LA DISTRACTION AU VOLANT ET SES IMPACTS SUR LA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA DISTRACTION AU VOLANT ET SES IMPACTS SUR LA"

Transcription

1 ENQUÊTE CONJOINTE DE CAA-QUÉBEC ET DE L ÉQUIPE DE L ÉMISSION JE (TVA) LA DISTRACTION AU VOLANT ET SES IMPACTS SUR LA CONDUITE AUTOMOBILE QUÉBEC, NOVEMBRE 2007

2 «Jusqu ici, on a une vague idée du danger que présente la distraction au volant. Là s arrête, ou presque, notre connaissance du phénomène. Les statistiques d accidents, par exemple, ne nous apprennent à peu près rien sur les causes sournoises qui sont à l origine de ces drames. Des efforts doivent être déployés pour documenter la situation et mieux comprendre le problème afin de trouver les solutions qui s imposent et mieux cibler les programmes de sensibilisation. Certains types de distractions le fait d écouter de la musique, par exemple sont probablement plus courants chez les plus jeunes conducteurs. Il nous faut comprendre et vérifier le tout.» Paul A. Pelletier, président-directeur général Éditorial «Attention, distraction!» Magazine Touring, automne

3 MÉTHODOLOGIE Conduire et parler, écouter, boire, manger Six conducteurs choisis par l équipe de JE ont dû parcourir un trajet routier, d une durée d environ 25 minutes, élaboré par les experts en sécurité routière de CAA-Québec. Le parcours choisi s est fait en milieu urbain, plus précisément dans la région de Québec, et ce, en privilégiant diverses conditions courantes de conduite : voies rapides, boulevards urbains, rues dont la circulation est plus lente, etc. Chacun des conducteurs devait, dans un premier temps, effectuer le trajet de façon normale et, ensuite, refaire le même circuit, cette fois aux prises avec des sources de distraction courantes, dans l ordre : ramasser un objet tombé à ses pieds; répondre à un appel téléphonique et entretenir une conversation avec un interlocuteur; trouver un CD, le sortir de son boîtier, l insérer dans le lecteur du véhicule, l écouter puis le retirer, le remettre dans son boîtier et le ranger à son endroit d origine; trouver un numéro de téléphone inscrit sur un bout de papier placé dans la console centrale du véhicule, composer le numéro, répondre aux questions qui lui sont posées sur le contenu du CD qu il vient d écouter en plus de donner son point de vue sur le sujet traité; prendre une bouteille d eau et manger une collation; engager une conversation avec le formateur assis à l avant. Les tests se sont faits en toute sécurité, à l aide d un véhicule modifié pour l enseignement de la conduite automobile fourni par un établissement membre du réseau des écoles de conduite recommandées de CAA-Québec. De type minifourgonnette, le véhicule était notamment équipé d un contrôle de freinage à droite, là même où se trouvait un expert de CAA-Québec pour surveiller le tout. Deux autres experts, également formateurs en sécurité routière du réseau des écoles de conduite recommandées CAA-Québec, étaient passagers à l arrière afin d observer les conducteurs et de noter les erreurs commises. Ils avaient la tâche d évaluer la conduite automobile et les périodes de temps où l attention de chaque conducteur s avérait partagée. Deux autres observateurs étaient à bord d un deuxième véhicule pour suivre l expérience. Avec eux se trouvait l équipe de tournage. Le présent rapport ne s attarde qu aux principales constatations. Pour en savoir plus, le lecteur est invité à parcourir la grille d observation complète de l événement (voir annexe), telle qu elle a été remise par CAA-Québec à l équipe de JE, laquelle a suivi tout le projet durant les deux jours de sa réalisation. Elle a par ailleurs procédé à des entrevues pour assortir la production de témoignages, lesquels ont été insérés dans le compte rendu de l événement. L émission a été télédiffusée le 16 novembre

4 PRINCIPALES CONSTATATIONS Sournoises distractions Toutes les sources de distraction volontairement établies ont permis de constater leur effet sur la concentration des conducteurs. Elles forçaient en effet les conducteurs à partager leur attention et, ce faisant, affectaient l exploration visuelle nécessaire pour réagir, ce qui avait un impact sur le respect de principes essentiels à la conduite sécuritaire : anticipation des sources de danger, partage de la route, etc. On a également noté d autres répercussions de ces distractions sur la conduite automobile, se résumant à ce qui suit : conduite plus brusque; distance de suivi plus courte; louvoiement du véhicule dans la voie de circulation; non-utilisation des clignotants; consultation moins fréquente des rétroviseurs et négligence au chapitre de la vérification des angles morts; balayage visuel moins efficace (regard davantage fixe, «regarder sans voir»); hésitation dans la prise de décision ou décision tardive; non-respect fréquent des limites de vitesse prescrites; maintien non constant de la vitesse. Conversation rime avec distraction C est sans contredit la conversation qui s est avérée, parmi l ensemble des «pièges» tendus dans le cadre de cette enquête, le plus sournois ennemi des conducteurs testés. Le tableau de la page suivante montre hors de tout doute que la source de distraction mesurée la plus importante était le fait de parler au téléphone. Peu importe le type d appareil utilisé, le conducteur est aux prises avec les mêmes contraintes. Enfin, on a constaté que le simple fait d avoir à tenir une conversation avec un passager du véhicule suffisait à drainer une partie de l attention normalement attribuée à la conduite, même si cette dernière observation n a pu être mesurée dans le cadre de cette expérience. La conversation avec un passager présente toutefois l avantage que ce dernier peut parfois juger des situations où le conducteur a besoin de concentrer son attention et se taire, chose que ne peut évidemment pas faire un interlocuteur joint par téléphone. 4

5 IMPACT DES PRINCIPALES DISTRACTIONS (DURÉE, DISTANCE) Ramasser un objet tombé aux pieds du conducteur Répondre à un appel avec le combiné à l oreille ou en mode mains libres Insérer un CD dans le lecteur Retirer et ranger un CD Effectuer un appel avec le combiné à l oreille ou en mode mains libres DURÉE MOYENNE DE LA DISTRACTION (SECONDES) 30 KM/H DISTANCE PARCOURUE À DIVERSES VITESSES 50 KM/H 70 KM/H 90 KM/H 100 KM/H 11 s 92 m 153 m 214 m 275 m 306 m 9 s 75 m 125 m 175 m 225 m 250 m 30 s 250 m 417 m 584 m 750 m 834 m 31 s 258 m 430 m 603 m 775 m 861 m 52 s 433 m 722 m 1,01 km 1,30 km 1,44 km Boire et manger 42 s 350 m 583 m 817 m 1,05 km 1,17 km Être distrait, c est moins voir L exploration visuelle active fait partie des conditions à la base de la conduite sécuritaire. Le système Smith fait à ce chapitre objet de référence : voir loin, voir large, éviter de fixer, se garder une porte de sortie et s assurer d être vu. Les experts de CAA-Québec ont notamment pu remarquer que les distractions provoquées dans le cadre de cette enquête ont particulièrement eu un impact sur tous ces principes. Certains des conducteurs se sont même exprimés clairement à ce sujet, affirmant avoir eu des difficultés à bien se concentrer. 5

6 La distraction : un phénomène méconnu dont il faut parler CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS Cette enquête conjointe CAA-Québec/JE met en évidence le fait que le phénomène de la distraction au volant est méconnu. Si de nombreuses campagnes de sensibilisation ont, par le passé, insisté sur les dangers liés à la vitesse ou à la conduite avec les facultés affaiblies, aucune n a à ce jour été consacrée aux risques liés à la distraction. Il est indéniable qu une priorité devrait être accordée à ce sujet par la Société de l assurance automobile du Québec, instance à qui revient la promotion de la sécurité routière. Il importe aussi de redire l importance de mieux documenter le phénomène de la distraction, notamment par l entremise des rapports d accidents que font les policiers. Par ailleurs, au moment où le gouvernement du Québec s apprête à se prononcer sur un projet de loi qui n interdira que l usage au volant du cellulaire avec combiné, cette enquête vient démontrer qu il s agit là d une mesure qui ne réglera pas le fond du problème, puisque l usage d un appareil de type mains libres s avère tout aussi dangereux en matière de distraction au volant. Dans le contexte d une interdiction légale, CAA-Québec recommande quant à lui l abolition pure et simple de l utilisation du téléphone au volant, quel qu en soit le type. Pour CAA-Québec, l usage du cellulaire est seulement un des aspects de ce problème, beaucoup plus vaste, qu est la distraction. Il reste à souhaiter qu on donnera rapidement suite à cette recommandation du rapport de la Commission des transports et de l environnement sur la sécurité routière au Québec qui suggérait, en , qu un comité permanent se penche sur l évolution des différentes technologies offertes et qu on profite de l occasion pour présenter le tout de façon articulée dans le grand dossier de la distraction. 1 La sécurité routière au Québec (Les téléphones cellulaires, la vitesse excessive, les motocyclistes et les conditions hivernales), Commission des transports et de l environnement, juin 2006, recommandation n o 5. 6

7 ANNEXE RAPPORT D OBSERVATION DE CAA-QUÉBEC REMIS À L ÉQUIPE DE JE 7

8 EFFETS DE DIVERSES SOURCES DE DISTRACTION SUR UN CONDUCTEUR D UN VÉHICULE SUR LA ROUTE RÉSULTATS DES TESTS RÉALISÉS EN COLLABORATION AVEC J.E. LES 11 ET 12 OCTOBRE 2007 Conducteur 1 Conduite généralement rapide et brusque. Dépasse les lignes d arrêt. Ne vérifie jamais les angles morts. Regarde par les rétroviseurs en déplaçant son corps. Conduite offensive. Roule trop rapidement. Néglige souvent les clignotants ou les utilise de façon peu significative (trop courte durée). Suit généralement les autres véhicules de trop près. Freine souvent trop tard et de façon brusque. Négocie les virages trop rapidement, ce qui entraîne parfois le crissement des pneus et une perte de la trajectoire normale. Exploration visuelle généralement assez bonne en ce qui a trait aux préceptes «voir loin», «voir large» et «éviter de fixer» du système Smith. Vérifie les rétroviseurs environ toutes les 15 secondes. Très habile en manœuvre de marche arrière. Le profil de conduite demeure le même avec les sources de distraction ajoutées en ce qui concerne les habitudes acquises de conduite rapide, brusque et offensive. Cependant, on peut observer une diminution de la capacité de concentration et du niveau d attention de la personne selon les sources de distraction. Ramasser un objet tombé sur le plancher du véhicule Il a décidé d attendre d avoir immobilisé le véhicule à l arrêt pour ramasser le cellulaire, mais il a mis 11 secondes pour y arriver. Pendant ce temps, la circulation des autres véhicules était bloquée. Répondre au cellulaire avec le combiné à l oreille Son attention a été partagée pendant 10 secondes pour prendre le cellulaire, l ouvrir et répondre à l appel (238 mètres à 85 km/h). Il a roulé plus lentement que d habitude tant au moment de répondre que durant la conversation (85 km/h dans une zone de 100 au lieu de 105 et même 110 lors de l essai sans distraction). De façon générale, son exploration visuelle était moins active. Manipuler un CD et l insérer dans le lecteur sur le tableau de bord du véhicule Son attention a été partagée pendant 39 secondes pour prendre le boîtier, l ouvrir, prendre le CD et l insérer dans le lecteur (983 mètres à 90 km/h). Il a roulé à une vitesse de 10 km/h inférieure à la limite de 100 soit 90 km/h durant cette opération mais, quoique dans un contexte d attention partagée entre la conduite et l action en cours, ses yeux sont demeurés presque toujours sur la route. Écouter le CD Il a négligé la vérification des rétroviseurs. Son exploration visuelle était moins active. Il a négligé l utilisation des clignotants lors des changements de voie et il a suivi les véhicules de plus près. 8

9 Conducteur 1 (suite) Retirer et ranger le CD Son attention a été partagée pendant 15 secondes pour retirer le CD du lecteur et le ranger. À ce moment, le véhicule était immobilisé à un feu rouge. Il n était donc pas attentif au mouvement de circulation aux approches de l intersection ni à la planification de la manœuvre de virage à gauche qui allait suivre à l apparition du feu vert. Composer un numéro de téléphone à l aide d un appareil avec le combiné à l oreille et entretenir une conversation avec un interlocuteur Son attention a été partagée pendant 58 secondes, soit le temps de trouver le numéro, d ouvrir l appareil, de consulter le numéro à quelques occasions et de faire l appel (plus de 1 kilomètre parcouru à une vitesse moyenne de 70 km/h). Pendant cette même période, ses yeux étaient dirigés à 50 % vers l avant et à 50 % vers le téléphone, soit plusieurs coups d œil d une durée de 1 à 2 secondes chaque fois. De plus, il a tenu le volant d une seule main, il a oublié les clignotants à deux occasions et la trajectoire du véhicule était instable. En cours de conversation, ses yeux étaient davantage fixés vers l avant, son exploration visuelle sur les côtés et dans les rétroviseurs a été quasi absente et il réagissait très tardivement aux sources de danger. Boire et manger Le partage de l attention n a pas pu être mesuré. Il s est plutôt bien débrouillé dans cette situation, mais la trajectoire du véhicule a tout de même dévié quelque peu. Entretenir une conversation avec un passager Le partage de l attention n a pas pu être mesuré. De façon générale, les clignotants ont été négligés et son exploration visuelle était défaillante, particulièrement en ce qui a trait à la vérification des angles morts. 9

10 Conducteur 2 Conduite très rapide et instable. Freinage à la dernière minute. Départs et arrêts brusques. Coups de volant tant en manœuvre de virage qu en ligne droite. Exploration visuelle plutôt faible, particulièrement à l approche des intersections. Regarde de très près de façon générale. Vérifie rarement les rétroviseurs. Vérifie les rétroviseurs uniquement lors d une manœuvre de changement de voie. S engage souvent dans la mauvaise voie après un virage à une intersection. Roule plus vite que la vitesse prescrite (70 km/h dans une zone de 50, 95 dans une zone de 70 et 120 dans une zone de 100). Suit souvent les véhicules de trop près. Semble généralement mal à l aise au volant. Le profil de conduite demeure le même avec les sources de distraction ajoutées en ce qui concerne les habitudes acquises de conduite rapide, brusque et instable. Cependant, on peut observer une diminution de la capacité de concentration et du niveau d attention de la personne selon les sources de distraction. Ramasser un objet tombé sur le plancher du véhicule Il a décidé d attendre d avoir immobilisé le véhicule à l arrêt pour ramasser le cellulaire, mais il a mis 15 secondes pour y arriver. Pendant ce temps, la circulation des autres véhicules était bloquée. Répondre au cellulaire avec le combiné à l oreille Son attention a été partagée pendant 10 secondes pour prendre le cellulaire, l ouvrir et répondre à l appel. Il a roulé plus lentement que d habitude tant au moment de répondre que durant la conversation (la vitesse n a pas été notée). Son exploration visuelle était très défaillante et aléatoire. Il a changé l appareil de la main droite à la main gauche tout en conduisant. Manipuler un CD et l insérer dans le lecteur sur le tableau de bord du véhicule Son attention a été partagée pendant 20 secondes pour prendre le boîtier, l ouvrir, prendre le CD et l insérer dans le lecteur (448 mètres à 80 km/h). Il a roulé à 20 km/h de moins que la limite permise de 100 km/h, soit 80 km/h. Il a suivi de très près le véhicule qui le précédait (à environ une seconde). Écouter le CD Son exploration visuelle était inactive et il éprouvait de la difficulté à interagir avec les autres usagers de la route. Il s est concentré de façon très importante sur l écoute du CD au détriment de la conduite. Retirer et ranger le CD Son attention a été partagée pendant 23 secondes pour retirer le CD du lecteur et le ranger (161 mètres à 50 km/h). Il a éprouvé de la difficulté à enlever le CD. Il a quitté la route des yeux à 3 occasions à raison de 3 secondes chaque fois (21 mètres à 50 km/h). 10

11 Conducteur 2 (suite) Il n était pas attentif au mouvement de la circulation aux approches de l intersection ni à la planification de la manœuvre de virage qui allait suivre à l apparition du feu vert. Il avait de la difficulté à suivre le trajet qui lui était dicté. Composer un numéro de téléphone à l aide d un appareil avec le combiné à l oreille et entretenir une conversation avec un interlocuteur Son attention a été partagée pendant 22 secondes, soit le temps de trouver le numéro, d ouvrir l appareil, de consulter le numéro à quelques occasions et de faire l appel. (Cette action s est déroulée alors que le véhicule était immobilisé à un feu rouge. Cependant, il n était pas attentif aux mouvements de circulation ni à la planification du départ qui allait suivre à l apparition du feu vert.) En cours de conversation, il était très déconcentré, ses yeux étaient davantage fixés vers l avant, l exploration visuelle sur les côtés et dans les rétroviseurs était quasi absente et il roulait rapidement. De plus, il tardait à s adapter à la circulation des autres véhicules. Boire et manger Son attention a été partagée pendant 50 secondes, soit le temps de prendre la boisson, d ouvrir le contenant, etc. (plus de 1 kilomètre à 80 km/h). Il a quitté la route des yeux pendant 3 secondes (67 mètres à 80 km/h). Il avait tendance à louvoyer dans la voie de circulation et il tenait le volant de manière inappropriée. Entretenir une conversation avec un passager Le partage de l attention n a pas pu être mesuré. De façon générale, il a négligé l utilisation des clignotants. Son exploration visuelle était défaillante. Il avait tendance à freiner tardivement à l approche des arrêts. 11

12 Conducteur 3 Conduite rapide, mais il est à l aise au volant. Bonne anticipation et exploration visuelle efficace. Vérifie habituellement les angles morts. Utilisation efficace des rétroviseurs. Conduit souvent d une seule main (la main gauche). Dépasse généralement les limites de vitesse (110 km/h dans une zone de 100, 60 km/h dans une zone de 50). Suit de très près le véhicule devant (intervalle d une seconde). Change de voie sur une ligne continue. Emprunte la mauvaise voie lors d une manœuvre de virage. Glisse les arrêts obligatoires. Le profil de conduite demeure le même avec les sources de distraction ajoutées en ce qui concerne les habitudes acquises de conduite. Cependant, on peut observer une diminution de la capacité de concentration et du niveau d attention de la personne selon les sources de distraction. Ramasser un objet tombé sur le plancher du véhicule Son attention a été partagée pendant 7 secondes (98 mètres à 50 km/h). Il a dépassé la ligne d arrêt d une longueur de véhicule, ayant négligé de relâcher l accélérateur à temps pour effectuer l arrêt obligatoire. Répondre au cellulaire avec le combiné à l oreille Son attention a été partagée pendant 6 secondes pour prendre le cellulaire, l ouvrir et répondre à l appel (100 mètres à 60 km/h). Il a été déconcentré par le cellulaire au point d hésiter à s engager dans l intersection contrôlée par des arrêts à toutes les directions et son départ a été plutôt rapide et brusque. Il a amorcé le virage de la bretelle d accès à l autoroute à une vitesse trop élevée, à un point tel qu il a dû freiner. Son exploration visuelle était défaillante et il a négligé les angles morts lors des changements de voie. Manipuler un CD et l insérer dans le lecteur sur le tableau de bord du véhicule Son attention a été partagée pendant 16 secondes pour prendre le boîtier, l ouvrir, prendre le CD et l insérer dans le lecteur (358 mètres à 80 km/h). Il a toujours conduit d une seule main, mais il a gardé les yeux sur la route. Écouter le CD Il a négligé la vérification des rétroviseurs et des angles morts. Il a failli être impliqué dans une collision lors d une manœuvre de changement de voie puisqu un véhicule se trouvait dans son angle mort. Il a été moins habile à percevoir et à analyser correctement les mouvements de circulation. Il était concentré sur l écoute du CD. 12

13 Conducteur 3 (suite) Retirer et ranger le CD Son attention a été partagée pendant 20 secondes pour retirer le CD du lecteur et le ranger (280 mètres à 50 km/h). Mais, malgré une attention partagée, il est demeuré plutôt efficace. Composer un numéro de téléphone à l aide d un appareil avec le combiné à l oreille et entretenir une conversation avec un interlocuteur Son attention a été partagée pendant 23 secondes, soit le temps de trouver le numéro, d ouvrir l appareil, de consulter le numéro à quelques occasions et de faire l appel (322 mètres à 50 km/h). Il a éprouvé de la difficulté à composer le numéro de téléphone, sa concentration étant diminuée. Il a éprouvé de la difficulté à entretenir la conversation avec son interlocuteur, n ayant retenu que partiellement le contenu du CD. Il a négligé la vérification des angles morts lors des manœuvres de changements de voie. Boire et manger Son attention partagée n a pas été mesurée. Il est demeuré en contrôle. Entretenir une conversation avec un passager Le partage de l attention n a pas pu être mesuré. Il a eu tendance à négliger les clignotants et son exploration visuelle était défaillante. Il a failli entrer en collision avec un camion lourd par manque de prévoyance, étant trop concentré sur la conversation. 13

14 Conducteur 4 Montre de bonnes habitudes de conduite préventive. Montre une bonne attitude au volant. Utilise toujours les deux mains sur le volant. Respecte la signalisation routière de façon remarquable. Roule souvent à plus basse vitesse que la limite prescrite, sauf à quelques rares exceptions (10 km/h environ). Vérifie régulièrement les rétroviseurs (toutes les 10 à 15 secondes). Procède à une très bonne exploration visuelle. Utilise presque toujours les clignotants lorsque requis. Le profil de conduite demeure le même avec les sources de distraction ajoutées en ce qui concerne les habitudes acquises de conduite. Cependant, on peut observer une diminution de la capacité de concentration et du niveau d attention de la personne selon les sources de distraction. Ramasser un objet tombé sur le plancher du véhicule Son attention a été partagée pendant 17 secondes, mais le véhicule était immobilisé. Comme dans les autres cas semblables, pendant cette période la circulation venant de l arrière était bloquée à l intersection. Répondre au cellulaire en mode mains libres Son attention a été partagée pendant 4 secondes pour actionner le bouton du système Bluetooth et répondre à l appel (67 mètres à 60 km/h). Après avoir répondu à l appel, il a proposé à son interlocuteur de le rappeler plus tard. Mais il a vite cédé à l insistance de ce dernier et il a poursuivi la conversation téléphonique malgré ses réticences. Il a été déconcentré par le cellulaire au point de suivre un autre véhicule de trop près pendant quelques secondes pour ensuite reprendre ses distances et le suivre de très loin. Manipuler un CD et l insérer dans le lecteur sur le tableau de bord du véhicule Son attention partagée n a pas été mesurée. Il a manipulé le CD de façon très efficace sans quitter la route des yeux. Écouter le CD Il a diminué la fréquence de la vérification des rétroviseurs. Il est devenu plus hésitant dans les manœuvres de changements de voie. Retirer et ranger le CD Au moment d enlever le CD, il a partagé son attention à trois occasions pendant une période d au moins 1 seconde chaque fois en quittant la route des yeux. Pour ranger le CD, il a attendu d être immobilisé au feu rouge et, à ce moment, son attention a été partagée pendant 34 secondes. Il n était alors pas attentif aux mouvements de circulation aux approches de l intersection ni à la planification du virage qui allait suivre. 14

15 Conducteur 4 (suite) Composer un numéro de téléphone en mode mains libres et entretenir une conversation avec un interlocuteur Il a décidé de quitter la route pour s arrêter dans le terrain de stationnement d un restaurant afin d éviter de composer le numéro de téléphone sur la route. Après avoir repris la route par la suite, il a reçu un deuxième appel téléphonique auquel il a répondu. Il a perdu l efficacité visuelle. Il a eu tendance à fixer son regard et la fréquence de la vérification des rétroviseurs a été grandement modifiée, passant de 15 secondes à 45 secondes. Il a éprouvé de la difficulté à entretenir une conversation soutenue avec son interlocuteur. Boire et manger Son attention partagée n a pas été mesurée. Il a accepté de boire et l a fait avec facilité. Cependant, il a refusé catégoriquement d ouvrir le sachet contenant la nourriture. Entretenir une conversation avec un passager Le partage de l attention n a pas pu être mesuré. Il a dépassé la limite de vitesse prescrite de 20 km/h et il était moins concentré sur la conduite. 15

16 Conducteur 5 A démontré deux profils distincts : d abord il était concentré sur la façon de conduire et ensuite le naturel est revenu. Concentré sur la bonne façon Vérifie souvent les rétroviseurs. Procède à une bonne exploration visuelle. Effectue des arrêts complets ou presque. Suit les véhicules à une distance sécuritaire. Respecte la limite de vitesse prescrite. Au naturel Suit parfois à une distance insuffisante. Néglige parfois les angles morts. Dépasse la ligne d arrêt aux intersections. Manipule parfois le volant en plaçant une main à l intérieur. Effectue les manœuvres de virages en se plaçant parfois dans la mauvaise voie. Dépasse la limite de vitesse prescrite (65 km/h dans une zone de 50). Il est à l aise au volant. Le profil de conduite au naturel demeure le même avec les sources de distraction ajoutées en ce qui concerne les habitudes acquises de conduite. Cependant, on peut observer une diminution de la capacité de concentration et du niveau d attention de la personne selon les sources de distraction. Ramasser un objet tombé sur le plancher du véhicule Son attention a été partagée pendant 6 secondes (100 mètres à 60 km/h). Il a eu tendance à rouler plus rapidement (60 km/h dans une zone de 50). Répondre au cellulaire en mode mains libres Son attention a été partagée pendant 15 secondes pour actionner le bouton du système Bluetooth et répondre à l appel (252 mètres à 60 km/h). Il a quitté la route des yeux pendant au moins 1 seconde pour repérer le téléphone, ce qui a engendré un arrêt plus rapide et un empiétement sur la ligne d arrêt. Après avoir répondu à l appel, il a roulé à une vitesse inférieure de 10 km/h sur l autoroute. Il a suivi un autre véhicule de trop près pendant près d une minute (sur une distance de plus de 1,5 km à 90 km/h). Manipuler un CD et l insérer dans le lecteur sur le tableau de bord du véhicule Son attention a été partagée pendant une période de 32 secondes (800 mètres à 90 km/h). Il a quitté la route des yeux à quelques occasions, dont une fois pendant plus de 2 secondes (plus de 50 mètres à 90 km/h). Écouter le CD Il a perdu de sa concentration. Il a vérifié les rétroviseurs plus souvent que d habitude. Dans la zone des travaux routiers, un signaleur qu il a d ailleurs vu assez tard lui a indiqué de ralentir. Retirer et ranger le CD Au moment d enlever le CD, il a partagé son attention pendant une période de 40 secondes (560 mètres à 50 km/h) en plus d avoir quitté la route des yeux à 8 occasions pendant une période d au moins 1 seconde chaque fois. 16

17 Conducteur 5 (suite) Composer un numéro de téléphone en mode mains libres et entretenir une conversation avec un interlocuteur Son attention a été partagée pendant une période de 30 secondes pour faire l appel (420 mètres à 50 km/h). Lors de la composition, le véhicule a louvoyé dans la voie et ses yeux ont eu tendance à quitter la route occasionnellement. Il a conduit de façon plus brusque. Il était plus attentif à la conversation qu à la conduite. Sa vision était moins efficace et il était moins attentif à l anticipation. Boire et manger Son attention a été partagée plus de 19 secondes (478 mètres à 90 km/h). Le véhicule avait tendance à louvoyer dans la voie. Sa vision était moins efficace. Entretenir une conversation avec un passager Le partage de l attention n a pas pu être mesuré. Il était très déconcentré. Il roulait à une vitesse plus élevée de 20 km/h (70 km/h dans une zone de 50). Sa vision était moins efficace. 17

18 Conducteur 6 Conducteur généralement prudent. Vérifie régulièrement les rétroviseurs. Procède à une excellente exploration visuelle à l exception des angles morts, qu il ne vérifie jamais. Néglige la vérification du rétroviseur avant d effectuer un arrêt. Perte de trajectoire dans les virages. Suit les véhicules à une distance sécuritaire. Comportement parfois nerveux entraînant des manœuvres plus brusques (crissement de pneus). Le profil de conduite demeure le même avec les sources de distraction ajoutées en ce qui concerne les habitudes acquises de conduite. Cependant, on peut observer une diminution de la capacité de concentration et du niveau d attention de la personne selon les sources de distraction. Ramasser un objet tombé sur le plancher du véhicule Son attention a été partagée pendant 9 secondes, mais il s est arrêté en bordure de la route pour effectuer l action. Il a eu tendance à rouler plus rapidement (60 km/h dans une zone de 50). Répondre au cellulaire en mode mains libres Son attention partagée n a pas été mesurée. Il a éprouvé de la difficulté à répondre à l appel, ce qui l a rendu plutôt nerveux. Manipuler un CD et l insérer dans le lecteur sur le tableau de bord du véhicule Son attention a été partagée pendant une période de 44 secondes (plus de 1,1 km à 90 km/h). Pour arriver à prendre le CD et l insérer, il a conduit à l aide d un genou après avoir complètement lâché le volant. Écouter le CD Son exploration visuelle était moins efficace et son regard davantage fixe. Retirer et ranger le CD Au moment d enlever le CD, son attention a été partagée pendant une période de 54 secondes (756 mètres à 50 km/h). Son exploration visuelle était moins active et sa capacité d anticipation était réduite. Composer un numéro de téléphone en mode mains libres et entretenir une conversation avec un interlocuteur Son attention a été partagée pendant une période de plus de 3 minutes, car il a éprouvé beaucoup de difficultés à faire l appel (plus de 3 km à 50 km/h). Il a quitté la route des yeux à plusieurs occasions. Il a éprouvé de la difficulté à entretenir la conversation. 18

19 Conducteur 6 (suite) Boire et manger Son attention a été partagée plus de 57 secondes (1,4 km à 90 km/h). Le véhicule avait tendance à louvoyer dans la voie. Sa vision était moins efficace. Entretenir une conversation avec un passager Le partage de l attention n a pas pu être mesuré. Il a démontré beaucoup d hésitation dans ses décisions. Sa vision était moins efficace. 19

Le transport scolaire, responsabilité partagée

Le transport scolaire, responsabilité partagée Le transport scolaire, une responsabilité partagée Par les citoyens Avec plus de 10 000 véhicules, près de 563 000 élèves transportés et un million de kilomètres parcourus chaque jour, le transport scolaire

Plus en détail

Le dépistage des conducteurs à risque

Le dépistage des conducteurs à risque Le dépistage des conducteurs à risque 14 mai 2009 Présenté par Lyne Tardif, ergothérapeute Au service des personnes ayant une déficience physique Objectifs de la formation Connaître les critères pour déterminer

Plus en détail

Collision n 1 : le croisement de droite

Collision n 1 : le croisement de droite 1 SECURITE des CYCLISTES : (SUR) VIVRE AVEC ET MALGRE LES AUTRES VEHICULES Au-delà des simples consignes habituelles, respecter le code de la route et porter un casque. Le texte qui suit montre de façon

Plus en détail

centre de connaissance sécurite routière

centre de connaissance sécurite routière centre de connaissance sécurite routière MESURE D ATTITUDES SECURITE ROUTIERE 2009 RESUME DE PARTIE 3 : NORMES SOCIALES, PERCEPTION DES RISQUES ET NOUVEAUX THÈMES MESURE D ATTITUDES SECURITE ROUTIERE 2009

Plus en détail

SEMAINE CANADIENNE DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE 2016 TROUSSE D INFORMATION

SEMAINE CANADIENNE DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE 2016 TROUSSE D INFORMATION SEMAINE CANADIENNE DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE 2016 TROUSSE D INFORMATION Merci de participer à la Semaine canadienne de la sécurité routière. Grâce à votre participation, nous pourrons faire connaître cette

Plus en détail

Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire québécoise : les grands constats

Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire québécoise : les grands constats Sécurité ou insécurité routière dans la culture populaire québécoise : les grands constats Québec, le 27 avril 2012 La première enquête de la Fondation CAA-Québec, vouée au développement de la connaissance

Plus en détail

À vous de rouler à vélo BIXI!

À vous de rouler à vélo BIXI! À vous de rouler à vélo BIXI! 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 Phare avant* Panier (capacité de 8 kg) Bande élastique Levier de frein* Poignée tournante de changement de vitesse* Clochette*

Plus en détail

Fatigue. au volant. 3 e cause de décès sur nos routes. Arrêtez-vous dans un endroit sécuritaire dès les premiers signes de fatigue

Fatigue. au volant. 3 e cause de décès sur nos routes. Arrêtez-vous dans un endroit sécuritaire dès les premiers signes de fatigue Fatigue au volant 3 e cause de décès sur nos routes Arrêtez-vous dans un endroit sécuritaire dès les premiers signes de fatigue La fatigue peut vous mener à votre dernier repos Au Québec, la fatigue au

Plus en détail

CONFERENCE, SENSIBILISATION & FORMATION à l ÉCO 2 MOBILITE

CONFERENCE, SENSIBILISATION & FORMATION à l ÉCO 2 MOBILITE CONFERENCE, SENSIBILISATION & FORMATION à l ÉCO 2 MOBILITE GIP INSERR Pôle Formation 122 rue des Montapins BP 15 58 028 NEVERS CEDEX www.inserr.fr 2 Contexte L objectif visant à changer sa façon de conduire

Plus en détail

Règles de circulation à Vélo

Règles de circulation à Vélo Règles de circulation à Vélo circulation sur les trottoirs : les véhicules doivent, sauf en cas de nécessité absolue, circuler sur la chaussée ; toutefois, ils peuvent franchir un trottoir, à partir de

Plus en détail

Code de la route : 14 idées reçues

Code de la route : 14 idées reçues Code de la route : 14 idées reçues Etes-vous sûr de tout connaître du Code de la route? Savez-vous exactement quels sont vos devoirs? Etes-vous sûr qu il ne s agit pas d idées reçues? Découvrez les réponses

Plus en détail

Propositions de Vélo Québec pour réhabiliter le Code de la sécurité routière en faveur de la mobilité durable. [Version condensée]

Propositions de Vélo Québec pour réhabiliter le Code de la sécurité routière en faveur de la mobilité durable. [Version condensée] Propositions de Vélo Québec pour réhabiliter le Code de la sécurité routière en faveur de la mobilité durable [Version condensée] 14 août 2014 NOTRE VISION : UNE CIRCULATION SÉCURITAIRE POUR TOUS Depuis

Plus en détail

Baromètre des comportements sur la route AXA Prévention

Baromètre des comportements sur la route AXA Prévention Baromètre des comportements sur la route AXA Prévention Présentation des résultats 2005 Contact AXA France : Valérie LESELBAUM 01 47 74 32 21 Présentation de l étude La sécurité routière progresse rapidement

Plus en détail

Sondage sur la sécurité routière de 2011. The knowledge source for safe driving

Sondage sur la sécurité routière de 2011. The knowledge source for safe driving T r a f f i c i n j u r y r e s e a r c h F o u n d a t i o n Sondage sur la sécurité routière de 2011 L alcool au volant au Canada The knowledge source for safe driving LA Fondation de recherches sur

Plus en détail

L' éco-conduite: La conduite écologique : Ou une conduite sûre et écologique rime avec économie.

L' éco-conduite: La conduite écologique : Ou une conduite sûre et écologique rime avec économie. L' éco-conduite: La conduite écologique : Ou une conduite sûre et écologique rime avec économie. Le code de la route et l examen du permis prennent aujourd hui en compte une conduite sûre, économique et

Plus en détail

SENSIBILISATION A LA SECURITE ROUTIERE PROGRAMMATION 2015

SENSIBILISATION A LA SECURITE ROUTIERE PROGRAMMATION 2015 SENSIBILISATION A LA SECURITE ROUTIERE PROGRAMMATION 2015 PROGRAMMATION 2015 CONDUITE AVEC LES FACULTÉS AFFAIBLIES SUR L ALCOOL AU VOLANT PRINTEMPS ET HIVER 2015 La campagne vise à sensibiliser la population

Plus en détail

Exposition «Agriculture et sécurité routière : partageons la route»

Exposition «Agriculture et sécurité routière : partageons la route» Exposition «Agriculture et sécurité routière : partageons la route» Partageons la route La route est un espace emprunté par différent type de véhicules, avec des besoins, des dimensions, des vitesses et

Plus en détail

Cher(e)s ami(e)s motocyclistes

Cher(e)s ami(e)s motocyclistes GUIDE DE SÉCURITÉ RANDONNÉES DE GROUPE (Plus de 7 motos) Cher(e)s ami(e)s motocyclistes Afin de minimiser les risques d accidents et d augmenter le plaisir que nous éprouvons à faire des randonnées de

Plus en détail

La FFCT c est : la randonnée en sécurité

La FFCT c est : la randonnée en sécurité La FFCT c est : la randonnée en sécurité Sécurité à vélo Les bons réflexes pour tous! Un vélo bien équipé Ce qui est obligatoire : une sonnette dont le son peut être entendu à 50 m au moins, deux freins

Plus en détail

Ouvrez l œil autour des véhicules lourds

Ouvrez l œil autour des véhicules lourds Ouvrez l œil autour des véhicules lourds Surveillez les angles morts Pour garder la vie Sécurité : un mot prioritaire pour CAA-Québec Les automobilistes d aujourd hui doivent partager la route avec de

Plus en détail

Autobus scolaire. Pour des écoliers en sécurité

Autobus scolaire. Pour des écoliers en sécurité Autobus scolaire Pour des écoliers en sécurité Parents et enfants Les autorités scolaires constatent souvent que l imprudence de parents trop pressés met en danger la vie des jeunes qui circulent dans

Plus en détail

/// SENSIBILISATION LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE PROGRAMMATION 2012 /////////////////////////////////////

/// SENSIBILISATION LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE PROGRAMMATION 2012 ///////////////////////////////////// /// SENSIBILISATION À LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE PROGRAMMATION 2012 ///////////////////////////////////// Ceinture de sécurité PARTICIPATION À L OPÉRATION CEINTURE 2012 DE LA SÛRETÉ DU QUÉBEC La Société de l

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE 1/ LA VILLE DE MONTRÉAL EST FAVORABLE AUX MESURES SUIVANTES : COMMENTAIRES ET POSITIONNEMENT DE LA VILLE DE MONTRÉAL

FICHE TECHNIQUE 1/ LA VILLE DE MONTRÉAL EST FAVORABLE AUX MESURES SUIVANTES : COMMENTAIRES ET POSITIONNEMENT DE LA VILLE DE MONTRÉAL FICHE TECHNIQUE POSITION DE LA VILLE DE MONTRÉAL DANS LE CADRE DE LA MODERNISATION DU CODE DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE AFIN D AMÉLIORER LA SÉCURITÉ DES CYCLISTES 21 septembre 2015 1/ LA VILLE DE MONTRÉAL EST

Plus en détail

Restez sur la bonne voie : Conduisez prudemment tout en prenant de l âge

Restez sur la bonne voie : Conduisez prudemment tout en prenant de l âge Restez sur la bonne voie : Conduisez prudemment tout en prenant de l âge Information à l intention des familles des conducteurs âgés Voici l histoire de Ted... Ted est âgé de 81 ans et il conduit toujours.

Plus en détail

Favoriser l'autonomie des élèves de lycée à la maison grâce à l'ent

Favoriser l'autonomie des élèves de lycée à la maison grâce à l'ent Favoriser l'autonomie des élèves de lycée à la maison grâce à l'ent 1. Le scénario : L espace numérique de travail (E.N.T.) dans les établissements publics locaux d enseignements est utilisé comme une

Plus en détail

22. - PRIORITÉ TRAIN TRAM AUTOBUS

22. - PRIORITÉ TRAIN TRAM AUTOBUS 22. - PRIORITÉ TRAIN TRAM AUTOBUS TRAIN 1. Généralités. Un train circule sur des voies ferrées ou rails. Sa distance d arrêt est très longue et il lui est impossible de dévier sa trajectoire. C est pourquoi

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

Conduite défensive : le bon comportement. Thème de février 2014

Conduite défensive : le bon comportement. Thème de février 2014 Conduite défensive : le bon comportement Thème de février 2014 Qu est-ce une conduite défensive? Une conduite défensive veut dire que : Vous évitez de faire des fautes L homme fait 2 à 10 fautes Vous essayez

Plus en détail

Les Français au volant Vague 2 -Juillet 2013 - Rapport conducteurs

Les Français au volant Vague 2 -Juillet 2013 - Rapport conducteurs Les Français au volant Vague 2 -Juillet 2013 - Rapport conducteurs BJ9540 Date : 15 juillet 2013 De : Annabelle Bouillon - Oriane Léti OPINIONWAY A :Sarah Maurit -Benoit Dutartre ENTRE NOUS SOIT DIT OpinionWay,

Plus en détail

Poids lourds en 2007

Poids lourds en 2007 Poids lourds en 2007 Avertissements : Toutes les données contenues dans ce document concernent uniquement la métropole. A compter du 1 er janvier 2005, le «tué» est la personne décédée dans les trente

Plus en détail

AXA PRÉVENTION COMMUNIQUÉ DE PRESSE

AXA PRÉVENTION COMMUNIQUÉ DE PRESSE SOUS EMBARGO JUSQU AU JEUDI 2 AVRIL 2015 00H01 AXA PRÉVENTION COMMUNIQUÉ DE PRESSE LYON, LE 2 AVRIL 2015 AXA Prévention - 11 ème Baromètre sur le comportement des Français au volant Enquête TNS Sofres

Plus en détail

CONDUCTEURS. de véhicules lourds. Connaissez-vous vos OBLIGATIONS?

CONDUCTEURS. de véhicules lourds. Connaissez-vous vos OBLIGATIONS? CONDUCTEURS de véhicules lourds Connaissez-vous vos OBLIGATIONS? 01 Lisez bien ce qui suit si >vous prenez la route avec: Un véhicule routier dont la masse nette est de plus de 3 000 kg : >> un autobus;

Plus en détail

6. CIRCULATION PARTAGE DE LA ROUTE

6. CIRCULATION PARTAGE DE LA ROUTE Par tage de la route 6 6. CIRCULATION PARTAGE DE LA ROUTE N oubliez pas que de nombreux usagers circulent dans nos rues et sur nos routes. Il incombe à chaque usager de tenir compte de la présence et des

Plus en détail

RÉÉVALUATION DES RÉPONSES DE TRANSPORTS CANADA À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ FERROVIAIRE R04-02 R02W0063

RÉÉVALUATION DES RÉPONSES DE TRANSPORTS CANADA À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ FERROVIAIRE R04-02 R02W0063 RÉÉVALUATION DES RÉPONSES DE TRANSPORTS CANADA À LA RECOMMANDATION EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ FERROVIAIRE R04-02 R02W0063 Introduction MATÉRIEL DIDACTIQUE DESTINÉ AUX CONDUCTEURS Le 2 mai 2002 à 16 h 12, heure

Plus en détail

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile

CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile CTE - 046M C.P. Transport rémunéré de personnes par automobile Mémoire relatif aux Consultations particulières et auditions publiques sur le document d information sur le transport rémunéré de personnes

Plus en détail

DriveABLE. Évaluations cognitives. Permis de conduire. Comment fonctionne l outil d évaluation DriveABLE

DriveABLE. Évaluations cognitives. Permis de conduire. Comment fonctionne l outil d évaluation DriveABLE Permis de conduire Évaluations cognitives DriveABLE Comment fonctionne l outil d évaluation DriveABLE Incidences possibles sur votre permis de conduire Évaluations cognitives DriveABLE L aptitude à conduire

Plus en détail

Brochure d information cybersurveillance

Brochure d information cybersurveillance Brochure d information cybersurveillance I. Cybersurveillance : un mot d explication Le 2 mai 2012, la Commission vie privée a émis une recommandation sur le contrôle par l employeur de l utilisation de

Plus en détail

POLITIQUE SUR L ACCÈS AU PORT DE VALLEYFIELD ET SUR L UTILISATION DES CARTES D ACCÈS

POLITIQUE SUR L ACCÈS AU PORT DE VALLEYFIELD ET SUR L UTILISATION DES CARTES D ACCÈS POLITIQUE SUR L ACCÈS AU PORT DE VALLEYFIELD ET SUR L UTILISATION DES CARTES D ACCÈS Conformément aux exigences de Transports Canada et son Règlement sur la sûreté du transport maritime (DORS/2004-144),

Plus en détail

Radars photographiques et surveillance aux feux rouges

Radars photographiques et surveillance aux feux rouges ASSOCIATION DES TRANSPORTS DU CANADA Radars photographiques et surveillance aux feux rouges CATÉGORIE : INGÉNIERIE EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE Au début des années 2000, le gouvernement du Québec avait envisagé

Plus en détail

CAMPAGNE «TRAJET, SECURISONS-LE!» LES USAGERS VULNERABLES

CAMPAGNE «TRAJET, SECURISONS-LE!» LES USAGERS VULNERABLES CAMPAGNE «TRAJET, SECURISONS-LE!» LES USAGERS VULNERABLES L UEL, en partenariat avec l Association d assurance accident et forte de la participation d acteurs nationaux, a lancé une nouvelle version de

Plus en détail

Conduire en étant fatigué est beaucoup moins dangereux que conduire sous l influence d alcool.

Conduire en étant fatigué est beaucoup moins dangereux que conduire sous l influence d alcool. Dossier : fatigue Introduction S endormir au volant peut être fatal. Pourtant, de nombreux conducteurs continuent à conduire alors qu ils se sentent fatigués. Ils pensent pouvoir chasser le sommeil qui

Plus en détail

Quatrième partie. Le jeune diabétique hors de son milieu familial

Quatrième partie. Le jeune diabétique hors de son milieu familial Quatrième partie Le jeune diabétique hors de son milieu familial Chapitre 51 1 À la garderie Caroline Boucher L entrée d un enfant diabétique à la garderie peut s avérer traumatisante pour certains parents.

Plus en détail

Observatoire national interministériel de la sécurité routière

Observatoire national interministériel de la sécurité routière Observatoire national interministériel de la sécurité routière Observatoire des vitesses : résultats de l année 2011 Extrait de «la sécurité routière en France Bilan de l année 2011» La vitesse pratiquée

Plus en détail

Le transport écolier, une. responsabilité partagée

Le transport écolier, une. responsabilité partagée Le transport écolier, une responsabilité partagée Par les citoyens Avec plus de 9 500 véhicules, près de 575 000 écoliers transportés et un million de kilomètres parcourus quotidiennement, le transport

Plus en détail

Se concentrer sur la route

Se concentrer sur la route Se concentrer sur la route Dangers des distractions au volant Conseils pour éviter les distractions courantes Coûts et conséquences Se concentrer sur la route Au volant d un véhicule, la chose la plus

Plus en détail

REGLES GENERALES ET DIRECTIVES POUR LA REALISATION ET LE JUGEMENT DES EXERCICES

REGLES GENERALES ET DIRECTIVES POUR LA REALISATION ET LE JUGEMENT DES EXERCICES V REGLES GENERALES ET DIRECTIVES POUR LA REALISATION ET LE JUGEMENT DES EXERCICES Les règles et les directives pour la réalisation et le jugement des exercices sont formées de A) Une partie générale qui

Plus en détail

Évaluation postcampagne Textos au volant 2011 Rapport d analyse

Évaluation postcampagne Textos au volant 2011 Rapport d analyse Évaluation postcampagne Textos au volant 2011 Rapport d analyse Québec, juin 2011 -- Dossier 77236-150 Contexte et objectifs 7 Le contexte et les objectifs de l étude 8 Le plan média de la campagne

Plus en détail

SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2015 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA. The knowledge source for safe driving

SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2015 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA. The knowledge source for safe driving T R A F F I C I N J U R Y R E S E A R C H F O U N D A T I O N SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2015 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA The knowledge source for safe driving LA FONDATION DE RECHERCHES SUR

Plus en détail

ision 360 La chasse aux angles morts! Est-ce possible? ANGLES MORTS VISION

ision 360 La chasse aux angles morts! Est-ce possible? ANGLES MORTS VISION ision 360 La chasse aux angles morts! VISION 360 ANGLES MORTS Est-ce possible? Peu importe la méthode choisie pour ajuster les miroirs, il est important de pouvoir compter dès le départ sur une bonne position

Plus en détail

Dossier de presse. Le réseau de transports interurbains dans la Loire : 2 600 cars au service des Ligériens : 2 Le soutien financier aux familles : 2

Dossier de presse. Le réseau de transports interurbains dans la Loire : 2 600 cars au service des Ligériens : 2 Le soutien financier aux familles : 2 M a r d i 1 4 j u i n 2 0 1 1 Dossier de presse «Les campagnes de sensibilisation à la sécurité dans les transports scolaires» par Hervé Reynaud, Vice-président du conseil général de la Loire, chargé des

Plus en détail

Fiche technique. Titre de l étude : Les formations à la conduite et leurs enjeux pour la sécurité routière. Étude comparative Sud-Ouest/Québec

Fiche technique. Titre de l étude : Les formations à la conduite et leurs enjeux pour la sécurité routière. Étude comparative Sud-Ouest/Québec Fiche technique Titre de l étude : Les formations à la conduite et leurs enjeux pour la sécurité routière. Étude comparative Sud-Ouest/Québec Durée : 20 mois Période : Février 2000 à octobre 2001 Organisme

Plus en détail

Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais. Programme inter-établissement.

Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais. Programme inter-établissement. Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais Programme inter-établissement Evaluation Sommaire 1 - Résultats de l enquête par questionnaire : début de programme...

Plus en détail

DIAGNOSTIC RISQUE ROUTIER

DIAGNOSTIC RISQUE ROUTIER Sommaire Partie I : Présentation de la société Partie II : Étude de la sinistralité Partie III : Évaluation du coût du risque routier Partir IV : Politique de prévention Partie V : Positionnement Partie

Plus en détail

SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2013 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA. The knowledge source for safe driving

SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2013 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA. The knowledge source for safe driving T R A F F I C I N J U R Y R E S E A R C H F O U N D A T I O N SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2013 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA The knowledge source for safe driving LA FONDATION DE RECHERCHES SUR

Plus en détail

Cellulaire au volant. Présenté par M. Jean-Marie De Koninck, Ph. D. Président de la TQSR. 19 novembre 2008

Cellulaire au volant. Présenté par M. Jean-Marie De Koninck, Ph. D. Président de la TQSR. 19 novembre 2008 Cellulaire au volant Présenté par M. Jean-Marie De Koninck, Ph. D. Président de la TQSR 1 19 novembre 2008 Plan de la présentation Données disponibles avant la prise de décision Disponibilité des données

Plus en détail

Interactions. 2010 Pearson Education France Développez des jeux 3D avec Unity Will Goldstone

Interactions. 2010 Pearson Education France Développez des jeux 3D avec Unity Will Goldstone 4 Interactions Nous allons voir ici, plus en détail, d autres interactions et nous plonger dans deux éléments essentiels au développement d un jeu : la détection de collision et le raycasting (tracé de

Plus en détail

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE

POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES AUTORISATION REQUISE FEUILLE DE ROUTE CODE D IDENTIFICATION POL93-101 TITRE : POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR AUTORISATION REQUISE 21 décembre 1993 Administrateur RESPONSABLE DU SUIVI Service des ressources

Plus en détail

Enquête Calcul des temps de parcours

Enquête Calcul des temps de parcours Enquête Calcul des temps de parcours Consignes Enquête Calcul des temps de parcours Consignes L aménagement urbain a été pensé, dans la majorité des rues pour favoriser les déplacements automobiles au

Plus en détail

BILAN ROUTIER UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE! 7 principales causes de collisions à Montréal. Portrait de la sécurité routière et de la circulation

BILAN ROUTIER UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE! 7 principales causes de collisions à Montréal. Portrait de la sécurité routière et de la circulation BILAN ROUTIER Portrait de la sécurité routière et de la circulation 2010 UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE! Le partage de la route en milieu urbain est l enjeu qui pose le plus grand défi autant aux usagers

Plus en détail

Séminaire 2010 des organisateurs de cours. 12 mai 2010

Séminaire 2010 des organisateurs de cours. 12 mai 2010 Séminaire 2010 des organisateurs de cours 12 mai 2010 Agenda Salutations Informations Statistiques Expériences tirées des audits Travailler avec SARI Rapport Sinus: accidents de motos Divers et sondage

Plus en détail

MINISTÈRE DE L URBANISME, DU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT. - TEXTES OFFICIELS

MINISTÈRE DE L URBANISME, DU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT. - TEXTES OFFICIELS MINISTÈRE DE L URBANISME, DU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT. - TEXTES OFFICIELS MINISTÈRE DE L URBANISME, OU LOGEMENT ET DES TRANSPORTS Direction des routes. relative CIRCULAIRE

Plus en détail

La pédagogie routière sans limite!

La pédagogie routière sans limite! La pédagogie routière sans limite! ROAD STAR Réalisme, Interactivité... Le logiciel pédagogique ROAD STAR ouvre une nouvelle ère et révolutionne la formation au risque routier. Associé à un poste de conduite

Plus en détail

Présentation des résultats

Présentation des résultats 2 Présentation des résultats Au volant, en présence de leurs enfants, près de 9 parents sur 10 ont déjà eu un comportement inadéquat Comportement au volant en présence des enfants Au volant d une voiture

Plus en détail

Règlement détaillé pour les organisateurs de courses de sports canins attelés de la province de Québec

Règlement détaillé pour les organisateurs de courses de sports canins attelés de la province de Québec Règlement détaillé pour les organisateurs de courses de sports canins attelés de la province de Québec 1. Règles générales 1.1 Admissibilité 1.1.1 Une inscription pour une course doit être présentée avant

Plus en détail

DDTM 50 - Coordination sécurité routière

DDTM 50 - Coordination sécurité routière DDTM 50 - Coordination sécurité routière DDTM 50 - Coordination sécurité routière En France en 2012 : Accidentalité des motocyclistes ------------------- Les victimes Sur 843 personnes qui ont perdu la

Plus en détail

Campagne promotionnelle 2014 des Villages-relais «On est là!»

Campagne promotionnelle 2014 des Villages-relais «On est là!» MINISTÈRE DES TRANSPORTS Campagne promotionnelle 2014 des Villages-relais «On est là!» Faits saillants du sondage postcampagne MARS 2015 Cette publication a été réalisée et éditée par la Direction des

Plus en détail

Recommandation de synthèse du CNSR au ministre de l Intérieur

Recommandation de synthèse du CNSR au ministre de l Intérieur Recommandation de synthèse du CNSR au ministre de l Intérieur Le ministre a saisi le CNSR afin de recueillir son avis sur les mesures visant à réduire la mortalité routière de moitié entre 2010 et 2020.

Plus en détail

Éducation à la sécurité

Éducation à la sécurité Cette présentation a été effectuée le 1er décembre 2011, au cours de la journée «La sécurité routière durable : une contribution essentielle à un environnement et à des modes de vie sain?» dans le cadre

Plus en détail

«Rue Tom et Lila» Une campagne nationale de sensibilisation aux dangers du trajet vers l école. mardi 13 septembre 2011

«Rue Tom et Lila» Une campagne nationale de sensibilisation aux dangers du trajet vers l école. mardi 13 septembre 2011 Point d étape sur les actions 2009 «Rue Tom et Lila» Une campagne nationale de sensibilisation aux dangers du trajet vers l école mardi 13 septembre 2011 1 Point d étape sur les actions 2009 LES ASSOCIATIONS

Plus en détail

Démonstration de terrain organisée à l issue de la formation à l interception motocycliste et à la lutte contre l insécurité routière

Démonstration de terrain organisée à l issue de la formation à l interception motocycliste et à la lutte contre l insécurité routière Françoise Collet Ambassadeur/Chef de Délégation de la Délégation de l'union européenne en République du Cameroun Appui institutionnel au MINTP Volet sécurité routière Démonstration de terrain organisée

Plus en détail

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal Veille stratégique métropolitaine DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal par Jean-François Marchand, urbaniste

Plus en détail

association adilca www.adilca.com LES RÉFÉRENTIELS

association adilca www.adilca.com LES RÉFÉRENTIELS LES RÉFÉRENTIELS La force centrifuge est encore aujourd hui le concept le plus représentatif de l esprit sécurité routière. En 1999, un article publié dans la revue Formation & Sécurité démontrait qu une

Plus en détail

Correction détaillée ASSR2. Session 2011

Correction détaillée ASSR2. Session 2011 détaillée ASSR2 Epreuve principale Session 2011 Question 1 Piétons Rollers Dépasser un piéton C est bien sur le trottoir que le roller, qui est considéré comme un piéton, doit circuler. Mais, plus rapide

Plus en détail

La priorité à droite À une intersection, lorsqu'il n'y a pas de panneau ou que l'on trouve le panneau priorité à droite qui s'applique.

La priorité à droite À une intersection, lorsqu'il n'y a pas de panneau ou que l'on trouve le panneau priorité à droite qui s'applique. Comment franchir une intersection avecprioritéàdroite? Une intersection (carrefour) est une zone où se rejoignent, se croisent des usagers venant de directions différentes. Dans quel ordre doivent-ils

Plus en détail

Rapport synthèse : Forum citoyen sur le Plan local de déplacement de l arrondissement de Rosemont La Petite-Patrie.

Rapport synthèse : Forum citoyen sur le Plan local de déplacement de l arrondissement de Rosemont La Petite-Patrie. Rapport synthèse : Forum citoyen sur le Plan local de déplacement de l arrondissement de Rosemont La Petite-Patrie 16 octobre 2013 Table des matières Contexte... 3 Mandat... 3 Format du forum... 4 Participation...

Plus en détail

TABLE RONDE. Communication et langue en navigation intérieure. Rapport succinct

TABLE RONDE. Communication et langue en navigation intérieure. Rapport succinct COMMISSION CENTRALE POUR LA NAVIGATION DU RHIN TABLE RONDE Communication et langue en navigation intérieure Rapport succinct AVANT PROPOS Le présent rapport présente les interventions, les débats et les

Plus en détail

Présentation de Une accident dans notre groupe

Présentation de Une accident dans notre groupe Présentation de Une accident dans notre groupe Il y a des types d accidents, les «évitables et les inévitables». Types d accidents Par définition, un accident «évitable» est un accident que l on peut ne

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE GESTION DES MIGRATIONS DANS LE PAYS XX

RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE GESTION DES MIGRATIONS DANS LE PAYS XX RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE GESTION DES MIGRATIONS DANS LE PAYS XX Type de projet : Coopération technique Type de projet secondaire : Renforcement des capacités en matière de gestion des migrations

Plus en détail

S établir en avant en tournant en arrière à l appui

S établir en avant en tournant en arrière à l appui S établir en avant en tournant en arrière à l appui Le gymnaste part de la station, face à la barre. L entraîneur en profite pour poser directement sa première main sur l épaule du gymnaste (1). Une fois

Plus en détail

Décret n 2007-429 du 25 mars 2007 - art. 1 JORF 27 mars 2007

Décret n 2007-429 du 25 mars 2007 - art. 1 JORF 27 mars 2007 MATHEMATIQUES L éducation à la sécurité routière est présente de la maternelle au lycée. Son inscription obligatoire dans les horaires et programmes de différentes disciplines vise à une meilleure appréhension

Plus en détail

LES RÉGLAGES À APPLIQUER

LES RÉGLAGES À APPLIQUER 5 La photo d action LES RÉGLAGES À APPLIQUER Il n est pas de règle universelle pour régler son appareil en photo d action. Les conditions lumineuses ou la mobilité du sujet peuvent vous amener à choisir

Plus en détail

Les points. d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE

Les points. d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE Les points d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE points En vue d améliorer la sécurité routière au Québec, la Société de l assurance automobile du Québec (SAAQ) applique depuis 17 un système de points d inaptitude.

Plus en détail

Intelligence à bord? Jusqu à 50 % d accidents graves en moins avec les systèmes d assistance à la conduite. www.qi-auto.ch

Intelligence à bord? Jusqu à 50 % d accidents graves en moins avec les systèmes d assistance à la conduite. www.qi-auto.ch Intelligence à bord? Jusqu à 50 % d accidents graves en moins avec les systèmes d assistance à la conduite. www.qi-auto.ch Systèmes d assistance à la conduite Les systèmes d assistance à la conduite offrent

Plus en détail

LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES

LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES LA POLITIQUE D EMBAUCHE DES RESSOURCES HUMAINES TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE...3 2. CADRE LÉGAL ET JURIDIQUE...3 3. CHAMP D APPLICATION...3 4. RESPONSABILITÉS...4 4.1... Administrateur

Plus en détail

AUTO-DIAGNOSTIC DU MANAGER D après P. Hersey et K.Blanchard

AUTO-DIAGNOSTIC DU MANAGER D après P. Hersey et K.Blanchard AUTO-DIAGNOSTIC DU MANAGER D après P. Hersey et K.Blanchard Ce test vous permet d identifier : votre style dominant. votre souplesse d adaptation à chaque situation. Il comporte 12 situations de la vie

Plus en détail

LIVRET. La prévention des risques routiers professionnels pour les dirigeants des PME-TPE

LIVRET. La prévention des risques routiers professionnels pour les dirigeants des PME-TPE LIVRET La prévention des risques routiers professionnels pour les dirigeants des PME-TPE Club Entreprises Sécurité routière du Rhône Mail : contact@clubesr69.fr www.clubesr69.com FICHE 1 ASPECTS HUMAINS

Plus en détail

Dans notre cadre, le référentiel d activités devra fournir une description de s activités du poste à partir de la situation observée.

Dans notre cadre, le référentiel d activités devra fournir une description de s activités du poste à partir de la situation observée. Fiche pratique N 3 «Analyse des activités d un poste de travail et référentiel d activités» De quoi s agit-il? 1 Il s agit de recueillir des données relatives au poste de travail qui devront être fidèles

Plus en détail

SECURITE ROUTIERE CONFERENCE DE PRESSE CONJOINTE ETAT /GOUVERNEMENT - JEUDI 23 DECEMBRE 2010 -

SECURITE ROUTIERE CONFERENCE DE PRESSE CONJOINTE ETAT /GOUVERNEMENT - JEUDI 23 DECEMBRE 2010 - SECURITE ROUTIERE CONFERENCE DE PRESSE CONJOINTE ETAT /GOUVERNEMENT - JEUDI 23 DECEMBRE 2010 - DOSSIER DE PRESSE Les actions de la Nouvelle-Calédonie pour lutter contre l insécurité routière La lutte contre

Plus en détail

Qu est ce que la vitesse?

Qu est ce que la vitesse? 34 La vitesse J Actuellement, beaucoup d accidents de la route sont dus à une vitesse mal maîtrisée et mal adaptée qui, dans le cas des cyclomotoristes, résulte souvent du non-respect des distances de

Plus en détail

Travaux d arrimage secondaire-collégial du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport (2006-2009)

Travaux d arrimage secondaire-collégial du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport (2006-2009) Travaux d arrimage secondaire-collégial du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport (2006-2009) Alexandre Paré Direction de l enseignement collégial Contexte et objectif Travaux initiés par la Direction

Plus en détail

Le piéton, carte d identité

Le piéton, carte d identité Quiestpiéton? Comme les automobilistes et les deux-roues, les piétons sont considérés comme des usagers de la route et doivent respecter un certain nombre de règles. Mais qui est réellement piéton? Les

Plus en détail

CONTACTS PRESSE. Estelle Bourreau 06 90 92 43 24 estelle.bourreau@opinionvalley.com Romain Scozzaro 06 26 86 73 66

CONTACTS PRESSE. Estelle Bourreau 06 90 92 43 24 estelle.bourreau@opinionvalley.com Romain Scozzaro 06 26 86 73 66 Estelle Bourreau 06 90 92 43 24 estelle.bourreau@opinionvalley.com Romain Scozzaro 06 26 86 73 66 CONTACTS PRESSE Laurence Guillerm 01 49 55 33 07 06 11 66 97 70 laurence.guillerm@autoroutes.fr Sommaire

Plus en détail

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Sommaire Définition et objectifs de l épreuve.. p1 Compétences à évaluer.. p2 Conception du sujet..

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

Le transport écolier, une. r e s p o n s a b i l i t é p a r t ag é e

Le transport écolier, une. r e s p o n s a b i l i t é p a r t ag é e Le transport écolier, une r e s p o n s a b i l i t é p a r t ag é e Par les c i t o y e n s Avec plus de 10 000 vé h i c u l es, p rès de 531 000 écoliers t ra n s p o rtés et un million de kilomèt res

Plus en détail

Université Catholique de Louvain. Ecole Polytechnique de Louvain Département de Mathématiques Appliquées. Trafic Autoroutier

Université Catholique de Louvain. Ecole Polytechnique de Louvain Département de Mathématiques Appliquées. Trafic Autoroutier Université Catholique de Louvain Ecole Polytechnique de Louvain Département de Mathématiques Appliquées Trafic Autoroutier Analyse, gestion et stabilité au niveau microscopique François Massonnet Résumé

Plus en détail

La signalisation temporaire de chantier

La signalisation temporaire de chantier Note HYGIENE & SECURITE 004-2010 La signalisation temporaire de chantier Des obstacles ou des dangers peuvent être générés, de manière temporaire, par les travaux ou interventions réalisés par les agents

Plus en détail

Les points. d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE

Les points. d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE Les points d inaptitude PERMIS DE CONDUIRE points En vue d améliorer la sécurité routière au Québec, la Société de l assurance automobile du Québec (SAAQ) applique depuis 17 un système de points d inaptitude.

Plus en détail

8 3-2015. Les dangers aux passages piétons

8 3-2015. Les dangers aux passages piétons 8 3-2015 Les dangers aux passages piétons Le danger : masque créé par la première voiture Oscan a été tué comme cela à Strasbourg C est par exemple l accident mortel survenu à Strasbourg sur une voie simple.

Plus en détail

COMMISSION DES TRANSPORTS ET DE L ENVIRONNEMENT CONSULTATION GÉNÉRALE ET AUDITIONS PUBLIQUES SUR LE. Mémoire remis par CAA-Québec

COMMISSION DES TRANSPORTS ET DE L ENVIRONNEMENT CONSULTATION GÉNÉRALE ET AUDITIONS PUBLIQUES SUR LE. Mémoire remis par CAA-Québec COMMISSION DES TRANSPORTS ET DE L ENVIRONNEMENT CONSULTATION GÉNÉRALE ET AUDITIONS PUBLIQUES SUR LE PROJET DE LOI N O 71, LOI MODIFIANT DE NOUVEAU LE CODE DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE ET D AUTRES DISPOSITIONS

Plus en détail