Rendre les soins de santé gratuits. Un guide pour supprimer les frais d utilisation des services de santé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rendre les soins de santé gratuits. Un guide pour supprimer les frais d utilisation des services de santé"

Transcription

1 Rendre les soins de santé gratuits Un guide pour supprimer les frais d utilisation des services de santé

2

3 Rendre les soins de santé gratuits Un guide pour supprimer les frais d utilisation des services de santé

4 Nous sommes l organisation indépendante mondiale qui oeuvre en faveur des droits de l enfant. Nous trouvons scandaleux que des millions d enfants soient toujours privés de soins médicaux, de nourriture, d éducation et de protection élémentaires et nous sommes bien décidés à changer les choses. Save the Children UK est membre de l Alliance internationale Save the Children et transforme la vie des enfants dans plus de 100 pays. Publié par Save the Children I St John s Lane London ECIM4AR UK +44 (0) savethechildren.org.uk Première publication 2008 The Save the Children Fund 2008 The Save the Children Fund est une association caritative enregistrée en Angleterre et au pays de Galles (213890) ainsi qu en Écosse (SC039570). Société enregistrée sous le numéro Cette publication est protégée par des droits d auteur. Sa reproduction à des fins pédagogiques par quelque procédé que ce soit est autorisée, exempte de droits d auteur ou d autorisation préalable. Toute revente est interdite. La reproduction dans toutes autres circonstances nécessite l autorisation préalable par écrit de l éditeur, et pourra donner lieu au versement de droits d auteur. Photo de couverture : Makalaghe, un représentant du Développement communautaire de Save the Children, avec Fatuma Salum Nasuma, deux ans, au Village de Mnolela, district de Lindi, Tanzanie. (Photo : Firew Bekele/Save the Children) Composition par Grasshopper Design Company.

5 Table des matières Liste des figures Liste des tableaux Remerciements Abréviations v vi vii viii Introduction I L Ouganda et au-delà 5 Le cas de l Ouganda 5 Exemples d autres pays 6 Les cinq étapes 8 Assurer la qualité 10 Dimensions de la qualité 10 Le besoin de politiques complémentaires 10 Comment la qualité des soins influe sur l utilisation des services 12 ÉTAPE I : Analyser votre situation de départ 13 Évaluer si les frais d utilisation sont élevés, moyens ou bas 13 Identifier l efficacité de toute politique d exemption et d exonération 14 Compenser toute perte de revenus au niveau du centre de santé 16

6 RENDRE LES SOINS DE SANTÉ GRATUITS : UN GUIDE POUR SUPPRIMER LES FRAIS D UTILISATION DES SERVICES DE SANTÉ ÉTAPE 2 : Estimer comment la suppression du paiement des soins de santé influera sur l utilisation des services 17 Les effets directs de la suppression des frais d utilisation 18 Autres effets à prendre en considération 18 Utiliser l Ouganda comme référence 19 ÉTAPE 3 : Estimer les besoins supplémentaires en ressources humaines et en médicaments 22 Ressources humaines 22 Médicaments 25 ÉTAPE 4 : Mobiliser des fonds supplémentaires 28 Le cas de l Ouganda : accéder à des ressources permettant de compenser la suppression des frais d utilisation 29 ÉTAPE 5 : Communiquer le changement de politique 31 Impliquer et gérer les parties prenantes 31 Informer le public 32 Résumé et conclusions 33 Références 35 Annexe I : Résumé des études sur l impact du paiement des soins de santé sur l utilisation des services 38 Annexe 2 : Tableaux de calcul des besoins budgétaires en RH et en médicaments au niveau de la communauté et de l hôpital 49 Notes de fin de texte 51

7 Liste des figures Figure I : Fréquentations mensuelles de nouveaux patients ambulatoires pour tous les services de santé (du gouvernement et d organisations privées à but non lucratif) dans le district de Kisoro Figure 2 : Taux d utilisation des centres de santé publics de proximité par les patients ambulatoires par catégorie socio-économique Figure 3 : Nouvelles fréquentations des personnes de tous âges et des enfants de moins de cinq ans entre juillet 2000 et mars Figure 4 : Budget des médicaments du ministère de la Santé ougandais en termes réels Figure 5 : Tendances des sources de financement contribuant au plan stratégique du secteur de la santé 1997/98 à 2002/03 29 Figure 6 : Allocations du budget de la santé national ougandais par secteur; 1999/2000 et 2002/03 29 v

8 Liste des tableaux Tableau I : Scénarios possibles découlant de la suppression des frais d utilisation 17 Tableau 2 : Impact sur l utilisation des services en Ouganda 19 Tableau 3 : Utilisation des soins de santé en cas de maladie par quintile 20 Tableau 4 : Définition des catégories de compétences 23 Tableau 5 : Tableau 6 : Tableau 7 : Compétences totales nécessaires en RH pour la EHP malawienne au niveau du centre de santé 24 Coûts nationaux des médicaments de la EHP malawienne au niveau du centre de santé ($ US) pour un an 25 Frais d utilisation : effets sur l utilisation des services de santé résultats de 22 études publiées 38 Tableau 8 : Besoins totaux en RH qualifiées pour la EHP malawienne au niveau de la communauté 49 Tableau 9 : Besoins totaux en RH qualifiées pour la EHP malawienne au niveau de l hôpital 49 Tableau 10 : Coûts des médicaments au niveau de la communauté ($ US) 50 Tableau 11 : Coûts des médicaments au niveau de l hôpital ($ US) 50 vi

9 Remerciements Ce guide a été écrit par le Professeur Barbara McPake, Alice Schmidt, Edson Araujo et Dr Christine Kirunga-Tashobya. Nous tenons à remercier tous nos collaborateurs internes et externes pour leurs commentaires et contributions, en particulier Jeffrey Mecaskey, et l équipe santé et VIH de Save the Children. vii

10 Abréviations DFID DSRP EHP ETP FMI HMIS IST OMD ONG PEPFAR PNB PPTE RH Département pour le développement international (RU) Document stratégique de réduction de la pauvreté Essential Health Package (Formule de santé essentielle) Equivalent temps plein Fonds Monétaire International Health Management Information System (Systèmes d information pour la gestion de la santé) Infection sexuellement transmissible Objectif du millénaire pour le développement Organisation non gouvernementale United States President s Emergency Plan for AIDS Relief (Plan d urgence du Président des Etats Unis pour la lutte contre le SIDA) Produit national brut Pays pauvres très endettés Ressources humaines viii

11 Introduction Pourquoi supprimer les frais d utilisation? Les frais d utilisation réduisent l accès des personnes aux soins de santé. Ils limitent l utilisation des services par les populations pauvres et rurales, et notamment par les femmes et les enfants, et contribuent à des taux élevés de mortalité infantile, juvénile et maternelle. Ce sont justement ces personnes qui sont le plus frappées par les maladies et qui devront être ciblées pour que les objectifs globaux comme les Objectifs du millénaire pour le développement soient atteints. Supprimer les frais d utilisation s est révélé être une stratégie efficace pour augmenter l accès aux soins de santé. En Ouganda et dans d autres pays, la suppression du paiement des frais de santé, associée à d autres réformes de politique de santé a eu pour résultats une bien plus grande utilisation des services de santé. Ces réformes ont aidé en particulier les pauvres à accéder aux services de santé et ont contribué à une meilleure équité en santé. Ce guide s adresse aux décideurs et au personnel technique dans les pays en développement qui ont l intention de supprimer les frais d utilisation ou qui songent à les supprimer. Il détermine un processus en cinq étapes, qui vous aidera à planifier et à mettre en place avec succès une politique de gratuité des soins. En outre, il vous aidera à maximiser l aide disponible des donateurs, organisations de société civile et autres institutions qui travaillent avec les gouvernements sur la suppression du paiement des frais de santé. Établissement d un consensus La plupart des protagonistes clés dans le domaine de la santé reconnaissent à présent que les frais d utilisation constituent une barrière significative à l accès aux services de santé. Même lorsqu ils sont fixés à un niveau relativement bas, ils empêchent les pauvres d accéder aux soins de santé. Par conséquent, un consensus s est établi reconnaissant le fait que la suppression des frais d utilisation est une étape essentielle pour garantir l accès universel aux soins de santé. Ce consensus a permis à un certain nombre de pays africains subsahariens de supprimer le paiement des soins de santé au cours de la dernière décennie. En outre, plusieurs partenaires de développement, notamment le Département pour le développement international du RU et la Banque mondiale, se sont engagés à étendre le soutien technique et financier aux pays qui développent des politiques pour supprimer les frais d utilisation et qui demandent un tel soutien. Les cartes de la page suivante montrent que les politiques de suppression des frais d utilisation sont devenues de plus en plus populaires en Afrique depuis l an Utiliser les données de référence Les faits sont clairs : le paiement des frais de santé est un facteur clé qui empêche les pauvres d accéder aux services de santé. En même temps, le fait de supprimer ces frais s est révélé être une stratégie efficace pour améliorer l accès à ces services. Le chapitre suivant étudie en détail le cas de l Ouganda, qui a supprimé les frais d utilisation 1

12 RENDRE LES SOINS DE SANTÉ GRATUITS : UN GUIDE POUR SUPPRIMER LES FRAIS D UTILISATION DES SERVICES DE SANTÉ La suppression rapide des frais d utilisation des services de santé en Afrique Au début de la décennie, presque tous les pays exigeaient le paiement des frais d utilisation Le Malawi n a jamais exigé le paiement des soins de santé Services gratuits en Tanzanie pour les moins de 5 ans et la maternité 1993 Soins primaires gratuits en Afrique du Sud Services gratuits au Niger pour les moins de 5 ans et les accouchements depuis 2006 Accouchements gratuits Sénégal 2006 Tous les services sont gratuits au Libéria depuis fév Services gratuits au Burundi pour les moins de 5 ans et les accouchements depuis août 2006 Services gratuits au Soudan pour les moins de 5 ans et les césariennes depuis fév Tous les services sont gratuits en Ouganda depuis mars Au Kenya, accouchements gratuits depuis oct Services gratuits en Zambie dans les régions rurales depuis avril 2006 Source : Robert Yates, Département pour le développement international (en arrêtant la politique de «partage des frais») en Mais les faits ne se limitent pas à l Ouganda. Save the Children UK a réalisé une série d études en 2005 en Afrique de l Est et Centrale, qui ont mis en évidence qu en moyenne, un tiers des personnes malades ne demandent aucun type de traitement, et un autre tiers pratiquent l auto-traitement. La raison la plus communément citée du non recours aux soins de santé est le manque d argent. En Éthiopie par exemple, le coût des services de santé a augmenté de près du double du taux d inflation entre 1984 et La probabilité qu une personne ait recours à des soins médicaux professionnels au lieu de pratiquer l auto-traitement baisse de façon importante face aux honoraires demandés par les prestataires de service. Ce sont les frais exigés par les centres de santé publics qui ont le plus grand impact sur le nombre de personnes qui optent pour l auto-traitement. 1 Pour chaque augmentation de 10 % des frais des centres de santé, le nombre de personnes ayant recours à l auto-traitement augmente de 2,4 %. 2

13 INTRODUCTION Le Maroc fait face à un grave problème de santé maternelle, avec des fonds disponibles limités et des services de santé qui dépendent fortement du financement personnel. Une étude a mis en évidence que le fait d augmenter les paiements personnels des frais de santé réduirait encore plus l accès aux soins maternels pour les foyers pauvres et ruraux, dans la mesure où pour les 50 % de femmes les plus pauvres, une augmentation de 10 % des frais d utilisation réduirait de 6,2 % leur accès à un professionnel de la santé qualifié et réduirait de 8 % leur accès à un centre de santé. 2 En Zambie rurale, les enfants de moins de cinq ans sont exonérés du paiement des frais de santé. Une étude a comparé les effets liés au sexe sur l accès des enfants aux soins de santé lorsque des frais d utilisation sont exigés dès l âge de cinq ans. 3 A l âge de trois-quatre ans, les filles avaient deux fois plus de chances que les garçons d être admises à l hôpital ; mais à l âge de cinq-six ans, uniquement deux tiers d entre elles étaient admises. Cela suggère que les frais d utilisation réduisent de façon disproportionnée l accès des filles aux soins de santé. Aborder les autres barrières aux soins de santé Bien que les frais d utilisation soient une barrière très évidente et importante à la capacité des pauvres d accéder aux services de santé, ils ne constituent pas la seule barrière. Save the Children UK a réalisé une récente analyse des facteurs clés qui influent sur l utilisation des soins de santé par les enfants. Au niveau du ménage, les caractéristiques socio-économiques comme la pauvreté, le niveau d éducation et de pouvoir des femmes et les perceptions de la maladie sont des barrières clés qui empêchent les personnes d accéder aux soins de santé. Au sein des systèmes de santé, avec le paiement des frais d utilisation, les coûts de transport, la disponibilité et le coût des médicaments, la mauvaise qualité (perçue) des soins et les coûts d opportunité sont les barrières les plus importantes. Il est vital, pour une mise en œuvre réussie de la suppression des frais d utilisation, que les décideurs comprennent l étendue complète des barrières qui empêchent les gens d accéder aux soins de santé dans leur contexte particulier. Tanzanie ont montré que les coûts de transport représentent 17 % 50 % des coûts directs totaux d accès aux soins de santé (c est à dire tous les coûts médicaux et non médicaux encourus pour l utilisation des soins de santé, y compris, le transport, les honoraires et les coûts des médicaments). En outre, les dépenses en médicaments des ménages ont été estimées représenter entre 29 % et 62 % des dépenses de santé totales des ménages par épisode de traitement. Une évaluation de six pays africains a révélé que des améliorations de la qualité des services (qu ils soient payants ou pas) ont entraîné une plus grande utilisation de ces services, et une mauvaise qualité a entraîné une réduction de leur utilisation. 4 Enfin, un certain nombre d études concluent que les coûts d opportunité liés à la maladie et au recours aux soins sont souvent aussi importants, voire plus importants, que les coûts totaux des honoraires, des médicaments et du transport. 5 Par exemple, des études du Burkina Faso, de l Indonésie, de l Ethiopie, du Sri Lanka et de la 3

14 RENDRE LES SOINS DE SANTÉ GRATUITS : UN GUIDE POUR SUPPRIMER LES FRAIS D UTILISATION DES SERVICES DE SANTÉ Supprimer le paiement des frais de santé est rentable Les frais d utilisation ont été mis en place pour servir, en théorie, plusieurs objectifs, tels que motiver le personnel de santé et couvrir les dépenses courantes au niveau de l établissement. Mais en pratique, ils ne contribuent que très peu aux dépenses de santé globale ; de plus, ils entraînent des systèmes d administration onéreux. 6 On estime que les frais d utilisation contribuent en moyenne à 5 % au maximum des revenus totaux du secteur de la santé. 7 En même temps, il est clair que la suppression des frais d utilisation, surtout si elle s accompagne de réformes de santé qui améliorent la capacité de réponse à une utilisation croissante, impliquera des exigences supplémentaires en matière de ressources. Il est donc important de s assurer qu un financement supplémentaire est disponible pour les pays qui souhaitent supprimer le paiement. Par exemple, un investissement dans des réformes de santé (y compris la suppression des frais d utilisation) qui permette aux couches les plus pauvres de la population d accéder aux services de santé peut être un élément crucial pour les documents stratégiques de réduction de la pauvreté (DSRP), dont dépend l allégement de la dette selon l initiative sur les pays pauvres très endettés (PPTE). Le leadership et la communication sont clés Dans les pays où la suppression des frais d utilisation a eu un succès, la politique était soutenue et souvent menée par les dirigeants nationaux. En Ouganda, par exemple, le Président Museveni était au premier plan du changement de politique, ce qui a assuré la bonne volonté et le soutien de tous les autres niveaux du gouvernement et de la société. En Afrique du Sud, en Ouganda, en Zambie et au Népal, un fort soutien politique a permis, la suppression des frais d utilisation et la politique a souvent été liée à des élections et campagnes nationales. Les leaders politiques, idéalement les chefs d état, doivent s engager entièrement dans les plans visant à supprimer le paiement des frais de santé, afin d assurer l engagement envers cette politique à tous les niveaux du gouvernement. 8 Obtenir un engagement envers une politique de suppression des frais d utilisation à un haut niveau est crucial. Mais il est essentiel aussi de communiquer le changement de politique et d impliquer les parties prenantes clés, en particulier celles qui pourraient y être opposées. Ceci impliquera l utilisation des médias de masse pour informer la population sur son droit à des soins de santé primaires gratuits, ainsi que d autres moyens de communication, avec des messages spécialement adaptés à des publics plus spécifiques, entre autres, les parties prenantes du gouvernement, le personnel de santé, et autres acteurs, qui sont importants dans la mise en œuvre réussie de la politique. 4

15 L Ouganda et au-delà Le cas de l Ouganda Le cas de l Ouganda, où les frais d utilisation des services de santé ont été supprimés en mars 2001, est le cas le mieux documenté, et il existe une grande quantité de données disponibles. De ce fait, l expérience de l Ouganda sera fréquemment citée dans ce guide. Les frais d utilisation ont été introduits progressivement en Ouganda à partir de la fin des années 80. À la fin des années 90, les rapports avaient de plus de plus tendance à indiquer que les gens n utilisaient pas les services de santé primaire car ils ne pouvaient pas en payer les frais. Pour tenir compte du niveau de mécontentement populaire, la suppression des frais d utilisation des services de santé a été annoncée dans le cadre de la campagne électorale du Président Yoweri Museveni en Un grand nombre d éléments de faits illustrent les tendances de l utilisation des services de santé suite à la mise en œuvre de la politique de suppression du paiement des soins de santé. Le Système d information de gestion de la santé (HMIS) régulier a mis en évidence une hausse marquée de la fréquentation de tous les centres de santé du gouvernement et des PNFP (prestataires de soins de santé à but non lucratif) par de nouveaux patients dans une région (voir la Figure I ci-dessous). En outre, une étude réalisée dans la période suivant immédiatement la suppression des frais d utilisation a montré que les gens les plus pauvres utilisaient les services de santé publics beaucoup plus que les gens riches : la subvention des services publics réalisait une distribution progressive (voir Figure 2 ci-après). Figure I : Fréquentations mensuelles de nouveaux patients ambulatoires pour tous les services de santé (gouvernement et PNFP) dans le district de Kisoro Fréquentation nouveaux patients ambulatoires jan 98 juil 98 jan 99 juil 99 jan 00 Frais d utilisation supprimés juil 00 jan 01 juil 01 jan 02 juil 02 une augmentation de 160 % jan 03 juil 03 jan 04 juil 04 Légende Fréquentation patients ambulatoires Moyenne variable 12 mois Par Kirunga-Tashobya et al,

16 RENDRE LES SOINS DE SANTÉ GRATUITS : UN GUIDE POUR SUPPRIMER LES FRAIS D UTILISATION DES SERVICES DE SANTÉ Figure 2 : Taux d utilisation des centres de santé publics de proximité par les patients ambulatoires par catégorie socio-économique ,40 Taux d utilisation par catégorie socioéconomique 1,20 1,00 0,80 0,60 0,40 0,20 Légendes Plus pauvres Pauvres Riches Plus riches 0,00 jan 01 avr 01 juil 01 oct 01 jan 02 avr 02 juil 02 oct 02 jan 03 avr 03 juil 03 oct 03 jan 04 Source : Kirunga-Tashobya et al, 2006 La Figure 2 montre que l utilisation des services de santé a augmenté suite à la suppression des frais d utilisation, en particulier dans les couches les plus pauvres de la population. Une analyse des données de l étude nationale des ménages en Ouganda avant et après la suppression des frais d utilisation (respectivement et ) commence à montrer un lien de causalité avec la suppression des frais d utilisation. On a demandé aux participants pourquoi ils n utilisaient pas les services de santé, bien qu ils aient déclaré une maladie. Les études ont montré que bien que le nombre de maladies déclarées soit inchangé, la proportion de foyers déclarant ne pas pouvoir utiliser les services de santé à cause de leur coût a baissé de 50 % à 35 %. 9 L augmentation de l utilisation des services était la plus forte pour ceux appartenant aux deux quintiles de revenus les plus pauvres. Ceci montre que c est la suppression des frais d utilisation, plutôt que d autres facteurs, qui a entraîné ce meilleur accès. Les données de l Ouganda mettent clairement en évidence les augmentations impressionnantes de l utilisation des services de santé sur une période prolongée, suite à la suppression des frais d utilisation. Ces augmentations ont également été facilitées par la mise en œuvre de mesures d amélioration de la qualité suite à une rupture de stock temporaire de médicaments qui a donné lieu à une diminution temporaire de l utilisation des services. On s est ainsi assuré de pouvoir répondre à une utilisation accrue des services de santé. Exemples d autres pays De nombreuses études effectuées dans d autres pays ont montré que la suppression des frais d utilisation augmente de façon significative l utilisation des services de santé. A Madagascar, les frais d utilisation ont été supprimés temporairement après une période de crise politique en 2002, au cours de laquelle l économie a été gravement touchée et un nombre important de ménages sont tombés dans la pauvreté. Mais les frais d utilisation étaient toujours en vigueur dans un quart des établissements de santé publique car le nouveau gouvernement n avait pas un bon contrôle de toutes les zones du pays. Néanmoins, une étude a montré un impact significatif sur les niveaux moyens d utilisation dans les 138 centres de santé étudiés. Le contrôle de nombreux facteurs pouvant affecter l utilisation des services a révélé que la suppression du paiement des soins de santé avait été associée à une hausse de 16 % de l utilisation des services. 10 6

17 L OUGANDA ET AU-DELÀ Au Niger, après la suppression, en 2006, des frais d utilisation pour les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes, les consultations des moins de 5 ans ont quadruplé et les visites pour soins prénatals ont doublé. 11 Une étude au Burundi a montré que l utilisation des services de santé pour les moins de 5 ans a augmenté de 40 % dans l année qui a suivi la mise en place de la gratuité des soins. Et à Bo, Sierra Leone, la suppression des frais d utilisation a multiplié par dix les consultations des enfants de moins de 5 ans. 12 D autres pays, comme le Népal, ont récemment instauré la gratuité des soins. Bien que certaines données disponibles indiquent qu il en résulte une amélioration de l état de santé de la population, des recherches plus approfondies sont nécessaires pour démontrer le lien entre la suppression des frais d utilisation et la santé. 7

18 Les cinq étapes Ce guide décrit les cinq étapes à suivre pour instaurer la gratuité des soins avec succès et maximiser l utilisation des services de santé. Ce guide démontre, à l aide de données d un éventail de pays et d exemples détaillés, comment estimer l impact de la suppression des frais d utilisation et les besoins en ressources qui en résultent. Voici ces cinq étapes : I : Analyser votre situation de départ Créer une image claire de la situation actuelle dans votre pays. Évaluer si les frais d utilisation sont élevés, moyens ou bas. Identifier toutes politiques d exemption ou d exonération sont-elles efficaces? Déterminer les effets des revenus générés par le paiement des prestations au niveau du centre de santé, en particulier en ce qui concerne la rémunération du personnel et la gestion de l approvisionnement en médicaments. 2: Estimer comment la suppression du paiement des soins de santé influera sur l utilisation des services Vous devez estimer quel impact la suppression du paiement des prestations pourrait avoir sur l utilisation des services. Cette utilisation risque d augmenter dans tous les cas. L étendue de l impact de la suppression des frais d utilisation dans votre pays dépendra : du niveau des frais d utilisation et donc dans quelle mesure ils représentent une barrière à l utilisation des services (voir Étape I) si des mesures complémentaires sont mises en place pour maximiser l impact de la suppression des frais d utilisation (voir Étape 3). 3 : Estimer les besoins supplémentaires en ressources humaines et en médicaments Vous devez estimer les besoins probables en ressources humaines et en médicaments supplémentaires afin de vous assurer que des ressources suffisantes sont disponibles pour couvrir la demande générée par une utilisation accrue, tout en maintenant simultanément la qualité des soins, car les personnes risquent de moins utiliser les services si la qualité baisse. Pour les ressources humaines, vous devrez prendre en considération la structure de la main-d œuvre, le niveau de qualifications et la distribution des tâches. Pour ce qui est des médicaments, vous devrez tenir compte, entre autres, du niveau des prix, de l épidémiologie sous-jacente des infections et des maladies. 13 8

19 LES CINQ ÉTAPES 4. Mobiliser des fonds supplémentaires Bien que la perte de revenus associée à la suppression des frais d utilisation soit assez modeste pour le système de santé global, le coût pour fournir des services de santé plus importants risque d être relativement substantiel au niveau des centres de santé. De ce fait, vous devrez identifier et exploiter des sources de financement additionnelles. Des fonds additionnels peuvent être disponibles dans le pays, par exemple, à travers des réallocations au sein du secteur de la santé. Ou bien des sources externes, telles que des fonds de donateurs, devront être recherchées. 5. Communiquer le changement de politique Planifier la mise en œuvre de la suppression des frais d utilisation ne s arrête pas à des données et des estimations fiables, ni à l obtention de ressources additionnelles. Vous devrez développer un plan de communication assez tôt dans le projet, en particulier pour les groupes de parties prenantes qui peuvent influencer une mise en place réussie, tels que le personnel de santé et du ministère. Le processus de communication doit être soigneusement géré et mettra en jeu : l implication et la gestion des parties prenantes clés l utilisation des médias de masse pour informer les bénéficiaires, notamment les ménages pauvres et ruraux, qui peuvent être difficiles à atteindre. 9

20 Assurer la qualité Avant d étudier plus en détail les cinq étapes, il est important de prendre en compte les problèmes concernant la qualité des prestations de soins de santé. La qualité du service est un facteur déterminant clé de l utilisation des services de santé et des résultats sanitaires. La qualité est donc aussi un facteur clé pour la suppression des frais d utilisation ; sans mesures de politique supplémentaires pour assurer que la qualité soit maintenue, les effets de la suppression du paiement des soins de santé ne peuvent pas être maximisés et, au pire, risquent d être négatifs à long terme. Dimensions de la qualité L utilisation des services de santé par la population est fonction non seulement des frais à payer, mais aussi de l attente des utilisateurs à trouver du personnel de santé qualifié réactif, compétent et amical, et de leur accès aux médicaments qui leur sont prescrits. D autres dimensions de la qualité ont aussi un rapport avec, par exemple, les durées d attente et l état des locaux. Mais les données disponibles d un certain nombre de contextes suggèrent que la disponibilité de personnel formé et l approvisionnement en médicaments sont deux des facteurs qui ont la plus grande influence sur l utilisation des services de santé. Une étude réalisée en Guinée a identifié et classé une série de critères que les utilisateurs prennent en considération pour évaluer la qualité des soins de santé primaire offerts. 14 Après avoir organisé 21 groupes cibles de 181 participants, les critères les plus fréquemment mentionnés étaient : disponibilité des médicaments accessibilité aux locaux disponibilité de «bons» médicaments présence de «bons» docteurs état des bâtiments et des salles présence de docteurs. Une autre étude au Zimbabwe s est concentrée sur les opinions des femmes et des infirmiers sur la qualité des soins. 15 Les participantes ont identifié les mêmes problèmes que les infirmiers : mauvaise infrastructure, manque de personnel, manque de médicaments et de fournitures. Lorsqu on les a questionnés sur les tendances des attitudes des infirmières, la réponse générale dans les zones urbaines a été une détérioration constante du comportement des infirmiers. Toutefois, il faut noter que les perceptions et définitions de la qualité par les patients ne correspondaient pas nécessairement à des critères de qualité objectifs. Ces études qualitatives et quantitatives ainsi que beaucoup d autres sur les opinions des utilisateurs en Afrique subsaharienne et dans d autres pays à bas revenus montrent que la disponibilité de personnel formé et l approvisionnement en médicaments influent fortement sur la perception de la qualité des soins par les personnes. Le besoin en politiques complémentaires Une étude au Mali a démontré que le fait de doubler le nombre de médicaments disponibles dans un hôpital public augmenterait de 35 % la 10

Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière)

Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière) Royaume du Maroc Ministère de la Santé Evaluation de la politique de gratuité de l accouchement et de la césarienne au Maroc (Approche économique et financière) C. Boukhalfa, S. Abouchadi, N. Cunden, S.

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale ****

Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** Ministère de la Famille et de la Solidarité Nationale **** 1 «DONNER AUX FEMMES LES MOYENS DE VIVRE EN MEILLEURE SANTE» 2 Introduction 1. Etat des lieux de la santé des femmes au Bénin 2.Causes essentielles

Plus en détail

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel

Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Afrique Subsaharienne Étude Sur Les Fonds De Service Universel Synthèse Septembre 2014 Réalisée pour le compte de l association GSMA Synthèse Le rapport qui suit examine les fonds de service universel

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Rapport Regional Draft Resume

Rapport Regional Draft Resume Enquête sur le renforcement des capacités dans le domaine des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique des pays membres de la CEDEAO Rapport Regional Draft Resume Septembre 2012 RESUME L espace

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Table ronde ReMed «Améliorer l acc accès aux soins des Femmes et des Enfants» Paris, 4 novembre 2011 Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Jean-Marie Trapsida Coordonnateur,

Plus en détail

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Termes de référence de l étude sur la mobilisation, la gestion et l impact

Plus en détail

L assurance maladie communautaire comme voie vers la couverture maladie universelle: les leçons de l Éthiopie

L assurance maladie communautaire comme voie vers la couverture maladie universelle: les leçons de l Éthiopie L assurance maladie communautaire comme voie vers la couverture maladie universelle: les leçons de l Éthiopie Hailu Zelelew 28 avril 2015 Port-au-Prince Abt Associates Inc. In collaboration with: Broad

Plus en détail

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME. Questions financières et budgétaires

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME. Questions financières et budgétaires UNAIDS/PCB(8)/99. 3 mai 1999 3 mai 1999 CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME Huitième réunion Genève, 27-28 juin 1999 Point.2 à l ordre du jour provisoire Questions financières et budgétaires Fonds de

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT Titre de l opportunité de financement : Journée mondiale du SIDA 2012

Plus en détail

1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts.

1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts. Hospitalisation L information sur l offre en hospitalisation d un pays (nombre de lits par habitant, répartition géographique ou par spécialité médicale) est utile pour déterminer la différence entre l

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN Publié en novembre 2014 Afin de bien former des interventions, évaluer les progrès, et selon le cas, raffiner leurs stratégies, les décideurs ont

Plus en détail

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo et la communauté internationale poursuivent un objectif commun pour la stabilité et le développement

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT Matthew Martin Directeur, Development Finance International Le Role de la Banque Mondiale et du FMI dans les pays arabes en transition Tunis,

Plus en détail

La gestion des finances publiques est une composante essentielle

La gestion des finances publiques est une composante essentielle L IDA en action Gestion des finances publiques : effectuer un suivi des ressources pour obtenir de meilleurs résultats La gestion des finances publiques est une composante essentielle du processus de développement.

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 Optimiser la coopération au développement pour atteindre les ODD concernant la santé 1. Introduction Le programme de travail du Partenariat international pour

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays (Communiqué) L insuffisance de financement chronique menace les collèges, les étudiants, les employeurs et l économie de l Ontario Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

20 14 RT RAPPO FINANCIER

20 14 RT RAPPO FINANCIER FINANCIER RAPPORT 20 14 UNE GENEROSITÉ SANS FAILLE DE NOS DONATEURS 2014 a marqué les dix ans du tout premier programme soutenu par les parrains français au Sénégal. Après ces 10 années passées aux côtés

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Coordination Direction des mesures et services aux entreprises et du placement Ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale Rédaction Direction

Plus en détail

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES POPULATION REFERENCE BUREAU AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES SCÉNARIO DE LA PRÉSENTATION UNE PRÉSENTATION > La présentation commencera par

Plus en détail

GESTION DU PROCESSUS INFORMATIONS GÉNÉRALES. Quand? Pourquoi? Qui? Comment?

GESTION DU PROCESSUS INFORMATIONS GÉNÉRALES. Quand? Pourquoi? Qui? Comment? 3-32 GESTION DU PROCESSUS INFORMATIONS GÉNÉRALES La planification est indispensable pour atteindre les objectifs escomptés. Ce diagramme (figure 5) illustre quelques points clés relatifs à la gestion du

Plus en détail

Le Financement des soins de santé en Haïti: Une Nouvelle Perspective

Le Financement des soins de santé en Haïti: Une Nouvelle Perspective Conférence sur le Financement de la Santé, Port-au-Prince 28-29 Avril, 2015 Le Financement des soins de santé en Haïti: Une Nouvelle Perspective Dr. Georges Dubuche, DG, MSPP MSPP Le problème Haïti a fortement

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 20/05/2014 à 21:08:58 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE MINISTRE

Plus en détail

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO)

Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) MEMPD Contribution en stratégie avancée en matière de santé de reproduction : cas de l unité mobile dans le district sanitaire de Katiola (CNO) Titre 14. Programmes et politiques Présenté par : 14.4. Evaluation

Plus en détail

RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT

RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT RAPPORT DE VÉRIFICATION INTERNE DU CADRE DE CONTRÔLE DE GESTION FINANCIÈRE DES INITIATIVES LIÉES AU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA (PAE) RAPPORT Juillet 2010 PRÉPARÉ PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA

Plus en détail

Politiques des équipements et des infrastructures

Politiques des équipements et des infrastructures POLITIQUE DES ÉQUIPEMENTS ET DES INFRASTRUCTURES Le conseil municipal, le conseil d agglomération, les conseils d arrondissement et le comité exécutif de Montréal, à titre d administrateurs de fonds publics

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

La réforme des pensions expliquée

La réforme des pensions expliquée La réforme des pensions expliquée TABLE DES MATIÈRES 1. LA PENSION ANTICIPÉE... 2 1.1. SITUATION AVANT LA RÉFORME... 2 1.2. SITUATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013... 2 1.3. LES MESURES DE TRANSITION...

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014. Sommaire Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2014 Ce mémoire est présenté par : Association canadienne des hygiénistes dentaires (ACHD) Sommaire La santé buccodentaire

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

L Appui Budgétaire Sectoriel dans la Pratique

L Appui Budgétaire Sectoriel dans la Pratique L Appui Budgétaire Sectoriel dans la Pratique Étude de cas le secteur de la santé en Zambie Ann Bartholomew Novembre 2009 Overseas Development Institute 111 Westminster Bridge Road London SE1 7JD UK et

Plus en détail

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Note d Information 3 République Islamique de Mauritanie Cas d investissement sur la nutrition en Mauritanie Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Produit par

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification TERMES DE REFERENCE Recrutement d un/e Consultant/e National/e pour la réalisation d une analyse des barrières à l accès au dispositif national de conseil et de dépistage anonyme et gratuit du VIH existant

Plus en détail

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE Barbara MkNelly et Christopher Dunford Février 1996 Freedom from Hunger Article

Plus en détail

Circulaire aux hôpitaux

Circulaire aux hôpitaux Avez-vous des questions ou souhaitez-vous des informations supplémentaires? Envoyez un courriel au frontdesk à l adresse suivante question@miis.be Ou prenez contact avec nous au 02 508 85 86 Le Ministre

Plus en détail

LA SANTE POUR TOUS :

LA SANTE POUR TOUS : LA SANTE POUR TOUS : Stratégies pour faciliter l accès aux soins, Rôle des ONG dans les pays du Sud. Journée d échange Tours, le 17 mai 2003 Journée co-animée par : Mamadou TOURE, associations «UTILE»,

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère: Santé Publique et lutte contre le SIDA Agence nationale d exécution : Cellule Technique Nationale FBP Accès financier aux soins de santé pour la couverture universelle

Plus en détail

Activité n 8.2.5 du PAA 2014

Activité n 8.2.5 du PAA 2014 République du Niger Fraternité Travail Progrès MINISTÈRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE Secrétariat Général DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PROGRAMMATION DIVISION DES ETUDES, RECHERCHES Termes de références pour la

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES

DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES UNITED NATIONS NATIONS UNIES DEPARTMENT OF ECONOMIC AND SOCIAL AFFAIRS/ DEPARTEMENT DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET SOCIALES Liens entre l Inventaire de la Gouvernance en Afrique (IGA) et le processus du Mécanisme

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre. Bilan de l expérience UNICEF

Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre. Bilan de l expérience UNICEF Scolarisation des filles en Afrique de l Ouest et du Centre Bilan de l expérience UNICEF Pourquoi est-il important de se focaliser sur l éducation, en particulier celles des filles? Bénéfices individuels

Plus en détail

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015

Université d Ottawa. Cadre de référence Budget 2014-2015 Université d Ottawa Cadre de référence Budget 2014-2015 L Université d Ottawa souhaite communiquer à la communauté universitaire les priorités, les enjeux et les défis auxquels elle fera face pour la préparation

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Les Jeunes, Acteurs du Développement

Les Jeunes, Acteurs du Développement Nations Unies Commission économique pour l Afrique Bureau pour l Afrique du Nord Les Jeunes, Acteurs du Développement Le dialogue et la compréhension mutuelle Note conceptuelle UNFPA Tunis (Tunisie), 8-10

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives. Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013

Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives. Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013 Mutuelle de santé Objectives, enjeux et perspectives Atelier de travail, Commune de Ziniaré 10 Octobre 2013 1 Programme Présentation du contexte dans lequel s insère le projet Présentation de la mutuelle

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil.

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil. 1. PRÉSENTATION DE CECA RATING SARL CECA Rating est une société à responsabilité limitée (SARL) créée en décembre 2012 avec un capital de FCFA 1.000.000. La création de CECA Rating est le fruit d une réflexion

Plus en détail

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres!

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées

Plus en détail

Administration : rapport de situation

Administration : rapport de situation COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-huitième réunion Point 4.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC18/2 8 mai 2013 Administration : rapport de situation Rapport

Plus en détail

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) COUNTRY MULTILATERAL D O N O R MOPAN Réseau d évaluation de la performance des organisations multilatérales (MOPAN). Note de synthèse L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

Plus en détail

Etudes, Actuariat et statistiques

Etudes, Actuariat et statistiques Etudes, Actuariat et statistiques Mots clés Pension de réversion CNRACL Octobre 2014 Résumé La Caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL) est un régime de retraite complet

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Rôle dans le système de gestion de la qualité Qu est ce que l évaluation? Pourquoi réaliser une L évaluation est un élément important des 12 points essentiels.

Plus en détail

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Institut international de recherche sur les politiques alimentaires www.ifpri.org Actualisé le 27 octobre 2007 Préoccupé

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION DU TABLEAU DE BORD DE SUIVI DES MUTUELLES DE SANTE AU CAMEROUN

GUIDE D UTILISATION DU TABLEAU DE BORD DE SUIVI DES MUTUELLES DE SANTE AU CAMEROUN PROGRAMME GERMANO CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE ET MUTUELLES DE SANTE (MAMS) B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN / TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 / 221 91 18 / FAX ( 00237 ) 2221 91 18

Plus en détail

Participation aux cours prénataux

Participation aux cours prénataux Éducation prénatale en Ontario Participation aux cours prénataux L éducation prénatale vise à fournir aux participants les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour améliorer l issue de

Plus en détail

Cadre budgétaire et fiscal

Cadre budgétaire et fiscal Cadre budgétaire et fiscal Séminaire sur la gestion du risque social Paris, 30 juin 2003 Brian Ngo Politique fiscale : une vue d ensemble Utilise la puissance des impôts (T), des dépenses (G) et des emprunts

Plus en détail

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda

Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda Plan de l exposé L assurance maladie obligatoire pour tous: Cas particulier de la république du Rwanda!"#$%&'()*"#+," &-).!!/&01&23425,)&6778 Données générales du pays Contexte historique des mutuelles

Plus en détail

UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail

UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail Points saillants UPSKILL propose une évaluation rigoureuse de la formation en compétences essentielles

Plus en détail

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Stratégie de gestion financière Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Communication des résultats / 1 La Stratégie de gestion financière annuelle de la Province du Manitoba

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

JE SUIS UN MÉDECIN ASSURÉ PAR SOGEMEC

JE SUIS UN MÉDECIN ASSURÉ PAR SOGEMEC JE SUIS UN MÉDECIN ASSURÉ PAR SOGEMEC CONTACTEZ-NOUS : 1 800 361-5303 information@sogemec.qc.ca RÉSUMÉ DU RÉGIME D ASSURANCE Une offre de services couvrant tous vos besoins UNE GAMME DE PROTECTIONS QUI

Plus en détail

FOND DE DEVELOPPEMENT Marche à Suivre pour la Demande en Ligne et Procédure du Rapport d Avancement

FOND DE DEVELOPPEMENT Marche à Suivre pour la Demande en Ligne et Procédure du Rapport d Avancement FOND DE DEVELOPPEMENT Marche à Suivre pour la Demande en Ligne et Procédure du Rapport d Avancement I. Introduction Les objectifs généraux du Fond de Développement de la FIVB sont de multiplier les opportunités

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail