La notion de soutien dans le cadre d une équipe belge de soins palliatifs à domicile INTRODUCTION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La notion de soutien dans le cadre d une équipe belge de soins palliatifs à domicile INTRODUCTION"

Transcription

1 La notion de soutien dans le cadre d une équipe belge de soins palliatifs à domicile INTRODUCTION Le concept d équipe de soutien dans les soins palliatifs à domicile belges est récent. On évoque aussi parfois ce concept sous le terme d équipes de «seconde ligne», par opposition avec la «première ligne» qui désigne les intervenants du terrain. Nous éviterons cette désignation car elle fait référence, à un autre niveau, à la médecine spécialisée. Nous utiliserons plutôt le terme «soutien» (1), porteur du sens de notre travail au quotidien. En Belgique, les soins palliatifs ont bénéficié d une reconnaissance légale à partir des années 80. Parmi différentes autres mesures adoptées, chaque province belge a été dotée d une équipe pluridisciplinaire, formée et expérimentée en soins palliatifs, chargée de soutenir les prestataires de première ligne (médecins, infirmières, kinésithérapeutes, gardes-malades, aides familiales, bénévoles, ) dans le suivi de leurs patients en fin de vie à domicile (2). Les interventions de l équipe de soutien sont soumises à l accord écrit du médecin de famille. Chaque équipe doit couvrir l ensemble de la population de la province à laquelle elle est affectée (plusieurs équipes se partagent les provinces plus étendues). Ses services, entièrement financés par l Institut National d Assurances Maladie Invalidité (INAMI), sont gratuits. L équipe de soutien intervient à la demande des soignants, des patients ou de leurs proches et offre (3) : - un avis, une collaboration, une concertation à propos du suivi de la douleur et des symptômes d inconfort du patient ; - des conseils techniques, administratifs et relatif au matériel médical existant ; - un soutien psychologique, social et spirituel au patient et à son entourage, - un soutien psychologique aux intervenants de première ligne. (1) Les sens principaux de «soutenir» sont (1) tenir (qqch) par dessous, en position de stabilité, en servant de support ou d appui ; (2) maintenir debout, empêcher (qqn) de tomber, de s affaisser ; (3) empêcher (qqn) de défaillir, en rendant des forces ; (4) empêcher de fléchir, en apportant secours, réconfort. In Le Nouveau Petit Robert 1. Dictionnaires Le Robert, Paris, (2) Arrêté royal du 13 octobre 1998, déterminant les critères minimums auxquels doivent répondre les conventions entre les équipes d accompagnement multidisciplinaires de soins palliatifs et le Comité de l assurance institué auprès du Service des soins de santé de l Institut National d Assurance Maladie Invalidité. Parution au Moniteur Belge du 04/11/1998. (3) Ces missions sont définies par une Convention entre les équipes de soutien et l Institut National d Assurances Maladie Invalidité. page 1

2 En 2005 (4), l équipe de soutien de la Province de Liège a suivi 392 situations palliatives (pour une population avoisinant habitants). 79% de ces situations concernaient des pathologies cancéreuses (dont la plus fréquente est le cancer du poumon) et 21% des pathologies non cancéreuses (parmi les plus rencontrées : la démence, l accident vasculaire cérébral, l insuffisance cardiaque ou pulmonaire et la sclérose latérale amyotrophique). directement de la famille ou de l entourage proche du patient. 20 % des appels sont le fait des infirmiers de première ligne à domicile. Les 23 % des appels restants sont à l initiative du patient lui même, d une coordination de soins à domicile, d une unité de soins palliatifs ou encore des services sociaux hospitaliers. 80% des patients suivis sont décédés à domicile (ce secteur comprend également les établissements d hébergement pour les personnes âgées), tandis que 20% étaient transférés à l hôpital, soit en unité banalisée, soit en unité de soins palliatifs. Le graphique 1 montre que, dans la majorité des prises en charge, l équipe est sollicitée dans les 15 jours à 2 mois précédant le décès de la personne malade. L équipe est appelée dans les tout derniers moments de vie du patient (une semaine avant le décès) pour 12% des situations suivies. La durée moyenne du suivi d une situation palliative par l équipe de soutien est de 63 jours. La majorité des demandes (38%) adressées à l équipe de soutien émanent du médecin traitant du patient. Une proportion importante des appels (17%) provient (4) Encodage des prestations de l Equipe de soutien en province de Liège réalisé au 31/01/2006 pour la récolte des données 2005, à l intention de l INAMI. page 2

3 La grande majorité des appels adressés à l équipe concerne une demande de soutien psychologique pour le patient et/ou son entourage. Les deux autres motifs pour lesquels l équipe est principalement sollicitée sont les «raisons physiques» (comme une aide à l évaluation de la douleur, le souhait d un conseil médical de la part d un médecin référent, etc.), et le «soutien à la première ligne» (l aide aux soignants). Cf. graphique 2. les cas) suscite le plus souvent la confiance du patient et de son entourage envers les thérapeutes. C est pourquoi, dans l esprit des soins continus, l équipe de soins palliatifs seconde la première ligne en soutenant ses compétences. L objectif partagé par tous est de permettre au patient de vivre sa fin de vie à domicile dans des conditions qui se rapprochent le plus de ce qu il souhaite. Pour cela, l équipe de soutien propose : un savoir spécialisé et mis à jour en soins palliatifs (1), un soutien à la parole (2), une dynamique interdisciplinaire (3) et une aide à la réflexion éthique (4). 1. Un savoir spécialisé et mis à jour en soins palliatifs CONCEPTUALISATION DE LA NOTION DE SOUTIEN Les intervenants de première ligne qui accompagnent un patient dans le cadre de soins palliatifs disposent de ressources qui leur sont spécifiques. Nous pensons notamment à leur connaissance du patient, de son histoire et de son contexte de vie social, familial, professionnel, Le vécu commun qui existe ainsi entre soignant(s) et patient (plus ou moins important selon Statistiquement, les médecins généralistes suivent relativement peu de patients en soins palliatifs à domicile sur une année. Ce manque de pratique peut susciter un sentiment d insécurité face à des situations qui nécessitent un grand investissement relationnel, en temps et en compétences. page 3

4 Une seconde constatation est que la formation spécifique en soins palliatifs était, jusqu il y a peu, absente du curriculum de base des médecins et des paramédicaux. A l heure actuelle, nombre de contraintes rendent encore difficile la participation des soignants aux formations en soins palliatifs comme par exemple l absence de reconnaissance administrative et pécuniaire de l investissement consacré. Il est requis que les infirmiers et les médecins de l équipe de soutien suivent chaque année, en moyenne, quarante heures de formation (c est une exigence du pouvoir subsidiant). La participation à ces diverses formations, aux moments de réflexion et de supervision collective régulièrement organisés au sein de l équipe, ainsi que la pratique quotidienne des soins palliatifs à domicile et, pour certains, l exercice à temps partiel d une activité de première ligne contribuent à développer la compétence en soins palliatifs de l équipe. L équipe de soutien met ainsi au service de la première ligne une expertise en soins palliatifs qui s étend du domaine de l algologie à celui des soins de plaies, en passant par l utilisation de matériel de nursing spécifique et l information sur les démarches administratives et sociales. La collaboration avec la première ligne permet : - l anticipation : l équipe de soutien sensibilise la première ligne à l anticipation des situations de crise et à la mise en place de certains protocoles de soins en prévision d éventuelles complications médicales (hémorragie, étouffement, occlusion, ). L équipe de soutien est également attentive aux questions des patients et/ou de leurs proches concernant les signes de progression de la maladie ou de l agonie ; - de répondre à l urgence de manière adaptée : la notion d urgence est présente dans le quotidien de la première ligne (comme la confrontation à une douleur aiguë impossible à juguler ) Face à l urgence, l équipe de soutien donne rapidement une réponse: si nécessaire, elle propose sa présence sur place ; l écoute offerte aux appelants permet aussi de contenir l angoisse et parfois de réévaluer l urgence d une demande a priori pressante. Enfin, l équipe de soutien peut jouer un rôle de médiateur entre la demande urgente du patient et/ou de sa famille et les intervenants de première ligne. page 4

5 2. Un soutien à la parole La perspective de sa mort engendre chez tout individu un bouleversement à différents niveaux: les rôles, le temps, l image de soi, la relation aux autres, subissent inévitablement des remaniements. Nous ne nous étendrons pas ici sur le traumatisme que cette perspective provoque sur les patients et leurs proches mais aborderons plutôt son impact sur les soignants. La confrontation régulière à la mort et au deuil crée une zone d incertitude à l intérieur de laquelle les soignants sont intimement touchés, bien au-delà de leur fonction professionnelle. L histoire personnelle du soignant, la représentation qu il se fait de la mort ou les similitudes qui peuvent exister entre lui et son malade, peuvent aussi rendre émotionnellement plus difficile l approche de la mort d un patient. Comme le souligne Jean-Pierre Lebrun, «quand on se retrouve confronté à la question de la mort, on doit aller chercher dans ses propres réserves, et c est parfois un peu délicat, un peu difficile, à certains moments un peu compliqué» (5). L équipe de soutien propose des temps de parole ponctuels pour les soignants afin qu ils puissent verbaliser ce qu ils vivent au cours de l accompagnement des patients en fin de vie (sentiment d impuissance, ) et (se) questionner à propos du sens de la vie, de l humain, de la mort Elle peut aussi à tout moment consacrer du temps à une rencontre individuelle ou à un échange téléphonique avec le soignant qui le souhaite. Ces temps de parole entre professionnels ont pour objectifs : - de prendre de la distance par rapport à la situation : le temps de parole soutient le processus de «prise de distance» qui est en chacun de nous, pour permettre de prendre un peu de recul face à des situations particulièrement génératrices de stress ; - de proposer un autre point de vue : les soignants de première ligne sont parfois liés affectivement avec leur patient alors que l équipe de soutien intervient sans connaissance préalable du patient. Ces positions respectives engendrent des points de vue différents dont la confrontation peut amener de nouvelles perspectives dans la relation entre le patient, la famille et les soignants de première ligne. (5) J.-P. Lebrun, Synthèse et commentaires de la deuxième journée du Congrès d Orphéo, mars 1998, page 138. page 5

6 3. Une dynamique interdisciplinaire Le manque de temps, la hiérarchisation du travail, le sous emploi de moyens de coordination des soins ainsi que le morcellement de la structure traditionnelle des soins à domicile sont autant de facteurs qui réduisent les possibilités de relations entre intervenants. Pourtant, la difficulté de travailler seul dans un contexte de soins palliatifs est unanimement reconnue. Une des caractéristiques de l équipe de soutien est de fonctionner sur un mode interdisciplinaire. Médecins, infirmiers, psychologue, kinésithérapeute et travailleurs sociaux de l équipe se réunissent chaque semaine pour envisager les situations suivies sous le regard croisé de leurs différentes disciplines. L équipe de soutien accorde une attention toute particulière à promouvoir la dynamique interdisciplinaire à domicile en offrant, par exemple, la possibilité aux soignants de première ligne de participer à des réunions de concertation, éventuellement avec le patient et/ou l entourage. - conférer un sentiment de sécurité : en renforçant les liens entre les différents intervenants, l équipe de soutien facilite l élaboration de repères communs et l établissement d une base de travail sécurisante pour tout un chacun ; - consolider la fonction de synthèse : synthétiser les différents éléments d une situation en un ensemble cohérent, structuré et homogène, permet de retrouver des priorités. L équipe de soutien contribue à ce travail de synthèse en favorisant les contacts entre le médecin traitant, référent de la situation et qui centralise les informations, les soignants de première ligne, le patient et ses proches. 4. Une aide à la réflexion éthique Une série de facteurs complexifient le travail de la première ligne dans le cadre de soins palliatifs à domicile: - le maintien du patient en fin de vie au sein de son système familial peut entraîner l émergence ou la résurgence de difficultés relationnelles entre les membres de la famille ou encore l épuisement de certains proches ; Cette dynamique interdisciplinaire a pour buts de : page 6

7 - la prolifération tout azimut de l information et son accessibilité grandissante (notamment via Internet) requiert une certaine vigilance des professionnels par rapport au savoir des patients et/ou des proches sur la maladie, le traitement, ; - la récente légalisation de l euthanasie sous certaines conditions dans notre pays, les progrès réalisés dans le traitement de la douleur, les techniques possibles d alimentation et d hydratation confrontent les soignants à bien des questionnements éthiques liés au temps de la fin de la vie. Le médecin généraliste notamment, peut se sentir très seul face à des décisions difficiles à prendre et dont il devra assumer la responsabilité. L équipe de soutien peut aider le praticien à trouver la voie de ses décisions en soutenant sa réflexion et en lui permettant de questionner ses habitudes de pratique. la possibilité d élaborer leur pratique professionnelle. Quand la mort s immisce au sein de la pratique soignante, il est aujourd hui possible d être soutenu professionnellement. ILLUSTRATION CLINIQUE Madame R. a 47 ans quand l infirmière de l équipe de soutien la rencontre pour la première fois. Trois ans plus tôt, un néo du sigmoïde était diagnostiqué, entraînant dans son sillage plusieurs cures de chimiothérapie. Secrétaire, mariée et divorcée à plusieurs reprises, Madame R. a quatre enfants. Ses deux filles aînées ont quitté la maison tandis que ses deux fils (18 et 15 ans) vivent avec elle CONCLUSION L équipe de soutien en soins palliatifs en province de Liège inscrit son travail en complémentarité avec celui de la première ligne des soins à domicile. Elle participe à la réalisation du souhait des patients qui veulent vivre jusqu au bout dans leurs foyers en proposant son expertise en soins palliatifs, en soutenant la liaison transdisciplinaire (6) entre les intervenants et en leur offrant (6) «La transdisciplinarité permet de dépasser les cloisonnements entre disciplines et tend vers une création de nouveaux modes de pensée et d action qui soutiennent le sens humain des pratiques de soin.» In La charte des Maisons Médicales, édité par la Fédération des Maisons Médicales et Collectifs de Santé Francophones. Bruxelles, 1996, page 8. page 7

8 Lors de sa dernière hospitalisation, l oncologue pessimiste quant à l évolution de la maladie demande l intervention de l équipe mobile en soins palliatifs de l hôpital. Mais Madame R. n est pas preneuse du soutien proposé. Jusqu au bout, elle gardera vif son espoir de guérir, donnant par là aux soignants l impression d être en déni. Avant de mourir, elle aura pourtant pris soin de prévoir, pour ses enfants et sa mère, plusieurs mesures palliant aux conséquences de son décès. La patiente quitte l hôpital pour rentrer à son domicile avec une pompe à morphine en intrathécal, une pompe médicamenteuse en voie centrale et une alimentation parentérale. Un rendez-vous par semaine est prévu à l hôpital de jour pour le changement des cassettes et le suivi algologique. Mais, dès son retour à domicile, la patiente n a plus l énergie d assumer ce déplacement hebdomadaire. L équipe de première ligne se voit alors confier la tâche d assurer à la maison ces soins techniques relativement complexes. C est à ce moment-là que l équipe mobile de l hôpital fait appel à l équipe de soutien en soins palliatifs à domicile. Au cours de la première visite à domicile, l infirmière de l équipe de soutien fait une évaluation de la situation: - une multitude de services et de professionnels interviennent dans la situation (un médecin généraliste, une kinésithérapeute, une équipe d infirmiers, des aides familiales, les services sociaux ainsi que les intervenants de l hôpital qui resteront jusqu au bout fort impliqués) ; - les intervenants du domicile sont insécurisés par la complexité technique des soins et l équipe hospitalière a certaines craintes quant à la faisabilité d une prise en charge à domicile pour cette patiente ; - des difficultés de communication avec la patiente sont mises en avant par sa mère et les intervenants. Dès lors, le travail de l équipe de soutien sera : - de renforcer la collaboration entre le domicile et l hôpital via des réunions d intervenants : une confiance s établit ainsi peu à peu, un projet thérapeutique commun se dessine et une discussion éthique peut avoir lieu ; - d anticiper avec les soignants de première ligne les difficultés matérielles qui pourraient se présenter et de réfléchir avec eux aux solutions possibles ; - d assurer le lien entre le patient, la famille et les soignants par les visites à domicile et les conversations téléphoniques régulières avec les différents intervenants et les proches ; page 8

9 - de soutenir la maman de la patiente qui est présente de façon permanente auprès de sa fille : l infirmière de l équipe de soutien lui offre une écoute et met en place l aide nécessaire (bénévoles, aides familiales) pour lui permettre des temps de ressourcement ; - de reconnaître la souffrance des soignants et de l entourage. Madame R. s entretient volontiers avec ses interlocuteurs sur sa douleur ou ses tracas d ordre financier mais ne s ouvre pas sur un vécu plus intime, sa perte d autonomie étant pourtant grandissante. Les soignants confient à l infirmière de l équipe de soutien qu ils se sentent empêchés d être bienfaisants, rassurants, réconfortants envers la patiente. Confinés dans les soins techniques et les préoccupations d ordre pratique, ils s interrogent à plusieurs reprises sur l opportunité de confronter la patiente à la «réalité» de sa mort prochaine Malgré la multitude des intervenants, l équipe de soutien a contribué à ce que les équipes de l hôpital et du domicile travaillent ensemble et non en concurrence. En favorisant l émergence des ressources de chacun, le maintien à domicile d une patiente nécessitant des soins d une technicité peu habituelle pour le domicile a été rendu possible. Sans doute aussi, la vraie place accordée à la parole des soignants leur aura-t-elle permis d accompagner avec circonspection Madame R. qui ébranlait tant leur idéal de soignant Par : Evelyne Winandy, Dominique Briard, André Danthine, Isabelle Docquier, Caroline Franck, Patrick Georges, Vanni Della Giustina Dans les dernières heures de sa vie, le médecin a l occasion de parler avec Madame R. des bénéfices qu il y aurait à ne pas brancher l alimentation parentérale. La patiente accepte la proposition de ne pas être nourrie, pleure beaucoup et refuse de s aliter pour la nuit. Ce soir-là, le médecin lui administre un calmant et reste auprès d elle et de sa mère jusqu à ce que Madame R., apaisée, puisse être mise au lit. Elle décèdera pendant la nuit. page 9

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

palliatifs accompagnement

palliatifs accompagnement palliatifs & accompagnement Sommaire PAGE 4 PAGE 5 PAGE 8 PAGE 11 PAGE 12 Définition des soins palliatifs En pratique, que sont les soins palliatifs? À qui s adressent les soins palliatifs? Quelles aides

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

Convention constitutive

Convention constitutive Convention constitutive Entre les parties signataires, Vu les textes législatifs suivants : - l article L. 6321-1 du Code de Santé Publique relatif aux réseaux de santé - la loi n 2002-303 du 4 mars 2002

Plus en détail

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs?

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Aude Le Divenah Praticien hospitalier, chargée de mission, Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Les soins palliatifs se

Plus en détail

Assises Nationales du Maintien à Domicile 14 17 juin 2000 La douleur Les soins palliatifs. EXPERIENCE DE SOINS D'UNE EQUIPE A DOMICILE Dr AVEROUS

Assises Nationales du Maintien à Domicile 14 17 juin 2000 La douleur Les soins palliatifs. EXPERIENCE DE SOINS D'UNE EQUIPE A DOMICILE Dr AVEROUS EXPERIENCE DE SOINS D'UNE EQUIPE A DOMICILE Dr AVEROUS INTRODUCTION (Présentation de l'association François-Xavier Bagnoud) L'Association L'association qui porte le nom de François-Xavier Bagnoud est une

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte

MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Projet de permanence des soins gériatriques en EHPAD dans le sud de l Essonne MF Maugourd, F. Ellien, P. Paranque Contexte Le Sud de l Essonne accueille environ 3000 résidents en Etablissement d Hébergement

Plus en détail

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer Droits des malades en fin de vie Connaître la loi Leonetti et l appliquer Lorsque la médecine trouve ses limites et que la personne, avec ses proches, se situe dans la perspective d une échéance annoncée,

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile http://www.sante.gouv.fr/adm/dagpb/bo/2001/01-01/a0010017.htm Bulletin Officiel n 2001-1 Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Page 1 sur 6 Complément à la circulaire DH/EO 2 n

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone SOMMAIRE 1. La mort aux urgences 2. Les Limitations et Arrêts des Thérapeutiques

Plus en détail

Démence et fin de vie chez la personne âgée

Démence et fin de vie chez la personne âgée Démence et fin de vie chez la personne âgée Dr C le Provost Gériatre C.H.B.A Vannes Dr M Michel Gériatre C.H.U Rennes Démence et fin de vie Sujet grave: la mort la «de mens» = être privé de son esprit

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Nous vous en remercions par avance et vous souhaitons un prompt rétablissement.

Nous vous en remercions par avance et vous souhaitons un prompt rétablissement. Madame, Mademoiselle, Monsieur, Toute l équipe de MédiHAD vous souhaite la bienvenue. Nous vous remercions d avoir choisi notre structure d Hospitalisation A Domicile pour votre prise en charge médicale

Plus en détail

Analyse de l organisation, la place et l activité de la

Analyse de l organisation, la place et l activité de la Analyse de l organisation, la place et l activité de la FÉDÉRATION DÉPARTEMENTALE DES RÉSEAUX SOINS PALLIATIFS ET DE PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR CHRONIQUE DANS LE TARN 2006-2007 Observatoire Régional

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER Référentiel d activités Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre?

Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre? Cancer bronchique et séjour en soins intensifs: comment les vivre? Cas clinique #1 Cas clinique Patient de 78 ans Marié, trois enfants dont un médecin Vivant à domicile Professeur Tabac 80 paquets/année,

Plus en détail

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins»

«Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» «Rôle et Place des Réseaux de Soins Palliatifs dans l'offre de soins» Hélène Fernandez Cadre Supérieur de Santé, Coordinatrice RESOP06 9 Forum SIH 06 EMSP Cannes Grasse Antibes 4 Mars 2010 Palais des Congrès

Plus en détail

Accompagnement de fin de vie des enfants et adolescents polyhandicapés en établissements et services médico-sociaux

Accompagnement de fin de vie des enfants et adolescents polyhandicapés en établissements et services médico-sociaux Accompagnement de fin de vie des enfants et adolescents polyhandicapés en établissements et services médico-sociaux Cette enquête est réalisée en partenariat avec le Groupe Polyhandicap France (GPF) et

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

Droits des personnes malades en fin de vie

Droits des personnes malades en fin de vie R S L S Droits des personnes malades en fin de vie Dr. R. Mislawski Médecin coordonnateur, Docteur en droit Sommaire Introduction 1 Domaine de la loi 2 Conditions de fond de mise en œuvre de la loi 3 Critères

Plus en détail

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique.

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique. Diplôme d Etat d infirmier Référentiel d activités Annexe I Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

F. BILLION-REY V. LACROIX

F. BILLION-REY V. LACROIX Centre Hospitalier de Lons le Saunier Service Pharmacie et Stérilisation Centrale Plaidoyer pour le développement de la Pharmacie Clinique au Centre Hospitalier de Lons le Saunier F. BILLI-REY V. LACRIX

Plus en détail

HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR

HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR CHANTAL COUVREUR Sociologue, Docteur en Santé Publique Présidente de «Mediteam» Si l on s intéresse à l histoire des soins palliatifs, on constate

Plus en détail

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE.

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE. 2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS Avec le Haut Patronage de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative CANCER ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

MA DIRECTIVE ANTICIPEE

MA DIRECTIVE ANTICIPEE MA DIRECTIVE ANTICIPEE Préambule Dans votre directive anticipée ( Patientenverfügung ), vous pouvez consigner vos volontés pour votre fin de vie. La loi du 16 mars 2009 relative aux soins palliatifs, à

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

PSYCHOLOGUE AU DOMICILE : PRATIQUES SINGULIERES OU PLURIELLES?

PSYCHOLOGUE AU DOMICILE : PRATIQUES SINGULIERES OU PLURIELLES? PSYCHOLOGUE AU DOMICILE : PRATIQUES SINGULIERES OU PLURIELLES? Françoise ELLIEN, Psychologue-Psychanalyste Psychanalyste Directrice du réseau de santé ville-hôpital SPES XII ème Congrès National de la

Plus en détail

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE

PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE PRESENTATION DU RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL DU CONSEIL NATIONAL DE L AIDE AUX VICTIMES SUR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES EN URGENCE SYNTHESE Le 15 septembre 2003, Madame Anne D HAUTEVILLE, professeur

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

Prise en charge palliative chez les personnes ayant une démence

Prise en charge palliative chez les personnes ayant une démence Prise en charge palliative chez les personnes ayant une démence Concept Équipe multidisciplinaire 7 personnes travaillant sur le terrain 1 personne de référence par 2 UV Avoir au moins 160h de formation

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Document réalisé avec l aide de Philippe BIELEC, Ingénieur Conseil à la Direction des risques professionnels de la

Plus en détail

Calendrier des formations INTER en 2011

Calendrier des formations INTER en 2011 Calendrier des formations INTER en 2011 THEMES Liste des formations INTER MOTIVEZ ET DYNAMISEZ VOS EQUIPES 98 % de participants satisfaits et se sentant reconnus à la sortie de nos formations! L environnement

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280

Document du 11 février 2014. Contacts : Dr. Sophie Dartevelle, Présidente de l UFSBD. sophiedartevelle@ufsbd.fr / 0144907280 Document du 11 février 2014. Contribution de l Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire à la réflexion préparatoire au projet de loi d adaptation de la société au vieillissement Contacts : Dr. Sophie

Plus en détail

Infirmieres libérales

Infirmieres libérales Détail des programmes- Feuillets complémentaires à la plaquette générale Infirmieres libérales Stages courts 2012 Durées et dates disponibles sur un calendrier en annexe Santé formation Formations gratuites

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE DOSSIER DE PRESSE 12 DÉCEMBRE 2012 Contact Presse : Agathe LOBET Courriel : agathe.lobet@ars.sante.fr

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG)

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Filière : SANTE MENTALE Carte d'identité Nom de l'institution : FONDATION DE NANT- SECTEUR PSYCHIATRIQUE DE L EST VAUDOIS Nom du service : UNITE

Plus en détail

Les réseaux de santé Alain Grand

Les réseaux de santé Alain Grand Les réseaux de santé Alain Grand Section 1 : les réseaux de santé Devant le constat d un cloisonnement excessif du système de santé, susceptible d induire des «pertes de chance» vis-à-vis de certaines

Plus en détail

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier Annexe VI Portfolio de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : Institut de formation en soins : Date d entrée dans la formation : Nom et prénom

Plus en détail

Les onze propositions issues des États généraux des malades du cancer et de leurs proches de la Ligue contre le cancer

Les onze propositions issues des États généraux des malades du cancer et de leurs proches de la Ligue contre le cancer Oncologie (2005) 7: 78-83 78 Springer 2005 DOI 10.1007/s10269-005-0158-4 Les onze propositions issues des États généraux des malades du cancer et de leurs proches de la Ligue contre le cancer Comité du

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

LE MALADE EN FIN DE VIE

LE MALADE EN FIN DE VIE LE MALADE EN FIN DE VIE Un précepte, donc à suivre scrupuleusement, est celui de ne jamais abandonner un malade même en état de mort imminente et de tout mettre en œuvre pour relever les forces, et soulager

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Les soins palliatifs aux soins intensifs : une coexistence possible

Les soins palliatifs aux soins intensifs : une coexistence possible Les soins palliatifs aux soins intensifs : une coexistence possible Diane Guay, inf Étudiante au Doctorat en sciences cliniques (sc.inf.) Co-direction Pr Luc Mathieu Pre Cécile Michaud Plan de la présentation

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

Critères de qualité de l annonce du diagnostic : point de vue des malades et de la Ligue nationale contre le cancer

Critères de qualité de l annonce du diagnostic : point de vue des malades et de la Ligue nationale contre le cancer CANCERS : LES DÉFIS «QUALITÉ» 67 Critères de qualité de l annonce du diagnostic : point de vue des malades et de la Ligue nationale contre le cancer F. Bettevy, C. Dufranc, G. Hofmann Ligue nationale contre

Plus en détail

Patrizia Tilly - Fotolia.com

Patrizia Tilly - Fotolia.com Patrizia Tilly - Fotolia.com Préserver sa santé Avec l âge, le manque d activité, votre santé peut se fragiliser. Des gestes simples, une bonne hygiène de vie peuvent permettre de se maintenir en forme.

Plus en détail

www.saint-quentin-en-yvelines.fr

www.saint-quentin-en-yvelines.fr IPS - 3, place de la Mairie 78190 Trappes-en-Yvelines Tél. : 01 30 16 17 80 www.saint-quentin-en-yvelines.fr Un Institut au cœur des problématiques de santé créé par l agglomération de Saint- Quentin-en-Yvelines

Plus en détail

Réactions de deuil des enfants

Réactions de deuil des enfants Le deuil et ses effets 91 Réactions de deuil des enfants Rôle des parents en assistant les enfants dans le deuil Les enfants n ont pas la force émotionnelle de faire seuls leur deuil. Ils ont besoin de

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie Commission de la santé et des services sociaux L autonomie pour tous Consultations particulières sur la création d une assurance autonomie Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Situation/Résumé Problématiques abordées Points forts Points faibles

Situation/Résumé Problématiques abordées Points forts Points faibles Scénarios 1 Professionnels ciblés Spécialistes Situation/Résumé Problématiques abordées Points forts Points faibles Annonce initiale du Cancer Patient informé tardivement suite à une demande de la famille.

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Senior. Bon à savoir. + soins mode d emploi

Senior. Bon à savoir. + soins mode d emploi Chaque année, près de 5.000 patients âgés de plus de 75 ans sont hospitalisés à Saint-Luc. Tous ne sont pas soignés par un gériatre. Mais alors, qui est concerné par la gériatrie? Et en quoi consiste cette

Plus en détail

NOTRE HÔPITAL S ENGAGE. Au-delà du soin, vous comprendre. Au-delà du soin, vous comprendre

NOTRE HÔPITAL S ENGAGE. Au-delà du soin, vous comprendre. Au-delà du soin, vous comprendre NOTRE HÔPITAL Au-delà du soin, vous comprendre S ENGAGE 4, rue Kléber 3, rue Barbès 92300 Levallois-Perret Tél. : 01 47 59 59 59 www.ihfb.org Au-delà du soin, vous comprendre UNE NOUVELLE IMAGE DE NOUVELLES

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Introduction W ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier)

Introduction W ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier) Introduction ZLe service d hémodialyse à l hôpital civil de Charleroi (infirmière en chef Mme Lothier) Nombres de postes : 24 Nombres de patients chroniques : 96 ZLe service d hémodialyse à l hôpital André

Plus en détail

Fiche d'information des patients

Fiche d'information des patients Fiche d'information des patients Avec votre consentement et l'accord de votre médecin traitant, vous allez faire partie du réseau de santé ville-hôpital SPES. Le réseau S.P.E.S. fédère des professionnels

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

Le rôle des aides-soignantes et la place des aidants naturels dans le soin

Le rôle des aides-soignantes et la place des aidants naturels dans le soin Tiré à part 2011 Ce livret vous est offert par la 1 re mutuelle des professionnels de la santé www.em-consulte.com/produit/sasoi Le rôle des aides-soignantes et la place des aidants naturels dans le soin

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

La téléassistance pour le maintien à domicile :

La téléassistance pour le maintien à domicile : La téléassistance pour le maintien à domicile : Comment dépasser une logique d offre technologique et construire les usages pertinents? Florence Charue-Duboc ; Laure Amar ; Anne-France Kogan ; Nathalie

Plus en détail

Formation obligatoire d adaptation à l emploi

Formation obligatoire d adaptation à l emploi Cycle de formation Praxis Conforme à l arrêté du 16 juillet 2009 Formation obligatoire d adaptation à l emploi Agent de service mortuaire Madame, Monsieur, Depuis l arrêté du 16 juillet 2009 relatif à

Plus en détail

Professeur Mireille MOUSSEAU

Professeur Mireille MOUSSEAU UE7 - Santé Société Humanité Médecine et société La mort et la souffrance dans la relation médecin malade Chapitre 4 : Relations médecin-malade (et famille) à l approche de la mort Professeur Mireille

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

OFFRE EN STAGE SIP POUR LES ETUDIANT(E)S D ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE ET LES ETUDIANTS BACHELOR FILIERE SOINSINFIRMIERS

OFFRE EN STAGE SIP POUR LES ETUDIANT(E)S D ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE ET LES ETUDIANTS BACHELOR FILIERE SOINSINFIRMIERS OFFRE EN STAGE SIP POUR LES ETUDIANT(E)S D ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE ET LES ETUDIANTS BACHELOR FILIERE SOINSINFIRMIERS Filière : APS et Bachelor en soins infirmier Nom de l institution : CHUV Nom de l

Plus en détail

Comment choisir sa maison de retraite?

Comment choisir sa maison de retraite? Les Essentiels Les Essentiels de Cap Retraite n 5 Résidence du soleil Comment choisir sa maison de retraite? 6 FICHES PRATIQUES Les différents types d établissement Les coûts en maison de retraite Le dossier

Plus en détail

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques 2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès au Canada. Bien que leur incidence ait diminué au cours des dernières

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine le guide L Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine est un établissement public national de l État créé par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort relation SRLF Paris, 11-12-13 mai C.LE BRIS BENAHIM Psychothérapeute - Formatrice Quimper CHIC Comment le vécu

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail