Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit :"

Transcription

1 1 : DU DONNEUR AU RECEVEUR UN OUVRAGE SUR L ACTIVITÉ TRANSFUSIONNELLE AU CANADA Robert Barr et Ted Alport Le système canadien d approvisionnement en sang est complexe, solidement intégré et rigoureusement réglementé. Le don de sang total et le don par aphérèse sont faits bénévolement. Au Canada, les deux fournisseurs de sang sont Héma-Québec, au Québec, et la Société canadienne du sang, pour le reste du pays. Ces deux organismes sont responsables du recrutement des donneurs; de la collecte, du traitement et de la conservation du sang; de l exécution des épreuves de laboratoire sur chaque don; ainsi que de l acheminement des produits sanguins et des produits de fractionnement du plasma vers les hôpitaux. Partout dans le réseau, du personnel qualifié s assure que les prélèvements et les transfusions sont pratiqués dans les conditions les plus sûres et les plus efficaces possible, veille à ce que les communications entre les intervenants soient claires et se fassent en temps opportun et s emploie à transmettre, tant aux donneurs qu aux receveurs, l information nécessaire pour assurer la sécurité des composants ou des produits sanguins transfusés. Santé Canada réglemente le système canadien d approvisionnement en sang et inspecte les établissements de la Société canadienne du sang. Le financement public de la Société canadienne du sang est approuvé par un comité provincial. Les essais d aptitude des laboratoires et la procédure d accréditation varient d une province à une autre. Les services de transfusion des hôpitaux reçoivent leur agrément du ministère de la Santé de leur province. Le siège social de la Société canadienne du sang, situé à Ottawa, doit : élaborer et mettre en place des directives et des procédés de fabrication normalisés par l entremise de divers services (Assurance de la qualité et Affaires réglementaires, Production, Affaires médicales et scientifiques et Recherche, Communications, et autres); surveiller et inspecter les établissements de collecte et les laboratoires régionaux s acquittant de l exécution des épreuves; passer des contrats avec les établissements de fractionnement pour qu ils effectuent le fractionnement du plasma de la Société canadienne du sang et assurer aux Canadiens et aux Canadiennes un approvisionnement adéquat en produits de fractionnement et en produits recombinants; entreposer et transporter ces produits vers les établissements de la Société canadienne du sang, selon les besoins, en vue de leur distribution dans les hôpitaux. Au Québec, ces fonctions relèvent d Héma-Québec. Les donneurs bénévoles constituent un élément fondamental et précieux du système d approvisionnement en sang. Le donneur doit : se rendre aux établissements de collecte permanents ou aux collectes itinérantes; répondre avec honnêteté à toutes les questions écrites et orales du questionnaire sur l état de santé; signer un consentement éclairé attestant qu il autorise le prélèvement de son sang, de ses plaquettes ou de son plasma et qu il a bien compris les questions posées; informer la Société canadienne du sang de toute maladie ou de tout diagnostic ultérieur au don de sang qui pourrait avoir des effets néfastes pour un receveur de sang. 8

2 Les effectifs régionaux de la Société canadienne du sang comprennent du personnel administratif, médical, infirmier et technique qui doit : recruter des donneurs, les évaluer et les encadrer lors des collectes de sang total et des collectes par aphérèse; traiter et conserver les composants et les produits sanguins, les distribuer et en assurer l acheminement vers les hôpitaux des régions, selon les besoins; effectuer les épreuves de laboratoire ou prendre les dispositions nécessaires pour l exécution centralisée de ces épreuves, puis étiqueter les unités pouvant être mises en circulation; veiller au contrôle et à l assurance de la qualité; assurer, de concert avec les hôpitaux, la bonne marche des programmes d étude des dons antérieurs d un donneur et d enquête sur les produits sanguins transfusés. Rappel de produits, étude des dons antérieurs d un donneur et enquête sur les produits sanguins transfusés Tout renseignement ultérieur au don de sang laissant présager un risque pour un donneur ou un receveur doit être signalé à la Société canadienne du sang. L information peut provenir du donneur, d un hôpital, d un autre établissement de collecte, d un médecin, d un tiers, etc. En règle générale, c est soit le donneur qui, étant tombé malade après avoir donné du sang, communique avec la Société canadienne du sang, soit un hôpital qui signale une réaction indésirable suite à la transfusion d un produit sanguin. Toutes ces communications donnent lieu à une enquête approfondie; diverses marches à suivre sont ici possibles. A. Retrait et rappel de produits Ce sont là des modalités voisines, appliquées volontairement ou sur ordre de l organisme de réglementation. Il s agit, dans tous les cas, de repérer les composants issus d un seul don ou de plusieurs dons susceptibles de compromettre l intégrité et la sécurité de l approvisionnement en sang, puis de les retirer de la circulation. Si les composants visés ont déjà été transfusés, il appartiendra au directeur médical, au directeur de la banque de sang de l hôpital et au médecin traitant de déterminer si la notification du ou des patients s impose. À titre d exemple, on pourrait procéder au rappel de composants sanguins si un donneur signalait la survenue d une fièvre quelques jours après avoir donné du sang. B. Étude des dons antérieurs d un donneur Cette recherche a pour objet de retracer les receveurs de composants sanguins provenant d un donneur chez qui la présence d un agent infectieux est détectée et confirmée lors d une analyse ou d un don ultérieur, et de communiquer avec ces receveurs. Lorsque la Société canadienne du sang apprend qu un donneur a obtenu un résultat positif confirmé à un test de dépistage d une maladie transmissible, celui-ci est exclu indéfiniment, et on entreprend une étude de ses dons antérieurs. On communique avec les hôpitaux ayant reçu du sang ou des composants sanguins issus de ces dons et on leur demande de repérer les receveurs, le cas échéant. Les médecins traitants doivent ensuite soumettre les transfusés à des épreuves de dépistage de l agent infectieux en cause et transmettre les résultats à la Société canadienne du sang. 9Les L albumine composants 1 : Du donneur au receveur un ouvrage sanguins sur l activité transfusionnelle au Canada

3 1 : DU DONNEUR AU RECEVEUR UN OUVRAGE SUR L ACTIVITÉ TRANSFUSIONNELLE AU CANADA C. Enquête sur les produits sanguins transfusés On ouvre ce type d enquête lorsqu une infection associée à une transfusion est signalée chez un receveur. On cherche ainsi à déterminer si la présence de l agent infectieux est détectée chez le ou les donneurs du sang qui lui a été transfusé. Lorsque la Société canadienne du sang apprend qu un receveur a obtenu un résultat positif à une épreuve de dépistage de maladies transmissibles par transfusion (en l absence d une autre cause connue), elle identifie et repère tous les donneurs en vue d une reprise des épreuves de dépistage de la maladie transmise au receveur. Qu il s agisse de retracer des dons antérieurs ou des produits sanguins transfusés, il importe de repérer les personnes qui ont obtenu un résultat positif à une épreuve de dépistage de maladies transmissibles par transfusion, d une part, pour assurer l intégrité de l approvisionnement en sang et, d autre part, pour que le donneur en cause puisse recevoir du counselling et prendre les précautions nécessaires pour éviter de contaminer d autres personnes. Les laboratoires de transfusion des hôpitaux peuvent compter sur du personnel médical et technique qualifié qui doit : élaborer et mettre en place des politiques et procédures de transfusion approuvées par le comité de transfusion de l hôpital ou de la région; commander les composants et les produits sanguins dont l hôpital a besoin, puis veiller à ce qu ils soient conservés et distribués en toute sécurité; assurer le maintien de la compétence en matière de groupage sanguin, de recherche d anticorps et d exécution des épreuves de compatibilité; élaborer, tenir à jour et distribuer des guides de procédures techniques et cliniques à l intention des employés de laboratoire ainsi que du personnel infirmier et médical de sorte que l analyse, la distribution et la transfusion du sang se fassent dans le respect des normes de sécurité établies; informer les fournisseurs de soins de santé des directives et des méthodes de transfusion; veiller à ce que les transfusions se fassent en toute sécurité et, en cas de réaction indésirable à une transfusion, signaler celle-ci et en rechercher la cause, au besoin; assurer la tenue adéquate des dossiers de transfusion, qui doivent rendre compte de la réception, de l entreposage et de la distribution des composants et des produits sanguins ainsi que de l enquête effectuée dans les cas de réactions indésirables; donner suite sans délai aux demandes d étude des dons antérieurs d un donneur déposées par la Société canadienne du sang ou à toute autre forme de correspondance visant le repérage de receveurs d unités de sang potentiellement contaminé, d après des renseignements obtenus des donneurs ou au sujet de ces derniers subséquemment à leurs dons de sang; sur demande, informer le médecin ayant commandé l unité suspecte ou le transfusé (selon les règles de l hôpital à cet égard) du risque de contamination et de la nécessité d exécuter des épreuves de dépistage. 10

4 Le personnel clinique du service hospitalier qui pratiquera la transfusion doit : fournir au laboratoire de transfusion des échantillons adéquats et clairement étiquetés du patient receveur aux fins d exécution des épreuves de compatibilité; s assurer que le composant sanguin utilisé pour la transfusion est compatible avec le groupe sanguin du patient receveur; évaluer la nécessité de sa commande du point de vue clinique; bien renseigner son patient sur les avantages et les risques de la transfusion de même que sur les solutions de rechange afin que ce dernier puisse fournir un consentement éclairé, et noter ce consentement dans le dossier du patient; transmettre des instructions au personnel responsable de la transfusion sur l urgence de l intervention, sur la quantité de produit à transfuser et sur le débit d administration; veiller à ce que toutes les réactions importantes et inattendues soient signalées sans délai et fassent rapidement l objet d une enquête; perfuser le composant sanguin au moment et selon le débit précisés, à l aide d un transfuseur adéquat et surveiller le patient de près afin de déceler d éventuels effets indésirables; consigner chaque transfusion dans le dossier du patient et signaler toute réaction indésirable au médecin traitant ainsi qu au laboratoire de transfusion. Le médecin traitant qui prescrit le composant ou le produit sanguin au patient doit : si le laboratoire de transfusion repère (par exemple dans le cadre d une étude des dons antérieurs d un donneur menée par la Société canadienne du sang) un patient ayant reçu un composant ou un produit sanguin douteux, communiquer rapidement avec ce patient, que ce soit personnellement ou par l entremise de son médecin de famille, et prendre les dispositions nécessaires à l exécution des épreuves de dépistage de maladies transmissibles; tenir la Société canadienne du sang et les autorités sanitaires (si la loi l exige) informées de l état de santé du patient et leur transmettre les résultats des épreuves. L albumine Les composants 1 : Du donneur au receveur un ouvrage sanguins sur l activité transfusionnelle au Canada Les liens unissant ces divers organismes et représentants du domaine de la santé sont illustrés au tableau 1 (page 13). La grande efficacité du système tient entièrement à la compétence, à la compassion et au dévouement des divers intervenants. Cela dit, on pourrait améliorer les échanges de données et l intégration des systèmes informatiques entre la Société canadienne du sang et les hôpitaux pour en arriver à une utilisation plus judicieuse des produits sanguins et à une meilleure gestion de l approvisionnement en sang. 11

5 1 : DU DONNEUR AU RECEVEUR UN OUVRAGE SUR L ACTIVITÉ TRANSFUSIONNELLE AU CANADA Au cours des dernières années, on a énormément amélioré la qualité et la sécurité des composants sanguins mis en circulation par la Société canadienne du sang grâce à diverses transformations, à l accent mis sur la qualité et à l amélioration des méthodes de production et d analyse. Malgré tout, la transfusion de sang continue de poser un risque et ne doit jamais être considérée comme entièrement sûre. «Mieux vaut prévenir que guérir» : suivant ce principe de la précaution, les responsables du système d approvisionnement en sang ne doivent pas attendre que du tort ait été causé avant d agir, mais ils doivent plutôt gérer le «risque théorique». Cela dit, les décisions ayant un profond retentissement sur le recrutement et la fidélisation des donneurs ne doivent être prises qu après mûre réflexion, car l approvisionnement en sang doit pouvoir suffire à la demande. Au Canada, on compte seulement 3,5 % de donneurs actifs au sein de la population admissible, par rapport à 5 % dans de nombreux autres pays industrialisés. Il est très difficile de recruter des donneurs et de les fidéliser. Si ce n était de ces donneurs bénévoles assidus, le système d approvisionnement en sang n existerait tout simplement pas, et les soins de pointe qu offrent nos hôpitaux ne seraient certes pas ce qu ils sont. On s attend à ce que la demande de sang augmente au point, peut-être, de dépasser l offre, en dépit de tous les efforts déployés pour élargir le bassin de donneurs. Étant donné ce risque de pénurie, les personnes assurant l approvisionnement en sang et la transfusion de composants sanguins doivent éviter à tout prix le gaspillage et faire bon usage du sang à leur disposition. Au sein des hôpitaux canadiens, il appartient essentiellement au personnel médical de décider de l utilisation qui sera faite de la réserve de sang. Quant à la collecte du sang, à l analyse des échantillons, à la transfusion des composants sanguins et à la surveillance des receveurs, elles relèvent du personnel infirmier et technique. On doit travailler sans relâche pour bien informer tous les intervenants, y compris les receveurs, des risques et des bienfaits des transfusions. Nous espérons que le présent guide contribuera à optimiser l utilisation et la sécurité des composants et des produits sanguins. 12

6 Tableau 1 : Du donneur au receveur organismes responsables et personnel intervenant dans l acte transfusionnel Société canadienne du sang Donneurs Collecte Traitement Entreposage Analyses Distribution Étude des dons antérieurs d un donneur et enquête sur les produits sanguins transfusés Sensibilisation Santé publique Déclaration des maladies transmissibles Santé Canada Règlements Inspections Service de transfusion de l hôpital Analyses du sang du receveur Épreuves de compatibilité Entreposage des composants et des produits sanguins Distribution Sensibilisation et formation Enquête et déclaration relatives aux réactions indésirables L albumine Les composants 1 : Du donneur au receveur un ouvrage sanguins sur l activité transfusionnelle au Canada Médecin Évaluation de l état de santé du receveur Consentement du receveur Discussion à propos des risques et des avantages Enquête et gestion relatives aux réactions indésirables Programme d étude des dons antérieurs du donneur Sensibilisation Unités cliniques de l hôpital Collecte d un échantillon de sang du receveur Identification du receveur Transfusion du composant ou du produit sanguin Surveillance du receveur Déclaration des réactions indésirables Sensibilisation et formation 13

Stratégie pour le don d organes et de tissus

Stratégie pour le don d organes et de tissus Stratégie pour le don d organes et de tissus Ministère de la Santé Mai 2015 Ministère de la Santé Stratégie pour le don d organes et de tissus Publié par : Ministère de la Santé Province du Nouveau-Brunswick

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA

Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA DESCRIPTION DU POSTE D INTERVENANT-PIVOT Association canadienne pour la santé mentale SECTION D OTTAWA Titre : Intervenant-pivotRelève du : Gestionnaire du programme Programme : Services de soutien communautaireapprouvé

Plus en détail

Document d obtention du consentement des patients pour l inscription au Registre canadien de greffe (Registre CTR)

Document d obtention du consentement des patients pour l inscription au Registre canadien de greffe (Registre CTR) Document d obtention du consentement des patients pour l inscription au Registre canadien de greffe (Registre CTR) Objet Le Registre canadien de greffe (Registre CTR) comprend la liste nationale des patients

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes Examen des pratiques de gestion du risque Principes, observations et prochaines étapes Contexte Le présent document n est pas une ligne directrice. Il a pour objet de communiquer les principes de base

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS

POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS POLITIQUE D INTÉGRATION ET DE MAINTIEN DES ENFANTS AYANT DES BESOINS PARTICULIERS TITRE CPE Les Petits bonheurs Code : CA 147.8.1 Politique d intégration et de maintien des enfants ayant des besoins particuliers

Plus en détail

Conseiller, Ressources humaines

Conseiller, Ressources humaines Conseiller, Ressources humaines Supérieur hiérarchique : Directeur, Ressources humaines Type d emploi : Permanent, temps plein Lieu de travail : Ottawa, Ontario Nombre heures par semaine : 37.5 Clôture

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

DÉFI 10 MILLIONS TROUSSE DE DÉMARRAGE

DÉFI 10 MILLIONS TROUSSE DE DÉMARRAGE DÉFI 10 MILLIONS UNE INITIATIVE D ACTION COLLECTIVE PANCANADIENNE QUI A POUR BUT DE PRÉVENIR 10 MILLIONS D EXAMENS ET DE TRAITEMENTS INUTILES D ICI L AN 2020 TROUSSE DE DÉMARRAGE 1 Merci Nous vous remercions

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE A LA DISTRIBUTION I- PERSONNEL 41 I-1 Le responsable de la distribution 41 I-2 Les autres personnels 42 II- LOCAUX 42 III- DISTRIBUTION 42 III-1 Attribution nominative 43 III-1-1

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Évaluation du rendement de la. Société canadienne du sang

Évaluation du rendement de la. Société canadienne du sang Évaluation du rendement de la Société canadienne du sang Réponse et plan d action de la SCS Résumé Contexte En mai 2002, les membres de la SCS, soit les ministres provinciaux et territoriaux de la Santé,

Plus en détail

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005

MISSION. Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick, 2005 MISSION L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick est un organisme de réglementation professionnel voué à la protection du public et au soutien de la profession infirmière. Elle

Plus en détail

Révisé pour janvier 2014

Révisé pour janvier 2014 SERVICES DE L AGRÉMENT Lignes directrices pour les programmes de formation paramédicale sur l utilisation du Profil national des compétences professionnelles (PNCP) 2011 de l Association des paramédics

Plus en détail

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS 1. OBJET La présente politique a pour but de préciser l encadrement de l acquisition

Plus en détail

Service canadien de prescription et d utilisation optimales des médicaments. Comité d experts en examen (CEE)

Service canadien de prescription et d utilisation optimales des médicaments. Comité d experts en examen (CEE) Service canadien de prescription et d utilisation optimales des médicaments Mandat du Comité d experts en examen (CEE) Le Comité d experts en examen (CEE) du Service canadien de prescription et d utilisation

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton CSSS - 002M C.P. P.L. 92 Accroître les pouvoirs de la RAMQ VERSION RÉVISÉE Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec Monsieur Jacques Cotton Commission de

Plus en détail

LA SECURITE TRANSFUSIONNELLE LE CADRE LEGAL HEMOVIGILANCE DOSSIER TRANSFUSIONNEL LES EXAMENS IMMUNOHEMATOLOGIQUES RECEPTION

LA SECURITE TRANSFUSIONNELLE LE CADRE LEGAL HEMOVIGILANCE DOSSIER TRANSFUSIONNEL LES EXAMENS IMMUNOHEMATOLOGIQUES RECEPTION LA SECURITE TRANSFUSIONNELLE LE CADRE LEGAL HEMOVIGILANCE DOSSIER TRANSFUSIONNEL LES EXAMENS IMMUNOHEMATOLOGIQUES RECEPTION Être responsable Se reconnaître auteur incontestable de ses actes et en assumer

Plus en détail

Programme de gestion des médicaments de spécialité

Programme de gestion des médicaments de spécialité Programme de gestion des médicaments de spécialité SYNONYME D ÉCONOMIES ET DE SANTÉ Votre régime d assurance soins médicaux vise à vous procurer une protection financière, à vous et aux membres de votre

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre

Plus en détail

CHAMP DE PRATIQUE ACTUEL

CHAMP DE PRATIQUE ACTUEL DÉFINITION DU CHAMP DE PRATIQUE : 1. Le champ de pratique de chaque médecin est différent. 2. Le champ de pratique d un médecin est déterminé par les patients qu il traite, par les interventions qu il

Plus en détail

Le 26 mars 2014. Présenté par :

Le 26 mars 2014. Présenté par : Mémoire présenté de l AMC au Comité sénatorial permanent des Affaires sociales, des sciences et de la technologie dans le contexte de son étude des médicaments d ordonnance : Leviers fédéraux permettant

Plus en détail

Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements

Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements Lignes directrices pour le personnel soignant concerné par les infections transmissibles par le sang dans les établissements JUIN 2005 1. Objectif Ce document propose des lignes directrices à mettre en

Plus en détail

Nous vous présentons...

Nous vous présentons... Nous vous présentons... le service de Pharmacie active SM Des moyens novateurs pour améliorer votre régime d assurance médicaments et en réduire les coûts Saviez-vous que... les coûts des soins de santé

Plus en détail

1.2 L intervenant est habile à relever les forces de la personne au lieu de se centrer uniquement sur les déficits de celle-ci :

1.2 L intervenant est habile à relever les forces de la personne au lieu de se centrer uniquement sur les déficits de celle-ci : Les compétences attendues des intervenants au SIV Cet outil clinique rédigé par le CNESM s inspire du «Strengths Model Core Competencies Evaluation Tool», tiré du livre de Rapp et Goscha (2012), The Strengths

Plus en détail

Un laboratoire en temps réel pour de l innovation pancanadienne Optimisation des systèmes de santé selon le modèle de la Société canadienne du sang

Un laboratoire en temps réel pour de l innovation pancanadienne Optimisation des systèmes de santé selon le modèle de la Société canadienne du sang Un laboratoire en temps réel pour de l innovation pancanadienne Optimisation des systèmes de santé selon le modèle de la Société canadienne du sang Le 14 novembre 2014 Présentation au Groupe consultatif

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Les dons d organes provenant de personnes décédées. Parlons-en

Les dons d organes provenant de personnes décédées. Parlons-en Les dons d organes provenant de personnes décédées Parlons-en Table des matières Introduction Pourquoi les dons d organes sont si importants? Face aux faits Le taux de succès des transplantations rénales

Plus en détail

Recommandations et pratiques exemplaires pour le placement de produits d investissement dans des conditions de non-concurrence

Recommandations et pratiques exemplaires pour le placement de produits d investissement dans des conditions de non-concurrence Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Personnes-ressources : Richard J. Corner Vice-président à la politique de réglementation des membres 416 943-6908 rcorner@iiroc.ca Joe

Plus en détail

Retrait d enfants placés

Retrait d enfants placés Page 1 de 10 Retrait d enfants placés Cette section contient les normes et les principes directeurs provinciaux qui régissent le retrait d un enfant du foyer nourricier où il a été placé. Elle s applique

Plus en détail

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD Module II La planification des interventions : la personne d abord 127 PROCESSUS DE PLANIFICATION DES MESURES D'URGENCE Connaissance

Plus en détail

Feuille d orientation sur la rémunération des fournisseurs de soins interprofessionnels

Feuille d orientation sur la rémunération des fournisseurs de soins interprofessionnels Numéro 3 Feuille d orientation sur la rémunération des fournisseurs de soins interprofessionnels Novembre 2009 Version 1.0 Objet Une série de feuilles d orientation pour la création de cliniques dirigées

Plus en détail

Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature

Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature Ligne directrices pour garantir l équité et la transparence du processus de recrutement et de mise en candidature Le Programme des chaires de recherche du Canada s engage à favoriser l excellence de la

Plus en détail

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques *

Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * Programme d aide à l emploi pour les personnes présentant des troubles autistiques * S. Michael Chapman, Directeur Aide à l emploi Division TEACCH Philosophie générale du programme Lorsque les personnes

Plus en détail

DEFINITION DE POSTE DU DIRECTEUR GENERAL DE L HÔPITAL DE LA SAINTE FAMILLE BETHLEEM - PALESTINE

DEFINITION DE POSTE DU DIRECTEUR GENERAL DE L HÔPITAL DE LA SAINTE FAMILLE BETHLEEM - PALESTINE V6 DEFINITION DE POSTE DU DIRECTEUR GENERAL DE L HÔPITAL DE LA SAINTE FAMILLE BETHLEEM - PALESTINE Proposition de la Direction Internationale de l Ordre de Malte France ******************* Le Directeur

Plus en détail

Services de télétriage

Services de télétriage Chapitre 4 Section 4.13 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Services de télétriage Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.13 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Audit de la sécurité ministérielle. Rapport d audit

Audit de la sécurité ministérielle. Rapport d audit Rapport d audit Mars 2015 TABLE DES MATIÈRES Sommaire... 3 Points examinés... 3 Importance de l audit... 3 Constatations... 3 Contexte... 4 Objectif... 5 Portée... 5 Méthodologie... 5 Énoncé d assurance...

Plus en détail

Plans de mesures correctives

Plans de mesures correctives Les plans de mesures correctives décrivent les moyens que les membres de la famille ou du personnel doivent mettre en œuvre pour corriger les problèmes qui surviennent. Les plans de mesures correctives

Plus en détail

Plan de gestion des situations exceptionnelles. Direction générale de la santé animale et de l inspection des aliments

Plan de gestion des situations exceptionnelles. Direction générale de la santé animale et de l inspection des aliments Plan de gestion des situations exceptionnelles Direction générale de la santé animale et de l inspection des aliments Plan de gestion des situations exceptionnelles Direction générale de la santé animale

Plus en détail

Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières

Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières Texte original Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières 0.811.21 Conclu à Strasbourg le 25 octobre 1967 Signé par la Suisse le 25 septembre 1968 Approuvé par l Assemblée fédérale

Plus en détail

Sport pur - Trousse d engagement pour les associations de sport scolaire au Canada

Sport pur - Trousse d engagement pour les associations de sport scolaire au Canada Sport pur - Trousse d engagement pour les associations de sport scolaire au Canada Un guide sur la façon de joindre, vivre et faire grandir Sport pur dans votre province/territoire INTRODUCTION L ÉCOLE

Plus en détail

DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990) John Callaghan, au nom du Fonds

DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990) John Callaghan, au nom du Fonds RÉCLAMATION NO 18669 Province d infection : Ontario État de résidence : Alabama CAUSE DE RENVOI DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990)

Plus en détail

Prise de position des représentants médicaux SSMUS et. SSAR à l OdA Sauvetage: professions d ambulancier diplômé ES et. de technicien ambulancier

Prise de position des représentants médicaux SSMUS et. SSAR à l OdA Sauvetage: professions d ambulancier diplômé ES et. de technicien ambulancier Prise de position des représentants médicaux SSMUS et SSAR à l OdA Sauvetage: professions d ambulancier diplômé ES et de technicien ambulancier La Société suisse de médecine d urgence et de sauvetage (SSMUS)

Plus en détail

Organisation des services médicaux en prison : les UCSA

Organisation des services médicaux en prison : les UCSA La santé en prison informations générales Organisation des services médicaux en prison : les UCSA Au sein de chaque établissement, les soins médicaux sont assurés par une UCSA (unité de consultations et

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES («OCRCVM») MANDAT DU CONSEIL Introduction Le mandat de l OCRCVM est d agir en tant qu organisme d autoréglementation pour le compte

Plus en détail

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie...

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie... Vérification des enquêtes de sécurité sur le personnel RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation Juillet 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte...

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Groupe de travail sur le contrôle des médicaments et les inspections

Groupe de travail sur le contrôle des médicaments et les inspections COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GENERALE ENTREPRISES Marché unique : mise en œuvre et législation des biens de consommation Produits pharmaceutiques : cadre législatif et autorisations de mise sur le marché

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE à être produit par le comité des secrétaires généraux de la Montérégie et de l Estrie Mario Champagne Francine Julien Daniel

Plus en détail

Gestion des envois retournés de façon à orienter les dons des organismes sans but lucratif

Gestion des envois retournés de façon à orienter les dons des organismes sans but lucratif Vos affaires peuvent aller plus loin Juillet 2008 Gestion des envois retournés de façon à orienter les dons des organismes sans but lucratif Les organismes sans but lucratif de toutes sortes se débattent

Plus en détail

Association canadienne de radioprotection PROFIL DES COMPÉTENCES FONDAMENTALES

Association canadienne de radioprotection PROFIL DES COMPÉTENCES FONDAMENTALES Association canadienne de radioprotection Reconnaissance et agrément professionnels PROFIL DES COMPÉTENCES FONDAMENTALES Préparé par : Révisé par : Gary Wilson B.Sc., RTNM, MEd. Comité des professionnels

Plus en détail

KIT BÉNÉVOLES COMMENT GÉRER LES RELATIONS AVEC LA PRESSE. l association qui lutte contre la leucémie. www.laurettefugain.org

KIT BÉNÉVOLES COMMENT GÉRER LES RELATIONS AVEC LA PRESSE. l association qui lutte contre la leucémie. www.laurettefugain.org l association qui lutte contre la leucémie COMMENT GÉRER LES RELATIONS AVEC LA PRESSE KIT BÉNÉVOLES soutenir mobiliser aider la recherche médicale sur les leucémies et les maladies du sang autour des Dons

Plus en détail

Suivi de la vérification interne : Contrats de soutien du cycle de vie du Véhicule blindé léger à roues

Suivi de la vérification interne : Contrats de soutien du cycle de vie du Véhicule blindé léger à roues CAVEAT Revu par le CS Ex conformément à la Loi sur l accès à l information (LAI). Renseignements NON CLASSIFIÉS. de soutien du cycle de vie du Véhicule blindé léger à roues Août 2008 7053-30-12-2 (CS Ex)

Plus en détail

Loi concernant les soins de fin de vie

Loi concernant les soins de fin de vie Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale des services de santé et médecine universitaire Loi concernant les soins de fin de vie Me Marie-Josée Bernardi 15 septembre 2015 Introduction

Plus en détail

Parti libéral du Canada. Le Collège des médecins de famille du Canada

Parti libéral du Canada. Le Collège des médecins de famille du Canada Parti libéral du Canada Le Collège des médecins de famille du Canada Questionnaire sur la position des partis politiques relativement aux principaux enjeux de la médecine familiale Élection fédérale 2011

Plus en détail

Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire

Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire CONSEIL EXÉCUTIF EB138/28 Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire Options pour renforcer le partage d informations sur les produits diagnostiques, préventifs

Plus en détail

Titre du poste Poste du superviseur Code fin. : Directeur des programmes de. Santé. Ministère Division/Région Collectivité Lieu

Titre du poste Poste du superviseur Code fin. : Directeur des programmes de. Santé. Ministère Division/Région Collectivité Lieu 1. IDENTIFICATION N o de poste Titre du poste Poste du superviseur Code fin. : Superviseur des programmes de santé Directeur des programmes de santé Ministère Division/Région Collectivité Lieu Santé Baffin

Plus en détail

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal

Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Renseignements pour les Manitobains handicapés Avertissement légal Les renseignements contenus dans le présent document sont fournis uniquement à titre d information. Bien que le gouvernement du Manitoba

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

Bibliothécaire/Spécialiste de l information PROFIL DE L OPPORTUNITÉ

Bibliothécaire/Spécialiste de l information PROFIL DE L OPPORTUNITÉ Bibliothécaire/Spécialiste de l information PROFIL DE L OPPORTUNITÉ Septembre 2014 Bibliothécaire/Spécialiste de l information Institut canadien pour la sécurité des patients Lieu de travail : bureau d

Plus en détail

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION I. RAISON D ÊTRE ET OBJECTIFS GLOBAUX Le Comité de vérification (le «Comité») aide le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé Vous vous posez beaucoup

Plus en détail

La carte Assure. Tirez le maximum de vos avantages sociaux pour les participants de régime et les personnes à leur charge

La carte Assure. Tirez le maximum de vos avantages sociaux pour les participants de régime et les personnes à leur charge La carte Assure Tirez le maximum de vos avantages sociaux pour les participants de régime et les personnes à leur charge Bienvenue au réseau Assure Demandes de règlement Régler vos frais de médicaments

Plus en détail

Le transport durable Une approche alternative à l emploi et la compétitivité Consultations pré-budgétaires 2012 Le 12 août 2011

Le transport durable Une approche alternative à l emploi et la compétitivité Consultations pré-budgétaires 2012 Le 12 août 2011 Le transport durable Une approche alternative à l emploi et la compétitivité Consultations pré-budgétaires 2012 Le 12 août 2011 L Alliance canadienne pour les véhicules au gaz naturel 350 Sparks Street,

Plus en détail

810.212.4 Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation

810.212.4 Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation Ordonnance sur l attribution d organes destinés à une transplantation (Ordonnance sur l attribution d organes) du 16 mars 2007 (Etat le 1 er juin 2015) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 16, al. 2,

Plus en détail

Vouz pensez avoir besoin de soins de longue durée?

Vouz pensez avoir besoin de soins de longue durée? Vouz pensez avoir besoin de soins de longue durée? CASC du Nord-Ouest Vous pensez avoir besoin de soins de longue durée? Il peut arriver un moment où vous avez besoin d aide pour vos soins de santé ou

Plus en détail

LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES

LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE...3 2. CADRE LÉGAL ET JURIDIQUE...3 3. CHAMP D APPLICATION...3 4. RESPONSABILITÉS...4 4.1... Administrateur

Plus en détail

Vérification d Affaires étrangères et Commerce international Canada

Vérification d Affaires étrangères et Commerce international Canada 12 2 Vérification d Affaires étrangères et Commerce international Canada Table des matières Vérification d Affaires étrangères et Commerce international Canada Résumé...227 Contexte...229 Affaires étrangères

Plus en détail

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL...

Table des matières INTRODUCTION... 3 1. GOUVERNANCE AU SEIN DES INSTITUTIONS APPLIQUANT L APPROCHE STANDARD AU TITRE DU RISQUE OPÉRATIONNEL... CADRE DE TRAVAIL Caisses non membres d une fédération, sociétés de fiducie et sociétés d épargne désirant adopter une approche standard pour le calcul des exigences de fonds propres au titre du risque

Plus en détail

Franco à bord : expédition d'un produit dont les frais de port sont payés par l'expéditeur.

Franco à bord : expédition d'un produit dont les frais de port sont payés par l'expéditeur. DESTINATAIRE : Toutes les unités administratives Émise le : Révisée le : ÉMISE PAR : Direction des ressources financières et des partenariats économiques APPROUVÉE PAR : Directeur de la DRFPEl Date : BUT

Plus en détail

Guide concernant les sympathisants. Hil el ipsa dolo cus aliassi modiatur

Guide concernant les sympathisants. Hil el ipsa dolo cus aliassi modiatur Guide concernant les sympathisants Hil el ipsa dolo cus aliassi modiatur Sympathisants introduction Le Parti libéral du Canada ouvre ses portes à tous les Canadiens qui désirent créer des liens et s engager

Plus en détail

APERÇU GÉNÉRAL DE VOTRE JUMELAGE MÉDECINE FAMILIALE/ MÉDECINE D URGENCE DE 2016 CANDIDATS

APERÇU GÉNÉRAL DE VOTRE JUMELAGE MÉDECINE FAMILIALE/ MÉDECINE D URGENCE DE 2016 CANDIDATS APERÇU GÉNÉRAL DE VOTRE JUMELAGE MÉDECINE FAMILIALE/ MÉDECINE D URGENCE DE 2016 CANDIDATS TABLE DES MATIÈRES L année du jumelage de médecine familiale/médecine d urgence aperçu général...1 L algorithme

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires RÉPONSES AUX QUESTIONS QUE SE POSENT LES PERSONNES EN ATTENTE D UNE GREFFE DE REIN Vous vous posez beaucoup de questions. Le Registre de

Plus en détail

Prière de transmettre aux intéressés dans votre société

Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Personne-ressource : Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Sylvie Poirier Avocate à la mise en application BULLETIN N 3673 514 878-2854 Le 20 septembre 2007 spoirier@ida.ca Discipline

Plus en détail

Vérification des contrôles des rapports financiers

Vérification des contrôles des rapports financiers Vérification des contrôles des rapports financiers DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Février 2012 Western Economic Diversification

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

Introduction. Aperçu de la Loi

Introduction. Aperçu de la Loi Avis de projet de modification du Règlement 329/04 pris en application de la Loi de 2004 sur la protection des renseignements personnels sur la santé précisant le pouvoir de Cybersanté Ontario, à titre

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES GÉNÉRAL. 1. Que signifie l acronyme CRDS? Centre de Répartition des Demandes de Service (CRDS)

QUESTIONS-RÉPONSES GÉNÉRAL. 1. Que signifie l acronyme CRDS? Centre de Répartition des Demandes de Service (CRDS) QUESTIONS-RÉPONSES GÉNÉRAL 1. Que signifie l acronyme CRDS? Centre de Répartition des Demandes de Service (CRDS) 2. Pourquoi avoir mis un tel centre de répartition en place? Le CRDS de l Ouest a été mis

Plus en détail

Énoncé du vérificateur... 1

Énoncé du vérificateur... 1 Vérification des services de sous-traitance RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation 11 juin 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte... 2 But et

Plus en détail

La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces

La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces Synthèse des besoins et recommandations Dans le document «La prévention du suicide au Québec : Mettre en œuvre les mesures efficaces»,

Plus en détail

Agence de la consommation en matière financière du Canada Plan stratégique 2014-2019

Agence de la consommation en matière financière du Canada Plan stratégique 2014-2019 Agence de la consommation en matière financière du Canada Plan stratégique 2014-2019 Notre organisation L Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC) est un organisme fédéral créé

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable

Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux. Autorisation préalable Information sur les programmes d autorisation préalable, de pharmacie désignée et de gestion des dossiers médicaux La présente feuille de renseignements vise à fournir de l information sur le processus

Plus en détail

PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009)

PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009) CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009) Mission de la Société

Plus en détail

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels Texte de la communication présentée par la secrétaire générale du SIDIIEF à l occasion de la VII e conférence des ONG et OSC, 24 juin 2010, Genève, Suisse Atelier Promotion et diffusion des droits économiques,

Plus en détail

Les dons vivants. Un sujet à explorer

Les dons vivants. Un sujet à explorer Les dons vivants Un sujet à explorer Table des matières Introduction Pourquoi les dons d organes sont si importants? Face aux faits Le taux de succès des transplantations rénales est très élevé Qu est-ce

Plus en détail

Préfecture de la Gironde

Préfecture de la Gironde Protocole relatif au fonctionnement des établissements conchylicoles en période de crise phyco-toxinique permettant la vente de coquillages mis en stockage protégé ou issus de zones non concernées. Préfecture

Plus en détail

Mandat du Conseil des ingénieurs en chef

Mandat du Conseil des ingénieurs en chef Association des transports du Canada Mandat du Conseil des ingénieurs en chef Énoncé de mission Le Conseil des ingénieurs en chef de l Association des transports du Canada offre une tribune d excellence

Plus en détail

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014

RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 RÉPONSE DU SERVICE CORRECTIONNEL DU CANADA À L ENQUÊTEUR CORRECTIONNEL SUITE À SA CORRESPONDANCE DU 10 JANVIER 2014 MISE À JOUR DE L ENQUÊTE À L ÉTABLISSEMENT KENT (mars 2014) La gestion des ressources

Plus en détail

AVON. Le programme de soutien et d entretien préventif des pièces assure le fonctionnement des systèmes de convoyeurs critiques en périodes de pointe

AVON. Le programme de soutien et d entretien préventif des pièces assure le fonctionnement des systèmes de convoyeurs critiques en périodes de pointe AVON Le programme de soutien et d entretien préventif des pièces assure le fonctionnement des systèmes de convoyeurs critiques en périodes de pointe L automatisation à son meilleur Le programme de soutien

Plus en détail

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur CODE DE CONDUITE DU SERVICE DE PLACEMENT DE L UNIVERSITÉ LAVAL (SPLA) RÉGISSANT L ENCADREMENT DES STAGES DE LA FACULTÉ DES SCIENCES ET DE GÉNIE (FSG) EN MILIEU DE TRAVAIL ARTICLE 1 ARTICLE 2 ARTICLE 3

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé UN DON DE REIN DE

Plus en détail

Plan d activités de 2015-16

Plan d activités de 2015-16 Plan d activités de 2015-16 Introduction Le vérificateur général du Nouveau-Brunswick (VGNB) est un bureau indépendant qui sert l Assemblée législative du Nouveau-Brunswick. La vérificatrice générale aide

Plus en détail

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur

Admissibilité à un stage. Obligations de l étudiant Obligations de l employeur CODE DE CONDUITE DU SERVICE DE PLACEMENT DE L UNIVERSITÉ LAVAL (SPLA) RÉGISSANT L ENCADREMENT DES STAGES DU BACCALAURÉAT EN ADMINISTRATION DES AFFAIRES DE LA FACULTÉ DES SCIENCES DE L ADMINISTRATION (FSA)

Plus en détail