L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg,

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg,"

Transcription

1 Points essentiels L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg, l évaluation de la fonction rénale chez le nouveau-né reste très difficile et repose sur la clinique et les facteurs de risques anamnestiques. «Primum Non Nocere» : il ne faut pas ajouter de la néphrotoxicité à une situation d IRA. Toute prescription médicamenteuse doit prendre en compte les bénéfices et les risques à court et long terme. Ne pas oublier que la néphrogénèse se poursuit jusqu à 35 SA et que chez un prématuré le rein n est pas prêt à assurer sa fonction, il s adapte comme il peut. Toute situation clinique néonatale hypoxique est à risque néphrologique, le suivi de ces enfants se fait sur le très long terme et repose sur une surveillance de la bandelette urinaire et de la pression artérielle. C est le capital néphronique résiduel qui compte pour l avenir, on doit réfléchir en terme de néphroprotection. La prise en charge de ces enfants pose souvent des problèmes éthiques dans ce contexte d hypoxie, le pronostic néphrologique n est pas le seul engagé. I Introduction L insuffisance rénale aiguë (IRA) néonatale a vu son incidence augmenter avec les progrès de la réanimation (8 à 24% avec une mortalité de 10 à 61%). Mais ces chiffres sont probablement encore sous estimés du fait de définitions peu adaptées à cette période de la vie. L IRA est rarement oligurique à cette période, ce qui entraine un sous-diagnostic. Les néphrologues savent que beaucoup de situations pathologiques du nouveau-né sont à risque de donner des restrictions néphroniques dont l impact sur la fonction rénale n apparaitra que des années plus tard. Il faut donc reconnaître au mieux ces situations, afin de limiter les lésions et de surveiller ces enfants longtemps après leur sortie d hospitalisation. 1

2 II Mise en place de la fonction rénale chez le nouveau-né La mise en place de la filtration glomérulaire chez le nouveau-né est un phénomène continu qui débute avec la néphrogénèse vers 10 SA et se poursuit bien au-delà de la naissance pour n atteindre des valeurs adultes que vers l âge de 1 an. Chez le fœtus l ultrafiltration rénale qui participe à la constitution du liquide amniotique (LA) est le résultat d un délicat équilibre entre vasoconstriction (système rénine angiotensine sur l artériole efférente) et vasodilatation (prostaglandine sur l artériole afférente). Chez les prématurés le débit de filtration glomérulaire (DFG) augmente de manière linéaire depuis la naissance jusqu à 35SA (fin de la néphrogénèse) grâce à l augmentation du nombre et de la taille des néphrons. Après le terme il y a accélération du DFG qui double en 2 semaines sans augmentation du nombre de néphrons. En pleine maturation il est difficile d évaluer la fonction rénale normale chez le nouveau né en fonction de tous ces paramètres : âge gestationnel, poids ou taille et pathologies néonatales ou gravidiques associées. III Evaluation de la fonction rénale chez le nouveau-né La classification prifle adopté chez l enfant pour décrire le niveau de la fonction rénale n a pas de validation néonatale. L évaluation de la fonction rénale repose alors principalement sur la diurèse et le taux de créatinine. Le profil évolutif de la diurèse des nouveau-nés rend difficile son interprétation: première miction retardée, alternance de phases «polyuriques» avec des phases «oliguriques» sur 24 heures. De plus une diurèse conservée n élimine pas l IRA. Par ailleurs il faut une diminution d au moins 50% de la masse néphronique fonctionnelle pour voir une augmentation des chiffres de créatinine (variables en fonction de la méthode de dosage). Ce marqueur est donc tardif, imprécis (plus le DFG physiologique est bas, plus une augmentation de la créatininémie sous-estime la baisse de ce DFG : une partie de la créatinine est réabsorbée au niveau tubulaire) et il dépend de la créatinine maternelle, du terme de l enfant. La créatinine sanguine est à évaluer dans le contexte clinique, et en fonction 2

3 de la cinétique d évolution sur plusieurs jours. L analyse de la fonction rénale sur la mesure de clairance serait donc en théorie préférable. Seules les clairances de l inuline et de la créatinine ont été évaluées chez le nouveau-né (tableau I). La clairance de l inuline est probablement la meilleure mais sa réalisation en routine est impossible, elle peut servir de référence aux valeurs calculées par la méthode de k T( cm) Schwartz ( clairance = ), au mieux avec des k propres à chaque laboratoire créatp en fonction de la technique de mesure de la créatininémie (en moyenne 29 si créatinine en µmol/l et 0,33 si créatinine en mg/dl). Les autres marqueurs de l insuffisance rénale n ont pas fait la preuve de leur efficacité dans l évaluation du DFG chez le nouveau-né. Certaines nouvelles molécules comme la lipocaline 2 semblent prometteuses en permettant un diagnostic précoce avant le stade d insuffisance rénale, au moment de la constitution des lésions. IV Etiologies des insuffisances rénales (IR) néonatales Les causes d IR néonatales sont souvent intriquées ou dans la continuité les unes des autres (tableau II). La plus fréquente est l asphyxie périnatale, qui peut compliquer une pathologie anténatale déjà à risque d IR néonatale (dysplasie multikystique bilatérale, dysplasie ou hypoplasie rénale bilatérale, valves de l urètre postérieure ou pathologie néphrologique congénitale, exposition anténatale aux IEC ), le diagnostic est alors souvent plus précoce. L échographie rénale est un examen indispensable au diagnostic, si possible avec un doppler, associée à la bandelette urinaire qui recherche du sang (penser aux thromboses artérielles) ou des protéines (témoins de lésions rénales). Tout nouveau-né hospitalisé doit donc être considéré à risque d IRA, ce qui implique une surveillance de la PA, de la bandelette urinaire, et de la diurèse, seuls marqueurs disponibles quotidiennement. Les situations avec anuries sont rares, elles ne posent pas de difficultés diagnostiques mais laissent déjà entrevoir un risque de réduction néphronique sévère, d autant plus que l anurie se prolonge. En l absence 3

4 d anurie, les situations à risque recherchées sont l asphyxie périnatale quel que soit le degré (Sarnat I à III), un score d APGAR 6 à 5 minutes, l utilisation récente (ante ou post-natal) de médicaments néphrotoxiques, les cardiopathies congénitales, les situations de déshydratations sévères (grande prématurité, perte de sel), et les chocs septiques. V Prise en charge Dans ces situations d IR, ou à risque d IR, il faudra mettre en place les règles de néphroprotection, éviter l agression néphrologique iatrogénique pour protéger le capital néphronique. L utilisation de diurétiques à la phase initiale de l insuffisance rénale oligurique peut aider à maintenir un débit urinaire mais également à protéger le rein. Ce traitement doit être arrêté rapidement en cas d inefficacité. La dopamine n a pas montré d amélioration du pronostic ni de diminution du recours à la dialyse, quelle que soit la dose utilisée. La dopamine peut cependant être nécessaire à maintenir une hémodynamique stable chez le nouveau-né, de même que toute autre molécule permettant le maintien de l hémodynamique (Dobutamine, hydrocortisone. L échographie doppler cardiaque et rénale permet une l évaluation de l hémodynamique plus fine, associée à la clinique et la mesure de la PA. Il faut éviter tout médicament néphrotoxique ou en adapter les posologies s ils sont indispensables. Le reste du traitement est très symptomatique et va de la correction de l équilibre acido-basique au maintien de l homéostasie sanguine qui nécessite parfois le recours à la dialyse péritonéale le temps que la diurèse reprenne. Dans la pratique seule l anurie prolongée nécessite une dialyse urgente, les autres indications sont évaluées sur l ensemble du tableau clinique, anamnestique et biologique. La question de la mise en route de la dialyse doit également tenir compte du pronostic extra rénal (encéphalopathie ischémo-anoxique associée) et du pronostic rénal (risque d évolution vers une insuffisance rénale chronique, une dialyse chronique ou une transplantation). Le maintien d un anabolisme permanent est également indispensable. 4

5 VI Le pronostic Le caractère souvent réversible de l IR néonatale ne doit pas faire oublier le risque à long terme d une IR chronique. Une fois la phase aiguë terminée, c est le capital néphronique restant et la glomérulosclérose qui déterminent le pronostic à long terme. La surveillance de la croissance rénale par échographie, de la PA et de la protéinurie chez ces enfants est à réaliser et traiter à tout âge. La population des très grands prématurés, parfois hypotrophes et soumis à des régimes alimentaires hyperprotidiques et des traitements néphrotoxiques (AINS pour fermeture de canal artériel, aminosides ), dans un contexte de néphrogénèse inachevée sont les candidats idéaux à la mise en place de cette surveillance. Des règles simples comme une alimentation équilibrée, normalement riche en sel et l éviction des médicaments néphrotoxiques (AINS) sont des règles à expliquer aux familles. De même il ne faudra surtout pas perdre de vue les nouveau-nés aux antécédents néphrologiques plus «légers» qui en raison d une perte de capital néphronique moins importante développeront peut-être beaucoup plus tard, vraisemblablement à l âge adulte, voire aux âges extrêmes une insuffisance rénale, dépendante de cette réserve fonctionnelle résiduelle. Ceci permettra d envisager une prise en charge spécifique de ces troubles (IEC, prise ne charge d une hypercholestérolémie, hyperuricémie ) qui aura pour but de maintenir ce capital néphronique fonctionnel le plus longtemps possible. VII Conclusion Le diagnostic d IRA chez les nouveau-nés est souvent difficile et les causes très souvent intriquées. La prise en charge est essentiellement symptomatique et commence par supprimer ce qui est inutile (cathéter avec thrombose, médicaments). Le bilan de base comporte une créatinine à évaluer avec pondération, une échographie et une bandelette urinaire. Tout antécédent néphrologique doit faire ensuite surveiller une bandelette urinaire et une PA une fois par an. Les principales règles de néphroprotection doivent être expliquées aux parents. 5

6 VIII Bibliographie 1. Askenazi DJ, Ambalavanan N, Goldstein SL. Acute kidney injury in critically ill newborns: What do we know? What do we need to learn? 2009;24: Andreoli SP. Renal failure in the neonate in Oh W, Guignard JP, Baumgart S ed. Nephrology and fluid/electrolyte physiology. Elsevier Saunders 2008, Tableau I : Clairance de l inuline Age Clairance de l inuline en ml/min/1,73m² Prématurés 1 3 jours 14,0 ± jours 18,7 ± 5,5 4 8 jours 44,3 ± 9, jours 47,8 ± 10,7 1,5 4 mois 67,4 ±16,6 A terme 1 3 jours 20,8 ± 5, jours 36,8 ± 7,2 1 3 mois 85,3 ± 35,1 4-6 mois 87,4 ± 35, mois 96,2 ± 12,2 1-2 ans 105,2 ± 17,3 D après Schwartz GJ, Furth SL Glomerular filtration rate measurement and estimation in chronic kidney disease. Pediatr Nephrol 2007;22: Tableau II Principales causes d insuffisance rénales aiguë néonatales Causes pré-rénales Toute diminution absolue du volume sanguin circulant 6

7 Déshydratation, syndrome de perte de sel, diabète insipide Toute diminution relative du volume sanguin circulant Insuffisance cardiaque Causes rénales intrinsèques (*) Nécrose tubulaire aiguë (NTA) Lésions vasculaires (Nécrose corticale, thromboses) Atteinte infectieuse Causes post rénale Toutes obstructions bilatérales, ou unilatérales sur rein unique Toutes obstructions sous-vésicales (*) Souvent secondaire ou dans la continuité des causes pré-rénales 7

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue Définitions : - Insuffisance rénale (IR): atteinte de la fonction d épuration du rein s accompagnant de perturbations cliniques et biologiques caractéristiques - Caractérisée

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

INSUFFISANCE RENALE AIGUË

INSUFFISANCE RENALE AIGUË INSUFFISANCE RENALE AIGUË 1 DEFINITION : Diminution du débit de filtration glomérulaire responsable d un syndrome d urémie aiguë (élévation créatininémie et urémie) Constitution brutale ou rapidement progressive

Plus en détail

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations)

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document

Plus en détail

I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel).

I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel). LES OEDEMES I/ Les oedèmes d'origine rénale = syndrome clinique de l'hyper hydratation extra cellulaire, avec bilan sodé positif (excès d'eau et de sel). = infiltration séreuse d'eau et de sodium, dans

Plus en détail

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C. DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C. DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE Objectifs 1-Citer deux éléments qui peuvent interférer dans le dosage de la créatininémie

Plus en détail

CAT devant une créatinine qui monte. EPU 29 avril 2009

CAT devant une créatinine qui monte. EPU 29 avril 2009 CAT devant une créatinine qui monte EPU 29 avril 2009 Cas clinique Mme C., 63 ans est hospitalisée le 18/11/05 pour insuffisance rénale aigue Antécédents : - DNID ancien et compliqué - cardiopathie ischémique

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Informations et conseils

Informations et conseils MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Informations et conseils www.nephronaute.org Carte Néphronaute Mieux vivre avec une insuffisance rénale Nephronaute Card Coping better with renal failure

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Table des matières. I. ÉPIDÉMIOLOGIE 13 A. Données démographiques 13 B. Données socio-économiques 14

Table des matières. I. ÉPIDÉMIOLOGIE 13 A. Données démographiques 13 B. Données socio-économiques 14 Table des matières CHAPITRE 1 VIEILLISSEMENT NORMAL : ASPECTS BIOLOGIQUES, FONCTIONNELS ET RELATIONNELS. DONNÉES ÉPIDÉMIOLOGIQUES ET SOCIOLOGIQUES. PRÉVENTION DU VIEILLISSEMENT PATHOLOGIQUE 13 Module 5.

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

Orthodontie et enfants malades

Orthodontie et enfants malades Orthodontie et enfants malades Atelier Presse du jeudi 25 septembre 2008 Avec la participation des docteurs Brigitte Vi-Fane et Jean-Baptiste Kerbrat Contact presse : BV CONSEiL Santé Alexandra Dufrien

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Clairance de la créatinine basse

Clairance de la créatinine basse Clairance de la créatinine basse Conduite à tenir 17 Janvier 2015 XII ème Rencontre des Amicales de Paris Dr. X. Belenfant Réseau de Néphrologie en Ile de France Service de néphrologie CH Montreuil Clairance

Plus en détail

Pathologies Pathologies de la Reproduction.

Pathologies Pathologies de la Reproduction. Pathologies de la Reproduction. Le but de cet article n est pas de donner un cours obstétrical mais d apporter quelques notions relatives à la reproduction chez la chienne. Règle à retenir. Oubliez le

Plus en détail

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger 1 Institut national de santé publique Année 2014 2 Sommaire 1- INTRODUCTION 3 2- METHODOLOGIE 4 2-1 Type d étude

Plus en détail

2. Durée et structure de la formation postgraduée

2. Durée et structure de la formation postgraduée SIWF ISFM Annexe 6 1. Généralités 1.1 Description de la discipline La néphrologie pédiatrique est la discipline médicale qui traite des causes et des séquelles des affections rénales et des voies urinaires

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Rétention urinaire et personnes âgées

Rétention urinaire et personnes âgées Rétention urinaire et personnes âgées Docteur Anne Marie Mathieu Chef de service Hôpital Corentin Celton AP-HP La rétention urinaire complète est une urgence diagnostique et thérapeutique. Risque vital

Plus en détail

Insuffisance rénale aiguë (IRA)

Insuffisance rénale aiguë (IRA) AU PROGRAMME Insuffisance rénale aiguë (IRA) Processus dégénératif Classiquement, on distingue l insuffisance rénale aiguë (IRA) de l insuffisance rénale chronique (IRC). L IRA, contrairement à l IRC,

Plus en détail

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis»

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Wald R et al., JAMA 2009;302(11):1179-1185 P. Bardou CHU Limoges DESC réa med, session

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Surveillance de la vitalité foetale

Surveillance de la vitalité foetale Surveillance de la vitalité foetale Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 01/071011 Table des matières * Introduction... 1 1 Technique de surveillance... 1 1. 1 Le tonus

Plus en détail

Evaluation du rapport albuminurie/créatininurie dans le diagnostic de la maladie rénale chronique chez l adulte

Evaluation du rapport albuminurie/créatininurie dans le diagnostic de la maladie rénale chronique chez l adulte TEXTE COURT DU RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE Evaluation du rapport albuminurie/créatininurie dans le diagnostic de la maladie rénale chronique chez l adulte Décembre 2011 Service évaluation des actes

Plus en détail

Prise en charge de la ménopause

Prise en charge de la ménopause Prise en charge de la ménopause Z. SADI Maternité CHU Mustapha Alger 5ème FORUM Est de l Omnipraticien Oum El Bouaghi, le 4 Novembre 2010 La ménopause signifie littéralement arrêt des règles. En fait,

Plus en détail

HTA et diabète en cours de grossesse

HTA et diabète en cours de grossesse cardiologie-pratique.com http://www.cardiologie-pratique.com/journal/article/0013642-hta-et-diabete-en-cours-de-grossesse HTA et diabète en cours de grossesse F. LANSE, S. BRUN, H. MADAR, A. NITHART, M.-A.

Plus en détail

Hypertension artérielle de la grossesse

Hypertension artérielle de la grossesse Hypertension artérielle de la grossesse Objectifs : Diagnostiquer et connaître les principes de prise en charge d'une HTA. Sommaire : Faq 1 - Diagnostic d'hta gravidique Faq 2 - Evolutions des différents

Plus en détail

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant

LE DON DU VIVANT. aujourd hui? Quelle situation. Quelles économies de santé possibles? Greffe rénale à partir d un donneur vivant LE DON DU VIVANT Greffe rénale à partir d un donneur vivant Quelle situation aujourd hui? Quelles économies de santé possibles? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN le don du vivant /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN

Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN Les Paramètres Biologiques et Leurs Variations Physiologiques Pendant La Grossesse Dr Karim.LALLALI Médecin Biologie Clinique CHU Bicêtre France JUIN 2012 1 - Augmentation du poids : L augmentation du

Plus en détail

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité

Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Item 49 : Évaluation clinique et fonctionnelle d un handicap sensoriel : la surdité Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Surdités...4

Plus en détail

Quand le montrer au néphrologue?

Quand le montrer au néphrologue? Le diabétique néphropathe n : Quand le montrer au néphrologue? Journée e ANCA Le Puy en Velay, 8 juin 2007 Pierre-Yves Benhamou, CHU Grenoble 1 Le diabétique néphropathe n : Quels sont les enjeux? En présence

Plus en détail

Dr Stéphane Doutreleau. 12 et 13 mai 2007

Dr Stéphane Doutreleau. 12 et 13 mai 2007 Bilan cardiologique avant un trekking? Dr Stéphane Doutreleau Service de Physiologie et d Explorations Fonctionnelles - Strasbourg Club des Cardiologues du Sport Les cœurs du Forez 12 et 13 mai 2007 Mise

Plus en détail

Professeur Patrick LEVY

Professeur Patrick LEVY Physiologie Chapitre 2 : Débit Sanguin Rénal et Filtration Glomérulaire Professeur Patrick LEVY MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Anatomie fonctionnelle

Plus en détail

Au sujet de vos reins. Insuffisance Rénale Chronique

Au sujet de vos reins. Insuffisance Rénale Chronique Insuffisance Rénale Chronique Les reins sont des organes vitaux. Leur tâche principale est de nettoyer (de filtrer) le sang des toxines ou des déchets du métabolisme. Ce sont ces toxines / déchets et l'excès

Plus en détail

Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B

Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B Anomalies observées avant la naissance associées aux mutations HNF1B Laurence Heidet Centre de Référence des Maladies Rénales Héréditaires de l Enfant et de l Adulte. Service de Néphrologie Pédiatrique

Plus en détail

Thrombopénies et grossesse

Thrombopénies et grossesse Thrombopénies et grossesse Marie-Françoise Hurtaud-Roux Service d Hématologie Biologique Hôpital Robert Debré APHP, Paris Nouméa, le 22 octobre 2009 Plaquettes et grossesse Evolution des plaquettes durant

Plus en détail

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES Le diagnostic prénatal par biopsie de trophoblaste ( 1 ) au premier trimestre de la grossesse est devenu une alternative fréquente aux techniques

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 12 septembre 2007 INFRACYANINE 25 mg/10 ml, poudre et solvant pour solution injectable Flacon de 25 mg avec 1 ampoule de solvant de 10 ml (CIP : 360 841-7) Laboratoire

Plus en détail

FILTRATION GLOMERULAIRE DEBIT SANGUIN RENAL

FILTRATION GLOMERULAIRE DEBIT SANGUIN RENAL FILTRATION GLOMERULAIRE DEBIT SANGUIN RENAL Martin FLAMANT Service d explorations fonctionnelles - CHU Bichat, Paris FILTRATION GLOMERULAIRE... 1 DEBIT SANGUIN RENAL... 1 I. GENERALITES... 2 I.1. Anatomie

Plus en détail

Evaluation de la fonction rénale dans le syndrome cardio-rénal chez le patient âgé

Evaluation de la fonction rénale dans le syndrome cardio-rénal chez le patient âgé Evaluation de la fonction rénale dans le syndrome cardio-rénal chez le patient âgé Dr M Panaye / Dr S. Lemoine Hôpital Edouard Herriot Service Néphrologie-Dialysehypertension Pr Juillard. Pourquoi évaluer

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Dominique Chauveau Néphrologie et Immunologie Clinique CHU Rangueil, Toulouse Centre de Compétences «Maladies auto immunes» de Midi Pyrénées

Plus en détail

Souffrance fœtale chronique

Souffrance fœtale chronique Souffrance fœtale chronique Etiologies Franck Perrotin Centre «Olympe de Gouges» CHU Bretonneau Inserm U619 Tours Souffrance fœtale chronique Souffrance : fait de souffrir, d'éprouver une douleur physique

Plus en détail

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail :

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : Christiane BASSET François BEAUFILS Frédérique DREIFUSS-NETTER

Plus en détail

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LA FIEVRE AIGUE DE L ENFANT Introduction (1) Symptôme majeur Angoisse excessive Température = équilibre entre pertes et production de chaleur Fièvre = réponse normale de

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA Annexe II Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA 5 Conclusions scientifiques Résumé général de l évaluation scientifique des médicaments

Plus en détail

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Motricité intestinale Sensibilité digestive Anatomie du périnée Physiologie de la défécation Sémiologie des troubles du transit

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 27/03/2008 Réf.: CMUB-027 Pagination : 1 de 6 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 27 Rédacteurs Dr JM YEGUYAIAN (SAMU 21), Dr DIDIER HONNART (SRAU

Plus en détail

- l exposition à des toxiques professionnels (plomb, cadmium, mercure)

- l exposition à des toxiques professionnels (plomb, cadmium, mercure) Un néphrologue nous explique les étapes de la maladie rénale Une lecture pour bien comprendre ce qui peut se passer après le dépistage Interview du Pr Didelot : Consultant en santé, auparavant néphrologue

Plus en détail

HyperTension Artérielle de la Femme

HyperTension Artérielle de la Femme HyperTension Artérielle de la Femme Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Particularités physiologiques Femme protégée par les oestrogènes naturels

Plus en détail

Prise en charge de la fièvre chez l enfant. Dr S. NAFA

Prise en charge de la fièvre chez l enfant. Dr S. NAFA Prise en charge de la fièvre chez l enfant Dr S. NAFA Définitions Température centrale > 38 C en l absence d activité intense chez un enfant normalement couvert dans une température ambiante tempérée Au

Plus en détail

PHARMACOCINETIQUE. Elimination rénale des médicaments

PHARMACOCINETIQUE. Elimination rénale des médicaments PHARMACOCINETIQUE Elimination rénale des médicaments PK administration cible pharmacologique Elimination des médicaments Elimination directe par excrétion: - Rénale - Biliaire Elimination indirecte après

Plus en détail

objectifs Exploration biochimique de la glycémie, des cétoses, du diabète sucré P-Glucose prérequis Les points suivants sont supposés connus :

objectifs Exploration biochimique de la glycémie, des cétoses, du diabète sucré P-Glucose prérequis Les points suivants sont supposés connus : objectifs 1 2 1/ Comprendre le choix des moyens diagnostiques et les facteurs de variabilité préanalytique pour sélectionner les analyses adéquates et les moyens nécessaires 2/ Connaître l ordre de grandeur

Plus en détail

Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient.

Signe : preuve objective d une maladie observée par le médecin qui a examiné le patient. Symptôme : observation subjective rapportée par le patient. (Traduction de la page 139) Chapitre 13 Symptômes, signes et maladies mal définies Aperçu du chapitre Beaucoup de signes et symptômes sont classés dans le chapitre 18 d ICD-10-CM s ils réfèrent à des systèmes

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE 12/19/12. Modifications pharmacocinétiques liées à l âge. Absorption

Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE 12/19/12. Modifications pharmacocinétiques liées à l âge. Absorption Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE Modifications pharmacocinétiques liées à l âge Modifications pharmacodynamiques liées à l âge Pathologies associées Facteurs de risques sociaux et environnementaux Poly

Plus en détail

Quel suivi pour une femme enceinte hypertendue?

Quel suivi pour une femme enceinte hypertendue? Quel suivi pour une femme enceinte hypertendue? Résumé : L hypertension artérielle (HTA) de la grossesse se définit comme une pression artérielle (PA) supérieure ou égale à 140/90 mmhg. C est un symptôme

Plus en détail

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus...

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... Sommaire Préface... V avant-propos... VII Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... X XI Programme de cardiologie... XII Liste des abréviations autorisées... XIV

Plus en détail

MESURE DE LA LONGUEUR DU CANAL CERVICAL DU COL

MESURE DE LA LONGUEUR DU CANAL CERVICAL DU COL MESURE DE LA LONGUEUR DU CANAL CERVICAL DU COL DE L UTERUS PAR ECHOGRAPHIE PAR VOIE VAGINALE INTERET DANS LA PREVISION DE L ACCOUCHEMENT PREMATURE SPONTANE RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE Texte court

Plus en détail

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS Smmaire CHAPITRE 1 Bilgie et physilgie cardivasculaire et de l hémstase, par J.-J. Mercadier BASES DE LA CARDIOLOGIE MOLÉCULAIRE APPROCHES GÉNÉTIQUES DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME

Plus en détail

www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia

www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia V O U S I N F O R M E www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia Qu est-ce que le diabète? Le diabète a un effet sur la façon dont votre organisme transforme les aliments en énergie.

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

Travail de diplôme. présenté à la. Faculté des sciences de l Université de Genève. par. Christel Voillat. Responsables

Travail de diplôme. présenté à la. Faculté des sciences de l Université de Genève. par. Christel Voillat. Responsables Pharmacie hospitalière Adaptation de la médication chez les patients âgés et insuffisants rénaux : état des lieux dans deux unités de gériatrie et deux unités de réadaptation Travail de diplôme présenté

Plus en détail

GUYANE. Ces fiches présentent des activités spécifiques qui demandent des infrastructures, un savoir-faire et des autorisations particulières.

GUYANE. Ces fiches présentent des activités spécifiques qui demandent des infrastructures, un savoir-faire et des autorisations particulières. Cette nouvelle édition des fiches régionales relatives à l activité 2013 des centres pluridisciplinaires de diagnostic prénatal (CPDPN), des laboratoires de diagnostic prénatal (DPN) et de l activité 2014

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail

Objectifs du contrôle de la glycémie et traitement non médicamenteux

Objectifs du contrôle de la glycémie et traitement non médicamenteux Objectifs du contrôle de la glycémie et traitement non médicamenteux Objectifs pour la plupart des patients Valeurs normales à envisager lorsqu elles peuvent être atteintes sans danger Examens diagnostics

Plus en détail

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 Le Patient Trisomique Vieillissant Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 L amélioration des connaissances médicales et des techniques chirurgicales

Plus en détail

Régime hyposodé en gériatrie

Régime hyposodé en gériatrie Régime hyposodé en gériatrie Un sujet de controverse Dr. S. MARCHAND CCA Cardiologie CHU Responsable Icarlim CHU Formation réseau LINUT 15.05.2008 PLAN Problématique «Pour» «Contre» Proposition: Prise

Plus en détail

Prévalence Incidence. Dr. Xavier Lainé. Maladie 1

Prévalence Incidence. Dr. Xavier Lainé. Maladie 1 Prévalence Incidence Dr. Xavier Lainé Maladie 1 A quoi ça sert?? Prévalence Connaître l importance de l affection a un instant donné Incidence Projection estimée de l importance de l affection sur l avenir

Plus en détail

DIABETE GESTATIONNEL : DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE

DIABETE GESTATIONNEL : DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DIABETE GESTATIONNEL : DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DÉFINITION le diabéte gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique. Diagnostic pour la 1 ère fois pendant la grossesse Conséquence: hyperglycémie

Plus en détail

Méthodes d évaluation du risque cardio-vasculaire global http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_464776/methodes-devaluation-du-risque

Méthodes d évaluation du risque cardio-vasculaire global http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_464776/methodes-devaluation-du-risque Surveillance sérologique et prévention de la toxoplasmose et de la rubéole au cours de la grossesse http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1165635/surveillance-serologique-et-p Marqueurs cardiaques dans

Plus en détail

Utilisation des catécholamines au cours du choc septique

Utilisation des catécholamines au cours du choc septique Utilisation des catécholamines au cours du choc septique (adultes - enfants) XV ème conférence de consensus de la SRLF - Résumé Jeudi 13 juin 1996 - Institut Gernez Rieux - CHU de Lille Cette conférence

Plus en détail

Devoir de contrôle N 3

Devoir de contrôle N 3 Devoir de contrôle N 3 M : Hakim 4 ème sciences expérimentales 2009-2010 Première partie : restitution des connaissances (12 points) A // QCM (4 points) Pour chacune des questions suivantes il peut y avoir

Plus en détail

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes

Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes Atteintes pulmonaires dans les hémopathies malignes 11 ème RENCONTRE SUR LES URGENCES ET COMPLICATIONS SEVERES CHEZ LE PATIENT CANCEREUX N Meuleman 16/10/2010 Atteintes pulmonaires et hémopathies malignes

Plus en détail

Grossesse et Thyroïde Pathologie périnatale PATHOLOGIE THYROIDIENNE PERINATALE

Grossesse et Thyroïde Pathologie périnatale PATHOLOGIE THYROIDIENNE PERINATALE Grossesse et Thyroïde Pathologie périnatale PATHOLOGIE THYROIDIENNE PERINATALE FONCTION THYROIDIENNE ANTENATALE NORMES (1) NORMES (2) Après 1 mois = Normes adultes Les normes et unités sont spécifiques

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste Juin 2012 PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE DE LA DMLA EXSUDATIVE

Plus en détail

Cas cliniques Diabète

Cas cliniques Diabète Cas cliniques Diabète 2012 Cas clinique diabète N 1 Un homme de 57 ans, 1,70m pour 87 kg, consulte après la découverte d une glycosurie positive lors d une visite à la médecine du travail. Il ne présente

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 septembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 septembre 2005 FOSAVANCE, comprimé (Boîte de 4 et 12) Laboratoires MERCK SHARP & DOHME-CHIBRET alendronate monosodique, cholécalciférol (vitamine D3) Liste I Date

Plus en détail

Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon. Amélie BARRE DES hépato-gastro

Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon. Amélie BARRE DES hépato-gastro Conséquences des résections courtes et longues du grêle et du côlon Amélie BARRE DES hépato-gastro ANATOMIE PHYSIOLOGIE : absorption Duodéno-jéjunale : eau (44%) électrolytes (Na 13%, K, Ca, Mg) glucides,

Plus en détail

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse FEDERATION DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Protocole n 10 Validation avril 2011 Diabète gestationnel Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations)

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations) Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations) Date de création du document 2011-2012 CAS CLINIQUE Scénario : Monsieur Julien C. 74 ans est admis pour «difficultés respiratoires». Les

Plus en détail

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les La lithiase vésiculaire peut être asymptomatique (ASP, échographie) aucune investigation complémentaire douloureuse (colique hépatique) compliquée (surinfection aiguë ou chronique, migration cholédocienne,

Plus en détail

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë

Introduction Diagnostic de la cystite aiguë CYSTITES Introduction Les infections urinaires basses sont fréquentes : 20 à 30 % des femmes adultes ont au moins une cystite* dans leur vie. La prévalence de l infection urinaire basse est 30 fois plus

Plus en détail

Médecins du travail et infirmières du travail : une équipe à construire

Médecins du travail et infirmières du travail : une équipe à construire Médecins du travail et infirmières du travail : une équipe à construire La question des équipes médecins et infirmières émerge par défaut dans un contexte de pénurie de médecins qui ne touche pas seulement

Plus en détail

Accouchement gémellaire

Accouchement gémellaire Sommaire Introduction Accouchement gémellaire 1 - Physiopathologie des dystocies gémellaires 2 - Conditions générales pour l'accouchement 3 - Déroulement de l'accouchement, partition à quatre temps 4 -

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Les maladies cardiovasculaires chez la femme Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Aucun conflit d intérêt à déclarer Objectifs 1. Particularité des différents facteurs de risque CV 2. Présentations

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 NUMETAH G13%E, émulsion pour perfusion 10 poches de 300 ml (CIP : 416 622-3) NUMETAH G16%E, émulsion pour perfusion 6 poches de 500 ml (CIP : 416 624-6)

Plus en détail

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus I/ L alcool, ennemi du fœtus p2 II/ Les dommages causés par l alcool sur l embryon et le fœtus III/ L atteinte du système nerveux IV/ Les structures cérébrales

Plus en détail

Favretto Manon 4 ème pédiatrique LES CARDIOPATHIES CONGENITALES

Favretto Manon 4 ème pédiatrique LES CARDIOPATHIES CONGENITALES Favretto Manon 4 ème pédiatrique LES CARDIOPATHIES CONGENITALES Année scolaire 2007 2008 1 A. Rappel embryologique La formation du cœur commence 18 jours après la fécondation et se termine vers le 42éme

Plus en détail

Marqueurs de l atteinte rénale, classification de l IRC, conduite à tenir devant une ascension de la créatininémie

Marqueurs de l atteinte rénale, classification de l IRC, conduite à tenir devant une ascension de la créatininémie Marqueurs de l atteinte rénale, classification de l IRC, conduite à tenir devant une ascension de la créatininémie Dr Marc Bauwens Service de néphrologiehémodialysetransplantation rénale CHU Poitiers DIU

Plus en détail

Hypertension artérielle (item 130)

Hypertension artérielle (item 130) Cardiologie 17 Référence Hypertension artérielle (item 130) Recommandations de la Société Européenne d Hypertension Artérielle et de la Société Européenne de Cardiologie (2007). Contexte La morbi-mortalité

Plus en détail

- info EXPLORATION DU STATUT MARTIAL ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique

- info EXPLORATION DU STATUT MARTIAL ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique EXPLORATION DU STATUT MARTIAL - info NUMERO 5 2013 ÉVALUATION DU COMPARTIMENT CIRCULANT : Fer sérique Son dosage isolé est SANS INTÉRÊT, il ne se justifie que couplé à celui de la transferrine qui permet

Plus en détail

"Après avoir été informés, nous soussignés (noms, prénoms) mère, père de l enfant...................................................

Après avoir été informés, nous soussignés (noms, prénoms) mère, père de l enfant................................................... 3 jours, L âge du dépistage Pourquoi? qui? Madame, Monsieur, Dès les premiers jours suivant la naissance de votre bébé, la maternité va vous proposer de lui faire des tests dans le cadre du programme national

Plus en détail