. Soit 5 analyses (1 särie de variables [toutes les variables] x 5 types de non recours). Au total, 120 analyses statistiques ont ÄtÄ räalisäes (cf. Annexe 1 : räsultats dätailläs). Le projet initial soumis Ö l appel d offres de recherche de l ANR prävoyait une analyse territorialisäe des räsultats. Du fait de la redäfinition du projet induite par le financement partiel de la recherche, les Äquipes ont ÄtÄ conduites Ö mettre en œuvre cet objectif avec d autres Le non recours aux soins des actifs präcaires. Rapport de recherche pour l ANR ODENORE/CETAF. novembre

9 moyens, dans le cadre d une convention d Åtude distincte passåe par le CETAF avec la DRASS Rhäne-Alpes. La cartographie des råsultats a nåcessitå un travail important de dåcoupage gåographique. La base RAIDE contenant les codes postaux de råsidence des consultants, il a ÅtÅ possible de reconstruire des zones d emploi et des bassins hospitaliers. Ainsi, au niveau gåographique, l Åtude s est faire Ñ partir de 3 dåcoupages : - 8 dåpartements bassins hospitaliers zones d emploi. L ensemble des råsultats a donnå lieu Ñ un rapport remis par le CETAF Ñ la DRASS Rhäne-Alpes en novembre Depuis le CETAF procüde annuellement Ö une actualisation des donnäes qui intäressent la DRASS dans le cadre du Plan rägional de santä. Ces documents sont disponibles auprüs du CETAF. b) EnquÉte par entretiens auprås de consultants de Centres d examens de santä financäs par l Assurance Maladie. Une sårie d entretiens semi directifs a ÅtÅ råalisåe auprçs de 44 consultants du Centre d examens de santå du dåpartement de l IsÇre financå par l Assurance Maladie (le Centre ISBA 10, situä Ö Saint Martin d HÜres, commune limitrophe de Grenoble). Ils ont ÄtÄ complätäs par une centaine entretiens räalisäs dans le cadre d une recherche doctorale de science politique, menäe en parallüle sur le méme sujet, dans le cadre du Programme á Emergence 2005 à de la RÄgion RhÑne-Alpes 11, mais pris en compte dans la präsente recherche. Les retranscriptions des entretiens menäs Ö ISBA sont räunies dans l Annexe 2. Les entretiens menäs Ö ISBA ont ÄtÄ conduits sur place, le jour de la visite mädicale. La plupart des enquétä(e)s se präsentait pour la premiüre fois Ö un examen päriodique de santä. Le choix des enquétä(e)s a ÄtÄ däfini avec les professionnels du Centre de faâon Ö pouvoir rencontrer des personnes appartenant Ö l une ou l autre des six populations ÄtudiÄes. Aucun autre critüre de sälection n a ÄtÄ retenu, le nombre limitä d entretiens ne permettant pas de procäder par Ächantillonnage. Les personnes renconträes ont donc ÄtÄ choisies dans la file active du Centre de faâon aläatoire, suivant le principe du á tout venant à. Ce Centre recrute essentiellement des personnes däfinies comme präcaires au sens de l article 2 de l arrétä ministäriel du 20 juillet Les entretiens ont cherchä Ö comprendre les situations de recours et de non recours aux soins des personnes en tenant compte de leur situation et de leur trajectoire sociales. L attention a portä en particulier sur les conditions de vie et les supports sociaux, les räsultats statistiques produits Ö partir de l analyse de la base de donnäes du CETAF mettant en Ävidence l importance de ces facteurs pour les diffärentes populations. 9 C. DuprÄ, R. GuÄguen, J.-J. Moulin, C. Sass Le non recours aux soins en RhÑne-Alpes : Ätude des consultants des CES financäs par l Assurance Maladie, novembre 2006, 236 p. 10 Institut SantÄ Bourgogne Auvergne. 11 Ces autres entretiens individuels ont ÄtÄ räalisäs dans 3 Centres d examens de santä financäs par l Assurance Maladie (Bobigny, Dijon, Bourg-en-Bresse). 12 Pour rappel, les cinq critüres administratifs retenus pour däfinir les personnes en situation de präcaritä sont les suivants : chñmeurs ; contrats emplois solidaritä ; bänäficiaires du RMI ; bänäficiaires de la CMU et de la CMUC (depuis 2000) ; sans domicile fixe ; jeunes de 16 Ö 25 ans en insertion professionnelle. Le non recours aux soins des actifs präcaires. Rapport de recherche pour l ANR ODENORE/CETAF. novembre

10 L analyse des entretiens a ÅtÅ effectuåe au moyen du logiciel Sphinx-Lexica de faöon Ñ procåder Ñ la fois Ñ une Åtude ã quanti/quali å 13 des donnäes recueillies et Ö une analyse lexicale des propos tenus. Pour cela, les entretiens ont ÄtÄ enregisträs avec l accord des personnes et retranscrits gréce au logiciel de reconnaissance vocale Dragon Naturally Speaking. L analyse Ö quanti-quali Ü. Le besoin de comparer les entretiens nous a conduit Ö retenir 9 á variables communes à, de faâon Ö pouvoir caractäriser chacune des personnes. Ensuite, il a ÄtÄ näcessaire de coder les räponses Ö partir de á variables thämatiques à (au total räponses pour les 44 entretiens). L analyse a ÄtÄ räalisäe au niveau de l ensemble des räponses. Chaque entretien ne comporte pas le méme nombre de räponses (l Äcart peut Étre important). Par räponse, nous entendons chaque prise de parole de la personne, suite Ö une intervention de l enquéteur. En tout, 27 variables thämatiques ont ÄtÄ crääes aprüs relecture des entretiens. Elles se regroupent autour de 3 grands sujets de discussion abordäs aux cours des entretiens : les rapports Ö la santä (sujet principal de la recherche) ; les projections temporelles des personnes (le räseau d Äquipes de recherche auquel participe l Odenore et le CETAF a mis en avant l importance de cette dimension psychosociologique dans l explication des situations et des comportements de recours/non recours 14 ) ; les expäriences väcues et trajectoires (en matiüre de santä et plus gänäralement) ; modes de vie (rythmes journaliers ; consommations ; sorties et sociabilitä, etc.). (cf. Annexe 2 : dätail de la mäthode d enquéte et retranscriptions des entretiens). L analyse lexicale. Ce type d analyse consiste Ñ appråhender les textes d entretiens (retranscriptions des enregistrements numåriques) par le lexique. Cette analyse peut demander une pråparation pour certaines opårations : suppression des petits mots outils et lemmatisation (chaque forme graphique est remplacäe par sa forme canonique ou racine afin d opärer des regroupements intelligents en utilisant les rügles de la syntaxe : singuliers, pluriels, formes verbales ramenäes Ö l infinitif). Plusieurs opärations sont possibles. Nous avons travaillä avec le lexique brut afin de garder tout le sens des verbatim relatifs en particulier au á support social à (ou relationnel). Nous avons donc choisi de procäder Ö une analyse de contenu Ö partir de ce terme, en retenant la situation des enquétä(e)s par rapport Ö leur präcaritä calculäe avec le score EPICES et leur situation recours/non recours aux soins. Cette analyse lexicale a ÄtÄ prolongäe par l Ätude de l environnement lexical de plusieurs mots-cläs (aprüs regroupements : mädecin ; travail ; support social ; maladies et accidents de la vie ; soin), de faâon Ö dägager les räponses caractäristiques autour des mots auxquels nous prétons une attention particuliüre dans notre recherche. 13 Ce type d Åtude est appropriå aux petits Åchantillons. Il permet de prendre en compte les significations pråcises et circonstanciåes des catågories de classement des objets dånombrås, ordonnås ou mesurås et, au-delñ, les discours dans lesquels ces catågories prennent sens, sans någliger les ãopårateurs de quantificationå que contient tout ÅnoncÅ, qui contribuent Ñ leurs significations Cf. Ragin Ch. (1997), Turning the Tables : How Case-Oriented Research Challenges Variable-Oriented Research, Comparative Social Research 16: Jenny J. (2004), á Quanti/Quali = distinction artificielle, fallacieuse et stärile!, communication au 1 er CongrÇs de l AFS, Groupe ThÅmatique 20 (MÅthodes), Villetaneuse, fåvrier. 14 Il s agit du råseau ã Exclusions et non recours aux droits et services å mis en place dans le cadre d un ã Cluster Recherche å initiå par la RÅgion Rhäne-Alpes, råunissant outre nos deux Åquipes, des chercheurs provenant d Åquipes de recherche en psychosociologie, droit et Åconomie. Le non recours aux soins des actifs präcaires. Rapport de recherche pour l ANR ODENORE/CETAF. novembre

11 3. PrÄsentation synthätique des principales donnäes issues de l Ätude statistique et de l enquéte par entretiens. a) Le non recours, un phänomåne contrastä. Le non recours aux soins touche toutes les populations d actifs präcaires mais aussi les actifs non präcaires. Aucune population n est donc ÄpargnÄe par ce phänomüne. Les proportions d individus varient cependant selon les populations, mais aussi selon le type de non recours. Pour toutes les populations d actifs präcaires le non recours au dentiste est ainsi plus ÄlevÄ que celui au mädecin (cf. Graphique 2). Graphique 2. PrÄvalence du non recours aux soins selon les populations. Comparatif en % des taux de non recours entre actifs präcaires et actifs non präcaires ,3 33,3 21,9 6,8 37,9 19,2 34,8 25,7 10,7 55,4 18,1 35,6 8,6 25,1 47,8 12,8 25,6 3,9 13,5 23,2 10,3 27, ,4 13,7 30,8 5,5 20,6 36 8,7 15,8 10 3,6 H F H F H F H F H F H F H F Actifs non pråcaires 17,4 Aucune consultation mådicale au cours des 2 ans Aucune consultation dentaire au cours des 2 ans Aucun suivi gynåcologique dans l'annåe 1 : ChÑmeurs de + 1 an 2 : Jeunes en insertion 3 : BÄnÄficiaires CMU-C 4 : Travailleurs emploi temps partiel ou non stable 5 : Travailleurs emploi stable temps plein avec problümes financiers 6 : ChÑmeurs - 1 an et travailleurs präcaires Epices L explication de l Åcart mesurå entre les types de non recours est d abord d ordre financier. Elle renvoie en particulier Ñ la faiblesse de la couverture santå ou Ñ l absence de complåmentaire santå. Les entretiens indiquent que les problçmes de refus de soins de la part des dentistes sont plutät rares chez les personnes rencontråes, et qu ils ont pour consåquence de reporter Ñ plus tard la recherche de soins. D autres facteurs influencent Ågalement le recours diffårenciå au mådecin ou au dentiste. Ainsi, les analyses statistiques signalent que le risque relatif de non recours au mådecin diminue lorsque l Åtat de santå peröu est dågradå, alors qu il s accroçt quand il s agit du dentiste. Est-ce Ñ dire que l importance accordåe par les personnes au ã capital santå å diffçre selon qu il s agit de soins courants ou de soins spåcialisås? La question mårite d Étre posåe au vu de nos råsultats, d autant que d autres travaux ont fait apparaçtre un impact fort de la pråcaritå de l emploi sur la crainte de la maladie grave. En particulier, le CREDOC a remarquå que l'instabilitå professionnelle va de pair avec un plus fort sentiment d'insåcuritå professionnelle, mais Ågalement personnelle, et que les populations concernåes ont tendance pour le coup Ñ se sentir en moins bonne santå 15. Des chercheurs de l IRDES ont de leur cñtä remarquä qu un mauvais Ätat de santä accroçt fortement le risque de devenir chñmeur ou inactif D. Alibert, R. Bigot, D. Foucaud á Les effets de l instabilitä professionnelle sur certaines attitudes et opinions des franâais, depuis le däbut des annäes 1980 à. CREDOC, Cahiers de Recherches nå F. Jusot, M. Khlat, T. Rocherau, C. Sermet á Un mauvais Ätat de santä accroçt fortement le risque de devenir chñmeur ou inactif à, Questions d Äconomie de la santä, nå 125, septembre. Le non recours aux soins des actifs präcaires. Rapport de recherche pour l ANR ODENORE/CETAF. novembre

12 Outre l explication financiüre et celle relative Ö l Ätat de santä perâu, d autres raisons entrent en ligne de compte pour rendre compte des contrastes selon le type de non recours. Ainsi en ce qui concerne le non suivi gynäcologique, les entretiens räalisäs renvoient Ö des variables complexes, relatives Ö l ége des femmes et Ö leurs origines, Ö la santä perâue et au sentiment de vulnärabilitä/invulnärabilitä, Ö l Äducation (sanitaire et gänärale) reâue, mais aussi aux rapports au sein de la famille et avec les proches. Autrement dit, les diffärences observäes entre types de non recours sont liäes Ö de multiples causes, qui rävülent la complexitä du phänomüne. Concernant les jeunes, le non recours tämoigne davantage de la continuitä, voire de la reproduction, des habitudes et comportements familiaux en matiüre de suivi de la santä 17. Cette explication däterministe invite Ö préter attention aux comportements de recours aux soins, ou non, dans l enfance. A ce sujet, les räponses aux questions posäes dans les entretiens sur la maniüre de se soigner dans l enfance font apparaçtre une ligne de partage entre les personnes qui ont ÄtÄ suivies au cours de leur enfance, et qui sont peu en non recours une fois adulte, et celles qui ne l ont pas ÄtÄ et qui se retrouvent en situation de non recours. Ainsi chez les jeunes en insertion, les situations de non recours tendent Ö indiquer une cristallisation des comportements en matiüre de santä acquis dans l enfance. Cette observation permet de se demander si le non recours est pour une part associä Ö un däficit de capital humain*, c est-ö-dire au manque de connaissances et d aptitudes accumuläes par un individu. Le genre a Ägalement une influence. Les taux de non recours au mädecin et au dentiste diffürent entre hommes et femmes, quelle que soit la population considäräe. Les hommes sont systämatiquement plus exposäs que les femmes au phänomüne de non recours (cf. Tableau 1). Tableau 1. PrÄvalences du non recours aux soins entre hommes et femmes. % Non recours au mädecin Non recours au dentiste Non suivi gynäcologique Hommes Femmes Total Le genre n est pas en soi un facteur explicatif du non recours, mais il a näanmoins une á influence statistique à lorsqu il est associä Ö d autres variables. En particulier, dans des situations comparables d isolement et de faible support relationnel, les hommes seraient davantage enclins que les femmes Ö ne pas recourir aux soins. Autrement dit, en introduisant ces dimensions propres Ö l environnement social des individus, on s aperâoit que les hommes, plus que les femmes, se trouvent en situation de non recours. Cette observation ne paraçt pas späcifique Ö la santä, puisque nous l avons relevä dans d autres travaux portant sur l insertion socioprofessionnelle ou l accüs aux prestations ou aides sociales 18. Elle conduit Ö s interroger sur des diffärences entre hommes et femmes dans le väcu de la präcaritä. 17 C est Ågalement vers ce type d hypothçse que tend l IRDES dans ses travaux sur les inågalitås des chances en santå : ã InÅgalitÅs des chances en santå : influence de la profession et de l Åtat de santå des parents å, Questions d Äconomie de la santä, nå 118, fävrier 2007 ; á L EnquÉte SantÄ Protection Sociale 2006, un panel pour l analyse des politiques de santä, la santä publique et la recherche en Äconomie de la santä à, Questions d Åconomie de la santå, nå 131, avril Voir les travaux de l Odenore : cf. Le non recours aux soins des actifs präcaires. Rapport de recherche pour l ANR ODENORE/CETAF. novembre

13 b) Une forte homologie entre non recours aux soins des actifs präcaires et non recours aux soins des actifs non präcaires. Quelle que soit la variable socioäconomique prise en compte, les populations d actifs präcaires se distinguent nettement de la population des actifs non präcaires. Sur tous les plans, la proportion d individus präsentant un facteur de vulnärabilitä Ö la präcaritä est nettement supärieure aux räsultats obtenus pour les actifs non präcaires (cf. Tableau 2). Les actifs non präcaires peuvent Étre exposäs comme les actifs präcaires Ö des difficultäs et incertitudes. Mais ils ont probablement plus de capacitäs Ö trouver de l aide en cas de besoin comme le montrent Ö la fois l Ätude statistique et l enquéte par entretiens. C est ce qui les diffärencie en particulier des actifs ayant un emploi präcaire 19, mais aussi pour une part probablement des personnes en situation de präcaritä psychique qui, sans Étre näcessairement präcaires socialement, ne se sentent pas en mesure d assumer difficultäs et incertitudes 20. Il n empéche que les actifs non präcaires, apparemment mieux protägäs du á cumul de präcaritäs qui fait la präcaritä à 21, peuvent Étre soumis aux mémes difficultäs et incertitudes. Or si präcaritä et non recours vont de pair, il importe surtout de retenir que le non recours des actifs präcaires, comme celui des actifs non präcaires, est associä aux mémes variables socioäconomiques et de santä. Tableau 2. Comparaison de la präcaritä socioäconomique entre Ñ actifs präcaires Ö et Ñ actifs non präcaires Ö. En % ChÑmeurs de plus d 1 an Jeunes en insertion BÄnÄficiaires CMU-C Travailleurs emploi temps partiel ou non stable Travailleurs emploi stable temps plein avec problümes financiers ChÑmeurs d 1 an et travailleurs präcaires Epices Actifs non präcaires n = n = n = n = n = n = n = H F H F H F H F H F H F H F Sans diplñme ou CEP seul Ne sait pas lire/ Äcrire le franâais EmployÄs ou ouvriers Ne vit pas en couple Pas de contact avec la famille problümes financiers * 100* Pas häb ment si besoin Pas aide matä rielle si besoin Rencontre un travailleur social Absence de complämentaire ** 0** * näcessairement 100% puisque les personnes sont prises en compte du fait de ces problümes. ** näcessairement 0% puisqu il s agit de bänäficiaires de la CMU-C. Les analyses statistiques produites sur les populations d actifs präcaires et la population de räfärence identifient un faisceau de variables socioäconomiques et de variables de santä qui caractärisent la prävalence du non recours aux soins. Certaines variables caractärisant fortement le non recours au mädecin, au dentiste et le non suivi gynäcologique apparaissent quelle que soit 19 M.-O. Simon, C. Olm, E. Alberola Avoir un emploi rend la pauvretä plus difficile Ü vivre, CREDOC. 20 J. Furtos, C. Laval La santä mentale en actes. De la clinique au politique, Paris, ErÜs. 21 J. Rigaudiat A propos d un fait social majeur : la montåe des pråcaritås et des insåcuritås sociales et Åconomiques, Droit social nå 3, mars. Le non recours aux soins des actifs präcaires. Rapport de recherche pour l ANR ODENORE/CETAF. novembre

14 la population d actifs pråcaires prise en compte. C est le cas concernant l isolement des personnes et la faiblesse de leurs supports relationnels (cf. Graphique 3), mais aussi l observation d un Ätat bucco-dentaire dägradä (cf. Graphique 4). Graphique 3. Analyse multivariäe : les variables socioäconomiques (ajustäe sur les variables de santä) 1 : ChÇmeurs de + d 1 an 2 : Jeunes en insertion 3 : BÅnÅficiaires de la CMU 4 : Travailleurs Ñ emploi non stable ou stable Ñ temps partiel 5 : Travailleurs Ñ emploi stable tps plein + pb financiers 6 : ChÇmeurs de d 1 an et travailleurs, pråcaires selon EPICES 7 : Population de råfårence Non Recours au MÅdecin H F Non recours au Dentiste H F Non suivi GynÅco. F Sans complåmentaire Contact 1,2,3,4,5,6 1,2,3,4,5,6 Ne pas vivre en couple 1,2,3,4,6,7 1,3,4,5,6,7 2*,6* HÅbergement 2,3,6,7 1,2,3,4,5,6 1,2,3,4,5,6 1,2,3,4,5,6 1,3,4,5,6,7 Age croissant 2* 1*,2*,3* 2*,5*,6*,7* * * Aide matårielle 1,2,3 2,3 2,3,5,6,7 1,3,4,5,6 Problàmes financiers 6 2,3*,6 1,2,3 1,2,3,4,5,6 1,2,3*,4 PCS dåfavorisåe 2,3*,4*,6*,7* 2,4*,7* 1,3,6 1,2*,3,4 1,2,3,4,6,7 Niveau d Åtudes faible 1,2,3,5,6 1,2,3,6 1,2,3,5,6 2,6 1,2,3,4 Lien avec travailleur social 3,4,5,6 1,3,6 2*,7 2*,5*,7 3 Population suivie d une Åtoile Ü * á : OR <1 : variable liåe au NR dans les 7 populations RÅunion NOSAP : variable liåe au NR dans les populations indiquåes Graphique 4. 1 : ChÇmeurs de + d 1 an 2 : Jeunes en insertion 3 : BÅnÅficiaires de la CMU 4 : Travailleurs Ñ emploi non stable ou stable Ñ temps partiel 5 : Travailleurs Ñ emploi stable tps plein + pb financiers 6 : ChÇmeurs de d 1 an et travailleurs, pråcaires selon EPICES 7 : Population de råfårence 1 Caries SantÄ peråue Vue ObÄsitÄ Tension artärielle Audition CholestÄrol HÄmoglobine Glucose Analyse multivariäe : les variables de santä 1,3,4,5,6,7 (tous *) 1*,3* 3* 10 Maigreur 2 Population suivie d une Åtoile Ü * á : OR <1 11 TriglycÄrides 5*,7 (ajustäe sur les variables socio-äconomiques) H 1,3,4,5,6,7 1,3 6* 1,3,6,7 7* MÅdecin F 1,3,4,5,6,7 (tous *) 1,2,3,5,6 3*,5*,6* 3 1 2,3,6,7 7 H 1,2,3,6 1,3,4,5,6,7 2,4,5,6,7 3,4 6,7 5,6 4 Dentiste 1,3,4,6,7 1,2,3,6,7 1,4,7 1,2,3,4,5,6 1,2,3,4,6,7 1,3,4,5,6 : variable 1 liåe au NR 7dans les 7 populations 1,2,3,4,6,7 : variable liåe au NR dans les populations indiquåes RÅunion NOSAP : variable non liåe au 3* NR pour toute les populations 2* F 5 GynÅco F 1,3,4,5,6,7 3,7 1,3,5,6,7 1,3,4,5,6,7 1,3,4,6,7 1,2,3,4,6 1,2*,4,5,6,7 2,3,6,7 Le non recours aux soins des actifs präcaires. Rapport de recherche pour l ANR ODENORE/CETAF. novembre

15 En méme temps, l analyse statistique räalisäe sur la population de räfärence (actifs non präcaires) montre que les variables associäes au non recours restent globalement les mémes. Autrement dit, le non recours däpend de facteurs qui ne sont pas particuliers Ö un type de population, mais communs Ö l ensemble des actifs indäpendamment de leur rapport au travail ou Ö l emploi. Ce räsultat permet d affirmer la präsence d une forte homologie entre non recours aux soins des actifs präcaires et non recours aux soins des actifs non präcaires, et de parler de non recours comme phänomüne transversal. c) Un non recours fortement liä Ü l absence de complämentaire santä. Pour toutes les populations d actifs, qu elles soient präcaires ou non präcaires, le risque de non recours aux soins s accroçt nettement lorsque les personnes n ont aucune complämentaire santä. En d autres termes, á couverture santä et recours aux soins sont liäs à 22. L absence de complämentaire santä est méme systämatiquement associäe Ö tous les types de non recours, quelle que soit la population prise en compte. Il s agit par consäquent de la variable socioäconomique la plus fortement associäe au non recours (cf. Graphique 5). Le risque relatif de non recours est 1.7 Ö 2 fois plus ÄlevÄ quand les personnes sont sans complämentaire santä que lorsqu elles ont une mutuelle complämentaire. Graphique 5. Analyse multivariäe (OR) : les variables socio-äconomiques (ajustäe sur les variables de santä) Non Recours au MÅdecin H F Non recours au Dentiste H F Non suivi GynÅco. F Sans complåmentaire santå BÅnÅficiaires de la CMU Les Ü sans diplçmes á vs Ü licence á ns 1.81 PCS Ü ouvriers á vs Ü cadres á 0.51 ns Age Ü ans á vs Ü ans á Ne pas vivre en couple Pas de contact avec la famille Pas d håbergement en cas de besoin Pas d aide matårielle Avoir des problàmes financiers ns ns DurÅe de chçmage 3 ans 1.15 ns Avoir un lien avec un travailleur social ns ns ns OR supärieur Å 1,5 OR entre 1,25 et 1,5 OR entre 1,10 et 1,25 ns OR infärieur Å 1,10 OR infärieur Å 1 Ns = OR non significatif RÅunion NOSAP Des Ätudes ont fait apparaçtre que l absence de couverture complämentaire multiplie par 2,1 la probabilitä de renoncer Ö des soins, en particulier pour des raisons financiüres 23. Ce räsultat est comparable Ö ceux trouväs dans le cadre de cette recherche (cf. Annexe 1). Il est präoccupant alors que la part des complämentaires santä et du á reste Ö charge à laissäe aux patients s accroçt 22 L expression est reprise Ñ l une des derniçres Åtudes en date : F. Marical La complåmentaire santå : une gånåralisation qui n efface pas les inågalitås, INSEE PremiÉre, nå 1142, juin. 23 B. BoisguÄrin Les allocataires des minima sociaux : CMU-C, Ätat de santä et recours aux soins, DREES, Etudes et RÄsultats, nå 603, octobre. Le non recours aux soins des actifs präcaires. Rapport de recherche pour l ANR ODENORE/CETAF. novembre

16 dans la prise en charge des däpenses de santä 24, et qu un däcalage grandissant est constatä entre l Ävolution du panier de soins (une liste de biens et services de santä avec leur niveau de prise en charge) et le rñle des rägimes complämentaires, qui ne sont associäs ni Ö sa däfinition, ni Ö la gestion du risque 25. La SÄcuritÄ sociale, financäe essentiellement par la contribution sociale gänäralisäe (CSG), prend en charge plus des trois-quarts des däpenses (cf. Graphique 6). Le financement laissä Ö la charge des mänages varie selon le type de soins. TrÜs räduit Ö l hñpital (2.5%), il repräsente en revanche 27% des prestations facturäes par les dentistes. De quoi empécher les plus pauvres d accäder aux soins dentaires. Graphique 6. Source : Rapport Chadelat, 2003, op. cit. GÄnÄralement moins bien assuräes, les populations d actifs präcaires sont davantage exposäes que les actifs non präcaires au non recours aux soins. Mais les actifs non präcaires ne sont pas präserväs du non recours, surtout lorsque les personnes n ont aucune complämentaire. Pour cette population aussi, le non recours aux soins est d abord liä Ö l absence de complämentaire. L analyse statistique räalisäe sur les bänäficiaires de la CMU-C est particuliürement intäressante. Elle montre que la CMU-C ne garantit pas de protection contre le non recours aux soins 26. Dans des proportions analogues aux autres populations d actifs präcaires, les bänäficiaires de la CMU-C sont concernäs par le phänomüne. Ce räsultat ne remet pas en question le constat d une amälioration de l accüs effectif aux soins gréce Ö la CMU-C 27. Toutefois, les donnäes que nous 24 B. Palier La räforme des systémes de santä, Puf, coll. Que Sais Je? 25 F. Chadelat La räpartition des interventions entre les assurances maladie obligatoires et complämentaires en matiére de däpenses de santä, Rapport de la Commission des comptes de la säcuritä sociale au ministre de la SantÄ. BibliothÜque des rapports publics. 26 Franâois Chadelat estimait dans son rapport que la CMU et la CMU-C n ont pas räpondu Ö la question fondamentale de l accüs aux soins pour tous les franâais. PrÜs de 3 millions de personnes demeureraient ainsi exclues d une protection complämentaire pour des raisons financiüres. 27 Se reporter en particulier aux Ätudes de BÄnÄdicte BoisguÄrin, pour la Direction de la Recherche, des Etudes, de l Evaluation et des Statistiques (DREES) : - EnquÉte auprüs des bänäficiaires de la CMU-C (novembre 2000) Document de travail, DREES, SÄrie Statistiques, EnquÉte auprüs des bänäficiaires de la CMU-C (mars 2003) Document de travail, DRESS, SÄrie Statistiques, nå 63, mai ëtat de santä et recours aux soins des bänäficiaires de la CMU-C. Un impact qui se consolide entre 2000 et 2003, DREES, Etudes et RÄsultats, nå 294, mars Les bänäficiaires de la CMU-C au 31 däcembre 2004, DREES, Etudes et RÄsultats, nå 433, octobre Les bänäficiaires de la CMU-C au 31 däcembre 2005, DREES, Etudes et RÄsultats, nå 512, aoít Le non recours aux soins des actifs präcaires. Rapport de recherche pour l ANR ODENORE/CETAF. novembre

17 relevons sur les bänäficiaires de la CMU-C nous interrogent sur l existence d un lien á intrinsüque à entre non recours et ComplÄmentaire CMU. D autres travaux ont remarquä en particulier que l accüs aux soins de ville des bänäficiaires de la CMU-C variait entre mädecins gänäralistes et späcialistes (les dentistes en particulier), et selon l inscription de ces professionnels de santä en secteur I ou en secteur II (däpassement d honoraires) 28. Les enquétes qualitatives räalisäes dans le cadre de cette recherche indiquent une possibilitä de retard aux soins lorsque les personnes se voient opposer des refus de soins alors qu elles bänäficient de la ComplÄmentaire CMU. Elles confirment ce qu ont dämonträ plusieurs enquétes par testing, en particulier la possibilitä de discriminations lorsque des professionnels refusent de soigner des bänäficiaires de la CMU-C. Parlant ici de discrimination, certains de nos räsultats statistiques märitent d Étre signaläs. Le risque de non recours au mädecin ou dentiste, ou de non suivi gynäcologique est 1,5 Ö 1,8 fois plus ÄlevÄ lorsque le bänäficiaire de la complämentaire ne peut pas s exprimer en franâais. Il est Ägalement ÄlevÄ (entre 1,3 et plus de 1,7) en ce qui concerne le dentiste lorsque le bänäficiaire est employä ou ouvrier. Ces donnäes indiquent une possible relation entre un risque de non recours ÄlevÄ et certains attributs individuels perceptibles dans l expression et les apparences, qui peuvent disqualifier les personnes dans leurs interactions avec des professionnels de santä. Si la CMU-C constitue parfois un stigmate 29, nos entretiens nous conduisent Ö considärer qu il en va ainsi surtout lorsque les bänäficiaires portent d autres stigmates (liäs Ö leur origine, langue, appartenance, apparence, etc.) auxquels, soit les professionnels de santä, soit eux-mémes, accordent une importance. Comme le montre l enquéte qualitative räalisäe, le non recours peut däcouler de situations malheureuses de refus de soins de la part de professionnels, mais aussi parfois de formes d autolimitation qui brident ou bloquent les individus dans leur rñle de patient 30. Par consäquent, si le non recours est fortement associä Ö l absence de complämentaire, l existence d une complämentaire santä (et de la CMU-C en l occurrence) n Ävite pas la possibilitä de non recours. Cela signifie que d autres facteurs explicatifs sont Ö rechercher. d) Un phänomåne associä aux limites de l environnement social des individus. L'environnement social d'un individu comprend plusieurs dimensions : ses conditions de vie et de travail, son niveau de revenus, son bagage Äducatif et les groupes dont il fait partie. Les travaux statistiques et l enquéte par entretiens que nous avons produits apportent de nombreux ÄlÄments qui associent le non recours aux soins des actifs präcaires Ö l une et l autre de ces dimensions. Nous avons räsumä ces observations en disant que la prävalence du non recours grandit lorsque le präcariat* se double d une dåsaffiliation*. Cette formule s appuie sur plusieurs råsultats quantitatifs et qualitatifs, que nous pouvons regrouper en emboçtant trois constats : - PrÄcariat : Les travailleurs ayant un emploi stable Ö temps plein avec des difficultäs financiüres paraissent moins exposäs au non recours aux soins que les autres populations d actifs präcaires. Comme pour les travailleurs ayant un emploi non stable ou stable Ö temps partiel, les proportions Egalement l Åtude de Denis Raynaud L impact de la CMU-C sur la consommation individuelle de soins (DREES, Etudes et RÄsultats, nå 229, mars 2003), qui indique que á comparäe Ö une situation sans aucune assurance complämentaire, la CMU-C accroçt la probabilitä de recourir dans l annäe Ö l ensemble des soins à. 28 B. BoisguÅrin Panorama de l accçs aux soins de ville des bånåficiaires de la CMU-C complåmentaire en 2006, DREES, Etudes et RÄsultats, nå 629, mars. 29 Cette notion clä en sociologie doit beaucoup au sociologue amäricain Erving Goffman (Stigmate. Les usages sociaux des handicaps [1963], traduit de l'anglais par Alain Kihm, Paris, Editions de Minuit, coll. Le Sens commun, 1975). 30 Voir dans le rapport : RÄsultats d une approche qualitative du non recours aux soins des actifs präcaires. ElÄments de synthüse. Le non recours aux soins des actifs präcaires. Rapport de recherche pour l ANR ODENORE/CETAF. novembre

18 d hommes et de femmes en non recours au mådecin et au dentiste, ou sans suivi gynåcologique sont ici plus faibles. Etre au travail serait par consåquent une condition agissant dans le sens d un moindre non recours aux soins. MalgrÅ des conditions de vie difficiles et un environnement social limitå, Étre au travail protågerait en partie du non recours, Ñ condition toutefois que les personnes disposent d une complåmentaire santå. Autrement dit, le präcariat vu ici sous l angle d une ã sortie å conjointe de l emploi et avant tout de la protection sociale 31, serait propice Ö des situations de non recours, et probablement pas dans le seul domaine de la santä. - DÄsaffiliation : Toutefois, le non recours aux soins renvoie fortement Ö l isolement des personnes et Ö la faiblesse de leur support social, que les populations d actifs präcaires soient au travail ou pas. Sur ce plan, les analyses multivariäes räalisäes pour rechercher les variables socioäconomiques associäes aux diffärents types de non recours pour les populations d actifs präcaires mettent nettement en Ävidence des relations entre le non recours et le fait de á ne pas vivre en couple à, de á ne pas avoir de contact avec la famille à, de á ne pas pouvoir Étre häbergä à ni á aidä financiürement en cas de besoin à. Ce n est pas tant la präcaritä du travail ou de l emploi qui augmente la possibilitä de non recours que la faiblesse des liens sociaux et des solidaritäs qui leur permettraient de s intäresser Ö leur santä. Le non recours ne renverrait donc pas seulement Ö la situation par rapport Ö l emploi (ou au non emploi), mais aussi plus largement Ö l affaiblissement des protections rapprochäes (familles, amis) qui est la caractäristique d un processus de däsaffiliation 32. Les entretiens montrent qu entre präcaires, les personnes en situation de non recours sont plutñt celles qui ont peu de relations sociales, mais aussi peu de raisons personnelles de s intäresser de prüs Ö leur santä, parce qu aucun projet ou aucune responsabilitä ne les motive en particulier. Une telle observation ouvre la discussion sur l individual empowerment* (au moins sous l aspect de la capacitä d initiative et de responsabilitä, ce que les anglo-saxons appellent le self-government), dans la mesure oã elle renvoie le non recours Ö un non agir par däfaut de motivation. - ResponsabilitÄ : L observation principale Ö retenir de l enquéte par entretiens renvoie Ö la condition du vivre seul(e) que confirment les analyses statistiques qui fait qu en l absence d une responsabilitä familiale les comportements en matiüre de santä sont plus erratiques et le non recours aux soins plus fräquent. Dans les entretiens, le non recours apparaçt principalement du cñtä de personnes vivant seules et sans enfant. Les jeunes ou les personnes égäes sans charge de famille sont apparemment plus enclins Ö Étre en non recours, surtout lorsque leur support familial ou relationnel est faible. L hypothüse d un lien possible entre non recours et absence de responsabilitä familiale, ou inversement entre recours aux soins et l idäe (trüs kantienne) de responsabilitä d autrui, apparaçt ici. Le non recours des actifs präcaires apparaçt par consäquent comme la räsultante d un faisceau d explications, Ö la fois Äconomiques, relationnelles et psychologiques. L Ätude qualitative montre que les personnes en non recours se caractärisent principalement par leur isolement social et en particulier par l absence de responsabilitä familiale. Lorsque celles-ci ont une charge de famille, leur non recours est contraint et apparemment n obüre en rien au contraire l attention portäe Ö la santä des enfants. Autrement dit, á la personne seule à serait davantage que d autres vulnärable au non recours du fait d un repli sur soi plus prononcä, alors que á la personne responsable d autrui à méme en non recours resterait fortement attachäe Ö l idäe de santä comme bien personnel et valeur sociale, á exprimant une relation de la personne avec son corps, son häritage, ses aspirations, son environnement à 33. Dans bien des cas, la santä 31 Pour une approche complüte de la notion : cf. E. Perrin ChÄmeurs et pråcaires au cœur de la question sociale, Paris, La Dispute. 32 En particulier les travaux de Robert Castel, et sur cette question du repli son ouvrage PropriÄtÄ priväe, propriätä sociale, propriätä de soi (Fayard, 2005). 33 B. Cassaigne á Conclusions Dossier La santä, l expert, le patient à, Projet, nå 263. Le non recours aux soins des actifs präcaires. Rapport de recherche pour l ANR ODENORE/CETAF. novembre

19 des enfants apparaçt comme un ÄlÄment Ö protäger pour assurer une mobilitä intergänärationnelle des conditions de vie. Comme l Äducation, la santä des enfants est un capital qu il faut parvenir Ö garantir. La responsabilitä familiale est cependant un sentiment complexe. Il peut parfois provoquer des formes d angoisse ou de däpression, qui plongent l adulte dans des situations de non recours, comme nous l avons relevä dans des entretiens. 4. Discussion : le besoin d affiner la notion de non recours aux soins. L Åvocation progressive, dans le dåbat public, du ã non recours aux soins å ne s accompagne que trçs rarement d une dåfinition pråcise de ce qui est mis derriçre ce phånomçne. Dans le cadre de cette recherche, une dåfinition du non recours aux soins a ÅtÅ proposåe autour de trois variables issues de la base RAIDE du CETAF : l absence de consultation, au cours des deux derniçres annåes, d un mådecin (gånåraliste ou spåcialiste) ; l absence de consultation, au cours des deux derniçres annåes, d un dentiste ; l absence de suivi rågulier, une fois par an, sur le plan gynåcologique. Cette dåfinition, en envisageant le non recours aux soins comme une nonconsommation de soins, permet d examiner principalement le champ de ã l accçs primaire å aux soins 34 et ainsi de mesurer les disparitäs qui peuvent y apparaçtre. Plus präcisäment, elle permet de centrer le regard sur les diffärences dans le degrä d utilisation du systüme de soins plutñt que sur la nature des recours aux soins, comme le font les principales Ätudes traitant des inägalitäs sociales de santä. AppliquÄes dans le cadre de notre enquéte qualitative, les variables retenues pour däfinir le non recours aux soins se sont räväläes pratiques d un point de vue mäthodologique. Toutefois, Ö l usage, certaines limites nous sont apparues. Nous ÄnumÄrons ici les principales, tout du moins celles renconträes lors de l enquéte Ö ISBA et dans d autres Centres d examens de santä et des associations caritatives grenobloises. Ces limites portent sur les catägories de soignants (la juxtaposition mädecin gänäraliste/mädecin späcialiste ; l exclusion d autres professions de santä), les besoins de soins, l approche en termes de non consommation de soins (cf. 3 Analyses chapitre 9). Elles nous conduisent, pour des recherches futures sur le non recours aux soins, Ö proposer de nouveaux items de faâon Ö questionner plus finement la complexitä du phänomüne qui apparaçt Ö travers l ensemble de nos räsultats : a) Le renoncement aux soins. L indicateur le plus intåressant concerne le renoncement aux soins, et ce pour plusieurs raisons. D une part, en mesurant une restriction des soins, il permet de distinguer les individus qui se sentent concernås par le non recours aux soins (identifiant des besoins de soins non satisfaits) des autres. Nous pointons ici la subjectivitå introduite par cet indicateur, ce qui en fait sa force en abordant le sentiment d exclusion 35 mais aussi sa faiblesse. En effet, la mesure du renoncement 34 Nous reprenons ici la distinction faite par J. Pascal, H. Abbey-Huguenin et P. Lombrail, entre l accüs á primaire à (l enträe dans le systüme de soins ou son degrä d utilisation) et l accüs á secondaire à (la maniüre dont se däroulent les soins aprüs un 1 er contact). Voir J. Pascal, H. Abbey-Huguenin, P. Lombrail InÄgalitÄs sociales de santä : quels impacts sur l accüs aux soins de prävention?, Lien social et politiques, printemps, nå55, p Nous pensons ici Ö la relation entre citoyennetä et accüs aux soins, exprimäe par Didier Fassin : á L accçs aux soins n est donc pas tellement accçs Ñ une meilleure santå [ ]. C est bien sár un droit : droit d Étre soignå, d Étre aidå, d avoir accçs Ñ des conseils, Ñ des mesures de pråvention. Ce droit est une forme de reconnaissance de l individu par la sociåtå, une faàon de lui faire une place, au titre de la solidaritå. à Disponible sur Le non recours aux soins des actifs präcaires. Rapport de recherche pour l ANR ODENORE/CETAF. novembre

20 däpend essentiellement du contenu donnä par les individus au á soin à concernä. Ce dernier Ätant relatif et extensible, le renoncement peut alors aussi bien porter sur des soins vitaux mädicalement justifiäs que sur des soins dits de á conforts à 36. D autre part, Ö un niveau plus macrosocial, l indicateur de renoncement aux soins permet de mesurer l impact des räformes du systüme de santä sur les comportements de recours aux soins. C est d ailleurs dans ce sens qu il est utilisä depuis longtemps dans de nombreuses Ätudes et rapports, que ce soit pour constater Ö la fois les amäliorations 37 et les limites persistantes 38 en matiçre d ÅgalitÅ d accçs aux soins. Plusieurs formulations de cet indicateur existent, se diffårenciant selon les causes du renoncement (nous retrouvons principalement celui pour ã raisons financiçres å) et le type de soins concernås (ã soins dentaires et optiques å, ã au moins un soin å ), ou encore selon la duråe du renoncement (ã reportå å ou ã dåfinitif å). b) Le retard aux soins. Il s agit ici, comme mentionnå auparavant, d identifier des formes de non recours autrement que par la simple mesure de l absence de consultation d un mådecin. Cet indicateur permet d englober les situations oü la consultation du mådecin a ÅtÅ trop tardive. Il s approche, en cela, d une dåfinition amåricaine de l accçs aux soins, citåe par Pierre Lombrail, selon laquelle cet accçs est ã l utilisation en temps utile des services de santä par les individus de faâon Ö atteindre le meilleur räsultat en termes de santä à 39. Souvent utilisäe dans le cas du VIH, la notion de retard peut Étre Ätendue Ö tout type de soins, mais elle reste difficile Ö mesurer. L une des possibilitäs est d estimer mädicalement le retard aux soins, par un professionnel de santä. C est ce que fait l Observatoire de MÄdecins du Monde dans ses rapports sur l accüs aux soins, demandant aux infirmiers ou aux mädecins de räpondre Ö la question sur á le retard de recours aux soins pour l un ou l autre des problümes de santä à 40. L autre possibilitä est d estimer subjectivement le retard aux soins, en demandant Ö la personne elle-méme si elle a eu recours aux urgences hospitaliüres ou si elle a pensä Ö un moment donnä avoir consultä trop tardivement un mädecin pour un trouble de santä donnä. En tout cas, pour des organismes au service de l Assurance Maladie, comme les Centres d examens de santä, il pourrait Étre intäressant d introduire un indicateur mädical de retard aux soins dans la mesure oã le coít de cette forme particuliüre de non recours pourrait Étre estimä. c) Le refus de soins par les professionnels de santä. Cet indicateur, tout comme celui mesurant le renoncement aux soins pour raisons financiüres, apprähende une forme de non recours en méme temps qu elle en donne une explication. Nous avons affaire ici Ö un non recours subi, induit par les pratiques des professionnels de santä (Ö 36 Le caractüre subjectif du renoncement aux soins nous permet de comprendre pourquoi, selon certaines Ätudes, le renoncement augmente Ö mesure que le niveau d Äducation s ÄlÜve. 37 Les Ävaluations de la CMU, par la DREES, ont notamment dämonträ que ce dispositif räduisait le renoncement aux soins pour raisons financiüres. B. BoisguÄrin L impact de la CMU sur la consommation individuelle de soins à, DREES, Etudes et räsultats, nå229, mars. 38 L intårét portå au renoncement aux soins se comprend dans un contexte de maçtrise des dåpenses de santå qui passe par une råduction de la prise en charge par l Assurance Maladie et le transfert vers le privå (via les complåmentaires) et les patients. B. Palier La räforme des systémes de santä, Paris, Puf, coll. Que Sais-Je? 39 P. Lombrail AccÜs aux soins in A. Leclerc, D. Fassin, H. Grandjean, M. Kaminski, T. Lang (Äds.), Les inägalitäs sociales de santä, Paris, La DÄcouverte. 40 Voir Observatoire europåen de l accçs aux soins de MÅdecins du monde, EnquÉte europåenne sur l accçs aux soins des personnes en situation irråguliçre, juin Le non recours aux soins des actifs präcaires. Rapport de recherche pour l ANR ODENORE/CETAF. novembre

Favoriser l accès aux soins des bénéficiaires de minima. sociaux. Expliquer la CMU-C et l ACS aux populations potentiellement éligibles. 2009.

Favoriser l accès aux soins des bénéficiaires de minima. sociaux. Expliquer la CMU-C et l ACS aux populations potentiellement éligibles. 2009. Favoriser l accès aux soins des bénéficiaires de minima sociaux. Expliquer la CMU-C et l ACS aux populations potentiellement éligibles Catherine Chauveaud, Philippe Warin To cite this version: Catherine

Plus en détail

REGIME FRAIS DE SANTE Notice d information

REGIME FRAIS DE SANTE Notice d information REGIME FRAIS DE SANTE Notice d information PrÄambule : Par accord du les partenaires sociaux de la branche professionnelle des hétels cafäs restaurants ont mis en place un rägime complämentaire de frais

Plus en détail

SANTE ALIMENTATION EN ENTREPRISE

SANTE ALIMENTATION EN ENTREPRISE SANTE ET ALIMENTATION EN ENTREPRISE Nicolas Rouig Diététicien Nutritionniste La santä et l alimentation jouent un rçle dans votre entreprise La santé est un des éléments de bien-étre au travail comme dans

Plus en détail

L assurance dåpendance Estimation des matrices de transition ModÅlisation

L assurance dåpendance Estimation des matrices de transition ModÅlisation L assurance dåpendance Estimation des matrices de transition ModÅlisation Massonnet Bruno AS-Consultant 105 bis, avenue Maurice Thorez 94200 Ivry sur Seine TÅl : +33 (0) 1 48 86 15 01 Fax : +33 (0) 1 48

Plus en détail

TARIFS CONDITIONS GÉNÉRALES

TARIFS CONDITIONS GÉNÉRALES Centrale d emplois pour la Distribution TARIFS et CONDITIONS GÉNÉRALES http://www.distrijob.fr Offres d Emploi HT OFFRE D EMPLOI STANDARD Parution 2 x 30 jours - 1 poste, multi-rägions 1 offre 325.00 TARIFS

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE WWW.ENVIROFLUIDES.COM

DOSSIER DE PRESSE WWW.ENVIROFLUIDES.COM DOSSIER DE PRESSE WWW.ENVIROFLUIDES.COM Site de e-commerce spécialisé dans les fluides industriels (froid, air comprimé, régulation,...) destiné principalement aux industriels, et spécialistes. Site proposant

Plus en détail

A. Conditions de pråparation et d organisation des travaux du Conseil d Administration

A. Conditions de pråparation et d organisation des travaux du Conseil d Administration RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE MISES EN PLACE PAR

Plus en détail

Ä Autour de la rupture pour motif Åconomique Ç

Ä Autour de la rupture pour motif Åconomique Ç Association franäaise de Droit du travail et de la SÅcuritÅ sociale ------------------------------------------- 5, rue du Renard 75004 Paris - fax : 01.42.71.24.27 mail : afdt.asso@gmail.com- http://www.afdt-asso.fr

Plus en détail

Un document du GT3P - groupe de travail partenarial public-privé - sur l approche commune des crises. Édition de mai 2011

Un document du GT3P - groupe de travail partenarial public-privé - sur l approche commune des crises. Édition de mai 2011 Maîtrise des risques et des crises : une réflexion croisée Édition de mai 2011 Un document du GT3P - groupe de travail partenarial public-privé - sur l approche commune des crises MINISTÈRE DU TRAVAIL,

Plus en détail

Catalogue professionnel Ä. Ç Licence d exploitation du logiciel Ä MERCATOS Ç DÑveloppement SEEG NTIC Edition

Catalogue professionnel Ä. Ç Licence d exploitation du logiciel Ä MERCATOS Ç DÑveloppement SEEG NTIC Edition Catalogue professionnel Ä. Ç Licence d exploitation du logiciel Ä MERCATOS Ç DÑveloppement SEEG NTIC Edition PROPOSITION COMMERCIALE - LICENCE D EXPLOITATION (rayer toutes les mentions inutiles avant signature

Plus en détail

OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes

OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes LES STAGIAIRES BAFA DU FINISTERE Octobre 2008 EnquÄte råalisåe pour La Direction DÅpartementale de la Jeunesse et des Sports du FinistÇre

Plus en détail

26, rue du Faubourg Poissonni re 75010 Paris T l : 01 46 22 07 00

26, rue du Faubourg Poissonni re 75010 Paris T l : 01 46 22 07 00 Dossier de commande 26, rue du Faubourg PoissonniÄre 75010 Paris TÇl : 01 46 22 07 00 SociÄtÄ Anonyme au capital de 291 666 euros RCS Paris 432 735 082 - http://www.oodrive.com Nom SociÇtÇ Adresse TÇlÇphone

Plus en détail

MarchÄ des professionnels. Le marchä des professionnels. Commentaires. Prise de notes

MarchÄ des professionnels. Le marchä des professionnels. Commentaires. Prise de notes Le marchä des professionnels 1 Rappels de la formation präcädente 2 Aujourd hui : STATUTS JURDQUE, FSCAL, SOCAL 3 STATUTS JURDQUE, FSCAL, SOCAL Sommaire 1 Quelques notions essentielles MarchÄ des professionnels

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES *** PRESTATIONS D ASSURANCES

CAHIER DES CHARGES *** PRESTATIONS D ASSURANCES *** PRESTATIONS D ASSURANCES SOMMAIRE 1.3. OBJET DU CONTRAT...5 1.5. CALCUL DE LA PRIME...9 2.1 DEFINITIONS...9 2.2 ACTIVITES GARANTIES...9 2.3 OBJET DU CONTRAT...9 2.4 EXTENSION DE GARANTIE AU RECOUVREMENT

Plus en détail

COUR D'APPEL DE LYON. 6Äme Chambre. ARRET DU 22 Mai 2014 APPELANTS : M. Bernard COTTIER. nå le 18 Octobre 1950

COUR D'APPEL DE LYON. 6Äme Chambre. ARRET DU 22 Mai 2014 APPELANTS : M. Bernard COTTIER. nå le 18 Octobre 1950 COUR D'APPEL DE LYON 6Äme Chambre ARRET DU 22 Mai 2014 APPELANTS : M. Bernard COTTIER nå le 18 Octobre 1950 ReprÅsentÅ par la SELARL VITAL-DURAND ET ASSOCIES, avocats au barreau de LYON Compagnie d'assurances

Plus en détail

6.1. Quels indicateurs peuvent Étre mis au point au niveau de l Union pour assurer le suivi des caractäristiques et des tendances de la

6.1. Quels indicateurs peuvent Étre mis au point au niveau de l Union pour assurer le suivi des caractäristiques et des tendances de la 4.4. Comment peut-on favoriser la complämentaritä des politiques communautaires et nationales dans un souci d amälioration de la cohäsion territoriale? Si on considäre que la cohåsion territoriale råpond

Plus en détail

DOMMAGE OUVRAGE/CONSTRUCTEUR NON REALISATEUR MARCHE A LOTS SEPARES

DOMMAGE OUVRAGE/CONSTRUCTEUR NON REALISATEUR MARCHE A LOTS SEPARES MARCHE DE PRESTATION DE SERVICE D ASSURANCES DOMMAGE OUVRAGE/CONSTRUCTEUR NON REALISATEUR MARCHE A LOTS SEPARES CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES Procédure adaptée Pouvoir Adjudicateur :

Plus en détail

DÄpannage sur place Frais de liaison Rapatriement du VÄhicule. Remorquage Poursuite du voyage Service d information ou retour domicile

DÄpannage sur place Frais de liaison Rapatriement du VÄhicule. Remorquage Poursuite du voyage Service d information ou retour domicile Pour tout vähicule Fiat Professional immatriculä Å compter du 1 er Juin 2012, l assistance est la suivante. Pendant toute la päriode de validitä de la Garantie Constructeur de 24 mois, comme indiquä au

Plus en détail

Mission de vårification des niveaux de champs ÅlectromagnÅtiques råalisåe conformåment au protocole de mesure ANFR / DR-15 V2.1

Mission de vårification des niveaux de champs ÅlectromagnÅtiques råalisåe conformåment au protocole de mesure ANFR / DR-15 V2.1 BUREAU VERITAS 5, Bd Marcel POURTOUT 92563 RUEIL MALMAISON CEDEX MAIRIE DE SAINT JACQUES SUR DARNETAL 20, rue de Verdun 76160 SAINT JACQUES SUR DARNETAL TÄlÄphone : 01 47 52 49 70 TÄlÄcopie : 01 47 52

Plus en détail

sans valeur 1.1. Les conditions gånårales de ventes qui suivent font partie intågrante des contrats entre belboon-adbutler

sans valeur 1.1. Les conditions gånårales de ventes qui suivent font partie intågrante des contrats entre belboon-adbutler Conditions gänärales de vente (CGV) D adhåsion aux programmes d affiliation ainsi que leur fonctionnement sur les plateformes en ligne belboon I. Conditions gänärales 1. Domaine d'application / däfinitions

Plus en détail

DOCUMENT DE REFERENCE 2008/09

DOCUMENT DE REFERENCE 2008/09 SociÄtÄ anonyme au capital de 13.869.062 euros SiÅge social : 89-91 Boulevard National - 92250 La Garenne-Colombes 329.764.625 R.C.S Nanterre DOCUMENT DE REFERENCE 2008/09 (Exercice du 1 er avril 2008

Plus en détail

agissant en son nom personnel et en qualitå d'administrateur lågal de la personne et des biens de ses enfants mineurs :

agissant en son nom personnel et en qualitå d'administrateur lågal de la personne et des biens de ses enfants mineurs : COUR D'APPEL DE LYON 6Äme Chambre ARRET DU 28 FÅvrier 2012 APPELANTS : M. Jean B. nå le 08 AoÇt 1939 repråsentå par la SCP L. DE M. ET L. assistå de la SELARL P. & ASSOCIES, avocats au barreau de LYON,

Plus en détail

Ecoute. EfficacitÄ. DiscrÄtion. Notre force vient de notre diffärence!

Ecoute. EfficacitÄ. DiscrÄtion. Notre force vient de notre diffärence! Ecoute EfficacitÄ DiscrÄtion Notre force vient de notre diffärence! 1 PrÄsentation 2 Ecoute, efficacitä et discrätion : Depuis 2003, C NET 15 met ses compätences en pratique en y intägrant une valeur supplämentaire,

Plus en détail

[Programme pluriannuel et Plan Stratégique 2012-2015]

[Programme pluriannuel et Plan Stratégique 2012-2015] [ w w w. l a c i t e - n a n t e s. f r ] [Programme pluriannuel et Plan Stratégique 2012-2015] Annexe 1 PLAN STRATEGIQUE 2012-2015 1 Sommaire Introduction...3 I Notre cadre de räfärence...6 II Une gouvernance

Plus en détail

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES VALANT CAHIER DES CHARGES

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES VALANT CAHIER DES CHARGES ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE ET TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES VALANT CAHIER DES CHARGES Pouvoir Adjudicateur : EPSoMS Intercommunal Georges Couthon & Nicolas Roussel 5-7 rue Pierre

Plus en détail

ConfÄrence nationale des retraitäs (quelques räflexions...)

ConfÄrence nationale des retraitäs (quelques räflexions...) Bulletin d infos de la section SDEN CGT 13 RetraitÄs Pour une retraite digne et combative ConfÄrence nationale des retraitäs (quelques räflexions...) SolidaritÄ et actions dans l'intergänärationnel telles

Plus en détail

L Åditeur de logiciels financiers et patrimoniaux

L Åditeur de logiciels financiers et patrimoniaux EuroLand Finance Expert en Valeurs Moyennes HARVEST Ädition de logiciels Admission sur Alternext Paris L Åditeur de logiciels financiers et patrimoniaux Pure & niche Player : un business model efficace

Plus en détail

Concours d accås en 4 Äme annåe du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Finance (Master Finance) DurÅe : 3H

Concours d accås en 4 Äme annåe du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Finance (Master Finance) DurÅe : 3H Concours d accås en 4 Äme annåe du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Finance (Master Finance) DurÅe : 3H Partie I : Gestion financiäre Cas nå 1 Une sociätä späcialisäe dans la production

Plus en détail

Collecte et archivage des donnäes Älectroniques issues :

Collecte et archivage des donnäes Älectroniques issues : 8, alläe Evariste Galois 63000 CLERMONT-FERRAND +33 (0)4.73.28.99.75 tg2s@tg2s.com www.tg2s.com Collecte et archivage des donnäes Älectroniques issues : - des cartes conducteurs - des chronotachygraphes

Plus en détail

Statuts CITEC Suisse

Statuts CITEC Suisse Statuts CITEC Suisse I. Nom, siäge, buts Art. 1 Art. 2 Nom et siäge Sous le nom de CITEC Suisse (dånommåe ci-apräs association), est crååe une sociåtå dans le sens du Code civil suisse. L'association a

Plus en détail

CONSEIL EN MANAGEMENT ORGANISATION ET SYSTEME D INFORMATION. ALTER ORGA SARL 3 rue Desgenettes 93110 Rosny sous Bois

CONSEIL EN MANAGEMENT ORGANISATION ET SYSTEME D INFORMATION. ALTER ORGA SARL 3 rue Desgenettes 93110 Rosny sous Bois CONSEIL EN MANAGEMENT ORGANISATION ET SYSTEME D INFORMATION ALTER ORGA SARL 3 rue Desgenettes 93110 Rosny sous Bois Contact : Daniel BERTRAND TÅl : 06 80 03 18 78 E-mail : daniel.bertrand@alter-orga.com

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

Questionnaire de souscription Assurance de ResponsabilitÄ Civile des Mandataires Sociaux

Questionnaire de souscription Assurance de ResponsabilitÄ Civile des Mandataires Sociaux Questionnaire de souscription Assurance de ResponsabilitÄ Civile des Mandataires Sociaux Ce questionnaire est un document confidentiel, sa signature n engage pas le proposant Å souscrire un contrat d assurance.

Plus en détail

Concours d accås en 4 Äme annåe (Master 1) du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Marketing (Master Marketing) DurÅe : 3 heures

Concours d accås en 4 Äme annåe (Master 1) du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Marketing (Master Marketing) DurÅe : 3 heures Concours d accås en 4 Äme annåe (Master 1) du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Marketing (Master Marketing) DurÅe : 3 heures Partie I : Questions (8 points) DÄfinissez les concepts

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE POUR LE PERSONNEL DES ENTREPRISES DE RESTAURATION DE COLLECTIVITES

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE POUR LE PERSONNEL DES ENTREPRISES DE RESTAURATION DE COLLECTIVITES CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE POUR LE PERSONNEL DES ENTREPRISES DE RESTAURATION DE COLLECTIVITES Syndicat National de la Restauration Collective 9 rue de la TrÄmoille 75008 PARIS TÄl : 01 56 62 16 16

Plus en détail

CONVENTION TRIPARTITE

CONVENTION TRIPARTITE CONVENTION TRIPARTITE Entre : La CommunautÄ urbaine Nantes MÄtropole, repräsentäe par Madame Johanna ROLLAND, agissant en qualitä de PrÄsidente, et dåment habilitäe Ç cet effet, par la dälibäration du

Plus en détail

COMMENT CHOISIR VOTRE POUSSETTE?

COMMENT CHOISIR VOTRE POUSSETTE? COMMENT CHOISIR VOTRE POUSSETTE? Les conseils de Caroline ancienne puäricultrice et maman de 4 enfants späcialiste du matäriel de bäbä depuis plus de 10 ans Vous devez vous poser deux questions präalables

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

Donnez nous le sens, nous vous donnerons la direction

Donnez nous le sens, nous vous donnerons la direction COMPTABLE GESTIONNAIRE Formation de Niveau III HomologuÄ par le MinistÅre de l Emploi, de la CohÄsion Sociale et du Logement Date de publication au Journal officiel : 27/08/2013 Formateur : Michel Lemaire

Plus en détail

FICHE D ACCESSIBILITE

FICHE D ACCESSIBILITE FICHE D ACCESSIBILITE AUX ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (E.R.P.) Lorsqu il y a du public, il y a toujours des personnes en situation de handicap. Ne pas en tenir compte, c est råaliser un bçtiment

Plus en détail

1. Introduction... Page 3. 2. Les principaux atouts du WCC... Page 4. 3. SpÄcificitÄ du catalogue en ligne... Page 5. 4. SpÄcificitÄ du WCC...

1. Introduction... Page 3. 2. Les principaux atouts du WCC... Page 4. 3. SpÄcificitÄ du catalogue en ligne... Page 5. 4. SpÄcificitÄ du WCC... Sommaire 1. Introduction... Page 3 2. Les principaux atouts du WCC... Page 4 3. SpÄcificitÄ du catalogue en ligne... Page 5 4. SpÄcificitÄ du WCC... Page 6 5. DÄmonstration... Page 7 6. Tarification...

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL COMMUNE de LAFFREY

DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL COMMUNE de LAFFREY REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L ISERE DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL COMMUNE de LAFFREY SÅance du 1er dåcembre 2008 L an deux mil huit et le premier dåcembre Ç vingt heures trente, le Conseil

Plus en détail

Le modäle conceptuel de donnåes (MCD)

Le modäle conceptuel de donnåes (MCD) BTS Informatique de Gestion 1 Äre annåe DAIGL (ModÅlisation) Chapitre 1 Page 1 / 14 LycÄe Jean Rostand CHANTILLY Jean-Marie Cardoni Cours DAIGL (analyse) (1 Äre annåe) BTS INFORMATIQUE DE GESTION 1 Condition

Plus en détail

Situations d urgence : savoir råagir COMMUNICATION ENVIRONNEMENTALE COMMUNICATION DE CRISE - CONCERTATION

Situations d urgence : savoir råagir COMMUNICATION ENVIRONNEMENTALE COMMUNICATION DE CRISE - CONCERTATION Situations d urgence : savoir råagir COMMUNICATION ENVIRONNEMENTALE COMMUNICATION DE CRISE - CONCERTATION SITUATIONS D URGENCE : QUELS ENJEUX? Quelques unes des consåquences possibles d une crise: Atteintes

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR UNIVERSITE AMIENS CENTRE VILLE

SCHEMA DIRECTEUR UNIVERSITE AMIENS CENTRE VILLE SCHEMA DIRECTEUR UNIVERSITE AMIENS CENTRE VILLE Préconisations en matière de développement durable Page 2 sur 13 SOMMAIRE I. PrÄservation des espåces animales...3...3...3 II. PrÄservation des espaces vägätalisäs...4...4...4

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE GUIL Fr d ric 1 I.U.P. Sciences de gestion 2001 / 2002

RAPPORT DE STAGE GUIL Fr d ric 1 I.U.P. Sciences de gestion 2001 / 2002 1 AVANT-PROPOS Je tiens Å remercier tout particuliçrement Monsieur WOJTAZEWSKI, Directeur du magasin, Monsieur EFFROI, Directeur gestion logistique, HÄlÇne MATEO, Juliette RAKOTO, Corinne REY, Florelle

Plus en détail

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE TOUS RISQUES CHANTIER

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE TOUS RISQUES CHANTIER ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE ET TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE ARTICLE 1 PRESENTATION DE L OPERATION...3 1.1 - Lieu d implantation...3 1.2 - CaractÅristiques de l ouvrage...3 1.3 - Nature

Plus en détail

L acquisition d une officine de pharmacie L Expert-comptable : un partenaire Å privilçgier INTRODUCTION

L acquisition d une officine de pharmacie L Expert-comptable : un partenaire Å privilçgier INTRODUCTION INTRODUCTION Si le cœur du måtier de pharmacien reste inchangå : accompagner le patient dans le traitement de sa maladie, il n en reste pas moins que de profondes mutations socio- Åconomiques obligent

Plus en détail

METROPOLITAN LANGUES & APTITUDES. 151 rue de Billancourt 92100 BOULOGNE Carole MARTHE : 01 46 04 57 32 / cmarthe@metropolitan.fr

METROPOLITAN LANGUES & APTITUDES. 151 rue de Billancourt 92100 BOULOGNE Carole MARTHE : 01 46 04 57 32 / cmarthe@metropolitan.fr LANGUES Paris Ä RÅgion Parisienne : Boulogne (92) Ä Evry (91) Ä Marne la VallÅe (77) Province : råseau sur la France (Lyon Ä Nantes Lille - Marseille Ä Toulouse Ç) Etranger : Angleterre, Espagne Ç FORMATIONS

Plus en détail

LES PROCESSUS DE CONTROLE DANS LA STRUCTURATION DE L ORGANISATION TOME 2

LES PROCESSUS DE CONTROLE DANS LA STRUCTURATION DE L ORGANISATION TOME 2 UniversitÄ Paris I PanthÄon Sorbonne Sciences Economiques Sciences Humaines Sciences Juridiques et Politiques U.F.R. Gestion et Economie d Entreprise David AUTISSIER Novembre 1997 LES PROCESSUS DE CONTROLE

Plus en détail

Le programme EPS au collège

Le programme EPS au collège Le programme EPS au collège Structure générale IA-IPR EPS. Fév/Mars 2009 L EPS,, un rçle É jouer tout au long de la scolaritä Vise la räussite de tous les ÄlÖves Contribue É l instruction, la formation

Plus en détail

CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE DÅlÅgation Aquitaine-Limousin Esplanade des Arts et MÅtiers 33402 TALENCE CEDEX

CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE DÅlÅgation Aquitaine-Limousin Esplanade des Arts et MÅtiers 33402 TALENCE CEDEX AQUITAINE Omnium Technique d'etudes de la Construction et de l'equipement en Aquitaine SiÄge social : 126, rue des Quatre CastÅra 33 130 BEGLES SAS au capital de 250 000 - RCS Bordeaux B 341.724.052 CENTRE

Plus en détail

Introduction Ç l informatique et la numärotation binaire

Introduction Ç l informatique et la numärotation binaire BTS Informatique de Gestion AMSI 1 Åre annçe Chapitre 1 Page 1 / 11 LycÄe Jean Rostand CHANTILLY Cardoni Jean-Marie Architecture matärielle des syståmes informatiques (1 Åre annäe) BTS INFORMATIQUE DE

Plus en détail

La complémentaire santé : une généralisation qui

La complémentaire santé : une généralisation qui La complémentaire santé : une généralisation qui n efface pas les inégalités Thibaut De Saint Pol, François Marical To cite this version: Thibaut De Saint Pol, François Marical. La complémentaire santé

Plus en détail

CONTRAT DE MAINTENANCE INFORMATIQUE OPTION :

CONTRAT DE MAINTENANCE INFORMATIQUE OPTION : Entre les soussignäs : CONTRAT DE MAINTENANCE INFORMATIQUE OPTION : La sociätä aidespc immatriculäe au Registre des Entreprises Å CompiÇgne sous le numäro 534757240 repräsentäe en la personne de Monsieur

Plus en détail

L'AGENDA TRESORIER. EGLISE REFORMEE DE FRANCE En REGION PARISIENNE

L'AGENDA TRESORIER. EGLISE REFORMEE DE FRANCE En REGION PARISIENNE L'AGENDA DU TRESORIER EGLISE REFORMEE DE FRANCE En REGION PARISIENNE 01 JANVIER "Elargis l''espace de ta tente, les toiles de tes demeures, qu'on les distende. Ne regarde pas Ä la däpense, Allonge tes

Plus en détail

FAITE PAR LA SOCIETE A SES ACTIONNAIRES EN VUE DE LA REDUCTION DE SON CAPITAL PRESENTEE PAR. PRIX DE L OFFRE 40 euros par action (coupon dätachä)

FAITE PAR LA SOCIETE A SES ACTIONNAIRES EN VUE DE LA REDUCTION DE SON CAPITAL PRESENTEE PAR. PRIX DE L OFFRE 40 euros par action (coupon dätachä) OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT ET OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIEE PORTANT CHACUNE SUR UN NOMBRE MAXIMUM DE 6.250.000 ACTIONS DANS LA LIMITE D UN NOMBRE GLOBAL MAXIMUM DE 6.250.000 ACTIONS FAITE PAR LA SOCIETE

Plus en détail

INTRODUCTION. J ai donc däbutä au sein du magasin Krys oâ l on m a inculquä les ÄlÄments essentiels pour bien commencer dans le domaine.

INTRODUCTION. J ai donc däbutä au sein du magasin Krys oâ l on m a inculquä les ÄlÄments essentiels pour bien commencer dans le domaine. INTRODUCTION Au cours de mon annäe de terminale scientifique, je recherchais une orientation dans le domaine du paramädical, et mes recherches m ont conduite au mätier d opticien lunetier. En effet, je

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 16 MAI 2002

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 16 MAI 2002 1 PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 16 MAI 2002 Le Conseil Municipal de la ville de Fontenay-aux-Roses, lägalement convoquä le dix mai deux mille deux, s est assemblä au lieu ordinaire

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU SYSTEME DE GESTION DE LA QUALITE DES EAUX DE BAIGNADE

REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU SYSTEME DE GESTION DE LA QUALITE DES EAUX DE BAIGNADE REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU SYSTEME DE GESTION DE LA QUALITE DES EAUX DE BAIGNADE Version 1 : 6 juin 2009 LISTE DES PARTICIPANTS A L ELABORATION DU REFERENTIEL ReprÄsentants des collectivitäs territoriales

Plus en détail

REMPLACEMENT DU SYSTEME TELEPHONIQUE DE LA MAIRIE DE HOERDT

REMPLACEMENT DU SYSTEME TELEPHONIQUE DE LA MAIRIE DE HOERDT COMMUNE DE HOERDT 1, rue de la Tour BP 302 67728 HOERDT CEDEX Tel. : 03.88.68.20.10 Fax. : 03.88.51.74.24 Mail. : mairie@hoerdt.fr www.hoerdt.fr REMPLACEMENT DU SYSTEME TELEPHONIQUE DE LA MAIRIE DE HOERDT

Plus en détail

La diffärenciation näcessaire des enseignes de la grande distribution franåaise en consäquence de l Ävolution du consommateur

La diffärenciation näcessaire des enseignes de la grande distribution franåaise en consäquence de l Ävolution du consommateur I.A.E NANTES DUESMO Séverine GILLET La diffärenciation näcessaire des enseignes de la grande distribution franåaise Sous la direction du professeur : Jean-François Lemoine Année universitaire 2004-2006

Plus en détail

INTERDICTION DE L ENDOSULFAN DANS LES PAYS DU SAHEL EN AFRIQUE DE L OUEST

INTERDICTION DE L ENDOSULFAN DANS LES PAYS DU SAHEL EN AFRIQUE DE L OUEST International POPs Elimination Network INTERDICTION DE L ENDOSULFAN DANS LES PAYS DU SAHEL EN AFRIQUE DE L OUEST Groupe de Travail PAN/IPEN sur les pesticides POPs (Polluants Organiques Persistants) OCTOBRE

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Les bénéficiaires de la CMU en Rhône-Alpes au 31 décembre 2003

Les bénéficiaires de la CMU en Rhône-Alpes au 31 décembre 2003 La Lettre de la DRASS N 2006-03-L Avril 2006 Les bénéficiaires de la CMU en Rhône-Alpes au 31 décembre 2003 Au 31 décembre 2003, 40 000 rhônalpins sont affi liés à l assurance maladie par le dispositif

Plus en détail

Groupe rägional Toulouse Midi-PyrÄnÄes

Groupe rägional Toulouse Midi-PyrÄnÄes La Gazette Groupe rägional Toulouse Midi-PyrÄnÄes ISAE campus SUPAERO - RÄsidence 2-10, avenue Edouard Belin - 31400 Toulouse TÄl. : 05 62 17 52 80 - aaaftlse@aol.com Janvier-FÄvrier 2009 NÅ 15 Sommaire

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2002

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2002 1 PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2002 Le Conseil Municipal de la ville de Fontenay-aux-Roses, lägalement convoquä le vingt juin deux mille deux, s est assemblä au lieu ordinaire

Plus en détail

La couverture complémentaire santé des jeunes

La couverture complémentaire santé des jeunes La couverture complémentaire santé des jeunes en France et dans les Pays de la Loire 2013 Décembre www.santepaysdelaloire.com Auteur Sandrine David, Dr Anne Tallec, Observatoire régional de la santé (ORS)

Plus en détail

CIRCULAIRE D EXECUTION BUDGETAIRE

CIRCULAIRE D EXECUTION BUDGETAIRE CIRCULAIRE D EXECUTION BUDGETAIRE 2012 OBJET : EXECUTION AU TITRE DE L'EXERCICE 2012 1. du Budget GÄnÄral 2. des Budgets Annexes 3. des OpÄrations des Comptes Particuliers du TrÄsor NUMERO : 005 - MFB/SG/DGB/DESB/SAIDM

Plus en détail

Catherine Chauveaud Héléna Revil Philippe Warin Isabelle André Poyaud (cartographie) Une action d information pour accéder à la CMU-C ou à l ACS

Catherine Chauveaud Héléna Revil Philippe Warin Isabelle André Poyaud (cartographie) Une action d information pour accéder à la CMU-C ou à l ACS D O C U M E N T D E T R A V A I L MAI 2011 8 W O R K I N G P A P E R Catherine Chauveaud Héléna Revil Philippe Warin Isabelle André Poyaud (cartographie) Une action d information pour accéder à la CMU-C

Plus en détail

BIBUS-S pråsentation et fonctionnalitås

BIBUS-S pråsentation et fonctionnalitås BIBUS-S pråsentation et fonctionnalitås De base la centrale dispose de: > 6 zones Ä bord > 8 groupes (8 partitions indåpendantes ou interdåpendantes). > 3 Relais pour siränes extårieures, intårieures et

Plus en détail

CONCERTATION ESPACES PUBLICS : PLACE CENTRALE ET SQUARE AVERROES. Compte rendu de l atelier du 10 janvier 2007 de 18h30 Å 20h30

CONCERTATION ESPACES PUBLICS : PLACE CENTRALE ET SQUARE AVERROES. Compte rendu de l atelier du 10 janvier 2007 de 18h30 Å 20h30 CONCERTATION ESPACES PUBLICS : PLACE CENTRALE ET SQUARE AVERROES Compte rendu de l atelier du 10 janvier 2007 de 18h30 Å 20h30 Ouverture de l atelier par M. Bochard PrÇsentation de propositions d amçnagement

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Page 1 / 7. Mireille Lemahieu, PrÄsidente d AF ouvre le CongrÇs devant 1800 participants (dont beaucoup de professionnels)

Page 1 / 7. Mireille Lemahieu, PrÄsidente d AF ouvre le CongrÇs devant 1800 participants (dont beaucoup de professionnels) Mireille Lemahieu, PrÄsidente d AF ouvre le CongrÇs devant 1800 participants (dont beaucoup de professionnels) Mme Komites Adjointe au Maire de Paris, chargäe des personnes handicapäes, präsidente de la

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Etude de faisabilit et de pr conisations pour la d couverte du patrimoine des murs p ches et la cr ation d un parcours d interpr tation du patrimoine

Etude de faisabilit et de pr conisations pour la d couverte du patrimoine des murs p ches et la cr ation d un parcours d interpr tation du patrimoine Etude de faisabilit et de pr conisations pour la d couverte du patrimoine des murs p ches et la cr ation d un parcours d interpr tation du patrimoine Comit de pilotage du 17 F vrier 2011 Sommaire 1. Rappel

Plus en détail

Centre d Analyse Stratégique

Centre d Analyse Stratégique Centre d Analyse Stratégique Choix d une complémentaire santé Le regard des Assurés et des Entreprises 7 juillet 2009 Centre d Analyse Stratégique Tristan KLEIN Perrine FREHAUT Contacts TNS Sofres Emmanuel

Plus en détail

Note d Åtonnement. Session du mercredi 19 décembre 2012 INNOVER DANS UN MONDE NUMÉRIQUE EN MUTATION?

Note d Åtonnement. Session du mercredi 19 décembre 2012 INNOVER DANS UN MONDE NUMÉRIQUE EN MUTATION? Note d Åtonnement Session du mercredi 19 décembre 2012 INNOVER DANS UN MONDE NUMÉRIQUE EN MUTATION? PROBLÉMATIQUE Le monde numärique est un monde en pleine mutation ; au moins six grandes tendances sont

Plus en détail

DÄLIBÄRATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL

DÄLIBÄRATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DÄLIBÄRATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU LUNDI 28 SEPTEMBRE 2009 SÄance ordinaire du Conseil Municipal du lundi 28 septembre 2009 Å 20 H, en la salle de la

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

Non, l externalisation ne m a pas tuer!

Non, l externalisation ne m a pas tuer! Non, l externalisation ne m a pas tuer! Retour d expårience Jean MARCHAL, CFO EBREX France, Directeur associå IRC EBREX France en quelques mots DÄmarrage d activitä en 2007 ActivitÄs principales : transport,

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/044 DÉLIBÉRATION N 15/020 DU 7 AVRIL 2015 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CODÉES AU

Plus en détail

Rapport Régional Afrique. Abou THIAM & Mamadou Bamba SAGNA Pesticide Action Network Africa Dakar, Sénégal

Rapport Régional Afrique. Abou THIAM & Mamadou Bamba SAGNA Pesticide Action Network Africa Dakar, Sénégal MONITORING DES PESTICIDES AU NIVEAU DES COMMUNAUTES A LA BASE Rapport Régional Afrique Abou THIAM & Mamadou Bamba SAGNA Pesticide Action Network Africa Dakar, Sénégal Dakar, Décembre 2009 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Le non-recours à la protection complémentaire santé gratuite ou aidée

Le non-recours à la protection complémentaire santé gratuite ou aidée D O C U M E N T D E T R A V A I L JUIN 2010 5 W O R K I N G P A P E R Hélèna Revil Le non-recours à la protection complémentaire santé gratuite ou aidée 2 Introduction En France, des dispositifs ont été

Plus en détail

Chapitre 17 Action publique et régulation

Chapitre 17 Action publique et régulation CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 16 novembre 2014 à 19:40 Chapitre 17 Action publique et régulation Introduction Pourquoi les pouvoirs publics interviennent-ils dans les économies contemporaines?

Plus en détail

Communication EuropÇenne

Communication EuropÇenne Jean Luc PENOT coordonateur Liviu MARIAN Adrian GRAUR Moise Ioan ACHIM Aurel NIÄÅ Georgeta BOARESCU Communication EuropÇenne MISKOLC UNIVERSITY PRESS 2008 LÄUniversitÅ Ç Petru Maior É de TÑrgu MureÖ Ce

Plus en détail

q u estions santé d économie de la résultats Repères

q u estions santé d économie de la résultats Repères Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé résultats Repères Fin 2003, l Irdes a mené une enquête sur la protection sociale complémentaire d entreprise (PSCE) auprès

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

MONTREAL CARPORT TOIT PLAT, UNE VOITURE. L 298 x l 500 x H env. 260

MONTREAL CARPORT TOIT PLAT, UNE VOITURE. L 298 x l 500 x H env. 260 MONTREAL CARPORT TOIT PLAT, UNE VOITURE L 298 x l 500 x H env. 260 Conserver soigneusement cette notice. R f. 47370 Charge de neige 100 kg/m2 R f. 47380 Hauteur d'acc s env. 235 cm R f. 47390 1 Po s. NÇ

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF Inégalités sociales de santé et accès aux soins INEGALITES SOCIALES DE SANTE Définition : Inégalités/ sociales /de santé Inégalités face à la mort Comparaisons européennes Les maladies inégalitaires Inégalités

Plus en détail

Extension de l'ecole Maternelle Charles Perrault 38 110 Dolomieu. C.C.T.P. D.P.G.F. Lot NÄ12-13 : Plomberie Sanitaire Ventilation MÅcanique

Extension de l'ecole Maternelle Charles Perrault 38 110 Dolomieu. C.C.T.P. D.P.G.F. Lot NÄ12-13 : Plomberie Sanitaire Ventilation MÅcanique Le 1Ä avril 2009 DOSSIER 0309-03 Extension de l'ecole Maternelle Charles Perrault 38 110 Dolomieu C.C.T.P. D.P.G.F. Lot NÄ12-13 : Plomberie Sanitaire Ventilation MÅcanique MAITRE D'OUVRAGE: MAIRIE DE DOLOMIEU

Plus en détail

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains

Observatoires de la vie étudiante. Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Observatoires de la vie étudiante Les conditions de vie des étudiants universitaires toulousains Enquête menée dans quatre grands établissements d enseignements supérieur de Midi-Pyrénées : Toulouse 1

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

INVENTAIRE DES ARCHIVES DU CREDIT FONCIER D EXTRÅME-ORIENT ET DE SA FILIALE, LA SOCIETE HYPOTHECAIRE DE TANGER 1907-1991

INVENTAIRE DES ARCHIVES DU CREDIT FONCIER D EXTRÅME-ORIENT ET DE SA FILIALE, LA SOCIETE HYPOTHECAIRE DE TANGER 1907-1991 INVENTAIRE DES ARCHIVES DU CREDIT FONCIER D EXTRÅME-ORIENT ET DE SA FILIALE, LA SOCIETE HYPOTHECAIRE DE TANGER 1907-1991 RenÄ BRION et Jean-Louis MOREAU däcembre 2000 NOTE A L USAGE DE L UTILISATEUR 1.

Plus en détail

Logiciel RECIPEÇ. Gestion des formules

Logiciel RECIPEÇ. Gestion des formules Logiciel RECIPEÇ Gestion des formules Recipe Developer est un produit de Hamilton Grant, distribuå par ABT Informatique Recipe est un logiciel simple d utilisation et trñs flexible permettant de gårer

Plus en détail

Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne

Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne O B S E R V A T O I R E R E G I O N A L D E L A S A N T E D E M I D I - P Y R E N E E S Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne Novembre 2007 SYSTEME

Plus en détail

L ABSENCE DE COMPLEMENTAIRE SANTE CHEZ LES ETUDIANTS Résultats d une enquête déclarative

L ABSENCE DE COMPLEMENTAIRE SANTE CHEZ LES ETUDIANTS Résultats d une enquête déclarative L ABSENCE DE COMPLEMENTAIRE SANTE CHEZ LES ETUDIANTS Résultats d une enquête déclarative Rapport final 28 août 2014 Commanditaire Fonds de financement de la protection complémentaire de la couverture universelle

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER

MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER Pour en savoir plus, rendez-vous sur : MIEUX COMPRENDRE LE SYSTÈME DE SANTÉ POUR SE SOIGNER www.cmu.fr www.ameli.fr www.securite-sociale.fr + 3646 ACS CMU Caisse Primaire d Assurance Maladie 657 boulevard

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail