LES COMPORTEMENTS FINANCIERS DES MENAGES EN EUROPE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES COMPORTEMENTS FINANCIERS DES MENAGES EN EUROPE 1995-1999"

Transcription

1 LES COMPORTEMENTS FINANCIERS DES MENAGES EN EUROPE Etude effectuée pour le compte de l'observatoire de l'epargne Européenne SEPTEMBRE 2000 André Babeau Mathilde Lainé Niamh Mc Cabe

2 - 2 - LES COMPORTEMENTS FINANCIERS DES MENAGES EN EUROPE ( ) : UNE TRES GRANDE DIVERSITE QUI EST MOINS LIEE AU NIVEAU DE DEVELOPPEMENT QU'AUX SPECIFICITES INSTITUTIONNELLES ET AUX MENTALITES Pour chaque pays étudié, le tableau de financement résume les ressources financières des ménages et l'emploi de ces ressources, en supposant que leur consommation finale est intégralement financée par leur revenu disponible. L'étude a couvert, pour 9 pays de l'union européenne, les cinq années qui vont de 1995 à Le changement de base de 1999 (passage au SEC95) n'a pas facilité le travail (retard dans les publications des comptes, certaines variables sont encore manquantes). Pour quelques grandeurs, il a fallu se livrer à des estimations. Dans ce qui suit, on se bornera à commenter l'année * * *

3 - 3 - LE RECOURS AUX TABLEAUX DE FINANCEMENT PERMET DE METTRE EN EVIDENCE UNE GRANDE DIVERSITE DE SITUATIONS QUI NE S'EXPLIQUE PAS PAR DES RELATIONS SIMPLES De prime abord, ce qui frappe, ce sont les très grands écarts qui apparaissent entre les taux d'accumulation bruts (tableau 1, entre 16 et 36%) et, plus encore, entre les taux d'accumulation nets (tableau 2, entre 11 et 32%). Du côté des ressources, aucune variable simple (taux d'épargne, taux de recours au crédit) ne suffit à expliquer les écarts qui résultent en fait de la combinaison des valeurs prises par certaines variables. D'autre part, le niveau de revenu disponible par tête ne semble pas non plus constituer une bonne variable de référence. Ainsi dans le peloton de tête (taux d'accumulation brut supérieur à 25%), on a deux pays riches (Pays-Bas, Belgique) et un pays émergent (Portugal) : - un pays, les Pays-Bas, dont le taux d'épargne brut et le taux de recours au crédit sont au sommet ; - un pays, le Portugal, dont le taux d'épargne brut est assez modeste, mais dont le taux de recours au crédit est très important ; - un pays enfin, la Belgique qui recourt assez peu au crédit, mais a un taux d'épargne élevé et possède aussi "d'autres ressources" assez importantes (transferts et ajustements). En queue de peloton, avec des taux d'accumulation brut inférieurs à 17% du revenu disponible brut, on a deux pays de niveaux de développement également très différents : - le Royaume-Uni, pays à nouveau riche, avec un taux d'épargne faible et un fort recours au crédit ; l'épargne "nette" des ménages britanniques est tout juste positive ; - l'autriche, pays encore modestement développé, qui se trouve dans la situation pratiquement inverse : taux d'épargne plutôt élevé, mais très faible recours au crédit. Du côté des ressources, on voit qu'il est donc difficile de trouver des lois robustes expliquant soit leur niveau, soit leur composition.

4 - 4 - S'agissant des emplois, on observe qu'en 1999 les placements financiers ont été très généralement majoritaires (7 pays sur 9) ; mais les écarts sont importants puisque les placements financiers représentent moins de la moitié des emplois bruts en Autriche, mais près des deux tiers pour les Pays-Bas ou en Belgique. La dispersion des taux d'investissement bruts est d'ailleurs relativement réduite, comme si tous les pays éprouvaient le besoin d'investir des proportions assez voisines du revenu disponible des ménages. En revanche, la dispersion des taux de placements financiers est un peu plus importante : tout se passe comme si, une fois les "besoins" d'investissement satisfaits, le surplus des ressources allait aux placements financiers. Si l'on observe, non plus les taux "bruts" d'investissement, mais les taux "nets" de la consommation de capital, les écarts tout normalement se creusent et certains pays (le Royaume-Uni, l'espagne), en 1999, ne vont pas beaucoup au-delà du maintien de la valeur de leur patrimoine physique, cependant que d'autres (les Pays-Bas, le Portugal) semblent encore en phase de constitution de ce dernier.

5 - 5 - Tableau 1 TABLEAU DE FINANCEMENT BRUT DES MENAGES EN 1999 (EN % DU REVENU DISPONIBLE BRUT) Pays-Bas Portugal Belgique Allemagne Italie Espagne France Royaume- Uni Autriche (1998) Ressources brutes Taux d'épargne brut 16,5 10,0 16,0 15,3 12,7 10,2 15,7 5,0 13,5 Taux de recours au crédit 19,7 17,4 4,3 5,7 3,3 10,4 3,8 9,3 1,6 Transferts et ajustements -0,1 2,8 7,5 1,0 5,7-0,3-0,1 2,5 0,9 Total ressources brutes 35,8 30,2 27,8 22,0 21,7 20,3 19,4 16,8 16,0 Emplois bruts Taux d'investissement brut 12,8 11,7 10,0 11,4 8,8 8,0 8,8 6,3 8,5 Taux de placements financiers 23,0 18,5 17,8 10,6 12,9 12,3 10,6 10,5 7,5 Total emplois bruts 35,8 30,2 27,8 22,0 21,7 20,3 19,4 16,8 16,0

6 - 6 - EN REVANCHE, OUTRE LE NIVEAU OU LE RYTHME DE DEVELOPPEMENT, LES SPECIFICITES INSTITUTIONELLES ET LES DIFFERENCES D'ATTITUDES RENDENT ASSEZ BIEN COMPTE DES ECARTS OBSERVES Pour rendre compte de cette diversité, force est donc de se référer à la fois à des différences de mentalité, mais aussi, et peut-être surtout, à des spécificités institutionnelles. Le recours au crédit paraît certes lié positivement au niveau de développement (Pays-Bas, Royaume-Uni), mais aussi à son rythme (Espagne, Portugal), et il y a un pays riche qui y résiste bien, c'est la Belgique (mais peut-être les choses sont-elles en train de changer). Parmi les spécificités institutionnelles, l'endettement hypothécaire à très long terme (30 ans et plus) alourdit le poids du passif et la déductibilité des intérêts d'emprunts hypothécaires pousse aussi à "charger la barque" (financement de la consommation!) ; cela explique, au moins en partie, la situation aux Pays-Bas. Notons en passant que, compte tenu de l'importance du recours au crédit aux Pays-Bas, le rapport du passif des ménages à leur revenu disponible brut atteint pratiquement 160% à la fin de l'année 1999! Les économistes qui prévoient l'effondrement de l'économie américaine parce que le passif des ménages s'y élève à un peu plus de 100% de leur revenu disponible ne semblent guère connaître la situation en Europe (où le Danemark est probablement encore devant les Pays-Bas à cet égard). A l'opposé, le crédit à la consommation joue encore un rôle mineur dans un pays comme l'italie où l'endettement reste associé aux groupes les moins aisés de la population.

7 - 7 - De leur côté, les systèmes de retraite ne fournissent pas non plus d'explication simple aux différences entre taux d'accumulation : le Royaume- Uni avec ses fond de pension a le taux d'épargne le plus faible de l'échantillon étudié. Mais il faut aller plus loin : les retraites "capitalisées" n'en sont peut-être pas au même stade de "leur cycle de vie" dans les différents pays. Ainsi, si les fonds de pension britanniques semblent relativement peu abonder l'épargne et les flux de placements financiers des ménages, c'est sans doute que nombre d'entre eux sont parvenus à maturité et que leurs "prestations" ne sont pas très inférieures aux cotisations engrangées. A l'inverse, les fonds de pension sectoriels de nos amis hollandais paraissent être encore dans une phase de jeunesse : l'excédent des cotisations reçues sur les prestations versées représente, en 1999, à peu près la moitié du montant de l'épargne brute des ménages et plus du tiers de leurs placements financiers. Quand ces fonds arriveront à maturité, on peut donc prévoir une baisse très sensible du taux d'épargne des ménages hollandais. On a peu fait référence jusqu'à présent à la variable d'ajustement (transferts et ajustements) : quand elle est importante, elle est toujours positive ; on a du mal à croire que pour des pays comme le Portugal, l'italie et surtout la Belgique, on soit en face de transferts en capitaux de cette importance. Ce poste pourrait renvoyer à une certaine sous-estimation des autres ressources (épargne, crédit). La sous-estimation du recours au crédit paraît peu probable : en Italie, le financement usuraire (dont le montant précis est inconnu), financement encore assez largement pratiqué dans le mezzogiorno, se produit au sein du secteur "ménages" et n'ajoute donc, en principe, aucune ressource supplémentaire au secteur.

8 - 8 - Tableau 2 TABLEAU DE FINANCEMENT NET DES MENAGES EN 1999 (EN % DU REVENU DISPONIBLE NET) Pays-Bas Portugal Belgique Allemagne Italie Espagne France Royaume- Autriche Uni (1998) Ressources nettes Taux d'épargne net 11,5 4,8 11,5 9,7 7,2 5,0 10,8 0,9 8,3 Taux de recours au crédit 20,6 18,4 4,5 5,8 3,5 11,0 4,0 9,7 1,7 Transferts et ajustements -0,1 3,0 8,0 1,1 6,0-0,3-0,1 2,6 1,0 Total ressources nettes 32,0 26,2 24,0 16,6 16,7 15,7 14,7 13,2 11,0 Emplois nets Taux d'investissement net 7,7 6,6 5,3 5,5 3,0 2,7 3,6 2,3 3,1 Taux de placements financiers 24,3 19,6 18,7 11,1 13,7 13,0 11,1 10,9 7,9 Total emplois nets 32,0 26,2 24,0 16,6 16,7 15,7 14,7 13,2 11,0

9 - 9 - La sous-estimation du poste "épargne" est plus vraisemblable : on sait que l'épargne des ménages est l'excédent de leur revenu disponible sur leur consommation finale ; cette dernière est bien connue en raison des informations fiscales, mais le revenu disponible peut être sous-estimé. Notamment, le poste "transferts courants" qui reprend les revenus rapatriés de l'étranger pourrait être l'occasion de sous-estimation : pour la Belgique (relations avec le Luxembourg), mais aussi pour des pays comme le Portugal (revenus de travailleurs émigrés), la question mérite au moins d'être posée. Mais il y a certainement d'autres causes de sous-estimation possible (tout le domaine de l'économie sous-terraine en Italie?). * * * L'utilisation des tableaux de financement pour expliquer les comportements des ménages a au moins trois mérites : - permettre d'avoir une vue d'ensemble des différents aspects de leurs comportements financiers, - faciliter la compréhension des interactions qui peuvent exister entre les différents domaines évoqués (des investissements importants en logement vont évidemment souvent de pair avec un recours important au crédit hypothécaire ; en sens inverse, un recours important au crédit soutient énergiquement les placements financiers), - pousser à la recherche de spécificités nationales susceptibles d'être à l'origine des écarts observés. Accessoirement, ce cadre d'analyse fait aussi comprendre pourquoi certaines fonctions d'épargne macro-économiques sont aussi peu performantes, qui se bornent à mettre en relation le taux d'épargne des ménages avec la croissance du pouvoir d'achat et le rythme d'inflation des différents pays considérés.

10 QUELQUES DEFINITIONS Les tableaux de financement utilisés ici comme instruments d'analyse correspondent à une présentation synthétiques des comptes des ménages en comptabilité nationale dans les différents pays étudiés. La consommation de capital au cours d'une période donnée représente l'usure du capital physique possédé par les ménages (patrimoine résidentiel, patrimoine professionnel des entrepreneurs individuels). Toutes les grandeurs indiquées ici "en brut" ou "en net", sont, sauf indications contraires, brutes ou nettes de la consommation de capital. La variable "transferts et ajustements " figurant en ressource correspond le plus souvent à des "ressources" en capital supplémentaires obtenus par les ménages (venant, par exemple, d'un autre secteur), mais elle peut aussi traduire une sous-estimation de l'épargne réalisée ou des crédits obtenus. La somme des ressources brutes (ou, de façon équivalente, des emplois bruts) correspond à l'accumulation de l'année sur le patrimoine brut (passif non déduit), accumulation brute de la consommation de capital ; le taux d'accumulation brut sur le patrimoine brut est le rapport entre l'accumulation brute de l'année et le revenu disponible brut. La somme des ressources nettes (ou, de façon équivalente, des emplois nets) correspond à l'accumulation de l'année sur le patrimoine brut (passif non déduit), accumulation nette de la consommation de capital ; le taux d'accumulation net sur le patrimoine brut est le rapport entre l'accumulation nette et le revenu disponible net. Le taux d'accumulation net sur le patrimoine net (passif déduit) est tout simplement le rapport de l'épargne nette au revenu disponible net, c'est à dire ce que nous appelons ici le taux d'épargne net.

11 TAUX D'ACCUMULATION BRUTS ET NETS EN 1999 : UNE HIERARCHIE SOLIDEMENT ETABLIE! 40 35, ,2 26,2 27, ,7 16,6 16,7 20,3 15,7 19,4 14,7 16,8 13, Pays-Bas Portugal Belgique Allemagne Italie Espagne France Royaume-Uni Autriche (1998) Une hiérarchie solidement établie!

12 DES TAUX D'EPARGNE BRUTS ET NETS TRES VARIABLES D'UN PAYS A L'AUTRE ,5 16,0 15,3 15, ,7 13, ,5 10,0 11,5 9,7 7,2 10,2 10,8 8,3 6 4,8 5,0 5, Pays-Bas Portugal Belgique Allemagne Italie Espagne France Royaume-Uni Autriche (1998) 0,9

13 LA PART DES PLACEMENTS FINANCIERS EST TRES VARIABLE : DE LA MOITIE AUX DEUX TIERS 100% 90% 80% 70% 36% 39% 36% 52% 41% 39% 45% 38% 53% 60% 50% 40% 30% 20% 64% 61% 64% 48% 59% 61% 55% 63% 47% 10% 0% Pays-Bas Portugal Belgique Allemagne Italie France France Royaume-Uni Autriche (1998) Placements financiers FBCF

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

UNION EUROPÉENNE Tableau comparatif des régimes de retraite de base

UNION EUROPÉENNE Tableau comparatif des régimes de retraite de base UNION EUROPÉENNE Tableau comparatif des régimes de retraite de base PAYS Durée minimale OUVERTURE DE DROIT Age normal de liquidation à la retraite DUREE DE VALIDATION MAXIMALE CALCUL DE PENSION ALLEMAGNE

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Géographie de l épargnant européen

Géographie de l épargnant européen Géographie de l épargnant européen ANDRÉ BABEAU * UUne première : le tableau général des compor - tements d épargne en Europe. Où l on voit que les Britanniques et les Néerlandais sont les champions de

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

CEPII, document de travail n 99-10. Juin 1999 n 10

CEPII, document de travail n 99-10. Juin 1999 n 10 Juin 1999 n 10 La diversité des marchés du travail en Europe : Quelles conséquences pour l Union Monétaire Première partie : La diversité des marchés du travail dans les pays de l Union Européenne Loïc

Plus en détail

Au sein de l'union Européenne, le congé de maternité est variable d'un État à l'autre.

Au sein de l'union Européenne, le congé de maternité est variable d'un État à l'autre. Analyse n 3/2012 du RIEPP 1 Lorsque l'enfant paraît... à propos du repos d'accouchement, du congé de maternité, de paternité et autres congés parentaux et de l'égalité des genres en Europe Joëlle Mottint,

Plus en détail

En termes de taille relative, le Canada occupe la 15 ème place parmi les économies mondiales

En termes de taille relative, le Canada occupe la 15 ème place parmi les économies mondiales Le Programme de comparaison internationale de la Banque mondiale du pouvoir d'achat : classement général des pays, 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le vendredi 9 mai 2014 Le 30

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Le Défi des retraites S. PARIS-HORVITZ - 26/04/2006 1 Sommaire Le défi démographique Le défi des

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats. Vincent Marcus*

Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats. Vincent Marcus* Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats Vincent Marcus* En 2003, le salaire brut annuel moyen d un travailleur à temps complet de l industrie ou des services s

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013 R EGARD SUR... Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 24 et 213 (application des règlements (CEE) n 148/71 puis (CE) n 883/24) Chaque année, les paiements effectués par la France en application

Plus en détail

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise 2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise Les budgets européens ont été affectés par la crise aussi bien du point de vue des dépenses que des recettes de protection sociale. De fait, sur

Plus en détail

Une nouvelle vision de l épargne des ménages. Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine. Un mauvais exemple qui vient de loin

Une nouvelle vision de l épargne des ménages. Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine. Un mauvais exemple qui vient de loin Politique économique Une nouvelle vision de l épargne des ménages André Babeau Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine La notion d épargne, et plus spécifiquement d épargne des ménages, est

Plus en détail

Mars 2008. Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé

Mars 2008. Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé SENS ET LIMITES DE LA COMPARAISON DES TAUX... Synthèse Mars 2008 Avertissement LLe Conseil des prélèvements obligatoires est chargé d'apprécier l'évolution et l'impact économique, social et budgétaire

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales.

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales. LA PLACE DE LA FRANCE PARMI LES CREANCIERS EUROPEENS EN MATIERE DE SOINS DE SANTE AU SEIN DE L UNION EUROPENNE ENTRE LE 31.12.1999 ET LE 31.12.2008 (REGLEMENTS CEE 1408/71 et 574/72) Les prestations versées

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française?

PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? PRÉLÈVEMENTS SUR LE TRAVAIL : l exception française? Comparaison dans 8 pays européens Pour un couple avec 2 enfants Pour un célibataire 12 septembre 2014 METHODOLOGIE Objectif Evaluer la pression des

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes pour l entreprise et les salariés Conférence

L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes pour l entreprise et les salariés Conférence L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes Conférence INTERVENANTS Laurence LUENGAS Directeur des Ressources Humaines de la société PARADIGM Evelyne PICHOT Commission

Plus en détail

Coût des systèmes de santé

Coût des systèmes de santé santé publique Santé publique Comparaison internationale et positionnement de la Suisse Coût des systèmes de santé Depuis plus de quarante ans, l Organisation de coopération et de développement économiques

Plus en détail

Taux d épargne, le paradoxe franco- britannique

Taux d épargne, le paradoxe franco- britannique OFCE le 10 novembre 2003 Taux d épargne, le paradoxe franco- britannique Valérie Chauvin, Catherine Mathieu, Henri Sterdyniak. Version provisoire En ce qui concerne l organisation de leur système de retraite,

Plus en détail

Didier Davydoff 19 avril 2012

Didier Davydoff 19 avril 2012 Didier Davydoff 19 avril 2012 60 50 49 51 55 40 33 30 20 20 2009 2010 2011 10 8 0 Collecte nette de l'assurance vie Collecte nette de l'épargne bancaire 2 3 4 5 6 7 Où va la fuite de cotisations d assurance

Plus en détail

Comptes de Patrimoine Financier Volume IIIb Notes méthodologiques

Comptes de Patrimoine Financier Volume IIIb Notes méthodologiques Comptes de Patrimoine Financier Volume IIIb AUSTRALIE... 2 AUTRICHE... 2 BELGIQUE... 3 CANADA... 3 RÉPUBLIQUE TCHÈQUE... 4 DANEMARK... 5 FINLANDE... 5 FRANCE... 6 ALLEMAGNE... 6 HONGRIE... 7 ITALIE...

Plus en détail

La fiscalité des revenus de l épargne

La fiscalité des revenus de l épargne CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 12 septembre 2002 «Retraite par répartition et compléments de retraite» Document n 9 La fiscalité des revenus de l épargne Conclusion du rapport

Plus en détail

ANNEXE X PRESTATIONS SPÉCIALES EN ESPÈCE À CARACTÈRE NON CONTRIBUTIF. [Article 70, paragraphe 2, point c)]

ANNEXE X PRESTATIONS SPÉCIALES EN ESPÈCE À CARACTÈRE NON CONTRIBUTIF. [Article 70, paragraphe 2, point c)] ANNEXE X (1) (3) PRESTATIONS SPÉCIALES EN ESPÈCE À CARACTÈRE NON CONTRIBUTIF [Article 70, paragraphe 2, point c)] BELGIQUE a) Allocation de remplacement de revenus (loi du 27 février 1987). b) Revenu garanti

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

ECONOMIE DE LA SANTE

ECONOMIE DE LA SANTE ECONOMIE DE LA SANTE Isabelle HIRTZLIN UNIVERSITE DE PARIS 1 PANTHEON-SORBONNE 30 septembre 2015 Créé par : Isabelle HIRTZLIN ECONOMIE DE LA SANTE Isabelle HIRTZLIN ASSURANCE SOCIALE OU COMMERCIALE : QUELLES

Plus en détail

SOCIÉTE PRIVÉE DE GESTION DE PATRIMOINE SELECTION HIGH YIELD 2015

SOCIÉTE PRIVÉE DE GESTION DE PATRIMOINE SELECTION HIGH YIELD 2015 SOCIÉTE PRIVÉE DE GESTION DE PATRIMOINE SELECTION HIGH YIELD 2015 information périodique FONDS COMMUN DE PLACEMENT FCP DE DROIT FRANÇAIS Information Périodique au 30.06.2014 État du patrimoine SELECTION

Plus en détail

Québec, 22 octobre 2015

Québec, 22 octobre 2015 Québec, 22 octobre 2015 Un contexte propice à une réforme fiscale Le contexte économique et fiscal La croissance économique potentielle est appelée à être plus modeste (Pourcentage de croissance du PIB)

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

Les opérations et autres flux

Les opérations et autres flux Les opérations et autres flux Les nomenclatures présentées ici sont celles du Système européen des comptes 2010 (SEC 2010). Nomenclature des opérations Opérations sur produits (biens et services) (P) P.1

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Les propriétaires plus satisfaits de leur logement que les locataires

Les propriétaires plus satisfaits de leur logement que les locataires Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 09.12.2013, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population N 0351-1313-70 Enquête 2012

Plus en détail

Commission financière de l AFEP. Structure de l épargne et financement des économies européennes 21 juin 2000

Commission financière de l AFEP. Structure de l épargne et financement des économies européennes 21 juin 2000 Commission financière de l AFEP Structure de l épargne et financement des économies européennes 2 juin 2000 Jacques de Larosière Président de l Observatoire de l Epargne Européenne Le bouclage classique

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute

INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute Offre à l attention de Monsieur Promu P2014 Vous Nom : Monsieur Promu P2014 Adresse :, Date de naissance : 01/06/1989 Age à la souscription :

Plus en détail

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales.

CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. CONVENTIONS FISCALES INTERNATIONALES Comparatif des conventions fiscales internationales. FRANCE DETERMINATION DU LIEU DE RESIDENCE Allemagne, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Espagne, Etats-Unis, Inde,

Plus en détail

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience 3 mars 6 N 6-134 Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience On sait que les pays ont des stratégies de croissance très différentes : développement

Plus en détail

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS

LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS LA CONNAISSANCE DES COMPTES FINANCIERS ET NON FINANCIERS DES ACTEURS FINANCIERS Fabrice LENGLART INSEE Comptes nationaux Bruno LONGET - Banque de France - SESOF CNIS 22 juin 2009 Plan I Place des activités

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005

La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans. Février 2005 La nouvelle frontière du marché de taux en euro? Réflexion sur une OAT à 50 ans 1. Le besoin d obligations à très long terme 2. L opinion des investisseurs 3. L approche de l AFT 1 1. Le besoin d obligations

Plus en détail

La retraite pour pénibilité

La retraite pour pénibilité Salariés MAI 2012 La retraite pour pénibilité Conditions Démarches La retraite pour pénibilité Un dispositif de retraite pour pénibilité a été créé par la réforme des retraites de 2010. Il permet aux assurés

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine

Evaluation de l impact à court terme de l application du  Gentelmen Agreement  sur l économie marocaine Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine Octobre 1996 Document de travail

Plus en détail

Centrale des crédits aux particuliers

Centrale des crédits aux particuliers Centrale des crédits aux particuliers Analyse des données statistiques 2013 La Centrale des crédits aux particuliers est un outil qui vise à lutter contre le surendettement grâce à l'enregistrement de

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Les Fonds Immobiliers en Europe L'étude que l'observatoire de l'epargne Européenne a confié à l'institut de l'epargne Immobilière et Foncière avait pour objectif majeur de dresser un bilan comparatif des

Plus en détail

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE Partant d une situation déjà défavorable au financement des entreprises par fonds propres, les mesures fiscales

Plus en détail

Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 2014

Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 2014 Étude : Épargne nationale au Canada et aux États-Unis, 1926 à 11 Diffusé à 8 h 3, heure de l'est dans Le Quotidien, le jeudi 26 juin 14 Le taux d'épargne s'entend du rapport entre l'épargne brute et le

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

CONFERENCE SORBONNE - IMMO RICS INVESTISSEMENT IMMOBILIER STRUCTURATION FISCALE. Mercredi 13 juin 2007

CONFERENCE SORBONNE - IMMO RICS INVESTISSEMENT IMMOBILIER STRUCTURATION FISCALE. Mercredi 13 juin 2007 CONFERENCE SORBONNE - IMMO RICS INVESTISSEMENT IMMOBILIER STRUCTURATION FISCALE Mercredi 13 juin 2007 LOCALISATION DE VEHICULES D INVESTISSEMENT EN FRANCE INVESTISSEMENTS PAN-EUROPEENS REGIMES SPECIFIQUES

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire?

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire? Page 1 sur 5 Communiqué de presse Le 28 août 2014 6ème ÉDITION DE L OBSERVATOIRE BNP PARIBAS INTERNATIONAL BUYERS «Investing & Living abroad» 2014 La fiscalité française source d attractivité pour les

Plus en détail

Le point sur la situation d emploi des seniors en Europe : analyse comparative des 27 Etats membres de l Union européenne

Le point sur la situation d emploi des seniors en Europe : analyse comparative des 27 Etats membres de l Union européenne CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 décembre 2011 à 9 h 30 «Emploi et retraite en Europe : étude de cas» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Le point sur la

Plus en détail

S installer en France en tant que travailleur indépendant

S installer en France en tant que travailleur indépendant Ressortissants étrangers S installer en France en tant que travailleur indépendant Édition 2015 S installer en France en tant que travailleur indépendant Vous avez l intention de vous installer en France

Plus en détail

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0 L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47. Résumé La question de la position des consommateurs vis-à-vis du commerce international a été abordée en particulier par deux

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2012

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2012 LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 212 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques de la direction des études et des statistiques FFSA-GEMA

Plus en détail

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux 21 novembre 2014 Gilbert Cette 1. Définitions et sources Valeur ajoutée aux coûts des

Plus en détail

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS

La révolution de l'activité féminine. Hervé Le Bras EHESS La révolution de l'activité féminine Hervé Le Bras EHESS En cinquante années, d'un point de vue démographique, le travail a changé de nature. On pouvait craindre que l'allongement de la vie et celui des

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

MONTPENSIER FINANCE QUADRATOR

MONTPENSIER FINANCE QUADRATOR MONTPENSIER FINANCE QUADRATOR information périodique FONDS COMMUN DE PLACEMENT FCP DE DROIT FRANÇAIS Information Périodique au 30.06.2014 État du patrimoine Éléments de l état du patrimoine Devise de comptabilité

Plus en détail

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE...

DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DES SOCIÉTÉS FERMÉES DANS L UNION EUROPÉENNE... DROIT ET PRATIQUE DE LA SOCIÉTÉ FERMÉE DANS L UNION EUROPÉENNE : DIVERSITÉ ET CONVERGENCES Exposé introductif * M. Jean-Jacques DAIGRE, Professeur à l Université

Plus en détail

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2013

LES ASSURANCES DE PERSONNES. Données clés 2013 LES ASSURANCES DE PERSONNES Données clés 213 2 Sommaire Sauf indications contraires, toutes les données ont pour origine les enquêtes statistiques FFSA-GEMA et concernent les sociétés d assurances relevant

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Les pratiques d épargne en Europe

Les pratiques d épargne en Europe Les pratiques d épargne en Europe Didier Davydoff (directeur) et Laetitia Gabaut Observatoire de l Épargne Européenne Selon les données rassemblées par l OCDE, le taux d épargne net des ménages a été,

Plus en détail

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES. Identifiant juridique : BOI-ANNX-000435-20150410

Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES. Identifiant juridique : BOI-ANNX-000435-20150410 Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-ANNX-000435-20150410 DGFIP autres annexes ANNEXE - RSA - RPPM - Liste de

Plus en détail

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE Dreyfus Louyebo Fortune et patrimoine guide de l investissement en France Essai Editions Persée Consultez notre site internet Editions Persée,

Plus en détail

2008 : année exceptionnelle pour les dépenses étrangères de soins de santé en France

2008 : année exceptionnelle pour les dépenses étrangères de soins de santé en France 2008 : année exceptionnelle pour les dépenses étrangères de soins de santé en France Toute personne qui séjourne ou réside en France ou à l étranger peut recevoir des soins de santé, qu elle soit touriste,

Plus en détail

ACTION FGR Après la revalorisation de 0,1 % la question du pouvoir d'achat reste entière

ACTION FGR Après la revalorisation de 0,1 % la question du pouvoir d'achat reste entière ACTION FGR Après la revalorisation de 0,1 % la question du pouvoir d'achat reste entière Après le succès de l action carte-pétition qui s est traduite par près de 100 000 cartes signées et remises à l

Plus en détail

Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017

Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017 Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017 VERBATIM Présentation à l IGNES 27 Juin 2013 Une proposition d étude du cabinet CODA Strategies Octobre 2012 CODA STRATEGIES - 4 rue Galvani

Plus en détail

Céline Goffette. CREST-INSEE / Sciences Po / INED. Congrès national des ORS - Les inégalités de santé 16 et 17 octobre 2008

Céline Goffette. CREST-INSEE / Sciences Po / INED. Congrès national des ORS - Les inégalités de santé 16 et 17 octobre 2008 Évolution différenciée des gradients sociaux homme/femme de consommation de tabac et homogamie sociale : quelle influence sur la concordance des comportements t au sein des ménages? quelle conséquence

Plus en détail

La gestion de la rémunération

La gestion de la rémunération DelasupervisionàlagestiondesRESSOURCESHUMAINES Àl èred unegrhentransition 3 e édition Chapitre9 Lagestiondelarémunération 1. Les éléments suivants se classent dans la rémunération pécuniaire directe :

Plus en détail

Banques et assurances

Banques et assurances Banques et assurances Les sociétés financières Les banques et les assurances font partie du secteur institutionnel des sociétés financières. Le Système européen des comptes nationaux (SEC 2010) en donne

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent.

Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent. COMMUNIQUE DE PRESSE SOUS EMBARGO JUSQU AU 29-09-2014 Attention! Epargner pour votre retraite pourrait vous coûter de l argent. Bruxelles, le 29 septembre 2014 Les perspectives pour les citoyens européens

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 13 octobre 2008 (OR. en) 14162/08 LIMITE ACP 179 PTOM 32 FIN 376

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 13 octobre 2008 (OR. en) 14162/08 LIMITE ACP 179 PTOM 32 FIN 376 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13 octobre 2008 (OR. en) 14162/08 LIMITE ACP 179 PTOM 32 FIN 376 PROPOSITION Origine: Commission européenne En date du: 8 octobre 2008 Objet: Proposition de

Plus en détail