RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015"

Transcription

1 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015

2

3 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact sur les collectivités territoriales II - Orientations budgétaires et stratégie financière 2015 a) Les équilibres de fonctionnement b) La politique d investissement

4 Préambule Rendu obligatoire dans les communes de plus de habitants par la Loi d orientation n du 6 février 1992 relative à l Administration Territoriale de la République (loi ATR), le Débat d Orientations Budgétaires constitue la première étape dans le cycle budgétaire annuel de la collectivité. Conformément à l article L du Code général des Collectivités Territoriales, il doit avoir lieu dans un délai de deux mois précédant l examen et le vote du Budget Primitif. Il n a aucun caractère décisionnel, cependant, conformément à la loi, sa teneur doit faire l objet d une délibération. Le règlement intérieur de notre assemblée, approuvé par délibération en date du 17 juillet 2014, précise en son article 17 que le Débat d Orientations Budgétaires portera sur la politique budgétaire générale de la Commune et notamment sur les grandes orientations en matière de : - Politique fiscale directe - Evolution des dépenses et recettes de fonctionnement - Politique d investissement - Politique d emprunt Etape essentielle de la procédure budgétaire des collectivités, ce débat doit permettre d informer les élus sur la situation économique et financière de leur collectivité et de présenter les orientations envisagées pour l élaboration du Budget Primitif. Au vu de cet objet, le Rapport d Orientations Budgétaires, sur lequel se fonde le débat, vise à présenter à l Assemblée délibérante non pas un budget arrêté, mais bien des orientations qui doivent faire l objet d un débat dont le contenu pourra le cas échéant être utilisé en retour à des fins d amendement. Ce Rapport contient toutefois des informations chiffrées suffisamment précises pour permettre à chaque élu de notre Assemblée d être informé des traductions budgétaires qui seront issues des orientations et qui aboutiront au budget primitif dont l examen et le vote auront lieu le 26 mars prochain.

5 I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national L été 2014 aura été caractérisé par la montée des risques géopolitiques mais aussi par l augmentation du risque de déflation dans la zone euro. La situation économique mondiale n a pas montré d amélioration pendant l été. Les Etats-Unis, le Brésil, la Russie, l Inde, la Chine et l Afrique du Sud restent les pays qui résistent le mieux avec une croissance qui reste dynamique. Le taux de chômage des Etats-Unis a baissé pour atteindre 6,2 % contre 7,3 % l année précédente. A l inverse, la zone euro est en retrait et la croissance stagne. Les perspectives à court terme restent dégradées et la croissance européenne ne dépasse pas 0,8 % en L inflation de la zone euro est à la baisse aux alentours de 0,3 %. Depuis la crise de la zone euro de l automne 2011, la France, comme l ensemble de la zone euro, traverse une période de croissance atone. Après 0,3 % en 2012 et en 2013, la croissance stagne de nouveau à 0,4 % en Le taux de chômage français est au 2 ème trimestre 2014 de 9,7 % (source INSEE). La prévision de croissance retenue par le gouvernement pour 2015 est estimée à 1 % contre 1,7 % initialement. La croissance connaîtrait ensuite une augmentation progressive à 1,7 % pour 2016 et 1,9 % pour Ainsi le gouvernement retient la même hypothèse de croissance potentielle que la Commission Européenne. Le contexte macroéconomique est également caractérisé par une inflation particulièrement faible estimée à 0,5 % en 2014 et à 0,9 % en Cette inflation basse entrave le rétablissement des finances publiques en limitant la dynamique des prélèvements obligatoires et en réduisant l impact des mesures d économies. Le niveau de la dette française atteint un niveau record en 2014 et dépasse le seuil des milliards d euros pour atteindre 95,1 % du PIB. En 2015, Bercy annonce que la dette de la France avoisinerait les 100 % du PIB. La charge de remboursement des intérêts pèse sérieusement sur les finances publiques. Dans le contexte actuel de taux bas, ce poids est amoindri mais pourrait devenir insoutenable en cas de plus forte inflation. Le niveau de la dette française place notre pays dans une zone dangereuse et à un niveau supérieur à celui des autres pays de la zone euro. La moyenne se situe à 92,7 % du PIB avec de très fortes disparités (ex. Italie à 133,8 % et l Allemagne à 75,4 % du PIB). La dette publique représente aujourd hui plus de euros par Français. Les intérêts de la dette pèse sur le budget de l Etat et atteint près de 44 milliards d euros. Il constitue le deuxième poste de crédits budgétaires de l Etat derrière l enseignement scolaire. Dans ce contexte économique difficile que connaît notre pays, le gouvernement propose de modérer en 2015 et 2016 le rythme d ajustement budgétaire par rapport au niveau envisagé dans le cadre du programme de stabilité d avril 2014.

6 La loi de programmation des finances publiques prévoit un objectif d évolution de la dépense publique locale, exprimé en pourcentage, à évolution annuelle et à périmètre constant. Il vise à faire passer les dépenses publiques de 56,4 % du PIB à 54,5 % du PIB en Le gouvernement prévoit un programme national d économies de 50 milliards d ici Ce programme est indispensable pour poursuivre l assainissement des finances publiques. Le Ministre des Finances et des Comptes Publics a confirmé et précisé la réalisation de 21 milliards d économies pour l année 2015 : un effort de 7,7 milliards pour l Etat, 3,7 milliards pour les collectivités territoriales (dont 1,45 milliard pour les communes) et près de 10 milliards pour la Sécurité Sociale. b) L impact sur les collectivités territoriales Les administrations publiques locales représentaient 20,5 % des dépenses publiques en Leur déficit est en progression par rapport à 2012 et représente 9,2 milliards d euros. Parallèlement, elles contribuent partiellement au déficit de l Etat par les transferts de dotations aux collectivités locales qui leur sont versées. Dans le cadre du programme national d économie, 11 milliards correspondent à la diminution des concours financiers pour les collectivités entre 2015 et Précédemment, les collectivités avaient déjà été associées au redressement des comptes publics. Depuis 2011, les concours financiers de l Etat ont été gelés en valeur, c est-à-dire sans revalorisation du montant de l inflation. En 2014, c est 1,5 milliard qui a été ponctionné sur les dotations des collectivités, ce qui porte l effort des collectivités locales au redressement des déficits publics à 12,5 milliards d euros. La répartition de cette nouvelle «contribution des collectivités territoriales à l effort de redressement des comptes publics» de 11 milliards d euros sera lissée sur les trois ans : : - 3,67 milliards : - 3,67 milliards : - 3,66 milliards Cet effort est réparti entre les catégories de collectivités territoriales au prorata des recettes totales (recettes de fonctionnement et d investissement). Cela représente : -2,07 milliards d euros pour le bloc communal (2,5 % de leurs dépenses réelles de fonctionnement) -1,15 milliards d euros pour les départements (2,1 % de leurs dépenses réelles de fonctionnement) -0,45 milliards d euros pour les régions (2,7 % des dépenses réelles de fonctionnement)

7 La répartition au sein du bloc communal est de 70 % pour les communes et de 30 % pour les intercommunalités. La Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) s élèvera à 36,558 milliards d euros en 2015, soit un recul de 3,67 milliards d euros sur un an. Quant au fonds de péréquation des ressources communales et intercommunales (FPIC : répartition horizontale des richesses nationales, les communes dites «riches» finances les communes dites «pauvres») comme annoncé lors de sa création, il croît de 210 millions d euros en 2015 et représente 780 millions d euros. Le point d indice qui sert de base au traitement des fonctionnaires, gelé depuis 2010, le restera jusqu en L évolution forfaitaire des bases fiscales a été fixée à 0,9 % pour Une dotation de soutien à l investissement local d un montant de 423 millions d euros a néanmoins été adoptée mais seules les communes les plus pauvres et allocataires de la Dotation de Solidarité Urbaine pourront en bénéficier. Enfin, la loi de programmation des finances publiques pour les années 2014 à 2019 fixe dans son article 11 un objectif d évolution de la dépense publique locale qui s établit comme suit : Objectif d évolution de la dépense publique locale 1,2 0,5 1,9 2,0 Dont évolution de la dépense de fonctionnement 2,8 2,0 2,2 1,9 Taux d évolution en valeur exprimé en pourcentage d évolution annuelle et à périmètre constant Face à la contraction de ses ressources, directement liée à la conjoncture économique, la Ville doit poursuivre et redoubler ses efforts de maîtrise et d optimisation de ses dépenses de fonctionnement et d investissement, mais aussi se désendetter afin de préparer le financement de futurs investissements structurants, qui constituent la clé de l atteinte de son autonomie financière. Les propositions et perspectives budgétaires et financières qui vous seront présentées ce soir intègrent l ensemble de ces différentes composantes.

8 II - Orientations budgétaires et stratégie financière 2015 Le budget est l acte politique majeur d une collectivité. Même si le Débat d Orientations Budgétaires n est pas encore le Budget Primitif, il définit les principaux axes de la stratégie financière. L évaluation des grandes masses budgétaires de l année 2015 a été établie en tenant compte du contexte économique détaillé ci-dessus et en distinguant les facteurs économiques que nous subissons de ceux que nous maîtrisons. Face aux multiples incertitudes à la fois internationales, nationales et surtout locales, le budget communal 2015, en adéquation avec les objectifs du projet de loi de finances 2015, mettra de nouveau la priorité sur la diminution du niveau des charges de fonctionnement et l optimisation de nos recettes. a) Les grands équilibres de la section de fonctionnement L évolution prévisionnelle de notre épargne est détaillée dans le tableau ci-dessous : En Euros CA 2012 CA 2013 CA 2014 BP 2015 Recettes réelles (-atténuation produits & charges) Dépenses réelles (-atténuation produits & charges) Epargne brute Taux d épargne brute 7,84 % - 0,49 % 2,96 % 7,07 % Annuité en capital de la dette Epargne nette après remboursement Taux d épargne nette 2,96 % -5,98 % -2,12 % 1,29 % Les dépenses réelles de fonctionnement sont en nette diminution suite à la liquidation du litige Pardigon sur l exercice 2014, au transfert des services jeunesse sur le budget du CCAS et au transfert de la collecte des ordures ménagères à la Communauté de Communes. Les principales variations enregistrées sont les suivantes :

9 En Euros Budget 2014 Prévisionnel 2015 Évolution 2015/ 2014 Évolution 2015/ 2014 Achats fluides et fournitures % Achats de services extérieurs % Impôts et taxes % Total charges à caractère général Hors transfert serv. Jeunesse et OM % -6,11% charges de personnel Hors transfert serv. Jeunesse et OM ,03% -1,31% Atténuation de produits ,89% Autres charges de gestion Hors Pardigon &trans serv. Jeunesse ,94% +1,77% Charges financières ,11% Charges exceptionnelles Hors Pardigon Dépenses imprévues NS Total charges réelles ,99% Hors Pardigon & serv.transférés ,93% La baisse prévisionnelle sur les achats de services extérieurs hors services transférés résulte notamment : - d une optimisation des énergies (carburant, gaz, eau ), ; - d une optimisation des frais d entretien de voies et réseaux ( ) ; - de la suppression du contrat d assistance en communication ( /6 mois) ; - d une diminution de la maintenance et location des copieurs ( ) ; - d une diminution des coûts de l alimentation des réceptions ( ) ; NS NS Maîtrise de la variation des charges de personnel Dans le but d optimiser les charges de personnel tout en continuant d offrir des services publics de haut niveau, les actions suivantes seront maintenues et approfondies en 2015 et lors des exercices futurs afin de limiter l augmentation des charges de personnel aux variations subies (taux de cotisation, glissement vieillesse technicité ) : Optimisation du coût de l absentéisme : non remplacement systématique des agents absents, en corrélation avec notre assurance statutaire, Non remplacement systématique des départs à la retraite, Maîtrise du coût des heures supplémentaires Adaptation des effectifs au plus près des besoins, Actions sur les postes saisonniers. Ainsi, l évolution de la masse salariale entre le réalisé 2014 et le budget primitif 2015 sera en baisse de - 0,36 % (transfert des services neutralisé).

10 EVOLUTION DES DEPENSES DE PERSONNEL ,25 % +4,03 % +4,51 % +2,54% +3,54% +2,17% +2,32% -0,36% Montant Année d une réduction des charges d intérêts (reprofilage de la dette) Les atténuations de produits sont en hausse en raison de la participation de la commune auprès de la communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez au titre du Fonds de Péréquation Intercommunal et Communal (FPIC) d un montant de euros. Des dépenses imprévues d un montant prévisionnel de ,7% Charges financières REPARTITION DES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT PAR CHAPITRE 0,2% Charges exceptionnelles 0,5% Dépenses imprévues 12,3% Charges à caractère général 26% Autres charges de gestion courante 43,2% Charges de personnel 14,1% Atténuation de produits

11 - Evolution prévisionnelle des recettes réelles de fonctionnement En Euros BP 2014 Prévisionnel 2015 Impôts et taxes % Dotations et participations % Produits des services et du domaine % Autres produits de gestion courante % Produits financiers % Autres produits (remboursement sur rémunération personnel) % Recettes réelles Fonct hors Pdts exceptionnels % Produits exceptionnels % Total recettes réelles de Fonctionnement % Ecart Ecart Les principales variations des recettes réelles de fonctionnement sont les suivantes : Impôts et taxes : Cette baisse résulte de la décision de réduire nos taux d imposition de -5,9 %, dans le but de réduire de 30 % les augmentations décidées en 2014 et de prendre à notre charge l augmentation de 0,9 % des bases décidée par l Etat. Dotations et participations : Baisse essentiellement due à la diminution de notre DGF 2015 (Dotation Globale de Fonctionnement) versée par l Etat. En effet après avoir contribué à hauteur de en 2014 pour le redressement des finances publiques, la ville de Cavalaire-Sur-Mer doit cette année participer à hauteur de euros ( ). Cette contribution décidée par le législateur depuis 2014 doit se poursuivre jusqu en 2017 pour être ensuite pérennisée selon le tableau ci-dessous : CONTRIBUTION DE LA COMMUNE AU REDRESSEMENT DES FINANCES PUBLIQUES Contribution au redressement des finances publiques au titre de 2014 Montant estimé des contributions supplémentaires annuelles sur la période Perte annuelle par rapport à Montant de la DGF Perte cumulée 2014 à 2017 :

12 EVOLUTION DE LA DGF Produits des services et du domaine : Cette diminution s explique principalement par le transfert de la collecte des ordures ménagère à la Communauté de Communes du Golfe de Saint-Tropez au 1 er mai prochain. En effet, en 2014, la collecte étant réalisée par nos services, l intercommunalité nous a remboursé le coût de ce service à hauteur de euros. Pour 2015 ce remboursement ne portera que sur 4 mois, soit euros de moins. Le transfert des services de la jeunesse, qui résulte d une nouvelle politique de gestion de la famille, joue également un rôle dans cette baisse des produits de nos services, puisque les recettes issues de ces services ont été basculées sur le budget du Centre d Action Sociale de Cavalaire. Autres produits de gestion courante :

13 REPARTITION DES RECETTES DE FONCTIONNEMENT PAR CHAPITRE 81,1% Impôts et taxes 9,4% Dotations et participations 0,7% Remboursement sur rémunération du personnel 7,5% Produits des services et du domaine 1,3% Autres produits Le résultat prévisionnel 2014 de la section de fonctionnement est de Pour rappel, le résultat de l exercice 2013 était de , et nos prévisions budgétaires 2015 devraient nous permettre de clôturer notre section de fonctionnement 2015 avec un résultat de près de Ce qui devrait permettre pour l année 2015 un autofinancement de plus de 75 % de nos investissements. En parallèle, notre gestion active de la dette sera poursuivie en 2015 avec un recours à l emprunt bien inférieur au montant du capital remboursé. De fait, le montant prévisionnel de l emprunt 2015 s élève à pour un montant de capital remboursé de Soit un désendettement de plus de euros. L emprunt de euros inscrit au budget est en quasi-totalité affecté aux travaux de réfection de la voie CP ( ) suite aux intempéries de l automne dernier. b) La politique d investissement Les projets d investissement d un montant prévisionnel de se décomposent comme détaillé ci-dessous :

14 En Euros Prévisionnel 2015 Etudes et travaux Etudes et frais d'insertion Travaux Acquisitions Acquisitions foncières et terrains de voirie Acquisitions pour l'amélioration du service public dont Véhicules dont Installations de voirie dont Matériel et mobilier dont parc informatique et logiciels Total des dépenses d'équipement Le programme de nos investissements 2015 prévoit notamment les opérations suivantes : Révisions, modifications PLU Réfection court central tennis des Collières Acquisition d une balayeuse Réfection sol gymnase en parquet Extension mur d escalade Enrochement voie CP Mises aux normes ferme de Pardigon Accès plage Eucalyptus Création de 6 avancées promenade de la Mer Réhabilitation rue du Cap Travaux accessibilité voirie Modernisation éclairage public Les recettes prévisionnelles d investissement du budget 2015 Le programme d investissement 2015 sera financé par les recettes suivantes : Un emprunt de le fonds de compensation de la taxe sur la valeur ajoutée, soit , la taxe locale d équipement, soit , le produit des amendes de police d un montant prévisionnel de , un don de affecté à l opération d extension du mur d escalade et réfection du sol du gymnase, Subventions d investissement de nos partenaires extérieurs : , Autofinancement : (amortissements ; virement de la section de fonctionnement ).

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Commune d Angoulins Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Introduction La tenue du débat d orientation budgétaire est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 VILLE DE PLOEMEUR 31 octobre 2005 Service Financier ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 En application de l article L 2312-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, un débat d orientations

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES

RAPPORT SUR LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES VILLE DE HOENHEIM ANNEXE N 1 RAPPORT SUR LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2016 Pour mener à bien tous les projets, un temps de réflexion est nécessaire. Aussi, le législateur impose-t-il aux communes de plus

Plus en détail

dossier Budget de fonctionnement 2015 : 32 078 000 Services administratifs Culture Aménagements et services urbains 4 739 915

dossier Budget de fonctionnement 2015 : 32 078 000 Services administratifs Culture Aménagements et services urbains 4 739 915 Aménagements et services urbains 4 739 915 Culture Services administratifs 2 099 140 10 307 996 Interventions sociales Santé et Logement 778 940 Sport et Jeunesse 3 994 515 Famille 4 459 955 Enseignement

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993.

A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993. INTRODUCTION A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993. I- FONCTIONNEMENT a) Fiscalité Comme nous

Plus en détail

Rapport d orientation budgétaire 2015 ROB 2015. Mairie de Cannes. Conseil municipal. Lundi 19 janvier 2015

Rapport d orientation budgétaire 2015 ROB 2015. Mairie de Cannes. Conseil municipal. Lundi 19 janvier 2015 Rapport d orientation budgétaire 2015 Mairie de Cannes ROB 2015 Conseil municipal Lundi 19 janvier 2015 1 Débat d orientation budgétaire 2015 4 grands axes La conjoncture économique internationale et nationale

Plus en détail

ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS

ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS Présentation par M. LEBRETON, Président de l ADF 9 octobre 2012 1 Glossaire des sigles AIS: Allocations individuelles de solidarité APA: Allocation personnalisée

Plus en détail

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015 Budget 2015 Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier Contact Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01 47 48 com@challans.fr

Plus en détail

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014 Ville de SaintPéray Analyse financière de la ville de SaintPéray 20082020 Juillet 2014 1 Fiche d identité de la commune DONNEES 2013 Le territoire de Saint Peray L appréciation de la richesse financière

Plus en détail

I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016

I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 Ville d Ecommoy I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016 DGF : Pour poursuivre le plan d économies de 50 milliards d euros fixé par la loi du 29 décembre 2014 de programmation

Plus en détail

Tableau d équilibre du budget 2016 de la MGP (résumé de la note jointe)

Tableau d équilibre du budget 2016 de la MGP (résumé de la note jointe) Tableau d équilibre du budget 2016 de la MGP (résumé de la note jointe) L esquisse du budget 2016 de la MGP présente un montant d épargne brute de 65 M. * * * Cet autofinancement est dégagé grâce à un

Plus en détail

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 SPÉCIAL FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 L État réduit son aide financière aux communes Quelles conséquences pour Meudon et les Meudonnais? La commune reste la collectivité de proximité par excellence

Plus en détail

budget primitif 2015

budget primitif 2015 budget primitif 2015 Budget principal Budgets annexes Balance générale globalisée Budget principal 1 Section de fonctionnement RECETTES DEPENSES BUDGET PRIMITIF 2015 Produits d'exploitation Fonctionnement

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD ANALYSE DE LA SITUATION DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD Document du 26 janvier 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Pierre BEJJAJI Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr

Plus en détail

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire Sommaire Les finances des communes en 215......................... p. 3 Les finances des groupements à fiscalité propre en 215........... p. 6 Quelles projections financières sur le mandat 214-219?..........

Plus en détail

Rapport financier 2007. Budget prévisionnel 2008. Rapport du commissaire aux comptes

Rapport financier 2007. Budget prévisionnel 2008. Rapport du commissaire aux comptes Rapport financier 2007 Budget prévisionnel 2008 Rapport du commissaire aux comptes Parc Euromédecine 209 rue des Apothicaires 34196 Montpellier cedex 5 Tél 04 67 52 64 17 Fax 04 67 52 02 74 E-mail contact@ors-lr.org

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 NOTE DE SYNTHESE

DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 NOTE DE SYNTHESE DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 NOTE DE SYNTHESE L article L. 2312-1 du Code général des collectivités territoriales, dispose qu un débat préalable appelé Débat d'orientation Budgétaire (DOB) doit

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale. Article 2 Article 2 Article 2

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale. Article 2 Article 2 Article 2 227 TABLEAU COMPARATIF Article 1 er Article 1 er Article 1 er Les articles 2 à 10 fixent, en application de l avantdernier alinéa de l article 34 de la Constitution, les objectifs de la programmation pluriannuelle

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Le 18 novembre 2014 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Départements Finances / Intercommunalité et territoires Claire GEKAS & Alexandre HUOT

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF BUDGET ANNEXE DE L EAU

BUDGET PRIMITIF BUDGET ANNEXE DE L EAU DIRECTION DE LA PROPRETE ET DE L EAU DIRECTION DES FINANCES BUDGET PRIMITIF De l exercice 2011 DPE 2010-38 DF 2010-24 BUDGET ANNEXE DE L EAU PROJET DE DELIBERATION SECTIONS D EXPLOITATION ET D INVESTISSEMENT

Plus en détail

Actualités Fonction Publique - Mardi 19 avril 2011-

Actualités Fonction Publique - Mardi 19 avril 2011- SECRÉTARIAT D ÉTAT CHARGÉ DE LA FONCTION PUBLIQUE Actualités Fonction Publique - Mardi 19 avril 2011- La politique salariale dans la Fonction publique Le calendrier des négociations salariales a été défini

Plus en détail

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune Présentation du 10 juin 2014 François Saint Martin Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer

Plus en détail

Le Budget Primitif 2016 de la Ville de Mulhouse. Commission des Finances ouverte du 8 mars 2016

Le Budget Primitif 2016 de la Ville de Mulhouse. Commission des Finances ouverte du 8 mars 2016 Le Budget Primitif 2016 de la Ville de Mulhouse Commission des Finances ouverte du 8 mars 2016 1. Un contexte budgétaire contraint 2 La construction budgétaire 2016 doit intégrer une baisse des dotations

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil concernant la planification financière pluriannuelle 2004-2007

Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil concernant la planification financière pluriannuelle 2004-2007 Secrétariat du Grand Conseil RD 529 Date de dépôt: 28 avril 2004 Messagerie Rapport du Conseil d Etat au Grand Conseil concernant la planification financière pluriannuelle 2004-2007 Mesdames et Messieurs

Plus en détail

SÉCURITÉ BUDGET 2016 POUVOIR D ACHAT EMBELLISSEMENT DE LA VILLE PROXIMITÉ

SÉCURITÉ BUDGET 2016 POUVOIR D ACHAT EMBELLISSEMENT DE LA VILLE PROXIMITÉ SÉCURITÉ BUDGET 2016 POUVOIR D ACHAT PROXIMITÉ EMBELLISSEMENT DE LA VILLE Chères Niçoises, Chers Niçois, ÉDITO Nous adoptons le budget 2016 de la Ville de Nice dans un contexte national difficile marqué

Plus en détail

DÉTAIL DU PLAN D ÉCONOMIES RÉFORMER - RÉDUIRE LES DÉFICITS - REDRESSER - RÉUSSIR

DÉTAIL DU PLAN D ÉCONOMIES RÉFORMER - RÉDUIRE LES DÉFICITS - REDRESSER - RÉUSSIR PREMIER MINISTRE DÉTAIL DU PLAN D ÉCONOMIES RÉFORMER - RÉDUIRE LES DÉFICITS - REDRESSER - RÉUSSIR 16 avril 2014 «50 milliards d économies»: les principales mesures Conformément à l annonce faite par le

Plus en détail

57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES

57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 57 ème CONGRES DE L ASSOCIATION DES MAIRES DE L ISERE A GRENOBLE PLF : PRINCIPALES CONSEQUENCES FINANCIERES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES Jean-Pierre COBLENTZ et l équipe de Stratorial Finances Contacts

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2013 1

BUDGET PRIMITIF 2013 1 BUDGET PRIMITIF 2013 1 Un budget de fonctionnement contraint et prudent. Un budget d investissement volontaire et engagé Une fiscalité inchangée 2 4 orientations fortes: Développer et améliorer les services

Plus en détail

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social économie budget primitif 2015 scolaire petite enfance jeunesse sports Le budget primitif 2015 : entre rigueur et maintien du niveau de service social Avec un montant total de 38 millions d euros, le budget

Plus en détail

Compte administratif 2013 & Budget 2014. Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014

Compte administratif 2013 & Budget 2014. Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014 Compte administratif 2013 & Budget 2014 Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014 2014 est «à cheval» sur 2 mandats : 2008 2014 qui se termine fin mars 2014 2014 2020 qui commencera début avril

Plus en détail

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007 LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE Le budget est l'acte par lequel sont prévues et autorisées par l'assemblée délibérante les recettes et les dépenses d'un exercice. Le budget de la Communauté

Plus en détail

Note d information à destination des maires et des présidents d'epci sur les conséquences des baisses de dotations

Note d information à destination des maires et des présidents d'epci sur les conséquences des baisses de dotations Note d information à destination des maires et des présidents d'epci sur les conséquences des baisses de dotations Cette note répond à un double objectif : rétablir la vérité sur les conditions de la gestion

Plus en détail

CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 12 FEVRIER 2009 COMPTE RENDU

CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 12 FEVRIER 2009 COMPTE RENDU CONSEIL COMMUNAUTAIRE DU 12 FEVRIER 2009 COMPTE RENDU Le 12 février 2009 à vingt heures trente minutes, le conseil communautaire, légalement convoqué, s est réuni en séance ordinaire à la Mairie de Neuville-aux-Bois,

Plus en détail

BUDGET EQUITABLE ET DE RELANCE ECONOMIQUE. Propositions d'un Budget équitable et de relance économique 1

BUDGET EQUITABLE ET DE RELANCE ECONOMIQUE. Propositions d'un Budget équitable et de relance économique 1 BUDGET EQUITABLE ET DE RELANCE ECONOMIQUE CM du 12/02/2009 Propositions d'un Budget équitable et de relance économique 1 POURQUOI? Réussir le contrat d action municipale élaboré avec les habitants Promouvoir

Plus en détail

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat ABCD SECTEUR PUBLIC Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat Conseil Municipal du 24 juin 2014 Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer d une analyse objective et

Plus en détail

Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011

Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011 COMMUNAUTE DE COMMUNES DU DIOIS Analyse financière prospective 2010-2014 Mars 2011 KPMG Secteur public droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. 1 Points généraux droit suisse. Tous droits

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI

LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI le 9 avril 2010 LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI Le présent document a pour objet de proposer les aménagements nécessaires

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

Budget 2016 DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016. Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier. Contact Presse

Budget 2016 DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016. Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier. Contact Presse DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016 Budget 2016 Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier Contact Presse Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01

Plus en détail

Commune de BAISIEUX DEPARTEMENT : NORD ARRONDISSEMENT : LILLE CANTON : LANNOY

Commune de BAISIEUX DEPARTEMENT : NORD ARRONDISSEMENT : LILLE CANTON : LANNOY N 2014-11-01 Patrimoine communal mise à disposition gratuite de la parcelle ZB n 32 à Lille Métropole Communauté Urbaine dans le cadre de sa compétence «valorisation du patrimoine naturel et paysager espace

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

Plan de redressement du 12 Mai 2015 Présentation du 10 septembre 2015 Réduire les charges à caractère général Objectifs Etat Diminution des frais de carburants, de fournitures d entretien et petits équipements,

Plus en détail

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Michel Didier et Michel Martinez 1. Les dépenses de Sécurité sociale à caractère universel (maladie, famille)

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005.

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005. Vue d ensemble En 2012, en France, la croissance économique est nulle. En euros constants, le produit intérieur brut (PIB), après une progression de 1,7 % en 2010 et de 2,0 % en 2011, stagne. Les recettes

Plus en détail

TOTAL 2009 Sovodeb Dépenses Recettes Solde Fonctionnement 62 746,32 31 060,60-31 729,72

TOTAL 2009 Sovodeb Dépenses Recettes Solde Fonctionnement 62 746,32 31 060,60-31 729,72 Sous la présidence de M. Guy Vaxelaire, le Conseil Communautaire s est réuni en Commission Finances le 10 février afin d examiner le budget primitif 2010. Les 17 février et 1 er avril, le Conseil a approuvé

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais

Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais Réponse de l Epinorpa au rapport d observations définitives n 466 de la Chambre régionale des comptes du Nord-Pas-de-Calais AVANT-PROPOS La présente réponse fait suite au rapport d observations définitives

Plus en détail

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 Au 1 er janvier 2005, la France métropolitaine compte 35 684 communes de moins de 10 000 regroupant 30,7 millions d, soit 51 % de la population

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Note de synthèse Débat d orientation budgétaire Ville du Croisic

Note de synthèse Débat d orientation budgétaire Ville du Croisic 2014 Note de synthèse Débat d orientation budgétaire Ville du Croisic 06/02/2014 Budget principal SOMMAIRE 1 Principes P 3 A - Principes généraux P 3 B - Retraitements comptables P 4 2 Indicateurs économiques

Plus en détail

Préavis N 19-2011 au Conseil communal

Préavis N 19-2011 au Conseil communal Municipalité Préavis N 19-2011 au Conseil communal Fixation du plafond d'endettement et du plafond pour les cautionnements Responsabilité(s) du dossier : Direction de l administration générale, des finances

Plus en détail

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique LE BUDGET DE 1999 Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur Maintien d une saine gestion financière et économique février 1999 «la dernière année se caractérise par un incroyable climat d incertitude économique,

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

PRESENTATION BUDGETAIRE. Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010

PRESENTATION BUDGETAIRE. Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010 PRESENTATION BUDGETAIRE Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010 Budget Bâtiments Industriels Dépenses Recettes CA 2009 BP 2010 CA 2009 BP 2010 Fonctionnement Investissement 147 092.35 155 692.15

Plus en détail

V I L L E D E L A R I V I E R E - D E - C O R P S EXTRAIT DES DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL

V I L L E D E L A R I V I E R E - D E - C O R P S EXTRAIT DES DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL V I L L E D E L A R I V I E R E - D E - C O R P S EXTRAIT DES DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL La séance ouverte à 19h00 est présidée par Madame Véronique SAUBLET SAINT MARS Conseil Municipal Séance du 15

Plus en détail

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet KPMG Secteur public 12 décembre 2014 Sommaire page 1. Analyse financière rétrospective 2008-2013.. 3 2. Analyse financière prospective.. 23 Conclusion.

Plus en détail

BUDGET 2015 LE BUDGET DANS LE DETAIL PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE

BUDGET 2015 LE BUDGET DANS LE DETAIL PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE PETIT LEXIQUE BUDGETAIRE BUDGET 2015 LE BUDGET EN QUELQUES LIGNES Montant total des prévisions budgétaires : 1.811.915 Fonctionnement : 1.172.638 en légère hausse par rapport à 2014 (1.042.449 ), malgré

Plus en détail

2) Les principales évolutions des montants (budget principal + budgets annexes)

2) Les principales évolutions des montants (budget principal + budgets annexes) DDOPF cr 25/03/2016 Observations Compte Administratif 2015 - Séance du 28/03/2016 (à partir des documents CA 2014 et CA 2015) A NOTER, à compter de 2015, la ville dispose de 4 budgets annexes assujettis

Plus en détail

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé Commune de Nieppe Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014 Jacques Dufour - associé Aurélie Serrano Maxime Gallet Objet de la mission La ville de Nieppe a confié

Plus en détail

Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal. Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes

Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal. Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes Communauté de communes Tarn et Dadou Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes Présentation du

Plus en détail

PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2016

PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2016 PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2016 Le budget Primitif 2016 s'équilibre en dépenses et en recettes à : Secon de fonconnement : 5 184 440,10 Secon d'invesssement : 950 379,85 Le budget global s'élève à

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

Séance du 17 avril 2015

Séance du 17 avril 2015 Séance du 17 avril 2015 Convocation du 10.04.15 affichée le 10.04.15 à 20h30 Conseillers en exercice : 11. Présents : 8. Votants : 11. PRESIDENCE : Evelyne LALOË, Maire PRESENTS : Évelyne LALOË, Philippe

Plus en détail

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015 1 Introduction 1. Généralités Le particulier est confronté à titre principal à trois impositions : - l imposition de sa consommation (TVA, taxes sur les carburants, tabacs, alcools,...) : c est l imposition

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS LES DISPOSITIONS EN MATIERE FISCALE GENERALITES - Barème de l impôt sur le revenu 2016 La note sur la fiscalisation

Plus en détail

LES TENDANCES FINANCIERES 2015 DES GRANDES COLLECTIVITES LOCALES

LES TENDANCES FINANCIERES 2015 DES GRANDES COLLECTIVITES LOCALES LES TENDANCES FINANCIERES 2015 DES GRANDES COLLECTIVITES LOCALES Publication réalisée par ARKEA Banque Entreprises et Institutionnels, en partenariat avec l Juin 2015 EDITO Dans un contexte de réforme

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

COMMUNAUTE URBAINE de CHERBOURG CONSEIL de COMMUNAUTE. Séance du 24 novembre 2005 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2006

COMMUNAUTE URBAINE de CHERBOURG CONSEIL de COMMUNAUTE. Séance du 24 novembre 2005 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2006 COMMUNAUTE URBAINE de CHERBOURG CONSEIL de COMMUNAUTE Séance du 24 novembre 2005 Délibération n 2005/256 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2006 Première étape du cycle annuel du budget, le débat d orientation

Plus en détail

C.A.P.I. SERVICE CULTURE BUDGET PRIMITIF REPUBLIQUE FRANCAISE TRESORERIE DE BOURGOIN JALLIEU COLLEC C.A.P.I. SERVICE CULTURE

C.A.P.I. SERVICE CULTURE BUDGET PRIMITIF REPUBLIQUE FRANCAISE TRESORERIE DE BOURGOIN JALLIEU COLLEC C.A.P.I. SERVICE CULTURE REPUBLIQUE FRANCAISE Département ISERE Poste Comptable TRESORERIE DE BOURGOIN JALLIEU COLLEC Code INSEE Collectivité de rattachement SERVICE PUBLIC LOCAL (M 4) BUDGET PRIMITIF ANNEE: 2015 En Euros BP 2015

Plus en détail

COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 3 avril 2015

COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 3 avril 2015 COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 3 avril 2015 Monsieur le Maire remercie Monsieur MOISSON, Percepteur à Montluel et Trésorier de la commune, pour sa présence à cette séance du conseil. Monsieur le

Plus en détail

Les préconisations par type de situation

Les préconisations par type de situation Les préconisations par type de situation Le tableau qui suit a été élaboré en mai 2007 à la suite d une étude sur la situation économique et financière des associations d aide aux personnes à domicile.

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

s f r t s i e és e e t l i r t e i r on i

s f r t s i e és e e t l i r t e i r on i yse t l s f a n ii A m i r sp s t e g e bud gr and i és t v i t ec l col ocal L t i éd acr i x e par esded e é s i ud or um Ét éal r s F e e d d L u on i i Ét esf r ect r o i t a D v a l bser O l t e 2

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Trésorerie de Felletin

Trésorerie de Felletin ANALYSE FINANCIERE ET FISCALE DE LA COMMUNE DE FELLETIN 211//213 Trésorerie de Felletin INTRODUCTION L analyse financière rétrospective, réalisée en avril 214, concerne la période de gestion des exercices

Plus en détail

Mairie de Villers-en-Arthies

Mairie de Villers-en-Arthies Mairie de Villers-en-Arthies Département du Val d Oise Arrondissement de Pontoise Canton de Magny en Vexin COMPTE-RENDU DE LA SEANCE ORDINAIRE DU DU CONSEIL MUNICIPAL DU LUNDI 29 MARS 2010 SEANCE DU LUNDI

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

COMPTE RENDU du CONSEIL MUNICIPAL du 15 avril 2015

COMPTE RENDU du CONSEIL MUNICIPAL du 15 avril 2015 COMPTE RENDU du CONSEIL MUNICIPAL du 15 avril 2015 Étaient présents : Marie-Hélène MARCEL, Guy BARRE, Michel AUBRY, Marc SOBO, Madeleine MARSEILLE, Sophie SAUNIER, Sylvie LEFEVRE, Patrick LIEBART, Kathia

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE

LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE Michaël VAN DEN KERKHOVE et Robert DESCHAMPS Centre de Recherches sur l Economie Wallonne FUNDP Introduction La réforme institutionnelle de 1988

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

BUDGET LOTISSEMENT «LE CLOS DU ROY»

BUDGET LOTISSEMENT «LE CLOS DU ROY» Date de la convocation : 3 avril 2015 Date d affichage : 3avril 2015 COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DE LINGREVILLE SÉANCE DU 14 AVRIL 2015 Présents : Jean-Benoît RAULT (maire), Daniel MARIE, Charlyne

Plus en détail

Conseil municipal du 9 avril 2013

Conseil municipal du 9 avril 2013 Conseil municipal du 9 avril 2013 Présents : Mmes FROMONOT, ZANOTTO, M GARNIER, CANCIANI, BOC, CANONICI, HENRIAT, MAZURIER, PERVILHAC, SAPOLIN. Excusés : Mme GARCIA (pouvoir) Absent : Mme DAMIANI - Approbation

Plus en détail

LES FINANCES LOCALES EN 2013 Publication réalisée par ARKEA Banque Entreprises et Institutionnels,

LES FINANCES LOCALES EN 2013 Publication réalisée par ARKEA Banque Entreprises et Institutionnels, LES TENDANCES NOTE FINANCIERES DE CONJONCTURE 2014 DES GRANDES COLLECTIVITES LOCALES LES FINANCES LOCALES EN 2013 Publication réalisée par ARKEA Banque Entreprises et Institutionnels, ARKEA / SFL-FORUM

Plus en détail

Commune de Prangins Municipalité. Préavis No 62/14 Au Conseil Communal. Arrêté d'imposition pour l'année 2015. François Bryand, Syndic

Commune de Prangins Municipalité. Préavis No 62/14 Au Conseil Communal. Arrêté d'imposition pour l'année 2015. François Bryand, Syndic Commune de Prangins Municipalité Préavis No 62/14 Au Conseil Communal Arrêté d'imposition pour l'année 2015 François Bryand, Syndic Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers, L'arrêté

Plus en détail