DÉPENDANCE DES PERSONNES AGÉES ET CHARGE EN SOINS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DÉPENDANCE DES PERSONNES AGÉES ET CHARGE EN SOINS"

Transcription

1 CENTRE TECHNIQUE NATtONAL D%ETUBES ET DE RECHERCHES SUR LES WAND1CAPS ET LES INADAPTATIONS 2, rue Auguste-Comte VANVES DÉPENDANCE DES PERSONNES AGÉES ET CHARGE EN SOINS Expérimentation simultanée de six grilles de dépendance avec 7% col tatioratlorr scientifique djhenr.3 PAZEtlEtER Ce travail a Btb realfse dans le cadre de ta Convent l on ne 25,86,03 ente Ce PPinistè~ des Rflàrres SaçiaTes et de 1 'Emploi Direction Gi31)erale de ta Santé et le Cmtre Technique Nati~nal dletu&s et de Rechwches sur tes Handicaps el les Inadaptations

2 - ERGUNOBIKE ET MANalCAPS MOTEUiES fife CaRoque boub trzgide du iu;tehe de & Rechehcdze & di. 6üp&&~ Pmg-te wbu&m, TeckvruISogit, Emploi, Tmvd Rappoht~ : g&-jacqteei> SIIKER ILAPAPTI - QES ESXKRTENCES NOUVELLES PUEIR LE RETOUR A OUWTCILE DES ADULTES NAWfCAPES PHYSIQUES Euabait PI LASRE-MCSUIN, Gêmd &$ASSON - ADOLESCENCE ET j4aifûrmatkons URr7GENITALES GRAVm Wmlr E93TRABAW Toute reproduction doit &tre soumise B I"autotisation du Directeur du C.T.N.E.R.N.I.

3 SOMMAIRE Pages CHAPITRE I - PRESEWATION ANALYTIQUE KS 6 GRILLE5 DE L'ETUf-IE A - CARACTER I STf QUES GENERhLES 1 - ORIGINE ET OBJECTIF 2 - PRESENTATION 3 - INFORMATISATION 4 - COTATION 5 - SYNTWESE DE t ' INFOWATfOM 6 - IDENTIFICMIDN DES GRILLES B - CORTERU 1 - IDENTIFICATION - CARACTERISATION SOCIO-ECONOFlflQUE 2 - ETAT DE SANTE 2. : Pathologie 2.2 : Dépendance 3 - SOINS : Analyse comparatfve 3.2 : Nature des sains CHAPITRE II - EXPERIMENTATKON SIMULTANEE M5 6 GRILLES DE I'ETUDE A - DEROULEKNT DE L' EXPF-RIMENTATiON 1 - OBJECTIF 2 - METHODOLOGIE 3 - LIEUX D'EXPEREMENTATTOEI 4 - CHOIX DE LA POPULATION

4 B - RESULTATS 1 - DESCRIPTION DE LA POPULATION 2 - REMARQUES SUR LES ITEMS PORTANT SUR LA DEPENDANCE 2. : Transfert-dé pl acement 2,2 : To3 lette-habi? lage 2.3 : Alimentation : Incontinence : Ccmportementlhumeur et orientation 2.6 : Vie relationnelle 3 - REWQUES SUR LES ITUyiS DE CHARGE EN SOINS CHAPITRE il 1 - ANALYSE STATISTIQUE DES INFORMATIONS RECUEILLIES 1 - CHAMP ET OBJECTIF DE L'ANALYSE STATISTIQUE 2 - METHODOLOGIE 2., : Première étape 2.2 : Deuxi&e étape 2.3 : Troisiëme étape 2.4 : Quatrième étape 3 - RESULTATS DE L'ANALYSE FACTORIELLE DES CORRESPDNDAKES 3,, : Première étape : Analyse des variables de dépendance 3.2 : Deuxjeme étape : Analyses Factorielles des Correspondances sur l es vari ab1 es résumant 1 es 6 domaines de dépendance 3.3 : Troisièzne étape : Analyse Factorielle des Correspondances sur une sélecti on de vari ab1 es de dépendance 3.4 : Quatrième étape : Projection des variables de soins Présentati on résumge des résultats de I ' analyse f actori el le des correspondances Conclusi on

5 CONCLUSIONS GENERALES A - LES TYPES DE GRILLES EN FONCTION DE LEUR OBJECTfF I - Grt I f es "cf iniques" 2 - Gri 1 les b' enquete B - QUELLE MESURE DE LA DEPENDAKE ET DES SOINS? 1 - h é constat de la dgwndance 2 - L e const & &ès $03 ns C - QKLLE RELATION ENTRE BEPENaANCE ET EWNE EN SOI%$? O - LES GRIaES DE DEPERDAKE COMME XETRUMENTS DE LIAISOI Oti D'AIDE A LA DECISION QUELQUES QUESTIOS A SE POSER LORSQUE L%N VEUT CHOISIR iut CONSTRUIRE UPlE GRILLE DE DEPENDANCE

6 LISTE ES TABhEAUX Pages - Tableau 1 = Origtne et objectif des grifles gtudices 11 - T&Ieau 2 - Gril fe PI mmotr-herard en St~blissearit et ii damiçife - Çmparai son des structures - Tabfttat,t 3 = PrGsentation des grill es Gtudiees 76 - Tableau 4 = Traitement infomiattqite des gr5 llez Ctladiiks Tableau 5 - Cotatiarr - Tableau 6 = Syntttese de l 'i nt"clmation - Tabteau 7 = Caracf&r-isati on soc* o-ëconomique et Fi li5t-e de soins 24 - Tabte~u 8 = Repirrage des p'dtltot ogies 2 fi - Tableau 9 J; Conpcsrtemnt et orienlati an 30 - Tableau 11 = Apprehension de fa charge en soins par les gri lles 6tudi6es - Tablettu 72 = DÉrfinitions de fa dur&&? des se2 ns Inf3firmierz selm les grilles PIEDNOIR-HENRARD (B-Cl et enquêtie en et ab1 issefaents psychiatriques (Gf 34 - Tableau 33 = Befinitian des duvges de soins de nursing selon tes gri 1 l es PI EI)FIOIR-WENRARD f B-Cf et en établisseiri~nts psshiatriques {Gf 35 - Tableau 14 l %eux d 'exp&ri*ntati wt simuj tangr?. des d gri33es de I 'étude - Cal endri er 55 - Tableau 15 algorithme de hi6rarchisatfotr des siveaux de de pen dan ce 55 - Tableau 16 Our& de remplissage des gr?lles {enrnin~les) 53 - Tableau 17 Structure par âge de ta population de 1%to& 67 - Tableau 18 - RLsparliti on des scores globaux &ans Ta population de I%tude fgrille E.D.A.) 62 - Y&Jeau 19 - Repartit3 on des scores globaux dans la papttfatron de I 'Gtude f gri lle PIEDt!l7IR-NENRAf25tf 63 - Tab3eaa 20 = Rgpàrtltti on des scores globaux dms ta population de I '&tude ( gri lle KUHTTWHN 1 64

7 LISTE DES GRAPHIQUES Pages - Graphique 1 = Représentation de ta population de l'expérimentation (70 personnes) -.Logiciel GERlATRIX : GERONTE et ISIS 66 - Graphique 2 - = ISIS total 67 - Graphique 3 Comparai son des personnes hebergêes en long séjour, moyen séjour et établissements psychiatriques et des personnes relevant des services de soins à domici'1.e 68 - GraphJque 4 = Comparaison des populations prises en charge par les services de soins infirmiers à domicile et celle des maisons de retraite 69 - Graphique 5 = &nalyse factoriel le des correspondances fa.f.c.1 : vari abl es de &tépendwce des 5 gril les étudiées 91 - Graphique 6 = A.F.C. : vari ables de dépendance et variables de soi ns en supplémntai re 92 - Graphïqm 7 = A.F.C. : variables d1a1iwntation Graphique 8 = A.F.C. : vari ables de foilettelhabillage Graphique 9 = A.F.C. : vari ables de Transfert/déplacement Graphique 10 = A.F.C. : vari ab1 es d'incontinence Srirpkiqw? II = A.F.G. : vari ables du Conrportement/twmour Graphique 32 = A.F.C. : variables de Reronnaissance/orie~at~~ Graphique 13 = A.F.C. : Sélection des variables de dépendance 100 A.F.C. sur 22 variables sélect5onneees selon les dmirrt?s de dependances (6iraphiques 14 à Graphique Alimentation - Graphique 15 = Toi lettelhabil lage - Graphique 16 = Transfert/ dépl acemfi1;

8 - Grwhique 18 = Caqortementfhumeur - Graphique 19 Recannaissanceforientatî on - Grirphique 20 = Puûjetlon en suppl6rmntaire des solns de nursing - Graphique 211 = Projection en çuppl6mentaire des '"oins physiques" l gri 1 le ISIS) - Graph-fqrie 22 = Projection en supplémentaire des soins techniques lgrf fle E.D,A,) - Graphique 23 = So'îns technfques - Pmject.ion en : ISIS - KUNElVt4NN et score global E.D,A. - GraphSqrne 24 = Sol ns de kl nêç %thgr ap$e f pro ject i an en rel - Graptriqw 25 = Pmj~tion en suwlérmntaire des solns portant sur la sphère psychique - (fraphique 26 = - ProJectian en suppt6~ntaire des soins de stimulation - Graphique 27 Analyse factariel le des correspandançes - HodaliMs des vari ab1 es de soins - Graphique résumé LISTE DES SCHEW Pages - khwa 1 = Résumé de 1q.F.C. sur les var%ables de dépendance 95 - SchW 2 Résuni6 synthétique de t%.f.c. des 22 variableç sélectionnées - SchEaa 3 = Cotations comparées de ta durëe des soins se ton f es grilles PiMfNOIR-HENRARD IB), enqdte en 6tabllssemnls psychiatriques (G) et 1.D.A. (F) 11 2

9 LISTE DES ANNEXES Pages - Evolution de la part de la population âgée en France ( ) par tranches d'âge XIV - Partfcipants au groupe de travail "Etude sur la charge en soins auprk des personnes ".]&eses". Expérientation de gri 31 es de dépendance. - "Cahier des charges" - Catendrier des rencontres - Prësentati on des gri 11 es de l'etude. Eva'tuat ion, Dépendance, Autonomie (E.5,A.I. Gril le du Secrétariat d4etat aux Personnes Agëes (PIEDNOIR-HEMARDI. Gril le de la EIociéte Frartçai se de G&ront~lagie ( KUN'tZIIANN 1 Inportance des soins - Intençitf des soins ff.s.1.s.) Identification, Dependance, Autonomie fl.d.a.). Grille dlenq&te sur les personnes âgées de plus de 50 ans hospital is&$ en psychiatrie I.C.A.R.E. - Analyse f actorie? le des correspondances :. 1 i ste des vari ab1 es de dependance sélectionnées (Vf al. liste des variables de soins (Vlbf - Fiche diexton-smith utilisée à l'hospice Barbieux de Roubaix - Grille utif isëe au Centre de soins pour personnes âgëes de Li1 le - Gril le d'évaluatim de la personne soignée - Sous-directfon de l'organisation des sosns et des progratrmes médicaux - Gril le de dependance extraite du rapport "Tarification et fonctionnement des établissements pour personnes 2gE?esn ("Rapport HENR&RDe' 1 - Systéme de mesure de 1 'autommie fonctionnelre I S. M.B.F. 1 - Mesure de la charge en soins - Etablissements de soins de longue durée (d'aprës HUNOERT) - Fiche de degrés dependance d'apres les 14 besoins de Virginia HENERSOM - Indfcateurs d'activité en soins infirmiers

10 XV - Wopices civi 1s de Lyon :. Structure de la charge de travai 1 infirmier (XVa), Dossier de soins infirmiers, Tableau de bord : (Gri 11e d'autonomie de la personne âgée txvb1 Evaluation de Ta charge en soins fxvcf f XVT -tes &tapes P.R.N. : Pro-aj&de rechercheen nursfng XVII - du long séjour et; der Sections de Cure Médicale XVlll - Exemple de fiche de caracterisat$on des Mablissements XIX - Liste des sigles.

11 INTRODUCTION lujx CONFINS DU SANITAIRE ET Bli SEIAL.,. En France, la prise en charge collective des personnes âgées retew! a la Fois du secteur sanitaire I hôpi taux de court, moyen et 1 ong séjour..., hospf ta1 isatian de Jour, à domicile... 1 et du secteur Mica-social (foyer-f ognnent, mison de retraite..,, soins infîrmiers à domlcj'te et autres services à domici tel. Or ces deux secteurs obéi ssent à des logiques et des 'régislations diff*entes (Loi prtant réfarm hospitalière $u 31 déce&= 1970 f toi relative aux institutions sociales et médico-sociales du 30 Juin La comptex-itb de Ia situation actuelle est le fruit d'une longue évolutim histor+que. Pour le secteur sanitaire, la fonction d'hébergement issue de son passé d'tnstitution charitable d'accueil du pauvre comme du malade, tend à décliner en raison du développement explosif d'une technologie mtdicale de plus en plus sophistiquée, alors qu'une tendance inverse se manifeste avec 'la possibilité de création des sections de cure medicale dans 1 es mai sons de retraite... les définjtlons ri proches â l'origine dans les textes [annexe XVII du long séjour hospltaller et des sections de cure médicale des maisons de retraîte il lustrent signifjcativement la confusion qui règne sur les limites des deux secteurs dont relévent les personnes âgbes ayant recours a l'hébergement collectif. Ces zones d9ncertitude sont encore multipliées par la mise en place de la dgcentralf sation qui révttle et exacerbe les difficuf tés entrai nées tant par les zones de recouvrement que par les hiatus..-.le POIDS DE LA PRISE EN CHARGE COttECTIVE DES PEm019IES % ES On dénombrait en France, en 1975, personnes de pl us de 65 ans, qui représentaient 13,4 % de la population. Elfes sont M3 en 7985 (12,8 %If, et seront 9.lt3.000 dans 13 ans, en l%an 2800, soit 15,4 % de la popula"cion sous T'hypothèse du prolongement de la mortalitë tendancielle et d'un taux de

12 fécondité à 2,1 enfants par femme (15,7 % pour 1,8 enfant par femme). L'augnentation en valeur absolue f surtout remarquable pour les plus de 85 ans) et en valeur relative en raison de la baisse de la fécondité, (voir annexe 1) constituent, à l'horizon 2000, des données bien assurées puisque les générations correspondantes sont nées et qu'il n'y a guère de raison d'envisager un bouleversement notable des valeurs de l'espérance de vie pour ces classes d'âge dans un si proche avenir. Si actuellement, l'hébergement collectif ne concerne qu'environ 7 % des plus de 65 ans, or: peut penser que, sous l'action conjuguee de plusieurs facteurs, sa part ri sque de s'accroitre dans les prochaines années : - t'évolution des conditions de vie " di spersion gwgraphique des fmi? les liée aux exigences de la mobilité professionnel le ; maintien de f1activit6 professionneite des femms ; " develappement des f ami 11 es nucléaires, vol re monoparental es avec les conditions de logement que cela implique ; rend plus difficile Tes mies d%accueil âgées. bad4tionnets fariliaux des personnes - Par ai Ti eurs, on peut s'attendre à voir augawlnter l'exigence vis-8-vi s des structures d'accueil collectives en ra.ison : l'élévation génêrale du niveau de vie au cours des dernières decennies (par exemple : banaiisatlun des sanitaires.., ), ' de l'arrivée sur le "march6" de l'hébergement coftectif des ggn&ralions (26, ans en ans en 1990) qui ont, depuis le &but de leur vie profess~annelle, béneficié de la prise en charge de leurs depenses de santé par ta Sécurité Sociale. 11 s "ait 'i à, très schêwa tiquement r&sumés, de quelques facteurs qut nourrissent les préoccupations de plus en plus souvent exprimées. L'évolution prévisible de la charge sociale impllqirëe par I'accraissement du nombre et des besoins des personnes Sgées dependanles se heurte d'une pavt aux Iimttes des moyens de financement rofjectif rendues plus perceptibles par fa stagnation de la +, de

13 situation économique et de l'emploi (par son impact sur l'assiette des cotisations) et, d'autre part, aux rigidités des structures sanitaires et sociales. C'est dans ce contexte que s'inscrit toute recherche d'instmmnts d'allocation optimale des ressources consacrées par la collectivité aux personnes âgées dépendantes, et tout particulièrement de la plus déterminante du volunie et de la qua1 i té des services rendus : le personnel, Or, la mise au point d'outils de gestion des moyens (en matériel et en personnel ), en relation avec 1 'état - ou les besoins - des personnes hébergées ne s'est pas dével oppée en fonction de 1 'ëvolution quantitative et qualitative des prsonnel S. Dës la fln des années 60, on assiste en France à un accroissement continu des effectifs globaux du système de santé dans son ensemble (+ 167 % entre 1964 et 1980). Dans le secteur hospitalier, cette augmentation rësul te : If d'une part, de la politique de l'huntanisation et de rénovation dont témoignent les programmes de suppression ou de transformation des anciens hospices et la construction, à partir de 1974, de constructions industrialisées connues sous le sigle "Vu (V 120 ; V 240,..) correspondant à une nouvel le conception de 1 'organisation architecturale hospitalière ; 2) d'autre part, de l'évolution de la lëgislation et de l'organisation du travail : allongement des congés annuels, des congés de materni té et post-nat aux, réduction du temps de travai 1 (jusqu 'à 39 h en f l'augmntation des effectifs hospitaliers % entre 1964 et 1980) commence â se ralentir (dans les statistiques hospitalières) à partir de 1978, essentiellenient pour les postes les moins qualifies (ASH et ASI), Cette tendance concerne toutes les catégories de personnel à partir de 1982, pour aboutir & une absence quasi totale de création de postes. L'instauration du budget global, assocfée à cette absence de création de postes, impf ique que toute dotation nouvel le provient d'une réaffectation de postes existants.

14 Cette évolution quantitative s'accompagne d'une profonde évolution qualitative. Ainsi, â titre d'exenple, on a assisté au cours des trente dernières années, au désengagement de plus en plus profond des congrégations re 1 ig ieuse s et au ddveloppeinent de la profession delnftm$ère - depui s sa création, en (instauration du Brevet de capacité professionnelle dilnfirmière diplornée d'etat, par la lot du 8 avril J.O. du I.Oti.19781, D'abord définie cmme l'ex&cutante de soins prescrjts ou conseillés par le médecin, I'i nfirmière acqujert progressivement un "rofe propre", espace d' organisation et de responsabl-t fte qui lui est reconnu par la loi du 31 mi 1978 (complétée pa? f es décrets du 12 mai 1981 et du f f juil'iet 29841, Cette va'lorisation du r6le propre de IYnfflrmière, le déve lappement du concept de "soi ns i nfi rmiers" $ réf X ainsi que fa notion de prise en charge globale de la personne soignée se deve'loppent tant en France qu 'à Icc?tranger (tout parti cul ièrement en pays anglo-saxons et en Suissej et devraient trouver un terraln d*éelection tout particulizorement en mîf ieu gériatrique où dans fa magorita des cas la priorita est mins dans la technicité que dans la giobülit6 des soins. Des évotutions du &me type se sofit produites dans tes autres inst-itutiorrs et services intervenant aupres des persofines âgées dépendantes,. Par contre, ces mut atjons profondes n'ont pas éte ~tçcompagnéer d'une transformalion comparable des awrtbdes de gestion des personnels. Walgré une rrrn$lioration trbs notable - mais récente - des stati $tiques concernant le syst&me de santé dans son enseable, on ne dispose pas d'informations détaillées sur le nombre et les qualifirat Sons des personnels r&l l ement atofectés au servi ce des personnes ègées depends~tes, à un niveau assez fin pour analyser les conditions de fonctionnement (ou de Qsfonctionnem?ntf dbn ensemble d'fnstitutions dont on çonnait, pragmatiquement fa profonde divers9te Ide tailles, de statuts, de pratiques...)

15 De plus, cette connaissance des moyens mis en oeuvre n'est utile pour Iianafyse de l'existant et pour la rêflexion prospective visant â liadéquat20n des mayens et des besoins que si el le est re'liêe ti des informations décrivant %'Qat des populations prises en charge, Si malgré les nombreuses difficultés que cela soulgve, la pathof agie semble constituer un critère pertinent de caract&risatian de i'état de la poput atian h&krg& en court séjour, It ne peut en être de &me pour tes personnes âgées, plu$ souvent atteintes de ( pof y fpathol ogies chwn4ques. leur 6tat est &eux déffni par la rdsu3tante des différentes atteintes passtses et presentes. C'est; ce constat que cherchat 8 approcher les instrum'nts d'évaluation de la dépendance. 11 n'est pas possfbfe jcs d%arilrer dans le dgtail &es reflexaons multspler; awquelseç ont daan& 3i-.eu les concepts de dépendmee et $(arrtiomrnie tant err France que& f *&traran~a~* R* MtBMiT en p~&se~te un exceltent survol d8ns te prm er chapitre de sa these f rgf. 981, Très xhematlqueent f; rappeler que 1a est; une fa&m~tate de f '%ri? msa-f. Toute vie en sfrci6té implique relations et par suite, r6ci-ocitht, donc anrare de dépendance, Cette dépmdance n'est cependant perçue corne alignante inpathologiqlrci") que lorsqu%ile canstitm MW IiWtalion l*aat~m$r? - entend* corne capacité 8 g&er sa vie, B 7aSm des cho4x... La dîffjcultg & dé.fin.sr de façon ap6rattonnel le la vvient: de ce qu'i 1 s'agit ds un Er& coqlexe, 06 interviennent des facteurs physiologigues?çdlficlts et incapacités pour fa &pendance pssiqusf, mntaux Idépndance pssh4que3 et sociaux (dependance &oi3om9que3. La d-iversi te des instrusnts pmposgs pour "meçurtsr" la &pendanse (grif tes, questiannaires ou in.d%catearçà s'explique en $rade pàk-ttie par l "absence bë clarifscation du concept de gfgrençe, hien &se en Ovidence par?es tentatives et les recherchas vjsant ti I'karnorsisation de grifles de dgp;lndance f ref. t" - 65). Cependant, au sens de "transfert vers Un t%m des actes &essaires pour assww ses riîle;; L suwle*' [tels qui? 1s sunt dgfjnis par J9.M.5.1 la dépendance semble bien petrvoj r constituer un factwt exxgllcatf7 de la Stars de t~avnil, En ci? sens, la dependance pourra%t const$tuer un tlr$t-ère de ggestian et les in-.trunrerrts Tt&valuan& un i?u,utif de gestionnaires et tuteel? es,

16 C'est dans ce contexte, qu'à l'initiative de la Direction Générale de la Santé, un groupe de travail formé de représentants des administrations, de di recteur d'hôpital, de promoteur de gri lle... (voir annexe Il f, s'est réuni début Les différents participants ont exprimé leurs attentes et leurs interrogations vi s-à-vi s des gri l'les de dépendance. Le résumé des questions posées a constitué le "cahier des charges" {voir annexe IIi) d'une étude confiée au C.T.N.E.R.H.I., dont l'objet est d'analyser, de comparer et de tester quelques gri 1 les de dépepdance. sélectionnées en raison de la présence d'items appréhendant la charge en soins. O la grille E.D.A. (Evaluation, Dépendance, Autonmie) des Dr. DELCROS et LANGE, tel le qu'el le est util isée à 1 'hôpital Charles-Foix d'lwy ; " la grille I.D.A. (Identification, Oiagnostic, Autonomie} développée par la Direction du Plan à l'assistance Publique de Paris ; O la grille I.S.I.S. (Iqortance des Soins, intensité des Soins) du Dr. LEROUX (Vierzon) ; O la grille proposée par le Secrétariat dietat aux Personnes Agées (dite P1U)NOIR-HENRARO) ; O la grille de la Société Française de Gerontologie (Pr. KUNTZMANN) ; O à la demande du Bureau de la Psychiatrie, la grille conçue pour une enquête sur les personnes âgées de 60 ans et plus, hospitalisées dans les établissements psychiatriques, a été incluse à titre d'expérimentation (dite grille "psychiatrie") ; O la grille 1.C.A.R.E., initialement retenue, a été retirée à la demande du Dr. MAmET. Son utilisation en routine a été abandonnée, car elle demandait une concertation trop lourde. Elle n'est plus utili sée que pour les cas complexes. est en cours. Un travail en comun avec les utilisateurs dji.s.i.s. L'objectif de l'étude, dont les résultats sont présentés ici, est : -de préciser?e niveau d9nffomation qu'apportent les grilles de dépendance, en particulier sur la charge en soins, afin de les utiliser à bon escient ; - de rechercher si - et dans quel les conditions - el les peuvent constituer un instrument de concertation entre 1 es différents intervenants f soignant s, gestionnaires, tutel les... 1, pour l'al location des ressources, principalewnt en personnel.

17 Ce travail comporte deux volets : - une analyse des docinaents-supports, complétée par les informations tirées de la littérature et de rencontres avec les promoteurs et des utilisateurs [chapitre If. - une expérimentation dans différents types dl établ issements ou de servi ces accueil lant des personnes âgées dépendantes : conditions de réalisation, analyses des comentaires et réaction des personnes ayant participé à cette expérimntati on (chapitre III et analyse statistique des informations recueil lies (chapitre II 1).

18

19 CHAPITRE 1 PREJENTATION ANALYTIQUE DES 6 GRILLES DE L'ETZIDE Nous présenterons d'abord une brève description analytique et comparative des caracteri stiques des 6 gri tles (origine et objectif, présentation, mode de cotation... et de leur contenu. Cette analyse sera ensuite tscfairée par l'apport des comntaires recueil1 is lors de 1 'expérimentation et par les rgsuftats de l'analyse statistique. On trouvera en annexe IV une présentation détaillée de chaque gri lie ainsi que sa reproduction sous la forme où el le a été utilisée pour 1 Les 6 gri lles retenues pour être expérimentées en paral 'lèfe apparaissent des 1 'abord extrêmement différentes, tant dans leur objectif et leur conception que dans leur présentation. Elles ont cependant en comun d'être con(;ues pour l'évaluatl on de la dépendance (ou de 1 ' autonomie) de personnes âg&s et d'avoir été - pami la mu1 titude des gri lles, échelles ou questionnaires existants - en raison de la présence d'items il) caractérisant la charge en soins. 1 - ORIGINE ET OBJECTIF tes 6 grilles étudiées sont toutes apparues au début des années 1980 [tableau II. Elles se situent dans un vaste mouvement de recherche et d%xpérimentatim d' instruments de carac teri sat ion de la de pendance des personnes Zgée s, en relation ou non avec 1 es soins d$ spensés dans les diverses institutions ou domicile. 41) Un item correspond 3 une question 1 taquelie 't'évaluateur doit donner une réponse.

20 On peut ci ter, parmi les cadres conceptuels et les expéri ences antérieures qui les sous-tendent, les travaux de HUELTEN (Suede , EXTON-SMITX, KATZ (Etats-Unis, 19701, Ph. WOOD pour l'o.m.s... Ainsi, par exemple, Ph. WOOD analyse les conséquences des maladies chroniques sur la vie courante des individus en termes de déficience (écart à une norme physiologique ou médicale), d'incapacité (écart à une norme fonctionnelle) et de handicap ou désavantage par rapport à une norme sociale. La définition de la norme sociale - et partiellement de la norme fonctionnelle - dépend al ors du sy stème soci al environnant. Pour pallier cette difficulté, Ph. WOOD propose de considerer certains rôles comuns à tous les êtres humains, qu'il appelle "râle de survie" (être indépendant pour la nutrition et 1 'hygiène personnelle, s'orienter et se mouvoir de façon efficace dans son environnement, avoir des occupations en relation avec son âge, son sexe, dans son contexte culturel et maintenir son indépendance économique). On peut aussi les replacer dans le contexte des travaux de KATZ dont l'index des activités de la vie quotidienne (Index of Activities of Daily Living) vise à observer la performance des individus pour les six fonctions considérées comme essentielles a la survie biologique (se laver, s'habiller, se déplacer, se nourrir, aller aux W.C., mitriser ses sphincters). Son objectif étant la définition de la quantité de services à mettre en oeuvre dans un cadre institutionnel, il a mis en relation 1 es performances des individus avec la dépendance vis-à-vis d'un tiers pour l'accomplissement de ces fonctions. Les travaux de KATZ ont été prolongés par LAWTON qui propose d'explorer 8 activités que l'individu doit être en mesure de réaliser pour rester à domicile (dans le contexte des pays industrialisés) et qu'il appelle : actfvités instrumentales de la vie quotidienne (Instrumental Activities of Daily Living) : utiliser le téléphone, faire les courses, préparer les repas, entretenir la maison, faire la lessive, utiliser les moyens de transports, prendre ses médicaments, gérer son budget... Les grilles étudiées ici explorent tout ou partie des rôles de survie, des "activités instrumentales*' de la vie quotidienne et utilisent fréquemment l'aide apportée pour qualifier le niveau de dépendance. Leur élaboration est toujours le résultat dvun travail d' équipe.

21 f ableau 1 ORl6INE ET OBJECTIFS DES 6RICLE5 ETUDIEES 1 Grills { E.D,R. 1 PfEMiOIR I(UNT2RANN 1 I.S.X.S. [ E.D.R. Etabl. psy. \ \ f HEnRaRB ftanct. 1 fi I B - E ( * ) I D 1 E 1 F 6 Entitulo Evaluation - Grille propo- Evaluafion "Iwportance Identifica- Enqukte en 1 caspiet / 06pendance s e par e ( de fa dipen-1 de roi.. i n - 1 étabiisse- 1 \ 1 Autonoeie 1 Secrétariat 1 dance en f intensité i Diagnostic - f ments! 1 1 f d'etat aux i institution 1 des soins" A~tonomie { psychia- 1 t I f [ (Ors DELCROS travail - [~embres de la1 YlRV et: 1 travail travagl! 1 / et LRNOE) et Secrétariat fsoci6tai ~ran-téqui~e soi- ( Direction du 1 Bureau de la1 \ \ équipes 1 d'etat aux ]$aise de lgnante 1 Plan - A.P. 1 Psychiatrie 1 1 saignantes / Personnes f~erontologie (M. RTTAtX [ de Paris f DGS - DA$,..{ âgées Ilnformaticien/ Rie UUREUX- t i 1 1 M. PIEONDIR 1 i 1 BROUILLAUD 1 1 I I f Pr. HENRARD 1 l 1 i 1 aates i lice version1 lère version j f 1 utili- / Suivi clini- 1 Enquête f f nquête 1 Suivi clini-1 Enquête 5 sation 1 que 1 1 standardisée] que. systbmatique 1 approfondie 1 lies 1 En institu- 13-En institu- f En institu- En institu- Long séjour 1 ~nstitutionsf f druti- f tien 1 tion. 1 ion O et à / A.P. de paris! prghia- Ic-E~ service 1 1 domicile 1 Population du\ triques \ \ de soins in-1 \ C.C.A.S. de \ i t I 1 firoiers à 4 i 1 Paris i t I 1 doeiçile 1 \ I t i i i, i i i I I 1 Objectif l'pour les \ Planification] Photographie Evaiuat ion def Connaissance Aboutir il f 1 1 -$ : / Plan déparie-1 à un moment /la charge en / di la pop. / une propo- / f ).connaissance [ ta1 1 donné de la!soins (en hébergée en 1 çition de 1 1 Ide la dépendance Icoeplément del long séjour ) prise en éva-1 à iib.p. de 1 charge ad~p-1 1.d6terminationl f et des {GERONTE, 1 let suivi de laf besoins de fluant l'auto-1 Paris ou tée i f {réalisation j 1 la popufa- [mie) f!dtun objectif 1 tion dtuoe / 1 charge par le! I jpour fa per- f 1 institution 1 ) C.G.A,S. de 1 1 /sonno ou Ie 1 f Cawparaison [ la yille de i i I!service I 1 dans le \ \ Paris t I 1 f.support de 1 1 temps et f t!travail en \ 1 entre inski-\ I /6quipe l j tion l I 1 i I 1 pour le 1 1 i i I 1 ]gestionnaire : f f I 1 I {Repérage f I I I i i t 1 des prioritési I 1 I 1, 1! prise en ] 3g~d&quation11! (*) B = PIEDNOIR NENRARD en institution, C = P.N. service de soins à domici!e

22 Elle peut être entreprise à l'initiative : - de médecins en col 1 aboration avec leur équipe çoignante : Dr. OELCROS à 1 'hôpital Corent in Ce1 ton (Issy-les-Moulineaux) et Dr. LANOE à 1 'hôpital Paul Brousse (Villejuif) ; Ors LEROUX et VIAU à la maison de retraite de La Noue (Vi erzon). - ou de groupes de travail plus larges : Pr. KUNTZMNN et membres de la Société de G&ontologie de l'est... ; grwpe de travail de la Direction du Plan de ltassistance Pub1 ique de Paris (M.J. DUREUX-BROUILLAUD) ; groupe de travail du Secrétariat d'ftat aux Personnes âgées (Pr. HENRARD - Dr. PIEDNOIR] ; groupe inter-directions du Ministgre des Affaires Sociales (Bureau de la psychiatrie, Direction Générale de la Santé, Direction de T'Action Socialef. Came leur constitution le laissait prévoir, ces groupes ou équipes ont eu, bien évidemnt, des objectifs différents, On peut schématiquement distinguer deux types d'objectifs : - le suivi de l'évaluation de 1 'état de santé de la personne âgee (grille "clinique"1 (E.D.A., 1,S.I.S.) ; - l'étude des caractéristiques d'une population (grille d'enquëte). Ainsi, la grille "PIEDHOIR-HEHWO" a été conçue comme un moyen d'appréhender "les besoins en soins -ou plus précisément en aide professionnelle- des personnes âgees ayant recours à des services : institution sanitaire ou sociale ou service de soins rnfirmiers à domicile" (réf. 132 ou 131f, préalable nécessai re à la déflni t itn des plans gérontologiques départementaux. El le se veut un outil opêrat~onnel, c'est-à-dire simple d'emploi, fournissant des résultats compar ab1 es en divers 1 ieux et analysabl es i nformatiquement. La grille "KUNTZMANWN constitue le support d'enquête standardisée sur la dépendance et les "besoins de santé" de personnes en institutions. Proposée dans des conditions bien définies, elle permet l'obtention de résultats comparables entre institutions. II est spécifié que, bien qu 'étab7ie au niveau individuel, cette grille ne doit - tout corne le questionnaire PIEDNOIR-NENRARD - en aucun cas etre utif isée pour l'orientation d'une personne, car etle manque de finesse.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques. L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques 1 BUTS DU COURS : se familiariser avec le vocabulaire statistique o variable dépendante, variable indépendante o statistique descriptive,

Plus en détail

DEMANDE D'ADMISSION (à remplir par la Personne Agée ou sa famille)

DEMANDE D'ADMISSION (à remplir par la Personne Agée ou sa famille) Réservé à l'établissement : Date de la demande : Attente Abandon Date de la réponse : Date d'admission : Le DEMANDE D'ADMISSION (à remplir par la Personne Agée ou sa famille) Afin de vous faciliter la

Plus en détail

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française INDICATEURS n 8 Les dépenses de santé 2013 une part stable des dépenses nationales Conformément aux dispositions de l article L1432-3 du code de la santé publique, un état fi nancier est édité chaque année

Plus en détail

LES AIDES A DOMICILE. Novembre 2009

LES AIDES A DOMICILE. Novembre 2009 LES AIDES A DOMICILE. Novembre 2009 Les Soins à Domicile = Qui Fait Quoi? Le Médecin Traitant Le pivot du maintien au domicile. Rôle de Coordination. L Infirmier Rôles = Suivi quotidien (médicaments, pansements,

Plus en détail

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail

Dossier d'inscription

Dossier d'inscription Dossier d'inscription en établissement d'hébergement pour personnes âgées d'alsace 1 Nom de l'établissement Ce dossier d'inscription en 5 pages est accepté dans la plupart des établissements d'alsace.

Plus en détail

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 En France, en 1995 la dépense de soins et biens médicaux 2 s'est

Plus en détail

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 METHOD.DOC ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 Méthodologie INSEE 1998 I - L ECHANTILLON Mode de désignation de l échantillon Sélection des ménages intérrogés L'échantillon sélectionné pour cette enquête comporte

Plus en détail

Septième partie. Les cartes pour personnes handicapées

Septième partie. Les cartes pour personnes handicapées Septième partie Les cartes pour personnes handicapées 151 CHAPITRE 1 LA CARTE D INVALIDITÉ La carte d invalidité est délivrée à toute personne dont le taux d incapacité permanente est au moins de 80% ou

Plus en détail

Le service social hospitalier. Le financement des soins. L accueil des personnes âgées en résidence d hébergement. L accueil des personnes handicapées

Le service social hospitalier. Le financement des soins. L accueil des personnes âgées en résidence d hébergement. L accueil des personnes handicapées Le service social hospitalier Le financement des soins L accueil des personnes âgées en résidence d hébergement. L accueil des personnes handicapées Intervention IFAS 10/09/2015 MP Hervé 1. Le service

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Les Orientations Médico- Sociales Adultes

Les Orientations Médico- Sociales Adultes Les Orientations Médico- Sociales Adultes 22/10/2013 MDPH 59 1 mdph59 Compétences et Missions de la CDAPH Orientation de la personne en situation de handicap Désignation des types d établissements ou services

Plus en détail

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé P.16 Les SSIAD de l échantillon représentent environ 1.8% des SSIAD et 2.4% des places installées. Les tarifs des soins

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Date de la demande : Attente Abandon Date de la réponse : Date d'admission : DEMANDE D'ADMISSION (à remplir par la Personnes Agée ou sa famille)

Date de la demande : Attente Abandon Date de la réponse : Date d'admission : DEMANDE D'ADMISSION (à remplir par la Personnes Agée ou sa famille) Réservé à l'établissement : Date de la demande : Attente Abandon Date de la réponse : Date d'admission : Le Afin de vous faciliter la tâche, ce dossier standard est utilisable auprés de l'ensemble des

Plus en détail

La convention AERAS en 10 questions-réponses

La convention AERAS en 10 questions-réponses La convention AERAS en 10 questions-réponses Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l'assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC

La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC Denis Desanges A - Introduction I - La retraite du régime général La Loi Fillon

Plus en détail

Grille individuelle d évaluation du niveau de fragilité

Grille individuelle d évaluation du niveau de fragilité Grille individuelle d évaluation du niveau de fragilité Cet outil est destiné à l évaluation rapide du profil de fragilité des personnes âgées. L évaluation est faite par tout acteur du champ gérontologique

Plus en détail

Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs

Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs I- Le système de prélèvements La loi du 5 mars 2007 maintient le principe de subsidiarité du financement public. Ainsi, la personne

Plus en détail

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca

Filières et réseaux de gériatrie. Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Filières et réseaux de gériatrie Circulaire du 18 mars 2002 Plan solidarité grand âge Plans Alzheimer Dr Spivac Hopital Broca Population âgée en forte augmentation Augmentation de l espérance de vie à

Plus en détail

Les systèmes d information de la DREES sur le handicap et la dépendance. Etienne Debauche

Les systèmes d information de la DREES sur le handicap et la dépendance. Etienne Debauche Les systèmes d information de la DREES sur le handicap et la dépendance Etienne Debauche Les objectifs de la Drees Suivi régulier des politiques publiques suivi des prestations existantes et de leurs bénéficiaires

Plus en détail

Carte à requête sur les structures d accueil pour personnes âgées

Carte à requête sur les structures d accueil pour personnes âgées Carte à requête sur les structures d accueil pour personnes âgées Description Cette carte à requête présente l ensemble de l offre en structures d accueil pour les personnes âgées en 2010. L Île-de-France

Plus en détail

Plusieurs termes utilisés. La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie. Les gestes de la vie quotidienne 15/02/2013.

Plusieurs termes utilisés. La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie. Les gestes de la vie quotidienne 15/02/2013. Plusieurs termes utilisés La perte d indépendance fonctionnelle en gériatrie Pr Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université UPMC Ivry sur Seine et Paris Perte d autonomie Autonomie : faculté d agir

Plus en détail

AMENAGER LE QUOTIDIEN

AMENAGER LE QUOTIDIEN AMENAGER LE QUOTIDIEN Aides financières, humaines et matérielles Formation Aide aux Aidants / Octobre 2008 Syndicat Intercommunal de la Vallée de l'ondaine, 44 Rue e la Tour de Varan, 42700 FIRMINY 1 Aides

Plus en détail

DIRECTION DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES CERTIFICAT MEDICAL ALLOCATION PERSONNALISEE D AUTONOMIE Nom.... Prénom :... Date de naissance :... Adresse : N... Rue... Code Postal... Commune..... Votre patient

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Conseil général des Deux-Sèvres

Conseil général des Deux-Sèvres Agence Régionale de Santé Conseil général des Deux-Sèvres IDENTIFICATION DE LITS EHPAD POUR PERSONNES HANDICAPEES VIEILLISSANTES REFERENTIEL 1 24/10/2013 I - Présentation du référentiel et cadrage du projet

Plus en détail

quelques conseils à l'usage du médecin traitant pour remplir le protocole de soins

quelques conseils à l'usage du médecin traitant pour remplir le protocole de soins n 50774#02 quelques conseils à l'usage du médecin traitant remplir le protocole de soins articles 71-4 et 71-4-1 du Règlement Intérieur des Caisses Primaires Cet imprimé est à remplir si votre patient

Plus en détail

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support

Le Service Social Hospitalier. en Cancérologie. Formation des IDE aux soins de support Le Service Social Hospitalier en Cancérologie Formation des IDE aux soins de support 25 et 26 février 2010 Les missions du S.S.H Cadre légal : le décret 93-652 du 26 mars 1993. Aider les personnes, familles

Plus en détail

Résidence de Retraite Médicalisée Léopold BELLAN -- 17 av. Charles de Gaulle -- 92 270 Bois-Colombes

Résidence de Retraite Médicalisée Léopold BELLAN -- 17 av. Charles de Gaulle -- 92 270 Bois-Colombes Résidence de Retraite Médicalisée LEOPOLD BELLAN 17, Av Charles de Gaulle 92 270 Bois-Colombes RESERVE A L'ADMINISTRATION D.M.T. le : C.E. le : Visite Médicale : Résultat :...le : questionnaire «renseignements

Plus en détail

Allocation personnalisée d autonomie (APA) L APA. Pour aider les personnes âgées à faire face à la perte d autonomie

Allocation personnalisée d autonomie (APA) L APA. Pour aider les personnes âgées à faire face à la perte d autonomie Allocation personnalisée d autonomie (APA) L APA Pour aider les personnes âgées à faire face à la perte d autonomie Edition 2011 En vieillissant, il devient parfois difficile d accomplir, seul, les gestes

Plus en détail

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique.

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique. DETERMINER LES INDICATEURS Une fois les objectifs clairement définis, il est nécessaire d y associer des indicateurs pour le suivi régulier des actions mises en œuvre en vue d atteindre la référence souhaitée.

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.

EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil. EHPAD LES SIGNOLLES D AJAIN SERVICE DE SOINS A DOMICILE 1,rue du Séminaire 23380 AJAIN 05 55 80 95 00 05 55 81 89 97 06 73 30 97 14 chajain@sil.fr REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU SERVICE DE SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

protocole de soins volet médical 1

protocole de soins volet médical 1 protocole de soins volet médical 1 articles 71-4 et 71-4 -1 du Règlement Intérieur des caisses primaires identification de la de naissance de la identification de l assuré(e) (à remplir si la n est pas

Plus en détail

Elaborer des Tableaux de Bord Ressources Humaines

Elaborer des Tableaux de Bord Ressources Humaines Elaborer des Tableaux de Bord Ressources Humaines Pré-requis à la mise en place d un tableau de bord des ressources humaines Le recueil de données a été le point de départ du diagnostic quantitatif des

Plus en détail

Les personnes âgées en Provence-Alpes-Côte d Azur :

Les personnes âgées en Provence-Alpes-Côte d Azur : Les personnes âgées en Provence-Alpes-Côte d Azur : éléments démographiques et épidémiologiques Synthèse co-produite avec : l Agence Régionale de l Hospitalisation La Caisse Régionale de l Assurance Maladie

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC

La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC La retraite des Praticiens Hospitaliers = retraite du régime général de la Sécurité Sociale + retraite complémentaire IRCANTEC Denis Desanges A - Introduction I - La retraite du régime général Différentes

Plus en détail

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES ET PERSONNES HANDICAPEES

AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES ET PERSONNES HANDICAPEES C11 Hébergement par un accueillant familial à titre onéreux : Financement de l accueil Nature de la prestation : Références : Prestations légales pour le financement du coût de l'accueil familial : Décret

Plus en détail

LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION

LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION Mai 2001 LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION Le contexte Le soin nutritionnel est une des missions fondamentales des diététiciens, qui a pour finalité de garantir des

Plus en détail

Quelles sont les conditions d obtention d un temps partiel thérapeutique pour un fonctionnaire?

Quelles sont les conditions d obtention d un temps partiel thérapeutique pour un fonctionnaire? Juin 2012 Questions sociales Qu est-ce que le mi-temps thérapeutique? Le mi-temps thérapeutique se met en place après avis du médecin traitant et du médecin de la Sécurité sociale, à la suite d un arrêt

Plus en détail

Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur d'assistant de Manager est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire exerce

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 La pauvreté et le bien-être en Belgique Chiffres de la pauvreté selon l'enquête SILC Le risque de pauvreté reste stable autour de 15% en Belgique ; 21%

Plus en détail

L UNPS rappelle que la permanence et la continuité des soins est assurée à domicile comme en établissement par des professionnels de santé libéraux.

L UNPS rappelle que la permanence et la continuité des soins est assurée à domicile comme en établissement par des professionnels de santé libéraux. POSITION DE L UNPS SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA PERSONNE ÂGÉE EN PERTE D AUTONOMIE Présentation de l UNPS L Union Nationale des Professionnels de Santé (UNPS) est l institution crée par la loi qui regroupe

Plus en détail

Sommaire. Introduction 1. Ensemble des formations de base en Île de France 5. Ambulancier 12. Infirmier 19. Sage femme 26. Masseur kinésithérapeute 33

Sommaire. Introduction 1. Ensemble des formations de base en Île de France 5. Ambulancier 12. Infirmier 19. Sage femme 26. Masseur kinésithérapeute 33 La formation aux professions de santé en Île-de-France Exploitation statistique de l enquête 2013 Août 2015 Sommaire Introduction 1 Présentation des résultats Ensemble des formations de base en Île de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-1588 du 4 décembre 2015 relatif à l organisation et au fonctionnement

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

Direction générale de l offre de soins

Direction générale de l offre de soins Direction générale de l offre de soins Guide pratique de facturation des prestations pour exigence particulière du patient à destination des établissements de santé MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES, DE

Plus en détail

De l évaluation interne à l évaluation externe RETOUR D EXPERIENCE

De l évaluation interne à l évaluation externe RETOUR D EXPERIENCE De l évaluation interne à l évaluation externe RETOUR D EXPERIENCE SENS DE L EVALUATION INTERNE DANS L ETABLISSEMENT La démarche qualité Depuis 2005, implication de la Direction, Implication du personnel

Plus en détail

Petit rappel sur l administration du questionnaire...

Petit rappel sur l administration du questionnaire... Petit rappel sur l administration du questionnaire... PIl existe deux procédés pour faire passer un questionnaire à la population sondée : < L entrevue avec un interviewer : Par entrevue téléphonique;

Plus en détail

UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM

UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM UNIVERSITE DE LORRAINE CALCIUM Outil pour la gestion des dossiers médicaux des étudiants dans les services universitaires de médecine préventive Table des matières CALCIUM... 0 I. L INFORMATION GÉRÉE PAR

Plus en détail

CERTIFICAT MEDICAL A REMPLIR PAR UN MEDECIN Et à insérer dans l'enveloppe jointe sous pli confidentiel

CERTIFICAT MEDICAL A REMPLIR PAR UN MEDECIN Et à insérer dans l'enveloppe jointe sous pli confidentiel Direction de l Action Sociale, de l Enfance et de la Santé Sous-direction de l Action Sociale DEMANDE D'ALLOCATION PERSONNALISEE D'AUTONOMIE A DOMICILE (APA) CERTIFICAT MEDICAL A REMPLIR PAR UN MEDECIN

Plus en détail

PERSONNES AGEES : UNE NOUVELLE AIDE POUR L AUTONOMIE Dossier réalisé par JF Rebeyrol

PERSONNES AGEES : UNE NOUVELLE AIDE POUR L AUTONOMIE Dossier réalisé par JF Rebeyrol PERSONNES AGEES : UNE NOUVELLE AIDE POUR L AUTONOMIE Dossier réalisé par JF Rebeyrol Depuis le 1 er janvier 2002, une nouvelle aide, l Allocation personnalisée d autonomie ou APA, remplacera l actuelle

Plus en détail

RECO. Prévention des TMS dans les activités d aide et de soins en établissement R.471

RECO. Prévention des TMS dans les activités d aide et de soins en établissement R.471 RECO DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITÉS DE SERVICES 1 DU COMITÉ TECHNIQUE NATIONAL DES ACTIVITÉS DE SERVICES 2 Prévention des TMS dans les activités d aide et de soins en établissement Pour vous

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PERSONNES AGEES DEPENDANTES LISTE DE QUELQUES DISPOSITIFS

PRISE EN CHARGE DES PERSONNES AGEES DEPENDANTES LISTE DE QUELQUES DISPOSITIFS DES PERSONNES AGEES DEPENDANTES LISTE DE QUELQUES S D ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES AGEES DEPENDANTES Familles de France 28 Pce Saint-Georges 75009 PARIS Fax : 01 45 96 07 88 http://www.familles-de-france.org

Plus en détail

42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES

42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES Service d Accompagnement à la Vie Sociale E.S.A.T Créations RESIDENCE «Les Mûriers» Résidence Saint Antoine Rue Antoine Dupuy Chez Liange 9 Rue Waldeck Rousseau 42510 BUSSIERES 42510 BUSSIERES 42360 PANISSIERES

Plus en détail

Les consommateurs de somnifères

Les consommateurs de somnifères ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 Les consommateurs de somnifères Les somnifères ou hypnotiques, médicaments psychotropes destinés à lutter contre les

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

SANTÉ SÉLECTION SANTÉ SÉLECTION

SANTÉ SÉLECTION SANTÉ SÉLECTION SANTÉ SÉLECTION SANTÉ SÉLECTION Face à la réforme de la Sécurité sociale, disposer d une complémentaire frais de santé complète et performante est une décision importante pour soi et pour les siens. Quelle

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 24: LE CADRE EVALUE LA QUALITE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES ET PROPOSE DES PERSPECTIVES D AMELIORATION

Plus en détail

RECOMMANDATIONS CONJOINTES AU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX (MSSS) 20 décembre 2012

RECOMMANDATIONS CONJOINTES AU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX (MSSS) 20 décembre 2012 RECOMMANDATIONS CONJOINTES AU MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX (MSSS) 20 décembre 2012 Mise en place du comité Lors de la dernière négociation des conventions collectives SQEES-FTQ et SCFPFTQ,

Plus en détail

Analyse du marché des résidences pour personnes âgées Allemagne, France, Espagne, Royaume-Uni et Suède

Analyse du marché des résidences pour personnes âgées Allemagne, France, Espagne, Royaume-Uni et Suède Paris, avril 2015 Analyse du marché des résidences pour personnes âgées Allemagne, France, Espagne, Royaume-Uni et Suède Antares Consulting Éditeur: Antares Consulting, S.A. Av. Josep Tarradellas, 8-10,

Plus en détail

ANNEXE III REFERENTIEL DE FORMATION CONTENU INDICATIF

ANNEXE III REFERENTIEL DE FORMATION CONTENU INDICATIF ANNEXE III DOMAINES DE COMPETENCES VISES compétences 1 - Connaissance de la personne 1.1. Situer la personne aux différents stades de son développement 1.2. Situer la personne aidée dans son contexte social

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Hygiène et Chirurgie Ambulatoire

Hygiène et Chirurgie Ambulatoire Congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière AFCA Reims, 2 et 3 juin 2005 Hygiène et Chirurgie Ambulatoire Dr J-P SALES Association Française de Chirurgie Ambulatoire Définitions AFCA «L ensemble

Plus en détail

GRÈCE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR).

GRÈCE. Les dépenses sociales sont exprimées en millions d Euros (EUR). GRÈCE Nomenclature IKA LAEK OAED OGA TEAM TEBE Organisme d assurance sociale Fonds pour l'emploi et la formation professionnelle Agence pour l emploi et la main-d œuvre Organisme d assurance de l agriculture

Plus en détail

Amélioration du contrat Prévoyance

Amélioration du contrat Prévoyance Amélioration du contrat Prévoyance Communication aux salariés 13 janvier 2014 Introduction Améliorations des garanties «décès» Nouvelle garantie «Dépendance» Vue générale des garanties du régime Prévoyance

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social

3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social 3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social Évaluation Externe / Évaluation Interne / Aide Médico - Psychologique / Assistant de soins en gérontologie / Préparation au concours DEAMP / Accompagnement

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» CSSS/11/009 DÉLIBÉRATION N 11/006 DU 11 JANVIER 2011 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL NON CODÉES

Plus en détail

D E M A N D E D A D M I S S I O N

D E M A N D E D A D M I S S I O N RESIDENCE de l' YZE 10, route de Chanteloup 35150 CORPS-NUDS T e l : 0 2. 9 9. 4 4. 0 0. 1 4 F a x : 0 2. 9 9. 4 4. 0 3. 3 4 D E M A N D E D A D M I S S I O N DEMANDEUR NOM :... Prénom :... Date de naissance

Plus en détail

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées

10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées 10.1. La prise en charge hospitalière des personnes âgées Une part de plus en plus importante de l activité hospitalière concerne la prise en charge des personnes âgées La patientèle âgée concentre une

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG

GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG GUIDE METHODOLOGIQUE ETUDE DE GESTION 1 E STMG 1 Calendrier de réalisation de l étude Phases de travail Axes de travail Dates limites Travail à effectuer Collecter des informations sur Phase 1 : les organisations

Plus en détail

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE Les services à la personne désignent les activités destinées à répondre aux besoins des particuliers dans leur vie quotidienne. On distingue 3 domaines de services

Plus en détail

RECUEIL DES DURÉES DE CONSERVATION DES DOCUMENTS DE GESTION (CALENDRIER DE CONSERVATION)

RECUEIL DES DURÉES DE CONSERVATION DES DOCUMENTS DE GESTION (CALENDRIER DE CONSERVATION) RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE RECUEIL DES DURÉES DE CONSERVATION DES DOCUMENTS DE GESTION (CALENDRIER DE CONSERVATION) Janvier 2009 Table des matières 1) Introduction a) Présentation 2 b) Utilisation

Plus en détail

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de santé globale du personnel COTE : DG 2013-02 APPROUVÉE PAR : Le conseil d administration le 26 février 2013 EN VIGUEUR LE : 26 février 2013 RESPONSABLE

Plus en détail

Stephane.delfosse@uclouvain.be Fax: +32 27649081. Soumission des offres et des demandes de participation par voie électronique (URL):

Stephane.delfosse@uclouvain.be Fax: +32 27649081. Soumission des offres et des demandes de participation par voie électronique (URL): 1/ 11 BE001 27/3/2013 - Numéro BDA: 2013-506332 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire

Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire Textes de référence concernant les AI : Présentation des Activités Interdisciplinaires (Arrêté du 28 décembre 2011, en lien avec les programmes

Plus en détail

L analyse en composantes principales en pratique

L analyse en composantes principales en pratique L analyse en composantes principales en pratique Après avoir vu sa formalisation mathématique dans le module précédent, on s intéresse ici à l utilisation pratique de l ACP. 1 Objectifs L objectif de l

Plus en détail

Satisfaction du patient

Satisfaction du patient Satisfaction du patient Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 26 E-mail

Plus en détail

didier.jaspart@csj.be Fax: +32 5351620

didier.jaspart@csj.be Fax: +32 5351620 1/ 12 BE001 25/02/2015 - Numéro BDA: 2015-504714 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

Droit de nature universelle : «quels que soient l origine, et la nature de sa déficience, son âge ou son mode de vie»

Droit de nature universelle : «quels que soient l origine, et la nature de sa déficience, son âge ou son mode de vie» 1 Genèse = affaire PERRUCHE Droit de nature universelle : «quels que soient l origine, et la nature de sa déficience, son âge ou son mode de vie» Objet : «répondre à ses besoins» => Par exemple : places

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

La planification sanitaire Comité éditorial de l'uvmaf

La planification sanitaire Comité éditorial de l'uvmaf La planification sanitaire Comité éditorial de l'uvmaf 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. La planification hospitalière... 3 2. De la planification hospitalière à la planification sanitaire...3

Plus en détail

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Espérance de vie à 60 ans et durée d assurance requise pour le taux plein. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 24 mars 2010-9 h 30 «Espérance de vie, durée de cotisation et âges de départ à la retraite» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE 5. INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Dr Jacqueline Cardona L INCAPACITÉ PERMANENTE (IP) EN ACCIDENT DU TRAVAIL Principe juridique Article L 434-2 du code de la sécurité sociale

Plus en détail

CENTRE PUBLIC D ACTION SOCIALE L ARBRE DE VIE MAISON DE REPOS ET DE SOINS

CENTRE PUBLIC D ACTION SOCIALE L ARBRE DE VIE MAISON DE REPOS ET DE SOINS CENTRE PUBLIC D ACTION SOCIALE L ARBRE DE VIE MAISON DE REPOS ET DE SOINS 76, Rue de Pâturages 7390 QUAREGNON 065/956.600 065/956.548 Dossier Médical Concerne : Nom :.Prénom : Sexe : Adresse: N. Code Postal

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie

Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie Grand-duché du Luxembourg 2013: Santé mentale et psychiatrie Etude du CRP-Santé Conférence de presse 26 Septembre 2013 SOMMAIRE Contexte Méthodologie Résultats Quelques chiffres clés Le cadre politique

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Évaluation de la Grille d identification des risques psychosociaux en entreprise : l importance des déterminants individuels et organisationnelles. Michel Vézina Carole Chénard JASP 27 novembre 2013 Plan

Plus en détail

Première partie. La définition des fonctions

Première partie. La définition des fonctions Première partie La définition des fonctions 4. La définition du périmètre des fonctions de la secrétaire médicale varie selon son statut, salarié ou agent de la fonction publique hospitalière, et, éventuellement,

Plus en détail