ALPINE GENTRIFICATION: THE NEW UNEVEN SPATIAL DEVELOPMENT DIFFERENT CONCEPTS TO EXPLAIN MIGRATIONS TO THE COUNTRYSIDE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ALPINE GENTRIFICATION: THE NEW UNEVEN SPATIAL DEVELOPMENT DIFFERENT CONCEPTS TO EXPLAIN MIGRATIONS TO THE COUNTRYSIDE"

Transcription

1 ALPINE GENTRIFICATION: THE NEW UNEVEN SPATIAL DEVELOPMENT DIFFERENT CONCEPTS TO EXPLAIN MIGRATIONS TO THE COUNTRYSIDE GENTRIFICATION ALPINE : LA NOUVELLE INEGALITE SPATIALE CONCEPTS DIFFERENTS A EXPLIQUER LES MIGRATIONS VERS L ESPACE «RURAL» Perlik, Manfred UMR PACTE, 14 avenue Marie Reynoard F Grenoble Résumé Alpine gentrification: The new uneven spatial development Different concepts to explain migrations to the countryside With global mobility, temporal and permanent migration to the countryside has tremendously increased. Precisely it is a heterogeneous phenomenon in the form of commuting, permanent and temporary migration or contemporaneous multilocality. Each of these forms has manifold regional variations. Yet, it has some important commonalities. These commonalities concern the rise of tertiarised metropolitan economies, the relocation of industrial manufacturing into new peripheries, the commodification of landscapes, the development of rentseeking economies and the differentiation of lifestyle with segregated forms of living. Because of the heterogeneous situation on different continents and because of different disciplines implicated, there is a varied discourse of researchers and practitioners. The range of explanation reaches from personal hedonistic preferences to global economic processes. The validation of impacts reaches from environmental issues via renewed economic activity to the degradation of territorial capital. What is missing is the validation of the different approaches to estimate short and mid-term consequences of these new forms of spatial use. With examples from USA, Switzerland and Japan the paper presents three case studies with the underlying theoretical approach and tries to reveal specific strength and weaknesses of the theories. The thesis of this presentation states that the affected regions are neither rural nor ex-urban but integrated in a global process of metropolisation. The new spatial disparities cannot be seized by nominal indicators of prosperity but have to be seen in the devaluation of territorial capital, limited degrees of action and asymmetric power relations with large scale appropriation of resources. 1

2 This raises the question which means of intervention might be appropriate to steer these processes. Some hints are given which should be deepened in the discussion. Mots-clés Métropolisation, migration d agrément, multilocalité, développement spatial inégal Introduction 1. Le phénomène : le domicile dans la zone de montagne définitions et démarcations Le but de cette contribution est d avancer d un pas dans la formulation de nouvelles questions de recherche avec le but de mieux comprendre et influencer la nouvelle exploitation de l espace dans les régions de montagne. Déplacer le domicile vers des régions autrefois rurales, attractives comme paysages est un phénomène mondial. En témoigne une littérature abondante, chaque année en augmentation; différentes disciplines s en occupent et ont leur propre point de vue, leur logique de pensées et leur nomenclature. En gros on peut distinguer trois pistes a. La recherche sur les motivations, en particulier du point de vue de l anthropologie sociale et de la psychologie de l environnement. Cette tendance inclut l approche des migrations d agrément (Moss, 2006), l étude de l évolution du phénomène culturel en tant que conséquence des nouvelles mobilités techniques et sociales (résidence multi-locale : voir WEICHHART, 2009 ; migration de mode de vie : MCINTYRE, 2009) mais aussi la différenciation du tourisme et sa transformation en post-tourisme (BOURDEAU, 2009). b. L étude des ressources, sous forme d évaluation des impacts ou dans le cadre des consultations régionales visant à établir des stratégies, notamment pour la planification de l espace et la gestion du territoire régional (GLORIOSO, 2009 ; CHIPENIUK, 2006, RASKER ET AL., 2009 etc.). L économie environnementale fait partie de cette branche (RUDZITIS, 1999). c. Le point de vue de la géographie économique et l analyse des asymétries du pouvoir : concernant le contrôle de l espace, des dynamiques de déplacement et de compétition régionale, de l appropriation du territoire et des phénomènes d inclusion et d exclusion ; tous ces aspects sont devenus connus sous les appellations-clés de «justice sociale» (HARVEY, 1973), de «développement spatial inégal» (SMITH, 1984) et de «justice spatiale» (SOJA, 2010). En partant de réflexions fondamentales sur les nouveaux habitants dans les Alpes je voudrais lancer une discussion sur le prolongement de la recherche sur la migration d agrément respectivement les nouveaux habitants multilocaux. Les pratiques décrites par les différentes disciplines ne sont pas identiques, au contraire elles sont assez hétérogènes. Il existe toujours un lien entre la résidence et autres secteurs économique et autres pratiques socioculturelles : a. Certaines formes de tourisme comme la location de résidences de vacances doivent être prises en considération, parce qu elles se manifestent souvent ensemble avec la propriété d une maison de vacances. b. Le «beau paysage» est souvent au centre de l argumentation des résidents, mais en réalité, le lieu de résidence dépend directement ou indirectement d un salaire ou une rente. c. Dans les régions de montagne en particulier, la recherche d une résidence exige une offre correspondante, c est-à-dire l activité d agents immobiliers impliqués. d. La résidence dans les zones de montagne peut être d une durée variable et d une intensivité différente. Cela dépend si les habitants sont actifs dans leur profession ou retraités, s ils ont un ou plusieurs domiciles et où se trouve leurs centre de vie. Par conséquent on peut distinguer trois formes de résidence : 2

3 1. la migration: on cherche un endroit qu on a choisi comme futur centre de vie (pour travailler ou pour la fin de la vie). 2. Faire la navette longue distance: le centre de vie se trouve encore et toujours en ville (par le lieu de travail ou l offre culturel), le domicile par contre à la campagne ou dans les montagnes. 3. La résidence multilocale: Ici aussi, le centre de vie se trouve en ville; on a accès à une ou plusieurs habitations (temporaires) dans une autre ville, au bord de mer ou dans les montagnes. Comme nous l avons dit une restriction à certains phénomènes n est pas possible, parce que différents phénomènes font apparition en même temps. Il y a des niveaux et des formes différentes: Il y a la résidence secondaire visitée tous les week-ends, il y la navette entre différentes métropoles et endroits (dans la variante luxueuse par ex. Washington- Paris- Maroc) et il y a la hacienda en Amérique du Sud, où un PDG dirige son entreprise dans l hémisphère nord. Le lien économique se trouve là, où il y a la valeur ajoutée. C est la différentiation entre une économie productive (les valeurs ajoutées sont produits sur place) et une économie résidentielle (les habitants consument des salaires ou des rentes générées en dehors de leur lieu de résidence). Mais ici de même les jonctions sont flexibles. Les domiciles attractifs sont seulement des domiciles, qui ont près de chez eux en grande mesure des prestations de services. Et des domiciles importants peuvent développer sur place des prestations de services. Les lieus au début strictement résidentielles peuvent développer une filière de service forte avec nombre de postes pendent ce développement. Une restriction supplémentaire (encore plus importante) doit être faite: A quelle distance doit être fait le périmètre, qu est ce qui est à l intérieur ou à l extérieur. Autrement dit: Si les communes dortoirs à l intérieur d une agglomération passent pour à l intérieur, où sont alors les limites et qu est ce qui passe pour se trouver à l extérieur? Mais cette objection ne change rien que cette distinction des phénomènes selon l endroit de la valeur ajoutée est assez utile. Deuxième partie 2.1 La question fondamentale: Besoin universel ou nouveau bien de consommation? En suivant nous voulons analyser: S agit-il concernant les nouvelles formes d habitations (a) d un besoin universel, d une qualité universelle que tout le monde veut avoir et que se développe comme droit de l homme ou est-ce que l habitation dans les régions de montagne est plutôt (b) un nouveau bien de consommation qui se manifeste seulement sous certaines conditions sociales. La question est importante de plusieurs points de vue pour interpréter exactement les motifs des nouveaux habitants des montagnes: S agit-il d un changement de préférence de durée (à cause de nouvelles obligations ou de nouvelles possibilités)? Ou s agit-il de nouveaux biens de consommation dans un panier de marchandises plus élargi, sous conditions historiques et spatiales spécifiques pour les nouvelles classes moyennes des pays riches et les élites des pays pauvres? Sur cette base il est possible, de juger les effets et les stratégies du développement régional. S il s agit avec le nouvel habitat dans les montagnes d une qualité universelle, comparable au toit sur la tête, l approvisionnement d eau ou l accès aux soins médicaux en cas de maladie, alors on faudrait viser un approvisionnement de domiciles dans des paysages attractifs selon des valeurs esthétiques-universelles pour tous (toute la population). Si par contre il s agit d une nouvelle marchandise (une valeur de position, ou un capital symbolique) alors ce capital symbolique dépend des processus de marché. Il faudra donc surtout rechercher les effets de l exploitation et de contrôler, si les signaux du marché reflètent d une façon correcte les proportions de pénurie. Nos recherches en Suisse, mais aussi l évolution dans d autres pays européens montrent que l attraction vers la ville est ininterrompue. Les prestations de service hautes de gamme s installent dans les villes centres, les employés cadres se dirigent vers les aires métropolitaines les plus importantes, de suite les grandes villes proposent les meilleures chances aussi pour des personnes avec peu de formation. Communication, interaction et les réseaux professionnels sont plus importants que la tranquillité et la contemplation. 3

4 2.2 Exemples Trois exemples devraient démontrer ces processus : a. la Suisse : les flux démographiques pendant les dernières décennies montrent la périurbanisation du pays, en particulier l élargissement vers les communes à proximité des Alpes. Dans les années 2000 émergent des nouvelles agglomérations de loisirs qui se développe dans la forme d un métissage entre station touristique et station résidentielle. Se développent des nouvelles disparités qui sont liées à la réputation. b. l Amérique du Nord : Les anciennes petites villes minières ont transformées en lieux de résidence secondaires. Le modèle fonctionne selon une division spatiale à grande échelle entre zones productives (métropoles prospérant ou zones industrialisées (extraction des sables au goudron) et zones résidentielles respectivement zones de loisirs. Actuellement ces tendances sont freinées par la crise financière. c. le Japon : En Japon ce sont les plaines et les bassins intra-montagnes qui sont peuplés très dense ; les autres aires de montagne sont inhabité ou en voie de dépopulation. Contrairement à la situation en Europe, la dispersion de la zone construit («l étalonnement urbain»), se produise de façon inverse par le dépeuplement des zones construit du au vieillissement. Les zones de montagne sont devenu des aires de réserve pour l implantation des nouveaux migrants, déplacés des plaines inondés par le tsunami. Bilan : Avec des exemples on peut déduire: L utilisation de la nature et la préférence pour certains paysages sont changeantes dans l histoire et selon la région. Là, où de nouvelles couches d habitants déménagent dans les zones de montagne pour créer leur centre de vie, elles utilisent de nouvelles niches (comme réfugiés, couches peu aisées) ; ou elles maintiennent leur centre de vie dans la ville centre et utilisent les paysages de montagne comme nouveaux besoins de consommation (les nouvelles classes moyennes). Elles trouvent une nouvelle offre, qui est possible avec une nouvelle structure économique et une autre population dans les régions d accueil. Ici un nouveau choix d immobilier est possible. Dans les régions d accueil les nouveaux habitants changent en plus les structures économiques et les structures des habitants. Les régions d accueil peuvent ainsi dans le cadre de la division spatiale de fonctions assumer des nouvelles fonctions économiques et sociales. La question des forces motrices peut être ainsi clarifiée, ainsi que la question si avec les nouvelles préférences il s agit d un changement de paradigmes, ou non. Je pense que non. 2.3 Quelles questions doivent être traitées, pour avoir des réponses au besoin d action? La question se pose: De quelle façon les nouvelles structures des économies résidentielles profitent-elles aux régions dans le long terme? Comment cette forme de la division de travail spatial et fonctionnel a-t-elle un développement pérenne? Jusqu où peut-on apprécier le besoin des agréments comme besoin durable et quelles nouvelles formes économiques vont être développés? Du point de vue théorique voici l évaluation suivante: Les aires métropolitaines sont les gagnants en raison de leurs économies de taille. Les aires dites rurales ou montagnard délivrent les unicités aux aires métropolitaines et gagnent du support financier. Les ressources spécifiques des régions de montagne s épuisent. Un renouvellement avec des nouvelles ressources spécifiques est incertain. Cela veut dire une inclusion des régions des montagnes dans la zone fonctionnelle d influence des aires métropolitaines et une dégradation du capital territorial existant. Dans certains cas cette évolution peut être considérée comme «enlèvement territorial», d une façon analogue comme le land grabbing des matières premières en Afrique et en Asie. L évolution décrite offre quand même de nouvelles possibilités. A long terme les économies résidentielles sont seulement possibles, s il y a au lieu de résidence une offre séduisante de prestation de service. La division conséquente en économies productives et économies résidentielles ne peut être maintenue à long terme. Donc, 4

5 pour les recherches des conséquences concrètes de l économie résidentielle dans les régions de montagne il faut faire de la recherche empirique, qui dépasse la recherche sur la motivation des nouveaux habitants. Ces recherches doivent être faites au niveau des communes. Conclusion Nouvelles pistes de recherche et nouveaux plans de recherche Des nouveaux projets de recherche sont nécessaires avec une focalisation sur les futures trajectoires des régions de montagne selon les critères suivants : 1. Changement de perspective : De la perception des résidents nouveaux à l activité des acteurs de naissance et leurs pratiques à maintenir la dynamique régionale avec les nouveaux habitants. 2. Après l analyse des flux d argent : Qu est-ce que les communes développent comme systèmes productifs locaux? 3. Que-ce que sont les liens entre les zones de montagne et les métropoles et que-ce que sont les conditions pour une urbanisation spécifique à la montagne? Donc, je propose un changement de la perspective : Envers le débat sur la migration d agrément je propose une réorientation sur les acteurs de terroir et leurs capacités à intégrer les nouveaux habitants. Les nouvelles politiques régionales qui visent à améliorer la capacité d innovation des économies productives en zone de montagne ont des limites ; on voit la même chose pour les économies résidentielles. On doit réunir les lieux résidentiels et les lieux productifs. Bibliographie BOURDEAU P., 2009: Amenity Migration as an Indicator of Post-Tourism. In: Moss et al.: CHIPENIUK R., 2006: Planning for Amenity migration in Communities of The British Columbia Hinterland. In: Moss: COGNARD F., 2006: The role of socio-demographic reconstitution in the new rural dynamics: the example of Diois. Méditerranée 107: DAVEZIES L., 2009 : L économie locale «résidentielle». Géographie Économie Société. Vol. 11 : DESSEMONTET P./JARNE A./SCHULER M., 2009 : Suisse romande Les facettes d'une région affirmée. Lausanne. FUSCO G./SCARELLA F., 2010: Processus de métropolisation et ségrégation socio-spatiale. Analyse des flux de mobilités résidentielles en PACA. Communication AISRe/ASRDL, Aoste, septembre. GUIMOND L./SIMARD M., 2010: Gentrification and neo-rural populations in the Quebec countryside: representations of various actors, Journal of Rural Studies. GLORIOSO R., 2009: Toward A Strategy for Managing Amenity Migration: The Role of Multiple Future Scenarios. Die Erde 140(3): GOSNELL H./ABRAMS J., 2009: Amenity migration: diverse conceptualizations of drivers, socioeconomic dimensions, and emerging challenges. GeoJournal. URL : ( ) HARVEY D., 1982: The limits to capital. Basil Blackwell. Oxford. MCINTYRE N., 2009: Rethinking Amenity Migration: Integrating Mobility, Lifestyle and Social-Ecological Systems. Die Erde 140(3) : Moss L.A.G., ed., 2006: The Amenity Migrants: Seeking and sustaining Mountains and their Cultures. Wallingford/UK, Cambridge/USA, CABI. NEPAL S., 2011 : Resort-induced Changes in Small Mountain Communities in British Columbia, Canada. Mountain Research and Development 31(2) :

6 PECQUEUR B., 1996 : Processus cognitifs et construction des territoires économiques. Dans: GUILHON, B./HUARD P./ORILLARD M./ZIMMERMANN J.B. : La Connaissance dans la dynamique des organisations productives. Paris : L'Harmattan. PECQUEUR B., 2007 : L'économie territoriale : une autre analyse de la globalisation. L'Économie politique 33(1). PERLIK M., 2006: The Specifics of Amenity migration in the European Alps. In: MOSS: PERLIK M., 2010: Leisure landscapes and urban agglomerations. Disparities in the Alps. In: BORSDORF A. et al.: Wien. PERLIK M., 2011: Gentrification alpine : Lorsque le village de montagne devient un arrondissement métropolitain. Les nouveaux résidents partagés entre amour du paysage et capital symbolique. Revue de Géographie Alpine 99(1). PETITE M./CAMENISCH M., 2010: Trajectoires résidentielles dans les montagnes suisses. Genève. RASKER R./GUDE P./ GUDE J./VAN DEN NOORT J., 2009: The economic importance of air travel in high-amenity rural areas. Journal of Rural Studies 25(3): RUDZITIS G., 1999: Amenities increasingly draw People to the rural West. Rural Development Perspectives : 14(2) : SOJA E., 2010: Seeking Spatial justice. Minneapolis: University of Minnesota Press. SMITH N., 1984, 2008: Uneven Development. Nature, Capital, and the Production of Space. Athens, Georgia. The University of Georgia Press. VACCARO I./BELTRAN O., 2009: The mountainous space as a commodity: the Pyrenees at the age of globalization. Revue de géographie alpine, 97(3). WEICHHART P., 2009: Multilokalität - Konzepte, Theoriebezüge und Forschungsfragen. Inform. z. Raumentwicklung 1-2:

ICA Congress, Brisbane 2012 Thème général : Les temps qui changent. La confiance et les archives*

ICA Congress, Brisbane 2012 Thème général : Les temps qui changent. La confiance et les archives* ICA Congress, Brisbane 2012 Thème général : Les temps qui changent. La confiance et les archives* Titre : Un résumé de la pratique archivistique internationale adaptée au niveau local : manuel pratique

Plus en détail

les évolutions récentes

les évolutions récentes DE L ADEUS les évolutions récentes dans le BAS-RHIN : des territoires plus spécialisés et plus interdépendants 92 DéCEMBRE 2012 TRANSVERSAL Illustration : ADEUS, 2012 Depuis le milieu des années 1970,

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES Tableau de bord des indicateurs financiers Première Partie Situation financière globale du Système

Plus en détail

REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA

REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA REVITALIZING THE RAILWAYS IN AFRICA Contents 1 2 3 4 GENERAL FRAMEWORK THE AFRICAN CONTINENT: SOME LANDMARKS AFRICAN NETWORKS: STATE OF PLAY STRATEGY: DESTINATION 2040 Contents 1 2 3 4 GENERAL FRAMEWORK

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

A v a n t a g e s e n n a t u r e

A v a n t a g e s e n n a t u r e 17/06/2015 www.bdo.lu A v a n t a g e s e n n a t u r e L imposition des avantages en nature au Luxembourg est basée sur le principe général selon lequel tous les avantages, tant en espèces qu en nature,

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Département du Morbihan Commune de l Ile aux Moines Plan Local d Urbanisme Pièce n 2 : Projet d Aménagement et de Développement Durable Vu pour être annexé à la délibération du 19 mars 2014 Le Maire, Dossier

Plus en détail

Programme scientifique MUST

Programme scientifique MUST Programme scientifique MUST Management of Urban Smart Territories 03/06/2014 Claude Rochet - Florence Pinot 1 Qu est-ce qui fait qu une ville est «smart»? Ce n est pas une addition de «smarties»: smart

Plus en détail

LE DOUBLE MARCHÉ DE FAIT EN CORSE : DISCUSSION À PARTIR DU MARCHÉ FONCIER AGRICOLE. Sauveur GIANNONI* Caroline TAFANI**

LE DOUBLE MARCHÉ DE FAIT EN CORSE : DISCUSSION À PARTIR DU MARCHÉ FONCIER AGRICOLE. Sauveur GIANNONI* Caroline TAFANI** LE DOUBLE MARCHÉ DE FAIT EN CORSE : DISCUSSION À PARTIR DU MARCHÉ FONCIER AGRICOLE Sauveur GIANNONI* Caroline TAFANI** * Maître de Conférences en économie ** Maître de Conférences en géographie PLAN DE

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

LA PLACE ET LE RÔLE DE L AGRICULTURE A LA PERIPHERIE DES VILLES MOYENNES Le cas des villes d Annecy, Bourg-en-Bresse, Montbrison et Romans-sur-Isère

LA PLACE ET LE RÔLE DE L AGRICULTURE A LA PERIPHERIE DES VILLES MOYENNES Le cas des villes d Annecy, Bourg-en-Bresse, Montbrison et Romans-sur-Isère LA PLACE ET LE RÔLE DE L AGRICULTURE A LA PERIPHERIE DES VILLES MOYENNES Le cas des villes d Annecy, Bourg-en-Bresse, Montbrison et Romans-sur-Isère CLÉMENT ARNAL Cette thèse s inscrit dans un contexte

Plus en détail

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S Il est courant pour les employeurs d octroyer à leurs employés des prêts préférentiels ou des subventions d intérêts. L économie

Plus en détail

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S

A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S 08/05/2015 www.bdo.lu A I D E F I N A N C I È R E P O U R É T U D E S S U P É R I E U R E S La loi du 24 juillet 2014 concernant l aide financière de l Etat pour études supérieures est entrée en vigueur

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

Appel à contributions Revue Des Hautes Terres, n 5

Appel à contributions Revue Des Hautes Terres, n 5 Appel à contributions Revue Des Hautes Terres, n 5 Repenser l habitat dans les pays tropicaux : Le défi du logement entre crises identitaires, «modernité» et conflits territoriaux Numéro coordonné par

Plus en détail

Où sont les Hommes sur la Terre

Où sont les Hommes sur la Terre Où sont les Hommes sur la Terre Introduction : Notre planète est constituée de régions peuplées et d autres qui sont presque vides, ainsi 90% de la population vit dans l hémisphère nord. Dans certains

Plus en détail

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES 13 European Economic and Social Committee Comité économique et social européen 13 This publication is part of a series of catalogues published in the context of

Plus en détail

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Centre d Etudes et de Recherches Internationales et Communautaires (CERIC), UMR 7318 CNRS / Aix-Marseille University JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Vanessa

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Le projet de recherche : fonctions, pratiques et enjeux. Bernard Schneuwly Université de Genève

Le projet de recherche : fonctions, pratiques et enjeux. Bernard Schneuwly Université de Genève Le projet de recherche : fonctions, pratiques et enjeux Bernard Schneuwly Université de Genève Faire de la science Une institution sociale avec des règles Une règle fondatrice: l évaluation par les pairs

Plus en détail

Nos Métiers. Historique. Notre Vision. Notre Mission

Nos Métiers. Historique. Notre Vision. Notre Mission Historique 1958 : Création de la SMMO : Minoterie de blé tendre à Oujda. Première minoterie cotée en bourse entre 1972 et 1980. 1989 : Création de la société COPATES ; première unité industrielle de production

Plus en détail

Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé

Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé Laurie Guimond Coordonnatrice de recherche, INRS Doctorante en géographie, U. d Ottawa Myriam Simard Professeure, INRS Atelier

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan»

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan» ESHA «Création de 4 Ecoles Supérieures Hôtelières d'application» R323_esha_FT_FF_sup_kaza_fr R323 : Fiche technique «formation des enseignants du supérieur» «Rénovation des curricula de l enseignement

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

How to Login to Career Page

How to Login to Career Page How to Login to Career Page BASF Canada July 2013 To view this instruction manual in French, please scroll down to page 16 1 Job Postings How to Login/Create your Profile/Sign Up for Job Posting Notifications

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

ERA-Net Call Smart Cities. CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN

ERA-Net Call Smart Cities. CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN ERA-Net Call Smart Cities CREM, Martigny, 4 décembre 2014 Andreas Eckmanns, Responsable de la recherche, Office Fédéral de l énergie OFEN Une Smart City, c est quoi? «Une Smart City offre à ses habitants

Plus en détail

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Missions Registration Information Payment of allowances Support for job seekers Assistance to companies for their recruitment Establishment

Plus en détail

Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi

Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi Agence de développement et d urbanisme de Lille Métropole 29 mars 2012 Le plan régional de développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale : mode d emploi www.adt-ato.be Qui sommes-nous? Partager

Plus en détail

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE CETMO-ASE Version 08.01 Année de référence 2008 Février 2013 BASE DE DONNÉES DES ASPECTS SOCIOÉCONOMIQUES EN MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

Plus en détail

Institut de recherche multidisciplinaire focalisé sur le développement durable urbain

Institut de recherche multidisciplinaire focalisé sur le développement durable urbain Future Cities Laboratory Institut de recherche multidisciplinaire focalisé sur le développement durable urbain Ian Smith Journée d information, Holcim, le 9 octobre 2013 Suisse - Singapour Similarités

Plus en détail

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION

REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION REMOTE DATA ACQUISITION OF EMBEDDED SYSTEMS USING INTERNET TECHNOLOGIES: A ROLE-BASED GENERIC SYSTEM SPECIFICATION THÈSE N O 2388 (2001) PRÉSENTÉE AU DÉPARTEMENT D'INFORMATIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE

Plus en détail

Défis de l interdisciplinarité. Professeur Roderick J. Lawrence Université de Genève

Défis de l interdisciplinarité. Professeur Roderick J. Lawrence Université de Genève Défis de l interdisciplinarité Professeur Roderick J. Lawrence Université de Genève Qu est l interdisciplinarité? Selon Jean Piaget, il y a trois modes : Echange et intégration d information Echange et

Plus en détail

Module Title: French 4

Module Title: French 4 CORK INSTITUTE OF TECHNOLOGY INSTITIÚID TEICNEOLAÍOCHTA CHORCAÍ Semester 2 Examinations 2010 Module Title: French 4 Module Code: LANG 6020 School: Business Programme Title: Bachelor of Business Stage 2

Plus en détail

Smart Cities :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen?

Smart Cities :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen? :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen? Jacques Teller! Urbanisme et d aménagement du territoire! Université de Liège, LEMA!! Colloque SMART Village et territoire RURAL Quelques éléments

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche Pathways for effective governance of the English Channel Prochaines étapes vers une gouvernance efficace de la Manche Next steps for effective

Plus en détail

LADIES IN MOBILITY. LIVE TWEET Innovative City

LADIES IN MOBILITY. LIVE TWEET Innovative City LIVE TWEET Innovative City 1. LadiesinMobility @LadiesMobility19 Juin In Smart Cities, we should create a collaborative model #smartcity #icc2013 2. LadiesinMobility @LadiesMobility19 Juin Cities like

Plus en détail

Innovative urban mobility

Innovative urban mobility Innovative urban mobility Dominique LAOUSSE RATP/Prospective and Innovative Design INTA 33- Innovative urban environments 2009, october 5 th C-K Theory Not pure creativity Not pure strategic planning Not

Plus en détail

Opération d intérêt national Bordeaux Euratlantique. Point d étape

Opération d intérêt national Bordeaux Euratlantique. Point d étape Opération d intérêt national Bordeaux Euratlantique Point d étape Une feuille de route initiale Un enjeu économique : - créer un centre d affaires européen (tertiaire supérieur) - faire un effet levier

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

I L urbanisation dans le monde. A L augmentation de la population urbaine au XXème siècle

I L urbanisation dans le monde. A L augmentation de la population urbaine au XXème siècle Habiter les villes I L urbanisation dans le monde A L augmentation de la population urbaine au XXème siècle Taux d urbanisation Taux d urbanisation (projection 2015) Évolution du nombre de villes de plus

Plus en détail

UNIVERSITE D'EVRY VAL D'ESSONNE Référence GALAXIE : 4062

UNIVERSITE D'EVRY VAL D'ESSONNE Référence GALAXIE : 4062 UNIVERSITE D'EVRY VAL D'ESSONNE Référence GALAXIE : 4062 Numéro dans le SI local : 06 MCF 0413 Référence GESUP : Corps : Maître de conférences Article : 26-I-1 Chaire : Non Section 1 : 06-Sciences de gestion

Plus en détail

SOUTENIR LA COHESION SOCIALE ET LES SOLIDARITES TERRITORIALES

SOUTENIR LA COHESION SOCIALE ET LES SOLIDARITES TERRITORIALES SOUTENIR LA COHESION SOCIALE ET LES SOLIDARITES TERRITORIALES Les inégalités sociales, creusées par les impacts de la crise économique, accentuent les écarts entre les territoires et compliquent le rôle

Plus en détail

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B

La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B La segmentation et le ciblage : principaux piliers de la stratégie Marketing de l entreprise Par M.B Pour bien servir son marché, une entreprise doit mettre en œuvre une démarche en trois temps : segmentation,

Plus en détail

8 Certifications Minergie

8 Certifications Minergie 8 Chapitre 8 Être Minergie, est-ce aussi être «autrement»? Pour de nombreux acteurs du marché immobilier, un label de durabilité devrait s accompagner d une appréciation de la valeur de leur immeuble,

Plus en détail

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile

RÉSUMÉ DE THÈSE. L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile RÉSUMÉ DE THÈSE L implantation des systèmes d'information (SI) organisationnels demeure une tâche difficile avec des estimations de deux projets sur trois peinent à donner un résultat satisfaisant (Nelson,

Plus en détail

OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT

OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT ÉVALUER LE COÛT D ATTEINTE DE LA CIBLE 10 SUR L EAU ET L ASSAINISSEMENT Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et la Cible 10 sur l eau et l assainissement A l occasion du Sommet du Millénaire

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

THE JOHN LYON SCHOOL. MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011

THE JOHN LYON SCHOOL. MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011 THE JOHN LYON SCHOOL MODERN LANGUAGES DEPARTMENT 13+ ENTRANCE EXAMINATION January 2011 Section 1: Reading (20 mins) Section 2: Writing (25 mins) Important: Answer all the questions on the question paper

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Leçon n 3 : «Les mobilités humaines»

Leçon n 3 : «Les mobilités humaines» Leçon n 3 : «Les mobilités humaines» Introduction : Le XXè siècle a connu plus de déplacements de personnes qu aucune autre période. Les migrations peuvent être internes aux pays ou bien régionales et

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Ce manuel est écrit pour les utilisateurs qui font déjà configurer un compte de courrier électronique dans Mozilla Thunderbird et

Plus en détail

Vers plus de multimodalité

Vers plus de multimodalité TC 2.2 : Improved Mobility in Urban Areas Vers plus de multimodalité François Rambaud - VOI/CGR 3 décembre 2014 www.certu.fr Sommaire Rappel des objectifs du comité technique 2.2 Sous-groupe 2.2.1 : stratégies

Plus en détail

SCHOLARSHIP ANSTO FRENCH EMBASSY (SAFE) PROGRAM 2015-2 APPLICATION FORM

SCHOLARSHIP ANSTO FRENCH EMBASSY (SAFE) PROGRAM 2015-2 APPLICATION FORM SCHOLARSHIP ANSTO FRENCH EMBASSY (SAFE) PROGRAM 2015-2 APPLICATION FORM APPLICATION FORM / FORMULAIRE DE CANDIDATURE Note: If there is insufficient space to answer a question, please attach additional

Plus en détail

«Changer» De la contemplation des objets à l offre d expériences

«Changer» De la contemplation des objets à l offre d expériences «Changer» De la contemplation des objets à l offre d expériences Entretiens du Centre Jacques Cartier Musée des beaux-arts de Montréal. 7 octobre 2004 Raymond Montpetit Université du Québec à Montréal

Plus en détail

Industrial Phd Progam

Industrial Phd Progam Industrial Phd Progam Catalan Government: Legislation: DOGC ECO/2114/2012 Modification: DOGC ECO/2443/2012 Next: Summary and proposal examples. Main dates March 2013: Call for industrial Phd projects grants.

Plus en détail

Energie et morphologie : vers la perdurabilité de la forme urbaine? Généralités et transports. Luc Adolphe

Energie et morphologie : vers la perdurabilité de la forme urbaine? Généralités et transports. Luc Adolphe Energie et morphologie : vers la perdurabilité de la forme urbaine? Généralités et transports Luc Adolphe RÉDUCTION DES BESOINS ÉNERGÉTIQUES DANS LES TRANSPORTS. Contexte : Densité, Mobilité Réduire

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

BREST LILLE LYON NICE ROUEN

BREST LILLE LYON NICE ROUEN BORDE BREST AUX IS D PAR GRAN BLE GRENO LILLE LYON EILLE MARS ER PELLI T N O M ES NANT NICE ES RENN ROUEN BOURG STRAS USE TOULO COMMUNIQUÉ DE PRESSE SIMI 2014 L immobilier de bureaux et l attractivité

Plus en détail

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population Description des variables de la base de données a. Attractivité démographique pour les différents types de population Sources : Recensements de 1962 à 2006 et Clap 2007 - a01_popmoy62, a01_popmoy68, a01_popmoy75,

Plus en détail

Enseignement Vocationnel sur les Operations de Business to Business

Enseignement Vocationnel sur les Operations de Business to Business Enseignement Vocationnel sur les Operations de Business to Business 2009-1-TR1-LEO05-08630 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Enseignement Vocationnel sur les Operations de Business to Business

Plus en détail

Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy

Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy Ms. Martine Boutary, PhD Lecturer at the Toulouse Business School, m.boutary@esc-toulouse.fr

Plus en détail

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Intervention n 7.1 Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Jean-Pierre Nicolas - directeur adjoint du Laboratoire d Economie des Transports La présentation que je vais faire [diapositive

Plus en détail

A partir de ces différents matériels, l administrateur a déterminé huit configurations différentes. Il vous demande de les compléter.

A partir de ces différents matériels, l administrateur a déterminé huit configurations différentes. Il vous demande de les compléter. Exonet - Ressources mutualisées en réseau Description du thème Propriétés Intitulé long Formation concernée Présentation Modules Activités Compétences ; Savoir-faire Description Ressources mutualisées

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Number of manufacturing firms that implemented product-only innovation (in each size class)

Number of manufacturing firms that implemented product-only innovation (in each size class) Innovation indicators [Pour la version française, s.v.p. voir pages 8-14] Montreal, July 2014 Montréal, juillet 2014 The first UIS global data collection of innovation statistics was carried out between

Plus en détail

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires Stéphane de La Rosa Master I Law Level Delivered Lectures Jean Monnet Chair «Droit de l Union Européenne et Mutations de l intégration

Plus en détail

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie Frank LASCK Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur Biographie Frank Lasch, professeur en entrepreneuriat, a rejoint le Groupe Sup de Co Montpellier Business School en septembre 2003

Plus en détail

Marie Curie Individual Fellowships. Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France

Marie Curie Individual Fellowships. Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France Marie Curie Individual Fellowships Jean Provost Marie Curie Postdoctoral Fellow, Institut Langevin, ESCPI, INSERM, France Deux Soumissions de Projet Marie Curie International Incoming Fellowship Finance

Plus en détail

Extension Program 2014-15 VACANCES SCOLAIRES Maternelles/Primaires et Collège/Lycées AMERICAN SCHOOL OF PARIS. Founded 1946. Text

Extension Program 2014-15 VACANCES SCOLAIRES Maternelles/Primaires et Collège/Lycées AMERICAN SCHOOL OF PARIS. Founded 1946. Text AMERICAN SCHOOL OF PARIS Extension Program 2014-15 Founded 1946 Text 1 Inscriptions et règlements doivent se faire en ligne via notre site internet. Votre choix d activité établi (pour le secondaire uniquement).

Plus en détail

LES ESPACES PRODUCTIFS

LES ESPACES PRODUCTIFS LES ESPACES PRODUCTIFS fiche d objectifs/ Plan détaillé Quels sont les principaux espaces productifs français? Comment fonctionnent-ils et évoluent-ils face à la mondialisation? Respectent-ils le développement

Plus en détail

Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction

Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction Website: https://dce.yorku.ca/crhn/ Submission information: 11th Annual Canadian Risk and Hazards Network Symposium

Plus en détail

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 WORKING DOCUMENT from : Presidency to : delegations No prev. doc.: 12621/08 PI 44 Subject : Revised draft

Plus en détail

COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE

COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE LES RENDEZ VOUS DE L AGENCE D URBA AU PAVILLON CYCLE VILLE ET COMMERCE LES ENJEUX DE L ÉQUIPEMENT COMMERCIAL DE CAEN-MÉTROPOLE PATRICE DUNY, DIRECTEUR AUCAME CAEN NORMANDIE RAPPEL : LE COMMERCE EST CONSUBSTANTIEL

Plus en détail

Qualité et ERP CLOUD & SECURITY (HACKING) Alireza MOKHTARI. 9/12/2014 Cloud & Security

Qualité et ERP CLOUD & SECURITY (HACKING) Alireza MOKHTARI. 9/12/2014 Cloud & Security Qualité et ERP CLOUD & SECURITY (HACKING) Alireza MOKHTARI 9/12/2014 Cloud & Security Sommaire Rappel court de Cloud Pour quoi cette sujet est important? Données sensibles dans le Cloud Les risques Top

Plus en détail

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' RESUME

RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE' RESUME RISK-BASED TRANSPORTATION PLANNING PRACTICE: OVERALL METIIODOLOGY AND A CASE EXAMPLE"' ERTUGRULALP BOVAR-CONCORD Etwiromnental, 2 Tippet Rd. Downsviel+) ON M3H 2V2 ABSTRACT We are faced with various types

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Plan Vert de l industrie touristique montréalaise 21 février 2014

Plan Vert de l industrie touristique montréalaise 21 février 2014 Plan Vert de l industrie touristique montréalaise 21 février 2014 Historique de la démarche 2009 2011 Comité vert de l industrie touristique Plan Vert 2010-2013 Comité vert interne à Tourisme Montréal

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

DOSSIER DE PRÉSENTATION POUR UN NOUVEAU COURS. Management of Transportation Systems

DOSSIER DE PRÉSENTATION POUR UN NOUVEAU COURS. Management of Transportation Systems DOSSIER DE PRÉSENTATION POUR UN NOUVEAU COURS PROGRAMME : MBA TITRE DU COURS : Management of Transportation Systems SIGLE : XXX PROFESSEUR RESPONSABLE DU PROJET DE COURS : Georges Zaccour SERVICE D'ENSEIGNEMENT

Plus en détail

Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales. - Par - La Direction technique chargée des statistiques sociales et des revenus

Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales. - Par - La Direction technique chargée des statistiques sociales et des revenus Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales ENQUÊTE SUR LES DÉPENSES DE CONSOMMATION ET LE NIVEAU DE VIE DES MÉNAGES 2011 Dépenses de consommation des ménages algériens en 2011 - Par

Plus en détail

LOI SUR LA RECONNAISSANCE DE L'ADOPTION SELON LES COUTUMES AUTOCHTONES ABORIGINAL CUSTOM ADOPTION RECOGNITION ACT

LOI SUR LA RECONNAISSANCE DE L'ADOPTION SELON LES COUTUMES AUTOCHTONES ABORIGINAL CUSTOM ADOPTION RECOGNITION ACT ABORIGINAL CUSTOM ADOPTION RECOGNITION ACT ABORIGINAL CUSTOM ADOPTION RECOGNITION REGULATIONS R-085-95 In force September 30, 1995 LOI SUR LA RECONNAISSANCE DE L'ADOPTION SELON LES COUTUMES AUTOCHTONES

Plus en détail

Economie de l'environnement

Economie de l'environnement Economie de l'environnement Fatih Karanl Département d'economie, EconomiX-CNRS, Université Paris Ouest Nanterre la Défense E-mail: fkaranl@u-paris10.fr Web: http://economix.fr/fr/membres/?id=1294 2013-2014

Plus en détail

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires Stéphane de La Rosa Master I Law Level Delivered Lectures Jean Monnet Chair «Droit de l Union Européenne et Mutations de l intégration

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

BACHELOR. HES-SO Valais-Wallis rte de la Plaine 2 3960 Sierre +41 27 606 89 11 info@hevs.ch www.hevs.ch

BACHELOR. HES-SO Valais-Wallis rte de la Plaine 2 3960 Sierre +41 27 606 89 11 info@hevs.ch www.hevs.ch BACHELOR HES-SO Valais-Wallis rte de la Plaine 2 3960 Sierre +41 27 606 89 11 info@hevs.ch www.hevs.ch «PERSPECTIVES PROFESSIONNELLES» TÉMOIGNAGES Gilles DIND Suisse Tourisme, directeur des marchés d Europe

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

> Garantir l approvisionnement en eau à l horizon 2025. Objectifs et mesures recommandées

> Garantir l approvisionnement en eau à l horizon 2025. Objectifs et mesures recommandées > Garantir l approvisionnement en eau à l horizon 2025 Objectifs et mesures recommandées 2 > Garantir l approvisionnement en eau à l horizon 2025 OFEV 2014 > Garantir l approvisionnement en eau n est pas

Plus en détail

Campus Biotech. Colliers International Suisse Romande SA

Campus Biotech. Colliers International Suisse Romande SA Campus Biotech Introduction L Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, l Université de Genève, M. Hansjörg Wyss, la Fondation Wyss et la famille Bertarelli ont uni leurs forces pour offrir à la Suisse

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

LE STRESS PROFESSIONNEL

LE STRESS PROFESSIONNEL LE STRESS PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE EN SUISSE ROMANDE Communication donnée lors des Doctoriales des EDSE 2012, tenu à Genève le 4 mai 2012 Carl Denecker Université de Genève

Plus en détail