Exemple d une «crise sanitaire» en EHPAD: gestion d une épidémie de gastro-entérite ànorovirus

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Exemple d une «crise sanitaire» en EHPAD: gestion d une épidémie de gastro-entérite ànorovirus"

Transcription

1 Exemple d une «crise sanitaire» en EHPAD: gestion d une épidémie de gastro-entérite ànorovirus Dr N. Murat-Charrouf EHPAD «Lucien Schroeder»-Rennes Service de gériatrie CHU Rennes

2 Mission 5: «Veille àl application des bonnes pratiques gériatriques, y compris en cas de risques sanitaires exceptionnels, formule toute recommandation utile dans ce domaine et contribue àl évaluation de la qualitédes soins» Mission 12: «Identifie les risques éventuels pour la santépublique dans les établissements et veille àla mise en œuvre de toutes mesures utiles àla prévention, la surveillance et la prise en charge de ces risques»

3

4 «D après les données collectées par l Institut de veille sanitaire (InVS)2, les épisodes de cas groupés de gastro-entérites aiguës (GEA) sont fréquents en établissements d hébergement de personnes âgées. Les EHPAD constituent le premier lieu de survenue des foyers signalés (50%). Ils peuvent toucher en quelques jours un grand nombre de personnes y compris les personnels et persister plusieurs semaines. La maladie peut causer des déshydratations sévères chez les personnes fragiles. Les norovirussont particulièrement retrouvés en hiver, d autres virus plus rarement (rotavirus, astrovirus ). Les toxi-infections alimentaires (TIAC) en collectivités de personnes âgées sont également fréquentes»

5 «L application de bonnes pratiques d hygiène dès le diagnostic d un cas permet de réduire la transmission de la maladie. La reconnaissance précoce de cas groupés, l identification de l agent infectieux, l instauration de mesures adaptées, doivent permettre de contrôler les épidémies et d en limiter l impact sur les résidents et le fonctionnement des établissements» La gestion des gastroentérites aiguës (GEA) a fait l objet d un guide du Haut Conseil de la santé publique (HCSP)3 en date du 29 janvier 2010, accessible àl adresse suivante : ( _gastro.pdf)

6 Respect au quotidien des précautions d hygiène standart Hygiène des mains Pour le personnel Frictions par produit hydro-alcoolique, précédées d un lavage simple des mains avec un savon doux lorsque les mains sont mouillées, souillées visuellement ou poudrées Avant et après tout acte de soin -Entre deux actes de soin àun même patient Après retrait de gants En cas d exposition à des liquides biologiques -Avant de préparer, manipuler ou servir des aliments Pas de bijoux ni montre Ongles courts sans vernis ni faux ongles Pour les résidents Lavage simple Lors de la toilette, lors de souillures, après passage aux toilettes, et autant que possible avant et après le partage d un espace commun (restaurant)

7 Respect au quotidien des précautions d hygiène standart Hygiène alimentaire Respect des bonnes pratiques d hygiène alimentaire Entretien régulier des fontaines réfrigérantes Nettoyage et désinfection réguliers des réfrigérateurs Hygiène de l environnement Respect des procédures de nettoyage, du circuit du linge et du circuit des déchets (changes compris) Port d une tenue professionnelle Port de gants Le port de gants est limitéaux contacts et au risque de projection avec des liquides biologiques, avec une peau lésée ou une muqueuse Hygiène des mains avant et après le port de gants Port de tablier àusage unique, masque et lunettes En cas de risque de projection de produit biologique

8 ANTICIPER Former le personnel Aux précautions d hygiène et au suivi des procédures Prévoir l accès au matériel et aux produits Produits hydro-alcooliques, gants, tabliers Organiser le circuit des prélèvements Utiliser autant que possible un lave-bassin Organiser une surveillance continue Désigner un «référent épidémie, chargéde la coordination de la surveillance et de la mise en oeuvre des mesures de contrôle Chaque cas doit être notifiéen interne Courbe épidémique

9 Le contexte Janvier 2014 EHPAD de 72 résidents situédans le centre de Rennes + 13 places d accueil de jour dans des locaux dédiés et avec un personnel spécifique GMP : 700 PMP : ETP d IDE + 1 IDE Coord Environ 50 salariés (dont 20 ETP d AS ) Médecin coordonnateur à0,40 ETP (sans activité de soins dans l EHPAD)

10 Le contexte

11 Tableau de surveillance synthétique Résidence «Lucien Schroeder»- Cas groupés de diarrhée aigüe Janvier er étage (19 ch) 1er Mme C D D Mme D Mme F D V V Mme R Mr B Mme P 2 ème étage (13 ch) D V D Mme G Mr R D D V 38 4 D Mme C D V DD Mr F VD V Mme M VD Mme L V Mme P VD 38

12 Une symptomatologie pauvre Un ou deux épisodes de diarrhées et/ou vomissements Peu de fièvre Asthénie Autres : sensations vertigineuses, myalgies, céphalées Pas de cas grave (ni hospitalisation, ni déshydratation nécessitant des perf sous cut )

13 Mais des conséquences en terme d organisation 47 résidents/72 touchés en moins de 2 semaines 13 salariés (arrêts de travail), dont une secrétaire, le médecin coordonnateur, une IDE Isolement en chambre (?), service des repas sur plateau, information des visiteurs, ménage «renforcé», arrêt des animations collectives Tous les services concernés (soins, hébergement, accueil et secrétariat, cuisine ) Contacts rapprochés avec les organismes de tutelle (ARS), renforts proposés

14

15 CONDUITE A TENIR DES LE PREMIER CAS : démarche étiologique «La grande majoritédes GEA en EHPAD sont d origine virale. Les indications d antibiothérapie sont donc restreintes. Un traitement antibiotique se justifie uniquement en cas d infection bactérienne associée àun syndrome dysentérique, des signes de gravité, une fièvre élevée ou une évolution prolongée au-delàde 3 jours. Diagnostic microbiologique En cas de fièvre, rectorragies, déshydratation sévère, évolution au-delàde 5 jours : coproculture (sur prélèvements frais ou conservés moins de 12 heures à4 C transport dans un triple emballage) En cas de traitement antibiotique dans le mois précédent, une infection àclostridium difficile doit être recherché(recherche de toxine en priorité)»

16 Précautions complémentaires de type contact «Isolement Maintien en chambre arrêt des activités de groupe - Signalisation àl entrée de la chambre Renfort de l hygiène des mains Après tout contact avec l environnement du résident et en sortant de la chambre Port de gants àusage unique Lors des contacts directs et soins de nursing au résident Hygiène des mains avant le port des gants et après retrait Tablier àusage unique Lors des contacts avec le résident et des soins de nursing»

17 Protection environnementale Bionettoyage Nettoyage et désinfection des sols et surfaces au moins quotidienne Sans oublier poignées de porte, rails de lits, toilettes, lavabos, robinets Nettoyage et désinfection immédiate des surfaces souillées par des selles ou des vomissements (dont bassins et chaises percées) Recours àun désinfectant virucide (norme européenne EN14 476) ou eau de javel Matériel médical à usage unique ou dédié, nettoyé et désinfecté quotidiennement (stéthoscope, brassard àtension, thermomètre ) Evacuation du linge dans le circuit du linge contaminés il existe (sinon double emballage) Evacuation des déchets et excrétas Avant sortie de la chambre Elimination des déchets souillés par des selles (protections, alèzes àusage unique ) dans la filière DASRI1 Utiliser des laves-bassins A défaut évacuer les selles dans le réseau d assainissement suivi d une désinfection immédiate du bassin àl eau de javel (ou produit virucide actif contre les norovirus)

18 Précautions complémentaires «Pour chaque cas Isolement jusqu à48 heures après la fin des symptômes Suspension des transferts et des admissions dans les unités affectées Information des visiteurs»

19 Signalement àl ARS Signalement systématique àl ARS si au moins 5 cas de GEA dans un délai de 4 jours chez les résidents ou si 2 cas d infection àclostridium difficile Un signalement reste possible en dehors de ces critères pour toute demande d appui Transmission àl ARS selon les procédures en place dans l établissement Envoi du bilan final et de la courbe épidémique à l ARS

20 Intervention des acteurs régionaux Selon le cas, des investigations pourront être menées par les ARS, avec le soutien des CIRE et/ou services vétérinaires : -La vérification des mesures de contrôle de l épidémie -Des recherches étiologiques -Des investigations épidémiologiques L ARLIN peut être sollicitée par l ARS pour conseiller l établissement sur les mesures à mettre en place

21

22 Fiche de signalement n 2 de cas groupés de gastro-entérite aiguë (GEA) en collectivités de personnes âgées Région BRETAGNE Cette fiche a pour objet de signaler rapidement la survenue de cas groupés même si vous ne disposez pas de l ensemble des informations demandées, d informer de la mise en place des mesures de gestion et, si nécessaire, de solliciter l aide de l ARS, de l Arlin/CClin. Cette fiche permet dans un 2 ème temps de compléter les informations sur l ensemble de l épisode. A retourner à l ARS dès l identification de l épisode de cas groupés Tel : La partie «bilan final à la clôture de l épisode» sera complétée secondairement à la fin de l épisode et sera à transmettre à l ARS.

23 Critères de signalement: au moins 5 cas de GEA dans un délai de 4 jours parmi les personnes résidentes. Date du signalement : / / (jj/mm/aaaa) Signalement Personne responsable du signalement : Nom : Fonction : Tél : Fax : Nom de l établissement : Adresse : Code postal : Commune : N FINESS de l établissement (raison sociale) : Caractéristiques de l établissement Établissement affilié (même entité juridique) à un établissement de santé : Oui Non Type d'établissement : EHPAD Unité de soins de longue durée Autre, préciser : Nombre de résidents : Nombre de membres du personnel : total Situation lors du signalement de cas groupés Depuis le début de l épisode Résidents Membres du personnel Nombre de malades Nombre de personnes hospitalisées Nombre de personnes décédées Date du début des signes du premier cas : / / du dernier cas (avant le signalement) : / / Tableau clinique oui non Ne sait pas La majorité des malades présentent-ils des vomissements? La majorité des malades présentent-ils de la diarrhée? La majorité des malades présentent-ils de la diarrhée sanglante? La majorité des malades présentent-ils de la fièvre (> 38 C) Durée moyenne de la maladie chez les cas? jours Recherche étiologiques déjà entreprises ou en cours Oui Non Ne sait pas Si oui précisez lesquelles : Résultats : Merci de joindre la fiche de surveillance ou la courbe épidémique

24 Mesures de contrôle Mise en place de mesures de contrôle : Oui Non Ne sait pas Mesures prises dans l établissement Si, oui Date de mise en place Renforcement de l hygiène des mains (personnels / résidents / visiteurs) / / Précautions de type «contact» / / Limitation des déplacements des malades / / Arrêt ou limitation des activités collectives / / Mise à l écart des soins et de la préparation des repas du personnel malade / / Informations des visiteurs et intervenants extérieurs / / Bionettoyage spécifique surfaces et locaux en 4 temps (détergent neutre, puis rinçage puis séchage puis désinfection eau de javel) / / Mesures sur les aliments (préparation, conservation, distribution, etc.) / / Autres mesures (suspension des admissions, ) précisez : / / Recherches étiologiques déjà entreprises ou en cours Oui Non Ne sait pas Si oui précisez lesquelles : Germes recherchés Type de prélèvement / Technique Résultats (si connus) Virus entériques (dont norovirus) Autre (précisez) Attention, la recherche de virus entériques nécessite d être spécifiée sur la prescription et doit faire l objet d un envoi au Centre National de Référence des virus entériques (CHU de Dijon), veuillez vous reporter à la conduite à tenir pour les recherches étiologiques et prendre contact avec votre laboratoire. Estimez-vous avoir besoin d'un soutien extérieur pour la gestion de l'épisode? Oui Non Ne sait pas Précisez : Commentaires : Bilan final à la clôture de l épisode A compléter dans les 10 jours suivant le dernier cas Date du bilan : / / Date du dernier cas : / / Bilan définitif des cas : Depuis le début de l épisode Résidents Personnels Nombre de malades Nombre de personnes hospitalisées Nombre de personnes décédées Résultats des recherches étiologiques, précisez : Avez-vous reçu un appui pour l investigation ou la gestion de cet épisode : Oui Non Si oui, précisez : ARS-CVAGS ARLIN CCLIN CIRE-InVS Réseau local d hygiène Autres : Commentaires :

25 Centre National de Référence des Virus Entériques Laboratoire de Virologie CHU de Dijon Plateau Technique de Biologie 2 rue Angélique Ducoudray BP Dijon cedex Tél : Fax :

26 PROTOCOLE D ENVOI D ÉCHANTILLONS DE SELLES POUR L INVESTIGATION D UN ÉPISODE DE CAS GROUPÉS DE GASTRO-ENTÉRITE AIGUË (GEA) Recueil des échantillons : Pour l investigation d un épisode de cas groupés de GEA, un minimum de 3 à 5 échantillons est recommandé (un échantillon par patient). Chaque échantillon doit être recueilli dans un flacon stérile. Les échantillons sont à conserver à 4 C (pour un envoi sous 48h) ou à -20 C (pour un envoi différé). Les échantillons doivent être accompagnés des formulaires n 1 (demande d investigation), n 2 et n 3 (renseignements épidémiologiques) ci-joints. Réalisation du colis : Les échantillons doivent être envoyés dans un triple emballage conforme à la réglementation en vigueur pour le transport des échantillons cliniques (arrêté ADR*) : Déposer les flacons (récipients primaires), entourés de papier absorbant, dans un sachet plastique ou une boîte rigide (plastique, métallique ) à fermeture hermétique (emballage secondaire), puis dans une boîte en carton ou polystyrène (emballage extérieur), avec interposition de matières de rembourrage appropriées. Apposer sur la surface extérieure du colis la désignation «Matière Biologique, catégorie B» près de la mention UN 3373 dans un losange. Conditions d envoi : UN 3373 MATIERE BIOLOGIQUE CATEGORIE B Le colis est à envoyer à température ambiante (max. 25 C) ou réfrigéré (4 C) dans un délai de 48h à 72h par voie postale ou par transporteur agréé. Pour éviter les délais d acheminement trop longs, il est souhaitable d effectuer l envoi en début ou en milieu de semaine (laboratoire ouvert tous les jours sauf le dimanche). Expédier le colis à l adresse suivante : Centre National de Référence des Virus Entériques CHU de Dijon Plateau Technique de Biologie Laboratoire de virologie 2 rue Angélique Ducoudray BP DIJON CEDEX

27 RENSEIGNEMENTS ÉPIDEMIOLOGIQUES FORMULAIRE N 3 FICHE INDIVIDUELLE Nom : Prénom : Date de naissance : Sexe : Date du prélèvement : Signes cliniques : Vomissements Diarrhée Fièvre Nausées Douleurs abdominales Autres (à préciser) : Durée des signes cliniques : du au Évolution des signes : Guérison Hospitalisation Autre Résultats des analyses microbiologiques (bactériologie et parasitologie) :

28 Que signaler au CORSSi? (Centre Opérationnel et de Régulation des Signaux) Les évènements sanitaires susceptibles d avoir un impact important sur la santéde la population Fréquence inhabituelle d une pathologie; pathologie atypique par ses signes cliniques ou sa gravité; pic épidémique en dehors des pics saisonniers connus Les maladies infectieuses Maladies àdéclaration obligatoire; cas graves d une pathologie transmissible au sein d une collectivité(ira, GEA en EHPAD ) La santé environnementale Intoxication au CO; contamination du réseau d eau chaudes sanitaires en légionnelles Les évènements indésirables survenant en institution Évènements menaçant ou compromettant la santéou la sécuritédes personnes prises en charge (situation de violence ou de maltraitance, disparitions et fugues, décès suspects, suicides et TS, grèves de la faim ); évènements concernant les conditions de fonctionnement de la structure (incendie, sécurité électrique, mouvements sociaux )

29 Rédaction du DARI (Document d Analyse du Risque Infectieux

30 DARI Obligation de rédaction d un «Document d Analyse du Risque Infectieux» en EHPAD (circulaires 30/09/11-15/03/12) Tous les domaines d activitésdans l EHPAD sont concernés: hygiène et risques infectieux sont à l interface de : accompagnement/soins/animation/hébergement/ entretien/cuisine Deux parties: prévention et gestion de crise Déterminer les points forts/points faibleset choisir des axes d amélioration avec les moyens et mesures à mettre en place

31 Recensement des infections EHPAD «Lucien Schroeder» Au niveau individuelen 2013: environ 32 résidents concernés par au moins une infection dans l année et traités par antibiotiques; pas de décès directement imputable N 1: infections broncho pulmonaires Une vingtaine de traitements antibiotiques; 3 hospitalisations directement liées N 2: infections urinaires Une dizaine de traitements antibiotiques N 3: infections cutanées et des tissus mous Environ 5 traitements antibiotiques N 4: infections sphère digestive N 5: autres (dents, os, œil ) 1 décès de résidente àl hôpital en 2008des suites d une fausse route dans un contexte de légionellose Au niveau collectif durant les dernières années (déclaration àl ARS): 09/2009: cas groupés de syndrome pseudo-grippal (12 résidents) 04/2012: cas groupés de gastro entérite à norovirus (12 résidents, 3 salariés) 01/2014: cas groupés de gastro entérite à norovirus (47 résidents, 13 salariés

32 Manuel d auto évaluation du GREPHH (Groupe d Evaluation des Pratiques en Hygiène Hospitalière Àdestination des EHPAD

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsables des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

104 résidents Population accueillie :

104 résidents Population accueillie : UNE GESTION DIFFICILE. MAIS RICHE Eddy CHENAF Directeur Dr Francine BEAUFILS Médecin coordonnateur 104 résidents Population accueillie : personnes âgées : moyenne d âge 82 ans, Trouble des fonctions supérieures

Plus en détail

Gestion d une épidémie hivernale en EMS

Gestion d une épidémie hivernale en EMS Gestion d une épidémie hivernale en EMS Monnot Émeline, Weinachter Olivia IDE en hygiène de Territoire Journée régionale «Hygiène et prévention des infections en EMS» 14 novembre 2013 Généralités Hiver

Plus en détail

Le signalement des infections nosocomiales

Le signalement des infections nosocomiales Le signalement des infections nosocomiales Bruno GRANDBASTIEN Faculté de Médecine «Henri Warembourg», Université Lille 2 Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et d Infectiologie (SGRIVI),

Plus en détail

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest Réseau national d Alerte, d Investigations et de Surveillance des Infections Nosocomiales Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin

Plus en détail

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D.

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. DAURIAC MARIE-CHRISTINE INFIRMIERE EQUIPE MOBILE DE GERIATRIE CH AUCH 9 JUIN 2011 Projet de vie / projet de soins Les deux projets,

Plus en détail

Quizz Hygiène des mains

Quizz Hygiène des mains Quizz Hygiène des mains Question 1 En dehors des professionnels de santé, l hygiène des mains concerne : 1. le grand public 2. les résidents 3. les visiteurs 4. les intervenants externes 5. les bénévoles

Plus en détail

HYGIENE DES MAINS DES PROFESSIONNELS ET DES RESIDENTS

HYGIENE DES MAINS DES PROFESSIONNELS ET DES RESIDENTS 1. OBJECTIF Appliquer une hygiène des mains adaptée à chaque activité, afin d éviter la transmission croisée manuportée des micro-organismes. 2. DOMAINE D APPLICATION L ensemble des professionnels de,

Plus en détail

constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D.

constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D. 1 constat La méconnaissance implique une crainte vis-à-vis des porteurs de BMR Maintenir les activités habituelles du résidant en E.H.P.A.D. Limiter la diffusion des «BMR» Indiquer la conduite à tenir

Plus en détail

Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne

Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne Véronique Bussy-Malgrange Martine Blassiau Journée interrégionale de formation CClin-Est-Resclin,

Plus en détail

Précautions barrière vis à vis de la grippe

Précautions barrière vis à vis de la grippe Précautions barrière vis à vis de la grippe Madame Patricia Lathière en collaboration avec Madame Sophie Steunou 05/12/2006 http://www.grippeaviaire.gouv.fr/ Transmission interhumaine Par l'intermédiaire

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE

CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECLARATION DE SIGNES EVOCATEURS DE GRIPPE DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE Responsabilité de chacun et sensibilisation de tous 1 - Tous les professionnels travaillant au contact

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARDS

PRECAUTIONS STANDARDS JOURNEE DE FORMATION D AUTOMNE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE PRECAUTIONS STANDARDS Marc PHILIPPO, PH Hygiène Hélène ZANOVELLO, IDE Hygiène 28/10/2014 1 OBJECTIFS Prévention des AES: lors de

Plus en détail

Les infections associées aux soins

Les infections associées aux soins Les infections associées aux soins Définitions, structuration de la lutte contre les IAS en France Atelier discussion Dr DENIS Corinne Journée des correspondants para médicaux en hygiène hospitalière 20

Plus en détail

DIARRHEES NOSOCOMIALES

DIARRHEES NOSOCOMIALES DIARRHEES NOSOCOMIALES Dr Julie Gagnaire Journée de formation de printemps des correspondants en hygiène hospitalière AVRIL 2016 INTRODUCTION Manque d intérêt car : nombreuses causes de diarrhées (médicaments,

Plus en détail

Gestion d une épidémie de gale. EHPAD Les Minimes

Gestion d une épidémie de gale. EHPAD Les Minimes Gestion d une épidémie de gale EHPAD Les Minimes PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Etablissement privé composé de deux bâtiments Résidence Dedelay Résidence H.Durand Capacité de 133 lits dont 10 lits pour

Plus en détail

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins 1ère journée ALIAS Lille - mardi 29 mars 2011 Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins Bruno Grandbastien Faculté de Médecine Henri Warembourg, Université de Lille

Plus en détail

Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD

Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD c1 Rôle et missions du médecin coordonnateur en EHPAD Capacité de Gériatrie Dr Corinne HAGLON DUCHEMIN 17 Février 2014 Diapositive 1 c1 clientleger; 12/02/2014 Décrets et Fonction du médecin coordonnateur

Plus en détail

Surveillance des foyers de gastroentérites aigües (Gea) en collectivité de personnes âgées, région Bourgogne

Surveillance des foyers de gastroentérites aigües (Gea) en collectivité de personnes âgées, région Bourgogne Surveillance des foyers de gastroentérites aigües (Gea) en collectivité de personnes âgées, région Bourgogne Saison hivernale 2013-14 Journée régionale des Correspondants en Hygiène des Etablissements

Plus en détail

Gestion d une épidémie en EHPAD

Gestion d une épidémie en EHPAD Gestion d une épidémie en EHPAD EHPAD Roger BESSON Sandrine BERTHELOT, Brigitte FLEURY, Catherine MAISONNIAL - St GERAND le PUY - 03 1 Présentation de l EHPAD Établissement public dans un village de 1000

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE Complémentaires d Hygiène CHAPUIS C, Saint Genis Laval Juin 2010 Objectif Les Complémentaires d Hygiène (PCH) ont pour but de faire barrière à la diffusion d un agent

Plus en détail

CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de moins de 300 salariés

CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de moins de 300 salariés Formation 3 jours Siège : 261 rue de Paris - 93556 MONTREUIL cedex CHSCT : Formation générale agréée Etablissement de moins de 300 salariés La formation Pour agir sur le travail et la santé en vue d une

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Juillet 2013 Contexte d utilisation Objet de la prise en charge Autre objet de prise en charge Un projet et

Plus en détail

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile.

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Frédérique SIESSE,infirmière libérale, Perpignan, Référente RVPCLR pôle Perpignan 1 La responsabilité de l infirmière

Plus en détail

Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais.

Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais. Résultats du Questionnaire concernant les établissements d Hospitalisation A Domicile de la région Nord Pas de Calais Méthodologie Enquête déclarative faite en février 2010 auprès des IDE hygiéniste et/ou

Plus en détail

Respect des précautions standard

Respect des précautions standard Respect des précautions standard 11 e journée régionale de prévention des infections associées aux soins Jeudi 11 avril 2013 Denis THILLARD Circulaire DGS/DH n 98-249 du 20 avril 1998 : «Des précautions

Plus en détail

C H M A D. Service d Hospitalisation à Domicile. Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne. 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101. 77875 Montereau Cedex

C H M A D. Service d Hospitalisation à Domicile. Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne. 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101. 77875 Montereau Cedex C H M A D Service d Hospitalisation à Domicile Centre Hospitalier de Montereau Fault Yonne 1 bis, rue Victor Hugo B.P. 101 77875 Montereau Cedex Secrétariat: 01 64 31 67 71 Médecin coordonnateur : 01 64

Plus en détail

Commission spécialisée Sécurité Patient

Commission spécialisée Sécurité Patient Commission spécialisée Sécurité Patient Constitution d un GT représentatif : Hygiénistes, infectiologues, bactériologistes Recrutement de 2 chargés de mission (bibliographie) Partenariat avec Sociétés

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Convention de partenariat Chambre des Métiers et de l Artisanat et Conseil Général de la Nièvre

DOSSIER DE PRESSE. Convention de partenariat Chambre des Métiers et de l Artisanat et Conseil Général de la Nièvre DOSSIER DE PRESSE Convention de partenariat Chambre des Métiers et de l Artisanat et Conseil Général de la Nièvre Jeudi 14 Octobre 2010 à 11h Au Foyer du Conseil Général Contacts presse : DCRCE Conseil

Plus en détail

Accompagnement Individualisé à Domicile (AID) Document pour les parents année 2016

Accompagnement Individualisé à Domicile (AID) Document pour les parents année 2016 Accompagnement Individualisé à Domicile (AID) Document pour les parents année 2016 Informations et formulaire d inscription version du 29 novembre 2015 Il est recommandé aux familles de demander à la personne

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous?

Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Question n 1 : Vous travailliez en soins de longue durée et ce matin il vous est proposé de vous vacciner contre la grippe, que faites-vous? Vous refusez à cause des effets secondaires Explications : En

Plus en détail

Isolement "Grippe A" H1N1

Isolement Grippe A H1N1 Isolement "Grippe A" H1N1 Rédigé par: Unité de Prévention des Infections Nosocomiales 'DESP), avec la collaboration des services de Médecine du Travail et de Maladies Infectieuses et Tropicales Validé

Plus en détail

SURVEILLANCE DES INFECTIONS

SURVEILLANCE DES INFECTIONS CLIN Avril 2012 SURVEILLANCE DES INFECTIONS NOSOCOMIALES À LA CND Protocole de surveillance Transmission des bactério + vers l EOH Enquête systématique réalisée par l EOH Identification des IN Validation

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD BILAN DE VISITE DE RISQUE DANS 20 ÉTABLISSEMENTS D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD BILAN DE VISITE DE RISQUE DANS 20 ÉTABLISSEMENTS D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES GESTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD BILAN DE VISITE DE RISQUE DANS 20 ÉTABLISSEMENTS D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES F. Ruban-Agniel, N. Larroumes, S. Amsellem-Dubourget, C.Chapuis Equipe

Plus en détail

L HAD dans les EHPAD. Docteur Emmanuel BOVIER Médecin coordonnateur Soins et Santé HAD de LYON. Jeudi 22 Mars 2012

L HAD dans les EHPAD. Docteur Emmanuel BOVIER Médecin coordonnateur Soins et Santé HAD de LYON. Jeudi 22 Mars 2012 L HAD dans les EHPAD Docteur Emmanuel BOVIER Médecin coordonnateur Soins et Santé HAD de LYON Jeudi 22 Mars 2012 Introduction La décision d une hospitalisation conventionnelle chez un résident d EHPAD

Plus en détail

Le laboratoire du Centre Hospitalier de Falaise Les bonnes pratiques de prélèvements des échantillons biologiques

Le laboratoire du Centre Hospitalier de Falaise Les bonnes pratiques de prélèvements des échantillons biologiques Le laboratoire du Centre Hospitalier de Falaise Les bonnes pratiques de prélèvements des échantillons biologiques V1 05/02/2015 1 Sommaire Présentation du laboratoire....3 Informations de prescription...6

Plus en détail

Cas groupés d hépatite A. en août et octobre 2012

Cas groupés d hépatite A. en août et octobre 2012 Cas groupés d hépatite A d origine alimentaire en Sarthe en août et octobre 2012 Dr Élisabeth Nuiaouët (Cvags - ARS des Pays de la Loire) Dr Ronan Ollivier (InVS - Cire des Pays de la Loire) Journée régionale

Plus en détail

FICHE DE LIAISON ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR/ETUDIANT

FICHE DE LIAISON ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR/ETUDIANT CONFIDENTIEL FICHE DE LIAISON ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR/ETUDIANT La mucoviscidose est une maladie génétique invalidante, qui touche les voies respiratoires et digestives. Les contraintes qu'elle

Plus en détail

CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau

CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau 1 Note introductive (chapô) La mise en place d une démarche globale de gestion de la qualité de l eau consiste à assurer la maîtrise des risques sanitaires liés

Plus en détail

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier

Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Investigation d'une épidémie de gastroentérites à norovirus dans un service hospitalier Couzigou C 1,2, Nguyen JC 3, Perniceni L 1, Vidal B 1,2, Gillard C 1, Salmeron S 4 1. Équipe opérationnelle d hygiène

Plus en détail

Article 2. relatives à l intervention du masseur-kinésithérapeute libéral dans l EHPAD

Article 2. relatives à l intervention du masseur-kinésithérapeute libéral dans l EHPAD CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MASSEURS- KINÉSITHÉRAPEUTES EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L établissement d hébergement pour personnes

Plus en détail

Investigation d une épidémie de légionellose en Ehpad Ivana Novakova Infirmière hygiéniste

Investigation d une épidémie de légionellose en Ehpad Ivana Novakova Infirmière hygiéniste 38 ème journées régionales Hygiène hospitalière et prévention des IAS 24-25 mars 2016 Investigation d une épidémie de légionellose en Ehpad Ivana Novakova Infirmière hygiéniste Un Ehpad en Ile-de-France

Plus en détail

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre :

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes

Plus en détail

Patients porteurs de BMR en EHPAD

Patients porteurs de BMR en EHPAD Patients porteurs de BMR en EHPAD Formation hygiène en Gériatrie ARLIN Lorraine arlin@chu-nancy.fr La colonisation par les BMR (bactéries multirésistantes aux antibiotiques) Simple portage Aucun symptôme

Plus en détail

Accompagnement Individualisé à Domicile (AID) Document pour les parents année 2015/2016

Accompagnement Individualisé à Domicile (AID) Document pour les parents année 2015/2016 Accompagnement Individualisé à Domicile (AID) Document pour les parents année 2015/2016 Informations et formulaire d inscription version du 7 juillet 2015 Il est recommandé aux familles de demander à la

Plus en détail

DOSSIER COMMUN DE DEMANDE DE PRE - INSCRIPTION EN EHPAD Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes. Renseignements administratifs

DOSSIER COMMUN DE DEMANDE DE PRE - INSCRIPTION EN EHPAD Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes. Renseignements administratifs DOSSIER COMMUN DE DEMANDE DE PRE - INSCRIPTION EN EHPAD Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes Identité du futur résident Renseignements administratifs Ce document unique est utilisable

Plus en détail

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD)

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Enquête nationale sur les événements indésirables associés aux soins (ENEIS) Incidence des événements indésirables

Plus en détail

Allergènes alimentaires : enjeux et propositions

Allergènes alimentaires : enjeux et propositions Allergènes alimentaires : enjeux et propositions Dr Jean-Marc RAME Allergologue Coordonnateur du Réseau d Alergologie de Franche-comTé (RAFT) jmrame@chu-besancon.fr Le RAFT est un réseau r de santé financé

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SSIAD

LIVRET D ACCUEIL SSIAD Centre Hospitalier LE FAOUET 36, rue des Bergères 56320 LE FAOUET Tél.: 02 97 23 35 18 Standard : 02 97 23 08 99 LIVRET D ACCUEIL SSIAD SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE Page1/8 SOMMAIRE I. Organisation

Plus en détail

Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011

Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011 Toxi-infections alimentaires collectives à Madagascar janvier 2009 - juin 2011 Dr Rafenoharisoa Marie Brigitte Direction de la veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique Stagiaire FETP - OI

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2013

RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2013 RAPPORT D ACTIVITE/BILAN CLIN 2013 Programme d actions 2013 - Poursuivre la démarche qualité : amélioration continue de la qualité et de la - sécurité des soins - Prévention, gestion des risques associés

Plus en détail

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre)

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre) Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre) actualisation 2013 des recommandations ERG/EPC du HCSP Dr Karine Blanckaert

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES Titre : Politique de visite aux patients hospitalisés Codification : 0 2 4 5 0 0-0 0 0 Niveau d application : Général Responsable : Direction des opérations

Plus en détail

Conduite de l'évaluation interne dans les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes

Conduite de l'évaluation interne dans les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes Conduite de l'évaluation interne dans les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes Champs et objectifs S appuyant sur la recommandation transversale sur la conduite de l évaluation interne

Plus en détail

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD

Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD Gestion des excreta et risque infectieux en EHPAD «Parcours-Bassin» Merci à l Arlin PACA pour quelques images de diaporamas. Valérie de SALINS Les maladies du péril fécal sont des maladies infectieuses

Plus en détail

Strasbourg. L application du Paquet Hygiène dans la Restauration Collective

Strasbourg. L application du Paquet Hygiène dans la Restauration Collective L application du Paquet Hygiène dans la Restauration Collective PLAN REGLEMENTATION : Le règlement 178/2002 : traçabilité et retrait Le règlement 852/2004 : la base Le règlement 853/2004 : spécifique aux

Plus en détail

É COLE OFFSHORE SHANGHAI APPEL À CANDIDATURE PROGRAMME DE RECHERCHE «CRÉATION ET MONDIALISATION»

É COLE OFFSHORE SHANGHAI APPEL À CANDIDATURE PROGRAMME DE RECHERCHE «CRÉATION ET MONDIALISATION» APPEL À CANDIDATURE PROGRAMME DE RECHERCHE «CRÉATION ET MONDIALISATION» ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE D ART ET DE DESIGN DE NANCY É COLE OFFSHORE L École nationale supérieure d art et de design de Nancy ouvre

Plus en détail

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Arrêté du 17 octobre 2000 relatif au bilan annuel des activités

Plus en détail

METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES

METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES PROCÉDURE METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES PG INF 011 v4 03/2014 1/7 MODIFICATIONS APPORTÉES Application des précautions complémentaires air ou gouttelettes, mars 2013 En cas de transfert

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES

DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DOSSIER DE DEMANDE D ADMISSION EN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES ARTICLE D.312-155-1 DU CODE DE L ACTION SOCIALE ET DES FAMILLES CADRE RESERVE A L ETABLISSEMENT 1 Ce dossier

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

DOSSIER AMIANTE. Code de la Santé Publique

DOSSIER AMIANTE. Code de la Santé Publique SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL DOSSIER AMIANTE 01/07/15 Pôle Prévention et Santé au Travail Tél. : 02 96 58 23 84 prevention@cdg22.fr Code de la Santé Publique DONT LE PERMIS DE CONSTRUIRE A ETE DELIVRE

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE. avec la Faculté Libre des Sciences Economiques et de Gestion de Lille, représentée par son responsable pédagogique signataire.

CONVENTION DE STAGE. avec la Faculté Libre des Sciences Economiques et de Gestion de Lille, représentée par son responsable pédagogique signataire. CONVENTION DE STAGE Article 1. Parties contractantes La présente convention règle les rapports de l Entreprise : Raison sociale : Tél : Adresse : Code postal : Ville : Représentée par : Nom : Prénom :

Plus en détail

Les mesures d isolement. IFSI Charles FOIX / 2011 / UE 2.10 / S.ISSAD

Les mesures d isolement. IFSI Charles FOIX / 2011 / UE 2.10 / S.ISSAD Les mesures d isolement Les mesures d isolement Objectifs Établir des barrières res de niveaux variables afin de limiter ou supprimer la transmission de micro-organismes organismes D un malade à un autre

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Arrêté du 24 janvier 2008 fixant les conditions d agrément des centres de collecte de sperme d équidés NOR : AGRG0802056A

Plus en détail

Direction de l Action Sociale Ile-de-France APPEL A PROJETS. Cahier des charges 2010

Direction de l Action Sociale Ile-de-France APPEL A PROJETS. Cahier des charges 2010 Direction de l Action Sociale Ile-de-France APPEL A PROJETS Cahier des charges 2010 Dépôt des dossiers avant le 30 AVRIL 2010 La politique d action sociale de la CNAV La politique d action sociale de la

Plus en détail

Cahier des charges pour l obtention de la formation «aide à la mise en place du DUER sur site» (Document unique d évaluation des risques)

Cahier des charges pour l obtention de la formation «aide à la mise en place du DUER sur site» (Document unique d évaluation des risques) Cahier des charges pour l obtention de la formation «aide à la mise en place du DUER sur site» (Document unique d évaluation des risques) 1 Mise à jour janvier 2015 PLAN 1/2 PLAN PREAMBULE Présentation

Plus en détail

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91 Le 13 octobre 2011 JORF n 0303 du 31 décembre 2010 Texte n 91 ARRETE Arrêté du 30 décembre 2010 fixant les modèles de contrats types devant être signés par les professionnels de santé exerçant à titre

Plus en détail

AUDIT GESTION DES EXCRÉTA. La maitrise du «péril fécal» ETS COMET L Hôpital Départemental Le Luc en Provence MF Texier, S Sabatier, D Massot

AUDIT GESTION DES EXCRÉTA. La maitrise du «péril fécal» ETS COMET L Hôpital Départemental Le Luc en Provence MF Texier, S Sabatier, D Massot AUDIT GESTION DES EXCRÉTA La maitrise du «péril fécal» ETS COMET L Hôpital Départemental Le Luc en Provence MF Texier, S Sabatier, D Massot CONTEXTE Evolution de l incidence des EBLSE La menace des BHRe

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR SERVICE D'HOSPITALISATION A DOMICILE

REGLEMENT INTERIEUR SERVICE D'HOSPITALISATION A DOMICILE REGLEMENT INTERIEUR SERVICE D'HOSPITALISATION A DOMICILE Préambule Ce règlement intérieur définit les conditions d'organisation et de fonctionnement du service d'hospitalisation à domicile. Il précise

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES Epidémiologie GIRARD R, Pierre Bénite Mai 2004 Objectif L objectif prioritaire est de stopper l épidémie en cours et de mettre en place des

Plus en détail

Convention de stage clinique

Convention de stage clinique Année 20.. - 20.. Convention de stage clinique N enregistrement Université de Rennes 1. : ENTRE Centre Hospitalier/Organisme Sis représenté par ET Université de Rennes 1, Etablissement public à caractère

Plus en détail

Psittacose et bourse aux oiseaux : recommandations de bonnes pratiques pour les organisateurs et les exposants

Psittacose et bourse aux oiseaux : recommandations de bonnes pratiques pour les organisateurs et les exposants Psittacose et bourse aux oiseaux : recommandations de bonnes pratiques pour les organisateurs et les exposants Exemple d une épidémie dans les Pays de la Loire en 2008 Cire Pays de la Loire Qu est-ce que

Plus en détail

Gestion des excreta dans un établissement de santé dans le contexte de recrudescence des bactéries multi (et hautement) résistantes

Gestion des excreta dans un établissement de santé dans le contexte de recrudescence des bactéries multi (et hautement) résistantes Gestion des excreta dans un établissement de santé dans le contexte de recrudescence des bactéries multi (et hautement) résistantes Aïcha ZRAIB - IDE Hygiéniste Agenda Introduction Contexte Méthodologie

Plus en détail

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Ce jeu de questions-réponses est susceptible d évoluer en fonction de la situation épidémiologique,

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale Février 2009 MESSAGES CLÉS Ces

Plus en détail

Le référentiel de formation

Le référentiel de formation Chapitre 1 Le référentiel de formation Le diplôme peut s acquérir : soit par le suivi et la validation de l intégralité de la formation, en continu ou en discontinu ; soit par le suivi et la validation

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG F I C H E P R E V E N T I O N N 1 2 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG DEFINITION STATISTIQUES Chaque année dans les collectivités et établissements publics de la Manche,

Plus en détail

mentaires en EHPAD : Quand les lever?

mentaires en EHPAD : Quand les lever? Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Réseau CEN T RE HO S PIT AL IE R LE MANS Les Précautions Complémentaires mentaires en EHPAD : Quand les lever? 2 ème Journée inter-régionale Prévention

Plus en détail

Surveillance dosimétrique des travailleurs exposés aux RI Evolutions à l horizon 2014 Arrêté du 17 juillet 2013 et évolutions de SISERI

Surveillance dosimétrique des travailleurs exposés aux RI Evolutions à l horizon 2014 Arrêté du 17 juillet 2013 et évolutions de SISERI Surveillance dosimétrique des travailleurs exposés aux RI Evolutions à l horizon 2014 Arrêté du 17 juillet 2013 et évolutions de SISERI Pascale SCANFF pascale.scanff@irsn.fr Journée réseau radioprotection

Plus en détail

Réunion régionale des EOH-28février 2013

Réunion régionale des EOH-28février 2013 INSTRUCTION N DGS/RI1/DGCS/2012/433 du 21 décembre 2012 relative aux conduites à tenir devant des infections respiratoires aiguës ou des gastroentérites aiguës dans les collectivités de personnes âgées.

Plus en détail

LES MARCHANDISES DANGEREUSES TRANSPORT ET REGLEMENTATION

LES MARCHANDISES DANGEREUSES TRANSPORT ET REGLEMENTATION Les intervenants dans le transport de marchandises dangereuses doivent prendre les mesures appropriées selon la nature et l'ampleur des dangers afin d'éviter des dommages et, le cas échéant, d'en minimiser

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL FOYER D HÉBERGEMENT

LIVRET D ACCUEIL FOYER D HÉBERGEMENT LIVRET D ACCUEIL FOYER D HÉBERGEMENT Ce livret d accueil appartient à : NOM... Prénom... PRÉSENTATION DE L ASSOCIATION L association Thierry Albouy a été créée le 17 octobre 1972. Elle a pour objectif

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION SERVICE DE PORTAGE DE REPAS A DOMICILE

DOSSIER D INSCRIPTION SERVICE DE PORTAGE DE REPAS A DOMICILE DOSSIER D INSCRIPTION SERVICE DE PORTAGE DE REPAS A DOMICILE 1 Pour vous inscrire au service de portage de repas à domicile du Service de Coordination pour l Autonomie de la Communauté Communes du Pays

Plus en détail

DEMANDE DE DOSSIER MEDICAL à compléter et à adresser à la Direction de la Clientèle et du Droit des Patients

DEMANDE DE DOSSIER MEDICAL à compléter et à adresser à la Direction de la Clientèle et du Droit des Patients DEMANDE DE DOSSIER MEDICAL à compléter et à adresser à la Direction de la Clientèle et du Droit des Patients Je soussigné(e) : Nom Prénom : Nom de jeune fille : Adresse actuelle : Code postal / / / Ville

Plus en détail

LA CLÉ DE VOTRE RÉUSSITE Labellisé «MÉTIERS DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL»

LA CLÉ DE VOTRE RÉUSSITE Labellisé «MÉTIERS DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL» DOSSIER D INSCRIPTION ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE Merci de bien vouloir compléter ce dossier avec soin et précision. Madame Monsieur Nom usuel... Nom de naissance... Prénom... Pièce à joindre :

Plus en détail

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares»

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» (mars 2007) Ministère de la Santé et des Solidarités DHOS Bureau O4 1 Table des matières 1. DESCRIPTION DU CENTRE DE COMPETENCES...4 1.1 L'EQUIPE

Plus en détail

Les épidémies en EHPAD

Les épidémies en EHPAD Les épidémies en EHPAD Pourquoi signaler? Quand? Comment? Journée de formation et d'information en hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 28 mai 29 1 Quand parle-t-on d'épidémie? Une épidémie

Plus en détail

CONFIDENTIEL Formulaire 2007, délibération de l AFLD n 37 du 8 mars 2007 1

CONFIDENTIEL Formulaire 2007, délibération de l AFLD n 37 du 8 mars 2007 1 Demande d Autorisation d Usage à des fins Thérapeutiques Abrégée Dernier alinéa de l article L.232-2 du code du sport, Décret du 25 mars 2007 relatif aux modalités de délivrance des autorisations d utilisation

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations Catalogue des Formations 2016 PREFACE Former, notre métier, DAVRIL FORMATION organisme référencé par l INRS et participe à l animation de réseau de la CARSAT Midi-Pyrénées. Ses formateurs, spécialisés,

Plus en détail

5 mai. Deuxième campagne nationale d hygiène des mains dans les soins

5 mai. Deuxième campagne nationale d hygiène des mains dans les soins LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Dossier de presse 5 mai Deuxième campagne nationale d hygiène des mains dans les soins Le 5 mai 2011 a lieu le lancement officiel de la deuxième Campagne Nationale

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE 2016

DOSSIER DE CANDIDATURE 2016 DOSSIER DE CANDIDATURE 216 1. PRESENTATION DE L ACTION Intitulé de l action Date prévisionnelle de début de l action Date prévisionnelle de fin de l action Porteur de projet N de SIRET Nom du responsable

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

Coût de la formation : 1 300 HT par participant L inscription sera validée à réception du paiement intégral de la formation

Coût de la formation : 1 300 HT par participant L inscription sera validée à réception du paiement intégral de la formation FORMATION 07.11.14 Contact : Nicole VILELA 2014/313 AMIANTE Sous-section 4 Activité R4412-139 du code du travail «Activités d entretien et de maintenance sur des matériaux susceptibles de provoquer l émission

Plus en détail

Décret n 2001-1016 du 5 novembre 2004

Décret n 2001-1016 du 5 novembre 2004 Décret n 2001-1016 du 5 novembre 2004 Circulaire du 18 avril 2002 Vous avez au moins 1 salarié? un apprenti? Vous allez embaucher une personne en CDI, CDD ou intérim? Alors vous êtes concerné quel que

Plus en détail