Le risque électrique dans nos établissements de santé. Comment faire la lumière sur ce risque?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le risque électrique dans nos établissements de santé. Comment faire la lumière sur ce risque?"

Transcription

1 Le risque électrique dans nos établissements de santé OU Comment faire la lumière sur ce risque?

2 Un constat de départd Nous banalisons la production et la fourniture de cette énergie On ne se rend même m me plus compte que l él électricité fait partie intégrante du fonctionnement de l él établissement Au point qu on en oublie les principes de base de prévention et de maintenance Il s agit s d un d risque évitable La réglementation r et la jurisprudence se renforcent La gestion du risque est devenue obligatoire (HAS, ARS, Ministère, Installations classées, Commissions de sécurits curité,, D.U.) ou «incitée» (assureur) Le risque est réelr

3 Panne de courant inédite dans un hôpital h parisien juin 2008 Dans la nuit du jeudi 26 juin, vers 1h, l'hôpital parisien a été victime d'une panne d'électricit lectricité qui a plongé l'établissement dans le noir et nécessitn cessité par précaution, l'évacuation de cinq malades en réanimationr animation. L'hôpital est alimenté par deux câbles c de volts et l'un deux a cessé de donner du courant. De plus, seuls deux des trois groupes électrogènes de sécurits curité se sont déclenchd clenchés.. La panne pourrait provenir d'un chantier à proximité de l'hôpital qui aurait sectionné un câble c d'alimentation. La panne a été identifiée e vers 02H30 par les équipes techniques de l'hôpital, renforcées es par des agents d'edf. Des équipes du Samu ont apporté des batteries et des halogènes ont été mis dans certains couloirs dont les prises fonctionnaient par intermittence, a constaté un journaliste. A 2H15 les équipes finissaient d'évacuer l'unité de réanimation" r tandis que le courant était "rétabli à 50%". A 03H15, la situation revenait à la normale.

4 A Château-Thierry, chute d'arbres et coupure d'électricit lectricité L union Août t 2010 Les intempéries de ces derniers jours ont provoqué plusieurs incidents dans le Sud de l Aisne, l mais ils n ont n jamais atteint une extrême gravité.. Le centre hospitalier de Château-Thierry a été victime d uned coupure électrique pendant plusieurs heures,, hier matin. La «panne» fut sans conséquence pour le fonctionnement de l établissement.

5 Coupure de courant pour foyers et dans le métrom janvier 2009 Un défaut matériel dans un poste de transformation électrique du Val-de-Marne a entraîné,, mardi 6 janvier en début d d'après- midi, une panne d'électricit lectricité touchant foyers du département, ainsi que les lignes 3 et 13 du métro m et la ligne D du RER. Cette coupure du poste de transformation électrique de Charenton-le-Pont a entraîné celle du poste Créteil. Panne de courant à l'hôpital H. Mondor pendant 7 minutes, les générateurs g de secours n'ayant pas pris le relais comme ils auraient dû le faire

6 Conflit ErDF :: nouvelles coupures d éd électricité et de gaz avril 2009 La direction d ErDF d a "déploré"" la poursuite des "coupures d électricité intempestives", qui ont lieu depuis plusieurs semaines. "Il s agit s d actes d isolés s de malveillance commis par une minorité de personnes", a déclard claré une porte-parole d ErDF. La veille, une polémique s est s déclenchd clenchée e après s une coupure de courant à l hôpital de Douai mardi, couplée à une défaillance des groupes électrogènes.. La coupure, d uned durée e de 40 minutes, a provoqué la panique dans l établissement, mais les grévistes d ErDF d ont nié toute responsabilité. La direction de l hôpital l attend un rapport d enqud enquête d EDF d et envisage, "s il y a eu acte de malveillance", de porter plainte.

7 Coupure d'électricit lectricité suspecte au CH de Douai La voix du nord juin 2009 Le plan blanc a été déclenché hier matin, à la suite d'une coupure d'électricit lectricité et d'un dysfonctionnement des groupes électrogènes. Deux patients du service de réanimation r ont dû d être transférés dans d'autres établissements. L'un des deux patients de l'unité de soins intensifs du CH de Douai a été évacué par les airs. Les groupes électrogènes n'ont pris le relais que quarante minutes plus tard.» Quarante minutes qui auraient pu être fatales à certains patients. Avec le plan blanc, une cellule de crise a permis de cibler les services les plus sensibles. Les sapeurs-pompiers de Douai et Cambrai ont ainsi évacué deux patients de l'unité de soins intensifs pour les transférer rer à Lens et Valenciennes. Reste à connaître l'origine de la coupure d'électricit lectricité et celle du dysfonctionnement des groupes électrogènes. La direction de l'hôpital s'y attelle : «Un débriefing d va être organisé pour tirer les enseignements de cet incident.»

8 ABBEVILLE -Coupure de courant :: à deux doigts du chaos L incendie d un transformateur électrique haute et basse tension a touché 53 communes. À Abbeville, la coupure de courant a duré sept heures. On est passé tout près s du chaos : commerces, industries, hôpital Face à la panne, la préfecture a indiqué qu'elle a mis en œuvre «le plan électro-secours» pour gérer g les conséquences de cette coupure importante du réseau électrique en identifiant les personnes et les établissements prioritaires (hôpitaux, maisons de retraite, personnes sous assistance respiratoire, captages d'eau).

9 Coupure d'électricit lectricité survenue à l'hôpital Édouard-Herriot de Lyon Nouvel obs SEPT Il est 0 heure 30 lorsque l'alimentation en électricité de l'hôpital Édouard-Herriot de Lyon s'interrompt brutalement. Et les groupes électrogènes censés s prendre le relais ne se déclenchent d pas. Résultat: : 720 malades plongés s dans le noir, dont certains sous assistance respiratoire. "Les infirmières, res, les aides soignantes, les brancardiers s'activent à tâtons tons dans le noir, s'éclairant parfois avec une lampe coincée dans la bouche [...]. Des médecins m et des infirmières res se relaient pour actionner à la main des pompes qui ne sont plus alimentées es en courant [...]. Des ambulances du Samu transfèrent rent 26 patients dans l'état le plus critique vers d'autres établissements. Vers deux heures du matin, lorsque la lumière revient, lorsque les gyrophares bleus cessent de tourner entre les pavillons, le personnel, épuisé,, est persuadé d'avoir sauvé tout le monde.«la presse annonce «des bilans effarants". Deux des vingt-six malades transférés s d'urgence sont décédés. d Puis la presse parle de neuf morts et, le surlendemain, de dix!

10 CH Lyon-Sud :: des pannes électriques qui causent mort d'homme -Lutte Ouvrière re n 1719 n du 22 juin 2001 Nouvelle panne électrique au CH Lyon-Sud (CHLS), mêmesm mes causes que celles déjà d survenues en décembre d 1999 (20 minutes) et avril 2001 (1h20). La panne du 13 juin, d une heure, certainement responsable de la mort d'une patiente arrivée e en urgence et en pleine opération ration. Les blocs opératoires du CHLS, contrairement aux services de réanimation, ne sont pas équipés s en onduleurs. Les 3 pannes sont dues à des micro-coupures du réseau r EDF. Les groupes électrogènes se sont mis en route, mais le circuit interne de l'hôpital n'a pas pris en compte le système de relais et n'a pas été en mesure d'assurer la distribution de l'électricit lectricité sur l'ensemble de l'établissement. Comme l incident l survenu à l'hôpital Edouard-Herriot à Lyon en septembre Le système électrique de l'hôpital était géré par une entreprise privée e dont les techniciens ne sont pas sur place pour intervenir immédiatement en cas de dysfonctionnement.

11 Une panne de courant a touché l'hôpital de Jolimont rtbf, juillet 2010 Une coupure de courant a affecté pendant une petite heure le quartier de l'hôpital Jolimont à La Louvière. Toutes les mesures d'urgences ont été prises : le groupe électrogène a permis la poursuite des opérations et des interventions nécessitant du courant. Les radiographies ont par contre été interrompues. A l'origine de la panne : un engin de chantier qui a sectionné un câblec

12 Une panne d éd électricité peut avoir de lourdes conséquences Le but : Se prémunir contre une éventuelle défaillance d de l alimentation électrique et d assurer d la qualité et la disponibilité de l él énergie électrique. Quels sont les facteurs qui fragilisent une installation électrique? La surveillance, l entretien, l la formation, les évolutions de l installation (rajout de circuits, d appareils d ), la connaissance du circuit D où l intérêt t de développer d une démarche d de sûrets reté de fonctionnement qui replace toute évolution dans le contexte global de l installation l en veillant à préserver l él équilibre entre les trois piliers : architecture, produits, services.

13 Le principe de fonctionnement Coupure électrique Onduleur Batterie Groupe électrogène Relais immédiat Relais immédiat Relais différé Réseau prioritaire DM sur batterie Secteur hôpital

14 Sécurité électrique des ES Les textes de référence r rence (1/2) Circulaire DHOS/E4 n n du 7 avril 2008 relative à la prévention des coupures électriques dans les établissements de santé Article R sur la sécurité des établissements de santé en cas de défaillance d du réseau r d'énergie (Code de la Santé Publique - décret d n n du 12 septembre 2007) Circulaire DHOS/E4 n n du 8 décembre d 2006 relative à la prévention des risques électriques dans des conditions climatiques de grands froids Circulaire DHOS/E4 n n du 8 septembre 2006 relative aux conditions techniques d'alimentation électrique des établissements de santé publics et privés Circulaire DHOS/E 4 n n du 30 mai 2005 relative aux conditions techniques d alimentation d électrique des établissements de santé publics et privés s : abrogée

15 Sécurité électrique des ES Les textes de référence r rence (2/2) Arrêté du 19 novembre 2001 portant approbation de dispositions complétant et modifiant le règlement r de sécurits curité contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public. Circulaire du 25 octobre 2004 relative à la prévention des risques électriques dans les établissements de santé ; Circulaire du 24 décembre 2003 relative à la prévention des risques de coupure de courant dans les établissements de santé ; Circulaire du 12 décembre 2003 relative à la prévention des risques électriques dans les établissements de santé ; Guide sécurits curité électrique dans les établissements de santé : rappels de réglementation, conseils pour la conception, maintenance et exploitation des installations électriques, ministère de l emploi l et de la solidarité,, avril 2001 ; Circulaire du 6 octobre 1998 relative à la sécurits curité électrique des établissements de santé publics et privés ; Circulaire du 6 janvier 1958 relative au dispositif de secours dont doivent disposer les établissements sanitaires pour la fourniture d énergie électrique

16 Circulaire DHOS/E4 n du 8 septembre 2006 relative aux conditions techniques d'alimentation électrique des établissements de santé publics et privés Service prioritaire : déclaration d à la préfecture 2 compteurs ou 1 compteur et 2 sources d alimentation différentes Les sources de remplacement Inventaire des chargeurs/batteries Traçabilit abilité des maintenances Les essais et périodicitp riodicité Habilitation du personnel Nommer un chargé d exploitation

17 Circulaire DHOS/E4 n du 7 avril 2008 relative à la prévention des coupures électriques dans les établissements de santé avant la fin de l annl année e 2008, vérifier v les éléments suivants : 1. La fiabilité des installations électriques de l établissement correspond aux réseaux r de distribution «de secours» : qualité et bon fonctionnement des moyens autonomes principaux d alimentation d électrique prévus en cas de défaillance d du réseau r de distribution ; intégrit grité et qualité opérationnelle des systèmes autonomes comportant des batteries (dispositifs médicaux, autres...).

18 Circulaire DHOS/E4 n du 7 avril 2008 relative à la prévention des coupures électriques dans les établissements de santé 2. La cohérence du circuit de délestage d en tenant compte des besoins de l él établissement en fonction des niveaux de criticité (activités s médicales m et installations de sécurits curité). Les installations prioritaires des plateaux techniques, les installations de chauffage et les systèmes de détectiond incendie sont bien alimentés s par les systèmes de secours. 3. La conformité des maintenances préventives : l ensemble des maintenances préventives a été effectué et est à jour sur tous les systèmes qui composent les éléments de sécurits curité ; de façon régulir gulière, des tests sur groupes afin de vérifier v le bon déclenchement d de la source de remplacement.

19 Des difficultés s de terrain perte de savoir des équipes techniques (internes ou externes) du circuit de l él établissement difficultés s croissantes de recrutement : de techniciens (concurrence du BTP, des bureaux de contrôle, des collectivités s territoriales, des sociétés s de service, FM etc..). Turn over élevé évolution des organisations sanitaires : temps médical, m temps soignant, travail en 12 heures.. Davantage de souplesse exigée e dans la réalisation r de la maintenance réduction générale g de l encadrement l des chantiers (tant en travaux qu en services) : qui encadre (côté entreprise)? réduction r générale g des stocks : quelle réponse à l urgence?

20 De la complexité technique Électricité, haute tension, circuit principal Électricité, haute tension, circuit de secours ou de sécurité Électricité, basse tension Électricité, basse tension, circuit de secours ou de sécurité Electricité, réseau ondulé Electricité, très basse tension Détection et asservissement Incendie Aspiration des gaz anesthésiques Ventilation : extraction, soufflage Traitement d air : bloc, réanimation, stérilisation, médecine nucléaire Informatique, Télétransmission Téléphonie, Interphonie Appels-malades Vidéo surveillance Contrôle d accès Domotique GTC (alarmes et pilotage technique) Transport automatique (tortues, valises) Réseau pneumatique

21 À des installations rationnelles Pour 500 lits Electricité : prises électriques 1500 disjoncteurs électriques 5000 appareils d'éclairage 3 groupes électrogènes 10 transformateurs V / 380 V postes téléphoniques et DECT Incendie : 1500 détecteurs incendie 200 volets et clapets Chauffage : 4 chaudières, 10 sous-stations 200 pompes de circulation 1000 radiateurs Equipements : 20 portes automatiques 2000 portes et serrures 25 appareils élévateurs Froid : 4 groupes de production d'eau glacée (blocs opératoires, imagerie, chambre mortuaire, etc)

22 Catégories des risques électriques Alimentaire Soins vitaux directs Soins vitaux indirects (appel malade) Utilitaires (lumière, chauffage, téléphone t ) Accès Confort/accessoire (téléviseur ) Se surajoute les DM non déclard clarés s et non suivis par les services internes

23 Coupure électrique et conséquences Contamination par l air (aspergillose ) Risque incendie (personnes et biens) Risque climatique (chaleur, froid) Risques intox alimentaire Pollution Coupure de téléphone Coupure informatique : perte de données vitales Pertes financières (non recouvrement ) Perte d image circulation./évacuation limitées Chutes de personnes Chocs (chariots, véhicules ) Chutes d objets (étagères, éclairages..) Dommages aux biens Malveillance (vol, dégradation, agression) Conservation des corps Arrêt d équipements vitaux Mauvaise qualité des soins Mauvaise qualité du séjour (hôtellerie) Hypothermie Pertes de prélèvements (congélateur ) Cessation d activité de soins Indisponibilité d équipements ou de chambres Non détection de situation grave Accidents de travail Perte de chance Interruption des soins Diagnostic erroné

24 Niveau de criticité des activités Niveau 1 = aucune coupure Niveau 2 = coupure < 15 secondes Niveau 3 = coupure de 15 à 30 secondes

25 Niveau de criticité des activités Niveaux Activités Bloc opératoire Salle d'opération X Salle surveillance post-interventionnelle X Bloc obstétrical X Salle d'accouchement X Anesthésie X Réanimation X Unité de soins intensifs X Service de prématurés X Hémodialyse X Imagerie interventionnelle X Explorations fonctionnelles X Imagerie médicale Salle de radiologie conventionnelle X Salle d'angiographie X Salle de coronarographie X Salle de scanographie X* X Salle d'imagerie par résonance magnétique X* X Médecine nucléaire Salle de scintigraphie X* X Ventilation X Radiothérapie X Laboratoires Automates d'analyses X Pharmacie Chambre froide pour la conservation des produits sanguins X Unités d'hospitalisation X * pour les équipements informatiques des disposititfs médicaux

26 La sûrets reté de fonctionnement aptitude d un d système à fonctionner correctement au cours de sa vie. C est à dire satisfaire les exigences de fonctionnement : cycles, niveaux, valeurs, fiabilité,, disponibilité C est aussi être réparable r rapidement (maintenabilité)

27 Élaboration d un d plan de sûreté de fonctionnement analyse des besoins du process, en particulier les aspects critiques, adaptation de l installation en conséquence (modification de l architecture, modernisation des équipements, etc.), programmation réfléchie d interventions de maintenance, la gestion des équipements en fin de vie, formation des équipes d exploitation et de maintenance aux nouveaux produits installés, introduire des équipements de monitoring facilitant la maintenance prédictive et la traçabilité, Choisir des composants adaptés aux contraintes du site, Associer les équipes d exploitation et de maintenance lors de phases critiques (comme le basculement mensuel sur des sources de secours dans les établissements de santé) et surtout lors des phases d extension, Services d optimisation de l exploitation (télésuivi, assistance en ligne, formation, etc.).

28 AMDEC sur le risque électrique Probabilité/occurrence Probabilité d apparition de la défaillance, ou importance de son existence Défaillance inexistante sur matériel similaire (env. 1 fois tous les 2 ans) Défaillance occasionnelle déjà apparue sur matériel similaire (arrive 1 fois tous les ans) Défaillance fréquente posant régulièrement des problèmes (arrive une fois par an) Défaillance certaine sur ce type de matériel (arrive au moins une fois par semaine) Valeur de F

29 AMDEC sur le risque électrique Gravité Gravité de la défaillance probable Défaillance mineure aucune dégradation notable Défaillance moyenne petite réparation (arrêt de production inférieur à 8h) Niveau de préparation Valeur de G Bonne maîtrise : expérience, surveillance, plan d actions, training 1 Plan d action et procédures connues et testées de tous les acteurs 1 Quelques procédures connues et testées de tous les acteurs 2 Aucun plan d action, procédure ou training 2 1 Défaillance grave changement de matériel (arrêt de production inférieur à 2 jours) Défaillance très grave intervention majeure de production supérieur à 2 jours) Bonne maîtrise : expérience, surveillance, plan d actions, training 1 Plan d action et procédures connues et testées de tous les acteurs 2 Quelques procédures connues et testées de tous les acteurs 3 Aucun plan d action, procédure ou training 4 Bonne maîtrise : expérience, surveillance, plan d actions, training 2 Plan d action et procédures connues et testées de tous les acteurs 3 Quelques procédures connues et testées de tous les acteurs 4 Aucun plan d action, procédure ou training 4

30 AMDEC sur le risque électrique Détectabilité Détectabilité Détection facile et immédiate de la défaillance action corrective immédiate Détection moyenne de la défaillance (tardive ou difficile) 2 Détection très faible (très tardive et imprécise) 3 Détection impossible 4 Valeur de D 1

31 AMDEC sur le risque électrique Bloc opératoire Situation à risque Arrêt alimentation EDF Evénement Causes Précurseurs Criticité situation Onduleur prend le relais Onduleur démarre avec retard < 15 s Onduleur démarre puis s arrête Onduleur ne prend pas le relais Audit à réaliser Absence d entretien Appareil pas branché sur prise prioritaire Manque de puissance pour réseau Onduleurs ok Batteries ok Absence garde Vérification annuelle 3 Aucun Marquage des prises non fait 3 Veille sur puissance appareils ok 2 3 2

32 La feuille de route 1/2 Préalables : 1. Schéma simplifié du réseau r électrique : Alimentations(s) générale(s) g Qu est ce qui alimente quoi dans l hôpitall Quels circuits dépendent d d autres d (circuit parallèle le et série) s Les secours, activables auto ou manuel Les secours groupe ; activables auto ou manuel, Les secours batterie et onduleurs 2. Préciser les points d ombre d et les points critiques connus et/ou soupçonn onnés. 3. Inventaire des batteries de secours et des onduleurs (du CH et avec appareils)

33 La feuille de route 2/2 Analyse des risques : - Selon activité,, définir d les secteurs à risque : Urgence vitale, Retard prise en charge (retard examen, ) - Comment assurer la continuité de service dans les activités à risque et combien de temps : Groupe électrogène Onduleur électrogène - Les causes des pannes et leurs conséquences et les fréquences de ces pannes selon nos installations - Maintenance préventive, Surveillance. Qualification du personnel et des installations - Délai D pour fournir à nouveau de l él électricité Cotation et Hiérarchisation des risques, Proposition d actions d de correction, Suivi et indicateurs.

34 AMDEC Conditions et limites Nécessité d un travail collégial : pour l approche l de la criticité pour l identification l du risque acceptable : en pratique, la criticité acceptable pour l él élaboration d un d plan d action d : organisation, maintenance, investissement Le niveau de probabilité/d /d occurrence est majoritairement dans le champ des Techniciens Le niveau de gravité/cons /conséquence est majoritairement dans le champ de la Direction, des Médecins M et des Soignants

35 Conclusion : une stratégie combinée est indispensable L organisation, le risque et le fonctionnement doivent être surveillés s et qualifiés périodiquement La qualification de l organisation l de l exploitation l et de la maintenance : référentiel, r rentiel, périodique La qualification du risque (criticité), par installation sensible : AMDEC, périodique La qualification du fonctionnement : GTC et inspections techniques, continue et périodiquep riodique.

36 Les effets de la grande panne de courant de New York (1965) La revue américaine Demography nous rapporte une information essentielle : les coupures d éd électricité n ont pas que des effets néfastes. n «Augmentation des naissances neuf mois après s la panne»

HosmaT - ciculaire DHOS/O1 n 2005-256

HosmaT - ciculaire DHOS/O1 n 2005-256 Circulaire DHOS/E 4 n 2005-256 du 30 mai 2005 relative aux conditions techniques d alimentation électrique des établissements de santé publics et privés NOR : SANH0530245C Date d application : immédiate.

Plus en détail

Critical Power : Solutions pour une distribution électrique sécurisée répondant à la

Critical Power : Solutions pour une distribution électrique sécurisée répondant à la Critical Power : Solutions pour une distribution électrique sécurisée répondant à la criticité de votre activité Sommaire 1. Préambule 2. Focus sur les établissements de santé 3. Focus sur les data center

Plus en détail

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER henri MONDOR d AURILLAC 1er congrès de l AFGRIS METHODE D ANALYSE ET DE PREVENTION DES RISQUES ET CERTIFICATION ISO 9002 Un couple pertinent pour les services techniques

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE Définitions Successivement la cartographie a été: L'Art de dresser les

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE Direction générale de l action sociale SOLIDARITÉS ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX Circulaire DGAS

Plus en détail

Apprendre un métier et

Apprendre un métier et Technicien en Installation des Equipements Electriques et Electroniques Ref : 0701309 Mon métier : je réalise des installations électriques, je mets en service et assure la maintenance de ces installations.

Plus en détail

- Véritable projet de service -

- Véritable projet de service - Sylvain TROUVAIN Chargé de sécurité Groupe Hospitalier Public du Sud de l Oise Maintenance des équipements de sécurité - Véritable projet de service - Sylvain.trouvain@ch-creil.fr contact@asso-acses.fr

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES

CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES CAHIER DES CHARGES DES UNITES NEURO-VASCULAIRES 1 TEXTES DE REFERENCE 1.1 Cadre juridique Loi n o 2004-806 du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique, notamment la mesure 72 de son annexe

Plus en détail

30 MAI 1 er JUIN 2011 PARIS

30 MAI 1 er JUIN 2011 PARIS 4 th EUROPEAN CONFERENCE ON HEALTHCARE ENGINEERING 51 è JOURNEES D ETUDES ET DE FORMATION IFH 30 MAI 1 er JUIN 2011 PARIS Peut-on externaliser la maintenance des bâtiments et infrastructures techniques

Plus en détail

Les solutions concretes PARCE QUE CHACUN A LE DROIT DE VIVRE MIEUX

Les solutions concretes PARCE QUE CHACUN A LE DROIT DE VIVRE MIEUX Les solutions concretes PARCE QUE CHACUN A LE DROIT DE VIVRE MIEUX 15 Les solutions pour la maison L un des enjeux majeurs du maintien à domicile est la garantie, pour la personne en situation de dépendance

Plus en détail

La sécurité physique et environnementale

La sécurité physique et environnementale I. Qu est ce que la sécurité physique? "Il ne sert à rien de dresser une ligne Maginot logique si n'importe qui peut entrer dans la salle serveurs par la fenêtre " (Christian Pollefoort, consultant en

Plus en détail

SYSTEME DE PROTECTION TG 666/2

SYSTEME DE PROTECTION TG 666/2 V81199A SYSTEME DE PROTECTION TG 666/2 UNE ALARME HAUT DE GAMME POUR MOTOS & SCOOTERS Classe SRA < 50 cm 3 uniquement 1 - Introduction Vous venez d acquérir l alarme TG 666/2 et nous vous en remercions.

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Développer, Optimiser, Maintenir la Performance de lhomme et de lentreprise PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Le «Risque Social» doit être pris en charge comme nimporte quel autre type

Plus en détail

Registre de sécurité ERP

Registre de sécurité ERP Registre de sécurité ERP REGISTRE MIS EN PLACE LE :...... PAR :....... Collectivité :....... L éditeur de ce document ne saurait voir sa responsabilité tant contractuelle que délictuelle engagée, pour

Plus en détail

Immeuble EXEMPLE Audit Technique mars 2004

Immeuble EXEMPLE Audit Technique mars 2004 Immeuble EXEMPLE Audit Technique mars 2004 SOMMAIRE 1 Préambule... 3 2 Descriptif sommaire de l immeuble... 4 3 Synoptique des réseaux d alimentations... 5 4 Schéma de principe de distribution du courant

Plus en détail

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires

Zone de commentaires. Convention EFS / ES ( document à joindre) II, Les systèmes d'information OUI NON NC Zone de commentaires. Zone de commentaires 5. ENSEMBLE DES PIECES CONSTITUANT LE DOSSIER A FOURNIR A L'AGENCE REGIONALE DE L'HOSPITALISATION POUR UNE DEMANDE D AUTORISATION DE FONCTIONNEMENT D UN DEPÔT DE SANG DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE I.

Plus en détail

HEBERGEMENT DANS LE DATACENTER GDC3 DE VELIZY

HEBERGEMENT DANS LE DATACENTER GDC3 DE VELIZY HEBERGEMENT DANS LE DATACENTER GDC3 DE VELIZY Présentation des infrastructures Date: 30/08/2013 Version : 1.0 Toute utilisation ou reproduction même partielle est interdite. Page 1 Sommaire 1. PRESENTATION

Plus en détail

INSTALLATIONS ÉLECTRIQUES CIVILES

INSTALLATIONS ÉLECTRIQUES CIVILES index ALIMENTATION MONOPHASEE ALIMENTATION MONOPHASEE ALIMENTATIONS DL 2101ALA DL 2101ALF MODULES INTERRUPTEURS ET COMMUTATEURS DL 2101T02RM INTERRUPTEUR INTERMEDIAIRE DL 2101T04 COMMUTATEUR INTERMEDIAIRE

Plus en détail

ERDF À VOTRE SERVICE BRETAGNE

ERDF À VOTRE SERVICE BRETAGNE ERDF À VOTRE SERVICE BRETAGNE SOMMAIRE Qui est ERDF? 3 ERDF au service des clients 4 Les éléments qui composent votre installation 5 Vous souhaitez être dépanné 6 Vous emménagez dans un nouveau logement

Plus en détail

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

ENTRETIENS, CONTROLES ET VERIFICATIONS TECHNIQUES

ENTRETIENS, CONTROLES ET VERIFICATIONS TECHNIQUES ENTRETIENS, CONTROLES ET VERIFICATIONS TECHNIQUES 1 SOMMAIRE SOMMAIRE PAGE 1 INTRODUCTION PAGE 2 I ENTRETIEN CONTROLE ET VERIFICATION TECHNIQUES PAGE 3-4 II CLASSEMENTS ET CATEGORIES DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS CAHIER DES CHARGES RELATIF A UN AUDIT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DE L'INSTITUT FRANÇAIS DE MECANIQUE AVANCEE Date limite d envoi de l'offre : 30 avril

Plus en détail

Gestion des risques en

Gestion des risques en Gestion des risques en Réseau des Praticiens en Hygiène hospitalière du Rhône 12 novembre 2012 endoscopie B Grisi : PH en Hygiene A Boudilmi : Ingénieur Qualité L hôpital nord ouest Villefranche Région

Plus en détail

Thème Techniques : 9. Mécanique et maintenance industrielle. 10. Electricité, électronique, électrotechnique et automatisme

Thème Techniques : 9. Mécanique et maintenance industrielle. 10. Electricité, électronique, électrotechnique et automatisme Thème Techniques : 9. Mécanique et maintenance industrielle 10. Electricité, électronique, électrotechnique et automatisme 11. Qualité et gestion de la production 12. Hydraulique 13. Organisation industrielle

Plus en détail

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.

Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06. Arrêté royal du 27 avril 1998 fixant les normes auxquelles une fonction de soins intensifs doit répondre pour être agréée (M.B. 19.06.1998) Texte coordonné : dernière mise à jour : 08.08.2014 CHAPITRE

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

D ENTRETIEN ET D ESSAIS

D ENTRETIEN ET D ESSAIS GROUPE ÉLECTROGÈNE REGISTRE D ENTRETIEN ET D ESSAIS EDITIONS BOUCHARD-M ATHIEUX 11, rue Solférino ~ 94100 SAINT-MAUR-DES-FOSSES Téléphone : 01 48 83 91 90 Télécopie : 01 48 83 90 11 M e s s a g e r i e

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert?

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? Cet article a pour objectif de rappeler les notions principales relatives à la Gestion Technique Centralisée. Mais qu entend on par

Plus en détail

MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE. Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2)

MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE. Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2) MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2) 1 - SCP Radiolor 2 - CHU de Nancy MODE D EXERCICE DU PRATICIEN Choix

Plus en détail

UPS003LSM MODULE DE DÉTECTION DE CHARGE D ALIMNTATION SANS INTERRUPTION MODE D EMPLOI

UPS003LSM MODULE DE DÉTECTION DE CHARGE D ALIMNTATION SANS INTERRUPTION MODE D EMPLOI UPS003LSM PA27224A01 Rév.: 02 3-2014 MODULE DE DÉTECTION DE CHARGE D ALIMNTATION SANS INTERRUPTION MODE D EMPLOI Panduit Corp. 2014 Traduction des instructions d origine AFIN DE RÉDUIRE LE RISQUE DE BLESSURES,

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 31/01/2012 N : 04.12 Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie ERP et IGH de Type O L arrêté du 25 octobre 2011 portant

Plus en détail

Un projet régional et une démarche collégiale

Un projet régional et une démarche collégiale Interconnexion des SAMU de la Région PACA Un projet régional et une démarche collégiale 1 Déclaration d intérêt Je déclare n avoir aucune relation financière avec l industrie 2 PLAN DE LA PRESENTATION

Plus en détail

Informations sur la NFS 61-933

Informations sur la NFS 61-933 Les évolutions apportées par la nouvelle norme NFS 61-933 relative à l exploitation et la maintenance des systèmes de sécurité incendie. Intervention Olivier BUFFET Ingénieur sécurité CHU ANGERS Sommaire

Plus en détail

Gestion et entretien des Installations Electriques BT

Gestion et entretien des Installations Electriques BT Durée : 5 jours Gestion et entretien des Installations Electriques BT Réf : (TECH.01) ² Connaître les paramètres d une installation basse tension, apprendre les bonnes méthodes de gestion et entretien

Plus en détail

La GMAO, au cœur de la performance technique des Hospices Civils de Lyon

La GMAO, au cœur de la performance technique des Hospices Civils de Lyon Visite de site : Retour d expérience La GMAO, au cœur de la performance technique des Hospices Civils de Lyon Dix ans après le lancement d un vaste «Projet maintenance», les HCL (Hospices Civils de Lyon)

Plus en détail

SYSTÈME ANTI-INTRUSION SANS. fil. L œil sur la sécurité

SYSTÈME ANTI-INTRUSION SANS. fil. L œil sur la sécurité L œil sur la sécurité SYSTÈME ANTI-INTRUSION SANS fil SYSTÈME ANTI-INTRUSION SANS fil AVANTAGES Protège votre maison et donne plus de sécurité à votre famille. La sécurité est une valeur fondamentale pour

Plus en détail

La nomenclature des métiers se compose de : 5 domaines fonctionnels, 22 familles de métiers, 64 sous-familles de métiers, 183 fiches métiers.

La nomenclature des métiers se compose de : 5 domaines fonctionnels, 22 familles de métiers, 64 sous-familles de métiers, 183 fiches métiers. 4.2. Liste des métiers par domaines, familles et sous-familles La nomenclature des métiers se compose de : 5 domaines fonctionnels, 22 familles de métiers, 64 sous-familles de métiers, 183 fiches métiers.

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE MODELE N 2 Document disponible sur http://www.auvergne.pref.gouv.fr/protection_civile/etablissements _recevant_public/sec_incendie_erp/procedure.php NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE Etablissement Recevant

Plus en détail

Les entretiens de Télécom ParisTech & Le colloque TIC Santé 2011. Atelier 1 :«TIC et pratiques innovantes au

Les entretiens de Télécom ParisTech & Le colloque TIC Santé 2011. Atelier 1 :«TIC et pratiques innovantes au Les entretiens de Télécom ParisTech & Le colloque TIC Santé 2011 Atelier 1 :«TIC et pratiques innovantes au sein des structures de santé» L opération VDI du nouvel hôpital du CHAC ParisTech les 8 et 9

Plus en détail

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION

NO-BREAK KS. Système UPS dynamique PRÉSENTATION NO-BREAK KS Système UPS dynamique PRÉSENTATION Table des matières Chapitre 1 : Description du système No-Break KS...3 Chapitre 2 : Fonctionnement lorsque le réseau est présent...4 Chapitre 3 : Fonctionnement

Plus en détail

HEBERGEMENT DANS LE DATACENTER GDC2 DE VELIZY

HEBERGEMENT DANS LE DATACENTER GDC2 DE VELIZY HEBERGEMENT DANS LE DATACENTER GDC2 DE VELIZY Présentation des infrastructures Date: 30/08/2013 Version : 1.0 Toute utilisation ou reproduction même partielle est interdite. Page 1 Sommaire 1. PRESENTATION

Plus en détail

Guide Utilisateur Pro-vox 2

Guide Utilisateur Pro-vox 2 Guide Utilisateur Pro-vox 2 Guide Utilisateur Janvier 2010 INDEX PAGE INDEX 2 INTRODUCTION 2 CONSIGNES DE SECURITE IMPORTANTES 3 DESCRIPTION DU CLAVIER 3 INITIATION 4 LES TEMOINS POWER ET DAY 4 LE CLAVIER

Plus en détail

Repères. Gestion des défibrillateurs automatisés externes

Repères. Gestion des défibrillateurs automatisés externes Repères Gestion des défibrillateurs automatisés externes Juin 2014 Défibrillateurs automatisés externes grand public : Recommandations à suivre Vous êtes une entreprise, une structure accueillant du public

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

A/ CONDITIONS D ENTRETIEN, DE MAINTENANCE ET DE VERIFICATION : Contrat d entretien est effectué tous les 2ans.

A/ CONDITIONS D ENTRETIEN, DE MAINTENANCE ET DE VERIFICATION : Contrat d entretien est effectué tous les 2ans. MISE EN SECURITE DES PETITS HOTELS (arrêté du 24 juillet 2006) Prescriptions applicables dans un délai de 5 ans aux établissements existants au 4 août 2006 A/ CONDITIONS D ENTRETIEN, DE MAINTENANCE ET

Plus en détail

La situation des arrêts cardiaques dans le département

La situation des arrêts cardiaques dans le département La situation des arrêts cardiaques dans le département Depuis 5 ans, près de 5 interventions de sapeurs-pompiers par semaine pour arrêt cardiaque dans le Maine-et-Loire Dans le Maine-et-Loire, de 2005

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Chapitre 6 La gestion des incidents Quelles que soient la qualité du système d information mis en place dans l entreprise ou les compétences des techniciens

Plus en détail

Environnement du bloc opératoire

Environnement du bloc opératoire La gestion du risque infectieux au bloc opératoire Environnement du bloc opératoire Salles propres et environnements maîtrisés apparentés dans les établissements de santé : une norme. Alain GUEY, Dépt.

Plus en détail

S adapter à un nouvel environnement. Historique. Conduite de projet. Choix retenu : cabinet d architecture Brunet Saunier PARIS

S adapter à un nouvel environnement. Historique. Conduite de projet. Choix retenu : cabinet d architecture Brunet Saunier PARIS S adapter à un nouvel environnement Historique Création de groupes de travail 2000. Concours d architectes 2001 : 3 candidats. APS : Avant Projet Sommaire 2002. APD : Avant Projet Détaillé 2003. Premier

Plus en détail

Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC?

Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC? Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC? Clément Brossard, Clément Joulain, le 10/07/2014 Sommaire 1. Introduction... 2 2. Couplage DC... 2 a) Présentation... 2 b) Fonctionnement et régulation...

Plus en détail

C.6-6. Mode d'emploi utilisateur. Centrale d'alarme Filaire et sans fil. Fait par:

C.6-6. Mode d'emploi utilisateur. Centrale d'alarme Filaire et sans fil. Fait par: C.6-6 Centrale d'alarme Filaire et sans fil Mode d'emploi utilisateur Fait par: Version 2.1 01 julliet 2004 INDEX PAGE INDEX 2 INTRODUCTION 2 CONSIGNES DE SECURITE IMPORTANTES 3 DESCRIPTION DU CLAVIER

Plus en détail

Traduction du courrier de la Ministre-Présidente de Rhénanie-Palatinat du 31 mars 2014 à M. Joachim MERTES, Président du Landtag

Traduction du courrier de la Ministre-Présidente de Rhénanie-Palatinat du 31 mars 2014 à M. Joachim MERTES, Président du Landtag Traduction du courrier de la Ministre-Présidente de Rhénanie-Palatinat du 31 mars 2014 à M. Joachim MERTES, Président du Landtag Monsieur le Président du Landtag, Conformément à la procédure convenue entre

Plus en détail

ALIMENTATION PORTABLE 9000 AVEC DEMARRAGE DE SECOURS POUR VOITURE

ALIMENTATION PORTABLE 9000 AVEC DEMARRAGE DE SECOURS POUR VOITURE ALIMENTATION PORTABLE 9000 AVEC DEMARRAGE DE SECOURS POUR VOITURE Guide d'utilisation 31889 Veuillez lire attentivement ce manuel avant l'utilisation de ce produit. Dans le cas contraire, cela pourrait

Plus en détail

Le confort, sans effort. domotique

Le confort, sans effort. domotique Le confort, sans effort domotique Vous êtes sur le départ? Votre maison est prête, elle aussi. Il vous suffira d appuyer sur un bouton pour éteindre toutes les lumières, fermer les volets, couper le chauffage

Plus en détail

EQUIPEMENTS DE SECURITE DANS LES BATIMENTS

EQUIPEMENTS DE SECURITE DANS LES BATIMENTS EQUIPEMENTS DE SECURITE DANS LES BATIMENTS La réglementation : C est la loi Les supports réglementairesr Le règlement de sécurité : C est l ensemble des textes relatifs à la sécurité applicables aux Établissements

Plus en détail

La régulation des transports sanitaires par les SAMU

La régulation des transports sanitaires par les SAMU La régulation des transports sanitaires par les SAMU DHOS SDO Bureau O1 1 L organisation des transports sanitaires urgents : une mission permanente Principe : Les transports sanitaires sont une mission

Plus en détail

Contrôle de l utilisation de l énergie électrique Maison 8 pièces, chauffage électrique

Contrôle de l utilisation de l énergie électrique Maison 8 pièces, chauffage électrique Contrôle de l utilisation de l énergie électrique Maison 8 pièces, chauffage électrique Après l isolation de la maison, l ECS solaire, la production photovoltaïque, la ventilation double flux, le split

Plus en détail

1 Schneider Electric Services

1 Schneider Electric Services S ce Prestations de Services Schneider Electric S ce Schneider Electric Services guide de choix page S ce 2 accompagnement produits et équipements page S ce 4 accompagnement parcs et réseaux page S ce

Plus en détail

Dossier groupes électrogènes

Dossier groupes électrogènes Dossier groupes électrogènes Contexte et problématiques Table des matières Contexte 2 1. Modes d utilisation des GE 2 2. Définition et fonctionnement 5 Problématique 6 1. Ventilation 6 2. Préchauffage

Plus en détail

Dispositif dégradé et réaction initiale

Dispositif dégradé et réaction initiale 3.4 Prise en charge des victimes radiocontaminées Dispositif dégradé et réaction initiale UMH, SMUR Régulation SAMU SAU, UP Les limites du dispositif (circulaire 800) L identification de l attentat n est

Plus en détail

La Sécurité incendie En Accueils Collectifs de Mineurs

La Sécurité incendie En Accueils Collectifs de Mineurs PREFET DU LOIRET Direction Départementale Service Départemental d Incendie de la Cohésion Sociale et de Secours du Loiret Pôle Promotion des politiques de jeunesse, Groupement Prévention de sports, et

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence

Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Modalités de coopérations sur le bassin de Valence Séminaire FHF-RA - 24 septembre 2015 - Jean-Pierre BERNARD, Directeur du Centre Hospitalier de Valence - Denis GOSSE, Directeur du Centre Hospitalier

Plus en détail

La visite de certification(v2014)

La visite de certification(v2014) La visite de certification(v2014) Journée régionale CAPPS 12 juin 2015 Dr C. BOHEC UNICANCER Groupe des Centres de Lutte Contre le Cancer Le CLCC et la certification Rappel Centre de Lutte contre le cancer

Plus en détail

1. PRESENTATION GDC1 SURESNES

1. PRESENTATION GDC1 SURESNES 1. PRESENTATION GDC1 SURESNES HEXATOM dispose de son propre DATACENTER situé à Suresnes. Ses espaces d hébergement sont autonomes, modulables et conformes aux spécifications les plus élevées en matière

Plus en détail

Les Champs Elysées. 80 Avenue Jean Jaurès - 30000 NÎMES

Les Champs Elysées. 80 Avenue Jean Jaurès - 30000 NÎMES Diagnostic de performance énergétique Une information au service de la lutte contre l effet de serre (6.3.a bis) Bâtiment à usage principal de bureau, d'administration ou d'enseignement Valable jusqu au

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

Les engagements d'electricité de France, en tant que producteur et distributeur

Les engagements d'electricité de France, en tant que producteur et distributeur MINISTÈRE DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE L ENVIRONNEMENT MINISTERE DELEGUE A L INDUSTRIE, AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, AU COMMERCE, A L ARTISANAT ET A LA CONSOMMATION CONTRAT DE SERVICE PUBLIC

Plus en détail

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins

Objectifs pédagogiques. quizz 06/04/2012. Connaître la définition et les étapes de la gestion des risques associés aux soins La gestion des risques associés aux soins Théorie et pratique de l analyse approfondie des causes Staff santé publique 4 avril 2012 Virginie Migeot Objectifs pédagogiques Connaître la définition et les

Plus en détail

AF 2014-2015. Secteur. Titre. Comité. multimédia et récepteurs. Luminaires. nucléaires. Aspects systèmes Réseaux industriels

AF 2014-2015. Secteur. Titre. Comité. multimédia et récepteurs. Luminaires. nucléaires. Aspects systèmes Réseaux industriels Demandes approuvées au regard du CAN-P-2018 AF 2014-2015 Comité CEI/CISPR/A CEI/CISPR/I CEI/SC17A CEI/SC31G CEI/SC31J CEI/SC34D CEI/SC45A CEI/SC45B CEI/SC62A Titre Mesures des perturbations radioélectriques

Plus en détail

PROTECTION DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION RACCORDEES AU RESEAU PUBLIC DE DISTRIBUTION BT

PROTECTION DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION RACCORDEES AU RESEAU PUBLIC DE DISTRIBUTION BT PROTECTION DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION RACCORDEES AU RESEAU PUBLIC DE DISTRIBUTION BT 1. Généralités... 3 1.1. Objet de la protection de découplage... 3 1.2. Approbation et vérification par le Distributeur

Plus en détail

Intervention de MR BEDEK PATRICK, maire de CERNAY LES REIMS

Intervention de MR BEDEK PATRICK, maire de CERNAY LES REIMS Intervention de MR BEDEK PATRICK, maire de CERNAY LES REIMS UN MAIRE. DANS LA TOURMENTE.LES INFORMATIONS CAPITALES POUR RASSURER UNE EQUIPE MUNICIPALE QUI SE RESSERRRE (ELUS ET AGENTS ) Des décisions rapides

Plus en détail

Plombier, c'est quoi?

Plombier, c'est quoi? Plombier, c'est quoi? Un plombier est un ouvrier qui s occupe / d installer et réparer les canalisations d eau et de gaz. Certains plombiers se spécialisent dans des domaines particuliers ou complètent

Plus en détail

Un projet multi-établissements de territoire en Franche-Comté

Un projet multi-établissements de territoire en Franche-Comté Un projet multi-établissements de territoire en Franche-Comté Dr Denis BABORIER CH LONS-LE-SAUNIER 31 Août 2009 La géographie du projet ISYS Projet d informatisation du système de soins Franche-Comté EMOSIST-fc

Plus en détail

Objet : Contrôle des installations nucléaires de base Centrale nucléaire de Saint-Alban Saint-Maurice (INB n 119 et 120) Thème : «incendie»

Objet : Contrôle des installations nucléaires de base Centrale nucléaire de Saint-Alban Saint-Maurice (INB n 119 et 120) Thème : «incendie» RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 23 avril 2015 N/Réf. : CODEP-LYO-2015-016324 Monsieur le Directeur du centre nucléaire de production d'électricité de Saint-Alban Saint- Maurice Electricité

Plus en détail

Mission Madagascar 2012 Compte-rendu d un projet hors du commun

Mission Madagascar 2012 Compte-rendu d un projet hors du commun Mission Madagascar 2012 Compte-rendu d un projet hors du commun Jeudi 21 avril : Arrivée à l aéroport de Tamatave vers 16h 28 Accueil et prise de contact avec : Jean Pierre, CCS Tamatave Alain Lefèvre,

Plus en détail

MEMENTO SECURITE INCENDIE

MEMENTO SECURITE INCENDIE ETABLISSEMENT MEMENTO SECURITE INCENDIE La commission de sécurité vous a prescrit la réalisation d un mémento sécurité Ce document est un modèle pour tout type d établissements en dehors des U et J Il

Plus en détail

Hôpital d Instruction des Armées Sainte Anne

Hôpital d Instruction des Armées Sainte Anne Hôpital d Instruction des Armées Sainte Anne Les hôpitaux des armées en France Historique L ancien hôpital 1988 Projet de reconstruction 22 Février 1995 Lancement du projet 10 mai 1995 Programme d infrastructure

Plus en détail

mode d emploi PROTÉGEZ LA VIE DE CEUX QUE VOUS AIMEZ 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen d urgence gratuits

mode d emploi PROTÉGEZ LA VIE DE CEUX QUE VOUS AIMEZ 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen d urgence gratuits PROTÉGEZ LA VIE E CEUX QUE VOUS AIMEZ mode d emploi 18 Z Z Z 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen Les numéros d urgence gratuits Cette brochure peut vous sauver la vie, ne la jetez pas,

Plus en détail

BIGSUR VERROUILLAGES ÉLECTROMÉCANIQUES EN APPLIQUE SYSTÈMES DE VERROUILLAGE. Fonctionnalités

BIGSUR VERROUILLAGES ÉLECTROMÉCANIQUES EN APPLIQUE SYSTÈMES DE VERROUILLAGE. Fonctionnalités BIGSUR SERRURE MOTORISÉE MULTIPOINTS EN APPLIQUE Très haute protection et endurance aux usages les plus intensifs. Fonctionnalités Très haut niveau de sécurité Grâce à son pêne demi-tour, la serrure BIGSUR

Plus en détail

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme Coordination de la Gestion des risques Bilan - Programme La démarche Mise en place en 2007 Regroupe l ensemble des Vigilances Sanitaire. Associe le programme CLIN Associe les risques liés aux vigilances

Plus en détail

Alcatel-Lucent Solutions de Communication dynamiques pour le secteur de la Santé. Juin 2009 Jean-Pascal Saide, Responsable du marché Santé

Alcatel-Lucent Solutions de Communication dynamiques pour le secteur de la Santé. Juin 2009 Jean-Pascal Saide, Responsable du marché Santé Alcatel-Lucent Solutions de Communication dynamiques pour le secteur de la Santé Juin 2009 Jean-Pascal Saide, Responsable du marché Santé AGENDA Les solutions de communication pour la santé Profils utilisateurs

Plus en détail

1 Définition. 2 Services sensibles. 3 Les divers fluides

1 Définition. 2 Services sensibles. 3 Les divers fluides Utilisation des gaz médicaux en anesthésie réanimation Le bloc opératoire et les réanimations SI sont des services dit sensibles par rapport à la fourniture en gaz médicaux. 1 Définition Fluide = Ensemble

Plus en détail

LES DANGERS DU COURANT ELECTRIQUE

LES DANGERS DU COURANT ELECTRIQUE Leçon 2 Technologie Page 1 LES DANGERS DU COURANT ELECTRIQUE 1 - Faits divers parus dans la presse sur des accidents d origine électrique En jouant près de chez lui à Paris Un enfant est électrocuté par

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Evaluation des risques professionnels dans les établissements de santé (dr.l.sctrick)

Evaluation des risques professionnels dans les établissements de santé (dr.l.sctrick) Evaluation des risques professionnels dans les établissements de santé (dr.l.sctrick) Le danger : propriété ou capacité intrinsèque d un équipement, d une substance, d une méthode de travail, de causer

Plus en détail

Conditions d usage du service. «MS Dynamics CRM On Demand» V1.4

Conditions d usage du service. «MS Dynamics CRM On Demand» V1.4 Conditions d usage du service «MS Dynamics CRM On Demand» V1.4 I. PREAMBULE La société PRODWARE est spécialisée dans l installation, l'évolution et la maintenance de solutions informatiques. Dans ce cadre,

Plus en détail

HEBERGEMENT DANS LE DATACENTER GDC2 DE VELIZY

HEBERGEMENT DANS LE DATACENTER GDC2 DE VELIZY HEBERGEMENT DANS LE DATACENTER GDC2 DE VELIZY Présentation des infrastructures Date: 30/08/2013 Version : 1.0 Toute utilisation ou reproduction même partielle est interdite. Page 1 Sommaire 1. PRESENTATION

Plus en détail

L analyse de processus au service de la gestion des risques

L analyse de processus au service de la gestion des risques L analyse de processus au service de la gestion des risques 1. Pourquoi faire? 2. L analyse des processus : une notion clé Définition Typologie et cartographie Niveaux d approche 3. Une approche pour identifier

Plus en détail

Réunion d information d maires. curité contre les et de panique dans les établissements recevant du public (ERP)

Réunion d information d maires. curité contre les et de panique dans les établissements recevant du public (ERP) Réunion d information d des maires Le règlement r de sécurits curité contre les risques d incendie d et de panique dans les établissements recevant du public (ERP) Des drames au règlement r 1938 1970 1973

Plus en détail

Cahier des Charges Techniques Particulières

Cahier des Charges Techniques Particulières Cahier des Charges Techniques Particulières Entretien et maintenance des onduleurs ORIGINAL SOMMAIRE 1. OBJET DU CCTP 1 2. NATURE DES INSTALLATIONS 1 3. NATURE DES PRESTATIONS 1 3.1. Details des prestations

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 25

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 25 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 25 HYGIENE ET SÉCURITÉ DÉCEMBRE 2002 Robin EMERIT Technicien en équipements électrique et énergie Tel : 02 38 79 46 74 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène

Plus en détail

SERVICE PHARMACIE PROJET DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE LA PLATE-FORME LOGISTIQUE

SERVICE PHARMACIE PROJET DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE LA PLATE-FORME LOGISTIQUE SERVICE PHARMACIE Jean-Louis LONGUEFOSSE Anne-Marie FORTUNE Géraldine LIGUORI Pharmacien Chef de service Pharmacien Pharmacien contractuel Tel : 0596 59 29 39 Tel : 0596 70 83 20 Tel : 05 96 59 28 62 jllonguefosse@ch-colson.fr

Plus en détail

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP

Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP 1- Sécurité civile et police administrative L activité opérationnelle des sapeurs pompiers s exercent dans le cadre de la police administrative. La police administrative

Plus en détail

Lot 4 - FLUIDES TECHNIQUES. Communauté Rurale des Monts de Flandre

Lot 4 - FLUIDES TECHNIQUES. Communauté Rurale des Monts de Flandre Communauté Rurale des Monts de Flandre Réhabilitation d une travée de bâtiment industriel en bureau D P G F Lot 4 - FLUIDES TECHNIQUES Maître d Ouvrage Maîtrise d Œuvre V1.1 - Avril 2011 Communauté Rurale

Plus en détail