Le risque électrique dans nos établissements de santé. Comment faire la lumière sur ce risque?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le risque électrique dans nos établissements de santé. Comment faire la lumière sur ce risque?"

Transcription

1 Le risque électrique dans nos établissements de santé OU Comment faire la lumière sur ce risque?

2 Un constat de départd Nous banalisons la production et la fourniture de cette énergie On ne se rend même m me plus compte que l él électricité fait partie intégrante du fonctionnement de l él établissement Au point qu on en oublie les principes de base de prévention et de maintenance Il s agit s d un d risque évitable La réglementation r et la jurisprudence se renforcent La gestion du risque est devenue obligatoire (HAS, ARS, Ministère, Installations classées, Commissions de sécurits curité,, D.U.) ou «incitée» (assureur) Le risque est réelr

3 Panne de courant inédite dans un hôpital h parisien juin 2008 Dans la nuit du jeudi 26 juin, vers 1h, l'hôpital parisien a été victime d'une panne d'électricit lectricité qui a plongé l'établissement dans le noir et nécessitn cessité par précaution, l'évacuation de cinq malades en réanimationr animation. L'hôpital est alimenté par deux câbles c de volts et l'un deux a cessé de donner du courant. De plus, seuls deux des trois groupes électrogènes de sécurits curité se sont déclenchd clenchés.. La panne pourrait provenir d'un chantier à proximité de l'hôpital qui aurait sectionné un câble c d'alimentation. La panne a été identifiée e vers 02H30 par les équipes techniques de l'hôpital, renforcées es par des agents d'edf. Des équipes du Samu ont apporté des batteries et des halogènes ont été mis dans certains couloirs dont les prises fonctionnaient par intermittence, a constaté un journaliste. A 2H15 les équipes finissaient d'évacuer l'unité de réanimation" r tandis que le courant était "rétabli à 50%". A 03H15, la situation revenait à la normale.

4 A Château-Thierry, chute d'arbres et coupure d'électricit lectricité L union Août t 2010 Les intempéries de ces derniers jours ont provoqué plusieurs incidents dans le Sud de l Aisne, l mais ils n ont n jamais atteint une extrême gravité.. Le centre hospitalier de Château-Thierry a été victime d uned coupure électrique pendant plusieurs heures,, hier matin. La «panne» fut sans conséquence pour le fonctionnement de l établissement.

5 Coupure de courant pour foyers et dans le métrom janvier 2009 Un défaut matériel dans un poste de transformation électrique du Val-de-Marne a entraîné,, mardi 6 janvier en début d d'après- midi, une panne d'électricit lectricité touchant foyers du département, ainsi que les lignes 3 et 13 du métro m et la ligne D du RER. Cette coupure du poste de transformation électrique de Charenton-le-Pont a entraîné celle du poste Créteil. Panne de courant à l'hôpital H. Mondor pendant 7 minutes, les générateurs g de secours n'ayant pas pris le relais comme ils auraient dû le faire

6 Conflit ErDF :: nouvelles coupures d éd électricité et de gaz avril 2009 La direction d ErDF d a "déploré"" la poursuite des "coupures d électricité intempestives", qui ont lieu depuis plusieurs semaines. "Il s agit s d actes d isolés s de malveillance commis par une minorité de personnes", a déclard claré une porte-parole d ErDF. La veille, une polémique s est s déclenchd clenchée e après s une coupure de courant à l hôpital de Douai mardi, couplée à une défaillance des groupes électrogènes.. La coupure, d uned durée e de 40 minutes, a provoqué la panique dans l établissement, mais les grévistes d ErDF d ont nié toute responsabilité. La direction de l hôpital l attend un rapport d enqud enquête d EDF d et envisage, "s il y a eu acte de malveillance", de porter plainte.

7 Coupure d'électricit lectricité suspecte au CH de Douai La voix du nord juin 2009 Le plan blanc a été déclenché hier matin, à la suite d'une coupure d'électricit lectricité et d'un dysfonctionnement des groupes électrogènes. Deux patients du service de réanimation r ont dû d être transférés dans d'autres établissements. L'un des deux patients de l'unité de soins intensifs du CH de Douai a été évacué par les airs. Les groupes électrogènes n'ont pris le relais que quarante minutes plus tard.» Quarante minutes qui auraient pu être fatales à certains patients. Avec le plan blanc, une cellule de crise a permis de cibler les services les plus sensibles. Les sapeurs-pompiers de Douai et Cambrai ont ainsi évacué deux patients de l'unité de soins intensifs pour les transférer rer à Lens et Valenciennes. Reste à connaître l'origine de la coupure d'électricit lectricité et celle du dysfonctionnement des groupes électrogènes. La direction de l'hôpital s'y attelle : «Un débriefing d va être organisé pour tirer les enseignements de cet incident.»

8 ABBEVILLE -Coupure de courant :: à deux doigts du chaos L incendie d un transformateur électrique haute et basse tension a touché 53 communes. À Abbeville, la coupure de courant a duré sept heures. On est passé tout près s du chaos : commerces, industries, hôpital Face à la panne, la préfecture a indiqué qu'elle a mis en œuvre «le plan électro-secours» pour gérer g les conséquences de cette coupure importante du réseau électrique en identifiant les personnes et les établissements prioritaires (hôpitaux, maisons de retraite, personnes sous assistance respiratoire, captages d'eau).

9 Coupure d'électricit lectricité survenue à l'hôpital Édouard-Herriot de Lyon Nouvel obs SEPT Il est 0 heure 30 lorsque l'alimentation en électricité de l'hôpital Édouard-Herriot de Lyon s'interrompt brutalement. Et les groupes électrogènes censés s prendre le relais ne se déclenchent d pas. Résultat: : 720 malades plongés s dans le noir, dont certains sous assistance respiratoire. "Les infirmières, res, les aides soignantes, les brancardiers s'activent à tâtons tons dans le noir, s'éclairant parfois avec une lampe coincée dans la bouche [...]. Des médecins m et des infirmières res se relaient pour actionner à la main des pompes qui ne sont plus alimentées es en courant [...]. Des ambulances du Samu transfèrent rent 26 patients dans l'état le plus critique vers d'autres établissements. Vers deux heures du matin, lorsque la lumière revient, lorsque les gyrophares bleus cessent de tourner entre les pavillons, le personnel, épuisé,, est persuadé d'avoir sauvé tout le monde.«la presse annonce «des bilans effarants". Deux des vingt-six malades transférés s d'urgence sont décédés. d Puis la presse parle de neuf morts et, le surlendemain, de dix!

10 CH Lyon-Sud :: des pannes électriques qui causent mort d'homme -Lutte Ouvrière re n 1719 n du 22 juin 2001 Nouvelle panne électrique au CH Lyon-Sud (CHLS), mêmesm mes causes que celles déjà d survenues en décembre d 1999 (20 minutes) et avril 2001 (1h20). La panne du 13 juin, d une heure, certainement responsable de la mort d'une patiente arrivée e en urgence et en pleine opération ration. Les blocs opératoires du CHLS, contrairement aux services de réanimation, ne sont pas équipés s en onduleurs. Les 3 pannes sont dues à des micro-coupures du réseau r EDF. Les groupes électrogènes se sont mis en route, mais le circuit interne de l'hôpital n'a pas pris en compte le système de relais et n'a pas été en mesure d'assurer la distribution de l'électricit lectricité sur l'ensemble de l'établissement. Comme l incident l survenu à l'hôpital Edouard-Herriot à Lyon en septembre Le système électrique de l'hôpital était géré par une entreprise privée e dont les techniciens ne sont pas sur place pour intervenir immédiatement en cas de dysfonctionnement.

11 Une panne de courant a touché l'hôpital de Jolimont rtbf, juillet 2010 Une coupure de courant a affecté pendant une petite heure le quartier de l'hôpital Jolimont à La Louvière. Toutes les mesures d'urgences ont été prises : le groupe électrogène a permis la poursuite des opérations et des interventions nécessitant du courant. Les radiographies ont par contre été interrompues. A l'origine de la panne : un engin de chantier qui a sectionné un câblec

12 Une panne d éd électricité peut avoir de lourdes conséquences Le but : Se prémunir contre une éventuelle défaillance d de l alimentation électrique et d assurer d la qualité et la disponibilité de l él énergie électrique. Quels sont les facteurs qui fragilisent une installation électrique? La surveillance, l entretien, l la formation, les évolutions de l installation (rajout de circuits, d appareils d ), la connaissance du circuit D où l intérêt t de développer d une démarche d de sûrets reté de fonctionnement qui replace toute évolution dans le contexte global de l installation l en veillant à préserver l él équilibre entre les trois piliers : architecture, produits, services.

13 Le principe de fonctionnement Coupure électrique Onduleur Batterie Groupe électrogène Relais immédiat Relais immédiat Relais différé Réseau prioritaire DM sur batterie Secteur hôpital

14 Sécurité électrique des ES Les textes de référence r rence (1/2) Circulaire DHOS/E4 n n du 7 avril 2008 relative à la prévention des coupures électriques dans les établissements de santé Article R sur la sécurité des établissements de santé en cas de défaillance d du réseau r d'énergie (Code de la Santé Publique - décret d n n du 12 septembre 2007) Circulaire DHOS/E4 n n du 8 décembre d 2006 relative à la prévention des risques électriques dans des conditions climatiques de grands froids Circulaire DHOS/E4 n n du 8 septembre 2006 relative aux conditions techniques d'alimentation électrique des établissements de santé publics et privés Circulaire DHOS/E 4 n n du 30 mai 2005 relative aux conditions techniques d alimentation d électrique des établissements de santé publics et privés s : abrogée

15 Sécurité électrique des ES Les textes de référence r rence (2/2) Arrêté du 19 novembre 2001 portant approbation de dispositions complétant et modifiant le règlement r de sécurits curité contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public. Circulaire du 25 octobre 2004 relative à la prévention des risques électriques dans les établissements de santé ; Circulaire du 24 décembre 2003 relative à la prévention des risques de coupure de courant dans les établissements de santé ; Circulaire du 12 décembre 2003 relative à la prévention des risques électriques dans les établissements de santé ; Guide sécurits curité électrique dans les établissements de santé : rappels de réglementation, conseils pour la conception, maintenance et exploitation des installations électriques, ministère de l emploi l et de la solidarité,, avril 2001 ; Circulaire du 6 octobre 1998 relative à la sécurits curité électrique des établissements de santé publics et privés ; Circulaire du 6 janvier 1958 relative au dispositif de secours dont doivent disposer les établissements sanitaires pour la fourniture d énergie électrique

16 Circulaire DHOS/E4 n du 8 septembre 2006 relative aux conditions techniques d'alimentation électrique des établissements de santé publics et privés Service prioritaire : déclaration d à la préfecture 2 compteurs ou 1 compteur et 2 sources d alimentation différentes Les sources de remplacement Inventaire des chargeurs/batteries Traçabilit abilité des maintenances Les essais et périodicitp riodicité Habilitation du personnel Nommer un chargé d exploitation

17 Circulaire DHOS/E4 n du 7 avril 2008 relative à la prévention des coupures électriques dans les établissements de santé avant la fin de l annl année e 2008, vérifier v les éléments suivants : 1. La fiabilité des installations électriques de l établissement correspond aux réseaux r de distribution «de secours» : qualité et bon fonctionnement des moyens autonomes principaux d alimentation d électrique prévus en cas de défaillance d du réseau r de distribution ; intégrit grité et qualité opérationnelle des systèmes autonomes comportant des batteries (dispositifs médicaux, autres...).

18 Circulaire DHOS/E4 n du 7 avril 2008 relative à la prévention des coupures électriques dans les établissements de santé 2. La cohérence du circuit de délestage d en tenant compte des besoins de l él établissement en fonction des niveaux de criticité (activités s médicales m et installations de sécurits curité). Les installations prioritaires des plateaux techniques, les installations de chauffage et les systèmes de détectiond incendie sont bien alimentés s par les systèmes de secours. 3. La conformité des maintenances préventives : l ensemble des maintenances préventives a été effectué et est à jour sur tous les systèmes qui composent les éléments de sécurits curité ; de façon régulir gulière, des tests sur groupes afin de vérifier v le bon déclenchement d de la source de remplacement.

19 Des difficultés s de terrain perte de savoir des équipes techniques (internes ou externes) du circuit de l él établissement difficultés s croissantes de recrutement : de techniciens (concurrence du BTP, des bureaux de contrôle, des collectivités s territoriales, des sociétés s de service, FM etc..). Turn over élevé évolution des organisations sanitaires : temps médical, m temps soignant, travail en 12 heures.. Davantage de souplesse exigée e dans la réalisation r de la maintenance réduction générale g de l encadrement l des chantiers (tant en travaux qu en services) : qui encadre (côté entreprise)? réduction r générale g des stocks : quelle réponse à l urgence?

20 De la complexité technique Électricité, haute tension, circuit principal Électricité, haute tension, circuit de secours ou de sécurité Électricité, basse tension Électricité, basse tension, circuit de secours ou de sécurité Electricité, réseau ondulé Electricité, très basse tension Détection et asservissement Incendie Aspiration des gaz anesthésiques Ventilation : extraction, soufflage Traitement d air : bloc, réanimation, stérilisation, médecine nucléaire Informatique, Télétransmission Téléphonie, Interphonie Appels-malades Vidéo surveillance Contrôle d accès Domotique GTC (alarmes et pilotage technique) Transport automatique (tortues, valises) Réseau pneumatique

21 À des installations rationnelles Pour 500 lits Electricité : prises électriques 1500 disjoncteurs électriques 5000 appareils d'éclairage 3 groupes électrogènes 10 transformateurs V / 380 V postes téléphoniques et DECT Incendie : 1500 détecteurs incendie 200 volets et clapets Chauffage : 4 chaudières, 10 sous-stations 200 pompes de circulation 1000 radiateurs Equipements : 20 portes automatiques 2000 portes et serrures 25 appareils élévateurs Froid : 4 groupes de production d'eau glacée (blocs opératoires, imagerie, chambre mortuaire, etc)

22 Catégories des risques électriques Alimentaire Soins vitaux directs Soins vitaux indirects (appel malade) Utilitaires (lumière, chauffage, téléphone t ) Accès Confort/accessoire (téléviseur ) Se surajoute les DM non déclard clarés s et non suivis par les services internes

23 Coupure électrique et conséquences Contamination par l air (aspergillose ) Risque incendie (personnes et biens) Risque climatique (chaleur, froid) Risques intox alimentaire Pollution Coupure de téléphone Coupure informatique : perte de données vitales Pertes financières (non recouvrement ) Perte d image circulation./évacuation limitées Chutes de personnes Chocs (chariots, véhicules ) Chutes d objets (étagères, éclairages..) Dommages aux biens Malveillance (vol, dégradation, agression) Conservation des corps Arrêt d équipements vitaux Mauvaise qualité des soins Mauvaise qualité du séjour (hôtellerie) Hypothermie Pertes de prélèvements (congélateur ) Cessation d activité de soins Indisponibilité d équipements ou de chambres Non détection de situation grave Accidents de travail Perte de chance Interruption des soins Diagnostic erroné

24 Niveau de criticité des activités Niveau 1 = aucune coupure Niveau 2 = coupure < 15 secondes Niveau 3 = coupure de 15 à 30 secondes

25 Niveau de criticité des activités Niveaux Activités Bloc opératoire Salle d'opération X Salle surveillance post-interventionnelle X Bloc obstétrical X Salle d'accouchement X Anesthésie X Réanimation X Unité de soins intensifs X Service de prématurés X Hémodialyse X Imagerie interventionnelle X Explorations fonctionnelles X Imagerie médicale Salle de radiologie conventionnelle X Salle d'angiographie X Salle de coronarographie X Salle de scanographie X* X Salle d'imagerie par résonance magnétique X* X Médecine nucléaire Salle de scintigraphie X* X Ventilation X Radiothérapie X Laboratoires Automates d'analyses X Pharmacie Chambre froide pour la conservation des produits sanguins X Unités d'hospitalisation X * pour les équipements informatiques des disposititfs médicaux

26 La sûrets reté de fonctionnement aptitude d un d système à fonctionner correctement au cours de sa vie. C est à dire satisfaire les exigences de fonctionnement : cycles, niveaux, valeurs, fiabilité,, disponibilité C est aussi être réparable r rapidement (maintenabilité)

27 Élaboration d un d plan de sûreté de fonctionnement analyse des besoins du process, en particulier les aspects critiques, adaptation de l installation en conséquence (modification de l architecture, modernisation des équipements, etc.), programmation réfléchie d interventions de maintenance, la gestion des équipements en fin de vie, formation des équipes d exploitation et de maintenance aux nouveaux produits installés, introduire des équipements de monitoring facilitant la maintenance prédictive et la traçabilité, Choisir des composants adaptés aux contraintes du site, Associer les équipes d exploitation et de maintenance lors de phases critiques (comme le basculement mensuel sur des sources de secours dans les établissements de santé) et surtout lors des phases d extension, Services d optimisation de l exploitation (télésuivi, assistance en ligne, formation, etc.).

28 AMDEC sur le risque électrique Probabilité/occurrence Probabilité d apparition de la défaillance, ou importance de son existence Défaillance inexistante sur matériel similaire (env. 1 fois tous les 2 ans) Défaillance occasionnelle déjà apparue sur matériel similaire (arrive 1 fois tous les ans) Défaillance fréquente posant régulièrement des problèmes (arrive une fois par an) Défaillance certaine sur ce type de matériel (arrive au moins une fois par semaine) Valeur de F

29 AMDEC sur le risque électrique Gravité Gravité de la défaillance probable Défaillance mineure aucune dégradation notable Défaillance moyenne petite réparation (arrêt de production inférieur à 8h) Niveau de préparation Valeur de G Bonne maîtrise : expérience, surveillance, plan d actions, training 1 Plan d action et procédures connues et testées de tous les acteurs 1 Quelques procédures connues et testées de tous les acteurs 2 Aucun plan d action, procédure ou training 2 1 Défaillance grave changement de matériel (arrêt de production inférieur à 2 jours) Défaillance très grave intervention majeure de production supérieur à 2 jours) Bonne maîtrise : expérience, surveillance, plan d actions, training 1 Plan d action et procédures connues et testées de tous les acteurs 2 Quelques procédures connues et testées de tous les acteurs 3 Aucun plan d action, procédure ou training 4 Bonne maîtrise : expérience, surveillance, plan d actions, training 2 Plan d action et procédures connues et testées de tous les acteurs 3 Quelques procédures connues et testées de tous les acteurs 4 Aucun plan d action, procédure ou training 4

30 AMDEC sur le risque électrique Détectabilité Détectabilité Détection facile et immédiate de la défaillance action corrective immédiate Détection moyenne de la défaillance (tardive ou difficile) 2 Détection très faible (très tardive et imprécise) 3 Détection impossible 4 Valeur de D 1

31 AMDEC sur le risque électrique Bloc opératoire Situation à risque Arrêt alimentation EDF Evénement Causes Précurseurs Criticité situation Onduleur prend le relais Onduleur démarre avec retard < 15 s Onduleur démarre puis s arrête Onduleur ne prend pas le relais Audit à réaliser Absence d entretien Appareil pas branché sur prise prioritaire Manque de puissance pour réseau Onduleurs ok Batteries ok Absence garde Vérification annuelle 3 Aucun Marquage des prises non fait 3 Veille sur puissance appareils ok 2 3 2

32 La feuille de route 1/2 Préalables : 1. Schéma simplifié du réseau r électrique : Alimentations(s) générale(s) g Qu est ce qui alimente quoi dans l hôpitall Quels circuits dépendent d d autres d (circuit parallèle le et série) s Les secours, activables auto ou manuel Les secours groupe ; activables auto ou manuel, Les secours batterie et onduleurs 2. Préciser les points d ombre d et les points critiques connus et/ou soupçonn onnés. 3. Inventaire des batteries de secours et des onduleurs (du CH et avec appareils)

33 La feuille de route 2/2 Analyse des risques : - Selon activité,, définir d les secteurs à risque : Urgence vitale, Retard prise en charge (retard examen, ) - Comment assurer la continuité de service dans les activités à risque et combien de temps : Groupe électrogène Onduleur électrogène - Les causes des pannes et leurs conséquences et les fréquences de ces pannes selon nos installations - Maintenance préventive, Surveillance. Qualification du personnel et des installations - Délai D pour fournir à nouveau de l él électricité Cotation et Hiérarchisation des risques, Proposition d actions d de correction, Suivi et indicateurs.

34 AMDEC Conditions et limites Nécessité d un travail collégial : pour l approche l de la criticité pour l identification l du risque acceptable : en pratique, la criticité acceptable pour l él élaboration d un d plan d action d : organisation, maintenance, investissement Le niveau de probabilité/d /d occurrence est majoritairement dans le champ des Techniciens Le niveau de gravité/cons /conséquence est majoritairement dans le champ de la Direction, des Médecins M et des Soignants

35 Conclusion : une stratégie combinée est indispensable L organisation, le risque et le fonctionnement doivent être surveillés s et qualifiés périodiquement La qualification de l organisation l de l exploitation l et de la maintenance : référentiel, r rentiel, périodique La qualification du risque (criticité), par installation sensible : AMDEC, périodique La qualification du fonctionnement : GTC et inspections techniques, continue et périodiquep riodique.

36 Les effets de la grande panne de courant de New York (1965) La revue américaine Demography nous rapporte une information essentielle : les coupures d éd électricité n ont pas que des effets néfastes. n «Augmentation des naissances neuf mois après s la panne»

Retour d expérience sur une analyse AMDEC des sûretés techniques. Olivier Vilain - Directeur Exploitation & Maintenance

Retour d expérience sur une analyse AMDEC des sûretés techniques. Olivier Vilain - Directeur Exploitation & Maintenance Retour d expérience sur une analyse AMDEC des sûretés techniques Olivier Vilain - Directeur Exploitation & Maintenance Le constat : Un constat de départ : l environnement change L exigence sociétale de

Plus en détail

HosmaT - ciculaire DHOS/O1 n 2005-256

HosmaT - ciculaire DHOS/O1 n 2005-256 Circulaire DHOS/E 4 n 2005-256 du 30 mai 2005 relative aux conditions techniques d alimentation électrique des établissements de santé publics et privés NOR : SANH0530245C Date d application : immédiate.

Plus en détail

Critical Power : Solutions pour une distribution électrique sécurisée répondant à la

Critical Power : Solutions pour une distribution électrique sécurisée répondant à la Critical Power : Solutions pour une distribution électrique sécurisée répondant à la criticité de votre activité Sommaire 1. Préambule 2. Focus sur les établissements de santé 3. Focus sur les data center

Plus en détail

La cartographie des risques : Outils et méthodes

La cartographie des risques : Outils et méthodes La cartographie des risques : Outils et méthodes SOFGRES Anne-Monique CUNY 22 mars 212- ARS Poitou Charentes SOFGRES Société Française de Gestion des Risques en Etablissement de Santé Association créée

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES PIECE N 4

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES PIECE N 4 06/10/2015 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES PIECE N 4 PRESTATIONS D INSTALLATION ET DE MAINTENANCE DE SECURITE ET DE PROTECTION INCENDIE AU MEDIPOLE DE KOUTIO : LOT 3 SYSTEMES D EXTINCTION AUTOMATIQUES

Plus en détail

30 MAI 1 er JUIN 2011 PARIS

30 MAI 1 er JUIN 2011 PARIS 4 th EUROPEAN CONFERENCE ON HEALTHCARE ENGINEERING 51 è JOURNEES D ETUDES ET DE FORMATION IFH 30 MAI 1 er JUIN 2011 PARIS Peut-on externaliser la maintenance des bâtiments et infrastructures techniques

Plus en détail

Les pannes électriques, fluides, matériel

Les pannes électriques, fluides, matériel Les pannes électriques, fluides, matériel Anne GUIDAT, médecin gestionnaire des risques Hervé MENU, médecin anesthésiste réanimateur Les pannes électriques, fluides, matériel - JLAR 2012 2 Il était une

Plus en détail

Le carnet sanitaire du bloc opératoire :

Le carnet sanitaire du bloc opératoire : Le carnet sanitaire du bloc opératoire : un outil de gestion des risques N Loukili 1, L Cauchy 1, C Berneron 2, C Lestrez 3, A Lechat 3, B Lazzari 4, JP Dupuis 4, B Grandbastien 1 1 : Service de Gestion

Plus en détail

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg

Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Les visites de risques de l assureur : Bilan et perspectives. 23 Mai 2013, Strasbourg Sommaire Sham en quelques chiffres Les visites d analyse de risques Quel bilan? Perspectives Synthèse Sham en quelques

Plus en détail

(Démarche et méthode)

(Démarche et méthode) Altaïr Conseil Transformation Gouvernance - Risques Elaborer la cartographie des risques (Démarche et méthode) 33, rue Vivienne, 75 002 Paris 01 47 33 03 12 www.altairconseil.fr contact@altairconseil.fr

Plus en détail

Une Responsabilité Assumée, Une Prestation de qualité. Entreprise Nationale d Agréage et de Contrôle Technique

Une Responsabilité Assumée, Une Prestation de qualité. Entreprise Nationale d Agréage et de Contrôle Technique Une Responsabilité Assumée, Une Prestation de qualité Entreprise Nationale d Agréage et de Contrôle Technique Journée de sensibilisation à la sécurité au sein des infrastructures sanitaires 27 Avril 2015

Plus en détail

SOLUTIONS POUR BÂTIMENTS DE SANTÉ

SOLUTIONS POUR BÂTIMENTS DE SANTÉ SOLUTIONS POUR BÂTIMENTS DE SANTÉ la solution électrique maîtrisée ISO 9001:2008 Armoire IT MEDICAL L ARMOIRE IT MEDICAL est conçue pour alimenter les locaux à usage médical, plus particulièrement les

Plus en détail

CONSEILS POUR L ENTRETIEN DE VOTRE BATIMENT INSTALLATIONS ELECTRIQUES COURANTS FORTS / COURANTS FAIBLES

CONSEILS POUR L ENTRETIEN DE VOTRE BATIMENT INSTALLATIONS ELECTRIQUES COURANTS FORTS / COURANTS FAIBLES CONSEILS POUR L ENTRETIEN DE VOTRE BATIMENT INSTALLATIONS ELECTRIQUES COURANTS FORTS / COURANTS FAIBLES GENERALITES Les installations électriques courant forts (haute et basse tensions) et courants faibles

Plus en détail

8.3.1. Modèle de registre de sécurité

8.3.1. Modèle de registre de sécurité 8.3.1. Modèle de registre de sécurité Dans les établissements/associations recevant du public, doit être tenu un registre de sécurité incendie, sur lequel sont reportés les renseignements indispensables

Plus en détail

- Véritable projet de service -

- Véritable projet de service - Sylvain TROUVAIN Chargé de sécurité Groupe Hospitalier Public du Sud de l Oise Maintenance des équipements de sécurité - Véritable projet de service - Sylvain.trouvain@ch-creil.fr contact@asso-acses.fr

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien d intervention ouvrages gaz Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des fonctions en lien avec la qualification Le CQP est en lien

Plus en détail

LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES

LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES LES CONTRATS D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE CVC: MISE EN ŒUVRE D UN PROJET D EFFICACITE ENERGETIQUE LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES RQE du 26 octobre 2012 -Nantes

Plus en détail

La démarche d amélioration AFTLM OCTOBRE 2012

La démarche d amélioration AFTLM OCTOBRE 2012 La démarche d amélioration continue 1 PLAN -L amélioration continue vue par l ISO EN 15 189 -L amélioration continue demandée par le COFRAC -La démarche d amélioration dans son organisation au quotidien

Plus en détail

La visite de certification(v2014)

La visite de certification(v2014) La visite de certification(v2014) Journée régionale CAPPS 12 juin 2015 Dr C. BOHEC UNICANCER Groupe des Centres de Lutte Contre le Cancer Le CLCC et la certification Rappel Centre de Lutte contre le cancer

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES. Direction générale de l offre de soins - DGOS

PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES. Direction générale de l offre de soins - DGOS PGSSI-S Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES Guide pratique d une démarche sécurité SI en ES pour sensibiliser les directions Cible : les directions des ES les établissements de taille moyenne,

Plus en détail

Dispositif dégradé et réaction initiale

Dispositif dégradé et réaction initiale 3.4 Prise en charge des victimes radiocontaminées Dispositif dégradé et réaction initiale UMH, SMUR Régulation SAMU SAU, UP Les limites du dispositif (circulaire 800) L identification de l attentat n est

Plus en détail

Sécurité dans les établissements de type J

Sécurité dans les établissements de type J Sécurité dans les établissements de type J HEBERGEMENT DES PERSONNES AGEES PRESENTANT DES DIFFICULTES D AUTONOMIE - HEBERGEMENT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP Pourquoi une réunion de sensibilisation?

Plus en détail

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information»

Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» Exigences V2014 de la certification «Les systèmes d information» G. Hatem Gantzer Hôpital de Saint Denis Séminaire AUDIPOG 9/4/2015 Les autres points clés de la certification impactés par le SI Le dossier

Plus en détail

INCENDIE - RC - ELECTROTECHNIQUE - INDUSTRIE - INTERNATIONAL

INCENDIE - RC - ELECTROTECHNIQUE - INDUSTRIE - INTERNATIONAL CABINET YVES BOULANGER -- EXPERTS «Nos énergies au cœur de vos expertises» INCENDIE - RC - ELECTROTECHNIQUE - INDUSTRIE - INTERNATIONAL Expertises Techniques, Conseils, Formations, Arbitrage. Contact :

Plus en détail

Rencontre ARS / ARLIN-FELIN / Ecoles paramédicales et sages-femmes 13 juin 2013. Geneviève Razafitsifehera

Rencontre ARS / ARLIN-FELIN / Ecoles paramédicales et sages-femmes 13 juin 2013. Geneviève Razafitsifehera Rencontre ARS / ARLIN-FELIN / Ecoles paramédicales et sages-femmes 13 juin 2013 Geneviève Razafitsifehera Méthode qui consiste à identifier pour un processus à risque : les défaillances potentielles leurs

Plus en détail

La régulation des transports sanitaires par les SAMU

La régulation des transports sanitaires par les SAMU La régulation des transports sanitaires par les SAMU DHOS SDO Bureau O1 1 L organisation des transports sanitaires urgents : une mission permanente Principe : Les transports sanitaires sont une mission

Plus en détail

QUESTIONNAIRE «SECURITE»

QUESTIONNAIRE «SECURITE» QUESTIONNAIRE «SECURITE» IDENTIFICATION (Facultatif) Etablissements ou services (Nom et adresse) : Adresse : Adhérent? OUI NON Association gestionnaire : Nom du gestionnaire (Directeur, Présidence ) :

Plus en détail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Destiné aux entreprises réalisant des travaux susceptibles d'être en présence d'amiante

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Point presse mensuel 12 juillet 2012. Préparation aux jeux olympiques de Londres 2012

DOSSIER DE PRESSE. Point presse mensuel 12 juillet 2012. Préparation aux jeux olympiques de Londres 2012 DOSSIER DE PRESSE Point presse mensuel 12 juillet 2012 Préparation aux jeux olympiques de Londres 2012 Contact presse Sarah IZZA 03 62 72 86 27 sarah.izza@ars.sante.fr Point presse mensuel 12/07/2012 ARS

Plus en détail

CMSI 8 Réf. : 320 100 Notice exploitant

CMSI 8 Réf. : 320 100 Notice exploitant N O T I C E CMSI 8 Réf. : 320 100 Notice exploitant Fonction Type Zone de sécurité 1 2 3 4 5 6 7 8 Signification des voyants et commandes en face avant Voyant SOUS TENSION Voyant vert. S'allume quand le

Plus en détail

Contrat de service interne

Contrat de service interne Contrat de service interne Service Biomédical AFFICHAGE ET DIFFUSION OBLIGATOIRE Version 9 du 01/09/2009, annule et remplace la version 8 du 01/01/2008 Les modifications apparaissent en marron. Il n existe

Plus en détail

Présentation des recommandations

Présentation des recommandations A U D I T D U S Y S T E M E D I N F O R M A T I O N D E L E N T R E P R I S E O L D R H U M Présentation des recommandations M A S T E R S É C U R I T É D E S S Y S T È M E S D I N F O R M A T I O N D.

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification OBSERVATOIRE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Désignation du métier ou des composantes

Plus en détail

.JO. Numéro 82 du 7 Avril 2002 Ministère de l'emploi et de la solidarité

.JO. Numéro 82 du 7 Avril 2002 Ministère de l'emploi et de la solidarité .JO. Numéro 82 du 7 Avril 2002 Ministère de l'emploi et de la solidarité Décret no 2002-465 du 5 avril 2002 relatif aux établissements de santé publics et privés pratiquant la réanimation et modifiant

Plus en détail

Sécurité électrique bloc opératoire

Sécurité électrique bloc opératoire Sécurité électrique bloc opératoire Intervenant : Thierry CAUCHARD thierry.cauchard@socotec.fr Diaporama n 1 Sommaire Risques liés à l électricité Normes de référence Règles à respecter Diaporama n 2 Risques

Plus en détail

de la gestion des lits à l ordonnancement

de la gestion des lits à l ordonnancement de la gestion des lits à l ordonnancement Mardi 24 janvier 2012 Dr. Yvon Goarin membre du Directoire Mme Nadia Antignac responsable de l ordonnancement Agenda Présentation de l établissement Les enjeux

Plus en détail

Hygiène et Chirurgie Ambulatoire

Hygiène et Chirurgie Ambulatoire Congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière AFCA Reims, 2 et 3 juin 2005 Hygiène et Chirurgie Ambulatoire Dr J-P SALES Association Française de Chirurgie Ambulatoire Définitions AFCA «L ensemble

Plus en détail

Devenir acteur de santé

Devenir acteur de santé de cadres de santé d ambulanciers d auxiliaires de puériculture école d infirmiers de bloc opératoire des aides-soignants école d infirmiers anesthésistes Les écoles et instituts de formation aux professions

Plus en détail

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE SBrosse FEMS PLAN 1.DEFINITION DU RISQUE EN ES 2.HISTORIQUE DE LA DEMARCHE DE GESTION DES RISQUES 3.ENJEUX SBrosse FEMS LE RISQUE La

Plus en détail

1 Schneider Electric Services

1 Schneider Electric Services S ce Prestations de Services Schneider Electric S ce Schneider Electric Services guide de choix page S ce 2 accompagnement produits et équipements page S ce 4 accompagnement parcs et réseaux page S ce

Plus en détail

La sécurité physique et environnementale

La sécurité physique et environnementale I. Qu est ce que la sécurité physique? "Il ne sert à rien de dresser une ligne Maginot logique si n'importe qui peut entrer dans la salle serveurs par la fenêtre " (Christian Pollefoort, consultant en

Plus en détail

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER henri MONDOR d AURILLAC 1er congrès de l AFGRIS METHODE D ANALYSE ET DE PREVENTION DES RISQUES ET CERTIFICATION ISO 9002 Un couple pertinent pour les services techniques

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

Compte Rendu de la réunion TCR & TS/EL du 15 septembre 2004 Post mortem à la panne du 05.09.04

Compte Rendu de la réunion TCR & TS/EL du 15 septembre 2004 Post mortem à la panne du 05.09.04 EDMS : CERN/TS/EL/GC/2004-105 Date : 2004-09-30 Compte Rendu de la réunion TCR & TS/EL du 15 septembre 2004 Post mortem à la panne du 05.09.04 Présents : M. Batz, A. Burdairon, G. Burdet, G. Cumer, J.C.

Plus en détail

Réparation des Equipements Electroménagers Formation Qualifiante

Réparation des Equipements Electroménagers Formation Qualifiante Réparation des Equipements Electroménagers Formation Qualifiante L Ouvrier Qualifié en Réparation des Equipements Electroménagers est chargé d intervenir sur les appareils tels que : lave-linge, lave-vaisselle,

Plus en détail

Le véhicule électrique Une sécurité maîtrisée en vue d un déploiement pérenne de la filière

Le véhicule électrique Une sécurité maîtrisée en vue d un déploiement pérenne de la filière Le véhicule électrique Une sécurité maîtrisée en vue d un déploiement pérenne de la filière L état d avancement des travaux au 20 juin 2011 Le véhicule électrique, une des priorités de la politique de

Plus en détail

PRESENTATION DES ACTIVITES

PRESENTATION DES ACTIVITES PRESENTATION DES ACTIVITES FR QUI EST ELECTROTEST? ELECTROTEST est une entreprise dynamique qui a un large éventail d activités dans les domaines de la sécurité et de l énergie. Le know-how a été accumulé

Plus en détail

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance Les référentiels et les formations de la fonction Assurer le bon fonctionnement grâce à une préventive et curative performante en : - organisant les services techniques en conséquence, - encadrant l'entretien

Plus en détail

Processus d étude de sécurité pour la certification du système protection HGV de signalisation ferroviaire

Processus d étude de sécurité pour la certification du système protection HGV de signalisation ferroviaire Processus d étude de sécurité pour la certification du système protection HGV de signalisation ferroviaire Client : EUROTUNNEL RIS Atelier thématique n 5 Justification de sûreté de fonctionnement (safety

Plus en détail

Série FP400. Centrales d alarme et de détection incendie conventionnelles contrôlées par microprocesseur. Manuel d utilisation

Série FP400. Centrales d alarme et de détection incendie conventionnelles contrôlées par microprocesseur. Manuel d utilisation Série FP400 Centrales d alarme et de détection incendie conventionnelles contrôlées par microprocesseur Manuel d utilisation Version 2.3 / Juin 2004 Aritech est une marque de GE Interlogix. http://www.geindustrial.com/ge-interlogix/emea

Plus en détail

La sécurité au CIARUS

La sécurité au CIARUS La sécurité au CIARUS Les contrôles légaux Les organes de sécurité L entretien sécurité Formation du personnel La sécurité au quotidien La restauration La santé Le contrat d assurance Divers P2 P3 P3 P4

Plus en détail

Commençons par une DEVINETTE

Commençons par une DEVINETTE Commençons par une DEVINETTE On me trouve parfois à la maison et toujours à l hôpital. À l hôpital, que vous veniez pour une simple consultation ou une hospitalisation vous serez assuré de me rencontrer

Plus en détail

DISPOSITIF DE SURVEILLANCE ET D INTERVENTION

DISPOSITIF DE SURVEILLANCE ET D INTERVENTION Association Sportive Ambarésienne Base nautique de Beaujet DISPOSITIF DE SURVEILLANCE ET D INTERVENTION VOILE LEGERE ET KAYAC BASE NAUTIQUE BEAUJET 1. Principes de fonctionnement Le DSI est rendu obligatoire

Plus en détail

REGISTRE DE SECURITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

REGISTRE DE SECURITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC REGISTRE DE SECURITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC NOM DE LA COLLECTIVITE : RAPPEL REGLEMENTAIRE Article R123-51 du Code de la Construction et de l Habitation Dans les établissements soumis aux

Plus en détail

Bilan du contrôle du site de CREYS-MALVILLE en 2013

Bilan du contrôle du site de CREYS-MALVILLE en 2013 Bilan du contrôle du site de CREYS-MALVILLE en 2013 11 juin 2014 Réunion de la CLI du site de Creys-Malville 1 Bilan du contrôle du site de CREYS-MALVILLE en 2013 Contrôles et actions exercés par l Autorité

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien d intervention réseaux électriques monteur souterrain Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des fonctions en lien avec la qualification

Plus en détail

par Bernard Estivals

par Bernard Estivals Fiches de médecine nucléaire n 6-1- Médecine nucléaire par Bernard Estivals Fiche n 6 : La démarche de gestion des risques dans les établissements de santé Largement initiée dans l industrie (nucléaire,

Plus en détail

Monsieur le Directeur du CNPE de PENLY BP n 854 76450 NEUVILLE LES DIEPPE

Monsieur le Directeur du CNPE de PENLY BP n 854 76450 NEUVILLE LES DIEPPE DIRECTION REGIONALE DE L INDUSTRIE, DE LA RECHERCHE ET DE L ENVIRONNEMENT HAUTE-NORMANDIE Division de Caen Hérouville-Saint-Clair, le 23 décembre 2004 Monsieur le Directeur du CNPE de PENLY BP n 854 76450

Plus en détail

Hervé LEON, Directeur général adjoint

Hervé LEON, Directeur général adjoint Hervé LEON, Directeur général adjoint 1 3 397 lits et places 2 Services d urgences 203 011 passages aux urgences / an soit 556 patients reçus par jour La Conception : urgences adultes, urgences gynécologiques

Plus en détail

Itransport au CHR Metz-Thionville

Itransport au CHR Metz-Thionville 23 mai 2012 Metz 29 e Journées nationales d étude et de perfectionnement de l Unaibode Itransport au CHR Metz-Thionville Frédérique LESAGE Cadre de santé, masseur-kinésithérapeute CHR Metz-Thionville Quelques

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

Les ateliers du CCECQA

Les ateliers du CCECQA Les ateliers du CCECQA Certification V2014 Retours d'expériences et premiers enseignements Outils d aide aux établissements : Travaux de la FORAP Jeudi 09 Avril 2015 Le Dr D.Veillard Aucun lien d intérêts

Plus en détail

Keysight Technologies Inspection par thermographie IR de système électro-technique, avec le détecteur Infra-rouge U5855A U5855A

Keysight Technologies Inspection par thermographie IR de système électro-technique, avec le détecteur Infra-rouge U5855A U5855A Keysight Technologies Inspection par thermographie IR de système électro-technique, avec le détecteur Infra-rouge U5855A U5855A Note d application Pour nous contacter : Tel. : 01 39 67 67 67 67 Fax. :

Plus en détail

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont BBC RT2012 Passive Tenir compte de matériaux et procédés innovants Recherche de performance à anticiper en amont Obligations de résultats Eviter l apparition de nouveaux désordres Constat : aggravation

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

Informations sur la NFS 61-933

Informations sur la NFS 61-933 Les évolutions apportées par la nouvelle norme NFS 61-933 relative à l exploitation et la maintenance des systèmes de sécurité incendie. Intervention Olivier BUFFET Ingénieur sécurité CHU ANGERS Sommaire

Plus en détail

REGLES GENERALES DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP)

REGLES GENERALES DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) Direction des Lycées REGLES GENERALES DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) Avril 2002 I. Réglementation en vigueur. Code de la construction et de l'habitation. ( CCH ) Arrête du 25 juin 1980 modifié

Plus en détail

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Septembre 2010 Sommaire Réalisé par : Les Médecins du Travail Et Les IPRP du SMTI Comprendre ce qu est la démarche de prévention ainsi que l évaluation

Plus en détail

Direction Prévention et Gestion des Risques Direction Métiers IRD des Entreprises et Construction GUIDE MESURES PERIODE HIVERNALE.

Direction Prévention et Gestion des Risques Direction Métiers IRD des Entreprises et Construction GUIDE MESURES PERIODE HIVERNALE. Direction Métiers IRD des Entreprises et Construction Page 1 sur 6 Page 2 sur 6 GUIDE AIDE MEMOIRE MESURES DE PREVENTION A L APPROCHE DES PERIODES HIVERNALES Page 3 sur 6 CONSEIL CONCERNANT LE GEL Une

Plus en détail

Evaluation des risques fournisseurs en corrélation avec la Norme ISO 9001 :2015

Evaluation des risques fournisseurs en corrélation avec la Norme ISO 9001 :2015 1 Résumé L ISO 9001 Version 2008 est actuellement en cours de révision pour une publication en Septembre 2015, avec obligation pour les services biomédicaux de se conformer à tous les nouveaux critères

Plus en détail

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS

Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Organisation Sécurité-Santé et Plan de Prévention et de Secours PPS Les nécessités d une bonne exploitation soucieuse de la Sécurité et de la Santé exigent d appliquer les règles légales avec une connaissance

Plus en détail

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies

Communiqué. La FFPSC a du Coeur. Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies Communiqué La FFPSC a du Coeur Face à la mort subite, le défibrillateur peut sauver des vies A Chartres, le 6 décembre 2013, la FFPSC, via son comité directeur, a rappelé toute l attention qu elle porte

Plus en détail

Endoscopie digestive : de l analyse a posteriori à l analyse processus

Endoscopie digestive : de l analyse a posteriori à l analyse processus Endoscopie digestive : de l analyse a posteriori à l analyse processus Dr MaelPagenault, Mme Anne Le Floc h-marchand Plateau technique digestif du CHU de Rennes CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES

Plus en détail

Programme de Prévention des Risques. Expérience de l Hôpital Joseph Ducuing

Programme de Prévention des Risques. Expérience de l Hôpital Joseph Ducuing Programme de Prévention des Risques Professionnels Expérience de l Hôpital Joseph Ducuing Présentation Hôpital Joseph Ducuing Hôpital PSPH, MCO, 520 salariés 144 lits 11 Unités Fonctionnelles MCO Pôles

Plus en détail

Apprendre un métier et

Apprendre un métier et Technicien en Installation des Equipements Electriques et Electroniques Ref : 0701309 Mon métier : je réalise des installations électriques, je mets en service et assure la maintenance de ces installations.

Plus en détail

Formation Inter et Intra 2012

Formation Inter et Intra 2012 Formation Inter et Intra 202 2 formules au choix et adaptées à vos besoins bien choisir sa formation Nous mettons à votre disposition une offre de formation variée et adaptée à votre activité avec des

Plus en détail

Chaudière murale gaz condensation. Condens 7500 WT WBC 25C RD C75H N. Notice d utilisation 6 720 800 954 (2014/03) T30.43453.01

Chaudière murale gaz condensation. Condens 7500 WT WBC 25C RD C75H N. Notice d utilisation 6 720 800 954 (2014/03) T30.43453.01 Chaudière murale gaz condensation Condens 75 WT WBC 25C RD C75H N 6 72 8 954 (214/3) T3.43453.1 Notice d utilisation Madame, Monsieur, Vous avez choisi une chaudière murale gaz Condens 75 WT de type WBC

Plus en détail

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Dans le respect des procédures, des règles d hygiène et de sécurité, afin de satisfaire les clients ou fournisseurs internes/externes

Plus en détail

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 2 1- OBJECTIFS -INSPECTEUR HSE L inspecteur HSE est avant tout un technicien HSE mais il est formé aux multiples tâches d inspections : Vérifier la conformité dans l exécution

Plus en détail

Analyse des risques a priori

Analyse des risques a priori Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Analyse des risques a priori Elisabeth Laprugne-Garcia Cadre supérieur de santé en hygiène CClin Sud-Est

Plus en détail

800 m² QUI SOMMES-NOUS? clients. atelier robotique. collaborateurs. flotte de. véhicules

800 m² QUI SOMMES-NOUS? clients. atelier robotique. collaborateurs. flotte de. véhicules QUI SOMMES-NOUS? 18 collaborateurs 250 clients Des hommes et des femmes présents à toutes les étapes de la chaîne, du raccordement haute tension au branchement en courant faible, nous vous apportons une

Plus en détail

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE

La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE La cartographie des risques outil fédérateur de pilotage: exemple d'application dans un groupement d'établissements. Marc MOULAIRE Définitions Successivement la cartographie a été: L'Art de dresser les

Plus en détail

Pour une visibilité optimale de vos investissements, PRO-MEGA vous présentent la solution Serverscheck dédiée aux installations BTS!

Pour une visibilité optimale de vos investissements, PRO-MEGA vous présentent la solution Serverscheck dédiée aux installations BTS! Pour une visibilité optimale de vos investissements, PRO-MEGA vous présentent la solution Serverscheck dédiée aux installations BTS! La solution de monitoring BTS tout-en-un par Serverscheck! Imaginez

Plus en détail

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012

Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP. APAVE - Diffusion interdite Pilote : P Date : 03/2012 Les contrôles et vérifications obligatoires dans les ERP Pilote : P Date : 03/2012 Généralités sur les ERP Définition de l ERP et généralités en sécurité contre l incendie Qu est-ce qu un E.R.P.? Art.

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

Activités essentielles :

Activités essentielles : Localisation du poste : Université du Littoral Côte d Opale L opérateur logistique exécute un ensemble de tâches qui concourent au bon fonctionnement d un site dans les domaines suivants : entretien, prévention,

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

Vos proches, vos biens et vos locaux sous haute surveillance

Vos proches, vos biens et vos locaux sous haute surveillance Alarme et télésurveillance Alarme et télésurveillance dispositifs additionnels DISPOSITIFS VIDEO Caméra vidéo intérieure Caméra vidéo extérieure PERIPHERIQUES SANS FIL Bouton panic (pendentif) Détecteur

Plus en détail

STRATEGIES DE MAINTENANCE CONCEPTS ET STRATEGIES DE MAINTENANCE SYNTHESE

STRATEGIES DE MAINTENANCE CONCEPTS ET STRATEGIES DE MAINTENANCE SYNTHESE I LA FONCTION MAINTENANCE : 11 Définition selon la norme NF-EN 13306 : La maintenance est l ensemble de toutes les actions techniques, administratives et de management durant le cycle de vie d'un bien,

Plus en détail

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011 CATALOGUE CATALOGUE 2011 1 SOMMAIRE Professionnelle de la prévention, de l éducation et de la sécurité incendie, toute demande de formation spécifique est envisageable dès lors qu elle entre dans le cadre

Plus en détail

La Sécurité incendie En Accueils Collectifs de Mineurs

La Sécurité incendie En Accueils Collectifs de Mineurs PREFET DU LOIRET Direction Départementale Service Départemental d Incendie de la Cohésion Sociale et de Secours du Loiret Pôle Promotion des politiques de jeunesse, Groupement Prévention de sports, et

Plus en détail

Les obligations de l'exploitant

Les obligations de l'exploitant Guide technique : Sécurité > Les obligations de l'exploitant > Les obligations de l'exploitant Les obligations de l'exploitant L exploitant assiste aux visites de la commission de sécurité, ou s y fait

Plus en détail

S8 : STRATÉGIE DE MAINTENANCE

S8 : STRATÉGIE DE MAINTENANCE S8 : STRATÉGIE DE MAINTENANCE FINALITÉ L enseignement de la stratégie de maintenance doit apporter à l étudiant les connaissances, les outils d analyse et les outils méthodologiques lui permettant de remplir

Plus en détail

Installation et maintenance en froid, conditionnement d'air

Installation et maintenance en froid, conditionnement d'air Appellations Agent / Agente de maintenance en climatisation Agent / Agente de maintenance en conditionnement d'air Agent / Agente de maintenance en génie climatique Monteur-dépanneur / Monteuse-dépanneuse

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

1/ Le patrimoine de l Entreprise :

1/ Le patrimoine de l Entreprise : Le directeur du service maintenance assume plusieurs responsabilités à savoir : - Une responsabilité technique du patrimoine qui lui est confié. A ce titre, il a : - Une connaissance approfondie des équipements

Plus en détail